Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!   8/5/2009, 23:16

Nicolas Sarkozy propose un partenariat "dès maintenant" avec la Turquie




Il a eu droit à des tonnerres d'applaudissements. C'était la partie "UMP" d'un discours sur l'Europe qui se voulait "républicain". Nicolas Sarkozy a affirmé, mardi 5 mai à Nîmes, que la Turquie "n'a pas vocation à devenir membre de l'Union européenne" (UE). Il a jugé "mieux inspiré" d'engager "dès maintenant" des négociations avec Ankara pour créer "un espace économique et de sécurité commun".

La Turquie se voit reléguée au niveau de la Russie, à laquelle M. Sarkozy propose la même alliance, en réponse à une initiative du président russe, Dmitri Medvedev. Objectif : créer "un grand espace de plus de 800 millions d'habitants qui partageraient la même prospérité et la même sécurité", ce qui permettrait à l'Europe de cesser "de se diluer dans un élargissement sans fin".

Reste à passer des discours aux actes, de Nîmes à Bruxelles. Après son élection, M. Sarkozy, qui revendique de "dire la vérité à la Turquie", n'a pas interrompu mais seulement ralenti les négociations d'adhésion avec Ankara, engagées depuis 2005. Il a fait supprimer l'obligation constitutionnelle, introduite par Jacques Chirac, de recourir à un référendum en France pour les nouveaux élargissements.

Le sujet turc permet de mobiliser l'UMP pour les élections européennes du 7 juin. M. Sarkozy a une revanche à prendre sur le scrutin de 1999, où il était arrivé en troisième position, derrière le PS et la liste souverainiste Pasqua-Villiers. Il prend peu de risques après les élections de 2004, qui avaient marqué un nouvel échec pour l'UMP (16,6 % des voix) et un triomphe pour le PS (28,9 %).

Pour la première fois sans doute, la droite, historiquement divisée entre gaullistes et chrétiens-démocrates, est unie sur l'Europe. Pour achever de réconcilier partisans du oui et du non, M. Sarkozy veut "changer l'Europe". "Est-ce que c'est possible ? Ma réponse est oui : nous l'avons fait pendant la présidence française", a-t-il assuré : "la Géorgie n'a pas été rayée de la carte", "un cessez-le-feu a pu intervenir à Gaza", "l'Europe n'a pas cédé au sauve-qui-peut" dans la crise financière. Tout cela, c'est lui. geek Razz

Le chef de l'Etat ne veut plus d'une "Europe de l'impuissance" alors qu'elle peut apporter la réponse à la "profonde crise intellectuelle et morale" que révèle la crise financière. Pour cela, M. Sarkozy entend mettre fin à de supposés "dumpings monétaires, fiscaux, sociaux" qui ont été acceptés "à l'intérieur même de l'Europe". Il veut retrouver sa liberté pour fixer les taux de TVA. Il s'interroge sur les pouvoirs dévolus à la Commission dans les négociations commerciales et veut remettre au goût du jour une préférence communautaire rendue caduque par les accords de l'OMC. Dans le même temps, il soutient la ratification du traité de Lisbonne qui ne change pas les règles économiques européennes même si celles-ci sont fortement assouplies depuis la crise financière.



"DEVOIRS DES GRANDS PAYS"



"Tout ce que Nicolas Sarkozy a proposé est interdit par les traités qu'il continue de promouvoir", a dénoncé le souverainiste Philippe de Villiers. "Quelle crédibilité peut-il y avoir à proclamer qu'"une autre Europe est possible" lorsque l'on soutient la reconduction de la Commission européenne présidée par José Manuel Barroso, connu pour ses positions libérales et conservatrices ?", a renchéri le député Vert François de Rugy. Pour changer l'Europe, "il ne faut pas craindre d'exprimer une opinion différente", a estimé M. Sarkozy, qui croit à la force du politique face à l'Europe des règles.

Celui qui prônait, au début des années 2000, un directoire des Etats les plus peuplés estime désormais que "les grands pays n'ont pas plus de droit que les petits pays, mais ils ont plus de devoirs". En ligne de mire, l'Allemagne, qui n'a pas été nommée et dont l'engagement européen s'est émoussé depuis le milieu des années 1990.

M. Sarkozy a fustigé les grands pays "qui se cachent derrière les petits", attitude traditionnelle d'une Allemagne qui se veut rassembleuse. La chancelière Angela Merkel avait été lente à réagir à la crise financière ? "Lorsque l'Europe est en crise, les grands pays doivent montrer le chemin", a assuré M. Sarkozy. Troisième pierre dans le jardin allemand, il n'est pas "raisonnable" que des pays qui partagent la même monnaie n'aient pas de politique économique commune.

Le président a fait deux propositions nouvelles : la création d'une "centrale européenne d'achat du gaz", pour peser face à la Russie, et la création d'un comité des régulateurs bancaires européens "avec de vrais pouvoirs de sanctions".

M. Sarkozy avait choisi à dessein Nîmes, ville où il avait vanté le génie français pendant sa campagne électorale. Cette France, "plus forte, plus grande, plus belle", "nous la léguerons à nos enfants avec l'Europe et pas sans l'Europe". Il a dépassé la thèse hexagonale, qui voit dans l'Europe un multiplicateur de la puissance française mais se dit prêt aux vraies concessions. "Ce n'est que pour bâtir quelque chose de grand que chacun est prêt à renoncer à ses égoïsmes", a-t-il dit, précisant que "l'Europe, ce n'est pas "eux". L'Europe, c'est nous".

Cette Europe doit inciter la France à se remettre en mouvement. M. Sarkozy en a profité pour défendre sa politique intérieure. "Face à la récession, augmenter les impôts aurait été une folie." Il a défendu son plan de relance par l'investissement : "On creuse les déficits, mais on prépare l'avenir geek ." M. Sarkozy, qui fêtait mercredi les deux ans de son élection, l'avait pourtant assuré au début de son discours : "L'heure n'est pas aux bilans."

source: http://mobile.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/06/nicolas-sarkozy-reaffirme-l-ambition-et-les-valeurs-du-projet-europeen-de-paris_1189536_1168667.html


PS: P....., ce bouffon megalo va finir par me tuer de rire!!! Razz Razz Razz Laughing

Au faite, y' a toujours des clients pour croire a la democratie? Rolling Eyes

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
resistance



Nombre de messages : 139
Age : 26
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!   9/5/2009, 21:31

ziril a écrit:


Reste à passer des discours aux actes, de Nîmes à Bruxelles. Après son élection, M. Sarkozy, qui revendique de "dire la vérité à la Turquie", n'a pas interrompu mais seulement ralenti les négociations d'adhésion avec Ankara, engagées depuis 2005. Il a fait supprimer l'obligation constitutionnelle, introduite par Jacques Chirac, de recourir à un référendum en France pour les nouveaux élargissements.

Le sujet turc permet de mobiliser l'UMP pour les élections européennes du 7 juin. M. Sarkozy a une revanche à prendre sur le scrutin de 1999, où il était arrivé en troisième position, derrière le PS et la liste souverainiste Pasqua-Villiers. Il prend peu de risques après les élections de 2004, qui avaient marqué un nouvel échec pour l'UMP (16,6 % des voix) et un triomphe pour le PS (28,9 %).


Rien que ce passage suffit pour comprendre ...

Non à l'entrée de la Turquie dans l'UE!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearechangestrasbourg.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!   10/5/2009, 23:01

comme si l'UE était à sauvegarder Shocked

non à l'UE tout court.

la turquie du franc-maçon ataturk dans l'UE,c'est de la logique.
Revenir en haut Aller en bas
maxson

avatar

Nombre de messages : 314
Age : 51
Localisation : mariposa
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!   11/5/2009, 01:04

c'est tout de meme bien la democratie,cela permet a n'importe quel comique ayant des moyens financiers et un simple bac B en poche de devenir Le chef!il n'a meme plus besoin d'avoir un cerveau
a ce rythme la apres les avocats on va finir par avoir un acteur ou un joueur de ballon comme chef....
mais il n'y a pas qu'en France...en Italie pour etre le chef,il suffit de posseder les media.

qui peut etre assez fou pour croire qu'on ne court pas a la catastrophe avec des chefs pareil!!
moi je vous le dit,pas besoin de gens agissant dans l'ombre,de complot,de guerre.......pour nous mener au neant,regardez leurs tetes de vainqueurs!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confrerie-acier.over-blog.com/
Auda

avatar

Nombre de messages : 1412
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!   11/5/2009, 08:17

ziril a écrit:
Au fait, y' a toujours des clients pour croire a la democratie? Rolling Eyes
Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
 
Pour la Turquie et son adhesion, le peuple s'assoit sur son referendum!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop tard pour adhérer à une AGA! Majoration de 25%? Des solutions?
» Du pain et des jeux et le peuple sera heureux
» LE NDOMBOLO ET LE SIMA EKOLI, L'OPIUM DE PEUPLE CONGOLAIS
» où trouver du tissu pour inserts et lingettes?
» Marche pied pour poussette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: