Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MEIN KAMPF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: MEIN KAMPF   18/2/2009, 12:07



Dernière édition par MOBY37 le 26/5/2010, 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   18/2/2009, 12:38

A remarquer l' "Avertissement" imposé au lecteur en début d'ouvrage : Doxa politiquement correcte oblige. Le lecteur, comme on le sait, étant parfaitement incapable de se faire une opinion par lui-même... elephant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
enildem

avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   25/2/2009, 16:33

On peut comprendre les précautions d'emplois avec tous les dégénérés qui aujourd'hui on un drapeau nazi dans leur salon... qui font le salut nazi pendant des match de foot... c'est que le livre produit encore ses effets.

On devrait faire pareil avant les discours de Sarkozy... mais le recul n'est pas là et les méfaits n'ont pas encore été digérés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   25/2/2009, 17:07

Il est certain que les débiles en question n'ont plus grand chose à voir avec le contenu d'un ouvrage comme "Mein Kampf" dont une grande partie concerne une actualité socio-économique aujourd'hui tout à fait anachronique et sans aucun rapport avec celle de notre époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
maxson

avatar

Nombre de messages : 314
Age : 51
Localisation : mariposa
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   25/2/2009, 17:50

je ne pense pas qu'un seul degeneré qui tend le bras lors d'un match de foot ait lu mein kampf!
pour les discourts de sarko ,ils ne sont pas de lui!il a deja eut du mal a avoir son bac b!par contre coté "savoir paraitre" il aurait put faire la starac! eole est sont protecteur

merci pour le lien,la lecture est ardue,c'est pas tres structuré comme bouquin! scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confrerie-acier.over-blog.com/
enildem
Invité



MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   26/2/2009, 03:28

Le livre est le reflet de son auteur, pas très structuré...
Revenir en haut Aller en bas
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   26/2/2009, 10:39

Il faut le lire et reconnaitre comme un élément historique, Point-barre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   27/2/2009, 00:37

Citation :
l'idée pacifiste et humanitaire peut être excellente à partir du moment où l'homme supérieur aura
conquis et soumis le monde sur une assez grande étendue pour être le seul maître de cette terre. Cette
idée ne pourra pas avoir d'effet nuisible que dans la mesure où son application pratique deviendra
difficile, et finalement, impossible. Donc, tout d'abord combat puis, peut-être, pacifisme.

on reconnait la patte 'ordo ab chao' en somme, du sionisme inversé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   27/2/2009, 09:55

b.h.j. a écrit:
Citation :
l'idée pacifiste et humanitaire peut être excellente à partir du moment où l'homme supérieur aura
conquis et soumis le monde ...

Source et référence précises svp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   28/2/2009, 09:19

mais c'est au début de la page 151
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   28/2/2009, 10:36

b.h.j. a écrit:
mais c'est au début de la page 151

Merci.
En fait p. 287 de l'édition de la NEL (t.I, chap.11) et p.315 de l'édit. allemande originale. Le texte poursuit ainsi :
Citation :
... Sinon l'humanité a dépassé l'apogée de son évolution et le terme n'est pas la domination d'une idée morale quelconque, mais la barbarie et ensuite le chaos.

Ce qui devait, en effet, se réaliser point par point au grand détriment de l'Europe. Cette réflexion fait suite à l'exposé de la doctrine de Wilson en vue du leadership américain qui devait précisément nous conduire tout droit à la guerre. Nous y sommes encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   28/2/2009, 23:45

enildem a écrit:
Le livre est le reflet de son auteur, pas très structuré...

Aussi peu structuré qu'une conférence de Steiner par exemple. En fait, je pense que cela apparait peu structuré aux esprits français que nous sommes et qui préfèrent en quelque sorte ça :




à ça :



Dernière édition par Jean-Charles. le 28/2/2009, 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Charles.

avatar

Nombre de messages : 399
Age : 40
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   28/2/2009, 23:45

Interview en français datant de 1936 :

http://www.voxnr.com/cc/d_allemagne/EkFVlFpuAZnRVBkvAQ.shtml

Notons que Mein Kampf en français n'est pas interdit contrairement à une rumeur tenace.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Longue vie au nationalisme   3/3/2009, 21:31

Merci pour ces precieux liens je voulais lire ce fameux ouvrage depuis trés lontemps tu m'en donne l'occasion

Je te remerci.

Alladin13
Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   11/6/2009, 13:23

on peut l'avoir en neuf ici :

http://www.editions-nel.com/cc/histoire3945/EkpypEyZyFjsizyJTS.shtml

Mein Kampf – Mon Combat
Adolf Hitler

Date : 1934 | Pages : 650 | Prix : 36 €

ISBN : 9782723305303

Détail(s) : Edition Française

Mein Kampf – Mon Combat

Mein Kampf (en français Mon Combat) est un livre rédigé par Adolf Hitler entre 1923 et 1924 pendant sa détention à la prison de Landsberg suite au coup d’état manqué dit " putsch de la Brasserie ". Il contient des éléments autobiographiques ainsi qu’une présentation de l’idéologie nationale-socialiste. Il constitue une excellente introduction au national socialisme allemand.

On estime le tirage de ce livre à plus de dix millions d'exemplaires en allemand, auxquels s'ajoutent des traductions en seize langues étrangères.

La Cour d’appel de Paris a décidé, dans un arrêt du 11 juillet 1979, d'autoriser la vente du livre (édition intégrale en français), compte-tenu de son intérêt historique et documentaire, mais assortissant cette autorisation de l'insertion en tête d'ouvrage, juste après la couverture et avant les pages de garde, d'un texte de huit pages mettant en garde le lecteur.

Par contre l'edition de 1934 comporte 688 pages dixit :
http://www.editions-nel.com/cc/histoire3945/EkpypEyZyFjsizyJTS.shtml

l'edition NEL actuel 650 pages.

Quelqu'un a t'il la reponse de ce mystére, j'ai demandé directement au NEL, ils ne repondent pas.

La version allemande doit encore differer, je pense, la version de 1936 en 2 volumes fait 406 et 465 pages.

la version en 1 volume aprés 1938 fait 781 pages

anecdote : Adolf Hitler étant mort en 1945, officiellement, son ouvrage ne tombera dans le domaine public qu'en 2015)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   4/7/2009, 21:13

Ce livre est nul, mal écrit et stupide.


Connaissez vous le pacte Germano-sioniste?

Les nazi et les sionistes s'entendaient très bien au début pour entretenir "la guerre des races"

Aprés l'arrivée de Hitler au pouvoir, les membre de la section allemande du Betar n'ont tenu aucun compte des consignes de Jabotinsky.
Ils furent autorisés par les autorités du 3eme Reich, du moins jusqu'en 1938, à poursuivre leurs activités et a porter des chemises brunes ou arborer des drapeaux frappés du chandelier à sept branches.

Ils furent rattachés, en tant que mouvement de jeunesse, a la Staatzionistsche Organisation, fondée en 1934 par Georg Kareski, qui approuva les lois de Nuremberg dans une interview à Der Angriff (23 decembre 1935)



Ils sont allés au Tibet, pour chercher les portes de Shambala...les idiots!
Revenir en haut Aller en bas
aryo-romain



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 23/05/2009

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   4/7/2009, 22:39

Au sujet de "mein kampf" , de sa génèse à sa diffusion planétaire actuelle, on lira avec interet l'ouvrage (hostile évidement, mais néanmoins interressant ) d'Antoine Vitkine :
- mein kampf,l'histoire d'un livre
éditions flammarion 2009 isbn 978-2-0812-1051-6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luckystrike

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/07/2009

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   4/7/2009, 23:46

Moderation ziril!

Toujours ce meme Troll qui malheureusement change d'ip comme de chemise!

M'enfin, il est repartit! Repassera t'il par la?... (certainement, oui).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MonOeil

avatar

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 23/05/2009

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   5/7/2009, 00:35

Putaiiiiin luckystrike mais casse-toi !!!

Grrrr ! j'en ai marre, mais vraiment, de voir tous les deux jour le même connard qui vient s'inscrir pour poster des images à la con ,en série, uniquement pour troller et nous parler du complot des jésuites, cracher sur l'islam ou je ne sais qui, montrer des juifs aux doigts crochus sois disant pour "déconstruire" la propagande ou expliquer la "Vérité vraie" mais surtout pour foutre le feu au forum ou le faire fermer !!!!

bref, lucky, c'est ton "premier message" avec ce compte, ni bonsoir, ni bonjour ni argumentation ni rien. Tu te poses là et tu balances ta merde graphique au milieu d'une discussion sur Mein Kampf, non mais oh ! On est où là ?

Là j'en peux vraiment plus les amis Mad Mad Mad Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   10/7/2009, 21:54

Bon ! enfin personne capable de me dire le difference de 35 pages de l'edition Française de 1934 avec l'actuel !?


J'ai une edition d'origine en allemand de 1942, dommage que je ne maitrise pas la langue de GOETHE, pour voir les differences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   11/7/2009, 10:57

couecav68 a écrit:
Bon ! enfin personne capable de me dire le difference de 35 pages de l'edition Française de 1934 avec l'actuel !?
J'ai une edition d'origine en allemand de 1942, dommage que je ne maitrise pas la langue de GOETHE, pour voir les differences.
Je l'ai lu dans les deux langues. Il pourrait s'agir d'une différence de corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   12/7/2009, 21:16

MonOeil a écrit:
Putaiiiiin luckystrike mais casse-toi !!!

Grrrr ! j'en ai marre, mais vraiment, de voir tous les deux jour le même connard qui vient s'inscrir pour poster des images à la con ,en série, uniquement pour troller et nous parler du complot des jésuites, cracher sur l'islam ou je ne sais qui, montrer des juifs aux doigts crochus sois disant pour "déconstruire" la propagande ou expliquer la "Vérité vraie" mais surtout pour foutre le feu au forum ou le faire fermer !!!!

Il m'est apparu que certains post de certains profils étaient assez "troublants" c'est le mot le plus cool que j'ai trouvé...je pense que dés qu'on tape sur l'islam c'est louche, surtout ici!

Il y aurait il ici, un peu la même chose que sur daily motion?
Des commentaires pour semer le chaos? pas d'idées, pas d'infos seulement des jugements de personnes ou des provocations?

Vu comment ce forum doit déranger nos "amis", cela ne m'étonnerais pas....sachant aussi qu'ils ont des certaines de milliers de collabos inconscients ou conscients.


Mahakala reste sur la brèche tant que les boss du forum veulent bien de lui, ou qu'il estime que sa présence n'est plus nécessaire (personne n'est irremplaçable, mes idées, d'autres les propagerons, parce qu'elles sont issues d'une logique bien précise qui n'est pas de mon invention...)
Revenir en haut Aller en bas
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   7/9/2010, 08:18

- Hitler a expliqué que sa haine des Juifs était liée à sa haine des Marxistes.

Après avoir lutté pour venir à bout de la question juive dans la Vienne d’avant-guerre, écrit-il, les écailles lui sont tombées des yeux :

"quand j’ai vu le Juif à la tête de la Social Démocratie." "En me plongeant plus à fond dans les enseignements marxistes.... J’ai eu la chance de trouver la réponse. Le doctrine juive du Marxisme rejette le postulat aristocratique de Nature et le remplace par le privilège éternel du pouvoir et de la puissance des masses et de leur poids mort. Ainsi il nie la valeur de la personnalité dans l’homme, conteste le sens de la nationalité et de la race et par là même enlève à l’humanité l’essence de son existence et de sa culture."

Comme l’a fait remarquer Adam Tooze : "L’originalité du National Socialisme était que, plutôt que d’accepter gentiment de prendre place dans un ordre économique global dominé par les influente nations anglo-saxonnes coopté par la haute finance juive, Hitler a cherché à mobiliser les frustrations accumulées de sa population pour orchestrer un challenge épique à cet ordre. L’Allemagne allait ciseler son propre hinterland impérial comme les Européens l’avaient fait à travers le monde au cours de trois siècles précédents ; la conquête d’un dernier territoire à l’Est lui donnerait l’autonomie et l’espace vital nécessaires à la fois pour les besoins domestiques et pour faire face à la compétition avec la superpuissance américaine".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   7/9/2010, 09:27

Auteur Adolf Hitler
Genre Politique
Version originale
Titre original Mein Kampf
Éditeur original Eher-Verlag
Langue originale Allemand
Pays d'origine Allemagne
Date de parution originale 18 juillet 1925
11 décembre 1926
Version française
Traducteur J. Gaundefroy-Demombynes ; A.Calmettes
Éditeur Nouvelles Éditions latines
Date de parution 1934
Type de média Livre
Nombre de pages 688 pages
Chronologie


Mein Kampf (Mon Combat, en français) est un ouvrage rédigé par Adolf Hitler entre 1924 et 1925 pendant sa détention à la prison de Landsberg, détention consécutive au putsch de la Brasserie, coup d'État manqué. Il contient des éléments autobiographiques, l'idéologie politique du nazisme, l'histoire des débuts du NSDAP et diverses réflexions sur la propagande ou l'art oratoire.
Sommaire

* 1 Rédaction
* 2 Un succès de librairie tardif
* 3 Contenu
* 4 Plan
o 4.1 Tome I : bilan
o 4.2 Tome II : le mouvement national-socialiste
* 5 L'édition française
o 5.1 L'opinion du traducteur
* 6 Statut juridique actuel
o 6.1 En Allemagne
o 6.2 En France
o 6.3 Aux Pays-Bas et dans les autres pays
* 7 Notes et références
* 8 Voir aussi
o 8.1 Bibliographie
+ 8.1.1 Éditions de Mein Kampf
+ 8.1.2 Ouvrages critiques
o 8.2 Filmographie
o 8.3 Articles connexes
o 8.4 Liens externes

Rédaction

Lors de son emprisonnement, il dicte son texte à plusieurs de ses camarades emprisonnés, dont Rudolf Hess et Emil Maurice. Originellement intitulé « Viereinhalb Jahre [des Kampfes] gegen Lüge, Dummheit und Feigheit » (Quatre ans et demi [de lutte] contre les mensonges, la stupidité et la couardise), l'ouvrage prend son titre définitif « Mein Kampf. Eine Abrechnung » (Mon Combat. Un bilan) sur une idée de l'éditeur Max Amann[1]. Les premiers lecteurs furent les fidèles d'Hitler, et le succès du livre auprès des siens encourage Adolf Hitler à rédiger un second tome.

Le texte originel a été remanié à plusieurs reprises par l'entourage d'Hitler pour lui donner une forme plus cohérente et plus lisible[2].
Un succès de librairie tardif

Le premier volume est publié le 18 juillet 1925 ; le second le 11 décembre 1926 se termine avec une dédicace à son « professeur » Dietrich Eckart. À sa parution, le livre (qui coûtait le prix élevé, à l'époque, de douze reichsmarks) connait un succès modeste et, jusqu'en 1929, 23 000 exemplaires du premier volume et seulement 13 000 du second[3] furent vendus. Après 1930, le tirage augmente fortement[4] : jusqu'en 1935, il s'en vendra 1,5 million d'exemplaires[5]. À partir de 1936, il devint le cadeau de mariage de l'État aux couples allemands. Ian Kershaw estime le tirage à environ 10 millions d'exemplaires en allemand jusqu'en 1945[6], ce qui représente près d'un foyer allemand sur deux.

Les revenus littéraires d'Hitler lui permirent ainsi de renoncer à son traitement de chancelier en 1933, ce qui servira bien sûr à légitimer davantage le pouvoir.

Le livre a été traduit en seize langues étrangères[7], dont une dizaine par l'éditeur officiel. Pour des raisons politiques, les versions traduites seront souvent expurgées, modifiées ou inexactes. Par conséquent, on retrouve de nombreuses divergences idéologiques et sémantiques, parfois même jusqu'à rendre certaines versions tout à fait incohérentes et illisibles.

À partir de 1933, le livre devient une référence politique et est édité en plusieurs formats. On en fera notamment une version de luxe destinée aux dignitaires nazis. Une version en braille a également été publiée[8].

En 2008, les ventes totales de Mein Kampf depuis sa parution sont estimées à 80 000 000 d'exemplaires[réf. nécessaire]. Selon cette estimation, et d'après les estimations de Ian Kershaw plus haut mentionnées, 70 000 000 d'exemplaires auraient été autorisés après la chute du Troisième Reich.
Contenu

C'est tout à la fois un document autobiographique, le récit de la naissance et du premier développement du parti nazi, et un essai et manifeste politique qui énonce les bases idéologiques du programme politique de son auteur. Mein Kampf exprime plusieurs ambitions difficilement dissociables : le désir d'assimilation culturelle des Juifs (l'extermination physique n'étant à l'époque pas invoquée) et des Tziganes au nom d'une théorie raciale, d'une militarisation expansionniste et d'un renouveau national allemand.

Il annonce sans ambiguïté le programme du parti nazi, fondé notamment sur la volonté de réunification des territoires à population germanique (le pangermanisme) ainsi que la nécessité de s'assurer, en Europe de l'Est, un « espace vital » allemand. Il comporte des menaces précises, qui firent écrire au maréchal Hubert Lyautey : « Tout Français doit lire ce livre ». De même, Pie XII déclarait en 1929 : « Ou bien je me trompe vraiment beaucoup, ou bien tout cela se terminera pas bien. Cet être-là est entièrement possédé de lui-même : tout ce qu'il dit et écrit porte l'empreinte de son égoïsme ; c'est un homme à enjamber des cadavres et à fouler aux pieds tout ce qui est en travers de son chemin - je n'arrive pas à comprendre que tant de gens en Allemagne, même parmi les meilleurs, ne voient pas cela, ou du moins ne tirent aucune leçon de ce qu'il écrit et dit. - Qui parmi tous ces gens, a seulement lu ce livre à faire dresser les cheveux sur la tête qu'est Mein Kampf ? »[réf. nécessaire]

Selon Adolf Hitler :

* La cartographie de l'Europe issue du traité de Versailles (« Diktat de Versailles ») est inacceptable, car elle a pour conséquence immédiate l'éclatement des peuples de culture allemande.
* L'Autriche et les minorités allemandes de Tchécoslovaquie et de Pologne doivent être rattachées à l'Allemagne en un seul espace géographique, le « Grand Reich » (Großdeutsches Reich) : « Une heureuse prédestination m'a fait naître à Braunau-am-Inn, bourgade située précisément à la frontière de ces deux États allemands dont la nouvelle fusion nous apparaît comme la tâche essentielle de notre vie, à poursuivre par tous les moyens[9]. »
* Pour assurer l'épanouissement du peuple allemand réunifié, il préconise la voie des chevaliers teutoniques : « conquérir par l'épée allemande le sol où la charrue allemande devrait faire pousser le blé pour le pain quotidien de la nation ».
* Cela nécessite de réarmer le pays et d'atteindre l'autosuffisance économique par une série de conquêtes territoriales.
* Le nouvel essor de la nation allemande doit se faire notamment au détriment des territoires russes, des pays de l'Europe centrale et danubienne, mais aussi à l'ouest, au détriment de la France qu'il considère comme « inexorable et mortelle ennemie du peuple allemand ».

Les points suivants sont traités dans le livre, mais pas nécessairement dans le même ordre.

* Hitler commence par rappeler qu'il est né à la frontière austro-allemande. Il y voit un signe du destin qu'il doit unifier les peuples de langue germanique, plus particulièrement qu'il doit « ramener l'Autriche allemande à la patrie allemande » (incarnée par le Reich allemand de Bismarck), selon le principe qu’« un même sang appartient à un même peuple »[10]. L'unification allemande est vue comme la condition préalable au développement d'une politique coloniale, elle-même condition de prospérité économique et démographique. « Lorsque le territoire du Reich contiendra tous les Allemands, s'il s'avère inapte à les nourrir, de la nécessité de ce peuple naîtra son droit moral d'acquérir des terres étrangères. La charrue fera alors place à l'épée, et les larmes de la guerre prépareront les moissons du monde futur »[11].
* Lors d'une brève affectation à Berlin (à l'époque en pleine disette) à la fin 1916[12], il « découvre » que « Les bureaux étaient bondés de Juifs. Presque tous les secrétaires étaient Juifs, et tout Juif, secrétaire. Je m'étonnais de cette abondance d'embusqués du peuple élu et ne pouvais faire autrement que de comparer leur nombre à celui de leurs rares représentants sur le front »[13]. Selon Hitler, les « Juifs » sont non seulement des « planqués », mais encore, ils exploitent économiquement le peuple allemand à leur seul profit et camouflent cette activité en tentant de susciter la discorde (Bavière contre Prusse, grève des munitions, etc.).
* Sur le plan organisationnel, il ne cache pas son intérêt pour l'Église catholique d'une part, et sa haine pour la religion juive d'autre part, institutions qui ont largement dépassé les mille ans d'existence.
* Hitler marque une admiration particulière pour la façon dont la hiérarchie catholique maintient sa domination sur les fidèles : « en niant systématiquement les données de la science qui la contredisent ».
* En revanche, il dénonce la vision chrétienne du monde comme pernicieuse et propre à affaiblir les qualités germaniques.
* Il développe sa théorie de la chute des civilisations antérieures : la domination se traduit par l'extension territoriale, qui aboutit au métissage, qui à terme se traduit par une « dégénérescence de la race initiale », puis la décadence.
* Il y développe aussi sa vision du racisme : d'après lui, les peuples « inférieurs » ne peuvent espérer survivre qu'en se métissant avec les peuples « supérieurs », en ont l'obsession, et parviennent à leurs fins quand ces derniers sont totalement métissés, et ne constituent plus un danger pour eux. C'est selon lui ce qui commence à se produire en Europe, y compris en Allemagne. C'est là une idée qui a pu être trouvée par exemple chez Gobineau.
* Il raconte la nuit où « la vérité se fit jour dans [son] esprit » et où il « comprit en pleurant jusqu'au matin que le peuple juif travaillait délibérément à la ruine de l'Europe, et de l'Allemagne en particulier » .
* Il annonce sa position sur les rapports relatifs du parti et de la propagande : plus la propagande est efficace et moins il y aura besoin d'avoir de membres dans le parti, ceux-ci étant du même coup à la fois plus sûrs et plus faciles aussi à surveiller.
* Selon son livre,
o les individus handicapés doivent être éliminés (eugénisme actif et non passif) ;
o les peuples « inférieurs » doivent être asservis aux peuples « supérieurs » (dont le peuple allemand) ;
o tout peuple « supérieur » autre que le peuple allemand, s'il en existe, doit lui aussi être éliminé sans délai, car il constitue un danger. Le métissage serait une autre façon de neutraliser leur danger à terme, mais ce serait au prix d'une perte d'identité de la « race ». Il faut interdire le métissage et il faut que le peuple menacé élimine l'autre.
* La France est désignée comme un ennemi à abattre pour ses manœuvres anti-allemandes, considérées d'ailleurs comme logiques : « Je ne croirai jamais à une modification des projets que la France nourrit à notre égard ; car ils ne sont, au fond, que l'expression de l'instinct de conservation de la nation française. Si j'étais Français et si, par conséquent, la grandeur de la France m'était aussi chère que m'est sacrée celle de l'Allemagne, je ne pourrais et ne voudrais agir autrement que ne le fait, en fin de compte, un Clemenceau ».
* Autre citation : « Notre objectif primordial est d’écraser la France. Il faut rassembler d’abord toute notre énergie contre ce peuple qui nous hait. Dans l’anéantissement de la France, l’Allemagne voit le moyen de donner à notre peuple sur un autre théâtre toute l’extension dont il est capable ».

Plan

NB - Plan de l'édition française (Nouvelles Éditions latines)
Tome I : bilan

Préface de l'auteur

1. La Maison familiale
Les années d'enfance d'Hitler où il raconte ses premiers émois pan-germanistes et son refus obstiné (contre l'avis de son père) de devenir fonctionnaire, il rêve plutôt à une carrière de peintre. Le chapitre se termine avec la mort de son père et de sa mère et son départ pour Vienne.
2. Années d'études et de souffrance à Vienne
Cinq années difficiles à Vienne où il vit de petits boulots et de son métier de peintre. Premières rencontres avec le syndicalisme et le national socialisme.
3. Considérations politiques générales touchant mon séjour à Vienne
4. Munich
5. La guerre mondiale
6. Propagande de guerre
7. La Révolution
8. Le commencement de mon activité politique
9. Le parti ouvrier allemand
10. Les causes de la débâcle
11. Le peuple et la race
12. La première phase du développement du parti ouvrier allemand national-socialiste

Tome II : le mouvement national-socialiste

1. Sujets de l'État et citoyens
2. La personnalité et la conception raciste de l'État
3. Conception philosophique et organisation
4. Lutte des premiers temps - L'importance de la parole
5. La lutte contre le front rouge
6. Le fort est plus fort quand il reste seul
7. Considérations sur le sens et l'organisation des sections d'assaut (SA)
8. Le fédéralisme n'est qu'un masque
9. Propagande et organisation
10. La question corporative
11. La politique allemande des alliances après la guerre
12. Orientation vers l'Est ou politique de l'Est
13. Le droit de légitime défense

Conclusion
L'édition française

En 1934, les Nouvelles Éditions latines — toutes nouvelles de fait, puisqu'elles ont été fondées en 1928 par Fernand Sorlot (proche de la droite maurassienne anti-hitlérienne) — publient Mein Kampf en français[14]. L'ouvrage est ramené à un seul volume de 688 pages sous-titré Mon Combat.

L'ouvrage est traduit et publié en français contre la volonté de Hitler. Aussi, l'éditeur souligne à plusieurs reprises l'actualité de livre et l'intérêt vital pour les Français de connaître ce « qui doit devenir désormais la Bible du peuple allemand ». En exergue figure donc une phrase du maréchal Hubert Lyautey : « Tout Français doit lire ce livre ».

Dans l'« Avertissement des éditeurs », Sorlot relève les menaces très lourdes à l'endroit de la France et souligne que « [ce] livre qui, répandu en Allemagne à plus d'un million d'exemplaires, a eu sur l'orientation soudaine de tout un peuple une influence telle, qu'il faut, pour en trouver l'analogue, remonter au Coran. »[15] Hitler ayant « obstinément refusé de laisser publier en français [… nous] avons pensé qu'il était de l'intérêt national de passer outre à ce refus, quelles que puissent être pour nous-mêmes et pour la jeune maison que nous avons fondée les conséquences de notre initiative. »

Indiquant qu'Hitler considère la France comme le principal obstacle à ses visées, il le cite « Ces résultats ne seront atteints ni par des prières au Seigneur, ni par des discours, ni par des négociations à Genève. Ils doivent l'être par une guerre sanglante ». Il objecte encore « Les paroles et les écrits publics d'un homme public appartiennent au public » et conclut : « M. Frick […] disait « Pour les nationaux-socialistes, le droit c'est ce qui sert le peuple allemand. L'injustice, c'est ce qui lui porte dommage. » Nous avons simplement pris à notre compte cette vigoureuse définition ».

En 1936, lors de son procès contre Hitler, Sorlot (âgé de 29 ans à l'époque) sera soutenu par la LICA, qui achètera 5 000 exemplaires pour les distribuer au gouvernement et aux députés.

La traduction - issue de l'édition allemande de 1933 parue chez Franz Eher, à Munich[16] - se donne pour intégrale et neutre[17], avec quelques notes éparses, mais sans commentaire.
L'opinion du traducteur

Le 25 février 1934, le traducteur André Calmettes publie un article dans le Journal de l'École polytechnique dont il est issu : « Pourquoi j’ai traduit Mein Kampf »[18].

« Je n’ai pas traduit Mein Kampf sans but ni raison. Ce pensum de huit cent pages, je me le suis infligé de bon cœur pour les miens et pour mes amis, mais aussi pour tous les hommes et pour toutes des femmes de bonne volonté, surtout pour les jeunes.

Je n’ai pas l’intention d’indiquer ici les conclusions que chacun doit tirer du livre ; autrement je l’aurais analysé et commenté, non pas traduit. Mais il ne me convient pas de laisser à la critique seule le soin de présenter mon travail ; je ne veux pas de malentendu sur mes intentions, ni les choisir après parmi toutes celles que l’on me prêtera.

Certes, cet ouvrage qui fut livré au public allemand en 1926-1928 jette une clarté singulière sur la politique allemande de l’après-guerre. En l’ignorant, nous satisfaisant de manière bien facile de révélations au compte-gouttes, nous étions ridicules et stupides ; nous découvrions des fragments minimes d’une vérité que l’on nous jetait au visage en huit cent pages serrées. Certes aussi, les prophéties de cet ouvrage engagent l’avenir. La doctrine d’action politique, complaisamment développée, demeure actuelle. Le livre constitue le dogme du parti qui mène l’Allemagne actuelle, dogme d’une agissante majorité, dogme demain de l’Allemagne entière. Je dis bien dogme, et je pense au Coran.

Mais il faut bien se garder de restreindre la portée du présent ouvrage. Il ne faut pas suivre Hitler polémiste qui dit quelque part d’un livre qu’il juge révélateur de l’esprit des juifs : « quand cet ouvrage sera devenu le livre de chevet d’un peuple, le péril Juif sera conjuré ». Il ne faut pas lire Mein Kampf en se plaçant au point de vue d’un « péril allemand » ou au point de vue de notre seule mitoyenneté.

Il faut se mettre sur un plan largement humain. L’ouvrage même autorise à le faire. Il s’agit d’un document ample, tiré à près d’un million d’exemplaires en Allemagne, traduit dans plusieurs pays. Il a été écrit par un Allemand pour les Allemands, mais il touche des problèmes politiques, sociaux, et de morale, qui se posent à tous les peuples. La traduction en est intégrale : on n’a pas le droit, sur quinze ou sur cent versets du Coran, de parler de l’islamisme, ni, sur dix pages de Mein Kampf de parler de l’hitlérisme ; et la lecture des passages secondaires sera aussi féconde que celle des passages réputés essentiels.

Ainsi lu, cet ouvrage aidera à pénétrer la mentalité allemande, une des faces de cette mentalité anglo-saxonne que nous ne daignons pas étudier et comprendre, mais dont nous ne pouvons nous défendre de subir les manifestations ; attitude bornée et dangereuse : que l’on apprécie ce que nous a coûté depuis quinze ans notre incompréhension de l’Angleterre, des États-Unis, de l’Allemagne.

Mon travail aurait atteint son but dernier s’il tournait les Français vers ce problème.
Mais on me parlera de la guerre : elle naît bien souvent de l’avidité de quelques-uns et de la peur d’une multitude ; elle ne saurait trouver de terrain plus favorable que celui de l’ignorance et de l’incompréhension mutuelles que j’ai voulu combattre. »

— André Calmettes, Journal de l'École polytechnique, 25 février 1934.

La même année, Adolf Hitler apprend avec colère que le livre a été traduit. Il intente un procès à Sorlot et saisi la Société des Gens de Lettres qui obtient du Tribunal de commerce de Paris l'interdiction de la diffusion du livre en France. La LICA soutiendra Sorlot en lui achetant 5 000 exemplaires pour les distribuer à tous les députés et ministres pour les prévenir des desseins d'Hitler[19].

Après la guerre, Sorlot fut condamné à dix ans de dégradation nationale pour avoir publié sous l’Occupation les Appels aux Français du maréchal Pétain et d'autres ouvrages collaborationnistes alors même que sa maison d'édition avait été réquisitionnée par les Allemands.

En février 1936, à l'occasion d'une interview, Bertrand de Jouvenel demanda à Hitler pourquoi il n'avait pas modifié les chapitres consacrés à la France avant chaque nouvelle édition :

« J'étais en prison quand j'ai écrit ce livre, les troupes françaises occupaient la Ruhr. C'était le moment de la plus grande tension entre les deux pays. Oui, nous étions ennemis ! Et j'étais avec mon pays, comme il sied, contre le vôtre. Comme j'ai été avec mon pays contre le vôtre durant quatre ans et demi dans les tranchées ! Je me mépriserais si je n'étais pas avant tout allemand quand vient le conflit… Mais aujourd'hui, il n'y a plus de conflit. Vous voulez que je fasse des corrections dans mon livre, comme un écrivain qui prépare une nouvelle édition de ses œuvres ? Mais je ne suis pas un écrivain, je suis un homme politique. Ma rectification ? Je l'apporte tous les jours dans ma politique extérieure toute tendue vers l'amitié avec la France… Ma rectification, je l'écrirai dans le grand livre de l'Histoire ![20] »

En 1938, une traduction est autorisée aux Éditions Fayard[21]. Elle est allégée, expurgée, voire carrément falsifiée. Une phrase comme : « […] la France nation impérialiste est l’ennemie mortelle de l’Allemagne […] » reste, mais par le biais d'une citation de l'un des discours rapporté, y devient quelques pages plus loin « La frontière entre l’Allemagne et la France est définitivement fixée. Les peuples français et allemands égaux en droit ne doivent plus se considérer comme ennemis héréditaires mais se respecter réciproquement. »
Statut juridique actuel
En Allemagne

Le Land de Bavière (qui a hérité de tous les biens d'Hitler) détient les droits d'auteur internationaux du texte et les utilise pour empêcher la publication ou la diffusion d'éditions complètes et non-commentées (Adolf Hitler étant mort en 1945, son ouvrage tombera dans le domaine public en 2015). Le Land de Bavière exerce ses droits d'auteurs, donnant avec condition (éditions partielles, ajouts de commentaires critiques) ou refusant le droit aux éditeurs de republier Mein Kampf.

La réédition du livre est ainsi interdite, seule est donc autorisée la vente des livres publiés avant 1945.

Cette situation est à l'origine de débats qui opposent la liberté d'expression à la lutte contre le racisme, ou dans lesquels on présente la diffusion de l'ouvrage comme un moyen de lutter contre le nazisme : diffuser le texte permettrait de mieux faire connaître le contenu de l'idéologie nazie, et donc de mieux lutter contre elle, voire de se prémunir contre les techniques déployées pour instaurer un régime totalitaire.
En France

En France, la Cour d'appel de Paris a décidé, dans un arrêt du 11 juillet 1979[22], d'autoriser la vente du livre, compte-tenu de son intérêt historique et documentaire, mais assortissant cette autorisation de l'insertion en tête d'ouvrage, juste après la couverture et avant les pages de garde, d'un texte de huit pages mettant en garde le lecteur, notamment en rappelant par quels aspects l'ouvrage « tombe sous le coup » de la loi du 29 juillet 1881 modifiée par la loi du 3 juillet 1972 et notamment de ce qui était à l'époque son article 23, l'alinéa 5 de l'article 24, l'alinéa 2 de l'article 32 et l'alinéa 3 de l'article 33 et en faisant suivre ce rappel des dispositions légales par un survol historique des méfaits du Troisième Reich.
Aux Pays-Bas et dans les autres pays

Aux Pays-Bas, la possession de Mijn Kamp (Mein Kampf en néerlandais) est autorisée mais pas sa vente, interdite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et pénalement punissable depuis 1987[23].

Dans la plupart des pays, la vente du livre n'est pas interdite légalement.
Notes et références

1. ↑ Source : (de) historisches-lexikon-bayerns.de
2. ↑ C'est du moins ce qu'affirme Otto Strasser, dont le frère Gregor Strasser était en détention avec Hitler à Landsberg-am-Lech, dans son ouvrage « Hitler et moi » (Hitler und ich) : « […] Le Père Stempfle […] travailla pendant des mois à mettre en ordre et à lier les pensées exprimées dans Mein Kampf. » Plus loin, le même auteur laisse entendre qu’Hitler n'aurait « jamais pardonné » à Bernhard Stempfle, qui fut l'une des victimes de la Nuit des Longs Couteaux en 1934, d’avoir relevé autant d’insuffisances dans la relecture du manuscrit.
3. ↑ Ian Kershaw, Hitler tome I, p. 424
4. ↑ Ian Kershaw, Hitler tome I, p. 518
5. ↑ Ian Kershaw, Hitler tome I, p. 358
6. ↑ Ian Kershaw, op. cit., p. 358
7. ↑ Ian Kershaw, Hitler tome I, p. 358
8. ↑ Ian Kershaw, Hitler tome I, p. 358
9. ↑ Source : Adolf Hitler, Mon combat, p. 17Les Nouvelles Éditions Latines, 2e éd., 1979 (1934)
10. ↑ Mein Kampf, chapitre 1, page 17
11. ↑ Ibidem page 17.
12. ↑ Ou au début 1917 ; le texte ne donne pas de référence temporelle très précise.
13. ↑ MK, chapitre La Révolution, page 193
14. ↑ Adolf Hitler, Mein Kampf — Mon Combat, Nouvelles Éditions latines, Paris, 1934, trad. J. Gaudefroy-Demombynes et A. Calmettes, In -8. 688 p.
15. ↑ Mon Combat, p. 9
16. ↑ Mon Combat, p. 10
17. ↑ Cependant, en page 380, le traducteur prend une décision assez dommageable qu'il annonce en note : « Nous traduisons ici, et nous traduirons désormais, en principe völkisch par raciste. »
18. ↑ L'article est paru dans X information du 25 février 1934, page 223.
19. ↑ Pierre Assouline (Le Monde 2, mai 2008 ; Arte, Mein Kampf, mai 2008).
20. ↑ Interview de Bertrand de Jouvenel parue dans le journal Paris-Midi du vendredi 28 février 1936 / Réf. BNF MICR D-uc80
21. ↑ Adolf Hitler, Ma Doctrine, Arthème Fayard, Paris, 1938. In -8. 344 p.
22. ↑ Instance judiciaire et date de l'arrêt rappelés en première page de l'ouvrage et, sur le Web, dans un article de Pierre Lemieux, titré « Liberté d'expression absolue », publié le 12 juin 1999 dans les colonnes du bimensuel Le Québécois libre, no 39.
23. ↑ http://bibliobs.nouvelobs.com/2007/09/19/faut-il-autoriser-mijn-kamp Statut de Mein Kampf aux Pays-Bas, Le Nouvel Observateur du 19 septembre 2007

Voir aussi
Bibliographie
Éditions de Mein Kampf

* Adolf Hitler, Mon Combat / Traduction intégrale de Mein Kampf par J. Gaudefroy-Demonbynes et A. Calmettes. Paris : Nouvelles Éditions latines, 1934, 685 p.
* Mein Kampf = Mon Combat : extraits / Adolf Hitler ; Préf. de Georges Saint-Bonnet aux éditions Vita vers 1936.
* HITLER, Adolf. Abrégé de Mein Kampf : pages choisies et commentées / par N. Marceau. Paris : Éditions du Comité Thaelmann, 1938, 96 p.
* HITLER, Adolf. Par les textes de Adolf Hitler. La Doctrine hitlérienne, Hitler et la France (« Mein Kampf ») / commentaires de C.-Louis Vignon. Paris : Gagey, 1962, 127 p.
* HITLER, Adolf. Extraits de Mein Kampf (Mon combat) [par Adolf Hitler], accompagnés de commentaires. Paris : Les Éditions R.R., 1939, 157 p.
* HITLER, Adolf. Extraits de « Mein Kampf » [par Adolf Hitler], accompagnés de commentaires / par M. L. Michel. Paris : Les Belles éditions, (s.d.), 187 p.
* HITLER, Adolf. Français, connaissez-vous Mein Kampf ? [Extraits de « Mein Kampf » d'A. Hitler, d'après la traduction de Gaudefroy-Demonbynes et A. Calmettes. Préface de Léon Mabille]. Paris : Impr. I.I.C., 1939, 32 p. (Collection Paix et Liberté ; 7).

Ouvrages critiques

* BARNES, James John. Hitler's Mein Kampf in Britain and America: a publishing history, 1930-39. London ; New York ; Melbourne : Cambridge university press, 1980, XIII-157 p. (ISBN 0-521-22691-0)
* ELLIA, Linda. Notre combat / préf. Simone Veil. Paris : Seuil, 2007, 398 p. Livre d'artiste collectif réalisé à l'initiative de Linda Ellia ; les artistes sollicités ont réalisé chacun une œuvre sur une page de « Mein Kampf ». (ISBN 978-2-02-096218-6)
* FABRE, Giorgio. Il contratto : Mussolini editore di Hitler. Bari : Éd. Dedalo, 2004, 236 p. (Nuova biblioteca Dedalo ; 274. Serie Nuovi saggi). (ISBN 88-220-6274-4)
* FÉRAL, Thierry. Le Combat hitlérien : éléments pour une lecture critique. Paris : la Pensée universelle, 1981, 160 p.
* HANNOUN, Hubert. Le Nazisme, fausse éducation, véritable dressage : fondements idéologiques de la formation nazie. Villeneuve-d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 1997, 238 p. (Éducation et didactiques). (ISBN 2-85939-530-X)
* JÄCKEL, Eberhard. Hitler idéologue / trad. Jacques Chavy. Paris : Gallimard, 1995, 174 p. (Collection Tel ; 256). Trad. de : Hitlers Weltanschauung. (ISBN 2-07-073251-7)
* MASER, Werner. « Mein Kampf » d'Adolf Hitler / trad. André Vandevoorde. Paris : Plon, 1968, 379 p. (Les Grands documents Plon).
* PLÖCKINGER, Othmar. Geschichte eines Buches : Adolf Hitlers "Mein Kampf" 1922-1945 : eine Veröffentlichung des Instituts für Zeitgeschichte. München : R. Oldenbourg, 2006, VIII-632 p. (ISBN 3-486-57956-Cool
* RASH, Felicity J. Language of violence: Adolf Hitler's Mein Kampf. New York : P. Lang, 2006, X-263 p. (ISBN 0-8204-8187-4)
* ROUSSEAU, Julien. « Mein Kampf » : la bible des monstres. Saint-Astier : J. Rousseau, 1991, 144 f.
* STAUDINGER, Hans. The Inner Nazi: a critical analysis of "Mein Kampf" / ed., with an introd. and a biogr. afterword, by Peter M. Rutkoff and William B. Scott. Baton Rouge, La ; London : Louisiana state university press, 1981, 153 p. (ISBN 0-8071-0882-0)
* VITKINE, Antoine, Mein Kampf : Histoire d'un livre, Paris : Flammarion, 2009

Filmographie

* Mein Kampf, c'était écrit. Film documentaire d'Antoine Vitkine, 2008

Articles connexes

* Nazisme
* Troisième Reich
* Antisémitisme
* Shoah
* Seconde Guerre mondiale

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

* Mein Kampf, sur Wikiquote (recueil de citations)

* (fr) Mein Kampf, deux tomes, numérisés au format PDF, à la Bibliothèque électronique du Québec.
Cette version est précédée des huit pages d'introduction exigées en France.
* (de) Article Mein Kampf sur le site historisches-lexikon-bayerns.de ;
* (fr) Interview d'Antoine Vitkine, auteur du documentaire Mein Kampf, c’était écrit (2008).
* (fr) « Rééditer "Mein Kampf", un mal nécessaire » par Albert Herszkowicz, Rue89, 21 août 2009

v · · m
Adolf Hitler
Politique Enseignements politiques · Discours · Mein Kampf · Zweites Buch · Testament politique
Événements Putsch de la brasserie · Troisième Reich · Shoah · Seconde Guerre mondiale · Mort
Famille Eva Braun Hitler (femme) · Alois (père) · Klara (mère) · Alois (demi-frère) · Angela (demie-soeur) · Gustav (frère) · Ida (soeur) · Otto (frère) · Edmund (frère) · Paula (soeur) · William Patrick (neveu) · Heinz (neveu) · Geli (nièce) · Blondi (chienne)
Résidences Berghof · Reichskanzlei · Neue Reichskanzlei · Führerbunker
Articles liés Carnets · Peintures · Welthauptstadt Germania
Perception dans la culture Le Triomphe de la volonté · Les Dix Derniers Jours d'Hitler · Max · Hitler : la Naissance du mal · Der Untergang (La Chute)

* Portail du nazisme Portail du nazisme

Ce document provient de « Mein Kampf ».
Catégories : Nazisme | Propagande | République de Weimar | Adolf Hitler | Livre politique | Livre censuré | Publication antisémite | Livre paru en 1925 | Livre paru en 1926
Catégorie cachée : Portail:Nazisme/Articles liés

Regardez d'autres dictionnaires:

* Mein Kampf — Ifobox Book ame Mei Kampf image_captio Cover of "Mei Kampf" - Volume 1 (First Editio) author Adolf Hitler cover_artist coutry Germay laguage Germa gere Autobiography, Political theory publisher Secker ad Warburg release_date July… (Wikipedia)
* Mein Kampf — uautorisierte frazösischsprachige Ausgabe vo 1934 Mei Kampf ist das politische Grudlagewerk Adolf Hitlers, i dem er vor dem Hitergrud seier Autobiographie die Grudzüge seier weltaschauliche Überzeugug ud seies Programms… (Deutsch Wikipedia)
* Mein Kampf (Begriffsklärung) — Mein Kampf ist Titel folgender Werke:Mein Kampf, politisches Grundlagenwerk Adolf HitlersMein Kampf (Film), deutsch schwedischer Dokumentarfilm (1959)Mein Kampf (Drama), Theaterstück von George Tabori (1987)… (Deutsch Wikipedia)
* Mein Kampf (Drama) — Mei Kampf ist ei Theaterstück, eie Farce, vo George Tabori. Tabori führte Regie bei der Uraufführug des Stückes am 6. Mai 1987 im Akademietheater des Wieer Burgtheaters. Er spielte außerdem i der Uraufführug die Rolle des Koches… (Deutsch Wikipedia)
* Mein Kampf (Film) — Filmdate Deutscher Titel: Mei Kampf Origialtitel: De Blodiga tide Produktioslad: Schwede, Deutschlad Erscheiugsjahr: 1959 Läge: 122 Miute Origialsprache: Deutsch, Schwedisch Altersfreigabe: FSK 12 Stab Regie: Erwi Leiser… (Deutsch Wikipedia)
* Après Mein Kampf, mes crimes — Après Mei Kampf, mes crimes Après Mei Kampf, mes crimes est u film fraçais réalisé par Alexadre Ryder et produit par Jacques Haïk e 1940, avat l'ivasio de la Frace par l'Allemage azie. Sommaire 1 Syopsis2 Distributio3 Fiche… (Français Wikipedia)
* Mein kampf — Mei Kampf Mei Kampf AuteurAdolf Hitler Gere Politique Versio origiale Titre origial Mei Kampf Éditeur origial Eher Verlag Lague origiale Allemad Pays d'origie Allemage Date de parutio origiale… (Français Wikipedia)
* Mein Kampf — … (Википедия)
* ДИВ — "ДИВ" главный калибр Корпорации Тяжелого Рока. История этой трэш-группы началась в первой половине 80-х в СПТУ-39, где волею судеб оказались вместе Виктор "Алкаш" Лемков и Сергей "Лысый" Тайдаков. Объединив усилия, они попробовали играть… (Малая энциклопедия русского рока)
* Antisemitism — Atisemitism (alteratively spelled ati-semitism or ati-Semitism; also rarely kow as "judeophobia") is the prejudice agaist or hostility toward Jews as a group. The prejudice or hostility is usually characterized by a combiatio of… (Wikipedia)


http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1145881
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MEIN KAMPF   

Revenir en haut Aller en bas
 
MEIN KAMPF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mein Kampf bientôt autorisé en Allemagne ?
» 108 - Chow mein au thon
» Soupe au poulet , crevette et yet ca mein par Beatrice
» 174 - Chow mein au tofu
» Chow mein au bœuf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: "Archivisme"-
Sauter vers: