Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   29/10/2012, 18:57

Houria Bouteldja face à 5 sionistes : l'antisémitisme et le sionisme sont "absolument indissociables"



Reportages : L'antisémitisme et le sionisme sont... par LCP

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bilbox



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 19/02/2012

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   29/10/2012, 19:33

je remet ici le lien de ce débat en intégrale car je trouve que le raccourci du montage n'est pas fidèle au contenu global du débat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   1/11/2012, 15:33


Bibi à l’Elysée : Juifs, « faites d’Israël, votre chez vous ». Un affront aux juifs, un affront à la République.




Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou, actuellement en visite en France, a exercé ses talents de VRP à l’Elysée pour l’Agence Juive. Il a en effet appelé les citoyens français juifs à partir en Israël pour en faire leur « chez eux ». (Voir la vidéo BFM)

Cela signifierait-il que les juifs ne seraient pas chez eux en France ? Si cela était sortit de la bouche d’un musulman, ou d’un non juif tout simplement, les chiens de garde aux aguets auraient hurlés en coeur à l’antisémitisme. Mais lorsque cela provient du chef de l’Etat juif autoproclamé, cela ne semble pas poser de problème.

J’ai été, en tant que citoyen de la République et de confession juive, profondément choqué et blessé par les propos de Netanyahou. Que veut-il dire lorsqu’il invite les juifs à faire d’Israël leur « chez eux » ? Reprenant le mythe de la diaspora (la soi-disant communauté juive dispersée dont l’étude démontre finalement que la religion juive s’est répandue par le prosélytisme, et non suite à un exil organisé par les romains qui n’a jamais eu lieu, lire Shlomo Sand à ce sujet) et du peuple juif, il considère qu’Israël est la patrie légitime des juifs. Mensonges, manipulations et propagande ; voilà les maîtres mots de la rhétorique sioniste pour justifier l’existence de leur Etat juif, et de tâcher de le rendre attrayant aux yeux de ceux qui ont décidé de rester citoyens dans leurs patries d’origine.

Ceci n’est pas sans rappeler l’outrancière déclaration de Ya’kov Katz à la Knesset en mars dernier suite aux évènements de Toulouse. Il avait alors affirmé qu’il n’y avait « pas d’avenir pour les Juifs en France ». Et quel avenir auraient-ils en Israël ? Aucun, ou si peu. Mais à l’heure où les élites sionistes de ce pays veulent faire la guerre en Iran et entrainer leurs alliés avec eux dans cette guerre suicidaire, il faut alimenter le pays en chair à canon juive, qui iront se sacrifier sur l’autel de l’Etat juif pour les beaux yeux d’une élite belliqueuse. Evidemment, formulée de la sorte l’idée ne séduit guère. C’est pourquoi Bibi utilise des moyens détournés afin de redresser les flux migratoires israéliens, proches de zéro voir parfois négatifs. Effectivement, de plus en plus de juifs quittent le pays, désabusés de la réalité de ce qu’ils considéraient être la terre promise : « Un des secrets les plus lourds d’Israël est le nombre de jeunes juifs cultivés qui fuient vers des horizons plus cléments, particulièrement vers les Etats-Unis. D’après des estimations approximatives, un tiers des universitaires juifs des deuxième et troisième générations ont quitté le pays.Ils s’en vont à cause des nouveaux im­migrés russes dont beaucoup ne sont pas vraiment juifs religieusement et ethniquement et des racistes islamophobes qui forment le noyau de la droite dure. Israël ne publie pas de statistiques sur la fuite des cerveaux qui a accentué le problème démographique du pays et a réduit sa compétitivité. » (Horizons et Débats, juillet 2012).

Le site Rue 89 a aussi consacré un sujet à cette question de l’émigration juive, faisant état du fait qu’un français sur cinq quitte l’Etat juif après avoir constaté que la hasbara et les beaux discours des représentants communautaires juifs sionistes n’étaient qu’un écran de fumée. Ce phénomène s’intitule la yerida. On peut retrouver quelques témoignages éclairants, comme celui d’Olivier : « Je pensais trouver des juifs, mais j’ai trouvé des Israéliens. Nous n’avons pas la même éducation, je ne traînais qu’avec des Français. Je me sens plus proche d’un Français non juif que d’un Israélien juif. Finalement, je me suis aperçu que j’étais français avant d’être juif. » David, lui, affirme qu’il s’y « sentait plus étranger qu’en France » : « Dès qu’on ouvrait la bouche, on était vus comme français. Impossible de s’intégrer. » Il n’existe malheureusement aucun contre-pouvoir juif crédible qui aurait pu les dissuader par la raison d’aller tenter l’expérience en Israël, quasiment toutes les organisations communautaires juives étant sionistes. L’Etat juif est bien éloigné de nos valeurs républicaines, et ces jeunes en ont fait l’amère expérience…

Des études ont démontré l’émergence d’un nouveau phénomène, celui de la croissance des demandes de nouveaux passeports. En effet, dans ce pays où l’obtention de la nationalité israélienne est délivrée automatiquement aux juifs (pour peu qu’ils adhèrent au rêve sioniste) il est permit à ceux-ci d’avoir une double nationalité et donc deux passeports. Il faut noter que cette procédure ne s’applique pas aux goyims qui veulent se faire naturaliser. Ceux-ci doivent emprunter un chemin de croix pour au final, renier obligatoirement leur nationalité d’origine. C’est la logique du deux poids, deux mesures, basée sur des critères racistes (puisqu’ils pensent qu’il existe un peuple juif dont la filiation se fait par le sang). Franklin Lamb, dans un article publié en 2011 intitulé « Les israéliens se ruent sur les seconds passeports » cite notamment Gideon Lévy, journaliste au journal d’opposition Haaretz : « Si nos ancêtres ont rêvé d’un passeport israélien pour s’échapper d’Europe, beaucoup parmi nous rêvent maintenant d’un second passeport pour s’échapper en Europe. » Mais il ne s’agit pas que d’opinion isolées, ceci est une réalité statistique constatée par les organisations sionistes les plus radicales comme l’AIPAC ou le Fond national juif allemand : « Plusieurs études en Israël, une conduite par l’AIPAC et une autre par le Fonds national juif en Allemagne montrent que pas moins de la moitié des Juifs vivant en Israël envisagent de quitter la Palestine dans les années à venir si les tendances politiques et sociales continuent. Une enquête de 2008 du Menachem Begin Heritage Center (Centre du patrimoine Menachem Begin) basé à Jérusalem a révélé que 59% des Israéliens avaient pris contact ou avaient l’intention de prendre contact avec une ambassade étrangère pour s’informer sur ou faire une demande de citoyenneté et de passeport. On estime qu’aujourd’hui le chiffre approche les 70%. » Comme si les israéliens se préparaient à fuir…

Mais ceci n’est pas la seule raison pour laquelle Bibi vient s’ingérer dans les affaires de notre République laïque où je le rappelle, tous les citoyens sont égaux sans distinction de race et de religion. Une bataille démographique s’est engagée et l’encouragement de l’alya est une tentative désespérée d’enrayer une réalité qui rattrape le rêve sioniste, se transformant peu à peu en cauchemar. Voyons quelques statistiques relayées par le blog de Gilles Paris :

En 2011, les juifs israéliens étaient 5,9 millions, soit 300 000 de plus seulement que les non-juifs en Palestine. Mais la fécondité étant bien moindre chez les juifs (à l’exception des orthodoxes qui ont encore de grandes familles), le Bureau Palestinien prédit qu’en 2015 ou 2020 les « goyims » seront plus nombreux que les juifs :



Pour assurer la suprématie juive, il faut donc perpétuellement maintenir des flux de nouveaux arrivants. Mais l’intervention pitoyable et insultante pour la République et les juifs eux-mêmes de Netanyahou à l’Elysée démontre que les élites sionistes maintiennent leurs efforts pour piéger des jeunes juifs en quête d’identité dans le bourbier israélien. Un discours qui convainc de moins en moins, bienheureusement.

Le mythe sioniste de la « terre sans peuple pour un peuple sans terre » est définitivement révolu. En déplaise à Bibi et ses agents d’influence, la place des juifs dans le monde est au sein de leurs nations respectives. L’immigration juive française est un non sens motivé par une shoaphobie permanente entretenue par des élites communautaires, qui entretien les vieux mythes antisémites du « juif errant » qui ne serait nul part chez lui. Avec bien sûr une exception pour la soi-disant « terre promise » qui est davantage une « terre volée ». Instrumentalisant des actes de folie isolés, faisant vivre les juifs dans un traumatisme perpétuel, ils souhaitent encourager des départs en Israël, alors même qu’une part toujours grandissante de la population locale ne pense qu’à une chose : trouver un plan B ou partir de ce lieu, statistiquement le plus dangereux pour les juifs sur la planète. Cette dichotomie de la galut (ou diaspora) et de la population israélienne est de plus en plus criante.

A titre personnel, la seule menace qui ait plané sur ma vie est venue des juifs sionistes, lorsqu’ils sont venus faire exploser une bombe artisanale sous ma voiture (voir ici), me menaçant de mort ainsi que ma famille dans un silence médiatique assourdissant. Pour quelle raison ? Pour avoir exposé la logique implacable que je défend ici et que je défendrai jusqu’au bout. Je suis juif certes, mais je suis avant tout un citoyen français. Ce n’est pas donc pas à une puissance étrangère (envers laquelle ni mes croyances religieuses, ni ma raison n’impliquent une quelconque allégeance ou soumission) de s’ingérer dans les affaires de mon pays afin d’encourager mes compatriotes à quitter leur nation pour un pays en pleine déliquescence. Je ne dis pas que la situation est idéale ici. Je dis seulement que les juifs se doivent de contribuer au redressement de leur patrie authentique plutôt que de le fuir face aux difficultés parfois factices qu’ils rencontrent.

Ceci dit, si les prêtres de l’alya et les grands promoteurs d’Israël comme Richard Prasquier, Bernard Henry-Lévy, Jonathan Hayoun, Emmanuel Gellmann, Samy Gozlan et autres propagandistes zêlés pouvaient nous faire le plaisir de s’y rendre, alors peut être que les juifs de France pourraient commencer à respirer.

http://www.cercledesvolontaires.fr/2012/11/01/bibi-a-lelysee-juifs-faites-disrael-votre-chez-vous-un-affront-aux-juifs-un-affront-a-la-republique/

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PsYloW



Nombre de messages : 114
Date d'inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   7/11/2012, 05:04

5 caméras brisées...
Excellent documentaire diffusé sur le service public Suspect drunken
Respect à tous les résistants, le courage de ces enfants est admirable.

http://www.france5.fr/et-vous/userdata/c_bloc_file/0/515/515_fichier_5-cameras-brisees.pdf

Et un peu d'humour pour se détendre un peu...
Pas content de se faire voler le rôle de la victime pig
Merci a Sabrina la pro palestinienne pour son avis éclairé.
http://alyaexpress-news.com/2012/10/documentaire-5-cameras-brisees-la-desinformation-nuit-gravement-a-la-vie-des-juifs-de-france-et-dailleurs-par-sabrina-h/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   7/11/2012, 23:08

Les juifs de France vus par la presse Algérienne (vu sur E&R).




_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   29/11/2012, 08:05

L'écrivain israélien A.B. Yehoshua propose de priver Gaza de nourriture !


Citation :
"Le temps est venu pour Israël d’admettre que Gaza est un ennemi. Et d’agir en conséquence : cesser de fournir de l’électricité et de faire passer de la nourriture. Déclarer officiellement que nous sommes en état de guerre et agir en conséquence". De telles paroles ne manquent pas de surprendre de la part d’A.B. Yehoshua. Cet écrivain israélien parmi les plus célèbres de sa génération, longtemps considéré comme une icône du pacifisme, est aujourd’hui un partisan résolu d’une intervention armée contre Gaza.

- Monsieur Yehoshua, les assassinats ciblés reprennent. Quelle est votre réaction ?

- Je suis par principe opposé aux assassinats ciblés. Ils ne règleront pas le problème. Cette opération survient après des jours et des jours de tirs de roquettes sur nos villes : je ne crois pas que ça changera quoi que ce soit de ce point de vue. Le déluge continuera et cette action se révélera vite inutile. C’est cette réflexion qui m’amène à dire qu’on ne peut pas négocier avec Gaza comme s’il s’agissait d’un territoire occupé [ Pour l'ONU, Gaza est toujours un territoire occupé] ou d’un groupe de terroristes : Gaza est un ennemi et doit être traité comme tel.

http://www.courrierinternational.com/article/2012/11/22/l-ecrivain-israelien-a-b-yehoshua-privez-gaza-de-nourriture

Et c'est un pacifiste ! Sidéré

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   6/12/2012, 13:42

HispanTV s’indigne de la violence et de l’impunite de la tres sioniste LDJ en France


Revenir en haut Aller en bas
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   14/12/2012, 12:42

Sur la page Wikipédia qui traite du trafic d'organes, on a déjà un petit aperçu du mal absolu qui règne sur la Palestine occupée.


Trafic d'organes

Cas par pays

Israël

En 1968, la toute première transplantation cardiaque réalisée en Israël a consisté à implanter un cœur prélevé sur un patient encore en vie, Avraham Sadegat, sans avoir recueilli le consentement de ses proches. Après avoir, dans un premier temps, refusé de remettre son corps, l’hôpital israélien finit par rendre sa dépouille à ses proches qui ont découvert que son cœur avait été prélevé et ont porté plainte contre trois ministres. L’hôpital avoua ultérieurement que c’était bien le cœur de M. Sadegat qui avait été utilisé pour la première transplantation cardiaque de l'histoire d'Israël.

En 1998, un Écossais, Alistair Sinclair, mourait dans des circonstances étranges, tandis qu’il était en garde à vue à l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv. Sa famille fut informée de son décès et de l'obligation de réunir 4 900 dollars nécessaires pour faire rapatrier son corps. Le frère d’Alistair a déclaré que les Israéliens proposaient avec insistance une autre option : enterrer M. Sinclair dans un cimetière chrétien en Israël, pour un coût d’environ 1 300 dollars. Mais la famille réussit à réunir l’argent, l'autopsie réalisée à Glasgow a révélé que le cœur, ainsi qu’un petit os du cou manquaient. L’ambassade de la Grande-Bretagne à Tel Aviv avait porté plainte contre l’État d’Israël[/b].

En 2009, un article du tabloïd suédois Aftonbladet, intitulé « Nos enfants sont dépouillés de leurs organes » accuse Tsahal de couvrir un trafic d'organes prélevés sur des Palestiniens. Cet article avait suscité la colère du gouvernement israélien et avait causé un malaise diplomatique entre la Suède et Israël qui a demandé une condamnation officielle de l'article, une demande rejetée par le gouvernement suédois qui a manifesté son « attachement à la liberté de la presse »12. Au cours de la polémique créée par l'article, un médecin israélien, le docteur Jehuda Hiss (en), qui fut responsable de l'institut médico-légal israélien Abu Kabir (en), près de Tel Aviv, a révélé que l'armée israélienne a opéré des prélèvements d'organes sur les corps de Palestiniens ainsi que de soldats et citoyens israéliens, et de travailleurs étrangers sans aucune permission de leurs familles. Des spécialistes ont prélevé de la peau, des cornées, des valves cardiaques, et des os. «Nous fermions les paupières avec de la colle (…) nous ne prenions pas de cornée quand nous savions que les familles ouvriraient les yeux» a-t-il expliqué. L'État d'Israël a admis par la suite avoir entretenu, dans le passé, un programme de prélèvement d'organes sur des palestiniens morts sans le consentement de leurs familles mais a indiqué que ces prélèvements auraient cessé en 2000.

En 2010, six Israéliens, parmi lesquels un général de brigade en réserve de l'armée israélienne, Meir Zamir, 62 ans, vétéran médaillé de la guerre du Kippour, et deux avocats ont été arrêtés pour trafic d'organes et fraude. L'affaire a éclaté quand une femme de Nazareth, âgée de 50 ans, avait porté plainte, disant qu’elle avait cédé un de ses reins en raison de difficultés financières pour 100 000 dollars, de retour en Israël, après un voyage en Azerbaïdjan où elle a été opérée, elle a demandé aux trafiquants l’argent qu’ils lui devaient mais ne l’a jamais reçu. Cette plainte a été suivie par une autre semblable, cette fois émanant d'un jeune homme de dix-huit ans, opéré aux Philippines contre une promesse de 80 000 dollars. D’après le quotidien israélien Haaretz, la police a déclaré qu’au cours de l’enquête, elle a « découvert une industrie importante et extrêmement bien organisée du trafic des organes. Ce milieu comporte des trafiquants d’organes, des agents commerciaux et (même) des avocats ».




États-Unis

En 2006, la police de New York a démantelé un réseau de pilleurs de cadavres, qui opérait à travers les canaux médicaux légaux, formé d'entrepreneurs de pompes funèbres et mené par, Michael Mastromarino, un ancien dentiste du New Jersey qui avait créé Biomedical Tissue Services, une entreprise revendant des organes humains pour des implants médicaux. Des os, des tendons, des valves de cœur et d'autres tissus ont été retirés sur plus de milles personnes récemment décédées. «Ils falsifiaient les documents pour indiquer que les os émanaient de personnes sans maladie, alors que la plupart en avaient, ce qui rendait illégaux le prélèvement de ces os et leur revente», a déclaré le procureur adjoint Michael Vecchione. Les malfaiteurs créaient également de faux certificats par lesquels les personnes faisaient don de leur corps après leur mort3.

En 2009, un vaste réseau de corruption, de blanchiment d’argent à travers des organisations caritatives aux États-Unis et en Israël et de trafic d'organes qui prenait source en Israël avait été démantelé par le FBI dans une opération gigantesque, baptisée Operation Bid Rig (en), qui a mobilisé plus de 300 agents. Cinq rabbins, trois maires de l'État du New-Jersey et vingt-six élus et fonctionnaires locaux font partie des 44 personnes arrêtées. Un rabbin orthodoxe de Brooklyn, Levy-Izhak Rosenbaum, 58 ans, gérait, depuis des dizaines d'années, un trafic d'organes. Il les aurait obtenus pour 10 000 dollars avant de les revendre 160 000 dollars. Les donneurs de reins en provenance d'Israël sont en grande majorité des immigrants asiatiques, surtout des Philippins, il menaçait les récalcitrants avec un pistolet. Certains organes ont été prélevés sur des enfants enlevés en Algérie et transférés au Maroc pour subir une opération, l'organe est ensuite expédié vers New Yor,


Roumanie

En 2009, les autorités roumaines ont ouvert une enquête sur un trafic d’ovules impliquant des gynécologues israéliens, dont les deux responsables israéliens de la clinique Sabyc...


Ukraine

En 2010, les autorités ukrainiennes ont mis fin aux activités criminelles d'un groupe transnational spécialisé dans le trafic d'organes et qui a sévi près de trois ans au pays. Selon Louri Kucher, le chef du département de lutte contre la cybercriminalité et la traite au ministère de l'Intérieur, la bande recrutait des citoyens en Ukraine, en Russie, en Moldavie, en Biélorussie et en Ouzbékistan pour la transplantation aux receveurs d'organes, israéliens «pour la plupart», qui payaient entre 100 000 et 200 000 dollars la majeure partie des donneurs ont été opérés à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan et en Équateur et une partie des interventions chirurgicales a été réalisée dans une clinique réputée de l'Institut Shalimova à Kiev. L'organisation, dirigée par un citoyen israélien, était composée de 12 personnes dont plusieurs Israéliens. Ils ont été tous arrêtés.


Moldavie

En Moldavie des centaines de citoyens ont été recensés comme étant devenus donneurs de reins par besoin, des réseaux de trafiquants qui opèrent entre la Moldavie, la Turquie, l’Ukraine et Israël sont actifs dans le pays rapporte une enquête de la commission de l'assemblée parlementaire européenne des questions sociales, de la santé et de la famille26.

Une agence israélienne opérant en toute légalité à Tel Aviv organise des voyages, vers la Moldavie, pour des transplantations d'organes prélevés parfois sans le consentement de leurs donateurs.

Brésil

En 2004, un réseau international de trafic d’organes qui avait des ramifications en Israël et en Afrique du Sud a été démantelé à Recife au Brésil, des examens médicaux et des tests de compatibilité sanguine avec les demandeurs étaient effectués dans le pays, les candidats sélectionnés étaient emmenés ensuite à Durban, en Afrique du Sud. Ils y étaient opérés et recevaient entre 3 000 et 10 000 dollars. La loi brésilienne interdit la commercialisation d'organes même si le donneur y consent. Elle n'autorise le don d'organes qu'après la mort et avec le consentement de la famille. Dans des cas exceptionnels, le don est possible entre personnes vivantes au sein d'une même famille. Un officier de l’armée israélienne en retraite, Geldaya Tauber Gady, un citoyen israélien, Eliezer Ramon, et 6 Brésiliens ont été arrêtés et jugés. Pour sa défense, Geldaya Tauber Gady, avait expliqué au tribunal qu'il ne pensait pas que son activité était illégale puisque le gouvernement israélien finançait l’opération. L'ambassade d'Israël au Brésil avait alors nié toute participation mais a reconnu que l'État autorisait à ses citoyens en cas d'urgence de se procurer des organes à l'étranger d'une manière « légale » et « conforme aux normes internationales » avec le soutien financier de l'assurance médicale36. Le New York Times a rapporté, ultérieurement, que le dirigeant de ce réseau, l'israélien Ilan Peri, inculpé pour ce trafic mais demeurant en Israël, avait alors transféré ses activités en Chine et opère toujours.


Afrique du Sud

En 2010, un hôpital privé, Sainte-Augustine, de Durban, géré par le plus important groupe hospitalier privé d’Afrique du Sud, Netcare, a été condamné pour avoir procédé illégalement à 109 transplantations de reins sur de riches Israéliens prélevés sur des Brésiliens ou des Roumains pauvres dont certains étaient mineurs.


Haïti

En 2010, un activiste américain de Seattle, T. West, membre d'un groupe appelé AfriSynergy Productions a accusé, dans une vidéo diffusée sur la plateforme Youtube, la délégation médicale israélienne dépêchée par l'état hébreu à Haïti suite au tremblement de terre qui a secoué le pays, de voler les organes des haïtiens victimes du séisme et a rappelé les accusations de prélèvement d'organes portées contre l'armée israélienne dans le passé soulignant qu'il y a peu de poursuites lors de telles tragédies. Dans une interview avec le site Internet israélien Ynet, répondant à des accusations d'antisémitisme il a expliqué qu'il a agi « pour promouvoir des changements positifs chez les Afro-Américains et en Afrique ». « Je ne suis pas un politicien. Je fais un talk-show et du journalisme et je suis aussi membre bénévole d'organisations non lucratives », « Il est bon que l'armée israélienne et d'autres aident là-bas, mais partout il y a la mort, il y a des exploiteurs. Il doit y avoir transparence en Haïti » a-t-il ajouté.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Trafic_d%27organes#Isra.C3.ABl

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   18/12/2012, 21:12

40% des Israéliens prêts à partir!


Un sondage publié ce vendredi par le quotidien israélien Haaretz a révélé que 40% des Israéliens réfléchissent de quitter « Israël » et de vivre ailleurs lorsque l’occasion s’offre à eux. Les résultats de ce sondage sont « surprenants », estime le quotidien, au moment où le département des statistiques central affirme que la balance de l’immigration est positif pour Israël !

Selon ce sondage, 37% des Israéliens étudient l’option de vivre dans un autre pays dans l’avenir. 2% parmi eux sont en train de plier bagage pour quitter la Palestine occupée.

Ce sont surtout les Israéliens âgés entre 30 et 39 ans, les laïcs et les travailleurs, mais aussi les habitants du Sud et de la région centrale en Israël qui réfléchissent de plus en plus à cette idée. Le Haaretz a souligné que le sondage en question a été effectué avant la guerre israélienne contre la bande de Gaza.

Les responsables israéliens concernés du dossier de l’immigration déplorent que la majorité des immigrants soient des jeunes professionnels et des universitaires diplômés qui ne sont plus attachés à leur « pays », expliquant que leur volonté d’y rester dépend surtout du niveau et de la qualité de vie.

Selon un rapport israélien publié en 2011 et effectué par le centre de recherches sociales et économiques TAB, le niveau de vie et les chances de travail pour jeunes ont diminué ces cinq dernières années. Les résultats de ce rapport sont en harmonie avec les données de l’organisation de la coopération et du développement économique OCED, qui place Israël dans la 25ème position sur une liste de 36 pays.

Par ailleurs, une recherche effectuée par l’Université de Tel Aviv – département des sciences sociologiques a montré que plus de 100 mille Israéliens détenaient en 2007 un passeport à destination des pays de l’Europe centrale, soit une hausse de 100% par rapport aux détenteurs de passeports en 2000.

Toutefois, le Haaretz prétend que le facteur essentiel qui pousse les Israéliens à l’immigration est purement économique, alors que le facteur sécuritaire est secondaire. Selon une étude effectuée par l’université hébraïque à AlQods, 14000 Israéliens ont quitté à jamais la Palestine occupée en 2012 !

http://www.mondialisation.ca/40-des-israeliens-prets-a-partir/5316015


Citation :
Le retour des français d'israël !!!



_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   23/12/2012, 00:52

Beurk Beurk Beurk


Revenir en haut Aller en bas
nex
Modérateur


Nombre de messages : 2995
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   8/3/2013, 16:03

Plaidoyer du député belge Laurent Louis contre la politique d'Israël et le sionisme


Citation :
Devant le Parlement belge, le député Laurent LOUIS profite de la rencontre entre le Premier Ministre Elio di Rupo et le Président Shimon Peres à Bruxelles pour dénoncer et condamner la politique de l'Etat d'Israël qu'il n'hésite pas à traiter d'Etat voyou. Il en profite également pour faire l'apologie de l'antisionisme qu'il voit comme positif et créateur d'un monde plus juste et plus éthique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nex
Modérateur


Nombre de messages : 2995
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   9/3/2013, 16:08

Théodore Herzl, le côté antisémite du sionisme (documentaire)-הרצל והציונות



(un topic avait été ouvert dans "nouvel ordre mondial", mais le lien dailymotion est mort. À sauvegarder/archiver)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   24/3/2013, 17:57

C'est parce que Yannick Noah est métis qu'il est antisémite !



Citation :
Que Yannick Noah aille au spectacle de Dieudonné, cela n’a rien d’étonnant. Malheureusement le métissage crée souvent l’antisémitisme et la haine de l’homogénéité en général.

Comment voulez-vous que des gens issus de la rencontre hasardeuse de deux cultures opposées (et n’étant en général considérés comme, ni de l’une ni de l’autre), puissent supporter l’idée d’un peuple qui maintien la sienne depuis plus de 3500 ans?


Ceci n’est bien évidemment pas une règle absolue. Il y a beaucoup de métisses (sic) qui vivent leur double culture avec simplicité et intelligence.

En revanche le métissage comme idéologie telle qu’évoquée par Dieudonné, n’est qu’une sorte d’eugénisme moderne. Détruire les spécificités en les dissolvant dans le chaos, ce que Dieudonnée appelle « la déchéance de l’homme blanc ».

www.europe-israel.org/2013/03/yannick-noah-chez-dieudonne-metisses-et-antisemites/+&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">europe-israel.org

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   28/3/2013, 19:40

Salut Aurelien.

Je pensais il y a quelques jours que je n'arrivais pas à voir l'article à cause d'un problème de lien internet. J'ai de nouveau recherché mais l'article c'est bien volatilisé du site.

Ma question est: as-tu publié le texte en entier ?

Sinon merci d'en avoir sauvegardé l'essentiel.

Le lien avait été reprit aussi ici
http://www.juif.org/blogs/48757,yannick-noah-chez-dieudonne-metisses-et-antisemites.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   28/3/2013, 20:15

Oui c'est bien le texte en entier mais il a été retiré du site et même du cache de Google.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   23/4/2013, 08:27

Pourquoi autant d’Israéliens se hâtent-ils de quitter la "terre promise" ?


Par Saleh al-Na'ami

Publié en anglais sur MEMO le 3 avril 2013.

Le revenu annuel moyen pour un citoyen israélien s’élève à 19.000 dollars, ce qui équivaut à 17 fois celui d’un Palestinien habitant en Cisjordanie ou dans la Bande de Gaza. Israël est l’un des rares Etats qui sort relativement indemne de la crise financière actuelle, et sa situation sécuritaire s’est considérablement améliorée ces dernières années. Malgré ces points positifs concernant les conditions de vie dans "l’Etat juif", les Israéliens se pressent pour obtenir des passeports étrangers et émigrer vers une nouvelle vie en Occident. Une étude récente a montré qu’un million d’Israéliens a quitté le pays sur ces vingt dernières années. Alors que par le passé, les émigrants avaient tendance à partir en douce, ils ont désormais peu d’états d’âme à abandonner le projet sioniste.

Il y a même des séminaires et des conférences organisés sur le thème de l’émigration. Les résultats d’une étude effectuée auprès d’Israéliens ayant émigré avance que la question principale qu’ils se posent n’est pas : « Pourquoi avons-nous quitté Israël ? », mais « Pourquoi avons-nous attendu aussi longtemps pour partir ? »

Une autre étude menée auprès de jeunes Israéliens vivant dans les colonies a montré qu’environ la moitié d’entre eux préfèrerait vivre ailleurs. Israël, pensent-ils, n’est pas l’endroit idéal où construire son foyer.

Il est intéressant de noter que la très grande majorité des migrants israéliens font le choix de l’Allemagne. Les gouvernements israéliens successifs ont tous exploité l’holocauste perpétré par les nazis d’Allemagne contre les juifs d’Europe pour justifier leur vol de la terre de Palestine. Ils ont également récupéré des milliards de dollars, au titre de "réparations", de la part du gouvernement allemand.

Non seulement un million d’Israéliens a déjà quitté le pays ces vingt dernières années, mais il y a aussi une forte augmentation de la demande de passeports étrangers parmi ceux restés en Israël. D’aucuns prétendent qu’environ 60% des Israéliens ont pris contact avec des ambassades étrangères pour des demandes de passeports.

Environ 100.000 Israéliens possèdent déjà un passeport allemand, dont la plupart sont supposés être les descendants de juifs allemands ayant quitté le pays pendant ou après l’Holocauste. On estime à un demi-million le nombre d’Israéliens possédant la double citoyenneté américaine et israélienne. Les services de l’immigration américains reçoivent 250.000 demandes par an provenant d’Israéliens pour obtenir des cartes vertes (autorisant la résidence) ou la citoyenneté américaine.

La plupart des Israéliens ayant émigré justifient leur départ par la recherche d’une "meilleure vie", même si la situation économique en Israël est bonne. Le fait que quasiment 40% des citoyens israéliens sont de toute façon nés dans un autre pays, fait que l’émigration n’est pas un problème si important en soi. La sécurité, souvent citée comme raison principale, n’est pas si mauvaise actuellement, mais ils veulent s’assurer d’un futur plus stable avec la certitude de vivre en sécurité.

Bien que le gouvernement israélien s’alarme du nombre de juifs quittant le prétendu "Etat juif", il ne veut pas souligner le problème par crainte que cela n’en encourage d’autres à franchir le pas.

La gouvernance israélienne reconnait que le projet sioniste s’est construit sur deux hypothèses clefs : la saisie de terres palestiniennes et le transfert sur celles-ci du plus nombre de juifs possible pour les occuper. A la lumière de statistiques récentes, il semblerait que l’immigration nette décline ; ce qui pourrait marquer le début de la fin de la bataille démographique menée par Israël contre la population indigène palestinienne.

Du départ de ces migrants d’Israël, pourraient résulter de grosses pertes économiques du fait que les candidats au départ sont des personnalités éminentes dans leurs domaines, techniciens ou scientifiques hautement qualifiés. Ils jouent un rôle important dans le maintien de la supériorité technologique israélienne, qui est un des piliers de leur économie. Le revenu annuel provenant des industries techniques est estimé à environ 7 milliards de dollars.

La "fuite des cerveaux" a également touché les secteurs militaire et de la sécurité, qui s’appuient tous deux sur une position de leader, dans la compétition technologique dont ils dépendent. On le voit notamment dans leur production de "drones" sans pilotes ; cette force de frappe aérienne qui permet à Israël d'être prêt à détecter et à repousser toute menace stratégique et existentielle. Israël est aussi soupçonné d’être responsable du développement du virus informatique Stuxnet, qui a été utilisé avec une grande efficacité contre le programme de développement nucléaire iranien. Une pénurie de personnel suffisamment qualifié touche désormais également les réseaux de renseignements israéliens.

La question qui reste à poser est simple : si les mythes fondateurs d’Israël sont vrais, et qu’il existe bel et bien des raisons éthiques et religieuses pour l’établissement d’un Etat sur une terre sur laquelle un autre peuple vivait déjà, pourquoi autant d’Israéliens quittent-ils "la terre promise" ?


Source : Middle East Monitor http://www.middleeastmonitor.com/articles/middle-east/5653-w...

Traduction : CR pour ISM http://www.ism-france.org/analyses/Pourquoi-autant-d-Israeli...

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   21/11/2013, 11:55

Le poète israélien Natan Zakh a déclaré : « J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste »


Le 10 novembre 2013, le journal hébreu Yediot Ahronot a rapporté que le grand poète israélien Natan Zakh a déclaré que le sionisme a échoué à réaliser son objectif. Selon lui, «  l’Etat du lait et du miel  » promis n’est maintenant que mal et corruption. Il a par ailleurs appelé à boycotter les colonies sionistes.

«  Si j’avais su que le sionisme se concrétiserait dans un pays qui vit par l’épée, je serais resté en Europe. J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste  », dit-il.

Gaza est toujours sous un affreux blocus, ses roquettes reflètent une résistance légitime, a ajouté le critique littéraire, Lauréat du Prix Bialik (en 1982) et Lauréat du Prix d’Israël (en 1995).

Israël vit «  aujourd’hui comme l’empire romain dans ses derniers jours. Ici, ils nous apprennent la haine et préparent des bombes atomiques, au lieu d’essayer de nous rapprocher de nos voisins dont nous avons volé la terre  », a-t-il conclu.

http://www.halalbook.fr/actufiche-15-1891.html?Le-po%C3%A8te-isra%C3%A9lien-Natan-Zakh-a-d%C3%A9clar%C3%A9+-%C2%AB+J%E2%80%99ai-fui-d%E2%80%99un-Etat-nazi-pour-me-retrouver-dans-un-Etat-fasciste+%C2%BB


PS : La source (l'article du journal Yediot Ahronot) semble introuvable sur le net.

En 2010 Nathan Zach déclara que les juifs séfarades originaires des pays musulmans étaient inférieurs aux Juifs ashkénazes.

"l'idée de réunir des gens qui n'ont rien en commun est apparue. Une partie d'entre eux provient de la culture la plus élevée qui soit - la culture occidentale - et l'autre partie vient des caves."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nathan_Zach
http://www.haaretz.com/print-edition/news/renowned-poet-natan-zach-accused-of-racism-after-tv-comments-1.304445

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2221
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   4/12/2013, 00:00


Le sabotage des négociations de paix américano-iraniennes

Publié le 9 novembre 2013 par Tancrède Lenormand


Israël, État terroriste, et ses agents à travers le monde qui manigancent sans répits pour précipiter le monde dans la guerre avec un total cynisme.


Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est intervenu depuis Tel-Aviv pour condamner toute possibilité d’accord entre le groupe 5+1 et l’Iran. Pour saboter les négociations de Genève, son gouvernement a mobilisé ses puissants relais aux États-Unis, qui ont eux-mêmes mobilisés les parlementaires et les journalistes qu’ils ont corrompus. Le professeur James Petras décrit ici la manière dont Israël impose ses objectifs au Législatif et à l’Exécutif états-uniens depuis une cinquantaine d’années.
Citation :
« Les groupes politiques pro-Israël tels que le AIPAC travaillent avec un financement illimité à détourner la politique américaine dans la région (du Proche-Orient). » 
Jack Straw , membre (travailliste) du Parlement et ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni.
« Les États- Unis devraient lancer une bombe atomique sur l’Iran pour inciter le pays à mettre fin à son programme nucléaire. » 
Sheldon Adelson, le plus grand donateur du Parti républicain et un grand collecteur de fonds pour les comités d’action politique pro-israéliens, discours à l’Université Yeshiva à New York, le 22 Octobre 2013.
La question de la guerre ou de la paix avec l’Iran repose sur les politiques adoptées par la Maison-Blanche et le Congrès. Les ouvertures de paix de Rohani, le président iranien nouvellement élu, ont résonné favorablement dans le monde entier, sauf avec Israël et ses acolytes sionistes en Amérique du Nord et en Europe. La première séance de négociation s’est déroulée sans récrimination et a donné lieu à une évaluation optimiste des deux côtés. Précisément à cause de cette réponse initiale favorable, le gouvernement israélien a intensifié sa guerre de propagande contre l’Iran. Ses agents au Congrès, dans les médias et dans l’Exécutif sont mobilisés pour saper le processus de paix. Ce qui est en jeu, c’est la capacité d’Israël à mener des guerres par procuration à l’aide de l’armée des États-Unis et de ses alliés de l’Otan contre tout gouvernement contestant la suprématie militaire israélienne au Proche-Orient, l’annexion violente du territoire palestinien et sa capacité à attaquer n’importe quel adversaire en toute impunité. Pour comprendre ce qui est en jeu dans les négociations de paix en cours, il faut envisager les conséquences d’un échec : sous la pression d’Israël, Washington s’est déclaré prêt à activer ses armées —il s’agirait concrètement de frappes de missiles et d’une campagne de bombardement contre 76 millions d’Iraniens en vue de détruire leur gouvernement et leur l’économie—. Téhéran pourrait riposter contre une telle agression en ciblant les bases militaires US dans la région et les installations pétrolières du Golfe ce qui provoquerait une crise mondiale. C’est ce que veut Israël. Nous allons commencer par examiner le contexte de la suprématie militaire d’Israël au Proche-Orient. Nous allons ensuite procéder à l’analyse de l’incroyable pouvoir d’influence d’Israël sur le processus politique états-unien et comment il façonne le processus de négociation aujourd’hui, avec un accent particulier sur son pouvoir au Congrès.
Le contexte de la suprématie militaire israélienne au Proche-Orient

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Israël a bombardé, envahi et occupé plus d’États du Proche-Orient et d’Afrique que n’importe quelle autre puissance coloniale précédente, excepté les États-Unis. La liste de ses victimes comprend : la Palestine, la Syrie, le Liban, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Soudan et le Yémen. Si l’on inclut les États où Israël a lancé des attaques et des assassinats terroristes quasi-clandestins, la liste serait grandement élargie pour en inclure une douzaine en Europe et en Asie —y compris les États-Unis—.

La projection de la puissance militaire d’Israël et sa capacité à mener des guerres offensives à volonté sont accompagnées d’une impunité quasi-totale. En dépit de ses violations répétées du droit international, y compris ses crimes de guerre, Israël n’a jamais été condamné par un tribunal international ou soumis à des sanctions économiques parce que Washington utilise son veto au Conseil de sécurité de l’Onu et la pression de ses alliés de l’Otan et de l’UE.

La suprématie militaire d’Israël a moins à voir avec le rayonnement techno-industriel inhérent de ses fauteurs de guerre et plus à voir avec les transferts et le vol pur et simple de la technologie nucléaire, chimique et biologique et des armes des États-Unis [1]. Les sionistes d’outre mer, aux États-Unis et en France, ont joué un rôle stratégique dans le vol et l’expédition illégale de la technologie nucléaire et de composantes d’armes en Israël, selon une enquête menée par l’ancien directeur de la CIA, Richard Helms.

Israël maintient d’énormes stocks d’armes biologiques et refuse tout accès à des inspecteurs internationaux d’armement et n’est pas tenu de respecter les traités de non-prolifération des armes nucléaires et chimiques en raison de l’intervention diplomatique états-unienne. Sous la pression de la « Configuration du pouvoir sioniste » (CPS), Washington a bloqué toute action qui pourrait limiter la production par Israël d’armes de destruction massive. En fait, les États-Unis, en violation du droit international, continuent de fournir à Israël des armes stratégiques de destruction massive pour qu’il les utilise contre ses voisins.

L’aide militaire US et les transferts de technologie vers Israël ont dépassé 100 milliards de dollars au cours du dernier demi-siècle. L’intervention diplomatique et militaire US était cruciale pour sauver Israël de la défaite pendant la guerre de 1973. Le refus du président Lyndon Johnson de défendre le navire de renseignement désarmé, l’USS Liberty en 1967, après qu’il eut été bombardé et couvert de napalm par des avions de combat israéliens et des navires de guerre dans les eaux internationales, a constitué une grande victoire pour Israël grâce aux conseillers sionistes de Johnson. En raison de son impunité, même lorsqu’il tue des militaires états-uniens, Israël a les mains libres pour mener des guerres d’agression et dominer ses voisins, commettre des actes de terrorisme et assassiner ses adversaires à travers le monde sans crainte de représailles.

La supériorité militaire non-contestée d’Israël a converti plusieurs de ses voisins en collaborateurs quasi-clients : l’Égypte et la Jordanie ont servi d’alliés de facto avec les monarchies du Golfe, en aidant la répression par Israël des mouvements nationalistes et pro-palestiniens de la région.

Le facteur le plus déterminant dans l’essor et la consolidation du pouvoir d’Israël au Proche-Orient n’a pas été ses prouesses militaires, mais sa portée politique et l’influence qu’il exerce par l’intermédiaire de ses agents aux États-Unis. Les guerres de Washington contre l’Irak et la Libye, ainsi que son soutien actuel aux mercenaires contre la Syrie, ont détruit les trois principaux opposants nationalistes laïques à ses ambitions hégémoniques.

Alors qu’Israël accumule plus de puissance dans la région, élargissant sa colonisation du territoire palestinien, son regard se tourne vers l’est pour détruire le dernier obstacle de sa politique coloniale : l’Iran.

Depuis au moins deux décennies, Israël a demandé à ses agents à l’étranger de détruire le gouvernement iranien en déstabilisant sa société, en assassinant ses scientifiques, en bombardant ses établissements militaires et ses laboratoires et en étranglant son économie.

Après que la CPS ait réussi à pousser les États-Unis vers la guerre contre l’Irak en 2003 —déchiquetant littéralement sa société laïque et tuant plus d’un million d’Irakiens—, elle a tourné son dévolu sur la destruction du Liban (Hezbollah) et le gouvernement laïque de la Syrie afin d’isoler l’Iran et de préparer une attaque. Alors que des milliers de civils libanais ont été abattus en 2006, l’attaque du Liban par Israël a échoué, malgré le soutien du gouvernement états-unien et malgré une campagne de propagande sauvage. Rendu hystérique par son échec tout autant que pour « compenser » sa défaite face au Hezbollah et pour « remonter son moral », Israël a envahi la Bande de Gaza en 2008-09 —le plus grand camp de prison à ciel ouvert du monde— et l’a détruite une grande partie .

N’ayant pas la capacité militaire d’attaquer l’Iran pour son propre compte, Israël a orienté ses agents vers la manipulation de Washington pour commencer une guerre avec Téhéran. Les dirigeants militaristes à Tel-Aviv ont mobilisé leurs atouts politiques à travers les États-Unis pour travailler à détruire l’Iran —le dernier adversaire redoutable à la suprématie d’Israël au Proche-Orient—.

La stratégie israélo-CPS est conçue pour ouvrir la voie à une confrontation entre l’Iran et les États-Unis, en utilisant ses agents dans l’Exécutif ainsi que sa corruption et son contrôle du Congrès. Le contrôle de la CPS sur les médias de masse renforce sa campagne de propagande : tous les jours le New York Times et le Washington Post publient des articles et des éditoriaux afin de promouvoir l’agenda de guerre d’Israël. Le CPS utilise le département d’État pour forcer d’autres pays de l’Otan à eux aussi affronter l’Iran.

La guerre par procuration d’Israël contre l’Iran : la pression politique états-unienne, les sanctions économiques et les menaces militaires

Seule, la « guerre » d’Israël contre l’Iran ne constituerait pas grand chose de plus que son sabotage cybernétique, des assassinats périodiques de scientifiques par ses agents rémunérés au sein de groupes terroristes et des discours incessants de politiciens israéliens et de leur foule de bénis-oui-oui. En dehors d’Israël, cette campagne a eu peu d’impact sur l’opinion publique. La « guerre » d’Israël contre l’Iran dépend exclusivement de sa capacité à manipuler la politique US à l’aide de ses agents locaux, des groupes qui dominent le Congrès, et via les nominations de fonctionnaires occupant des postes clés dans les départements du Trésor, du Commerce et de la Justice, et comme « conseillers » aux affaires du Proche-Orient. Israël ne peut pas organiser une campagne de sanctions efficaces contre l’Iran, ni influencer quelques pouvoirs importants. Seuls les États-Unis le peuvent. La domination d’Israël au Proche-Orient provient entièrement de sa capacité à mobiliser ses mandataires aux États-Unis à qui est assignée la tâche d’assurer la soumission totale aux intérêts d’Israël des représentants élus —en particulier en ce qui concerne les adversaires régionaux d’Israël—.

Stratégiquement placé, les citoyens à « double nationalité américano-israélienne » ont utilisé leur citoyenneté US pour obtenir des postes de haute responsabilité au sein du gouvernement, directement impliqués dans les politiques touchant Israël. Comme Israéliens, leurs activités sont conformes aux préceptes de Tel-Aviv. Dans l’administration Bush (2001-2008) ces haut fonctionnaires, « Israéliens en premier », ont dominé le Pentagone (Paul Wolfowitz, Douglas Feith), la sécurité au Proche-Orient (Martin Indyk, Dennis Ross), le bureau du vice-président (« Scooter » Libby), les départements du Trésor (Stuart Levey) et de la Sécurité de la Patrie (Michael Chertoff). Dans l’administration Obama les « Israéliens en premier » comprennent Dennis Ross, Rahm Emanuel, David Cohen, le secrétaire au Trésor "Jake le serpent" Lew, le secrétaire au Commerce Penny Pritzker et Michael Froman en tant que Représentant au Commerce, parmi d’autres.

La puissance par procuration d’Israël au sein de l’Exécutif est comparable à sa domination du Congrès. Contrairement à certaines critiques, Israël n’est ni un « allié », ni un « client », des États-Unis. La preuve de la brute asymétrie de la relation abonde dans le dernier demi-siècle. En raison de ces agents puissants dans le Congrès et au sein du pouvoir exécutif, Israël a reçu plus de 100 milliards de dollars des États-Unis au cours des 30 dernières années, soit plus de 3 milliards de dollars par année. Le Pentagone a transféré de la technologie militaire sophistiquée et s’est engagé dans plusieurs guerres pour le compte d’Israël. Le Trésor états-unien a imposé des sanctions bloquant des investissements potentiellement très lucratifs au Proche-Orient (Iran, Irak et Syrie) privant le secteur agricole, manufacturier et les compagnies pétrolières de plus de 500 milliards de dollars de recettes. La Maison-Blanche a sacrifié la vie de plus de 4 400 soldats états-uniens dans la guerre en Irak —une guerre promue par les mandataires d’Israël à la demande des dirigeants d’Israël—. Le département d’État a rejeté les relations amicales et rentables avec plus de 1,5 milliard de musulmans en soutenant la colonie illégale de plus d’un demi million de colons juifs qui occupent militairement la terre palestinienne en Cisjordanie et à Jérusalem.

La question stratégique est de savoir comment et pourquoi cette relation unilatérale entre les USA et Israël persiste depuis si longtemps, même si cela va à l’encontre de tant d’intérêts stratégiques et de l’élite des États-Unis ? La question la plus pressante et immédiate est comment cette relation historiquement déséquilibrée affecte les sanctions américano-iraniennes contemporaines et les négociations nucléaires ?


L’Iran et les négociations de paix

Sans doute le président iranien nouvellement élu et son ministre des Affaires étrangères sont prêts à négocier la fin des hostilités avec les États-Unis en faisant des concessions majeures garantissant l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Ils ont déclaré qu’ils sont ouverts à réduire, voire à mettre fin à la production d’uranium hautement enrichi, à réduire le nombre de centrifugeuses et même à permettre des inspections intrusives spontanées, entre autres propositions prometteuses. Le gouvernement iranien propose une feuille de route avec des objectifs finaux dans le cadre des accords initiaux. La Haute-représentante aux Affaires étrangères de l’Union européenne, Catherine Ashton, a émis des commentaires favorables sur la première rencontre.

L’administration états-unienne a donné des signaux contradictoires après les invitations iraniennes et la séance d’ouverture. Certains commentaires individuels sont prudemment positifs, d’autres sont moins encourageants et rigides. Les sionistes de l’administration comme Jack Lew, le secrétaire au Trésor, insistent pour que les sanctions soient maintenues jusqu’à ce que l’Iran respecte toutes les demandes US (c’est à dire « israéliennes »). Le Congrès, acheté et commandé par la CPS, rejette les ouvertures prometteuses et flexibles iraniennes, en insistant sur les « options » militaires ou le démantèlement total du programme nucléaire légal et pacifique de l’Iran —positions de la CPS visant à saboter les négociations—. À cette fin, le Congrès a adopté de nouvelles sanctions économiques plus extrêmes afin d’étrangler l’économie pétrolière de l’Iran.


Comment les comités d’action politique d’Israël contrôlent le Congrès et préparent la guerre contre l’Iran

La Configuration du pouvoir sioniste utilise sa puissance de feu financière pour dicter la politique du Congrès au Proche-Orient et pour veiller à ce que la Chambre et le Sénat US ne s’éloignent pas d’un iota des intérêts d’Israël. L’instrument sioniste utilisé dans l’achat des élus aux États-Unis est le comité d’action politique (CAP ; « PAC » en anglais).

Grâce à une décision de la Cour suprême en 2010, les Super CAPs dépensent d’énormes sommes afin d’élire ou de détruire des candidats. Ils agissent pour le compte d’Israël. Tant que ces fonds ne vont pas directement au candidat, ces Super PACs n’ont pas à révéler les sommes qu’ils dépensent et comment elles sont dépensées. Les estimations prudentes de fonds directs et indirects liant la CPS et les parlementaires états-uniens s’élèvent à près de 100 millions de dollars au cours des 30 dernières années. La CPS achemine ces fonds au Législatif en général et en particulier aux membres de comités du Congrès impliqués dans la politique étrangère, en particulier les présidents des sous-comités qui traitent avec le Proche-Orient. Sans surprise, les plus grands bénéficiaires au Congrès d’argent CPS sont ceux qui ont activement promu des politiques de la ligne dure d’Israël. Ailleurs dans le monde, ces retombées à grande échelle sur des élections législatives seraient considérées comme de la corruption flagrante et deviendraient l’objet de poursuites judiciaires sanctionnées par l’emprisonnement des deux parties. Aux États-Unis, l’achat et la vente de la voix d’un homme politique est appelé « lobbying ». Elle est légale et ouverte. La branche législative du gouvernement états-unien en est venue à ressembler à une maison de prostitution de luxe ou une vente aux enchères de négriers blancs —mais avec la vie de milliers de personnes en jeu—.

Le CPS a acheté le soutien des élus au Congrès à grande échelle : sur 435 membres de la Chambre des Représentants, 219 ont reçu des paiements de la CPS en échange de leurs votes pour Israël. La corruption est encore plus répandue chez les 100 sénateurs, 94 d’entre eux ayant accepté de l’argent pour leur fidélité à Israël. La CPS déverse de l’argent aussi bien sur les républicains que sur les démocrates, assurant ainsi d’incroyables votes presque unanimes (« bipartisans ») en faveur de « l’État juif », y compris ses crimes de guerre, comme les bombardements de Gaza et du Liban, sans compter les plus de 3 milliards de dollars US des contribuables versés à Tel-Aviv. Au moins 50 sénateurs ont recueilli entre 100 000 et 1 million de dollar chacun en argent CPS au cours des dernières décennies. En échange, ils ont voté pour plus de 100 milliards de dollars de subventions à Israël … en plus d’autres « services et paiements » . Les députés sont moins chers : 25 parlementairess ont reçu entre 238 000 et 500 000 dollars, tandis que le reste n’a reçu que des miettes. Quel que soit le montant, le résultat net est le même : les membres du Congrès reçoivent leur texte à partir de leurs mentors sionistes dans les CAP, les Super CAPs et l’AIPAC. Ils appuient toutes les guerres d’Israël au Proche-Orient et se font promoteurs de l’agression US en faveur d’Israël.

Les législateurs les plus virulents et les plus influents obtiennent les plus gros morceaux : le sénateur Mark Kirk (Bombes sur Téhéran !) est en tête de la liste des goinfres avec 925 000 dollars en retombées CPS, suivi par John McCain (Bombes sur Damas !) avec 771 000 dollars, tandis que les sénateurs Mitch McConnell, Carl Levin, Robert Menendez, Richard Durban et d’autres sionistophiles ne se gênent pas quand vient le moment de tendre leurs petits bols de quêteur lorsque les porteurs de sous pro–Israël des CAPs arrivent ! Floride Ileana Ros-Lehtinen arrive en tête de la liste de la « Maison » avec 238 000 dollars pour son record de positions 100 % pro-Israël ainsi que pour être plus belliciste que Netanyahou lui-même ! Eric Cantor a obtenu 209 000 dollars pour ses « guerres pour Israël » avec des vies états-uniennes tout en réduisant les retraites des personnes âgées. Steny Hoyer, chargé de la discipline de la minorité de la Chambre a obtenu 144 000 dollars pour avoir ramené vers Israël les quelques démocrates chancelants. Le chef de la majorité, John Boehner, a été payé 130 000 dollars pour faire la même chose chez les Républicains.

Le CPS a dépensé d’énormes sommes afin de punir et de détruire une douzaine de parlementaires dissidents qui avaient résisté aux guerres d’Israël et à son grotesque bilan de violations des droits de l’homme. Le CPS a versé des millions dans des campagnes individuelles, non seulement pour le financement de candidats de l’opposition qui ont promis allégeance à Israël, mais pour des campagnes de diffamation des critiques d’Israël. Ces campagnes ont été montées dans les parties les plus obscures des États-Unis, y compris dans la majorité des districts afro-américains où les intérêts sionistes locaux et leur influence sont par ailleurs tout à fait nuls.

Il n’y a pas de CAP, de super CAP, de chef de parti ou d’organisation civique comparable qui puissent contester le pouvoir de la cinquième colonne d’Israël. Selon les documents archivés par le chercheur courageux, Grant Smith de IRMEP, quand il s’agit d’Israël, le ministère de la Justice a catégoriquement refusé d’appliquer les lois fédérales exigeant la poursuite de citoyens états-uniens qui travaillent secrètement pour un État étranger —au moins depuis 1963—. D’autre part, la CPS, à travers ce que l’on appelle l’ « Anti-Defamation League » (équivalent de la Licra française), a fait pression avec succès auprès du ministère de la Justice, du FBI et de la NSA, pour enquêter et poursuivre des citoyens respectueux de la loi et patriotiques qui ont critiqué les vols de terre palestinienne et les corrupteurs sionistes du système politique US.
La corruption et la dégradation de la démocratie états-unienne est rendue possible par la « presse respectable » également compromise et corrompue. Steve Lendman, critique des médias, a souligné le lien direct entre Israël et les médias dans son enquête sur le New York Times. Les principaux journalistes (« justes et équilibrés ») produisant des rapports sur Israël ont de forts liens familiaux et politiques envers ce pays et leurs articles ne sont que de la propagande. Ethan Bronner, journaliste du Times, dont le fils a servi dans les Forces de Défense d’Israël, est un apologiste de longue date de l’État sioniste. Isabel Kershner, journaliste de Times, dont « l’écriture » semblent sortir tout droit du ministère israélien des Affaires étrangères, est mariée à Hirsh Goodman, conseiller du régime Netanyahou pour « les Questions de sécurité ». Le chef du bureau de Jérusalem du Times, Jodi Rudoren, vit confortablement dans la maison ancestrale d’une famille palestinienne dépossédée de cette ville antique.
L’inébranlable attitude pro-Israël du New York Times fournit une couverture politique et de la justification aux politiciens états-uniens corrompus quand ils battent les tambours de guerre pour Israël. Il n’est pas surprenant que le New York Times, comme le Washington Post, soit profondément engagé en dénigrant et en dénonçant les négociations américano-iraniennes actuelles. Ils offrent de vastes espaces pour la rhétorique unilatérale des politiciens israéliens et leurs becs états-uniens, tout en excluant studieusement les voix les plus rationnelles d’anciens diplomates expérimentés, de chefs militaires las de la guerre et de représentants du monde des affaires et des milieux universitaires.
Pour comprendre l’hostilité du Congrès aux négociations nucléaires avec l’Iran et ses efforts pour les faire échouer à travers l’imposition de nouvelles sanctions ridicules, il est important d’aller à la source du problème, à savoir les déclarations des hommes politiques israéliens clés, qui fixent la ligne de marche pour leurs mandataires US.
À la fin octobre 2013, Amos Yadlin, ancien chef du renseignement de la Défense israélien, a déclaré devoir choisir entre « la bombe ou le bombardement » —un message qui a immédiatement été repris par les 52 présidents des principales organisations juives états-uniennes [2]—. Le 22 octobre 2013, le ministre du Renseignement d’Israël, Youval Steinitz, a appelé à de nouvelles sanctions sévères contre l’Iran. Il a insisté pour que les États-Unis les utilisent comme levier afin d’exiger que l’Iran accepte d’abandonner entièrement son énergie nucléaire pacifique et son programme d’enrichissement. Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a affirmé qu’« Israël n’acceptera aucun accord qui permette à l’Iran d’enrichir de l’uranium ». C’est la position d’Israël de menacer l’Iran de guerre (via les États-Unis) s’il ne cesse pas immédiatement son programme nucléaire. Ceci définit la position de tous les grands CAPs, les Super CAPs pro-israélien et l’AIPAC. Ils dictent les discours au Congrès. En conséquence, celui-ci adopte des sanctions économiques encore plus extrêmes contre l’Iran afin de saboter les négociations en cours.
Ceux qui ont reçu les plus grands pots de vin sionistes sont les plus véhéments : le sénateur Mark Kirk (925 379 dollars), auteur d’un précédent projet de loi sur les sanctions, exige que l’Iran abandonne la totalité de son programme nucléaire et balistique. Il déclare que le Sénat « devrait aller de l’avant avec une nouvelle série de sanctions économiques visant la totalité des recettes et des réserves du gouvernement iranien » [3]. La Chambre des représentants a déjà adopté une loi limitant fortement la capacité de l’Iran à vendre son principal produit d’exportation, le pétrole. Encore une fois, l’axe israélo-CPS-Congrès cherche à imposer au peuple états-unien le plan de guerre d’Israël ! À la fin octobre 2013, le secrétaire d’État Kerry était interrogé pendant sept heures par le Premier ministre israélien Netanyahu. Le lâche Kerry a promis de promouvoir l’agenda d’Israël en démentelant le programme d’enrichissement nucléaire de l’Iran.
Pour contrer la campagne d’étranglement de l’économie pétrolière de l’Iran promue par les laquais d’Israël au Congrès, le gouvernement iranien a offert de généreux contrats aux États-Unis et aux compagnies pétrolières européennes [4]. Les dispositions protectionnistes existantes sont en cours de suppression. Selon les nouvelles conditions, les sociétés étrangères choisissent elles-mêmes les zones à exploiter ou prennent part aux projets iraniens. L’Iran espère attirer au moins 100 milliards de dollars d’investissements au cours des trois prochaines années. Ce pays stable dispose des plus grandes réserves de gaz du monde et de la quatrième plus grande réserve de pétrole. En raison des sanctions US (c’est-à-dire israéliennes) imposées actuellement, la production a chuté de 3,5 millions de barils par jour en 2011 à 2,58 millions de barils par jour en 2013. La question est de savoir si les multinationales états-uniennes et européennes ont le pouvoir de contester la mainmise de la CPS sur la politique de sanction américano-européenne. Jusqu’ici, le CPS a dominé cette politique critique et a marginalisé les multinationales en utilisant les menaces, le chantage et la coercition contre les décideurs états-uniens. Cela a effectivement exclu les entreprises US du marché lucratif iranien.
Conclusion
Les États-Unis et les 5 autres pays qui tentent de négocier avec l’Iran font face à d’énormes obstacles pour surmonter la puissance d’Israël sur le Congrès. Au cours des dernières décennies, les agents d’Israël ont acheté la loyauté de la grande majorité des membres du Congrès, les formant afin qu’ils reconnaissent et respectent les sifflets, les signaux et les scripts des fauteurs de guerre à Tel-Aviv.
Cette « Axe de la guerre » a infligé d’énormes dégâts au monde, a entraîné la mort de millions de victimes de guerres états-uniennes au Proche-Orient, en Asie du Sud et en Afrique du Nord. La corruption brute et la faillite largement reconnue du système législatif sont dues à sa servilité envers une puissance étrangère. Ce qui reste à Washington est un État vassal, dégradé, méprisé par ses propres citoyens. Si le Congrès contrôlé par la CPS réussit encore une fois à détruire les négociations entre les États-Unis et l’Iran via de nouvelles résolutions belliqueuses, nous, le peuple états-uniens, devront payer un prix énorme en vies et en argent.
Le temps est venu d’agir. Il est temps de se lever et d’exposer le rôle joué par les CAPs israéliens, les super CAPs et des 52 organisations juives US à corrompre le Congrès et à transformer nos représentants élus en larbins pour les guerres d’Israël. Il y a eu un silence assourdissant de nos critiques, y compris dans la presse alternative. La preuve est ouvertement disponible, les crimes sont indéniables. Le peuple états-unien a besoin de leaders politiques réels avec le courage d’extirper les corrompus et les corrupteurs et de forcer les parlementaires à représenter les intérêts du peuple états-unien.

Traduction 
Roger Lagassé
Source

source : http://penserrendlibre.wordpress.com/2013/11/09/le-sabotage-des-negociations-de-paix-americano-iraniennes/


Article très intéressant pour comprendre le fonctionnement et le rôle des réseaux de (subver)Sion chez les Yankees criminels dégénérés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2221
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   11/12/2013, 11:59

L'entité sioniste,repaire de gredins parmi les pires que la Terre ait jamais portée,caverne de voleur pour tous les escrocs notoires...se bouffant entre eux à l'occasion,mais n'hésitant jamais à étendre leurs embrouilles au reste du monde.

Voici deux petits scans d'un article de journal de samedi dernier (les DNA,un journal peut suspect d'hostilité au sionisme) paraissant dans l'est de la France et que m'a envoyé un ami.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   25/6/2014, 13:02

Israël prend les rênes d’un Comité onusien chargé… de la décolonisation

le 21. juin 2014 - 20:48
Il faut se pincer pour y croire, tellement la nouvelle est renversante : c’est à Israël qu’est revenue la vice-présidence du Comité spécial de l’ONU chargé de la décolonisation !

suite:
http://oumma.com/202401/israel-prend-renes-dun-comite-onusien-charge-de-decol

Je ne parlerai pas des opérations de psychopathes en cours sous le prétexte de la disparition des 3 ados israeliens, ça me rappelle n'engrenage de guerre avec le Liban avec ces 2 ou 3 soldats prisonniers, sans parler que l'opération à déjà fait un mort et que les sionistes vont sûrement vouloir mettre des portraits géants sur les façades des mairies de France. On connait la musique.
On dirait qu'il n'y a pas de police là-bas que des militaires en patrouille pour un oui ou un non.

La vie d'un goy c'est de la merdas pour eux, aucune retenue, toujours dans l'effusion, la surcommunication, alors qu'il y a des milliers de disparitions chaques jours sur toute la planète ou de kidnapping. Sans parler, des meutres, des cancers, des accidents.... Vous vouliez la terre promise oui mais bon c'est comme partout y'a toujours des soucis dans la vie.
SI ça se trouve c'est une mafia de chez eux qui à fait coup. Les familles des ados sont-elles riches? Logiquement pour l'échange de prisonnier les soldats sont plus bankable comme on dit aujourd'hui, je suis pas trop la logique de toute cette affaire, c'est encore du grand n'importe quoi.
Je suis pas le seul à me poser la question d'une psyop à la con.
http://fr.timesofisrael.com/al-maliki-les-israeliens-pourraient-avoir-monte-le-kidnapping/

Les israelites vont peut être se mettre des RFID sous la peau si l'hystérie continue.

http://www.lemondejuif.info/otages-israeliens-ambassadeur-disrael-accuse-leurope-cautionner-lenlevement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
stg45



Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: hystérie: Ayelet Shaked se fait dessus   21/7/2014, 20:23





Ayelet Shaked, du parti ultra-nationaliste Jewish Home, a appelé au meurtre de toutes les mères palestiniennes qui donnent naissance à des « petits serpents ».

«Elles doivent mourir, et leurs maisons doivent être détruites de telle sorte qu’elles ne puissent plus abriter de terroristes », a-t-elle affirmé, en ajoutant : « Elles sont toutes des ennemies, et leur sang devrait être sur nos mains. C’est aussi valable pour les mères des terroristes morts.


Raison de plus pour soutenir le hamas, quand Israel perdra une guerre, ces connasses arrogantes nous demanderont l'asile politique à genoux.


Y a un truc qui me déplait fortement dans sa gueule, visage trop large, œil torve et bovin, strabisme, prognathisme, mâchoire carrée, lèvre en bec verseur, nez refait.

Verdict : de la bourrine violente et bornée masquée par une féminité (très, très, très) superficielle.

j'avais exactement la même dans ma classe. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stg45



Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: amusant !!   21/7/2014, 20:42

Il y a un truc qui est génial avec Tsahal, c'est que ses soldats ne sont jamais "capturés" ou "fait prisonniers", ils sont "kidnappés".

Genre le mec attendait le bus pour rentrer chez lui, quand soudain...  santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2221
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   8/8/2014, 02:50

Citation :
israhell ou la stratégie de l’infanticide de masse

Voici les preuves par dizaines que les israhelliens assassinent des enfants en toute connaissance de cause et qu’ils assument cette monstruosité ! Qu’il s’agisse des politiques, des soldats ou des civils, tous appellent fièrement au meurtre des enfants et concrétisent ce souhait en passant à l’acte sans aucun état d’âme. Il n’y a qu’à se référer aux décomptes macabres ! Les images des centaines de morts sont là pour le prouver. En face, les « terroristes » du Hamas s’attaquent aux soldats et là encore, les preuves sont fournies par des caméras embarquées par les valeureux soldats du Hamas, afin que nulle propagande sioniste ne vienne polluer la vérité se rapportant aux combats sur le champ de bataille. 1400 morts dont 90% de civils à Gaza ainsi que 8500 blessés côté palestinien ; 3 morts civils et près d’une centaine de soldats morts et d’autres centaines blessés côté sioniste ! À vous de voir maintenant qui  des deux est le terroriste…



source : http://www.lelibrepenseur.org/2014/08/02/israhell-et-la-strategie-de-linfanticide-de-masse/

Quelle personne encore "humaine" oserait nier après ça la nature intrinsèquement et intégralement démentielle (autant au niveau folie dégénérée que criminelle) et pathologique de cette plaie cancéreuse universelle qu'est le Sionisme.

Cette vidéo fait suite à deux autres :

Citation :
israhell, mythocratie criminelle

Israhell, le Grand Mensonge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote   19/9/2014, 18:42

Citation :
Pourtant Israël est là pour Gaza. Sharon Banyan, ancien officier de l’armée qui a démissionné en octobre 2013 a toujours d’étroites relations avec le corps militaire et aime mettre en avant les efforts qui sont faits pour soutenir les Palestiniens. « Nous leur avons laissé la plus belle partie de la côte », dit-elle. « Nous leur avons permis de construire des hôtels de luxe en bord de plage, et vous pourrez les voir si vous y allez »

"Comment Israël « forme » des journalistes étrangers"
par Vinciane Jacquet, le 19 septembre 2014

Concernant les hotels de luxe. Arrow

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/158399-comment-des-israeliens-manipulent-l-image-de-gaza-sur-le-web.html

Pour le plaisir, l'arroseur arrosé... "La piscine d’Auschwitz !"


Citation :
20 juillet 2001
Le révisionniste germano-australien Fredrick Toben nous signale la présence aujourd’hui, à côté de la piscine du camp, d’un panneau où se lit en polonais, en anglais et en hébreu une inscription destinée à faire croire au visiteur que cette piscine était en fait elephant un simple réservoir d’eau pour la brigade du feu. elephant La version anglaise porte:


Fire brigade reservoir built in the form of a swimming pool, probably in early 1944.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: piqûre de rappel   22/9/2014, 12:16

Une stratégie pour Israël dans les années 80

Nous reproduisons ci-dessous des extraits d’un article de la revue Kivounim (Orientation), publié par l’« Organisation Sioniste mondiale » à Jérusalem (n° 14, février 1982). Ils présentent un plan de démembrement des États arabes qui constitue la référence du projet de « remodelage du Proche-Orient » de l’administration Bush.

Archives | février 1982
http://www.voltairenet.org/article9888.html

« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, est un objectif prioritaire que les accords de Camp David et les accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre (…) Privés de pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il nous faut impérativement agir pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979.

La situation économique de l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une conjoncture telle qu’Israël devra intervenir…

L’Égypte, du fait de ses conflits internes, ne représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24 heures, de la faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est bien mort (…) et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a perdu 50% de sa puissance. À court terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé, l’Égypte est déjà un cadavre, surtout si l’on tient compte de l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique pour les années 1990, sur le front occidental.

Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution. La formation d’un État copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités régionales de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.

En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La partition du Liban en cinq provinces (…) préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États.

Les structures ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un État chiite le long de la côte, d’un État sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre État —peut-être sur notre Golan— en tout cas avec l’Houran et le Nord de la Jordanie. (…) Un tel État serait, à long terme, une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre portée.

Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syro-irakienne favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se lancer dans un conflit d’envergure contre nous. Toute forme de confrontations inter-arabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet éclatement. (…) Il est possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de polarisation.

La Péninsule arabique toute entière est vouée à une dissolution du même genre, sous des pressions internes. C’est le cas en particulier de l’Arabie saoudite : l’aggravation des conflits intérieurs et la chute du régime sont dans la logique de ses structures politiques actuelles.

La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat. À long terme, elle ne constituera plus une menace pour nous après sa dissolution, la fin du règne de Hussein, et le transfert du pouvoir aux mains de la majorité palestinienne.

C’est à quoi doit tendre la politique israélienne. Ce changement signifiera la solution du problème de la rive occidentale, à forte densité de population arabe.

L’émigration de ces Arabes à l’Est —dans des conditions pacifiques ou à la suite d’une guerre— et le gel de leur croissance économique et démographique, sont les garanties des transformations à venir. Nous devons tout faire pour hâter ce processus.

Il faut rejeter le plan d’autonomie, et tout autre qui impliquerait un compromis ou une participation des territoires, et ferait obstacle à la séparation des deux nations : conditions indispensables d’une véritable coexistence pacifique.

Les Arabes israéliens doivent comprendre qu’ils ne pourront avoir de patrie qu’en Jordanie (…) et ne connaîtront de sécurité qu’en reconnaissant la souveraineté juive entre la mer et le Jourdain. (…) Il n’est plus possible, en cette entrée dans l’ère nucléaire, d’accepter que les trois quarts de la population juive se trouve concentrée sur un littoral surpeuplé et naturellement exposé ; la dispersion de cette population est un impératif majeur de notre politique intérieure. La Judée, la Samarie, et la Galilée, sont les seules garanties de notre survie nationale. Si nous ne devenons pas majoritaires dans les régions montagneuses, nous risquons de connaître le sort des Croisés, qui ont perdu ce pays.

Rééquilibrer la région sur le plan démographique, stratégique et économique, doit être notre principale ambition ; ceci comporte le contrôle des ressources en eau de la région qui va de Beer Sheba à la Haute-Galilée et qui est pratiquement vide de juifs aujourd’hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L' entité sioniste, cette colonie appellée "israël" n' a plus la cote
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conflit israélo-palestinien
» Marine israélienne - Israeli Navy
» Besoin de trouver un ral qui s'approche le plus de cette photo!
» urgent supprimer cette photo
» Connaissez-vous cette femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: