Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   7/3/2009, 15:03

Miklos Gruner avait 15 ans quand il fut déporté de Hongrie à Auschwitz-Birkenau, en mai 1944, avec sa mère, son père, un frère plus jeune et un frère plus âgé que lui. Selon lui sa mère et son plus jeune frère auraient été tués dès leur arrivée dans le camp. Les trois restant furent ensuite tatoués sur le bras et envoyé dans une usine produisant du carburant de synthèse appartenant à IG Farben. Son père y mourut après six mois. Le frère aîné fut ensuite envoyé à Mauthausen. Et deux autres juifs hongrois, amis de feu son père, prirent Miklos sous leur protection. Ces deux protecteurs étaient les frères Lazar et Abraham Wiesel.

Dans les mois qui suivirent Miklos Gruner et Lazar Wiesel devinrent amis. Lazar avait 31 ans en 1944. Miklos n’oublia jamais le nombre tatoué sur le bras de Lazar : A-7713. En janvier 1945 l’armée rouge s’approchait, les déportés furent transférés à Buchenwald. Ce transfert dura trois mois, par train et à pied. Durant ces trois mois, la moitié des déportés en transfert moururent, et parmi eux Abraham Wiesel. En avril 1945 Buchenwald fut libéré par l’armée américaine. Miklos et Lazar étaient parmi les survivants. Miklos avait la tuberculose et fut envoyé dans un sanatorium en Suisse et donc séparé de Lazar. Il émigra alors en Australie tandis que son frère aîné, survivant lui aussi, s’établit en Suède.

Des années plus tard, en 1966, Miklos fut contacté par un journal suédois qui l’invita à venir en Suède pour rencontrer « un vieil ami » nommé Elie Wiesel. Miklos répondit qu’il ne connaissait personne ayant ce nom ; on précisa alors que ce Elie Wiesel était celui qu’il avait connu dans les camps sous le nom de Lazar Wiesel et que son tatouage était A-7713….Miklos se souvenait bien de ce nombre et fut alors convaincu qu’il rencontrerait son vieil ami Lazar ; il accepta alors l’invitation et prit l’avion pour la Suède, le 14 décembre 1986.

Miklos : « L’idée de revoir Lazar me rendit très heureux, mais lorsque je débarquai de l’avion, je fus étonné de rencontrer un homme que je ne connaissais pas du tout, qui ne parlait même pas hongrois et parlait l’anglais avec un fort accent français…et notre rencontre fut terminée après quatre minutes…Comme cadeau d’adieu, il me remit un livre avec le titre « Night » [nuit] dont il était, dit-il, l’auteur. Je pris le livre que je ne connaissais pas à cette époque, mais déclarais à toutes les personnes présentes que cet homme n’était pas celui qu’il prétendait être ».

Miklos se rappelle que durant cette étrange rencontre, Wiesel refusa de lui montrer son tatouage, disant qu’il ne voulait pas montrer son corps. Mais Wiesel montra ensuite son tatouage à un journaliste israélien que Miklos rencontra, et ce journaliste dit qu’il n’eut pas le temps de reconnaître le nombre, mais qu’il était certain que ce n’était pas un tatouage.

Miklos : « Après cette rencontre avec Wiesel, je fis des recherches partout où cela fut possible, pendant vingt années et découvris que cet homme se nommant Elie Wiesel n’avait jamais été dans un camp nazi, car il ne figure sur aucune liste de déportés »...

La suite dans :

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkFyFZApAEJfALyVzN.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda



Nombre de messages : 1412
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   7/3/2009, 17:17

En effet, cette histoire est bien connue et bien attestée – quoique occultée comme tout le reste : Entre les "libérateurs" bolchéviques et les vilains SS, il n'y avait pas d'hésitation possible – et il n'y en eut pas : tous préférèrent suivre comme un seul homme les vilains SS, à l'exception de 800 qui durent rester, non par amour des "libérateurs", mais parce que trop malades pour quitter l'hopital...

Vous avez dit bizarre ? clown

Il y tant de choses mystérieuses dans l'histoire interdite du IIIème Reich !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   7/3/2009, 20:05

En lisant la suite sur le lien donné par couecav :

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkFyFZApAEJfALyVzN.shtml

je note une info selon laquelle Elie Wiesel a perdu gros en plaçant ses billes chez ce bon monsieur Madoff. Il aurait perdu dans l'affaire les fruits de 40 ans de travail.
Moi je dis que si c'est vrai, si effectivement il a été volé, par un juif en plus, de l'argent qu'il a gagné en étant la star usurpatrice du Shoabizness, alors là on peut vraiment parler de justice divine cheers

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   8/3/2009, 11:18

Tout ce paie un jour, car rien ne ce perd tout ce transforme, c'est la loi de l'energie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Elie Wiesel et les coups de pompes dans le c… : Testament d’un poète juif assassiné   16/9/2009, 08:10

Elie Wiesel et les coups de pompes dans le c…
Posted septembre 15, 2009

Dans son Testament d’un poète juif assassiné (1980, Points Seuil, 1995), Elie Wiesel décrit l’Allemagne de la république de Weimar, durant l’entre-deux-guerres :

“L’Allemagne vaincue donnait l’impression que sur son territoire on pouvait tout se permettre sauf de se prendre au sérieux, écrit-il. On brisait les idoles, on déboulonnait les statues, on défroquait les professionnels de la foi, on se riait du sacré et, pour rire, on sacralisait le rire… La capitale, en effervescence permanente, rappelait les cités pécheresses de la Bible. Le talmudiste en moi rougissait et détournait le regard. Prostitution, pornographie, dérèglement des sens et de l’esprit, perversion sexuelle et autres ; la ville se déshabillait, se fardait, s’humiliait sans gêne, arborant sa dégénérescence comme une idéologie. A quelques pas de Chez Blum, dans un club privé, des hommes et des femmes, ou des femmes entre elles, dansaient nus. Ailleurs, on se droguait, on se fouettait, on rampait dans la boue, on faisait reculer toutes les limites ; cela me rappelait les mœurs des sabbatéens [cf. Psychanalyse du judaïsme, ndle]. On renversait les valeurs, on levait les tabous. Les gens sentaient-ils l’approche de l’orage ? ”

Et deux pages plus loin, Elie Wiesel écrit ingénument : “Berlin semblait dominée par les Juifs… Journaux et maisons d’édition, théâtres et banques, grands magasins et salons littéraires. Les antisémites français qui voyaient le Juif partout avaient raison… pour ce qui était de l’Allemagne. Les sciences, la médecine, les arts : c’était le Juif qui donnait le ton, qui l’imposait. ” (Le Testament d’un poète juif assassiné, 1980, Points Seuil, 1995p. 100, 124, 126).

http://www.herveryssen.net/www/?p=816


Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   16/9/2009, 08:27

Un grand merci pour le lien Couecav !!
Comme diraient mes garçons, c'est d'la bombe de balle Razz

A lire sur ce même site, un bel article qui en dit un peu plus sur cet inénarrable (mais nuisible) guignol :
http://www.herveryssen.net/www/?page_id=37

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   16/9/2009, 08:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   20/10/2011, 09:51


Elie Wiesel : dernières nouvelles de NUMBER ONE, par René-Louis Berclaz



On pourrait, à juste titre, accuser l’auteur de ces lignes de cruauté mentale au cas où, par la plus coupable des négligences, il aurait oublié de donner des nouvelles de « NUMBER ONE », à savoir Elie Wiesel lui-même. Commençons tout de suite par l’information la plus importante, afin de mettre fin à l’insoutenable suspens ; Elie Wiesel va merveilleusement bien et, chaque jour qui passe, il va de mieux en mieux. Voilà qui est dit, car cette excellente nouvelle, la bonne mine d’Elie Wiesel, est en quelque sorte la meilleure des garanties quant à la survie même de l’humanité.

On se souvient encore, avec des tremblements, que le monde entier s’était arrêté de respirer en apprenant qu’Elie Wiesel avait perdu près de 15 millions de dollars, une somme considérable pour les Goys qu’il avait confiée à son grand ami Bernard Madoff. Cette perte était d’autant plus injuste qu’il voulait consacrer cet argent, via sa fondation humanitaire, à soulager le sort des damnés de la Terre.

Mais Yahvé veillait au grain, du blé en l’occurrence, puisque le Prix Nobel de la Paix s’est fait deux nouveaux amis, des anciens chefs des services de renseignements israéliens, fraîchement reconvertis dans la recherche archéologique. C’est ainsi qu’Elie Wiesel est devenu président du comité consultatif d’Elad, une ONG qui a la capacité de déclarer sites archéologiques des terres et des maisons en mains palestiniennes. Ce qui permet à cette ONG de spolier en toute légalité les habitants de leurs biens afin de pouvoir effectuer des fouilles. Des fois que l’on y découvrirait les cornes de Moïse, une telle trouvaille constituerait, en quelque sorte, une nouvelle perle à sertir sur la couronne d’Elie Wiesel !

A part gratter, Elie Wiesel occupe son temps libre à donner des conférences : lors de la célébration de la Fête des Tabernacles en 2009, quelques bonnes paroles lui ont permis d’empocher 500 000 dollars en un soir, au seul profit, il est vrai, de sa Fondation pour l’Humanité. Voilà de quoi rassurer les damnés de la Terre…

Elie Wiesel a trouvé un autre ami en la personne d’Alan Dershowitz, un généreux mécène qui sponsorise une organisation sioniste anti-iranienne. Elie Wiesel s’est dépensé une nouvelle fois sans compter en déclarant à propos du président Mahmoud Ahmadinejad : « (…) cet homme est une honte pour l’humanité. (…) cet homme est le négationniste numéro un du monde. Cet homme a déclaré publiquement, à plusieurs reprises, qu’il a besoin, qu’il veut des armes nucléaires pour rayer de la surface du globe un Etat ; l’Etat juif. Cet homme devrait être arrêté, traîné devant le Tribunal international de La Haye et accusé d’incitation à des crimes contre l’humanité. Il ne mérite pas d’être le président de quelque pays que ce soit. On ne devrait nulle part l’accepter en tant qu’invité, ni à New York ni à Paris, ni nulle part. Il faut qu’il soit persona non grata partout dans le monde. »

A cause sans doute d’une seconde d’inattention, Mahmoud Ahmadinejad a dû omettre d’envoyer une supplique à Elie Wiesel pour lui demander l’autorisation de se porter candidat à la présidence de la République islamique d’Iran ! Soyons assuré que cette grave entorse au protocole a servi de leçon dans les chancelleries et que les chefs d’Etat du monde entier se sont empressés de satisfaire aux louables exigences du président de la Fondation pour l’Humanité.

Après la guerre, Elie Wiesel devint guide touristique du « Gai Paris ». Pour se payer la tête de ses clients, il s’amusait à confondre la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe. Son auditoire prenait pour argent comptant les déclarations d’un personnage investi de l’autorité de celui qui sait. Elie Wiesel saura s’en souvenir lorsqu’il rédigera des récits à vocation historique censé témoigner de son vécu.

« Non loin de nous, des flammes montaient d’une fosse, des flammes gigantesques. On y brûlait quelque chose. Un camion s’approcha du trou et y déversa sa charge : c’étaient des petits enfants. Des bébés ! Oui, je l’avais vu, de mes yeux vu… Des enfants dans les flammes. »

Source : Elie Wiesel, La Nuit, Les Éditions de Minuit, 1958, page 57

Voilà en quels termes Elie Wiesel raconte qu’à Auschwitz, il y avait une fosse incandescente pour les adultes et une autre pour les bébés. Ce « Grand Témoin », détenteur autoproclamé de la Mémoire collective juive, détient le privilège rare de dialoguer avec Dieu. Prix Nobel de la Paix en 1986, il a publié en 1958 sous le titre La Nuit la version française de son témoignage de la déportation.

Dans un autre de ses ouvrages, (Elie Wiesel, Parole d’étranger, Éditions du Seuil, 1982, page 86), il écrit à propos de Babi-Yar, localité d’Ukraine où auraient eu lieu des exécutions massives :

« Plus tard, j’appris par un témoin que, pendant des mois et des mois, le sol n’avait cessé de trembler ; et que, de temps en temps, des geysers de sang en avaient giclé. »

A propos d’Elie Wiesel, Pierre Vidal-Naquet déclarait dans le mensuel Zéro d’avril 1987, (page 57) :

« Le rabbin Kahane, cet extrémiste juif (…) est moins dangereux qu’un homme comme Elie Wiesel qui raconte n’importe quoi… Il suffit de lire certaine description de La Nuit pour savoir que certaines de ses descriptions ne sont pas exactes et qu’il finit par se transformer en marchand de Shoah… Eh bien lui aussi porte un tort, et un tort immense, à la vérité historique. »

Elie Wiesel ne parle nulle part dans son autobiographie des chambres à gaz d’Auschwitz. Ceci n’empêche pas cet avatar de Moïse de déclarer au sujet de la Shoah dans The Jewish Chronicle du 30 juin 1978 :

« un secret, un mystère à comparer avec la Délivrance de la Loi sur le Mont Sinaï. »

Equipé de sa meilleure loupe, l’historien révisionniste Carlo Mattogno s’est penché sur le mystère Elie Wiesel et sur le secret de sa vie. Il n’a pas eu besoin de gravir le Mont Sinaï…

La suite est de son cru.

« A l’occasion de la dixième « Journée de la Mémoire », le 27 janvier 2010, Elie Wiesel était invité au parlement de Montecitorio (Italie) où il a prononcé une courte intervention ponctuée de rhétorique niaise et assaisonnée d’idioties farfelues, comme cet appel lancé à Fini et à Berlusconi pour « introduire un projet de loi qualifiant l’attentat suicide de crime contre l’humanité » ou comme ce souhait qu’Ahmadinejad « soit arrêté et traduit devant la Cour de La Haye et accusé d’incitation aux crimes contre l’humanité » (1). Vu que ces propositions émanent d’une personne qui soutient les massacreurs israéliens…

Ses déclarations les plus importantes – et nous verrons pourquoi – sont les suivantes :

« Moi, numéro A-7713, je viens ici vous apporter un message sur des événements qui se sont produits deux mille ans plus tard […]. Il y a soixante-cinq ans, exactement à cette époque, mon père Shlomo, fils de Nissel et Eliezer Wiesel, porteur du numéro A-7712, mourait d’inanition et de maladie dans le camp d‘extermination de Buchenwald » (souligné par nous).

Fini a présenté cet invité comme suit :

« La journée d’aujourd’hui est un événement exceptionnel parce que c’est la troisième fois, dans l’histoire centenaire du Parlement italien, qu’un invité s’exprime solennellement devant l’Assemblée. C’est un honneur qu’Elie Wiesel mérite amplement parce qu’il est véritablement un personnage exceptionnel. En fait, il est, parmi les survivants des camps de concentration nazis, le témoin vivant le plus autorisé des horreurs de la Shoah » (souligné par nous).

Puis il a poursuivi :

« Depuis des dizaines d’années Elie Wiesel nous encourage dans cet engagement fondamental par son magistère moral, l’énergie de son charisme intellectuel et humain, la force de son engagement civil, afin que nous n’oubliions pas et pour faire progresser la cause des droits de l’homme et de la paix dans le monde. […]

En plus d’être un témoin oculaire de la Shoah, Wiesel est une personne pleine de foi et d’amour » (souligné par nous).

Notre attention a été appelée sur ce point à la suite d’un article écrit en hongrois le 3 mars 2009 (2), traduit en anglais le jour suivant (3) et en italien au mois d’avril (4). Pour résumer brièvement, Miklós Grüner, déporté de la Hongrie vers Auschwitz en mai 1944, de là transféré au camp de Monowitz et enfin évacué sur Buchenwald en janvier 1945, déclarait que dans le camp il s’était lié d’amitié avec deux frères, Lázár Wiesel, né en 1913, immatriculé sous le numéro A-7713, et Abraham Wiesel, né en 1900, immatriculé sous le numéro A-7712.

En fait, Elie Wiesel se serait approprié l’identité de Lázár Wiesel et aurait usurpé celle d’Abraham pour son père. Miklós Grüner ajoute que, à l’occasion d’une rencontre avec Elie Wiesel, qui lui avait été présenté comme étant son ami Lázár Wiesel, ce dernier refusa de lui montrer son numéro d’immatriculation tatoué sur l’avant-bras. Il entreprit alors des recherches et découvrit qu’Elie Wiesel n’avait jamais été interné dans un camp de concentration et qu’il ne figurait sur aucune liste officielle de déportés.

Les déclarations de Miklós Grüner ont été souvent reprises dans la presse mais sans jamais faire l’objet d’une enquête. Il ne reste donc plus qu’à les soumettre à une vérification s’appuyant sur la saine méthodologie critique révisionniste.

Commençons par les données de l’état-civil d’Elie Wiesel.

Il est né à Sighet, en Roumanie, le 30 septembre 1928, de Shlomo et Sarah Frig, fille de Dodye Feig, déporté à Birkenau le 16 mai 1944 (5).

Avant tout il nous faut vérifier la crédibilité de l’accusateur.

Ce que l’on peut dire avec certitude à propos de Miklós Grüner, c’est qu’il se trouvait à Buchenwald en mai 1945. Dans un « Questionnaire des détenus des camps de concentration » du Military Governent of Germany son nom apparaît bien, ainsi que sa date de naissance – le 6 avril 1928. Son numéro matricule est noté à la main en haut et à gauche : 120762 (6).

Voir le Document 1 : Questionnaire relatif à Miklós Grüner, Buchenwald, 6 mai 1945 [fac-similé sur le site].

Mais le personnage clé de cette affaire est Lázár Wiesel. Par chance il existe une fiche personnelle à son nom relative à son internement au camp de Buchenwald qui permet de vérifier les affirmations de Miklós Grüner. Sur cette fiche (7), en haut et à gauche apparaît l’inscription manuscrite « Ung. Jude », « Juif hongrois » ; au centre, « Ausch. A 7713 », « Auschwitz A-7713 », l’ancien numéro matricule d’Auschwitz ; à droite, « Gef.-Nr. : 123565 », « Numéro de détenu 123565 », le nouveau numéro matricule de Buchenwald. Le détenu était né le 4 septembre 1913 (année de naissance de Lázár Wiesel déclarée par Miklós Grüner) à Maromarossziget et il était le fils de Szalamo Wiesel, qui se trouvait à Buchenwald, et de Serena Wiesel née Feig, internée au KL Auschwitz. Le tampon « 26.1.45 KL. Auschwitz » signifie que Lázár Wiesel avait été enregistré à Buchenwald le 26 janvier 1945 en provenance d’Auschwitz.

Voir le Document 2 : Fiche personnelle de Lázár Wiesel (KL Buchenwald) [fac-similé sur le site].

Il faut préciser que Maromarossziget (en hongrois Máramarossziget), actuelle Sighetu Marmatiei (en roumain) est la même localité qu’Elie Wiesel nomme Sighet (Cool.

Le nom « Szalamo » est identique à « Shlomo », tandis que « Serena » rappelle phonétiquement « Sarah ».

Le tableau qui suit rappelle les résultats des vérifications exposées ci-dessus :


Miklós Grüner a pleinement raison : Elie Wiesel s’est approprié l’identité de Lázár Wiesel.


Une autre accusation formulée par Miklós Grüner concerne l’origine du livre d’Elie Wiesel La Nuit (en italien La notte). Dans la version hongroise de l’article indiqué en note 2 il est dit que l’ouvrage fut publié en hongrois à Paris en 1955 par son ami Lázár sous le nom de Eliezer et avec pour titre A világ hallgat (Et le monde se tait). Dans la traduction anglaise de l’article de Grüner (voy. la note 3), en revanche, le titre indiqué est Un di Velt hot Gesvigen, qui est du yiddisch. Une recherche sur le titre en hongrois n’a pas donné de résultat.

On trouve trace, en revanche, du livre en yiddisch. Il figure en fait dans la Bibliography of Yiddish Books on the Catastrophe and Heroism (9), note 549 de la page 81. La note, rédigée en yiddisch, dit ceci : Eliezer Wiesel, Un di Welt hot geschwign (Et le monde s’est tu), Buenos Aires, 1956, Union centrale des juifs polonais en Argentine, Collection Le Judaïsme polonais, vol. 117, 252 pages. Il existe de ce livre une traduction en anglais qui correspond au chapitre VII de La Nuit [où Wiesel fait le récit de son voyage de Gleiwitz à Buchenwald]. J’en parlerai à la fin de cet article.

Michael Wiesberg [voy. la note 11 citée plus bas] donne à ce sujet des renseignements dignes d’intérêt :

« Wiesel lui-même a fourni plusieurs versions sur la naissance de son livre. Naomi Seidman a relevé que c’est Wiesel en personne qui, dans Tous les fleuves vont à la mer, appelle l’attention du lecteur sur le fait qu’il a remis le manuscrit original de La Nuit, rédigé en yiddish, en 1954, à l’éditeur argentin Mark Turkow. Il ne l’aurait, dit-il, plus jamais revu, ce que nie Turkow. Ce manuscrit fut publié en 1955 à Buenos Aires avec le titre Und di Velt hat Geshveyn (Et le monde s’est tu). Wiesel prétend l’avoir écrit lors d’une croisière au Brésil en 1954. Pourtant, il a déclaré dans une interview que ce n’est qu’en mai 1955, après avoir rencontré François Mauriac (10) [qui préfacera son livre], qu’il prit la décision de rompre son silence. “Et c’est cette année-là [en 1955], dix ans après les faits, que j’ai commencé à raconter mon histoire. Puis elle fut traduite du yiddish en français et ensuite je la lui ai envoyée. Nous avons été très, très amis jusqu’à sa mort.”

« Naomi Seidman, dans ses recherches sur La Nuit, a révélé qu’entre la version en yiddish et la version française de La Nuit il existe de notables différences, en particulier en ce qui concerne la longueur, le ton, l’intention et les thèmes traités dans l’ouvrage. Elle attribue ces différences à l’influence de Mauriac, que l’on peut décrire comme “une personnalité très particulière” » (11).

Par conséquent, à cet égard le moins qu’on puisse dire est que l’origine du livre reste incertaine et confuse.

De toutes les données exposées ci-dessus il résulte que le récit du voyage de Gleiwitz à Buchenwald ne peut pas être véridique.

En conclusion, Elie Wiesel n’a jamais été interné ni à Birkenau, ni à Auschwitz, ni à Monowitz, ni à Buchenwald. Quant à son père Shlomo, son nom (45) figure dans la Central Database of Shoah Victims’ Name (46) de Yad Vashem, mais ces informations ont été transmises le 8 octobre 2004 par Elie Wiesel lui-même !



Wiesel-Tattoo


Imposture et faux témoignage : Elie Wiesel est vraiment « un personnage exceptionnel », le symbole vivant de « l’Holocauste ». Et ceux qui le célèbrent comme « personnage exceptionnel » sont dignes de son sublime « magistère moral».

Carlo Mattogno

Pour les notes, se reporter à l’original italien qu’on trouvera à :

http://ita.vho.org/056_Elie_Wiesel.htm#_ftn9

http://france.eternelle.over-blog.com/article-elie-wiesel-dernieres-nouvelles-de-number-one-par-rene-louis-berclaz-86875550.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Druide



Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   21/10/2011, 03:54

Le faux témoin Elie Wiesel de plus en plus contesté
Sur le site de l’Américain Bradley Smith, fondateur du CODOH (Comité pour un débat public sur l’Holocauste), un article de l’un de ses précieux contributeurs: Carolyn Yeager...


Autres sources:
http://pascasher.blogspot.com/2010/08/mais-elie-ton-tatouage-ou-tu-las-mis.html





Dernière édition par Druide le 11/12/2011, 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   11/12/2011, 12:56

Aurelien a écrit:
Le dernier sketch de l'imposteur :



Doublon d'un post en rubrique humour Wink

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   18/12/2011, 12:25

Un site en anglais totalement consacré au démontage des mensonges d'Elie Wiesel :

http://www.eliewieseltattoo.com/




_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   3/3/2013, 17:29

Elie Wiesel cons the World ou l'escroquerie mondiale d'Elie Wiesel




Le cas Wiesel est également abordé dans ce remarquable entretien de Robert Faurisson avec la Taverne des Pirates :


Entretien avec Faurisson (1/3)





Entretien avec Faurisson (2/3)





Entretien avec Faurisson (3/3)



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   4/3/2013, 09:14



Lien vers les dessins de Teddijo : Page Facebook

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!   27/3/2013, 17:33



C'est l'invasion des ananas ça fait plaisir de voir autant de dessins, konk doit suivre le mouvement de près j'imagine ..... (il pourrait lui aussi recevoir un prix de l'infréquentabilité.)

Désolé je ne vous mets que les liens j'ai encore trop de truc à lire.
http://blanrue.blogspot.fr/2013/03/encore-une-sottise-sur-le-site-de-nabe.html

D'ailleurs celui là y faut que je m'y mette de suite.
http://blanrue.blogspot.fr/2013/03/la-regle-du-jeu-revue-de-bhl-il-est.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
le mensonge comme seconde nature : Selon un survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel serait un imposteur!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allaitement- bib mixte
» Pour les bébés refusant de prendre le bib
» tétines second nature
» Bosco Ntaganda sera jugé comme un citoyen rd-congolais, selon le porte-parole de la CPI
» photos du monde comme vous ne l’avez jamais vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: