Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   24/2/2010, 01:19



Juste après avoir lu le commentaire d'une internaute qui avouait sans vergogne profiter de la faiblesse des hommes qui selon elle, avaient tous le secret désir de se faire dominer par une femme, je suis tombé sur un audio de Pierre Jovanovic qui parle de Blythe Masters.
http://febed.info/jovanovic/

Ce nom ne vous dit peut être pas grand chose mais pour certains cette femme est devenu le visage de la crise pour la simple et bonne raison qu'elle aurait participé à l'équipe qui a crée la formule mathématique qui a permis les CDS (on s'aperçoit que Jacques Attali y a été aussi mélé).
Citation :
A la fin de l’année 1994, Blythe Masters, un membre de l’équipe de traders de J.P.Morgan, a l’idée de vendre la ligne de crédit de cinq milliards de dollars à la Banque européenne de reconstruction et de développement (B.E.R.D). Jacques Attali, le conseiller spécial du président socialiste François Mitterrand, en est le premier président après avoir eu l’idée lumineuse de sa création lors de l’effondrement du mur de Berlin (une catastrophe peut en provoquer une autre...). Si Exxon fait défaut, c’est la B.E.R.D qui va essuyer les plâtres. En échange de la patate chaude refilée, J.P.Morgan s’engage à lui verser une indemnité.

Ce marché étrange ne porte pas encore de nom mais il est promis à un grand avenir. Sa mise au point a été laborieuse. Il a consommé beaucoup de temps et de ressources au sein de la banque. Il faut que le processus soit affiné afin de devenir lucratif. Une brillante équipe de mathématiciens planche pour mettre au point un produit standardisé qui va permettre à la banque de gagner beaucoup d’argent. Ainsi est créé le credit default swap qui est une forme de standardisation des risques au lieu de l’étude besogneuse du cas par cas du risque de chaque ligne de crédit. Les mathématiciens modélisent le risque encouru par la standardisation : "Si quelques prêts font défaut, cela ne devrait pas mettre en péril l’ensemble des transactions." Les banquiers croient dur comme fer à cette martingale. Ils escomptent gagner sur deux tableaux : les profits tirés de la tritisation et les revenus générés par le flot régulier des remboursements de prêts.
http://www.claudereichman.com/articles/martoiamareenoire.htm

Bien évidemment on ne peut rendre cette femme responsable de la crise mondiale actuelle mais dés que l'histoire s'est répandue quelque chose de bizarre s'est produit, au lieu de se faire haïr, cette femme s'est retrouvée l'objet de fantasmes d'admirateurs névrosés qui revent de boire du champagne dans l'une de ses bottes ou de se faire marteler la figure à coups de talons aiguilles.

Blythe Masters est en train de devenir le fantasme sexuel N°1 d'une certaine catégorie de mâles de la planète, loin devant Monica Bellucci ou Rihanna comme en témoigne ce poème d'un auditeur de Pierre Jovanovic (d'ailleurs ce dernier aussi intelligent qu'il soit n'est pas en reste et fantasme lui aussi sur la belle au point de lui consacrer une émission spéciale).


Citation :
Cher Pierre Jovanovic: par votre faute, je suis tombé amoureux de Blythe Masters! Son visage glacial et légèrement asymétrique, son brushing impeccable, et son accent si nettement oxonien qu’il me rappelle, dans une réminiscence masochiste, celui de Margaret Thatcher — oui ! Tout cela a fait de moi, modeste client de la Société Générale, un spectateur fasciné de celle que vous surnommez « la Lucrèce Borgia de la haute finance ». Je dirai même qu’au gré des pertes abyssales enregistrées depuis le départ du regretté Kerviel, un lien magique s’est établi entre la succursale parisienne ruinée où j’ai mon compte et le douillet bureau de Blythe Masters à New-York — et ce, par-delà les salles de marché du Palais Brongniart ou de Wall Street; par-delà les chalets cossus des Grisons suisses ; par-delà les antichambres du FMI où DSK culbute une stagiaire ; par-delà les couloirs feutrés de l’Union des Banques Suisses de la rue Basse, à Genève ; par-delà les caves voûtées de Fort Knox ; et surtout par-delà les banlieues dépeuplées de Miami ou de Detroit, où le bulldozer, sans états d’âme, rase le pavillon de la famille Simpson, sous les yeux éplorés d’Omer (récemment viré de la centrale nucléaire qui l’employait, pour cause de rachat par Areva). C’est la raison pour laquelle j’ai écrit ce poème, qui m’est venu d’un trait après ce régal pour l’esprit que constitue la lecture du supplément Économie du Monde. Quoiqu’un peu baudelairien, il est tout à la gloire de Blythe Masters, et j’espère qu’elle le lira. Moi aussi, vermisseau amoureux d’une étoile, j’ai le droit d’accrocher ma charrue à la grande Ourse!

Ode à Blythe Masters

Vierge glacée venue de la froide Albion
Telle Elizabeth qui tenait l’Angleterre
En écumant les océans avec ses corsaires
Tes dévots récoltent nos moissons

– C’est, dis-tu, que l’on paie pour notre maladresse
Mais tes capiteux poisons, moderne Lucrèce
Que tu concoctes en secret détruisent les nations
Et laissent sur le carreau des gens par millions

J’aime t’imaginer en Comtesse Batory
Ton petit corps gracile immergé à demi
Dans le sang répandu des vierges au chômage

A moins qu’il ne faille voir dans tes yeux
Une Jézabel revenue du fond des âges
Pour nous tuer tous avec des emprunts vicieux…
-------------------------------------------------------------------------------------
Woaaa. Reine d’Angleterre, Lucrèce Borgia, Comtesse Batory, Jézabel, Catherine de Médicis, Grande Ourse, n’en jetons plus… C’est clair, la crise a désormais un visage et c’est celui de Blythe Masters… J’ai vu un portrait d’elle en noir et blanc dans le Financial Times et franchement, son regard m’a fait penser à celui de la Méduse… J’ai dû détourner le mien sur le côté pour ne pas être transformé en statue :-) Allez, voici une Blythe Masters presque humaine, à la « une » du Bloomberg Mag, et qui devrait calmer les ardeurs de ce lecteur, mais je crains au final l’effet contraire…

blythe masters bloomberg magazine
http://www.pauljorion.com/blog/?p=7836


D'ores et déjà, Hollywood a prévu un film autobiographique, à ce rythme cette quinquagénaire va empocher un pactole qui viendra s'ajouter à la fortune qu'elle a amassé chez JP Morgan.
Il n'y a aucune justice en ce monde alors qu'elle aurait du vivre dans la honte telle une paria, la voici intronisée future reine des médias.

L'explication est pourtant simple et l'élite la connait, comme je l'avais déjà annoncé plus haut, le fantasme secret de la plupart des hommes consiste à se faire dominer par une femme.


Même sans aller jusqu'aux coups de fouets et aux menottes, on s'aperçoit que fantasme typique a été instrumentalisé par l'élite comme un système de contrôle de la population.
Pour assurer un contrôle il faut un maitre, la figure paternaliste a dèja été utilisé tout au long des siècles précédents, maintenant en cette époque pré-NOM, ce sera la mère fouettards qui sera mise en avant par l'élite.
(Alain Soral a écrit quelque chose sur le sujet me semble t'il).
Vous voilà prévenus !

Autres maitresses dispensées par les médias :
Thatcher, surnommée la dame de Fer, elle fut à l'origine du néolibéralisme économique en GB.


Sigourney Weaver, la belle qui dompte la bête dans l'espace.
On regardera la saga des Aliens avec un autre oeil maintenant.




Ségolene Royale


Ségolene faisant son one woman show au zénith selon la méthode Jamel Debouze. Si elle aurait été moins nunuche, elle aurait peut être pu avoir les faveurs de l'élite au lieu de servir de simple faire valoir au troll en chef.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.


Dernière édition par aurelien1818 le 27/2/2010, 00:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan

avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   24/2/2010, 01:41

J'avais noté la même chose que toi concernant Jovanovic et sa fascination malsaine envers la carnassière.

Il parlait même d'apparition diabolique envoûtante en faisant référence au film "une nuit en enfer" et à son fameux strip tease...

Faudrait demander à Nourdine de nous parler un peu des mécanismes psychologiques en jeux dans cette affaire... Intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   25/2/2010, 00:13

Pour ce qui est des mécanismes psychologiques, je pense que ce sont les mêmes qui en poussent certains à se faire fouetter en combinaison latex, ce sont donc ceux du sado -masochisme.
N'étant pas expert en la matière, le seul angle sous lequel je peut appréhender cette attitude est celui de la spiritualité.
Et les doctrines spirituelles enseignent que nous hébergeons chacun un démon intérieur qui est à la source de tous nos maux puisque pour lui la souffrance est synonyme de plaisir.
http://spfc441.blogspot.com/2009/03/derriere-le-voile-de-la-sexualite.html

Quoiqu'il en soit, l'élite semble exploiter parfaitement cette faille de la nature humaine comme en témoignent le nombre grandissant de femmes poussées à des postes de pouvoir.

Hier, j'ai oublié de citer la plus fameuse de toutes : Condoleeza Rice.



Bien entendu, elle n'hésite pas à user de ses charmes pour arriver à ses fins comme en témoigne la manière dont elle met en valeurs ses jambes (même Carla est plus pudique dans ses fonctions officielles),
Et mis à part Sharon Stone dans Basic Instinct et quelques pubs on a rarement vu de femmes croiser les jambes de cette manière.
Il y en a qui font le cornuto avec leurs doigts, Condoleeza semble vouloir faire un triangle maçonnique avec ses jambes.

Qui plus est, toute femme élégante digne de ce nom sait que cela ne se fait pas de porter une mini jupe dans un tel cadre, sans oublier le fait qu'elle porte une veste Coco Chanel, ce qui est un affront quand on sait qu'elle avait en horreur les femmes qui montraient leurs genoux.
Décidément cette Condolezza est bien la représentante de la vulgarité américaine la plus crasse pig

Quelques milliers de photos de la belle bête de plus.
http://images.google.fr/images?um=1&hl=fr&safe=off&tbs=isch:1&q=Condoleeza+Rice+legs&sa=N&start=18&ndsp=18

Face à ces attaques psychologiques d'un nouveau genre, il faut préparer des défenses immunitaires.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.


Dernière édition par aurelien1818 le 26/2/2010, 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auda

avatar

Nombre de messages : 1414
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   25/2/2010, 10:20

aurelien1818 a écrit:

Et les doctrines spirituelles enseignent que nous hébergeons chacun un démon intérieur qui est à la source de tous nos maux puisque pour lui la souffrance est synonyme de plaisir.
http://spfc441.blogspot.com/2009/03/derriere-le-voile-de-la-sexualite.html
Réconfortant que tu aies plaisir à citer mon blog, Aurélien ; j'essaierai de maintenir le niveau.

C'est vrai qu'en politique les esprits volent (de plus en plus) bas ces temps-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spfc441.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   26/2/2010, 23:53

Autres expériences plus ou moins ratées des frankenstein du NOM :

Angela Merkel -Chéf du plus puissant état d'Europe.




A priori, rien ne prédispose cette femme à devenir un fantasme sexuel (et encore moins chef d'état) mais il faut se rendre à l'évidence, l'exercice du pouvoir a des vertus aphrodisiaques comme en témoignent ces photos.
Même G.W Bush n'y résiste pas et lui fait un massage du dos en plein G8.
http://i66.servimg.com/u/f66/14/06/96/22/photo-10.jpg

Angela Merkel en petite tenue dans les tabloïds et dans une pub pour sous vêtements, attention les yeux Shocked
http://i66.servimg.com/u/f66/14/06/96/22/angela11.jpg
http://i66.servimg.com/u/f66/14/06/96/22/angela12.jpg

Ioulia Timochenko, premier ministre de l'Ukraine.


Citation :
Quant à Julia Timochenko, elle s'apparente aux oligarques de la mafia pro-israélienne de Moscou. Sa langue maternelle serait le russe et non l'ukrainien, qu'elle n'aurait appris qu'en 1999. Elle aurait refusé de fournir tout renseignement biographique et même son nom de jeune fille demeure un mystère. Lors de sa nomination au poste de premier ministre, elle était poursuivie par la justice russe pour fraude et corruption de fonctionnaires et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Timochenko se serait considérablement enrichie en 1996-1997 grâce à la revente de gaz naturel
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EEZAFuyFlkRSFUqfHv.shtml

C'est loin d'être une sainte nitouche, sa coupe de cheveux qui rappelle un peu Stars Wars semble être un appât markéting destiné à séduire les paysans et la populace. Tout est calculé, même la couleur dominante de ses tenues (le blanc, symbole de la pureté), elle a d'ailleurs été imité en cela par Ségoléne Royale lors de la campagne de 2007.

"Je suis éblouit par votre sublime beauté et je m'incline devant elle" semble lui dire ce Monsieur rouge comme une pivoine.


Hillary Clinton.
Actuelle secrétaire d'état sous l'administration Obama.
En 2009, elle aurait du devenir la première femme présidente des états unis mais l'élite en a décidé autrement et a préféré jouer la carte du "président issu du peuple".
Aurait pu faire une nouvelle "dame de fer" si l'affaire Monica Lewinski n'aurait pas fait d'elle la cocue la plus célèbre du monde.



Nancy Pelosi.

Elle est la chef de file du parti démocrate à la Chambre des représentants et speaker de la Chambre des représentants.
Son élection est due à un accord entre la mafia juive et la mafia italo-américaine (les uns s'occupent de l'argent, les autres de la politique).


Cristina Kirchner, présidente de l'Argentine.
Voici la photo officielle (véridique j'ai vérifié!), ne manquent que le carrosse et le prince charmant.


On se rend compte qu'à notre époque pré néo-mondialiste, ce genre de cas devient de plus en plus fréquent.
La figure de la femme en tant que représentante de l'autorité est instrumentalisée par l'élite afin de mieux assurer la soumission des populations.
Dans cette manœuvre, ils y gagnent des 2 côtés, puisque en plus des électeurs masculins subjugués par leurs tendances sado-masochistes, le vote des femmes leur sera le plus souvent favorable.

Bien entendu vous aurez compris que je ne suis pas en train de dire qu'une femme est incapable d'égaler une homme dans un travail au plus haut sommet de l'état mais que l'élite utilise ce stratagème afin de faire avancer leurs plans.
Et en étudiant le cas de ces femmes, on se rend compte que sans exception elles ont toutes étés promus à leurs postes par des réseaux mondialistes/sionistes/Atlantistes.

Ce stratagème est très certainement enseigné dans les écoles et les thinks tanks qui forment la classe dirigeante. Vous voilà prévenus !

-----------------------------------------------------------------------------------
@ Auda
Citation :
Réconfortant que tu aies plaisir à citer mon blog, Aurélien ; j'essaierai de maintenir le niveau.
Je n'ai aucune raison de ne pas citer quelqu'un sur les points où je suis en accord .
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.


Dernière édition par aurelien1818 le 27/2/2010, 17:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   27/2/2010, 00:39

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   27/2/2010, 01:28

tagada a écrit:
A ce propos (pas sur la fascination des hommes pour les femmes de pouvoir, mais sur les raisons de la mise en place des femmes en politique par les oligarques), il y a "Vers la féminisation" de Soral, que je suis en train de finir, et qui décortique très bien, à mon goût, les raisons sociologiques de cette promotion somme toute assez récente de l'executive woman.

C'était le sujet de mon prochain commentaire, Soral a vu venir le truc et son discours est beaucoup plus sophistiqué que ce que j'explique.
En tout cas son approche est intellectuelle alors que la mienne est purement intuitive (c'est pour ça que je poste pleins d'images Wink ).

Tout ça pour dire que si tu pouvais résumer en quelques lignes les points clefs de son livre, ça serait intéressant car c'est à un véritable phénomène de société que l'on assiste.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   27/2/2010, 14:38

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   3/3/2010, 22:50

Le cas Sarah Palin



Il y a une femme que j'ai oublier de citer et qui est le dernier prototype en date de l'instrumentalisation de la femme autoritaire, il s'agit de Sarah Palin qu'il est inutile de présenter, on se rappelle tous le chahut fait autour de son investiture en tant que colistiére de John Mc Cain ce qui retrospectivement est bizarre quand on sait que ce dernier n'a jamais été vraiment en position d'être élu.
Cette opération médiatique a permis à l'élite de promouvoir l'idée de la maman-présidente.

Heureusement j'ai pu mettre la main sur un article du réseau voltaire qui analyse très bien le phénomène, je reproduis ici les passages les plus significatifs.

Citation :

Pour les sociologues Jean-Claude Paye et Tülay Umay, cette nouvelle figure politique (qui fait suite en France à celle de Ségolène Royal, mère juste et sévère), incarne la mutation de l’ordre symbolique des sociétés occidentales : le pouvoir refuse toute extériorité, il devient englobant, castrateur, fusionnel.

Citation :
Celle-ci (Sarah Palin) est le symptôme d’une profonde mutation de l’ordre symbolique de la société, à savoir l’apparition au grand jour de la figure maternelle, à qui est offerte le pouvoir d’État. Cette image, entièrement érigée par les médias, se substitue à la figure paternelle. Ce mode de communication englobant, supprime toute distinction entre intérieur et extérieur, entre privé et public. Il installe une relation fusionnelle entre individu et pouvoir. Cette transformation n’est pas seulement formelle. Elle atteste d’un changement radical dans l’organisation sociale, le passage d’une structure névrotique à une structure psychotique, à savoir le déni du lien social et la neutralisation de la conscience.

Citation :
Sarah Palin ne se présente pas comme une femme en compétition avec les hommes. Elle apparaît à travers la figure de la mère. Elle n’a pas besoin des attributs du masculin pour être une femme. Les hommes sont déjà hors jeu. Ils se présentent comme des enfants et lui abandonnent le pouvoir.
Dans son discours d’intronisation de colistière de McCain, elle se présente comme féminité toute puissante, qui peut donner la vie et la mort. Elle est à la fois mère de famille qui enfante, qui conduit ses enfants au hockey et ange exterminateur, « pitt bull avec rouge à lèvres », qui détruit ses adversaires politiques et anéantit les « ennemis de l’Amérique ».

Citation :
Le rapport à la castration permet de différencier Palin de Clinton. Le phallus est châtré symboliquement par la Loi qui enjoint, à la mère, de ne pas se le donner à elle-même, par l’intermédiaire de l’enfant.

Citation :
Palin exalte la toute puissance de la mère, celle qui avale ses enfants et qui opère un déni de la prévalence de la Loi.

Citation :

Palin, elle, ne se modèle plus sur les hommes. Elle effectue une démarche post-féministe où la confrontation de genre n’existe plus. Nous ne sommes plus dans la guerre des sexes. Sarah Palin opère un déni du signifiant. Elle ne cherche pas à acquérir le phallus symbolique, elle l’est grâce à l’image. Toute médiation disparaît. Sa jouissance est sans limites. Maintenant la figure maternelle est érigée par les médias, tel un phallus. Cette maternité triomphante exclut tout autant les femmes que les hommes, elle ne s’adresse qu’à des enfants
.

Citation :
Sarah Palin est une pure image de cette structure sociale où les individus sont plongés dans l’effroi et s’abandonnent à l’État en tant que mère. Ils consentent à la destruction de leurs libertés et du droit de disposer d’eux-mêmes en échange d’une prise en charge sécuritaire qui les annulent.

http://www.voltairenet.org/article158193.html

Ça va pas être facile de tout digérer mais une chose est sure c'est que des têtes pensantes ont planché sur le sujet, le N.O.M pourrait bien être un Nouvel Ordre Matriarcal.

-----------------------------------------------------------------------------------
@ tagada

Vérification faite, Alain Soral n'aurait pas abordé de front ce phénomène, il s'est cantonné à une critique marxiste du féminisme censé selon lui remplacer la lutte des classes par une guerre des sexes.

Pour ce qui est des femmes politiques, je suis pourtant sûr que même celles dont tu parle sont l'objet de fantasmes sexuels, c'est pourquoi j'ai donné des liens sur Angela Merkel en petite tenue.
Sinon moi j'aurais pas osé poster des portraits de cette taille de ces 2 ministres, et je suis pas loin de penser qu'une burka intégrale conviendrait mieux à leur physique. Shocked

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   4/3/2010, 00:54

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   4/3/2010, 18:43

Citation :
C'est plus développé que ce que tu dis, son étude n'est pas vraiment centrée sur le féminisme, mais sur la féminisation de la société, y compris les hommes.

Bien entendu, je ne prétend pas résumer en 2 lignes le travail de Soral.
Mais je pense que la féminisation de la société est une chose tandis que l'infantilisation des citoyens par l'instrumentalisation de la figure de la mère archaïque en est une autre.
Cependant je conçois que les sujets sont voisins et que la féminisation puisse être une partie intégrante du processus menant à l'infantilisme.
Évidemment je conçois aussi que pour obtenir la soumission des populations beaucoup d'autres moyens sont à l'œuvre et qu'ils sont trop nombreux pour pouvoir être énumérés ici.

Mais en analysant le cas de Sarah Palin (qui assurément n'a pas été propulsée sur le devant de la scène par hasard) on se rend compte que l'on n'est plus dans le domaine du féminisme d'autrefois où la femme se veut absolument l'égale voir la supérieure de l'homme soit disant pour rétablir l'équilibre après des siècles de tyrannie masculine.

Le modèle "Sarah Palin" assume parfaitement sa féminité et son rôle de mère et de ce fait elle rend obsolètes les anciens discours féministes. Dés lors, on aborde l'ère post-féministe, les anciens discours perdent alors leur raison d'être.


Dans l'article du réseau voltaire tout est dit:
"Sarah Palin ne se présente pas comme une femme en compétition avec les hommes. Elle apparaît à travers la figure de la mère. Elle n’a pas besoin des attributs du masculin pour être une femme. Les hommes sont déjà hors jeu. Ils se présentent comme des enfants et lui abandonnent le pouvoir."

Pour comprendre ce qu'était le féminisme, il n'y a qu'à regarder à quoi ressemblaient les féministes.
Elles s'habillaient mal, ne se maquillaient pas, ne se parfumaient pas, gardaient des poils aux jambes et sous les aisselles et gare à ceux que se hasarderaient à les aborder ou même à les toucher.
Elles pensaient ainsi échapper à une tyrannie masculine imaginaire,


Hillary Clinton, une féministe à l'état naturel


Hillary choisit ce grand dadais de Chewbacca comme tremplin vers une carrière politique prometteuse, le problème c'est qu'il faudra faire un enfant. Pouah!!!

Autres images de féministes, attention aux âmes sensibles, je décline toute responsabilité.
http://img35.picoodle.com/img/img35/2/6/7/kooltattoo/f_fempoilusm_9b50c06.jpg
http://3.bp.blogspot.com/_BlGAVqQYBx8/SpOaTnWLdlI/AAAAAAAACss/XyPYJlG7wYA/s400/truie+f%C3%A9ministe.jpg
http://www.lepeuplequimanque.org/wp-content/gallery/maison-pop-6-10/mamanomelodijo-1-2.jpg

En Amérique, il reste des vestiges de cette idéologie, par exemple, le fait de proposer de boire un café ou de toucher l'épaule d'une femme est considéré comme du harcèlement sexuel et peut être puni pénalement, on peut admirer le travail de la CIA dans le cadre du contrôle des esprits.

La mise en avant de Sarah Palin, maman, fière de l'être et assumant sa féminité a aussitôt torpillé et ringardisé l'image d'Hillarry Clinton.
Les mauvaises langues peuvent dire que la première a le QI d'une huitre tandis que la seconde est hyper-intelligente, c'est possible mais c'est oublier que c'est exactement ce que désire l'élite, un automate qui exécute tous les ordres est infiniment plus contrôlable que quelqu'un capable de prendre des décisions.

Et il faut croire que ce projet remonte à plus longtemps que l'on ne croit puisque dés 1927, Metropolis met en scène la société fasciste de demain où les esclaves travailleurs seront contrôlés par l'image de "Maria" une femme robotisée, la lutte des classes est abolie, "la tête et la main travaillent ensemble car entre eux il y a le cœur" (j'ai vu ce film à la cinémathèque, il propage une idéologie de m... curieusement le public était content).
Le prototype Sarah Palin est la nouvelle Maria du nouvel ordre fasciste, elle abolit la lutte des classes, infantilise les foules et frappe d'obsolescence les analyses marxistes comme celles d'Alain Soral.


Résumé du film :

Citation :
Le réalisateur met en scène un monde rempli d’oppositions. Premièrement celui des classes sociales (les dirigeants et les dirigés), le plaisir et le travail, le pouvoir et l’obéissance, etc. « Métropolis » ne sera jamais un film dépassé car il traite de la question sociale, celles des inégalités.
Fritz Lang illustre l’échelle sociale, dans la mégapole, plus on se trouve haut, plus on est puissant et vice versa. Il s’aide en parallèle de l’histoire de la tour de Babel. Le spectateur est amené à se poser des questions telles que : « Métropolis tombera-t-elle comme la tour de Babel? Subira-t-elle le même sort ? »

Pour lui, la gestuelle de ses personnages est très importante, ça nous aide à différencier les deux Maria. Ce qui fait la différence entre la vraie Maria et la fausse, ce sont les mouvements saccadés de cette dernière, son maquillage sombre autour des yeux. C’est ce qui fait ressortir la démence du personnage. Il y a dédoublement de la personnalité, la pureté et la démence. Présence du thème de la folie, quand à la fin, le savant ne fait plus la différence entre Maria et Hel (son ancien amour).
La foule a aussi une importance primordiale, sans elle rien ne fonctionnerait mais il est impossible de se passer des dirigeants. À l’inverse d’Eisenstein qui lui, montre bien qu’à la fin de sa révolution des peuples il n’y a pas de conciliation entre les ouvriers et le gouvernement au pouvoir.
La fin de Métropolis s’arrête sur la conciliation entre les deux opposants. C’est plutôt « une collaboration de classes » qu’une « lutte des classes »


http://fr.wikipedia.org/wiki/Metropolis_%28film,_1927%29
Si vous avez capté le symbole sur le mur, vous comprendrez qui se cache derrière "Maria".

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   4/3/2010, 19:19

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   4/3/2010, 19:56

@ tagada,
J'avais déjà lu ce texte, il cite l'"infantilisme des foules" dans le titre mais pour ce qui est du contenu, il s'agit surtout d'un récapitulatif historique, l'auteur doit avoir l'intuition de quelque chose mais n'est pas vraiment capable de la cerner.

Et, c'est vrai que Soral n'est pas vraiment obsolète, il reste des éléments importants à prendre dans son discours notamment "le passage d'une société psychotique à une société névrotique".
Je crois que c'est dont tu parlait :
Citation :
L'homme connaitrait une rupture avec sa famille dans son développement, acquérant une vision économico-sociale du monde (projet de société, justice,...), alors que la femme se cantonne au psychologico-affectif, et qu'elle réduit la morale à sa famille, et que c'est beaucoup plus facile de manipuler les individus dans une société féminisée, parce qu'elle est dénuée de morale collective, du projet d'un bien vivre ensemble.

Mais je crois qu'il serait temps pour lui de faire une mise à jour et de nous pondre un nouveau livre sur le sujet avec les nouvelles données.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Engineering social autour du thème de la nana et de la Mama.   9/3/2010, 01:07

Engineering social autour du thème de la nana et de la Mama.

Nous assistons bien à la récupération et à l'instrumentalisation d'un infantilisme débilitant qui n'existait pas (ou alors très peu si on prend en compte certaines familles bourgeoises) par le passé.
Ce n'est en effet qu'à une époque récente (seconde partie du 20 iéme siécle) que la femme a été élevée au statut d'icône adulée (pour peu qu'elle corresponde aux canons en vogue sinon elle n'est plus rien).


Les historiens du futur nous diront dans quelle mesure les pin-ups de playboy, ou les starlettes hollywoodiennes ont contribué au phénomène.
En tout cas, de nos jours, il suffit de sortir avec une femme à son bras pour se rendre compte de la quantité de regards louches témoignant à la fois d'une convoitise maladive et d'une misère sexuelle hallucinante.
Maintenant, dés l'âge de 15 ans, toute jeune fille sait qu'elle dispose d'un énorme pouvoir sur la gent masculine et s'habille en conséquence afin de l'amplifier et d'en tirer le meilleur parti possible, c'est évidemment le mâle dominant qui aura ses faveurs qu'il soit une caillera énervée ou quelqu'un disposant des signes extérieurs de richesse.

Ce comportement stéréotypé condamne donc hommes et femmes à s'engager dans une véritable course consistant à récolter les fruits décadents de la civilisation moderne (j'allais dire occidentale mais le phénomène s'est mondialisé).
Au jeu de la séduction d'antan se substitue une obscène exhibition où chacun croit chasser l'autre par le biais d'un étalage impudique de ses formes ou de sa fortune. C'est selon moi, le film "Pretty Woman" qui a accentué le phénomène, pour toute une génération de jeunes filles il est devenu naturel de se prostituer afin de profiter de la fortune de l'homme riche et de toutes manières "elles le valent bien" comme l'affirmait Claudia Schiffer dans la célèbre pub pour l'oréal.


Prés de 20 ans plus tard, 90% des clips musicaux se font l'illustration de cette mentalité, les jeunes adolescentes ondulant sans relâche leur derrière apposés sur des voitures de luxe de la manière que les femelles chimpanzés excitent les mâles avec leurs culs tout rouges.


Par le biais de MTV et de ces ersatz à travers le monde, le même message est rabâché sans relâche :
La femme c'est le paradis et sans l'argent tu ne pourra jamais l'atteindre.

Un clip avec "Mr 666" Pharell Williams (derniére image), "I'm Good..."
http://www.youtube.com/watch?v=WXIAaKN3bT4

Bien entendu, tout être un tant soi peu intelligent sait déjà tout cela
Mais force est de constater qu'en à peine quelques décennies on est passé de la femme au foyer à la femme-objet puis à l'exécutive woman et à la femme trophée avant de revenir par le truchement du politique à la Mére primordiale dispensant la vie et la mort. La question est donc :
Y a t'il une main invisible derrière toutes ces mutations autour du même thème ? ou dit plus simplement :dans quelle mesure sommes nous manipulés ?

N'étant pas je le répète dans le secret des Dieux et n'ayant pas sous la main de compte rendus protocolaires d'une quelconque réunion secrète, nous n'avons d'autre choix que de nous fier à notre intuition et de récolter quelques maigres indices épars témoignant d'un gigantesque enginerring social dont la finalité est d'obtenir notre soumission à un système.

Auparavant, les femmes étaient soumises à leurs maris et à leurs enfants, puis elle furent soumises à leurs employeurs, aux canons de la mode et du jeunisme et aux appâts du consumérisme (et dans ce dernier cas, elles obligeaient les hommes a adopter ce point de vue s'ils voulaient être des gagnants).
Dorénavant, elles et les hommes devront se soumettre à la dictature infantilisante de la figure Matriarcale à la fois rassurante et punitive, "vous faites ce que je dit et tout ira bien ou alors je vous châtie".
On constate donc que l'élite disposait là d'un fantastique levier et qu'elle ne s'est pas gênée pour l'utiliser.
Il faudrait alors être une sorte de moine abstinent, hostile à toute forme de vie de famille et n'ayant aucun complexe d'œdipe à gérer pour espérer passer entre les mailles du filet savamment tendu depuis des décennies.
Il va de soi que ce genre d'individu ne courant pas les rues, quasiment tout le monde sera logé à la même enseigne, ( à l'exception peut être des musulmans pratiquants et ce pour des raisons évidentes).

S'il y a eu "engineering social" alors il y a eu des étapes préparatoires destinées à préparer les esprits à la nouvelle mutation à venir, j'ai déjà cité l'opération "Sarah Palin" debunkée par le réseau voltaire mais d'autres exemples de propagande médiatiques plus insidieux me viennent à l'esprit.


La saga Alien:
Une bête hostile pénètre au sein d'un seing de la communauté d'un vaisseau spatial malgré l'opposition de Sigourney Weaver (détail croustillant, ils appellent leur ordinateur Maman).
Finalement elle sera la seule à pouvoir lui tenir tête et à lui survivre, mais pour cela elle devra devenir bête à son tour cad ravaler ses sentiments et agir comme une machine. Dans le deuxiéme opus, c'est à l'aide d'un exosquellette robotique qu'elle battra le monstre. Dans le troisième, c'est elle qui l'enfantera et dans le quatrième, devenue elle même une semi-alien, elle supprimera sans vergogne son propre enfant semi humain.
Elle est donc donneuse de vie et de mort à la manière de la déesse mère préhistorique, on est bien dans la même thématique psychanalytique.
Une telle continuité sur plusieurs opus ne peut être le fruit du hasard, je vous épargne la photo de Sigourney Weaver en petite culotte dans la scène finale du premier film, qui elle non plus n'est pas du au seul hasard.



Commander in Chief, une série TV datant de 2005, à la mort du président, sa vice présidente prend sa place, sa première action consistera à menacer de bombarder un pays musulman pour libérer une femme politique, c'est donc pas seulement une présidente (la vie) mais aussi le chef des armées (la mort), on retrouve bien la thématique de la mère archaïque chère à Aldo Naouri.
http://www.aldonaouri.com/livres.htm


http://www.youtube.com/watch?v=0dBi_aYXjuE
Murphy Roisin :Entre 2 clips consacrés aux bagnoles et aux nanas roulant du cul sur MTV, on passe aussi cette artiste de 37 ans parfaitement insipide. Dans ce contexte, ce clip n'a aucun sens sauf si on connait les tenants et les aboutissants. Je résume : Dans un appart des seventies, une femme danse (et dévoile à l'occasion son slip) en prenant des poses dans des robes d'un autre âge. On aura compris que cette mise en scène a pour but de réveiller un vieux complexe d'œdipe refoulé au niveau du subconscient. C'est sa mère mythifiée et fantasmée que le spectateur mate, encore quelques efforts et il réclamera sa fessée.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 02:02

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 19:41

Citation :
Justement, la construction du couple comme relation durable, et de la famille, protège totalement de ce harcèlement je trouve. Un homme qui aime sa femme ne va pas avoir cette frustration à projeter sur une icône perverse. Mais comme tu l'as sous-entendu, la relation amoureuse, désormais, avec toute la profondeur que peut contenir le mot amour, c'est pour la plupart des gens une sorte d'utopie qu'il n'est même pas question d'envisager.

Bonne question ! :
-est ce que l'Amour dans le cadre d'une relation conjugale peut protéger des influences néfastes projetées par les maitres des médias?

Bien entendu c'est une chose tout a fait possible, surtout si les époux sont croyants mais il faut se rendre à l'évidence, même ce terrain a été balisé par les médias à la solde du NOM.

C'est ainsi que chaque année débarquent des dizaines de films ou de séries ayant pour thème la recherche du conjoint idéal, le coup de foudre, et les préparatifs du mariage.
C'est même à une véritable déferlante que l'on assiste depuis des années mais néanmoins le canevas reste le même celui de l'amour fou, de la passion qui saura transcender les clivages, l'Amour avec un grand A.

Bien évidemment dans le monde réel la passion des débuts aura toutes les chances d'être mis a mal par les vicissitudes de la vie de couple au quotidien.
Il s'agit là d'une chose tout a fait normale mais le problème c'est que les médias nous font croire que c'est forcement la passion amoureuse qui est le moteur du couple.
C'est ainsi que (surtout dans certains milieux aisés), on assiste à de véritables ballets amoureux où madame et monsieur lâchent leur conjoint au premier signe de lassitude où dés qu'un meilleur parti s'offre à eux.

Carla Bruni est la plus représentative de cette nouvelle catégorie de butineuses frivoles et insatiables, d'ailleurs elle a déjà donne son préavis de congé au troll en chef avant l'échéance de 2012.



Citations de Carla sur la monogamie :
Citation :
« Je suis fidele… à moi-même ! Je m’ennuie follement dans la monogamie, même si mon désir et mon temps peuvent être reliés à quelqu’un et que je ne nie pas le caractère merveilleux du dévelopement d’une intimité.

-Je suis monogame de temps en temps mais je préfère la polygamie et la polyandrie. L’amour dure longtemps, mais le désir brûlant, deux à trois semaines. Après ça, il peut toujours renaître de ses cendres mais quand même : une fois que le désir est appliqué, satisfait, comblé, il se transforme. Le pauvre, qu’est-ce que vous voulez qu’il fasse ?

- Moi, je ne cherche pas particulièrement l’établissement des choses : l’amour et le couple ne me rassurent pas.

Cette démarche qui s'inscrit parfaitement dans le cadre de la bobo attitude a été promue par les médias grâce aux modèles qu'ils projettent à l'attention du public.

La référence en la matière la plus connue est "Sex and the City", et c'est vraiment un modèle du genre à un point tel que certains mesurent l'occidentalisation d'un peuple en fonction de son taux d'audience.


Le pitch :
A New York, la trentenaire Carrie Bradshaw et ses 3 amies cherchent le conjoint idéal à travers de multiples rencontres.
A la fin de la série, elle approche de la quarantaine et décide enfin de se remettre en ménage avec Mr Big (!).
En attendant ce dénouement, le public aura été initié aux joies et aux techniques du vibromasseur qui sera impudiquement brandi quasiment à chaque épisode.

Le message est clair :
Si le grand amour n'est pas au rendez vous, alors mieux vaut rester célibataire quitte à s'acheter un sex toy.

En conclusion, si effectivement une vie de couple harmonieuse peut protéger de certains modèles néfastes véhiculés par les médias, il est fort possible que le sentiment amoureux qui en est le ciment ait été sournoisement détourné de ses buts initiaux afin de détruire le noyau familial.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 20:08

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 21:17

Citation :
Et il y en a en masse, de ces mégères de plus de 50 ans qui ont été égoïstes toute leur vie, et qui après se démènent pour se caser, remplies d'exigences.
C'est à partir de 35 ans que les choses se gatent. Mais on veut faire croire à Madame Duschnock qu'elle restera jeune et désirable même à 50 piges.

Citation :
Ça fait sûrement illusionné de dire ça, mais je persiste à dire qu'il n'y a que l'amour pour s'extraire de cette non vie.

Possible, mais encore faudrait il échapper à ça :

(Image tiré de Doghouse, un film que je recommande)
http://portal2.camkobroadband.com.kh/xe/files/attach/images/48/265/doghouse.jpg

Avant d'entamer une liaison, demander à son partenaire ce qu'il pense du NOM, du 11 Septembre, des Sionisards et du choc des civilisations me parait être une mesure salutaire, vu le nombre de zombis qui rodent aujourd'hui Wink

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 21:28

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Mortelys

avatar

Nombre de messages : 105
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   9/3/2010, 23:43

Je ne peux que plussoyer (malheureusement) votre constat tagada et aurelien. Je fais le même à chaque fois, avec une petite voix au fond de ma tête qui me réprimande "non quand même, tu caricatures là". Et la réalité à chaque fois prouve que non...

Pour ma part je ne connais que les jeunes hommes, mais alors, quelle cata... Il n'y a absolument AUCUN équilibre, AUCUN développement... Bref c'est sans vie...

Je peux résumer la situation comme ça :

Ceux qui tombent amoureux c'est tout de suite (dans un délai de 3 à 4 rencontres) et il faut vite se décider à les rembarrer parce qu'il est impossible d'être amis sans les faire souffrir, alors qu'on les connaît à peine Neutral. En général c'est ceux-là qui cherchent une relation sérieuse et donc dès qu'ils croisent une fille bien, paf, ils s'accrochent direct.

Ceux qui refusent toute relation sérieuse c'est presque d'entrée de jeu (après avoir couché bien sûr ils vérifient toujours qu'ils ne sont pas tombés sur une sale relou-accroc). Que ce soit dans l'attitude voire dans les mots (pour les plus courageux) on est vite fixée... Par contre si vous leur plaisez vraiment, c'est le genre à vous rappeler quand ils ont envie de faire leurs cochonneries, mais pour répondre à un texto féminin du même acabit y a jamais personne (libération sexuelle de la femme ? ouais ouais...) Y a toujours "une répète" "un match de foot" "un problème de voiture" etc etc etc...

Et en effet le classique cité par tagada :
Le mec qui vous aime, vous l'aimez, mais il ne dira jamais "oui" parce que son ex, elle a vraiment été très très méchante, et très très décevante, et que c'était son premier engagement et qu'il recommencera plus jamais parce que oulala ça fait souffrir. Et qu'une gentille pimbêche pour un contrat de 3 mois, ça suffit bien.

Mieux, le mec qui a prémédité son coup, qui a l'air très intéressé, qui vous offre une nuit magique, et... disparaît le lendemain à l'autre bout de la planète pour réaliser son rêve de musicien/magicien/acrobate/mangeur de ficelle, et qui espère que vous l'attendrez 3 ans le temps qu'il s'occupe de sa carrière.

Pour résumer, les mecs de mon âge ont totalement intégré l'idéologie de marché. C'est maintenant, tout de suite, oui, non ? CDD ou CDI ? avec priorité de carrière/hobbie et si possible le moins de souffrance possible et le plus d'illusions, merci Very Happy

Il existe encore des mecs prêts à s'engager, la plupart du temps qui s'ignorent et tombent juste la bonne personne, mais si ça ne dure pas avec elle, que feront-ils après ? Et pour les partisans à 300% de l'engagement, de la famille et des valeurs masculines malheureusement, on tombe sur des hommes sympathiques mais franchement caricaturaux... Ceux qui bossent dur en costard dans une carrière humble, font du rugby le weekend, ont du franc-parler et aime la bonne bouffe... et finiront dans un lôtissement un peu triste à regarder TF1.


Enfin, ça paraît très pessimiste, alors qu'il y a énormément de couples chez les jeunes, malheureusement ça ressemble plus à une réaction épidermique à la déconstruction du monde, un choix de survie par défaut, plutôt qu'une vraie montée d'amour et de valeurs. C'est un choix facile pour beaucoup de gens, parce qu'il est vital, et donc on voit rarement mûrir un amour pour ensuite former un couple mais c'est généralement l'inverse. Les gens ont besoin de se sentir en couple, et l'amour vient après.

Mais après tout, ça ressemble un peu au mariage à l'ancienne Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   10/3/2010, 00:32

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Mortelys

avatar

Nombre de messages : 105
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   10/3/2010, 13:24

tagada a écrit:
Sur ce retour aux valeurs, c'est peut-être la chance de cette époque, celle de redécouvrir consciemment les bons comportements, après avoir dévoilé par soi même les pièges de la dégénérescence moderne, et en dépassant les automatismes somnolents des conventions d'hier.

Une opportunité de redonner du sens au quotidien, parce lorsque j'entends les anciens, apparemment c'est quand même vrai que la vie était pleine de lourdeurs, que dans beaucoup de foyers c'était bobonne à la maison, il y avait le "qu'en dira-t-on", etc. Les revendications jouisseuses ont eu de bonnes prises sur lesquelles s'accrocher. Et on critique toujours des femmes quand on parle de féminisme, mais certains hommes ont aussi manqué de finesse (pour rejoindre Mortelys, lorsqu'elle parle des hommes bien virils qui somnolent devant le rugby sur TF1).

En somme, une façon d'être subversif dans la subversion qui s'est faite norme. (je suis d'accord avec Soral sur ça, entre autres). Je trouve que c'est une chance de mettre en pratique ses choix, à l'encontre de l'avis de la majorité. On met son courage à l'épreuve, à être celui qui est seul contre tous (alors qu'avant, pour cela, il fallait faire de la sorcellerie, prendre des drogues, explorer des déviances sexuelles, le truc des artistes et des intellectuels qui veulent se différencier), et on a en plus la sensation de rétablir ce qu'on pourrait appeler les bonnes moeurs.

+1 Smile Rien à rajouter, c'est exactement ça.

tagada a écrit:

Juste une précision à propos de ceux qui tombent amoureux très vite (c'est mon cas). Le problème n'est pas tant le refus (ça, c'est le propre de l'homme, on s'y habitue au fur et à mesure, c'est la femme qui choisit en fin de compte) que l'absence d'humanité. Il y a peu de personnes qui ont le courage de rembarrer quelqu'un en face, alors que c'est ce qu'il faut faire. Il n'y a rien de pire que de sentir l'hypocrisie en face, dès qu'on expose un peu ses sentiments, de sentir qu'on est pris pour un maniaque ou un pervers. C'est l'absence de dialogue entre personnes du sexe différent (dialogue de l'âme j'entends) qui rend ce genre de personnes si accros et si angoissés, parce qu'ils se retrouvent dans un cercle vicieux qui les plonge dans une solitude bien plus intense que le simple célibat. Enfin, je ne sais pas quelle généralité a cette expérience personnelle, mais il me semble que rembarrer s'impose justement pour quelqu'un qu'on aime pas, mais à qui l'on tient. Ce qui fait le plus mal, c'est de croire à tort qu'on est ami avec une fille, et que ce n'est pas grave d'être amoureux d'elle sans que ce soit réciproque, que l'amitié est plus forte que cela.

Enfin, il y a aussi, sûrement, une maturité minimum à avoir, du côté de celui qui essuie un refus , je voulais simplement dire que les torts ne sont pas toujours du côté que l'on croit dans ce genre de situations, et qu'il y a certaines paroles dures à dire qui désamorcent la situation ("je ne t'aime pas"), et qui ne sont jamais dites. A la place, on préfère une hypocrisie fuyante, et c'est très moche.

Mais j'ai dévié du sujet ...

Oui je vois ce que tu veux dire, le problème étant (pour moi hein en tant que femme) d'être sincère humainement à tous les niveaux. Ce qui semble impossible, puisque si on choisit de dire non on ne peut pas entrer dans la nuance "mais tu es quelqu'un d'intéressant et j'aimerais bien continuer à te connaître et à dialoguer avec toi" qui est pourtant sincère, mais qui aux yeux de l'autre donne l'impression du sempiternel "tu es gentil mais non" et de la fuite, du compromis bidon. Et si on choisit de d'abord tenter de dialoguer et de connaître la personne avant de trancher oui ou non, on passe également pour une fuyarde, parce que malgré ce qu'on a pu découvrir de l'autre, on n'est pas amoureux, et donc ce sera non, mais comme ça ne s'est pas fait tout de suite, pareil ça ressemble à une fuite.

Bref il est impossible de dire "je t'aime en tant qu'être humain mais je ne t'aime pas en tant que partenaire" alors que c'est mon sentiment.

Je sais à chaque fois que si ça se passe mal c'est bien de ma faute, mais le dilemme est énorme, il faut taire une partie ou l'autre de la phrase. Je sais je suis une grande idéaliste, mais pour moi la plus vraie est la partie "être humain". D'où la difficulté de dire le fameux "je ne t'aime pas".

Disons qu'à la fin je suis autant aimée que haïe pour ma sincérité et ma gentillesse, qui font autant de mal que de bien. De quoi rendre malheureusement la situation perverse, et donc on tombe dans le cliché, la loose Laughing

Mais c'est exactement ce que tu pointes cette solitude humaine, qui va au-delà du célibat, ce manque de contact d'âme à âme, si dur à établir et si recherché...

Et donc pour recentrer le débat, c'est en infantilisant la société sous la gouverne d'un pseudo amour maternel (la Terre Mère, l'écologie, les femmes politiques, la femme avenir du monde etc.) qu'on soulage les gens de la responsabilité humaine, qui est justement de faire des efforts considérables, de s'aimer soi-même, et d'être assez responsable pour assumer un véritable contact humain, ne serait-ce qu'uniquement dans le cadre d'un couple, d'âme à âme.

Alors évidemment, ceux qui se sentent désespérément seuls au milieu de la multitude et qui ont un tant soit peu compris que ça venait du fonctionnement de la société, seront toujours réfractaires à ce genre d'idéologie. Mais pour beaucoup ça reste un fantasme, un moyen d'ôter son fardeau le temps d'un rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   10/3/2010, 17:02

tagada a écrit:

Vouloir que son conjoint soit comme ci, comme ça, c'est du meetic, c'est de la relation consommation (sur meetic, ils pourraient même rajouter des petites cases à cocher en plus, pour que les gens précisent qu'ils veulent, en plus des yeux verts, du 95c et du goût pour les vacances à la montagne, quelqu'un qui est sceptique sur la version officielle et a peur des chemtrails). Qui parle de NOM ?

C'est là que nos chemins se séparent... De mon point de vue, si une femme est une zombie alors elle me ferait l'effet de la "grande crado" (de flaglerock), c'est à dire un énorme repoussoir quand bien même elle aurait le physique d'un top model et le QI d'Albert Einstein.
Et je n'envisagerais même pas de rester plus que quelques minutes dans la même piéce qu'un ou qu'une zombie.


Citation :
Sur ce retour aux valeurs, c'est peut-être la chance de cette époque, celle de redécouvrir consciemment les bons comportements, après avoir dévoilé par soi même les pièges de la dégénérescence moderne, et en dépassant les automatismes somnolents des conventions d'hier.
Citation :
En somme, une façon d'être subversif dans la subversion qui s'est faite norme. (je suis d'accord avec Soral sur ça, entre autres). Je trouve que c'est une chance de mettre en pratique ses choix, à l'encontre de l'avis de la majorité. On met son courage à l'épreuve, à être celui qui est seul contre tous (alors qu'avant, pour cela, il fallait faire de la sorcellerie, prendre des drogues, explorer des déviances sexuelles, le truc des artistes et des intellectuels qui veulent se différencier), et on a en plus la sensation de rétablir ce qu'on pourrait appeler les bonnes moeurs.

Avoir une vie de couple et fonder une famille sur des valeurs anciennes n'est pas ce que j'appelerais "être subversif dans la subversion" puisque c'est l'objectif que se fixent la plupart des gens, ce dernier étant bien entendu le plus souvent torpillé par la dégradation des moeurs qui fait que l'on choisit surtout son partenaire en fonction ds nécéssités du moment et qu'il est devenu rarissime qu'un mariage dure toute une vie (sans parler des enfants livrés en pature aux piéges de la sous culture décadente).

Le mariage tel qu'il se conçoit actuellement est un parcours d'obstacle où les parents devront jongler entre leurs sentiments mutuels, leur travail et éviter tant bien que mal que leur progéniture ne se zombifie.
Il ne s'agit donc non pas, d'une subvertion aux normes décadentes de l'epoque mais de la subvertion d'une institution placée auparavant sous des hospices moraux et religieux.

A l'époque actuelle où la jouissance orgasmique est érigée en dogme sociétal, où même les préados sont invités à gouter aux joies du sexe, et où la pilule abortive est autorisée à partir de 13 ans, la vraie subverstion ne se situe pas là où on le pense cad un retour aux valeurs morales d'antan par le biais de la sacralité du mariage.

Car à quoi cela sert il de se marier à l'église si c'est pour se séparer au bout de quelques années ou pour tromper sa femme ou pour voir son enfant se transformer en racaille/toxico/tatoué et piercé d'aprés les modéles présentés par les médias et l'entourage ?


Je fais comme Britney, je n'ai aucune inhibition et je m'assume totalement.

Bouh ! Moi je suis une vraie subversive !

A l'heure actuelle, la vraie subverstion, celle qui horrifierais toutes les tranches de la société consiste justement à faire le contraire des modéles proposés quitte à passer paradoxalement pour un monstre, une anomalie sociale.
Dans ce contexte d'exhibition génitale généralisée et de relachement des moeurs, celui ou celle qui choisira la solution de l'abstinence, de ne pas courir aprés les mirages des "blondes à forte poitrine" ou du "grand Amour" à usage jettable apparaitra alors comme l'ennemi à abattre pour la foule zombifiée.

Encore mieux ! Si quelqu'un annonce avoir choisit la voie de l'abstinence (ou de se reserver jusqu'au mariage), il y a fort à parier qu'une telle personne pourrait susciter un intéret particulier de la part de certaines personnes qui voudront à tout prix le séduire en vue de le corrompre et de le détourner de son choix, de la même maniére qu'au cinema les zombis ne se mangent pas entre eux mais cherchent de la chair fraiche non souillée.
--------------------------------------------------------------------------------------
Pour en revenir au sujet initial à savoir Blythe Masters, il semble que Jovanovic en pince pour cette S........ de Goldman Sachs. Il lui a même dédié un billet où elle apparait munie d'une courrone. C'est clairement la reine de ses fantasmes, pour cela elle n'a eu qu'à participer au torpillage du systéme financier.
Drôle de comportement de la part de quelqu'un d'à priori intelligent...


_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tagada



Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   10/3/2010, 18:48

.


Dernière édition par tagada le 19/5/2011, 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   10/3/2010, 19:27

Citation :
je ne parlais pas de la subversion comme moyen d'exister dans le regard des autres, mais comme posture franche par rapport aux conventions sociales.
Pour beaucoup exister c'est se démarquer de la masse et donc aux conventions et bien entendu cela implique de marquer sa différence vis a vis du regard d'autrui.
Combien de Punks des années 80 sont aujourd'hui des pantouflards ventripotents qui profitent du systéme ?

Citation :
Ta solution de l'abstinence, j'y opposais le "100% des gagnants ont joué", mais si ce n'est pas dû au manque de courage d'entreprendre quelque chose qui peut échouer, tant mieux pour celui qui veut tester cette voie. Il n'empêche que ça revient à vouloir faire s'éteindre l'espèce, tu vas être applaudi par les eugénistes.

Si l'espéce est constituée de zombis alors je ne vois aucun mal à voir son extinction.
L'abstinence n'est pas Ma solution mais celle de Jésus, je n'ai pas retrouvé le verset mais il affirme qu'en étant abstinent on aura de meilleurs enfants. Chez les musulmans des hadiths encouragent également l'abstinence.
Il va de soi que seuls trés peu de gens peuvent s'engager sur cette voie et surtout comprendre la portée réelle de cette attitude (probablement être moins exposé à des influences néfastes), mais j'ai l'intuition qu'une telle mode puisse réapparaitre parmis les jeunes générations en reaction aux dépravations morales actuelles.

Pour ce qui est de Jovanovic, moi aussi ces grands éclats de rire et ses vannes vaseuses m'exaspérent mais je pense qu'il est un peu comme nous tous, il a une double face et lorsqu'il parle de Blythe Masters c'est son mauvais côté qui s'exprime sans qu'il en soit vraiment conscient.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Psychologie : Blythe Masters, La Femme Qui a Détruit Le Monde.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le mariage de la femme la plus piercée du monde
» introduction à la psychologie sociale
» la première femme commandant d’un navire de la marine belge
» La Femme Beauty (marque anglaise)
» Je suis une faible femme :(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: