Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Procès Polisson-Dieudo, premier compte-rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Procès Polisson-Dieudo, premier compte-rendu   24/9/2009, 07:29

Procès Polisson-Dieudo, premier compte-rendu. Un procureur sioniste requiert un an avec sursis contre le défenseur de la liberté d'expression.
inv
Premier compte rendu du procès Dieudonné/Faurisson du 22 septembre 2009, rapporté par un assistant à l'audience.
Le procès s'est déroulé à partir de 13H30: d'un commun accord entre les parties, les deux affaires sont traitées en une seule audience.
En réalité, pendant tout l'après-midi il ne sera guère question du Pr Faurisson qui, à la demande de son avocat, n'est pas présent. Le procureur, Mme de Fontette, semble en être soulagée: "Le vieil homme n'est pas ici", dit-elle avec satisfaction.


L’après-midi commence par l’enregistrement des parties-civiles: huit en tout! Le dénommé Boüard, original bien connu de la XVIIe chambre et qui se présentait comme intervenant volontaire pour la défense de Faurisson, est évincé et même expulsé manu militari.


Le président fait projeter l'enregistrement vidéo du sketch du Zénith.
Puis a lieu l’interrogatoire de Dieudonné: remarquable! On comprend tout de suite que le président Nicolas Bonnal compte le juger sur ses intentions et non pas sur les faits. Dieudonné est aussi à l’aise dans le prétoire que sur scène, mouchant les avocats adverses et montrant au président sa commisération d’avoir à juger une telle affaire et de lui faire perdre son temps.


Quelques échanges:
- Le Pdt: Pourquoi avoir invité Robert Faurisson? Réponse: J'ai servi un attentat humoristique.
- Le Pdt: Quelle est la symbolique de la quenelle? Réponse: J'ai lancé le mot il y a à peu près un an; glisser une quenelle dans le fondement des médias.
Quelques phrases de Dieudonné:
- Mettons fin à cette "hystérie" qui voit de l'antisémitisme partout.
- Je suis le baromètre de la démocratie.
- Je me suis livré à un acte de subversion en invitant les infréquentables. Je vous préviens dès maintenant que je le referai avec un autre infréquentable, l'homme à la chaussure (l'Iraken qui a jeté sa chaussure à la tête de Bush).
Deux mots sont souvent repris, tant par le président que par Dieudonné: "insolence" et "provocation". Mais où est le délit?


Ensuite c'est le tour des plaidoiries des 8 parties civiles, qui, elles, sont plus que lamentables: évidemment aucun argument mais seulement des pleurs, des lamentation et des violons... et surtout de la haine, qui s’est traduite dans la bouche du bâtonnier Charrière-Bournazel par des mots orduriers adressés aux supporters de Dieudonné dans la salle, tels “éboueurs” et “ordures”...


Puis c'est la plaidoirie de Me Bastardi Daumont, du Barreau de Nice, avocat du Pr Faurisson, qui commence à peu près ainsi: "Ici on ne fait pas de droit; moi, je vais faire du droit". Sa plaidoirie, bien charpentée, est fondée uniquement sur le droit et la notion d’injure. Belle prestance, belle voix, une belle autorité malgré son jeune âge. Sa plaidoirie ne durera que 10 minutes.
C'est ensuite le tour de la longue plaidoirie de l'avocat de Dieudonné.
Comme il est de règle, la parole est donnée en fin d’audience à Dieudonné qui déclare: "Je répète que je ne vois pas ce que je viens faire ici, devant tous ces avocats geignards."


Entendu à cette occasion:
- L'avocat de la LICRA, Me Jacubowicz, parlant de Dieudonné à une journaliste dans la salle des pas perdus: "C'est une gifle à la justice: il ne joue pas le jeu du justiciable!"
- Quelqu'un ayant assisté à l'audience demande à Me Bastardi Daumont: "Cela ne vous gêne pas, au sein de votre Barreau, d'assurer la défense de Robert Faurisson?" Réponse: "Non, pas du tout. Je me spécialise dans les affaires pénales, ça m'intéresse et je suis fier d'avoir assuré cette défense."

Jugement le 27 octobre 2009

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkVFZEkkuEetkNLPpl.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Face au juge, Dieudonné plaide "l'attentat humoristique"   25/9/2009, 07:44

LE MONDE | 23.09.09 | 14h40



"Je ne comprends pas pourquoi je suis là." Dieudonné M'Bala M'Bala jure ses grands dieux qu'il n'a rien à se reprocher dans l'affaire qui l'amène, mardi 22 septembre, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Si M. M'Bala M'Bala est là, c'est pour ce qui s'est passé le 26 décembre 2008, à la fin de son spectacle au Zénith de Paris. Il avait fait monter sur scène son technicien et assistant Jacky, revêtu d'un pyjama ample et flanqué d'une étoile jaune avec la mention "Juif". Le technicien avait remis un prix de "l'infréquentabilité" - matérialisé par un chandelier et des pommes - à Robert Faurisson, auteur négationniste, condamné à plusieurs reprises pour "contestation de crimes contre l'humanité".
Sur le même sujet

Le parquet poursuivait M. M'Bala M'Bala pour "injures raciales", tandis que sur plainte de la Licra - représentée par le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel et Me Alain Jakubowicz -, il était également cité à comparaître avec M. Faurisson - absent à l'audience - pour "contestation de l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité".

Devant le tribunal, tout en reconnaissant sa volonté de "provoquer et de choquer", M. M'Bala M'Bala a invoqué la liberté de l'artiste en assurant que ses provocations étaient destinées aux journalistes. "C'était un spectacle, une oeuvre humoristique, il y a un jeu avec les médias, je leur ai servi un attentat humoristique à ma sauce." Avant d'ajouter : "Leur hystérie à voir de l'antisémitisme partout me paraît suspecte et obscène. (...) Je suis le baromètre de la liberté d'expression."

Tant le président que les huit parties civiles (notamment, outre la Licra, la LDH, le MRAP, SOS-Racisme et l'Union des étudiants juifs de France) ont tenté, en vain, de lui faire expliciter le sens de cette "prestation scénique".

Pourquoi Robert Faurisson ? "Pour moi, il niait Goré (l'île du Sénégal d'où partaient les bateaux négriers durant la traite), c'était suffisant (en termes d'infréquentabilité)."

Pourquoi, alors, le pyjama et l'étoile jaune ? "Parce que c'était le costume de scène (de son assistant) depuis plusieurs mois, son habit de lumière." Pourquoi le chandelier et la pomme ? "C'est ce qu'il y avait dans la loge." "Ce n'est pas ce que vous nous disiez tout à l'heure, c'est soit de la provocation, soit les moyens du bord, vous naviguez, on ne comprend plus", lui répond le président du tribunal, Nicolas Bonnal.

Le parquet a requis un an de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende. Jugement le 27 octobre.

Abel Mestre et Caroline Monnot
Article paru dans l'édition du 24.09.09.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Procès Polisson-Dieudo, premier compte-rendu   25/9/2009, 19:13

Il joue un jeu dangereux, mais chacune de ces victoires offre un peu plus de lumière et d'espoir, sur la liberté d'expression, en France.
Revenir en haut Aller en bas
 
Procès Polisson-Dieudo, premier compte-rendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compte rendu "Prise de contact" du 24
» compte rendu oral de culture gé conservateur territorial
» pelviscanner... compte rendu
» compte rendu - école - secret pro....
» Compte rendu de bilan psychologique pas clair !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: