Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique de la troisième Guerre Mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   2/2/2010, 16:16

Bonjour tout le monde. Smile


Comme vous pouvez le constater, le poste dédié à ce sujet a été supprimé.
Ce n'est pas le premier et malheureusement pas le dernier. Nous subissons la censure subtile de ceux qui ne veulent pas que nous sachions ce qu'il se trame.
Qu'ils continuent leur tache, nous continuons la nôtre. cyclops


Je demanderai juste par réaction a chacuns, de surveiller les sujets et d'informer les modérateurs de la moindre suppression intempestive de sujets . Histoire que nous soyons plus réactif.

Je vous remercie tous d'avance! Smile


(Les autres sujets qui ont subis la censure sont: "Kemi Seba et Alain Soral")...

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.


Dernière édition par ziril le 2/2/2010, 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   2/2/2010, 16:20

U.S. Speeding Up Missile Defenses in Persian Gulf



WASHINGTON — The Obama administration is accelerating the deployment of new defenses against possible Iranian missile attacks in the Persian Gulf, placing special ships off the Iranian coast and antimissile systems in at least four Arab countries, according to administration and military officials.



The deployments come at a critical turning point in President Obama’s dealings with Iran. After months of unsuccessful diplomatic outreach, the administration is trying to win broad international consensus for sanctions against the Iranian Revolutionary Guards Corps, which Western nations say control a covert nuclear arms program.

Mr. Obama spoke of the shift in his State of the Union address, warning of “consequences” if Iran continued to defy United Nations demands to stop manufacturing nuclear fuel. And Secretary of State Hillary Rodham Clinton publicly warned China on Friday that its opposition to sanctions was shortsighted.

The news that the United States is deploying antimissile defenses — including a rare public discussion of them by Gen. David H. Petraeus — appears to be part of a coordinated administration strategy to increase pressure on Iran.

The deployments are also partly intended to counter the impression that Iran is fast becoming the most powerful military force in the Middle East, to forestall any Iranian escalation of its confrontation with the West if new sanctions are imposed. In addition, the administration is trying to show Israel that there is no immediate need for military strikes against Iranian nuclear and missile facilities, according to administration officials who spoke on the condition of anonymity.

By highlighting the defensive nature of the buildup, the administration was hoping to avoid a sharp response from Tehran.

Military officials said that the countries that accepted the defense systems were Qatar, the United Arab Emirates, Bahrain and Kuwait. They said the Kuwaitis had agreed to take the defensive weapons to supplement older, less capable models it has had for years. Saudi Arabia and Israel have long had similar equipment of their own.

General Petraeus has declined to say who was taking the American equipment, probably because many countries in the gulf region are hesitant to be publicly identified as accepting American military aid and the troops that come with it. In fact, the names of countries where the antimissile systems are deployed are classified, but many of them are an open secret.

The general spoke about the deployments at a conference at the Institute for the Study of War here on Jan. 22, saying that “Iran is clearly seen as a very serious threat by those on the other side of the gulf front.”

General Petraeus said that the acceleration of defensive systems — which began when President George W. Bush was in office — included “eight Patriot missile batteries, two in each of four countries.” Patriot missiles are capable of shooting down short-range offensive missiles.

He also described a first line of defense: He said the United States was now keeping Aegis cruisers on patrol in the Persian Gulf at all times. Those cruisers are equipped with advanced radar and antimissile systems designed to intercept medium-range missiles. Those systems would not be useful against Iran’s long-range missile, the Shahab 3, but intelligence agencies believe that it will be years before Iran can solve the problems of placing a nuclear warhead atop that missile.

Iran contends that it is not trying to develop nuclear weapons, and that its program is for energy production. The White House declined to comment on the deployments.

But administration officials who spoke on the condition of anonymity said the moves have several aims. “Our first goal is to deter the Iranians,” said one senior administration official. “A second is to reassure the Arab states, so they don’t feel they have to go nuclear themselves. But there is certainly an element of calming the Israelis as well.”

As Iran’s nuclear program proceeds — more slowly, American intelligence officials say, than the United States had once thought — Israel has hinted at various times that it might take military action against the country’s military facilities unless it is convinced that Mr. Obama and Western allies are succeeding in stopping the program.

Mr. Obama’s national security adviser, Gen. James L. Jones, took an unannounced trip to Israel this month, partly to take the temperature of the Israeli government and to review both economic and covert programs now under way against the Iranian program, according to officials familiar with the meeting.

American officials argue that the willingness of Arab states to take the American emplacements, which usually come with a small deployment of American soldiers to operate, maintain and protect the equipment, illustrates the region’s growing unease about Iran’s ambitions and abilities.

Gulf countries are also taking steps of their own to harden their defenses. Saudi Arabia and the United Arab Emirates have bought more than $15 billion in American arms in the past two years, including missile defense systems. The United States is helping support a plan by Saudi Arabia to triple the size, to 30,000 people, of a Saudi force that protects the kingdom’s ports, oil facilities and water-desalinization plants, a senior military officer said. The Washington Post reported both steps on its Web site on Saturday.

One senior military officer said that General Petraeus had started talking openly about the Patriot deployments about a month ago, when it became increasingly clear that international efforts toward imposing sanctions against Iran faced hurdles, and the administration’s efforts to engage Iran were being rebuffed by the Tehran government. In October, the two countries reached an agreement in principle to move a significant portion of Iran’s nuclear fuel out of the country, but Iran backed away from the deal.

In discussing the Patriots and missile-shooting ships, General Petraeus’s main message has been to reassure allies in the gulf that the United States is committed to helping defend the region, said the military officer, who spoke on the condition of anonymity because of the delicate nature of the topic. But the general’s remarks were also a pointed reminder to the Iranians of American resolve, the officer said.



source: http://www.nytimes.com/2010/01/31/world/middleeast/31missile.html?hp


Traduction par outil linguistique google:


Citation :
U. S. Accélérer les défenses contre les missiles dans le golfe Persique

WASHINGTON - L'administration Obama est d'accélérer le déploiement de nouvelles défenses contre les attaques possibles de missiles iraniens dans le Golfe Persique, en plaçant des navires spéciaux au large des côtes iraniennes et des systèmes antimissile dans au moins quatre pays arabes, selon l'administration et des responsables militaires.


Les déploiements arrivent à un tournant décisif dans les relations du président Obama avec l'Iran. Après des mois de contacts diplomatiques infructueux, l'administration essaie de gagner un large consensus international pour des sanctions contre le Corps des Gardiens de la Révolution iranienne, que les nations occidentaux disent contrôler un programme secret d'armes nucléaires.

M. Obama a parlé du passage dans son État de l'adresse des syndicats, l'alerte de «conséquences» si l'Iran continue de défier exigences des Nations Unies à arrêter la fabrication du combustible nucléaire. Et le secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton a publiquement dénoncé la Chine vendredi que son opposition à des sanctions était myope.

Les nouvelles que les États-Unis de déployer une défense antimissile - y compris une discussion publique rares d'entre eux par le général David H. Petraeus - semble faire partie d'une stratégie coordonnée pour l'administration d'accroître la pression sur l'Iran.

Les déploiements sont aussi en partie destiné à contrer l'impression que l'Iran est en passe de devenir la force militaire la plus puissante du Moyen-Orient, afin de prévenir toute escalade iranienne de sa confrontation avec l'Occident, si de nouvelles sanctions sont imposées. En outre, l'administration essaie de montrer à Israël qu'il n'y a pas un besoin immédiat pour des frappes militaires contre l'Iran nucléaire et de missiles, selon les responsables de l'administration qui a parlé sous le couvert de l'anonymat.

En soulignant le caractère défensif de l'accumulation, l'administration a été l'espoir d'éviter une réaction brutale de Téhéran.

Les autorités militaires ont déclaré que les pays qui ont accepté les systèmes de défense ont été le Qatar, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Koweït. Ils ont dit que les Koweïtiens avaient convenu de prendre les armes défensives pour compléter les anciennes, les modèles moins capable elle a eu pendant des années. L'Arabie saoudite et Israël ont depuis longtemps des équipements similaires qui leur sont propres.

Le général Petraeus a refusé de dire qui prenait l'équipement américain, probablement parce que de nombreux pays de la région du Golfe hésitent à être publiquement identifiés comme acceptation de l'aide militaire américaine et les troupes qui vont avec. En fait, les noms des pays où les systèmes anti-missiles soient déployés sont classifiés, mais beaucoup d'entre eux sont un secret de polichinelle.

Le général a parlé des déploiements lors d'une conférence à l'Institut pour l'étude de la guerre ici le 22 janvier, en disant que "l'Iran est clairement perçue comme une menace très sérieuse par ceux de l'autre côté du front du Golfe."

Le général Petraeus a déclaré que l'accélération des systèmes de défense - qui a commencé quand le président George W. Bush était au bureau - se trouvaient «huit batteries de missiles Patriot, deux dans chacune des quatre pays." Missiles Patriot sont capables d'abattre des missiles offensifs courte portée.

Il a également décrit une première ligne de défense: Il a dit que les États-Unis gardent maintenant croiseurs Aegis en patrouille dans le golfe Persique en tout temps. Ces croiseurs sont équipés de radar de pointe et des systèmes antimissile conçu pour intercepter les missiles à moyenne portée. Ces systèmes ne serait pas utile contre les missiles iranien de longue portée, le Shahab 3, mais les services de renseignement estiment qu'il faudra des années avant que l'Iran puisse résoudre les problèmes de placer une ogive nucléaire au sommet de ce missile.

L'Iran soutient qu'il ne cherche pas à développer des armes nucléaires, et que son programme est pour la production d'énergie. La Maison Blanche a refusé de commenter les déploiements.

Mais les responsables de l'administration qui a parlé sous le couvert de l'anonymat a déclaré les mouvements ont plusieurs objectifs. «Notre premier objectif est de dissuader les Iraniens", a déclaré un haut responsable. "Un deuxième est de rassurer les Etats arabes, de sorte qu'ils ne sentent pas qu'ils ont à passer au nucléaire eux-mêmes. Mais il est certainement un élément de calmer les Israéliens aussi. "

En tant que produit le programme nucléaire iranien - plus lentement, les responsables du renseignement américains affirment que les États-Unis avaient déjà cru - Israël a laissé entendre à plusieurs reprises qu'il pourrait prendre des mesures militaires contre les installations militaires du pays que s'il est convaincu que M. Obama et les alliés occidentaux réussissent à stopper le programme.

Conseiller à la sécurité nationale de M. Obama, le général James L. Jones, ont fait un voyage surprise en Israël ce mois-ci, en partie pour prendre la température du gouvernement israélien et à examiner les programmes à la fois économiques et secrètes en cours contre le programme iranien, selon familiariser avec la réunion des fonctionnaires.

Responsables américains affirment que la volonté des Etats arabes à prendre les emplacements américains, qui viennent généralement avec un petit déploiement des soldats américains pour exploiter, entretenir et protéger les équipements, illustre un malaise croissant dans la région au sujet des ambitions de l'Iran et capacités.

Pays du Golfe prennent également des mesures qui leur sont propres à durcir leurs défenses. L'Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis ont acheté plus de 15 milliards de dollars en armes américaines au cours des deux dernières années, y compris les systèmes de défense antimissile. Les États-Unis contribue à soutenir un plan par l'Arabie saoudite à tripler la taille, de 30.000 personnes, d'une force de l'Arabie qui protège les ports du royaume, les installations de pétrole et usines de dessalement d'eau, un officier militaire de haut rang dit. Le Washington Post a rapporté les deux étapes sur son site Web le samedi.

Un officier militaire de haut rang a déclaré que le général Petraeus avait commencé à parler ouvertement des déploiements Patriot ya environ un mois, quand il est devenu de plus en plus évident que les efforts internationaux visant à imposer des sanctions contre l'Iran face à des obstacles et des efforts de l'administration à engager l'Iran avaient été repoussées par les Téhéran gouvernement. En Octobre, les deux pays sont parvenus à un accord de principe pour déplacer une portion significative de l'Iran de combustible nucléaire hors du pays, mais l'Iran s'est éloigné de la transaction.

En discutant des Patriotes et des navires de tir de missiles, le message principal le général Petraeus a été de rassurer les alliés dans le Golfe que les Etats-Unis se sont engagés à aider défendre la région, a déclaré l'officier militaire, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat en raison de la délicate la nature du sujet. Mais les remarques du général ont également fait un rappel aux Iraniens de la détermination américaine, a dit l'officier.

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   4/2/2010, 11:34

Fillon demande des sanctions fortes contre l'Iran (bombardements?) a la tribune du CRIF.




Citation :

au diner annuel du CRIF.
http://dailymotion.com/inet/1


Petit collaborateur sioniste aux ordres de ses maitres... C'est "beau" a voir! bom

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MaGIkKriS

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   4/2/2010, 13:48

merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   17/2/2010, 11:30

1/3 Webster Tarpley: la Chine et le dilemme iranien.



_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   17/2/2010, 11:32

2/3 Webster Tarpley: la Chine et le dilemme iranien.


Citation :

La Chine va de Charybde en Scylla, elle est confrontée à ce choix cornélien: trahir l'Iran et perdre 12 % de son pétrole, ou laisser une crise armée générale dans le Golfe risquer de la priver de 40 % de ses ressources pétrolières.

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   14/5/2010, 11:05


Le monde s'en va t'en guerre



Philippe Dessertine :



Ce genre de livres n'ont qu'une utilité: "préparer mentalement le quidam à envisager la guerre par des explications purement économiques et un périlleux comparatif historique".
Le facteurX n'étant jamais abordé. (Certainement pas a la porté de l'auteur).
Ici nous savons que les forces qui nous entrainent irrémédiablement au plus sanglant et monstrueux conflit de la période du kali yuga ont une autre logique. Bien loin des considérations économiques... Et c'est peu dire! Razz

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   24/6/2010, 23:18

12 navires de guerre américains et israéliens ont franchi le canal de Suez



19/06/2010

Selon des sources maritimes de la ville de Suez en Egypte, citées par le quotidien al-Quds al-Arabi, 12 navires de guerre américains, y compris un navire de guerre israélien ont franchi le canal de Suez à l'aube de vendredi,se dirigeant vers le Golfe arabo-persique, soulignant que de nombreux militaires américains ont été aperçu !



Ces sources ont précisé que le trafic du Canal de Suez a été perturbé pendant des heures à cause du passage de la flotte militaire américaine, qui comprend un porte-avion, plusieurs navires de guerre transportant des soldats, des blindés et des munitions, en provenance de la mer Méditerranée se dirigeant vers la mer Rouge."



Les sources ont révélé que de nombreux navires commerciaux ont dû arrêté leur activité quotidienne et sont restés stationnés aux côtés du canal, le temps que la flotte américaine militaire parachève sa route, soulignant qu’il s’agit de la plus longue flotte militaire américaine jamais vu depuis des années !


Les sources ont ajouté que la pêche dans les lacs, sans compter le transport des personnes et des véhicules via les ferries entre les deux rives du canal de Suez sur le pont de la paix ont été arrêté.


Selon des témoins, un important dispositif de sécurité égyptien a été mis en place pour assurer le passage de la flotte américaine ! Et que parmi les navires de guerre américains, un navire de guerre israélien a été aperçu, mais aucune source officielle n’a confirmé cette information !


Par ailleurs, dans ses déclarations à «Al Quds Al Arabi», le général Amin Radi, Secrétaire de la Commission de la sécurité nationale a déclaré que «la décision de déclarer la guerre à l'Iran n'est pas facile, sauf qu’Israël est réputé pour sa débauche et sa crapulerie, il déclenchera une guerre afin de maintenir son leadership dans la région en tant que seul et unique force de dissuasion nucléaire ".


Et de prévenir « Il faut déraciner le fléau israélien : ne pas laisser Israël les mains libres il faut que la communauté internationale le force à démanteler son arsenal nucléaire avant de frapper l'Iran."


source: http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=142944&language=fr

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan

avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   25/6/2010, 00:03

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yo!

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 37
Localisation : toulouse nord
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Chronique des premices de la troisieme GM.   25/6/2010, 00:06

salut http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2010/06/23/18400872.html#comments


23 juin 2010
L'Iran concentre ses forces au nord-ouest du pays



source:guysen.com

Selon le site Debka proche des milieux des renseignements militaires israéliens, l'Iran concentre ses forces autour de la mer Caspienne, au nord-ouest du pays, en vue d'une éventuelle attaque américano-israélienne et a même déclaré l'état de guerre dans la région.

Le brigadier-général Mehdi Moini, des Gardiens de la révolution, a indiqué que cette mobilisation fait suite à la présence en Azerbaïdjan de forces américaines et israéliennes qui s'apprêteraient à bombarder les sites nucléaires iraniens.

Commentaires

Des navires Etats-Uniens et des sous-marins Nucléaires Israéliens dans le Golfe Persique.
Immédiatement après l’Accord Iran-Pakistan qui ouvre un couloir énergétique vers l’Est.
par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, Le 23 juin 2010
Il manifesto
Israël déploie des sous-marins armés de missiles Nucléaires au large des côtes Iraniennes : c’est ce que titrait le 22 juin le journal Israélien Haaretz, en rapportant une Enquête du Britannique Sunday Times.
Selon ce qu’a déclaré un Officier Israélien, un des quatre sous-marins Dolphin, fournis par l’ALLEMAGNE, se trouve déjà dans le Golfe et, avec ses missiles de croisière à tête Nucléaire (portée 1.500 Kms.), il peut atteindre n’importe quel objectif en IRAN.
A la fin de la Semaine dernière, une imposante escadre Navale, composée de plus de 12 bateaux de Guerre Etats-Uniens et d’au moins une Unité lance-missiles Israélienne, avait traversé le Canal de SUEZ, en se dirigeant elle-aussi vers le Golfe Persique : ceci afin d’augmenter la pression Militaire contre l’IRAN.
La raison n’est pas seulement celle, déclarée ici, d’empêcher Téhéran de pouvoir un jour se doter d’armes Nucléaires.
Il y en a une autre plus pressante : aux débuts de la Semaine dernière, Téhéran a signé avec Islamabad l’Accord d’une valeur de 7 milliards de dollars, qui lance la construction d’un gazoduc allant de l’IRAN au PAKISTAN.
Un projet qui remonte à 17 ans, jusqu’ici bloqué par les Etats-Unis.
Malgré cela, l’IRAN a déjà réalisé 900 des 1.500 Kms. de gazoduc, du gisement de South Pars jusqu’à la frontière avec le PAKISTAN, qui en construira 700 autres. C’est un couloir énergétique qui, à partir de 2014, ferait arriver chaque jour au PAKISTAN depuis l’IRAN, 22 millions de mètres cube de GAZ.
Le projet initial prévoyait qu’une branche du gazoduc arrivât en INDE ; mais New-Delhi s’est retirée du Projet par crainte que le PAKISTAN ne puisse bloquer l’approvisionnement.
La CHINE est, par contre, disponible pour l’importation du GAZ Iranien : la China Petroleum Corporation a signé avec l’IRAN un Accord de 5 milliards de dollars pour le développement du gisement de South Pars, en prenant la place du Français Total à qui Téhéran n’a pas renouvelé son Contrat (tandis que l’Italien Eni
- Ente nazionale idrocarburi, NdT -
continue à opérer dans les gisements de South Pars et de Darquain).
Pour l’IRAN : c’est donc un projet d’importance stratégique : le Pays possède les plus grandes réserves de GAZ Naturel après celles de la RUSSIE, et elles sont, en grande partie, encore à exploiter ; à travers le couloir énergétique vers l’Est, l’IRAN peut défier les sanctions voulues par les Etats-Unis.
Il a cependant un point faible : son plus gros gisement, celui de South Pars, est offshore, situé dans le Golfe Persique.
Il est donc exposé à un blocus Naval, comme celui que les Etats-Unis peuvent exercer en s’appuyant sur les SANCTIONS décidées au Conseil de Sécurité de l’O.N.U.
A WASHINGTON, le torchon brûle du fait que le PAKISTAN, son Allié, a signé l’Accord avec l’IRAN quelques jours à peine après les sanctions décidées par le Conseil de Sécurité. D’où le Mouvement Militaire, en Accord avec les Alliés Européens et, en particulier, avec la FRANCE.
Le porte-avions Truman, qui commande le Groupe Naval en direction du Golfe Persique, a d’abord fait escale à MARSEILLE, en effectuant une manœuvre en Méditerranée entre le 4 et le 7 juin : avec ses 80 avions d’Attaque, une manœuvre d’interopérabilité avec l’aviation embarquée à bord du porte-avions Français Charles De Gaulle. Et tandis qu’il était en route vers Suez, le Truman a reçu le 14 juin la visite du Ministre de la Défense ALLEMAND, accompagné du Chef d’Etat- Major de la Marine.
Le moment le plus exaltant a eu lieu le 13 juin quand, dans la chapelle du porte-avions Truman, un prêtre Catholique (Français) et un rabbin Juif ont officié ENSEMBLE un Service Religieux permettant « aux DEUX Nations Alliées de s’unir au Niveau spirituel ».
Edition de mercredi 23 juin de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/archivi/fuoripagina/anno/2010/mese/06/articolo/2954/

Traduit de l’Italien par Marie-Ange Patrizio
Manlio Dinucci : Géographe et Géopolitologue.
L'adresse U.R.L. de cet article est :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19864

Posté par Anita1945, 23 juin 2010 à 23:01
Les ETATS-UNIS justifient leur Projet de bouclier antimissile en EUROPE. Poursuivant leur Entreprise de diabolisation de l’IRAN.
Les ETATS-UNIS justifient leur Projet de bouclier antimissile en EUROPE. Poursuivant leur Entreprise de diabolisation de l’IRAN par Lyes MENACER.
Mondialisation.ca, Le 23 juin 2010
La Tribune d'Algérie - 2010-06-19


Au lendemain de l’Annonce par l’IRAN de la construction d’un Nouveau réacteur Nucléaire destiné à la Recherche Médicale, les Etats-Unis ont trouvé un autre subterfuge pour monter le Monde contre Téhéran, mais surtout pour vendre à l’EUROPE son Système de bouclier antimissile, décrié par la RUSSIE.
Le Secrétaire d’Etat à la Défense, Robert GATES, a déclaré jeudi dernier que l’IRAN est capable de lancer une Attaque contre le Vieux-Continent au moyen de «dizaines ou même de centaines» de missiles.
«Un des éléments [fourni par] les Renseignements qui a contribué à la Décision [de changer de Système de Défense antimissile] a été de prendre conscience que, si l’IRAN devait lancer une Attaque de missiles contre l’EUROPE, il ne s’agirait pas de seulement UN ou DEUX missiles ou même d’une poignée», a dit M. GATES lors d’une audition au Sénat, rapporté par l’AFP.
«Il s’agirait plutôt d’une salve, dans laquelle on aurait potentiellement Affaire à des dizaines ou même des centaines de missiles», a-t-il assuré.
A travers cette Nouvelle Sortie de Robert GATES, Washington confirme qu’il peut aller jusqu’à avancer des informations qui frisent le ridicule, rien que pour alimenter sa Politique anti-Iranienne et justifier toute future agression contre le vieil Empire PERSE. Mais en s’attaquant encore une fois à Téhéran, les Etats-Unis chercheraient à convaincre leurs partenaires Européens de soutenir son Projet de bouclier antimissile, surtout dans les anciennes Républiques Soviétiques.
C’est ce qui explique l’effort fourni jeudi dernier par M. GATES et la Chef de la diplomatie Américaine, Hillary Clinton, qui ont tenté de convaincre le Sénat que le Nouveau Traité START de désarmement Nucléaire n’affaiblirait pas les Plans de Défense antimissile des Etats-Unis.
Ce Traité prévoit d’importantes réductions des arsenaux Nucléaires des Etats-Unis et de la RUSSIE. Mais cette dernière a dit se réserver le Droit de se retirer du Traité si Washington poursuit le déploiement de Systèmes antimissiles en EUROPE de l’EST d’une manière qui ne conviendrait pas à MOSCOU.
Par ailleurs, Washington est resté silencieux devant le développement du Nucléaire Indien.
Le tir d’essai d’un missile balistique Nucléaire Prithvi-II, développé par l’INDE, n’a pas suscité la moindre réaction des Etats-Unis.
Le missile monté sur un lanceur mobile a été tiré depuis l’aire d’essais intégrée (ITR) à Chandipur, à environ 15 km de Balasore sur la Côte d’Orissa, de la ITR aux environs de 6h50, a rapporté le quotidien en ligne Times of INDIA, citant un Rapport de l’Armée Indienne.
Articles de Lyes Menacer publiés par Mondialisation.ca
© Droits d'Auteurs : Lyes MENACER, La Tribune d'ALGERIE, 2010.
L'adresse U.R.L. de cet article est :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19865

Posté par Anita1945, 23 juin 2010 à 23:20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1412
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   25/6/2010, 09:58

Reste encore et surtout, à mon sens, LA grande inconnue : L'attitude, la réaction, et l'engagement réel de la Russie directement menacée sur son flanc sud et plus directement encore par les retombées nucléaires. Pourra-t-elle se contenter de rester les bras croisés, ne serait-ce que devant le saccage de ses propres installations sur place (Natanz) ?

Autre inconnue : la Chine et le Pakistan tout aussi directement menacés dans leur approvisionnement pétrolier : http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkZZFkAFkyEmABLYBG.shtml













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   25/6/2010, 12:34

Auda a écrit:
Reste encore et surtout, à mon sens, LA grande inconnue : L'attitude, la réaction, et l'engagement réel de la Russie directement menacée sur son flanc sud et plus directement encore par les retombées nucléaires. Pourra-t-elle se contenter de rester les bras croisés, ne serait-ce que devant le saccage de ses propres installations sur place (Natanz) ?

Autre inconnue : la Chine et le Pakistan tout aussi directement menacés dans leur approvisionnement pétrolier : http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkZZFkAFkyEmABLYBG.shtml

Exact Auda, mais je crois que l'attitude que va adopter la Russie va décevoir beaucoup de monde. Va-t-elle se fondre dans ce bloc occidento-sioniste ? Idem pour la Chine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
Auda

avatar

Nombre de messages : 1412
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   25/6/2010, 21:20

antipropagande a écrit:

Exact Auda, mais je crois que l'attitude que va adopter la Russie va décevoir beaucoup de monde. Va-t-elle se fondre dans ce bloc occidento-sioniste ? Idem pour la Chine.
C'est là, en effet, toute la question !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   28/6/2010, 15:12

Auda a écrit:

C'est là, en effet, toute la question !!

Ca commence à se dessiner apparemment.


Iran/nucléaire: Medvedev préoccupé par les informations de la CIA





Les informations de la CIA américaine concernant la présence en Iran d'une quantité d'uranium faiblement enrichi suffisante à la fabrication de deux bombes nucléaires sont préoccupantes, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev dimanche lors d'une conférence de presse au terme du G20.

"Quant à ces informations, elles doivent être vérifiées. Toutefois, de telles informations sont toujours préoccupantes, d'autant que la communauté internationale ne reconnaît pas que le programme nucléaire iranien soit transparent. Si cette information est confirmée (...) cela va rendre la situation encore plus tendue et je n'exclus pas que cela puisse demander un examen supplémentaire", a indiqué le président russe.

Dimanche, le patron de la CIA Leon Panetta a annoncé à la chaîne de télévision américaine ABC que l'Iran disposait d'une quantité d'uranium faiblement enrichi suffisante à la fabrication de deux bombes. Il a ajouté toutefois que l'Iran avait besoin d'une année pour les fabriquer puis d'une autre année pour mettre au point un système opérationnel d'utilisation de cette arme.

http://fr.rian.ru/world/20100628/186971861.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
antipropagande



Nombre de messages : 1691
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   30/6/2010, 13:21

Moscou s’engage à ne pas vendre d’armements sophistiqués à l’Iran ni à la Syrie




Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est engagé auprès de son homologue Avigdor Libermann à ne pas vendre d’armements offensifs, ni à l’Iran ni à la Syrie, a rapporté le journal londonien arabophone AlQuds AlArabi, : « nous sommes engagés à respecter tous les traités et accords internationaux et nous ne vendrons pas d’armements sophistiqués ni à l’Iran ni à la Syrie » a-t-il annoncé devant son hôte israélien à Jérusalem AlQuds occupé.
Par ailleurs et selon le quotidien israélien Haaretz, des divergences ont marqué la rencontre entre les deux hommes sur la poursuite des relations avec le mouvement de résistance Hamas, que Tel Aviv reproche à Moscou. Durant la conférence de presse, Lavrov a défendu cette tendance, assurant que « durant toutes les tractations, nous tentons de les persuader à opter pour la voie politique et à soutenir l’initiative de paix arabe ».

Une autre divergence a également fait surface, notamment sur l’avenir du processus de paix. Toujours selon le chef de la diplomatie russe, « il faut avancer dans le processus de paix, en organisant une conférence commune du quartette et de la Ligue arabe » faute de quoi, prévient-il, « les courants extrémistes au sein des Palestiniens vont s’intensifier ».

De plus, Lavrov a repris à son compte les allégations du chef du Central Intelligency Agency ( CIA) Leon Panetta lequel a prévenu que Téhéran possède assez d’uranium faiblement enrichi pour fabriquer deux bombes atomiques. « Concernant l’enrichissement de l’uranium en Iran, c’est connu et on le sait déjà, selon les conclusions de l’Agence internationale de l’énergie atomique, que les Iraniens ont en leur possession 2.000 kilogrammes d’uranium faiblement enrichi, ce qui est suffisant pour deux bombes » a-t-il souligné, estimant toutefois que « ce n’est pas quelque chose de nouveau », en allusion aux déclaration de Panetta.
Selon Lavrov, l’Iran poursuit son enrichissement de l’uranium car il ne peut pas obtenir le carburant nécessaire pour leur réacteur expérimental » et de poursuivre : « nous nous sommes adressés aux États-Unis à l’AIEA et leur avons suggéré une commission d’experts afin de trouver une solution pour lui fournir du carburant de sorte qu’il n’ait pas besoin de l’enrichir sur place, et j’espère que l’Iran va acquiescer pour ne pas compliquer les choses ».

S’agissant du système de défense anti aérien S300, Lavrov s’est montré ambigu : « ce n’est pas clair jusqu’à présent quel sera le contenu des sanctions décidées par le Conseil de sécurité » assurant toutefois que Moscou allait appliquer les résolutions de la Communauté internationale » .

http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=144427&language=fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/mehdi04000
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   30/6/2010, 13:32

« Feu vert » de l’ONU à une attaque préventive américano-israélienne contre l'Iran?

La résolution du Conseil de sécurité transforme l'Iran en proie facile

par Michel Chossudovsky


«Une proie facile est une victime sans défense, une cible facile, vulnérable à l'attaque. »

Cette dernière résolution laisse non seulement entendre que Washington et ses alliés de l'OTAN ont le contrôle du Conseil de sécurité de l'ONU, mais qu’en définitive ils donnent un coup fatal à la politique étrangère de Moscou et de Pékin.

Cette résolution du Conseil de sécurité devrait dissiper le mythe de la rivalité des superpuissances. La Chine et la Russie sont un appendice du nouvel ordre mondial.

En ce qui concerne la diplomatie internationale, la Chine et la Russie sont des « tigres de papier », sans dents. «Un tigre de papier [纸老虎 (Zhǐ lǎohǔ)], signifie quelque chose qui semble représenter une menace tel un tigre, mais qui est totalement sans danger ».

La Chine et la Russie sont les victimes de l’échec de leur propre décision au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Une attaque contre l'Iran engendrerait immédiatement une escalade militaire. La Syrie et le Liban seraient également visés. L'ensemble du Moyen-Orient et de l’Asie centrale exploserait, une situation qui pourrait potentiellement évoluer vers un scénario de Troisième Guerre mondiale.

De façon très réelle, l'aventure militaire États-Unis-OTAN-Israël menace l'avenir de l'humanité.





Le Conseil de sécurité a voté le 9 juin à l'imposition d'une quatrième série de très larges sanctions contre de la République islamique d'Iran, qui comprennent un embargo sur les armes ainsi que des « contrôles financiers plus sévères ».

Par une amère ironie, cette résolution a été adoptée dans les jours suivant le refus catégorique du Conseil de sécurité des Nations Unies d'adopter une motion condamnant Israël pour son attaque sur la Flottille de la Liberté pour Gaza dans les eaux internationales.

Elle a également suivi la tenue d’une conférence sur le traité de non prolifération nucléaire (TNP) tenue à Washington sous les auspices de l'ONU, qui appelle à la création, dans sa résolution finale, d'un Moyen-Orient sans nucléaire, ainsi qu’au démantèlement de l'arsenal nucléaire d’Israël. Israël est considéré la sixième puissance nucléaire au monde, avec, selon Jane Defence, entre 100 et 300 ogives nucléaires. (Analysts: Israel viewed as world's 6th nuclear power, Israel News, Ynetnews, 10 avril 2010). En revanche, l’Iran n’a pas de capacité connue en matière d'armes nucléaires.

La Résolution 1929 du Conseil de sécurité de l’ONU est basée sur un mensonge fondamental. Elle défend l'idée que l'Iran est une puissance nucléaire à venir et une menace à la sécurité mondiale. Elle fournit également le feu vert à l'alliance militaire États-Unis-OTAN-Israël pour menacer l'Iran d'une attaque nucléaire préemptive punitive, appuyée du sceau du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Conseil de sécurité exerce deux poids deux mesures dans l'application des sanctions: Considérant que l'Iran est la cible de menaces punitives, l’arsenal nucléaire considérable d’Israël est soit ignoré, soit tacitement accepté par la « communauté internationale ». Pour Washington, les bombes nucléaires d'Israël sont un instrument de paix au Moyen-Orient.

En outre, alors que tous les doigts sont pointés vers l'Iran qui ne possèdent pas d'armes nucléaires, cinq soi-disant États européens « non nucléaires » dont la Belgique, la Hollande, l'Allemagne, l'Italie et la Turquie possèdent non seulement des armes nucléaires stratégiques sous commandement national, mais ces ogives sont déployées et dirigées sur l'Iran.

Résolution 1929 (9 juin 2010):



suite: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19719




PS: Sur la page précédente antipropagande a laissé un article intéressant pour comprendre quelles sont les alliances en jeu:
Moscou s’engage à ne pas vendre d’armements sophistiqués à l’Iran ni à la Syrie

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3039
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   30/6/2010, 15:56

L'embargo sur l'Iran se resserre


Total suspend ses ventes de produits pétroliers à l'Iran
28/06/2010


Le groupe pétrolier français Total a suspendu ses livraisons de produits pétroliers à l'Iran, après l'adoption aux Etats-Unis de nouvelles sanctions contre Téhéran, a indiqué un porte-parole du groupe lundi.

«Nous avons suspendu nos ventes d'essence et de produits raffinés à l'Iran», a déclaré ce porte-parole, confirmant une information du Financial Times. Total n'a pas pu préciser la date de cessation des livraisons ni les volumes de produits pétroliers en jeu.

Il s'agirait de «quantités marginales», selon une source proche du groupe français, qui a précisé que les livraisons avaient cessé «depuis plusieurs semaines». Les deux chambres du Congrès américain ont adopté la semaine dernière une série de sanctions contre l'Iran, qui doivent encore être promulguées par le président américain Barack Obama.

Ces mesures, qui complètent celles décidées récemment par l'ONU, visent notamment à perturber l'approvisionnement en essence de la République islamique. Elles empêchent les entreprises étrangères de passer des marchés publics avec le gouvernement américain si celles-ci font des affaires avec l'Iran.

Quatrième producteur mondial de pétrole brut, l'Iran manque de raffineries sur son sol national et dépend donc fortement des importations pour son approvisionnement en essence et produits raffinés. Toutes les grandes compagnies pétrolières internationales encore présentes en Iran, comme Shell, Total, Statoil ou ENI, sont en train de se retirer progressivement du pays.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/0101643971-total-suspend-ses-ventes-de-produits-petroliers-a-l-iran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3039
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   30/6/2010, 22:42

Ron Paul : Sanctions Iranniennes = actes de guerre



Discours intéressant de Ron Paul sur le vote de la semaine dernière où, à la Chambre des Représentants, l'on a voté une nouvelle fois pour des sanctions sévères sur l'Iran. Mais cette fois, on est allé encore un peu plus loin dans le projet de loi (cf vidéo).

Mr Ron Paul nous rappelle à quel point ceci est dangereux, et fait le rapprochement avec la propagande de guerre en 2001/2002 avant l'invasion de l'Irak.

A quelques semaines/mois de la guerre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3039
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   5/7/2010, 20:58

Guerre avec l'Iran: Analyse et explications





Citation :
Paul Craig Roberts sur la guerre en Iran, pour CorbettReport.com

Une des interventions les plus claires et les plus pertinentes que j'ai pu écouter ces derniers mois.
Le Dr Paul Craig Roberts décortique le pourquoi du comment de la guerre en Iran qui a de grandes chances d'être imminente (quelques semaines, mois ??)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Solstice

avatar

Nombre de messages : 3147
Age : 50
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   6/7/2010, 01:20

restons dans les analyses: voici une intervention de michel collon qui propose une logique implacable de la véritable stratégie géopolitique des USA aux moyen orient: les propos n'ont pas pris une seule ride avec le temps malgré le changement de gouvernement américain, preuve que ces gouvernements successifs ne sont que les marionnettes d'un pouvoir caché.



http://mai68.org/spip/spip.php?article172
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice

avatar

Nombre de messages : 3147
Age : 50
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   9/7/2010, 06:52

La prophétie apocalyptique de Fidel Castro

La fin du monde débute le weekend prochain. Tel est le message adressé solennellement à l’humanité par Fidel Castro. L’ancien dirigeant cubain a fait part de ses spéculations dans une lettre publiée lundi dernier et intitulée "Connaître la vérité à temps". D’après lui, une guerre nucléaire généralisée aura bientôt lieu, suite à une confrontation directe entre les Etats-Unis et l’Iran.

"Je n’ai aucun doute qu’à partir du moment où les navires de guerre américains et israéliens tenteront d’inspecter le premier cargo iranien, ce sera exactement le commencement de la terrible guerre", précise-t-il. Fidel Castro entrevoit également l’implication, par effet domino, de la Russie et de la Chine dans le conflit. Accusateur, il dénonce la responsabilité particulière de la France et de la Grande-Bretagne, ces alliés "enthousiastes" dans leur volonté d’imposer davantage de sanctions à Téhéran.

Visant à punir le régime de Mahmoud Ahmadinejad pour ses activités nucléaires jugées suspectes, la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, votée le 9 juin, autorise dorénavant le contrôle maritime et aérien des cargaisons iraniennes. Téhéran avait immédiatement fait savoir qu’il ne se pliera pas à de telles dispositions et vient également d’annoncer la suspension de toute nouvelle négociation sur le sujet jusqu’à fin août.

L’été sera chaud

Selon la prédiction de Fidel Castro, l’effondrement du système économique mondial qui s’ensuivra, de par le chaos généré et la pénurie de matières premières, entraînera la chute des Etats-Unis, "comme un château de cartes", ainsi que des autres pays riches."Il ne sera plus possible de parler de capitalisme ou de socialisme", ajoute l’ancien guérillero marxiste.

Quant aux conséquences environnementales à la suite des bombardements nucléaires en série, le Premier secrétaire du Parti communiste cubain se refuse, pour ne pas faire de "science-fiction", à avancer toute hypothèse.

Héros de l’anti-impérialisme pour les uns, despote lunatique pour les autres, Fidel Castro possède, quoiqu’il en soit, un jugement précieux sur les affaires du monde.

Ce survivant de la guerre froide peut témoigner, après un demi-siècle, d’une expérience singulière en géopolitique. Si ses détracteurs fustigent l’élimination brutale de ses opposants sur la scène cubaine, les partisans du Lider Maximo saluent ses réformes sociales et sa résistance aux nombreuses tentatives d’assassinat orchestrées contre lui par la CIA.

L’homme a également été au coeur de la crise des missiles, en 1962, durant laquelle le monde n’a jamais été aussi proche d’un affrontement nucléaire entre les Etats-Unis et l’Union soviétique. Se défendant d’être devenu "un prophète ou un diseur de bonne aventure", Fidel Castro, s’estimant, tout au plus, bien informé et s’appuyant sur un « raisonnement logique », recommande aux citoyens du monde de se préparer à ce qui, selon lui, va advenir. Inéluctablement.

http://oumma.com/La-prophetie-apocalyptique-de

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   25/7/2010, 12:52


US War Games vs China through North Korea






PS: Chine en ligne de mire et folie nucléaire en embuscade.

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milouone



Nombre de messages : 50
Age : 47
Localisation : Suisse romande
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   26/7/2010, 18:35

La Russie juge "inacceptables" les critiques d'Ahmadinejad à son égard

MOSCOU - La Russie juge "totalement inacceptables" les critiques du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait estimé que Moscou s'était fait le "porte-parole" des Occidentaux sur son programme nucléaire, a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères.

"Les récentes déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui déforment l'approche objective de la Russie, notre position indépendante et constructive à l'égard du programme nucléaire iranien, sont pour nous totalement inacceptables", a déclaré le ministère dans un communiqué.

"A la place d'une rhétorique stérile et irresponsable, le gouvernement iranien ferait mieux de prendre des mesures constructives pour régler la situation", a poursuivi le ministère.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'en était pris samedi à son homologue russe Dmitri Medvedev, estimant qu'il était devenu "le porte-parole" des "ennemis" de l'Iran, notamment des Etats-Unis.

Les relations entre la Russie et l'Iran, d'ordinaire plutôt bonnes, se sont tendues au cours des dernières semaines après que Moscou a soutenu des sanctions contre Téhéran, et a durci son discours sur le programme nucléaire iranien.

L'Iran est soupçonné par une partie de la communauté internationale, Etats-Unis et Israël en tête, de mener un programme nucléaire à des fins militaires, ce qu'il dément.

Le 12 juillet, le président russe a déclaré que l'Iran était "proche d'avoir le potentiel qui, en principe, peut être utilisé pour créer une arme nucléaire".

C'était la première fois que la Russie exprimait des craintes de manière aussi claire sur l'évolution du programme nucléaire iranien.

Moscou, qui construit la première centrale nucléaire iranienne à Bouchehr (sud) a soutenu et voté début juin une proposition américaine de nouvelles sanctions à l'ONU contre l'Iran, soupçonné de chercher à se doter de la bombe nucléaire sous couvert d'un programme civil.

La Russie a aussi gelé en juin la vente controversée de missiles sophistiqués S-300 à l'Iran, à la grande satisfaction d'Israël et des Occidentaux.

(©AFP / 26 juillet 2010 18h09)

Si les russes les lâche ... c'est fini! ça sent la poudre de plus en plus Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   30/7/2010, 18:55

Kan veut réarmer le Japon aux côtés des USA



Une commission d’experts devrait remettre début août un rapport au nouveau Premier ministre Naoto Kan et préconiser un bouleversement de la politique étrangère et de défense nippone.

A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le Japon a été contraint par les forces d’occupation états-uniennes d’adopter une constitution par laquelle il s’interdit le recours à la guerre pour régler les différents internationaux. Le pays a néanmoins entretenu une Force d’auto-défense en cas de besoin tout en se plaçant sous « le parapluie américain ».

Maintenu dans une position de vassalité durant soixante ans, le Japon n’a toujours pas réglé diplomatiquement ses différents territoriaux avec la Russie, Taïwan, la Chine et la Corée du Sud.

Au cours des dernières années, les Etats-Unis ont souhaité utiliser les moyens du Japon comme supplétifs. Les soldats de la Force d’autodéfense ont ainsi été déployés à l’étranger dans le cadre de mission de paix de l’ONU et, pour des missions non-militaires, en Irak. A terme, les Etats-Unis souhaitent développer l’armée japonaise et l’intégrer avec l’Australie dans un OTAN élargi au Pacifique.

Cependant les Japonais ont au contraire exprimé leur volonté de rester pacifistes tout en s’affranchissant de la tutelle états-unienne. La base militaire US de Futenma (Okinawa) est devenue le symbole de la présence persistante de l’ancien vainqueur et occupant.

En septembre 2009, les Japonais ont porté au pouvoir le Parti démocratique qui s’était engagé à réviser les relations avec Washington. Le Premier ministre Yukio Hatoyama a rendu publics les traités secrets unissant le vainqueur et le vaincu, mais il a échoué à déplacer la base d’Okinawa. Contraint à la démission, il a laissé la place en juin 2010 à son ministre de l’Economie, Naoto Kan.

Ce dernier, qui dispose de la totale confiance de Washington, prépare une « modernisation » de la politique étrangère et de défense. Le Japon abandonnerait le pacifisme et développerait son armée. Il autoriserait officiellement les Etats-Unis a stocker des armes nucléaires sur son territoire. Il s’engagerait massivement dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

M. Kan exploite au maximum l’affaire du torpillage de la corvette sud-coréenne Cheonan, médiatisé par le Commandement US du Pacifique et attribué par Séoul à la Corée du Nord. Il devrait justifier le réarmement japonais par cette « menace » et poster des troupes pour y faire face.


source: http://www.voltairenet.org/article166481.html

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la troisième Guerre Mondiale   17/8/2010, 10:49

Le Moyen-Orient, au bord d’une nouvelle « préventive » ?






Faut-il rappeler l’absolue désolation de 20 ans d’embargo, trois guerres et des millions de victimes d’un Irak totalement détruit et en proie à des attentats quotidiens depuis l’illégale intervention américano-britannique en 2003 ; rappeler aussi les bombardements continus sur l’Afghanistan qui après 10 ans de résistance contre l’invasion par URSS en est bientôt à 10 ans de résistance contre l’invasion par les USA et l’OTAN ; rappeler encore l’interminable calvaire de la Palestine sous la botte israélienne, et cela depuis plus de 62 ans d’une partition brutale et injuste suivie d’une occupation humiliante et meurtrière ; ainsi que les bavures régulières que s’autorisent les « forces de la coalition » au Pakistan, tuant régulièrement tant d’innocents dans un décompte probablement minimaliste ; et les incessantes provocations de l’armée sioniste aux frontières du Liban, après leurs nombreuses et sanglantes interventions armées dans ce pays occupé pendant 20 ans ; les pressions constantes exercées sur la Syrie accusée à tort dans l’assassinat du 1er ministre libanais R. Hariri, amputée d’une partie de son territoire dans le Golan, et toujours dans l’œil du cyclone ?...

Faut-il rappeler les incalculables victimes civiles de tous ces conflits dans une région déchirée, démantelée, dépecée par les appétits néocoloniaux d’une poignée de puissances occidentales, les qualifiant de manière méprisante de « dommages collatéraux » ?...

Faut-il donc rappeler tous ces crimes, ces meurtres, ces assassinats, ces innombrables blessés et handicapés, ces familles décimées et inconsolables à vie, cette immense désolation que nos pays dits « civilisés » perpétuent en notre nom (!), la plupart du temps sous de faux prétextes… pour espérer que nous n’oubliions pas !?

En ces temps d’intenses manœuvres diplomatiques aussi bien que militaires, dans un Moyen-Orient tellement dévasté par des années de sanctions, d’embargos, de blocus et de guerres multiples, il ne s’agit évidemment pas d’ « en rajouter une couche » ! Mais plutôt de garder notre sens critique en éveil afin de ne pas nous laisser berner une fois de plus par la propagande mensongère qui s’évertue à nous préparer à la prochaine. Ainsi, le livre Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine de John Mearsheimer et Stephen Walt paru en 2007 aux Ed. La Découverte, ne devrait-il pas être oublié. Je voudrais tout au contraire en rappeler certains passages éloquents, afin de bien comprendre la stratégie déployée par de puissants lobbies qui tentent d’influencer les décisions de la politique américaine – et européenne par rebond – ainsi que leurs opinions publiques.

Dans un chapitre consacré à l’Irak on peut y lire :

Citation :
« (…) au cours de la période qui précéda la guerre, les Etats-Unis étaient à la fois puissants, confiants dans leur supériorité militaire, et profondément inquiets au sujet de leur sécurité – un cocktail dangereux.

Ces différents éléments forment le contexte stratégique de la décision d’entrer en guerre, et nous aident à comprendre ce qui a sous-tendu et facilité ce choix. Mais l’équation comportait aussi une autre variable, sans laquelle la guerre n’aurait jamais eu lieu. Cet élément est le lobby pro-israélien, et notamment un groupe de politiciens et de leaders d’opinion néoconservateurs qui pressaient les Etats-Unis d’attaquer l’Irak depuis bien avant le 11 septembre. La faction pro-guerre pensait que le renversement de Saddam améliorerait la position stratégique des Etats-Unis et d’Israël, et inaugurerait un processus de transformation régionale dont profiteraient les deux nations.

(…) Les pressions exercées par l’Etat hébreu et le lobby pro-israélien n’expliquent pas à elles seules la décision prise par l’administration Bush d’attaquer l’Irak en mars 2003, mais elles en constituaient un élément déterminant.

(…) nous affirmons que la guerre était largement motivée par le désir de renforcer la sécurité d’Israël. Il s’agissait déjà d’une affirmation controversée avant que la guerre ne débute, mais elle l’est plus encore maintenant que l’Irak est un devenu un désastre stratégique.

(…) Affirmer cela ne revient pas à dire qu’Israël ou le lobby « contrôlent » la politique étrangère des Etats-Unis. Cela veut tout simplement dire qu’ils ont appelé avec succès à la mise en œuvre de certaines politiques, et que, dans un contexte spécifique, ils ont atteint cet objectif. Si les circonstances avaient été différentes, ils n’y seraient pas parvenus. Mais sans leurs efforts, l’Amérique ne serait probablement pas en Irak aujourd’hui.

(…) Tout au long des mois précédant l’entrée en guerre, les dirigeants israéliens craignaient en effet que Bush décide finalement de ne pas y aller, et ils firent tout ce qui était en leur pouvoir pour s’assurer qu’il ne change pas d’avis à la dernière minute. »

Pourquoi un tel détour ? Parce qu’aujourd’hui, alors que l’une des plus anciennes civilisations du monde est dévastée et en proie à une guerre civile qui risque bien de s’éterniser, les informations qui nous sont pernicieusement distillées en provenance d’Iran sont du même ordre. Le refrain est le même, seul le couplet a changé : il n’est plus question d’ADM, mais de bombe nucléaire. Eh oui !, pour tenter de masquer un tant soit peu l’échec absolu de l’entreprise irakienne – sans parler de celle d’Afghanistan – il faut trouver un moyen d’effrayer plus encore les populations dans le monde pour qu’elles soutiennent l’éventualité d’une option militaire, en utilisant ce qui produira un impact plus fort sur les esprits que les ADM : la bombe atomique ! Tout le monde sait que la simple allusion à l’arme atomique provoque l’effroi le plus total au sein des populations. Les images des gigantesques champignons nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki nous sont rappelées régulièrement. La dévastation instantanée et totale de ces deux villes a marqué les mémoires. Imaginer qu’aujourd’hui, un pays puisse envisager le recours à une telle technologie suffit à en provoquer le rejet immédiat et sa mise au ban de la société par l’ensemble des Nations. Les « experts » en communication le savent bien, qui manipulent l’information et tentent de nous terrifier à la seule idée qu’un gouvernement, ostracisé pour sa culture, ses méthodes et présenté comme l’ennemi public n°1, serait sur le point de l’utiliser.

Mais, un peu plus loin dans le livre, on peut lire : « (…) Certains articles de presse affirmaient que « des membres des services de renseignement israéliens disposent d’éléments indiquant que l’Irak redouble d’efforts pour produire des armes biologiques et chimiques ». Sur CNN, Perès déclara « penser et savoir qu’il [S. Hussein] cherche à acquérir une option nucléaire ». Selon le quotidien hébreu Ha’aretz, Saddam avait donné « ordre (…) à la Commission irakienne pour l’énergie d’accélérer le rythme de son travail ». Israël alimentait Washington en rapports alarmistes concernant les programmes irakiens d’ADM à un moment où, selon les termes mêmes de Sharon, « la coordination stratégique entre Israël et les Etats-Unis a atteint un niveau sans précédent ». Au lendemain de l’invasion et après les révélations concernant l’absence d’ADM en Irak, le comité du Sénat en charge des Relations avec les services de renseignement ainsi que la Knesset publièrent séparément des rapports révélant que l’essentiel des informations transmises à l’administration Bush par Israël étaient fausses.»

Or, comme l’affirmaient en son temps Saddam Hussein et ses proches collaborateurs démentant le fait de posséder des ADM, le président Ahmadinejad et l’ensemble de son gouvernement ne cessent de dire et de répéter que l’objectif poursuivi par leur technologie nucléaire est de l’ordre du civil et non de l’armement. Parallèlement, de nombreuses voix – que l’on tente d’étouffer – se sont déjà faites entendre pour signaler qu’au stade actuel, l’Iran ne possédait aucune arme atomique, et qu’il faudrait plusieurs années avant de pouvoir « éventuellement » en fabriquer. Propos non démentis par les inspecteurs de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) qui, soit dit en passant, ont accès à certains sites nucléaires iraniens, mais se voient refuser tout accès aux sites israéliens !

Par ailleurs, d’après des informations en provenance d’Al Manar – le silence de nos médias est éloquent sur la question – il semble que des ex-agents de la CIA viennent d’adresser une lettre au président Obama, le mettant en garde contre une attaque surprise de la part d’Israël qui déclencherait ce mois-ci des bombardements sur l’Iran, contraignant ainsi les USA à leur venir en aide, puisque l’Iran a prévenu qu’en cas de violation de son territoire tant aérien, maritime que terrestre, il réagirait. Info ou intox ? Sans vouloir jouer les Cassandre, les signataires d’une telle lettre paraissent bien placés que pour prendre leur initiative suffisamment au sérieux. La perspective des négociations qui se profilent en septembre entre le régime iranien et Washington, après l’accord tripartite avec le Brésil et la Turquie à propos de la question nucléaire, indispose Tel-Aviv qui craint que s’éloigne ainsi la possibilité d’une intervention armée. L’on voit clairement qu’après la guerre en Irak, celle en Iran servirait prioritairement les intérêts israéliens. De même, des « experts » russes voient inévitable une guerre prochaine avec l’Iran, déclenchée vers l’automne, au travers un Etat tiers comme le Liban – dont la résistance armée du Hezbollah insupporte Israël – qui servirait d’appât et d’excuse pour étendre le conflit à d’autres pays voisins. L’accrochage autour d’un arbre à déraciner la semaine dernière a démontré que la provocation israélienne n’hésite pas à utiliser tout et n’importe quoi pour provoquer un incident majeur. Fort heureusement, le Hezbollah – objectif que l’armée israélienne a manqué lors de sa sanglante intervention en 2006 – n’est pas tombé dans ce piège grossier et s’est abstenu d’intervenir.

Dans la foulée, il semble aussi que le président français en vacances dans le Var ait reçu la visite éclair de Saad Hariri, l’actuel 1er ministre libanais, auquel il aurait dit que « tout devait être fait pour éviter de nouvelles tensions… » A entendre les conseils avisés d’un tel « expert » en termes sécuritaire, au moins le ministre libanais pourra se dire qu’il n’aura pas fait le déplacement pour rien !

Ainsi, dans ce monde profondément malade, aurions-nous donc la mémoire trop courte que pour tirer les leçons de l’actuel désastre irakien, afghan, palestinien, pakistanais, libanais sans voir dans quel enfer une nouvelle aventure iranienne risquerait de nous précipiter ? L’Iran n’est ni l’Irak, ni l’Afghanistan.ni encore moins le Liban. Ni par la taille, qui fait quatre fois celle de l’Irak, deux fois et demi celle de l’Afghanistan, (trois fois celle de la France)… et quatre-vingt fois celle d’Israël. Ni par sa population près de trois fois supérieure à celle de l’Irak et plus de dix fois supérieure à celle d’Israël. Ni par ses possibilités de riposte. Ni par sa farouche détermination à ne pas se laisser dicter sa politique de développement. Ni par sa culture, ignorée voire inconnue de la plupart des Occidentaux qui la confondent bien souvent avec un pays arabe, dans les amalgames paresseux et méprisants que beaucoup de ces « spécialistes » affichent dans leur approche de tout ce qui n’est pas européo-centré. Et après des années de déversement de tonnes de bombes dans les pays visés, avec l’objectif de « sécuriser » la région, d’y apporter la « liberté » et la « démocratie » et toutes ces fariboles du même ordre, le résultat est exactement l’inverse de ces fumeuses théories développées par tous ces « experts » venus nous vendre leurs sales guerres ! Le pouvoir irakien est dans l’impossibilité de former un gouvernement d’union nationale entre kurdes, sunnites et chiites et les attentats se multiplient ; le Hezbollah n’a jamais été aussi puissant au Liban ; les Taliban reprennent du poil de la bête et dament le pion à la « coalition » ; le Hamas loin d’être discrédité reste très populaire en Palestine et ce serait plutôt le Fatah et M. Abbas qui seraient affaiblis, etc… Dans les faits, ces pays envahis n’ont jamais été aussi déstabilisés que depuis l’incursion de forces étrangères sur leur sol. Après la colonisation, puis la décolonisation ratée, les nouvelles politiques étrangères de l’Occident continuent d’être de lamentables échecs tant elles sont animées de cette notion tenace de supériorité et de condescendance dans ses rapports à l’autre. Elles ne sont qu’une néo-colonisation mal ficelée, masquée, entretenant de la sorte le désordre et alimentant la haine entre les différentes cultures. Un peu facile de déclarer alors que nous sommes face à un choc de civilisations !

Dès lors, dans ce monde qui n’a de cesse de s’enfoncer dans les ténèbres, saurons-nous nous mobiliser pour empêcher qu’une telle folie ne vienne s’ajouter à tant d’autres avec le risque réel d’un embrasement généralisé de la région, puis de ses alentours, pour nous atteindre rapidement à notre tour ? Saurons-nous nous mobiliser pour faire barrage à ces lobbies et dénoncer leurs puissantes et fallacieuses stratégies de communication ? Saurons-nous nous mobiliser pour alerter nos décideurs politiques et les mettre en garde de s’embarquer dans un suivisme atlantiste dont l’issue les dépasserait ? Saurons-nous nous mobiliser pour alerter les opinions publiques qu’un tel nouveau conflit ne ferait qu’attiser plus encore les fractures déjà nombreuses au sein même de nos sociétés métissées ? Saurons-nous nous mobiliser autant que lors de manifestations sportives mondiales, pour éviter le pire ? Ou devrons-nous constater notre incapacité à faire désormais la différence entre l’essentiel et l’accessoire ? Entre le hasard et la nécessité ? Entre le vrai et le faux ? Entre la réalité et le virtuel ? Devrons-nous constater notre impuissance à agir devant l’inévitable ? Devant le désir de toute puissance de quelques uns, risquant d’entraîner tous les autres et nous avec, dans des affres que nous ne pouvons même pas imaginer ? Avons-nous encore assez de lucidité pour comprendre ce qu’une guerre actuelle représente, en-dehors de celles que nous regardons de manière virtuelle à travers des fictions de mauvais goût ou des reportages lointains, confortablement installés dans nos fauteuils, avec cette certitude erronée que nous serions à l’abri de tout ?

Quelques pages plus loin, dans le même livre, les professeurs Mearsheimer et Walt continuent à expliquer : « Destinée à faire apparaître Saddam Hussein comme une menace imminente, la manipulation des informations fournies pas les services de renseignement fut un élément crucial de la campagne en faveur de l’invasion de l’Irak. Scooter Libby joua un rôle de premier plan dans cette opération, en se rendant plusieurs fois à la CIA pour faire pression sur les analystes et les exhorter à produire des éléments qui viendraient étayer le dossier en faveur de la guerre. »

Ainsi, malgré les déconvenues que les forces occidentales essuient sur tous les fronts dans la région, tout indique que nous risquons de prendre exactement le même chemin qu’avec l’Irak, à savoir : une manipulation de l’information par la répétition à travers les médias de mensonges sur la nature du régime iranien – ce qui a déjà commencé depuis plusieurs années – ; sur la nature de ses recherches en matière nucléaire – en dépit des démentis systématiques des autorités iraniennes – ; sur la nature des intentions du président Ahmadinejad – dont nombre de « journaleux » déforment les propos par une traduction malhonnête – ; sur la nature d’un danger qui est largement exagéré alors qu’il n’est que virtuel – la fabrication d’armes nucléaires – tout en présentant systématiquement et comme toujours, Israël comme la future victime désignée, et qui bien sûr… « a le droit de se défendre », sauf que dans la région c’est le seul Etat qui n’a de cesse d’entrer en guerre avec tous ses voisins, avec la cruauté et la brutalité que l’on connaît !…

Toujours dans le même livre, un plus loin encore, mais à propos de l’Iran cette fois : « L’allant avec lequel Bush définit l’Iran comme une menace mortelle pour Israël mais pas pour les Etats-Unis, ainsi que son engagement explicite à entrer en guerre contre l’Iran au profit d’Israël, ont commencé à alarmer sérieusement certains secteurs du lobby. C’est ce que signalait Forward au printemps 2006 : ‘Des dirigeants de la communauté juive ont instamment prié la Maison Blanche d’éviter d’annoncer publiquement son désir de défendre Israël contre de possibles agressions iraniennes’. Ce n’est pas que ces dirigeants soient opposés au recours à une intervention américaine pour protéger Israël, mais plutôt qu’ils ont peur que les déclarations publiques de Bush ‘ne créent l’impression que les Etats-Unis envisagent une action militaire contre l’Iran au seul profit d’Israël – ce qui pourrait amener l’opinion à attribuer aux Juifs américains la responsabilité des conséquences négatives d’une frappe américaine contre l’Iran’ ».

Et pour en terminer avec ce qu’écrivent les professeurs américains : « En fait, Israël est le seul pays au monde où l’opinion publique soutient majoritairement l’option militaire : près de 71% de la population israélienne, si l’on en croit un sondage de mai 2007. De même, aux Etats-Unis, les principaux groupes du lobby sont les seules organisations importantes à prôner l’entrée en guerre contre la République islamique. Début 2007, quand un journaliste demanda au général en retraite Wesley Clark pourquoi l’administration Bush semblait s’engager sur la voie d’un conflit avec l’Iran, celui-ci répondit : ‘Il suffit de lire la presse israélienne. La communauté juive est divisée sur la question, mais la pression exercée sur les politiciens par les milieux d’affaires de New York est énorme.’ Clark fut aussitôt taxé d’antisémitisme pour avoir laissé entendre qu’Israël et certains Juifs américains inciteraient les Etats-Unis à entrer en guerre avec l’Iran, mais, comme le souligne le journaliste Matthew Iglesias : ‘Tout ce que dit Clark est vrai. Mieux encore, tout le monde sait que c’est vrai.’ Et, pour mettre les points sur les i, dans un ouvrage publié en 2006 et intitulé ‘Cible : l’Iran’, l’ancien inspecteur des Nations Unies en Irak Scott Ritter écrivait : ‘Qu’il n’y a aucun doute là-dessus : si demain les Américains font la guerre à l’Iran, ce sera une guerre made in Israël, et nulle part ailleurs.’ En d’autres termes, sans la campagne d’Israël et du lobby, il n’y aurait pas grand monde à Washington pour envisager sérieusement une attaque contre l’Iran.»

A la lumière de ces différents éléments, arrêtons donc de nous tromper nous-mêmes et regardons la réalité en face : nous échouons partout où nous posons le pied ! Quelqu’un finira-t-il par dresser un jour le bilan du désastre humain qu’a constitué l’implantation de l’entité sioniste en région arabe, comme règlement au problème strictement européen après la deuxième guerre mondiale, avec tous les désastres en cascade que l’on connaît depuis ? Cela risque bien d’être vertigineux ! Sans parler de l’aspect financier, social, économique, sanitaire, écologique,…

Enfin, les récentes confirmations du retrait des forces militaires américaines de l’Irak planifiées pour le mois de septembre par le président Obama auraient peut-être de quoi réjouir… si elles n’étaient le prélude à une réorganisation éventuelle des forces pour les maintenir disponibles en vue d’une riposte sur l’Iran… Tout comme le retrait annoncé des premières troupes polonaises, australiennes et néerlandaises d’Afghanistan… Dans le même temps, que penser de la traversée du canal de Suez il y a quelques semaines, de bâtiments de guerre américains et israéliens en direction du golfe… ainsi que de la livraison récente à Israël de bombes spéciales, les BLU-117 ayant la capacité de percer les bunkers de béton enfouis à plusieurs mètres dans le sol… et du soudain réchauffement entre Tel-Aviv et Washington lors de la dernière visite de Netanyahu, alors que celui-ci continue d’ignorer les injonctions d’Obama et poursuit sa politique de colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, rase les villages bédouins du Néguev, et maintient l’asphyxie méthodique de la Bande de Gaza… et que l’administration américaine vient d’annoncer que ses plans pour attaquer l’Iran étaient prêts ?

Avec les arsenaux en présence, ne pas prendre réellement conscience de la menace qui pèse sur le Moyen-Orient risque de nous faire basculer dans la pire crise que le monde ait à traverser… sans savoir si son issue ne sera pas une apocalypse planétaire ! Bien que certains illuminés souhaitent cette confrontation dans leur vision idéologique et infantile d’une fin des temps qui verrait leur « Messie » revenir sur terre, l’heure est grave. Bien plus qu’elle ne l’a sans doute jamais été. La déflagration d’une telle guerre n’aura rien de virtuel, et personne ne sait quelles terrifiantes conséquences en découleraient et pour combien de décennies. Si nous pensons que la crise que nous traversons aujourd’hui est pénible, longue et difficile, il y a tout lieu de croire que ce n’est qu’une partie de plaisir par rapport à ce qui déferlerait sur nous dans l’hypothèse d’un tel scénario. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et penser que cela ne nous concerne pas. Nous devons tout faire – à commencer par nous informer correctement – chacun avec nos moyens si humbles soient-ils, pour empêcher qu’une telle guerre soit lancée, parce que si ce conflit est déclenché, nous n’aurons alors plus le choix entre le chaos de cette nouvelle « préventive » ou la patience de négocier un accord équilibré entre parties. C’est sans aucun doute l’un des défis les plus urgents à relever dans l’immédiat pour la société civile, les ONG et chacun d’entre nous. Même si une partie de l’administration américaine, les néoconservateurs et le lobby israélien sont puissants, ils restent minoritaires en nombre. Et quoi qu’en disent certains, le président Obama n’est pas le président Bush. À un trimestre des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, pourra-t-il contenir les va-t’en- guerre qui le pressent de toutes parts ? Il faut vraiment espérer que oui, et il nous reste donc peut-être une petite lueur d’espoir pour agir : ne la laissons pas passer…



Daniel Vanhove
–Observateur civil, Auteur de La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.


source: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20621

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chronique de la troisième Guerre Mondiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Documents sur la 1e guerre mondiale 14-18
» Poilu, surnom donné aux soldats français pendant la Première Guerre mondiale.
» Les héros maritimes français de la première guerre mondiale
» Au début de la Première Guerre mondiale, l'aérostation française est très limitée
» La meilleure photo d'action de la Seconde Guerre Mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Divers-
Sauter vers: