Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les relations douteuses du Dalaï Lama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 09:34

Bonjour tout le monde, voilà un article que je voulais partager l'ayant lu sur alterinfo (mais dans les sujet bloqués). La source de cet article étant sur le blog http://lepetitblanquiste.blogs.letelegramme.com/


Les relations très douteuses du "dalaï-lama"


Dans un communiqué, daté du du 15 août 2008, la Fédération nationale de la Libre Pensée exprimait sa ferme opposition à toute réception, tant du dalaï-lama, que du pape, par une quelconque autorité de la République, conformément à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

Concernant, plus particulièrement, le "dalaï-lama" et le Tibet, le communiqué ajoutait :

« Rappelons que le daïla-lama a été formé par le Waffen SS, Heinrich Harrer.
Pour juger du caractère "démocratique" du Tibet, laissons-lui la parole dans son ouvrage Sept ans d’aventure au Tibet :
"La domination qu’exerce les moines du Tibet est absolue. C’est l’exemple type de la dictature cléricale".
Il est stupéfiant de remarquer que le dalaï-lama actuel, en 1994, a voulu réunir à Londres des personnalités occidentales ayant connu un Tibet indépendant.
Sur les sept personnalités, il y avait les deux Waffen SS, Harrer, l’alpiniste, et Beger, l’ethnologue d’Auschwitz [1], et un diplomate chilien du nom de Miguel Sorano [*] qui a fait carrière dans le sillage de Kurt Waldheim, en étant proche de Pinochet et des communautés nazies du sud du Chili ».

[*] L'encyclopédie Wikipédia écrit Miguel Serrano, diplomate chilien et figure majeure de l’hitlérisme ésoterique.




Tenzin Gyatso, dit "le dalaï-lama", en compagnie de son ami, le nazi autrichien Heinrich Harrer


Le même Heinrich Harrer à la gauche du chancelier Adolf Hitler

Heinrich Harrer est né le 6 juillet 1912 et mort le 7 janvier 2006. Il s'engage, en 1933, dans les SA (Sturmabteilung), puis en 1938, après l'invasion de l'Autriche par l'Allemagne, dans les SS (Schutzstaffel). Après avoir réussi l'ascension de la première face nord du mont Eiger, le 24 juillet 1938, il devient une des vedettes du régime nazi.
En 1939, alors qu'il est en Inde pour préparer l'ascension du Nanga Parbat, une montagne de l'Himalaya, il est fait prisonnier par les Britanniques. Il s'échappe en mai 1944 et part se réfugier dans les montagnes tibétaines. Il entre à Lhassa en février 1946 où il devient le précepteur du jeune Tenzin Gyatso, le futur "dalaï-lama".
Il quitte le Tibet pour revenir en Autriche, lors de l'arrivée de l'armée populaire chinoise en 1950.

En 1952, Heinrich Harrer, publie un livre Sept ans d'aventure au Tibet dont, en 1997, Jean-Jacques Annaud tirera un film, Sept ans au Tibet. Ce film alimentera une polémique sur les liens du "dalaï-lama" avec son précepteur nazi. Les publications émanant des bureaux du "dalaï-lama" ont d'abord nié cette relation, puis prétendirent que le séjour de Harrer au Tibet fut une "rédemption".

En fait, la présence de Heinrich Harrer au Tibet, durant l'été 39, fait suite à une expédition très officielle, dirigée par un certain E. Schäfer, nommé, en 1936, SS-Untersturmführer de l'état-major de Himmler.
Organisée par l'Ahnenerbe [2], cette première expédition avait pour mission la recherche des origines de la race aryenne.
Un des membres de cette expédition était l'ethnologue Beger qui s'illustrera plus tard à Auschwitz par de prétendues recherches scientifiques sur la race aryenne.
Les fantasmes nazis reposaient sur une hypothétique présence d'aryens purs aux confins du Tibet ou de l'Afghanistan. Le Nanga Parbat, objectif de l'expédition Heinrich Harrer, est précisément dans cette région. Rappelons aussi que la croix gammée elle-même est un symbole solaire de la religion traditionnelle tibétaine, choisi comme tel par Adolf Hitler.


Inde, 2008 : Manifestants tibétains, partisans du "dalaï-lama" (photo de l'agence italienne ANSA)

[1] Le Hauptsturmführer Bruno Beger appartenait à l’Ahnenerbe (voir [2]). Compte tenu de la pénurie de "commissaires judéo-bolcheviques", Bruno Beger fut envoyé à Auschwitz rechercher 115 détenus (79 hommes juifs, 30 femmes juives, 4 originaires d’Asie centrale et 2 Polonais). Ils furent mis en quarantaine et, avec la collaboration d'Eichmann transférés à Natzweiler, où ils furent gazés. Les cadavres furent rapatriés à Strasbourg et mis de côté pour des études raciales.
[2] L’Ahnenerbe, est une organisation formée par la SS, en 1939, pour explorer "la sphère, l’esprit, les hauts faits et le patrimoine de la race indo-européenne nordique". Le président de l’organisation était Himmler, son directeur commercial le Standartenführer Sievers, et l’un de ses chercheurs le Hauptsturmführer Prof. Hirt, directeur du département d’anatomie de l’université du Reich, à Strasbourg.

Sources :
- Interview de George André Morin, France Culture, 10 septembre 2006.
- La Destruction des Juifs d’Europe, Raoul Hilberg, Fayard Ed., p. 819, 820. Extraits sur le site : http://www.judaicultures.info/camp-de-concentration-du-struthof.html
- Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/mysticisme_nazi

JPD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 11:42

SS Ahnenerbe, c'était pas encore sorti : c'est fait.

Bon, c'est un sujet où il y'a beaucoup à dire. Commençons par faire remarquer une idée générale. Le régime NS reste dans l'imaginaire collectif l'exemple absolu du mal. C'est avant tout en raison de la question des "6 Millions de juifs exterminés".

Premier problème : il est impossible d'avoir un débat sur la question et c'est à un point que le F-N Bruno Gollnish a été condamné pour avoir seulement dit que selon lui, "c'est aux historiens de débattre de la question". [de l'extermination].

On peut continuer longtemps à s'exciter sur les liens de la famille Bush avec ci ou avec ça, sur tel ou tel apparition de tel ou tel symbole ça et là ; on passe à côté de l'essentiel. Il y'a une loi quasi divine donc qui dicte ce que l'on doit penser du IIIe reich et cette loi va jusqu'à condamner ceux qui estiment qu'elle est trop contraignante ! C'est donc une loi absolue, incontestable.

Il faut absolument ressentir ce que cette loi a de tout particulier. Vous ne devez même pas penser (dire encore moins) autrement que ce qu'ON vous enseigne.

Voilà donc 60 ans que le régime NS sert d'épouvantail. C'est à ce point qu'il y'a un syndrome du reductio ad hitlerum : en bref tout le monde est hitler. C'est Bush c'est Saddam, c'est Sarkozy, c'est Dieudonné, c'est le Dalaï-Lama, c'est Chavez, c'est Poutine etc etc etc etc etc. Enfin, vous verrez, si vous y prêter attention qu'il n'y a pas un jour sans qu'un nouvel Hitler apparaît.

Pendant ce temps, ayant remplacé l'Eglise dans le coeur des gens (désormais appelé "consommateurs"), la société capitaliste a désigné aux masses ce qu'est le DIABLE.

Comme cela est devenu un dogme inviolable, on voit toujours toutes sortes de tentatives peu inspirées de montrer que ce qui n'est pas bon sur terre a un rapport avec.... Hitler... Eh oui, logique, le mal ne peut venir que du DIABLE.

Mais les faits ?

Que le Tibet soit un régime clérical très dur, c'est un débat qui mérite d'exister et, en effet, la Chine communiste n'avait, dans un certain sens, peut-être pas tout à fait tort dans sa volonté d'éradiquer un système d'un autre temps.

Mais au fond, les liens avec les SS prouvent quoi au juste ?

- D'abord, bien entendu, si Hitler est le démon, les SS sont ses diablotins : logique. Donc dès qu'apparaissent les deux runes SS, on sait que c'est forcément mal. La télé, les médias le martellent et le message est bien passé.

- Ensuite, un médecin à Auschwitz, eh bien même schéma, c'est forcément un type qui greffait des mains à la place des pieds et des pieds à la place des mains pour voir ce que ça donne, pour faire des "expériences". Là encore, pas bon.

- Pour finir, les SS se lèvent tous le matin en ne pensant qu'à une chose : la race aryenne. Tout ce qu'ils font n'a qu'un but, la race aryenne. S'ils jouent au foot, c'est pour la race aryenne, s'ils vont faire les courses, c'est pour la race aryenne, s'ils partent en expédition, c'est pour la race aryenne; Donc au Tibet, ils y vont : pour la race aryenne.

Ne sentez-vous donc pas que le système agite un épouvantail fallacieux ?

SS Ahnenerbe :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 12:10

Il existe une légende selon laquelle les Aryens, conduits par Thor, fuirent un cataclysme pour aller s'installer dans l'ancien Tibet. Sven Hedin, l'explorateur suédois de l'Asie centrale et profonde, alla jusqu'au Tibet. Il était un ami d'Hitler et un franc admirateur de l'Allemagne nationale-socialiste. Comme nous le verrons, le régime national-socialiste doit avoir connu beaucoup sur le Tibet et a dû maintenir des contacts avec ce pays éloigné. On raconte que la SS finança diverses expéditions jusque-là, et à présent cela semble bien indiquer quelques-uns des liens qui ont été finalement découverts. Que les Allemands furent autorisés à entrer dans un pays interdit aux autres étrangers semble bien indiquer que le Dalaï Lama de l'époque était un admirateur enthousiaste de Hitler. [Photo: Expédition de la SS au Tibet (1939)]

Intérêts occultes et géopolitiques

Dès le début des années 20, alors que le mouvement national-socialiste luttait pour le pouvoir, le théoricien de la géopolitique, le Prof. Karl Haushofer, enseignait à ses élèves l'importance géopolitique de l'Asie centrale et du Tibet. Parmi ces élèves se trouvait Rudolf Hess, qui présenta Haushofer à Hitler dans la prison de Landsberg où ce dernier était enfermé, en résultat du Putsch de Munich en 1923. Haushofer avait servi dans l'Etat-major impérial en Orient, et avait étudié le mysticisme du Japon et de l'Inde. Il pensait que la race indo-européenne était originaire de l'Asie, et que le contrôle de la région était déterminant pour la puissance mondiale germanique.

Le Palais du Potala
Le Palais du Potala à Lhasa

A cette époque il y avait deux sociétés secrètes opérant en Allemagne, qui eurent une influence durable sur le National-socialisme, et particulièrement sur la SS qui avait créé un service spécialement pour explorer les questions occultes: «l'Héritage ancestral» (Ahnenerbe). Ces deux sociétés étaient «Thulé» et «Vril». La société du Vril était basée sur les idées exposées par le rosicrucien Sir Bulwer Lytton dans son livre «The Coming Race». Lytton affirmait qu'il existait une énergie psychique d'une puissance immense, latente chez la plupart des humains, mais utilisée par des adeptes vivant au Tibet. On dit que Haushofer initia Hitler à la fois aux concepts du Vril et à ses propres idées géopolitiques.

Curieusement, il y avait déjà une communauté tibétaine résidant en Allemagne, avec son propre Lama. Alors que de nombreuses affirmations fantaisistes sont faites dans des livres pseudo-érudits sur le Troisième Reich, une des plus curieuses est l'affirmation qu'un grand nombre de Tibétains en uniforme allemand furent trouvés au milieu des ruines de Berlin par l'Armée soviétique. Un article récemment publié par le journal américain The New Order a jeté une lumière digne de confiance sur quelques-unes de ces connexions tibéto-allemandes, étant basé sur l'autobiographie de l'actuel Dalaï Lama.

Mein Kampf en tibétain

Pendant les années 20, le Dalaï Lama s'appelait Thutpen Gyatso. C'était un intellectuel d'une intelligence impressionnante qui cherchait à réaliser un équilibre entre la technologie occidentale et la spiritualité orientale. Il avait entendu parler de Hitler lorsque le mouvement national-socialiste était encore en train de lutter pour le pouvoir. Parmi les nombreux livres européens que le Dalaï Lama avait traduit, se trouvait Mein Kampf. Il annota son exemplaire avec des commentaires enthousiastes et souligna ses passages favoris à pratiquement chaque page. De Hitler il disait : «Le Inji (l'honorable étranger) est assisté par Dieu pour quelque haute entreprise dans cette vie.»

Il pensait aussi qu'il y avait un lien entre le Tibet et le nazisme, car la svastika était le symbole à la fois du National-socialisme et des moines-guerriers de l'ancien Bouddhisme Bôn. Il notait aussi qu'il existait certaines similarités entre les doctrines nationale-socialiste et bouddhiste, particulièrement le fait que servir son peuple est le devoir -- dharma -- le plus élevé dans la vie. Par conséquent quand Hitler devint Chancelier en 1933 il reçut de chaleureuses félicitations depuis le lointain Tibet.

Tibétains en uniforme allemand

Pendant les années 40, des volontaires tibétains formèrent des brigades rattachées aux régiments cosaques, qui combattaient le communisme aux côtés de l'Allemagne nationale-socialiste. Les Tibétains, avec leur endurance aux grands froids et leur refus de se rendre, furent parmi les combattants les plus acharnés contre les soviétiques. Ils étaient des cavaliers exceptionnels et menèrent quelques-unes des dernières charges de cavalerie de l'histoire. C'étaient les restes de ces brigades que l'Armée soviétique trouva dans les ruines de Berlin, ayant combattu jusqu'au dernier.

Après la guerre, le Tibet reçut ces combattants nationaux-socialistes qui purent rejoindre ce sanctuaire. Parmi ceux-ci se trouvait un Autrichien, Heinrich Harrer, qui devint un proche confident du nouveau Dalaï Lama, Tenzin Gyatso. Dans son autobiographie, Tenzin raconte que Harrer était un personnage délicieux et plein d'humour. Il parlait couramment le tibétain et était très aimé des Tibétains. Harrer s'était évadé avec un autre prisonnier d'une prison britannique en Inde pendant la guerre, et tous deux avaient vécu comme des nomades avant d'atteindre Lhassa. Harrer et Tenzin se rencontrèrent pour la première fois en 1948. Pendant une année et demi, avant que Harrer ne parte, ils se rencontrèrent environ une fois par semaine. «De lui je pouvais apprendre des choses sur le monde extérieur et spécialement sur l'Europe et la récente guerre.»

Quelques années plus tard, les Tibétains furent à nouveau en première ligne du conflit entre les conceptions matérialiste et spirituelle/ archétypale. Bien que les 80 000 hommes de la Chine Rouge submergèrent les 8 500 Tibétains, le Dalaï Lama remarqua : «Il est nécessaire de dire que les Chinois perdirent un grand nombre d'hommes dans leur conquête du Tibet.»

Nationalistes «Völkisch»

Même si Tenzin est présenté comme un pacifiste internationaliste par les médias et si le monde libéral condescendant lui jette une aumône comme le Prix Nobel de la Paix, pendant que son pays est asservi par les génocideurs chinois, Tenzin reste un opposant de ces forces matérialistes acharnées à mener l'humanité à une grisaille universelle. Il est, comme les nationaux-socialistes pour qui ses compatriotes combattirent autrefois, un partisan de la diversité ethnique et nationale.

Parlant à la Conférence des Religions du Monde à Chicago en 1993, il dit que les frontières séparant les différents peuples à travers le monde n'étaient pas mauvaises si elles préservaient et définissaient les identités génétiques et culturelles. Il exposa que ces différences devaient être conservées de façon à ce que l'individu ait son propre sens de l'identité. Tenzin est totalement opposé au Mondialisme, disant des internationalistes: «Ils ne voient pas que la soi-disant «diversité culturelle» qu'ils prétendent admirer disparaîtrait dans un système mondialiste. Non, la véritable «diversité culturelle» valorise les réalisations matérielles et spirituelles d'un peuple spécifique, différent de tous les autres de la planète. Par conséquent cela ne peut pas exister sans les barrières qui séparent et identifient une culture par rapport à une autre.»

Aujourd'hui, alors que les Tibétains sont exilés et exterminés, leur cause devrait être soutenue par tous les nationalistes «völkisch», de même qu'autrefois les Tibétains eux-mêmes donnèrent leurs vies au service du «dharma völkisch», depuis leur lointaine patrie, jusqu'aux steppes russes et aux ruines fumantes de Berlin. Ce que cherchaient les nazis dans l’Himalaya ...

Aucune expédition de l’Ahnenerbe n’a autant fait parler d’elle que celle qu’entreprit, avant le commencement de la guerre mondiale, un groupe de cinq chercheurs allemands, accompagnés de 20 volontaires des SS. Pour certains prétendus « spécialistes » de l’ésotérisme il n’y aurait aucun doute que les SS auraient été à la recherche d’un contact avec le « Roi du Monde », d’autres prétendent qu’ils faisaient des recherches sur la « porte secrète de l’Agartha » ...

voir :
http://www.voxnr.com/cc/d_allemagne/EpAFupppEATMdqcsdu.shtml

et

voir a ce sujet les pages 115-116-117 du livre de vanhelsing
http://www.the-savoisien.com/livres/Van%20Helsing%20Jan%20-%20Les%20societes%20secretes%20aux%20XXeme%20siecle.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 13:25

couecav68 a écrit:
Tenzin reste un opposant de ces forces matérialistes acharnées à mener l'humanité à une grisaille universelle. Il est, comme les nationaux-socialistes pour qui ses compatriotes combattirent autrefois, un partisan de la diversité ethnique et nationale.

Je crois qu'il est là LE point qui explique tout.

Notons en outre que si ZOG a tendance à projeter ses propres vices sur le régime NS ainsi chargé de tous les pêchés d'Israël, il n'hésite pas à récupérer, a contrario, ce qui lui plait à son compte. Ainsi Ernst Schafer et Otto Rahn ont directement inspiré le très materialiste Indiana Jones.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 18:19

L’Ahnenerbe (Ahnenerbe Forschungs-und Lehrgemeinschaft), ou Société de Recherche et de Communication pour l’Héritage Ancestral, fut créée en juillet 1935 par Heinrich Himmler, Hermann Wirth (un historien hollandais obsédé par les « Atlantes »), et l’Obergruppenführer SS Walter Darré, chef du Bureau pour la Race et le Peuplement, théoricien de l’idéologie du « Sang et du Sol », et Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les statuts de la société indiquent l’enregistrement d’une organisation ou « club » à but non lucratif, dont le financement est assuré par Darré (et donc le Ministère de l’Agriculture). Cet arrangement prend fin en 1936, laissant Himmler en contrôle total de la société. Bien que nombre de membres du staff académique et médical appartiennent à la SS ou détiennent des grades SS honoraires, l’Ahnenerbe n’est incorporée à la SS qu’à partir de 1940.

L’éditeur Wolfram Sievers devient Reichsgeschäftsführer (gérant) de l’Ahnenerbe en 1935, et Obersturmführer SS en 1937, et atteint le rang de Standartenführer à la fin de la guerre.

L’Ahnenerbe fait partie du plan d’Himmler de créer une « Culture Gemanique » qui, éventuellement, supplanterait la Chrétienté – une sorte de « religion SS » qui servirait de base pour un nouvel ordre mondial. Cette nouvelle culture reposerait sur les croyances « Völkisch ». C’est le rôle de L’Ahnenerbe d’inaugurer un programme de recherche scientifique interdisciplinaire dans le but de réfuter « le point de vue pédant des instituteurs d’écoles secondaires », et de soutenir le « développement de l’Héritage Germanique ».
Bien que les membres de l’Ahnenerbe soient des nazis convaincus, et que la plupart de leurs recherches soient basées sur une pseudo-science raciste, ils rejettent fermement les pensées « occultes » de groupes tel le Thule Gesellschaft (Société Thulé), préférant une méthodologie pragmatique basée sur la génétique, le Darwinisme, et la biologie. L’Ahnenerbe peut être considérée comme une association académique à motivation politique, suffisamment financée pour se permettre conférences, publications, recherches expérimentales, et expéditions coûteuses.

Himmler est « Président du Kuratorium » et détient le véritable pouvoir décisionnaire sur la société. En tant que gérant, Wolfram Sievers en est l’administrateur, et le fonctionnement journalier repose dans les mains du « Kurator » adjoint, le Dr. Herrman Reischle. Le Professeur Walter Wüst rejoint l’Ahnenerbe en 1937, et y remplace le co-fondateur, Hermann Wirth, en qualité de « leader intellectuel ». Wüst, précédemment doyen de l’université de Munich, amène avec lui bon nombre d’érudits. À partir de ce moment, l’Ahnenerbe est financée par la « Fondation Ahnenerbe » (Ahnenerbe-Stiftung), le Forschungsgemeinschaft, les cotisations des membres, et par les « subventions du Reich et de l’Industrie » (y compris les financiers du « Cercle des Amis du Reichsführer » - qui participèrent également au financement du Wewelsburg). Le budget annuel de l’Ahnenerbe s’élève rapidement à 1.000.000 de Reichsmark de l’époque – soit environ 400.000 €.

Malgré le fait que – même à l’époque – les membres de l’Ahnenerbe soient considérés comme des « criminels intellectuels », nombre de savants de tous bords s’enrôlent à partir de 1939. S’engageront également un pourcentage de « chercheurs » cherchant surtout à éviter le service militaire tout en « servant leur pays », puisque l’Ahnenerbe est désormais considérée « essentielle à l’effort de guerre ».

L’Ahnenerbe diffuse les résultats de ses recherches en traditions germaniques vers le grand public, dans le but de les ressusciter. Juste avant la guerre, l’Ahnenerbe crée sa propre maison d’édition à Berlin-Dahlem, édite un magazine mensuel (« Germanien »), et deux journaux de généalogie (« Zeitschrift für Namenforschung » et « Das Sippenzeichen »). L’Ahnenerbe se pourvoit également de 50 « Instituts » divers, et développe plus d’une centaine de projets de recherches extensives.

Certains de ces instituts, surtout ceux responsables des expéditions archéologiques au Tibet, sont assez grands, mais la plupart n’abritent qu’une douzaine de membres. Par exemple : les expériences menées pour transformer l’eau de mer en eau potable sont menées par un contrôleur, trois chimistes médicaux, une assistante, et trois sous-officiers. Le projet de « Musicologie », l’étude de la musique traditionnelle du Sud-Tyrol (destinée à retrouver « l’essence » de la musique germanique), consiste d’un chercheur Ahnenerbe et de huit collaborateurs locaux.

L’étude des langues est une des activités principales, et le premier institut mis en place se consacre à l’étude des runes Nordiques (la rune-symbole de l’Ahnenerbe est la rune de la « Vie »). Cet institut est dirigé par hermann Wirth jusqu’à sa démission, en 1937. Son successeur, Würst, dirige à son tour un institut de recherche sur le Sanskrit, et sur ses relations avec les langues Aryennes.

L’Institut d’Archéologie Germanique est créé en 1938. Des fouilles sont organisées à Paderborn (proche du Wewelsburg), Detmold, Haithabu, et Externsteine. Ces sites représentent, pour l’Ahnenerbe, le « cœur mythologique », où les Saxons résistèrent aux Romains et aux Francs de Charlemagne. Pendant la guerre, et avec le soutien des autorités locales, des expéditions sont menées en Bulgarie, en Croatie, en Grèce, en Pologne, et en Roumanie ; des équipes sont envoyées en URSS occupée, et en Afrique du Nord. L’Ahnenerbe est également très active en Extrême-Orient, surtout au Tibet, même si une équipe pousse jusqu’au Kafiristan.

Parmi les instituts « bizarres » de l’Ahnenerbe, un se consacre à la Welteislehre (Théorie de la Cosmogonie Glaciaire) de Hans Hörbiger. Cette théorie était basée sur les délires lunaires de Madame Blavatsky (voir : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/l-axe-f3/occultisme-nazi-racisme-legendes-modernes-1-t5790.htm ), sur l’avènement des ères glaciaires, et leur responsabilité sur les races-mères de la « Théosophie » (le monde fut créé lorsqu’un immense bloc de glace cosmique percuta le soleil…). Certains Théosophistes et occultistes sud-américains acceptèrent ces théories, et tentèrent de l’utiliser pour prouver l’existence d’une « civilisation des Andes » parallèle à l’Atlantide et à Thulé (la contrée mythique, pas la Société) ; ce qui explique sans doute, en partie, les expéditions Ahnenerbe en Amérique du Sud. En fait, les préoccupations de l’Ahnenerbe tournent autour d’une utilisation possible de la théorie d’Hörbiger en météorologie ; vitale pour les opérations militaires. Il est possible également que les progrès en science spatiale allemande furent retardés en raison de la crainte que le lancement d’une fusée dans l’espace ne provoque une catastrophe globale.

L’Institut le plus criminel de l’Ahnenerbe est, sans conteste, l’Institut de Recherches Militaires. L’Institut mène des expériences « secrètes » ou « top-secrètes », financées par la Wehrmacht et la Waffen-SS. Ces « recherches » comprennent les monstrueuses expériences médicales sur des cobayes humains fournis à l’Ahnenerbe par le camp de concentration de Dachau, et plus tard d’autres camps. Plus de 100 squelettes (dont plusieurs à partir de cobayes vivants) furent « collectés » par le Professeur August Hirt, à Strasbourg. Hirt fut assisté dans ce travail par d’ex-ethnologues de l’expédition Tibétaine de 1939. Hirt fut également chargé de tester de la Mescaline sur des prisonniers, afin d’en déterminer les effets. Le docteur le plus dévoyé à travailler pour l’Institut est, incontestablement, le Dr. Et Hauptsturmführer SS Sigmund Rascher, un officier médical de la Luftwaffe. Avec lui se dérouleront des expériences sur cobayes humains dans des chambres à basse-pression, puis dans des cuves d’eau glacée afin de tester les meilleures techniques de réchauffement : sacs de couchage, eau bouillante… et rapports sexuels forcés avec des prostituées du camp de concentration pour femmes de Ravensbrück.

L’Ahnenerbe est contrainte de « travailler » avec Karl-Maria Wiligut (alias Weisthor – fondateur du Wewelsburg et « mage » du Reichsführer) en raison de l’intimité de ce dernier avec Himmler, mais le considèrent comme un « fantaisiste de la pire espèce ». Cette attitude était typique des intellectuels de l’Ahnenerbe qui considéraient que ces « foutaises occultes » nuisaient à leur approche « scientifique ».

Afin de se prémunir contre les bombardements Alliés, l’Ahnenebe déménage à Waischenfeld (Franconie) en août 1943, et y reste jusqu’à ce qu’elle soit délogée par les Américains en avril 1945. Dans la période d’intérim entre la fin de la guerre et les grands procès de Nuremberg, l’Ahnenerbe détruisit la quasi-totalité de sa documentation secrète…

Jugé à Nuremberg, Wolfram Sievers soutint jusqu’au bout d’avoir été un résistant (l’affaire est plus ambiguë qu’il n’y paraît et mérite de s’y attarder ; mais pas ici). Condamné à mort, il fut exécuté à Landsberg, en 1948.
voir :
http://www.tacite.ch/doc/Histoire%20(site)/Ressources/Exercices/20e%20siecle%20I/Ex57Ahnenerbe.pdf

voir aussi


http://greyfalcon.us/Ahnenerbe.htm

et

http://greyfalcon.us/Ahnenerbe2.htm

version traduite en Français

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://greyfalcon.us/Ahnenerbe.htm&sa=X&oi=translate&resnum=1&ct=result&prev=/search%3Fq%3DErnst%2BSchafer%2B%2BOtto%2BRahn%2Bindiana%2Bjones%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla🇫🇷official%26hs%3DYto

et


http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://greyfalcon.us/Ahnenerbe2.htm&sa=X&oi=translate&resnum=2&ct=result&prev=/search%3Fq%3DErnst%2BSchafer%2B%2BOtto%2BRahn%2Bindiana%2Bjones%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla🇫🇷official%26hs%3DYto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jayabs



Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 20:45

Sur le sujet je vous conseil les pages 139 à 152 (et même un peu plus loin) du livre jaune n°5 ( http://www.scribd.com/doc/3310821/Livre-Jaune-N5 ).

++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Les relations douteuses du Dalaï Lama   11/12/2008, 22:37

Et bien en ouvrant ce topic je ne pensais obtenir tout cela. Merci pour votre aide précieuse coucav et Jean-Charles!

Tant qu'as toi Jay tu as mon amitié depuis longtemps ca suffit lol!

Merci pour l'info du le livre jaune !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   12/12/2008, 00:19

couecav68 a écrit:

Jugé à Nuremberg, Wolfram Sievers soutint jusqu’au bout d’avoir été un résistant

C'est étrange, j'ai toujours entendu le contraire à savoir qu'il a fait l'apologie de la SS.
D'ailleurs je cherche à savoir depuis des années son lien avec Marie Sievers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   12/12/2008, 07:10

pour J.C. : Marie Sievers ?

Sinon ont peut ce poser les questions suivante :

- Wolfram Sievers, devint il l'exécuteur sacrificiel de la Ahnenerbe ?
- Il y a-t-il un sens esoterique a tout ces sacrifices humain ?
- Les nazis voulaient-ils éliminer "la race élue de Dieu" : les Hébreux ?


Pour eux, seule la race germanique était la race élue de Dieu, issue de la race fondamentale de l'humanité : la race aryenne.
Haushoffer enseignait le "retour aux sources".

D'après la legende, aprés les terribles cataclysmes (rotation de l'axe de la terre ?), les seigneurs aryens s'installèrent dans les cavernes sous les Himalayas.
Les légendes d'Agartha et de Shamballa furent retrouvées.

Agarthi : centre de la main droite, cité cachée du mal ?
Shambala : centre de la main gauche, citée cachée du bien ?
La Terre était-elle creuse ?
Où sont passés les rescapés du 3ème Reich, enfuis grâce à la filière Odessa en Amérique du Sud ?
Où sont passés ceux qui, grâce à leurs soucoupes volantes, défirent l'armada du général américain Byrd venu les exterminer en Antarticque ?

etc ...

Ou tout simplement penser t' ils avoir le pouvoir pour "s'amuser" a reformaté l'Histoire, sur le mythe Aryens?

Comme le fond en se moment les sionistes, et les evangelistes qui veulent nous lancer dans l'Armagedon ?


Laquelle a perdu ?
Laquelle va gagné ?

Himmler :" Il ne s'agit point de supprimer l'inégalité parmi les hommes, mais au contraire de l'amplifier et d'en faire une loi... il y aura une classe de seigneurs, il y aura la foule des divers membres du parti classés hiérarchiquement, il y aura la grande masse des anonymes, la collectivité des serviteurs, des mineurs à perpétuité, et au-dessous encore, la classe des esclaves modernes. Et au dessus de tout cela, une nouvelle haute noblesse dont je ne puis parler... mais ces plans doivent être ignorés des simples militants..."
Nous sommes donc prévenus. Ces paroles ne vous semblent t'elles pas d'actualités ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Les relations douteuses du Dalaï Lama   12/12/2008, 11:25

J'ai une petite question pertinente à propos de tout ça.

Qui croit en l'existence de Shamballa et Agartha ? Pour ma part je n'exclus pas cette possibilité sachant que Jules Verne, franc-maçon, a écrit voyage au centre de la Terre...la question peut être posée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   13/12/2008, 18:45

Marie Sievers, épouse Steiner (Rudolf)



Pour le texte d'Himmler, toujours donner la source tant les citations sur les dirigeants NS sont souvent tronquées, escamotées voire fausses. (C'est le cas de la plupart des citations connues d'Hitler)

Citation :
Wolfram Sievers, devint il l'exécuteur sacrificiel de la Ahnenerbe ?
lol!

Citation :
- Il y a-t-il un sens esoterique a tout ces sacrifices humain ?

Il y'en a eu un à haute époque.

Citation :
- Les nazis voulaient-ils éliminer "la race élue de Dieu" : les Hébreux ?

Répondre à cette question expose à la vindicte juridique. On peut dire cependant que beaucoup de dirigeants NS étaient réincarnationnistes (Hitler lui-même selon certaines sources). On se demande alors pourquoi des réincarnationnistes voudraient-ils s'en prendre aux corps physiques en les exterminant, sachant que les âmes qui les habitent reviendront alors dans les corps restants... Aussi, Hitler parle des Juifs comme d'une race de l'esprit avant tout. Là encore, pourquoi s'en prendre aux corps physiques ?...

Pour finir, il est clair que le régime NS a proposé une hiérarchisation raciale, la plus parfaite, la plus aboutie (pour le moment) étant la race nordique (la statue grecque). Mais ce n'est pas du tout dans un sens darwiniste et complètement matérialiste que seul compte le physique et que par conséquent, seuls les nordiques doivent exister. Tout cela serait en totale contradiction avec leurs vues spiritualistes.

Je conseille de jeter un oeil là-dessus.

http://dhdc2917.over-blog.com/article-22890696.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les relations douteuses du Dalaï Lama   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les relations douteuses du Dalaï Lama
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sagesse du Dalaï-lama
» Le Dalaï-Lama en Suisse
» Master Relations Internationales
» Relations élèves - enseignants
» Le Crachat du lama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: