Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Druide

avatar

Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"   9/4/2011, 21:21

Le grand patriote Thomas Jefferson (dont les idées politiques étaient très proches de ce qu'on appelle le fascisme):

Citation :

Lettre à William Short, 31 octobre 1819
(...)
Mais le plus grand de tous les réformateurs de la religion dépravée de son propre pays est Jésus de Nazareth. Prélevant ce qui est vraiment de lui, de la poubelle dans laquelle il est enterré, facilement distinguable par son éclat de la crasse de ses biographes, aussi séparable que les diamants du fumier, nous avons les grandes lignes d'un système de la plus sublime moralité qui n'ait jamais sorti des lèvres d’un homme, les grandes lignes qu’il est déplorable qu’il n'ait pas vécu assez pour les remplir. Epictète et Epicure donnent des lois pour nous gouverner nous-mêmes, Jésus, ajoute un supplément de devoirs et de charité que nous nous devons les uns les autres. (...)

Je vous laisse deviner de quelle "religion dépravée" il s'agit...


Louis Farrakhan n'a jamais rien dit d'autre que ça au sujet de celle-ci:
c'est une "religion de fonds d'égoûts". ("a gutter religion")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"   1/3/2013, 00:06

Citation :
Pour Rappel :

Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"


"Messieurs,

un grand danger menace les États-Unis d'Amérique. C'est un danger juif...

Les juifs partout ou ils vont travaillent pour avilir le niveau commercial. Tout au long de l'histoire, ils sont restés isolés des autres nations avec qui ils vivaient, ils ne se sont jamais intégrés avec les civilisations des autres nations. Voire ils travaillaient pour leur créer des crises financières et étouffer leur économie... Comme c'était le cas au Portugal et en Espagne.

[...]

Si ils ne sont pas chassés des États-Unis par une loi, en moins de 100 ans, ils reviendront vivre dans ce pays en grand nombre... Ils vont alors nous gouverner et nous ruiner en changeant nos lois.

L'établissement de ces lois nous a couté des années de sacrifices payées par notre sang...
S'ils ne sont pas chassés, en 200 ans, nos descendants travailleront jour et nuit dans leurs champs pour remplir leur ventres et leurs poches... alors qu'ils seront assis dans leurs châteaux et réjouis de leurs récoltes...

Messieurs, je vous met en garde, si vous ne chassez pas les juifs de ce pays, vos enfants et petits enfants vous maudiront... Ils vivent avec nous depuis des générations mais leurs principes sont restés complétement différents de ceux du peuple américain, le léopard moucheté ne peut pas changer de peau. Ils mettront nos instituts et nos valeurs sociales en danger...
Aussi est-il nécessaire de les chasser par la loi."



Pays du goulag levant (ex-USA):

L’humiliation du congrès devant le lobby israélien


Nous [Résistance71] avons traduit ici le dernier article du Dr. Paul Craig Roberts qui nous le rappelons, est un ancien secrétaire aux finances du gouvernement républicain de Ronald Reagan (parti républicain).

Son analyse interne de la situation politique yankee est de prime importance, car on ne peut pas lui reprocher de faire de « l’anti-américanisme primaire », argument tellement classique de la pensée unique pré-formatée à usage des lobotomisés du système, que c’en est devenu un poncif du genre. Roberts dénonce et fustige la dérive totalitaire de son pays et cela doit sans aucun doute lui remuer les tripes que de dire et écrire cela. Nous ne partageons pas ses idées politiques, ni sa conception de la société (il est un des pères des « reaganomics », branche néolibérale d’inepties économiques), mais c’est tout à son honneur que de reconnaître ces dérives et d’essayer de l’intérieur, de corriger ce qu’il pense pouvoir l’être.

D’autre part, tout ce qui se passe outre-atlantique finit par arriver chez nous avec quelques rames de métro de retard… Sarkozy avait mis la France au diapason du pays du goulag levant, Hollande poursuit la fuite en avant larbiniste d’état et l’inféodation à l’empire, à preuve la politique néo-coloniale en vigueur. Rien ne peut se faire en notre nom… si nous le décidons ! Pour les accrocs du « patriotisme », c’est par là que le patriotisme passe: par refuser de ramper devant les intérêts particuliers des cartels. L’assemblée nationale n’étant depuis belle lurette qu’une annexe des conseils d’administration du CAC40 et de la City de Londres, nous confirmons que voter est bien faire le jeu de l’oligarchie et renoncer à son mandat souverain populaire.

Boycott du vote et des intérêts particuliers, dilution du pouvoir dans le peuple, autogestion et confédération des communes libres sont nos armes pour vivre enfin et arrêter de survivre au gré des humeurs de nos oligarques criminels et eugénistes.

Qu’on se le dise !

– Résistance 71 –


Citation :



L’Amérique encore humiliée: Un peuple colonisé



Dr. Paul Craig Roberts



Le 17 Février 2013



url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2013/02/17/america-shamed-again-a-colonized-people-paul-craig-roberts/


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~



Les Américains ont été humiliés à maintes reprises par leurs représentants élus qui ont répétitivement et avidement rampés devant des intérêts particuliers et ont trahi le peuple américain. Mais aucune attitude honteuse préalable ne peut rivaliser avec l’attitude des membres républicains du sénat dans l’audition de la confirmation de poste du ministre de la défense Chuck Hagel.

Quarante sénateurs républicains ont mis en évidence que non seulement ils refusent de mettre leur service à la nation devant leur service à Israël, mais qu’ils ne veulent pas non plus mettre leur service à la nation sur le même pied d’égalité que leur service à Israël. A la honte de tout citoyen américain, les républicains ont démontré devant le monde entier qu’ils ne sont qu’une entité subsidiaire possédée par le lobby israélien (le lobby israélien n’étant pas leur seul maître; ils sont en effet aussi possédés par de puissants groupes d’intérêts tels que Wall Street et le complexe militaro-industriel).

L’attitude la plus embarassante provint du veule Lindsey Graham, qui, tout en démontrant sa totale inféodation en rampant sur le ventre devant le lobby israélien, défia Hagel de nommer une seule personne au congrès qui a peur du lobby d’Israël.

Si j’avais été Hagel, j’aurai laissé tombé ma nomination et aurai répondu: “Vous, sénateur Graham et vos 40 collègues veules et lâches.” En fait Hagel aurait pu même répondre: le congrès dans son entièreté incluant Rand Paul qui prétend être différent mais qui ne l’est pas.

La véritable question est la suivante: Qui au congrès des Etats-Unis, n’a pas peur du lobby d’Israël ?

Le boulot de porte-flingue fait à l’encontre de Hagel est motivé par la peur de ce lobby.

Le pire des affronts peut-être jamais infligé par les repésentants du peuple américain à l’armée américaine fut la couverture totale de la mission d’attaque par air et par torpille du navire américain USS Liberty en 1967. L’attaque israélienne a echoué à couler le USS Liberty mais tua ou blessa la vaste majorité de son équipage. Les survivants furent ordonnés de la fermer et il s’écoula 12 ans avant que l’un d’eux ne se décide à parler et révéla ce qu’il se passa ce jour là (James Ennes, , Assault On The Liberty). Même pas l’amiral Thomas Moorer, chef des opérations navales et chef d’état major des armées, ne put obtenir de Washington de révéler les faits.

Les faits sont maintenant bien connus, mais aussi loin qu’est concernée Washington, ce ne sont que lettres mortes. L’évènement dans sa totalité a été évacué dans un univers parallèle.

Pourquoi les sénateurs républicains détruisent-ils Hagel pour Israël ?

La réponse est que, lorsque Hagel était lui-même un sénateur, il refusa de se laisser intimider par Israël et son lobby et déclara: “Je suis un sénateur des Etats-Unis et non pas un sénateur israélien”, En d’autres termes, Hagel perpétra l’interdit; il a dit qu’il représentait les intérêts des Etats-Unis, pas ceux d’Israël. La position de Hagel implique le fait que les intérêts des deux nations ne sont pas identiques, ce qui constitue une hérésie.

La seconde partie de la réponse vient du fait que Hagel ne pense pas que ce soit une bonne idée pour les Etats-Unis de commencer une guerre avec l’Iran ou même pour les Etats-Unis de permettre à Israël de le faire. Mais une guerre des Etats-Unis avec l’Iran est ce que le gouvernement israélien et ses agents néo-conservateurs ont essayé d’imposer au régime Obama. Israël veut se débarasser de l’Iran parce que l’Iran soutient le Hezbollah au Liban Sud, empêchant ainsi Israël d’annexer ce territoire et ses ressources aquifères et aussi parce que l’Iran soutient le Hamas, la seule organisation palestinienne qui essaie de s’opposer au vol complet de la Palestine par Israël, et ce bien que l’Iran n’ait jamais suppléé le Hamas avec de l’armement.

Les deux organisations qui s’opposent à l’expansion territoriale d’Israël, le Hezbollah et le Hamas, représentent un grand nombre d’Arabes. Quoiqu’il en soit, les deux sont déclarées, sur les ordres d’Israël, des “organisations terroristes” par le ministère des affaires étrangères américain très servile, qui de toute évidence dans la réalité, devrait être appelé ministère des affaires étrangères israélien puisqu’il ne met jamais les intérêts des Etats-Unis avant ceux d’Israël.

En d’autres termes, Hagel ne s’est pas couché. Il n’a pas dit combien il adore Israël et comment ce serait un honneur pour lui que de sacrifier tout autre intérêt à ceux d’Israël, combien il avait attendu toute sa vie pour avoir enfin la chance de servir Israël en tant que ministre de la défense des Etats-Unis.

Hagel n’est pas un opposant à Israël; il a simplement dit “je suis d’abord un Américain”. De fait son manque de veule soumission est inacceptable pour le lobby israélien, qui l’a déjà étiqueté d’ “antisémite”.

Lindsey Graham par contraste, a tout ce qu’il faut pour être le choix parfait de ministre de la défense US pour Israël.

Graham se couperait en quatre pour servir le lobby israélien. Il mettrait les holàs et se comporterait avec un maximum de servilité envers une puissance étrangère dans son effort d’humilier le président des Etats-Unis et son nominé, un ancien combattant et un ancien sénateur qui pense tout simplement que le congrès des Etats-Unis et la branche exécutive devraient faire passer avant tout les intérêts des Etats-Unis.

Le leader de la majorité au sénat, Reid, a utilisé les règles du sénat pour maintenir la candidature de Hagel en vie. Si Lindsey Graham réussit à faire le sale boulot du lobby israélien, il aura mis en échec le président américain et offert cette défaite au premier ministre israélien, qui a désavoué le president des Etats-Unis pour ne pas avoir suivi Israël dans ses plans d’attaque de l’Iran.

Les Américains sont un peuple colonisé. Leur gouvernement représente des puissances coloniales et leurs intérêts: Wall Street, le lobby israélien, le complexe militaro-industriel, les cartels de l’agro-alimentaire, pharmaceutiques, de l’énergie, des mines et du bois.

Deux représentants élus du peuple américain qui ont réellement essayés de représenter le peuple, Ron Paul et Dennis Kucinich, ont trouvé que le gouvernement représentatif est un endroit inhospitalier pour les quelques-uns qui essaient de représenter les intérêts du peuple américain.

Tout comme Ron Paul, Dennis Kucinich et Gerald Celente, je me situe du côté de nos pères fondateurs qui s’opposèrent à l’intrication de l’Amérique dans des guerres étrangères. Dans un effort de prévenir cette intrication, la pères fondateurs avaient donné le pouvoir de déclarer la guerre au seul congrès des Etats-Unis Au fil des ans, le congrès a graduellement cédé son pouvoir au président jusqu’au moment où il n’y a plus ce pouvoir au congrès. Le président peut maintenant commencer une guerre n’importe où, n’importe quand, simplement en déclarant que ceci n’est pas une guerre mais “une action militaire cinétique limitée en durée et en action”. Il peut tout aussi bien utilisé un autre vocabulaire qui n’a aucun sens.

Dans les quelques premières années du XXIème siècle, la branche exécutive des Etats-Unis a envahi deux pays, violée la souveraineté de cinq autres au cours d’opérations militaires et a établi des bases militaires en Afrique afin de contrecarrer la pénétration économique de la Chine sur le continent et de sécuriser les ressources naturelles pour les Etats-Unis et les entreprises européennes, augmentant ainsi les chances de plus de guerres futures. Si les républicains réussissent à bloquer la confirmation de Hagel comme ministre de la défense, le projet de guerre avec l’Iran sera propulsé de l’avant.

En abdiquant son pouvoir de guerre, le congrès des Etats-Unis a totalement perdu le contrôle des fils de la bourse. Alors que la branche exécutive cache de plus en plus d’informations à la vue et à la scrutinité des comités de surveillance du congrès, le congrès devient de plus en plus affaibli. Alors que la dette de guerre de Washington s’envole exponentiellement, l’attaque de Washington sur le filet de sécurité social va s’intensifier. Les institutions gouvernementales qui donnent les services aux Américains vont reculer alors que de plus en plus d’argent des impôts est dirigé vers les coffres des intérêts spéciaux et des intrications étrangères.

La connexion précaire entre le gouvernement américain et les intérêts de ses citoyens est en train d’être totalement rompue.


http://resistance71.wordpress.com/2013/02/19/pays-du-goulag-levant-ex-usa-lhumiliation-du-congres-devant-le-lobby-israelien/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"   12/2/2014, 16:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"   28/4/2014, 01:53

Le sataniste et franc-maçon Benjamin Franklin
 
 
Le sataniste et franc-maçon Benjamin Franklin : 
 
des cadavres découverts chez le Père de la Constitution US !
 
 
 Publié par Media-God  le 18.03.14
 

Le 11 février 1998, un ouvrier restaurant la maison londonienne du Père de la Constitution américaine trouva les restes de six enfants et de quatre adultes, cachés sous sa maison, au 36 Craven Street, à côté de Trafalgar Square. La nouvelle fut même annoncée par la grande presse britannique comme The Sunday Times. Les cadavres datent de l’époque où Benjamin Franklin occupait les lieux de 1757 à 1762 et de 1764 à 1775.
 
Cela vous étonne-t-il ?
 
Pourtant, le Time du 7 juillet 2003, sur sa couverture, demande si Benjamin Franklin, figurant sur les billets de cent dollars, appartenait à la secte satanique du The Hell Fire Club. Dans un ouvrage publié en 1989, The Occult Conspiracy, Secret Societies, Their Influence and Power in World History (La conspiration occulte, les sociétés secrètes, leur influence et leur pouvoir dans l’histoire du monde), l’écrivain anglais Michael Howard relate le passé sataniste de Benjamin Kranklin, qui fut une des personnes les plus influentes de la Révolution américaine, et devint Franc-maçon en 1731. Il entra dans la loge St John de Philadelphie, reconnue comme première loge maçonnique en Amérique. Il fut également nommé au grade de Grand-Maître de la loge St John. Journaliste, il écrivit plusieurs articles défendant les loges qui furent publiés dans The Pennsylvania Gazette. En 1732, il contribua à la rédaction des statuts de sa loge et en 1734, il publia Constitutions, le premier livre maçonnique édité en Amérique.
 
Dans les années 1770, en tant que diplomate des colonies américaines, Franklin devint Grand Maître de la loge des neuf sœurs, à Paris. Le marquis de Lafayette et l’officier de marine écossais John Paul Jones, qui adhéraient à cette même loge, combattirent dans la Guerre d’indépendance américaine. À Paris, Franklin utilisait ses contacts maçonniques pour collecter des fonds et acheter des armes pour les rebelles américains.
 
Franklin était un Grand Maître Rosicrucien et œuvrait au cœur des opérations Illuminati pour étendre le contrôle invisible de l’empire britannique en Amérique. Les Illuminati, via les Francs-maçons, contrôlaient et manipulaient les deux côtés (britannique et américain) de la Guerre d’Indépendance tout en contrôlant la Révolution française.
 
Benjamin Franklin était l’« agent 72 » du bureau de renseignement britannique fondé par le mathématicien et alchimiste anglais Dr John Dee (alias 007). Pendant cette période, Benjamin Franklin était en contact avec les sphères du pouvoir londonien. Il partageait leurs intérêts maçonniques et occultes. Sir Francis Dashwood, était le chancelier de l’Exchequer (Echiquier), la Chambre des comptes britannique, et le fondateur d’une société secrète appelée Frères de St Francis de Wycombe, plus connue sous le nom de The Hell Fire Club.
 
Michael Howard expose que The Hell Fire Club n’était pas un club ordinaire. Situé dans les souterrains d’un bâtiment ayant l’apparence d’une église anglaise, les membres de ce cercle y descendaient à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans une série de tunnels, de pièces et de cavernes, où ils forniquaient avec des prostituées et offraient des sacrifices occultes à Satan. Dieu seul sait ce que les démons faisaient en ces lieux !
 
Benjamin Franklin était un occultiste dévoué à Satan, comme tant de politiciens. Le premier-ministre britannique Winston Churchill était par exemple un druide sorcier. Le terme de The Hell Fire Club (Club des flammes de l’enfer) montre qu’il s’agit d’une défiance et d’un blasphème. Les labyrinthes de la secte de Franklin étaient disposés de telle manière que l’on avait l’impression de descendre en enfer.
 
Lors de la première réunion du club sataniste, en mai 1746, ils se rencontrèrent à la George and Vulture public House, au Lombard Street, London. L’adhésion initiale était limitée à douze membres mais ce chiffre augmenta rapidement. Bien qu’il n’en fût pas membre officiel, Benjamin Franklin assistait occasionnellement aux rencontres du club. Les membres s’appelaient entre eux « frères ». Francis Dashwood était l’« abbé ». Les femmes, quant à elles, étaient des « nonnes ». Ils étaient passionnés par les dévotions à Bacchus et à Venus. Leur devise « Fay ce que vouldras », empruntée à François Rabelais, sera reprise par Aleister Crowley. Franc-maçon du 33e degré, ce mage sataniste du XXe siècle, avoue qu’il sacrifia, de 1912 à 1928, cent cinquante enfants par an, dans son livre : Magick in theory and practice (La magie en théorie et en pratique), ch. XII : Of the bloody sacrifice and matters cognate (À propos des sacrifices sanglants et des sujets apparentés).
 
Le George and Vulture public House disparut dans un incendie en 1749 ! Cependant, il fut rapidement reconstruit. Les rencontres s’effectuèrent aussi chez les membres. Francis Dashwood construisit un temple dans le village londonien de West Wycombe à côté duquel furent trouvées des catacombes : un endroit idéal pour certainement y cacher les dépouilles après les avoir désossées et décharnées ! La première rencontre à West Wycombe fut tenue en 1752 pendant la nuit de Walpurgis. En 1762, des tensions internes et des rivalités politiques transformèrent le club en champ d’affrontements publics. Il fut finalement dissous.
 
Evangeline Hunter-Jones, député et présidente des Amis de la maison de Benjamin Franklin expose que « les os brûlés étaient enterrés profondément, probablement pour les cacher et il y a tout lieu de penser qu’il y en a encore ». Mais pour disculper Benjamin Franklin, elle rétorque que durant ses longues absences, son ami le Dr Hewson, aurait pu effectuer des dissections de cadavres pour ses recherches. Car, en effet, la plupart des ossements montrent des marques de dissection et des traits de scie. Un crâne a été percé de plusieurs trous. Brefs, voilà des cadavres bien dérangeants chez un sataniste ayant appartenu aux plus hautes sphères d’influences européennes et américaines !
 
La vie du Père de la Constitution de la plus grande démocratie renvoie bien aux déclaration du représentant des Illuminati américain, Albert Pike, Franc-maçon du 33e degré, qui dans Morals and Dogmas (1871) affirmait que le Dieu caché de la Franc-maçonnerie était Lucifer. L’essence luciférienne de la secte est dénoncée entre autres dans La guerre occulte (1925) par l’ancien Franc-maçon du 29e degré, Paul Copin-Albancelli.
 
Vous comprendrez ainsi pourquoi en démocratie il est toujours délicat de dénoncer le pédo-satanisme.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al_ankabout

avatar

Nombre de messages : 360
Localisation : Médine
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: L'espionnage des états-Unis par Israël dépasse les limites   8/5/2014, 23:39

Israël espionne les états-Unis plus qu'aucun autre de ses alliés, et cette surveillance dépasse les limites, a rapporté le magazine Newsweek mardi. Les secrets industriels et techniques américains sont principalement visés par l'espionnage israélien, a ajouté le magazine, citant des réunions confidentielles portant sur une législation qui assouplirait les restrictions de visa pour les citoyens israéliens. Un membre du Congrès qui a assisté à une réunion d'information en janvier a qualifié le témoignage de “très consternant, alarmant, voire terrifiant”, et un autre a jugé ce comportement “nuisible”, a rapporté le magazine. “Aucun autre pays proche des états-Unis ne dépasse à ce point les limites dans ses activités d'espionnage comme le fait Israël”, s'est exclamé un ancien membre du Congrès qui a participé à une autre réunion confidentielle fin 2013, selon Newsweek. Selon cet ancien membre du Congrès,  les services de renseignements ont cité sans donner plus de précisions “de l'espionnage industriel, des gens qui viennent aux états-Unis pour des missions commerciales, ou avec des sociétés israéliennes qui travaillent avec des sociétés américaines, ou des agents des services secrets sous les ordres du gouvernement, c'est à dire, de l'ambassade (d'Israël)”.
Les activités d'espionnage israélien aux états-Unis sont sans comparaison avec celles d'autres proches alliés, comme l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et le Japon, ont indiqué des agents du contre-renseignement à des membres des commissions des affaires judiciaires et des affaires étrangères de la Chambre des représentants, selon Newsweek. “Je ne crois pas que ces révélations soient une surprise pour quiconque”, a encore déclaré l'ancien membre du Congrès. Réagissant à ces informations de Newsweek, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a catégoriquement démenti mercredi qu'Israël se livre à des activités d'espionnage aux Etats-Unis. “Il s'agit d'une campagne de calomnie, pernicieuse, totalement mensongère et d'une invention à 100%”, a répondu M. Lieberman, interrogé par la radio militaire. “Israël respecte à la lettre son engagement à ne pas se livrer à des activités d'espionnage aux Etats-Unis”, a assuré le chef de la diplomatie israélienne, faisant allusion aux promesses faites à Washington à la suite de l'affaire Jonathan Pollard, condamné en 1987 à la prison à perpétuité par la justice américaine pour espionnage au profit d'Israël.

R. I./Agences

Source : http://www.liberte-algerie.com/international/l-espionnage-des-etats-unis-par-israel-depasse-les-limites-selon-le-magazine-newsweek-220904
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"   29/9/2014, 23:00

Concernant le sataniste occulte Benjamin Franklin dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises dans ce sujet (lire notamment le très bon livre "Benjamin Franklin Le Grand Illuminé" et l'article "Le sataniste et franc-maçon Benjamin Franklin : des cadavres découverts chez le Père de la Constitution US !"),il est assez intéressant de relever le point de vue que René Guénon en avait,car il mentionna quelques remarques très instructives sur son cas,remarques qui furent reproduites ensuite dans "Etudes sur la Franc-Maçonnerie et le compagnonnage",dans les Comptes-Rendus de revues et autres périodiques de l'ouvrage.

On trouve là-dedans un ou deux passages bien révélateurs du rôle obscur et sinistre joué par ce trouble personnage.



Citation :
– Dans France-Amérique du Nord (numéro du 11 septembre), M. Gabriel Louis-Jaray reproduit la note que nous avons consacrée à son précédent article sur Franklin, en la faisant suivre de ces quelques réflexions : « Tous ceux qui s’intéressent au rôle éminent de Franklin d’abord en Angleterre contre la France, puis en France contre l’Angleterre, et à ses vues hostiles sur plus d’un point à celles de Washington, aimeraient que M. René Guénon explique pour ceux qui suivent cette histoire comment il conçoit l’action de Franklin et la « contre-initiation » dont il parle. Dans son livre La Franc-Maçonnerie et la Révolution intellectuelle du XVIIIe siècle, M. Bernard Fay, qui consacre tout un chapitre à Franklin, le qualifie de « Maçon orthodoxe du teint le plus pur ». En historien, je demanderai à M. René Guénon de nous expliquer son point de vue, puisqu’il ne semble pas partager celui de M. Bernard Fay. » Il est plutôt amusant qu’on veuille nous opposer l’opinion de M. Bernard Fay, qui, même en admettant qu’il soit un historien impartial (ce qui est fort douteux d’après ce que nous en savons, bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de lire son livre), ne peut en tout cas avoir aucun moyen de savoir en quoi consiste réellement l’orthodoxie maçonnique. Washington, de même que La Fayette, était assurément un honnête « Maçon orthodoxe » ; sa divergence même avec Franklin n’indiquerait-elle pas déjà que celui-ci était tout autre chose ? Pour le surplus, nous ne pouvons répondre à M. Gabriel Louis-Jaray « en historien », puisque tel n’est pas notre point de vue, ni répéter tout ce que nous avons écrit sur la question de la « contre-initiation » ; nous sommes obligé de le prier de bien vouloir s’y reporter si cela l’intéresse, en attirant notamment son attention sur les indications que nous avons données quant aux particularités suspectes du sceau des États-Unis ; et nous lui signalerons en outre qu’il doit exister un portrait de Franklin, gravé à l’époque, et portant cette devise dont le caractère « luciférien » est assez frappant : « Eripuit coelo fulmen sceptrumque Tyrannis. »
http://www.regnabit.com/EN/RGdatabase/Access_book.php?sigle=EFMC1&page=299
http://www.regnabit.com/EN/RGdatabase/Access_book.php?sigle=EFMC1&page=300

Voici ci-dessous la fameuse pièce en question,pile et face :

« Eripuit coelo fulmen sceptrumque Tyrannis. »


Ce qui peut se traduire par :


 « Il arracha au ciel sa foudre, aux tyrans leur sceptre. »







Citation :
– Dans le journal France-Amérique du Nord (numéro du 30 janvier), M. Gabriel Louis-Jaray, reproduisant les réflexions que nous avons consacrées il y a quelque temps à un article publié par lui dans le Mercure de France, les fait suivre de quelques commentaires qui semblent indiquer qu’il ne les a pas entièrement comprises : nous n’avons pas dit que Franklin « était probablement Maçon », car il est tout à fait certain qu’il l’était, ni que « la Maçonnerie symbolique issue de la Grande Loge d’Angleterre perdit son influence » à l’époque dont il s’agit, car la Loge Les Neuf Sœurs elle-même ne relevait assurément de rien d’autre que de cette Maçonnerie symbolique ; seulement, en fait, il y avait alors bien longtemps déjà que la Maçonnerie française était devenue complètement indépendante de la Grande Loge d’Angleterre qui lui avait donné naissance un demi-siècle plus tôt. M. Gabriel Louis-Jaray demande aussi
aux Études Traditionnelles (notre compte rendu n’était pourtant pas anonyme !) de « préciser comment elle voit (sic) le rôle « étrange » de Franklin » ; la réponse est bien facile : dès lors que nous disions que ce personnage semble bien avoir été surtout « l’agent de certaines influences extrêmement suspectes », il ne pouvait qu’être parfaitement évident, pour tous nos lecteurs, que les influences en question étaient celles de la « contre-initiation ». Il va de soi que c’est là quelque chose qui dépasse de beaucoup le point de vue de « politique extérieure » auquel l’auteur de l’article déclare avoir voulu se borner ; cette expression implique d’ailleurs, en elle-même, une conception « particulariste » dans le cadre de laquelle rien de ce qui fait l’objet de nos études ne saurait rentrer. Du reste, si nous ajoutons que Cromwell nous paraît bien aussi avoir joué antérieurement un rôle tout à fait du même genre que celui de Franklin, M. Gabriel Louis-Jaray comprendra peut-être qu’il ne s’agit pas là simplement de politique « anglaise » ou « anti-anglaise », mais de quelque chose où, en réalité, l’Angleterre, l’Amérique ou d’autres nations peuvent être « utilisées » tour à tour, suivant les circonstances, pour des fins qui n’ont sans doute pas grand’chose à voir avec leurs intérêts particuliers ; se servir de quelqu’un, homme ou peuple, n’est pas du tout la même chose que le servir, même s’il se trouve que les effets extérieurs coïncident accidentellement.
http://www.index-rene-guenon.org/Access_book.php?sigle=EFMC1&page=292
http://www.index-rene-guenon.org/Access_book.php?sigle=EFMC1&page=293

Ce passage est extrêmement juste et s'applique proprement au Pouvoir Occulte mondialiste et à ses agents diabolique d'aujourd'hui (comme d'hier et de demain).

Evidemment il faut se mettre en porte à faux du point de vue biaisé de Guénon qui voit en Washington et Lafayette des honnêtes gens (des "honnêtes maçons"),à cause de sa formation intellectuelle par trop gnostique/maçonnique.

Ce furent tous deux des escrocs maçonniques/mondialistes à la solde du Pouvoir Occulte,la crapule Lafayette étant un traitre à la France chrétienne et général révolutionnaire impliqué dans la sanglante Révolution Française,entre autres méfaits à son actif.

http://www.alterinfo.net/Franc-maconnerie-et-main-cachee-videos_a56273.html

Quand à George Washington,le fait qu'il ai eu des "divergences" avec Benjamin Franklin ne l'a nullement empêché d'être en relation sérieuse avec lui et d'être,au même titre que ce dernier,l'un des "pères fondateurs" du grand démon américain,ce pôle de subversion qui est encore aujourd'hui l'un des grands fers de lance du complot mondialiste.

Qui se ressemble s'assemble.

Voici ce qu'il faut comprendre sur les "pères fondateurs" et leur "religion secrète" :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t8198-usa-la-religion-secrete-des-peres-fondateurs

Le même Georges Washington,posant symboliquement et en posture stratégique en allégeance au Baphomet ( http://novusordoseclorum.discutforum.com/t3773p105-albert-pike-et-le-plan-luciferien-de-gouvernement-mondial#87149 ),l'entité démoniaque de l'élite mondialiste :





https://www.google.fr/search?q=washington+baphomet&client=firefox-a&hs=ZH4&rls=org.mozilla:fr:official&channel=fflb&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=aMQpVMsDjN5ojPGBeA&ved=0CCUQsAQ&biw=960&bih=676

Pas de hasard dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Discours de Benjamin Franklin devant le congrès sur le "danger juif"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Benjamin Franklin
» Allocution du CEMA devant les députés
» l'étrange destin de Benjamin Button
» 9ème Congrès de la Fédération CGT services publics
» photo siege iseos BBconfort avec benjamin 1 mois et demi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: