Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 George Orwell 1984

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: George Orwell 1984   20/12/2008, 15:47

Hello!

Voici un un petit extrait d'un passage de ce livre que j'adore.

Cet extrait est un livre que lit le héros du livre. Ce livre est une sorte de bible de ceux qui luttent contre "Big Brother"

Extrait chapitre 9

THÉORIE ET PRATIQUE
DU COLLECTIVISME OLIGARCHIQUE


par

Emmanuel Goldstein




CHAPITRE I
L’IGNORANCE C’EST LA FORCE


Au long des temps historiques, et probablement depuis la fin de l’âge néolithique, le monde a été divisé en trois classes. La classe supérieure, la classe moyenne, la classe inférieure. Elles ont été subdivisées de beaucoup de façons, elles ont porté d’innombrables noms différents, la proportion du nombre d’individus que comportait chacune, aussi bien que leur attitude vis-à-vis les unes des autres ont varié d’âge en âge. Mais la structure essentielle de la société n’a jamais varié. Même après d’énormes poussées et des changements apparemment irrévocables, la même structure s’est toujours rétablie, exactement comme un gyroscope reprend toujours son équilibre, aussi loin qu’on le pousse d’un côté ou de l’autre.

– Julia, es-tu réveillée ? demanda Winston.

– Oui, mon amour. J’écoute. Continue. C’est merveilleux.

Il continua à lire :

Les buts de ces trois groupes sont absolument inconciliables. Le but du groupe supérieur est de rester en place. Celui du groupe moyen, de changer de place avec le groupe supérieur. Le but du groupe inférieur, quand il en a un – car c’est une caractéristique permanente des inférieurs qu’ils sont trop écrasés de travail pour être conscients, d’une façon autre qu’intermittente, d’autre chose que de leur vie de chaque jour – est d’abolir toute distinction et de créer une société dans laquelle tous les hommes seraient égaux.

Ainsi, à travers l’Histoire, une lutte qui est la même dans ses lignes principales se répète sans arrêt. Pendant de longues périodes, la classe supérieure semble être solidement au pouvoir. Mais tôt ou tard, il arrive toujours un moment où elle perd, ou sa foi en elle-même, ou son aptitude à gouverner efficacement, ou les deux. Elle est alors renversée par la classe moyenne qui enrôle à ses côtés la classe inférieure en lui faisant croire qu’elle lutte pour la liberté et la justice.

Sitôt qu’elle a atteint son objectif, la classe moyenne rejette la classe inférieure dans son ancienne servitude et devient elle-même supérieure. Un nouveau groupe moyen se détache alors de l’un des autres groupes, ou des deux, et la lutte recommence.

Des trois groupes, seul le groupe inférieur ne réussit jamais, même temporairement, à atteindre son but. Ce serait une exagération que de dire qu’à travers l’histoire il n’y a eu aucun progrès matériel. Même aujourd’hui, dans une période de déclin, l’être humain moyen jouit de conditions de vie meilleures que celles d’il y a quelques siècles. Mais aucune augmentation de richesse, aucun adoucissement des mœurs, aucune réforme ou révolution n’a jamais rapproché d’un millimètre l’égalité humaine. Du point de vue de la classe inférieure, aucun changement historique n’a jamais signifié beaucoup plus qu’un changement du nom des maîtres.

Vers la fin du XIXe siècle, de nombreux observateurs se rendirent compte de la répétition constante de ce modèle de société. Des écoles de penseurs apparurent alors qui interprétèrent l’histoire comme un processus cyclique et prétendirent démontrer que l’inégalité était une loi inaltérable de la vie humaine.

Cette doctrine, naturellement, avait toujours eu des adhérents, mais il y avait un changement significatif dans la façon dont elle était mise en avant. Dans le passé, la nécessité d’une forme hiérarchisée de société avait été la doctrine spécifique de la classe supérieure. Elle avait été prêchée par les rois et les aristocrates, par les prêtres, hommes de loi et autres qui étaient les parasites des premiers et elle avait été adoucie par des promesses de compensation dans un monde imaginaire, par-delà la tombe. La classe moyenne, tant qu’elle luttait pour le pouvoir, avait toujours employé des termes tels que liberté, justice et fraternité.

Cependant, le concept de la fraternité humaine commença à être attaqué par des gens qui n’occupaient pas encore les postes de commande, mais espéraient y être avant longtemps. Anciennement, la classe moyenne avait fait des révolutions sous la bannière de l’égalité, puis avait établi une nouvelle tyrannie dès que l’ancienne avait été renversée. Les nouveaux groupes moyens proclamèrent à l’avance leur tyrannie.

Le socialisme, une théorie qui apparut au début du XIXe siècle et constituait le dernier anneau de la chaîne de pensée qui remontait aux rébellions d’esclaves de l’antiquité, était encore profondément infecté de l’utopie des siècles passés. Mais dans toutes les variantes du socialisme qui apparurent à partir de 1900 environ, le but d’établir la liberté et l’égalité était de plus en plus ouvertement abandonné.


extrait entier http://www.librairal.org/wiki/1984_-_Deuxi%C3%A8me_Partie_-_Chapitre_IX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
Nourdine

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   20/12/2008, 18:12

Shocked

C'est bon je suis convaincu. Prochaine grosse commande je le prend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f4t4l

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   21/12/2008, 10:35

Possibilité de regarder le film en streaming en s'inscrivant sur veoh

http://www.gogo-films.com/video-veoh--190.html

Attention, le film est moins bon que le livre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enildem

avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   21/12/2008, 16:19

On peut être sur d'une chose, c'est que le livre que lit le héros de 1984 est un paradigme monté de toute pièce pour conditionner la révolte.
Comme l'opposant de Big Brother dans le livre est un opposant fabriqué.
Il maintient les dissident dans le rêves et dans l'attente d'une libération.
Ainsi, les gens attendront... attendront... mais rien ne viendra.

Cependant on ne peut pas transposer la thèse et le discours de l'extrait dans la réalité.
C'est un paradigme occidental ou plutôt indo européen.
Il présente un schéma issue d'une société organisé et hiérarchisée depuis des années dans laquelle se répète un mouvement montant et descendant de quête du pouvoir. C'est le jeux des chaises musicales.

En somme la structure sociale conditionne jusqu'à une certaine mesure les mouvements sociaux.
Et personne ne remet en cause cette organisation, cette structure, et c'est bien dommage. Cela c'est produit de manière fictive lors de la Révolution française. Mais le système à juste changer d'apparence.
Car même les plus faibles façonneront une société hiérarchique, car du moment qu'il est question de "pouvoir", c'est à dire, la possibilité de faire quelque chose, et bien les humains veulent par ignorance ou cupidité, soit être les seul à pouvoir, soit priver les autres de pouvoir.
Alors que de manière absolue tout le monde a le pouvoir. Tous les être humains on du pouvoir car il peuvent faire des choses sauf si on les prive de ce pouvoir ou le restreint par le droit, les lois et une constitution.
car le droit conditionne l'usage du pouvoir.
On à le droit ou non de faire quelque chose, on peut ou l'on ne peut pas faire et cela en fonction du droit.

Et comme d'habitude c'est celui qui dirige les autres qui décide. On lui donne tout le pouvoir, et on lui donne également de manière symbolique notre pouvoir.
En gros il nous destitue et nous prive de notre pouvoir.
Car nous, aujourd'hui n'avons que le pouvoir de travailler, pour avoir un pouvoir financier ou pouvoir d'achat et notre pouvoir ne s'exprime que de cette manière. En tous les cas dans cette République bannière. Il suffit de voir les critère de mesure de la réussite sociale. Tout cela ne s'évalue que par l'argent. Un valeur bien fictive et bien malsaine.

Donc ce schéma sociale n'a aucune valeur en soit, il est artificielle, bâti sur des valeurs artificielles, prive les humains de leur pouvoir, et se fonde sur la loi du plus fort.

Cependant, l'humain n'est pas uniquement un être physique doté de force, de pouvoir et de puissance. Il est également doté d'intelligence et c'est grâce à elle qu'il peut s'élever au delà de ces lois naturelles que sont les lois du plus fort.

Aujourd'hui le plus fort c'est celui qui à le pouvoir, financier, militaire, policier, judiciare et médiatique.
Il s'avère que notre République soit disant civilisée, est basée sur la loi du plus fort.
Car, un Etat ne peut exister sans la contrainte, la coercition et l'usage régularisé de la violence.

Un Etat n'est ni plus ni moins qu'un gorille ou un rhinocéros, en somme une bête sauvage, qui possède un territoire qu'il défend et qu'il exploite pour se nourrir.
Les citoyens sont sa meute, son clan.
Ils sont en même temps ses serviteurs et le moyen de sa puissance.
L'Etat n'est rien sans les humains qu'il réduit au statut de citoyens.
C'est en somme une forme de contrat social passé dès la naissance sans votre consentement.
La citoyenneté vous est imposé comme une belle cage dorée dans laquelle, vous êtes privés de vos droits absolus d'être humains créé par Dieu, pour vous en donner des artificiels soit disant garantis par l'Etat et ses pouvoirs, vous protégeant de la barbarie et de la sauvagerie de la nature ou des lieux de non droit. Tout cela commence à trembler car beaucoup d'humains peuvent vivre en communauté sans tout ce système aujourd'hui détournée de sa fonction, élever l'humanité.

L'Etat enrôle les citoyens en contrepartie de droits qui lui permettent de bénéficier de privilèges mais uniquement à certaines conditions. Comme dans l'empire romain ou la citoyenneté romaine vous donnait plus de droit qu'aux non romains habitant dans l'empire. L'idée de République et de citoyenneté provient de là. Ainsi, vous avez des droits car vous payez vos impôts, parce que vous cotisez et remboursez sa dette, mais l'Etat peut vous mettre en prison ou vous oublier comme un malpropre si vous ne lui obéissez pas ou si vous ne lui êtes pas utile.

Mais aujourd'hui les citoyens sont des esclaves de l'industrie qui contrôle l'Etat. La seule mesure de la santé du pays est économique, c'est le PIB et les chiffres de la croissance et du moral des ménages. Nous sommes comme dans Métropolis de Fritz Lang. La citoyenneté ne vous donne pas accès au pouvoir démocratique. Elle vous fait croire que vous avez du pouvoir par le suffrage alors que vous n'en avez point. En fait elle vous garantie des droits qui vous permettent d'aller travailler et de toucher un retraite, c'est tout. Et encore cela est à revoir. La citoyenneté n'a plus de dimension politique, elle n'a plus qu'une portée légale, économique et financière, vous avez des droits, des devoirs mais point de pouvoir.

La République française est une structure politique fabriquée en 1789 pour permettre de développer le commerce et bâtir l'économie de l'ère industrielle. Elle à été faites par des marchands, pour des marchands. La liberté accordée au peuple du tiers état, la libération du joug du roi ne s'est faite que pour passer sous un autre joug, celui des marchands. Les marchands avaient besoin pour leur profit de changer la structure du pays d'un seul coup. La révolution à permis de faire de la France un pays industriel. Sans passer par un stade ultra long de reconversion de l'économie que les rois n'aurait pas permis. La révolution a transformé les serf en ouvriers. Elle les a tiré des champs pour les amener dans les usines, elle les a tiré des campagnes pour les parquer dans des cités. Elle a aboli les anciens pouvoirs et leur système de légitimité.

La religion, et la noblesse de sang ont été déracinée progressivement par les constitutions successives pour permettre aux marchands de prendre le contrôle du royaume qui devenait progressivement un Etat, une République. En fait, un territoire et une population sous contrôle pour servir un projet de caste. Ainsi, on passait du joug du roi, des nobles et des clercs à celui des banquiers, des patrons et des publicitaires.

On allait d'un paradigme à un autre paradigme. Mais au fond la structure d'asservissement est la même. L'asservissement est toujours là, avec un autre masque et un autre visage. Tant que l'être humain en tant qu'individus et l'humanité en tant que famille ne sera pas libre de ces schémas, et bien elle sera asservie et soumise comme une famille de gorille à un dos gris.

Ce qui fait la force d'un Etat, se sont ses citoyens. Un Etat sans habitant n'est rien. Un président sans ciotyen n'est qu'un fou ou un bouffon. Ce n'est que du vent. Ainsi, Sarkozy à du pouvoir parce que des gens obéissent aveuglément à ces commandements. Ils ont tous prêté serment, ils sont tous des agents qui servent une mission d'Etat et sont payés par lui. L'Etat leur garanti encore de ne pas mourrir de faim, de se loger et de se vêtir. Mais pour combien de temps encore. Or sans cette puissance humaine le président n'est rien. Comme le roi n'était plus rien sans la garde nationale...

Ainsi, dans ce théâtre burlesque, dans ce drame urbain, où les humains sont tellement asservis de puis des lustres qu'ils ne savent même plus vivre librement, ils ne savent plus ce qu'est la liberté, ils sont mal en liberté, ils y sont allergiques. Alors que dans des forêts primaires des humains vivent en communauté, librement et grâce à la nature... sans roi, ni président. Ils sont tous lié à leur destin commun par la nécessité de survie, de procréer et de perpétuer. Seul cela leur suffit. Tout autre est le paradigme. Et il n'est pas Orwellien.

Ainsi, le paradigme orwellien, sort du cerveau d'un occidental, qui répète un paradigme qu'il croit absolue et inévitable. Comme si l'Histoire se répétait. Alors que se sont les humains qui répètent leurs erreurs. L'Histoire ce n'est pas comme les marées, évoluant selon le cycle de la lune... l'humain détient le libre arbitre et à ce tire est absolument libre de toutes contraintes.
Le nombrilisme et l'aveuglement caractéristique de ce discours montre à quel point il est difficile de penser autrement, tant la culture de l'ignorance et le conditionnement civilisateur ont fonctionné. Même Orwell en est le véhicule consciemment ou malgré lui.
Ceux qui se présentent ou prétendent comme civilisateurs, sont toujours très controversé. A l'image des conquistadors et des cowboys se croyant arrivés en Inde, assassinant une humanité libre et spirituellement très avancée.

Beaucoup de peuples nous montrent que ce système est, comme la plus part, artificiel. Artificiel par ce qu'ils s'établit selon des critères accidentels et relatifs tel que le pouvoir militaire, financier, judiciaire bref sur des valeurs qui ne peuvent être qu'à durée déterminée. En rien un humain ne pourra se satisfaire d'une fabrication tant erronée et si temporaire. La preuve en est que ces systèmes changent tout le temps sans ne pouvoir jamais être parfait.

Déjà Platon dans la république tentait de définir le gouvernement idéal, pour une société idéale mais sans réel succès. Car tout ce qui est réalisé sur terre selon les lois de la nature est voué au décès. C'est la loi du Tao que Lao Tseu a étudié. Toutes les grandes civilisations ont lutté contre les lois du temps et de la matière, sans pouvoir véritablement s'en défaire. Il ne peut y avoir d'éternité dans un monde éphémère. C'est comme vouloir figer le courant d'une rivière. Sur terre il n'y a de place que pour la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 38
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   21/12/2008, 21:10

Merci Enildem!

+5

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: George Orwell 1984   22/12/2008, 22:14

Ouah moi qui suis amateur de ce genre de texte j'ai été servi lol!

Cependant le ton final était un poil agressif à mon encontre (me trompe ?) Shocked

Tout ce qui permet à l'endormi de sortir de sa sphère des choses les plus bêtes au plus intelligentes, est bonne à prendre. je trouve ce livre intéressant.

Je ne remets pas en cause ce que tu as dis très justement. Ce genre de livre permet d'éveiller le peu de conscience que certains ont. Il est impossible à quelque d'arriver à penser aussi profondément que tu le fais. Il y a des étapes à respecter!

Cet ouvrage ouvre une perspective qui est intéressante à explorer voilà tout. Je la proposais j'ai été néanmoins content que la complète avec ta perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
enildem

avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   27/12/2008, 17:01

Non indiscrétion je ne suis pas agressif à ton égard mais à l'égard de la réalité qui doit être analysée et synthétisé pour pouvoir la comprendre.

Je pense que l'on doit être énergique

En tous les cas merci d'avoir lancer un sujet qui amène à tant de pensée et de matière.

Une bonne piste pour se faire plaisir et vivre en liberté :
Dans un extrait d'ushuaïa passé dans les derniers zaping, Nicolas Hulo demande comment font un peuple vivant sans prison pour régler leur différent.
Car cette population, amazonienne je crois, est très étonnés d'apprendre que nous enfermons dans des prisons les gens qui ne sont pas d'accord avec les autres, ou bien, qui se comporte mal à leur égard.
Eh bien lorsqu'un individus n'est plus d'accord avec le reste de la tribu ou du village, un groupe se forme et attrape le mécontents et le chatouille et lui font des guilis jusqu'à ce qu'il se détende...
Et ça marche... parce qu'ils vivent déjà dans une paix spirituel et ils n'ont besoin que du guili pour réanimer un membre de leur groupe.

Une bonne séance de guili pour détendre l'humanité serait la bien venu plutôt que des évènements catastrophiques.

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
indiscretion

avatar

Nombre de messages : 404
Age : 37
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: George Orwell 1984   28/12/2008, 20:52

Merci pour ta précision endilem et j'avous être à environ 30 ou 50 pages de la fin.

Tant qu'à Ushuaia je l'ai vu ce passage au zapping et j'ai été très content de voir que tout ce village vit en harmonie avec les uns et les autres et qu'à l'inverse de chez nous, où un phénomène de rejet nait dès qu'un individu se détache de la soi disant de la doctrine bien-pensante de notre siècle, chez eux, les gens se rassemble pour aider celui qui n'est plus en harmonie avec eux. Voilà une démonstration d'amour et d'harmonie et simple...

A quand des pancartes "Free guiliguili" ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
gauchenationale

avatar

Nombre de messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   28/12/2008, 21:07

GRATUITEMENT TELECHARGEABLE ICI :

>Web Bibliothèque des antimondialistes<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enildem

avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   4/1/2009, 12:18

J'ai commencé à lire 1984 et à me renseigner sur son auteur.
Ce qui m'a conduit à plusieurs pistes.

Tout d'abords dans wikipédia qui n'est pas forcément une bonne référence :

"La correspondance d’Orwell indique que son projet était de lancer un avertissement contre les totalitarismes, particulièrement à une gauche britannique (dont il faisait partie) qu'il soupçonnait de complaisance envers Staline, du moins pour ce qui était de certains intellectuels comme George Bernard Shaw ou Herbert George Wells. Il est possible que son roman soit une critique du mouvement de la Fabian society à laquelle appartenaient ces derniers, et qui pourraient correspondre à l’angsoc (ingsoc en anglais : progressive socialism)[3]. Mouvement auquel Orwell lui-même aurait appartenu, introduit en son sein par Aldous Huxley[4]".

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_(roman)

L'article est assez intéressant.

Vous devez savoir que Aldous Huxley est celui qui a écrit "Le meilleur des monde" en anglais "Brave New World" de 1932.
Ainsi, ces deux auteurs ont des inspirations très proches et des écrits aux thèmes plus que jumeaux.
Dix ans après le livre de Huxley, sort le livre de Orwell en 1948.
Vous constaterez que le premier est publié juste avant la guerre, le second juste après la guerre.

Aujourd'hui beaucoup d'idées contenu dans ces romans ce sont réalisées.

Tout d'abords, il suffit de prendre les Etat-Unis ou en ex URSS comme exemple pour constater que la fabrication d'un faux ennemi à la Samuel Golstein et d'une propagande officielle est utilisée aujourd'hui pour couvrir une politique totalitaire.
Ainsi, Oussama Ben Laden et son pendant Big Brotherien George Bush.
Pour Poutine se sont les terroristes Tchétchenes et pour Sarkozy les groupes d'ultra gauche.

Il est clair que le roman 1984 s'inspire du nazisme et des plus sombres heures du communisme en URSS. Il peut s'apparenter aujourd'hui au régime chinois et nord coréen. Big Brother serait bien l'image de Hitler.
Le plus frappant c'est que Orwell imagine des situations qui sont actuellement valables, comme par exemple l'aliénation des populations et leur soumission passive. Les chinois en sont un exemple manifeste.

Aussi, l'invention d'une menace pour canaliser la haine. Les terroristes islamistes, les talibans sont plus que l'utilisation de cette idée. Cette stratégie est utilisée de tout temps par les régimes totalitaires.

Aujourd'hui se dessine une société bien pire que celle décrite dans 1984. Un peu entre "le meilleur des monde" et "1984". Les caméras s'implante de plus en plus dans les villes. Les téléviseurs peuvent vous observer, les téléphones portables aussi.
Si les puces RFID sont imposées à la population grâce à une manœuvre sécuritaire se sera un indice de plus ou plutôt une preuve manifeste. Nous n'avons pas besoin d'attendre jusque là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
doubleh



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   6/1/2009, 02:06

GaucheNationale merci pour ce lien!!!! Magnifique!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gauchenationale

avatar

Nombre de messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: George Orwell 1984   6/1/2009, 02:22

doubleh a écrit:
GaucheNationale merci pour ce lien!!!! Magnifique!!!

En combattant pour la Vérité je défend l'oeuvre du Seigneur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: George Orwell 1984   

Revenir en haut Aller en bas
 
George Orwell 1984
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1984,de Georges Orwell
» Flyingkebab's Crew : Pixel [pukifee zoe] et son ami George le yéti au grand coeur
» Ecrire les histoires de nos vies « à la manière de George Sand »
» George Brassens
» Bijoux 3D George Sand de Evelyne18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Livres/Archives/Documents etc...-
Sauter vers: