Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités economique sur l'apocalypse financier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 14 ... 26  Suivant
AuteurMessage
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   16/4/2010, 17:59

/!\ âmes sensible s'abstenir /!\



Chômage des jeunes : l'OCDE craint l'émergence d'une "génération
sacrifiée"

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/04/14/chomage-des-jeunes-l-ocde-craint-l-emergence-d-une-generation-sacrifiee_1333425_3234.html

//////////////////////////////////

ça chauffe à Wall Street !!!

http://www.calculatedriskblog.com/2010/04/sec-charges-goldman-sachs-with-fraud.html


/////////////////////////////

Les hôpitaux de Paris se mettent à émettre des obligations sur les
marchés internationaux !! C'est une pure folie !
http://www.solidariteetprogres.org/article6521.html
/////////////////////////////


Selon la BRI, la dette des Etats développés est insolvable

Dans une étude, adressée aux gouverneurs des banques centrales, la Banque des règlements internationaux (BRI) montre que les Etats développés ne pourront jamais rembourser leurs dettes.

Celle-ci devrait atteindre 100 % en 2011 pour des pays comme les Etats-Unis et la France, puis s’accumuler brutalement pour atteindre rapidement un niveau d’insolvabilité certain (plus de 400 % vers 2040 si aucun paramètre ne change).
... Afficher davantage
Ce n’est pas la première fois que des Etats ont souscrit des dettes massives, mais c’était en temps de guerre et avec une forte démographie. Dans la période actuelle la dette est le fruit d’un système dont le déséquilibre s’accentue d’autant plus que la population vieillit.

La BRI souligne que lorsque les créanciers exigeront d’être payés, ils placeront les Etats en faillite. Seuls les pays qui auront allongé la durée de la vie active pourront espérer amortir l’inévitable choc.

A vrai dire, la question des retraites n’est qu’un paramètre parmi bien d’autres et elle n’est désignée comme variable que pour préserver le déséquilibre du système, lequel fonctionne d’abord par une sous-rémunération du travail par rapport au capital.
///////////////////////////////////////

sa sera utile liste des banques en faillites au USA
http://www.fdic.gov/bank/individual/failed/banklist.html
pour le calcul des pertes http://www.calculatedriskblog.com/
désolé c'est en anglais

/////////////////////////////////
la virgine mène la danse
http://www2.newsadvance.com/lna/news/state_regional/article/some_virginia_tech_students_reflect_on_april_16th_while_others_move_on/26168/
rappel du mois dernier USA: crise, Kansas City ferme la moitié de ses école

LES HABITANTS DE
SAINT ETIENNE RASÉS PAR LA DEUTSCHE BANK (ET ILS NE LE SAVENT PAS)
http://www.dailymotion.com/video/xcynaz_warrantmarrant-les-champions-c-est_news

//////////////

et enfin le dessert


paul jorion du 16/04/2010
http://www.dailymotion.com/video/xcyzn8_paul-jorion-le-temps-qu-il-fait-le_news

L'absence de régulation à l'échelle européenne risque de provoquer un éclatement la zone euro car des pays tels que la France ou l'Italie ne peuvent plus utiliser la solution de la dévaluation compétitive pour se protéger en même temps de "l'efficacité allemande" (E. Todd) et du dumping social et monétaire de l'Asie.

Vidéo intéressante de Emmanuel
TODD

http://www.dailymotion.com/video/x72fvd_emmanuel-todd-europe-pour-un-protec


( pour les nouveaux faut dire merci a l'ART 104 de MAASTRICHT )

sur ce déprimer pas la fin du monde c'est pas pour toute de suite on le redira jamais assez faites des stock de bouffe rapprocher vous de vos familles et débarrassé vous de vos euros tant qu'il est encore temps

préparé vous au pire car la sa accélère de plus en plus



bon week a tous paix sur vous et vos familles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   21/4/2010, 11:45

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/04/20/le-plan-d-aide-a-la-grece-pourrait-se-reveler-tres-insuffisant_1339997_3234.html

Le déficit des comptes courants grecs a plus que doublé en un an

la Grèce a réussi, mardi 20 avril, à placer 1,95 milliard d'euros de bons du Trésor à trois mois et exclut d'être "à découvert" au mois de mai. L'émission a suscité une forte demande, mais le taux de 3,65 % est plus du double de celui de 1,67 % fixé lors de la dernière opération similaire de la Grèce, le 19 janvier dernier, a indiqué l'Office de la dette publique grecque.

Les taux des obligations d'Etat grecques ont atteint, mardi vers 11 heures, un nouveau plus haut historique depuis l'entrée du pays dans la zone euro, au-dessus de 7,8 %. Le différentiel avec l'emprunt allemand à dix ans, qui sert de référence au marché, s'élevait à 471 points de base, contre 455 lundi. Cela signifie que la Grèce doit offrir un surplus de 4,71 points de pourcentage par rapport à l'Allemagne pour emprunter sur les marchés. Par ailleurs, la Banque de Grèce a annoncé que le déficit des comptes courants a plus que doublé en février, à 3,252 milliards d'euros, contre 1,237 milliard d'euros pour le même mois en 2009.

ATHÈNES EXCLUT D'ÊTRE À DÉCOUVERT EN MAI
Le ministre des finances, Georges Papaconstantinou, a toutefois exclu que son pays "soit à découvert au mois de mai". "Pour le mois de mai, nous trouverons des fonds sur les marchés ou avec le mécanisme [d'aide européen]", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. La Grèce décidera d'activer cette aide "quand elle le jugera nécessaire et cela dépendra des conditions d'emprunt et des progrès des discussions" avec l'UE et le FMI. Si Athènes en fait la demande, ce mécanisme prévu par la zone euro "sera très vite approuvé", selon M. Papaconstantinou. "L'accord prévoit des prêts à court terme", a-t-il précisé.

Le placement de mardi était très surveillé par les investisseurs internationaux alors que des informations circulaient sur les marchés sur une possible aggravation de la crise de la dette grecque. Très attendue, l'émission intervient à la veille de discussions avec le FMI et l'Union européenne sur les détails techniques d'un éventuel plan d'aide au pays, lourdement endetté.

UNE AIDE QUI POURRAIT SE RÉVÉLER INSUFFISANTE

Le programme d'aide à la Grèce que les ministres de la zone euro ont décidé de mettre en place doit couvrir une période de trois ans, avec un volume de crédits allant jusqu'à 30 milliards d'euros, au taux de 5 % pour la première année. A cette aide devrait s'ajouter un apport du FMI d'un montant de 10 à 15 milliards d'euros.

La Grèce pourrait en fait avoir besoin de 80 milliards d'euros pour éviter la faillite, près du double du montant prévu par le plan européen, a affirmé le président de la Bundesbank, la Banque centrale allemande, Axel Weber, cité indirectement mardi par le Wall Street Journal. La situation de la Grèce empire, et "les chiffres changent tout le temps", a rapporté au journal une personne proche du dossier, après une réunion à huis clos de parlementaires au cours de laquelle M. Weber s'est exprimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   23/4/2010, 07:41

dernier geab du 15 avril
dl.free.fr/uExwJLpxh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simon



Nombre de messages : 289
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   23/4/2010, 21:56

30% des transactions effectuées sur les marchés sont pilotés par des programmes informatiques


L'irrésistible montée en puissance de ce type d'interventions; selon la firme de conseil Aite Group, le high frequency trading réalise 25% des transactions sur actions en Europe, et devrait atteindre 30% d'ici à la fin de l'année, 45% en 2012. Cette pratique a explosé avec l'introduction en 2007 de la directive sur les marchés d'instruments financiers (MIF) en Europe, qui a mis fin au monopole des Bourses traditionnelles. De CHI-X à Turquoise, des plates-formes «alternatives» ont surgi, multipliant le choix des investisseurs, mais offrant également la possibilité à des ordinateurs savamment programmés de traquer des différentiels de prix ou des séquences d'ordres. Pas étonnant ainsi si les autorités boursières européennes enquêtent sur cette activité, au moment où l'Europe planche de façon plus générale sur une révision de sa directive.

Les banques d'investissements et fonds spéculatifs qui ont monté ces départements de high frequency trading assurent être des forces positives sur les marchés auxquels ils fournissent de la liquidité. Les investisseurs institutionnels, en revanche, se plaignent que ces maisons parviennent à deviner leurs interventions sur les marchés et à grappiller des marges à leurs dépens. Algorithmes malins ou espions ? Les gérants dénoncent ainsi une multiplication des ordres annulés qui permettraient, selon eux, de tester leur appétit.

Au final, cette montée en puissance du trading à grande vitesse se traduit par une course technologique effrénée à laquelle participent les firmes de microprocesseurs et les plates-formes d'échange. Avec des conséquences inattendues à l'heure de la dématérialisation. Quand le millième de seconde fait la différence, la distance redevient une clé de performance ! La nécessité de se rapprocher physiquement de ses clients hyperactifs, explique, en partie, pourquoi Nyse Euronext a déménagé de Paris aux abords de Londres, l'essentiel de ses équipes informatiques.

Car plus les serveurs sont près, moins les délais de latence sont élevés, ce temps d'attente qui est la hantise des automates. «Il y a déjà des débats sur les latences entre Londres intra-muros et sa banlieue», relate un proche de l'entreprise de marché transatlantique. Aux régulateurs de répondre si cette bataille des nanosecondes bénéficie ou nuit aux marchés.

Source: Boursorama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   24/4/2010, 09:13

Voilà un extrait d'une réponse d'Adrian Douglas du GATA à Paul Sustain, Pdt de Bullion Vault, qui, à la suite des accusations de Macguire sur les manipulations coordonnées des cours, a écrit un article pour prétendre le contraire...
l'article et la réponse sont en ligne sur Goldseek( http://news.goldseek.com/GoldSeek/1272028191.php)
Réponse d'Adrian Douglas datée du 21/04/2010

ceci n'est qu'un court extrait..

"La Banque des Réglements Internationaux (BRI ou BIS en anglais) dans son rapport du deuxième trimestre 2009 sur les dérives OTC donne comme valeur des "forwards and swaps" de l'or 179 milliards de $ et 101 milliards pour l'argent.
Cela représente 193 millions d'onces d'or et 7.481 millions d'onces d'argent. Au cours des cinquante dernières années, la totalité de l'inventaire de Silver hors sol a été consommé, donc les seuls qui pourraient avoir une légitimité à vendre des futures sur le Silver, seraient les mines d'Argent. Le rapport géologique US rapporte en 2009 que la totalité des réserves d'argent sur la planète Terre sont de 8.400 millions d'onces. Si le LBMA n'est pas un marché de "papier", nous devrions croire que les mines ont déjà vendu 89% de toutes les réserves mondiales d'argent. Mais si on regarde dans les livres des Majors minières d'argent, on constate que leur production est très largement "unhedged".
Qui pourrait avoir vendu à l'avance 89% de l'Argent extractible, si ce ne sont pas les compagnies qui le possèdent ?
Ce sont forcément des entités, qui ne le possèdent pas.
La conclusion évidente est que le LBMA est une marché de "papier" et que les transactions ne sont en aucune façon garantie par du physique."
... etc...

Ne jouez pas les trackers sur l'Argent ... Ne jouez pas les Warrants sur l'Argent..
N'investissez pas dans les ETF SLV ou autres
N'achetez pas du métal "en compte" en faisant confiance à votre banquier

La plus value que vous ferez en détenant de l'Argent concret et réel, hors des banques sera COLOSSALE, quand ce système corrompu s'effondrera, ruinant du même coup tous les sots qui seront restés dans le "papier".

Vous voyez tous les jours un peu plus le déroulement du scénario du krach systémique.
La Grèce est dans le gouffre.
Les Hyènes font déjà monter la pression sur le Portugal, l'Italie, l'Irlande, etc ...
On sait que les Hedge funds se sont déjà placés short sur la France ...

Les régions retardent le paiement des traites arrivées à échéance de 30 jours... les prestations sociales sont décalées ...
L'état n'a pas payé ce qu'il doit dans ce domaine aux régions depuis 2004 !
L'un de mes amis dans les TP m'a dit hier que tous les chantiers (routes, aménagements, ..) ont été annulés. Toutes les petites entreprises dans ce domaine cherchent repreneur et soldent leurs matériels et leurs actifs.
18 départements français sont en difficultés financières ... officiellement!


Le 5 mai, Los Angeles est en cessation de paiements. Plus de salaires pour la police, les pompiers, les hopitaux, les gardiens de prison ... etc. Vous imaginez le désordre que cela va générer.


La Chine l'a dit très clairement, il n'y a pas assez de monnaie dans le monde pour répondre aux besoins de trésorerie des états, régions, villes, administrations, sociétés surendettées.
Soit on efface les dettes, soit on crée une hyperinflation pour répondre aux besoins, quitte à ruiner les populations.
La Chine propose la première solution, les maîtres de WS ont opté pour la seconde.

Le scénario apocalyptique décrit par les uns et par les autres avec un peu d'avance est en train de se développer devant vous. Accrochez vous à vos pièces d'or et d'argent.

Nous entrons à nouveau dans une période de stress. L'euro a été sauvé provisoirement, mais la situation est toujours très instable. Les rumeurs grandissent concernant une réforme monétaire (qui se fait toujours par surprise!).

Si ça devait se faire dans un futur proche alors la mi-mai serait propice à ce genre d'évènement, techniquement parlant (absence d' élections, jour fériés etc).

Cette action de dépouillage généralisé du peuple s'accompagnerait surement d'autres manœuvres de diversion, car ce genre de hold-up étatique peut très vite dégénérer gravement, si on n'en-vaseline pas la populace avant.

Voyons voir. Ce serait une opération d'une telle envergure, que je n'arrive pas à l'envisager sérieusement... et pourtant, il faudra bien que quelque chose d'énorme se fasse un jour, parce que ça ne peut pas continuer éternellement comme ça, c'est tout simplement impossible.

on répétera jamais assez:
* faitez des stock de nourritures
*débarrassez vous de la monnaie papier
*reprenez contact avec vos famille proches
*dénoncez les responsables , avertir
* préparer vous psychologiquement
* PRIER


**********************
juste un rappel
L’inflation résout bien des problèmes:

• Le gagnant de toute inflation, c’est le débiteur. Tous les Etats sont surendettés, donc ils sont les gagnants.

• L’inflation peut aussi corriger les dettes bancaires et les investissements toxiques, elle est donc également utile pour le système financier qui joue avec l’argent.

• L’inflation stimule l’économie parce qu’il y aura de faux profits et une fuite vers les biens réels et les investissements.

• Mais l’inflation sert avant tout les politiciens sociaux. Les prestations sociales sont dévaluées, et il n’y a pas besoin de les réduire formellement. Cela a déjà été prévu par le Bundestag allemand, qui a décidé une garantie du montant de la retraite, sachant que les retraites pourront de moins en moins être payées. Il s’est décidé pour la dévaluation au lieu de la réduction.

On continuera à nous raconter le conte de fées des économies publiques, mais nous vivrons en réalité l’inflation à des taux à deux chiffres. Les perdants sont ceux qui possèdent des valeurs monétaires, comme les actions, les titres de rente, les droits d’assurances, les fonds etc. Mais ceux qui ont un revenu stable ou qui reçoivent des allocations sociales, vont aussi y perdre à cause de la dévaluation. Les propriétaires de biens réels par contre seront gagnants, à moins qu’on ne leur présente la facture par des impôts qui augmentent.

Une chose est sûre: Nous avons joui d’une fausse prospérité durant les décennies passées. Celle-ci se réduira forcément et laissera des perdants sur le carreau. Les secteurs de la crise les plus touchés seront les systèmes sociaux avec ses allocations et avec ce que l’Etat pourra encore distribuer. La lutte entre les fournisseurs pour leurs prestations et les bénéficiaires pour ce qu’ils reçoivent s’aggravera. Westerwelle a été le premier qui a osé aborder ces problèmes du futur. Dans les années à venir, cela deviendra le principal sujet de la politique.
*******************************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   26/4/2010, 09:18

Selon Quotidien allemand Spiegel, les les PIIGS seront obligés d'emprunter 404,6 milliards d’euros d’ici fin 2010 et 143 milliards d'ici fin mai 2010.




- L’Italie va devoir emprunter 70 milliards d’euros.

- L’Espagne va devoir emprunter 32,5 milliards d’euros.

- La Grèce va devoir emprunter 20,5 milliards d’euros.

- Le Portugal va devoir emprunter 12,8 milliards d’euros.

- L’Irlande va devoir emprunter 7,2 milliards d’euros".



a l'heure ou je rectifie le post le 2 ans grec est a 12.95% c'est complètement surréaliste

et l'Allemagne la première économie européenne dit qu'elle refuse d'aider trop tôt la Grèce :
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, le 25 avril 2010 à Cologne

on parle pas de la france mais la situation est aussi catastrophique
un tombé de dominos va s'effectuer sous nos yeux sauvez vous vers les métaux précieux en physique faites des stock de bouffe et lisez des livres de survie et préparez vous sa va secouez dare dare !


Dernière édition par ratman le 26/4/2010, 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6044
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   26/4/2010, 11:26

On va bien !!! Tout va bien !!! pale

Piigs

Ce sont les initiales de Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne (Spain en anglais). Un sigle qui signifie cochons en anglais et qui traduit mépris des poids lourds de l’Union pour ces petits pays confrontés aujourd’hui à de graves difficultés économiques. L’Allemagne, notamment, n’a jamais vu d’un très bon œil l’entrée dans l’Europe de Grèce, puis de l’Espagne et du Portugal, surnommés les « pays Club Med ».
Aujourd’hui, avec leur endettement explosif — 300 milliards d’euros pour la Grèce, 130 milliards pour le Portugal et 570 milliards pour l’Espagne —, les « cochons » semblent donner raison à leurs détracteurs. Et tous redoutent une contagion qui pourrait gagner d’autres membres de l’UE, comme la Grande-Bretagne… ou la France, également lourdement endettées.
[img] Uploaded with ImageShack.us[/img]

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   26/4/2010, 12:45

La situation des retraites, si elle est problématique, le sera tout autant si le système est privatisé. Votre épargne placée sur des fonds de pension quelconques ne se valorisera que si les condition de croissance le permettent. Et le jour J, quand vous revendrez vos titres, ceux-ci seront vendus à vos enfants par définition, et le déficit entre le nombre d'acheteurs et nombre de vendeurs sera identique au déficit entre nombre de cotisants et nombre de retraités dans le système par répartition. Dans les deux systèmes la réussite suppose un accroissement de la richesse globale, via la productivité et sa redistribution. Le débat sur la retraite est donc grotesque, car les deux systèmes sont équivalents même si la retraite par capitalisation sera nécessairement moins égalitaire et génèrera des millions de retraités pauvres. La grande différence se situe dans l'intermédiaire : dans le premier cas il s'agit de l'état, qui agit pour garantir ce pacte entre générations. Dans le second cas ce sont des compagnies privées qui seront garantes de vos retraites. Autant dire que votre argent servira à engraisser des compagnies d'assurances qui se rémunèreront de la même manière que pour les assurances vie, et rien ne garanti que d'ici 50 ans celles-ci n'auront pas fait faillite à la manière d'AIG, plus grande compagnie d'assurance au monde. L'année 2008 à montré l'extrême fragilité du système financier. Il faudrait pourtant être suffisamment naïf pour cotiser à des fonds privés, qui ont comme objectif premier le profit et non une gestion qui minimiserait le risque. La surenchère entre les compagnies d'assurance génèrera nécessairement le type d'excès qui a pu être observé entre banques, qui proposaient toutes des taux plus bas pour les prêts ou plus élevés pour la rémunération des comptes courants. Si certain disent à juste titre que les retraites ressemblent à un ponzi lorsque les conditions démographiques se dégradent, je préfère pour ma part souscrire à un ponzi public même si celui-ci doit échouer.

rassurez vous tout risque de se jouer pendant les vacances scolaire ou tous les dégénérés ne veulent rien attendre sauf le bruits des vagues
dossier bien complet a ce sujet ici http://www.objectifliberte.fr/2008/04/la-retraite-p-2.html

"La fin est proche!"
Marc Faber in CNBC.com, April 2010 Marc Faber dans CNBC.com, avril 2010
pour les anglophone c'est ici http://www.youtube.com/watch?v=qQU2lm_avsg&feature=player_embedded

Marc Faber: "d'une façon ou d'une autre, des états feront défaut sur leur dette souveraine". Et la fragilité des USA est patente.

oct 2009
Marc Faber: “Le système capitaliste va s’effondrer, « le futur sera une catastrophe totale »

solution:
-Préparation psychologique personnelle.
- préparation de la famille et des amis.
- avoir des métaux précieux et un peu de cash.
- des réserves d'eau et de nourriture
- prévoir un plan pour fuir à la campagne.
- se cultiver, énormément se cultiver pour être lucide et arriver à distinguer le vrai du faux.
- pour les plus motivés, apprendre les bases de l'agriculture afin d'être autonome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   27/4/2010, 20:06

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   28/4/2010, 11:29

Portugal a 5.90 % Espagne 3.90%
l'effet domino mis en route un système de 40 ans qui s'écroule

nous vivons des moment historiques
ca va être très TRES intéressant bientôt



juste pour les yeux
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/04/27/04016-20100427ARTFIG00647-grece-portugal-panique-sur-la-zone-euro-.php

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/04/27/le-portugal-dans-le-sillage-de-la-crise-grecque_1343629_3234.html

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/de0b1908-5172-11df-b8c5-c6b4857c5fa7/La_cacophonie_europ%C3%A9enne_fait_exploser_les_obligations_grecques

Le pseudo président du conseil européen Herman Van Rompuy va convoquer en réunion les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro dans environ deux semaines. La Grèce et le Portugal ont glacé les marchés et l'euro est tombé à 1,31 dollar, son plus bas niveau depuis un an
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/04/28/04016-20100428ARTFIG00364-euro-zone-les-chefs-d-etat-convoques-vers-le-10-mai-.php

18,59 % les taux grecs à 2 ans !!! du JAMAIS VU EN ZONE EURO

A Zürich, on ne trouve plus une seule pièce d'or, les barres commencent également à se faire rare. En Bavière aussi, les affaires vont bien ... En Grèce, le marché des métaux précieux est nettoyé. Nouvelles de la banque Nationale Autrichienne: Ce qui est livré part en 10 minutes. c'est la PANIQUEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

courrez prendre ce qui reste chez les numismates

sa commence en Angleterre
http://www.zerohedge.com/article/red-lights-flashing-uk-credit-spreads-according-cds-market

Paris et Pékin veulent réfléchir à un nouvel ordre monétaire :
http://www.lematin.ch/flash-info/economie/g20-paris-pekin-veulent-reflechir-nouvel-ordre-monetaire-sarkozy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   29/4/2010, 11:52

Grèce: le premier domino tombe

Ca y est, la Grèce est en quasi cessation de paiement, et les médias se demandent comment 15 autres canards boiteux pourraient emprunter de l'argent qu'il n'ont pas pour permettre de maintenir la Grèce en Survie artificielle pendant 2 à 8 mois de plus. Pitoyable.

Je n'aime pas forcément jouer au jeu du "je l'avais bien dit", mais pourquoi réécrire ce que j'ai déjà publié ? Tout ce que les libéraux anticipaient depuis septembre 2008 est en train de se produire. Il y a un an et demi, les économistes "pour la télévision" nous disaient avec l'aplomb qui donne contenance aux charlatans néo-keynesiens de base que l'Euro était solide comme le roc et qu'un état ne pouvait pas faire faillite. J'ai reçu quelques mels courroucés et des noms d'oiseaux sur certains forums pour avoir osé me demander début 2009 si l'Euro pouvait exploser.

Aujourd'hui, les scénarios que j'évoquais il y a un an sont tous décortiqués par la "grande presse".

J'ai juste, comme d'habitude, pensé que ça arriverait plus vite (par exemple, je pensais que la Grèce tomberait dès 2009). Rétrospective:

4 novembre 2008 : "Le plus dur est devant nous"



"Par conséquent, la compétition des états endettés pour attirer les faveurs des détenteurs de capitaux va être plus rude. Et le phénomène que j’anticipais en Août est en train de se produire : cette compétition rend les prêteurs plus sélectifs et tend à remonter la "prime de risque" demandée aux emprunteurs considérés comme un peu moins fiables que les meilleurs.



(...)



La crise a permis aux états drogués à la dette de s’offrir en septembre un énorme shoot d’héroïne, pardon, de crédit, à bon compte, mais la fête semble finie.



(...)



Concrètement, cela veut dire que lorsqu’une "vieille" tranche d'emprunt d’état va arriver à échéance, l’état débiteur, s’il ne réduit pas sa dette par une politique d’excédents budgétaires, devra la remplacer par un nouvel emprunt au moins équivalent qui risque de lui coûter plus cher, voire beaucoup plus cher. Pire encore, s’il accroît ses déficits, les nouvelles tranches émises seront plus importante que celles arrivant à maturité: tout déficit ne peut être financé que par de nouveaux emprunts. L’intérêt qu’elles feront donc supporter aux contribuables n’en sera que plus élevé.



De fait, les intérêts payés par les états les moins bien jugés par les investisseurs vont fortement augmenter.



Les taux grecs à 10 ans sont au dessus de 10%, et les taux à deux ans explosent les plafonds (le marché parie sur une restructuration des dettes à court terme...). Bon, ce n'était pas très dur à imaginer.



22 janvier 2009 : "L'euro peut il exploser" ?



Quels sont les scénarios possibles pour l'Euro ?



Que se passerait-il si la Grèce -- par exemple, mais le Portugal, l'Irlande, l'Espagne (qui vient d'être dégradée par S&P), l'Italie, et pourquoi pas la France, pourraient être intégrés à la démonstration --, du fait de la méfiance croissante des prêteurs à son encontre, venait à ne plus trouver assez de fonds pour refinancer sa dette ? Plusieurs solutions s'offrent à elle.



Scénario 1 : La première, la plus douloureuse politiquement à court terme, consiste à se déclarer en défaut de paiement, et à renégocier sa dette avec ses créanciers, avec ou sans l'aide du FMI. En contrepartie, le gouvernement grec devra dégraisser ses effectifs, réduire la paie de ses fonctionnaires, interrompre des contrats, vendre des actifs pour rembourser ses créanciers... Ou alors déclarer une banqueroute sur une fraction de sa dette, ce qui signifie une fermeture de l'accès aux marchés de capitaux tant que sa situation intérieure n'est pas assainie et que les créanciers ne revoient pas leur argent, sans parler d'un risque de faillite de nombreux investisseurs institutionnels locaux, fortement créanciers (souvent de par la loi) en papier de l'état national.



Scénario 2 : Autrefois, la Grèce aurait eu une échappatoire à cette issue terrible: spolier ses créanciers en laissant dévaluer la Drachme (le drachme ?), c'est à dire en faisant racheter la dette de l'état grec par sa banque centrale qui aurait remboursé en imprimant des billets. Tant de signes monétaires mis en circulation sans création de valeur en contrepartie diviserait considérablement la valeur unitaire de la monnaie. Cela aurait d'un coup considérablement renchéri le coût des produits importés, amputé d'autant le pouvoir d'achat des grecs, cela aurait relancé l'inflation dans la péninsule, mais aurait permis de conserver l'illusion d'un remboursement de la dette nationale, avec une monnaie ayant perdu une grande partie de sa valeur. Et la vie continuerait...



Dans la zone Euro, cela est fort heureusement impossible, pour l'instant: les statuts de la BCE interdisent tout "bailout" inflationniste, en rachetant la dette de pays membres insolvables. Et l'on peut compter sur les allemands pour empêcher à tout prix que la monnaie des vertueux teutons ne soit dépréciée pour faire plaisir aux indisciplinés héllènes.



Scénario 2 bis : Voilà qui fait dire à certains que des pays comme la Grèce pourraient précipitamment sortir de l'Euro, voire en être expulsés, et revenir à la Drachme, qu'ils pourraient alors dévaluer, revenant de fait au scénario 2.



Qu'il me soit permis, toutefois, de douter de la faisabilité de ce scénario. Un changement de monnaie est une affaire difficile, préparé de longue date, je vois mal la Grèce répétant l'opération inverse de celle effectuée il y a quelques années en quelques semaines, dans la précipitation et sous un risque constant de faillite.



Ce qui condamnerait la Grèce au scénario 1, c'est à dire peu ou prou celui que vit la Californie en ce moment.



A moins que...



Scénario 3 : imaginons que tous les pays méditerranéens de la zone Euro, plus l'Irlande, soient au bord de la banqueroute. Au train où vont les sauvetages de banques, de constructeurs automobile et de secteurs d'activité en faillite, rien de ceci n'est totalement impensable sous deux ans (à moins que ce ne soit deux mois, en ce moment, faire du timing prévisionnel est hasardeux). Qui l'eut cru il y a quelques mois ? enfin...



Dans ce cas, la pression politique pour changer les statuts de la BCE, pour la contraindre à racheter les dettes des états en faillite, et la rembourser en euro-de-singe, en fausse monnaie légale, sera énorme. Le scénario 3 reviendrait à étendre à toute la zone Euro le scénario envisagé en 2 pour un seul pays.



Mais... il y a un mais, me direz vous.



Scénario 3 bis: dans ce cas, les pays les plus vertueux ne seraient ils pas tentés de sortir de l'Euro et de revenir à leur Deutschmark ou similaire, géré vertueusement, pour éviter la débâcle générale ? Autrement dit, au lieu de voir des pays quitter l'Euro par le bas comme dans le scénario 2bis, ne verrait-on pas des pays quitter l'Euro "par le haut" ?



Là encore, le scénario me paraît improbable, car ni l'Allemagne, le Benelux ou le Danemark ne peuvent apparaître comme des modèles de vertu en ce moment. Eux aussi ont dû (enfin, ont cru devoir) "sauver" des banques en faillite, ont dû financer ou garantir des établissements très mal en point.



Ajoutons que la mondialisation des mouvements de capitaux ne laissera pas indemnes leurs banques déjà fortement touchées si les finances publiques de pays comme l'Espagne ou la France partent en vrille. Et que leurs gouvernements, engagés dans la folie "relanciste", seront eux même en proie à de très grandes difficultés.



Alors gageons que l'Allemagne, le Danemark, le Benelux, ne résisteront que mollement à la volonté politique croissante de l'union des états en détresse financière de reprendre la main sur la BCE, dont ils sont actionnaires, dussent-ils marcher sur la tête de Jean-Claude Trichet.



Par conséquent, il parait tout à fait possible qu'un rachat massif par les états de créances privées insolvables, suivies d'un rachat massif de dettes publiques par la BCE, en billets imprimés (en fait, créés électroniquement) sans valeur créée en contrepartie, se produise dans les quelques années à venir. Et là, l'inflation à deux chiffres, que l'on croyait enterrée dans les tréfonds de l'inconscient collectif des années 70, reviendra au galop. Vous craignez la déflation ? Attendez de redécouvrir l'inflation, et vous saurez que vos peurs n'étaient pas les bonnes ! L'Euro sera "sauvé" en apparence, mais à quel prix pour les euro-prisonniers ?



Certains affirmeront que cette hypothèse contredit celle d'une déflation longue, telle que défendue par exemple par Loïc Abadie, l'excellent analyste de Tropical Bear. Pas forcément. Il est normal que la contraction présente du crédit, donc de la "monnaie de crédit", favorise une tendance baissière des prix actuellement. Mais lorsque les sommes créées par jeu d'écriture dans les comptes des banques par la BCE commenceront à ressortir des comptes, et que le rachat de dettes publiques par les banques centrales commencera à prendre de l'ampleur, si mon analyse est bonne, alors cette tendance s'inversera. Bien malin celui qui pourra dire avec certitude "quand".



Tiens, je lis aujourd'hui dans l'express :



Nombreux sont ceux, outre-Rhin, qui regrettent le mark de naguère. Ils s'interrogent sur l'utilité de venir en aide à la Grèce et réclament de pouvoir exclure les mauvais élèves de la zone euro.



L'Allemagne va-t-elle devoir lâcher l'euro pour revenir au mark ?



Ce scénario n'aurait rien d'irréaliste si l'on en croit quatre experts - deux économistes, un spécialiste de droit public et un ancien membre du directoire de la banque centrale allemande - qui ont décidé de porter plainte devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe si le Bundestag vote une aide à la Grèce.



Je ne sais pas si cela va finalement se produire, mais on ne passe plus pour un dingue quand on en parle...

Ah au fait, j'avais évoqué un scénario 4 en 2009, en regrettant qu'il soit politiquement irréaliste:



A moins qu'un scénario 4 ?... allez, rêvons un peu.

Ah, le scénario 4, qui serait à l'Europe ce que le plan C aurait été à la constitution Européenne. Vous en rêvez ? Les politiciens ne le feront pas, mais abordons le tout de même:



Les gouvernements européens, ayant consulté Charles Gave, Alain Madelin et Vincent Bénard -- mes tarifs sont disponibles sur demande spéciale par mel ;-)) --, se rendent compte que leurs folies budgétaires ne peuvent durer, et bravant leurs syndicats, leurs jeunesses d'extrême gauche prêtes à s'enflammer et leurs électeurs, se lancent de façon coordonnée dans un plan drastique de réduction des dépenses publiques et de baisse des impôts concomitantes, en ciblant les impôts les plus pénalisants pour la formation de capital et la rémunération du succès entrepreneurial. En agissant ainsi AVANT la débâcle budgétaire, ils rassurent les marchés, et continuent de trouver des prêteurs pour refinancer leur ancienne dette, qu'ils tendent à réduire. La crise qui s'ensuit est dure, mais plus courte, et le rebond des économies dès 2011-2012 est fulgurant.

(...) Et les vaches se mettront à voler.




Bon, je suis injuste avec les états. En Lettonie, le gouvernement s'apprête à réduire de 40% le nombre de fonctionnaires et de 40% la paie de ceux qui restent.

Et les grecs ont beau manifester dans les rues, il leur arrivera la même chose. Et aux californiens, aux espagnols, aux anglais, aux français aussi, peut être pas à -40%, mais la réduction du niveau de vie du secteur public est inévitable.

Le welfare state tentaculaire est en train de mourir.

Bon, pour finir la séquence rétrospective auto-satisfaite:

octobre 2004, "le dérapage de nos finances publiques nous emmène droit dans le mur"



Il est à noter que les dépenses sociales (incluant l'éducation**) représentent 63% du total, que le pourcentage lié au volet "retraites" explose, et continuera d'exploser malgré les réformes Fillon (qui ne solutionnent qu'un tiers du déficit à l'échelon 2020…), que le volet "charge de la dette" (ligne n°5) ne peut qu'augmenter car la dette augmente, donc les intérêts augmentent mécaniquement. De surcroît, les taux d'intérêt historiquement bas que nous connaissons pourraient ne pas durer éternellement si les risques liés au manque de provisions des systèmes de retraites des principaux pays européens venaient à rendre les investisseurs méfiants, ou pour toute autre raison. Encore une source d'inflation des dépenses non maîtrisable.



Il s'ensuit que, sauf inflexion politique majeure, les impôts et autres prélèvements ne peuvent qu'augmenter, ce qui sera le cas en 2005, les baisses d'impôts directs étant inférieures aux hausses de charge prévues. D'autre part, la dépense régalienne sera progressivement réduite à la portion congrue, ce qui accroîtra les désordres liés à la délinquance, et donc entraînera une moindre garantie des droits de propriété, donc une méfiance croissante des investisseurs, donc des pertes de croissance, donc des difficultés financières croissantes pour l'état... et ainsi de suite.



Bref, si nous ne changeons pas rapidement de cap, ce cercle vicieux nous emmènera droit dans le mur.



Vers l'éclatement de la bulle sociale ?



(...) pratiquement tous les pays, à l'exception des USA, ont connu dans les trente dernières années des épisodes de dépense publique excessive. Les statistiques montrent que pour tous ces pays, lorsque la dépense publique s'est trouvée en phase croissante au delà d'un seuil critique compris entre 45 et 55%, cela a correspondu à un début d'emballement des dépenses sociales et des déficits publics risquant de menacer les finances de la nation.



La France se situe clairement au seuil d'une phase d'emballement incontrôlable de ses dépenses publiques. Un pays d'Europe a connu les affres de cette situation et a connu une quasi banqueroute en 1993, avant d'entamer un redressement long et difficile.



Il s'agit de la Suède, l'icône sociale démocrate par excellence. Ce pays a franchi durablement la barre d'une dépense supérieure à 55% du PIB vers 1980 et n'a pas réussi au début des années 90 à contrôler l'éclatement d'une sorte de "bulle sociale": Entre 1990 et 1993, le PIB chuta de 6%, le chômage passa de 3 à 8%, les faillites se multiplièrent. En 1993, les dépenses ont atteint 67% du PIB et le déficit public annuel… 12% ! Le gouvernement dut emprunter à des taux courts de plus de 60% (!) pendant quelques jours pour couvrir ses difficultés de trésorerie et défendre sa monnaie, avant de jeter l'éponge et laisser filer la couronne suédoise qui fut sévèrement dévaluée, obérant fortement le pouvoir d'achat de tous les Suédois.



Depuis, la Suède a entrepris des réformes structurelles de fond visant à assainir ses finances. Sans pouvoir passer pour un modèle de libéralisme (la dépense publique y reste élevée), elle a privatisé tout ce qui était privatisable (poste, transports, électricité, etc…), a contraint l'école publique à accepter une gestion de type privé, et a (quoique insuffisamment selon de nombreux observateurs) réformé son système de santé en y associant plus largement le secteur privé. La garantie de l'emploi des fonctionnaires à disparu, l'organigramme administratif a été simplifié, la traque aux gaspillages provoque régulièrement des changements profonds au sein des administrations restantes.




La Suède a connu notre futur. A une seule exception près: elle pouvait dévaluer la couronne, elle ! Et au début du millénaire, les suédois ont été assez intelligents pour rejeter l'Euro par référendum.

Et que va-t-il advenir maintenant ? Je laisse la parole à Stéphane Montabert, qui vient de changer l'adresse de son blog, et qui publiait ce matin :

"Chronique du désastre qui s'annonce":



Les récentes négociations entamées avec le FMI laissent entendre une aide globale de quelque 45 milliards d’euros pour cette année. Mais l'accord pourrait courir sur trois ans, bien que les montants éventuels pour les années suivantes n’aient pas été fixés. Rien que pour 2010, compte tenu du ralentissement compréhensible de l'économie grecque, ces milliards d'euros suffiront à peine. Et il faudra encore verser de l'argent en 2011, en 2012, et peut-être plus encore jusqu'à ce que la Grèce revienne à une meilleure forme financière. On n'en est même pas aux prémisses.



Ces aides vont diluer le risque grec dans les autres pays européens. Les taux d'intérêt portugais, espagnols, irlandais et même italiens ont commencé à monter. C'est le principe des vases communicants. La crise grecque s'étendra à l'Europe entière, par le sud. Comment vont faire le FMI et Mme Merkel lorsqu'il faudra desserrer les cordons de la bourse pour aider le Portugal et l'Espagne, en plus de la Grèce?



Aider la Grèce revient à remettre à plus tard la réforme de la Grèce. Les atermoiements politiques des leaders de l'Europe prouvent que l'élite politique du continent n'est pas à la mesure de l'enjeu. Les égoïsmes nationaux, les rêves utopiques d'intégration européenne et des principes économiques défaillants garantissent que la crise ne sera pas jugulée. Alors que le gouvernement grec pourrait se lancer dans une faillite douloureuse, mais courageuse et menée en bon ordre, il préfère gesticuler pour trouver de l'argent frais.



La crise va donc perdurer, s'étendre et gagner en intensité.



Au fur et à mesure que les semaines passeront, d'autres pays européens vont étudier les possibilités offertes par le FMI et leurs autres partenaires de se mettre "a l'abri" des marchés financiers et de leur "spéculation". Les méchants marchés financiers vont être allègrement peints en noir. Jusqu'au moment où même l'Allemagne n'en pourra plus. La cessation de paiement arrivera donc, et touchera plusieurs pays de la zone euro en même temps. Plus elle sera tardive, plus elle sera grave.



A ce moment là, l'euro en tant que monnaie unique aura vécu. L'illusion de l'Europe politique aura disparu depuis longtemps.

l'endettement caché de la france
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/27/l-endettement-cache-de-la-france-par-denis-dessus_1342858_3232.html
l'economie au risque du KO
http://www.lesechos.fr/info/analyses/020494772756-l-economie-au-risque-du-ko.htm

Quant à la paix civile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   30/4/2010, 18:03

olivier delamarche mardi 27/01/2010 sur bfm
http://www.dailymotion.com/video/xd4wzn_olivier-delamarche-mardi-27-avril-2_news

AFP le 30/04/2010 à 17:59 Un produit financier plombe les HLM de Lyon de près de 50 millions d'euros :

L'organisme gestionnaire des HLM de Lyon, la Sacvl, a perdu 47 millions d'euros à cause d'un produit financier "toxique" souscrit lors de la crise financière, une dette qui sera en partie épongée après un accord vendredi, a-t-on appris auprès de son conseil d'administration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   1/5/2010, 10:46

sur AFP ce matin


Grèce : 1er mai sous tension dans l'attente d'un accord imminent

Les traditionnels défilés du 1er mai s'annonçaient samedi sous haute tension à Athènes, dans l'attente d'un accord imminent sur le plan de sauvetage de la Grèce, qui devrait se traduire par une cure d'austérité sans précédent d'ores et déjà dénoncée par les syndicats.

Tout semble indiquer que les négociations dans la capitale grecque entre les Européens, le Fonds monétaire international (FMI) et la Grèce seront achevées samedi et qu'un accord sera annoncé dimanche matin par le gouvernement, a déclaré à l'AFP une source proche des pourparlers.

Le Premier ministre Georges Papandréou a par avance tenté de faire accepter à ses concitoyens les nouveaux sacrifices exigés par les négociateurs internationaux pour permettre au pays de continuer à rembourser sa dette colossale. Il a invoqué vendredi devant le Parlement la "survie de la nation" pour justifier des économies "nécessaires".

Selon des syndicalistes, ces économies pourraient atteindre 25 milliards d'euros en deux ans, pour ramener le déficit public des bas-fonds qu'il a atteints l'an dernier, autour de 14% du produit intérieur brut (PIB), à environ 4% fin 2011. Il s'agirait d'un effort de rigueur sans équivalent dans la zone euro.


Les syndicats se disent prêts à batailler contre cette thérapie de choc, notamment contre les coupes salariales envisagées et la réforme annoncée des retraites. Ils entendaient faire du 1er mai un test avant la grande grève générale des secteurs public et privé prévue mercredi.

Trois cortèges et plusieurs milliers de manifestants étaient attendus samedi dans le centre d'Athènes: celui du front syndical communiste (Pame), celui des grandes centrales syndicales du secteur public (Adedy) et privé (GSEE), et enfin celui de la mouvance anarchiste.

"Le pays ne peut pas sortir de la crise si la société doit faire face à une chute brutale de son niveau de vie la ramenant 50 ans en arrière", a protesté le président de l'Adedy Spyros Papaspyrou, à l'issue vendredi soir d'une rencontre avec des ministres.

Des manifestations étaient également prévues dans les grandes villes du pays, dont Salonique (nord).

Samedi matin, quelques dizaines de policiers commençaient à se déployer place Syntagma, au coeur d'Athènes, prêts à intervenir en cas de débordements.

Selon un sondage publié samedi, 51,3% des Grecs sont désormais décidés "à descendre dans la rue" contre de nouvelles mesures d'austérité. Mais, signe de la volatilité de l'opinion, un autre sondage montrait au même moment que 62% sont hostiles aux mobilisations organisées ces derniers mois par les syndicats.

Le 1er mai intervient à la veille d'une journée cruciale pour le sauvetage financier de la Grèce, qui affirme ne plus être en mesure d'emprunter les fonds nécessaires pour continuer à rembourser sa dette colossale.

Le ministre des Finances Georges Papaconstantinou a affirmé que les tractations étaient "très proches d'un accord positif", et sa collègue de l'Education Anna Diamantopoulou a précisé que leur "résultat final" serait connu dimanche. Un optimisme relayé à Bruxelles.

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a d'ailleurs convoqué dimanche à 14H00 GMT une réunion avec ses homologues pour discuter de l'accord.

Une fois validé par les ministres, le déclenchement de l'aide doit en principe être autorisé par les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro, probablement lors d'un sommet le 7 ou le 8 mai.

L'aide à la Grèce prévoit pour la première année 45 milliards d'euros, sous forme de prêts bilatéraux des pays de la zone euro (30 milliards) et d'un soutien du FMI (15 milliards). Mais des parlementaires allemands ont évoqué une aide triennale allant jusqu'à 120 milliards.

Plus gros contributeur du plan d'aide européen (8,4 milliards la première année), l'Allemagne, encore réticente il y a quelques jours, devrait décider du déblocage des fonds vendredi prochain, une fois que son Parlement aura donné son aval.

Paniqués en début de semaine par un risque de défaut de paiement de la Grèce et, surtout, par la menace d'une contagion de la crise à d'autres maillons faibles de la zone euro, comme le Portugal ou l'Espagne, les marchés se sont calmés ces derniers jours. Et l'euro a retrouvé quelques couleurs.

**************************************************

La Grèce pourrait rester pendant 10 ans sous contrôle du FMI :

La Grèce, qui devrait accepter dès dimanche un accord sur un plan de sauvetage international pour sortir de sa crise financière, pourrait rester pendant 10 ans sous contrôle du Fonds monétaire international (FMI), selon le magazine allemand Spiegel.

Le FMI, qui négocie actuellement aux côtés des Européens les conditions d'austérité imposées à Athènes en échange d'une aide massive, "se prépare à rester 10 ans dans le pays, jusqu'à ce que les réformes économiques soient réalisées et portent leurs fruits", selon le magazine à paraître lundi qui ne cite pas ses sources.

L'accord en vue prévoit des prêts de la zone euro et du FMI atteignant jusqu'à 45 milliards d'euros la première année, dont 30 milliards pour les pays ayant adopté la monnaie unique.

Pour les trois premières années du plan de sauvetage, le FMI consentirait 27 milliards d'euros à la Grèce.

Des parlementaires allemands ont évoqué une aide globale allant jusqu'à 120 milliards d'euros sur trois ans, qui permettrait selon plusieurs économistes d'écarter le spectre d'un défaut de paiement de la Grèce sur le moyen terme.

**********************************************

Crise grecque : accès de fièvre sur les marchés, qui attendent du concret

Les marchés financiers ont vécu une semaine folle, secoués par la déroute de la Grèce et les craintes d'une contagion à d'autres maillons faibles de la zone euro, et la perspective d'un sauvetage imminent du pays n'a pas encore totalement rassuré.

La cacophonie européenne a mis en émoi les marchés, l'Allemagne se montrant une fois de plus réticente à aider la Grèce, alors qu'elle a une échéance électorale importante le 9 mai.

Résultat: dès le début de la semaine, les taux auxquels Athènes se refinance sur le marché obligataire, où se joue le sort de la dette grecque, ont grimpé à de nouveaux niveaux record. Signe d'une réelle inquiétude quant à l'avenir proche, les taux à court terme ont dépassé le niveau de ceux sur le long terme.

Ce climat a atteint son apogée mardi quand l'agence de notation Standard & Poor's a dégradé la note de la dette du Portugal --vu comme le deuxième maillon faible de la zone euro-- avant de donner le coup de grâce en reléguant la dette de la Grèce dans la catégorie des investissements spéculatifs.

Les Bourses européennes ont alors violemment décroché, les actions des banques ont plongé et même Wall Street, jusque-là peu sensible aux déboires de la Grèce, a accusé le coup.

Victime logique de cette débandade: la monnaie unique européenne a atteint mercredi son plus bas niveau depuis fin avril 2009, à 1,3115 dollar, avant de se reprendre en fin de semaine.

Mais c'est évidemment sur le marché de l'assurance et de la dette que les angoisses ont été les plus manifestes.

Ainsi, les CDS, ces produits qui couvrent les risques de faillite, ont connu des niveaux jamais vus pour certains pays fragiles de la zone euro. La Grèce est devenue le pays le plus risqué, derrière l'Argentine et le Venezuela.

Quant aux taux obligataires, ils se sont envolés, empêchant la Grèce d'emprunter sur les marchés et pénalisant ses voisins. Les taux grecs à 10 ans ont dépassé les 11% et ceux à 2 ans ont atteint les 18%, une première pour un pays de la zone euro.

La perspective d'un accord rapide a toutefois semblé calmer les places financières en fin de semaine.

"Il y a eu une pause, après que les Bourses ont enregistré des baisses complètement délirantes, mais cela ne préjuge pas de ce qui va se passer la semaine prochaine", prévient Benjamin Carton, économiste au Centre d'Etudes prospectives et d'Informations internationales (CEPII).

"On en est à un tel point de fébrilité que l'histoire peut aussi bien se calmer que continuer", ajoute-t-il.

L'issue des négociations entre les différentes parties, espérée pour ce week-end, sera en tout cas cruciale, assurent les économistes.

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a convoqué une réunion de l'Eurogroupe dimanche après-midi.

Selon l'économiste du CEPII, il est à craindre "que les marchés ne soient pas convaincus par l'annonce du déblocage de l'aide et par le fait que la Grèce pourra mettre en oeuvre son plan de stabilisation".

"On ne sait pas du tout si elle est capable de le faire. On en est encore au stade des paroles", a asséné M. Carton, alors que l'UE et le FMI ont demandé à Athènes de réduire drastiquement ses déficits.

Marc Touati de Global Equities a toutefois relativisé l'impact de la crise grecque sur les marchés: "les investisseurs se soucient de moins en moins de la zone euro". quel MENTEUR
*********************************
sa commence au Portugal

3 grosses banques de Porto Rico en faillite dont le FDIC aurait perdu plus de 5 milliards de dollard



en attendant :
-Préparation psychologique personnelle.
- préparation de la famille et des amis.
- avoir des métaux précieux et un peu de cash.
- des réserves d'eau et de nourriture
- prévoir un plan pour fuir à la campagne.
- se cultiver, énormément se cultiver pour être lucide et arriver à distinguer le vrai du faux.
- pour les plus motivés, apprendre les bases de l'agriculture afin d'être autonome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   3/5/2010, 11:32

Crise grecque : Athènes prépare un traitement de choc :
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/04/30/04016-20100430ARTFIG00398-crise-grecque-le-traitement-de-choc-.php

*******************
gréce la retraite (pour ceux qui espère encore) passe de 53 a 67 ans
après les bonnes news de ce dimanche
gèle des salaires des fonctionnaire
TVA augmentée de 23%( +10% si mes souvenirs sont bon )
gèle des retraites

la grèce est le teste de la zone pour pouvoir appliqué des mesures a tous les autres pays


je vous laisse voir ici pour rigoler un peu geek
http://www.rtlinfo.be/info/economie/monde/485991/crise-economique-en-grece--c-est-bien-pour-le-peuple-


*************************
chez AFP
monétisation de la dette fallait s'y attendre

La BCE prend une mesure inédite pour soulager la Grèce et les banques :

La banque centrale européenne a annoncé lundi qu'elle allait accepter les titres de dette grecque en garantie de ses prêts, quelle que soit leur notation financière, une mesure inédite qui devrait soulager la Grèce et les banques de la zone euro.

La BCE a levé "jusqu'à nouvel ordre" toute condition relative à la notation de crédit pour les titres de dette grecs qu'elle accepte en contrepartie de prêts, dits "collatéraux", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Les collatéraux sont les titres de dette que les banques de la zone euro fournissent à la Banque centrale européenne en échange de leur refinancement.

Cette suspension, une première dans l'histoire de l'institution de Francfort "s'applique à tous les instruments de dette nouveaux ou existants produits ou garantis par le gouvernement grec", indique-t-elle.

La BCE a pris cette mesure en considération des mesures d'économies décidées par la Grèce "et de la forte résolution du gouvernement grec pour le mettre en oeuvre totalement".

En janvier, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, avait exclu tout assouplissement de ses règles sur les collatéraux pour aider un pays en particulier. Depuis le début de la crise financière, la banque centrale avait toutefois déjà revu ses règles, mais pour l'ensemble de la zone euro.

La semaine dernière l'agence de notation financière Standard & Poor's a dégradé la notation de la dette grecque, la ramenant dans la catégorie spéculative, celle des émetteurs d'obligations "pourries".

La mesure de la BCE permet donc aux banques possédant des obligations grecques de continuer à obtenir du crédit auprès d'elle malgré la dégradation de leur notation financière.

La Grèce a annoncé dimanche une cure d'austérité sans précédent sur trois ans, contrepartie d'une aide internationale massive d'environ 110 milliards d'euros destinée à sauver Athènes de la faillite tout en évitant une contagion de la crise à d'autres pays fragiles de la zone euro.


******************************
bref résultat inflation, augmentation des taux bancaires, baisse des taux livret A assurance vies ...cours de l'or qui va explosez baisse de l'immobilier..... vous connaissez la suite... boum bada boum...

réapprenez a vivre en communauté
petit topo :
http://www.dailymotion.com/video/xd0rok_abourayan-face-a-la-crise-sunir-ou_news

*****************
celle ci spécial shoahannas pour dieudo Twisted Evil

AFP le 03/05/2010 à 11:34

La France ne perdra pas d'argent en prêtant à la Grèce et devrait même en gagner :

"La France, comme les autres pays de l'Eurogroupe, va prêter à la Grèce, on ne fait pas un don ou une subvention. On prête au taux d'à peu près 5% à taux fixe", a souligné lundi la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.
Sur trois ans, les prêts français atteindraient 16,8 milliards d'euros au total.

Pour 2010, la France devrait contribuer à hauteur de 6,3 milliards d'euros, comme le collectif budgétaire (version rectifiée du budget) qui doit être examiné cette semaine par le Parlement le prévoit.

on s'en sort déja pas en france cheers
c'est comme reboucher un trou en creusant un trou dedans

***********
ENORME
le marché de l'or est une pyramide de ponzi
http://www.gata.org/node/8478
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fermetabush

avatar

Nombre de messages : 359
Age : 41
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   3/5/2010, 19:39

puuuuutéé Shocked

J'aime bien dans le titre de l'article de rtlinfo.be "Un Grec vivant en Belgique estime que c'est une bonne chose." genre "on en a trouvé un, on en a trouvé un, c'est une bonne décision !" albino

Merci beaucoup ratman pour toutes ces infos sourcées que tu prends le temps de compiler et de poster !
ça c'est du bon partage sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   3/5/2010, 19:58

"On va beaucoup parler du bancor dans les mois qui viennent, assure Paul Jorion. Il intéresse en particulier les Chinois, qui veulent se débarrasser de leurs montagnes de dollars."

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/05/03/le-temps-du-bancor-par-franck-nouchi_1345954_3232.html


Avant son procès, Kerviel dénonce la Société générale

http://www.liberation.fr/economie/0101633136-avant-son-proces-kerviel-denonce-la-societe-generale


ferme ta bush j'essaie de faire ce que je peut pour le bien de tous Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fermetabush

avatar

Nombre de messages : 359
Age : 41
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   3/5/2010, 20:04

ratman a écrit:

ferme ta bush j'essaie de faire ce que je peut pour le bien de tous Rolling Eyes
Tu vas nous aider à émettre des bons du Trésor "novusordoseclorum.discutforum.com" ??? What a Face

désolé jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   4/5/2010, 11:30

marc faber prédit un crack économique en chine dans les 12 mois

une moyenne de quatre entreprises irlandaises vont au mur des fusiliers tous les jours.

un total de 532 faillite a été enregistré jusqu'à présent cette année une augmentation de 27 % comparé a 2009 environ 125 faillite au mois d'avril


http://www.irishexaminer.com/breakingnews/ireland/four-companies-closing-every-day-456200.html#ixzz0mt7hBVjG


les états unis peuvent limité la perte de BP dans le versement des indemnité des salaires " souffrance " économique de la cote ....
http://www.cleveland.com/newsflash/index.ssf?/base/national-17/127292318219580.xml&storylist=washington


Australie à imposer l'impôt de 40% sur l "bénéfices" des entreprises relatifs aux ressources

http://www.todayonline.com/Business/EDC100503-0000077/Mine-our-resources?-Then-pay-the-taxman


AFP le 04/05/2010 à 11:00
La Grèce s'expose à la faillite si elle ne respecte pas son programme, selon l'Allemagne

fonctionnaire grec pas content
"Il va être très difficile de convaincre les gens que la facture sera bien payée par les responsables et par ceux qui en ont les moyens mais ne paient pas", écrit le quotidien de centre droit Eleftheros Typos"

"RÉVOLTEZ-VOUS"
Des militants du Parti communiste grec ont déployé une banderole sur les murs au pied de l'Acropole avec l'inscription "Peuples d'Europe - Révoltez-vous".

http://www.lesechos.fr/info/inter/reuters_00249508-les-fonctionnaires-grecs-entament-une-greve-de-48-heures.htm

attali l'état mythomane
http://www.attali.com/fr/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_force

avatar

Nombre de messages : 477
Age : 106
Localisation : TATOUINE
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   4/5/2010, 18:19

se révolter........

L'affrontement ultime arrivera en temps et en heure à l'image de Jeanne d'Arc pénétrée de la Force suprême de l'Archange Saint Michel mais avant cela, nous qui profitons du système avec les prêts, la bourse, l'épargne par l'usure (vous savez se que cela entraine dans le monde: la faim) nous devons nous remettre en cause nous même de façon à faire se désintégrer la matrice factice qui est à l'intérieur de la matrice divine qui elle est basée sur l'être et non le paraître (par-être)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   5/5/2010, 11:06

grève générale en grece sa chie dur


l'euro est a 1.29 face au dollard

7 banques en plus en faillite dont 4 espagnoles


Martin Wolf a écrit dans le Financial Times: un renflouement de la Grèce n'est que le début

U.S.A : Le crédit immobilier est nationalisé selon le wallstreet journal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef



Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: La crise et tout ce que nous ne suspectons même pas   6/5/2010, 00:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   6/5/2010, 12:47

désolé je sais pas comment inséré une image

http://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2010/05/dette-europe-toile.jpg

amusez vous cheers

*************************

Grèce, Portugal : les taux montent

L'étau se resserre autour de la Grèce et du Portugal, l'Espagne pouvant peut-être à terme intégrer le trio perdant.

Les rendements des obligations d'Etat n'en finissent pas de grimper, rendant toute opération d'emprunt difficile pour ces deux nations lourdement endettées, mais tout de même très "attractive" pour tout entité ou pays désireux de prêter moyennant contre-partie avantageuse tels que remboursement en partie garanti par l'UE ou le FMI, voire des promesses d'achats de biens ou des services. "Aide" de la Deutsche Bank moyennant l'achat de sous-marins construits par Thyssenkrupp .... ? Qui sait ... A surveiller également de près : les banques américaines et les Etats-Unis.

A 12H35 (10H35 GMT), le taux concernant les obligations d'Etat grecques à 10 ans progressait ainsi mercredi à 9,755% contre 9,168% la veille en fin de journée.

Les rendements à 2 ans demeurant quant à eux à des niveaux extrêmement élevés s'établissant à 14,301%, contre 13,577% mardi soir.

Les rendements 10 ans du Portugal approchaient pour leur part 5,601% contre 5,386% la veille au soir.

En ce qui concerne l'Espagne, les obligations d'Etat 10 ans sont désormais associées à un rendement de 4,127%, correspondant certes à une légère hausse par rapport aux 4,113% observés la veille au soir. Ce taux ayant alors largement grimpé sous le fait de "rumeurs" - que certains pourraient considérer comme spéculatives - laissant entendre que l'Espagne pourrait demander à l'aide auprès du FMI.
Si l'on voulait plomber l'euro pour tenter de contre-carrer à sa manière la crise des banques américaines, on ne s'y prendrait pas autrement.
*******************************************

L'euro à 1,25 dollar «dans les jours qui viennent»
http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2010/05/05/04004-20100505ARTFIG00511-l-euro-a-125-dollar-dans-les-jours-qui-viennent.php
*********************************
Fillon: les dépenses de l’Etat seront « gelées » pour les années 2011 à 2013

Les dépenses de l’Etat seront « gelées » pendant les trois années à venir, a annoncé jeudi François Fillon dans un communiqué à l’issue d’un séminaire gouvernemental consacré à la lutte contre le déficit public.

http://lci.tf1.fr/filnews/economie/fillon-les-depenses-de-l-etat-seront-gelees-pour-les-annees-2011-5843418.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   9/5/2010, 19:27

Jaques Attali : "La crise ne fait que commencer"

http://www.youtube.com/watch?v=1ExMyo74D8I
écoutez le titre de son nouveau bouquin trés évocateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   10/5/2010, 11:36

L’Italie, nouveau bouc émissaire des marchés

Des rumeurs, selon lesquelles Standard & Poor’s menacerait de dégrader la note de la dette souveraine italienne, ont suffi à faire plonger la Bourse de Milan de plus de 4%, hier.

Après la Grèce, le Portugal et l’Espagne, la Péninsule serait donc la dernière cible en date des agences de notation et, surtout, des investisseurs.

Pour autant, la situation italienne est-elle aussi critique que celle de la Grèce ou est-ce que les marchés transalpins conservent encore un quelconque intérêt pour vous, investisseur particulier ?

***************************
marx keiser
«Capitalistes» du monde entier célèbrent le plus grand renflouement de l'histoire!

* Plan de Sauvetage Européen: € 440 milliards de dollars par paie la zone euro, € 250 000 000 000 du CGI; € 60000000000 budget de l'UE du

Stocks *, l'euro plein essor sur le plan de sauvetage européen des stocks, de l'euro sur le plein Essor plan de Sauvetage Européen

* Fed ouvre une ligne de crédit en Europe, suppose que nous savons où ils sont emprunts que près de $ 1000000000000. Fed Ouvre UNE ligne de crédit en Europe, suppose Québec Où Savons UNO ILS SONT Emprunts près de Québec 1000000000000 $. . . . .
**********************

Gerald Celente avertit WWIII si Israël attaque l'Iran

****************************

Des refuges de papier
Face au krach obligataire Grec, certains marchés obligataires ont fait le plein. Le TNX est notamment redescendu a 3.4%, empêchant la validation de l'ETEI hebdomadaire (cf seuil des 4% déja évoqué). Le schéma classique de refuge des obligations fonctionne dans les pays pour lesquels le marché estime que la situation est suffisament saine, ou pour lesquels le marché des obligations est directement manipulé par la banque centrale ($,Livre,Yen).

Il en est de même pour les obligations Françaises et Allemandes. Les piliers de l'Euro ne sont donc en rien menacés à court terme. C'est encore et toujours l'absence de marché obligataire commun qui crée la faiblesse structurelle de la zone Euro. A titre de comparaison, c'est un peu comme si la quasi faillite de la Californie avait fait vaciller le $ Américain.

Le message que semblent délivrer les dirigeants européens est que la cure d'austérité est inévitable. Cela rejoint mes anticipations de fin 2009 d'une coupe dans les déficits publics. Ces propos ne permettent cependant pas de répondre à la question des états les plus fragiles de la zone euro, qui risquent de ne pas s'en sortir même avec une réduction des dépenses de 50% ! La croissance faible empêchera de rembourser les intérêts de la dette aux taux actuels (Grèce, Portugal). La BCE devra donc choisir entre faire payer les autres pays, monétiser partiellement les dettes des pays les plus en difficulté, ou encore les exclure de la zone euro.

Les limites des politiques de rachat de dette publique

Les limites des politiques de rachat de dette publique dépendent largement des attitudes des autres blocs monétaires. Si chacun monétise ses dettes a tour de rôle dans les mêmes proportions, cela ne se voit pas nécessairement, excepté sur le marché de l'or. Le cas de l'Angleterre est complexe car elle ne bénéficie pas de la stabilité budgétaire de l'Allemagne. La première vague de monétisation a entrainé une forte dévaluation de la livre. Le manque de visibilité politique actuel pourrait avoir un effet négatif dans les prochaines semaines. De plus, le choix de politiques d'austérités en zone Euro va clairement à contre sens des politiques anglo saxonnes. Cette divergence (pour l'instant (*)!) sur les remèdes à la question des dettes publiques pose problème. Les Américains et les Anglais devront adopter une position claire et cohérente avec celle de l'Europe.

(*) : en 2008 la BCE refusait aussi de baisser ses taux courts...

****************************************
M.Stiglitz était conseiller du gouvernement grec .

Il y a quelque temps il conseillait m. Sarkozy.

C’est vraiment l’économiste de référence .

Sitglitz a aussi été économiste en chef de la Banque Mondiale et avait démissioné quand il avait vu que loin d’aider les pays en crise, le FMI recopiait l’anayse néo-libérale financiarisée américaine et amplifiait en fait les crises économiques en les forçant à s’ouvrir en catastrophe à la Mondalisation financiarisée.

http://www.youtube.com/watch?v=_gTvzpZV6kY&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités economique sur l'apocalypse financier.   11/5/2010, 12:00

marc faber ( pardon pour la traduc )
Ce serait une erreur de penser que le plan de sauvetage est en fait un renflouement de la Grèce
La BCE a parlé plus belliciste que la Réserve fédérale, mais fondamentalement, ils sont tous les imprimeurs de billets. Certains sont de mieux en mieux, et plus vite et ont des machines plus efficaces que les autres sont plus lents mais, fondamentalement, les banques centrales, elles courent un papier et d'impression.

Et ce serait une erreur de penser que le plan de sauvetage est en fait un plan de sauvetage de la Grèce. La Grèce est une radiation. Tu ne peux pas avoir le genre de dette de la Grèce a l'huile d'olive sur le revenu. Ils n'ont pas d'industries à proprement parler. Ils ont d'expédition, mais l'expédition industy ne paient pas d'impôts en Grèce.

Donc, fondamentalement, le plan de sauvetage est en fait un plan de sauvetage de la BCE elle-même parce qu'ils ont déjà beaucoup de papier de l'Espagne, le Portugal et la Grèce dans leur portefeuille et un renflouement des banques en Europe. Ils ont prêté de l'argent à la Grèce, l'Espagne et le Portugal, ils sont donc tous dans le même bateau.

Bloomberg

******************************

Encore quelqu'un qui ne croit pas au "plan de sauvetage de la Grèce"

... Et ce n'est pas n'importe qui puisqu'il s'agit du très respecté Konrad Hummler, président de l'association des banquiers privés suisses:

Au lieu de garantir l’ingarantissable, il serait préférable d’exécuter une restructuration de la dette à long terme, et de compléter les règles de Maastricht par des dispositions fixant les procédures pour des participants au système euro en défaillance et leurs créanciers.

Compte tenu de la crise de confiance grandissante, il est désormais grand temps de définir des règles en matière de faillite et d’assainissement des Etats au sein de l’Union européenne. Quoi qu’il en soit, les investisseurs ont tout intérêt à se méfier des assurances données par le monde politique et à ne pas se fier aux prétendues garanties.

-------------------------------
Toute la grande presse célèbre le "plan de sauvetage" européen, salué comme une véritable avancée communautaire sur la voie de la stabilisation économique. Mais en ligne, quelques voix dissonantes se font déjà entendre...
-----------

"Le plan européen, un simple répit" - P. Herlin


(...) Mais dans le plan mis en place de week-end par les pays de l’Union européenne, il n’y a que la carotte (750 milliards d’euros, 500 de l’UE et 250 du FMI) mais pas le bâton ! Il n’y a pas de contrôle direct des finances du pays et un plan d’ajustement structurel comme le pratique le FMI. On est donc dans une fuite en avant qui consiste à déplacer le problème des dettes des pays européens vers une dette européenne. L’union européenne qui n’avait jusqu’ici pas le droit d’emprunter va pouvoir le faire, c’est un précédent dangereux (surtout si en plus elle utilise cette possibilité pour financer son propre budget…). Deuxième élément gravissime : la BCE va monétiser la dette des Etats !

Comment ces gens peuvent il prétendre défendre l'Euro en en sapant un à un tous les fondamentaux ?

----------

Monétisation: c'est partiiii !

(bloomberg) - Euro-area central banks said they are buying government bonds as part of a program to counter a sovereign debt crisis and defend their common currency. “We confirm that we are buying today,” said a spokesman for Germany’s Bundesbank in Frankfurt. The Bank of France and Bank of Italy also said they have started purchasing government bonds. The European Central Bank, which announced the unprecedented initiative at 3:15 a.m. this morning, declined to comment.

Défendre l'Euro en l'imprimant ? Intéressante révolution conceptuelle...
*******************************
Pendant ce temps, chez Dracula... :

Le président roumain Traian Basescu a annoncé jeudi des mesures d'économie draconiennes dont une baisse de 25% des salaires du secteur public et de 15% des allocations chômage et des retraites pour éviter un dérapage du déficit dans ce pays en crise qui bénéficie de l'aide du FMI.

************************
mise a jour en vidéo
http://www.dailymotion.com/video/xd9b0k_attention-a-l-or_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Actualités economique sur l'apocalypse financier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 26Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 14 ... 26  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Quand mon retour provoque l'apocalypse...
» mort de l'euro
» Les tapisseries de l'Apocalypse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Divers-
Sauter vers: