Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi pas sur la Shoah ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   19/2/2012, 17:37

Nous savons désormais que le "savon juif" existe vraiment lool !! c'est celui qui lave les cerveaux des enfants et des maîtres d'écoles et c'est celui que se prennent les politiques aux diner du CRIJF.

Seulement ils le fabriquent eux même ce savon.

PS:Si vous ne comprenez pas de quel savon il sagit:
Deux sources au choix

http://robertfaurisson.blogspot.com/1987/02/le-savon-juif.html

http://www.phdn.org/negation/savon.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   19/3/2012, 13:15

Le Mémorial de la Shoahnanas de Berlin est menacé par l'usure



Des travaux ont été péniblement entamés à la demande des autorités allemandes pour renforcer plusieurs centaines de blocs de béton du Mémorial berlinois de la Shoahnanas, dont une étude aurait démontré la fragilité dans ses fondements mêmes.

Le site, voisin de la porte de Brandebourg, est boudé par la population, qui ne s'en sert que d'urinoir public, certains se vantant même de se retenir des heures pour venir se soulager sur ces blocs de bétons qui défigurent artistiquement et moralement la nation allemande.
Ce mémoral, véritable monstruosité architecturale, a été l'objet de nombreuses discussions de la part des autorités. Fallait-il le détruire et en faire un parking, ou fallait-il le céder aux chaines de restauration rapide Quick ou Nordsee ?

En attendant la solution finale, des tests effectués par des ingénieurs auraient montré que 14% des 2.711 blocs qui le composent présenteraient un risque d'effondrement dû à des fissures, et necessiterait d'être renforcés à l'aide de colliers en acier.

Variations de température ou acide urinaire

«Nous ne sommes pas certains de ce qui a causé ces fissures dans les blocs, mais ce pourrait être dû aux variations de température et aux changements de temps, aux acides urinaires auxquels ils sont fortement soumis, ou tout simplement à l'opportunisme des promoteurs», a déclaré Felizitas Borzym, au nom de la fondation chargée de la gestion du Mémorial.

La conception et la construction de ce site n'ont été qu'un suite d'escroqueries à la subvention. Par exemple, le chantier a été suspendu en 2003 lorsque les promoteurs ont essayé de salir Degussa, fournisseur de la peinture antigraffiti, parce que la société aurait appartenu au groupe qui fabriquait le gaz Ziklon B utilisé dans les camps de travail pour exterminer les lentes et poux qui propageaient les maladies parmi le personnel !

http://www.propagandes.info/product_info.php/le-mmorial-de-la-shoahnanas-de-berlin-est-menac-par-lusure-p-1527 qui mentionne : http://www.20minutes.fr/ledirect/898985/memorial-shoah-berlin-menace-usure

http://www.juif.org/antisemitisme-juif/169519,le-memorial-berlinois-de-la-shoah-menace-par-l-usure.php

http://news.terrepromise.net/2012/03/16/le-memorial-berlinois-de-la-shoah-menace-par-lusure/

Pas mal de questions à se poser en terme d'honnêteté entre les articles hyper dépouillés des sites juifs et les allusions éminemment provocatrices de propagande.info aux vespasiennes berlinoises !!

Sur ce mémorial : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9morial_aux_Juifs_assassin%C3%A9s_d%27Europe

Quelques images :








_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   19/3/2012, 13:47

Pour ma part, j'y vois un signe du destin à leurs problèmes, sur le site shoahnanesque de Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   23/4/2012, 17:32

Un OCNI (Objet chantant Non Identifié !) trouvé sur le blog de Paul-Eric Blanrue

Musicalement, ça pique les oreilles !
Coté paroles, il y a du monde au balcon Bien

http://blanrue.blogspot.fr/2012/04/rendez-vous-le-6-mai-17-h.html



Docteur Robert - (Elie KRA et ses KRIFETTES - 2012)




_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   7/5/2012, 05:51


82 ans et n'a toujours pas baissé son froc pour du fric qui suis-je ?

Publié le : jeudi 1er décembre 2011
Robert Faurisson répond à AlgerieNetwork

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Robert-Faurisson-repond-a-AlgerieNetwork-9364.html

Je connaissais déjà tout cela mise à part le statut des témoins de jéhovah, j'avais loupé cette émission. scratch je ramollis de la souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   8/5/2012, 00:33

Très intéressante cette interview, Merci c.isme Smile




http://algerienetwork.com/info/entrevue/10064-exclusif-entretien-avec-robert-faurisson.html


Sauvegarde au format mp3 de l'audio des 4 vidéos :

#http://www.jheberg.net/download-452D7D0C0836-faurisson-1.html

#http://www.jheberg.net/download-00D306B7854C-faurisson-2.html

#http://www.jheberg.net/download-B05D488F986F-faurisson-3.html

#http://www.jheberg.net/download-460E380C81AE-faurisson-4.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   9/5/2012, 16:33

L'Armée US filme Dachau en 1945


Envoyés par Hollywood, des cameramen, enrolés dans l'armée américaine, ont filmé une cérémonie religieuse juive au camp de Dachau le 6 mai 1945.
Le rabbin est un militaire américain.










L'arrivée du rabbin dans le camp












Curieux tous ces drapeaux nationaux dans la foule (? ?)













Normal qu'il ait fallu des offices religieux à Dachau. Ce camp, libéré en avril 45, dut être mis en quarantaine par les Américains jusqu'en juillet 45 à cause des épidémies de typhus qui y régnait à la toute fin de la guerre.





http://www.ushmm.org/photos/05/05836.jpg

http://www.stormfront.org/forum/t827788-66/#post10125143



Histoire : L’évolution de la mortalité au camp de concentration de Dachau






Des monceaux de cadavres, à Dachau, à l’époque de la libération du camp

Les deux graphiques ci-après représentent la mortalité du camp de Dachau. L’un est d’origine française et l’autre, d’origine américaine. Le premier (pièce n° 1) a été découvert dans des circonstances qu’il ne nous appartient pas de révéler. Il s’agit apparemment (voy. le vide du second cartouche sans doute prévu pour recevoir une inscription, par exemple, sur la provenance des chiffres) du projet d’une instance officielle française, que nous connaissons et qui se manifestera peut-être à la parution de ce graphique dans notre revue. Le second (pièce n° 2) a été établi, sur notre demande, à partir d’un document américain cité en référence. On remarquera la concordance d’ensemble des deux graphiques. Le premier porte sur la période du 11 mai 1941 à la fin août 1945. L’original est bicolore et indique en rouge le nombre des Français morts dans ce camp (et ses sous-camps) ; le camp ayant été libéré le 29 avril 1945, les chiffres de mai, juin, juillet et août 1945 concernent les morts durant la présence américaine. Le second porte sur la période du 18 février 1940 à la fin avril 1945.




Graphique No 1 : l’évolution des décès, au camp de concentration de Dachau, du 11 mai 1941 à fin août 1945 (http://3.bp.blogspot.com/_ToVywHm4m2...00/graph+1.jpg)


De mars 1933, date de la création du camp principal, à la fin avril 1945, il est entré au camp principal de Dachau et dans ses sous-camps deux cent six mille deux cent six détenus. En douze ans, il est mort environ trente-deux mille détenus. Le pourcentage des survivants est donc d’environ 85 % et celui des morts d’environ 15 %. Ces chiffres paraissent aujourd’hui à peu près admis aussi bien par le Service international de recherches (Comité international de la Croix-Rouge) sis à Bad Arolsen (RFA) que par les autorités du musée de Dachau. Rappelons que le chiffre des victimes était parfois évalué, à la fin de la guerre, à environ deux centre trente-huit mille ! L’Encyclopædia Judaica (1971) pour sa part, dans son article « Dachau », parle encore de quarante mille tués dont 80 % à 90 % auraient été juifs !




Graphique No 2 : l’évolution des décès, au camp de concentration de Dachau, de 1940 à 1945 (http://3.bp.blogspot.com/_ToVywHm4m2Q/TUXPPMG50bI/AAAAAAAAAQw/QoMcOIe4UI4/s1600/graph+2.jpg)


Il est manifeste, au vu de ces graphiques, que la situation de Dachau –comme celle de tous les autres camps– est devenue catastrophique dans les derniers mois de la guerre. L’Allemagne tout entière, ses soldats, ses civils, ses prisonniers ou détenus connaissaient l’apocalypse. Vivres et médicaments manquaient. Les transports étaient frappés de paralysie. Lorsque les GI américains découvrirent le camp, le 29 avril 1945, leurs sentiments allèrent de la stupéfaction à la révolte. Dans la zone du crématoire, les cadavres s’entassaient. Les wagons d’un train, qui avait erré à travers l’Allemagne sous les bombardements alliés avec son chargement de détenus vivants, ne contenaient plus que des cadavres. La puanteur était affreuse. Les soldats américains ne firent pas de quartier ; avec l’aide d’anciens détenus, ils massacrèrent au fusil, à la mitrailleuse, à la pelle et à la pioche cinq cent vingt soldats allemands qui, peu de jours auparavant, étaient venus prendre la relève des gardiens de Dachau. Les chiens furent égorgés [1]. Il est probable qu’en découvrant les horreurs du 29 avril 1945 les Américains durent penser que Dachau avait toujours offert à peu près le même spectacle depuis sa création et qu’un camp de concentration ne pouvait être qu’un lieu d’extermination programmée.




Des juives hongroises à Dachau, le 13 juin 1945


Si nous publions ces graphiques, c’est d’abord pour rectifier cette impression. On sait aujourd’hui que le brusque accroissement de mortalité de l’été 1942 était dû au typhus ; qu’en 1943, à la suite de mesures draconiennes prises selon les ordres de Heinrich Himmler et d’Oswald Pohl par le service de santé des camps de concentration, cette mortalité connut une baisse sensible malgré l’augmentation progressive du nombre des détenus pour faits de « terrorisme » ou de « Résistance » ; et que l’hiver 1944-1945 tourna à la catastrophe. Nous publions ces graphiques pour une autre raison. Ainsi qu’on le voit, nous avons marqué d’une flèche le mois de juin 1941 et celui de novembre 1944. La raison en est que, selon la légende, Adolf Hitler aurait donné vers juin 1941 l’ordre d’exterminer les juifs et Heinrich Himmler aurait, en novembre 1944, ordonné l’arrêt de cette extermination [2]. Il suffit d’un simple coup d’œil à ces graphiques pour se rendre compte que les faits démentent la légende. A moins, bien sûr, qu’on ne veuille nous faire croire que les responsables du camp de Dachau se sont ingéniés à désobéir d’abord à Adolf Hitler, puis à Heinrich Himmler et ont voulu prendre le contre-pied des ordres reçus, des ordres dont, il faut le rappeler, on n’a jamais trouvé trace.




Des prisonniers fêtent la libération du camp de Dachau, le 13 avril 1945


Un document américain qui, aux Archives nationales des États-Unis, accompagne le document que nous avons utilisé pour l’établissement du second graphique, prouve que dans les dix-sept premiers jours du mois de mai 1945, les troupes américaines ayant pris le commandement du camp, il est mort 1588 détenus, c’est-à-dire plus de détenus qu’il n’en est mort pendant toute l’année 1943 du temps de la présence allemande (1100 décès en 365 jours). Ce fait, à lui seul, illustre combien des horreurs que l’on serait tenté de mettre au compte de l’un ou de l’autre des belligérants sont surtout à porter au compte de la guerre et des fléaux qui l’accompagnent : épidémies, famine... A Dachau, les Américains ont aussi découvert des détenus en bonne santé que la presse mondiale s’est, en général, abstenue de montrer (pièces n° 3, 4 et 5). La photo des juives hongroises et de leurs poupons (pièce n° 3) n’a, à notre connaissance, jamais été publiée. Elle tend à prouver, en dépit de la légende dont l’affuble la propagande de l’époque, que l’extermination des juifs en général et des femmes et des enfants en particulier est pour le moins douteuse. Les Archives nationales des États-Unis (Record Group 238, VII US Army, Signal Corps) accompagnent cette photo de la légende suivante : Photo n° 205488 : Quand les Allemands commencèrent à retraiter de Hongrie, ils emmenèrent avec eux beaucoup de gens pour aller travailler dans les usines allemandes. Les sections de travail forcé comprenaient beaucoup de femmes juives –dont certaines étaient enceintes. Au début ces femmes enceintes étaient contraintes à l’avortement mais, dans les derniers mois, on autorisa les mères à garder leurs enfants. On voit ici un groupe de juives hongroises : des mères avec leurs enfants. Dachau, Allemagne, 13 juin 1945. Les photos n° 4 et 5 représentent des prisonniers acclamant leurs libérateurs de la VIIe armée américaine à leur entrée dans le camp de concentration de Dachau, le 13 avril 1945. La photo n° 4 a déjà été publiée ; la photo n° 5 est inédite.

Robert FAURISSON, 1er août 1990.








Des prisonniers fêtent la libération du camp de Dachau, le 13 avril 1945


[1] Howard A. Buechner, Dachau. The Hour of the Avenger... ; compte rendu par Jessie Aitken, « Dachau. L’Heure du Vengeur », Annales d’histoire révisionnistes n° 2, Eté 1987, p. 27-29.
[2] En réalité, comme cet ordre n’a jamais existé, les historiens exterminationnistes ont proposé bien d’autres dates, sur une période de... deux ans ! Celle de l’été 1941 ou de juin 1941 est la plus courante.

http://www.propagandes.info/ext.php?id=2358&url=http%3A%2F%2Fwww.stormfront.org%2Fforum%2Ft885706%2F

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   15/5/2012, 22:41


Premier missile à tête nucléaire zyklonic (ne pas fumer ou manger de sandwich autour de l'impact ) lancé pour Chryssi Avghi. Israel va t-il envoyer des soldats pour faire voter une loi gayssot-fabius Grèque ?

Publié le 15/05/2012 13:23 - Modifié le 15/05/2012 à 13:39 | © 2012 AFP
Grèce: le chef néona-zizi élu au parlement nie l'existence des chambres à air

lol!

Citation :

Le chef du groupe grec néonazi Chryssi Avghi (Aube dorée) propulsé au parlement par le scrutin du 6 mai a nié l'existence des chambres à gaz lors d'un entretien télévisé, s'attirant une protestation du gouvernement dans un pays où le négationnisme n'est pas poursuivi.

"Auschwitz, quoi Auschwitz? Je n'y suis pas allé. Que s'y est-il passé? Vous y étiez-vous?" a feint de s'interroger Nikos Mihaloliakos, selon la vidéo d'une émission diffusée dimanche soir par la chaine privée Méga.

"Il n'y avait pas de fours, ni de chambres à gaz, c'est un mensonge", a-t-il ajouté. Il a aussi affirmé avoir "lu beaucoup de livres mettant en doute le chiffre de six millions de juifs" exterminés par les nazis.

C'est la première fois depuis son succès électoral que M. Mihaloliakos tient publiquement des propos négationnistes. Chryssi Avghi a conquis 6,9% de l'électorat (21 députés) en jouant sur la colère des Grecs face à l'austérité et leurs réflexes xénophobes.

Leur chef a aussi réitèré tenir Hitler pour "une grande personnalité historique du 20ème siècle". "Je ne dis pas +heil+ tout simplement car c'est quelque chose qu'on dit pour quelqu'un de vivant", a-t-il répondu au journaliste qui lui demandait s'il maintenait un appel à proférer le salut nazi qu'il avait signé en 1987.

Le porte-parole du gouvernement sortant, Pantelis Kapsis, a "condamné de la manière la plus catégorique" ces propos "qui déforment l'histoire et constituent une atteinte brutale à la mémoire des millions de victimes de l'holocauste".

M. Kapsis a rappelé que parmi ces victimes figuraient "des dizaines de milliers de Grecs juifs", dans une rare référence officielle au sort d'une communauté dont l'extermination à plus de 95% par les nazis n'est évoquée que depuis peu par les manuels scolaires d'histoire.

Le Conseil des Juifs de Grèce avait auparavant appelé "les dirigeants politiques, la société civile, la communauté enseignante et les intellectuels à condamner et isoler les forces" du type de Chryssi Avghi.

http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/15/1353958-grece-le-chef-neonazi-elu-au-parlement-nie-l-existence-des-chambres-a-gaz.html

Vivement les images vidéo.

PS je vends mon manoir ça vous intéresse ? Si DSK est intéressé les femmes de ménage sont comprise dans le prix.
http://www.ladepeche.fr/manoir-de-michael-jackson_di774.html



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   16/5/2012, 13:01

Feu Hussein Triki : L´Holocauste inventé par le sionisme mondial (vidéo)


Feu Hussein Triki : L´Holocauste inventé par le sionisme mondial (vidéo)
IRIB-Le professeur tunisien, célèbre auteur anti sioniste qui accusait Israël d'être au courant des attentats du 11 septembre est décédé dans un accident de route vendredi en Argentine. Un assassinat? possible dans la mesure où il ne cessait de dénoncer le rôle du lobby sioniste dans les évolutions politiques du monde.


Vidéo ici : http://french.irib.ir/galeries/videos/item/188570-hussein-triki-l%C2%B4holocauste-invent%C3%A9-par-le-sionisme-mondial-vid%C3%A9o

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   18/5/2012, 10:52

Post doublé dans le topic : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5863-la-vraie-cause-de-la-seconde-guerre-mondiale

Un livre qu'il convient de lire pour avoir la preuve que le mythe des 6 millions n'est pas né en 1945.

The First Holocaust: Jewish Fund Raising Campaigns with Holocaust Claims During and After World War I, Second Edition de Don Heddesheimer

En vente ici : http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/1591480035/ref=dp_olp_used?ie=UTF8&condition=used

Téléchargeable en PDF ici : Lien vers le pdf




L'ouvrage comporte en annexe copies de tous les documents cités... Édifiant !! cyclops

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   22/5/2012, 16:22

Sur la shoah par balles. Extrait d'une interview, Téhéran, le 13 décembre 2006, Entretien avec le Prof. Robert Faurisson à la "Maison des Hôtes" du ministère des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran (FR, ENG)

Citation :

….
Vous vouliez parler du « Kommissarbefehl », des « Einsatzgruppen » et de Babi Yar.

Oui, trois parties d’un même sujet. On nous dit qu’il a existé un «Kommissarbefehl», qu’on nous décrit comme un ordre de tuer systématiquement les commissaires politiques soviétiques qui surveillaient les troupes, et l’on en profite pour ajouter que les Einsatzgruppen avaient pour tâche de tuer les juifs. C’est faux. D’abord il n’a jamais existé de «Kommissarbefehl» en tant que tel. Chez les historiens, l’habitude a été prise de désigner sous ce nom un ensemble de documents relatifs au tri, soit des prisonniers, soit de certains civils juste à l’arrière du front. Fondés en 1938, au moment de l’Anschluß, les Einsatzgruppen étaient chargés de ce tri. Sur l’immense front russe, ils n’étaient que 3 000 (trois mille), chauffeurs et dactylographes compris. Au début de la campagne militaire, de rigoureuses instructions leur ont été données. Il faut lire ces instructions. Elles reviennent à dire que, les lois de la guerre étant ignorées des Soviétiques, il convient de sévèrement trier les prisonniers qu’on fera. Certains prisonniers devront être exécutés séance tenante parce qu’il s’agit non de soldats mais de commissaires politiques fanatisés qu’on ne peut laisser dans les camps de prisonniers de guerre ; d’autres pourront être utiles à l’Allemagne. Un document, classé URSS-014 au procès de Nuremberg, énumère huit catégories de personnes suspectes dont il faut faire le tri (Aussonderung) parmi les prisonniers militaires ou civils. Il est intéressant de noter que les juifs viennent en huitième et dernière position ; il est précisé, dans cet ordre du 29 octobre 1941, qu’il s’agit seulement d’une catégorie de juifs. Je cite : « 8 ) les intellectuels russo-soviétiques et juifs, pour autant qu’il s’agisse de révolutionnaires professionnels ou de politiciens, auteurs, rédacteurs, fonctionnaires du Komintern etc. ». Avec leur malhonnêteté coutumière, les responsables officiels chargés de résumer les documents ont osé écrire que « les personnes visées » «sont principalement les commissaires du peuple soviétiques et les autres dirigeants ainsi que les juifs et des membres des classes intellectuelles» ; dans leur résumé ils vont aussi jusqu’à parler de « directives pour le nettoyage » alors que, répétons-le, pour ce document, il s’agit de « tri ». Lorsqu’une troupe avance et conquiert une ville, il faut que des « Einsatzgruppen », sorte de police militaire en campagne, essaient de contrôler les prisonniers et la population civile. Cela ne veut pas dire qu’on va les tuer. Seuls certains seront à exécuter. En face, chez les communistes, on ne se gênait pas pour exécuter. Venaient donc en première position les commissaires politiques. Ni là, ni ailleurs il n’a existé d’ordre de tuer les juifs.

Donc, si je vous ai bien compris, ces instructions ne spécifiaient pas que tous les commissaires politiques devaient être exécutés, même si lesdits commissaires étaient nommés en premier.

C’est exact. Souvent, semble-t-il, ces commissaires étaient juifs ; or, même dans leur cas, il y avait un tri à opérer. Mais vous comprenez bien que, dans la pratique, cela signifiait qu’il y avait des prisonniers qu’on avait, en fait, le droit d’exécuter en contravention des lois de la guerre. Aussi, comme vous le savez peut-être, les chefs militaires allemands n’ont-ils pas voulu se comporter comme l’Armée rouge et, finalement, se sont refusés à suivre les dispositions les plus sévères de ces ordres.

Quant à Babi Yar, aucune enquête matérielle n’a été conduite du genre de celles qui ont été menées pour Katyn ; rien n’est venu étayer les récits qui ont cours sur le sujet et qui paraissent invraisemblables. Je reviendrai sur Babi Yar.

…...


Quittons la fiction et revenons à l’histoire. Je voudrais m’attarder un peu sur le cas de Babi Yar. En ce moment, certaines organisations juives, sentant que le mythe des chambres à gaz est en train de prendre eau de toute part, tentent de faire diversion et nous invitent à détourner notre attention des prétendues chambres à gaz et des prétendus camions à gaz pour porter nos regards du côté des « Einsatzgruppen ». C’est, par exemple, ce que fait une personnalité juive française comme Jacques Attali, qui vient d’écrire : « L’immense majorité des juifs assassinés l’ont été par les armes individuelles des soldats et des gendarmes allemands, entre 1940 et 1942, et non par les usines de mort mises en place ensuite ». Usant d’une toute nouvelle expression, ces juifs nomment cela la « Shoah par balles » ! Cette « Shoah par balles » est maintenant appelée à remplacer la « Shoah par gaz ».

Et c’est ainsi qu’on nous ressert « le massacre de Babi Yar », localité proche de Kiev. Au procès de Nuremberg, le nom de Babi Yar n’apparaît pas, mais un document rapporte simplement en une phrase que les Allemands, à Kiev, ville qu’ils venaient d’occuper, ont, à la suite d’une série d’incendies criminels attribués à des agents du NKVD, arrêté, par mesure de représailles, tous les juifs, puis, les 29 et 30 septembre 1941, en auraient transporté un certain nombre en direction du lieu-dit Babi Yar pour en exécuter finalement – écoutez bien ce chiffre et admirez-en la précision – pas moins de 33 771 ! Le document n’est ni daté, ni signé. Il fait partie d’un ensemble sélectionné par le Lieutenant Walter Rothschild, de Londres. En soi, ce que rapporte cette phrase est invraisemblable. Le réel massacre de Katyn, perpétré par le NKVD et plus tard imputé aux Allemands, avait fait environ 4 250 morts ( On retrouve bien cet ordre de grandeur chez larousse http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/Laroussefr_-_Article/11023441 ), attestés, en deux mois (mars-avril 1940). Par comparaison, le massacre de Babi Yar aurait donc fait en deux jours près de huit fois plus de victimes que celui de Katyn en deux mois. Une aussi fantastique boucherie aurait laissé d’innombrables traces et le paysage en aurait été bouleversé, ne fût-ce que par de formidables travaux d’inhumation, puis, comme certains nous le racontent, d’exhumation, suivie de crémations en plein air. Or les photographies aériennes de l’époque ne montrent rien de tel et l’on ne dispose d’aucune preuve matérielle de ce gigantesque crime.

En ce moment, en Ukraine, il est un prêtre catholique qui fait beaucoup parler de lui, le père Patrick Desbois, un Français, grand ami des juifs. Sa spécialité consiste à sillonner le pays à la recherche de « charniers juifs ». Il fait annoncer aux braves villageois ukrainiens qu’il va se rendre dans telle ou telle localité et qu’il entend y recueillir des témoignages sur les massacres de juifs commis par les Allemands pendant la guerre. Les habitants ont tout intérêt à pouvoir se vanter de posséder de tels charniers sur lesquels on édifiera des monuments qui attireront le touriste étranger. Les « témoins » se réunissent et mettent au point un récit. Le prêtre arrive ensuite au village et se fait photographier avec des paysans ou des paysannes qui lui montrent du doigt tel ou tel emplacement. D’abord on peut s’étonner de l’âge de certains des témoins photographiés : ils ont manifestement moins que l’âge requis, qui serait normalement d’environ 80 ans. Mais il y a beaucoup plus étonnant : ces charniers supposés, on ne les ouvrira pas ; on ne procédera à aucune exhumation ni à aucune vérification matérielle, et cela sous l’admirable prétexte que la religion juive interdirait de toucher aux cadavres de juifs ; or il suffit d’ouvrir l’Encyclopedia Judaica (1978) à l’entrée « Autopsies [pluriel] and Dissection [singulier] » pour voir qu’il n’en est rien. Dans un seul endroit, à Busk, on a ouvert quinze fosses communes mais aucun des squelettes qu’on y a trouvés n’a été expertisé et les emplacements ont tous été ensuite recouverts d’une chape de ciment de sorte qu’aucune vérification ne sera vraiment possible à l’avenir ! Curieuse façon de respecter un cadavre selon la loi juive ! L’historien devra donc se satisfaire de ce que le père Desbois, un habile homme, nous dira que les témoins lui ont dit. Des chiffres non vérifiés de victimes non trouvées et non montrées iront ainsi s’additionner et, en fin de compte, on nous affirmera que l’Ukraine compte tant de charniers contenant tant de victimes juives. Et tout cela sous le sceau des représentants respectifs de l’Eglise catholique romaine, de l’association «Yahad-in-Unum» et de l’association « Zaka », laquelle se présente en « garante du respect des corps des victimes selon la loi hébraïque ». Comme à Auschwitz, le tourisme aura quelque chance de prospérer.

Une question. Vous parlez de « Shoah par balles » et de documents. De mémoire, je crois avoir vu des documents où l’on montre sur une carte le dessin de cercueils accompagnés du nombre des juifs exécutés aux points ainsi indiqués. A ce qu’il paraît, il s’agirait de documents de la SS ou des Einsatzgruppen envoyés du front russe à Berlin. Les documents montreraient combien de juifs ont été tués par les Einsatzgruppen A, B, C et D. N’est-ce pas une preuve ? Quelle est votre opinion là-dessus ?

Je connais ces documents et, en particulier, celui des cercueils et des chiffres. C’est l’Américain Arthur R. Butz qui en a traité le premier de manière critique, en 1976, dans son remarquable ouvrage, The Hoax of the Twentieth Century. Trop souvent il s’agit de documents suspects et non signés, provenant de sources soviétiques. Celui dont vous parlez fait penser aux photos aériennes d’Auschwitz, publiées en 1979 par Brugioni et Poirier, deux anciens membres de la CIA. Sur ces photos on distingue les crématoires d’Auschwitz avec une naïve indication portant : « Gas Chamber ». Ici, sur les cercueils dessinés, une main anonyme a inscrit des chiffres censés représenter des totaux de juifs tués. Il n’y a aucune indication des sources permettant de vérifier d’où viennent ces totaux.

Avez-vous noté qu’à chaque fois qu’on découvre un charnier en Russie et qu’on se donne la peine de l’étudier on découvre qu’il renferme des victimes de Staline et non de Hitler ?

Enfin, il convient, de toute façon, d’être circonspect avec les évaluations envoyées par des militaires aux autorités supérieures de Berlin.

On pourrait dire que, pris dans la guerre, les Allemands qui devaient envoyer des rapports à Berlin n’avaient pas le loisir, comme en temps de paix, de rédiger des rapports impeccables, dotés de toutes les signatures nécessaires.

Ce n’est là, de votre part, qu’une hypothèse car d’innombrables documents allemands de cette époque témoignent d’une grande méticulosité.

Une hypothèse, soit, mais n’est-ce pas un peu trop demander que d’exiger une preuve parfaite, qui n’a peut-être jamais existé ?


Si l’on ne dispose pas de preuve, on s’abstient d’accuser. On a le droit de dire : «Voici ce que rapporte la rumeur» ou « Il est vraisemblable que… », mais on n’a pas le droit d’aller plus loin. Pour nous résumer, je dirais qu’en ce qui concerne les formidables massacres de juifs imputés aux Einsatzgruppen, j’attends qu’on procède à des enquêtes criminelles comme celles qu’on a menées pour Katyn. Et qu’on ne vienne pas nous raconter que les cadavres sont partis en fumée ! Même dans le cas où l’on aurait brûlé en plein air ces monceaux de cadavres qui auraient nécessité d’invraisemblables quantités de bois ou de carburants, on en trouverait facilement des traces, ne seraient-ce que les dents et des restes d’ossements. Encore aujourd’hui on trouve en Russie des ossements de soldats de l’armée napoléonienne.

Mais que faites-vous des procès et des indices qui démontrent le crime et permettent un jugement ?

Des indices ne sont que des signes apparents qui rendent simplement probable l’existence d’une chose. C’est ce que Jean-Claude Pressac, l’ami du couple Klarsfeld, appelait dans son gros livre américain des « beginnings of proof » ou des « traces ». Méfions-nous de ceux qui s’imaginent qu’en additionnant un quart de preuve + un quart de preuve + une demi-preuve on obtient une preuve. Cette pratique était, paraît-il, en usage dans certains procès de sorcellerie des siècles passés et c’est ce qui s’est encore produit dans nombre de procès du XXe siècle, surtout contre ces sorciers modernes qu’auraient été les sataniques «criminels de guerre nazis».

Ce n’est pas ce que je dis. Je dis qu’aujourd’hui il y a des procès où l’on ne peut produire de preuves réelles mais où les indices suffisent à juger l’accusé.

C’est exact. En France, par exemple, les juges peuvent même invoquer ce qu’on appelle « l’intime conviction ». Un juge le peut mais non l’historien. Combien de fois n’a-t-on pas, avec le temps, découvert qu’une erreur judiciaire avait été commise ? Dans le cas particulier du gigantesque procès fait à l’Allemagne, je demande que l’on ne se contente pas de l’intime conviction. J’exige une preuve, une seule preuve. Je constate que les historiens accusateurs à la Poliakov ou à la Hilberg, et bien d’autres avec eux, ont fini par reconnaître qu’il n’y a pas de preuve. Vous savez bien que Raul Hilberg avait d’abord osé écrire en 1961 que Hitler avait donné deux ordres pour exterminer les juifs. Il ajoutait que cette extermination avait été soigneusement organisée du haut en bas de l’échelle de commandement. Or, en 1983, sous la pression des révisionnistes, il a dû reconnaître (puis il l’a confirmé sous serment en 1985 au premier procès Zündel de Toronto) qu’il n’y avait eu, en fin de compte, ni ordre, ni plan, ni budget. Il s’est alors rabattu sur la plus pitoyable des explications : selon sa nouvelle interprétation, tout s’était fait sans ordre et sans plan « par une incroyable rencontre des esprits, une transmission de pensée consensuelle au sein d’une vaste bureaucratie », la bureaucratie du IIIe Reich ! J’appelle cela « invoquer l’opération du Saint Esprit (juif) »


Source de l'extrait
http://robertfaurisson.blogspot.fr/2006/12/entretien-avec-le-professeur-robert.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   23/5/2012, 19:08

Doublon d'un post dans le topic http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7590-l-histoire-vue-par-les-vaincus#78734

N'hésitez pas à reproduire ce texte, il n'enfreint aucune loi ! A faire tourner sur vos blogs Wink





Compte rendu du procès en appel de Jürgen Graf


président de Vérité&Justice, devant le Tribunal cantonal du canton d’Argovie, en date du 23 juin 1999.

(notes d’audience de Xaver März)

Comme on pouvait s’y attendre, la sentence exemplairement et volontairement inique rendue en première instance est confirmée en appel. Rappelons que l’écrivain révisionniste avait été condamné le 16 juillet 1998 par le Tribunal de district de Baden à 15 mois d’emprisonnement sans sursis et à Frs 8'000,-- d’amende, pour avoir publié plusieurs ouvrages et articles qui, selon le Tribunal, auraient violés la norme pénale dite antiraciste (art. 261 bis CPS), autrement dit, la loi muselière. L’éditeur de Jürgen Graf, Gerhard Förster, alors âgé de 78 ans, domicilié à Würenlos (AG), déjà très gravement atteint dans sa santé, avait été condamné à 12 mois d’emprisonnement sans sursis et, également, à Frs 8'000,-- d’amende ; toutefois, la « Justice » suisse n’est plus en mesure de le harceler, Gerhard Förster étant parti pour un monde meilleur le 23 septembre 1998.

Ce nouveau jugement n’a surpris ni l’accusé, ni son défenseur d’office, le Dr Urs Oswald. Tous deux étaient partis du principe que, lors de procès politiques, la sentence est déjà fixée d’entrée de cause :
le déroulement de l’audience d’appel n’a fait que confirmer ce point de vue. Après une suspension d’audience d’une durée d’une heure, la Cour devant se concerter pour la bonne forme, le président lut à haute voix une sentence qui, du fait de sa longueur, ne pouvait avoir été rédigée pendant ce laps de temps. Un telle constatation confirme que la longue plaidoirie du défenseur, concise et engagée, de même que l’interrogatoire de l’accusé par le Président et par le Procureur n’ont pas eu la moindre influence sur le verdict.

L’avocat Oswald aurait ainsi déployé toute sa force de persuasion, sans influencer le moins du monde un Tribunal ayant de toute évidence suivi à la lettre des consignes venues d’en haut.

Environ 45 personnes ont pu assister aux débats, d’une durée de 2h 30, dont plus d’une trentaine était des amis et sympathisants de l’accusé, les autres, des représentants des médias et quelques Juifs. Le président, Ruedi Bürgi, assisté de deux juges et d’un greffier (au contraire de l’an dernier, le quarteron ne comprenait cette fois que des hommes) interrogea brièvement Jürgen Graf. Nous restituons ici ces propos, non pas au mot près, mais en substance.

Le Président : vos livres continuent-ils de représenter vos opinions, et les diffusez-vous toujours ?

Jürgen Graf : je m’en tiens toujours au contenu de mes livres, car ils n’ont jamais été réfutés. Comme vous le savez, il y a déjà longtemps que je ne vends plus mes livres seul ; ils sont diffusés depuis la Belgique et l’Angleterre.

Le Président : vous avez souvent souligné que, selon vous, trois points étaient essentiels :

1. La non-existence des chambres à gaz homicides.
2. La non-existence d’un plan d’extermination des Juifs.
3. Le chiffre erroné quant au nombre de victimes juives (5 à 6 millions).

Vous ne contestez pas, en revanche, la persécution des Juifs. Est-ce bien là votre point de vue correctement exprimé ?

Jürgen Graf : absolument

Le Président : n’y avait-il pas de chambres à gaz, selon vous, dans les camps de concentration ?

Jürgen Graf : si, mais utilisées seulement pour l’épouillage des vêtements.

Le Président : la politique allemande à l’égard des Juifs s’est-elle limitée, selon vous, à exploiter leur force de travail ?

Jürgen Graf : il y eut sur le front de l’Est des exécutions de Juifs dans un contexte de lutte contre les partisans. On ne connaît pas le nombre de victimes en raison du manque de documents fiables.

Le Président : mais dans les camps de concentration, s’agissait-il, de la part des Allemands, de n’exploiter que la force de travail des Juifs ?

Jürgen Graf : je puis vous citer, de tête, dix documents de guerre qui vous le confirmeront.

Le Président : pour quelles raisons alors les gens moururent à Auschwitz ?

Jürgen Graf : principalement de maladies. A la fin de l’été 1942, le typhus exanthématique faisait presque chaque jour plus de 300 victimes. Une autre cause de mortalité est due à une mauvaise alimentation. Il y eut aussi des exécutions, et une exécution, où qu’elle se passe, est toujours terrifiante, Mais il faut dire que les exécutions sommaires, sans jugement, étaient interdites.

Le Président : maintenez-vous aussi qu’il n’y avait pas de plan pour l’extermination des Juifs ?

Jürgen Graf : en France, actuellement, vivent deux fois plus de Juifs qu’avant l’Holocauste, ce qui, en pratique, ne correspond pas aux effets qu’auraient dû avoir une extermination massive.

Le Président : continuerez-vous d’écrire sur l’Holocauste ?

Jürgen Graf : vous savez certainement que, depuis septembre dernier déjà, a paru un ouvrage écrit par Carlo Mattogno et moi-même sur le camp de concentration de Maidanek. Ce livre n’a pas fait l’objet d’une dénonciation. J’en déduis que les études relatives à des aspects particuliers du soi-disant Holocauste ne sont pas considérées comme punissables. Fin avril, encore avec Mattogno, j’ai terminé la rédaction d’un livre sur le camp de concentration de Stutthof qui devrait paraître à la fin de cet été.

Le Président : vous avez travaillé sur des archives. Sont-elles ouvertes au public ?

Jürgen Graf : A Auschwitz, Mattogno et moi ne fûmes pas admis, au motif, il est vrai, que les révisionnistes sont indésirables. Ailleurs, nous n’avons rencontré aucune difficulté. En 1995 déjà, à Moscou, nous avons visionné tous les documents concernant la conduite des travaux de construction du camp d’Auschwitz. Aucun historien officiel ne se rend sur place ; nous sommes les seuls à le faire.

Le Président : qu’avez-vous à déclarer quant à ce procès ?


Jürgen Graf : je constate que votre attitude ne manque pas de courtoisie ; ceci n’empêche pas qu’il s’agit en fait d’un procès-spectacle de nature politique.

Après cet interrogatoire, l’avocat de Jürgen Graf, Me Oswald, posa quelques questions à son client, que nous reproduisons de même, en substance.

Me Oswald : contestez-vous dans vos ouvrages le génocide des Juifs ?

Jürgen Graf : comment définissez-vous le terme « génocide » ?

Me Oswald : la définition qu’en donne l’ONU sert de référence obligée.

Jürgen Graf : selon cette définition, qui commet un génocide tue des membres d’un groupe ethnique.
Comme les nationaux-socialistes ont incontestablement tué des Juifs, le génocide, selon la définition de l’ONU, est établi. Mais que l’on me montre, dans mes livres, un seul paragraphe où j’aurais contesté un génocide ainsi défini !

Me Oswald : vous n’êtes pas historien. Comment se fait-il que vous manifestez tant d’intérêt pour l’Holocauste ?

Jürgen Graf : il est intéressant de relever que la plupart de ceux qui traitent de l’Holocauste ne sont pas des historiens professionnels. Ceci est valable pour nous autres révisionnistes comme pour nos adversaires. Les deux figures de proue des historiens partisans de l’Holocauste, Raul Hilberg et Jean- Claude Pressac, n’ont pas non plus fait des études en Histoire.

Me Oswald : vous abordez aussi, dans vos écrits, les aspects techniques de l’Holocauste ; en tant que non technicien, certaines compétences ne vous font-elles pas défaut ?

Jürgen Graf : je me suis renseigné auprès de spécialistes. Avant la parution de mon premier ouvrage, je suis allé consulter un spécialiste de l ‘EPFZ, compétent pour les moteurs Diesel, ainsi que le responsable du crématoire de Bâle. Ces deux personnes ignoraient la finalité de mes questions. Le spécialiste en moteurs Diesel déclara que les gaz d’échappement issus d’un tel moteur ne conviennent pas à des buts homicides. J’avais déjà eu connaissance de cet avis dans des écrits révisionnistes ; maintenant, j’en ai la confirmation. Le responsable du crématoire m’a dit, qu’en moyenne, il faut compter au moins une heure pour incinérer un corps. Or, les « témoins » d’Auschwitz font mention de durées 12, 17, voire 25 fois inférieures à la réalité.

Me Oswald : combien d’archives avez-vous consultées ?

Jürgen Graf : une à Amsterdam, deux à Moscou, une à Prague, une à Bratislava, une à Budapest, une en Biélorussie, deux en Lithuanie et six en Pologne, à savoir : Lublin, Stutthof, Varsovie, Waldenburg, Wroclaw (Breslau) et Katowice. Bien sûr, nous n’avons pas trouvé partout des documents susceptibles de nous intéresser.

Me Oswald : il existe pourtant de nombreux livres sur l’Holocauste. Peut-on tous les ignorer ?

Jürgen Graf : je n’ignore nullement l’existence de ces livres, et j’ai lu tous les ouvrages classiques des historiens orthodoxes. J’ai réalisé une analyse critique globale de plus de 120 pages de l’ouvrage de Raul Hilberg. J’ai pu constater que cet auteur, qui fait autorité en la matière, se réfère à d’autres auteurs qui évoquent des témoins oculaires, toujours les mêmes ; ainsi ces auteurs se servent des mêmes références depuis des dizaines d’années en se copiant les uns les autres.

Me Oswald : éviterez-vous, à l’avenir, d’exprimer des opinions que la Justice considère comme punissables ?

Jürgen Graf : je ne me prêterai pas au moindre compromis quant au contenu de mes ouvrages ; j’éviterai cependant des formulations considérées comme pénalement répréhensibles.


Après cet interrogatoire, la plaidoirie de Me Oswald dura presque une heure : le défenseur de Jürgen Graf reprit plusieurs arguments développés dans son mémoire de recours et en produisit de nouveaux.

Tout d’abord, Me Oswald se référa de manière détaillée à un article paru dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) du 12 juin 1999, sous la plume du Prof. Claus Nordbruch, dans lequel celui-ci fustige la mode du « politiquement correct », et rompt une lance en faveur du révisionnisme, considéré au sens le plus large. Nordbruch cite l’écrivain Martin Walser, selon lequel celui qui touche aux thèmes tabous, Troisième Reich, les étrangers, les femmes, dans une optique non souhaitée par le système dominant, se trouve accusé d’hérésie. Nordbruch ajoute que la révision de l’Histoire est une chose normale et raisonnable (Nordbruch, dans son texte, fait des citations de « L’Holocauste au scanner », un des livres pour lequel Jürgen Graf se trouve condamné, sans toutefois nommer ni le livre, ni son auteur). Il est évident que ni la NZZ, ni Nordbruch ne peuvent être soupçonnés de nourrir des idées racistes. On ne peut nier que les textes publiés par un journal de la qualité de la NZZ sont à prendre en considération. Cet article confirme le caractère politique du procès de Jürgen Graf, et les procès politiques sont indignes d’un Etat de droit.

Me Oswald tient encore à préciser qu’il ne s’exprime pas sur le contenu des livres de Jürgen Graf, par manque de compétences, et qu’il n’est, par ailleurs, nullement tenu de le faire. Me Oswald releva cependant que Jürgen Graf est un chercheur sincère et sérieux, pleinement convaincu de la justesse du point de vue révisionniste. Le révisionnisme, poursuit Me Oswald, n’est pas une idéologie : c’est une méthode. C’est la raison pour laquelle la condamnation de Jürgen Graf, fondée sur la propagande
d’idéologies racistes, n’est pas justifiée. Me Oswald déplore que le procureur Aufdenblatten, dans sa duplique, n’ait pas crû bon de répondre à cet argument de poids : visiblement, il ne disposait plus de contre-arguments pour le faire.

La loi antiraciste interdit la négation d’un génocide. Mais Jürgen Graf ne nie pas le génocide des Juifs : il ne fait que contester le nombre des victimes, ainsi que les gazages, si bien que de tels considérations ne sauraient tomber sous le coup de la loi antiraciste.

L’attitude critique de Jürgen Graf face aux dires des témoins oculaires est justifiée par l’affaire Wilkomirski. Dans un article de la Weltwoche, le Juif Daniel Ganzfried a démasqué l’imposteur Wilkormiski et l’histoire de son enfance soi-disant passée à Maidanek et à Auschwitz, inventée de A à Z. Il ne serait venu à l’idée de personne de poursuivre Daniel Ganzfried devant la Justice à cause de cette révélation, bien que son article soit aussi révisionniste.

Se basant sur le principe de la non-rétroactivité des lois, Me Oswald critique le fait que Jürgen Graf a également été condamné pour des livres publiés avant l’entrée en vigueur de la loi antiraciste. La raison invoquée selon laquelle Jürgen Graf n’aurait pas interdit à son éditeur Gerhard Förster de diffuser ses livres est lamentable, car il n’y était nullement tenu.

Me Oswald met fin à sa brillante plaidoirie en exigeant un acquittement pur et simple : mais il reste réaliste, et sait que le Tribunal est sous l’empire de fortes pressions politiques. Dans ces conditions, un acquittement est impossible pour des raisons politiques, et il demande une peine assortie du sursis. Son client évitera alors, dans ses prochaines publications révisionnistes, des formulations incompatibles avec la loi, et veillera à ne plus faire l’objet d’une plainte pénale.

Dans un bref réquisitoire prononcé en bégayant, le procureur Aufdenblatten ne fit que répéter ce qu’il avait déjà raconté il y a un an, en première instance : Jürgen Graf, intelligent et doué pour la réthorique, est un « esprit incendiaire » qui porte une responsabilité dans l’expansion de l’antisémitisme en Suisse. Il est le porte-parole des extrémistes, qui ne peuvent s’exprimer comme il sait si bien le faire, et l’on tremble en songeant aux conséquences ravageuses d’une telle influence.

Précisons que, outre sa condamnation pour « discrimination raciale », Jürgen Graf fut encore condamné à Frs 1'000,-- d’amende pour « offense », c’est-à-dire pour avoir envoyé au professeur de théologie Stegemann, un livre avec la dédicace suivante : « au Prof. Stegemann, afin qu’il serve le Christ plutôt que ses adversaires ». Il est vrai que ce théologien protestant a fait carrière grâce à ses efforts visant à soumettre l’Eglise évangélique à la juiverie. Lors du procès de première instance, Jürgen Graf avait admis qu’il s’agissait-là d’un enfantillage regrettable. Lorsqu’on lui posa la question de savoir s’il voulait s’excuser auprès de Stegemann, Jürgen Graf répliqua lors du procès de première instance : « Un professeur de théologie devrait avoir honte de jouer une telle comédie pour un pareil enfantillage ».

Le Juif Liatowitsch, avocat de Stegemann, partie civile, déclara que le procès intenté à Jürgen Graf devait avoir un caractère exemplaire. Pour lui, la discrimination des minorités ne doit plus exister, et la récente guerre au Kosovo a démontré combien la tolérance et le respect des Droits de l’homme sont importants. Jürgen Graf est un ennemi de la tolérance et des Droits de l’homme, ce qui constitue une des raisons pour lesquelles il a écrit ses livres.

En conclusion, Jürgen Graf a fait la déclaration suivante :

Citation :


« D’abord, un mot à l’attention de Me Liatowitsch : si les Droits de l’homme vous tiennent tant à cœur, je souhaite que vous puissiez vous engager en faveur des droits des Arabes et des Palestiniens dans l’Etat terroriste et raciste d’Israël ! Ce pays est le seul Etat au monde où la torture est autorisée par la Justice !

Il y a toujours eu dans l’Histoire des tentatives répétées de réprimer par la force une vérité scientifique contraire aux intérêts des puissants ; l’exemple le plus connu est la persécution des astronomes coperniciens à la fin du Moyen Age. Aujourd’hui, dans nombre d’Etats soi-disant « démocratiques », des hommes sont persécutés parce qu’ils mettent en question l’image convenue du sort des Juifs pendant la Deuxième guerre mondiale. Les révisionnistes ont amassé une somme d’arguments, qui contredisent la version officielle et obligée de l’Holocauste. Comme on ne peut rien opposer à ces arguments, on a utilisé l’instrument de la persécution pénale pour museler tout débat à ce sujet. C’est une preuve évidente de faiblesse, car celui qui veut réprimer un débat par la force doit avoir quelque chose à cacher. Je réitère ici et maintenant ma proposition à MM. Stegemann et Liatowitsch de participer à un débat sur l’Holocauste, ouvertement et en toute objectivité, à la télévision, à la radio ou sur un podium public. On verra alors bien qui a les meilleurs arguments !

Quant à vous, Messieurs les juristes, vous savez bien que la preuve matérielle et la preuve documentaire prévalent de loin sur la preuve testimoniale. Seuls les révisionnistes ont rédigé des études scientifiques, techniques et chimiques sur les prétendues chambres à gaz homicides. Les conclusions de ces recherches sont en contradiction totale avec la version officielle de l’Holocauste. Cette version se base exclusivement sur les déclarations des témoins. J’ai fait l’inventaire de ces témoignages dans mon livre sur Auschwitz. Lisez ce que ces témoins ont déclaré, c’est catastrophique !

Dans « Blick » du 11 mars de l’an dernier, on pouvait lire qu’un satyre, qui avait violé une fillette de 5 ans, avait été condamné à 9 mois de prison avec sursis. Contre moi, 15 mois sans sursis ont été prononcés. Un système qui punit des opinions qui divergent sur certains aspects controversés de l’Histoire contemporaine plus sévèrement que le viol d’une fillette de 5 ans se discrédite lui-même et ne mérite plus la confiance du justiciable !



La grande majorité de l’assistance gratifia ces propos d’applaudissements nourris, pendant qu’un Juif allemand, persifleur, lançait à Jürgen Graf : « Vous avez oublié d’ajouter : Heil Hitler ! » Une telle pique illustre parfaitement la mentalité de son auteur, la même que celle du procureur Aufdenblatten et de la Cour.

Jürgen Graf fera recours auprès du Tribunal fédéral à Lausanne. A un journaliste, Jürgen Graf déclara après l’audience que cette procédure lui permettrait de gagner un peu de temps, et qu’il mettrait à profit ce gain pour travailler.





Commentaire (extrait) de René-Louis Berclaz, Vérité & Justice


Citation :


... Il est maintenant établi que la loi muselière sert à réprimer toute opposition politique non complaisante avec l’omnipotent et omniprésent « lobby qui n’existe pas », preuves en sont les incroyables pressions subies par les Chambres fédérales en vue d'obtenir la levée de l'immunité parlementaire du Conseiller national Rudolf Keller. Qu’est donc devenue cette liberté
d’opinion, si bien « enracinée dans la tête de nos magistrats » : en fait, des racines bien faibles pour des baudruches bien grosses, prêtes à s’envoler au moindre souffle du vent dominant. N’hésitons pas à le dire, la Justice argovienne a été prise en flagrant délit de forfaiture. Ces magistrats n’ont rien respecté : ni la justice, ni la vérité, encore moins leur serment et leur conscience. Ils ont mis volontairement en bière l’Etat de droit, avec la complicité active des médiamenteurs.

Avec pertinence, Jürgen Graf a commenté son procès en le qualifiant de « terroriste ». Il ne s’agit là nullement d’une réaction suscitée sous le coup de l’émotion du moment, mais bien d’une constatation réaliste concernant le caractère arbitraire des débats. Le public fut visiblement impressionné par le déni de justice qu’a été le procès de Jürgen Graf. Ceux, trop peu nombreux, qui ont assisté à ces débats, n’ont pu qu’éprouver un malaise certain, car l’injustice ainsi mise en œuvre ne se pare même pas des sophismes utilisés le plus souvent par la Justice quand elle veut masquer certaines carences de procédure. Il y avait là, au contraire, une volonté manifeste de proclamer au grand jour le triomphe de l’arbitraire, de la déraison et de l’iniquité, autrement dit de faire valoir ostensiblement le droit du plus fort, dans le sens où la raison du plus fort est toujours la meilleure. Cela étant dit, n’oublions pas que la force, sous sa forme répressive, est déjà un symptôme de déclin et de faiblesse, car elle ne peut plus qu’inquiéter, diviser et réprimer pour se maintenir, au contraire des forces positives, qui rassurent, rassemblent et permettent d’envisager l’avenir avec confiance.

Comme le disait Stendhal dans une lettre adressée au baron de Mareste le 21 décembre 1819 : « Une collection de baïonnettes ou de guillotines ne peut pas plus arrêter une opinion qu’une collection de louis d’or ne peut arrêter la goutte ».

Ces forces positives et constructives resurgiront des décombres du mur des mensonges, ces mensonges que Jürgen Graf a dénoncés sans haine et sans crainte, avec courage, détermination et talent.

René-Louis Berclaz


Source : Texte extrait du Bulletin d’information de l’Association Vérité et Justice d'Avril 1999 – novembre 2004

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   24/5/2012, 10:54

Un documentaire qui pose de graves et sérieuses questions !! Vidéo en anglais, désolé Crying or Very sad

http://vimeo.com/album/1929462/video/41730878



S'il existe un volontaire pour une traduction et un sous-titrage, vidéo sauvegardée et téléchargeable ici : (me prévenir si le lien est désactivé)



#http://www.mirorii.com/fichier/82/582824/Sur_Auschwitz-avi.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   25/5/2012, 11:11

Y'a moyen d'un p'tit billet







Le bourrage de crânes se porte bien…





Le Mémorial de la Shoah lance un appel aux dons (ils sont déductibles de l’impôt sur le revenu ou de l’ISF) pour « transmettre une Mémoire vivante aux jeunes générations ». Afin d’inciter de généreux donateurs à faire un chèque il est indiqué sur leur site internet à quoi servent les dons :

Pour que davantage de jeunes puissent rencontrer les témoins, entendre leur parole et comprendre la réalité humaine de la Shoah, nous avons besoin de votre don.

Aidez-nous à multiplier nos activités pédagogiques.
Aidez-nous à former 4000 classes de primaires, de collèges et de lycées.

Avec 250 €, vous permettez à un groupe de 20 à 30 élèves de primaire de participer à un atelier pédagogique.
Avec 600 €, vous offrez une visite guidée du Mémorial de la Shoah et une rencontre avec un témoin direct de l’histoire à trois groupes de 20 à 30 collégiens.
Avec 1080 € vous prenez en charge un voyage d’étude à Auschwitz, encadré par des historiens du Mémorial et accompagné dans la mesure du possible par d’anciens déportés, pour trois lycéens.

Par votre don, vous éveillez la conscience des jeunes générations, vous les mettez en garde contre les menaces du fanatisme, vous préservez leur avenir !


http://www.contre-info.com/le-bourrage-de-cranes-se-porte-bien

Rien ne vous oblige à vous imposer cela mais plus de détails et de mensonges sur cette page : http://www.cercledelamemoire.fr






Shoah nanas - PAROLES




Dans le camp au Soleil
Dans le camp des merveilles
Y a des gros menteurs
Des dragons cracheurs
Et tout les enfants
Pour passer le temps
Shouina prépuce perdu
Du bambou du zgégou
En chantant cet air là :

Shoah Nanas
Shoah Nanas
Si tu me prend par la Shoah
Moi je te prend par l'ananas
Shoah Nanas
Sho Sho Shoah Bricot
Il ne faut pas oublier
Alors pourquoi j'oublirai ?
Y a moyen d'un petit billet
Le billet dans le porte monnaie
Shoah Nanas
Shoah Bricot

Et dans ta télé
Que des déprépucés
Et des caïmans
Des serpents volants
Du soir au matin
Dans tout les recoins
Le CRIF, la LICRA, le MRAP
La HALDE, L'UEJF
Chantent tous ce refrain :

Shoah Nanas
Shoah Nanas
Si tu me prend par la Shoah
Moi je te prend par l'ananas
Shoah Nanas
Sho Sho Shoah Bricot
Il ne faut pas oublier
Alors pourquoi j'oublirai ?
Y a moyen d'un petit billet
Le billet dans le porte monnaie
Shoah Nanas
Shoah Bricot

Shoah Nanas
Shoah Nanas
Si tu me prend par la Shoah
Moi je te prend par l'ananas
Shoah Nanas
Sho Sho Shoah Bricot
Il ne faut pas oublier
Alors pourquoi j'oublirai ?
Y a moyen d'un petit billet
Le billet dans le porte monnaie
Shoah Nanas
Shoah Bricot


http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1322

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice

avatar

Nombre de messages : 3147
Age : 50
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   25/5/2012, 13:42

Le bourrage de crânes se porte bien

Le Mémorial de la Shoah lance un appel aux dons (ils sont déductibles de l’impôt sur le revenu ou de l’ISF) pour « transmettre une Mémoire vivante aux jeunes générations ». Afin d’inciter de généreux donateurs à faire un chèque il est indiqué sur leur site internet ( voir plus bas) à quoi servent les dons :

Pour que davantage de jeunes puissent rencontrer les témoins, entendre leur parole et comprendre la réalité humaine de la Shoah, nous avons besoin de votre don.

Aidez-nous à multiplier nos activités pédagogiques.

Aidez-nous à former 4000 classes de primaires, de collèges et de lycées.

Avec 250 €, vous permettez à un groupe de 20 à 30 élèves de primaire de participer à un atelier pédagogique.

Avec 600 €, vous offrez une visite guidée du Mémorial de la Shoah et une rencontre avec un témoin direct de l’histoire à trois groupes de 20 à 30 collégiens.

Avec 1080 € vous prenez en charge un voyage d’étude à Auschwitz, encadré par des historiens du Mémorial et accompagné dans la mesure du possible par d’anciens déportés, pour trois lycéens.

Par votre don, vous éveillez la conscience des jeunes générations, vous les mettez en garde contre les menaces du fanatisme, vous préservez leur avenir

leur site
http://www.cercledelamemoire.fr/transmission-histoire/pourquoi-donner.php?&utm_source=BAN-LF_1000x90_ISF2012&utm_medium=BAN&utm_campaign=ISF2012


EDIT Bardamu : Bis Repetita Placent Razz

EDIT: Solstice : ah , pardon, j'avais pas vu, désolé Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mansour

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/04/2012

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   29/5/2012, 11:51

Un Allemand a trouvé un moyen détourné, mais légal, d'attaquer la "shoah" : l'angle économique : http://babel-groundzero.blogspot.fr/2012/05/thilo-sarrazin-un-homme-dhonneur.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://micaours.blogspot.fr
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   24/6/2012, 21:02

Charles Manson :
la seconde guerre mondiale doit s'arréter!



Citation :
Mise en garde : Charles Manson a été jugé coupable et condamné. On comprendra donc bien que tout ce qu'il dit est forcément faux. D'ailleurs, chacun pourra constater que ce qu'il dit ne correspond pas du tout, mais alors, pas du tout à la réalité !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   28/6/2012, 17:02

Sho...ananas, show show show ananas Owned


Polémique : pour ou contre la cérémonie
de Miss Shoah Israël 2012 ?

Je vous le dis de but en blanc, je ne sais vraiment pas quoi en penser. Ma première réaction fût celle du dégoût. Puis, à la lecture des arguments de la défense, je me suis dit « pourquoi pas. » Mais ça je ne suis toujours pas fan de l’idée !

Là où, comme moi je l’imagine, la plupart des gens imaginent un concours de beauté uniquement avec des jeunettes ultra-slim en Itsi Bitsi petit -tout petit- Bikini. Ou alors un concours du type « Miss Ronde. »

Mais voilà, une association israélienne, Yad Ezer L’Haver, organise cette semaine un concours de beauté qui vise à couronner la survivante de la Shoah la plus belle d’Israël. Cette association de bienfaisance, qui concentre ses activités sur la fourniture de services alimentaires et autres pour les nécessiteux israéliens (son nom signifie « Un coup de main à un ami ») déclenche bien malgré elle une polémique.

Quelque 65 femmes se sont inscrite dans la compétition et 51 sont éliminées. Jeudi soir, se seront donc 14 finalistes qui se présenteront pour le titre de Miss Survivante de la Shoah.

Les concurrentes, toutes des survivants de l’Holocauste âgées entre 78 et 92 ans, défileront une à une sur la scène dans des tenues de soirée.

Shimon Sebag, le directeur de l’événement, a défendu sa décision de créer cet évènement. Au Yedioth Aharonoth il explique que : « l’organisation a décidé de maintenir la compétition malgré la polémique, pour montrer que les survivantes de l’Holocauste, avec toute l’histoire qu’elles portent, sont encore les femmes qui veulent célébrer, s’amuser et vivre … Si quelqu’un lève un sourcil, je le laisse faire. Nous faisons cela avec bonne attitude et avec fierté. »

Les gagnants seront couronnés par la toujours belle Miss Israël 79, Heli Ben David, qui a aussi représenté Israël au concours de Miss Univers.

Yad Ezer L’Haver a été fondée en 2001. Parmi les projets de l’organisme, la mise en place d’un complexe d’habitation qui abrite environ 100 survivants de l’Holocauste.

Je crois que, au final, et après avoir vu quelques participantes au journal de ce soir, cet évènement n’est pas si terrible. Une des candidates, face caméra, a expliqué au JT de la chaîne 10 ce soir, « être très heureuse d’être en finale de ce concours. » Pour elle, « c’est simplement un petit moment de bonheur en plus dans une longue vie. Pourquoi se priver de bonheur ? »

Pas faux. Mais pas facile a avaler. Même pour moi qui ne suis que petite fille de déporté.

Par Aliza Strauss – JSSNews
http://jssnews.com/2012/06/26/missshoah/?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed:+JSSNews+%28JSS+News%29
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   1/7/2012, 12:57

"Miss Holocauste", un concours de beauté pas comme les autres


Citation :
Quatorze israéliennes ont participé ont concouru pour un titre un peu particulier, celui de "Miss Holocauste".Ce n'est pas un concours de beauté mais plutôt un pied de nez à l'histoire. En effet, les participantes sont des survivantes de l'Holocauste âgées entre 79 et 97 ans. "On a le privilège de montrer au monde entier que nous sommes toujours vivantes et heureuses", a déclaré l'u...

http://fr.euronews.net/
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   29/7/2012, 22:46

Le Phénomène Herman Rosenblat

Un Survivant de la Shoah balance tout !



lol!




Par Agent__001

Une compilation d'interviews, sous-titrées pour la première fois en Français, données en 2008-2009 par Herman Rosenblat, "Survivant à l'Holocauste", l'homme qui, avec sa Femme Rosa, avait fait pleurer l'Amérique toute entière en exposant son histoire chez Oprah Winfrey. Une histoire qui s'était révélée fausse au final.

Le challenge de cette vidéo est de présenter et de résumer toute l'Affaire Rosenblat en 20 minutes chrono à toute une partie de la population mondiale francophone n'ayant malheureusement pas accès à la montagne d'information anglophone concernant ce sujet précis et sensible qu'est la [biiiiiiiip..]

Reportages issus de la chaîne ABC News (USA) en 2008/2009.
Quelques liens sources :

abcnews.go.com/GMA/US/story?id=6903068&page=1#.T9_8IJH1WOc
abcnews.go.com/Business/story?id=4387116&page=1#.T9_-45H1WOc
articles.nydailynews.com/2009-02-18/news/17916906_1_roma-holocaust-love-story
abcnews.go.com/US/video?id=6549181
abcnews.go.com/WNT/video?id=6543543
abcnews.go.com/GMA/video?id=6903307

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   2/8/2012, 09:48

D’ou vient le fameux chiffre des 6 millions?

Voici l’historique journalistique du New-York Times annoncant le chiffre de 6 millions de juifs. (dès 1869 semble-t-il)

Cela nous permet de voir depuis quand ce journal avait-il relayé les menaces d’holocauste ou l’holocauste de 6 millions déja produit dans des articles (dès 1906 semble-t-il), ainsi que la région géographique ou elle devait se produire/se produisait et celà bien avant qu’ils soient déportés par les nazis dans ses memes regions.

Celà nous permets également de savoir d’ou vient donc cette estimation de 6 millions à la fin de 39/45.

A vous de faire votre propre avis.

Cliquez sur les liens pour télécharger les articles de journaux et voir ainsi de vos propres yeux!

1869 New York Times: 6,000,000 Jews in the world, half in Europe NYT
NYT 1 1869
1889 New York Times: 6,000,000 Jews in the world, 2/3rds in Russia NYT
NYT 2 1889
1891 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia NYT
NYT 3 1891
1896 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia NYT
NYT 4 1896
1900 New York Times: 6,000,000 living arguments in favour of Zionism NYT
NYT 5 1900
1902 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia NYT
NYT 6 1902
1904 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia, Zionism & East Africa NYT
NYT 7 1904
1905 New York Times: 6,000,000 Russian Jews and Zionism NYT
NYT 8 1905-1
1905 New York Times: 6,000,000 Jews expelled from Russia between 1890-1902 NYT
NYT 9 1905-2
1906 New York Times: 6,000,000 Jews will be massacred in Russia NYT
NYT 10 1906
1907 New York Times: 6,000,000 Jews can’t emigrate NYT
NYT 11 1907
1910 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia NYT
NYT 12 1910
1910 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia in a sad plight NYT
NYT 1910-2
1911 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia are persecuted NYT
NYT 13 1911-1
1911 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia have no rights at all NYT
NYT 14 1911-2
1911 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia to be massacred NYT
NYT 15 1911-3
1911 New York Times: 6,000,000 Jews in Russia in real peril NYT
NYT 16 1911-4
1914 New York Times: 6,000,000 Jews within warzone NYT
NYT 17 1914
1915 New York Times: 6,000,000 Jews within warzone NYT
NYT 18 1915
1916 New York Times: 6,000,000 Jews in Poland ruined NYT
NYT 19 1916
1918 New York Times: 6,000,000 Jews need help NYT
NYT 20 1918
1919 New York Times: 6,000,000 Jews in peril in Ukraine & Poland NYT
21 1919-1
1919 New York Times: 6,000,000 Jews left in Europe NYT
NYT 22 1919-2
1919 The American Hebrew: 6,000,000 Jews will died in a holocaust
American Hebrew 30 octobre 1919
1920 New York Times: 6,000,000 Jews menaced by typhus NYT
NYT 23 1920-1
1920 New York Times: 6,000,000 Jews sufferers of war NYT
NYT 24 1920-2
1920 New York Times: 6,000,000 Jews facing starvation NYT
NYT 25 1920-3
1920 New York Times: 6,000,000 Jews threatened by famine & disease NYT
NYT 26 1920-4
1920 The Toronto World: 6,000,000 Jews facing death
1921 New York Times: 6,000,000 Jews facing extermination in Russia NYT
NYT 27 1921

Les suivantes sont payantes :

1933 New York Times: 6,000,000 Jews involved in relief work NYT

1935 New York Times: 6,000,000 Jews defended by Congress NYT

1936 New York Times: 6,000,000 Jews represented at Jewish Congress NYT

1938 New York Times: 6,000,000 Jews dying in Europe NYT

1938 New York Times: 6,000,000 Jews victims in Europe NYT

1938 New York Times: 6,000,000 Jews victims in Eastern & Central Europe NYT

1939 New York Times: 6,000,000 Jews can’t be evacuated NYT

1945 New York Times: 6,000,000 Jews killed (4months before end of WW2) NYT

1945 New York Times: 6,000,000 Jews were under Nazi rule, only 1,200,000 survived NYT

1945 New York Times: 6,000,000 Jews, only 1,000,000 still alive ( 3 months before VE Day) NYT




Source: http://autoreflexion.wordpress.com/2012/03/05/dou-vient-le-fameux-chiffre-des-6-millions/

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   9/10/2012, 14:23

Rav Ron Chaya nous explique que la Shoah
a été un bienfait immense pour Israel.





_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   23/12/2012, 07:46


En anglais et en français...

Citation :

Saturday, December 22, 2012
Serge Klarsfeld: at Auschwitz 1,000 Jews
deported from France were gassed ...
in bed!


With two years’ delay I now learn of news about Auschwitz which, as of late 2010, should have made the headlines of the world press and forced historians of “the Holocaust” or the “Shoah” to revise their vulgate of the extermination of the Jews. Strangely, all the media kept quiet about it. Had they for once, this time, felt that it was a case of wild imaginings taken just too far?

Serge Klarsfeld vouches for it: in September 1942, at Auschwitz, 1,000 Jews deported from France by “Vichy” were gassed ... in their beds! I do not recall ever having noted such information in the two fat volumes of his Vichy-Auschwitz (Paris, Fayard, 544 pages in 1983 and 415 pages in 1985). For me this is a novelty, discovered in a little book that a particularly astute revisionist lady has just given me, pointing out the passage that intrigued her. Entitled Pie XII et la Shoah / Le choix du silence?, the 86-page booklet was composed by Ph. Chenaux, S. Klarsfeld, G. Krupp and M. Viot under the direction of Mgr Dominique Le Tourneau (Paris, Pierre Téqui editor, 2011). It is in fact a compendium of those authors’ papers for a brief seminar on “Pius XII and the Jews. His influence on Vatican II”, held in Paris in November 2010.

Bringing up a deportation of Romanian Jews in 1942, S. Klarsfeld, for his part, writes: “Vichy gives its assent. During the night, the prefecture of police [of Paris] takes out the files on the Jews concerned: on the morning of September 24, 1,500 Romanian Jews are arrested; the next day 1,000 are deported and, after a thirty-six-hour journey to Auschwitz, gassed in their beds” (p. 45-46). Two lines afterwards he is conferring honours on Father Patrick Desbois, a holy prankster if ever there was one (http://robertfaurisson.blogspot.it/2007/11/father-patrick-desbois-is-one-hell-of.html). No source is provided to support the veracity of this account of a miracle that would have defied all the laws of physics and chemistry. No document is mentioned. No reference. No “testimony”. At Auschwitz, according to the legend, Jews were gassed with Zyklon B, a powerful pesticide that was, in substance, hydrogen-cyanide gas, which adheres strongly to and penetrates all surfaces, is terribly difficult to evacuate from a room or remove from bedding or other objects, or indeed anything at all, and is also explosive and liable at any moment to gas the team of gassers using it, forbidding them any physical exertion upon the opening of the premises where a gassing has occurred – and this despite the compulsory wearing of a mask with the very most powerful filter, the “J” filter. Where the devil, at Auschwitz, would this crime have been committed? Even Danuta Czech, in her famous “Auschwitz Chronicle”, refrained from mentioning this form of “gassing in bed”, although she hardly lacked audacity, being the one who declared “gassed” certain convoys which were later found, in reality, to have been sent on to other camps after a quarantine at Auschwitz.

With this I hear Klarsfeld telling us yet another story in gas-chamberese. And at the very worst time for his cause, in grave distress since at least 1995 with the outright surrender of his protégé, the uproarious Jean-Claude Pressac (http://robertfaurisson.blogspot.it/2005/06/ten-years-ago-jean-claude-pressacs.html). These days his historian friends only ever evoke the gassings of Jews half-heartedly, by mere automatism and, all told, just in order to respect the good manners of a certain tradition. At 77, shouldn’t he follow their example, even if only for fear of soon ending up like his old friend Jacques Chirac? Could it be that Serge Klarsfeld’s own mental collapse began in 2010, with this outlandish invention of a thousand gassings in bed?
December 22, 2012



Serge Klarsfeld : à Auschwitz 1000 juifs
déportés de France ont été gazés …
au lit !


Avec deux ans de retard j’apprends sur Auschwitz une nouvelle qui, dès la fin de 2010, aurait dû faire les grands titres de la presse mondiale et obliger les historiens de « l’Holocauste » ou de la « Shoah » à réviser leur vulgate de l’extermination des juifs. Etrangement tous les médias ont tu la nouvelle. Auraient-ils pour une fois estimé qu’il s’agissait d’une élucubration un peu trop forte de café ?

Serge Klarsfeld nous l’assure : en septembre 1942, à Auschwitz, 1000 juifs déportés de France par « Vichy » ont été gazés … dans leur lit ! Je ne me souviens pas d’avoir autrefois noté pareille nouvelle dans les deux pavés successifs de son Vichy-Auschwitz (Fayard, 544 pages en 1983 et 415 pages en 1985). Il s’agit pour moi d’une nouveauté que je découvre dans un petit ouvrage qu’une révisionniste particulièrement sagace vient de m’offrir tout en me signalant le passage qui l’a intriguée. Intitulé Pie XII et la Shoah / Le choix du silence ?, l’opuscule est rédigé par Ph. Chenaux, S. Klarsfeld, G. Krupp, M. Viot sous la direction de Mgr Dominique Le Tourneau (Paris, Pierre Téqui éditeur, 2011, 86 pages). Il s’agit des contributions de quelques auteurs à un bref colloque sur « Pie XII et les Juifs. Son influence sur Vatican II », colloque qui s’est tenu à Paris en novembre 2010.

Evoquant une déportation de juifs roumains en 1942, S. Klarsfeld écrit pour sa part : « Vichy donne son accord. Dans la nuit, la Préfecture de Police [de Paris] sort les fiches des Juifs concernés : au matin du 24 septembre, 1500 Juifs roumains sont arrêtés ; le lendemain, 1000 sont déportés et après trente-six heures de voyage pour Auschwitz, sont gazés dans leur lit » (p. 45-46). Deux lignes plus loin, il se trouve adouber le Père Patrick Desbois, un sacré farceur s’il en fut (http://robertfaurisson.blogspot.it/2007/11/le-pere-patrick-desbois-est-un-sacre.html). Aucune source ne nous est fournie à l’appui de la véracité d’un tel miracle qui aurait défié toutes les lois de la physique et de la chimie. Aucun document n’est mentionné. Aucune référence. Aucun « témoignage ». A Auschwitz, selon la légende, on gazait les juifs au Zyklon B, un très puissant pesticide qui était en substance du gaz cyanhydrique adhérant fortement aux surfaces, les pénétrant, terriblement difficile à évacuer d’un local, d’une literie, d’objets ou de corps quelconques, explosible, capable à chaque instant de gazer l’équipe des gazeurs et interdisant à ces derniers tout effort physique lors de l’ouverture du local où s’est produit le gazage, et cela malgré le port obligatoire d’un masque au filtre le plus puissant, le filtre « J ». Où diable, dans Auschwitz, le crime se serait-il perpétré ? Dans son fameux « Calendrier des événements d’Auschwitz » même Danuta Czech s’est abstenue de mentionner cette forme de « gazage au lit » ; la dame ne manquait pourtant pas d’audace, elle qui déclarait « gazés » des convois dont on a par la suite découvert qu’en réalité, après un temps de quarantaine à Auschwitz, ils avaient été dirigés vers d’autres camps.

Je dis que S. Klarsfeld nous sert là une chambragazerie de plus. Il le fait au pire moment pour la cause qu’il défend et qui est en perdition au moins depuis 1995 avec la capitulation en rase campagne de son protégé, l’inénarrable Jean-Claude Pressac (http://robertfaurisson.blogspot.it/2005/06/il-y-dix-ans-la-capitulation-de-jean_15.html). De nos jours, ses amis historiens n’évoquent plus les gazages de juifs que du bout des lèvres, par pur automatisme et, en somme, pour respecter le bon usage d’une certaine tradition. A 77 ans, ne devrait-il pas prendre exemple sur eux, ne fût-ce que par crainte de se retrouver bientôt comme son vieux complice Jacques Chirac ? Le naufrage de Serge Klarsfeld aurait-il commencé en 2010 avec l’invention saugrenue de ces mille gazages au lit ?


21 décembre 2012
Posted by N
Labels: Auschwitz, Chirac, Danuta Czech, Dominique Le Tourneau, filtre J, G. Krupp, gazage au lit, juifs roumains, Klarsfeld, M. Viot, Patrick Desbois, Ph. Chenaux, Pressac, Zyklon B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   21/1/2013, 12:00

Quelques victimes du shoah-business.

Citation :

Send a Card to JAILED REVISIONISTS

Wolfgang FRÖHLICH -JVA Stein - Steiner Str 4 - 3500 Kreims-Stein / Wachau - NO - AUSTRIA

Horst MAHLER - Anton Saefkow Allee 22 - D-14772 Brandenburg /Havel - GERMANY

Axel Möller - JVA Stralsund - Franzenshöhe 12 - D-18439 Stralsund - GERMANY

Gerhard Ittner - JVA St. Georgen - Markgrafenallee 49 - D-95448 Bayreuth - GERMANY

Günter Deckert - JVA Mannheim - Herzogenriedstrasse 111 - D-68169 Mannheim - GERMANY

http://www.thephora.net/forum/showthread.php?t=86006

http://www.les-intransigeants.com/2012/09/noublions-pas-lavocat-horst-mahler

Procès Altermedia : derniers mots d'Axel Möller (24 octobre 2011, tribunal de Rostock)
Par ForumRomanum123


_Réédition_


Documents déclassifiés officiels du FBI :
Nombre de Juifs en Europe (années 40) divulgués

Par un membre de la ZOA
Extraits

Citation :

L’animateur de l’émission « L’Autre Monde« , sur la radio québécoise CHOQ.FM (Shock.fm pour la partie anglophone), présentée par François Marginean, affirme lors d’une émission du 11 Avril 2011, que des documents du FBI classés dans les années 40-50 puis déclassifiés en 1985 indiquent que des organisations juives aux USA (en l’occurrence, la Z.O.A, the Zionist Organisation of America) étaient au courant et avaient officiellement recensé seulement 2 millions de Juifs en Europe dans les années 30-40.
(Propos tenus par Rabbi Jamus G. Holler le 18 Novembre 1945 à la Jewish Community Center Auditorium, face à un public d’environ 1000 (mille) personnes et en présence des Agents du FBIici pour rapporter les propos tenus).


Citation :

1 – tous les documents du FBI déclassifiés concernant les rapports sur les activité du ZOA (Zionist Organisation of America) sur le site du FBI (10 documents PDF en tout) :
http://vault.fbi.gov/Zionist%20Organization%20of%20America/
2 – le document précisément où est mentionné les 2 millions de Juifs en Europe est le document N°1 (PDF 1 sur 10), page 7 du PDF, paragraphe N°3  :


Voici la retranscription du document PDF (page PDF N° 7 sur document 1 sur 10) du FBI :
« Dr. Heller estimated the number of Jews in occupied Europe to be 2,000,000. He feared, however, that this number would be reduced to « a more handful » if the Nazis remained in control for another year ».
(« Le Docteur Heller a estimé le nombre de Juifs dans l’Europe occupée à 2 000 000. Il a craint néanmoins que ce nombre puisse être réduit d’une façon significative si les Nazis demeuraient en contrôle une année supplémentaire »).



Dernière édition par c.isme le 12/7/2013, 18:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   12/2/2013, 14:37

Paru sur http://www.propagandes.info/blog/une-rescapee-de-la-shoah-de-86-ans-fait-un-clip-sur-hitler-video/

Intox ? Fake ?

Edit après visionnage de la vidéo : c'est bien un fake à ranger dans la rubrique humour, douteux mais humour quand même !!

Une rescapée de la shoah de 86 ans fait un clip sur Hitler



Rosa Goldenblum avait 16 ans en 1943 lorsqu’elle fut déportée à Auschwitz pour de multiples escroqueries et marché noir.




Elle a décidée aujourd’hui de témoigner, « J’avais 16 ans, je ne savais pas que ce que je faisais était mal, que des gens souffraient à cause de moi. Non, je n’ai pas été maltraitée à Auschwitz, j’ai même pu me livrer à ma passion, la musique et le cinéma. J’avais pu me procurer un équipement extrêmement couteux ». Rosa Goldenstein a 86 ans aujourd’hui et a toujours refusé d’être indemnisée pour sa déportation. « Pourquoi devrions-nous toucher de l’argent », s’exclame-t-elle, « nous étions des escrocs, les gens mouraient autour de nous et nous en profitions. »

Rosa dit n’avoir pas souffert de la déportation mais « souffrir d’être juive, de faire partie de ces menteurs hypocrites ». Elle dit en avoir assez d’entendre tous ces mensonges depuis qu’elle est née, et qu’elle sait ce qu’elle a vu.

Avec l’aide de ses petits voisins Français, les Fenet, Julie, 12 ans, et Eric, 10 ans, elle a décidé de s’exprimer sur internet en créant un clip sur Hitler, le voici en exclusivité sur Propagandes.info.

http://rutube.ru/video/7912469ca6b316f74effe88b7a710b59/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pourquoi pas sur la Shoah ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Si on revoit pour les chars, pourquoi pas pour les navires?
» Pourquoi pas d'inscriptions marginales dans un acte ?
» Pourquoi autant pour avantages sociaux ????
» Mémoire des enfants de la SHOAH
» Pourquoi pas d'hélico sur les frégates E71 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: