Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'OTAN : Vers des frappes nucléaires préventives ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
damfr



Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: L'OTAN : Vers des frappes nucléaires préventives ?   2/3/2008, 11:57

« Afin de pouvoir faire face à ces nouvelles menaces « asymétriques », des militaires confirmés ayant exercés des responsabilités aux plus hauts niveaux de la hiérarchie des forces armées de leur pays proposent un « sursaut stratégique » qui envisage l’utilisation préventive de l’arme nucléaire « en premier », même s’il est dit qu’elle doit être un « instrument ultime ». Une pareille annonce, à un tel niveau est un évènement majeur. » Claude Nicolet, Secrétaire national du MRC aux Relations Internationales, analyse les implications du rapport récemment adressé à l’OTAN.

"Ce document doit être considéré avec beaucoup de sérieux et d’attention. Tout d’abord parce qu’il n’est pas rédigé par n’importe qui. Le général américain John SHAlIKASVILI ancien commandant en chef de l’OTAN en Europe, le maréchal britannique Lord Peter INGE, le général allemand Klaus NAUMANN ancien président du comité militaire de l’OTAN, le général néerlandais Henk van den BREEMEN, l’amiral français Jacques LANXADE ancien chef d’état major de l’armée française."

La suite

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1771
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'OTAN : Vers des frappes nucléaires préventives ?   31/8/2012, 20:04

Comme d'habitude je cherche un billet avec les bons mots OTAN et NUCLEAIRE....Ici c'est parfait.

Les bombes nucléaires américaines restent en Europe
Par Jean-Jacques Mevel 23/04/2010


Photo d'Hillary Clinton, moins je la vois mieux je me porte
Hillary Clinton a rappelé, vendredi à Tallinn, que « l'Otan restera une alliance nucléaire aussi longtemps qu'il subsistera des armes nucléaires » à travers le monde.

Citation :

Hillary Clinton exclut de retirer les armes stockées dans les bases de l'Otan.

L'Allemagne va devoir prendre son mal en patience : Hillary Clinton exclut dans l'immédiat le retrait de plus de 200 bombes nucléaires tactiques américaines voulu par le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, en compagnie de ses collègues belge, luxembourgeois, néerlandais et norvégien.

La secrétaire d'État américaine a remis les pendules à l'heure lors d'une réunion de l'Alliance atlantique à Tallinn, capitale d'une Estonie naguère soviétique. « L'Otan restera une alliance nucléaire aussi longtemps qu'il subsistera des armes nucléaires » à travers le monde et « le partage des risques et des responsabilités » reste son principe fondateur.

Se retrouve ainsi tué dans l'œuf le « grand débat sur la politique nucléaire de l'Otan » poussé début mars par les cinq capitales du nord de l'Europe. L'alliance, née de la guerre froide, travaille certes à un « concept stratégique » dépoussiéré pour le XXIe siècle. Mais, prévient Washington, elle ne saurait fragiliser sa clef de voûte : l'assistance mutuelle et la solidarité inscrites dans l'article V. En clair, l'Allemagne ne peut pas se défaire des armes qui viennent avec le parapluie nucléaire américain.

Plus de 200 bombes atomiques B-61 hantent encore les bases aériennes de l'Otan en Europe. Les États-Unis et l'Alliance ont toujours tenu secret le nombre et l'emplacement de ces engins. Militairement obsolètes, électoralement embarrassants, ils restent malgré tout le symbole de l'engagement nucléaire des États-Unis sur le Vieux Continent.

Divergences européennes

D'autres capitales européennes se sont agacées de l'initiative de désarmement lancée avec Berlin. En compagnie du Royaume-Uni, la France voit d'un mauvais œil toute dénucléarisation européenne qui conduirait des alliés à remettre en question sa force de dissuasion autonome. La lettre des Cinq n'est pas non plus du goût des voisins de la Russie, qui s'inquiètent de voir l'Otan baisser sa garde.

L'Italie et surtout la Turquie, qui héberge de nombreuses bombes B-61 sur son territoire, brillent enfin par leur absence dans la requête des cinq capitales. Ankara a beau entretenir les meilleures relations avec Téhéran, tout porte à croire que la Turquie chercherait à se doter d'armes nucléaires si l'Otan devait la laisser désarmée face à l'Iran. Il n'a donc pas été trop difficile pour Clinton de faire comprendre à ses alliés qu'on en resterait là.

Aux divergences européennes s'ajoute l'intérêt bien compris des États-Unis dans le marchandage nucléaire avec la Russie : les B-61 peuvent servir de monnaie d'échange si la négociation s'élargit un jour à l'arsenal tactique hérité de l'Union soviétique. Fusées sol-sol ou missiles air-sol, ces armes du champ de bataille comprendraient environ 2 000 charges nucléaires du côté russe, selon les experts occidentaux.




Le Quotidien - Agences
pas de datation

Citation :


La plupart des bases aériennes européennes abritant des bombes nucléaires américaines ne respectent pas les exigences de sécurité requises par le Pentagone, selon un rapport interne de l'armée de l'Air américaine publié par une association de scientifiques.

Des clôtures, des illuminations et même certains bâtiments nécessitent des réparations, et les gardes de sécurité n'ont pas la formation ni l'expérience nécessaires, selon ce document publié par la Federation of American Scientists (FAS), fondé sur l'enquête d'une équipe de 30 personnes.

«Un thème récurrent dans les visites a été que la plupart des sites ont besoin de ressources supplémentaires significatives pour atteindre les normes de sécurité du ministère de la Défense» américain.

Dans certaines bases, des conscrits militaires ayant moins d'un an d'expérience d'active avaient la tâche d'éviter les vols de ces armes, selon le rapport.

Hans Kristensen, qui a posté le rapport sur son blog de la FAS, a estimé que ce document pourrait conduire les États-Unis à rassembler ses armes nucléaires sur un nombre plus réduit de bases européennes.

Des bases aériennes de six pays de l'OTAN, notamment la Belgique, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie, abritent plusieurs centaines de bombes thermonucléaires américaines: de 200 à 350 bombes B-61, selon des estimations non officielles.

Selon l'hebdomadaire Time, des verrous de sécurité empêcheraient à des voleurs de faire exploser une bombe B-61 - en revanche, des composants nucléaires pourraient être récupérés pour fabriquer une «bombe sale».

Un résumé du même rapport de l'armée de l'Air avait déjà révélé en février une bévue majeure, le survol le 30 août d'un B-52 chargé de six missiles de croisière au-dessus des États-Unis sans le feu vert des officiers compétents.

La livraison erronée en 2006 à Taïwan de composants de missiles nucléaires américains vient ainsi de contraindre à la démission les patrons civil et militaire de l'US Air Force, Michael Wynne et le général Michael Moseley.


13 - Les USA ont un stock de 90 bombes nucléaires
de type B61 en Turquie




Citation :

Ajoutée par Stef2892 le 31 janv. 2011

CHOQ.FM - François Marginean pour l'Autre Monde - 27 janvier 2011 - 13 -

Les autres parties de l'Autre Monde du 27 janvier 2011 c'est ici :
http://www.youtube.com/user/Stef2892#grid/user/715B18BBBFB14BC5

Télécharger l'émission intégrale du 27 janvier 2011 pour une écoute audio au format mp3 ici :
http://archives.choq.fm/2011-01-27/128_129.mp3

Suppléments

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'OTAN : Vers des frappes nucléaires préventives ?   10/9/2012, 01:18

Pluton ressort des enfers
par Manlio Dinucci

En violation des traités internationaux, l’Italie —comme d’autres États alliés des États-Unis— abrite un dépôt de bombes nucléaires US. Ce site très secret est en cours de rénovation sans que l’on sache quelle activité inavouable se cache dans ses souterrains.
Réseau Voltaire | Rome (Italie) | 5 septembre 2012

Citation :

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue.
Derniers ouvrages publiés : Geograficamente. Per la Scuola media (3 vol., Zanichelli, 2008) ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, DeriveApprodi (2005).


Citation :



Une B61 sur le point d’être chargée

« Site Pluto » (Site Pluton) était pendant la Guerre froide le plus grand dépôt d’armes nucléaires de l’US Army en Italie. Dans ses souterrains, sous la colline de Longare (Vicence), étaient gardés plus de 200 engins nucléaires « tactiques » : des missiles à courte portée, des projectiles d’artillerie et des mines de démolition. Prêts à déclencher l’enfer nucléaire sur le territoire italien. Inactivé officiellement en 1992 comme dépôt, le site a été en partie affecté à des communications satellitaires. Il est, ainsi, quasiment tombé en léthargie.

À présent cependant Pluton est en train de se réveiller, prêt à assumer de nouveau sa pleine fonction guerrière. Des travaux sont en cours à l’intérieur de son périmètre fermé et surveillé. Le projet prévoit la construction d’un édifice de 5 000 m2, dans lesquels seront entraînés avec des technologies d’avant-garde les soldats étasuniens, surtout ceux de la 173ème brigade basée à Vicence. Personne par contre ne sait quelles réelles activités se dérouleront derrière son mur de « protection », haut de 6 mètres. Ni, non plus, à quel usage seront affectés les souterrains du site. Les mystères de Pluton continuent ainsi, sous la chape du secret militaire, garanti au Pentagone par les accords secrets entre les deux gouvernements.

Aucun mystère par contre sur le fait que la réactivation du site entre dans le renforcement de tout le réseau de bases militaires étasuniennes dans le territoire de Vicence : c’est là que s’est installé l’US Army Africa, et la 173ème brigade potentialisée a été autorisée en 2007 par le gouvernement Prodi [1] à construire une nouvelle base dans l’aire de l’aéroport Dal Molin.

Ici s’ouvre donc un scénario encore plus inquiétant : comme déclaré par Francesco Cossiga [2] le 28 février 2007 au sénat, la 173ème brigade est « un instrument du plan de dissuasion et de rétorsion, y compris nucléaire, appelé Pointe de diamant ». Les USA —confirme la Fédération des scientifiques américains (étasuniens, NdT) dans un rapport de mai 2012— maintiennent 50 bombes nucléaires par avion à Aviano (région de Pordenone, Frioul-Vénétie-Julie) et 20 à Ghedi Torre (Brescia). Ce ne sont pas des résidus guerriers de la Guerre froide, mais d’efficientes bombes B-61, plus de dix fois plus puissantes que celle d’Hiroshima, qui, par lots, seront remplacées par une nouvelle bombe nucléaire, la B61-12, beaucoup plus puissante. Les bombes sont gardées dans des hangars spéciaux avec les chasseurs prêts pour l’attaque nucléaire : des F-16 étasuniens à Aviano et des Tornado italiens à Ghedi Torre. L’aéronautique italienne a participé à la manœuvre étasunienne de guerre nucléaire « Steadfast Noon », en mai 2010 à Aviano et en septembre 2011 à Volkel AB en Hollande. Il n’est donc pas exclu que le « Site Pluto » exhumé servira aussi à des manœuvres de guerre nucléaire et éventuellement, à nouveau, comme dépôt et centre de manutention d’armes nucléaires. Surtout quand les F-16 et les Tornado seront remplacés par les chasseurs F-35 de cinquième génération, pour lesquels a été projetée la nouvelle bombe nucléaire B61-12. Au lancement de laquelle se prépareront aussi les F-35 italiens.

L’Italie continuera ainsi à violer le Traité de non-prolifération qu’elle a souscrit, s’engageant solennellement à « ne pas recevoir de quiconque des armes nucléaires, ni le contrôle sur de telles armes, directement ou indirectement ». On cèle ceci et d’autres choses dans les souterrains de « Site Pluto », sur la superficie duquel sera construit un édifice qui, a-t-on garanti, sera à faible impact environnemental, doté de panneaux photovoltaïques pour ne pas polluer.

Manlio Dinucci



[1] Gouvernement Prodi de “centre gauche”

[2] Francesco Cossiga fut président de la République italienne de 1985 à 1992.


Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

http://www.voltairenet.org/Pluton-ressort-des-enfers


PS Le journal LeMonde c'est prit un article de voltairenet dans la tronche mémorable....de plus Robert Faurisson à lui aussi dézinguer ce même "journal" avec un petit scoop sur Jacqueline Piatier, qui lui même est la suite de nombreux articles sur LeMonde..... Faut pas faire chier pépé Robert il a des cartons magiques.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
L'OTAN : Vers des frappes nucléaires préventives ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens
» Pourquoi et comment les déchets nucléaires sont-ils retraités à La Hague ?
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» Stockage de déchets nucléaires.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: