Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi pas sur la Shoah ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   11/1/2010, 20:45

Les voyages forment la jeunesse............ Suite !! Reçu aujourd'hui un nouvel appel (désespéré et désespérant!) au formatage Razz

Bonjour,

Il reste des places dans le train qui va de Milan à Cracovie et Auschwitz du 23 au 27 janvier prochains.

Le point sur les participants ayant été fait vendredi 8, et les syndicats organisateurs de Rhône Alpes lancent un nouvel appel pressant pour que des jeunes de 18 à 35 ans, étudiants, salariés ou demandeurs d’emploi s’inscrivent au plus vite. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient syndiqués ni dans un mouvement, il suffit qu’ils soient intéressés par cette expérience de mémoire et de citoyenneté européenne.


Si vous êtes vous-même intéressé, vous pouvez y venir, avec l’intention de participer au projet l’an prochain pour le voyage 2011 avec des jeunes (vos élèves ou les jeunes qui s’inscriront l’an prochain). Il y aura alors le temps de mettre sur pied un projet pédagogique sur l’année.

Nous rappelons que le voyage est pris en charge financièrement par la Région Rhône Alpes et que la participation financière de chacun est minime : 30€ pour les étudiants, 50€ pour les jeunes salariés, 80€ pour les adultes accompagnateurs.

Inscrivez-vous très vite auprès de Sonia à l’URI-CFDT : 04 74 96 88 90 E-mail : rhonalpes@cfdt.fr

Bien cordialement
Christiane Kowalski, pour l’URI-CFDT Rhône Alpes

Sgen-CFDT de l'académie de Lyon
214 Avenue Félix Faure
69441 Lyon Cedex 03

Tél : 04.78.54.17.66

site : www.sgencfdtlyon.fr



Moi je serais vous les jeunes, j'attendrais un peu... Bientôt ils vous paieront pour y aller !! lol!

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_force

avatar

Nombre de messages : 477
Age : 107
Localisation : TATOUINE
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   11/1/2010, 22:26

oui les jeunes les affaires sont les affaires..... Very Happy

ils perdent de l'énergie ça prend plus ........VERITE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antipropagande



Nombre de messages : 1688
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   15/1/2010, 19:57

Prison pour avoir nié la Shoah

C'est un bricoleur du révisionnisme. Il fait ses propres recherches, « avec la télé, mes livres et l'Internet ». Monte ses dossiers manuscrits. Et les diffuse à tous vents via la poste, par centaines.

Ce patron de bar de 57 ans demeurant à Barzun était jugé hier par le tribunal correctionnel de Pau pour négation d'un crime contre l'humanité en récidive. À la barre, Michel Piermee n'a pas démordu des thèses conspirationnistes qu'il couche d'ordinaire par écrit.

L'affaire remonte à mai 2009. Un gendarme de Sallanches (74) découvre une lettre qui l'intrigue dans le courrier de la brigade. Son titre : « La vérité face au complot mondialiste ». Verbatim : « Ce sont les juifs qui déclenchèrent les atrocités dont ils ont été victimes, après avoir favorisé la naissance des idéologies communiste et hitlérienne. Il leur fallait des martyrs pour sensibiliser les peuples et parvenir à imposer leurs lois et dominer le monde ».

300 lettres envoyées

300 lettres du même type avaient été envoyées par courrier à des brigades de gendarmerie, mais aussi des évêchés, des préfectures, des mairies... Aujourd'hui, le prévenu le confesse : « je continue d'en distribuer, à la main, dans les boîtes aux lettres ». Visage coupé à la serpe, barbe blanche de prophète, le prévenu l'assure : « je suis catholique. Et la charité, c'est de dire la vérité. Quand le peuple juif s'apercevra qu'on lui a menti, il se convertira ».

Le problème, c'est que son prosélytisme tombe sous le coup de la loi. C'est ce que lui a rappelé le procureur Érick Maurel : « La liberté d'opinion est absolue. Vous avez le droit de penser ce que vous voulez. Mais avec de tels écrits, vous justifiez les crimes de demain. C'est pour cela que la République se dresse devant vous. L'institution judiciaire a su tirer les leçons du passé et le procureur de la République sera toujours là pour veiller à la protection de la communauté juive du Béarn, qui a suffisamment été martyrisée ».

Eu égard aux antécédents du prévenu, déjà condamné pour des faits similaires en 2005, le magistrat a requis six mois de prison ferme. Des réquisitions que le tribunal a suivies, au terme d'une audience sous forme de dialogue de sourds. Exemple, quand le président Magnon invite le prévenu à diversifier ses lectures du côté des éditions du Mémorial de la Shoah. Réponse de Piermee : « J'ai raison, jusqu'à la preuve du contraire. Et c'est impossible de prouver le contraire. Les seuls qui détiennent la vérité, c'est la maçonnerie et les Illuminati ».

L'homme est sorti libre du tribunal. Le juge d'application des peines statuera sur un éventuel aménagement de sa peine d'emprisonnement.

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/835715/mil/5595212.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   19/1/2010, 06:04

Allez, j'en rajoute une petite couche, c'est l'occasion aussi de vous signaler ce blog que je trouve intéressant :

http://france-licratisee.hautetfort.com/

A QUOI SERT L’ARGENT PUBLIC

Un correspondant m’envoie l’article suivant paru dans Le Progrès de Lyon. Il serait très intéressant – un de mes distingués lecteurs devrait s’y coller – de faire le tour des collectivités françaises accordant généreusement de l’argent public à ce type de voyage de première nécessité afin d’établir nos petites statistiques, qui ne manqueraient certainement pas d’intérêt.


« TROIS QUESTIONS A Danielle Chuzeville

le 13.01.2010

« À Auschwitz, pour que les élèves puissent témoigner »

Pourquoi le Département emmène-t-il 150 collégiens à Auschwitz ce mercredi ?

Nous le faisons depuis une dizaine d'années dans le cadre du devoir de mémoire. Il faut trouver des gens qui puissent témoigner quand les rescapés ne seront plus là.

Comment sont choisis les collèges participants ?

Les collèges déposent un dossier dans lequel ils expliquent leurs motivations - chaque élève fait une lettre - et la façon dont le voyage sera restitué. C'est un jury composé de représentants du Département et de rescapés des camps qui fait le choix, avec avis déterminant des survivants. Nous avons eu une trentaine de candidatures de collèges cette année, pour quinze retenus. Depuis le début de l'opération, presque tous les collèges du Rhône sont allés au moins une fois à Auschwitz.

En ces périodes de rigueur budgétaire, l'opération peut-elle être remise en cause ?

Il n'y a pas de raisons. Le voyage revient à 100 000 euros au Département. Tant que les survivants sont partants, je pense que l'on continuera. Car c'est le lien entre eux et les collégiens de 3e que l'on essaye de privilégier. Les rescapés se rendent dans les établissements, et accompagnent la visite. Ce sont des moments poignants pour les élèves ».

Poignants pour les élèves? Je n'en suis pas vraiment persuadée. Très douloureux par contre pour le contribuable, ça, c'est sûr. Mais, comme d'habitude, on ne lui a pas demandé son avis.


Source: http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/2569697,184/Danielle-Chuzeville.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: La Shoah, "une invention juive" ... selon un évêque   26/1/2010, 07:21

La Shoah, "une invention juive", selon un évêque
NOUVELOBS.COM | 25.01.2010 | 16:07



La Shoah en tant que telle est une invention juive", a déclaré lundi 25 janvier un évêque polonais à la retraite sur un site catholique traditionaliste italien, à deux jours du 65e anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz, journée mondiale de l'Holocauste.
"S'il est indéniable que la majorité des morts dans les camps de concentration étaient des juifs, dans la liste il y a aussi des tziganes, des Polonais, des Italiens et des catholiques", a déclaré Mgr Tadeusz Pieronek, sur le site Pontifex.roma.it.
"Il n'est donc pas permis de s'approprier cette tragédie pour faire de la propagande", a ajouté le prélat de 75 ans, qui fut ami du pape Jean Paul II, en affirmant qu'il "n'est pas historiquement vrai que dans les camps de concentration ce sont seulement des Juifs qui sont morts". "Il y a eu beaucoup de Polonais, mais cette vérité aujourd'hui est souvent ignorée", a poursuivi Mgr Tadeusz Pieronek.

Mgr Tadeusz Pieronek parle de "propagande"

Pour Mgr Tadeusz Pieronek, ancien secrétaire et ex-porte-parole de l'épiscopat polonais, "alors on pourrait parler avec la même force et fixer une journée de la mémoire aussi pour les nombreuses victimes du communisme, les catholiques et chrétiens persécutés et ainsi de suite".
La Shoah est "utilisée comme une arme de propagande et pour obtenir des avantages souvent injustifiés", a encore affirmé l'évêque.
"Eux, les juifs, jouissent d'une bonne presse parce qu'ils sont soutenus par de puissants moyens financiers, un énorme pouvoir et l'appui inconditionnel des Etats-Unis et cela favorise une certaine arrogance que je trouve insupportable", a-t-il ajouté.
"Certes, tout cela ne dément pas la honte des camps de concentration et les aberrations du nazisme", a-t-il dit.

Déclarations négationnistes de Mgr Richard Williamson

Dans l'article, il a aussi estimé qu'avec le "Mur" de séparation entre Israël et la Cisjordanie occupée, l'"on commet une injustice colossale à l'égard des Palestiniens qui sont traités comme des animaux et dont les droits (fondamentaux) sont pour le moins violés".
"Mais on parle peu de ces faits dont sont complices les lobbies internationaux", ajoute Mgr Pieronek, qui demande qu'"on fasse une journée de la mémoire aussi pour eux" (les Palestiniens).
L'Eglise catholique n'en est pas à sa première polémique concernant la Shoah. Le 22 janvier 2009, Mgr Richard Williamson, alors qu'il était responsable du séminaire de la Fraternité Saint Pie X en Argentine, avait nié la mort des juifs dans les chambres à gaz au cours d'une interview diffusée par la télévision suédoise le 22 janvier 2009.
Puis, en décembre, Benoît XVI avait pris la décision très controversée de faire progresser le processus de béatification de Pie XII, contesté pour son silence pendant la Shoah.

(Nouvelobs.com)
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20100125.OBS4755/la_shoah_une_invention_juive_selon_un_eveque.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   26/1/2010, 10:57

MOBY37 a écrit:

Déclarations négationnistes de Mgr Richard Williamson

Attention a ce Williamson qui n'est qu'un agent d'un réseaux maçonnique ayant infiltré la Fédération Saint Pie X:


http://www.virgo-maria.org/articles_HTML/2007/001_2007/VM-2007-01-31/VM-2007-01-31-A-00-Mgr_Williamson_Rivarol.htm
Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   17/10/2010, 10:44

Poste juste quelques images qui peuvent être significatives pour certains :





Voila, comme vous pouvez le voir il s'agit d'un Larouse, édition grand format en couleur 2004

Quand à l'encyclopédiae universalis, étrangement il n'y aucun article de référence de datation de ces camps.

Insinurais-je quoi que ce soit?

Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emji

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   17/10/2010, 13:35

Je suis étonnée par envie des gens d'aller à Auschwitz. Pour moi marcher sur un lieu de tel drame est égale à piétiner le sacré. J'ai perdu là bas mon grand père (il n'était pas juif, mais conte polonais, l'officier de cavalerie de réserve) emprisonné pour la résistance - AK (Armé de peuple).
Si telles visites doivent avoir un but persuasif - "jamais plus ça!", ça marche mal vue ce qui se passe dans le monde.


Dernière édition par emji le 17/10/2010, 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   17/10/2010, 13:44

Bonjour emji, y à Vincent Reynouard qui à fait une visite de Auschwitz dans un documentaire, tu devrait le regarder, ça te donnrait surement une meilleurs idée de ce lieu.

Moi aussi j'ai de la famille morte là bas, pas juive non plus.

Pour précision, les documents photo que j'ai mis plus haut font référence au dire de Rudolph Hoess...Je ne sait pas si tu saisi, si tu veut je t'e'xplique, mais ici ça va être chaud je crois

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emji

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   17/10/2010, 19:20

Merci, mais je ne regarderai pas. J'ai assez vu, lu, entendu. Je ne visite pas des cimetières. Ce sont de lieux de prières, de réflexion où la terre a épongé la souffrance, peur, désespoir. Des excursions de jeunesse bruyante et matérialiste à la mode d'aujourd'hui n'ont aucun intérêt.
Quelques livres et un film diffusé à l'école serai suffisant.

Je sais qu'il y a "l'industrie de shoah" et que certains "utilisent" cette tragédie. J'aimerai bien qu'on pense aussi aux tant de non juifs assassinés dans beaucoup de camps allemands et russes aussi . Aucun intérêt de discuter sur combien ils y sont tués. Est ce que 1 ml de plus ou de moins change la gravité d'histoire?

Incroyable ce que un homme peut faire à son semblable. A certain degré de maturité on ne pose plus de question "pourquoi?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   17/10/2010, 19:52

Mon propos un peu alambiqué que certains aurons compris était sur un autre registre...enfin.

Oui tu as raison emji, prions pour toutes ces âmes, et puisse elle trouver la paix en Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al_ankabout

avatar

Nombre de messages : 360
Localisation : Médine
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   30/3/2011, 18:14

Le parlement israélien adopte les lois "Nakba" et "Ségrégation"

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-parlement-israelien-adopte-les-lois-Nakba-et-Segregation-5962.html

CHOQ.FM - François Marginean pour l'Autre Monde - 28 mars 2011
De la Shoa au Nakba Day - Histoire d'un devoir de mémoire sélectif


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   29/6/2011, 13:16

Juste une petite piqure de rappel de la tentative avortée de Sarko d'imposer davantage de propagande à nos enfants et les commentaires accompagnant cette image trouvée ici :
http://fr.altermedia.info/humour-2/la-shoa-en-cm2_36019.html

Rappel : La shoah en CM2



Nelly // Jun 28, 2011 at 1:08

La meilleure façon de venir a bout de ce mythe c’est par le ridicule!

2 albert // Jun 28, 2011 at 3:26

Mon fils a été initié dès son CM1 – il y a une douzaine d’années de cela .
Chaque année les ” enseignants ” de service en rajoutaient une couche .
résultat : trop , c’est trop . Lui et ses copains sont saturés de shoah et d’anti-racisme .
Ils en ont ” ras ” .
NB j’ai passé le bac ” Math Elem ” en 1961 . Aucun de mes profs ne m’a jamais parlé de la ” shoah ” .
Ils étaient tous agrégés et de Gôôche . Aucun n’aurait consenti à enseigner des ” balivernes ” aussi monumentales que celles qui sont , de nos jours , imposées dans notre EN
résultat : notre enseignement ne vaut plus rien . Les bacheliers ou licenciés actuels ne seraient pas seulement capables de réussir l’ancien ” certif ” .

3 Nelly // Jun 28, 2011 at 5:05

Bientot les ecoliers se diront :”Qu’est-ce que ces vieilles histoires?”
Au moins quand on va visiter les chateaux cathares, ils representent quelque chose : Puilaurens, Montsegur… Tout le mystère des vieilles pierres, de la nature environnante.. On pense aux cathares, mais sans rien de lugubre et de malsain, alors que l’autre histoire a force d’etre poussée a l’extrême, finit par révolter et dégouter.

4 dirk // Jun 29, 2011 at 12:12

Albert
Moi j’ai passé le bac en 64, et idem, pas un seul mot sur la soi-disant “shoah” durant tout mon cursus scolaire puis universitaire. Ce mot était totalement inconnu des “bons Pères” chez qui j’étais pensionnaire. Ce mythe a pris une extension extraordinaire, comme surgi de nulle part, vers la fin des années 60. On ne peut imaginer une construction intellectuelle plus diabolique pour culpabiliser les Européens, leur pomper des indemnités et les soumettre à leur pouvoir…jusqu’à ce que les peuples européens aient perdu définitivement toute puissance et soient passés sous leur contrôle. On formate les jeunes cervelles dès l’école, puis les médias déjà gangrenés prennent le relais, et l’appareil judiciaire veille aux dérapages des esprits encore libres et lucides.
On est dans le cauchemar orwellien jusqu’au cou !
…les veaux ont la TV et le foot pour penser à autre chose ! Chuttt, il ne faut pas les réveiller !
…et bien sûr, les Protokols sont “une invention de la police tsariste” (on sait que c’est faux!)

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   14/10/2011, 23:31

Astrophysique hébraïque

Quand les Khazars se mêlent d'astrophysique affraid




Dans l’imMonde du 17 septembre l’Immense Serge Klarsfeld, le père d’Arno le garde frontière Raèlien en rollers, s’est livré à un exercice d’astrophysique hébraïque et d’hystérie quantique, qui dépasse, et de loin, le mur de séparation thermonucléaire du çon, et nous laisse pantelant d’admiration.



Le nouveau visage de la physique quantique Razz




Extraits : (c’est nous qui soulignons en gras)

« Le mot ‘Shoah’ est devenu un nom propre impliquant l’unicité du traitement criminel appliqué aux juifs pendant la période hitlérienne »…
« Le mot ‘Shoah’ souffle sur ce qui a été perpétré et sur ce qui a été subi comme un typhon à l’échelle de l’histoire qui aura emporté à jamais six millions d’êtres humains, un monde, celui du Yiddishland, et une vision de l’homme.… Ouragans, tornades, cyclones, typhons sont affublés de noms apaisants, comme si l’on voulait conjurer les tempêtes ; mais un typhon qui bouleverse l’histoire au point qu’il y a un avant et un après ce typhon-là ne peut porter qu’un nom exceptionnel, unique, dominant et maîtrisant l’histoire et faisant comprendre à tous ceux qui la regardent ce que fut le destin de chaque juif et de tous les juifs. […]
Shoah contient tout comme les trous noirs de l’espace qui aspirent toute la matière et toute la lumière d’une étoile . »

Passé le premier moment de stupeur, je doute que personne autour de cette boursouflure ne se fut risqué à lui rappeler cet apophtegme de Pascal : « nous avons beau enfler nos conceptions au delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des fantômes au prix de la réalité des choses. » (Il est peu probable que dans l’entourage d’un porc royal quiconque sut un peu de Pascal.)
Ainsi mettre Dame Chôa en rapport avec un trou Noir, c’est risquer de l’enterrer, ergo en faire un fantôme de choix… Sans compter que c’est appeler au culte du Trou. Or ce trou-du-culte Noir il l’a, et il le montre amplement par cet article si torché.
Ainsi sont-ils, les Nez fourrés dans les trous noirs afin de se mieux humer les humeurs, se flatter les flatulences en famille, se pourlécher en nichée, en niches de colonies, en larges bran du gros Colon.

Ces gens là passent leur temps à ânonner leur panégyrique et lors même que dans leur soi-disant pays d’élection ils rivalisent de bestialité et de bassesse avec la plus arriérée et la plus sauvage tribu de cannibales, ils n’ont de cesse de se proposer en modèle à la terre entière afin de prouver qu’ils sont inégalables ; et le pire c’est qu’ils le croient vraiment.
À force d’ « unicité », de se croire Uniques, Élus, supérieurs, ils en deviennent stupides : pas une idée pas un mot qui ne soit d’utérinité, pas une pensée qui ne soit sui generis, pas une politique qui ne soit tribale ; et ils se croient discrets, et ils se croient malins !
Les grands mots dont ce gros lard fait ici un si grand abus, sont pour cacher un si petit dessein ( et aussi d’autres choses plus grandes et très abominables). Le défilé chancelant d’adjectifs trop lourds, les métaphores cycloniques si péniblement filées, laissent voir en filigrane tant d’un mépris typhonien [1] pour la souffrance des autres, tant d’un sentiment de supériorité que l’on reste pétrifié, que l’on se sent comme il dit « maitrisé » (méprisé ?), « dominé » (domine dominus) comme un petit enfant palestinien sous les chenilles d’un char Merkava. (Et c’est autant de perdu pour leur lucratif commerce des organes.)

Finissons avec un peu d’astrophysique à la fois goye et gnostique, ce qui fait deux G.
À la banlieue sud de notre Voie Lactée, il y a notre Soleil, grain de poussière incandescent parmi autant d’étoiles qu’il y a de grains de sable sur tous les déserts et plages de Gaïa.
Autour de lui, roulant dans l’espace infini, lovée en ses mers de saphir, notre belle planète est une oasis rafraîchissante dans le vide intersidéral, une boule bleue au milieu de milliards et de milliards de planètes noires, inhospitalières, comme elle est elle-même, au dessus, une oasis d’Oisifs au milieu d’un océan d’hommes de peine.

La terre est bleue comme une orange Jaffa :
O Oasis d’Élus pressés au milieu d’une vile écorce de goyaves,
Cap Nègre au milieu de Fjords glacés,
Golfe de noceurs au milieu d’un Golgotha de douleur,
Tu fus toujours la demeure des privilégiés, la mangeoire où rote le pourceau.

Le Soleil lui même, se consume en pure perte afin de réchauffer des charognes, de « rayonner sur cette pourriture, comme afin de la cuire à point. »
Quand cette étoile rouge aura épuisé en vain tout son carburant, dans cinq ou six milliards d’année, demain, elle deviendra une Géante de Sang qui consumera tout.
Sa Lumière mourante ira se perdre à jamais dans l’éternelle et ineffable Nuit du Plérôme, avec Jésus Christ en parèdre avec le Premier Père, incréé créateur, au delà de l’Être et du Non-être.
Quand à la lueur de l’étoile bleuâtre qui illumine notre chasseur de nazi à la retraite, elle sera, comme il le dit lui-même, engloutie dans le Trou Noir, la Ténèbre d’où l’on ne peut fuir, sous la dalle de la Pesanteur infinie.
Pesant infiniment dans un temps infini, écrasée par sa propre masse, par son tuant et tonitruant Néant.


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Astrophysique-hebraique-8288.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   18/11/2011, 11:08

La priorité pour Chatel : l’enseignement de la Shoah




On ne demande pas encore aux migrants de maîtriser l’histoire officielle de la « Shoah », mais cela ne va sans doute pas tarder…Enseigner l’histoire de la Shoah, est ainsi « un engagement de la République » pour Luc Chatel, en visite dans une école juive.

« Je veux renouveler l’engagement de la République, qui est aussi un engagement personnel: l’école ne cessera d’être ce lieu unique où se
transmettra l’histoire de la Shoah », déclare Luc Chatel, mardi 8 novembre 2011, à l’occasion d’une cérémonie organisée en souvenir des 60 juifs de Montrouge et Malakoff qui ont été déportés entre 1942 et 1944. Le ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative inaugure une plaque commémorative sur le fronton de l’école Yaguel Yaacov à Montrouge (Hauts-de-Seine). « Cette plaque apposée au coeur même d’une école fera le lien entre générations, car notre école doit être le premier rempart contre l’injustice, l’intolérance et la barbarie. »

« Mais le message va bien au-delà de l’école Yaguel Yaacov, de Montrouge ou des Hauts-de-Seine. Cette plaque traduit l’exigence d’enseigner à chacun de nos enfants l’histoire de la Shoah, au moment où s’effacent progressivement les derniers témoins directs », poursuit Luc Chatel. « C’est à notre génération qu’il revient de faire vivre les témoignages de ceux qui ont tenté de dire l’indicible. » « La responsabilité de ceux qui sont nés après la catastrophe, c’est d’enseigner l’histoire de la Shoah, oui je dis bien de la Shoah, [une histoire] qui est inscrite au coeur du socle de connaissances et de valeurs que la République entend transmettre à tous les enfants. » Le ministre ajoute que « contre la négation de l’homme, il nous faut éduquer ». Aussi « enseigner la Shoah, c’est enseigner son histoire avec une visée civique : comprendre
les mécanismes qui l’ont permise, c’est en retour apprécier le principe de liberté sur lequel est fondée la citoyenneté contemporaine ».

EFFECTIFS MULTIPLIÉS PAR TREIZE EN 20 ANS

« Votre école est devenue une référence » depuis sa création en 1992, sous contrat d’association avec l’Etat. « En 20 ans, ses effectifs ont été
multipliés par treize, pour atteindre aujourd’hui 184 élèves, de la maternelle au CM2. » Le ministre précise que l’école Yaguel Yaacov « attire
les enfants de Montrouge, mais aussi du sud des Hauts-de-Seine, de Vanves, de Cachan, d’Issy-les-Moulineaux et même de quelques arrondissements parisiens ».

La plaque commémorative permettra « de connaître l’histoire et de cultiver la mémoire, car oublier, ce serait construire sur du sable », estime
Luc Chatel. « Il faut rappeler la mémoire de ceux qui furent arrachés à leurs familles, à leur quartier [de Montrouge et Malakoff]. Et cela également pour évoquer les 75.000 juifs de France victimes de la Shoah. » « L’école est le lieu où tout se construit: la conscience du drame de la Shoah, la conscience de la citoyenneté, la conscience de l’identité juive. Et je sais, monsieur le ministre, que vous avez insisté pour que dans les ouvrages scolaires, le mot ‘Shoah’ continue à représenter ce moment inoubliable, inexcusable », affirme Joël Mergui, président du Consistoire. Il signale en outre « la demande croissante de la communauté juive de donner une identité citoyenne et une identité juive à [ses] enfants ».

« Dans votre présence monsieur le ministre, je vois une action de vigilance qui fera que nos cauchemars ne deviendront pas à nouveau réalité »,
ajoute Frédéric Schwarcz, président de l’école Yaguel Yaacov.

Tout commentaire serait superfétatoire, non ?

http://www.medialibre.eu/france/la-priorite-pour-chatel-lenseignement-de-la-shoah/11457





_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   30/11/2011, 12:03

Inconcevable en France ou en Allemagne (Sionistan), les arguments révisionnistes affichés sur le site du Wall Street Journal !!!




Important L'objet de ce post n'est pas de débattre du bien fondé du contenu révisionniste exposé bien malgré nous par le Wall Street Journal, c'est interdit par la loi, mais seulement de mettre en évidence une erreur de l'Empire dans sa gestion de la censure et par là dans sa mise en place de la Nouvelle Religion Universelle.




Les Américains n'ont pas de loi anti-révisionniste mais, dans les faits, leur Premier Amendement ne leur permet toutefois pas de publier ce que vient de publier sur son site le "Wall Street Journal" (le WSJ ! Pas moins !).


L’américain Bradley Smith, toujours dans son "Smith's Report" de décembre 2011, nous apporte cette nouvelle extraordinaire :


- Le 10 novembre 2011 paraissait sur le site du "Wall Street Journal" un article signé Anne Jolis et intitulé "A French Lesson in Free Speech" (une leçon française de liberté d'expression). Jusque-là rien d'étonnant.

Mais il se trouve que le révisionniste américain Michael Santomauro, sans trop d'illusions, s'est hasardé à envoyer un "commentaire" en 29 points et que ce commentaire... a été publié intégralement le 11 novembre et est toujours en ligne à l'heure qu'il est !
(Note de Bardamu : page censurée mais disponible en cache : explication plus loin).

Bradley Smith nous explique : "Les commentaires de ce genre (révisionnistes) sont interdits depuis des dizaines d'années aux États-Unis. Et les voici, ici, dans 'The Wall Street Journal'. Les gars qui sont responsables de cette section du WSJ savent très exactement ce qu'ils font et ceux qui supervisent les gars qui sont chargés de cette section du WSJ savent exactement ce qu'ils font. Cela n'a rien d'une négligence. C'est le résultat d'une série de décisions réfléchies."

On trouvait donc ces commentaires de Michael Santomauro à l'adresse suivante: http://online.wsj.com/article/SB10001424052970204358004577028003374870724.html


Edit Bardamu :
La page a été effacée par le wallStreet journal, elle est accessible en cache sur Google en tapant « French Lesson in Free Speech »
Les commentaires sont accessibles sur la page en cache (onglet Comments en haut à gauche de la page)





Ci-après la traduction, TRÈS rapide, de ces commentaires (il n'y a pas de point n° 13...)



Cher Alan Sherman,
Ci-après quelques-uns des problèmes qui me tracassent au sujet l'Holocauste. Si l'on m'y répondait, cela m'aiderait beaucoup à y croire.
Je cite sans ordre :

1) Pourquoi Elie Wiesel et un nombre incalculable d'autres juifs ont-ils survécu à l'Holocauste si le IIIe Reich avait eu l'intention d'éliminer chaque juif qui lui tomberait sous la main ? Elie Wiesel a été prisonnier plusieurs années ; d'autres juifs ont survécu même bien plus longtemps. La plupart de ces "survivants" étaient des gens ordinaires qui ne disposaient d'aucune expertise quelconque susceptible d'être conserver vivants. La simple existence de plus de un million de survivants encore aujourd'hui, soixante ans après, est en contradiction avec l'un des éléments fondamentaux de l'Holocauste, à savoir que les Allemands avaient pour politique d'éliminer chaque juif qui leur tomberait sous la main.


2) Pourquoi n'y a-t-il aucune mention de l'Holocauste dans les 6 volumes de "L’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale" de Churchill ni dans les mémoires de guerre de De Gaulle ou d'Eisenhower ni d'aucune de ces moindres sommités qui ont écrit sur la Deuxième Guerre mondiale ? N'oublions pas que tous ces ouvrages ont été écrits des années après la fin de la guerre et par conséquent après que l'Holocauste eut été prétendument prouvé par les Procès de Nuremberg. Pour ce qui a trait à l'Holocauste, le silence de ces "sachants" est assourdissant !


3) Que venait faire une infirmerie pour les détenus (et un bordel) à Auschwitz si c'était réellement un camp de la mort ?


4) Pourquoi les Allemands auraient-ils raflé des juifs depuis leur vaste empire, immobilisant ainsi un grand nombre de personnel et de matériel roulant alors qu'ils se battaient dans une guerre mondiale sur deux fronts, pour livrer ces gens dans des "camps de la mort" à des centaines de milles et les exécuter à leur arrivée est-ce qu'une balle sur place n'aurait pas davantage fait appel au légendaire sens de l'efficacité allemande ?


5) Pourquoi, après soixante ans, les historiens sont-ils incapables de nous fournir le moindre document allemand indiquant un Holocauste ? Nous faut-il croire à des gens comme Raul Hilberg qui, au lieu d'ordres écrits, nous affirme qu'il existait une "incroyable rencontre des esprits" entre les bonnes dizaines de milliers de gens qui auraient eu à coordonner leurs actions afin de réaliser une entreprise de cette ampleur ?


6) Comment se fait-il qu'on insiste encore pour dire que six millions de juifs ont été tués alors que le chiffre officiel des morts juives d'Auschwitz, phare du goulag holocaustique, a été réduit du chiffre de 3 millions cité juste après la guerre à un chiffre d'un peu moins de un million ? Pourquoi y a-t-il beaucoup de gens qui répondent à cette remarque en disant : "Qu'il en soit mort six millions ou un million, quelle est la différence ?" La réponse est que la différence est de cinq millions. Il y a une autre différence, c'est que le fait de le dire peut vous valoir trois ans dans une prison autrichienne... Demandez à David Irving


7) Tous les codes allemands pendant la guerre étaient connus, y compris celui qui servait à l'envoi des rapports journaliers d'Auschwitz à Berlin. La transcription de ces messages ne mentionne pas d'exécutions de masse ou même ne suggère pas le moins du monde le développement d'un programme génocidaire. De plus, on insiste pour dire que les Allemands utilisaient une sorte de code à base d'euphémismes pour discuter de leur programme d'extermination des juifs, par exemple les mots de solution finale, de traitement spécial, de réinstallation, etc. Pourquoi avaient-ils besoin d'utiliser de tels euphémismes codés quand ils se parlaient entre eux, à moins qu'ils n'aient pensé que leurs codes avaient été décryptés par les Alliés ?


8 A Auschwitz la nappe phréatique est à 45 cm de la surface, ce qui rend insoutenable la thèse selon laquelle il existait d'immenses fosses d'incinération de dizaines de milliers de victimes.


9) Au début, on prétendait que des exécutions massives dans des chambres à gaz avaient eu lieu dans des camps situés à l'intérieur de l'Ancien Reich, comme, par exemple, à Dachau ou à Bergen-Belsen. Les "preuves" étaient tout aussi convaincantes que celles qu'on invoquait pour les autres camps situés dans la Pologne occupée mais, sans la moindre explication, on nous a dit, au début des années soixante, que ce n'était pas le cas et que tous les "camps de la mort" étaient situés à l'est, par exemple en Pologne, loin des regards inquisiteurs (diraient certains par commodité) des érudits occidentaux.


10) Personne n'a été en mesure de concilier le fait que les témoins oculaires racontaient que le personnel pénétrait dans les chambres à gaz au bout de vingt minutes sans équipement de protection et le fait que le Zyklon B était un gaz "à effet retard" dont la capacité létale pouvait durer encore au moins 24 heures. Et que, même après vingt-quatre heures, les cadavres seraient restés eux-mêmes suffisamment contaminés par le gaz cyanhydrique pour tuer n'importe quelle personne qui les toucherait si elle ne portait pas d'équipement de protection.


11) Pourquoi n'entend-on plus raconter que les Allemands fabriquaient du savon, des abat-jour et des culottes de cheval à partir des corps de juifs morts serait-ce qu'à la lumière des recherches modernes et de la connaissance qu'on a sur l'ADN ces allégations seraient devenues absolument insoutenables ?


12) Pourquoi n'entend-on plus raconter que des quantités formidables de juifs ont été exterminés dans des chambres à vapeur massives ou électrocutés sur des grilles spéciales ? Des "preuves" dans ce sens ont été fournies à Nuremberg des preuves qui ont envoyé des hommes à la potence.

13) Manquant

Capture de la partie du commentaire concernée (Peut-être une erreur de l'auteur du commentaire ?)


14) Elie Wiesel est considéré comme "l'apôtre de la mémoire" et pourtant, dans son livre de souvenirs, "La Nuit", qui traite de son séjour à Auschwitz, il ne mentionne pas les si célèbres chambres à gaz. N'est-ce pas un peu comme quelqu'un qui, parlant des Évangiles, ne mentionnerait pas la Croix ?


15) Quasiment tout survivant qui a été ausculté à Auschwitz raconte qu'il ou elle a été ausculté(e) par le célèbre Dr Mengele.


16) D'après les témoignages des survivants, des centaines de milliers de juifs ont été exécutés à Treblinka et ensuite enterrés dans des fosses dans la région alentour. Comment se fait-il que des examens approfondis par sonar de ces lieux d'ensevelissement révèlent que le sol où les victimes de l'Holocauste auraient trouvé leur repos définitif est resté intact depuis au moins la dernière époque glaciaire ?


17) Les "preuves" de l'Holocauste se fondent prioritairement sur les témoignages des survivants ; il existe peu de preuves solides, s'il en existe. La meilleure démonstration de ce fait nous a été donnée par Jean-Claude Pressac qui n'a trouvé que "des traces de crime". Même le juge Gray, qui a présidé le procès Irving/Lipstadt, a fait part de sa surprise de constater que les preuves de l'Holocauste étaient "extrêmement minces". Pour paraphraser Arthur Butz, "un crime de cette ampleur aurait laissé une montagne de preuves" - où sont-elles ? Il y a eu bien plus de preuves solides plaidant contre OJ Simpson lors de son procès et il a été DÉCLARÉ INNOCENT !


18) Pourquoi le révisionnisme est-il considéré comme un délit dans au moins onze pays quelle autre vérité historique aurait elle besoin, pour se maintenir, de ces menaces d'emprisonnement ou de destruction de carrière ? Faudrait-il envoyer en prison celui qui exprimerait des doutes sur ce que prétendent les Chinois, à savoir qu'ils ont eu trente-cinq millions de morts dans la Deuxième Guerre mondiale ?


19) Pourquoi les historiens de cour affirment-ils que "nier l'Holocauste" c'est comme nier l'esclavage ou dire que la Terre est plate alors que cela n'a rien à voir. Les principaux révisionnistes sont des érudits de première grandeur qui détiennent de hauts diplômes des plus grandes universités du monde. Y a-t-il quelqu'un parmi eux qui dise que le monde est plat ou que l'esclavage n'a jamais existé ?

20) Les promoteurs de l'Holocauste ont exprimé leur crainte que le souvenir de l'Holocauste ne disparaisse avec la mort des derniers survivants. Pourquoi les historiens de la Guerre civile n'ont-ils pas exprimé les mêmes craintes lorsque le dernier survivant de ce conflit est mort en 1959 ?


21) Des survivants de l'Holocauste ont témoigné avoir vu de la fumée s'échapper des crématoires lorsqu'étaient brûlés les corps des victimes assassinées certains témoins ont même prétendu qu'ils pouvaient détecter les origines nationales des victimes à la couleur de la fumée. Comment concilier cela avec le fait que les crématoires fonctionnant normalement ne produisent pas de fumée, d'aucune couleur ?


22) D'après la version officielle de l'Holocauste, des centaines de milliers de juifs hongrois ont été raflés au milieu de 1944 et envoyés à Auschwitz où la plupart ont été gazés à leur arrivée et leurs corps incinérés dans d'immenses fosses à ciel ouvert utilisant des traverses de chemins de fer et de l'essence. Comment se fait-il qu'on ne trouve aucune trace de ces immenses bûchers funéraires dans les photographies à haute résolution prises par les avions alliés qui survolaient le camp quotidiennement à cette époque ? De plus, pourquoi n'a-t-on retrouvé aucun reste, puisque les incinérations en plein air, même avec essence, ne génèrent pas une chaleur suffisante pour consumer un corps en totalité ?


23) Tous les camps libérés étaient jonchés de cadavres ; existe-t-il un seul rapport d'autopsie ou toute autre preuve médicolégale montrant qu'une seule de ces morts était le résultat d'un empoisonnement par le gaz ?


24) Le chiffre des morts de l'Holocauste repose exclusivement sur des statistiques de population fournies par des sources juives ; a-t-on produit la moindre étude démographique montrant qu'environ six millions de juifs "manquaient" à la fin de la guerre ?


25) Pourquoi les rapports d'inspection des camps dressés par la Croix-Rouge internationale pendant la guerre ne mentionnent ils pas d'exécutions massives on a du mal à croire que des crimes aussi monumentaux aient pu rester cachés. Les seules explications sont que soit ces crimes n'ont pas eu lieu soit la Croix-Rouge était complice.


26) Pourquoi n'a-t-on pas tenté de répondre au Rapport Leuchter ?


27) "L'Holocauste a été possible techniquement puisqu'il a eu lieu". Pourquoi cet argument intellectuellement nul, qui inverse l'ordre normal des prémisses et des conclusions, est-il considéré par les promoteurs de l'Holocauste comme une vérité historique, et considéré comme une réponse suffisante aux preuves révisionnistes grandissantes du contraire ?


28) Quelles sont les autres vérités historiques qui se fondent, autant que le fait l'Holocauste, sur des témoignages de "témoins oculaires" - et pourquoi n'a-t-on jamais contre-interrogé ces témoins ?


29) D'après la version officielle de l'Holocauste, les juifs ont ignoré jusqu'à la fin le sort qui leur était réservé, tant leurs meurtriers nazis étaient habiles à tromper leurs victimes. Comment concilier cette ignorance avec le fait que les juifs ont été, en tant que groupe, les gens les plus cultivés et les plus hautement informés de la planète, avec cet accès légendaire aux échelons les plus élevés du gouvernement ?

Paix
Michael Santomauro
ReporterNotebook@gmail.com


Petit conseil : si vous vous sentez horrifiés par ces ignobles blasphèmes, n'hésitez pas à porter plainte auprès des instances juives compétentes pour dénoncer l'horrible incompétence du Wall Street Journal.


Dernière précision: Comme l'atteste la capture d'écran ci-dessous, les commentaires épouvantables dénoncés ici sont restés visibles pendant 20 jours avant que Wall Sreet Journal ne daigne les effacer !!!



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyushi

avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   30/11/2011, 15:41

Citation :
On trouvait donc ces commentaires de Michael Santomauro à l'adresse suivante: http://online.wsj.com/article/SB10001424052970204358004577028003374870724.html


Edit Bardamu :
La page a été effacée par le wallStreet journal, elle est accessible en cache sur Google en tapant « French Lesson in Free Speech »

Pourquoi parler à l'imparfait ? Le commentaire s'y trouve toujours, en page 1 des commentaires (c'est la page 2 qui est affichée en premier quand on affiche les commentaires).

Son commentaire commence ainsi, un petit ctrl+f et une partie de cette citation vous mèneront au dit commentaire:

Citation :
Dear Alan Sherman:
Listed below are some of the "problems " I have with the Holocaust. Should these be cleared up it would go a long way toward my accepting it - they are in no particular order.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   30/11/2011, 16:17

Très bizarre scratch La page vers laquelle pointe ce lien http://online.wsj.com/article/SB10001424052970204358004577028003374870724.html renvoyait ce matin sur une erreur 404 : page non trouvée.
Visiblement, le Wall Street Journal a dans un premier temps censuré l'article et les commentaires pour revenir ensuite sur sa décision (peut-être à cause du cache Google qui l'oblige à assumer son erreur).

Quoi qu'il advienne, ces pages sont sauvegardées et il en restera trace.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   24/1/2012, 19:51

Binjamin Wilkomirski,

adulé pour son (faux) témoignage,

puis pour son art de l'escroquerie




Dans le flux annuel des œuvres consacrés à l'Holocauste, un livre publié en Allemagne en 1995 par le prestigieux éditeur Suhrkamp sort du lot, et commence à être encensé.Traduit rapidement en plusieurs langues, “Fragments” est rangé rapidement parmi les grands témoignages sur l'Holocauste, à côté de gloires imposées comme Elie Wiesel ou Primo Levi. Le succès s'emballe et de nombreux organismes (le National Jewish Book Award, le Jewish Quarterly Literary Prize, etc,) tiennent à honorer l'auteur d'un prix accompagné d'espèces sonnantes et trébuchantes. Quand on apprend que la cause de toute cette trépidante agitation est Binjamin Wilkomirski, un citoyen suisse, on reste perplexe. Mais tout s'explique, car ce Suisse paisible, grâce à un mystère cérébral, a recouvré sa véritable histoire: des fragments surgissant peu à peu de son esprit et dévoilant des événements faisant partie de l'Holocauste. Et l'on découvre qu'un enfant juif né à Riga, déporté tout petit à Majdanek et Auschwitz, survivant orphelin a été évacué à la fin de la guerre en Suisse, pays où il vit sous le nom de Bruno Dösseker après avoir été adopté. Ce parcours permet de décrire de l'intérieur l'horrible vie dans les camps de concentration. Et en plus, ce livre apporte le témoignage d'un enfant, ce qui était nouveau et manquait à la longue liste des témoignages.

Le témoignage… et la réalité

En France, Calmann-Lévy publie en janvier 1997 “Fragments” et dans ce pays aussi, des réseaux s'activent: Mme Mitterrand lui remet le Prix de la Mémoire de la Shoah et la machine à informer (désinformer?) se met en branle. La même année, il fait une tournée triomphale aux USA, fait des conférences bien rémunérées dans les différents musées de l'Holocauste, rencontre divers experts en Holocaustologie et, consécration suprême, témoigne pour le projet de Spielberg voulant filmer des milliers de survivants.

L'opération “Fragments” apporte à Binjamin Wilkomirski une reconnaissance quasi mondiale et pas mal d'argent.

Tout va bien jusqu'au jour où un journaliste faisant réellement son travail, cela arrive parfois, mène une véritable enquête. En étudiant les carnets scolaires et d'autres documents, interrogeant des relations de l'auteur, Daniel Ganzfried publie dans la Weltwoche, début septembre 1997, un article qui se conclut ainsi: “Binjamin Wilkomirski, alias Bruno Dösseker, a certes connu Auschwitz et Majdanek. Mais seulement en touriste.” Devant cette réalité, l'escroc originaire du canton de Berne se défend d'abord, en arguant du caractère littéraire de son livre, alors que jusqu'ici il avait vanté sa véracité et ensuite, en dénonçant, par un communiqué de presse, “l'atmosphère totalitaire” conduisant à son lynchage médiatique. La belle aventure de Binjamin Wilkomirski se termine de manière aussi tristement que son oeuvre mais, jusqu'à maintenant, il n'a pas remboursé son magot. Et en ce qui concerne les experts es Holocaustologie? certains ont soudainement réalisés que des faits rapportés étaient douteux mais, la plupart, ont préféré garder le silence. L’Holocauste, un sujet tabou ce qui permet à des escrocs de mentir en toute impunité!






Quelques mots sur un autre célèbre bidonneur, Martin Gray (pseudonyme de Mietek Grayewski) dont les livres racontent la série de ses malheurs!



Mais il faut constater que si tous le monde autour de lui meurt, le pauvre Martin, lui s'en tire toujours, ce qui prouve qu'il est malin! Il y a quand même une lueur d'espoir dans cette tragique vie, c'est le pognon qu'il a pu amasser ainsi! En fait, tout est bidonné, mais à beau mentir qui vient de loin, la vérité révèle enfin les mensonges de ce pauvre Martin. S'il a pu si bien décrire les camps de concentration, il les a bien connu, non pas en tant qu'internés, mais grâce à sa fonction de pourvoyeur. Et les camps de concentration dont il s'agit, ce sont pas les nazis mais ceux du goulag car, “Martin Gray” a été un membre émérite du NKVD (regardez son uniforme d'officier avec des décorations), qui aurait su dissimuler sa réelle identité de bourreau soviétique en endossant le rôle d'une victime des nazis. Incroyable comme des personnes n'ayant pas été en camps de concentration nazis arrivent à écrire des descriptions plus vraies de nature? La preuve que le goulag était aussi un enfer, mais les victimes des régimes socialo-communistes, on n'en parle jamais même si elles sont bien plus nombreuses que celles de l'Holocauste. Et celles de la Grande famine de 1932-33, Holodomor en Ukraine http://www.fonjallaz.net/Ukraine-Grand-Famine/index.html , on en parle encore moins, c'est-à-dire jamais!

A l'occasion d'un film tiré de “Au nom de tous les miens”, Le Monde publie le 27 novembre 1983 une critique intitulée “Roman et brouillard” ( voir clichés) dans laquelle Pierre Vidal-Naquet, lui-même, a eu le mérite de dénoncer l'imposture du faussaire Martin Gray qui n'a jamais mis les pieds à Treblinka. Quant à son talent d'écrivain, il a été dopé par des “nègres” comme Max Gallo et d'autres. Comme quoi, certains n'ont pas de vergogne à se faire du blé avec les malheurs des autres.

Il serait le moment pour que Martin Gray écrive, sans tricher, sa vraie biographie qui devrait être nettement plus intéressante… pour l'offrir gratuitement à tous ceux qu'il a trompés !





http://www.fonjallaz.net/Film-Amen/Pages_Amen/APage9bis.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AldousOrwell

avatar

Nombre de messages : 485
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   24/1/2012, 20:48

Le blog de Robert Faurisson:

http://robertfaurisson.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   25/1/2012, 09:33

La guerre des boutons version Shoananas

Louis Pergaud et les émotions de notre enfance...

à la sauce (kasher) pleurniche



BonPoint Goldwin2 BonPoint



Ces fumiers corrompent tout ce qu'ils touchent !!!

Vivement la troisième version : la guerre des boutons version arménienne lol!

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AldousOrwell

avatar

Nombre de messages : 485
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   29/1/2012, 20:48

Robert Faurisson : La «Solution finale de la question juive» était «territoriale»!



Jamais la conférence de Berlin-Wannsee (20 janvier 1942) n’a décidé d’une quelconque « extermination » des juifs d’Europe. L’idée même d’une telle décision prise à cette date a été qualifiée d’inepte (silly) par Yehuda Bauer, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem (voy. « Importance of Wannsee Rejected », Canadian Jewish News, 30 janvier 1992, p. 8, reproduisant un communiqué de la Jewish Telegraphic Agency, Londres). D’ailleurs, sept mois après ladite conférence, le « mémorandum de Martin Luther » atteste de ce que le IIIe Reich ne concevait aucun projet d’extermination de quelque groupe que ce fût ; comme à Wannsee, seul était envisagé le refoulement des juifs hors d’Europe. Faisant l’historique d’une recherche de solution de la question juive, M. Luther rappelle que, déjà en juin 1940, cette solution était prise en considération par Reinhard Heydrich, adjoint de Heinrich Himmler.

M. Luther (1895-1945) a été, de mai 1940 à 1943, Chef der Deutschland-Abteilung des Auswärtiges Amtes (Chef du département « Allemagne » du ministère des Affaires étrangères) et a exercé la fonction d’un sous-secrétaire du Ministre Joachim von Ribbentrop. Il a joué un rôle important dans les tractations à mener avec les gouvernements européens pour la résolution, dans les différents pays européens, de « la question juive ». (Plus tard, condamné pour avoir comploté contre Ribbentrop, il a été interné à Sachsenhausen où il a cherché à se suicider ; à l’arrivée des Russes il a été libéré ; il est mort le 12 ou le 13 mai 1945 d’une défaillance cardiaque dans un hôpital de Berlin).

Le 20 janvier 1942 il a été le représentant de son ministère à la conférence de Berlin-Wannsee où il a été question, là encore, de refouler les juifs hors d’Europe.

Dans un mémorandum interne (Aufzeichnung) urgent (Citissime), daté de Berlin le 21 août 1942, long de 19 pages dactylographiées en gros caractère, il a retracé l’histoire de la politique juive (Judenpolitik) de son pays à partir de 1939. Il en ressort sans ambiguïté possible qu’il s’agissait de rechercher et d’obtenir « une solution finale territoriale » ; au bas de la page 4 il écrit que, dès le 24 juin 1940, Heydrich faisait savoir dans une lettre à Ribbentrop que le problème désormais posé par environ 3¼ million de juifs vivant dans les territoires sous contrôle allemand ne pouvait plus être résolu par l’émigration (Auswanderung) ; Heydrich en concluait qu’une solution finale territoriale serait nécessaire (eine territoriale Endlösung wäre nötig). A la page 18, M. Luther précise bien que l’évacuation (Abtransport) de juifs vers le Gouvernement général de Pologne est une mesure provisoire. Les juifs seront réexpédiés vers les territoires occupés de l’Est sitôt que les conditions techniques s’y prêteront (Der Abtransport nach dem Generalgouvernement ist eine vorläufige Massnahme. Die Juden werden nach den besetzten Ostgebieten weiter befördert, sobald die technischen Voraussetzungan dazu gegeben sind).

Les Américains ont mis au point une « partial translation » de ce mémorandum sous la cote NG-2586-J qui a servi de pièce à conviction (n° 1455) au ministère public américain des NMT (NG veut dire Nazi Government et NMT signifie Nurnberg Military Tribunals. Voyez Trials of War Criminals before the Nuernberg Military Tribunal under Control Council Law N° 10, October 1946-April 1949, vol. XIII, p. 243-249 : http://www.loc.gov/rr/frd/Military_Law/pdf/NT_war-criminals_Vol-XIII.pdf). C’est au haut de la page 245 du volume XIII que figurent les mots a territorial final solution [territoriale Endlösung] would be necessary » (une solution finale territoriale serait nécessaire).

Dès 1976 Arthur Robert Butz a fort bien traité du sujet dans son œuvre magistrale, La Mystification du XXe siècle (titre original : The Hoax of the Twentieth Century / The case against the presumed extermination of European Jewry). Voyez l’entier chapitre VII intitulé « La “Solution finale” ou Ce qui, en fait, est arrivé aux juifs » (p. 347-396) et, en particulier, les pages 347-349, avec au début de ces pages une remarque si typique de Butz par son caractère naturel, direct et concis : Il est simple de découvrir la nature générale de la politique allemande à l’égard des juifs ; elle se trouve toute entière dans le volume 13 du NMT (The general nature of German Jewish policy is very simple to discover; it is all set out in NMT volume 13).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   2/2/2012, 07:39

Merci AldousOrwell, article remarquable par la qualité de l'info et des sources citées Bien Du même Faurisson, cet article publié ironiquement un 1er Avril et qui apporte, derrière le masque de la dérision, quelques précisions utiles et complémentaires à ton apport (paragraphe 10 surtout) :



Les dix commandements de la religion de "l’Holocauste"





Citation :


1. En tête tu te mettras que le Mal absolu s’incarne dans le « Nazi » et le Bien absolu, dans sa victime juive. Le Juif tu accableras d’hommages et d’offrandes. Le « Nazi » tu vilipenderas et poursuivras jusqu’au bout de la terre et jusqu’à la fin des temps. Les mouroirs du monde entier tu écumeras à la recherche du dernier Nazi nonagénaire égrotant. L’ayant débusqué, toi et les tiens vous le menacerez d’un nouveau procès. Le lendemain, on le trouvera mort de saisissement. Alors, à son de trompe tu annonceras et tous les médias pourront titrer : « Mort à la veille de son arrestation, le criminel nazi échappe à son châtiment ». A tes enfants tu enseigneras « La peine de mort, c’est mal sauf contre un Nazi ; là, c’est bon et on en redemande. Idem pour la torture. Allons cracher sur les tombes des vaincus ! ». Amen.


2. La bonne parole tu répandras, annonçant à tout vent que le peuple élu par Yahweh pour la raison qu’il est le meilleur d’entre tous a, toujours et partout, été haï, pourchassé, exterminé sans raison aucune, du fait d’un complot planétaire ourdi depuis la nuit des temps par des méchants intrinsèquement pervers contre de pauvres Juifs intrinsèquement inoffensifs. Répète après moi : « Le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde. » Afin de répondre aux critiques dont les Juifs sont la cible, va-t-en dire que les antisémites sont stupides au point de croire en un complot juif. En réalité, les moins stupides d’entre eux ne le disent pas car ils savent que les complots sont la ressource des faibles ; les Juifs sont forts, et n’ont donc besoin d’aucun complot ; ils occupent la place et tiennent le fouet. En France, chaque année, leur plus puissant organisme, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) convoque dans un cadre luxueux environ mille « invités » à un dîner où les plus hauts responsables politiques de la nation se voient durement reprocher leur inaptitude à sévir contre un antisémitisme décrit comme omniprésent ; au lieu de protester, les accusés courbent l’échine, acquiescent, remercient et promettent de faire plus et mieux l’an prochain pour les Juifs. En 2011 sont venus dîner le président de la République, le Premier ministre et quinze autres ministres ou secrétaires d’Etat en exercice. Le Président, qui est d’origine juive, achèvera son mandat en 2012, puis il se verra peut-être remplacer, du train où vont les choses, par un riche Juif marié à une Juive richissime ; et puis, si ce n’est ce Juif, c’en sera un autre ; de toute façon la présidence de la République française deviendra un privilège juif. Amen.


3. Avec les yeux de la foi tu croiras en tous les témoignages des innombrables rescapés de « l’Holocauste » ; si, par malheur, un témoignage se révèle outrageusement faux, tu répliqueras que cela n’a pas d’importance, puisque, quand le récit vient du cœur, les notions du vrai et du faux ne comptent plus. Répète après moi : « Je crois en l’authenticité du Journal d’Anne Frank fabriqué, entre nous soit dit, par son père, l’ancien banquier trafiquant de devises Otto Heinrich Frank devenu commerçant, avec, pour la version originale en néerlandais, la complicité d’une feuilletoniste néerlandaise (Isa Cauvern) et, pour les deux versions en allemand, les manipulations d’une traductrice allemande (Anneliese Schütz). Je crois en Martin Gray, marchand de fausses antiquités, puis vendeur de faux mémoires dus à la plume du polygraphe Max Gallo et publiés sous le titre d’Au nom de tous les miens. Je crois en Filip Müller, qui a signé Trois ans dans une chambre à gaz, ébouriffant témoignage rédigé par Helmut Freitag et préfacé par Claude Lanzmann. Je crois en « la Fille aux loups », livre, suivi d’un film, dû à une Belge qui, pendant la guerre, n’avait jamais quitté la Belgique. Je crois en Wilkomirski, de son vrai nom : Grosjean, qui n’avait jamais quitté la Suisse. Je crois en la franchise d’Elie Wiesel, en l’honnêteté de Simon Wiesenthal. Je ne crois pas et je maudis tous les historiens de « l’Holocauste » qui, au lieu de répéter docilement qu’il y a d’innombrables preuves, solides comme le roc, de l’existence des magiques « chambres à gaz », ont osé écrire, tel, en 1988, le professeur juif américain Arno Mayer, qu’en fin de compte il n’y en a de preuves que « rares et douteuses (rare and unreliable) ». Amen.


4. Les révisionnistes tu appelleras « négationnistes ». De lâches tu les traiteras car « ils tuent les morts » même si cela ne veut rien dire. Si un révisionniste français te dit : « Montrez-moi ou dessinez-moi votre magique chambre à gaz nazie », tu répondras : « Il ne faut pas se demander comment techniquement un tel meurtre de masse a été possible ; il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu ». Cette « réponse », trente-quatre universitaires ou historiens, dont Pierre Vidal-Naquet, Léon Poliakov et Fernand Braudel, l’ont admirablement fignolée en 1979. Quand le révisionniste américain Bradley Smith te demandera : « Pouvez-vous, preuve à l’appui, me fournir le nom d’une seule personne qui ait été tuée dans une chambre à gaz d’Auschwitz ? » et quand il ajoutera que, si sa demande semble déplacée, il faudra lui dire pourquoi, par le silence tu répondras. Répète après moi : « Ils ont raison ces Français qui ont dit que la question ne se posait pas et ils ont aussi raison ces milliers d’universitaires qui, de par le monde, ont fait le silence à la fois sur les découvertes scientifiques dues aux négationnistes et sur les déroutes qu’ont subies devant les tribunaux des Raul Hilberg, des Jean-Claude Pressac, des Robert Badinter et tant d’autres ». Amen.


5. D’un cœur sincère tu répéteras après l’Américain Raul Hilberg, notre historien Number One, qu’il est exact, comme l’a admis Léon Poliakov, qu’on ne trouve malheureusement pas dans les archives du IIIe Reich la moindre preuve de ce que les autorités allemandes aient envisagé, organisé et perpétré un massacre concerté des juifs. Reprenant les mots du même Raul Hilberg, tu expliqueras que « l’Holocauste » a été préparé, mis au point et accompli sans aucun ordre (ni de Hitler ni de quiconque), sans plan, sans organisme ad hoc, sans instructions écrites, sans budget, sans rien mais spontanément, grâce à un phénomène de création collective ex nihilo survenu au sein de la vaste bureaucratie allemande. Répète après moi : « ‘L’Holocauste’ a été préparé, mis au point et accompli par la vaste bureaucratie allemande ‘grâce à une incroyable rencontre des esprits, à une transmission de pensée consensuelle’, et cela ‘par suite d’un état d’esprit, d’une compréhension tacite, d’une consonance et d’une synchronisation’ ». Ne manque pas de rendre hommage au professeur Raul Hilberg pour cette explication marquée au coin du bon sens talmudique. Amen.


6. Aux miracles et aux millions de miraculés juifs tu croiras. Si l’on t’annonçait qu’à Lourdes il s’est un jour produit un miracle, que le lendemain on y a constaté dix miracles et, le surlendemain, cent miracles, tu t’esclafferais à juste titre ; en revanche, si tu t’aperçois qu’avec le temps le nombre des miraculés réclamant de l’argent ne cesse de grandir, répète après moi : « En la matière, plus il y a de miraculés, plus le miracle est avéré. » Tu écarteras de ton esprit la tentation d’ergoter et d’aller dire : « Si un survivant juif est la preuve vivante de quelque chose, c’est bien de ce qu’il n’y a pas eu d’extermination des juifs ; une telle foule de miraculés, ce n’est plus un miracle mais la preuve la plus évidente que les Allemands n’ont eu aucune politique d’extermination des juifs ». Quand les survivants sont nés à Auschwitz ou se trouvent avoir été enfants à Auschwitz, émerveille-toi de ces miracles. Amen.


7. Devant nos reliques tu t’inclineras et tu forceras les goïm à s’incliner. Te rendant en pèlerinage sur les lieux saints, par exemple à Auschwitz, le Golgotha du grand martyre juif transformé en Barnum, tu ne verras ni vraies chambres à gaz ni vraies ruines de chambres à gaz ; à Auschwitz-I on te montrera bien une « chambre à gaz » mais « Tout y est faux » (Eric Conan en 1995). Tu verras des masses de chaussures, de lunettes ou de cheveux dits « de gazés » ou encore des savonnettes censément faites de la graisse de nos frères et sœurs juifs. Pieusement tu éloigneras de ton esprit l’idée que, dans tout pays de l’Europe en guerre, dans les camps comme hors des camps, la disette, la pénurie, le blocus, la destruction par les bombardements alliés obligeaient à la récupération de toutes sortes de matériaux devenus précieux ainsi qu’à leur réparation, rénovation ou recyclage et que les cheveux, par exemple, étaient utilisés dans l’industrie textile. Tu oublieras que les savonnettes, à l’expertise, se sont révélées être de très ordinaires savonnettes. Tu goberas tout. A l’Holocaust Memorial Museum de Washington tu t’inclineras devant le meilleur témoignage possible de l’existence des magiques chambres à gaz : au-dessus d’un monceau de chaussures plus ou moins éculées ou recyclées, en toutes lettres tu pourras lire : « We are the last witnesses » (Nous sommes les derniers témoins) : les chaussures parlent. Si, dans ce vaste musée dépourvu de toute représentation scientifique d’une quelconque « chambre à gaz » nazie, tu aperçois des boîtes de Zyklon B, de toutes tes forces tu résisteras à la tentation d’aller croire que les Allemands les employaient pour un usage normal (celui d’un produit, à base d’acide cyanhydrique, inventé par le savant juif Haber vers 1922 pour tuer la vermine, en particulier les poux, vecteurs du typhus) ; tu te mettras dans l’esprit que les Allemands s’en servaient pour tuer les Juifs, car en tout il convient de ne porter de jugement que par rapport aux Juifs consubstantiellement voués à l’extermination. Pour argent comptant – c’est le cas de le dire – tu prendras les hallucinants récits de nos colporteurs et colporteuses professionnels qui font le tour des écoles, collèges, lycées et autres lieux de formation des goïm. Tu sauras que, dans l’évocation de ce passé, la Mémoire est supérieure à l’Histoire, le roman historique à l’étude scientifique, le théâtre et la fiction à la basse réalité matérielle. Mets-le-toi dans la tête : l’estomac d’un croyant en « l’Holocauste » est capable de digérer des pierres. Amen.


8. Au pinacle du Temple de Jérusalem tu porteras le Père Patrick Desbois qui, dans le cadre de l’association Yahad-In Unum qu’il a formée avec des conseillers juifs, a mis au point la plus époustouflante opération holocaustique qu’on puisse rêver. Sentant avec raison qu’il y avait de l’eau dans le gaz et qu’il convenait donc de ne plus trop chercher à vendre la magique chambre, il a substitué à la « Shoah par gaz » d’abord la super-magique « Shoah par balles », puis l’ultra-super-magique « Shoah par étouffement ». Dans le cadre de la « Shoah par balles » il avait déjà, en juin 2009, découvert sur une partie de l’ancien « Front de l’Est » plus de 1200 charniers contenant plus d’un million de cadavres de Juifs tués par des balles allemandes. Tu ne demanderas pas combien il a ouvert de charniers vu qu’il n’en a ouvert aucun. Tu n’insisteras pas pour savoir combien il a compté de cadavres vu qu’il n’en a exhumé aucun. Mets-toi ici à l’école de l’arithmétique talmudique selon laquelle zéro + zéro = plus d'un million. Tu ne lui demanderas pas comment il a opéré ses additions de cadavres, des cadavres que personne, à commencer par lui, n’a vus ni aperçus. Tu le croiras sur parole. C’est un sacré saint homme ; même parmi les historiens qui ont fini par le critiquer pas un seul n’ose dire que le roi est nu comme ver et que le Père Desbois n’a à son actif rigoureusement aucune découverte de charnier, aucune découverte de cadavre juif ou non juif (sinon quelques cadavres normalement enterrés, par exemple dans le cimetière juif de Busk en Ukraine). A Londres, en 2006, « le rabbin Schlesinger, très âgé » a enseigné au Père Desbois que « les Juifs assassinés par le IIIe Reich étaient des tsadiqim, des saints. En ce sens, leurs sépultures, où qu’elles soient localisées, sous une autoroute, dans un jardin, doivent être laissées intactes afin de ne pas déranger leur quiétude » (Porteur de mémoires / Sur les traces de la Shoah par balles). En Ukraine et en Galicie, terres d’innombrables batailles entre Allemands et Russes pendant la Seconde guerre mondiale, le Père Desbois a eu la surprise de découvrir des douilles de balles allemandes. Il s’est empressé d’en déduire que celles-ci constituaient autant de preuves matérielles de ce que des civils juifs et seulement des Juifs avaient été tués par balles. Doctement, il a prononcé : « Les Allemands n’utilisaient pas plus d’une balle pour tuer un Juif. Trois cents douilles, trois cents balles, trois cents personnes exécutées ici ». Dans la sainte faribole, le Père Desbois dépasse les plus culottés apôtres de tous les temps et de toute la terre : hommage lui en soit rendu. Il nous l’a dit : il est mort bien plus de six millions de juifs. Quand tu liras son chapitre final sur la « Shoah par étouffement » effectuée la nuit avec édredons ou coussins et quand tu prendras la mesure de cette inédite Shoah qui est le comble du massacre spontané des Juifs, tu te retiendras de pouffer et tu te diras : « C’est du gloubi-boulga de la plus sublime espèce. Il nous ferait tout avaler. Voilà comme il faut s’adresser aux chrétiens, ces pigeons à plumer (dans son enfance, avec son grand-père, il plumait et vendait la volaille bressane). Il mérite la Légion d’honneur que lui a agrafée Sarközy-Mallah, et puis le tapis jaune qu’on lui déroule partout dans le monde, et puis les synagogues toutes pleines de chapeaux, et puis les honneurs de la Sorbonne sous la caution du professeur Edouard Husson. Le prix Nobel de la turlupinade et de l’attrapoire attend le Père Desbois. » Amen.


9. Au nom de la Mémoire, toujours tu exigeras plus d’argent et plus de croisades guerrières contre les nouveaux Hitler, qui sont légion avec leurs armes – en fer-blanc – de destruction massive. Des holocaustes tu réclameras, mais des holocaustes de goïm. Répète après moi : « Il nous faut de l’argent, toujours plus d’argent. » Ou bien : « Plus je pleure, plus je palpe ; plus je palpe, plus je pleure ! » Ou encore : « Des guerres, toujours des guerres et encore plus de guerres ! C’est bon pour le Shoah Business et l’Industrie de l’Holocauste ». Yahweh, à ta prière, arrêtera le cours du soleil autour de la terre afin que se prolonge, tout le jour durant, le massacre des goïm. Yahweh reconnaîtra les Siens. Il est beau l’avenir qu’on nous prépare ainsi. Vive l’enseignement obligatoire de la Shoah, à commencer par celui des petits enfants grâce à « la mallette Simone Veil » ! Vive l’endoctrinement spécial des gendarmes, des policiers, des juges, des militaires, des professeurs, des journalistes ! Vive la multiplication des plaques shoatiques sur les immeubles, sur la façade des écoles, sur les monuments ! Vivent les pèlerinages vers Auschwitz à pleins vols charters et autocars ! Vive le chantage auquel ont succombé tant d’institutions comme la SNCF et tant de pays comme la Suisse ! Voulant d’abord résister, certains en ont réclamé des justifications. Mal leur en a pris ! On leur a fort justement rétorqué que de tels réflexes antisémites aggravaient leur cas et qu’il leur fallait remettre sans barguigner les sommes qu’on leur avait fixées. Ils se sont inclinés. Ils ont payé rubis sur l’ongle. Ce qui veut dire qu’on reviendra vers eux pour exiger un surplus de « restitutions, réparations, indemnisations et compensations ». Des Allemands dont les parents n’étaient pas même nés en 1945 verseront au moins jusqu’en 2030 des milliards à des Juifs qui, à ce jour, ne sont pas même encore venus au monde. « Juivre ou mourir » : tel est le mot d’ordre qui devra dicter toutes les conduites. A un si noble idéal, il convient de tout sacrifier, puis, une fois qu’ils auront tout donné, les responsables politiques seront mis en demeure de donner encore plus. Certains goïm penseront de ces Juifs : « Ce n’est pas possible : ils vont tout de même s’arrêter un jour ; ils vont bien finir par se rendre compte qu’ils en font trop ». C’est à ce moment qu’il faudra en faire « plus que trop ». Par notre shuzpah, notre imperturbable aplomb, il nous faudra stupéfier le goy. Prenons exemple sur la France où, grâce à la compréhension de M. Guillaume Pépy, directeur de la SNCF, chaque voyageur qui acquitte le prix d’un billet de train verse par le fait même, sans le savoir, son obole au richissime baron Eric de Rothschild, gardien attitré de la Mémoire de la Shoah. Amen.


10. Ainsi deviendras-tu digne de ceux d’entre nous qui, en 1900, ont inventé la poule aux œufs d’or avec le mirifique coup des Six Millions. Il n’est que temps de le révéler : dès 1900 et peut-être même avant cette année-là, des Juifs de New York ont eu, avec le rabbin Stephen Wise, la géniale idée d’une campagne de retape publicitaire à l’invariable et juteux refrain : « Pour nos six millions de frères en train de mourir en Europe, donnez ! ». Se faisant une spécialité de la publication de ces placards publicitaires, le New York Times pendant les années 1900, 1910, 1920, 1930 a répété ce refrain. En un premier temps, les bourreaux désignés par les Juifs américains ont été les Russes, les Ukrainiens, les Tsars. En un deuxième temps, les bourreaux ont été les Polonais et leurs généraux. En un troisième temps, dans les années 1930, les Allemands et Hitler sont devenus la cible. L’argent coulait à flots pour nourrir une propagande aux dimensions fabuleuses. La haine pour le-peuple-bourreau-des- Juifs montait. La grande croisade contre Hitler se profilait à l’horizon. Encore un effort de propagande, encore plus d’argent pour la propagation de la foi en la démocratie, y compris la démocratie soviétique, et voici, enfin, qu’en 1941 la nouvelle guerre est devenue mondiale. Big Business en perspective. Les Etats-Unis se doivent d’entrer dans la danse aux côtés d’Uncle Joe. Ils enverront outre-Atlantique leurs boys et leurs flying fortresses phosphoriser les populations civiles, puis atomiser des villes japonaises (en attendant, plus tard, de traiter diverses autres populations au napalm, à l’agent orange, à l’uranium appauvri). La Sainte Alliance de Roosevelt, de Churchill et de Staline multipliera les pieux et rouges mensonges. Voici 1945 : la guerre est gagnée. Le rideau tombe. Il se relève au procès de Nuremberg qui sera le clou d’un spectacle digne de Hollywood et de Broadway : cette fois-ci les Six Millions ne sont plus « en train de mourir en Europe » mais ils sont déclarés tout bonnement morts, tués, anéantis. Toutefois, comment faire avaliser par les juges de Nuremberg ce chiffre de Six Millions de Juifs ? Ce nombre lancinant, la délégation américaine, dont les membres sont juifs à 75% (Procureur général Thomas J. Dodd à Nuremberg dans une lettre intime révélée en 2007), l’avait naturellement en tête depuis toujours. Une solution providentielle se présente en la personne d’un prisonnier allemand menacé d’être livré aux communistes hongrois mais qu’on va faire chanter. Dans les derniers mois de la guerre, le lieutenant-colonel Wilhelm Höttl, qui allait être exclu de la SS pour malversation, s’était abouché avec les Alliés. Il est pris en mains par l’équipe « américaine » de Nuremberg, qui le choie. Höttl fait preuve d’un remarquable zèle. Un beau jour, le 7 novembre 1945, il signe une attestation sous serment selon laquelle son collègue Eichmann lui aurait un jour déclaré, à Budapest en août 1944, soit près de neuf mois avant la fin de la guerre, que déjà deux millions de juifs ont été exterminés à l’Est et quatre millions dans des « camps d’extermination » (Vernichtungslagern). Le propos, entre nous soit dit, est absurde : il contient – signe du faux – un anachronisme puisque, aussi bien, « Vernichtungslagern » n’est que la traduction du néologisme américain « extermination camps », datant de novembre 1944 ; à Jérusalem, en 1961, Eichmann, interrogé au sujet de cette déclaration par le juge d’instruction israélien Avner Less, en parlera comme d’un « salmigondis de salades » (ein Sammelsurium von Durcheinander) inventé par Höttl et Höttl, à son tour, en 1987, finira par admettre qu’il ne fallait pas accorder d’importance à une telle absurdité : Eichmann, dira-t-il, avait parlé sous l’effet de l’ivresse et il souffrait vis-à-vis de Höttl d’un complexe d’infériorité qui le conduisait à exagérer les faits et les chiffres. Heureusement, les juges de Nuremberg avaient fait en sorte que jamais la défense ne pût interroger Höttl et, pour finir, ils étaient allés jusqu’à prononcer dans leur jugement final que les Allemands avaient exterminé six millions de juifs ainsi que l’avait déclaré… Eichmann en personne ! En bon croyant, tu honoreras les milliers de falsifications qui ont été ainsi commises par les magistrats et les historiens. Gloire leur en soit rendue. Sans eux l’édifice entier du Grand et Pieux Mensonge de « l’Holocauste » s’effondrerait. Un devoir tu te donneras pour le restant de tes jours : à l’instar de ces historiens et de ces magistrats, il te faudra tout dire, tout faire, tout inventer pour éviter que ne disparaisse à jamais l’édifice déjà branlant et lézardé de notre très saint et cher « Holocauste ». Yahweh t’en saura gré sinon, selon la parole de David, il te châtiera « avec des flèches barbelées et des braises de genêt ». Il est possible que le délire de mentir et de croire s’attrape comme la gale. La belle affaire ! Contractons cette gale. Prenons soin d’en contaminer, pour le présent, six milliards d’hommes et, pour les générations futures, bien d’autres milliards encore. Faisons que la croûte terrestre en soit à vif jusqu’à la fin des temps. Amen.


PCC : Robert Faurisson, enfin venu à résipiscence Like a Star @ heaven le 1er avril 2011

http://robertfaurisson.blogspot.com/2011/04/les-dix-commandements-de-la-religion-de.html

Like a Star @ heaven résipiscence (n.f.) (littéraire;religion) Regret d'avoir commis une faute et fait de s'en repentir.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   6/2/2012, 10:06

Shohananas Dieudonné a raison...

Désolé pour le titre ! Si quelqu'un connait les références exactes du documentaire original...



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   18/2/2012, 12:24

Luc Chatel signe une convention cadre avec Éric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah



À la veille de la Journée de mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, a signé, ce jour, au Mémorial de la Shoah, une convention-cadre avec Éric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah.

Après avoir visité l’exposition temporaire consacrée à Irène Némirovsky et rencontré des lycéens, le ministre a échangé avec trois anciens déportés sur les enjeux de l’enseignement de l’histoire de la Shoah et, en particulier, sur le rôle des témoignages et des voyages à Auschwitz.


Le ministre a également rappelé l’engagement constant et inébranlable de l’ensemble de l’éducation nationale pour que l’histoire de la Shoah soit enseignée à chaque élève et à tous les niveaux de la scolarité, comme le prévoient les programmes nationaux. Puis, Luc Chatel a signé avec Éric de Rothschild une convention-cadre qui pérennise et amplifie le partenariat avec le Mémorial de la Shoah. Cette convention porte, en particulier, sur l’accueil des scolaires au Mémorial de la Shoah, les voyages sur les lieux de la Shoah, les formations destinées aux enseignants et la mise à disposition de ressources pédagogiques. Enfin, Luc Chatel et Éric de Rothschild ont annoncé la création d’un portail pédagogique destiné aux enseignants. À compter de la rentrée prochaine, ce site, le premier du genre, leur permettra de disposer de l’ensemble des textes officiels et des ressources pertinentes, ainsi que d’une aide à la préparation des visites de musées, des principaux lieux de l’internement et de la persécution en France et des sites de l’extermination des Juifs en Europe.

http://www.education.gouv.fr/cid54803/luc-chatel-signe-une-convention-cadre-avec-eric-de-rothschild-president-du-memorial-de-la-shoah.html

Sur cette page : http://www.education.gouv.fr/cid54797/deplacement-au-memorial-de-la-shoah.html, quelques photos de l'évènement dont celle ci :


Notez l'attitude de Rothschild passant devant le mémorial, mains dans les poches, pas un regard pour les noms gravés, sourire en coin, allure décontractée... Ca ne vous paraît pas étrange le manque de solennité du personnage ? Quoi qu'en y réfléchissant un tant soit peu, cette attitude déplacée trahit bien des choses !! Twisted Evil

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi pas sur la Shoah ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi pas sur la Shoah ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Si on revoit pour les chars, pourquoi pas pour les navires?
» Pourquoi pas d'inscriptions marginales dans un acte ?
» Pourquoi autant pour avantages sociaux ????
» Mémoire des enfants de la SHOAH
» Pourquoi pas d'hélico sur les frégates E71 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: