Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A LIRE sur les écolos malthusiens de WWF !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: A LIRE sur les écolos malthusiens de WWF !!!   15/6/2009, 14:49

Bonsoir,

J'ai retrouvé ce texte !

A lire :

Dans les coulisses du WWF

http://alerte-environnement.fr/?page_id=9

* WWF, la World Company à la sauce verte
* Les parcs naturels et l’ingérence écologique
* L’idéologie malthusienne du WWF
* Le business des labels : le cas de la protection des forêts tropicales
* Quand le WWF convertit les religions à l’écologisme
* Sources


WWF, la World Company à la sauce verte

Le WWF (World Wide Fund For Nature ou Fonds mondial pour la nature) est sans conteste la plus grande organisation de protection de la nature au monde. Il intervient dans plus de 100 pays, emploie près de 4000 personnes, dispose d’un budget de 320 millions de dollars et finance environ 2000 projets de conservation de la nature. A la différence d’organisations comme Greenpeace ou les Amis de la Terre, engagées dans des actions spectaculaires et des campagnes assez agressives, le WWF a toujours privilégié les négociations et les partenariats, que ce soit avec les institutions comme l’ONU, la Banque mondiale ou l’Union européenne, et les entreprises, comme Coca-Cola, Carrefour ou Lafarge. Il est vrai que quand on regarde la liste des responsables du WWF, on trouve très peu de militants écologistes de terrain mais plutôt des anciens PDG de multinationales, des hommes d’affaires, des diplomates et des personnalités du Bottin mondain. Parmi les présidents successifs du WWF-International, mentionnons par exemple le prince Bernhard des Pays-Bas, conjoint de la reine Juliana de la Maison d’Orange et actionnaire de référence de la Royal Dutch Shell ; le prince Philip, duc d’Edimbourg et mari de la reine d’Angleterre ; ou encore John H. Loudon, ancien président de la Royal Dutch Shell et de la Fondation Ford. Aux Etats-Unis, Kathryn Fuller, directrice d’Alcoa, deuxième plus grand producteur mondial d’aluminium, a présidé le WWF pendant quinze ans. En Belgique, l’actuel président du WWF est Ronald Biegs, ancien directeur général de Coca-Cola en France et en Allemagne. Le président du WWF-France est Daniel Richard, ancien PDG des Trois Suisses et de Sephora (groupe LVMH), lequel a succédé à Luc Hoffmann, ancien vice-président du groupe pharmaceutique Hoffmann-Laroche. Bref, que du beau monde.

Ainsi, avec sa défense d’un « développement durable », le WWF est considéré par bon nombre de responsables politiques comme un interlocuteur bien plus raisonnable que les écologistes radicaux. Pourtant, derrière le lambris de respectabilité de l’ONG anglo-saxonne, on peut percevoir une intervention sur les questions environnementales dans des buts apparemment géostratégiques et économiques très éloignés de la protection de la nature. Pour bien comprendre quelles sont les véritables motivations du WWF et l’idéologie qu’il véhicule, on doit remonter à ses origines.

La suite : http://alerte-environnement.fr/?page_id=9&page=2
Revenir en haut Aller en bas
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: A LIRE sur les écolos malthusiens de WWF !!!   8/5/2011, 01:38

la suite

Citation :

Dans les coulisses du WWF

Les parcs naturels et l’ingérence écologique

Le WWF est l’héritier direct de la première organisation mondiale de conservation créée en 1903 : la Société pour la préservation de la faune sauvage de l’Empire (aujourd’hui baptisée « Fauna & Flora International »). Les fondateurs de cette société, parmi lesquels on retrouve toute l’élite aristocratique britannique, ont largement contribué à la constitution de parcs naturels, notamment dans le sud et l’est de l’Afrique. Il faut rappeler qu’à l’époque l’Empire britannique couvrait environ un quart du globe et que la conservation de la nature ne servait pas seulement à préserver des lieux de chasse pour la high society européenne mais avant tout à maintenir les colonies dans un état sous-développé. Comme l’explique le géographe Georges Rossi, « l’idéologie qui présida à la création des premiers parcs à l’époque coloniale est parfaitement claire : préserver la nature des indigènes. (…) les indigènes ont le droit de rester sur leurs terres érigées en réserves à condition qu’ils conservent strictement leurs modes de vie “primitifs” et n’adoptent aucune pratique moderne ». Pour le géographe français, il s’agit d’un « apartheid écologique visant à séparer les hommes de leur milieu et qui a conduit à opposer, dans les pratiques, environnement et développement ». Cette politique de parcs nationaux a été accompagnée, au nom de la protection de l’environnement, par de nombreux crimes et drames, parmi lesquels des déplacements de population souvent brutaux et meurtriers.

Le WWF, créé en 1961 par le biologiste Sir Julian Huxley, secrétaire de la Zoological Society de Londres et premier directeur de l’Unesco, s’inscrit parfaitement dans cette même ligne politique de création de parcs naturels, mais dans un contexte différent : celui de la décolonisation. A peine ces Etats accèdent-ils à l’indépendance, qu’on leur demande d’abandonner leur souveraineté sur une partie de leur territoire pour la « bonne cause » : protéger la faune et la flore. Cet abandon de souveraineté, ou « ingérence écologique » comme le qualifie Georges Rossi, aurait été d’ailleurs jugé inadmissible pour toute autre raison. Ainsi, la cause écologiste permet à certains milieux occidentaux de garder la main sur les importantes ressources naturelles contenues dans les parcs naturels, et d’empêcher les pays décolonisés d’exploiter ces ressources et développer leur propre industrie. Sylvie Brunel, géographe et ancienne présidente d’Action contre la faim, souligne que « le Nord déguise sous des arguments sanitaires et environnementaux des réflexes protectionnistes qui visent surtout, en réalité, à préserver les secteurs industriels menacés par le décollage économique du Sud le plus compétitif ». Et Georges Rossi se demande également si « derrière la protection de l’environnement ne se cacherait-il pas une manière nouvelle, élégante et apparemment altruiste, de continuer à exercer un contrôle rigoureux sur la mise en valeur et la gestion des ressources des pays du Sud ? » En fait, lors de la genèse même du WWF, le développement du Sud est présenté comme incompatible avec la protection de l’environnement. Suite à une mission menée en 1960 en Afrique par Sir Julian Huxley, et qui l’incitera à fonder le WWF, le biologiste britannique exprime son inquiétude devant les revendications des nouveaux Etats indépendants africains à se développer : « De nombreux Européens pensent qu’une fois les gouvernements africains installés au pouvoir, ils accorderont à l’enseignement, au progrès social et au relèvement du niveau de vie une telle priorité budgétaire que les sommes affectées à la protection de la grande faune et à la conservation de la nature seront encore plus faibles que maintenant. » Et il déplore « la tendance constante des autorités (africaines) à faire passer le développement agricole ou d’autres formes de développement “humain”, avant la conservation de la grande faune ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
A LIRE sur les écolos malthusiens de WWF !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment lire quand quelqu'unE écrit en caractères minuscules ?
» La page humour - à lire sans modération 2
» A lire cet été...
» Lire sous les pommiers !
» Livres à lire (ou pas !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: