Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités - Grèce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   23/10/2011, 12:04

À Athènes, les « Je ne paie pas » gagnent du terrain


En Grèce, public et privé ont fait, mercredi, le plein pour la cinquième grève nationale de l’année. Le gouvernement a présenté son plan d’austérité dans un Parlement encerclé. De violents heurts ont éclaté à Athènes.

« Jamais je n’ai fait de folies. Je compte chaque euro. Je n’en peux plus… » En quelques mois, Eleni, une employée municipale de 56 ans, a vu ses revenus fondre de 1100 à 600 €.

Des situations comme celle-ci se multiplient dans la société grecque. Alors, plutôt que de s’épuiser à manifester devant le parlement à Athènes, ils sont de plus en plus nombreux à ne plus vouloir payer les taxes que la crise empile. Tout simplement !



Ce mouvement de « résistance » s’appelle « Je ne paie pas ». Il est né, voici quelques années, pour forcer les péages que des sociétés privées faisaient fleurir sur les autoroutes en construction (certaines ne sont toujours pas terminées).

« Un racket », gronde Kostas Fotakis. Cet ouvrier athénien d’une quarantaine d’années est un des fers de lance du mouvement. Intarissable sur les scandales financiers qui plombent la Grèce, singulièrement depuis les Jeux olympiques de 2004.

Ces dernières semaines, « Je ne paie pas » a redoublé de vigueur après la décision du gouvernement de taxer chaque mètre carré immobilier à hauteur de 4 €. Perspectives a priori juteuses dans un pays où l’on compte 70 % de propriétaires. Aussitôt, les syndicalistes de la compagnie Électricité de Grèce (DEI), qui doit collecter cette taxe via les factures d’électricité, ont refusé de prêter main-forte au gouvernement.

Des patrouilles de chômeurs

D’autres n’ont pas manqué de pester contre les propriétaires dont les terrains portent une chapelle. Considérées comme lieux cultuels, ces propriétés — assez nombreuses — sont exonérées d’impôts. Comme du reste tous les biens de la puissante église orthodoxe.

« La situation devient délicate, soupire Kostas Fotakis. Alors, on essaie de s’organiser par quartier. » Ici et là, des citoyens énervés se mobilisent « pour empêcher les mises sous scellés, la saisie de biens que les banques pratiquent contre les “mauvais” payeurs ».

Ils se coalisent avec le syndicat de la compagnie d’électricité pour éviter les coupures. Dans certains quartiers d’Athènes, l’idée de créer des « patrouilles de chômeurs et de retraités » fait son chemin. Elles seraient rapidement mobilisables pour contrer les huissiers.

Les activistes de « Je ne paie pas » hantent également les abords des centres des impôts. Ils renseignent sur la non-imposition, la façon de se déclarer en faillite privée, d’échapper aux saisies sur salaire.

« Le pouvoir nous hait ? C’est réciproque, s’échauffe Kostas. On est désormais dans la survie, on essaie de régler nos problèmes au jour le jour. Au-delà des œillères idéologiques. » Plutôt de gauche à l’origine, cette nébuleuse de citoyens annonce la couleur : « Faire tomber tout gouvernement qui appauvrit son peuple. »

Leur presse (Marc Pennec, Ouest-France), 20 octobre 2011.

http://juralib.noblogs.org/2011/10/20/a-athenes-les-%c2%ab-je-ne-paie-pas-%c2%bb-gagnent-du-terrain/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makoto



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   8/11/2011, 03:46

Comment Goldman Sachs a mis la Grèce à genoux en 10 ans




Diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   9/11/2011, 01:22

A Monnaie Unique, Pensée Unique

Le Peuple, Cette Mauvaise Graisse !

Hier encore, il n’en était pas question. Vous pensez ! Si la Grèce sortait de l’euro, mais c’est toute l’Europe qu’en pâtirait. Pis : on en crèverait. Tous ! Comme dans un film de Steven Soderbergh, nous assisterions, impuissants, à la « contagion ». L’effet domino. Après la Grèce, ce serait l’Italie, puis l’Espagne, le Portugal, et rien, ni personne, alors, ne pourrait l’endiguer. Jusqu’à ce que…



Jusqu’à ce que cet homme, Papandréou [1] sans, dit-on, en avertir ses partenaires européens, émit une idée : consulter son peuple, les Grecs... A propos de quoi ? Personne ne le savait, mais d’emblée ce fut une levée de boucliers. D'irresponsable, de traître même, on le rebaptisa. Et, ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’il le fût et par les politiques, et par les médias-laquais !

Non mais rendez-vous compte ! A son pays souffreteux, étranglé, à la dérive, « on » (Europe, FMI et tutti) venait au secours, en échange, faut-il le préciser, de réformes et autres mesures que même un Reagan, une Thatcher, jadis, n’auraient jamais osé mettre en place, tant ils se seraient attirés noises, courroux (une révolution sans doute, du genre grand format), et ce Grec, fade, si ce n’est insignifiant, nous chiait dans les bottes en voulant s’enquérir du fait si, par hasard, son peuple, aurait un avis sur la question ! Mais quel ingrat ! Mais quel salaud !

Alors, d’un coup, net, les discours changèrent.

La Grèce ? Mais on peut s’en passer ! Et je vous dirais même mieux : si elle sortait de la zone euro, ce serait pas plus mal. Tellement c’est un boulet…
Non mais, vous savez combien ça pèse, la Grèce, Madame ? 2% du PIB de la zone euro !
Ah, ce 2% du PIB, il fit le tour des plateaux de TV, de radio, « ils » s’étaient refilé le mot. Politiques, économistes, éditorialistes, s’en donnaient à cœur joie. Cette Grèce qui, hier encore, était essentielle, cruciale, devint en une journée, un misérable petit pays de merde, un pays de tricheurs, de fraudeurs, de truqueurs, de fainéants même.

Les Grecs veulent la jouer solo, quitter la zone euro, revenir à leur monnaie ridicule ? Eh bien, soit ! Qu’ils crèvent, entendait-on ! D’autant que nos peuples n’y seraient pas opposés. Vous les avez entendus, n’est-ce pas, les Français, les Allemands, rouspéter, c’est chose connue, ils le disent, et tous les jours : « Pourquoi devrions-nous payer pour sauver la Grèce ? ». Et comme ce sont, les Grecs – je vous l’ai dit, à desseins – des tricheurs, des truqueurs, des fainéants, pensez ! Là, pas besoin d’avoir recours à quelconque référendum, la cause est entendue.

Ah, les malfrats ! Les gros dégueulasses. Certes, on les sentait un tantinet gênés aux entournures. C’est que, voyez, consulter le peuple, ça à voir avec ce qu’on nomme : démocratie. C’est embêtant, tout de même... Cette outrée levée de boucliers pourrait faire passer l’idée que cette entité, l’Europe, serait comme qui dirait l’ennemie des peuples, soit : antidémocratique. Confère ce qu’il advint du 29 mai 2005. Comme on te l’a gravement niqué le peuple français.
Comment faire pour contrecarrer cette idée, la noyer ? Faire vite, très vite oublier, que consulter le peuple, « c’est irrationnel et dangereux » !

Facile ! On va te refourguer la même rhétorique que l’on déverse en temps de grèves syndicales. Même que c’est de la rhétorique qui fonctionne très bien auprès de la masse. Y’a qu’à voir chez Pernaut (en fait, chez tout le monde)
Or donc :
« 11 millions de Grecs qui prennent en otage 320 millions d’européens, vous trouvez ça démocratique ? » [2].
Et les journalistes, ces valets, d’acquiescer, bien sûr. En boucle, qu’il est passé cet argument. Une merveille ! Du bel ouvrage, vraiment. Bravo messieurs !

Oh bien sûr, un homme sensé, sage, posé, bref celui qu’on n’invite surtout pas dans les médias (dont le métier est de dramatiser un fait jusqu’à l’excès, non de faire preuve de pédagogie) aurait eu vite fait d’expliquer que de référendum Grec, il n’y aurait pas. Jamais. Qu’il s’agissait, là, de politique intérieure grecque. Mais qui se soucie de ce qui se passe, réellement, en Grèce ?
Personne !
Ces journaux français qui se croient malin, ils titrent « le chaos », mais le chaos, en Grèce, bande de rigolos, ça fait belle lurette qu’il existe pour de vrai. C’est un bordel sans nom, la Grèce. Et nous n’y sommes pas pour rien. Ah ça non !

Nous subirions le même traitement, nous, les Français, salaires abaissés, retraites divisées, tout bradé, sacrifices toujours, mais je donnerais cher pour voir, alors, dans quel état, il serait notre pays. Et dans les rues, et à l’Assemblée ! Si nous ne crierions pas à l’injustice !
Et si, par-dessus le marché, on nous traitait de tricheurs, de fraudeurs, de fainéants, ah oui, je voudrais bien voir, tiens, si nous laisserions dire et faire. Peut-être que oui, finalement, tellement nous ne sommes plus rien. Que des loquedus. Des sans-couilles. Avec, nonobstant, 8 millions de pauvres, dont, pour bonne partie, des travailleurs. Mais là itou (comme quoi, y’a pas de hasard) tout le monde s’en fout.Chacun pour sa gueule. Y’a pas que les Grecs qui peuvent crever, nos pauvres aussi. C’est pareil. Ça participe du même esprit. Lamentable. C’est pas nous, c’est les autres. Toujours les autres.

Mais quelle mascarade, quand on y pense ! Un jour la Grèce, essentielle à la zone euro, le lendemain, une chiure. Du balai ! On peut s’en passer. Alors que, ce sont les mêmes, exactement les mêmes qui nous assuraient que, mon Dieu, si la Grèce tombait, alors ce serait horrible, grosse catastrophe, car ensuite, oyez, oyez, patatras l’Italie, puis l’Espagne, le Portugal, et donc, un jour, inévitablement, argh ! La France. Comme pour le H1N1, nous allions tous mourir.

D’un sens, on comprend mieux. Ce qui nous permet de survivre par temps de crise mondiale « sans précédent », de nous en tirer (pour l’instant), ce sont ces petits pays, n’est-ce pas, sur lesquels on se fait la cerise, via prêts assortis de taux d’intérêts aux pourcentages cetelemisés. On les revolvent à crédit. Ils font rempart en quelque sorte, bouclier, contribuent à nous épargner. Or donc, ils doivent, c’est un ordre, une injonction, se sacrifier, pour nous. Coûte que coûte. Pour pas qu’on vive, un jour, ce qu’ils subissent.
C’est ça, mon pote, la solidarité européenne.

C’est comme une guerre, en fait. Les pauvres, au front. Les riches, non.
Organise-t-on un référendum pour demander aux pauvres s’ils veulent y rester, au front ? Non, bien sûr que non !...
Eh bien voilà, t’as compris pourquoi, ça leur faisait si peur, cette histoire de référendum. A « eux », et (paraît-il)… aux Marchés. Qu’il ne faudrait surtout pas oublier. Mais comment le pourrait-on, puisqu’on nous le dit, répète : « Désormais l’Italie est dans le collimateur des spéculateurs » ?
Les spéculateurs, ceux qu'ont contribué, très activement, à couler la Grèce. Certes, elle était bien endettée, et donc vulnérable, cette Grèce. Mais quel pays (de la zone euro, en l’occurrence) ne l’est pas ?

Reste à savoir quel est l’intérêt – c’est le cas de le dire – de s’attaquer ainsi, et violemment (c’est une guerre, je le redis) aux pays endettés. Quel est le but recherché ? Et pourquoi il ne faut surtout pas que les peuples s’en mêlassent… Hormis pour payer la facture, il va sans dire.
Le peuple, ce coupable idéal, cette mauvaise graisse, qu'il convient de tondre, et plus encore, au mépris de tout, y compris de la démocratie.Or donc, aujourd'hui les Grecs, et demain, bientôt, tous les européens. Tous !


[1] Doit-on rappeler que, comme Zapatero, Papandréou est ... socialiste. Et que, comme TOUS les socialistes européens, il aura, sans moufter, mis en place des réformes d'une dureté rarement égalée, et dictées, avant tout, par les Marchés et pour la gloire des Marchés.
Nous assistons donc, aussi, à une déroute (et une trahison, surtout) totale des différents partis socialistes européens (le PS français, y compris) qui courbent l'échine, comme des lâches, devant le diktat néolibéral.

[2] Pitoyable diatribe entendue lors d'une édition de C Dans L'Air, et tenue par un dénommé ChristianSaint-Étienne. Cet ennemi du peuple, et grand adorateur d'un néolibéralisme plus qu'effréné, est professeur titulaire de la Chaire d'Economie industrielle au Conservatoire National des Arts & Métiers.

http://surfacelibre.blogspot.com/2011/11/monnaie-unique-pensee-unique.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   28/11/2011, 19:29

Crise de la dette
La Grèce met 30 000 fonctionnaires en chômage forcé !


File de chomeurs grecs devant une agence pour l'emploi

La réforme va mettre au chômage technique forcé 30 000 personnes qui travaillent actuellement en CDI (contrat à durée indéterminé) au service de l’Etat, soit dans les entreprises publiques, soit dans les collectivités locales ou encore les grands organismes de l’Etat. Les hôpitaux publics sont pour l’instant exemptés de cette mesure de même que les transports en commun, probablement parce que le gouvernement craignait une forte réaction sociale, les transports en commun ayant déjà mené de nombreuses grèves depuis le début de la cure d’austérité.

Cette mesure intitulée « efedria » en grec, ce qui signifie réserve, va pousser à partir de lundi 28 novembre et jusqu’à fin décembre 30 000 personnes à l’inactivité pendant un an. Ces grecs poussés au chômage toucheront alors 60 % de leur salaire et pour l’heure, rien n’est dit sur la suite. Est-ce que ces personnes seront réintégrées à leur poste au bout d’un an ? Est-ce qu’au contraire cette mise en réserve va se prolonger ? Ou est-ce que les employés vont à terme être définitivement licenciés ? C’est bien cette dernière option que tout le monde craint ici. Personne ne se fait d’illusion sur l’objectif final de la mesure qui est de faire de nouvelles coupes dans le budget de l’Etat en diminuant le nombre de ses salariés.

Plus de 5 milliards d’euros d’économies pour l’Etat

Cette mesure ajoutée à d’autres va permettre à l’Etat de réduire ses dépenses de 5,2 milliards d’euros en 2012 pour tomber à 100,1 milliards d’euros, c’est en tout cas ce que dit le projet de budget qui doit être voté dans une dizaine de jours. Il faut dire que s’ajoutent à cette mise au chômage technique le non-remplacement des départs à la retraite, et des départs forcés en préretraite :14 000 suppressions d’emplois au total pour le secteur public grec d’ici à la fin de l’année.

Autant vous dire que cela va créer une certaine cacophonie dans les services concernés par les départs, sans vous parler de l’atmosphère délétère que cela peut entraîner dans les bureaux car les critères pour définir le personnel qui sera mis sur la touche ne sont pas clairs. Mais cette mesure est exigée par les créanciers du pays, Bruxelles et FMI. Elle fait partie du programme que le nouveau gouvernement de coalition s’est engagé à mettre en œuvre avant la fin de l’année afin de pouvoir continuer à toucher les prêts accordés à la Grèce. Et la pression accrue sur le pays, ces dernières semaines, ne laissent désormais plus guère de temps pour tergiverser.

Une réforme qui bouleverse de très nombreux acquis

C’est du jamais vu. C’est la première fois en Grèce que l’on s’attaque ainsi au secteur public. Le choc est rude pour les Grecs car depuis bientôt quatre décennies, le secteur public constituait l’employeur n° 1 du pays et les partis politiques ont d’ailleurs abondamment profités de cette manne pour fidéliser leurs électeurs.

Autrement dit, la mesure sonne le glas des années clientélistes mais pour les personnes concernées, cela signifie surtout la perte d’un emploi que l’on croyait sûr et donc évidemment une nouvelle chute de pouvoir d’achat.

Or les fonctionnaires et travailleurs du secteur public ont déjà subi des pertes de revenus de plus de 20 % depuis le début de la cure d’austérité il y a un an et demi. Et ce n’est pas fini car l’harmonisation prévue des grilles de salaires de la fonction publique va entraîner encore de nouvelles baisses. Autant vous dire que le front social n’est pas prêt de s’apaiser. Une grève générale est d’ailleurs programmée pour jeudi à l’appel des syndicats publics et privés.

http://realinfos.wordpress.com/2011/11/27/crise-de-la-dette-la-grece-met-30-000-fonctionnaires-en-chomage-force/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katalizeur



Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: crise financiere ou mise en servage ?   5/12/2011, 15:39

bonjour a tous

a voir absolument :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   5/12/2011, 16:00

katalizeur a écrit:
bonjour a tous

a voir absolument :




Apport remarquable au sujet Katalizeur, Merci !! Génial2

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katalizeur



Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   5/12/2011, 18:02

merci d'avoir mis la video au bon endroit...

suggestion , il serait intéressant, pour les luttes futurs et pour ne pas se disperser, ou perdre une partie de notre énergie dans des voies sans issus, de faire une introduction a la loi de PARETO, plus connue comme loi des 20 / 80...

LES LUTTES FUTURS ne concerneront que 20% de la population d'un pays donné que cela soit la France , la grece ou autre....les 20% incluant bien sur les gens de bien ( % de la population inconnu ? ) et les représentants du mal que sont les francs_maçons et autres sociétés secrètes ou non + l'ensemble de l'arc politique sans aucune exclusive...

tout cela pour essayer de faire passer le message de ne pas perdre son temps avec les personnes qui ne veulent pas comprendre ou qui ne veulent pas s'engager, que cela soit dans la prise de conscience ou la diffusion de la bonne guidé...si une personne ne veut rien savoir ne pas se décourager , elle fait partie des 80% restant et qui se soumettra au vainqueur quel qu'il soit..bon ou mauvais....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   5/12/2011, 19:04

katalizeur a écrit:
merci d'avoir mis la video au bon endroit...

suggestion , il serait intéressant, pour les luttes futurs et pour ne pas se disperser, ou perdre une partie de notre énergie dans des voies sans issus, de faire une introduction a la loi de PARETO, plus connue comme loi des 20 / 80...

LES LUTTES FUTURS ne concerneront que 20% de la population d'un pays donné que cela soit la France , la grece ou autre....les 20% incluant bien sur les gens de bien ( % de la population inconnu ? ) et les représentants du mal que sont les francs_maçons et autres sociétés secrètes ou non + l'ensemble de l'arc politique sans aucune exclusive...

tout cela pour essayer de faire passer le message de ne pas perdre son temps avec les personnes qui ne veulent pas comprendre ou qui ne veulent pas s'engager, que cela soit dans la prise de conscience ou la diffusion de la bonne guidé...si une personne ne veut rien savoir ne pas se décourager , elle fait partie des 80% restant et qui se soumettra au vainqueur quel qu'il soit..bon ou mauvais....

Katalyseur, je ne connaissais rien à la loi de Pareto que je viens de découvrir grâce à toi... Pour m'y aider, j'ai trouvé ça : http://villemin.gerard.free.fr/aSocial/Pareto.htm

Rapidement, juste en première impression, ça ne me convient pas du tout de faire rentrer les autres dans deux petites cases, une marquée 20% et l'autre 80% . 100% des êtres humains sont potentiellement libres de faire cette prise de conscience, c'est en tout cas le dessein de Dieu que de placer chacun de nous face à un choix qui ne se pose pas en terme de statistiques, mais en terme de Conscience.
Sur le fond de ce que tu suggères, à savoir qu'il est inutile de chercher à convaincre, que 80 % de l'humanité est condamnée à subir, ne se remettra jamais en question... Cette vision fataliste, si je la partageais, m'obligerait à renoncer à toute activité sur ce forum et en général à toute forme d'activisme. Ne perçois-tu pas la contradiction que renferme ton raisonnement ?
La visée de ce forum n'est pas de s'auto-convaincre du bien fondé de nos convictions mais bien d'offrir un espace dans lequel chacun puisse trouver le fil d'une prise de conscience personnelle qui lui permette de sortir du moule de la Pensée Unique.
Après, en ce qui concerne ceux qui viennent ici animés de mauvaises intentions, 80% ou 20% ou pas, je crois que nous savons prendre les bonnes décisions pour ne pas perdre notre temps avec eux...

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   7/2/2012, 17:16

La Grèce en grève contre les nouvelles mesures d’austérité

Des manifestants brulent un drapeau allemand alors qu’ils tentent d’entrer dans le parlement grec à Athènes où a lieu une grève générale de 24 heures.


La Grèce tournait au ralenti mardi, en raison d’une grève générale de 24 heures lancée la veille par les deux principaux syndicats du privé et du public, dans la perspective d’un nouveau train de mesures d’austérité imposées par les créanciers du pays.
Sous le mot d’ordre «ça suffit, on ne peut plus», les sympathisants de la centrale du privé (GSEE, 700 000 adhérents) et celle du public (Adedy, 350 000) ont manifesté à Syntagma, la place centrale d’Athènes, théâtre de manifestations massives depuis le début de la crise, il y a deux ans.

Le plus grand cortège était celui des sympathisants du syndicat pro-communiste, Front de lutte des travailleurs (Pame).

Au total, la police a recensé 20 000 personnes dans les rues des deux principales villes du pays, Athènes et Salonique au nord.

Derrière les bannières «non aux licenciements dans la fonction publique», «non à la baisse du salaire minimum» et «non aux réduction des retraites complémentaires», les manifestants ont résumé leurs objections aux nouvelles réformes demandées par les créanciers du pays, zone euro, BCE et FMI. En échange d’un engagement de la Grèce en faveur de ces mesures, ceux-ci s’apprêtent à accorder un deuxième prêt d’au moins 130 milliards d’euros, qui ferait suite aux 110 milliards accordés en mai 2010.
La Grèce en a besoin pour régler une obligation de 14,5 milliards d’euros, qui arrive à échéance le 20 mars.

Pour sécuriser l’aide européenne qui doit permettre d’éviter un défaut de paiement au pays dès le mois de mars, le gouvernement vise des économies budgétaires supplémentaires de l’ordre de 1,5% du PIB, soit environ 3,3 milliards d’euros.

Mais la pilule ne passe plus auprès de la population grecque, qui a déjà accepté une première cure d’austérité depuis le printemps 2010. Mardi, écoles, ministères, hôpitaux, médias publics et banques étaient touchés par la grève, tandis que des arrêts de travail ont été observés dans les transports urbains, le métro et les bus.
Les bateaux sont restés à quai, tandis que les trains ne fonctionnaient pas. En revanche, aucune annulation n’était annoncée dans le transport aérien.

Les manifestants s’opposent notamment à la demande de baisse des salaires et de réduction du salaire minimum formulée par les créanciers. Elle est jugée inacceptable dans un pays plongé dans la récession depuis quatre ans, et où les prix à la consommation et les taxes continuent de s’envoler.

Ils s’opposent aussi au projet de coupes dans les retraites complémentaires et de suppression de 15 000 emplois dans le secteur public.

«On est là parce qu’on sera dans les premiers de la prochaine fournée de 15 000 à être licenciés» explique Vassilis Bakalis, 34 ans, conservateur au musée Byzantin d’Athènes.
Malgré l’agitation sociale et la nervosité des marchés, la Grèce a réussi mardi à lever 812,5 millions d’euros en bons du Trésor à six mois, à un taux d’intérêt en très légère baisse (4,86%) par rapport à la dernière émission du même type.

Tard dans la nuit de lundi à mardi, le premier ministre Lucas Papademos, avait tenu une nouvelle rencontre marathon avec la délégation de la troïka (BCE, UE, FMI) pour essayer de renégocier les mesures de rigueur, qui provoquent des réactions jusqu’au sein des trois partis de la coalition gouvernementale (socialistes, droite, extrême droite).
Les bailleurs de fonds veulent l’accord explicite des principaux leaders politiques grecs sur la nouvelle cure d’austérité avant de verser au pays une aide financière.
La validation du nouveau programme d’ajustement est en outre la condition préalable pour avaliser un accord avec les créanciers privés du pays sur la restructuration de la colossale dette grecque.

Après une première réunion dimanche, M. Papademos devrait de nouveau rencontrer mardi soir les trois leaders, Georges Papandréou (socialiste), Antonis Samaras (droite) et Georges Karatzaféris (extrême droite) pour les convaincre de donner leur feu vert aux mesures.

L’Union européenne de son côté ne relâche pas la pression sur Athènes.
La commissaire européenne chargée des Nouvelles Technologies, la néerlandaise Neelie Kroes, a estimé mardi qu’une sortie d’un pays de la zone euro ne serait pas «mort d’homme».

La veille, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont préconisé la création d’un compte bloqué pour garantir l’affectation des fonds européens accordés à la Grèce au service de la dette, une proposition soutenue par le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker.

http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=9606

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi



Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   8/2/2012, 20:09

Il n'y a pas que les humains qui manifestent en Grèce...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   12/2/2012, 09:33

Nouvelle vague de manifestations en Grèce


Pour suivre l'actualité de ces manifestations :


http://www.okeanews.fr/
Sur la droite de la page, Rubrique "Les derniers articles"

http://www.okeanews.fr/live-grece-10-fevrier-2012/

http://www.okeanews.fr/live-grece-manifestations-anti-austerite-11-fevrier-2012-11fgr/

Les manifestations devraient être très importantes ce dimanche 12 février en raison d'un vote au Parlement qui doit intervenir dans la journée.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin


Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   13/2/2012, 12:29

Grèce - violentes manifestations à Athènes




12/02/2012






Citation :
Les députés examinent un nouveau plan de redressement.

Des manifestations importantes ont accompagné, dimanche, l'ouverture par le président du parlement grec, Philippos Petsalnikos, du débat sur le nouveau plan de redressement.

Pendant que les parlementaires débattaient, quelque 100 000 personnes se sont rassemblées à Athènes devant le Parlement, à l'appel des syndicats, pour protester contre ce nouveau plan d'austérité.
Les manifestants et la police se sont affrontés violemment.
Dans le centre ville, les manifestants ont jeté des cocktails Molotov et des pierres contre les forces anti-émeutes.

La situation est restée "hors de contrôle" pendant plus de deux heures, selon une source policière.
Plus de dix bâtiments, vides, étaient en flamme dimanche soir dans le centre d'Athènes, incendiés pour la plupart par des jets de cocktails Molotov.

A Salonique, la deuxième ville du pays, des heurts ont également éclaté entre les manifestants et les policiers.


Athènes en feu tandis que le parlement adopte le plan...



Citation :

"Athènes en feu ce soir, plus de dix banques bâtiments, vides, étaient en flamme ce soir dans le centre d'Athènes, incendiés pour la plupart par des jets de cocktails molotov

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrix



Nombre de messages : 39
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2011

MessageSujet: Actualités - Grèce   14/2/2012, 01:24

Documentaire - Grèce - Le temps des sacrifices





[i]
[center]« Je considère que les institutions bancaires sont plus dangereuses qu’une armée."

Thomas Jefferson


Dernière édition par Matrix le 1/6/2012, 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   14/2/2012, 13:13

Un hôpital grec sous contrôle ouvrier





Les agents hospitaliers de Kilkis, en Grèce, ont occupé leur hôpital local et ont publié une déclaration disant qu'il était désormais entièrement sous contrôle ouvrier.


L’hôpital général de Kilkis en Grèce (Macédoine centrale) est maintenant sous contrôle ouvrier. Les travailleurs hospitaliers ont déclaré que les problèmes qui durent depuis longtemps du Système de santé national (l’ESY) ne pouvaient être résolus.

Les travailleurs ont répondu à l’accélération du régime des mesures impopulaires d'austérité en occupant l'hôpital et l'ont déclaré sous contrôle direct et complet par les travailleurs. Toutes les décisions seront dorénavant prises par les « travailleurs de l’assemblée générale ».

L'hôpital a déclaré que « Le gouvernement n'est pourtant acquitté de ses responsabilités financières et, si leurs demandes ne sont pas satisfaites, ils se tourneront vers la communauté locale pour avoir le plus large soutien possible afin de garantir les soins de santé publique gratuits soins et de renverser le gouvernement et tous les politiques néolibérales. »

À partir du 6 février, le personnel hospitalier ne traitera que les soins d'urgence tant que leurs salaires et les sommes qui leur sont dues ne seront pas payées. Ils demandent également un retour aux niveaux des salaires qu'ils percevaient avant la mise en œuvre de mesures d'austérité.

La prochaine assemblée générale aura lieu le 13 février, et une conférence de presse le 15.

...

La déclaration suivante a été émise par les travailleurs :

1. Nous constatons que les problèmes actuels et durables de l'ESY (le système national de santé) et des organisations apparentées ne peuvent être résolus par des demandes spécifiques et isolées ou concernant nos intérêts particuliers, car tous ces problèmes sont le fruit d'une politique gouvernementale antipopulaire plus générale et du néolibéralisme mondial.

2. Nous constatons aussi, qu'en faisant des revendications particulières nous faisons en fait le jeu d'un gouvernement brutal. Ce pouvoir, pour faire face à son ennemi – qui est constitué par le peuple affaibli et divisé, fait tout pour empêcher la création d'un front uni et populaire à l'échelle nationale et mondiale ayant des intérêts communs et des exigences contre l'appauvrissement social créé par les autorités politiques.

3. Pour cette raison, nous plaçons nos intérêts particuliers dans le cadre général de revendications politiques et économiques qui sont posés par une très grande partie du peuple grec qui est aujourd'hui sous l'attaque du capitalisme la plus brutale. Ces revendications doivent petre défendues jusqu'au bout afin d'aboutir, dans la coopération entre les classes moyennes et populaires de notre société.

4. La seule façon d'y parvenir est de remettre en question, dans l'action, non seulement la légitimité politique mais aussi la légalité d'un pouvoir arbitraire, autoritaire et antipopulaire qui avance à grand pas vers le totalitarisme.

5. Les travailleurs de l'Hôpital général de Kilkis répondent à ce totalitarisme par la démocratie. Nous occupons l'hôpital public et le mettons sous notre contrôle direct et total. L'hôpital de Kilkis sera désormais auto-gouverné et le seul moyen légitime de prise de décision sera l'Assemblée générale de ses travailleurs.

6. Le gouvernement n'est pas libéré de ses obligations économiques de dotation en personnel et en fournitures. Si il continue à ignorer ces obligations, nous serons obligés d'informer le public de cette situation et de demander au gouvernement local mais surtout à la société civile de nous soutenir par tous les moyens pour :

(a) la survie de notre hôpital

(b) le soutien au droit aux soins de santé public et gratuits

(c) le renversement, par une lutte commune populaire, de l'actuel gouvernement et de toute autre politique néolibérale, d'où qu'elle vienne

(d) une démocratisation profonde et substantielle, c'est à dire une démocratisation qui permettra à la société réelle et non pas à des tiers de prendre les décisions concernant son avenir.

7. Le syndicat de l'hôpital de Kilkis commencera, à partir du 6 février, une grève en n'assurant que les soins d'urgence jusqu'au paiement complet pour les heures travaillées et la hausse de nos salaires au niveau qu'il était avant l'arrivée de la troïka (UE- BCE-FMI). Pendant ce temps, sachant très bien quelle est notre mission sociale et nos obligations morales, nous protégerons la santé des citoyens qui viennent à l'hôpital en fournissant des soins de santé gratuits à ceux qui en ont besoin, appelant le gouvernement afin qu'il prenne ses responsabilités, en espérant qu'il renoncera en dernière minute à sa cruauté sociale immodérée.

8. Nous décidons qu'une nouvelle assemblée générale aura lieu, le lundi 13 février dans le hall du nouveau bâtiment de l'hôpital à 11 heures, afin de décider des procédures qui sont nécessaires pour mettre en œuvre efficacement l'occupation des services administratifs et réaliser avec succès l'auto-gouvernance de l'hôpital, qui débutera à partir de ce jour-là. Les assemblées générales auront lieu tous les jours et seront l'instrument primordial pour la prise de décision en ce qui concerne les employés et le fonctionnement de l'hôpital.

Nous appelons à la la solidarité du peuple et des travailleurs de tous les secteurs, à la collaboration de tous les syndicats des travailleurs et des organisations progressistes, ainsi qu'au soutien de tous les médias qui ont choisi de dire la vérité. Nous sommes déterminés à continuer jusqu’à ce que les traîtres qui vendent notre pays et nos gens s’en aillent. C’est eux ou nous!

Les décisions ci-dessus seront rendues publiques par le biais d'une conférence de presse à laquelle tous les médias sont invités mercredi 15/2/2012 à 12h30. Nos assemblées quotidiennes commencent le 13 Février. Nous allons informer les citoyens sur chaque événement important qui aura lieu dans notre hôpital par le biais de communiqués de presse et conférences. En outre, nous allons utiliser tous les moyens disponibles pour faire connaître ces événements afin de faire de cette mobilisation réussie.


Nous appelons :

► a) Nos concitoyens faire preuve de solidarité avec notre mouvement,

► b) Tout citoyen injustement traité de notre pays à agir par des actions de contestation et d'opposition contre ses oppresseurs,

► c) Nos collègues d'autres hôpitaux à prendre des décisions similaires,

► d) les employés dans d'autres domaines du secteur public et privé et les participants à des organisations syndicales et progressistes à agir de même, afin d'aider notre mobilisation à prendre la forme d'une résistance universelle ouvrière et populaire et de soulèvement, jusqu'à la victoire finale contre l'élite économique et politique qui aujourd'hui opprime notre pays et le monde entier.

http://blogs.mediapart.fr/blog/jjmu/090212/un-hopital-grec-sous-controle-ouvrier

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin


Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   21/2/2012, 20:28

nemandi a écrit:



L'agenda planifié du défaut grec

Un document écrit précisant des dates fermes et des actions détaillées pour un défaut grec prévisible est en possession des deux premiers patrons bancaires et de trading de devises de Wall Street depuis la deuxième semaine de Janvier. John Ward, du blog "The Slog" dispose de sources distinctes et concordantes affirmant l'existence d'un tel document.
Ce plan représente "un calendrier, pas une contingence"qui donne une date ferme au 23 mars 2012: date à laquelle le défaut devrait être annoncé après la fermeture des bourses.
J'ai repris l'article de Slog en y ajoutant des sources pertinentes.
Ce document affirme que la Grèce sera officiellement déclarée en défaut par toutes les agences de notation après la fermeture des bourses le vendredi 23 mars. Le week-end suivant, tous les comptes bancaires grecs seront gelés, avec des mesures d'urgence détaillés pour empêcher la fuite des capitaux. Toutes les grandes banques auront pour instruction de ne pas traiter avec la devise européenne à l'ouverture de la bourse d'Athènes le lundi 26 mars.
Tous les marchés grecs se fermeront pour une journée «au moins».
Pour l'instant, John Ward n'a pas pu établir la source des documents. Mais un des ses contacts proche du dossier a admis: "J'ai fortement suggéré à mes amis d'affaires grecs et mes clients qu'ils vident leurs comptes bancaires, et de changer leurs avoirs en une devise forte."
Il suffit d'observer la courbe explosive de l'obligation grecque à 1 an. Ce titre se vend aujourd'hui à 629 % d'intérêts, du pur délire !!!



En analysant la chronologie des événements, nous constatons l'aspect plausible d'un agenda planifié :
1- Mi Janvier 2012, Bruce Richards, gérant de fonds alternatifs d’une société de gestion basée à New York, est persuadé que la Grèce fera défaut sur ses 14,5 milliards d'euros d'obligations arrivant à échéance le 20 mars prochain. Edward Parker de l'agence Fitch, est également convaincu que la Grèce est insolvable et fera défaut sur sa dette.

2- Fin Janvier, le patron du
lobbying bancaire, Charles Dallara, refuse de dépasser un effacement de
50% sur la dette grecque et la troïka tape du poing sur la table des
négociations. (=5679]à lire ici) . Parallèlement, Merkel veut envoyer un commissaire budgétaire européen chargé d'apposer son véto sur les décisions économiques internes à la Grèce. Mais cette idée tourne au fiasco.

3- Puis, Lucas Papademos s'implique pour débloquer le plan de renflouement, mais quelques jours plus tard, le Ministre des Finances allemand détruit les espoirs du Premier Ministre grec en qualifiant ce plan comme "insuffisant".

4- Début Février, la troïka prépare les esprits des détenteurs d'obligations grecques d'accepter une perte de 70% sur leurs titres. La BCE semble prête à "encaisser le coup" mais revient sur sa décision d'encaisser la moindre perte en se débarrassant de ses anciennes obligations grecques par des nouvelles.

5- Pendant ce temps, la classe politique grecque se fissure. La Grèce sombre dans la violence et la colère de la rue. Le politologue grec, Georges Contogeorgis, explique que "la classe politique grecque est une oligarchie pillant la société".

6- L'Allemagne sera la première à exploser. Un document rédigé par l'Ecole de Management de Lille, datant de novembre 2011 est extrêmement complet et précis. Il se trouve ici. A l'heure du bilan de l'année, La Bundesbank (Banque d'Allemagne), ancienne gestionnaire du Deutsche Mark, voit son bénéfice diminuer de moitié. Les faits se confirment.

7- Le 15 Février, les dirigeants athéniens doivent signer une nouvelle mesure d'économies de 385 millions d'euros.

8- Le 16 Février, il manquait encore 17 milliards d'euros pour boucler le plan de sauvetage.

9- Après l'annulation de la
réunion de l'Eurogroupe mercredi dernier, Jean Pisani-Ferry, directeur
du centre de réflexion Bruegel à Bruxelles estime qu'un accord est
proche "sinon, ce sera trop tard, on ne maîtrisera plus les détails techniques…" (lu sur le Figaro)
Curieusement, cette décision reportée au Lundi 20 février concorde parfaitement avec le nouveau coup d’État financier des banquiers prévu le Mardi 21 Février et le déversement massif de fausse-monnaie de l'imprimante numérique de Super-Mario du Super Fonds Spéculatif Européen (BCE) prévu le 29 Février prochain.
La BCE, à moins qu'elle ne saute avant, atteindra donc un bilan 2 fois supérieur à celui de la FED (Super Fonds Spéculatif américain)...
A terme, le choc traumatico-économique sera 2 fois plus violent que celui qui frappera les USA...
Donc, je vous conseille de planifier dans votre agenda, une préparation 2 fois supérieure à celle de certains survivalistes américains...

source
[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin


Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   5/3/2012, 12:19

La Grèce peut-elle disparaître?




Devant le Pathénon, 27 juin 2011.© Reuters

Berlin exige la démolition du Parthénon. Le coût de l'entretien du site serait trop élevé et menacerait l'équilibre des finances publiques grecques. Non entretenu, le temple menacerait de s'effondrer et pourrait blesser des touristes visitant le site. Le consulat allemand à Athènes rappelle que des milliers de touristes allemands visitent le site chaque année.

Seule capitale en Europe à protester, Rome a condamné les déclarations du gouvernement allemand. Paris se tait, à l'instar des autres capitales européennes.

Le gouvernement allemand a répondu qu'il était prêt à envisager la déconstruction du Parthénon et son transfert puis remontage dans un musée allemand. Le monument, chef d'œuvre de l'humanité, serait ainsi mieux préservé que s'il restait sur le sol grec.


Suite de l'article: http://blogs.mediapart.fr/blog/gabriel-colletis/010312/la-grece-peut-elle-disparaitre



PS: Les Berlinois ont déjà l’extrême "plaisir" de posséder "l'autel de Pergame", ou le "Siège de satan" pour les intimes...
Sur qu'avec le Parthénon, la boucle sera bouclée!... Un jolie couple s'il en est?! What a Face


_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   7/3/2012, 21:47

E&R rencontre Spitha


Spitha est le nom du mouvement anti-rigueur qu’a lancé Mikis Théodorakis, le 1er décembre 2010. En français, « Spitha » signifie « Étincelle », celle que le compositeur voudrait bien rallumer dans le cœur des Grecs. Avec ce mouvement, qui ne se veut pas un parti politique, Théodorakis appelle les citoyens grecs à la désobéissance. Le compositeur souhaite ainsi protester contre les décisions du gouvernement émanant, selon lui, des États-Unis, du Fonds monétaire international et de l’Union européenne, et cédant la souveraineté nationale à des puissances étrangères.


Partie 1 : Présentation de « Spitha » - Les partis politiques grecs (7:02) - Ravitaillement alimentaire en Grèce ? (10:06) - La Grèce, une exception ? (12:50) - Goldman Sachs (17:14) - Les médias grecs sur la situation (21:02) - Les casseurs en Grèce (23:56)





Partie 2 : Quel avenir pour l'Euro et l'Europe ? - Les États Unis attaquent-ils l'Europe ? (6:52) - Puissances financières et projet politique (9:47) - Spitha, censure et médias (15:57) - Une nouvelle guerre mondiale ? (17:47) - Quel avenir pour la Grèce ? (23:12)



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   8/3/2012, 12:01

On ment sur les Grecs aujourd’hui, on mentira sur vous demain…



Les médias nous mentent sur les Grecs. Comment ? En recopiant sans aucune analyse critique ce cliché de Merkel et Sarkozy : « Les Grecs ont vécu au-dessus de leurs moyens ». Double manip : 1. « Les » Grecs, ça n’existe pas. 2. Les donneurs de leçons sont en réalité les coupables.

Manip n° 1. Parler des Grecs en général comme si c’était une seule catégorie, une seule classe. En cachant les faits suivants : 1. Les armateurs grecs, multimilliardaires contrôlant 16% de la flotte mondiale, ne paient jamais aucun impôt et l’U.E. n’y touche pas. 2. L’Eglise orthodoxe, principale propriétaire de terres et de richesses touristiques du pays, a également échappé aux impôts. L’U.E. n’en dit rien. 3. Selon le commissaire UE Bolkestein, « une grande partie de la population grecque est paresseuse ». De même, selon Merkel, les Grecs prendraient trop de vacances et partiraient trop tôt à la pension (déclaré à Meschede, le 17 mai 2011). Ouh, la menteuse ! Les Grecs ont sept jours de vacances de moins que les Allemands. Et ils arrêtent de travailler en moyenne à 61,9 ans, soit un mois plus tard qu’en Allemagne. Conclusion : « Les Grecs » se divisent en deux. Les Grecs comme vous et moi. L’UE veut leur imposer des salaires de 650 - 800 euros par mois, des pensions de 450 € et des hausses de taxes. Tout profit pour l’autre sorte de Grecs, les 1%, qui gagneront encore plus de milliards, et les planqueront à Londres, à Berlin ou dans les paradis fiscaux.

Manip n° 2. Merkel et Sarko se présentent en généreux humanitaires soucieux de sauver les Grecs. C’est le coup du pompier pyromane. Qui a, en été 2009, au plus fort de la crise, forcé le gouvernement grec à débourser 2,5 milliards € pour six frégates françaises ? Sarkozy. Qui leur a fourgué six sous-marins pour 5 milliards € ? Merkel. Ajoutez 400 millions pour quinze hélicoptères de combat du franco-allemand EADS, et vous arrivez à 7,9 milliards € gaspillés ! Alors que la Grèce occupe déjà la cinquième place au palmarès mondial des plus grands acheteurs d’armes conventionnelles. Merci l’Otan !
On parle de la « corruption grecque ». Fort bien. Que va faire l’UE contre Siemens qui a distribué des pots-de-vin à tour de bras pour acquérir une position de monopole aux Jeux olympiques d’Athènes de 2004 ?
Autre silence complice. Qui a truqué les comptes de la Grèce pendant dix ans afin qu’elle puisse entrer dans l’euro ? Les banquiers de Goldman Sachs. Qui vient-on de placer à la tête de la Banque Centrale Européenne ? Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs durant ces manipulations comptables !

Comme dans tout grand conflit, la question clé est : à qui profite le crime ? Le « plan de sauvetage » de la Grèce
vise en réalité des objectifs cachés 1. Les Grecs d’en bas se serreront la ceinture pour rembourser aux banques franco-allemandes une dette qui n’a profité qu’aux Grecs d’en haut. 2. On va privatiser au maximum pour obliger la Grèce à céder les morceaux intéressants de son économie : eau, gaz, télécoms, port, aéroports, Loterie nationale, armements… 3. Nous contribuables européens, allons payer « un plan de sauvetage » afin que les banquiers ne perdent pas un sou sur leurs prêts frauduleux et malhonnêtes.

En quoi ça vous concerne ? C’est très simple. Si on réussit (mais il y a là-bas une fameuse résistance), si on réussit à faire travailler les Grecs pour des cacahuètes, on viendra vous dire : « Tu veux garder un boulot, ? Il va falloir être compétitif face aux Grecs ! » Pigé ?

Voilà ce que j’ai appris – et d’autres choses encore – en découvrant cette semaine l’excellent « Comment osent-ils ? », de Peter Mertens. Sous-titre : La crise, l’euro et le grand hold-up. Ce livre est depuis plusieurs semaines numéro un des ventes en Flandre, et voici que sort la traduction française. Investig’Action publie en exclusivité le chapitre Grèce d’où j’ai tiré ces infos surprenantes. Les autres chapitres analysent le pseudo « miracle allemand », le programme de Sarkozy, le retour du nationalisme, les problèmes de la Belgique et la nécessité de développer les débats de société. Un livre passionnant, que je trouve indispensable pour quiconque va subir la crise… L’économie, ça n’est pas compliqué en fait, et c’est trop important pour la laisser aux mains des soi-disant « spécialistes » qui ont fait faillite.

http://www.michelcollon.info/On-ment-sur-les-Grecs-aujourd-hui.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   9/3/2012, 11:28

Quand les Grecs décident de se passer des supermarchés


Bien




Alors que les revenus dégringolent et que le coût de la vie augmente, les Grecs ont trouvé le moyen de payer trois fois moins cher leur kilo de pommes de terre. Certains parlent déjà d’une "révolution des patates"…

Tout a commencé il y a deux semaines dans la ville de Katerini (nord), quand un groupe d’activistes locaux a lancé un site qui propose aux consommateurs de commander directement leurs pommes de terre aux fermiers. Les acheteurs peuvent ensuite récupérer leur commande à un point de rendez-vous pendant le week-end. Le succès a été immédiat. Ces deux dernières semaines, les cultivateurs locaux ont vendu 100 tonnes de pommes de terre. À Thessalonique, des apprentis agriculteurs se sont inspirés de cette réussite pour lancer à leur tour un programme de vente directe. Des dizaines d’autres villes comptent également suivre le mouvement.

Ce procédé permet aux fermiers de vendre leur marchandise à un prix plus élevé que celui payé par les distributeurs mais à un prix moins élevé que celui proposé par les supermarchés aux consommateurs, si bien que les cultivateurs comme les acheteurs se retrouvent gagnants.




La Grèce traverse une crise économique sans précédent. Les vagues de mesures d’austérité successives se sont traduites par une augmentation des impôts, une réduction drastique des salaires et des pensions de retraite, ainsi que par une montée en flèche du taux de chômage. Aujourd’hui, un Grec sur cinq est sans emploi et le pouvoir d’achat des ménages est plus que jamais en berne.

Elias Tsolakidis est membre de la Pieria Volunteer Action Team, le groupe d’activistes qui a lancé le projet de vente directe à Katerini.
Nous avons eu cette idée il y a un mois, quand nous avons entendu parler de manifestations d’agriculteurs désespérés par le prix auquel les distributeurs voulaient acheter leur marchandise. Plutôt que de les vendre à perte à un intermédiaire ou de les laisser pourrir, ils ont choisi de les donner gratuitement aux passants. C’est là qu’on s’est dit : "Pourquoi ne pas supprimer l’intermédiaire ?".

Nous avons donc lancé ce site qui permet aux gens de commander et d’aller chercher leurs patates sur un parking, directement dans le camion du fermier. Avant, les agriculteurs vendaient leurs pommes de terre 12 cents le kilo alors que leur seule production leur coûte deux fois plus cher. Mais maintenant, ils arrivent à les vendre 25 cents le kilo et c’est encore trois fois moins cher que dans un supermarché !

Jusqu’à présent, nous avons organisé deux journées de distribution des commandes. Lors de la première, il y a deux semaines, les fermiers ont vendu 25 tonnes de marchandises à plus de 500 personnes. Lors de la seconde, ils en ont vendu 75 tonnes à plus de 1100 personnes. Un succès que je n’aurais même pas oser imaginer. Certains clients sont pauvres ou sans emploi mais d’autres, plus aisés, sont venus pour soutenir l’initiative. Je pense que si nous avons tant de popularité, c’est parce qu’aujourd’hui on est tous unis - il n’y a plus vraiment de classes sociales, c’est dur pour tout le monde.


Ce qui est intéressant, c’est que dès que les gens ont commencé à acheter ces pommes de terre, tous les supermarchés locaux ont lancé des promotions, certains faisant passer le prix du kilo de 70 à 35 cents. Mais c’est toujours plus cher que ce que nous proposons.

Des gens nous appellent des quatre coins du pays et même de la capitale où ils voudraient lancer la même initiative. La demande est gigantesque. Bientôt, on proposera d’autres produits. On est actuellement en train de demander aux habitants ce dont ils ont le plus besoin. On envisage de lancer la même opération pour la farine, le riz, l’huile, etc. "

http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2012/03/quand-les-grecs-decident-de-se-passer.html#more

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   15/3/2012, 23:52

Article à lire absolument pour avoir une idée de ce qui se passe en Grèce aujourd'hui et qui nous est caché par les médias aux ordres :



study http://presse.david-kyriakidis.be/2012/03/voici-les-images-dun-desastre-humanitaire-que-javais-mis-en-avant-premiere-mais-qui-navait-jamais-ete-diffuse-pour-que-cette-mascarade-soit-connue-de-tous/






_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   21/3/2012, 05:35

Désolé ce n'est pas une actualité mais cela permet de suivre un peu les événements entre le parti de gauche et le front national ( polémique FN/Brasillach vs P2G/Mikis Théodorakis) suivant les informations difusées par ce site web pro sioniste. La Grèce étant un élément révélateur.

jeudi 10 février 2011
Mikis Théodorakis enragé par le rapprochement entre la Grèce et Israël

http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2011/02/mikis-theodorakis-enrage-par-le.html

Samedi 10 mars 2012
Le PC grec appelle la gauche européenne à cesser les larmes de crocodile

http://www.lalettrevolee.net/article-le-pc-grec-appelle-la-gauche-europeenne-a-cesser-les-larmes-de-crocodile-101317502.html

----

Pour rappel le group spinelli fait sa grosse conférence le 26 mars vous aurez la chance d'y revoir Daniel Cohn bandit

Un article du journal Lemonde qui disparait.
http://www.spinelligroup.eu/fr/2012/02/15/sylvie-goulard-mario-monti-reconcilier-les-citoyens-avec-leurope
Texte sauvegardé ici
http://www.vendomoisdemocrate.com/article-reconcilier-les-europeens-avec-l-europe-99378450.html

Pour rigoler de la bombe atomique qui nous pète à la gueule voilà une petite image révélatrice. La boucle est bouclée ceci explique le terme "trou noir" de MONTI/GOULARD certainement.

Source http://www.sylvie-goulard.eu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   24/4/2012, 22:48

Grèce : un millier de petites entreprises ferment chaque semaine


Rappel :
taux de chômage en Grèce : 21,8% ...
en Espagne : 24% ...
en Italie : 10,2% ...
Portugal : 15%...
Irlande : 14,8% ...
Croatie : 14,2% ...
Serbie 16,7% ...
France 10% .....
vous pouvez vous consoler en vous disant que le Burkina Faso est à 77%, ou le Népal à 50%.

en 2010, la Grèce comptait 742 600 très petites entreprises employant au total 2,512 millions de salariés, soit plus de 85 % de l’emploi total du pays, un niveau record dans l’UE. Ces structures produisaient 35,3 % de la valeur ajoutée du pays contre 21,8 % en moyenne dans l’UE.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/04/20/grece-un-millier-de-petites-entreprises-ferment-chaque-semaine_1688835_3234.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208001

Les manifs continuent... Sur cette vidéo, interdiction d'approcher du Parlement à des journalistes...



La Grèce est divisée en parcelles lesquelles sont maintenant vendues jusqu’à concurrence et sans aucune pitié aux investisseurs transnationaux.

Parcelles publiques au sein du tissu urbain, forêts, montagnes, plages, îles, tout est sacrifié au nom d’un investissement qui apportera des revenus uniquement en faveur des prêteurs –anciens et nouveaux- du pays, en satisfaisant surtout les investisseurs privés qui ont saisi cette occasion.

http://www.makridakis.wordpress.com/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   11/5/2012, 11:29

Difficile de savoir quoi penser de tout ça pour le moment sauf de confirmer que l'avenir de la Grèce, de l'Europe et du monde est sombre, vraiment sombre.

Le parti d'extrême-droite "l'aube dorée" à remporté 21 sièges (7%) aux législatives du 06 mai 2012.

Ce parti plafonnait à 0,23 % des voix aux dernières législatives de 2009. Il a fait un bond spectaculaire en dénonçant l'absence de politique efficace pour lutter contre l'afflux d'immigrés. «Ils sont des centaines à arriver chaque jour en Grèce. Nous voulons réactiver les mines du nord du pays pour les dissuader de venir. C'est une méthode forte mais efficace», proclame Ilias Panagiotaros, député de Chryssi Avgi.

Hostiles aux plans européens de sauvetage économique, Ilias et son parti se disent prêts à une sortie de la Grèce de la zone euro, croyant à l'autosuffisance du pays. «Quand nous importons l'ail de Chine ou les tomates des Pays-Bas, on ne peut pas faire fonctionner l'économie. Nous avons tout ce qu'il nous faut ici pour nous en sortir», conclut Ilia




Discours du leader de l'Aube Dorée, Nikolaos Michaloliakos


* Ne pas manquer au tout début la mise à l'amende des presstitués Bien
Tous debout ! Montrez votre respect !
Citation :
Le 06-05-2012
Discours du leader de l'Aube Dorée, Nikolaos Michaloliakos lors du résultat des élections législatives en Grèce le 6 mai 2012. Aube Dorée est un mouvement nationaliste Grec réellement néo-nazi, et non un délire caricatural et obsessionnel des gauchistes français qui voient des nazis partout chez tout leurs opposants politiques.

Dès sa première conférence de presse, dimanche, le leader du parti Nikos Michaloliakos, s'en est pris aux journalistes, après avoir exigé qu'ils se lèvent à son entrée et à sa sortie. Après ses attaques contre la presse et le système médiatique, il s'est attaqué aux immigrés clandestins, a exigé le rétablissement des frontières. Avant de terminer sur un message glaçant : « A ceux qui ont trahis le pays, nous leur disons qu'il est temps d'avoir peur. Nous allons nous occuper d'eux » .

Voici les premières images de ce néo-nazisme qui resurgit en Grèce. Aucun responsable européen n'a pour l'instant réagi officiellement à l'arrivée de ce parti au parlement grec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   23/5/2012, 19:21

Crise en Grèce, censure sur Arte (lettre ouverte)

Sous ce titre de notre choix, nous publions, avec l’autorisation de son auteure, une lettre de Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια (Acrimed).

Chères amies, chers amis,

Le jeudi 16 mai, j’ai participé à l’émission d’Arte 28 minutes sur le thème : La Grèce, talon d’Achille de l’Europe ?

Je viens de visionner l’émission telle qu’elle a été diffusée et j’en crois pas mes yeux : le passage où je disais que l’aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successifs ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays dans une récession de l’ordre de 20 % en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu ! Si vous regardez attentivement, vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non-fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat.

De même est passé à la trappe, un passage vers la fin où j’avais évoqué une confrontation qui n’est pas de nature nationale entre Grecs et Allemands, mais bel et bien entre deux camps transnationaux, c’est-à-dire entre ceux qui, en marchant littéralement sur des cadavres, défendent les intérêts du secteur financier d’une part, et d’autre part ceux qui défendent les droits démocratiques et sociaux et en fin de compte le droit à une vie digne de ce nom. Je prends à témoin Benjamin Coriat qui participait à l’émission et qui pourrait certifier que j’ai bien tenu ces propos dont la trace disparaît sous les ciseaux du censeur.

Car, cela relève tout simplement de la CENSURE. Une question s’impose : Qui donc contrôle Arte et qui filtre les infos ainsi ?

Je l’avoue, je n’en reviens pas. L’émission a été enregistrée "dans les conditions du direct" deux heures et demie avant sa diffusion et que je sache cette formule veut dire qu’on ne coupe pas, à la limite on refait une prise si on a un souci, ce qui a été le cas pour les présentations. Et même si la pratique établie est de couper un peu les longueurs, comment se fait-il que les deux coupes principales portent, comme par hasard, sur des propos concernant les vrais bénéficiaires de l’aide à la Grèce, c’est à dire les banques, ainsi que sur le caractère fallacieux de la supposée confrontation gréco-allemande ?

Comme vous pouvez d’ailleurs sans doute le constater vous-même, mon temps de parole correspond à un tiers - peut-être même moins - de celui de monsieur Prévelakis. Celui-ci, avec sa proposition d’un médiateur, sous la tutelle duquel devrait se mettre la Grèce, proposait rien de moins que de suspendre les procédures démocratiques en Grèce et de donner à Sarkozy (!) la position d’un tuteur du peuple grec qui ne saurait être représenté par ses élus, surtout si ceux-là appartiennent par malheur au Syriza. J’ai bondi mais on ne m’a pas laissé le temps de réagir en coupant là l’émission.

Conclure l’émission sur ce propos est absolument scandaleux. Cela n’honore pas, loin de là, Arte qui se revendique d’une sensibilité démocratique. D’ailleurs, si vous regardez un peu attentivement le déroulement juste avant la fin, vous verrez que la dernière question s’adresse à moi, madame Quin se tourne bien vers moi et non pas vers M. Prévélakis. Et ma réponse concernant les deux Europe qui s’affrontent et qui précédait la conclusion de Georges Prévélakis, est passée complètement à la trappe.

Bref, les coupures, la répartition inégale du temps de parole, la conclusion sur un appel à suspendre la démocratie en Grèce, tout cela, si n’est pas de la manipulation de l’information, c’est quoi au juste ?

Voilà bien des questions sur le traitement de l’information par une chaîne européenne qui se veut indépendante.

Merci de diffuser ce message le plus largement possible et de l’afficher sur les réseaux, si vous voulez bien.

Vicky Skoumbi,
rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια



http://www.acrimed.org/article3829.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités - Grèce.   28/5/2012, 11:14

Christine Lagarde sans pitié pour les Grecs

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités - Grèce.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Help! Nous partons en Grèce mais quelle poussette prendre?
» que j'aime la Grèce!
» Grèce : Tonneau des Danaïdes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Pays-
Sauter vers: