Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pédophilie : Ratzinger au cœur du scandale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pédophilie : Ratzinger au cœur du scandale   26/3/2010, 12:11



Le scandale des abus sexuels éclabousse toujours davantage le sommet de l'Eglise. Le New York Times a révélé, preuves à l'appui, que Joseph Ratzinger, alors qu'il était en charge de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), n'a pas relevé de ses fonctions un prêtre américain qui avait commis des abus sexuels sur au moins 200 enfants malentendants. Et cela bien qu'un évêque ait personnellement adressé au futur pape un courrier en 1996 présentant la gravité des faits. Courrier auquel Joseph Ratzinger n'aurait jamais répondu. En revanche, il a été sensible à une lettre du prêtre abuseur, qui l'implorait de le laisser en paix. Le New York Times a eu accès à des documents confidentiels grâce à deux avocats, Jeff Anderson et Mike Finnegan, représentant cinq hommes qui ont intenté quatre actions en justice contre l'archidiocèse de Milwaukee, où se sont déroulés les abus. Ces documents comprennent la correspondance entre différents évêques et le Vatican, les déclarations sous serment des victimes, les notes écrites d'un expert des troubles sexuels ayant examiné le prêtre abuseur, ainsi que les notes d'une rencontre finale au Vatican concernant ce cas.

Le pape Benoît XVI lors d'une messe à la cathédrale Saint-Mary de Sydney, le 19 juillet 2008, où il a présenté les excuses de l'Eglise pour les actes de pédophilie perpétrés par des prêtres.

Les abus ont été commis par le Père Lawrence Murphy, qui a travaillé de 1950 à 1974 dans une célèbre école pour les malentendants, la St. John's School for the Deaf à St.Francis. En 1963, il est promu directeur de cette école. Pourtant, dans les années 1950 déjà, les autorités diocésaines ont été informées par des étudiants des abus du Père Murphy. Une des victimes, Gary Smith, a confié au New York Times qu'il avait été abusé par ce prêtre à 50 ou 60 reprises depuis l'âge de 12 ans. Une autre victime, Arthur Budzinski, explique que les abus ont commencé alors qu'il était âgé de 12 ans, notamment pendant la confession. Selon le quotidien américain, un groupe d'anciens étudiants de la St. John School for the Deaf a tenté d'alerter les autorités du diocèse de Milwaukee pendant trente ans. Les victimes ont aussi essayé d'avertir la police et la justice civile, qui auraient ignoré leurs appels à l'aide.

Trois évêques ont été successivement mis au courant des abus du prêtre, mais ils n'ont jamais alerté les autorités civiles ou criminelles, ni porté le cas devant la justice vaticane. Le Père Murphy a simplement été déplacé en 1974 dans un autre diocèse du nord du Wisconsin par l'archevêque William Cousins. Pendant les vingt-quatre années suivantes, jusqu'à sa mort en 1998, il a pu avoir des contacts avec des enfants sans entraves, d'après le quotidien.

Pourtant, en 1993, l'archevêque de Milwaukee, Rembert Weakland, demande à un assistant social spécialisé dans les troubles sexuels d'étudier le cas du Père Murphy. Après quatre jours d'entretiens, l'assistant explique à l'évêque que le prêtre a avoué environ 200 abus, sans éprouver le moindre remords. Cependant, l'évêque attend encore trois ans avant d'alerter le Vatican. En 1996, Mgr Weakland écrit en effet au cardinal Joseph Ratzinger, responsable de la Congrégation qui traite ce type d'affaires. Il faut désamorcer la colère des victimes et restaurer leur confiance dans l'Eglise, écrit-il dans sa lettre au futur Benoît XVI. Il met l'accent sur le fait que ce cas relève du crime de "sollicitation" (abus sexuels commis avant, pendant ou après la confession), pour lequel le droit canon prévoit des sanctions qui vont de la privation de la célébration de la messe à la réduction à l'état laïc.

Selon les informations du New York Times, Ratzinger n'aurait pas répondu. L'évêque tente alors d'alerter d'autres bureaux du Vatican en mars 1997, expliquant que l'affaire est urgente. Le cardinal Tarcisio Bertone, qui travaille alors à la CDF, demande aux évêques du Wisconsin de commencer un procès canonique en vue du renvoi du Père Murphy. Mais la procédure prend soudainement fin après que celui-ci a imploré directement Joseph Ratzinger de le laisser en paix. Il s'est déjà repenti, lui écrit-il, et il est en mauvaise santé. De plus, son cas est prescrit, même du point de vue de l'Eglise. En mai 1998, lors d'une rencontre finale au Vatican avec des responsables de la CDF, Mgr Weakland échoue à convaincre ces derniers, y compris le cardinal Tarcisio Bertone, aujourd'hui secrétaire d'Etat du Vatican. Le Père Murphy décède quatre mois plus tard.

"Mgr Weakland a fait son devoir, dit le vaticaniste Giancarlo Zizola, un des meilleurs connaisseurs des rouages du Vatican. La question, c'est de savoir ce qui s'est passé à Rome. Ratzinger a-t-il parlé de ce cas avec le pape Jean Paul II, comme le prévoit la procédure ? S'il l'a fait, cela signifie que Jean Paul II lui a peut-être demandé de dissimuler l'affaire. Dans ce cas, il ne peut pas être béatifié. En revanche, si Joseph Ratzinger n'a pas averti Jean Paul II, il doit déclarer sa responsabilité avec la même ouverture et la même transparence qu'il exige aujourd'hui de toute l'Eglise. Mais l'hypothèse la plus probable est que Jean Paul II a voulu cacher l'affaire."

L'hypothèse que le pape polonais aurait cherché à dissimuler la vérité concernant au moins un abuseur est apparue il y a quatre ans, lors de révélations sur les abus du Père Marcial Maciel, fondateur de la congrégation des Légionnaires du Christ. En 1998, d'anciennes victimes avaient dénoncé Maciel à la CDF. Mais il n'a été démis de ses fonctions qu'après la mort de Jean Paul II, une fois Joseph Ratzinger installé sur le trône de Saint-Pierre.

Source
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie : Ratzinger au cœur du scandale   15/4/2010, 21:27

Articles du site Catholique Virgo Maria:

Le futur Benoît XVI, s’est opposé à la sanction d’un ‘prêtre’ pédophile

http://www.virgo-maria.org/articles_HTML/2010/004_2010/VM-2010-04-14/VM-2010-04-14-A-00-Lettre_qui_accuse_Ratzinger.html

L’Opus Dei protège l’abbé violeur-prédateur homosexuel Urrutigoity

http://www.virgo-maria.org/articles_HTML/2010/004_2010/VM-2010-04-14/VM-2010-04-14-A-00-Lettre_qui_accuse_Ratzinger.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Pédophilie : Ratzinger au cœur du scandale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SCANDALE A L'ONE
» Scandale des sondages : pouquoi Bayrou n'a-t-il rien dit ?
» scandale sur les nouvelles barbies noires
» Énorme scandale à Strasbourg
» La pédophilie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Affaires de Pédocriminalité-
Sauter vers: