Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
boumy69



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 00:21

article sur : http://www.24hgold.com/viewarticle.aspx?langue=fr&articleid=232851_La_moitie_de_l_or_des_banques_centrales_aurait_disparu_Nicolas_Flamel


Les banques centrales pourraient bien ne posséder dans leurs coffres que la moitié de l’or qu’elles prétendent détenir, déclare un groupe de veille dans une annonce publiée récemment dans le Wall Street Journal.

Le Gold Anti-Trust Action Committee (GATA), déclare que la Réserve Fédérale et le Trésor américain manipulent subrepticement les réserves d’or du pays en participant à des leases non-déclarés. Le GATA pense que la majeure partie de l’or loué de cette façon ne retournera jamais dans les coffres des banques centrales.

« Avec une demande d’or mondiale si forte, il est devenu impossible de récupérer la majeure partie de l’or qui a été loué sans faire énormément augmenter son prix », déclare le président du GATA, William J. Murphy III.

« La plupart des observateurs calcule que les réserves des banques centrales sont supposées s’élever à environ 30 000 t d’or dans le monde, mais nous pensons que la quantité d’or qui s’y trouve réellement est plus proche de 15 000 t », a affirmé Murphy, « le reste a disparu ».

Le Trésor américain réfute cette affirmation, insistant sur le fait que les stocks sont contrôlés régulièrement.

« Nous voulons révéler et stopper la manipulation du marché de l’or par le Trésor américain et la Réserve Fédérale dès à présent », a déclaré Murphy, ajoutant que « l’objectif de cette annonce est d’informer les gens du monde de l’investissement de ce qui se passe dans les coulisses des marchés de l’or et des marchés financiers américains ». Il a expliqué que le GATA a décidé de verser 264 000 $ au Wall Street Journal pour placer une annonce d’une page entière dans l’édition nationale car la presse financière n’a pas couvert l’événement.

L’annonce s’intitule « Quelqu’un a-t-il vu notre or ? », et affirme que les réserves d’or américaines entreposées à Fort Knox ou à West Point ont gravement diminué car la Réserve Fédérale et le Trésor américain les envoient à l’étranger pour régler des transactions complexes destinées à étouffer le prix de l’or.

Le GATA déclare également que la stratégie de manipulation du prix de l’or par le gouvernement américain a commencé à échouer.

« L’objectif de cette manipulation est de cacher la mauvaise gestion du dollar américain afin qu’il conserve sa fonction de monnaie de réserve du monde », peut-on lire dans cette annonce.

« Le prix récent de l’or, approchant les 1000 $ l’once, montre que le plan d’étouffement du prix est en train de vaciller, déclare le GATA. « Lorsque tout le monde aura compris que les banques centrales étouffent le prix de l’or, son prix pourrait monter jusqu’à 3000 $, 5 000 $ l’once, voire plus ».

Comme preuve de la manipulation du prix de l’or par le Trésor américain et la Réserve Fédérale, le GATA cite le rapport hebdomadaire du Trésor sur la position des réserves internationales de devises du gouvernement, qui depuis le mois de mai a inscrit les prêts et les swaps d’or comme une composante des réserves d’or américaines.

L’annonce cite également une déclaration de l’ancien gouverneur de la Réserve Fédérale, Alan Greenspan, qui a dit au Congrès le 24 juillet 1998 que «les banques centrales se tiennent prêtes à prêter de l’or en cas d’augmentation de son prix ».

La déclaration la plus récente du Trésor américain quant aux positions des réserves internationales américaines, publié le 24 janvier, fait état de 71 515 000 milliards de dollars de réserves de devises internationales, dont 11 041 000 milliards de dollars d’or (y compris les dépôts d’or, et, le cas échéant, l’or swappé).

La Banque des Règlements Internationaux rapporte que le marché des produits dérivés de l’or a atteint un record de 640 milliards de dollars en décembre 2006.

Murphy souligne que faire remonter les produits dérivés vers les transactions des banques centrales, et déterminer précisément le degré d’implication de la Réserve Fédérale et du Trésor américain est impossible pour le moment, étant donné le manque de responsabilité publique et de transparence du système financier des produits dérivés de l’or dans le monde entier.

Murphy a déclaré que son groupe a formulé une requête à l’intention du Trésor américain et de la Réserve Fédérale « afin de découvrir ce qu’il en est de cette ‘composante’ des réserves d’or américaines ».

« Qu’en est-il réellement de l’or américain qui est supposé appartenir au peuple américain ? », demande-t-il. « L’or américain a-t-il été mis en jeu sans que le Trésor ou la Fed ne mette le peuple américain au courant ? »

Une déclaration sur le site du Trésor affirme que le Fonds de Stabilisation des Échanges n’a pas été utilisé afin de manipuler le prix de l’or. Mais impossible de trouver sur le site du Trésor une déclaration qui nie catégoriquement que celui-ci procède à des swaps d’or, des leases ou des contrats à terme pour d’autres raisons que celle de manipuler le prix de l’or.

La London Bullion Market Association publie sur son site Web une liste de plus de 80 membres travaillant en tant que « faiseurs de marché pour les banques d’investissement » dans les marchés mondiaux de l’or et des matières premières, et qui sont à l’origine et participent à divers produits dérivés de l’or, dont les leases et les swaps.

Les membres américains de la liste de la London Bullion Market Association comprennent Bear Stearns Forex Inc., Goldman Sachs International, JP Morgan Chase Bank, Bank of America, Citibank, Merrill Lynch et Morgan Stanley.

Un mémorandum rédigé le 28 février 2003, au nom de Barrick Gold Corporation, un grand producteur d’or affilié à la banque d’investissement J. P. Morgan, reconnait que Barrick se livre, avec les banques centrales, à des leases d’or et à d’autres transactions liées à l’or, sans toutefois admettre que ces transactions sont réalisées au nom de la Réserve Fédérale et du Trésor.

En septembre 1999, après une réunion des banques centrales européennes à Washington, celles-ci ont signé ce qui est maintenant connu sous le nom d’ « Accord de Washington », un accord dans lequel les banques ont accepté de limiter leurs ventes d’or à 400 tonnes par an et de ne pas étendre leurs opérations de leasing au cours des 5 ans que couvre l’accord.

Dans le cas d’un lease d’or, une banque centrale prête de l’or à une banque d’investissement avec un taux d’intérêt nominal, habituellement 1%.

Ensuite, la banque d’investissement met l’or prêté sur un marché, tel que le London Bullion Market, où l’or physique est vendu, augmentant ainsi la quantité d’or disponible sur le marché.

Des problèmes surgissent lorsque le prix de l’or augmente beaucoup comme cela a été le cas au cours des derniers mois, avec une once à plus de 900 $.

Et quand, à la fin de la période de bail, il faut rendre à la banque centrale l’or prêté, il se peut que la banque d’investissement doive retourner sur le marché et acheter de l’or à un prix bien plus élevé que lorsqu’il a été prêté.

Afin de se couvrir contre ce risque, la banque d’investissement achète habituellement des contrats à terme ou des options d’achat d’or pour s’assurer d’être fournie à une date et à un prix futurs spécifiés.

Dans le monde des produits dérivés de l’or, il existe une grande diversité de contrats, dont des transactions dans lesquelles les banques centrales s’échangent leurs réserves d’or afin de pouvoir poursuivre le leasing ou d’autres transactions dérivées de l’or, qui utilisent l’or de l’autre banque centrale et non le leur.

Les swaps d’or rendent les transactions des banques centrales encore moins transparentes et plus difficiles à suivre.

D’après les règles actuelles du FMI, les banques centrales ne sont pas tenues de révéler, sur leur déclaration financière, la quantité d’or qui devra servir pour honorer des contrats sur des produits dérivés de l’or, dont des leases et des swaps.

Pas plus que les banques d’investissements ne sont tenues de révéler au public les contrats par lesquels elles prêtent de l’or qui appartient aux banques centrales.

L’or atteint aujourd’hui de nouveaux records, avec des contrats à terme se rapprochant chaque jour de 1000 $ l’once sur le New York Mercantile Exchange.









Nicolas Flamel

Alchimiste moderne

..ou comment faire de l’or avec du papier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prema



Nombre de messages : 116
Localisation : Au Sud
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 13:13

,


Dernière édition par Prema le 14/3/2008, 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sathyadas.blogspot.com et www.dharmadas.blogspot.com
Prema



Nombre de messages : 116
Localisation : Au Sud
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 13:13

Prema a écrit:
Merci boumy69 pour cet article très intéressant qui confirme la tendance d'effondrement du système, ainsi que la hausse vertigineuse vers laquelle tendent les valeurs réelles comme l'or, le pétrole et autres matières premières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sathyadas.blogspot.com et www.dharmadas.blogspot.com
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 18:14

Je ne saurais trop vous conseiller suivant votre budget d'acheter de l'or. Cet article (merci Boumy Very Happy ) confirme la tendance. Sous forme de Louis d'or de plaquettes ou de lingots, mais c'est garantie que vous fairez un tres bonne investissement.

Et dans l'optique du pire (malheureusement le plus probable) vous pourrez troquer votre or, contre des denrées de premieres necessitées ou des objets de premiere utilité!

Bon bhen, comme on dit, a vous de voir! Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 21:56

Ziril, comment on fait pour acheter de l'or sous forme de Louis d'or de plaquettes ou de lingots ? tu veux dire sous forme d'action ?
Revenir en haut Aller en bas
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   14/3/2008, 23:33

Non, je ne te conseil pas l'achat d'or sous forme d'action. cyclops Le moins de contacte possible avec les marchés financiers actuellement! Evil or Very Mad

Le mieux (enfin le plus smple) c'est de passer par sa banque. Tu peux commander de l'or sous n'importe quelle forme a ta banque moyennant une commission de 1.5 ou 2%!

Et rapidement, car l'once d'or ne cesse d'augmenter et les revelations comptable ne vont pas tarder. Il y a beaucoup de signes qui ne trompent pas bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prema



Nombre de messages : 116
Localisation : Au Sud
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   15/3/2008, 09:17

J'en ai acheté récemment sous forme de lingot (coté au moment de la vente à 20600 €), avec 5% de commission car deux intermédiaires (un à 3%, le fournisseur 2%).
Pour des sommes plus petites achetez des pièces (Napoléon, Dollar, etc..) qui sont plus faciles à écouler pour la revente.
A titre informatif, l'état vous prend 8% sur la revente!!! Mad (sauf quand la revente se fait 12 ans après l'achat, où si vous êtes un français vivant à l'étranger).
De nombreuses ventes se font aussi sur Ebay...
Evitez absolument les ventes d'or "papier", sous forme de titres, auprès de vos banques, cela reste virtuel et peut disparaître en cas de banqueroute, restez dans du tangible, concret, ne faites aucune confiance au fiduciaire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sathyadas.blogspot.com et www.dharmadas.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   15/3/2008, 16:09

Merci pour les infos Wink ça semble devenir urgent d'investir dans l'or en effet.. je vais essayer de my coller.
la télé s'y met enfin aujourd'hui, parlant de pénurie pour l'or..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   15/3/2008, 16:18

un article sur le figaro essentiellement sur l'or :

http://www.lefigaro.fr/placement/2008/03/13/05006-20080313ARTFIG00633-l-or-fait-un-retour-en-force.php

extraits :

....
Parmi les possibilités d'investissement dans l'or, la détention de pièces reste marginale dans le patrimoine des Français. À tort, car l'achat de pièces d'or peut devenir un placement plaisir tout en participant à la diversification des risques. La cotation officielle des pièces a été supprimée en 2004 mais, depuis, CPR Or, filiale du Crédit agricole, assure la liquidité du marché pour le compte des banques et intermédiaires français. Il est donc possible de se rendre dans son agence bancaire afin de donner un ordre d'achat ou de vente sur cet actif. Les ordres d'achat peuvent être traités au cours de référence du jour ou à cours limite, comme pour les actions. En revanche, à la vente, seules les pièces conservées sous film transparent scellé peuvent être vendues au cours du jour. En effet, cette protection atteste la qualité de la pièce qui, sinon, devra être examinée par CPR Or avant la transaction.

Le cours des pièces d'or résulte de la confrontation entre offre et demande, comme sur tout marché, mais aussi en référence au cours du lingot. En outre,les pièces étant destinées initialement à servir de moyen d'échange contre des marchandises et services, elles n'ont pas été frappées en or pur mais comportent un alliage destiné à en renforcer la dureté. Ainsi, notre napoléon (20 francs), dont le poids brut est de 6,4516 grammes, ne comporte que 5,8 grammes d'or fin. La pièce de 20 dollars des États-Unis, qui a un poids brut de 33,437 grammes, nécessite 30,09 grammes d'or fin. C'est ce poids qui est pris en compte pour calculer la prime ou la décote des pièces.

Le désintérêt des investisseurs pour les pièces d'or en raison d'une fiscalité défavorable, de la baisse des cours de l'or sur la fin du siècle dernier, les risques de vol et de détérioration ont pendant longtemps créé une pression vendeuse. Jusqu'à ces derniers mois, les pièces présentaient même une décote par rapport à leur poids d'or fin. Cette décote représente grosso modo le coût nécessaire à la fonte des pièces pour en récupérer l'or fin.


La piste des pièces de collection
Le retour d'une demande soutenue d'or physique met progressivement un terme à cette situation. Toutefois, les fluctuations ne sont pas négligeables, d'où la nécessité de passer les ordres d'achat et de vente à cours limite. Ainsi, le napoléon présentait une prime de 0,51% le 15 janvier, alors qu'au 30 janvier il extériorise une décote de 0,83%. Le demi-napoléon (10 francs), qui fait l'objet de transactions plus étoffées, comporte une prime plus importante (10,59% au 30 janvier), mais en net retrait par rapport à la mi-janvier (14,04%).

Certaines pièces subissent des fluctuations particulièrement amples. Ainsi, la pièce de 50 pesos mexicains, qui comporte 37,5 grammes d'or pur, renoue avec une prime (2,29% au 30 janvier), alors qu'en milieu de mois elle décotait de 2,84%. En revanche, la prime sur le 20 dollars des États-Unis revient à un niveau plus raisonnable (6,21% contre 16,79%) précédemment. Dans ces conditions, il convient de ne jamais se précipiter pour acheter ou vendre des pièces.

Pourquoi ne pas aller plus loin et s'intéresser à la numismatique? Le site Internet UBS Gold & Numismatik propose un large choix de pièces de monnaie et de médailles qu'il est possible d'acheter en ligne, allant de l'Antiquité à l'époque contemporaine. En outre, la banque organise chaque année à Bâle, Zurich et Genève des ventes qui attirent les collectionneurs du monde entier. Une cession a été organisée à Bâle du 22 au 24 janvier dernier. Les biens proposés couvrent une palette très large. Alors qu'une médaille à l'effigie du tsar Nicolas I a été adjugée 155 250 francs suisses, une pièce de 20 francs de 1814 à l'effigie de Louis XVIII estimée à 500 francs suisses a été vendue à 525 francs. L'écart de prix avec le napoléon de même poids est justifié par l'intérêt historique, la rareté relative et le parfait état de cette pièce.



Difficile d'échapper à la lourde fiscalité sur les cessions de pièces d'or.
Les intermédiaires appliquent une taxe forfaitaire de 8% sur le montant de la transaction, même dans le cas où le vendeur réalise une moins-value.

Toutefois, depuis 2005, il est possible d'opter pour le régime des plus-values sur les biens meubles. La taxation sera alors de 27% de la plus-value réalisée après application d'un abattement de 10% sur le gain par année de détention à partir de la troisième année. Aucun impôt sera dû après douze ans. Mais il faut avoir conservé une preuve de la date d'achat. Et il n'est pas toujours possible de profiter de la mesure : seuls les lingots d'au moins un kilo composés d'un minimum de 99,5% d'or fin, les pièces et monnaies frappées après 1800 et ayant servi de moyen de paiement sont concernés.
Revenir en haut Aller en bas
sarooman

avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : paname et sa region
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: reponce   15/3/2008, 20:29

de toute facon on vas y passer a l'éffondrement de se systeme et quoi quil arrive ca engendrera des conflis et il faut imperativement se préparer a bonne entendeurs a+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
8522588



Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   18/3/2008, 10:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prema



Nombre de messages : 116
Localisation : Au Sud
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   18/3/2008, 14:27

Merci Céline pour ce message de De Gaule toujours d'actualité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sathyadas.blogspot.com et www.dharmadas.blogspot.com
8522588



Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu   19/3/2008, 16:22

18 mars 2008 -
Situation financière consolidée de l’Eurosystème au 14 mars 2008


http://www.24hgold.com/ViewArticle.aspx?langue=fr&articleId=235341_BCE_:_vente_de_2_19_tonnes_d_or_la_semaine_derniere

total des ventes d'or par la bce depuis nov 2007 : 103 tonnes

vu qu'il font chuter le cours profitez en
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La moitié de l’or des banques centrales aurait disparu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» centrales thermiques
» plaque de boutons sur la moitié du visage
» Moi-Même-Moitié
» renflouement des banques
» Calcul d'atténuation avec un matériaux dont je ne connais pas la valeur d'épaisseur moitié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: