Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique de la fin annoncée du dollar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    12/11/2009, 13:12

Dans l'article précédent de l'AFP il y a une erreur et au lieu de lire "culminant à 1.213,38 dollars ce jeudi." il fallait lire "culminant à 1.123,38 dollars ce jeudi.".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Dollar faible: les Etats-Unis ne peuvent pas faire grand chose (Zoellick)   13/11/2009, 10:21

vendredi 13 novembre 2009 04h34



Dollar faible: les Etats-Unis ne peuvent pas faire grand chose (Zoellick)


Les Etats-Unis ne peuvent pas faire grand chose pour lutter contre la dépréciation du billet vert si ce n'est restaurer la croissance de leur économie, a déclaré vendredi à Singapour le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick.

"La valeur du dollar dépendra en partie de la confiance dans les actifs libellés en dollar, cela dépend donc de la perception de la reprise américaine et de la valeur de ces actifs", a déclaré M. Zoellick lors d'un débat en marge du Forum économique Asie-Pacifique (Apec) qui se tient à Singapour.

"Etant donné le rôle joué par le dollar, franchement, il n'y a pas grand chose à faire si ce n'est tenter d'appliquer une politique saine et restaurer la croissance de l'économie américaine", a-t-il ajouté.

Présent à Singapour, le secrétaire américain au Trésor, Tim Geithner, a réaffirmé jeudi, comme la veille à Tokyo, qu'un dollar fort était "très important" pour les Etats-Unis.

Il a reconnu que, en raison du poids de l'économie et de la monnaie américaines, "nous avons une responsabilité particulière d'être une source de stabilité".

Les responsables américains défendent traditionnellement le dollar fort mais n'ont rien fait pour arrêter son érosion, qui contribue à stimuler les exportations américaines.

Les dirigeants d'Asie-Pacifique ont publiquement exprimé jeudi leur inquiétude face à la chute continue du dollar et la sous-évaluation chronique du yuan chinois, un phénomène conjugué qui risque de peser sur la reprise.


Source :
http://www.daily-bourse.fr/dollar-faible-les-etats-unis-ne-peuvent-pas-faire-Feed-AFP091113043428.j998u7z3.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Le métal jaune a atteint ce lundi un nouveau record historique, porté par la défiance vis-à-vis du dollar et par les achats des banques centrales.   16/11/2009, 10:10

lundi 16 novembre 2009 09h09



L'or dépasse les 1.130 dollars l'once


Le métal jaune a atteint ce lundi un nouveau record historique, porté par la défiance vis-à-vis du dollar et par les achats des banques centrales.

L'or continue de voir son cours progresser, volant de record en record depuis plus d'un mois et demi. Ce lundi 16 novembre, l'once de métal jaune s'est échangée à Hong Kong contre 1.131,50 dollars américains, soit le prix le plus élevé jamais enregistré sur le marché.

Ce nouveau record a été établi alors que la défiance des investisseurs vis-à-vis du dollar se poursuit. Ce lundi, l'euro gagnait du terrain face au dollar (+0,45%), à 1,4979 dollars.

Cette faiblesse persistante du dollar encourage les banques centrales à diversifier leurs actifs de réserves, et à augmenter leurs réserves d'or. L'Inde et le Sri Lanka ont recemment procédé à des achats massifs du plus précieux des métaux. L'Inde s'est procuré 200 tonnes d'or, via le Fonds monétaire international, au début du mois. Le Sri Lanka a pour sa part augmenté ses réserves d'or de 5,3 tonnes en septembre.

Bien qu'inscrites ces derniers jours dans un schéma haussier, l'incertitude qui plane sur les bourses mondiales est un autre facteur de hausse de la demande d'or. Le métal jaune joue toujours son rôle de valeur refuge, d'autant plus dans la période de doute que connaissent actuellement les économies mondiales.


Source :
http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2009/11/16/04012-20091116ARTFIG00370-l-or-depasse-les-1130-dollars-l-once-.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Pékin hausse le ton sur la faiblesse du dollar   16/11/2009, 12:55

lundi 16 novembre 2009



Pékin hausse le ton sur la faiblesse du dollar



Le président américain Barack Obama entame aujourd'hui sa première visite en Chine. Nul doute qu'il espère consolider les relations sino américaines, et rassurer les autorités chinoises sur la sortie de crise des Etats-Unis.

Mais tout le monde sait que la faiblesse actuelle du dollar agace Pékin. En effet, l'Empire du Milieu est le plus grand créancier du pays de l'oncle Sam, avec près de 2 000 milliards de dollars de réserves. Si le billet vert s'effondre, il entraînerait dans sa chute les excédents chinois.

Par ailleurs, la Chine est fortement dépendante de la politique monétaire américaine - le yuan étant indexé au dollar - d'où l'agacement des autorités chinoises.

Dans le Wall Street Journal, M. Liu, président de la Commission de régulation bancaire chinoise a commenté le laxisme de la FED. Selon lui, la faiblesse du dollar et des taux d'intérêt américains provoque : "Des risques inévitables pour la reprise de l'économie mondiale, en particulier pour les pays émergents". Tout en ajoutant que cette situation : "encourage la spéculation sur les marchés actions et dans l'immobilier".

Même si le secrétaire d'Etat au Tresor, M. Geithner a déclaré la semaine passée que le dollar fort était important, la FED souhaite continuer sa politique laxiste, censée relancer l'économie. Dans le même temps, le président du FMI, Dominique Strauss-Kahn, plaide pour une réévaluation du yuan.

Il ne fait aucun doute que l'épineux sujet monétaire sera à l'ordre du jour, entre les deux présidents les plus importants du monde. Mais un consensus sera dur à trouver, tant les divergences sont élevées.

Chez MoneyWeek, nous pensons que la politique des taux zéro n'est pas une bonne solution, car les effets qui en découlent sont pervers et dangereux : risque d'inflation, hausse de la spéculation, création de bulle sont autant d'éléments qui ne sont pas de très bon augure pour envisager une sortie de crise.

Ryadh Benlahrech


Source :
http://www.moneyweek.fr/conseils/02110/dollar-faible-agacement-chine-visite-diplomatie-obama.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: «Il est assurément possible que le dollar puisse bientôt baisser davantage», s’inquiétait l’ancien économiste en chef du FMI, Simon Johnson.   16/11/2009, 17:00

lundi 16 novembre 2009



Le FMI impuissant face au désordre du système monétaire

· 90% des transactions consistent à vendre ou acheter des dollars

· Les cours du dollar reflètent «sa valeur internationale la plus faible» depuis 1967

LE Fonds monétaire international, chargé depuis plus de 60 ans de coordonner le système monétaire de la planète, apparaît bien impuissant face au désordre actuel où prime un dollar qui inspire de plus en plus de méfiance. Après la Chine, qui avait appelé en mars à instituer une nouvelle monnaie de réserve mondiale, la Russie estime qu’il faut repenser le statut du billet vert. Des alliés des Etats-Unis, comme le Japon ou l’Allemagne, considèrent que le système actuel est le mieux adapté jusqu’à preuve du contraire. Environ deux tiers des réserves en devises des Etats sont libellées en dollars. Chiffre qui a eu tendance à croître avec la crise mondiale, et 90% des transactions sur le marché des changes consistent à vendre ou acheter des dollars. Dans le débat entre ses Etats membres, le FMI n’a pas pris partie. Il joue un rôle d’observateur. Il pointe par ailleurs aux pays du G20 les problèmes de la sous-évaluation du yuan chinois. Aussi, l’utilisation du dollar comme support au «carry trade» et la spéculation qui consiste à emprunter dans une monnaie à faible taux d’intérêt pour investir dans une autre à meilleur rendement posent problème. De même qu’il n’avait pas eu son mot à dire quand le président américain Richard Nixon avait mis fin en 1971 au système de l’étalon-or et des parités fixes, le Fonds n’a pas le pouvoir d’imposer un système plus équilibré. Un verdict sévère est venu de l’intérieur même de la maison. D’après un rapport publié la semaine dernière, dont le point de vue «ne doit pas être attribué au FMI», le monde vit avec un «non-système» monétaire qui, «en dépit de sa relativité stabilité», présente de graves «faiblesses». Parce que le monde entier veut des billets verts, ou du moins achète des actifs financiers en dollars, le fait de s’endetter pour les Etats-Unis est tout à fait naturel, reconnaissent les trois économistes. Les problèmes sont venus des proportions incontrôlables qu’a atteint la dette des Etats-Unis, de l’effritement du dollar face aux monnaies des pays émergents et donc de la baisse de la valeur des réserves. Les cours du billet vert reflètent aujourd’hui «sa valeur internationale la plus faible depuis 1967». «Il est assurément possible que le dollar puisse bientôt baisser davantage», s’inquiétait l’ancien économiste en chef du FMI, Simon Johnson. Mais pour un pays qui veut diversifier ses avoirs, le choix est mince. L’euro, le yen, la livre, le yuan séduisent peu. L’or est disponible en quantité limitée.

Synthèse L’Economiste


Source :
http://www.leconomiste.com/article.html?a=96803
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: L'or profite de la désaffection des banques centrales pour le dollar   17/11/2009, 11:36

mardi 17 novembre 2009 03h00



L'or profite de la désaffection des banques centrales pour le dollar


L'investissement en or fait chaque jour davantage d'émules. C'est maintenant au tour des banques centrales de plusieurs pays en voie de développement d'afficher leur préférence pour le métal jaune au détriment du billet vert.

La parité du billet vert face à l'euro évolue toujours aux environs de son point bas depuis douze mois. La désaffection vis-à-vis du dollar procède au même pas soutenu que ceux de la performance des marchés d'actions et de l'appétit des investisseurs pour certains métaux, dont les fondamentaux s'améliorent rapidement. C'est dans ce contexte qu'hier l'once d'or au comptant a une nouvelle fois amélioré son record historique, en se hissant à près de 1.137 dollars. Et ce n'est pas fini. Selon les analystes graphiques, l'objectif de court terme des 1.150 dollars est désormais à portée, ce qui ouvrirait à l'once la voie des 1.200 dollars.

Le sentiment très favorable à l'égard du métal jaune est également entretenu par plusieurs banques centrales. Hier, l'institut russe d'émission a déclaré par la bouche de son vice-président, Alexeï Oulioukaïev, être prêt à racheter la totalité de l'or que le Gokhan, le Fonds russe des pierres et des métaux précieux, projette de commercialiser. Il s'agirait de 50 tonnes, la plus grande quantité jamais proposée au marché depuis la chute de l'empire soviétique.

Deutsche Bank considère que l'engouement pour l'or ne se cantonne pas aux banques centrales russe ou indienne, laquelle a récemment procédé à des achats massifs auprès du FMI (200 tonnes). La banque allemande estime qu'il est partagé par ses homologues chinoise, japonaise, taïwanaise, singapourienne, brésilienne et coréenne. Autant dire que la totalité des économies émergentes les plus dynamiques souhaitent diversifier leurs réserves de change au détriment du billet vert et en faveur - quoique pas uniquement - de l'or.
Lame de fond

La Chine a annoncé qu'elle avait déjà accru ses réserves officielles de 600 à 1.054 tonnes. Cette lame de fond fait prédire à BlackRock, qui est à l'origine des principaux fonds de la planète investis en matières premières, que les banques centrales vont être acheteuses nettes de métal jaune en 2009. Et ce après deux décennies d'affilée où elles ont été vendeuses nettes. Depuis 1989, les détentions de métal jaune des instituts d'émission avaient fondu d'un sixième. Evy Hambro et Catherine Raw, les gérants de Black­Rock, rappellent que l'or est entré dans un marché acheteur depuis 2001. Pour eux, la crise financière a accéléré cette tendance, également soutenue par les fondamentaux, dont l'inexorable déclin de la production minière depuis 2001. En 2008, son niveau a été le plus faible depuis 1996. Et elle n'est pas prête de rebondir compte tenu du coût total moyen élevé (environ 900 dollars l'once) et des délais physiologiques pour ouvrir de nouvelles mines (de 5 à 7 ans). Quant à la demande physique issue de la joaillerie (60 % à 80 % de la demande totale), Black­Rock pointe les perspectives positives du marché chinois. Le seul au monde qui a progressé au deuxième trimestre (+ 6 %).
MASSIMO PRANDI


Source :
http://www.lesechos.fr/patrimoine/bourse/300390145-l-or-profite-de-la-desaffection-des-banques-centrales-pour-le-dollar.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Le FMI critique une nouvelle fois le statut du billet vert   18/11/2009, 11:15

mercredi 18 novembre 2009



Le FMI critique une nouvelle fois le statut du billet vert


Une nouvelle fois, le rôle prééminent du dollar dans les échanges internationaux a été critiqué...

Régulièrement, le sujet de la remise en cause du rôle de monnaie de réserve mondiale du dollar revient sur la table. Aujourd’hui, c’est Dominique Strauss-Kahn, le directeur du FMI, qui a remis de l’huile sur le feu.

Il s’est en déclaré en faveur de la création d’une devise internationale pour prendre la place du dollar dans les échanges internationaux. Selon lui, la stabilité financière du monde ne peut plus dépendre d’une seule devise internationale.

Il est vrai que de plus en plus de voix s’élèvent contre cette prééminence du dollar. On se rappelle évidemment la réunion à moitié secrète d’il y a quelques semaines, où la France, le Brésil, la Russie, le Japon et des pays de l’OPEP s’étaient réunis pour discuter de l’éventualité d’un abandon du dollar dans les transactions pétrolières.

Et la volatilité que connait le billet vert depuis quelques mois attaque significativement sa crédibilité en tant que monnaie de réserve, d’autant plus que les Etats-Unis avouent ouvertement se servir de leur devise pour doper leur commerce extérieur (qui a d’ailleurs affiché hier un déficit record...), et reconnaissent que l’instabilité de leur monnaie est directement liée à la politique monétaire américaine.

Pour Dominique Strauss Kahn, le dollar devrait donc être remplacé par un panier de différentes devises, mais il a également évoqué l’éventualité d’un système fondé sur les droits de tirages spéciaux, l’unité de compte du FMI.

Toujours rien de concret donc, mais une fois de plus, le rôle de valeur refuge et de monnaie de réserve du dollar est contesté. On notera toutefois que contrairement à l’accoutumée, des propositions concrètes ont été faites, ce qui montre bien que ce débat reprendra périodiquement tant qu’une solution définitive n’aura pas été trouvée...


Source :
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-fmi-critique-une-nouvelle-fois-65193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Nouveau record pour l'or, à plus de 1.145 dollars l'once   18/11/2009, 11:17

mercredi 18 novembre 2009



Nouveau record pour l'or, à plus de 1.145 dollars l'once


LONDRES (Reuters) - Les cours de l'or ont touché de nouveaux records mercredi, parallèlement à la baisse du dollar.

L'or spot a touché 1.146,95 dollars l'once, contre 1.141,50 dollars en clôture à New York.

Depuis le début de l'année, les cours ont gagné environ 30%.

En ce qui concerne l'or à terme, le contrat décembre a touché le niveau inédit de 1.147,60 dollars l'once, avant de reperdre un peu de terrain. Il avait fini à 1.139,40 dollars à New York.

Bien que l'analyse graphique suggère que le lingot soit monté trop haut, les opérateurs de marché estiment que le métal précieux conserve tout son attrait à long terme compte tenu de la faiblesse du dollar et de l'incertitude en matière économique.

La hausse de l'or a propulsé l'argent à un nouveau plus haut de 16 mois (juillet 2008), à 18,65 dollars l'once et le platine à un pic de 1.461 dollars, son plus haut niveau depuis septembre 2008.

Jan Harvey et Miho Yoshikawa, version française Danielle Rouquié


Source :
http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE5AH04920091118
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_force

avatar

Nombre de messages : 477
Age : 107
Localisation : TATOUINE
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    18/11/2009, 11:53

de l'or en barre fourré au tungstène...? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: L'or, la nouvelle bulle de la Fed ?   19/11/2009, 16:48

Jeudi 19 Novembre 2009



L'or, la nouvelle bulle de la Fed ?


par Simone Wapler


Allons, mon titre est volontairement provocateur. Ne boudons pas notre plaisir, puisque l'or caracole à 1 100 $ l'once et frise les 740 €. Deux événements importants se sont produits ce mois-ci, ce qui explique cette hausse. La poussée actuelle du métal jaune semble robuste et il pourrait bien tester les 1 600 $ d'ici quelques mois.

Les Banques centrales acheteuses d'or
L'or du FMI n'a pas longtemps traîné sur le marché. L'Inde d'abord a soufflé 200 des 403,3 tonnes. L'Inde comme la Chine veut se doter d'une Banque centrale respectable et, de nos jours, respectable signifie des réserves en devises qui ne risquent pas de couler comme le dollar englouti par le puits sans fond de la dette.

Mais la vraie surprise est venue du Sri Lanka. "Naturellement, l'or émerge comme l'actif le plus logique", a déclaré Ajith Nivard Cabral, directeur de sa Banque centrale. Eh oui, l'or : pas l'euro, le yen ou le franc suisse...

Au premier rang des Banques centrales détentrices d'or, on trouve les Etats-Unis (8 133,5 et 77,4%), l'Allemagne (3 408 et 69,2%), l'Italie (2 452 et 66,6%), la France (2 445 et 70,6%). La Chine ne possède que 1 054 tonnes, soit 1,9% de ses réserves et souhaite passer à 2,5% ce qui représente un appel d'air potentiel de 388 tonnes. Elle se fournira très probablement sur son marché intérieur auprès de ses propres minières.

C'est autant de moins pour nourrir l'offre. Avant son achat au FMI, l'Inde possédait 358 tonnes d'or soit 4% de ses réserves monétaires ; maintenant ce taux s'élève à 6%.

L'or loué ou objet de "swaps" pourrait être rapatrié
Ces achats d'or prouvent deux choses. La première c'est la poursuite du processus de remonétisation de l'or. La remonétisation avait d'abord commencé dans le public. Les Banques centrales sont maintenant obligées de l'acquérir à un prix élevé.

Ensuite, celles qui avaient pour habitude de louer leur or vont commencer à vouloir le rapatrier. Ce sera des pressions de plus sur le marché.

Rappelons le principe du lease gold. Au temps où l'or était méprisé, les Banques centrales le prêtaient. C'est-à-dire qu'elles approvisionnaient des grossistes en or (cas du prêt) ou d'autres Banques centrales (cas du swap). Dans ce contrat, le receveur d'or fournit des devises et des intérêts. Mais sur le plan comptable l'or n'est pas censé avoir quitté la Banque centrale prêteuse.

Par la suite, ce genre d'accord était indéfiniment prorogé... Mais aujourd'hui la donne a changé.

L'or physique plus cher que l'or papier
C'est le deuxième événement majeur du mois. Le prix de l'or au comptant a dépassé celui des contrats à terme. Une configuration technique de backwardation, qui, pour les spéculateurs avertis, est plus haussière que baissière lorsqu'elle concerne les métaux précieux.

Début novembre, ce phénomène était si fort que le cours au comptant (1 045,70 $ l'once) était supérieur aux cours des contrats de novembre, décembre, février, avril, juin et août.

Concrètement, cela signifie que les acheteurs sont prêts à payer plus cher l'or livré et palpable que l'or papier des contrats, même si les prix de ces contrats sont eux-mêmes à la hausse.

Le point essentiel à retenir
L'or semble entrer dans une poussée similaire à celle de 2005 ou de 2007. Dans ce cas, un cours de 1 300 $ à 1 600 $ dans trois mois est possible.


Source :
http://www.la-chronique-agora.com/articles/20091119-2293.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: La baisse du dollar n'explique pas la hausse de l'or   20/11/2009, 10:21

vendredi 20 novembre 2009



La baisse du dollar n'explique pas la hausse de l'or



Toute la presse ne manque pas de remarquer l'irrésistible ascension du marché de l'or. "L'or, toujours plus haut", nous dit Le Monde. "Or : les sommets historiques n'en finissent plus !", s'exclame Challenges. Quant au Billet du Trader, il se met à rêver à "16 000 $ l'once d'or".

Comment expliquer ce phénomène ? La réponse est toute trouvée : la hausse de l'or serait due à la baisse du dollar. Bill Bonner s'est penché plus en détails sur cette idée reçue.

"Si nous nous souvenons bien, le dollar était plus au moins au même bas niveau il y a un an... tandis que l'or a augmenté de plus de 10% depuis. En d'autres termes, ce n'est pas la chute du dollar qui stimule le marché de l'or, c'est autre chose ... c'est la chute de toutes les devises papiers.

Car quand le dollar baisse, toutes les autres monnaies le suivent, et même le yuan. Aucune nation ne souhaite que sa monnaie n'augmente trop comparativement au billet vert. Un pays dont la monnaie s'apprécie par rapport au dollar se retrouve dans une position concurrentielle affaiblie. Ses prix - en monnaie locale - augmentent tandis que ses ventes - en dollars - baissent (en raison de ses prix plus élevés)."

L'éditorialiste de La Chronique Agora poursuit : "Généralement, les banques centrales achètent des dollars avec l'argent créé à cet effet ... ce qui augmente leur propre offre monétaire et réduit ainsi la valeur de leur propre monnaie par rapport au dollar. Et puisque les banques centrales du monde entier le font plus ou moins toutes, l'ensemble des monnaies locales se déprécient vis-à-vis de l'or."

Bill Bonner conclut pour MoneyWeek : "Il est raisonnable de s'attendre à ce que le prix de la monnaie-papier baisse. L'or, dont la monnaie-papier fixe traditionnellement le prix, devrait monter. Les spéculateurs l'achèteront maintenant en prévision, tout comme, de nouveau, les banques centrales. Il est fort à parier que son prix continuera à monter."

Claire Lamotte


Source :
http://www.moneyweek.fr/conseils/02164/or-hausse-correlation-baisse-devises-papier.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: La Société Générale se prépare à un effondrement économique mondial   20/11/2009, 14:03

vendredi 20 novembre 2009 13h24



La Société Générale se prépare à un effondrement économique mondial


Dans un rapport adressé à ses clients, la banque française les appelle à dessiner une stratégie d'investissements de défense afin de se préparer à une nouvelle crise financière mondiale.

Le pire pourrait être devant nous. C'est ce qui ressort d'un rapport de la Société Générale, intitulé « le pire scénario de la dette», selon lequel les récents plans de sauvetage mis en place par les gouvernements mondiaux ont simplement transféré des passifs du secteur privé au secteur public, créant une nouvelle série de problèmes. Premier d'entre eux, le déficit. «Le niveau de la dette paraît tout à fait insoutenable à long terme. Nous avons pratiquement atteint un point de non retour en ce qui concerne la dette publique», précise le rapport de 68 pages.

L'endettement global est beaucoup trop élevé dans la plupart des économies des pays développés, par rapport à leur PIB. Aux Etats-Unis et dans l'UE, la dette publique représentera ainsi 125% du PIB dans deux ans. Au Royaume-Uni, elle s'élèvera à 105% et au Japon, à 270%. Le problème de la dette sous-jacente est plus important qu'il n'était après la seconde Guerre Mondiale, alors que les taux nominaux étaient similaires. Sauf que cette fois-ci, les gouvernements seront pris à la gorge, le vieillissement de la population rendant plus difficile qu'auparavant l'effacement de cette dette avec la croissance. Les pays émergents ne seraient pas non plus épargnés, même si leur marge de maneouvre sera plus importante qu'au sein des grandes économies occidentales.

Parmi les pires scénarios envisagés, le rapport évoque une nouvelle chute des marchés, une inflation galopante ainsi qu'une forte chute du dollar. Or quand la crise bat son plein, tout le monde se retourne vers la valeur refuge par excellence, l'or. Dans ce contexte, le prix du métal jaune atteindrait des sommets jamais vus. En plus du métal jaune, le rapport table qu'une autre valeur refuge devrait tirer son épingle du jeu, les denrées alimentaires. A contrario, la banque conseille de se désengager du dollar et des valeurs cycliques, telles que les technologiques ou celles liées au secteur de l'automobile.


Source :
http://www.lefigaro.fr/societes/2009/11/20/04015-20091120ARTFIG00518-la-societe-generale-se-prepare-a-un-effondrement-economique-mondial-.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: La Chine et DSK veulent un substitut au dollar   21/11/2009, 16:33

samedi 21 novembre 2009



La Chine et DSK veulent un substitut au dollar


La Chine et le FMI d'accord pour mettre en place un système de changes plus équilibré.


Dominique Strauss-Kahn a trouvé moyen de passer deux jours en Chine en même temps que Barack Obama. Les deux voyages n'étaient pas coordonnés et les deux hommes ne se sont nullement rencontrés. Au final, les positions défendues par le Directeur Général du Fonds Monétaire International (FMI) l'ont situé tantôt en soutien des dirigeants américains tantôt du côté des Chinois.

Le 17 novembre, pendant que le chef de la Maison Blanche insiste sans succès auprès de Hu Jintao pour que la Chine laisse le yuan se revaloriser, Dominique Strauss-Kahn a la même conversation avec le vice-Premier ministre Wang Qishang, responsable des questions économiques. Il cherche à le convaincre qu'une monnaie sous-évaluée entraine des distorsions économiques: certes, elle donne un avantage commercial, mais elle défavorise les secteurs d'activités non liés à l'exportation. «Au contraire, une monnaie qui se revalorise redonne du pouvoir d'achat aux ménages et renforce donc la consommation. De plus, les prix des investissements à long terme deviennent plus justes» résume Dominique Strauss-Kahn dans une conférence de presse où il martèle: « la réévaluation du yuan est dans l'intérêt de l'économie mondiale mais aussi de la Chine».

Si Hu Jintao reste silencieux sur le sujet après sa rencontre avec Barack Obama, le Ministère chinois du Commerce en revanche répond à DSK que la responsabilité de l'Etat est d'assurer aux entreprises chinoises «un environnement stable et prévisible, y compris en ce qui concerne la politique des changes». Yao Jian, porte-parole de ce Ministère, précise: «si on demande à un seul pays de laisser sa monnaie se réévaluer alors que la valeur du dollar baisse, cela ne profitera pas à la reprise mondiale et ce sera injuste».

Pourtant, de ses conversations, Dominique Strauss-Kahn tire la conviction que la politique économique chinoise est en train de se diriger sans précipitation vers un modèle plus centré sur la demande intérieure. Mais comme le laisse entendre le porte-parole du Ministère du Commerce, l'alignement du yuan sur le cours du dollar est considéré comme un handicap. Cet argument est développé par un autre interlocuteur de Dominique Strauss-Kahn: Zhao Xiaochuan, le Gouverneur de la Banque centrale de Chine. En mars, il a proposé de retirer au dollar sa place de seule monnaie de réserve internationale.

L'idée relayée par plusieurs pays émergents fait son chemin et à Pékin on pense qu'un panier de monnaies pourrait servir de référence à l'évolution du Yuan. Naturellement, sur ce point, le Directeur Général du FMI est beaucoup plus proche des autorités chinoises que des dirigeants américains. Selon lui, «il y a de bonnes raisons de chercher à avoir une monnaie internationale plus composite». Zhao Xiaochuan voudrait y introduire les Droits de tirages spéciaux du FMI. «Pourquoi pas?» répond DSK. Il verrait bien aussi un système de monnaies de réserve où le dollar, l'euro et le yen seraient en concurrence.

Mais l'ancien ministre français estime que, pour le moment, le dollar est encore largement dominant. Et qu'il le sera tant que la confiance en cette monnaie durera. «Regardez!» dit-il, «la crise vient d'un mauvais fonctionnement de l'économie financière américaine. On aurait pu penser que ça créerait de la défiance vis-à-vis des Etats-Unis et un écroulement de la valeur du dollar. Pas du tout! C'est sur le dollar que ceux qui avaient de l'argent se sont reportés pour se protéger». En quittant Pékin, Dominique Strauss-Kahn affirmait néanmoins qu'il fallait travailler à la mise en place d'un système monétaire mieux équilibré.

Richard Arzt


Source :
http://www.slate.fr/story/13249/la-chine-et-dsk-veulent-un-substitut-au-dollar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Les banques US nous préparent une énorme bulle monétaire   23/11/2009, 08:27

Lundi 23 Novembre 2009 07h01



Sylvain Lapoix - Marianne



Les banques US nous préparent une énorme bulle monétaire



Alimentées par les crédits à «taux zéro» de la réserve fédérale américaine, les grandes banques spéculent en Asie... construisant une bulle qui, selon les autorités chinoises et allemandes, pourrait bien précipiter l'économie mondiale toute entière dans une nouvelle crise !



Aux Etats-Unis, on prête gratis ! Depuis mars dernier, où la Réserve fédéral a ramené ses taux jusqu'à presque atteindre zéro, les grandes banques déversent des milliards de milliards de dollars dans les économies asiatiques. Résultat : les monnaies et bourses de la région connaissent une croissance exponentielle... et totalement artificielle ! Une nouvelle «bulle asiatique» se forme et menace déjà de craquer.

«Une menace pour la reprise des économies des pays émergents»
«La politique monétaire américaine a gravement affecté les cotations, alimenté la spéculation sur les marchés d'action et de biens, tonnait le 16 novembre au Forum de la Finance Liu Mingkang, principal régulateur bancaire chinois. Elle a véritablement créé un nouveau risque d'empêcher la reprise de l'économie mondiale, notamment dans les marchés émergents.»

Depuis mars, si la Chine s'est quelque peu protégé de ces manoeuvres, la monnaie coréenne a pris 36,5% face au dollar. Un record battu par le real brésilien qui a subi une envolée de 41,5% sur la même période : de quoi plomber toute exportation... et l'éventuelle reprise qui va avec !

Une inquiétude partagée par les Européens

Ben Bernanke croyait réussir à calmer les turbulents asiatiques d'une petite déclaration publique : «nous portons la plus grande attention aux conséquences de taux de change sur les prix, assurait le patron de la Réserve fédéral américaine. Nous continuerons de veiller à tenir notre mission d'assurer le plein emploi et la stabilité des prix.» Manque de chance, les Européens aussi commencent à s'inquiéter.

Samedi 21 novembre, le Financial Times rapportait les inquiétudes du très expérimenté ministre des finances allemand, Wolfgang Schaüble : «le scénario d'un excès de liquidité créé à l'échelle de la planète une nouvelle espèce de bulle spéculative est très probable.» Or, l'Allemagne ne s'inquiète pas ici de la déstabilisation des économies asiatiques : si le mouvement enclenché continuait, l'Europe et son euro gonflé à bloc serait la prochaine victime de cette bulle !

A l'Etat fédéral, Goldman Sachs et ses 17 milliards de dollars de bonus reconnaissants !
A qui profite la spéculation ? A personne... sinon aux grandes banques ! Elles seules, ayant accès aux crédits de la Réserve fédérale peuvent se permettre, en usant du «carry trade» consistant à emprunter à taux zéro pour revendre ensuite au plus haut les placements effectués dans les monnaies cibles des marchés émergents profitables et de toucher les dividendes de ces opérations. De quoi constituer de beaux résultats pour Goldman Sachs qui, au bout de 9 mois d'activité seulement pourra verser 17 milliards de dollars de bonus à ses salariés.

Une jolie enveloppe accompagnée cette semaine des piètres excuses de Lloyd Blankfein, patron de l'omnipotente banque new-yorkaise, qui s'est excusé d'avoir accepté le sauvetage de son entreprise par l'Etat fédéral. Un bon coup de com mais qui n'efface pas le coup de force : sous prétexte d'avoir besoin de cash pour relancer le crédit, les banques ont repris leurs bonnes vieilles habitudes de chercher les profits faciles sans se soucier de couler au passage l'intégralité de l'économie.


Source :
http://www.marianne2.fr/Les-banques-US-nous-preparent-une-enorme-bulle-monetaire_a182870.html?com[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Shortez le dollar et achetez de l'or... est-ce la bonne stratégie ?   24/11/2009, 17:55

mardi 24 novembre 2009



Shortez le dollar et achetez de l'or... est-ce la bonne stratégie ?



par Isabelle Mouilleseaux



Nous sommes ni plus ni moins en train d'assister à un combat de titans entre les banques centrales des pays émergents et la Fed...

A ce jeu, l'euro pourrait bien être victime, l'or grand gagnant, le dollar battu, et vous grand bénéficiaire si vous shortez le dollar et achetez de l'or...

De quoi devenir schizophrène...
Entre le Trésor américain d'une part, qui prône un dollar fort ; et la Fed d'autre part, qui réaffirme régulièrement vouloir maintenir ses taux bas aussi longtemps qu'il le faudra pour soutenir l'économie américaine... Avouez qu'il y a de quoi y perdre son latin.

Qui croire ? Faut-il miser sur la hausse du dollar ? Ou sur sa faiblesse ?

Cambistes et investisseurs ont tranché dans le vif ! Sans état d'âme aucun
Ils misent 10 contre un sur la Fed.

La preuve ? L'euro s'envolait hier direction les 1,50 et l'or pulvérisait son dernier record, touchant 1 170 $ l'once sur le spot à Londres.

Pas de doute, le "camp de la Fed" est plus crédible. On achète de l'or pour se protéger et on vend du dollar en voie rapide de dépréciation pour acheter des actifs à haut rendement. Le carry trade continue.

Schizophrénie encore...
Comment s'y retrouver entre un Strauss-Kahn rassurant et un Trichet si cruellement lucide...

Pour le patron du FMI la crise est "probablement derrière nous". Il se félicite des milliers de milliards qui sont venus inonder la planète finance. "Le pire a été évité" grâce à cela.

Faut-il poursuivre dans la voie de la politique monétaire laxiste ?

A en croire monsieur Strauss-Kahn, oui ! Il vaudrait mieux...
"Nous recommandons la plus grande prudence, parce qu'il est plus douloureux de retirer ces mesures trop tôt que trop tard".

Forcément, ce discours plaît. Les marchés adorent...

Ils vont pouvoir continuer de jouer avec ces milliers de milliards de dollars si gentiment mis gracieusement à leur disposition.

Si au moins ils en laissaient quelques miettes pour l'économie réelle ! Même pas...

Alors voilà pourquoi je préfère de loin Trichet et son orthodoxie toute allemande.

Trichet, lui, reste cruellement lucide...
"Les traitements d'urgence et de choc sont parfois nécessaires", nous dit-il. "Mais si leur utilisation est prolongée, ils peuvent conduire à une forme de dépendance, voire une addiction".

Je porte une petite nuance toute personnelle : nous sommes déjà accros.

Que dis-je... pas nous ! Mais le système financier. Ce sont les banquiers et les marchés qui sont accros. Sans tout cet argent injecté, les marchés n'auraient jamais rebondi de 70% en six mois et les dizaines de milliards de primes distribués entre banquiers n'auraient jamais été de ce monde...

Notre ami Trichet est également très prudent quant à l'évolution de la conjoncture économique. L'incertitude demeure "exceptionnellement élevée" selon lui.

Et surtout, il reste très ferme sur la nécessité de couper le robinet de l'argent qui coule à flots, dès que cela sera possible. Sans état d'âme. Sous peine de créer de nouveaux déséquilibres et de nouvelles bulles...

Nos matières n'ont pas fini de flamber...
Trichet à raison.

Reste à savoir ce qu'il adviendra si la Fed joue le laxisme et que la BCE relève ses taux dans les prochains mois. Voilà qui propulserait le dollar à 1,60 pour un euro, aisément !

Nos matières n'ont pas fini de flamber...

L'or est déjà à 1 170 $ (+70% depuis un an) et le cuivre (métal phare du complexe des métaux de base) revient à 7 000 $ la tonne (+140% en neuf mois).

Et si vous lisez L'Investisseur Or & Matières, vous savez que notre objectif à moyen terme pour l'or se situe à 1 230 $.

Merrill Lynch vise 1 500 $
C'est peut-être pour cela que Michael Widmer de Merril Lynch nous explique que l'or pourrait venir toucher les 1 500 $ dans les 18 prochains mois. Nos analyses se rejoignent...

En attendant, les banques centrales pour la première fois depuis 20 ans se mettent acheter de l'or massivement pour accroître leurs réserves d'or.

La devise est : plus d'or, moins de dollar...
Tout le monde veut se défaire de ses dollars et acheter de l'or. Ce dernier étant un investissement plus sûr. Et le premier l'étant de moins en moins au fur et à mesure que passent les jours...

Après les banques centrales de l'Inde et du Sri Lanka qui sont déjà largement passées à l'achat sur l'or (l'Inde a acheté 200 tonnes d'or), c'est au tour de l'île Maurice et de la banque centrale russe qui vient d'acheter 15,5 tonnes d'or pour accroître ses réserves. D'ailleurs, cette dernière a annoncé qu'elle ferait monter ce chiffre à 30 tonnes d'ici la fin de l'année. Même son de cloche au Vietnam qui vient d'annoncer vouloir acheter six tonnes d'or...

A votre avis, qui a les cartes en main ?
Clairement, les banques sont en train de revoir leur allocation d'actifs en matière de réserves de change. La devise est : plus d'or, moins de dollar...

Nous sommes ni plus ni moins en train d'assister à un combat de titans entre les banques centrales des pays émergents, et la Fed...

A votre avis, qui a les cartes en main ?

A ce jeu, l'euro pourrait bien être victime, l'or grand gagnant, le dollar battu, et vous grand bénéficiaire si vous shortez le dollar et achetez de l'or.

Affaire à suivre...


Source :
http://www.edito-matieres-premieres.fr/1060/economie/dollar-fed-trichet.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 38
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    24/11/2009, 18:33

Merci reveillé, toujours tres interressant tes articles. Smile

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    24/11/2009, 20:31

Merci l'ami. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: l'or monte à cause de spéculations de pressions continues sur le dollar   25/11/2009, 09:14

mercredi 25 novembre 2009



L'or dépasse le seuil de 1.180 dollars pour la première fois


LONDRES (Royaume-Uni) — L'or a dépassé mercredi pour la première fois le seuil de 1.180 dollars l'once, atteignant 1.180,20 dollars peu après 07h00 GMT, un nouveau record historique, en raison notamment d'un regain de faiblesse du dollar.

Toute faiblesse du dollar incite les investisseurs à acheter des produits libellés dans cette monnaie, comme les matières premières. Mercredi matin, le billet vert reculait, notamment face à l'euro, qui repassait le seuil de 1,50 dollar pour un euro.

Selon les courtiers d'ETX Capital, "l'or monte à cause de spéculations de pressions continues sur le dollar", les investisseurs souhaitant aussi faire de leurs achats d'or "un rempart contre l'inflation".

Le prix de l'or est poussé également par une raréfaction de la production, décrite par tous les spécialistes. Selon le World Gold Council, l'un des principaux organismes spécialisés dans ce métal, la production d'or devrait augmenter de 3,7% en 2009 mais ne satisfera que deux tiers de la demande.


Source :
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jSHrOhZ1XAg1LsAtMTr4u9ysnPug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réveillé



Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Un tournant de l'Histoire : Les BC ne sont plus offreuses mais demandeuses !!!   25/11/2009, 13:18

mercredi 25 novembre 2009 12h51



Or: toujours des records, rumeur d'un nouvel achat indien.


(CercleFinance.com) - Porté par une information selon laquelle la banque centrale d'Inde serait en voie d'acheter le reste du métal mis en vente par le FMI, l'once a atteint de nouveaux sommets ce matin.
Les 1.181 dollars ont été brièvement dépassés sur le marché au comptant quand lors du premier fixing de la journée à Londres, l'once cotait 1.176,50 dollars (782,92 euros), en hausse de 13 dollars depuis la veille au soir.

Pour mémoire, l'once d'or a ainsi gagné, suivant les cours du marché de Londres, plus de 130 dollars ou 13% depuis le début du mois. Depuis le début de l'année, que l'once avait commencé vers 870 dollars, la hausse atteint 35%.

Selon le journal indien The Financial Chronicle, l'Inde aurait encore de l'appétit pour le solde des 403,3 tonnes d'or monétaire que le FMI a mis en vente le 18 septembre dernier. La banque centrale du sous-continent avait été le premier acheteur auprès du FMI, en octobre, d'un un lot de 200 tonnes. Elle pourrait bien "racheter les 201,3 tonnes restant à vendre dans des conditions acceptables, qui sont actuellement en cours de négociation", écrit le journal.

Si cette information se vérifie, il aura donc fallu à peine plus de deux mois - et pratiquement un seul acheteur parmi d'autres (Maurice, le Sri Lanka, la Russie) - pour régler la question des ventes d'or du FMI, qui hantaient le marché depuis plus d'un an. Le possible retour des banques centrales du côté des acheteuses nets d'or, alors qu'elles étaient - surtout en Europe - vendeuses nettes depuis des décennies, pourrait changer significativement le profil du marché de l'or. Traditionnellement, les ventes des banques centrales constituaient la troisième composante de l'offre d'or, après les mines et le recyclage. Elles pourraient se retrouver sous peu, suivant la tendance actuelle, du côté de la demande.

Du côté des investisseurs, le retour de l'appétit aurifère se confirme si l'on en juge par l'encours de l'ETF américain SPDR Gold Shares, le premier de sa catégorie au monde : il atteignait hier 1.122,37 tonnes de métal jaune, en hausse de près d'une tonne par rapport à la veille. Cet encours était tombé sous les 1.062 tonnes début septembre et se redresse depuis lors.

L'or est également aidé par la dépréciation du dollar, qui est revenu ce matin vers les plus bas de 1,5050 dollar l'euro suite aux statistiques US de la veille.

D'un point de vue technique, les analystes de MKS Finance voient les prochaines résistances à 1.190 et 1.200 dollars.


Copyright (c) 2009 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Source :
http://www.cerclefinance.com/default.asp?pub=valactu&localcode=&isin=&art=254199
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M0mo-X

avatar

Nombre de messages : 639
Date d'inscription : 30/06/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    17/12/2009, 21:46

LA BULLE DU DOLLAR partie 3/3



LA BULLE DU DOLLAR partie 2/3




LA BULLE DU DOLLAR partie 3/3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chifa



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la fin annoncée du dollar.    1/1/2010, 14:49

Réveillé a écrit:
Bonjour tout le monde,

J'ai pensé qu'il serait intéressant de commenter en toute simplicité la mort du dollar à laquelle nous assistons en lui dédiant un sujet.

Quelque soit le temps que prendra cette agonie amorcée, que ce soit 1, 5 ou 10 ans, je sais que le sujet intéresse et ce post ne se veut-être que commentateur et témoin "oculaire" de l'Histoire de la fin du règne du billet vert.

C'est pour cela que je n'ai pas voulu le poster dans "actualité" mais plutôt lui dédier une place de choix dans le corps de la rubrique "Crise Financière Actuelle".

Ainsi il sera agréable de lire dans un post centralisé toutes les analyses, les avis et les informations concourant à l'actualité de cette monnaie-papier en déclin.

Bonjour à tous !


je commence mon année 2010 avec vous !

Oui il est tout à fait vrai que la fin du dollars et programmée d 'avance dans le seul et unique but d 'imposer le nouvelle ordre mondiale une seule monnaie... etc en le remplçant par une seule monnaie pour tous !
puis par des puces.

Les gens cont compltements maniplés et pensesn que c est simplement à cause de la crise mais une crise provoquée !



chifa

bonne annéé à tous !

je souhaite un grand soulévement contre le nouvel ordre mondial par la jeunsse !


chifa


J'ouvre donc le bal avec l'article qui suit :

Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale, a vivement critiqué la politique monétaire américaine menée par Ben Bernanke, le patron de la Réserve fédérale, et a prédit le déclin du billet vert sur la scène internationale.

Les Etats-Unis ne devraient pas prendre pour acquis que leur monnaie va demeurer dominante à l’échelle internationale dans les prochaines années, selon M. Zoellick.

«Ils feraient une erreur s'ils considéraient comme acquise la position du dollar comme devise de réserve dominante. Si l'on se projette dans l'avenir, il y aura de plus en plus d'alternatives au dollar américain", a-t-il expliqué, lors d’un discours tenu à l'université John-Hopkins de Washington.

Quelles monnaies pourraient rivaliser avec le dollar américain? L'euro, le yuan, voire les Droits de tirage spéciaux (DTS, l'unité de compte du Fonds monétaire international), selon lui.

«Bien sûr, le dollar américain est et restera une monnaie majeure. Mais l'avenir du billet vert dépendra fortement des prochains choix économiques des Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

Parmi ces choix, M. Zoellick a cité ceux de «résoudre ses problèmes de dette sans recours à l'inflation», d'«établir un discipline à long terme sur les dépenses et le déficit budgétaire» et de «rétablir une capacité saine du secteur financier à apporter innovation, liquidité et rendements, sans produire le même risque de grosses bulles et d'effondrement».


Source : les affaires.com

http://www.lesaffaires.com/article/0/economie/2009-09-28/498621/le-billet-vert-est-en-peteacuteril--selon-robert-zoellick-.fr.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chronique de la fin annoncée du dollar.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Rédaction d'une chronique - Tutoriel
» Constipation chronique en 4ans fille...
» rhume chronique
» Maladie chronique
» Création d'une chronique, comment faire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Divers-
Sauter vers: