Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Condensé sur la mondialisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gauchenationale

avatar

Nombre de messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Condensé sur la mondialisation   13/11/2008, 14:02

Voici un court résumé sur la mondialisation. Il a été laissé tel quel pour que chacun puisse l'analyser de son propre regard. En garder ce qu'il considère correct et en rejeter ce qu'il ne considère pas comme juste. Bien évidemment n'oublions pas que tout point de vue est toujours subjectif. Comme toujours ce qui est important c'est "Ce qui est" non "Ce qui paraît".

Vers l’asservissement des peuples !


Le développement des échanges mondiaux se traduit par une accumulation du pouvoir (en dollars) de certains lobbies de milliardaires. Le mondialisme est l’aspect politique et institutionnel de ces changements économiques. C’est une approche de l’évolution des sociétés humaines tendant à créer un centre unique et mondial de décision économique et financier (contrôlant les pouvoirs politiques), une pensée unique et une langue unique (le « globlish » anglo-américain). C’est une évolution naturelle du capitalisme vers le marxisme. Il suffit de lire les Mémoires de David Rockefeller ; plus particulièrement, le chapitre 27 qui porte comme titre : « internationaliste et fier de l’être » pour s’en convaincre.

Un nouveau corps représentatif pour une autre forme de gouvernement :

Think tank : La Think tank est une « institution de droit privé, regroupant des experts plus ou moins spécialisés, émettant des idées dans le domaine des sciences sociales, disposant d'une capacité d'analyse et de réflexion interne et visant à faire des propositions de politique publique. »

Politique d’influence : Aujourd'hui, tout est affaire d’ « influence », la politique n’est plus celle de nos grands-parents. En « management », influencer signifie : « modifier le comportement d’une cible sans avoir recours à la contrainte ou à la coercition. Dans ce cas, les individus ciblés agissent de leur plein gré, consciemment ou pas, alors que dans le cas de la contrainte ils agissent consciemment contre leur gré. »

Par ces deux réalités vous avez redéfini tout le nouveau système politique. L’UMP, le PS, la LCR, le MPF, etc. ne sont que des sociétés de communication dont les candidats sont un produit à vendre, rien de plus. Les futures lois sont décidées, non par ces sociétés spécialistes de l’électoralisme, mais par une élite bureaucratique bien plus efficace ! Cette nouvelle façon de gouverner a un résultat : l’atomisation du pouvoir politique (local ou régional) et l’unification des institutions sur un modèle fédéral qui en découle. L’Europe en est d’ailleurs un modèle : régionalisation, éclatement des frontières, puis création d’un parlement unique. Là encore, les technocrates ont tout pouvoir face à des députés européens qui, désormais, peuvent être arrêtés comme n’importe quel citoyen lambda et ce, en toute illégalité (comme ce fut par exemple le cas lors de la manifestation bruxelloise du 11 septembre 2007 en mémoire des attentats). La création d’un gouvernement fédéral sur le modèle américain est une évidence que la T.V. nous rabâche toute honte bue. L’Europe des régions n’a qu’un but, servir de palier à une fédération encore plus grande.

Dépendance des populations

Une fois la main mise des bureaucrates (ou technocrates) sur les états nations, il est important pour eux de casser le modèle rural, de détruire l’agriculture pour rendre impraticable l’autonomie des communautés nationales, régionales ou même locales. La stérilité des produits OGM est un secret de polichinelle (sauf le pollen qui lui peut se mélanger avec des non-OGM et produire, à la génération d’après, des OGM stériles), si celui-ci produit davantage qu’un non-OGM, son achat doit se renouveler chaque année. Les agriculteurs seront tôt ou tard dépendant des fournisseurs d’OGM. Les autres types d’agriculteurs disparaissent d’eux-mêmes, sous les coups des restrictions et des dépendances aux aides (encouragées par l’Etat).

La politique actuelle réclame de tout privatiser. Dans nos pays on assiste au démembrement des services publics dans un plan d’ensemble que l’on pourrait qualifier d’OPA sur le patrimoine public. Tout est actuellement bradé à des investisseurs et des capitaux privés, ceux- là même qui vont, quoi qu’il arrive et par le jeu de la concurrence, se faire avaler par des entreprises plus grosses. Ainsi, de la main de l’État ces services publics seront transférés aux mains des multinationales. Dans les pays pauvres ce sont les matières premières qui sont privatisées, l’eau restant l’exemple le plus frappant !

Contrôle des populations


La société moderne, c’est la société du « tout marchand ». Plus l’on connaît le consommateur, plus on sait ce qu’il consomme aujourd’hui et consommera demain. Les technologies d’information se multiplient, s’améliorent, s’étendent. Nulle limite désormais à la connaissance d’un individu, plus il consomme plus on sait qui il est, comment le faire consommer et comment l’influencer. Du mondialisme institutionnel on passe ainsi au mondialisme individuel : la standardisation des esprits. C’est un contrôle permanent de vos choix qui ouvre à l’élite bureaucratique des marches de manœuvres de plus en plus grandes.

Le code barre apparaît au début des années 80. Il est le symbole d’une donnée numérique destinée à une lecture automatisée par un capteur électronique. Dans le commerce européen, celui-ci est appelé code-barres EAD (créé par la société GENCOD) composé de trois barres principales autrefois symbolisés par le chiffre 6. À la fin des années 80 apparaît la « carte à mémoire » permettant de numériser et de garder en mémoire les achats d’un individu. Depuis, elle s’est généralisée (Moneo, Calypso, Pass Navigo, etc.) et les informations enregistrées ne sont plus seulement commerciales mais aussi personnelles (niveau d’étude, date de naissance, lieu de résidence, etc.). Entre autre, le Pass Navigo permet de connaître les déplacements d’une personne grâce aux transports publics. Les lieux de départs et d’arrivées sont enregistrés dans un terminal et associé à vos informations personnelles.

Avec la création de Velib’ (service public de location de vélo) on suit désormais une personne à la trace. Ce vélo sert en réalité à développer la technologie de la puce RFID (Radio Frequency Identification) qui servira prochainement à un service biométrique offert par Air France et plus tard généralisé dans les aéroports. La puce RFID ne se voit pas, ses informations sont modifiables et elle est consultable sans que l’individu porteur le sache. Cette puce réagit aux ondes radio et transmet ses informations à distance, elle remplacera à terme les codes-barres de nos parents et peut-être facilement implantée sous la peau. C’est déjà le cas pour les animaux de compagnie et ça le sera pour l’être humain une fois la monnaie virtuelle généralisée.

Cette étape sera déterminante. Il existe déjà une puce produite à cet effet, longtemps appelée Digital Angel, ses premiers états de services ont été de « réguler les battements du cœur d’un soldat durant une séance d’entraînement », elle contient une poche de mercure qui, une fois brisée, peut provoquer le décès de son porteur. La présence d’une telle puce sous cutanée pourrait bien agir sur le comportement d’un individu. Si vous stimulez le cerveau d’une personne jour après jour, vous pouvez lui modifier son comportement, changer son identité, altérer l’image qu’il a de lui et surtout vous pouvez augmenter de manière très importante sa subjectivité… une fois atteint ce stade, l’homme n’est plus qu’une marchandise.

Marchandisation de l’homme

La légalisation générale de la recherche sur les cellules souches n’est qu’une question de temps. Le génome humain a été décodé dans sa quasi-totalité. Depuis la fin juillet 2007, le gouvernement britannique a donné son autorisation à la création in vitro d’embryons hybrides humains-animaux à des fins de pseudos « recherches scientifiques ». De telles expériences existent déjà aux Etats-Unis. On vit de plus en plus mal et les consommations généralisées des médicaments chimiques affaiblissent nos défenses immunitaires. Ces mêmes médicaments deviennent, à force d’une utilisation abusive, de moins en moins efficaces. Tôt ou tard c’est sur la génétique de l’homme que l’on va agir. Sous prétexte d’amélioration, on pourra sectoriser le code génétique d’un homme selon son métier et la tâche qu’il aura à accomplir. Ce scénario digne d’un Georges Orwell (« 1984 ») n’est pas un fantasme. Il est la simple amélioration de ce qu’aurait donné l’URSS si elle n’avait pas échoué dans son objectif réel : la création d’un homme standardisé ! Bref, que l’homme descende du singe ou pas, il se pourrait que bientôt, ce soit ce dernier qui descende de l’homme…

Lien intellectuel entre marxisme et capitalisme

Les racines même du marxisme se trouvent dans le capitalisme. Tous les grands dignitaires du marxisme d’autrefois ont été recrutés dans l’élite capitalistique (Marx, Fribourg, Fränkel, Haltmayer, Blum, Adler, Ellenbogen, Braun, Lénine, Trotski, etc.). Ils ont remplacé le socialisme originel par une idéologie tout aussi matérialiste que le capitalisme, basée sur la lutte des classes. Égalitarisme pour l’un (marxisme), libéralisme pour l’autre, ils se rejoignent tous deux dans ce qu’ils appellent eux-mêmes la « raison universelle ».

Quand en 1991 le bloc soviétique s’est écroulé, ses restes ont été absorbés par le capitalisme. À la chute du bloc soviétique, le mondialisme est né et a pris le relais. Le néo-conservatisme est la nouvelle phase connue de la politique libérale, celle-ci fut instituée par Irving Kristol et Robert Kagan, tout deux d’anciens trotskistes. Il en est de même pour Dick Cheney qui est un passionné de la stratégie de la guerre permanente théorisée par Léon Trotski. Nathan Glazer, Daniel Bell, Seymour Martin Lipset, etc. tous les penseurs du néo-conservatisme sont trotskistes, parce qu’une seule et même évidence apparaît dans les débouchés et la philosophie réelle du capitalisme comme du marxisme : ils ne font qu’un. Ils s’achèvent dans une seule et même réalité :

L’étatisation marxiste n’aboutit pas à l’anarchie, l’individualisme libéral n’aboutit pas à l’homme divin, ils aboutissent tous deux à un gouvernement mondial dont les informations partent du sommet pour arriver à la base. C’est ce qui est en train de se réaliser aujourd’hui ! « Si on ne peut vaincre quelqu’un, alors on doit le posséder » voilà qui pourrait être la devise des technocrates…


Dernière édition par gauchenationale le 13/11/2008, 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gauchenationale

avatar

Nombre de messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Condensé sur la mondialisation   13/11/2008, 14:03

Sur le plan mondial : Quatre opposants dont deux alliés majeurs !

- Le Vénézuélien Chavez et l’Iranien d’Ahmadinejad qui, par leurs politiques nationalistes agressives, emmerdent profondément la communauté internationale. Leurs atouts principaux restent les ressources naturelles diversifiées : or, diamants, charbon, énergie hydroélectrique. Une exploitation rationnelle de ces richesses pourrait, dans l'avenir, modifier la donne. Malheureusement, si ces deux gouvernements font de leurs nations des opposants à l’ordre mondial, leurs marches de manœuvre sont très limitées. Un simple exemple : aucune de ces deux nations ne possèdent de forces nucléaires réelles.

- La Chine, qui, par sa forte population et son absence de protection sociale, jouit d’une force de main d’œuvre actuellement inégalable (sauf peut-être par l’Inde, dans un futur « possible »). À elle seule, par ses actifs en dollars, elle peut déclencher une crise financière aux Etats-Unis. Il lui suffirait pour ce faire de mettre sur le marché ses bons du Trésor ou de retirer tous ses dollars à l’aide de la Banque populaire chinoise. Ce sont ses tensions sociales internes et sa récente entrée au sein de l’O.M.C. qui constituent des obstacles majeurs à un engagement plus grand sur le plan mondial de ce pays.

- La Russie et son président : Vladimir Poutine. La mondialisation persistant, la Russie s’affirme comme un médiateur de plus en plus incontournable entre les nations du monde. En cas de conflit entre la Chine et les Etats-Unis, le choix de la Russie serait déterminant pour la suite des évènements. Cette carte, ainsi que l’indépendance dont fait preuve le gouvernement russe sur le plan mondial, permet à ce pays d’avancer ses pions, étant même dans la possibilité de proposer un bouclier antimissile (avancée technologique d’importance géostratégique) à l’instar des Etats-Unis. Le regard de ce pays reste encore tourné sur l’Europe et son influence est encore grande dans les états d’Asie centrale, de Transcaucasie et d’Europe de l’Est. Deux obstacles s’opposent à la Russie : Elle perd de plus en plus de terrain (encerclée par les fameuses « Révolutions oranges » téléguidées par la C.I.A.) et une situation territoriale qui se limite aujourd'hui à une multitude d’axes de progression et de lignes de front entre populations autochtones et allochtones dont les conflits ne cessent d’éclater aux frontières du pays (Krasnodar en est l’exemple type).

Un enjeu important : le Proche-Orient

Le Proche-Orient est une zone essentielle pour les prochains enjeux géostratégiques. Tout d’abord parce qu’elle permet d’encercler les deux derniers opposants majeurs à la mondialisation politique. Ensuite, cette région possède 70% des réserves mondiales de pétrole et d’importantes ressources en matières premières. Enfin, parce qu’elle présente une carte maîtresse pour les Etats-Unis : l’Etat d’Israël. Ce n’est pas pour rien si les institutions mondiales posent toujours l’Etat d’Israël en médiateur pour toute négociation entre pays arabes et européens : le résultat sera toujours l’échec des pourparlers. Son surdéveloppement économique face aux pays de la région, son emplacement géographique et son engagement au sein de la politique mondiale, l’impose à tous !

La destruction de l’identité européenne, résultat logique du mondialisme

L’OMS l’a prédit : « C'est peu après 2200, en Finlande, que naîtra le dernier (vrai) blond de la planète. » Ce gène récessif, autrefois majoritaire en Europe, à une époque ou la population de ce continent représentait 30% de la population mondiale, est en train de se perdre dans les méandres du métissage. Notre analyse est-elle une attaque faite au métissage ? Non, c’est un constat, et il y a une raison à cela ! De même, le phénomène de la “blond joke” est né sous la pression du politiquement correct outre-Atlantique, selon la loi physique des vases communicants : toute autre galéjade visant une minorité quelconque étant taxée de raciste, xénophobe, homophobe… et aussitôt proscrite, les beaufs américains se sont rabattus sur la seule minorité que personne ne s’avise de défendre : les blondes. En étouffant le type blond on tend à faire disparaître les physionomies qui y sont liées. Le mondialisme tente par tous les moyens de briser l’identité européenne.

Un seul Etat européen libre suffirait à faire échec à la mondialisation

Si l’un des pays européens les plus développés sortait enfin du système mondialiste pour s’y opposer, il trouverait comme alliés la Chine, la Russie, l’Iran, le Venezuela, les pays d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Asie… il pourrait sortir du carcan totalitaire de l’Union européenne et bloquer ses méfaits. En bref, il pourrait tout aisément inverser la vapeur ! Les pays scandinaves, compte tenu de leur organisation sociale, de la santé publique, de l’éducation etc. pourraient devenir la future grande puissance de l’Europe, mais leur démographie actuelle et leurs gouvernements (qui sont les mêmes que pour tout pays développé) ne le leur permettent pas. Les pays d’Europe les plus affirmés sont encore actuellement la France, l’Angleterre et l’Allemagne. L’Angleterre est parasitée par un mondialisme qui lui est culturellement attaché, par la position qu’elle tient depuis ces derniers siècles. S’opposer au mondialisme, n’est pas dans ces intérêts directs. Il ne reste donc plus que deux pays capables de briser le cercle infernal du mondialisme en un coup de massue : la France et l’Allemagne. Une remarque cependant, en Europe jusqu’à peu de temps encore, la France produisait son propre équipement militaire. Elle possède des atouts stratégiques que l’Allemagne ne possède pas. L’aveuglement de sa population est sa principale faiblesse, l’éducation nationale étant une véritable « fabrique de crétins courant vers l’autodestruction ».

Paru dans LaCocarde n°16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Condensé sur la mondialisation   13/11/2008, 17:45

chavez opposant quand même avec l'union sud-américaine ?

poutine,ami de schroeder qu'il a nommé à gazprom pendant qu'il travaille aussi pour la banque rhotschild.
poutine qui était liè au groupe mondialiste,la fondation bertlesman via s ou se rencontre les mondialistes kissinger,trichet et les mondialistes allemand.
medevev qui part discuter de gouvernance mondiale à la world policy conférence chez thierry de montbrial en personne.
On efface l'ardoise de la Tchetchénie aussi ?

La Chine qui fait partie de l'union asiatique(ASEAN) et qui pratique la politique eugéniste...


ne pas confondre mondialisation et mondialisme.
Revenir en haut Aller en bas
 
Condensé sur la mondialisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mondialisation vaut-elle le coup ?
» J'ai du mal à comprendre la mondialisation !
» Haute Couture ...
» [TUERIE ANTI-REGIME] Caramels mous au beurre salé
» Facebook

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: