Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 un peu de morale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
axiome

avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 06/01/2010

MessageSujet: un peu de morale   13/1/2010, 22:06

un affamé demande la charité et 2 monsieurs passent devant, sans même le regarder.

l'un a eu une enfance heureuse et il a toujours vecu dans l'abondance

l'autre a eu une enfance difficile, du vivre dans la pauvreté mais maintenant il vit dans l'abondance.

lequel est le plus blâmable selon vous???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: un peu de morale   14/1/2010, 01:10

J'en sais rien, je m'en fout, et si tu recommence à poster des sujets bidons, je te promet que tu ne vas pas faire long feu ici. Evil or Very Mad

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axiome

avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 06/01/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   14/1/2010, 10:19

facon t'inquiete c'st moi qui me barre.
moi votre gue-guerre je vous la laisse,
je me bas pas pour satan moi.
tous ceux qui manque de respect "au bien" devront s'en repentir.
c'est sur que tu c'est pas,

au lieu de t'occuper de la magie ou donner tes conseils tu ferrais mieux de commencer par savoir répondre a cette question.
quand je vous vois j'espere que le nom va me crever en premier que j'ai pu rien a voir ac vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain



Nombre de messages : 76
Localisation : Nord-est
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: un peu de morale   14/1/2010, 15:01

axiome a écrit:
un affamé demande la charité et 2 monsieurs passent devant, sans même le regarder.

l'un a eu une enfance heureuse et il a toujours vecu dans l'abondance

l'autre a eu une enfance difficile, du vivre dans la pauvreté mais maintenant il vit dans l'abondance.

lequel est le plus blâmable selon vous???

Pourquoi toujours devoir juger les gens au lieu de se remettre soi-meme en question? Etre capable de le faire demande beaucoup de savoir, d'impartialité, d'éxperience, de concentration, d'empathie, de notre disposition a y répondre...
Et puis, savoir comment chacun vit les choses n'est pas du tout évident, bien loin de sa. C'est un peu comme dire qu'un proche est
mort, l'un pourra toujours te dire "ya pire".

Mais qui est on pour savoir si c'est pire ou pas? Est'ce vraiment une question a se poser? Pourquoi y'a t'il toujours ce besoin de se comparer aux autres?

Certes, on peut se dire que tel situation est délicate ou un autre aisée, mais comment peut on comparer de facon juste alors qu'au fond, on ne se connait meme pas soi-meme et encore moin les autres?
Personnelement, je pense que l'on a pas besoin de toujours se comparer et se justifier pour vivre ce que l'on souhaite vivre. On doit avant tout apprendre a se maitriser et se connaitre soi-meme ainsi que d'acquérir un maximum d'intelligence, de la vrai; celle de la recherche de vérité et de savoir. Je pense aussi qu'il faut d'abord apprendre a savoir se juger soi-meme avant les autres. Cela va dans le sens de la recherche de l'action juste et philantrope.

Une personne éclairé ne crain pas les ténèbres. C'est en quelque sorte un chemin a vouloir faire qui ne doit craindre l'écoulement du temps, qui ne doit etre altéré par celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antey



Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 10/01/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   14/1/2010, 18:25

Pour résoudre le problème on peut faire une zone spécial pour le forum pour ces histoires.

A moins d'être sur évolué, je pense que seulement de grande entité ou même dieu peut savoir.

A mon niveau je dirais que ton histoire a trop peu de paramètre et qu'elle peut en aucun cas refléter la réalité.

Sinon, je dis réponse "banquier".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axioma

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : ici en enfer!
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   2/2/2010, 13:35

Kain a écrit:
Pourquoi toujours devoir juger les gens au lieu de se remettre soi-meme en question?

c'est un probleme moral on ne juge personne.
dans un problème de mathématique pierre qui a 5francs et Paul qui en a 10 ce ne sont pas les éléments principales , on s'en fout d'eux ,
on va resoudre le prob grace aux valeurs; la c'est pareil.


celui qui a été dans la misère connait la souffrance que l'on peut ressentir quand on a le ventre vide et sait au combien un geste a de l'importance, l'ayant lui même attendu.
celui qui a toujours vécus dans l'abondance n'a pas conscience de la souffrance il ne peut s'en faire qu'une idée et se projeter ac des critères qu'il ne connait pas.

moralement il sont blâmable tous les deux car l'égoïsme est un péché mais on peut dire que celui qui sait est plus blamable que l'ignorant .


Dernière édition par axioma le 3/2/2010, 01:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan

avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: un peu de morale   2/2/2010, 17:03

aurelien1818 a écrit:
J'en sais rien, je m'en fout, et si tu recommence à poster des sujets bidons, je te promet que tu ne vas pas faire long feu ici. Evil or Very Mad

T'es sévère... Je préfère ça à "les illuminatis en musique..."

Ce genre de petites morales furent beaucoup utilisées au temps des maîtres en rhétorique... Je pense en outre à Saint Augustin voir à Aristote. C'est un exercice qui ne demande pas à exprimer un jugement impersonnel voir divin. Ce serait folie ! Au contraire, cela nous renvoie à notre propre jugement à priori et donc à notre formatage. Après, tout dépend de l'approche que l'on en fait (qui est aussi révélatrice).

Je dirai dans ce cas que la charité renvoie au vécue des deux personnes, et non au mendiant. Dans les deux cas, ils ont de mauvaises raisons de donner. Mauvaises dans le sens "faussées"car centrées sur eux-mêmes.

L'un donnera pour "s'excuser" d'être favorisé par le destin, pour laver sa conscience taraudée. C'est en outre un acte presque névrotique qui traduit une angoisse. "Ça pourrait tout aussi bien être moi". Dans les deux cas, le mendiant sert de miroir.
Celui qui a connu la mendicité pourrait agir de deux façons opposées : Le rejet ou l'empathie. Le rejet exprimerait alors une volonté d'affirmer sa propre victoire face au désespoir. "Si j'ai pu m'en sortir, tout le monde le peut". Le mendiant renvoie à la réussite.
L'empathie quant à elle renvoie à une perception propre illustrée par un vécue à priori similaire. Le mendiant en devient non plus un miroir mais un réceptacle... Une entité vide.

Là est toute la problématique des relations horizontales entres les hommes. Des relations entre "Tonals" égoïstes comme dirait Castaneda.

C'est entre autre pour cela que certain prêchent pour un retour à la verticalité ou comment s'en remettre au jugement de Dieu et à l'exemple du Christ.

C'est en tout cas comme ça que je l'interprète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adeq



Nombre de messages : 348
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: un peu de morale   2/2/2010, 23:43

Assommons les Pauvres !

Pendant quinze jours je m'étais confiné dans ma chambre, et je m'étais entouré des livres à la mode dans ce temps-là (il y a seize ou dix-sept ans) ; je veux parler des livres où il est traité de l'art de rendre les peuples heureux, sages et riches, en vingt-quatre heures. J'avais donc digéré, - avalé, veux-je dire, toutes les élucubrations de tous ces entrepreneurs de bonheur public, - de ceux qui conseillent à tous les pauvres de se faire esclaves, et de ceux qui leur persuadent qu'ils sont tous des rois détrônés. - On ne trouvera pas surprenant que je fusse alors dans un état d'esprit avoisinant le vertige ou la stupidité.

Il m'avait semblé seulement que je sentais, confiné au fond de mon intellect, le germe obscur d'une idée supérieure à toutes les formules de bonne femme dont j'avais récemment parcouru le dictionnaire. Mais ce n'était que l'idée d'une idée, quelque chose d'infiniment vague.

Et je sortis avec une grande soif. Car le goût passionné des mauvaises lectures engendre un besoin proportionnel du grand air et des rafraîchissants.

Comme j'allais entrer dans un cabaret, un mendiant me tendit son chapeau, avec un de ces regards inoubliables qui culbuteraient les trônes, si l'esprit remuait la matière, et si l'œil d'un magnétiseur faisait mûrir les raisins.

En même temps, j'entendis une voix qui chuchotait à mon oreille, une voix que je reconnus bien; c'était celle d'un bon Ange, ou d'un bon Démon, qui m'accompagne partout. Puisque Socrate avait son bon Démon, pourquoi n'aurais-je pas mon bon Ange, et pourquoi n'aurais-je pas l'honneur, comme Socrate, d'obtenir mon brevet de folie, signé du subtil Lélut et du bien avisé Baillarger ?

Il existe cette différence entre le Démon de Socrate et le mien, que celui de Socrate ne se manifestait à lui que pour défendre, avertir, empêcher, et que le mien daigne conseiller, suggérer, persuader. Ce pauvre Socrate n'avait qu'un Démon prohibiteur; le mien est un grand affirmateur, le mien est un Démon d'action, un Démon de combat.

Or, sa voix me chuchotait ceci: "Celui-là seul est l'égal d'un autre, qui le prouve, et celui-là seul est digne de la liberté, qui sait la conquérir."

Immédiatement, je sautai sur mon mendiant. D'un seul coup de poing, je lui bouchai un œil, qui devint, en une seconde, gros comme une balle. Je cassai un de mes ongles à lui briser deux dents, et comme je ne me sentais pas assez fort, étant né délicat et m'étant peu exercé à la boxe, pour assommer rapidement ce vieillard, je le saisis d'une main par le collet de son habit, de l'autre, je l'empoignai à la gorge, et je me mis à lui secouer vigoureusement la tête contre un mur. Je dois avouer que j'avais préalablement inspecté les environs d'un coup d'œil, et que j'avais vérifié que dans cette banlieue déserte je me trouvais, pour un assez long temps, hors de la portée de tout agent de police.

Ayant ensuite, par un coup de pied lancé dans le dos, assez énergique pour briser les omoplates, terrassé ce sexagénaire affaibli, je me saisis d'une grosse branche d'arbre qui traînait à terre, et je le battis avec l'énergie obstinée des cuisiniers qui veulent attendrir un beefteack.

Tout à coup, - ô miracle ! ô jouissance du philosophe qui vérifie l'excellence de sa théorie ! - je vis cette antique carcasse se retourner, se redresser avec une énergie que je n'aurais jamais soupçonnée dans une machine si singulièrement détraquée, et, avec un regard de haine qui me parut de bon augure, le malandrin décrépit se jeta sur moi, me pocha les deux yeux, me cassa quatre dents, et avec la même branche d'arbre me battit dru comme plâtre. - Par mon énergique médication, je lui avais donc rendu l'orgueil et la vie.

Alors, je lui fis force signes pour lui faire comprendre que je considérais la discussion comme finie, et me relevant avec la satisfaction d'un sophiste du Portique, je lui dis: "Monsieur, vous êtes mon égal ! veuillez me faire l'honneur de partager avec moi ma bourse ; et souvenez-vous, si vous êtes réellement philanthrope, qu'il faut appliquer à tous vos confrères, quand ils vous demanderont l'aumône, la théorie que j'ai eu la douleur d'essayer sur votre dos."

Il m'a bien juré qu'il avait compris ma théorie, et qu'il obéirait à mes conseils.

Charles Baudelaire

La réponse te vas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan

avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: un peu de morale   2/2/2010, 23:50

Je viens d'avoir un orgasme littéraire... I love you

Et tant qu'on y est... goûtez moi ça :

http://www.dailymotion.com/widget/jukebox?list[]=%2Fplaylist%2Fxs05p_ok&skin=tangerine&streamId=xs05p_ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axioma

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : ici en enfer!
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   3/2/2010, 02:09

Tristan a écrit:

Je dirai dans ce cas que la charité renvoie au vécue des deux personnes, et non au mendiant. Dans les deux cas, ils ont de mauvaises raisons de donner. Mauvaises dans le sens "faussées"car centrées sur eux-mêmes.L'un donnera pour "s'excuser" d'être favorisé par le destin, pour laver sa conscience taraudée. C'est en outre un acte presque névrotique qui traduit une angoisse. "Ça pourrait tout aussi bien être moi". Dans les deux cas, le mendiant sert de miroir.
Celui qui a connu la mendicité pourrait agir de deux façons opposées : Le rejet ou l'empathie. Le rejet exprimerait alors une volonté d'affirmer sa propre victoire face au désespoir. "Si j'ai pu m'en sortir, tout le monde le peut". Le mendiant renvoie à la réussite.
L'empathie quant à elle renvoie à une perception propre illustrée par un vécue à priori similaire. Le mendiant en devient non plus un miroir mais un réceptacle... Une entité vide.

tu m'a tuer!moi je voyais sa sous point de vue moralospirituophilosophique, je n'avais pas penser a le traiter de manières psychologique et tu m'a renvoyé a des bad sentiments, j'ai pas l'habitude d'aborder le coté terrestre des choses même si je ne me reconnait pas dans ce que tu as décris, tu m'a toucher car tu as vraiment tapé dans le malsain des gens..
je ne pense pas que l'assistanat gratuit aide réellement et soit bénéfique pour la personne car l'oisiveté ne devrait jamais être récompensé et si je devait me retrouver dans cette situation ayant mes 2 bras et mes 2 jambes au lieu de rester assis, j'irai cher les gens demander pour leur tondre leur pelouse etc. Apres je sait donner mais pas a n'importe qui.

Citation :
Là est toute la problématique des relations horizontales entres les hommes. Des relations entre "Tonals" égoïstes comme dirait Castaneda.C'est entre autre pour cela que certain prêchent pour un retour à la verticalité ou comment s'en remettre au jugement de Dieu et à l'exemple du Christ.

tu pourrais développer? je comprend pas bien et sa a l'air intéressant.


Dernière édition par axioma le 3/2/2010, 02:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axioma

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : ici en enfer!
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   3/2/2010, 02:28

adeq a écrit:
La réponse te vas ?

ha mais étant donner la beauté de cette œuvre j'en redemanderai même!
au début franchement j'ai eu peur^^. Grand texte, grande morale le tout mixé a la sauce hardcore comme j'aime, c'est decidé le prochain mendiant que je croise je lui envoie un coup de boule^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axioma

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : ici en enfer!
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   4/2/2010, 18:11

VOILA UN TEXTE QUI NOUS DONNERA COURAGE LES AMIS

Allons, enfants, serrez vos rangs ! c'est-à-dire que votre bonne
union fasse votre force. Vous qui travaillez à la fondation du
grand édifice, veillez et travaillez toujours à le consolider à sa
base, et alors vous pourrez le monter bien haut, bien haut ! La
progression est immense sur tout notre globe ; une quantité
innombrable de prosélytes se rangent sous notre drapeau ;
beaucoup de sceptiques et même des plus incrédules
s'approchent, s'approchent aussi.

Allez, enfants ; marchez le coeur haut, plein de foi ; la route
que vous poursuivez est belle ; ne vous ralentissez pas ; suivez
toujours la droite ligne, servez de guides à ceux qui viennent
après vous, ils seront heureux, bien heureux !

Marchez, enfants ; vous n'avez pas besoin de la force des
baïonnettes pour soutenir votre cause, vous n'avez besoin que
de la foi ; la croyance, la fraternité et l'union, voilà vos armes ;
avec celles-là vous êtes forts, plus puissants que tous les grands
potentats de l'univers réunis, malgré leurs forces vivantes, leurs
flottes, leurs canons et leur mitraille !
Vous qui combattez pour la liberté des peuples et la
régénération de la grande famille humaine,
allez, enfants, courage et persévérance, Dieu vous aidera
(auteur inconnus)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
axioma

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : ici en enfer!
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: un peu de morale   4/2/2010, 18:21

POUR NOS ENNEMIS

Que la nature est belle ! que la Providence est prudente en sa
prévoyance ! mais votre aveuglement et vos passions humaines
empêchent de prendre patience en la prudence et la bonté de
Dieu. Vous vous lamentez du moindre nuage, du moindre retard
dans vos prévisions ; sachez donc, impatients douteurs, que rien
n'arrive sans un motif toujours prévu, toujours prémédité au profit
de tous. La raison de ce qui précède est pour mettre à néant,
hommes à craintes hypocrites, toutes vos prévisions de
mauvaise année pour vos récoltes.
Dieu inspire souvent l'inquiétude de l'avenir aux hommes pour
les pousser à la prévoyance ; et voyez comme grands sont les
moyens pour parfaire à vos craintes semées à dessein, et qui, le
plus souvent, cachent des pensées avides plutôt qu'une idée d'un
sage approvisionnement inspiré par un sentiment d'humanité au
profit des petits. Voyez les rapports de nations à nations qui en
ressortiront ; voyez quelles transactions devront se réaliser ; que
de moyens viendront concourir à parer vos craintes ! car, vous le
savez, tout s'enchaîne ; aussi, grands et petits viendront à
l'oeuvre.
Alors, ne voyez-vous pas déjà dans tout ce mouvement une
source d'un certain bien-être pour la classe la plus laborieuse des
Etats, classe vraiment intéressante que vous, les grands, vous,
les omnipotents de cette terre, vous considérez comme gens
taillables à merci, créés pour vos satisfactions.
Puis, qu'arrive-t-il après tout ce va-et-vient d'un pôle à l'autre ?
C'est qu'une fois bien pourvus, souvent ce temps a changé ; le
soleil, obéissant à la pensée de son créateur, a mûri en quelques
jours vos moissons ; Dieu a mis l'abondance où votre convoitise
méditait sur le manque, et malgré vous les petits pourront vivre ;
et sans vous en douter, vous avez été à votre insu la cause d'une
abondance.
Cependant il arrive, - Dieu le permet quelquefois, - que les
méchants réussissent dans leurs projets cupides ; mais alors
c'est un enseignement que Dieu veut donner à tous ; c'est la
prévoyance humaine qu'il veut stimuler ; c'est l'ordre infini qui
règne dans la nature, c'est le courage contre les événements que
doivent imiter, que doivent supporter avec résignation les
hommes.
Quant à ceux qui, par calcul, profitent des désastres, croyez-le,
ils en seront punis. Dieu veut que tous ses êtres vivent ; l'homme
ne doit pas jouer avec la nécessité, ni trafiquer sur le superflu.
Juste en ses bienfaits, grand en sa clémence, trop bon pour
notre ingratitude, Dieu, dans ses desseins, est impénétrable.
(texte apocryphe auteur inconnu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
un peu de morale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Film] Un monde meilleur
» pour voir la vie du bon côté
» L'hymne "ma Normandie".
» 3e echo et blues de fin de grossesse
» Maux et moral de début de grossesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: