Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 l'Union Sud-Américaine(UNASUR),fusion en travaux avec l'UE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 38
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: l'Union Sud-Américaine(UNASUR),fusion en travaux avec l'UE !   1/11/2008, 12:49

Bonjour tout le monde,

Beaucoup d'anti-mondialistes ne connaissent pas l'union sud-américaine et croient que chavez va nous sauver

l'union sud américaine est fort méconnue,voici une série d'article sur cette union et à la fin ses travaux en cours avec l'UE pour préparer une fusion.


Tout d'abord ça a commencé avec le Le mercosur qui établit une zone de libre échange à l'image du traité de rome de l'Union Européenne et de l'alena pour l'amérique du nord pour la future Union Nord Américaine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mercosur


Après ce marché commun de libre échange est apparu la naissance de l'Union Sud Américaine dite UNASUR

http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_des_Nations_sud-am%C3%A9ricaines

L'Union des Nations sud-américaines (UNASUR) est une organisation supranationale économique et politique qui comprend les douze pays d'Amérique du Sud. Elle a été officiellement créée le 23 mai 2008, lors d'un sommet à Brasilia. La chef d'État chilienne Michelle Bachelet en a été élue présidente pour une année[1].

Conditions d'émergence

Ce projet a pris naissance dans un contexte d'opposition au ZLEA, « Initiatives pour les Amériques », lancé par George Bush en 1990 puis concrétisé en 1994 au Sommet des Amériques, et donc dans un contexte d'opposition à l'ingérence nord-américaine dans les affaires politiques et économiques latino-américaines. À court terme, il vise notamment à contourner le recours à l'Organisation des États américains (OEA), dont les États-Unis sont partie prenante, lors du traitement de problèmes spécifiquement sud-américains[2].

Les douze pays concernés ont signé le 8 décembre 2004 la Déclaration de Cuzco visant à la réunion du Mercosur, de la Communauté andine, du Chili, du Guyana et du Suriname en une seule communauté supranationale, la Communauté sud-américaine des nations (CSN), sur le modèle de l'Union européenne.
Celle-ci a été rebaptisée Union des Nations sud-américaines lors du premier sommet énergétique sud-américain organisé au Venezuela à la mi-avril 2007.

Outre une communauté économique, le projet inclut à terme :

* une monnaie commune ;
* une citoyenneté et un passeport commun ;
* un parlement commun.


Cet ensemble représentera, s'il se concrétise, une population de 360 millions d'habitants et sera, en superficie (17 millions de km²), la plus vaste union économique, monétaire et politique du monde.

Nations participantes

Les 12 membres de l'UNASUR sont les suivants :

* Membres de la Communauté andine (CAN)¹ :
o Colombie
o Équateur
o Pérou
o Bolivie
* Membres du Mercosur² :
o Argentine
o Brésil
o Paraguay
o Uruguay
o Venezuela
* Autres pays :
o Chili (en cours d'adhésion à la CAN depuis 2006)
o Guyana
o Suriname
* États observateurs :
o Panamá
o Mexique


De Cuzco (2004) à Brasilia (2008)
Unasur : lente et ambitieuse Union des nations sud-américaines

http://www.latinreporters.com/amlatpol30052008.html

BRASILIA, vendredi 30 mai 2008 (LatinReporters.com) - De l'intention unitaire exprimée en décembre 2004 à Cuzco (Pérou), les 12 pays de l'Amérique du Sud sont passés à la signature, le 23 mai 2008 à Brasilia, du Traité constitutif de l'Union des nations sud-américaines (Unasur). Les trois ans et demi séparant ces deux étapes initiales suggèrent que l'approfondissement de l'Unasur sera aussi lent que celui de l'Union européenne, dont elle s'inspire. Le Brésil est le principal promoteur de ce processus qui reflète et accentue sa montée en puissance sur la scène mondiale.

"Nous avons décidé de former la Communauté sud-américaine des nations" (CSN) disaient en 2004 dans la Déclaration de Cuzco les chefs d'Etat sud-américains. Le 23 mai dernier à Brasilia, la naissance officielle de l'Unasur qu'ils concrétisaient était en fait celle de la CSN sous un autre nom.

Sur le papier, une même personnalité juridique régionale unit désormais les pays du Mercosur (marché commun regroupant Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay et bientôt le Venezuela), ceux de la Communauté andine (Colombie, Pérou, Equateur et Bolivie), ainsi que le Chili, le Surinam et la Guyana.

Leur ambition proclamée est de "construire une identité et une citoyenneté sud-américaines et développer un espace régional intégré dans les domaines politique, économique, social, culturel, de l'environnement et des infrastructures". Le Traité constitutif inscrit cette intégration dans "le renforcement du multilatéralisme" et la construction d'un "monde multipolaire". En clair, il s'agit de s'affranchir davantage de l'influence de Washington et de parler d'une seule voix qui serait mieux écoutée, notamment aux Nations unies et à l'Organisation mondiale du commerce.

Plus que régionale, l'assise de cette ambition se veut quasi continentale, puisqu'à partir de la 5e année de l'entrée en vigueur du Traité constitutif, les autres Etats d'Amérique latine et ceux des Caraïbes qui le sollicitent pourront adhérer à l'Unasur. Il leur est déjà offert de s'y associer. L'Amérique centrale, le Mexique, Cuba et ses voisins insulaires ont donc la faculté théorique, voire utopique, d'élargir la nouvelle union jusqu'à la frontière sud des Etats-Unis.

Les 12 pays fondateurs de l'Unasur couvrent 17,6 millions de km² et abritent 382 millions d'habitants, dont le PIB par tête, estimé en avril par le Fonds monétaire international (FMI), sera en 2008 de 7.557 dollars. A titre de comparaison, les 27 pays de l'Union européenne s'étendent sur 4,4 millions de km², comptent 494 millions d'habitants avec un PIB par tête estimé pour cette année, toujours selon le FMI, à 26.742 dollars, trois fois et demie celui des Sud-Américains.

Le Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement est l'organe suprême de l'Unasur. A Brasilia, la présidence rotative annuelle a été confiée à la présidente du Chili, la socialiste Michelle Bachelet. Elle revenait en principe à la Colombie, mais son président, le conservateur Alvaro Uribe, y a renoncé "par prudence" au vu des difficultés l'opposant à ses homologues du Venezuela, Hugo Chavez, et de l'Equateur, Rafael Correa, accusés par Bogota de soutenir la guérilla marxiste des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie).

Le Traité constitutif doit être ratifié par les parlements des Etats signataires. Il confirme l'installation du Secrétariat général de l'Unasur à Quito, capitale de l'Equateur, et celle du futur Parlement sud-américain à Cochabamba, en Bolivie. Deux institutions clefs siégeront donc dans des pays aujourd'hui partisans du socialisme radical dit bolivarien instauré au Venezuela.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et son homologue vénézuélien Hugo Chavez sont les deux personnalités les plus en vue de l'Unasur. Si l'intégration politique et économique de l'Amérique du Sud pour faire contrepoids à la prépondérance des Etats-Unis est la ligne directrice de leur politique étrangère, Lula observe toutefois une prudence sociale-démocrate qui contraste avec l'antiaméricanisme exacerbé du président Chavez et son mépris de l'économie de marché.

L'envergure géographique, économique et diplomatique du Brésil le porte naturellement à assumer de fait, dans le sous-continent sud-américain, le rôle de puissance dominante ou pour le moins de partenaire indispensable. Washington considère cette influence comme stabilisatrice face à l'expansion de la gauche radicale.

Outre l'approbation du Traité constitutif de l'Unasur, le Brésil souhaitait, au sommet de Brasilia du 23 mai, le lancement d'un Conseil de défense sud-américain. Il a été renvoyé à une nouvelle analyse en fonction des réticences de l'Uruguay et surtout de l'opposition de la Colombie. Bogota croit que la "menace terroriste" des FARC sur son territoire, non qualifiée comme telle pas les autres pays sud-américains et même soutenue par certains d'entre eux, exclut de fait toute coopération militaire. Pour les questions de sécurité régionale, la président colombien Alvaro Uribe, appuyé militairement par Washington, s'en remet à l'Organisation des Etats américains (OEA), dont sont membres les Etats-Unis.

Un autre problème de fond, à la fois politique et commercial, s'est reflété dans la démission, à la veille du sommet de Brasilia, du premier secrétaire général de l'Unasur, l'ex-président équatorien Rodrigo Borja. Il dénonce la résistance de dirigeants sud-américains à son projet de placer le Mercosur et la Communauté andine sous l'égide de l'Unasur.

Le principal handicap de la nouvelle union régionale est le choc en son sein de modèles de société antagonistes. En Europe, le consensus, du centre gauche au centre droit, sur le modèle d'économie sociale de marché fut et reste un ciment essentiel de l'Union européenne. Ce modèle est relativement suivi par la majorité des pays de l'Unasur, y compris ceux relevant d'une gauche modérée (Brésil, Chili, Uruguay et, avec des nuances, l'Argentine), mais il est combattu par la gauche radicale qui instaure progressivement un néocollectivisme d'Etat au Venezuela, en Equateur, en Bolivie et dès août prochain au Paraguay si son président élu, Fernando Lugo, confirmait ses sympathies pour le modèle dit bolivarien.


Brésil: l'intégration de l'Amérique du Sud, via Mercosur, est la priorité extérieure de Lula

http://www.latinreporters.com/bresilpol25022003.html

MADRID, mardi 25 février 2003 (latinreporters-com) - "La priorité de la politique extérieure brésilienne sera l'Amérique du Sud...
J'ai proposé aux présidents de la région d'établir un parlement du Mercosur qui sera élu directement par les électeurs de nos pays" écrit Luiz Inacio Lula da Silva, président du Brésil depuis le 1er janvier, dans le dernier numéro de la revue "Foreign Affairs en español". Lula, comme on l'appelle désormais mondialement, croit que l'intégration sud-américaine permettra au sous-continent de mieux défendre ses intérêts face aux Etats-Unis et à l'Union européenne.
Ex-marxiste fondateur du Parti des Travailleurs (PT), le plus grand parti de gauche d'Amérique latine, Lula ne fait pas la moindre allusion à d'éventuels liens privilégiés avec les présidents de gauche de Cuba, du Venezuela et de l'Equateur. Il ne cite aucun de ces trois pays. Un prétendu "axe du mal" latino-américain, redouté à Washington, ne semble donc pas actuellement à l'ordre du jour.
Le Mercosur que Lula veut régénérer est l'union douanière sud-américaine -qualifiée parfois par les médias de marché commun- créée en 1991 par le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Le Chili et la Bolivie l'ont rejointe partiellement, en qualité de membres associés. Les effets régionaux de la crise économique et sociale sans précédent qui frappe l'Argentine ont porté un coup sévère à cette tentative d'intégration sud-américaine.
En voulant relancer Mercosur, Lula entend probablement faire du Brésil le leader incontesté de l'Amérique du Sud et accroître l'influence de son pays dans le concert universel des nations. "Le Brésil que nous avons été appelés à gouverner est un grand pays, de plus de 170 millions d'habitants et dont l'économie se situe parmi les dix plus grandes du monde" pose d'emblée le président brésilien en ouverture de l'article qu'il signe dans "Foreign Affairs en español".
"Nous voulons, écrit Lula, que Mercosur soit davantage qu'une union douanière. Nous voulons qu'il se transforme en une zone de convergence sur les fronts industriel, agricole, social et scientifico-technologique".
Sa proposition d'établir "un parlement de Mercosur élu directement par les électeurs de nos pays" permettrait, selon Lula, à "nos citoyens de participer au processus d'intégration régionale", lui conférant ainsi "une légitimité institutionnelle".

Monnaie et politique extérieure communes

Manifestement inspiré par l'architecture de l'Union européenne, le président brésilien exhorte les pays du Mercosur à "la coordination macroéconomique de leurs banques centrales, condition sine qua non pour aboutir à une monnaie commune".
"Un Mercosur cohérent et élargi, poursuit Lula, devrait avoir une politique extérieure commune qui nous permette de mener un dialogue avec l'Union européenne et les Etats-Unis, surtout dans le cadre du processus de négociation pour la formation de la Zone de libre-échange des Amériques" (ZLEA).
Cette ZLEA (ou ALCA, selon son sigle espagnol) serait, de l'Alaska à la Terre de Feu, la plus vaste zone de libre-échange de la planète. Elle compterait plus de 800 millions d'habitants de 34 pays, soit tous ceux des Amériques du Nord, centrale et du Sud, à la seule exception de Cuba. L'Organisation des Etats américains (OEA), garante spirituelle de la ZLEA, voit en l'île de Fidel Castro l'unique dictature du continent américain. Elle n'aurait donc pas sa place dans une entreprise théoriquement démocratique.
L'ouverture de la ZLEA a été fixée à décembre 2005 lors du IIIe Sommet des Amériques, réuni en avril 2001 à Québec. Avant les attaques terroristes islamistes du 11 septembre 2001 contre New York et Washington, cette future zone de libre-échange continentale était la priorité de la politique extérieure du président américain George W. Bush, plus absorbé aujourd'hui par sa croisade contre le terrorisme international.
Contrairement à son homologue vénézuélien Hugo Chavez, Lula ne tire pas à boulets rouges contre la ZLEA. Il reconnaît que "l'élargissement de nos exportations est fondamentale pour renforcer un nouveau dynamisme de notre système de production et pour équilibrer nos dettes extérieures".

Mais le président brésilien avertit que "la disparité entre l'économie des Etats-Unis et celles du reste de l'hémisphère" justifierait des compensations pour éviter que les inégalités ne s'accroissent au sein de la ZLEA. Lula critique aussi les barrières protectionnistes non tarifaires des Etats-Unis, "qui affectent profondément les exportations brésiliennes".
On en retire l'impression que Lula, comme Fernando Henrique Cardoso, son prédécesseur social-démocrate à la présidence du Brésil, ne hâtera pas l'ouverture de la ZLEA.
D'autant plus que la restructuration de Mercosur, qui permettrait au Brésil et à l'Amérique du Sud de mieux se faire entendre dans les négociations, sera, pour autant qu'elle soit possible, une entreprise de longue haleine.
Autre différence non banale entre Washington et Brasilia: Lula affirme que "la bataille pour la paix est la priorité absolue... et nous défendons des solutions négociées pour les conflits qui affectent aujourd'hui l'humanité".


Information proposée par Farid_y. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: l'Union Sud-Américaine(UNASUR),fusion en travaux avec l'UE !   28/12/2008, 13:28

L'assemblé EUROLAT a vue le jour afin de préparer la fusion entre l'UNASUR et l'UE

L'Assemblée Eurolat achève une session importante et prolifique
Relations extérieures - 05-05-2008 – 14:00
http://www.europarl.europa.eu/news/expert/infopress_page/030-27901-120-04-18-903-20080429IPR27900-29-04-2008-2008-false/default_fr.htm

La seconde session de l'Assemblée Parlementaire Europe-Amérique latine (Eurolat) s'est conclue à Lima par l'adoption de trois résolutions et d'un message adressé aux Chefs d'Etats en vue du Sommet UE-Amérique latine des 13-17 mai. Les deux co-présidents d'Eurolat, le député européen José Ignacio Salafranca et le sénateur chilien Jorge Pizarro, se sont montrés satisfaits des résultats de la réunion, soulignant l'importance de la dimension parlementaire dans les relations UE-Amérique Latine.
Les parlementaires ont aussi adopté quatre déclarations sur des questions très précises à la demande de différentes délégations latino-américaines.

Dans son intervention lors de la cérémonie de clôture, M. Salafranca (PPE-DE, ES) a mis en avant l'importance de construire des relations UE-Amérique Latine sur des bases parlementaires solides, en complément du travail des Chefs d'Etat. "Pour qu'un citoyen puisse exercer ses droits, il doit y avoir un Parlement", a-t-il affirmé.

Salafranca a souligné le rôle du Parlement Européen dans l'histoire de l'intégration européenne. Il a rappelé que le système de valeurs de l'UE s'est construit du haut vers le bas, générant un déficit démocratique qui a été progressivement surmonté grâce à la chambre européenne qui co-légifère avec le Conseil de l'Union, approuve la désignation du Collège des commissaires et dispose de prérogatives en matière budgétaire.

De son côté, le co-président latino-américain, Jorge Pizarro, s'est dit convaincu que l'Assemblée Eurolat, par la qualité de ses travaux, fait avancer le dialogue, la représentation, le débat et les propositions. Il a ajouté: "Nous souhaitons poursuivre l'approfondissement des fonctions parlementaires de cette nouvelle Assemblée, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas seulement d'un pouvoir législatif, mais aussi d'une fonction de contrôle des décisions prises par le Sommet et les instances ministérielles".

Le Président du Congrès Péruvien, Luis Gonzales Posada, qui participait également à la cérémonie de clôture, a mis l'accent sur les avancées de la session en matière d'inégalités sociales, de lutte contre le trafic de drogue et de changement climatique. M. Posada a aussi proposé de renforcer les programmes de coopération entre l'Union Européenne et l'Amérique Latine afin "d'éviter qu'à l'avenir les jeunes et les enfants ne soient victimes de la drogue". Il a ainsi souligné le rôle des instances parlementaires en la matière.

Le Secrétaire de la Communauté Andine, Freddy Ehlers, a plaidé pour que "la raison européenne et la solidarité latino-américaine s'unissent afin de trouver une solution" aux défis actuels tels que le changement climatique.

Un message clair au Sommet de Lima

Les parlementaires européens et latino-américains réunis à Lima du 29 avril au 1er mai, ont adopté un message adressé au Sommet des Chefs d'Etat prenant position sur les points suivants :

Conclure les négociations en vue d'un Accord d'Association UE-Amérique Centrale et UE-Communauté Andine au plus tard à la mi-2009;
Créer une Zone Euro-Latino-Américaine d'Association Globale Interrégionale d'ici 2012;
Achever les négociations en vue d'un Accord d'Association Interrégional UE-Mercosur le plus vite possible;
Elaborer une Charte Euro-Latino-Américaine pour la Paix et la Sécurité;
Créer un Fonds de Solidarité Bi-régional;
Etablir un dialogue bi-régional systématique sur les questions d'immigration;

Donner la priorité à la coopération en matière de changement climatique et de politiques visant à prévenir le réchauffement de la planète;
Mettre au point des initiatives conjointes concrètes dans des domaines tels que le changement climatique, la désertification, l'énergie (en particulier les énergies renouvelables et les biocarburants), l'eau, la biodiversité et la crise alimentaire mondiale;
Créer une Fondation Latino-américaine;
Créer un Observatoire des Migrations.

L'Assemblée parlementaire euro-latino-américaine (EUROLAT) rassemble 120 parlementaires du Parlement européen, du Parlement andin, du Parlement centraméricain et du Parlement latino-américain ainsi que des représentants nationaux des législatifs mexicain et chilien et des membres la commission parlementaire mixte du MERCOSUR. Elle compte trois commissions permanentes: la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'homme, la commission des affaires économiques, financières et commerciales et la commission des affaires sociales, des échanges humains, de l'environnement et de la culture.



L'assemblé EUROLAT selon le parlement andin

Antécédents historiques

http://www.congreso.gob.pe/actividades/eurolat-frances/antecedentes.htm

En 1995, l’Union européenne va concevoir une nouvelle stratégie birégionale par rapport à ses rélations avec l’Amérique latine qui aurait prise forme avec le partenariat stratégique birégional, concretisé dans le Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne, de l’Amérique latine et des Caraïbes, tenu au Brésil en 1999.

C’est sept ans plus tard, en mai 2006, pendant le Quatrième Sommet UE-ALC de Vienne (Autriche), qui apparaît un renforcement de la coopération et du dialogue politique au niveau parlementaire. C’est là où émerge une impulsion sérieuse et déterminante pour l’approfondissement de la dimension parlementaire visant à assurer le partenariat stratégique birégional entre l’Union européenne et l’Amérique latine et les Caraïbes.

Le premier pas vers l’établissement d’une assemblée parlementaire entre les deux régions fut donné lors de la XVIIème Conférence interparlementaire Union européenne – Amérique latine, tenue à Lima (Pérou) en juin 2005, proposant de concevoir une nouvelle politique birégionale UE-ALC comportant la création d’une assemblée transatlantique euro-latino-américaine.

Quelques mois après à Trujillo (Pérou), la ville du printemps éternel, à l’occassion de la prémière réunion de parlements d’integration sous-régionaux, il est décidé d’institutionaliser cette réunion en créant l’Assemblée euro-latino-américaine avec l’intention d’en faire un scénario d’échange de coopération et d’expériences interparlementaires.

À l’égard de la Déclaration de Vienne (mai 2006), qui accueille la proposition des parlements d’intégration, le 8 novembre 2006, les présidents du Parlement européen, du Parlement andin, du Parlement centraméricain et du Parlement latino-américain se réunissent à Bruxelles (Belgique) afin d’instaurer l’Assemblée parlementaire euro-latino-américaine, en tant qu’institution parlementaire du partenariat stratégique birégional Union européenne – Amérique latine et Caraïbes. Dans le cadre de ce partenariat, l’Assemblée vise à promouvoir la transparence du processus et à répondre aux attentes des citoyens.

Qu’-est-ce que l’Eurolat?

L’Assemblée adopte des résolutions et formule des recommandations adressées au sommet entre l' Union européenne et l'Amérique latine et les Caraïbes, et aux institutions, aux organes, aux groupes et aux conférences des ministres qui se consacrent au développement du partenariat. stratégique birégional, qui permet l’expression des intérêts et vise à répondre aux attentes des citoyens des deux régions.

Compétences

L’Assemblée adopte des résolutions et formule des recommandations adressées au sommet entre l' Union européenne et l'Amérique latine et les Caraïbes, et aux institutions, aux organes, aux groupes et aux conférences des ministres qui se consacrent au développement du partenariat.

Recommandations

Parmi d’autres, elles sont les suivantes:

* créer un Centre birégional de prévention des conflits et catastrophes ;
* parvenir à un accord de « partenariat global interrégional », devant être mise en œuvre à partir de l’an 2012, qui assurerait une base juridique et institutionnelle avec des règles communes afin de faciliter la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux entre les deux régions.

Quelle est la composition de l’Assemblée?

L’Assemblée est composée de 120 parlementaires:

* 60 représentants des parlements latino-américains d’intégration (Parlement latino- américain, du Parlement andin, du Parlement centraméricain, du Parlement du Marché commun du Sud (MERCOSUR), ainsi que des commissions parlementaires mixtes UE-Mexique et UE-Chili
* 60 représentants du Parlement européen.

Commment est la structure organique de l’Assemblée ?

* Bureau exécutif
Le Bureau exécutif se compose de deux coprésidents : M. Jorge Pizarro, membre du Parlement latino-américain et M. José Ignacio Salafranca, membre du Parlement européen, et de douze vice-présidents, dont six représentants de la composante latino-américaine et six représentants du Parlement européen. Il a pour mission, parmis d’autres, de coordoner les travaux de l’Assemblée et d’établir des contacts avec le sommet UE-ALC, le Groupe de Rio et autres.
* Commissions
Afin d’examiner plus en profondeur les aspects concrets du partenariat stratégique birégional, trois commissions parlementaires permanentes ont été constituées. Ces commissions sont composées de deux coprésidents (un représentant de la composante latino-américaine et un représentant du Parlement européen), quatre co-vice-présidents (deux représentants de la composante latino-américaine et deux représentants du Parlement européen) et 20 membres pour chaque région.

Commission I :
des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l’homme.

Commission II:
des affaires économiques, financières et commerciales.

Commission III :
des affaires sociales, des échanges humains, de l’environnement, de l’éducation et de la culture.

Pourquoi l’Assemblée a-t-elle été créée?

1. Pour contribuer à la promotion et l’approfondissement des aspects concrets du partenariat stratégique birégional entre l’Europe et l’Amérique latine.
2. Pour contribuer d’une façon décisive à la mise en place d’une gouvernance démocratique efficace et à l’existence de partis politiques forts et démocratiques.
3. Pour promouvoir, d’une façon active, des politiques et mécanismes nationaux efficaces afin d’assurer la protection des droits de l’homme.
4. Pour promouvoir le multilatéralisme et le rôle de l’Amérique latine et de l’Union européenne sur la scène internationale.
5. Pour réaffirmer le principe de responsabilité partagée et le maintien d’une approche globale et intégrée pour lutter contre les drogues illicites, la criminalité organisée et le terrorisme.
6. Pour œuvrer en faveur de la réussite de sociétés avec moins d’exclusion, mais fondées sur la cohésion et qui sont plus justes.
7. Pour prendre des mesures tendant à assurer la protection de l’environnement.
Revenir en haut Aller en bas
 
l'Union Sud-Américaine(UNASUR),fusion en travaux avec l'UE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déclaration commune sur la fusion de GEG avec GenHiLib
» [974] Réunion
» Fusion DGI/DGCP
» Réunion à Ostende le samedi 26 février 2011
» Union des Ecologistes pour la Normandie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Information et conscientisation -
Sauter vers: