Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Commission Trilatérale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Commission Trilatérale   6/9/2008, 01:23

Commission Trilatérale


Brzezinski en est! (ainsi que Bilderberg et CFR)



Pays représentés à la Commission Trilatérale

Liste des pays membres de la Commission Trilatérale

* Allemagne
* Australie
* Autriche
* Belgique
* Canada
* Chypre
* Corée du Sud
* Danemark
* Estonie
* États-Unis
* Finlande
* France
* Grèce
* Hong Kong
* Hongrie
* Indonésie
* Irlande
* Italie
* Japon
* Malaisie
* Mexique
* Norvège
* Nouvelle-Zélande
* Philippines
* Pologne
* Portugal
* Roumanie
* Slovénie
* Espagne Espagne
* Suède
* Pays-Bas
* République de Chine
* République tchèque
* Royaume-Uni
* Singapour
* Thaïlande

La Commission Trilatérale (parfois abrégée en Trilatérale) est une organisation privée qui fut créée en 1973 à l'initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du Council on Foreign Relations, parmi lesquels David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski. Regroupant 300 à 400 personnalités parmi les plus distinguées et influentes – hommes d’affaires, politiciens et décideurs intellectuels – de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l'Asie Pacifique (États dont la plupart sont également membres de l'OCDE), son but est de promouvoir et construire une coopération politique et économique entre ces trois zones clés du monde, pôles de la Triade. A l'instar du groupe Bilderberg, il s'agit d'un groupe partisan de l'idéologie mondialiste, auquel certains attribuent l'orchestration de la mondialisation économique.

Fondation

La Trilatérale a été créée en 1973 par le magnat de la banque David Rockefeller. La raison de sa création a été le déclin passager du pouvoir du think tank américain Council on Foreign Relations à cause de sa politique vis-à-vis de la guerre du Viêt Nam qui a mécontenté beaucoup d’américains.

Sur l'histoire de la Commission Trilatérale, outre les différentes ressources citées, on consultera avec profit l'ouvrage paru à l'occasion de ses 25 ans (voir la bibliographie). Publié par la Trilatérale, il comporte de nombreuses anecdotes et une collection de photographies assez étonnantes comme la Trilatérale reçue par Juan Carlos, Jean-Paul II, Margaret Thatcher, Mickhail Gorbachev en 1989, ou celle de François Mitterrand, Yitzhak Shamir et Yasser Arafat en 1990.

Répartition des sièges

La hausse du nombre des membres de la Trilatérale ayant été exponentielle dès sa création, des limitations durent être imposées aux alentour de 1980. La limite a été atteinte alors que de nouveaux pays commencèrent à être représentés dans les groupes de discussion.

Le groupe européen

Le groupe européen a atteint son plafond de 150 membres. Ce groupe inclut des membres des pays suivants : Autriche, Belgique, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Norvège, Pologne, Portugal, République de Chypre, Roumanie, Slovénie, Espagne, Suède, Pays-Bas et Royaume-Uni.

Le groupe nord-américain

Le nombre de représentants pour le continent nord-américain est de 107, répartis comme suit :

* États-Unis : 85 sièges
* Canada : 15 sièges
* Mexique : 7 sièges

Le groupe asiatique

A l'origine, le troisième continent était exclusivement représenté par le Japon, qui disposait de 85 sièges, mais en 2000, ce groupe connu une expansion et devint le groupe représentant l'Asie Pacifique, composé de 117 membres répartis comme suit :

* Japon : 75 sièges
* Corée du Sud : 11 sièges
* Australie et Nouvelle-Zélande : 7 sièges
* ASEAN (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thailande) : 15 sièges.

Le nouveau groupe asiatique-Pacifique inclut aussi des membres des peuples de Hong Kong (5) et de République de Chine (Taïwan) (4) .

Modus operandi

La Trilatérale édite des études (la revue The Triangle Papers) réalisées par des Task Forces (groupe de travail réunissant des personnalités de premier plan, généralement d'au moins trois zones régionales) et qui, une fois transmises à leurs membres et aux gouvernants, ont des répercussions internationales majeures en politique étrangère, qu’il s’agisse d’économie ou de géopolitique (communication, énergie, démographie, grands équilibres, etc.). Entre un rapport préliminaire (Draft Report, généralement non disponible auprès du public) et le rapport définitif publié dans la revue Triangle Papers, le rapport est discuté en réunion internationale annuelle. Le rapport peut alors être remanié avant publication.

Une revue est aussi publiée à l'issue de la réunion annuelle, il s'agit de la revue Trialogue. Les rapports sont disponibles sur le site officiel de la Commission Trilatérale (voir dans les liens externes, ou auprès des différents sites régionaux, à Paris par exemple).

Les sujets d'étude sont choisis par les présidents, les vice-présidents et les directeurs, sur les conseils du Comité Exécutif et d'autres. Les auteurs sont ensuite invités, parfois à l'initiative des membres de la Commission.

Les auteurs ne sont pas « hébergés » dans les bureaux de la Commission lors de la préparation de leur rapport. Ils restent dans leurs statuts professionnels existants et la Commission leur permet de rencontrer chaque autre rapporteur plusieurs fois au cours de l'élaboration de l'étude. Les rapports sont pour la Commission Trilatérale, et non de la Commission.

Membres

Afin d'aider à préserver le caractère non-officiel de la Commission, les membres qui prennent position dans leur administration nationale abandonnent de facto leur appartenance à la Commission Trilatérale. Les membres sont choisis sur une base nationale. La procédure utilisée pour la rotation et l'invitation des nouveaux membres varie en fonction du groupe national.

Trois présidents (un dans chacun des trois régions du monde), des présidents députés et des directeurs constituent la direction de la Commission Trilatérale, en collaboration avec un Comité exécutif incluant 36 autres membres.

Les trois présidents actuels sont :

* Thomas S. Foley pour l'Amérique du Nord
* Peter Sutherland pour l'Europe
* Yotaro Kobayashi pour l'Asie

Quelques autres personnalités qui sont ou ont été membres :

* Allan Gotlieb
* Andrzej Olechowski
* Lorenzo Zambrano
* Georges Berthoin
* Tim Collins
* Edmond Alphandéry
* Raymond Barre
* François Bayrou
* Zbigniew Brzezinski
* George H.W. Bush
* Hervé de Carmoy
* Jimmy Carter
* Gerhard Casper
* Dick Cheney
* Bill Clinton
* Paul Delouvrier
* Patrick Devedjian
* Laurent Fabius
* Henry Kissinger
* Otto Graf Lambsdorff
* Ritt Bjerregaard
* Carl Palme
* Jorge Braga de Macedo
* Ki'ichi Miyazawa
* Akio Morita
* Grégoire Postel-Vinay
* David Rockefeller
* Paul Volcker
* Isamu Yamashita
* Dianne Feinstein
* Bill Emmott
* Mugur Isărescu
* George Vassos Vassiliou
* Mary Robinson
* Pierre Lellouche

Les portraits d'une majorité des présidents, des vice-présidents, des directeurs, qu'ils soient actuels ou anciens, sont disponibles sur le site officiel.

http://www.trilateral.org/


source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_Trilat%C3%A9rale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Commission Trilatérale   7/6/2011, 00:52

Blanc bonnet et bonnet blanc, tous complices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Commission Trilatérale   7/5/2012, 18:49

Interview d’Hervé de Carmoy, vice-président de la Commission Trilatérale


Hervé de Carmoy est l’auteur du livre « L’Euramérique » (sorti en 2007) dans lequel il dévoile assez largement le futur Traité Transatlantique. Plus récemment, il a coécrit avec Alexandre Adler le livre « Où va l’Amérique d’Obama », analyse et prospective du mandat du dernier président américain.

Hervé de Carmoy est également vice-président Europe de la Commission Trilatérale. Nous sommes allés à sa rencontre pendant le Salon du Livre 2012, afin de le questionner sur quelques sujets : Barack Obama et son prix Nobel de la paix, Zbigniew Brzezinski, Le Traité Transatlantique, …







Je tiens à remercier Hervé de Carmoy pour sa franchise. Cet ancien directeur de la Chase Manathan Bank (grosse banque américaine) est aussi le tenant d’un Capitalisme sage, malheureusement révolu ; ainsi, peu avant l’interview, il expliquait que les investissements en Entreprise se faisait jadis sur 20 ans minimum !



____________________________



Précisons que Zbigniew Brzezinski est l’actuel conseiller de Barack Obama en politique étrangère. Pour mémoire, voici l’étonnante interview livrée par Zbigniew Brzezinski au Nouvel Observateur en 1997, soit 4 ans avant les attentats du 11 septembre 2001 :



Le Nouvel Observateur : L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidines afghans six mois avant l’intervention soviétique.
A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité, vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire. Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidines a débuté courant 1980, c’est-à-dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979. Mais la réalité, gardée secrète jusqu’à présent, est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime pro-soviétique de Kaboul. Et ce jour-là, j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque, vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des États-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant, il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes ou la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

Le Nouvel Observateur : « Quelques excités » ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.

Zbigniew Brzezinski : Sottises ! Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. C’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. C’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qui a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Égypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.



___________________________________



Enfin, cerise sur le gâteau, voici un extrait du livre de Brzezinski « Between Two Ages », mentionné pendant l’interview :

« La technologie va doter les dirigeants des principaux pays de techniques capables de mener en secret une guerre dont seules des forces de sécurité réduites au minimum seraient au courant… On pourrait utiliser des techniques comme la modification des conditions climatiques pour engendrer des périodes prolongées de sécheresse ou d’orage. »

Amis “complotistes”, bonsoir !


http://cercledesvolontaires.wordpress.com/2012/04/10/interview-dherve-de-carmoy/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Commission Trilatérale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commission d’enquête parlementaire au COS-ONE
» Europe Fédérale
» Fraude de €4,9 milliards à la Société Générale
» Adim-Suroit..assemblée générale
» Améliorer la charte de bonne conduite générale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Bilderberg, CFR, Trilatérale, le Siècle…-
Sauter vers: