Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dozulé:Le Message du CHRIST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
inconia

avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Dozulé:Le Message du CHRIST   23/10/2009, 19:01

LA CROIX GLORIEUSE
ou
"Le Signe du Fils de l'Homme"



1ère APPARITION
Mardi-Saint 28 mars 1972 à 4 h 35

Madeleine, après avoir ouvert la fenêtre de sa chambre, s'apprête à dire la prière à la Sainte-Trinité, comme tous les matins quand son mari s'en va à l'usine à 4 h 30.

Elle aperçoit alors une lueur éblouissante dans le ciel, un peu à droite.

Effrayée, elle se recouche, pense que c'est peut-être une "soucoupe volante", puisqu'il y a des gens qui prétendent en voir.

Huit à dix minutes après, elle retourne à la fenêtre : plus rien. Puis tout à coup, au même endroit, une immense Croix lumineuse se forme dans le ciel : tout se forme doucement à la fois, et en partant des extrémités pour se rejoindre au milieu de la Croix, la base, les bras et le haut.

Les bras et le haut sont égaux, la Croix est immense, toute droite, impressionnante, merveilleuse, éblouissante, mais douce à regarder et éclairant tout l'horizon : "Un peu plus grande que la Croix du Calvaire de Dozulé quand je la vois de près", précise-t-elle.

(Mais Madeleine sait et dit que les mots ne peuvent exprimer ce qu'elle voit.)

Elle entend alors, quelques secondes plus tard, prononcé d'une voix forte, grave, importante :



"ECCE CRUCEM DOMINI"
qui résonnent comme dans une église. Alors elle fait le Signe de la Croix.

Puis, avec douceur et très lentement, une autre voix semblant à côté d'elle :

"Vous ferez connaître cette Croix et vous la porterez."

Encore quelques secondes et tout a disparu "d'un seul coup". Elle a pris un petit bout de papier pour écrire ces trois mots dont elle ignore la signification.

Pendant près de deux heures elle pleure car
"Comment faire connaître cette Croix ?"...
"Comment le dire au monde ?"...
"Comment convaincre que Jésus est là, que Sa Croix domine le monde ?", quant à son commandement : "Personne ne me croira..." Elle ajoute : "Je croyais qu'il n'y avait que les saints qui avaient des apparitions... Je ne suis qu'une pauvre créature, une pauvre pécheresse repentante..."

Le matin même, après la messe, Madeleine se résout à demander à Monsieur l'abbé L'Horset (curé de la paroisse), la signification de ces trois mots latins : il s'en étonne, demande leur provenance, en vain, et lui donne leur traduction : "Voici la Croix du Seigneur."

Madeleine est devenue très triste : elle ne ressent plus aucune Présence spirituelle lors de la messe, pense qu'elle ne reverra plus jamais cette merveilleuse Croix. Elle se sent abandonnée mais demeure très calme et dans une très grande paix. Cela va durer pendant près de quinze jours.

Puis une extrême joie intérieure inonde son esprit. Elle en comprend la cause : si Jésus lui a montré Sa Croix, ce n'est donc pas pour l'abandonner, ce n'est pas non plus un Message pour elle seule.

Mais alors Madeleine se trouve déchirée. Son naturel d'extrême effacement et le commandement que Jésus lui a donné de faire connaître cette Croix sont difficilement conciliables. Mourir serait presque une solution, mais bien sûr cette pensée ne fait qu'effleurer son esprit.

Madeleine vit maintenant un temps de longues, profondes et généreuses réflexions : cette Croix domine le monde, et il ne se doute de rien, ou il L'ignore, ou encore il L'oublie. Et pourtant Elle est sa seule espérance. Elle est là pour nous sauver, pour rappeler que Jésus a tant souffert pour nous racheter.

Cependant, l'étonnement et l'éblouissement que cette vision a provoqués chez Madeleine sont différents et ne dépassent pas la Joie spirituelle qu'elle éprouve depuis avril 1970. Et elle écrit :

"Le vrai bonheur c'est la joie spirituelle, c'est d'unir son esprit à Celui de Jésus, c'est de se laisser conduire par l'Esprit-Saint comme un enfant par sa mère".

Elle ajoute charitablement dans ses prières à Dieu :

"Faites connaître, à tous ceux qui vous reçoivent dans la Sainte Communion, la Joie spirituelle que vous m'avez donnée, qu'ils puisent comme moi dans chaque communion les Joies réelles de Votre Présence."

Le Jeudi-Saint 30 mars 1972, Madeleine "à confesse", relate au prêtre, qui avait un peu insisté pour savoir, sa vision de la Croix.

"C'est parfois difficile de conserver un tel secret", qu'elle ne livre ni à sa vieille maman de 83 ans, ni à son mari, écrit-elle.




2ème APPARITION
Mercredi 8 novembre 1972 à 4 h 35

Madeleine priait les bras en Croix à sa fenêtre.

La "Croix Lumineuse" merveilleusement belle, d'une clarté, d'une limpidité auxquelles aucune lumière d'ici-bas n'est comparable, se reforme, mais elle n'a pas été précédée par une lumière éblouissante comme la première fois.

Et elle entend une voix très proche, très douce et très triste dire :

"Pénitence, pénitence, il est temps de sauver tous ces pécheurs qui n'aiment pas Jésus..."

Et elle reçoit un secret concernant une menace proche pour l'humanité.

Elle écrit :

"Le monde est si bouleversé par les progrès croissants qu'on en oublie le Créateur... C'est pourtant par la Croix que Jésus viendra sauver le monde et la tristesse. Les souffrances et les misères prendront fin. Alors ce sera la fin, la paix... Oui, quelles merveilles de découvrir la lumière céleste qui n'aura pas de soir. Mais pour obtenir toutes ces merveilles que Dieu nous a annoncées il faut un coeur pur, il est temps de se convertir, de faire pénitence..."

Madeleine est triste ; elle ne peut s'empêcher de pleurer. Au sortir de la messe, chose qu'il ne fait jamais d'habitude, le prêtre est allé vers elle et lui a demandé : "Pourquoi êtes-vous si triste ?"

Madeleine, mise en confiance, lui en a alors livré la cause.




3ème APPARITION
Jeudi 7 décembre 1972 à 4 h 35

Au même endroit, une clarté éblouissante comme un éclair, puis la Croix merveilleuse se forme pour la troisième fois et Madeleine entend une voix d'en haut :

"Audivi (0 divi écrit-elle !) vocem de caelo dicentem mihi..."

"Dites au prêtre de faire élever à cet endroit la Croix Glorieuse et au pied un Sanctuaire.


Tous viendront s'y repentir et y trouver la Paix et la Joie."

- (Traduction du latin : "J'ai entendu une voix du ciel qui me disait.")




4ème APPARITION
Mardi 19 décembre 1972 à 4 h 35

Quatrième vision de la Croix, avec une annonce d'une voix très douce, comme d'habitude :
"Vous verrez cette Croix encore trois fois."




5ème APPARITION
Mercredi 20 décembre 1972 à 4 h 35

Cinquième vision de la Croix, une voix très douce qui paraissait être à coté :

"Dites au prêtre que la Croix Glorieuse, élevée à cet endroit, soit comparable à Jérusalem."




6ème APPARITION
Jeudi 21 décembre 1972 à 4 h 35

Sixième vision de la Croix, toujours au même endroit, à la même heure, et de la même façon.

La voix qui paraissait être à côté :

"Auriez-vous la bonté de dire à l'Évêché que le prêtre ne doit pas quitter sa paroisse avant l'accomplissement de la tâche qui lui est demandée."

Madeleine regarde la Croix environ quinze à dix-huit minutes, elle dit :

"Cette merveilleuse lumière ne fait pas mal aux yeux, elle n'éblouit que l'esprit."

Puis, elle entend :

"Trouvez trois personnes et récitez ensemble le chapelet pour l'élévation de la Croix Glorieuse, ici, à la limite du territoire de Dozulé."

- Note : C'est à partir de ce jour que les soeurs B. et M. récitèrent le chapelet avec le prêtre et furent mises au courant des Apparitions.


7ème APPARITION
Mercredi soir 27 décembre 1972 à 19 h

Madeleine sort de la sacristie de l'église paroissiale avec Monsieur le Curé et voit apparaître la Croix Lumineuse beaucoup plus petite et paraissant plus haute dans le ciel.
Quelques secondes après, à Son pied, se forme un nuage ovale, puis la Croix disparaît d'un seul coup et une forme humaine se pose sur le nuage "Jamais je n 'ai rien vu d'aussi beau. Sa Tête était penchée et Ses Mains tendues vers moi comme pour m'accueillir"; elle entend :

"N'ayez pas peur, Je suis Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme Ressuscité... Ayez la bonté de répéter ceci : "0 sorte nupta prospera Magdalena !" "Annuntiate virtutes ejus qui vos de tenebris vocavit in admirabile Lumen Suum."

Et Madeleine écrit :

"J'ai pu admirer cette merveille encore quelques instants et tout a disparu d'un seul coup."

Puis :

"Avec ardeur, j'ai désiré que le temps s'arrête... alors je n'aurais pas été la seule à voir Jésus, ce soir du 27 décembre, toute l'humanité aurait pu admirer cette Beauté... tous auraient eu le même désir que moi. Le contempler à jamais pour l'Éternité...

"Ses Yeux sont pleins d'amour, de douceur et de tristesse à la fois, et Sa voix est d'une douceur incomparable... Et tout le monde Le verra un Jour, pas lointain du tout, venir sur un nuage, et ce Jour-là toute la face de la terre sera dans un éblouissement total. Il est temps de lever la tête, vous pouvez encore être sauvés... Nous sommes tous un seul esprit en Dieu. Jésus qui a daigné me visiter... Il est autant présent avec vous, mais notre corps Le gêne et ne peut voir le spirituel..."

- Traduction du latin : "O Madeleine qu'un sort heureux a fait épouse !" "Annoncez les merveilles de Celui qui vous* a appelés* des ténèbres à son admirable Lumière."
(* vos est un pluriel en latin).

- Note : Madeleine avait décoré et fleuri l'Eglise pour un mariage, tâche qui lui avait été confiée en raison de l'absence des Soeurs et qui aurait dû être accomplie la veille si l'abbé l'Horset avait eu le temps de lui préciser où se trouvaient les pots de fleurs et objets nécessaires à la décoration.

"Le Message de Dozulé- suite"



8ème APPARITION
Mardi 12 juin 1973 à 19 h, à la chapelle

Madeleine termine la récitation du chapelet avec les soeurs et le prêtre. Elle sent un vent lui frôler le visage, croit à un courant d'air, mais intriguée demande au prêtre s'il a, lui aussi, senti ce vent. Après sa réponse négative, la lueur apparaît à la place du tabernacle "éclatante de beauté".

Jésus apparaît les mains tendues comme pour l'accueillir et dit :


"Ayez la bonté d'approcher jusqu'ici,"
(Madeleine avance près de Lui).


"Dites ceci à haute voix."
(Il a dicté mot à mot tout doucement Smile

"Je suis le Premier et le Dernier et le Vivant, et Tout ce qui vous a été donné : Je suis l'Amour, la Paix, la Joie, la Résurrection et la Vie. Baisez les personnes ici présentes par amour et par charité pour le prochain."

Ayez la bonté de répéter ceci :

"Attendite, quod in aure auditis, praedicate super tecta. Per te Magdalena civitas Dozulea decorabitur per Sanctam Crucem et aedificat Sanctuarium Domino in monte ejus. Terribilis est locus iste."

"Baisez la terre trois fois par pénitence pour l'Iniquité."

Jésus était très triste. Il a regardé longuement les trois personnes présentes et Il a dit :

"Dites ceci à haute voix aux personnes qui disent le chapelet avec vous" (les deux soeurs et le prêtre) :

"Hâtez vous d'annoncer au monde ce que vous avez vu et entendu en Mon Nom. Donnez l'ordre à l'Évéché d'annoncer Ma Loi, afin de faire élever la Croix Glorieuse et le Sanctuaire de la Réconciliation à l'endroit précis où Madeleine l'a vue six fois, et venez-y tous en procession."

Ensuite Jésus a levé les bras, les mains tournées vers Madeleine, Son regard était lointain, Il dit :

"Quand cette Croix sera élevée de terre, J'attirerai tout à Moi."

Puis Il a remis Ses bras et Ses mains comme pour l'accueillir et lui a dit :

"Ayez la bonté de venir ici chaque premier vendredi du mois, Je vous visiterai jusqu'à l'élévation de la Croix Glorieuse."

Madeleine L'admire un instant, puis Il disparaît en s'élevant un peu.

- Traduction du latin : Attention ! ce que vous entendez à l'oreille, proclamez-le sur les toits. Par vous, Madeleine, la cité de Dozulé sera ornée par la Sainte-Croix, et elle édifie un Sanctuaire au Seigneur sur sa montagne. Que ce lieu est redoutable !




9ème APPARITION
Vendredi 6 juillet 1973 à 19 19 h 05

A la chapelle, Jésus apparaît à la place du tabernacle, les mains tendues vers Madeleine comme pour l'accueillir. Il lui sourit longuement d'un sourire très doux et d'un regard d'une merveilleuse bonté. Il lève la main droite vers elle, pose l'autre sur sa poitrine et dit :

"Ayez la bonté de répéter ceci :

Misit Dominus Manum Suam et dixit mihi. "Spiritus Domini docebit vos quaecumque dixero vobis."

Allez dire à l'Évéché toutes les paroles que Je vous ai dictées, et la servante du Seigneur aura parlé une langue qui lui est étrangère."

"Mais Seigneur, dit Madeleine, je ne m'en souviens plus."

"Souvenez-vous de Ma Parole : Vous témoignerez à cause de Mon Nom et vous n'aurez pas besoin de vous exercer pour savoir ce que vous aurez à dire, car Je serai avec vous."

"Puis Jésus disparaît.

- Traduction du latin : "Le Seigneur étendit la main et me dit : L'Esprit du Seigneur vous enseignera tout ce que Je vous aurai dit."



Le premier vendredi d'aoùt 1973
Jésus n'est pas venu.Madeleine quitte la chapelle en pleurant, ne peut dormir et pense qu'elle n'a pas fait ce que Jésus lui avait demandé, d'aller à l'Évéché...

Elle y alla quelques jours plus tard avec le prêtre et Soeur B., hésitante et inquiète.

Sur place, l'Esprit Saint l'a fait se souvenir de tout et l'Évêque a dit : "Si ça vient de Dieu, ça persistera."

Elle est heureuse d'avoir accompli ce que Jésus lui demandait et dans la voiture, règne une grande Joie, au cours du retour à Dozulé.



"Sans Vous, Esprit-Saint, rien n'existe, rien n'est possible. Nous ne sommes que ténèbres. Mais lorsqu'on Vous possède : tout est joie, tout est amour, tout est possible."




10ème APPARITION
Vendredi 7 septembre 1973 à 7 h

A la chapelle, la lumière apparaît à la place du Saint-Sacrement, puis Jésus qui sourit, d'un si doux sourire.

"Faites la génuflexion et saluez... Réjouissez-vous, Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme Ressuscité, est là, devant moi, environné de lumière... Ses Mains et Son Visage resplendissent comme le soleil. Son Regard est Amour et Bonté... Et voici ce que dit le Premier et le Dernier et le Vivant, à vous tous qui en êtes les témoins :

Réjouissez-vous, réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur. Que votre Joie soit connue de tous les hommes. Réjouissez-vous, comme la servante du Seigneur ici présente surabonde de Joie dans la Lumière qu'elle découvre... Soyez humbles, patients, charitables...

(Et le regard plus grave)

"Baisez la terre trois fois par pénitence pour l'Iniquité."

Jésus avait le regard triste, Il regarde les gens dans la chapelle toujours d'un regard très triste, comme s'Il voyait le monde.

Madeleine Lui demande pourquoi et Il répond :

"Je suis triste à cause du manque de foi dans le monde, à cause de tous ceux qui n'aiment pas Mon Père..."

(Et très lentement) :

"Dites ceci à haute voix :

"Allez tous en procession à l'endroit précis où la servante du Seigneur a vu la Croix Glorieuse, et tous les jours dites cette HUMBLE PRIèRE, suivie d'une dizaine de chapelet (un "Notre Père...," et dix "Je Vous salue Marie...").

Puis Jésus dit :

"Dites le chapelet en entier ainsi que les personnes qui le disent avec vous."

(Dictée très lentement, gravement et fermement)

- Pitié mon Dieu, pour ceux qui Te blasphèment, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font.
- Pitié mon Dieu, pour le scandale du monde, délivre-les de l'esprit de Satan.
- Pitié mon Dieu, pour ceux qui Te fuient, donne-leur le goût de la Sainte-Eucharistie.
- Pitié mon Dieu, pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, qu'ils y trouvent la Paix et la Joie en Dieu, notre Sauveur.
- Pitié mon Dieu, pour que Ton Règne arrive, mais sauve-les, il en est encore temps...Car le temps est proche, et voici que Je viens. Amen. Viens, Seigneur Jésus."

Madeleine était en larmes. Jésus l'a regardée tristement tout le temps qu'elle a récité le chapelet. Après le chapelet, Il a dit :

"Seigneur, répands sur le monde entier les trésors de Ton infinie Miséricorde."

Ayez la bonté de répéter ceci :

"Vos amici Mei estis, si feceritis quae Ego praecipio vobis... A chaque fois que vous témoignerez en Mon Nom, ayez la bonté de répéter Ceci."

"Seigneur, je ferai Votre volonté", dit Madeleine.

- Traduction du latin : Vous êtes Mes amis si vous faites ce que Je vous commande.




11ème APPARITION
Vendredi 5 octobre 1973 à 19 h

A la chapelle, Jésus a pris la place du Saint-Sacrement. Il n'y a plus ni autel, ni ostensoir. Le Seigneur apparaît tout près de Madeleine, légèrement surélevé, les pieds posés sur une pierre plate et à côté quelques cailloux. Son pied droit est avancé et légèrement découvert, presque jusqu'à la cheville. Le pied gauche est caché en grande partie par la robe. Sa robe est retenue par une cordelière, l'encolure arrondie et froncée dégage un peu le cou, les manches sont assez larges, comme celles d'une aube, elle est tout d'une pièce. Ses cheveux assez longs retombent sur ses épaules. Ses mains sont lumineuses, comme son visage, celui-ci est merveilleux, le reste est blanc. Son regard est Amour et Bonté, très lumineux comme le soleil.

("Cette phrase, je la souligne, je la relève de Jésus", écrit Madeleine).

Il lui a souri, les mains tendues comme pour l'accueillir. Madeleine a fait la génuflexion. Elle a salué, ensuite elle s'est mise à genoux et a fait le Signe de la Croix.
("Je le fais machinalement sans qu 'Il ait eu besoin de me le demander, c'est sans doute Lui qui me le fait faire, il faut que je le fasse", précise Madeleine.)

Il est resté quelques instants sans parler. Elle admire cette merveille, et Il a dit :

"Dites aux personnes ici présentes qu'elles disent avec vous la prière que Je leur ai enseignée, suivie d'une dizaine de chapelet :

- Pitié mon Dieu, pour ceux qui Te blasphèment, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font.
- Pitié mon Dieu, pour le scandale du monde, délivre-les de l'esprit de Satan.
- Pitié mon Dieu, pour ceux qui Te fuient, donne-leur le goût de la Sainte-Eucharistie. Celui qui fait la volonté de Mon Père et qui mange de ce Pain vivra éternellement dans cette Lumière...
- Pitié mon Dieu, pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, qu'ils y trouvent la Paix et la Joie en Dieu, notre Sauveur.
- Pitié mon Dieu, pour que Ton Règne arrive, mais sauve-les, il en est encore temps... Car le temps est proche, et voici que Je viens. Amen. Viens, Seigneur Jésus."

Jésus récite tout doucement la dizaine de chapelet avec Madeleine qui attend chaque "Je Vous salue Marie..." et qui écrit :

"C'était si émouvant de dire ce chapelet avec Jésus que je ne l'avais jamais dit aussi doucement de ma vie."

Puis Jésus a dit :

"Seigneur, répands sur le monde entier les trésors de Ton infinie Miséricorde."

Madeleine note :

"Je crois que je n'ai pas répété cette phrase, absorbée par la Présence merveilleuse de Jésus. Je resterais indéfiniment à L'admirer sans rien dire et sans rien demander ; d'ailleurs il n'y a rien à demander, je n'entends pas, je ne bouge pas et quand Jésus est là je ne suis plus sur terre, je ne vois et ne pense plus à rien de ce qui m'entoure... Aucun mot ne peut expliquer ce que je ressens... On a l'impression que dans cette Lumière si limpide, on pourrait découvrir le fond de l'Univers ou de l'Éternité.

A tous ceux qui doutent, je puis affirmer qu'il y a bien un autre monde que celui que l'on voit, et le plus merveilleux c'est celui que l'on ne voit pas."

Jésus ajoute :

"Dites ceci à haute voix : "La Croix Glorieuse,

(Il a regardé l'assistance d'un regard circulaire)

élevée sur la haute butte doit être comparable à la ville de Jérusalem par sa dimension verticale. Ses bras doivent se dresser de l'Orient à l'Occident. Elle doit être d'une grande luminosité..."

(Et d'un air très grave)

"Ainsi en est le Signe du Fils de l'Homme...

Faites creuser à 100 mètres du lieu de la Croix Glorieuse, en direction de son bras droit, de l'eau en sortira. Vous viendrez tous vous y laver en signe de purification..."

(Se penchant vers Madeleine et sans lui préciser de le dire tout haut) :

"Soyez toujours dans la joie, ne vous lamentez pas sur le cataclysme général de cette génération, car tout ceci doit arriver. Mais voici qu'apparaît dans le ciel le Signe du Fils de l'Homme. Et maintenant doit s'accomplir le temps des Nations. Tous se frapperont la poitrine. Après l'évangélisation du monde entier, alors Je reviendrai dans la Gloire."

Il regarde Madeleine, lui sourit et disparaît.




12ème APPARITION
Vendredi 2 novembre 1973 à 19 h

A la chapelle, Jésus s'est présenté les mains ouvertes, a levé les bras en forme de Croix, la tête était légèrement penchée du côté droit comme si on allait Le crucifier ; il n'y avait pas de plaies, d'ailleurs je n'ai jamais vu Ses plaies. Il a dit :

"Dozulé est désormais une ville bénie et sacrée.. Vous vivez le temps du suprême effort du Mal contre le Christ. Satan est délié de sa prison. Il occupe la face entière de la terre."

Jésus me parle toujours très lentement. Ce jour-là, Sa voix était très très grave. J'étais très triste en Le voyant ainsi. Ensuite, Il m'a dit :

"Gog et Magog, son nombre est incalculable. Quoiqu'il arrive, ne vous inquiétez pas. Tous seront jetés dans le feu pour les siècles des siècles... Heureux celui qui n'est séduit que par le Dieu Suprême."

Ensuite Jésus a baissé Les bras et Les mains. Il a repris sa position normale, c'est-à-dire, comme d'habitude, les mains tendues vers moi et a dit :

"Ce Message est pour vous :

"Heureux celui qui n'est séduit que par le Dieu Suprême, car Mon Père n'est que Bonté. Il pardonne au plus grand pécheur au dernier instant de sa vie... Dites aux mourants repentants, que plus grand est le péché, plus grande est Ma Miséricorde. A l'instant même où son âme quitte son corps, elle se trouve dans cette splendide Lumière. Dites-leur - Paroles de Jésus."

Jésus lui a souri longuement, lui a laissé un grave message pour l'Évêque et lui a fait une communication la concernant personnellement... Puis Jésus disparaît.




Vendredi 7 décembre 1973
Jésus n'est pas venu.
Madeleine attend longtemps. A 7 h 45, elle quitte la chapelle.
Pourtant, elle sait qu'Il est toujours là, présent dans notre vie de tous les jours. "Mon Jésus, si vous saviez ce que je vous aime et Il le sait " écrit-elle.




13ème APPARITION
Vendredi 4 Janvier 1974 à 16 h 15

Madeleine, venue vers 14 heures faire du repassage chez les soeurs, va d'abord à la chapelle adorer Jésus. Sortie, elle y retourne vers 15 heures "comme si quelque chose la poussait "; elle se sent clouée sur place, portée à y rester indéfiniment; elle entend sonner 16 h 15...

Elle allait commencer sa dernière dizaine de chapelet, soudain elle tombe dans l'obscurité, sent son coeur battre fort et crie au prêtre présent à ce moment avec soeur M. :

"Qu'est-ce qui m'arrive, je n'y vois plus... J'ai peur... Quelle heure est-il ?... Je veux rentrer chez moi."

Elle entend le prêtre se rapprocher d'elle. Celui-ci dira :

"Je me suis approché près d'elle, elle donnait effectivement toutes les apparences de la cécité, l'impression d'être complètement perdue dans la nuit, les yeux éteints, le visage défait, désorientée et paniquée.

"J'ai essayé de la rassurer, pensant que c'était le premier épisode d'un phénomène mystique plutôt que d'une épreuve inattendue."

"Attendez quelques instants ça va passer", j'ai demandé à soeur M. de faire venir soeur B., qui est arrivée immédiatement.

Madeleine n'est pas rassurée pour autant ; elle écrit plus tard :

"Je me disais en moi-même : on voit bien que ce n'est pas lui qui est à ma place... Je me demandais ce que j'allais devenir, j'ai pensé à ma famille, mes enfants, que j'étais triste. Jésus m'avait bien dit que je souffrirais pour les pécheurs un jour apès une visite. Il ne m 'avait pas dit que je tomberais aveugle. Il m'avait dit ce qui adviendra de mon corps et plus spécialement que je souffrirais beaucoup d'esprit... si je l'ai dit c'est dans la peur...

"Je ne pensais pas non plus que cela venait de Jésus, ce n'était pas l'heure, car les autres fois, il était 7 heures du soir quand je Le voyais...

Alors dans cette terrible angoisse, dans les grandes ténèbres des yeux mais aussi de L'esprit, la joie s'empare de moi."

"Ses yeux qui étaient troublés retrouvent leur éclat, sa tristesse se transforme en joie immense, en paix indescriptible", dit le prêtre.

Elle écrit :

"J'imagine qu'il en est de même de quelqu'un qui souffre sur son lit de mort :
quand l'âme quitte son corps, il ne souffre plus, puis tout à coup il se trouve dans cette douceur, dans cette lumière spirituelle, il est transfiguré avec Jésus."

Puis la lumière lui apparaît comme d'habitude à la place du Saint-Sacrement
"encore plus belle, plus lumineuse, plus limpide que d'habitude"...

Madeleine qui était dans le bas de la chapelle pense :
"Je suis entre Ses mains, nous sommes tous entre Ses mains, Il est le Maître et fait de nous ce qu'Il veut, il faut Le remercier de toutes les grâces qu'Il nous accorde. Si nous y voyons, si nous entendons, si nous marchons, si nous avons la santé, si nous sommes heureux, c'est grà à Lui, à Lui seul. Il peut nous ôter tout cela en un seul instant..."

Et Jésus apparaît, la main droite sur Son Coeur, le bras gauche pendant le long du corps. Il lui sourit et lui dit :

"Pourquoi avez-vous peur ? Pourquoi doutez-vous ? Je suis là."

Elle lui répond :

"Seigneur, j'ai eu peur, j'ai cru que je tombais aveugle..."

Il lui dit :

"Dites-leur que tout homme sur cette terre est ainsi dans les ténèbres."

Et sans préciser de le dire tout haut :

"Baisez la Terre trois fois par pénitence pour le manque de Foi."
(Ce qu'elle a fait.)

Puis Jésus, d'un geste lent, a tiré la main de Son Coeur, l'a avancée vers elle pour lui faire signe d'approcher et Il lui a dit en même temps :


"Approchez jusqu'ici et saluez."
Madeleine se trouve alors à genoux tout près de Lui, Le salue comme Il le lui a appris. Il lui dit, la Main sur Son coeur :

"Ayez la bonté de répéter ceci :

Ecce Dominus Noster cum virtute veniet et illuminabit oculos servorum Suorum. Laetamini, laetamini in Domino, laetamini cum Magdalena. Paratum cor ejus : "Speravi in Domino, ut se simplicitas prodit amabilis."

Puis sans préciser de le dire tout haut :

"A chaque fois que vous retournerez à votre place après chaque Eucharistie, posez la main gauche sur votre coeur et la main droite croisée dessus."

Jésus a fait ce geste à mesure qu'Il lui expliquait... Il lui a souri quelques instants et Il a disparu.

- Traduction du latin : Voici que Notre Seigneur viendra avec puissance et illuminera les yeux de Ses serviteurs. Réjouissez-vous, réjouissez-vous dans le Seigneur, réjouissez-vous avec Madeleine. Son coeur est prêt : "J'ai espéré dans le Seigneur, pour que l'aimable simplicité le reflète."

Le premier vendredi du mois de février 1974

Jésus n'a pas paru.




14ème APPARITION
Le 1er mars 1974 de 15 h 30 à 15 h 40

A la chapelle, sont présents le prêtre, trois soeurs religieuses et quatre dames.

"Voici la Lumière", dit Madeleine.

Jésus se présente comme d'habitude au même endroit comme pour accueillir Madeleine. Il lui sourit quelques instants, Il lève les yeux au ciel, le regard grave et lointain. Il dit :


"Ayez la bonté de répéter ceci :
Il élève les bras en croix, un peu plus haut et Il dit tout doucement, chaque phrase est répétée par Madeleine.

"Ecce cujus imperti* Nomen est in aeternum. Quae videt Me, videt et Patrem Meum. Magdalena !" "Annuntiate virtutes ejus qui vos de tenebris vocavit in admirabile Lumen Suum. Nolite timere, Deum benedicite, et cantate Illi."

Jésus continue :

Je suis la Lumière du monde, et la Lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne L'ont point comprise."

"Pénitence, pénitence, pénitence baisez la terre trois fois par pénitence, pour le manque de Foi dans le monde."

Puis Il a repris sa position normale :

"Aujourd'hui Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme Ressuscité, me visite pour la huitième fois. Ses Mains, Son Visage resplendissent comme le soleil. Ses vêtements sont d'une blancheur éclatante, Son Regard est Amour et Bonté. Aimez votre prochain comme Je vous aime, que votre regard soit amour et bonté pour chacun d'entre vous. Baisez une personne présente par amour et par charité."

Madeleine a donné le baiser à la première personne qui se trouvait là, c'était soeur M. de l'A., supérieure générale de B.

Ensuite Jésus ajoute :

"Ce geste est signe d'amour et de réconciliation pour le monde entier. Réjouis-toi Marie, a dit l'Archange Gabriel à la Conception du Fils de l'Homme."

Et sur un ton très grave :

"En vérité, Je vous le dis, aujourd'hui il en est de même. Réjouissez-vous, car le temps est proche où le Fils de l'Homme reviendra dans la Gloire. Réjouissez-vous, réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur, que votre Joie soit connue de tous les hommes à cause des paroles que vous venez d'entendre, à cause de Mon Nom."

Puis quelques instants après :

"Que chacun de vous, dans le silence de son coeur, demande à Dieu la gràce qu'il désire; aujourd'hui même elle vous sera donnée."

Madeleine est restée quelques instants en silence. Puis elle a écouté les Paroles trè graves que Jésus lui a dites. Elle n'a pas osé les répéter àcause de leur gravité; elle les a confiées au prêtre au sortir de la chapelle.

Toujours dans la même position, le Seigneur poursuit :

"Dites à l'Église qu'elle renouvelle son message de PAIX au monde entier, car l'heure est grave. Satan dirige le monde, il séduit les esprits, les rend capables de détruire l'humanité - en quelques minutes - Si l'humanité ne s'y oppose pas, Je laisserai agir et ce sera la catastrophe, telle qu'il n'y en a pas encore eue depuis le déluge - et cela avant la fin du siècle. Tous ceux qui seront venus se repentir au pied de la Croix Glorieuse seront sauvés. Satan sera détruit, il ne restera que Paix et Joie."

Puis, Il disparaît.

* Voir note en fin de Message.
- Traduction du latin : "Voici Celui dont le Nom a un Règne Éternel. Celle qui Me voit, voit aussi Mon Père. Madeleine !" "Annoncez les merveilles de Celui qui vous* a appelés* des ténèbres à Son admirable Lumière. Ne craignez pas, bénissez le Seigneur et chantez pour Lui."
(* vos, en latin, est un pluriel)

"Le Message de Dozulé - suite"



15ème APPARITION
Vendredi 5 avril 1974 à 15 h 40

A la chapelle, le halo de Lumière se forme à la place de l'Ostensoir puis Jésus apparaît les mains tendues comme pour accueillir Madeleine qui L'admire "tellement c'est merveilleux".

Il lui sourit.

Elle Lui demande tout haut :

"Si vous êtes le Christ, pourquoi je ne vois jamais vos Plaies ?"

Le prêtre l'avait chargée de faire cette demande.

Jésus continuait de lui sourire.

"Quelle douceur inexplicable je ressentais à ce moment-là, je ne me sentais plus sur terre", écrit-elle.

Jésus lève alors La main droite et lui dit :


"La Paix soit avec vous"
"Dites ceci à haute voix :

ensuite Il a dit en reprenant sa position normale et ne souriant plus :

"Jésus demande : pourquoi ce trouble, pourquoi ces pensées s'élèvent-elles en vous ? Vous, les prêtres qui avez la charge d'accomplir ce que Je vous demande, est-il plus facile de crier miracle en voyant l'eau jaillir de la montagne que d'entendre la servante du Seigneur prononcer des paroles qu'elle ne connaît pas ? Hommes de peu de foi, souvenez-vous de Ma Parole."

La voix de Jésus était sévère :

"Ceux qui viendront en Mon Nom parleront des langues inconnues d'eux."

Après un petit moment de silence, et sans préciser de le répéter :

N'ayez aucun doute, levez-vous, touchez Mes Mains."

Madeleine s'est levée, Jésus lui a présenté Sa main gauche, puis Sa main droite.

Elle écrit :

"J'ai donc pris Ses deux mains dans les miennes."

(Les personnes présentes ont vu Madeleine tendre ses deux mains à droite puis à gauche, de chaque côté de l'ostensoir comme pour prendre les mains du Christ).

Il m'a dit :

"N'ayez plus de doute, un esprit n'a pas de main, pas de chair."

Madeleine s'est remise à genoux, à sa place.

Jésus lui a dit :

"Dites-leur ceci : (elle a répété tout haut) n'ayez plus de doute, c'est bien Jésus Ressuscité que je vois aujourd'hui pour la septième fois*. Je viens de Lui toucher les Mains."

Puis répondant aussi au désir de ceux qui ne savaient où creuser le bassin, Madeleine demande tout haut :

"Seigneur, où faut-il creuser pour avoir de l'eau ?"

Il lui a répondu :

"La Croix Glorieuse élevée sur la haute butte, la plus proche de la limite du territoire de Dozulé, à l'endroit exact où se trouve l'arbre à fruits, l'arbre du Péché, car la Croix Glorieuse relèvera de tout péché. Ses bras doivent se dresser de l'Orient à l'Occident. Chaque bras doit mesurer 123 mètres et sa hauteur six fois plus. C'est à partir de ces 123 mètres, lieu qu'occupe la Croix, que doivent se mesurer les 100 mètres. Puis faites creuser un bassin de 2 mètres sur 1,50 mètre et 1 mètre de profondeur. Faites un enclos. De l'eau en sortira."

Puis, Jésus ajoute :

"Si votre coeur est sec, il y aura peu d'eau et peu seront sauvés."

Puis Il dit :

"Vos amici Mei estis si feceritis quae Ego praecipio vobis, dixit Dominus."

Jésus ajoute :

"Mettez la main gauche sur votre coeur et la droite posée dessus."

Puis Jésus disparaît, Madeleine est retournée ainsi à sa place.

Elle a envie de crier sa joie, elle pleure de joie et dit au prêtre et à une personne présente, en sortant de la chapelle :

"Jésus est bien vivant. Ressuscité en chair, je Lui ai touché Ses mains. Ce sont des mains de chair comme les nôtres, elles sont tièdes... j'avais envie de chanter..."

Sur sa demande, on chante le Magnificat.

"J'ai ordre de ne rien dire, on doit obéir aux prêtres et aux évêques, c'est cela qui m 'a retenue. J'aurais voulu crier ma joie à tout le monde afin de donner la Joie de Jésus Ressuscité à. tous ceux qui doutent."

- Traduction du latin : Vous êtes Mes amis si vous faites ce que Je vous commande, dit le Seigneur.
* Voir note en fin de Message.



Vendredi-Saint 12 avril 1974

Dans l'après-midi, après accord entre soeur B. et le propriétaire de l'herbage, trois hommes creusèrent le bassin. Il faisait froid, et sur un réchaud à alcool, dans le fond du bassin en cours de creusement, soeur B. réchauffa du café pour les volontaires...




16ème APPARITION
Jésus se présente les mains tendues vers Madeleine. Il lui sourit, elle est très heureuse, elle resterait indéfiniment en Sa présence. Il dit :

"Dites ceci à haute voix :

"Le prêtre n'est pas dans l'erreur, cet arbre penché est le symbole du péché. Arrachez-le avant que n'apparaissent les fruits, et hâtez-vous de faire élever à sa place la Croix Glorieuse, car la Croix Glorieuse relèvera de tout péché."

Madeleine dit :

"Un instant après, Jésus a mis les mains jointes sur Sa poitrine. Il m'a regardée tristement, j'ai vu deux larmes couler de Ses yeux. J'ai pleuré à ce moment-là. Jésus était si triste."

Ensuite, Il a dit :

"Malheur à l'humanité tout entière, s'il n'y a pas d'eau dans ce bassin dans les cinquante jours qui suivent sa mise à jour, car Satan empêche la purification du plus grand nombre. Souvenez-vous de Ma Parole, Je laisserai agir à cause du manque de Foi."

Un moment après :

"Dites à l'Eglise qu'elle envoie des Messages dans le monde entier et qu'elle se hâte de faire élever, à l'endroit indiqué, la Croix Glorieuse et au pied un Sanctuaire. Tous viendront s'y repentir et y trouver la Paix et la Joie. La Croix Glorieuse, ou le Signe du Fils de l'Homme, est l'annonce du prochain retour dans la Gloire de Jésus Ressuscité. Quand cette Croix sera élevée de terre, J'attirerai tout à Moi."

Jésus dit ensuite :

"Trouvez onze personnes dans cette ville bénie et sacrée, elles seront Mes disciples. Elles quêteront de porte en porte en Mon Nom pour l'élévation de la Croix Glorieuse. Et voici les commandements que doit respecter chaque disciple :

- Travaillez jusqu'à l'élévation de la Croix Glorieuse,
- soyez humbles, patients, charitables, afin que l'on reconnaisse en vous Mes disciples,
- ne cherchez aucun intérêt personnel, uniquement celui de faire élever la Croix Glorieuse, car tout homme qui sera venu s'y repentir sera sauvé."

Ensuite Jésus lui dit, sans préciser de le répéter :

"Dites au prêtre que Je vous visite pour la dix-septième fois, car la Croix Glorieuse, c'est aussi Jésus Ressuscité."

Note : En vain, le prêtre et Madeleine avaient gravi ensemble la Haute-Butte pour essayer de localiser le lieu de la Croix. Ensuite, ils s'aidèrent de lampes électriques pointées vers le ciel.
Madeleine resta à la fenêtre d'où elle avait vu six fois la Croix et dirigea le prêtre qui faisait l'ascension de la Haute-Butte. Celui-ci aboutit sur un petit oppidum circulaire délimité par un fossé et qui, précisément est à la limite du territoire de Dozulé. Restait à situer sur cet oppidum l'endroit exact où le Seigneur demandait l'implantation de la Croix.
Le prêtre pensait que ce pouvait bien être à la place de ce pommier penché. Mais il n'en était pas sûr et n'en dormit pas de la nuit.

Jésus confirme ici la justesse de son sentiment.

Le bassin avait été creusé en comptant 223 mètres sur une corde attachée au tronc de ce pommier. La venue de l'eau dans ce bassin devint la préoccupation essentielle. On en oublia même de se rendre sur le lieu de la Croix. Pour cette eau qui ne vient pas, on fait une neuvaine après la Pentecôte.

Une nuit, Madeleine et Soeur M. rêvent que l'eau est apparue dans le bassin, en font part au prêtre le matin qui répond : "Que vous faites de beaux rêves, ma Soeur." Il avait constaté la veille au soir, qu'il n'y avait pas d'eau dans le bassin. Madeleine monte tout de même à la Haute Butte et constate que l'eau est bien là, et beaucoup : 30 centimètres de hauteur.

La station météorologique questionnée, répond qu'il n'a pas plu la nuit précédente et qu'une telle hauteur ne peut être amenée par une pluie.




Suite du Message ici:http://dozule.perso.neuf.fr/indexfr.html
ou là
Source:http://dozule.perso.neuf.fr/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dozulé:Le Message du CHRIST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une préfiguration du règne de Christ
» message breton
» Comment écrire un message sur le forum ?
» duplication message
» télépnone, message, mon chouchou d'amour ...........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Livres/Archives/Documents etc...-
Sauter vers: