Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités - Palestine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Actualités - Palestine   30/12/2009, 20:43

Gaza : Marche pour la liberté
publié le lundi 28 décembre 2009

Communiqué de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS)

Gaza : Marche pour la liberté

Un an après l’offensive meurtrière israélienne contre la population palestinienne dans la bande de Gaza, celle-ci continue à vivre un siège israélien insupportable.

L’adoption du rapport Goldstone par les Nations unies (Conseil des Droits de l’Homme et Assemblée générale) n’a pas abouti à des sanctions contre Israël, qui continue à violer les droits humains les plus élémentaires et le droit international en toute impunité.

Plus de 1300 citoyens de 43 pays entier se sont faits les porte-parole des citoyens du monde entier épris de paix de justice et de liberté pour témoigner sur place notre solidarité au peuple palestinien et singulièrement à la population de Gaza.

Les participants à la Marche de la liberté ont un message essentiel : il faut contraindre Israël à lever le siège.

Jusqu’à présent, le gouvernement égyptien continue à refuser le passage de la frontière aux marcheurs. C’est une position inique, qui contribue à l’isolement inhumain de la population de Gaza.

Les participants à la Marche multiplient cependant depuis l’Egypte les initiatives de solidarité : marches aux bougies, lancers de fleurs, chants, manifestations diverses. Plusieurs centaines d’avocats égyptiens ont eux aussi marché pour Gaza le 27.

La France, elle, ne peut laisser faire le crime que constitue le siège de Gaza. Avec ses partenaires européens, elle doit prendre toutes les mesures utiles, pressions économiques, sanctions, qui s’imposent contre Israël pour contraindre le gouvernement de Tel-Aviv à cesser ce blocus inhumain et illégal.

Paris, le 28 décembre 2009 ».

Source : http://www.france-palestine.org/article13627.html


Une lettre ouverte aux « élites » de France par Nicole Guillaumé et lisible sur son blog à cette adresse : http://www.france-palestine.org/article13627.htmlhttp://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-lettre-ouverte-aux-diplomates-fran-ais-pour-qu-ils-s-impliquent-dans-la-marche-pour-la-liberte-de-gaza-42048107.html


Lettre ouverte aux diplomates français pour qu'ils s'impliquent dans la marche pour la liberté de Gaza

La Marche pour la Liberté de Gaza
De Nicole Guihaumé
Envoyé le mer. 30/12/09 15:37
A : bernard.kouchner@diplomatie.gouv.fr; michele.roccoz@diplomatie.gouv.fr; antoine.anfre@diplomatie.gouv.fr; philippe.errera@diplomatie.gouv.fr

Madame, Messieurs,

Ce n'est pas de gaîté de cœur que je m'adresse à vous. Je désapprouve en totalité votre politique, et s'il se trouve que je suis française, cette nationalité ne me procure que de la honte et du dégoût. Ce qui s'est passé à Gaza me donne envie de vomir, et quand je vois les photos de dirigeants français et israéliens réunis, j'ai des nausées. Il se trouve qu'aujourd'hui je suis française, que c'est ce pays dans lequel j'ai fait l'erreur de naître qui fait ses coups en douce, envoie Helios 2B en mission, et bloque la presse pour que nous ne soyons pas informés de ce que la France projette de participer à l'édification d'un mur inqualifiable avec l'Egypte. Se tait sur le nucléaire israélien, et menace de sanction l'Iran sans preuve.

Gaza a pu advenir du fait de votre complicité. Si demain, j'étais jurée dans un tribunal qui se prononce sur votre culpabilité, je dirais coupable, sans la plus petite circonstance atténuante. Je ne vous soutiendrais en rien. Si demain votre descendance vous rejetait, je serais heureuse pour elle du seul fait qu'elle aurait au moins accès à cette liberté de pensée, et par là même à un minimum de dignité, ce qui semble vous faire défaut.

Vous le savez très évidemment, la marche pour Gaza rencontre des difficultés. Je vous désapprouve, mais je suis, aujourd'hui, française, et c'est depuis cette position que je sollicite de vous quelques instants de réflexion, que vous mesuriez la gravité dont est entachée toute entrave à cette marche. C'est tout simplement ignoble.

Je vous demande en clair de vous ressaisir et de faire en sorte qu'elle aboutisse. Le livre paru cette année "Sarkozy, Israël et les Juifs" a rencontré beaucoup de difficultés, et cependant, il les a dépassées et se vend très bien. Certes vous pouvez le diffamer comme font les sayanims sur tous les forums de discussion accessibles. Ca ne changera rien. Le public est de plus en plus éduqué, de plus en plus critique, et soutient les Juifs opposés au sionisme, refusant catégoriquement l'assimilation de l'antisionisme à l'antisémitisme, proche en cela de Neve Gordon, se réjouissant de l'entendre hier chez Riz Khan.

Je ne sais pas si vous m'entendrez. Je publie en tout cas cette demande sur mon blog et la communique aux Juifs opposés au sionisme avec lesquels je suis en contact.

Je vous prie d'agréer, Madame, Messieurs, l'expression de mes sentiments distingués,

Nicole Guihaumé

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/


Dernière édition par Bardamu le 15/2/2010, 08:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   31/12/2009, 16:09

Gaza: marches internationales contre le blocus israélien

Des centaines de militants pacifistes ont manifesté jeudi des deux côtés de la frontière entre Israël et la bande de Gaza pour protester contre le blocus imposé par les autorités israéliennes à l'enclave palestinienne.
"Il s'agit d'une (démarche) pacifiste et non violente dont l'objectif est d'exprimer la solidarité de la communauté internationale avec le peuple (palestinien) qui souffre à Gaza", a déclaré à l'AFP Amjad al-Shawa, un des organisateurs de la manifestation, basé à Gaza.

Un groupe de 84 militants anti-blocus d'ONG internationales est arrivé mercredi soir à Gaza via l'Egypte pour une marche de solidarité marquant le premier anniversaire de l'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne.

Initialement, 1.400 militants d'ONG internationales venus de 43 pays devaient participer à la marche, mais l'Egypte n'a autorisé qu'une centaine d'entre eux à se rendre à Gaza.
Ces militants, accompagnés par quelques centaines de Palestiniens, se sont rendus au terminal d'Erez, le principal point de passage entre Israël et la bande de Gaza, réservé aux malades, journalistes, diplomates et membres d'organisations humanitaires.

Parmi eux, se trouvait un petit groupe de juifs ultra-orthodoxes anti-sionistes tenant une banderole avec ces mots: "Oui au judaïsme, non au sionisme. L'Etat d'Israël doit disparaître".

Du côté israélien du terminal d'Erez, des dizaines de manifestants israéliens et étrangers ont brandi des drapeaux palestiniens et des banderoles sur lesquelles était écrit "Stop au siège" et "Liberté pour Gaza".
Ces manifestants étaient pour la plupart venus en autobus du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-est (annexée en 1967), une zone de frictions fréquentes entre Palestiniens et militants de gauche israéliens, d'une part, et colons juifs d'autre part.
M. Shawa a précisé que les deux marches entendaient symboliser ainsi la communauté de destin entre la bande de Gaza et la Cisjordanie occupée.
Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, s'est félicité de la venue des militants pro-palestiniens internationaux.
"Nous ne sommes pas seuls à Gaza. Nous avons beaucoup d'amis en dehors de Palestine qui sont venus aujourd'hui manifester contre le siège (de Gaza), contre l'occupation israélienne, contre les crimes israéliens à Gaza et dans toute la Palestine", a déclaré le porte-parole du Hamas à Gaza, Taher al-Nounou.
Au Caire, des policiers égyptiens s'en sont pris jeudi à coups de pied et de poing à des militants d'ONG internationales venus participer à une "marche de liberté pour Gaza", blessant un manifestant, ont affirmé les organisateurs.
le 27 décembre 2008, Israël avait déclenché une meurtrière offensive militaire de 22 jours contre la bande de Gaza, qui a fait plus de 1.400 morts côté palestinien et 13 côté israélien, afin de faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire.
La bande de Gaza est soumise à un strict blocus par Israël depuis la prise de pouvoir du Hamas dans ce territoire en juin 2007 lors d'un coup de force contre l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas.Source :
http://www.aujourdhui-en-france.fr/flash-actualite-monde/gaza-marches-internationales-contre-le-blocus-israelien-31-12-2009-761400.php

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   31/12/2009, 18:19

La marche pour Gaza attaquée par la police égyptienne


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   31/12/2009, 19:14

Revenir en haut Aller en bas
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   9/1/2010, 00:11

06/01/2010 Egypt-Gaza Palestiniens contre policiers égyptiens terrorisés !!!



La tension est montée mercredi à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, où un policier égyptien a été tué et cinq Palestiniens blessés lors d'un échange de tirs.

L'incident a eu lieu à la suite à .......


http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2010-01-06/tirs-entre-l-egypte-et-gaza-1-policier-egyptien-tue-5-palestinien/924/0/410938
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   10/1/2010, 22:18

Courage d'un jeune turc


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   20/1/2010, 18:50

Des français participant à la Marche pour Gaza ont réussi à déployer un drapeau palestinien sur une des pyramide de Gizeh.

J'y vois un message clair au gouvernement égyptien. Pour paraphraser Bonaparte : "Egyptiens, songez que du haut de ces monuments, un peuple martyrisé et une partie du monde contemplent votre lâche complicité"



J'ai remis le drapeau à l'endroit, dans leur précipitation ils l'avaient posé à l'envers Mad


Gaza Freedom March : des marcheurs lyonnais témoignent

Mercredi 20/01/2010 | Posté par Rafika Bendermel Source : http://yahoo.lyon.bondyblog.fr/news/gaza-freedom-march-des-marcheurs-lyonnais-temoignent

Fin décembre 2009, la Gaza Freedom March réunissait, au Caire, des centaines de marcheurs. Leur objectif ? Se rendre dans la bande de Gaza pour soutenir les gazaouis, alerter le monde sur leurs conditions de vie et apporter une aide matérielle. De retour d’Egypte, sans avoir finalement pu entrer dans Gaza, des marcheurs lyonnais ont livré à Rafika leur témoignage.

Le 27 décembre dernier, rendez-vous est pris au Caire pour près de 1400 marcheurs, venus des quatre coins du monde. Ces derniers doivent se rendre à Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, pour tenter par la suite d'aller à la rencontre des Gazaouis. Mais les bus réservés n’arriveront jamais et la nouvelle tombe comme un coup de massue : les autorités égyptiennes interdisent la Gaza Freedom March. « Le gouvernement égyptien savait pourtant depuis septembre que nous allions venir. Il possédait même la liste des marcheurs ainsi que des hôtels où nous allions dormir. » explique Lila, marcheuse lyonnaise et membre de l’association Europalestine.

La réaction des marcheurs français est alors immédiate. « Nous avons décidé d’occuper la rue de l’ambassade de France en organisant un sit-in pour réclamer nos bus. L’ambassade se situant dans une très grande avenue du centre du Caire, la circulation s’est vite retrouvée bloquée. La police anti-émeute est alors arrivée avec un interprète ».

Une grande mobilisation

Des dizaines de policiers encerclent les marcheurs qui se replient sur le trottoir de l’ambassade. Les 1400 marcheurs n’étant pas autorisés à entrer dans Gaza, Code Pink, l’association américaine qui a lancé l’appel cet été, tente alors de négocier avec le gouvernement. Une centaine de personnes est finalement autorisée à entrer. « Les Gazaouis l’ont très mal pris. Ils ont en assez de recevoir des délégations qui rendent visite et qui s’en vont. », note, avec une pointe d’amertume, Lila. Pour Afifa Zenati, membre su Collectif 69, cela reste tout de même positif: « N’oublions pas que les actions menées ont eu un grand écho dans les médias, en particulier dans le monde arabe. Trois cents Français qui campent devant l’ambassade pendant six jours, en plein centre du Caire, ça attire l’attention ! »

Des actions inédites

Le revers rencontré par les marcheurs n’a pas entamé leur motivation. « Certains ont décidé de monter sur la pyramide de Gyseh avec un drapeau palestinien caché sous leurs vêtements. C’était très risqué. Au début, ils se sont même trompés et l’ont mis à l’envers comme on le voit sur la photo.» rapporte Lila. Parmi les autres actions menées, les marcheuses me font part d’une manifestation devant l’ambassade d’Israël, d’un marathon dans les rues du Caire ainsi que d’une marche depuis le Musée national, lieu hautement touristique. « Au départ, il n’y avait pas de contact avec la société civile. Mais comme beaucoup parmi les français parlaient arabe, la communication s’est alors très vite établie avec les Egyptiens qui nous ont réellement soutenus.» ajoute Afifa Zenati.

Encerclés par des barrières

Houda Afsouni, travailleuse sociale à Villeurbanne et engagée en tant que simple citoyenne, se souvient, quant à elle, des conditions de vie particulières des marcheurs français : « Nous étions encerclés par des barrières et cela 24 heures sur 24 pendant six jours avec autour de nous près de 500 policiers. C’était parfois très dur, physiquement et mentalement. Nous dormions par terre sur un trottoir. Les toilettes de l’ambassade étaient le seul endroit où trois cents personnes se lavaient. Mais au bout de trois jours, il fallait montrer ses papiers pour entrer. C’était dur de ne pas craquer ».

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   21/1/2010, 08:00

Sayed Nasrallah: "Nous changerons la face de la région, et l'occupation disparaitra".

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé ce vendredi un discours à l'ouverture du congrès annuel de "La Rencontre internationale et arabe pour le soutien à la résistance", au palais de l'UNESCO à Beyrouth. Et ce en présence de centaines d'intellectuels, d'hommes politiques et de presse, arabes et étrangers, militants pour la résistance.



En voici les principaux extraits :

Le Liban a rejeté une fois pour toute cette fausse croyance qui prône que "la force du Liban réside dans sa faiblesse" et l'a remplacée par "la force du Liban réside dans la solidarité entre son armée, son peuple et sa résistance". Le Liban a réussi à chasser l'occupant de sa terre, et à mettre son peuple et sa nation sur la nouvelle voie avancée de la victoire décisive.


Je vais évoquer le côté brillant du conflit actuel: Lorsque les forces de l'arrogance ont créé "Israël" en tant qu'entité usurpatrice et caserne militaire avancée, elles aspiraient à une forte entité coloniale et expansionniste qui garantit en permanence leurs intérêts dans la région, sous le slogan du grand "Israël".

Les sionistes croyaient qu'ils étaient proches de la concrétisation du projet du grand "Israël", jusqu'à la guerre d'octobre 1973 qui fut un tournant important dans le conflit israélo-arabe. Les deux armées syrienne et égyptienne ont tracé une épopée héroïque et historique inoubliable, et ont mis fin aux aspirations sionistes expansionnistes.

Quelques années plus tard, le régime égyptien a retiré l'Égypte du conflit contre "Israël", et ceci fut le plus grand revirement dans l'histoire du conflit. Mais Dieu a permis à l'Iran, à travers l'Imam Khomeiny, de s'introduire dans le conflit, formant ainsi le deuxième tournant historique.

Lorsqu'Israël a réussi à envahir le Liban en 1982, ceci a ressuscité son rêve d'établir le grand "Israël", mais la résistance l'a chassé d'une façon humiliante le 25 mai 2000, date de l'annonce de l'échec de la théorie du grand "Israël".

S'en est suivi un autre slogan, celui du fort "Israël". Mais le déclenchement de l'intifada en Palestine a créé un sentiment de faiblesse chez les sionistes, qui ont commencé à parler de "la bataille de l'existence". Ainsi, la résistance à Gaza a chassé l'occupation. Les sionistes souhaitaient noyer Gaza en mer mais c'est Gaza qui va les faire noyer.

"Israël" a ensuite mené une guerre offensive contre le Liban en 2006 dans le but d'éliminer la résistance, mais cette dernière est restée efficace et est devenue plus forte. Israël avait voulu par cette guerre restaurer sa force dissuasive perdue, mais il a n'a fait que dilapider le reste de sa force.

Les rêves du fort Israël se sont écroulés à Maroun elRas et Bent Jbeil, ainsi qu'à Gaza en 2008.

"Israël" passe aujourd'hui par une véritable crise, la crise de l'armée invincible, celle du commandement, et de la confiance aux institutions et à l'avenir. Il tente aujourd'hui de restaurer le tout en battant les tambours de la guerre et en proférant des menaces quotidiennes, des menaces qui ne font peur qu'aux lâches et aux vaincus, alors que ceux qui ont expérimenté les champs de bataille, aspirent à la lutte pour offrir à leur nation une nouvelle victoire.


Pour contrecarrer la résistance, Israël a recours à la Communauté internationale, au Conseil de sécurité, à certains régimes arabes et aux murs d'acier, mais en revanche, il fait plein de calculs concernant un possible affrontement militaire. Pour la première fois, Israël cherche des garanties pour sa victoire dans la prochaine guerre.

Les forces hégémoniques mondiales ont profité de leur domination pour agresser nos peuples. Elles ont occupé l'Afghanistan et l'Irak, menacé l'Iran et la Syrie, essayé de contrôler le Liban, soutenu les guerres contre le Liban et Gaza… Leur objectif était de frapper les mouvements de résistance opposés au projet de l'hégémonie qui tente d'imposer une solution à la cause palestinienne selon les conditions israélo-américaines, pour entrainer définitivement la région dans l'ère américano-sioniste.

Le titre de cette bataille était "le nouveau Moyen-Orient" dont a parlé Condoleezza Rice, mais le projet de la résistance a pu effectuer des exploits historiques.

Les mouvements de résistance ont fait preuve de ténacité dans tous les champs de bataille aussi bien que dans les tentatives de liquidation et d'assassinats physiques et moraux.
Ils ont persévéré devant les pressions et les isolements. Nos peuples sont restés attachés à la culture de la dignité et de la liberté, entrainant ainsi le processus de paix dans un coma et provoquant l'effondrement du projet du nouveau Moyen-Orient, et ce, grâce à la lutte des combattants et au sang des femmes, des enfants et des vieux.

Nous pouvons au moins parler aujourd'hui de l'échec, du fiasco et du recul du projet américain, et tous ces facteurs constituent un prélude à la fin de ce projet belliciste contre notre nation.

Le meilleur dans tous ces développements c'est que les victoires de la résistance ont eu lieu dans les pires circonstances arabes et internationales, dans un contexte de blocus et de trahison de la part de nos proches arabes. Nous disons ceci pour confirmer à nos peuples que le choix de la résistance est un choix réaliste, rationnel, logique et victorieux, disposant de larges perspectives pour survivre et n'est pas une modique vague de colère.

Le projet de résistance et ses mouvements ont besoin de toute forme de soutien et d'appui, surtout face à la guerre psychologique.
D'autres dangers menacent également les mouvements de résistance, à leur tête la guerre de la "manipulation et de désinformation" qui s'adresse au conscient collectif, en portant atteinte à la crédibilité de la résistance, à la confiance en ses partisans et de la nation en elle, en débattant aussi de son efficacité et de son impact sur les sociétés malgré ses victoires tangibles, en l'accusant de commettre des crimes qui n'ont rien à voir avec elle, en l'accusant de vices moraux comme le trafic des drogues, en l'accusant de liens avec des pays régionaux comme l'Iran et la Syrie (que nous remercions continuellement pour leur soutien inconditionnel), en la qualifiant de terroriste, en l'assimilant à la culture de la mort, en l'entrainant dans des conflits internes qu'elle rejette, en faisant pression pour que les mouvements de résistance changent de priorités, en empêchant la voix de la résistance de prendre part aux congrès, et en imposant des lois injustes sur ses médias à l'instar du projet de loi américain qui veut faire taire les deux chaines Al Manar et Al Aqsa.

Je vous appelle donc à soutenir la résistance en premier lieu face à cette immense guerre psychologique qu'ils appellent "la guerre douce", une guerre qui était à l'origine de la chute de l'Union soviétique comme le prétendent les Américains. Mais je vous assure que cette guerre ne nous ébranlera pas et nous allons y faire face par tous les moyens.

Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=4850&Itemid=108

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   24/1/2010, 10:42

Pétition pour traduire Israël en justice !!!!!!!!!!!!




[size=16]L'ONU exige 500.000 signatures pour pouvoir traduire l'état d'Israel en justice; voici le lien : http://www.france-palestine.org/article11097.html

A faire passer !




NB: Bien que tout le monde sait que l'ONU est dirrigée par les responsables du massacre à Gaza, je me suis dit qu'il faut quand même tenter, et faire les chose, comme on dit "Qui ne tente rien n'a rien!"
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   24/1/2010, 13:51

Merci oum_ibrahim13 ! On peut être triste je crois quand on voit le nombre de personnes ayant signé cette pétition !!

Je propose d'envoyer le lien de cette dernière à chacun de nos contacts de messagerie (envoi groupé), même s'ils ne signent pas tous, c'est toujours ça et puis utiliser les outils de Big Brother pour une juste cause ça a du bon !!

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   25/1/2010, 13:12

Bien sur Bardamu, c'est une trés bonne chose ce que tu propose.
N'hésite pas à l'envoyer aux membres du forum et les inciter aussi à ce qu'ils diffusent le message autour d'eux!

Merci de m'avoir demander avant, cette politesse me surprend en ces temps de "barbarerie"!
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   25/1/2010, 22:30



Bombes au phosphore sur Gaza
Le texte et le lien que je poste ce soir ne parlent pas directement de la marche pour la liberté de Gaza bien que l'attaque de l'année dernière soit clairement évoquée, c'est juste pour vous parler d'un homme courageux et qui va au bout de ses convictions. Il s'agit de Gidéon LEVY, israélien, journaliste à Haaretz.


Je suis un « bon garçon » typique de Tel Aviv, un produit banal du système éducatif israélien. Je ne viens pas d’une famille engagée et j’ai fait mon service militaire quand j’ai eu l’âge. J’ai même fait pire que ça : j’ai travaillé pour Shimon Perès pendant quatre ans... Pendant tout ce temps, on m’a dit que les Arabes étaient mauvais et cherchaient à nous détruire, qu’Israël était David et faisait face au Goliath Arabe. J’ai écouté Golda Meir quand elle disait qu’après la Shoah, les Israéliens pouvaient tout se permettre. J’aurais dû rester dans cet état d’esprit, normalement. Mais voilà, je suis allé dans les territoires palestiniens, j’y ai rencontré des gens, et j’ai évolué du tout au tout. Depuis 25 ans j’essaye de raconter au peuple israélien une histoire qu’il ne veut pas entendre.


La suite ici : http://www.article11.info/spip/spip.php?article671

Un article de Levy écrit après l'attaque de Gaza :

La guerre de Gaza s’est terminée
sur un échec cuisant pour Israël

Gideon Levy *

Nous publions ci-dessous un article de Gideon Levy, publié dans le quotidien israélien Haaretz, le 23 janvier 2009. Il est difficile d’établir le «bilan» que fait Gideon Levy, entre autres à l’aune des «destructions» humaines – avec les traumas profonds qui s’ensuivent, sur la durée – et matérielles infligées par l’armée israélienne à la population de Gaza (quelque 1,6 million d’habitants enfermés dans le canton d’Obwald, pour «faire image» à destination d’un lecteur helvétique). Toutefois, prendre connaissance de cette précieuse voix qui s’exprime en Israël est une nécessité. (réd.)

Au lendemain du retour du dernier soldat israélien de Gaza, on peut affirmer avec certitude qu’ils [les soldats] s’y sont tous rendus en vain. Cette guerre s’est terminée par une défaite cuisante.

Cela dépasse de loin un profond échec moral – qui relève déjà d’un grave problème en tant que tel –, cela renvoie à l’incapacité d’atteindre les objectifs affichés. En d’autres termes, la désolation n’est pas complétée par un insuccès. Nous n’avons rien gagné dans cette guerre, si ce ne sont des centaines de tombes, certaines minuscules, des milliers de personnes mutilées, beaucoup de destructions et une dégradation de l’image d’Israël.

Ce qui semblait de devoir être des pertes qui ne seraient infligées qu’à une poignée d’individus [les «combattants du Hamas»], au début de la guerre, est progressivement apparu comme un massacre de beaucoup d’autres, une fois les trompettes de la victoire baissant de ton.

L’objectif premier de la guerre était présenté ainsi : mettre fin aux tirs de roquettes Qassam. Ils n’ont pas cessé jusqu’au dernier jour de la guerre, seulement après qu’un cessez-le-feu a été déclaré. Les représentants du ministère de la Défense estiment que le Hamas détient toujours un millier de roquettes.

Le second objectif présenté, la prévention de la «contrebande» [par l’utilisation des tunnels en direction de l’Egypte], n’a pas été atteint. Le chef du service de sécurité du Shin Bet [service de sécurité israélien] a estimé que la «contrebande» reprendra dans les deux mois.

La plus grande partie de cette contrebande est destinée à ravitailler en nourriture une population assiégée, pas à obtenir des armes. Néanmoins, même si nous admettons la campagne visant à stimuler la peur, à propos de la «contrebande», avec ses exagérations, cette guerre a servi à prouver qu’uniquement des armes de mauvaise qualité, rudimentaires, passaient par les tunnels de contrebande entre la bande de Gaza et l’Egypte.

La capacité d’Israël à atteindre son troisième objectif déclaré est de même marquée par le sceau du doute. Dissuasion? Mon œil ! La capacité dissuasion que nous devions avoir obtenue lors la Seconde Guerre du Liban [2006] n’a eu aucun effet sur le Hamas. La dissuasion proclamée obtenue aujourd’hui ne fonctionne pas mieux : les tirs sporadiques de roquettes depuis la bande de Gaza se sont poursuivis au cours des derniers jours.

Le quatrième objectif, resté inavoué, n’a pas été rempli. Les «Forces de défense israéliennes» (IDF) n’ont pas retrouvé leurs capacités. Cela ne pouvait pas être le cas au cours une «presque-guerre» contre une faible organisation, équipée de manière primitive, qui s’appuie sur des armes improvisées, avec des combattants qui n’ont quasiment pas engagé le combat.

Les récits héroïques et les poèmes de victoire conjugués au « triomphe militaire » ne permettront pas de modifier cette réalité. Les pilotes ont effectué des missions de formation et les forces terrestres ont été engagées dans des exercices qui impliquaient des systèmes de coordination [reconnaissance, coordination entre les divers éléments : aérien, infanterie, chars, forces navales, aviation] et usage de la force de frappe.

Présenter l’opération comme une « réussite militaire », comme l’ont fait différents généraux et analystes qui voulaient donner leur avis sur l’opération, est tout simplement ridicule.

Nous n’avons pas affaibli le Hamas. La grande majorité de ses combattants n’ont pas été blessés et le soutien populaire à l’organisation s’est en fait renforcé. Leur guerre a accru l’esprit de résistance et renforcé leur endurance. Un pays comme le nôtre – qui a élevé une génération entière dans l’esprit de se battre seuls contre tous – devrait être capable de saisir cette réalité à l’heure actuelle. Aucun doute ne peut exister à propos de la question : qui était David et qui était Goliath dans cette guerre ?

La population de Gaza, avec ces coups si durs qu’elle a encaissés, ne va pas devenir plus modérée maintenant. Au contraire, le sentiment national va se tourner plus que jamais contre la partie qui a porté ces coups : l’Etat d’Israël. Tout comme l’opinion publique en Israël vire à droite après chaque agression contre nous, il en ira de même à Gaza après l’attaque géante que nous avons lancée contre eux.

Si quelqu’un a été affaibli avec cette guerre, c’est le Fatah, dont la fuite et l’abandon de Gaza prennent aujourd’hui une importance particulière. Dans la série d’échecs de cette guerre, il faut ajouter, c’est l’évidence, l’échec de la politique de blocus [de Gaza]. Un moment, nous avions déjà compris qu’elle était inefficace. Le monde a boycotté, Israël a assiégé, et le Hamas a gouverné (et il est toujours au pouvoir).

Mais le bilan de cette guerre, pour ce qui a trait à Israël, ne se limite pas à l’absence de toute réussite. La guerre nous a imposé un lourd handicap : il continuera à peser sur nous durant longtemps. Lorsque viendra le moment d’évaluer la position internationale d’Israël, nous ne devrons pas nous laisser tromper par la manifestation des soutiens des dirigeants d’Europe. Ils sont venus le temps d’une séance de photos avec le Premier ministre Ehud Olmert.

Les actions d’Israël ont porté un coup sérieux à l’appui de l’opinion publique à l’Etat d’Israël. Bien que cela ne se traduise pas toujours dans la situation diplomatique immédiate, l’onde de choc va nous arriver un jour. Le monde entier a vu les images. Elles ont choqué tous les êtres humains qui les ont regardées, même si elles ont laissé froids la plupart des Israéliens.

Ce qu’ils en concluent, c’est qu’Israël est un pays violent et dangereux, dépourvu de toute modération et faisant fi ouvertement des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, tout en ne respectant aucunement le droit international. Des enquêtes sont en cours.

Plus grave encore est le dommage que cela infligera à notre moral. Il y aura des questions difficiles sur ce que les IDF ont effectivement fait à Gaza. Elles s’imposeront malgré les tentatives de brouiller les choses par les médias recrutés [par le pouvoir].


Puisse le courage et la clairvoyance de cette homme ouvrir les yeux d'un grand nombre de ses compatriotes en Palestine occupée mais aussi dans le monde.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   29/1/2010, 21:09

antipropagande a écrit:
Courage d'un jeune turc




Petite traduction:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   30/1/2010, 02:18

Merci antipropagande pour cette vidéo trés émouvante.

Sait-tu à qui il parle?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   30/1/2010, 20:18

Trafic d'organes palestiniens: "Israël" est le seul qui confisque les cadavres
<TABLE border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%">

<TR>
<td class=Author>Leila Mazboudi </TD>
<td align=right> </TD></TR></TABLE>
<TABLE border=0 cellSpacing=0 cellPadding=2 width=200 align=left>

<TR id=ctl00_ContentPlaceHolder1_imgRow>
<td></TD></TR>
<TR id=ctl00_ContentPlaceHolder1_imgCaptionRow>
<td style="PADDING-LEFT: 5px; PADDING-RIGHT: 5px" class=PictureCaption>Le cadavre de Bilal Ghanem (19ans) après sa restitution </TD></TR></TABLE>22/08/2009 L'article du journaliste suédois Donald Boström "Nos fils pillés de leurs organes" fait toujours parler de lui.

Évoquant l'implication de soldats israéliens dans un trafic d'organes de Palestiniens tués durant les guerres et lors de leur détention dans les prisons israéliennes, il le lie au réseau découvert aux États-Unis, impliquant plusieurs rabbins, dont le Grand rabbin de la communauté juive syrienne aux États-Unis Saul Kassin, et le fils d'un rabbin séfarade, Salomon Dwek, et surtout un résident de Brookline, un certain Levy Izhak Rosenbaum.

C'est ce dernier qui est soupçonné d'être le responsable des ramifications de ce trafic jusqu'en Israël.

Comme prévu, cet article s'est attiré les foudres de l'entité sioniste, voire par extension, de certaines voix juives de par le monde.
Après avoir en vain tenté d'interdire la publication de cet article, voire sa condamnation par le gouvernement suédois, c'est directement l'accusation traditionnelle d'antisémitisme qui a été brandie contre ce pays.

Le chef de la diplomatie Avigdor Liebermann a donné le ton. D'autres voix ont suivi. Pour sa part, le ministre de la guerre Ehud Barak a menacé de porter plainte contre le journal.
Or, le récit du journaliste suédois du quotidien Alfonbladet est bien étayé.
Il fournit dans son papier le témoignage d'un professeur de Harvard en chirurgie de transplantation, Francis Delmonici qui assure qu'il est connu dans le milieu que ce genre de trafic est exercé en Israël (comme dans d'autres régions du monde) .

Il rapporte également les récits de plusieurs familles palestiniennes, les Khaled de Naplouse, les Raed de Djénine et autres, dont les fils, des activistes œuvrant contre l'occupation, ont été tués à bout portant, et dont les cadavres ont été restitués quelques jours plus tard, disséqués.


Selon le chercheur et ancien détenu palestinien Abdelnasser Farawné, les accusations du journal suédois sont très plausibles.

"Les mécanismes d'assassinats exercés depuis des décennies sur les Palestiniens pourraient très bien avoir eu pour but ce trafic", estime –t-il lors d'un entretien accordé au journal palestinien en ligne, " Arabs 48".


Donnant comme exemple les cadavres de milliers de Palestiniens et d'Arabes, tués dans des conditions ambigües, qui n'ont jamais été restitués à leurs proches, et seraient enterrés dans les cimetières numérotés.

Farawné assure qu'Israël est la seule entité dans le monde qui adopte la politique de confiscation des cadavres des Palestiniens et des Arabes morts durant leur détention dans ses prisons, et ce depuis 1967.
Signalant que lorsqu'il se résigne à les restituer, comme ceci a eu lieu en 2008 dans le cadre d'un accord indirect avec le Hezbollah, ce sont les dépouilles des cadavres désagrégés qui sont restitués, voire leurs squelettes, de sorte que personne ne puisse rien soupçonner.

En plus, des centaines d'autres Palestiniens et Arabes sont portés disparus. Soupçonnés d'avoir été enlevés par les autorités de l'occupation, celles-ci ont sans cesse nié leur présence dans leurs centres de détention.
Ceux-là aussi auraient pu faire l'objet de trafic d'organes, conclut-il.

Dernier épisode de cette affaire: l'ambassadeur israélien à Stockholm a été convoqué au ministère suédois des affaires étrangères pour régler la crise qui a éclaté entre les deux parties.
Aucune enquête n'a été ordonnée. Aucun suivi ne devrait survenir. Même les médias peinent à l'évoquer.
Il faut s'attendre à ce qu'elle soit classée, comme les nombreuses affaires similaires dont souffre le peuple palestinien.



source: http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=100247&language=fr


Revenir en haut Aller en bas
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   30/1/2010, 21:00

oum_ibrahim13 a écrit:
Merci antipropagande pour cette vidéo trés émouvante.

Sait-tu à qui il parle?

Il parle aux policiers égyptiens qui les empêchaient d' emmener des vivres (dont des médicaments) en Palestine. C'est vrai qu'elles font quelques choses au coeur les paroles de ce juste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   30/1/2010, 21:12

Il est clair que si un jour le lien est prouvé entre les criminels arrêtés à New York et Israël, ce qui reste à ce jour une rumeur prendra un tout autre sens, mais je doute que l'on parvienne un jour à connaître la vérité (Ce serait vraiment étrange et paradoxal que la justice de l'Empire mette à mal la réputation de son allié le plus proche, pour ne pas dire son mentor!!).

Je précise que personnellement, je pense que ce sujet, tant qu'il n'est pas révélé au grand jour preuves à l'appui, dessert plutôt que l'inverse la seule cause palestinienne dans la mesure où, si grande est l'horreur qu'il insinue, il ressemble à une rumeur propagandiste que l'esprit se refuse à envisager.
Ceci dit, quand on sait à quel degré de perfection l'état sioniste a porté le mensonge, quand on connait la teneur de certains passages du Talmud et qu'on sait avec quel infini mépris certains juifs considèrent tous ceux qui n'appartiennent pas au peuple élu, on est en droit de se poser la question de l'éventualité de ce trafic ignoble...



Concernant le jeune turc qui apostrophe les policiers ou les soldats égyptiens, je me dis que les mots profondément justes et plein d'humanité qu'il a prononcés vont rester gravés dans l'esprit de ceux qui les auront entendus...

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poussin



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   7/2/2010, 17:40

Quelques chiffres que je ne connaissais pas, cela donne une vision plus precise en ces temps de propagande de la situation actuel des palestiniens




prenez la vite elle va pas restez longtemps les amis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Un Moment de Vérité   12/2/2010, 08:41

Document Kairos de Pales­tine Ce texte est téléchargeable ici : www.oikoumene.org/fileadmin/files/wcc-main/2009pdfs/Kairos%20Palestine_Fr.pdf

Un moment de vérité
Une parole de foi, d’espérance et d’amour venant du cœur de la souffrance palestinienne


Appel de chrétiens palestiniens pour que l’on mette fin à l’occupation de la Palestine, Bethléem, 11 décembre 2009

Un groupe de chrétiens palestiniens représentant diverses Eglises et organisations d’Eglise ont lancé un appel exalté et rempli de prières pour que l’occupation de la Palestine par Israël prenne fin.

L’appel, publié lors d’une réunion qui s’est tenue le 11 décembre à Bethléem, intervient alors que de nombreux Palestiniens ont le sentiment de se trouver dans une impasse. Il interpelle la communauté internatio­nale, les responsables politiques de la région et les Eglises du monde entier sur leur rôle dans l’aspiration à la liberté du peuple palestinien. Même «au milieu de ce tumulte», l’appel se veut une parole de foi, d’espé­rance et d’amour.


Intitulé «Un moment de vérité», l’appel fait écho à une démarche similaire engagée par les Eglises sud-africaines au milieu des années 1980, au paroxysme de la répression sous le régime d’apartheid. Cet appel avait permis de galvaniser les Eglises et l’opinion publique à travers un effort concerté qui avait fini par entraîner la chute de l’apart­heid.

Nous, un groupe de Palestiniens chrétiens, après avoir prié, réfléchi et échangé devant Dieu sur l’épreuve que nous vivons sur notre terre, sous occupation israélienne, nous faisons entendre aujourd’hui notre cri, un cri d’espoir dans l’absence de tout espoir, uni à notre prière et à notre foi en Dieu qui veille, dans sa divine Providence, sur tous les habitants de cette terre. Nous inspirant du mystère de l’amour de Dieu pour tous et de celui de sa présence divine dans l’histoire des peuples et, plus particulièrement, dans celle de notre terre, nous voulons dire aujourd’hui notre parole, comme chrétiens et comme Palestiniens, une parole de foi, d’espérance et d’amour.

Pourquoi maintenant?

Parce que le drame du peuple palestinien est arrivé, aujourd’hui, à une impasse, et que ceux qui peuvent prendre les décisions se contentent de gérer le conflit au lieu d’agir sérieusement pour le résoudre. Cela remplit les cœurs des fidèles de peine et de questionnements: que fait la communauté internationale? Que font les chefs politiques en Palestine, Israël et dans le monde arabe? Et, que fait l’Eglise? Car il ne s’agit pas simplement d’une question politique, mais, plutôt, d’une politique qui détruit la personne humaine. Et cela concerne l’Eglise.

Nous nous adressons à nos frères et sœurs dans nos Eglises ici, dans cette terre. De même que nous adressons notre appel, en tant que Palestiniens et en tant que chrétiens, à nos chefs religieux et politiques, à notre société palestinienne et à la société israélienne, aux responsables de la communauté internationale et à nos frères et sœurs dans les Eglises du monde.

La réalité

«Ils disent ‹Paix! Paix!› et il n’y a point de paix» (Jr 6,14). Tous en effet parlent de paix et de processus de paix au Moyen-Orient, alors que tout cela n’est jusqu’à maintenant que pures paroles. Alors que la réalité est l’occupation israélienne des Territoires palestiniens, notre privation de notre liberté et tout ce qui en résulte:
Le mur de séparation, qui a été construit sur les terrains palestiniens, en a confisqué une grande partie, a converti nos villes et nos villages en prisons et en a fait des cantons séparés et dispersés. Gaza, après la guerre cru­elle déclenchée par Israël en décembre 2008 et janvier 2009, continue à vivre dans des conditions inhumaines, sous embargo permanent et reste isolée géographiquement du reste des Territoires palestiniens.
Les colonies israéliennes qui nous dépouillent de notre terre, au nom de Dieu ou au nom de la force, contrôlent nos ressources naturelles, surtout l’eau et les terres agricoles, dont elles privent des centaines de milliers de Palestiniens. Elles sont aujourd’hui un obstacle face à toute solution politique.
L’humiliation à laquelle nous sommes soumis chaque jour aux points de contrôle militaires, pour nous rendre à notre travail, à nos écoles ou à nos hôpitaux.
La séparation entre les membres d’une même famille, qui rend la vie familiale impossible pour des milliers de Palestiniens, lorsque l’un des époux n’est pas porteur d’une carte d’identité israélienne.
La liberté religieuse elle-même, à savoir la liberté d’accès aux lieux saints, devient limitée, sous prétexte de sécurité. Les lieux saints de Jérusalem sont inaccessibles à un grand nombre de chrétiens et de musulmans de la Cisjordanie et de Gaza. Les gens de Jérusalem eux-mêmes ne peuvent accéder à leurs lieux saints certains jours de fêtes, de même que certains de nos prêtres arabes ne peuvent entrer à Jérusalem sans difficultés.
Les réfugiés font partie de notre réalité. La plupart d’entre eux vivent encore dans les camps dans des situations difficiles inacceptables pour les êtres humains. Eux, qui ont le droit de retour, attendent ce retour depuis des générations. Quel sera leur sort?
Les milliers de personnes détenues dans les prisons israéliennes font elles aussi partie de notre réalité. Les Israéliens remuent ciel et terre pour un seul prisonnier, mais ces milliers de prisonniers palestiniens qui croupissent dans les prisons israéliennes, quand verront-ils la liberté?
Jérusalem est le cœur de notre réalité. Elle est en même temps symbole de paix et signe de conflit. Après que le «mur» a créé une séparation entre les quartiers palestiniens de la ville, les autorités israéliennes ne cessent de la vider de ses habitants palestiniens, chrétiens et musulmans. On leur confisque leur carte d’identité, c’est-à-dire leur droit de résider à Jérusalem. Leurs maisons sont démolies ou confisquées. Jérusalem, ville de la réconciliation, est devenue la ville de la discrimination et de l’exclusion, et donc source de conflit au lieu d’être source de paix.
Par ailleurs, Israël tourne en dérision le droit international et les résolutions internationales, avec l’impuissance du monde arabe comme de la communauté internationale face à ce mépris. Les droits de l’homme sont violés. Malgré les multiples rapports des organisations locales et internationales des droits de la personne, l’oppression continue.
Les Palestiniens de l’Etat d’Israël, tout en étant des citoyens ayant tous les droits et les devoirs que leur confère la citoyenneté, ont eux aussi subi une injustice historique et ne cessent de souffrir de politiques discriminatoires. Eux aussi attendent d’obtenir tous leurs droits et d’être traités à égalité avec tous les citoyens de l’Etat.
L’émigration est une autre dimension de notre réalité. L’absence de toute vision ou espoir de paix et de liberté a poussé les jeunes, chrétiens et musulmans, à émigrer. Le pays se voit ainsi privé de sa ressource la plus importante et la plus riche: une jeunesse instruite. La diminution du nombre de chrétiens, en particulier en Palestine, est une des graves conséquences de ce conflit, de l’impuis­sance et de l’échec aux niveaux local et international à trouver une solution globale au problème.
Face à cette réalité les Israéliens prétendent justifier leurs actes comme actes de légitime défense. C’est pourquoi l’occupation continue, de même que les punitions collectives et les représailles de toutes sortes contre les Palestiniens. C’est là, à notre avis, une vision renversée des choses. Oui, il y a une résistance palestinienne à l’occupation. Mais, précisément, s’il n’y avait pas d’occupation, il n’y aurait pas de résistance; il n’y aurait eu non plus ni peur ni insécurité. Voilà ce que nous constatons, et nous appelons les Israéliens à mettre fin à l’occupation. Ils verront alors un nouveau monde, dans lequel il n’y a ni peur ni menaces, mais sécurité, justice et paix.
La riposte palestinienne face à cette réalité a revêtu de nombreuses formes. Certains ont choisi la voie des négociations: c’est là la position officielle de l’Autorité palestinienne. Mais cela n’a pas fait avancer le processus de paix. D’autres partis politiques ont eu recours à la résistance armée. Israël s’en est servi comme prétexte pour accuser les Palestiniens d’être des terroristes, ce qui lui a permis d’altérer la véritable nature du conflit, le présentant comme une guerre israélienne contre le terrorisme et non comme une résistance palestinienne légitime à l’occupation israélienne.
Le conflit interne entre les Palestiniens, ainsi que la séparation de Gaza du reste des territoires palestiniens n’ont fait qu’aggraver la tragédie. Il convient aussi de noter que bien que la division ait affecté les Palestiniens eux-mêmes, la responsabilité pèse pour beaucoup sur la communauté internationale, car elle a refusé d’accueillir positivement la volonté du peuple palestinien telle qu’elle a été exprimée avec les résultats des élections menées démocratiquement et légalement en 2006.
Encore une fois, nous proclamons que notre parole chrétienne, au milieu de toute notre tragédie, est une parole de foi, d’espérance et d’amour.


Une parole de foi


Nous croyons en Dieu, un Dieu bon et juste.

Nous croyons en Dieu, un et unique, créateur de l’univers et de l’humanité, un Dieu bon, juste et aimant toutes ses créatures. Nous croyons que toute personne humaine est créée par Dieu à son image et à sa ressemblance. La dignité de l’être humain provient de celle de Dieu et elle est égale en toute personne humaine. Cela veut dire pour nous, ici et maintenant sur cette terre en particulier, que Dieu nous a créés non pour que nous nous disputions et nous affrontions, mais afin que nous nous connaissions et nous aimions les uns les autres, et pour édifier ensemble cette terre, par notre amour et notre respect mutuel.
Nous croyons en son Verbe éternel, son Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, qu’il a envoyé comme Sauveur du monde.
Nous croyons en l’Esprit Saint qui accompagne l’Eglise et l’humanité dans leur cheminement. C’est lui qui nous aide à comprendre les Ecritures, dans les deux Testaments, formant une seule unité, ici et maintenant. C’est lui qui nous révèle la manifestation de Dieu à l’humanité, dans le passé, le présent et l’avenir.

Comment comprendre la Parole de Dieu?

Nous croyons que Dieu a parlé à l’humanité, ici, dans notre pays: «Après avoir, à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les Prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils qu’il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les siècles» (Hb 1,1–2).
Nous, Palestiniens chrétiens, comme tout chrétien dans le monde, nous croyons que Jésus Christ est venu accomplir la Loi et les Prophètes. Il est l’alpha et l’oméga, le début et la fin. Illuminés par lui et guidés par le Saint Esprit, nous lisons les Ecritures, nous les méditons et nous les interprétons, comme le fit Jésus aux deux disciples d’Emmaüs: «Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toutes les Ecritures, ce qui le concernait» (Lc 24,27).
Le Christ est venu proclamer que le Roy­aume de Dieu est proche. Il a provoqué une révolution dans la vie et la foi de l’humanité. Il nous a porté un «enseignement nouveau» (Mc 1,27) et une lumière nouvelle pour comprendre l’Ancien Testament et les principaux sujets qui y sont mentionnés et qui ont rapport avec notre foi chrétienne et notre vie quotidienne, tels les promesses, l’élection, le peuple de Dieu et la terre. Nous croyons que la Parole de Dieu est une parole vivante qui jette une lumière nouvelle sur chacune des péri­odes de l’histoire. Elle manifeste aux croyants ce que Dieu dit ici et aujourd’hui. C’est pourquoi il n’est pas permis de transformer la Parole de Dieu en lettres mortes qui défigurent l’amour et la Providence de Dieu dans la vie des peuples et des personnes. C’est là le défaut des interprétations bibliques fondamentalistes, qui nous portent la mort et la destruction lorsqu’elles figent la Parole de Dieu et la transmettent, comme parole morte, de génération en génération. Cette parole morte est utilisée comme une arme dans notre histoire présente, afin de nous priver de notre droit sur notre propre terre.

La vocation universelle de notre terre

Nous croyons que notre terre a une vocation universelle. Dans cette vision d’universalité, le concept des promesses, de la terre, de l’élection et du peuple de Dieu s’ouvrent pour embrasser toute l’humanité, à commencer par tous les peuples de cette terre. A la lumière des Ecritures Saintes nous voyons que la promesse de la terre n’a jamais été à la base d’un programme politique. Elle est plutôt une introduction au salut universel, et donc le début de la proclamation du Royaume de Dieu sur terre.
Dieu a envoyé à cette terre les patriarches, les prophètes et les apôtres porteurs d’un message universel. Aujourd’hui nous y constituons trois religions, le judaïsme, le christianisme et l’islam. Notre terre est terre de Dieu, comme l’est tout pays dans le monde. Elle est sainte par sa présence en elle, car lui seul est le Très Saint et le sanctificateur. Il est de notre devoir, nous qui l’habitons, de respecter la volonté de Dieu sur elle et de la libérer du mal de l’injustice et de la guerre qui est en elle. Terre de Dieu, elle doit être terre de réconciliation, de paix et d’amour. Et cela est possible. Si Dieu nous a mis, deux peuples, dans cette terre, il nous donne aussi la capacité, si nous le voulons, d’y vivre ensemble, d’y établir la justice et la paix et d’en faire vraiment une terre de Dieu: «Au Seigneur le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants» (Ps 24,1).
Notre présence, en tant que Palestiniens – chrétiens ou musulmans – sur cette terre n’est pas un accident. Elle a des racines profondes liées à l’histoire et à la géographie de cette terre, comme c’est le cas de tout peuple aujourd’hui qui vit sur sa terre. Une injustice a été commise à notre égard, lorsqu’on nous a déracinés. L’Occident a voulu réparer l’injustice qu’il avait commise à l’égard des juifs dans les pays d’Europe, et il l’a fait à nos dépens et sur notre terre. Il a ainsi réparé une injustice en en créant une autre.
De plus, nous voyons certains théologiens occidentaux vouloir donner eux aussi une légitimité théologique et scripturaire à l’injustice commise à notre égard. Selon leurs interprétations, les promesses sont devenues une «menace pour notre existence», et la «bonne nouvelle» même de l’Evangile est devenue pour nous une «une annonce de mort». Nous invitons ces théologiens à approfondir leur réflexion sur la Parole de Dieu et à rectifier leurs interprétations, de sorte à voir dans la Parole de Dieu une source de vie pour tous les peuples.
Notre lien avec cette terre est un un droit naturel. Ce n’est pas seulement une question d’idéologie ou de théorie théologique. Pour nous, c’est une question de vie ou de mort. Certains ne sont pas d’accord avec nous, et nous traitent même en ennemis pour la seule raison que nous voulons vivre libres sur notre terre. Parce que Palestiniens, nous souffrons à cause de l’occupation de notre terre, et parce que chrétiens, nous souffrons des fausses interprétations de certains théologiens. Face à cela, notre rôle consiste à rester fidèles à la Parole de Dieu, source de vie, non de mort, et à conserver la «bonne nouvelle» comme elle est, «bonne» pour nous et pour tous les hommes. Face à ceux qui menacent notre existence comme Palestiniens, musulmans et chrétiens, par les Ecritures Saintes, nous renouvelons notre foi en Dieu, car nous savons que la Parole de Dieu ne peut pas être pour nous une source de mort.
Nous déclarons donc que le recours à l’Ecriture Sainte pour justifier ou soutenir des choix ou des positions politiques se fondant sur l’injustice, imposés par un homme à son prochain ou par un peuple à un autre, transforme la religion en idéologie humaine et prive la Parole de Dieu de sa sainteté, de son universalité et de sa vérité.
Nous déclarons également que l’occupation israélienne des Territoires palestiniens est un péché contre Dieu et contre la personne humaine, car elle prive les Palestiniens des droits humains fondamentaux que Dieu leur a accordés, et défigure l’image de Dieu dans les Israéliens - devenus occupants - comme dans les Palestiniens, soumis à l’occupation. Toute théologie qui prétend justifier l’occupation en se basant sur les Ecritures, la foi ou l’histoire est bien loin des enseignements chrétiens, car elle appelle à la violence et à la guerre sainte au nom de Dieu, le soumettant à des intérêts humains du «moment présent» et déformant son image dans les êtres humains qui subissent une injustice politique et théologique. […]

L’espérance

Bien qu’il n’y ait apparemment aucune lueur d’espoir, notre espérance reste ferme. La situation présente, en effet, n’annonce aucune solution proche, ni la fin de l’occupation qui nous est imposée. Les initiatives sont certes nombreuses, de même que les congrès, les visites et les pourparlers, mais tout cela n’est suivi d’aucun changement dans notre réalité et nos souffrances. Même la nouvelle position des Etats-Unis, annoncée par le président Obama, et sa volonté manifeste de mettre fin à ce drame, a été incapable d’y apporter un quelconque changement. La réponse israélienne, refusant catégoriquement toute solution, ne laisse aucune place à l’espoir.
Malgré cela, notre espérance reste ferme, car nous la tenons de Dieu. Il est bon, tout-puissant et aimant. Sa bonté finira par vaincre un jour le mal dans lequel nous vivons. Saint Paul nous dit: «Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? […] Qui nous séparera de l’amour du Christ? La tribulation, l’angoisse, la persécution, la nudité, les périls, le glaive? Selon le mot de l’Ecriture: A cause de toi, l’on nous met à mort tout le long du jour […] aucune créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu» (Rm 8,31.35.36.39).

Que veut dire espérer?

L’espérance qui est en nous signifie en tout premier lieu croire en Dieu et, deuxièmement, aspirer malgré tout à un avenir meilleur. Enfin, elle signifie ne pas fonder notre espoir sur des illusions, car nous savons que la solution n’est pas proche. Espérer veut dire être capable de voir Dieu au milieu de l’épreuve et d’agir avec son Esprit en nous. A partir de cette vision nous puisons la force pour persévérer, survivre et nous efforcer de changer notre réalité. Espérer veut dire ne pas se ré­signer devant le mal, mais dire non à l’oppression et à l’humiliation, et continuer à résister au mal. Nous ne voyons que destruction dans le présent et dans l’avenir; nous voyons la tyrannie du plus fort et sa volonté d’imposer davantage de séparation raciste et de promulguer des lois qui bafouent notre dignité et notre existence. Nous voyons aussi perplexité et division parmi les Palestiniens. Cependant, si, aujourd’hui, nous résistons et agissons de toutes nos forces, peut-être que la ruine qui se dessine à l’horizon n’aura pas lieu.

Signes d’espérance

L’Eglise – ses chefs et ses fidèles – sur cette terre, montre de nombreux signes d’espérance, malgré sa faiblesse et ses divisions. Nos communautés paroissiales sont vivantes. Les jeunes y sont des messagers actifs pour la justice et la paix. Outre l’engagement des personnes, les institutions diverses des Eglises font de la présence chrétienne une présence active, de service, de prière et d’amour.
Parmi les signes d’espérance, il y a les nombreux centres locaux de théologie, qui ont un caractère social et religieux, dans toutes nos Eglises. Le caractère œcuménique, malgré certaines hésitations, se manifeste de plus en plus dans les rencontres entre les différentes familles d’Eglises.
Les nombreux dialogues interreligieux sont aussi autant de signes d’espérance, notamment le dialogue islamo-chrétien, au niveau des responsables comme au niveau d’une partie du peuple. Toutefois, il faut savoir que le dialogue est une longue marche et un effort qui se perfectionne jour après jour, en vivant les mêmes épreuves et les mêmes attentes. Le dialogue existe aussi entre les trois religions – judaïsme, christianisme et islam – et nombre d’autres dialogues ont lieu aux niveaux académique ou social. Tous ces dialogues s’efforcent d’abattre les murs qu’impose l’occupation et de s’opposer à la déformation de l’image de l’autre dans le cœur de ses frères et sœurs.
Parmi les signes les plus importants d’espérance, il faut mentionner la constance des générations qui croient à la justice de leur cause ainsi que la persévérance de la mémoire, qui n’oublie pas la catastrophe, «la nakba» et sa signification. La même prise de conscience est à l’œuvre dans de nombreuses Eglises à travers le monde, qui désirent mieux connaître la vérité sur ce qui se passe ici.
De plus, nous voyons, chez beaucoup de gens, une détermination à dépasser les rancunes du passé. Ils sont prêts à la réconciliation une fois la justice rétablie. Le monde prend conscience de la nécessité de restaurer les droits politiques des Palestiniens. Des voix juives et israéliennes plaidant pour la paix et la justice s’élèvent à cette fin, soutenues aussi par la communauté internationale. Il est vrai que ceux qui sont pour la justice et la réconciliation restent impuissants à mettre fin à l’injustice. Ils représentent cependant une force humaine qui a son importance et pourrait abréger le temps de l’épreuve et rapprocher celui de la réconciliation.

Mission de l’Eglise


Notre Eglise est une Eglise d’hommes et de femmes qui prient et servent. Leur prière et leur service sont une prophétie qui porte la voix de Dieu dans le présent et l’avenir. Tout ce qui arrive dans notre pays et à toute personne humaine qui l’habite, toutes les épreuves et les espérances, toute injustice et tout effort pour l’arrêter, tout cela est une partie de la prière de notre Eglise et du service de toutes ses institutions. Nous remercions le Seig­neur parce qu’elle élève sa voix contre l’injustice, bien que certains voudraient qu’elle reste dans son silence, isolée dans ses dévotions.
La mission de l’Eglise est une mission prophétique qui proclame la Parole de Dieu dans le contexte local et dans les événements quotidiens, avec audace, douceur et amour pour tous. Et si l’Eglise prend un parti, c’est celui de l’opprimé. Elle se tient à ses côtés, de même que Jésus s’est mis du côté du pauvre et du pécheur qu’il a appelé à se repentir, à vivre et à retrouver la dignité que Dieu lui a donnée et dont personne n’a le droit de le priver.
La mission de l’Eglise consiste à annoncer le royaume de Dieu, un royaume de justice, de paix et de dignité. Notre vocation comme Eglise vivante est de témoigner de la bonté de Dieu, et de la dignité de la personne humaine. Nous sommes appelés à prier et à élever notre voix pour annoncer une société nouvelle où les hommes croient en leur dignité et en celle de leur adversaire.
L’Eglise annonce le Royaume de Dieu, qui ne peut être lié à aucun régime terrestre. Jésus dit devant Pilate: «Oui, je suis roi, mais mon royaume n’est pas de ce monde» (cf. Jn 18,36.37). Saint Paul dit: «Le règne de Dieu n’est pas affaire de nourriture ou de boisson, il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint» (Rm 14,17). C’est pourquoi la religion ne soutient et ne défend aucun régime politique injuste. Elle soutient et défend la justice, la vérité et la dignité humaine et essaie de porter la purification nécessaire dans les régimes qui pratiquent l’injustice et violent la dignité de la personne humaine. Le royaume de Dieu ne peut être lié à aucun système politique, car il est plus grand, plus universel que tout système politique en particulier.
Jésus dit: «Le royaume de Dieu est parmi vous» (cf. Lc 17,21). Cette présence en nous et parmi nous est l’extension du mystère de la Rédemption et c’est la présence de Dieu parmi nous et le fait d’en prendre conscience en tout ce que nous faisons ou disons. Devant cette présence divine, nous agissons jusqu’à ce que soit accomplie la justice que nous attendons sur cette terre.
Les dures circonstances qu’a vécues et que vit encore notre Eglise palestinienne l’ont amenée à purifier sa foi et à mieux connaître sa vocation. Nous avons réfléchi sur notre vocation et nous l’avons mieux découverte au milieu de la souffrance et de l’épreuve: aujourd’hui nous portons en nous la force de l’amour, non pas celle de la vengeance; la culture de la vie, non pas celle de la mort. Ceci est source d’espoir pour nous, pour l’Eglise et pour le monde.
La Résurrection est le fondement de notre espérance. Jésus est ressuscité, vainqueur de la mort et du mal. Ainsi pouvons-nous, nous aussi, et tous les habitants de cette terre, vaincre le mal de la guerre grâce à elle. Quant à nous, nous resterons une Eglise de témoins, persévérante et agissante sur la terre de la Résurrection.

L’amour
Le commandement de l’amour


Le Christ nous a dit: «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» (Jn 13,24). Il nous a déjà montré comment aimer et comment traiter nos ennemis. Il a dit: «Vous avez entendu qu’il a été dit: aimez vos amis et haïssez vos ennemis. Moi, je vous dis: aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et les bons et tomber la pluie sur les justes et injustes» (Mt 5,45–47).
Saint Paul dit: «Ne rendez pas le mal pour le mal» (Rm 12,17) et saint Pierre: «Ne rendez pas mal pour mal, insulte pour insulte. Bénissez au contraire, car c’est à cela que vous êtes appelés, afin d’hériter la bénédiction» (1P 3,9).

La Résistance

Les paroles de Jésus sont claires. Aimer, voilà ce qu’il nous a donné comme commandement: aimer les amis et les ennemis. Voilà une directive claire, lorsque nous nous trouvons dans des circonstances dans lesquelles nous devons résister au mal, quel qu’il soit.
Aimer c’est voir le visage de Dieu en tout être humain. Toute personne est mon frère et ma sœur. Néanmoins, voir le visage de Dieu en toute personne ne veut pas dire consentir au mal ou à l’oppression de sa part. L’amour consiste plutôt à corriger le mal et à arrêter l’oppression.
L’injustice imposée au peuple palestinien, c’est-à-.dire l’occupation israélienne, est un mal auquel il faut résister. C’est un mal et un péché auquel il faut résister et qu’il faut écarter. Cette responsabilité incombe tout d’abord aux Palestiniens eux-mêmes qui subissent l’occupation. L’amour chrétien en effet appelle à la résistance à l’occupation, mais l’amour met fin au mal, en prenant les voies de la justice. Elle incombe ensuite à la communauté internationale, car la légitimité internationale gouverne aujourd’hui les rapports entre les peuples, et c’est en fin l’oppresseur lui-même qui doit se libérer du mal qui est en lui et de l’injustice qu’il exerce contre les autres.
Lorsque nous passons en revue l’histoire des peuples nous y trouvons des guerres fréquentes. Nous y trouvons la résistance à la guerre par la guerre, et à la violence par la violence. Le peuple palestinien a tout simplement pris la route de tous les peuples, surtout dans les premières phases de sa lutte contre l’occupation israélienne. Mais il a aussi résisté pacifiquement, notamment durant sa première intifada. Avec tout cela, nous voyons que tous les peuples doivent s’engager dans une nouvelle voie dans leurs rapports les uns avec les autres et pour la solution de leurs conflits: éviter les voies de la force militaire et recourir aux voies de la justice. Cela s’impose en premier lieu aux peuples puissants militairement qui exercent l’injustice à l’égard de peuples plus faibles.
Nous disons que notre option chrétienne face à l’occupation israélienne est la résistance; c’est là un droit et un devoir des chrétiens. Or cette résistance doit suivre la logique de l’amour. Elle doit donc être créative, c’est-à-dire qu’il lui faut trouver les moyens humains qui parlent à l’humanité de l’ennemi lui-même. Le fait de voir l’image de Dieu dans le visage de l’ennemi même et de prendre des positions de résistance à la lumière de cette vision est le moyen le plus efficace pour arrêter l’oppression et contraindre l’oppresseur à mettre fin à son agression et, ainsi, atteindre le but voulu: récupérer la terre, la liberté, la dignité et l’indépendance.
Le Christ nous a donné un exemple à suivre. Nous devons résister au mal, mais il nous a enseigné de ne pas résister au mal par le mal. C’est un commandement difficile, surtout lorsque l’ennemi s’obstine dans sa tyrannie et persiste à nier notre droit à exister ici dans notre terre. C’est un commandement difficile. Mais c’est le seul qui peut tenir tête aux déclarations claires et explicites des autorités israéliennes refusant notre existence ou à leurs divers prétextes pour continuer à nous imposer l’occupation.
La résistance au mal de l’occupation s’insère donc dans cet amour chrétien qui refuse le mal et le corrige. C’est une résistance à l’injustice sous toutes ses formes et avec les moyens qui rentrent dans la logique de l’amour. Nous investissons toutes nos énergies pour faire la paix. Nous pouvons recourir à la désobéissance civile. Nous résistons, non par la mort, mais par le respect de la vie. Nous respectons et vénérons tous ceux qui ont donné leur vie pour la patrie. Et nous disons aussi que chaque citoyen doit être prêt à défendre sa vie, sa liberté et sa terre.
L’appel lancé par des organisations civiles palestiniennes, des organisations internationales, des ONG et certaines institutions religieuses aux individus, entreprises et Etats en faveur d’un boycott économique et commercial de tout produit de l’occupation, s’in­sère dans la logique de la résistance pacifique. Ces campagnes de soutien et de solidarité doivent se faire avec courage, tout en proclamant sincèrement et clairement que leur but n’est pas de se venger de qui que ce soit, mais de mettre fin au mal qui existe, pour en libérer l’oppresseur et l’opprimé. L’objectif est d’affranchir les deux peuples des positions extrémistes des différents gouvernements israéliens, afin de parvenir enfin à la justice et à la réconciliation. Avec cet esprit et cette action, nous finirons par arriver à la solution tant attendue, comme cela s’est réalisé en Afrique du Sud et pour d’autres mouvements de libération dans le monde.
Par notre amour nous dépassons les injustices pour jeter les bases d’une nouvelle société, pour nous et pour nos adversaires. Notre avenir et le leur ne font qu’un: ou bien un cercle de violence dans lequel nous périssons ensemble, ou bien une paix dont nous jouissons ensemble. Nous invitons les Israéliens à renoncer à leur injustice à notre égard, à ne pas déformer la vérité de l’occupation en prétendant lutter contre le terrorisme. Les racines du «terrorisme» sont l’oppression de la personne humaine et le mal de l’occupation. Il faut que cela disparaisse si vraiment il y a une volonté sincère de mettre fin au «terrorisme». Nous invitons les Israéliens à être partenaires de paix et non partenaires dans un cycle de violence sans fin. Ensemble, nous résistons au mal, celui de l’occupation, et celui du cycle infernal de la violence.

Appel à nos frères et sœurs dans la foi

Nous sommes aujourd’hui tous dans l’impasse, et nous nous trouvons face à un avenir menaçant. Notre parole à nos frères et sœurs dans la foi est une parole d’espoir, de patience, de persévérance, et d’un effort toujours renouvelé pour préparer un avenir meilleur. Une parole qui nous dit à tous: nous sommes, dans cette terre, porteurs d’un mes­sage, et nous continuerons à le porter, même entre les épines, le sang et les difficultés quotidiennes. Nous mettons notre espoir en Dieu. C’est lui qui nous accordera la paix à l’heure qu’il voudra. Mais en même temps nous agissons. Avec lui et selon sa volonté divine, nous continuons d’agir, de construire, de résister au mal et de rapprocher l’heure de la justice et de la paix.
Nous leur disons: C’est un temps de pénitence, qui nous ramène à la communion de l’amour avec tout souffrant, avec les prisonniers, les blessés, ceux qui ont été atteints d’un handicap pour un temps ou pour toujours, avec les enfants qui ne peuvent vivre leur enfance, avec tous ceux qui pleurent quelqu’un qui leur est cher. La communion de l’amour dit au croyant en esprit et en vérité: mon frère est prisonnier, je suis donc moi prisonnier. Mon frère a sa maison démolie, c’est ma maison qui est démolie. Mon frère a été tué, c’est moi qui ai été tué. Nous faisons face aux mêmes défis. Nous sommes partie prenante de tout ce qui s’est passé et se passe encore. Peut-être que nous nous sommes tus, nous, fidèles ou chefs d’Eglises, alors qu’il fallait élever la voix pour condamner l’oppression et partager l’épreuve. C’est maintenant un temps de pénitence, pour le silence, l’indifférence, le manque de communion, ou parce que nous n’avons pas été fidèles à notre témoignage dans cette terre alors nous avons choisi d’émigrer, ou parce que nous n’avons pas assez réfléchi et agi pour arriver à une vision nouvelle qui nous unit alors nous nous sommes divisés, donnant un contre témoi­gnage, affaiblissant ainsi notre parole. Une pénitence, pour nous être préoccupés de nos institutions aux dépens de notre message, et pour cela nous avons fait taire la voix prophétique que l’Esprit donne aux Eglises.
Nous invitons les chrétiens à résister dans ces temps difficiles, comme nous l’avons fait à travers les siècles et la succession des Etats et des gouvernements. Soyez patients, constants, pleins d’espoir et remplissez de cet espoir le cœur de tout frère et de toute sœur qui partage avec vous la même difficulté. Soyez «toujours prêt à répondre à quiconque demande raison de l’espérance qui est en vous» (1P 3,15). Soyez toujours actifs, partageant tous les sacrifices que requiert la résistance selon la logique de l’amour, afin de triompher de l’épreuve que nous endurons.
Notre communauté est petite, mais notre mission est grande et importante. Le pays a un grand besoin d’amour. Notre amour est un message pour les musulmans, pour les juifs et pour le monde.
Notre message aux musulmans est un message d’amour et de convivialité et un appel à rejeter le fanatisme et l’extrémisme. C’est aussi un message pour le monde, pour lui dire que les musulmans ne sont pas un objet de combat ou un lieu de terrorisme, mais un but de paix et de dialogue.
Notre message aux juifs leur dit: «Si, dans le passé récent, nous nous sommes combattus, et aujourd’hui encore nous ne cessons de nous combattre, nous sommes cependant capables d’amour et de vie ensemble, aujourd’hui et demain. Nous sommes capables d’organiser notre vie politique avec toutes ses complexités selon la logique et la force de l’amour, une fois l’occupation terminée et la justice rétablie.»
La parole de foi dit à tous ceux qui sont engagés dans l’action politique: l’homme n’est pas créé pour haïr. Il n’est pas permis de haïr. Il ne vous est pas permis de tuer ni de vous faire tuer. La culture de l’amour est la cul­ture de l’acceptation de l’autre. Par elle, la personne atteint sa propre perfection, et la société réalise sa stabilité.

Appel aux Eglises du monde

Notre appel aux Eglises du monde est d’abord l’expression de notre reconnaissance pour leur solidarité, par leur parole, leur action et leur présence parmi nous. C’est une parole d’appréciation pour la position de plusieurs Eglises et chrétiens qui soutiennent le droit du peuple palestinien à son auto-détermination. C’est aussi un message de solidarité avec ces Eglises et ces chrétiens qui souffrent parce qu’ils défendent le droit et la justice.
Mais c’est aussi un appel à la conversion et à la révision de certaines positions théologiques fondamentalistes qui soutiennent des positions politiques injustes à l’égard du peuple palestinien. C’est un appel à prendre le parti de l’opprimé, à faire en sorte que la Parole de Dieu reste une annonce de bonne nouvelle pour tous, et à ne pas la transformer en une arme qui tue l’opprimé. La Parole de Dieu est une parole d’amour pour toutes ses créatures. Dieu n’est l’allié de personne contre personne. Il n’est pas non plus l’adversaire avec l’un face à l’autre. Il est le Seigneur de tous. Il aime tous, il demande justice à tous et il donne ses mêmes commandements à tous. C’est pourquoi nous demandons aux Eglises de ne pas donner une couverture théologique à l’injustice dans laquelle nous vivons, c’est-à-dire le péché de l’occupation qui nous est imposée. La question que nous adressons aujourd’hui à nos frères et sœurs dans toutes les Eglises est la suivante: pouvez-vous nous aider à retrouver notre liberté? Ainsi seulement vous aiderez les deux peuples de cette terre à parvenir à la justice, à la paix, à la sécurité et à l’amour.

Pour comprendre notre réalité, nous disons aux Eglises: venez et voyez. Notre rôle consiste à vous faire connaître la vérité et à vous accueillir comme pèlerins qui viennent pour prier et remplir une mission de paix, d’amour et de réconciliation. Venez connaître les faits et découvrir les gens qui peuplent cette terre, Palestiniens et Israéliens.
Nous condamnons toute forme de racisme, religieux ou ethnique, y compris l’antisémitisme et l’islamophobie et nous vous invitons à condamner tout racisme et à vous y opposer fermement de quelque façon qu’il se manifeste. Avec cela, nous vous invitons à dire une parole de vérité et à prendre des positions de vérité en ce qui concerne l’occupation du Territoire palestinien par Israël. Et, comme nous l’avons déjà dit, nous voyons dans le boycottage et le retrait des investissements un moyen non violent pour atteindre la justice, la paix et la sécurité pour tous.

Appel à la communauté internationale

Nous demandons à la communauté internationale de cesser la pratique «des deux poids deux mesures» et d’appliquer à toutes les parties les résolutions internationales qui ont trait à la question palestinienne. Car l’application de la loi internationale aux uns et sa non-application aux autres laisse la porte grande ouverte à la loi de la jungle. Cela justifie aussi les prétentions de groupes armés et de nombreux pays qui disent que la communauté internationale ne comprend que le langage de la force. Nous vous invitons aussi à écouter l’appel des organisations civiles et reli­gieuses mentionnées plus haut pour commencer à appliquer à l’égard d’Israël le système des sanctions économiques et du boycott. Nous le répétons encore une fois, il ne s’agit pas de se venger, mais de parvenir à une action sérieuse pour une paix juste et définitive, qui mette fin à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens et d’autres territoires arabes occupés, et qui garantisse la sécurité et la paix à tous.

Appel aux chefs religieux juifs et musulmans

Nous adressons enfin un appel aux chefs religieux et spirituels, juifs et musulmans, avec qui nous partageons la même vision: toute personne humaine est créée par Dieu et tient de lui la même dignité. D’où l’obligation de défendre l’opprimé et la dignité que Dieu lui a accordée. Ainsi, nous nous élevons ensemble au-dessus des positions politiques qui ont échoué jusqu’à maintenant et continuent à nous mener dans les voies de l’échec et de l’épreuve. En effet, les voies de l’Esprit sont différentes de celles des pouvoirs de cette terre, car «les voies de Dieu sont toutes miséricorde et vérité» (Ps 25/24,10).

Appel à notre peuple palestinien et aux Israéliens

C’est un appel à voir le visage de Dieu en chacune de ses créatures, et à aller au-delà des barrières de la peur ou de la race, pour établir un dialogue constructeur, non pour persister dans des manœuvres qui n’en finissent jamais et qui n’ont pour but que de maintenir la situation telle qu’elle est. Notre appel vise à parvenir à une vision commune bâtie sur l’égalité et le partage, non sur la supériorité, ni sur la négation de l’autre ou l’agression, sous prétexte de peur et de sécurité. Nous disons que l’amour est possible et que la confiance mutuelle est possible. Donc, la paix aussi est possible, tout comme la réconciliation définitive. Ainsi la sécurité et la justice pour tous se réaliseront-elles.
Le domaine de l’éducation est important. Il faut que les programmes d’éducation fassent connaître l’autre tel qu’il est et non à travers le prisme de la querelle, de l’hostilité ou du fanatisme religieux. En fait, les pro­grammes de l’éducation religieuse et humaine sont aujourd’hui empreints de cette hostilité. Il est temps de commencer une éducation nouvelle qui fait voir le visage de Dieu dans l’autre et qui dit que nous sommes capables de nous aimer les uns les autres et de construire ensemble notre avenir de paix et de sécurité.
Le caractère religieux de l’Etat, qu’il soit juif ou musulman, étouffe l’Etat, le tient prisonnier dans des limites étroites, en fait un Etat qui préfère un citoyen à l’autre et pra­tique l’exclusion et la discrimination entre ses citoyens. Notre appel aux juifs et aux musulmans religieux est le suivant: que l’Etat soit pour tous ses citoyens, bâti sur le respect de la religion, mais aussi sur l’égalité, la justice, la liberté et le respect du pluralisme, non sur la domination du nombre ou de la religion.
Aux dirigeants palestiniens, nous disons que les divisions internes ne font que nous affaiblir et augmenter nos souffrances, alors que rien ne les justifie. Pour le bien du peuple, qui passe avant celui des partis, il faut y mettre fin. Nous demandons à la communauté internationale de contribuer à cette union et de respecter la volonté du peuple palestinien librement exprimée.
Jérusalem est la base de notre vision et de toute notre vie. Elle est la ville à laquelle Dieu a donné une importance particulière dans l’histoire de l’humanité. Elle est la ville vers laquelle tous les peuples s’acheminent et où ils se rencontrent dans l’amitié et l’amour en présence du Dieu un et unique, selon la vision du prophète Esaïe: «Il arrivera dans la suite des temps que la montagne de la maison de Dieu sera établie en tête des montagnes et s’élèvera au-dessus des collines. Alors toutes les nations afflueront vers elle … Il jugera entre les nations, il sera l’arbitre de peuples nombreux. Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on n’apprendra plus à faire la guerre» (Is 2, 2–5).
C’est sur cette vision prophétique et sur la légitimité internationale concernant l’ensemble de Jérusalem – habitée aujourd’hui par deux peuples et trois religions – que doit se fonder toute solution politique. C’est le premier point à traiter dans les pourparlers, car la reconnaissance de sa sainteté et de sa vocation sera une source d’inspiration pour la résolution de l’ensemble du problème, qui relève de la confiance mutuelle et de la capacité à construire une «nouvelle terre» sur cette terre de Dieu.

Espérance et foi en Dieu

En l’absence de tout espoir, nous faisons entendre aujourd’hui notre cri d’espérance. Nous croyons en un Dieu bon et juste. Nous croyons que sa bonté finira par triompher sur le mal de la haine et de la mort qui règnent encore sur notre terre. Et nous finirons par entrevoir une «terre nouvelle» et un «homme nouveau», capable de s’élever par son esprit jusqu’à l’amour de tous ses frères et sœurs qui habitent cette terre.

Les signataires

Sa Béatitude Mgr Michel Sabbah, Sa Grâce Mgr Munib Younan, Son Eminence Mgr Theodosios Atallah Hanna, Rev. P. Jamal Khader, Mgr Rafiq Khoury, Rev. Mitri Raheb, Rev. Naim Ateek, Rev. Yohana Katanacho, Rev. Fadi Diab, Geries S. Khoury, Cedar Duaybis, Nora Kort, Lucy Thaljieh, Nidal Abu El Zuluf, Yusef Daher, Rifat Kassis – Coordinateur de cette initiative

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   15/2/2010, 08:12

Les étudiants en français de Gaza s’expriment (janvier 2010)

Au milieu de toutes les difficultés causées par l’agression israélienne "Plomb durci" et le blocus, pour les jeunes de Gaza, étudier, apprendre le français, continuer à vivre tout simplement et avoir des projets, ..., c’est aussi un acte de résistance.
Par l’intermédiaire de Ziad Medoukh, responsable du Département de français de l’Université Al-Aqsa de Gaza, nous leur donnons la parole.
Le département de français distribue des cadeaux symboliques aux étudiants gagnants
Le département de français à l’université Al-Aqsa a organisé ce lundi 11 janvier 2010 une petite fête pour distribuer des cadeaux symboliques aux étudiants gagnants du concours d’écriture organisé par le département pour ses étudiants fin décembre dernier sur le thème de la célébration du premier anniversaire de l’agression israélienne contre la Bande de Gaza.
L’équipe pédagogique au département a sélectionné les quatre meilleurs articles parlant des impressions des étudiants un an après les attaques israéliennes contre la population civile dans la Bande de Gaza , ces articles étaient publiés également dans des différents sites Internet .
Ce concours fait partie des activités organisées et proposées par le département de français d’une façon régulière dont l’objectif est d’encourager les étudiants à s’exprimer et améliorer leur langue française.
Quatre étudiants : deux garçons et deux filles ont été sélectionnés parmi dix participants à ce concours.
Les cadeaux ont été distribués par M. Ziad Medoukh le chef du département et Mme Mirvat El-Rayes professeur au département qui ont saisi cette occasion pour faire un bilan sur les examens partiels, donner leurs remarques sur le niveau des étudiants mais surtout donner certains conseils à ces étudiants qui se préparent pour les examens finaux qui vont commencer la semaine prochaine.

Ma vie un an après l’agression israélienne
Nahla Al Zytonia
Mercredi 30 décembre 2009
Le 21 janvier 2009 à 8h20 : c’est le moment de mettre la fin au cauchemar qui dura pendant 22 jours --- nous avons entendu le retrait de toutes les forces israéliennes de la bande de Gaza , l’arrêt des frappes aériennes et les raids des marines.
Tout est fini sauf les images douloureuses gravées dans la mémoire de chaque Gazaoui qui a vécu la guerre.

Tout est fini……….. mais la plaie saigne encore.
Tout est fini……….. mais l’enfant pleure encore.
Tout est fini………. mais un membre de la famille toujours porté disparu.
Tout est fini………..même les beaux souvenirs qui étaient dans la mémoire.

La guerre a effacé de la mémoire tout ce qui est beau , et amis en mémoire… images des corps sans organes ………des enfants tués sans culpabilité, des mosquées détruites, des maisons n’ont plus aucune trace sauf une partie des pierres éparpillées ici et là ………..
Oui la guerre a pris fin et chaque personne a commencé à inspecter les proches et les amis. Parfois il ressent une grande joie, juste savoir que l’autre est toujours vivant et pleure d’autres fois quand il entend des nouvelles de la mort d’une personne………
De l’autre côté, une fille cherche sa poupée sous les décombres de sa chambre.
Un garçon apporte le reste de la dépouille de sa maison.
Un vieil homme assis sur les décombres de sa maison à peine à croire ce qui s’est passé.
Un autre homme regarde en pleurant les arbres qui étaient hier présents , mais ils n’existent plus aujourd’hui.
Une mère ne croyait pas que son fils était mort et cherche encore ici et là …….. imagine qu’elle trouvera son fils
C’est juste ce que vous voyez lorsque vous marchez dans la rue après la guerre …………….
Pour moi je ne perdais personne de ma famille ni ma maison………mais je perdais le sentiment de sécurité, je perdais la confiance dans tous les gouvernements qui n’ont pas été en mesure de mettre fin à ce qui se passait, les voix des nos cris étaient très hautes et nos larmes sont arrivées à tout le monde sauf les dirigeants.
La guerre a pris fin, mais elle a laissé la douleur et la souffrance que je ne peux pas les transférer par les mots
C’est vrai, vivre la guerre est une chose douloureuse et difficile, mais la vivre après la guerre, c’est la chose la plus douloureuse et difficile.
Malgré la grande tristesse, il nous restera un sentiment d’espoir et d’amour de la vie qui peut-être devient plus belle dans les prochains jours.
Un sentiment d’espoir que leurs armes ne peuvent pas tuer.
Nous espérons vivre en paix comme les autres, sans guerre, sans haine, sans souffrance et sans peine……
Nahla Al Zytonia
4 ème année, Département de français, Université Al-Aqsa, Gaza

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Digipirate



Nombre de messages : 157
Age : 43
Localisation : nord
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   25/3/2010, 15:28

Les Palestiniens mettent en garde contre le complot du régime israélien

Vendredi, 19 Mars 2010

Le juge des juges de la Palestine et le Président du comité islamique et chrétien d’assistance à al-Qods a déclaré que le régime israélien envisageait, toujours, de réaliser ses complots à l’encontre de la mosquée d’al-Aqsq. « Le régime sioniste envisage de chasser tous les Palestiniens de la ville de Qods et d’y asseoir sa domination totale » a-t-il souligné avant d’indiquer : « Pour ce faire, le régime de Tel-Aviv a consacré une somme de 15 milliards de dollars, tout en intensifiant le processus de la confiscation des territoires palestiniens à l’Est d’al-Qods. Tout récemment, un membre du Conseil législatif palestinien a mis en garde, lui aussi, contre le complot du régime sioniste visant à expulser tous les Palestiniens d’Al-Qods d’ici jusqu’en 2020. Dans ce droit fil, le régime sioniste a ordonné l’expulsion de plusieurs familles palestiniennes. Toujours dans le cadre de son complot, le régime sioniste envisage de détruire tous les vestiges et les lieux islamiques pour y asseoir sa domination totale. C’est ainsi que les autorités du régime israélien ont à leur ordre du jour la politique d’expulsion et de la mise à l’exode des Palestiniens, et ce en procédant à divers moyens. Toujours dans le cadre de sa politique raciste, le régime sioniste a invalidé les actes de naissance des Palestiniens, habitant à Qods. A noter que la ville de Qods a, toujours, fait l’objet de la politique expansionniste du régime israélien qui a occupé en 1948 la partie occidentale de la ville et en 1967, sa partie orientale. Dans un tel contexte, le peuple palestinien appelle la communauté internationale à adopter des mesures sérieuses en vue de faire face aux actions du régime israélien dans les territoires occupés palestiniens.

http://french.irib.ir/index.php/commentaires/32463
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   30/3/2010, 10:40

Nouvelle attaque de l’armée israélienne contre les Catholiques palestiniens




Plus d’une centaine de catholiques palestiniens (accompagnés de journalistes étrangers), ont participé durant le Dimanche des Rameaux à une marche de protestation contre les restrictions faites aux Chrétiens palestiniens de respecter la tradition des rameaux. Ils ont tenté de rejoindre le checkpoint de Gilo qui sépare Bethléem de Jérusalem. Arrivés sur place, ils ont été violemment agressés par des soldats israéliens qui leur ont bloqué le passage. Plusieurs Catholiques ont été blessés, une quinzaine de personnes aurait aussi été arrêtée …

On trouve des informations supplémentaires et des images plus impressionnantes sur le site d’Euronews : http://fr.euronews.net/2010/03/28/l-armee-israelienne-brise-une-marche-de-protestation-pres-de-bethleem


http://intransigeants.wordpress.com/2010/03/29/nouvelle-attaque-de-larmee-israelienne-contre-les-catholiques-palestiniens/

_________________________________________________________________________
Sourate 2 : La vache (Al-Baqarah)

47. Ô enfants d'Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés, (Rappelez-vous) que Je vous ai préférés à tous les peuples (de l'époque).
48. Et redoutez le jour où nulle âme ne suffira en quoi que ce soit à une autre; où l'on n'acceptera d'elle aucune intercession; et où on ne recevra d'elle aucune compensation. Et ils ne seront point secourus.

74. Puis, et en dépit de tout cela, vos coeurs se sont endurcis; ils sont devenus comme des pierres ou même plus durs encore; car il y a des pierres d'où jaillissent les ruisseaux, d'autres se fendent pour qu'en surgisse l'eau, d'autres s'affaissent par crainte de Dieu. Et Dieu n'est certainement jamais inattentif à ce que vous faites.

http://oumma.com/coran/afficher.php?NumSourate=2#40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   6/4/2010, 21:10

On rentre, on s'installe. Bande de chiens !!!



________________________________________________________________________

Sourate 17 : Le voyage nocturne (Al-Isra)

2. Et Nous avions donné à Moïse le Livre dont Nous avions fait un guide pour les Enfants d'Israël : "Ne prenez pas de protecteur en dehors de Moi".
3. [Ô vous], les descendants de ceux que Nous avons transportés dans l'arche avec Noé. Celui-ci était vraiment un serviteur fort reconnaissant.
4. Nous avions décrété pour les Enfants d'Israël, (et annoncé) dans le Livre : "Par deux fois vous sèmerez la corruption sur terre et vous allez transgresser d'une façon excessive".
5. Lorsque vint l'accomplissement de la première de ces deux [prédictions,] Nous envoyâmes contre vous certains de Nos serviteurs doués d'une force terrible, qui pénétrèrent à l'intérieur des demeures. Et la prédiction fut accomplie.
6. Ensuite, Nous vous donnâmes la revanche sur eux; et Nous vous renforçâmes en biens et en enfants. Et Nous vous fîmes [un peuple] plus nombreux :
7. "Si vous faites le bien, vous le faites à vous-mêmes; et si vous faites le mal, vous le faites à vous [aussi]". Puis, quand vint la dernière [prédiction,] ce fut pour qu'ils affligent vos visages et entrent dans la Mosquée comme ils y étaient entrés la première fois, et pour qu'ils détruisent complètement ce dont ils se sont emparés.
8. Il se peut que votre Seigneur vous fasse miséricorde. Mais si vous récidivez, Nous récidiverons. Et Nous avons assigné l'Enfer comme camp de détention aux infidèles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Pierre



Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 24/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   6/4/2010, 23:57

Les catholiques en France s'en foutent royalement de ce que font les sionistes sur leurs confrères en Palestine.

Ils ont trop peur d'être traités d'antisémite, sauf une petite minorité mais ils sont traités d'intégristes et sont très marginale en France.

En France on préfère la soumission au peuple élu quitte à maudire Jésus pour être accepté dans notre propre pays.

Avez vous vu on est pas couché du weekend dernier, ils ont crachés sur les chrétiens comme pas possible, personne n'a réagi dans le public ou chez les invités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Palestine   14/4/2010, 15:48

Quoi d'étonnant à ce que personne ne réagisse ? Tu as déjà vu un mouton ronger sa corde pour s'échapper du troupeau et ne pas aller à l'abattoir avec les autres ?
Comme le dit Saez dans une de ses chansons, je résume, T'en as pas marre putain de peuple qu'on te prenne par le cul ? Faut croire que le mouton de base, zombifié et sionisé jusqu'à la moelle, il finit par aimer ça !

En parlant musique, j'ai trouvé ça



L'adresse du site de Mickael Heart où on peut télécharger cette chanson en MP3 ou la voir en meilleure qualité que sur Daily. Elle est censurée partiellement sur YouTube...

http://www.michaelheart.com/songforgaza.htm

Ce n'est qu'une chanson et en anglais en plus, pas certain que ça bouleverse le sort des habitants de Gaza mais ça fait du bien de voir que même aux USA certains sont conscients de la réalité des choses et n'adhèrent pas à la politique criminelle d'Israël.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Actualités - Palestine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Actualité des Années 60
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» actualité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Pays-
Sauter vers: