Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3072
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    14/12/2012, 23:08

Coup de gueule du Pr Henry Joyeux


¡ Santé: Coup de gueule du Professeur Henri... par JaneBurgermeister

Citation :
Pr Henry Joyeux, cancérologue, chirurgien digestif. Professeur à la Faculté de Médecine de Montpellier. Spécialiste en nutrition, alimentation et cancer.
http://www.professeur-joyeux.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    1/4/2013, 23:13


Les Instructions Secrètes des Jésuites

(Monita Secreta)
D’après le Manuscrit Authentique

Livre en pdf ici : http://echosdesmontagnes.files.wordpress.com/2012/11/instructions-secrtes-des-jsuites.pdf

Citation :
DE QUELLE MANIÈRE LES PÈRES DE LA SOCIÉTÉ POURRONT ACQUÉRIR ET CONSERVER LA FAMILIARITÉ DES PRINCES DES GRANDS ET DES PERSONNES LES PLUS CONSIDÉRABLES.
01. Il faut faire tous nos efforts pour gagner partout l'oreille et l'esprit des princes et des personnes les plus considérables, afin que personne n'ose s'élever contre nous; mais, au contraire, que tous soient obligés de dépendre de nous.
02. Comme l'expérience enseigne que les princes et les grands seigneurs sont principalement affectionnés aux personnes ecclésiastiques, lorsque celles-ci dissimulent leurs actions odieuses, et qu'elles les interprètent favorablement, comme on le remarque dans les mariages qu'ils contractent avec leurs parentes ou alliées, ou en de semblables choses, il faut encourager ceux qui les font, en leur faisant espérer d'obtenir facilement, par le moyen des nôtres, des dispenses du pape, qu'il accordera si on lui explique les raisons; si l'on produit des exemples semblables, et si l'on expose les sentiments qui les favorisent, sous prétexte du bien commun et de la plus grande gloire de Dieu, ce qui est le but de 1a Société.
Page 6
03. Il faut faire de même, si le prince entreprend quelque chose qui ne soit pas également agréable à tous les grands seigneurs; il faut l'encourager et le pousser, et porter les autres à s'accorder avec le prince et à ne pas le contredire; mais, en général sans descendre jamais à aucune particularité, de peur que, si l'affaire échouait, on ne l'imputât à la Société; et enfin que, si cette action est désapprouvée, on produise des avertissements contraires qui la mettent hors de cause, et que l'on emploie l'autorité de quelques pères, à qui l'on soit assuré que ces instructions sont inconnues, et qui puissent affirmer par serment que l'on calomnie la Société, à l'égard de ce qu'on lui impute.
04. Pour s'emparer de l'esprit des princes, il sera utile que les nôtres s'insinuent adroitement, et, par quelques tierces personnes, pour faire pour eux des ambassades honorables et favorables chez les autres princes et rois, mais surtout chez le pape et les plus grands monarques. Par cette occasion, ils pourront se recommander, et avec eux la Société; c'est pourquoi il ne faudra destiner à cet office que des personnes fort zélées et fort versées dans notre institut.
05. Il faut gagner surtout les favoris des princes et leurs domestiques, par de petits présents et par divers offices de piété, afin qu'ils instruisent fidèlement les nôtres de l'humeur et de l'inclination des princes et des grands; et, ainsi la Société pourra facilement s'y accommoder.
06 L'expérience nous a appris combien il a été utile à la Société de .:e mêler des mariages de la maison d'Autriche et de ceux qui se sont faits en d'autres royaumes, en France, en Pologne, etc., et en divers duchés. C'est pourquoi il faut proposer prudemment des partis choisis, qui soient les amis et familiers des parents et des amis des nôtres.
07. On gagnera facilement les princesses par leurs femmes de chambre, et pour cela, il faut entretenir leur amitié, car, par là, on aura entrée partout, et même dans les choses les plus secrètes des familles.
08. Dans la direction de la conscience des grands seigneurs, nos confesseurs suivront le sentiment des auteurs qui .font la conscience plus libre contre le sentiment des, autres religieux, afin que,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    2/4/2013, 13:25


Salut nonwo

Je pensais que les personnes ici avaient recontextualisé cet écrit dans sa période... (Texte connu pour ma part depuis au moins 2008-9.) Surtout avec les conférences de Marion Sigaut dernièrement et aussi ici grace aux documents du Druide face à des gens comme Eric Jon Phelps.

Phelps raconte qu'Alex Jones est aux mains des Jesuit/CIA, les autres comme Druide des banques sionistes.... Moi je serais pour une troisième voie mais pour sûr que les banksters sionistes veullent quoi qu'il arive mettre leurs mains sur les médias qui leur échapperait.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monita_secreta

C'est drôle comme sur certains sujets il n'y a aucune évolution critique.

PS le plan comme pour les protocoles des sages de Sion peut être en application sans pour autant être des auteurs que l'on pense. (phrase qui peut être comprise par toutes les opinions concernant ces mêmes protocoles.)
Après c'est juste une question de précision historique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    4/5/2013, 02:16


Un rapport met en cause la gestion de l'Institut Pasteur

Par figaro iconDelphine Chayet - le 02/05/2013

Citation :


L'Igas dénonce des artifices comptables, accusant l'Institut de manquer à son obligation de transparence sur l'utilisation des fonds collectés.


Abus de confiance au préjudice des donateurs, recours à des artifices comptables, concentration excessive du pouvoir: l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) épingle, dans un rapport sévère, la gestion de l'Institut Pasteur. Consacré au contrôle du compte d'emploi de ses ressources, le document doit être mis en ligne dans les jours à venir. Il met en cause la plus emblématique des fondations pour la recherche, qui, créée en 1887, recueille 50 millions d'euros par an et dispose d'un patrimoine estimé à près d'un milliard. Alice Dautry, sa directrice générale, se dit «choquée» par ces conclusions.

Les rapporteurs Béatrice Buguet et André Bernay reprochent tout d'abord à l'Institut Pasteur de mettre en péril le lien de confiance qui l'unit à ses nombreux donateurs, en manquant à son obligation de transparence sur l'utilisation des fonds collectés. Alors que «l'appel à la générosité publique est massivement centré sur la recherche», les fonds collectés ne sont pas forcément fléchés vers ces missions, pointe l'Igas. En outre, «une partie importante des dons et legs est affectée aux fonds propres et en nourrit la croissance, au lieu d'être affectée immédiatement aux équipes de recherche comme la communication de la fondation l'affirme aux donateurs». Alors que les dons représentent 14 % des recettes en 2011, l'Institut Pasteur laisse par ailleurs croire aux donateurs qu'ils contribuent au tiers du budget, «ce qui concourt, à tort, à souligner l'immédiate urgence de leurs apports».

«Graves irrégularités»

À en croire l'Igas, le déficit structurel affiché par l'Institut Pasteur est le fruit d'une «présentation artificielle» de ses résultats comptables, qui consiste à amputer son bilan annuel d'une partie des recettes. La fondation met ce déficit en avant «dans sa communication à l'égard du ministère de la Recherche», dont la subvention a augmenté de 17 % entre 2008 et 2011. Les rapporteurs estiment aussi que l'utilisation de cet argent est «entachée de graves irrégularités». En parallèle, le patrimoine de la fondation croît régulièrement. Ainsi, en 2011, l'Institut augmente ses fonds propres de 15 millions d'euros, alors que son résultat annuel est négatif de 25,5 millions d'euros. Concernant les revenus ainsi générés, les rapporteurs remarquent une plus forte exposition aux risques financiers. «La gestion des placements doit être plus encadrée et moins risquée, ne serait-ce que pour se rapprocher de la volonté des donateurs, qui n'entendent pas, en pensant contribuer à l'effort de recherche, prendre des paris sur l'évolution des marchés», écrivent-ils.

Réorientation des missions de l'Institut

La réforme des statuts intervenue en 2008, qui a notamment entraîné une réorientation des missions de l'Institut, fait également l'objet de critiques. Ainsi, contrairement à ce qui se passe dans d'autres fondations reconnues d'utilité publique, la directrice générale de Pasteur détient «un pouvoir très important», gagné au détriment du conseil d'administration. Sa rémunération «représente en elle-même un fort risque pour la fondation si celle-ci souhaite rester un organisme à but non lucratif», notent, acides, les rapporteurs.

Les critiques de l'Inspection rappellent la controverse lancée en 2009 par le ­président du Sidaction, Pierre Bergé Twisted Evil * , qui avait, en substance, accusé l'Association française contre les myopathies de ne pas réussir à dépenser pour la recherche tout l'argent récolté grâce au Téléthon. Dans ce contexte de crise, la présidente de l'association, Laurence Tiennot- Herment, avait dit redouter une baisse des dons - qui ne s'est finalement pas vérifiée. «Ce rapport risque de mettre à mal la confiance de nos donateurs et par­tenaires et de mettre en péril le travail des 2 600 personnes qui se consacrent à la ­recherche biomédicale», dénonce de son côté Alice Dautry.


http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/05/02/20462-rapport-met-cause-gestion-linstitut-pasteur

*
http://www.leparisien.fr/societe/sidaction-pierre-berge-voudrait-des-preservatifs-gratuits-au-college-04-04-2013-2696401.php

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    5/5/2013, 13:36

Spéciale dédicace au professeur C.isme et au frère +onino. Wink

Citation :
Les Marranes – Les Crypto-Juifs originels
Publié par henrymakow le octobre 31, 2012


Après que les Chrétiens aient repris l’Espagne aux Maures au 14ème siècle, ils voulurent «extirper tous les éléments non-Catholiques dans le pays et l’unir sous la domination Catholique.» (Prinz, «Les Juifs Secrets», p.25)

Les Juifs vivaient en Espagne depuis le IVème siècle avant J.C. et avaient prospéré sous les Maures. L’Église exigea que les plus de 400 000 Juifs présent se convertissent ou qu’ils quittent le territoire. Parce que des milliers avaient été massacrés au cours des émeutes anti-juives de 1391, plus de 250 000 Juifs acceptèrent de se convertir et devinrent connu sous le nom de « conversos ».

Cependant, l’Église s’est vite rendu compte de son erreur fatale. Comme on pouvait s’y attendre, la majorité de ces convertis n’étaient pas sincères. Ils furent appelés les «Marranes» de l’espagnol : «Marranos» (cochons). Mais maintenant, ils étaient exonérés des impôts et des restrictions qui régissaient les Juifs. Ils étaient plus influents et puissants que jamais.

Ils se sont mariés avec la noblesse et s’élevèrent aux plus hautes positions du gouvernement et de l’Église. Le fondateur des jésuites, Ignace de Loyola, était un Marrane, et son successeur Diego Lainex l’était aussi. La plupart des conversos pratiquaient le Judaïsme en secret et étaient considérés comme des «judaïseurs».

Les «Juifs avaient envahi l’Espagne de l’intérieur», écrit Joachim Prinz. Le judaïsme n’était pas seulement incurable, il semblait être invincible… plutôt que de résoudre la «question juive», les conversions de masse avait créé un nouveau problème : une puissante classe moyenne composée de Juifs secrets.» (42).

Les Marranes sont le modèle original pour les Francs-maçons et les Communistes. Ils prétendent appartenir à un groupe déterminé. Mais, comme les Francs-maçons, les Marranes employaient des poignées de main pour se reconnaître mutuellement et se réunissaient en secret la nuit pour répéter leurs dogmes subversifs.

EXCEPTIONS

Il y avait aussi de nombreuses exceptions, des convertis sincères comme sainte Thérèse d’Avila, la plus grande femme mystique Catholique. Ironiquement, lorsque Ferdinand et Isabelle restaurèrent l’inquisition en 1478, les convertis sincères prirent les devants. «Le plus célèbre d’entre eux est Tomas de Torquemada, qui était issu d’une famille juive, tout comme son assistant tout aussi violent, Diego de Daza.» (39)

L’Inquisition est considérée comme l’un des événements les plus traumatisants de l’histoire juive. Mais elle n’avait aucun pouvoir sur les Juifs. Elle ne visait que les convertis Chrétiens qui n’étaient pas sincères :

«Les Marranes… ne comparaissaient pas en tant que Juifs, mais en tant que Chrétiens hérétiques. Le nombre de Marranes qui ont été exécutés est estimé à 30 000. La même Inquisition punissait également les Musulmans («Morisques» de l’espagnol «Moriscos»). Toutefois, aucun Juif non converti ne fut jamais appelé devant les tribunaux.»

Néanmoins, en 1492 Ferdinand et Isabelle expulsèrent tous les Juifs de l’Espagne. Joachim Prinz fait une remarque sur l’incapacité «apparente des Juifs de comprendre ou de prévoir leurs propres catastrophes. Les Juifs, dont l’histoire se compose de tragédies les unes après les autres, ne semblent jamais être préparés pour aucune d’entre elles.» (51)


LES CONSÉQUENCES

Le même processus fut répété au Portugal. Bien que de nombreux Marranes ibériques renoncèrent à leur religion, bon nombre d’entre eux s’en furent et inondèrent l’Europe et le Nouveau Monde (Amérique) en tant que Juifs qui étaient en mesure de passer pour des Chrétiens, à savoir « les crypto-juifs ».

Selon Prinz, ils ont prospéré partout où ils allaient. Leur richesse était «stupéfiante … A Bordeaux, Avignon, Nantes et Marseille, cela devint un compliment pour caractériser un homme d’affaires chrétien de «riche comme un juif.»

En Angleterre, il n’y avait que 100 familles marranes au début du 17ème siècle, mais «elles étaient parmi les marchands les plus prospère de Londres.» En Allemagne, 40 familles Marranes participèrent à la fondation de la Banque de Hambourg en 1619. La fortune des Marranes d’Altona près de Hambourg, était estimé à près de six millions de marks et quelques-unes des plus belles maisons dans les environs d’Amsterdam appartenaient à des Marranes nouvellement arrivés.» (127)

Tout le monde savait qu’ils étaient Chrétiens par commodité. «La fiction de leur allégeance chrétienne était un arrangement d’affaires… [Leurs] établissements bancaires était une institution Chrétienne avec laquelle les Empereurs, les Ducs, les Évêques, et les chefs de gouvernement pouvaient faire des affaires en toute sécurité.» (130)

Inévitablement, ces banquiers Marranes et les commerçants agissaient de concert. Prinz raconte l’histoire du banquier Marrane (de la Maison de Mendès) Joseph Nassi (1524-1579) qui contrôlait l’Empire Ottoman en tant que conseiller du Sultan Souleymane et plus tard de son fils, Salim. Il essaya de créer un foyer national juif près de Tibériade, mais aucun Juif ne voulait s’y installer. Plus tard, il conçu la «Stratégie Marrane». Il ferait boycotter ou ruiner quiconque persécutait les Marranes. (141)

Lorsqu’un incendie a détruit le port de Venise en 1571, beaucoup soupçonnaient la Maison Mendes d’avoir payé des pyromanes pour y mettre le feu. «Et tandis que la plupart de la ville était encore en flammes, Joseph Nassi conseillait au Sultan d’occuper l’île vénitienne de Chypre, la déclarant une possession turque.» (142)

CONCLUSION

La véritable histoire du monde est l’histoire de la façon dont certains riches banquiers juifs et leurs alliés non juifs francs-maçons ont conspiré pour établir la dictature de gouvernement mondial en train d’émerger.

Le contour de cette histoire devient visible. Les Juifs ou les Marranes ont toujours dominé le commerce. Leurs alliés naturels étaient les aristocrates locaux, qui leur fournissaient une protection. Des mariages mixtes ont eu lieu. Les familles royales d’Europe sont probablement à moitié juives.

Maintenant, nous assistons à une résurgence du système féodal, où les masses doivent servir ce petit réseau consanguin de super-riches pervers et satanistes. Le système éducatif et les médias enseignent aux serfs à embrasser l’ordre du jour des Illuminati. Des flics brandissant des tasers et les soldats sauront ramener les retardataires dans le droit chemin.

Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial. Il comporte un certain risque pour les Juifs qui ne font pas partie de cette petite clique. Mais les Juifs n’ont jamais été très bon à «prédire leurs propres catastrophes.»
http://henrymakow.wordpress.com/2012/10/31/les-marranes-les-crypto-juifs-originels/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    5/5/2013, 13:50

Citation :
LA PROPAGATION DES BANQUES CENTRALES

Aux Pays-Bas, les sociétés secrètes étaient parvenues à fonder une banque centrale dès 1609. A peu près 40 des banques centrales les plus importantes furent établies de manière similaire à la Banque d’Angleterre. De cette manière, les banquiers francs-maçons gèrent le développement à long-terme du monde grâce au prêt à intérêt comme méthode, les banques centrales comme intermédiaires, les politiciens comme idiots utiles et les peuples comme salariés-esclaves ignorants.

Les banques contrôlées par les francs-maçons peuvent ainsi orchestrer la vie politique en agissant sans être vus. Le peuple anglais a renforcé le pouvoir de ces francs-maçons invisibles en payant des impôts pendant trois siècles. Les banques centrales étaient supposées stabiliser l’économie. En réalité, cela fonctionne bien différemment.

Benjamin Franklin écrivit au sujet des colonies britanniques en Amérique du Nord dans les années 1750 : « Nulle part dans le monde peut-on trouver un peuple plus heureux et connaissant un tel bien-être. » Il expliqua que cela était du au fait que « nous dans les colonies imprimons notre propre monnaie », appelée « colonial script ». Il expliqua ensuite : « En émettant notre propre monnaie, nous pouvons contrôler son pouvoir d’achat, et nous ne sommes pas obligés de payer d’intérêt à qui que ce soit. »

Dans ces colonies britanniques de la Nouvelle Angleterre, la richesse contrastait avec l’état de pauvreté et de misère en Angleterre. Il y avait assez d’argent, et il était bien sur créé sans intérêt.

Lorsque les banquiers maçonniques en Angleterre entendirent le discours de Franklin devant le parlement britannique, ils s’assurèrent que le parlement interdise aux colonies d’utiliser leur propre système financier. La masse monétaire fut réduite de moitié et les colonies furent forcées d’emprunter de l’argent à la banque d’Angleterre. Le résultat fut des intérêts élevés et une augmentation des prix. En l’espace d’un an les rues furent pleines de chômeurs.


Dans les manuels scolaires américains, la raison donnée pour le déclenchement de la guerre d’indépendance est la taxe sur le thé. Mais d’après Franklin « les colonies auraient joyeusement supporté la modeste taxe » (de 2 pour cent) sur le thé et d’autres matières premières si ça n’était pas que l’Angleterre leur avait retiré leur devise ce qui avait entrainé du chômage et une grande frustration. » Le résultat de l’influence des banques anglaises sur le parlement britannique fut une terrible pauvreté en Amérique. Une fois cette situation créée, il fut facile d’inciter le peuple à la guerre, ce que les francs-maçons firent avec satisfaction. Ils voulaient une base arrière pour leurs futures activités mondiales.

Parmi les hommes qui rédigèrent la constitution de 1787, beaucoup mirent l’accent sur la protection contre le parasitisme financier des banquiers internationaux. Ainsi l’article 1, section 8 de la Constitution déclare : « Le Congrès aura le pouvoir… de battre monnaie et d’en réguler la valeur… »

Alexandre Hamilton, un franc-maçon et le ministre des finances du gouvernement de George Washington, également un agent des financiers internationaux, ordonna la création d’une banque de l’union et l’introduction du prêt à intérêt. Son argument était simple : « une dette nationale limitée serait une bénédiction pour cette nation ». Il considérait comme dangereux le fait pour le gouvernement d’émettre sa propre monnaie.

Ainsi les Etats-Unis connurent-ils leur première banque centrale en 1791. Elle était entre des mains privées mais n’avait obtenu qu’un bail d’une durée de 20 ans. Elle ne fut pas renouvelée lorsqu’il expira. Andrew Jackson fit référence au fait que la Constitution avait donné au Congrès le droit d’émettre la monnaie en quantité suffisante et non de transférer ce droit à d’autres.

LA GUERRE DE 1812

Le franc-maçon Nathan Rothschild (1777-1836), qui finança en partie les guerres napoléoniennes à travers la Banque d’Angleterre, ne tarda pas à présenter un ultimatum – soit le bail était renouvelé ou il y aurait une guerre. Jackson qualifiait les banquiers maçons de bandes de voleurs et s’était promis de les extirper. Rothschild donna des ordres : « Donnons une leçon à ces américains insolents. Renvoyons-les au stade colonial. »


Le gouvernement britannique commença à limiter le commerce maritime américain et à contrôler l’expansion américaine au Canada. Le président James Madison laissa le congrès déclarer la guerre à l’Angleterre. L’intention de Rothschild était de ravager le pays pour que les américains soient forcés de demander une aide financière. Cependant, la Grande-Bretagne échoua à regagner les colonies perdues, et les Etats-Unis échouèrent à occuper le Canada.

Rothschild ne triompha pas cette fois. Le renouvellement du contrat de la banque centrale fut encore suspendu en 1836 sous la présidence d’Andrew Jackson (1829-1837), malgré le fait qu’il ait été Grand Maitre du Tennessee. La banque centrale fut temporairement abolie.

Même alors, les banquiers européens et leurs agents américains parvinrent à exercer un large contrôle sur le système monétaire américain. Gustave Myers admet dans son ouvrage : History of the Great American Fortunes (1910) : « Sous la surface, les Rothschild exerçait une influence directe en dictant les lois financières américaines. Les registres légaux montrent qu’ils furent les propriétaires de l’ancienne Bank of the United States. »

Rien ne figure non plus dans les manuels scolaires américains, sur le rôle des banques au cours de la première et deuxième guerre d’indépendance (il s’agit des périodes 1775-83 et 1812-1814).

L’historien Carroll Quigley commenta la création des banques centrales en 1975 dans son ouvrage Tragedy and Hope :

« Le pouvoir financier du capitalisme avait un plan à plus long terme, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde comme un tout. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets au cours de fréquentes réunions et conférences. L’apex du système devait être la Banque des Règlements Internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui sont elles-mêmes des entités privées. Chaque banque centrale devait parvenir à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les bons du trésor, à manipuler les échanges de devises étrangères, d’influencer le niveau d’activité économique dans le pays, et de récompenser les politiciens affiliés par des positions avantageuses dans le monde des affaires. »
http://henrymakow.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    8/5/2013, 20:00

Salutation au vent de la fougue et courant d'air.

Tu as bien fait de remettre un nouveau message Nonwo je n'avais pas remarqué celui là:

nonwo a écrit:
Spéciale dédicace au professeur C.isme et au frère +onino. Wink

Citation :
Les Marranes – Les Crypto-Juifs originels
Publié par henrymakow le octobre 31 (la fête des "6 trouilles" timing parfait), 2012


Après que les Chrétiens aient repris l’Espagne aux Maures au 14ème siècle, ils voulurent «extirper tous les éléments non-Catholiques dans le pays et l’unir sous la domination Catholique.» (Prinz, «Les Juifs Secrets», p.25)

Les Juifs vivaient en Espagne depuis le IVème siècle avant J.C. et avaient prospéré sous les Maures. L’Église exigea que les plus de 400 000 Juifs présent se convertissent ou qu’ils quittent le territoire. Parce que des milliers avaient été massacrés au cours des émeutes anti-juives de 1391, plus de 250 000 Juifs acceptèrent de se convertir et devinrent connu sous le nom de « conversos ».

Cependant, l’Église s’est vite rendu compte de son erreur fatale. Comme on pouvait s’y attendre, la majorité de ces convertis n’étaient pas sincères. Ils furent appelés les «Marranes» de l’espagnol : «Marranos» (cochons). Mais maintenant, ils étaient exonérés des impôts et des restrictions qui régissaient les Juifs. Ils étaient plus influents et puissants que jamais.

Ils se sont mariés avec la noblesse et s’élevèrent aux plus hautes positions du gouvernement et de l’Église. Le fondateur des jésuites, Ignace de Loyola, était un Marrane, et son successeur Diego Lainex l’était aussi. La plupart des conversos pratiquaient le Judaïsme en secret et étaient considérés comme des «judaïseurs».

Les «Juifs avaient envahi l’Espagne de l’intérieur», écrit Joachim Prinz. Le judaïsme n’était pas seulement incurable, il semblait être invincible… plutôt que de résoudre la «question juive», les conversions de masse avait créé un nouveau problème : une puissante classe moyenne composée de Juifs secrets.» (42).

Les Marranes sont le modèle original pour les Francs-maçons et les Communistes. Ils prétendent appartenir à un groupe déterminé. Mais, comme les Francs-maçons, les Marranes employaient des poignées de main pour se reconnaître mutuellement et se réunissaient en secret la nuit pour répéter leurs dogmes subversifs.

EXCEPTIONS

Il y avait aussi de nombreuses exceptions, des convertis sincères comme sainte Thérèse d’Avila, la plus grande femme mystique Catholique. Ironiquement, lorsque Ferdinand et Isabelle restaurèrent l’inquisition en 1478, les convertis sincères prirent les devants. «Le plus célèbre d’entre eux est Tomas de Torquemada, qui était issu d’une famille juive, tout comme son assistant tout aussi violent, Diego de Daza.» (39)

L’Inquisition est considérée comme l’un des événements les plus traumatisants de l’histoire juive. Mais elle n’avait aucun pouvoir sur les Juifs. Elle ne visait que les convertis Chrétiens qui n’étaient pas sincères :

«Les Marranes… ne comparaissaient pas en tant que Juifs, mais en tant que Chrétiens hérétiques. Le nombre de Marranes qui ont été exécutés est estimé à 30 000. La même Inquisition punissait également les Musulmans («Morisques» de l’espagnol «Moriscos»). Toutefois, aucun Juif non converti ne fut jamais appelé devant les tribunaux.»

Néanmoins, en 1492 Ferdinand et Isabelle expulsèrent tous les Juifs de l’Espagne. Joachim Prinz fait une remarque sur l’incapacité «apparente des Juifs de comprendre ou de prévoir leurs propres catastrophes. Les Juifs, dont l’histoire se compose de tragédies les unes après les autres, ne semblent jamais être préparés pour aucune d’entre elles.» (51)


LES CONSÉQUENCES

Le même processus fut répété au Portugal. Bien que de nombreux Marranes ibériques renoncèrent à leur religion, bon nombre d’entre eux s’en furent et inondèrent l’Europe et le Nouveau Monde (Amérique) en tant que Juifs qui étaient en mesure de passer pour des Chrétiens, à savoir « les crypto-juifs ».

Selon Prinz, ils ont prospéré partout où ils allaient. Leur richesse était «stupéfiante … A Bordeaux, Avignon, Nantes et Marseille, cela devint un compliment pour caractériser un homme d’affaires chrétien de «riche comme un juif.»

En Angleterre, il n’y avait que 100 familles marranes au début du 17ème siècle, mais «elles étaient parmi les marchands les plus prospère de Londres.» En Allemagne, 40 familles Marranes participèrent à la fondation de la Banque de Hambourg en 1619. La fortune des Marranes d’Altona près de Hambourg, était estimé à près de six millions de marks et quelques-unes des plus belles maisons dans les environs d’Amsterdam appartenaient à des Marranes nouvellement arrivés.» (127)

Tout le monde savait qu’ils étaient Chrétiens par commodité. «La fiction de leur allégeance chrétienne était un arrangement d’affaires… [Leurs] établissements bancaires était une institution Chrétienne avec laquelle les Empereurs, les Ducs, les Évêques, et les chefs de gouvernement pouvaient faire des affaires en toute sécurité.» (130)

Inévitablement, ces banquiers Marranes et les commerçants agissaient de concert. Prinz raconte l’histoire du banquier Marrane (de la Maison de Mendès) Joseph Nassi (1524-1579) qui contrôlait l’Empire Ottoman en tant que conseiller du Sultan Souleymane et plus tard de son fils, Salim. Il essaya de créer un foyer national juif près de Tibériade, mais aucun Juif ne voulait s’y installer. Plus tard, il conçu la «Stratégie Marrane». Il ferait boycotter ou ruiner quiconque persécutait les Marranes. (141)

Lorsqu’un incendie a détruit le port de Venise en 1571, beaucoup soupçonnaient la Maison Mendes d’avoir payé des pyromanes pour y mettre le feu. «Et tandis que la plupart de la ville était encore en flammes, Joseph Nassi conseillait au Sultan d’occuper l’île vénitienne de Chypre, la déclarant une possession turque.» (142)

CONCLUSION

La véritable histoire du monde est l’histoire de la façon dont certains riches banquiers juifs et leurs alliés non juifs francs-maçons ont conspiré pour établir la dictature de gouvernement mondial en train d’émerger.

Le contour de cette histoire devient visible. Les Juifs ou les Marranes ont toujours dominé le commerce. Leurs alliés naturels étaient les aristocrates locaux, qui leur fournissaient une protection. Des mariages mixtes ont eu lieu. Les familles royales d’Europe sont probablement à moitié juives.

Maintenant, nous assistons à une résurgence du système féodal, où les masses doivent servir ce petit réseau consanguin de super-riches pervers et satanistes. Le système éducatif et les médias enseignent aux serfs à embrasser l’ordre du jour des Illuminati. Des flics brandissant des tasers et les soldats sauront ramener les retardataires dans le droit chemin.

Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial. Il comporte un certain risque pour les Juifs qui ne font pas partie de cette petite clique. Mais les Juifs n’ont jamais été très bon à «prédire leurs propres catastrophes.»
http://henrymakow.wordpress.com/2012/10/31/les-marranes-les-crypto-juifs-originels/


Merci mais déjà pour la première partie jusqu'à "EXCEPTIONS" je suis au jus que l'on dit que Ignace de Loyola serait marrane le truc c'est que moi je ne connais pas et n'est encore jamais vue sa généalogie (question complexe) et sinon rien ne me dit qu'il ne fasse partie des EXCEPTIONS lui même si effectivement il auait été d'origine juive. J'admire tes certitudes Nonwo mais moi je ne peux me le permettre.
(il faudra que j'ai des preuves pour le faire, depuis Galilée j'ai plus envie de me faire avoir, et faire des recherches sur les jésuites d'aujourd'hui serait aussi une bonne chose.)

Il y a des marranes et des convertis sincèrement ce sont les premiers que l'on appelle crytpo-juif. Comme j'aime que les choses soit clair et qu'avec toi elle ne le sont pas, puisque tu n'écris pas assez de mot pour que l'on sache se que tu penses.

Question 1: Ignace de Loyola est pour toi
A. un convertis sincèrement?
B. un marrane cripto juif avéré ?
C. autre au choix si c'est plus complexe.
D. J'ai entendu qu'il serait d'origine juive (tout le monde le dit) sans connaitre sa généalogie sur papier authentifié par x ou y auteur. Je répète donc juste ce qu'il se dit. Je ne sais pas si il est un converti sincère ou un marrane si d'origine juive.
Sur les jésuites je n'ai encore rien lu de sérieux je connais juste les grandes lignes.

(la D est ma position)

Question 2: (j'en profite) Serais-tu pour interdire à tout khazar dit "juif" une conversion à une autre religion ?

Question 3: Sais-tu que des gens "juif" ou d'origine "juive" peuvent avoir le même nom de famille que des gens non "juif" ? As-tu lu au moins un livre sur la généalogie et les noms dit "juifs" ?

Merci.

Ensuite le reste du texte oui ça c'est dernièrement, effectivement, que j'ai entendu (de qui d'ailleurs ?? j'ai un trou ) que l'Inquisition était dirigé contre les fausses conversions etc je ne pensais pas que c'était contre les sorcières mais que cette institution était formée contre l'hérésie. J'en sais pas grand chose la dessus étant donné que j'ai déjà à faire à l'inquisition de mon propre temps.

Sinon je ne suis pas un professeur nowno, j'ai juste lu un peu le site et quelques PDF, comme toi j'imagine, et est juste regardé un peu le monde dans les yeux sans faire l'autruche. Si tu te sens offensé par un ton professorale
sache que je suis loin d'enfers, et je m'escuserais donc comme un diable d'une main mole et poisseuse puisque ce que j'ai dit plus haut sur le PDF Monita Secreta (que je relirais peut être un de ces jours) est d'une banalité sans nom.

J'aimerais bien avoir autre chose en documentation que Monita Secreta sur les jésuites. Pour henry makow merci pour lui. Il est vrai que j'ignore sans scrupule toutes les questions de son site web car je ne calcule pas bien son jeu.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_de_J%C3%A9sus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    9/5/2013, 01:10

Comme tu as pu le constater, cher C.isme, je n'ai pas pour habitude d'en faire des tartines. Certes, je le concède, il peut arriver que mes messages manquent parfois de clarté, cependant mes avis importent peu. Ce qui compte c'est la matière qu'ils peuvent contenir : témoignages, vidéos, textes,.... Ensuite, il est libre à chacun de les analyser et d'en tirer ses propres conclusions.
Donc, à l'avenir, je te prie d’éviter de m'envoyer un questionnaire à remplir suivant les pointillés, merci.

Aller,... sans rancune, on se serre la main.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    10/5/2013, 05:08

Complément archive sur les Jésuites

Citation :

Titre : Les instructions secrètes des jésuites : étude critique / par le P. Paul Bernard,...
Auteur : Bernard, Paul (18..-19.. ; jésuite)
Éditeur : Bloud (Paris)
Date d'édition : 1903
Sujet : Jésuites
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Format : 61 p. ; 18 cm
Format : application/pdf
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/bpt6k915593
Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-R-14946 (250)
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb356798525
Description : Collection : Science et religion ; 250
Provenance : bnf.fr
Date de mise en ligne : 15/10/2007

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k915593/f1.image

Les Jésuites de la légende (1906)
Tome 1
http://archive.org/details/lesjsuitesdelal02brougoog
Tome 2
http://archive.org/details/lesjsuitesdelal01brougoog
ou
http://archive.org/details/lesjsuitesdelal00brougoog

On peut trouver moins cher mais aussi beaucoup plus cher
http://www.amazon.com/J%C3%A9suites-L%C3%A9gende-Part-French-Edition/dp/1143712145
http://www.amazon.fr/Les-J%C3%A9suites-De-L%C3%A9gende-Volume/dp/B009LG08Y2

Livre en vente sur les jésuites
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_2?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=J%C3%A9suite

http://www.amazon.fr/j%C3%A9suites-fran%C3%A7ais-Histoire-Livres/s?ie=UTF8&keywords=J%C3%A9suites%20fran%C3%A7ais&page=1&rh=n%3A405960%2Ck%3AJ%C3%A9suites%20fran%C3%A7ais

Histoire de la chute des Jésuites au XVIIIe siècle (1750-1782) (1846)
en ligne
http://archive.org/details/histoiredelachut00sain
en vente
http://www.amazon.fr/Histoire-Jesuites-Xviiie-Siecle-1750-1782/dp/1148051759

Read Online
Histoire de Saint Ignace de Loyola d'après les documents originaux (1893)
http://archive.org/details/histoiredesainti01bart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Mech

avatar

Nombre de messages : 695
Age : 35
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    17/5/2013, 00:38

Les médecins ne sont plus que des prescripteurs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://individucible.over-blog.com
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    12/7/2013, 05:17

Les Juifs dans l'Empire ottoman de 1492 à Sabbataï Tsevi :
Terre d'accueil et d'espoirs messianiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    12/7/2013, 21:01

Les Dönmeh :
le secret le plus chuchoté du Moyen Orient
Wayne Madsen
Citation :
Les Dönmeh :
le secret le plus chuchoté du Moyen Orient
Wayne Madsen


Sabbatai Zevi in 1665

4,145 words

Partie I

Un « gorille historique de 400 kilos » hante l’arrière-plan de presque chaque incident militaire et diplomatique grave impliquant Israël, la Turquie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Irak, la Grèce, l’Arménie,  les Kurdes, les Assyriens, et quelques autres acteurs au Moyen Orient et dans l’Europe du sud-est. C’est un facteur qui est généralement seulement chuchoté dans les réceptions diplomatiques, les conférences d’information et les séances des « think tank », à cause de la nature explosive et controversée du sujet. Et c’est le secret attaché au sujet qui a été la raison de la si grande incompréhension concernant la récente rupture des relations entre Israël et la Turquie, le réchauffement croissant des relations entre Israël et l’Arabie Saoudite, et l’hostilité croissante entre l’Arabie Saoudite et l’Iran…

Bien que connue des historiens et des experts religieux, l’influence politique et économique séculaire d’un groupe connu sous le nom turc de « Dönmeh » ne fait que commencer à apparaître sur les lèvres des Turcs, des Arabes et des Israéliens qui hésitaient à discuter de la présence en Turquie et ailleurs d’une secte de Turcs descendant d’un groupe de Juifs sépharades qui avaient été expulsés d’Espagne par l’Inquisition espagnole aux XVIe et XVIIe siècles. Ces réfugiés juifs d’Espagne furent autorisés à s’établir dans l’Empire ottoman et avec le temps ils se convertirent à une secte mystique de l’islam qui mélangea finalement la Kabbale juive et les croyances semi-mystiques soufies islamiques dans une secte qui finit par soutenir la laïcité dans la Turquie post-ottomane. Il est intéressant de noter que le mot « Dönmeh » ne désigne pas seulement les « convertis douteux » à l’islam en Turquie mais est aussi un mot turc désobligeant désignant un travesti, ou quelqu’un qui prétend être ce qu’il n’est pas.

La secte dönmeh du judaïsme fut fondée au XVIIe siècle par le rabbin Sabbataï Zevi, un kabbaliste qui croyait être le Messie mais qui fut contraint de se convertir à l’islam par le sultan Mehmet IV, le souverain ottoman. Beaucoup des fidèles du rabbin, connus sous le nom de sabbataïstes, mais aussi des « crypto-juifs », proclamèrent publiquement leur foi islamique mais pratiquèrent secrètement leur forme hybride de judaïsme, qui n’était pas reconnue par les principales autorités rabbiniques juives. Parce que c’était contre leurs croyances de se marier en-dehors de leur secte, les Dönmeh créèrent un clan assez secret à l’intérieur de la société.

LES DÖNMEH PRENNENT LE POUVOIR EN TURQUIE

Beaucoup de Dönmeh, avec des Juifs traditionnels, devinrent de puissants dirigeants politiques et commerciaux à Salonique. C’est ce groupe central de Dönmeh qui organisa l’organisation secrète des Jeunes Turcs, également connue sous le nom de Comité pour l’Union et le Progrès, les laïcistes qui déposèrent le sultan ottoman Abdülhamid II lors de la révolution de 1908, proclamèrent la République post-ottomane de Turquie après la Première Guerre mondiale, et qui lancèrent la campagne qui dépouilla la Turquie de la plus grande part de son identité islamique après la chute des Ottomans. Abdülhamid II fut traité de tyran par les Jeunes Turcs, mais il semble que son seul crime ait été de refuser de rencontrer le dirigeant sioniste Theodore Herzl durant une visite à Constantinople en 1901 et de rejeter les propositions financières sionistes et dönmeh en échange d’un contrôle sioniste de Jérusalem.

Comme d’autres dirigeants qui ont croisé le chemin des sionistes, le sultan Abdülhamid II semble avoir scellé son sort avec les Dönmeh avec cette déclaration devant la cour ottomane : « Dites au Dr. Herzl de ne rien faire de plus concernant son projet. Je ne puis abandonner ne serait-ce qu’une poignée de terre de ce pays, car ce n’est pas le mien, il appartient à toute la nation islamique. La nation islamique a fait le djihad pour cette terre et l’a arrosée de son sang. Les Juifs peuvent garder leur argent et leurs millions. Si le Califat islamique est détruit un jour, alors ils pourront prendre la Palestine gratuitement ! Mais tant que je suis vivant, je me passerais une épée à travers le corps plutôt que de voir la terre de Palestine arrachée à l’Etat islamique ». Après son éviction par les Dönmeh Jeunes Turcs d’Atatürk en 1908, Abdülhamid II fut emprisonné dans la citadelle dönmeh de Salonique. Il mourut à Constantinople en 1918, trois ans après qu’Ibn Saoud ait donné son accord pour un foyer juif en Palestine et un an après que Lord Balfour ait accordé la Palestine aux sionistes dans sa lettre au baron Rothschild.

L’un des dirigeants jeunes turcs à Salonique était Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République de Turquie. Quand la Grèce obtint la souveraineté sur Salonique en 1913, beaucoup de Dönmeh, ne parvenant pas à se faire enregistrer comme juifs, allèrent s’établir à Constantinople, plus tard renommée Istanbul. D’autres partirent pour Izmir, Bursa, et pour la capitale nouvellement proclamée d’Atatürk et futur siège du pouvoir de l’Ergenekon, Ankara.

Certains textes suggèrent que les Dönmeh dépassaient le nombre de 150.000 et se trouvaient principalement dans l’armée, l’administration et le commerce. Cependant, d’autres experts suggèrent que les Dönmeh représentaient peut-être 1,5 million de Turcs et étaient encore plus puissants qu’on ne le pensait généralement,  et que leur pouvoir s’étendait à tous les secteurs de la société turque. Un Dönmeh influent, Tevfik Rustu Arak, était un ami proche et un conseiller d’Atatürk et fut le Premier Ministre de la Turquie de 1925 to 1938.

Atatürk, dont on dit qu’il était lui-même un Dönmeh, ordonna que les Turcs abandonnent leurs noms arabo-musulmans. Le nom du premier empereur chrétien de Rome, Constantin, fut effacé de la plus grande ville turque, Constantinople. La ville devint Istanbul, après que le gouvernement d’Atatürk ait rejeté le nom traditionnel en 1923. De nombreux bruits ont circulé sur le nom d’Atatürk lui-même, puisque « Mustapha Kemal Atatürk » était un  pseudonyme. Certains historiens ont suggéré qu’Atatürk adopta ce nom parce qu’il était un descendant de Rabbi Zevi en personne, le Messie autoproclamé des Dönmeh ! Atatürk abolit aussi l’usage de l’écriture arabe en Turquie et força le pays à adopter l’alphabet occidental.

LA TURQUIE MODERNE : UN ETAT SIONISTE SECRET CONTROLE PAR LES DÖNMEH

Les fortes racines juives suspectées d’Atatürk, sur lesquelles toutes les informations furent supprimées pendant des décennies par un gouvernement turc qui interdisait toute critique du fondateur de la Turquie moderne, commencèrent à refaire surface, d’abord en-dehors de la Turquie et dans des publications écrites par des auteurs juifs. Le livre publié en 1973, The Secret Jews, par le rabbin Joachim Prinz, affirme qu’Atatürk et son ministre des finances, Djavid Bey, étaient tous deux des Döhmeh ardents et qu’ils étaient en bonne compagnie, car « trop de jeunes Turcs dans le Cabinet révolutionnaire nouvellement constitué priaient Allah, mais avaient leur propre prophète [Sabbataï Zevi, le Messie de Smyrne] ». Dans The Forward du 28 janvier 1994, Hillel Halkin écrivit dans le New York Sun qu’Atatürk récitait le « Sheema Israël » (« Ecoute, Ô Israël ») juif, disant que c’était « ma prière aussi ». L’information est tirée d’une autobiographie du journaliste Itamar Ben-Avi, qui affirme qu’Atatürk, à cette époque jeune capitaine de l’armée turque, révéla qu’il était juif dans le bar d’un hôtel de Jérusalem lors d’une nuit pluvieuse durant l’hiver 1911. De plus, Ataturk suivit les cours de l’école primaire Semsi Effendi à Salonique, dirigée par un Dönmeh nommé Simon Zevi. Dans l’article du New York Sun, Halkin parla d’un e-mail qu’il avait reçu d’un collègue turc : « Je sais maintenant – je sais (et je n’ai jamais eu le moindre doute) – que la famille du père d’Atatürk était en fait de souche juive ».

C’est l’appui d’Atatürk et des Jeunes Turcs au sionisme, la création d’un foyer juif en Palestine, après la Première Guerre mondiale et durant la domination nazie en Europe, qui fit apprécier la Turquie par Israël et vice-versa. Un article du 8 mai 2007 dans The Forward révéla que les dirigeants turcs,  dominés par les Dönmeh « du président aux principaux diplomates… et une grande partie des élites militaires, culturelles, académiques, économiques et professionnelles de la Turquie », écartèrent la Turquie d’une alliance avec l’Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, et privèrent Hitler de la route turque vers les champs pétrolifères de Bakou. Dans son livre, The Donme: Jewish Converts, Muslim Revolutionaries and Secular Turks, le professeur Marc David Baer écrivit que beaucoup d’entre eux parvinrent à des positions élevées dans les ordres religieux soufis.

Israël a toujours été réticent à décrire le massacre des Arméniens par les Turcs en 1915 comme un « génocide ». On a toujours pensé que la raison de la réticence d’Israël était la crainte de compromettre les liens militaires et diplomatiques étroits entre Israël et la Turquie. Cependant, on découvre toujours plus de preuves que le génocide arménien fut largement l’œuvre des dirigeants dönmeh des Jeunes Turcs. Des historiens comme Ahmed Refik, qui servit comme officier de renseignement dans l’armée ottomane, affirma que c’était le but des Jeunes Turcs de détruire les Arméniens, qui étaient chrétiens pour la plupart. Les Jeunes Turcs, sous la direction d’Ataturk, expulsèrent aussi les chrétiens grecs des villes turques et tentèrent de commettre un génocide à plus petite échelle contre les Assyriens, qui étaient aussi principalement des chrétiens.

Un Jeune Turc de Salonique, Mehmet Talaat, était le dirigeant qui mit en œuvre le génocide des Arméniens et des Assyriens. Un mercenaire vénézuélien qui servit dans l’armée ottomane, Rafael de Nogales Mendez, nota dans ses annales du génocide arménien que Talaat était connu sous le nom de « l’Hébreu renégat de Salonique ». Talaat fut assassiné en Allemagne en 1921 par un Arménien dont toute la famille avait disparu durant le génocide ordonné par l’« Hébreu renégat ». Certains historiens du génocide pensent que les Arméniens, connus comme de bons commerçants, furent ciblés par les Dönmeh doués pour le commerce parce qu’ils étaient considérés comme des rivaux commerciaux.

Ce n’est donc pas le désir de protéger l’alliance israélo-turque qui a poussé Israël à éviter de rechercher les raisons du génocide arménien, mais la connaissance par Israël et les Dönmeh que c’est la direction dönmeh des Jeunes Turcs qui non seulement assassina des centaines de milliers d’Arméniens et d’Assyriens mais qui supprima aussi les coutumes et les habitudes musulmanes traditionnelles de la Turquie. La connaissance que c’est les Dönmeh, dans une alliance naturelle avec les sionistes d’Europe, qui furent les responsables de la mort des chrétiens arméniens et assyriens, de l’expulsion hors de Turquie des chrétiens orthodoxes grecs, et de l’éradication culturelle et religieuse des traditions islamiques turques, aurait fait surgir une nouvelle réalité dans la région. A la place des Chypriotes grecs et turcs vivant sur une île divisée, des Arméniens menant une vendetta contre les Turcs, et des Grecs et des Turcs se querellant pour des territoires, tous les peuples attaqués par les Dönmeh auraient compris qu’ils avaient un ennemi commun qui était leur véritable persécuteur.

LE DEFI AU REGNE DES DÖNMEH : LE COMBAT DE LA TURQUIE CONTRE L’ERGENEKON

C’est la purge contre les fidèles kémalistes d’Atatürk et de son régime dönmeh laïc qui est le motif de l’enquête sur la conspiration de l’Ergenekon en Turquie. La description de l’Ergenekon cadre complètement avec la présence dönmeh dans la hiérarchie diplomatique, militaire, judiciaire, religieuse, politique, académique, commerciale et journalistique de la Turquie. L’Ergenekon tenta de stopper les réformes mises en œuvre par les dirigeants turcs non-dönmeh successifs, incluant la réintroduction des coutumes et rituels islamiques turcs traditionnels, en préparant une série de coups d’Etat, certains réussis comme celui qui déposa le gouvernement islamiste du Refah (Bien Public) du premier Ministre Necmettin Erbakan en 1996 et certains manqués, comme l’OPERATION SLEDGEHEMMER, qui visait à déposer le Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan en 2003. Certains réformistes de tendance islamiste, incluant le Président turc Turgut Ozal et le Premier Ministre Bulent Ecevit, moururent dans des circonstances suspectes. Le Premier Ministre démocratiquement élu Adnan Menderes fut déposé et pendu en 1961, après un coup d’Etat militaire.

Les politiciens et les journalistes américains, dont la connaissance de l’histoire de pays comme la Turquie et l’Empire ottoman précédent est souvent gravement lacunaire, ont dépeint la friction entre le gouvernement d’Israël et le gouvernement turc du Premier Ministre Erdogan comme étant basée sur la dérive de la Turquie vers l’islamisme et le monde arabe. Loin de là, Erdogan et son Parti pour la Justice et le Développement (AKP) semblent avoir finalement trouvé un moyen de se libérer de la domination et de la cruauté des Dönmeh, que ce soit sous la forme des fidèles kémalistes d’Atatürk ou des comploteurs nationalistes de l’Ergenekon. Mais avec le « Jour de l’Indépendance » de la Turquie, le vitriol est venu de la part des Dönmeh et de leurs alliés naturels en Israël et du lobby israélien aux Etats-Unis et en Europe. La Turquie comme membre de l’Union Européenne convenait très bien à l’Europe tant que les Dönmeh demeuraient au pouvoir et permettaient que la richesse de la Turquie soit pillée par les grandes banques, comme cela s’est passé en Grèce.

Quand Israël lança son attaque sanglante contre le vaisseau d’aide turque pour Gaza, le Mavi Marmara, le 31 mai 2010, la raison n’était pas vraiment le passage du navire à travers le blocus israélien de Gaza. La brutalité des Israéliens pour abattre des Turcs désarmés et un citoyen turco-américain, certains à bout portant d’après un rapport de l’ONU, indiquait qu’Israël était motivé par quelque chose d’autre : la vengeance et les représailles après la répression du gouvernement turc contre l’Ergenekon, la purge contre les Dönmeh dans les hauts postes de l’armée et du renseignement turcs, et l’inversion des politiques religieuses et culturelles antimusulmanes instaurées par le fils favori des Dönmeh, Atatürk, quelque quatre-vingt-dix ans plus tôt. En effet, l’attaque israélienne contre le Mavi Marmara était en représailles contre l’emprisonnement par la Turquie de plusieurs haut-gradés militaires, journalistes et académiques turcs, tous accusés de faire partie du complot Ergenekon pour renverser le gouvernement de l’AKP en 2003. Derrière le complot de l’Ergenekon, le fait caché est que les Dönmeh et l’Ergenekon sont liés par toute leur histoire en tant que kémalistes, ardents laïcistes, pro-israéliens et pro-sionistes.

Avec les crises de colère éclatant maintenant entre l’Iran d’un coté et Israël, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis de l’autre, en résultat d’une affirmation douteuse par la police US que l’Iran préparait l’assassinat de l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis sur le sol américain, la relation de longue date, étroite mais secrète, entre Israël et l’Arabie Saoudite arrive maintenant au premier plan. La connexion israélo-saoudienne avait fleuri durant l’OPERATION TEMPÊTE DU DESERT, quand les deux pays furent la cible des missiles Scud de Saddam Hussein.

Partie II

Ce qui surprendra ceux qui ont peut-être déjà été surpris par les liens des  Dönmeh avec la Turquie, c’est les  liens des Dönmeh avec la Maison des Saoud en Arabie Saoudite.

Un rapport top-secret des Mukhabarat irakiens (Directorat du Renseignement Militaire Général), « L’émergence du wahhabisme et ses  racines historiques », daté de  septembre 2002 et publié le 13 mars 2008 par l’Agence américaine de Renseignement pour la Défense [U.S. Defense Intelligence Agency] en traduction anglaise, indique les racines dönmeh du fondateur de la secte wahhabite saoudite de l’islam, Muhammad ibn Abdul Wahhab. Une grande partie des informations sont tirées des mémoires d’un « Mr. Humfer » (ainsi orthographié dans le rapport de la DIA, mais orthographié « Mr. Hempher » dans les archives historiques), un espion britannique qui utilisait le nom de « Mohammad », et qui était soi-disant un Azéri parlant le turc, le persan et l’arabe et qui prit contact avec Wahhab au milieu du XVIIIe siècle avec l’idée de créer une secte de l’islam qui provoquerait finalement une révolte arabe contre les Ottomans et qui préparerait la voie pour l’introduction d’un Etat juif en Palestine.  Les mémoires de Humfer sont citées par l’auteur et amiral ottoman Ayyub Sabri  Pacha dans son ouvrage de 1888, The Beginning and Spreading of Wahhabism.

Dans son livre The Dönmeh Jews, D. Mustafa Turan écrit que le grand-père de Wahhab, Tjen Sulayman, était en fait Tjen Shulman, un membre de la communauté juive de Bassora en Irak. Le rapport des Renseignements irakiens dit aussi que dans son livre, The Dönmeh Jews and the Origin of the Saudi Wahhabis, Rifat Salim Kabar révèle que Shulman s’établit finalement dans le Hedjaz, dans le village de al-Ayniyah dans ce qui est aujourd’hui l’Arabie Saoudite, où son petit-fils fonda la secte wahhabite de l’islam. Le rapport des Renseignements irakiens dit que Shulman avait été banni de Damas, Le Caire et La Mecque à cause de son « charlatanisme ». Dans le village, Shulman engendra Abdul Wahhab. Le fils d’Abdul Wahhab, Muhammad, fonda le wahhabisme moderne.

Le rapport irakien fait aussi quelques affirmations stupéfiantes sur la famille des Saoud. Il cite le livre d’Abdul Wahhab Ibrahim al-Shammari, The Wahhabi Movement: The Truth and Roots, qui dit que le roi Abdul Aziz Ibn Saoud, le premier monarque du Royaume d’Arabie Saoudite, descendait de Mordechai ben Ibrahim ben Moishe, un marchand juif également originaire de Bassora. Dans le Nedjd, Moishe rejoignit la tribu des Aniza et changea son nom en Markhan ben Ibrahim ben Moussa. Finalement, Mordechai maria son fils, Jack Dan, qui devint Al-Qarn, à une femme de la tribu des Anzah du Nedjd. De cette union naquit la future famille Saoud.

Le document des renseignements irakiens révèle que le chercheur Mohammad Sakher fut l’objet d’un contrat de meurtre des Saoudites à cause de ses recherches sur les racines juives des Saoud. Dans le livre de Said Nasir, The History of the Saud Family, il est affirmé qu’en 1943, l’ambassadeur saoudite en Egypte, Abdullah ben Ibrahim al Muffadal, paya Muhammad al Tamami pour forger un arbre généalogique montrant que les Saoud et les Wahhab étaient une seule famille qui descendait directement du Prophète Mahomet.

Au commencement de la Première Guerre mondiale, un officier britannique juif d’Inde, David Shakespeare, rencontra Ibn Saoud à Riyad et conduisit plus tard une armée saoudite qui vainquit une tribu opposée à Ibn Saoud. En 1915, Ibn Saoud rencontra l’envoyé britannique dans la région du Golfe, Bracey Cocas. Cocas fit la proposition suivante à Ibn Saoud : « Je pense que c’est une garantie de votre durabilité autant que c’est dans l’intérêt de la Grande-Bretagne que les Juifs aient un foyer national et une existence [nationale], et les intérêts de la Grande-Bretagne sont, par tous les moyens, dans votre intérêt ». Ibn Saoud, le descendant des Dönmeh de Bassora, répondit : « Oui, si mon acceptation est si importante pour vous, j’accepte mille fois d’accorder un foyer national aux Juifs en Palestine ou ailleurs qu’en Palestine ». Deux ans plus tard, le Secrétaire britannique aux Affaires Etrangères Lord Balfour, dans une lettre au baron Walter Rothschild, un dirigeant des sionistes britanniques, déclara : « Le gouvernement de Sa Majesté regarde avec faveur l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif… ». Le pacte avait l’appui tacite de deux des acteurs majeurs de la région, tous deux descendants des Juifs dönmeh qui soutenaient la cause sioniste, Kemal Atatürk et  Ibn Saud. La présente situation au Moyen Orient devrait être vue sous ce jour, mais pour des raisons évidentes l’histoire de la région a été expurgée par certains intérêts religieux et politiques.

Après la Première Guerre mondiale, les Britanniques facilitèrent l’arrivée au pouvoir du régime des Saoud dans les anciennes provinces du Hedjaz et du Nedjd de l’Empire ottoman. Les Saoud établirent le wahhabisme comme la religion d’Etat du nouveau Royaume d’Arabie Saoudite et, comme les Dönmeh kémalistes en Turquie, commencèrent à s’opposer à d’autres croyances et sectes islamiques, incluant les sunnites et les chiites. Les Saoud wahhabites accomplirent ce que les Dönmeh kémalistes avaient réussi à accomplir en Turquie : un Moyen Orient fracturé qui était mûr pour les desseins impérialistes occidentaux, et firent le travail préparatoire pour la création de l’Etat sioniste d’Israël.

Etats profonds et Dönmeh

Durant deux visites en Turquie en 2010, j’eus l’occasion de discuter de l’« Etat profond » [appareil clandestin] de l’Ergenekon avec d’importants officiels turcs. Il était plus qu’évident que des discussions sur le réseau de l’Ergenekon et ses connexions « étrangères » sont un sujet hautement sensible. Cependant, un important officiel turc des Affaires étrangères me glissa aussi qu’il y avait d’autres « Etats profonds » dans les nations voisines, et les noms de l’Egypte, de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie et de la Syrie furent mentionnés. Au vu des liens entre l’Ergenekon et les Dönmeh en Turquie et des liens étroits dans le domaine militaire et dans celui du renseignement entre les Saoud descendants des Dönmeh et les wahhabites en Arabie, les rapports évoquant des liens étroits entre l’ex-président égyptien Hosni Moubarak et son chef des renseignements Omar Suleiman et le gouvernement de Binyamin Netanyahu en Israël peuvent être vus sous un jour entièrement nouveau… Et cela expliquerait le soutien d’Erdogan à la révolution égyptienne : en Turquie, c’est une révolution démocratique qui réfréna l’influence des Dönmeh. L’influence des salafistes wahhabites dans le nouveau gouvernement de la Lybie explique aussi qu’Erdogan avait hâte d’établir des relations avec les rebelles basé à Benghazi – pour aider à supplanter l’influence des wahhabites, les alliés naturels de ses ennemis, les Dönmeh (l’Ergenekon) de Turquie.

Le désir d’Erdogan de remettre les pendules à l’heure en restaurant l’histoire expurgée par les kémalistes et les Dönmeh lui a valu des déclarations au vitriol de la part du gouvernement d’Israël, comme quoi il serait un néo-ottomaniste qui aurait l’intention de former une alliance avec les Frères Musulmans dans les pays arabes. Il est clair que les Döhmeh et leurs frères sionistes en Israël et ailleurs craignent que le révisionnisme historique dönmeh et sioniste, incluant leur rôle dans le génocide des Arméniens et des Assyriens, et leur négation du génocide, soient révélés.

En Egypte, qui était autrefois un royaume ottoman, c’est une révolution populaire qui chassa ce qui pourrait être l’équivalent des Dönmeh concernant le régime Moubarak. Le « Printemps arabe » égyptien explique aussi pourquoi les Israéliens se hâtèrent de tuer six policiers égyptiens peu après que neuf passagers turcs aient été tués à bord du Mavi Marmara, certains quasiment exécutés, par des soldats israéliens. La doctrine dönmeh est remplie de références aux Amalécites de l’Ancien Testament, une tribu nomade qui fut attaquée par les Hébreux d’Egypte sur l’ordre du Dieu juif, pour faire place aux partisans de Moïse dans la région sud de la Palestine. Dans le Livre des Juges, Dieu ordonne sans succès à Saül : « Maintenant va et frappe Amalek et voue à la destruction tout ce qu’ils ont. Ne les épargne pas, mais tue les hommes, les femmes et les enfants, les bœufs et les moutons, les chameaux et les ânes ». Les Dönmeh, dont la doctrine est aussi présente dans la secte hassidique et dans d’autres sectes orthodoxes du judaïsme, semblent n’avoir aucune difficulté à remplacer les Amalécites par les Arméniens, les Assyriens, les Turcs, les Kurdes, les Egyptiens, les Irakiens, les Libanais, les Iraniens et les Palestiniens pour mener leurs agressions militaires et leurs pogroms.

Avec des gouvernements réformistes en Turquie et en Egypte beaucoup plus désireux d’examiner le passé de ceux qui ont divisé le monde islamique, Atatürk en Turquie et Moubarak en Egypte, les Saoud sont probablement tout à fait conscients que c’est seulement une question de temps avant que leurs liens, à la fois modernes et historiques, avec Israël soient pleinement révélés. Ceci explique que les Saoud aient réussi à mettre en œuvre un complot douteux impliquant des agents du gouvernement iranien pour tenter d’assassiner l’ambassadeur saoudite à Washington, dans un restaurant non-nommé de Washington D.C. Le rapport des renseignements irakiens aurait pu faire allusion aux sionistes et aux Dönmeh lorsqu’il déclarait : « cela vise… [au] meurtre des musulmans, à la destruction, et à favoriser l’agitation ». En fait, le rapport des renseignements irakiens parlait des wahhabites.

Une liberté nouvelle existant en Turquie et en Egypte pour examiner leur passé, Israël et ses partisans, ainsi que les Saoud, ont des raisons supplémentaires de dissimuler la véritable histoire de l’Empire ottoman, de la Turquie laïque, des origines d’Israël, et de la Maison des Saoud. Divers acteurs recherchant maintenant la guerre avec l’Iran, la vraie histoire des Dönmeh et leur influence sur des événements passés et actuels au Moyen Orient devient plus importante.

NDT :

T. E. Lawrence (plus connu sous le nom de « Lawrence d’Arabie ») décrivit le mouvement Jeune Turc comme étant « 50% crypto-juif et 95% franc-maçon ».

D’autres auteurs confirment cela :

« Ils [Les Dönmeh] ont fourni de nombreux membres à l’intelligentsia des Jeunes Turcs… Ils ont joué un rôle important dans les débuts du Comité Union et Progrès, organisation du mouvement Jeune Turc qui eut son origine à Salonique… » (Gershom Sholem, Le messianisme juif, 1971)

« Il est intéressant de rappeler que les trois principaux membres du gouvernement ‘Jeune Turc’ – Enver Pacha, Talaat Pacha, et Essad Pacha – étaient trois Juifs d’origine dont les familles avaient été ‘converties’ à l’islam. » (Savitri Devi, Souvenirs et réflexions d’une Aryenne, 1976)
http://www.counter-currents.com/2012/04/les-donmeh-le-secret-le-plus-chuchote-du-moyen-orient/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    13/7/2013, 02:54



sources données en fin d'article

(source retrouvée, site avec tout et n'importe quoi...Bref ça me rappel mon parcours Wink )
http://gnosticliberationfront.com/The_Donmeh.htm

http://www.strategic-culture.org/news/2011/10/25/the-doenmeh-the-middle-easts-most-whispered-secret-part-i.html

http://www.strategic-culture.org/news/2011/10/26/the-doenmeh-the-middle-easts-most-whispered-secret-part-ii.html

_________________________
Bonus
http://www.strategic-culture.org/authors/wayne-madsen.html

Cryptarchie Dönmeh et Turquie moderne
http://www.geopolintel.fr/article526.html

Turquie : Grands procès et épuration de l’Armée kémaliste… L’AKP en sourde lutte contre la cryptarchie dönmeh
http://www.geopolintel.fr/article532.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    13/7/2013, 11:48

Biographie de Sabbataï Tsevi par Gilles Veinstein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    16/7/2013, 23:26

Citation :
jeudi 11 juillet 2013
Elle se réveille au moment où on va lui prélever des organes !

Encore une révélation sur les méfaits des médecins américains par Mike Adams...
Je l'avais déjà dit, ne pas donner ni recevoir d'organes de quelqu'un d'autre. En recevoir signifie acquérir le psychisme du receveur.


L'horreur : une patiente se réveille dans un hôpital de New York entourée de médecins essayant de prélever ses organes pour tirer profit des transplantations



(NaturalNews) J'ai prévenu plusieurs fois les lecteurs de NaturalNews à ce sujet depuis 10 ans : NE devenez PAS donneur d'organes ! Bien que vous puissiez en aider d'autres par bonté de cœur (littéralement), la sinistre vérité est que des médecins ici aux USA prélèvent systématiquement les organes de patients VIVANTS.

Et en voici une preuve supplémentaire. Vous allez trouver cette histoire vraie stupéfiante.



Se réveiller sur une table de prélèvement d'organes...

Une femme nommée Colleen Burns a récemment ouvert les yeux en se retrouvant sur une table d'opération d'un hôpital de Syracuse (état de NY). Regardant autour d'elle, elle remarque qu'elle est le sujet d'une opération. Il s'avère que des médecins étaient sur le point de prélever ses organes et de les envoyer à d'autres chirurgiens qui les attendaient pour réaliser une transplantation sur d'autres patients.

Ce n'est pas une fiction. Cela a été rapporté par ABC News et plusieurs autres sources d'information. Cela s'est vraiment passé.

Et de quelle manière est-ce arrivé ? Les médecins ont faussement prononcé sa mort en déclarant frauduleusement qu'elle avait succombé à un "arrêt cardiopulmonaire" et à un "dommage cérébral irréversible". Ce qui leur a donné une justification médicale pour commencer à ouvrir alors même que le cœur de la femme battait encore.



C'est un sacré truc sur les dons d'organes : les médecins n'attendent pas que vous soyez réellement mort. Au moins pas selon la définition normale de "mort".

Vous voyez, vous et moi pensons que "mort" signifie que le cœur ne bat plus, que le cerveau ne fonctionne pas et que vous êtes sans vie. Mais les hôpitaux – qui génèrent d'immenses profits avec le trafic de transplantations d'organes – sont très motivés à vous déclarer "cliniquement mort" longtemps avant que vous ne le soyez vraiment.

Ils peuvent en fait vous déclarer "mort" même lorsque votre cœur bat encore et que vous avez toujours une activité cérébrale. Et ils le font souvent. Voilà comment bon nombre de prélèvements d'organes sont pratiqués en réalité en Amérique : des patients au seuil de la mort (mais pas vraiment morts) sont simplement "déclarés" morts, puis leurs organes sont rapidement enlevés, les tuant pour de bon.

C'est un crime qui se passe tous les jours en Amérique, où les hôpitaux ont été pris à maintes reprises sur le fait de participer à un trafic d'organes au marché noir.



Une industrie de plusieurs milliards de dollars

Le trafic d'organes est une industrie de plusieurs milliards de dollars. Des gens riches autour du monde sont toujours dans l'attente de nouveaux reins, de nouveaux foies, de nouveaux cœurs et d'autres parties du corps.


Et devinez qui gagne des sous sur toutes ces transplantations d'organes ? Les médecins, les hôpitaux et les sociétés pharmaceutiques, bien sûr. Les transplantations d'organes sont une industrie immensément profitable – largement parce qu'ils obtiennent gratuitement les organes. L'entourage des patients qui sont tués par ces médecins ne reçoit jamais d'argent pour les organes. Le fait que les patients fassent un "don" signifie en réalité qu'ils font don d'organes de très grande valeur pour un système de profit qui va tirer potentiellement des millions de dollars des organes d'un seul donneur.

Alors tandis que le patient donneur est assassiné pour ses organes, les médecins démarrent l'enlèvement et la transplantation des organes et s'enrichissent. Les receveurs de transplantations et les sociétés d'assurance santé paient très cher pour la chirurgie de transplantation et les profits se poursuivent parce que les receveurs doivent aussi payer pour des médicaments anti-rejet au long cours, tous à un prix fixé par monopole (bien sûr).


La vérité doit être dite, l'industrie de la transplantation d'organes n'est qu'une histoire de fric à tout prix. C'est un meurtre de patients, qui auraient pu autrement survivre, dans le but de prendre leurs organes et de gagner des millions de dollars en les transplantant chez d'autres patients...patients qui n'ont habituellement que quelques mois à vivre même après la transplantation.

Les organes transplantés sont souvent en mauvais état ou infectés

Voici un autre vilain piège que l'industrie de transplantation d'organes ne vous dira jamais : les organes qui sont transplantés chez d'autres patients sont souvent définitivement en mauvais état et très infectés.


Pour une autre preuve à ce sujet, prenons le cas de Colleen Burns, mentionnée ci-dessus. Elle a tenté de se suicider en prenant un mélange de médicaments. Selon les médecins, ce cocktail toxique de produits chimiques était fatal, et il l'a tuée (ils ont prononcé sa mort).

En même temps, ils ont insisté pourtant sur le fait que ses organes étaient suffisamment sains pour être transplantés sur un autre patient ! C'est pourquoi ils ont presque commencé à les prélever.

En d'autres mots, même les organes que les médecins jugent lourdement endommagés par des cocktails chimiques seront quand même transplantés chez d'autres patients ! (c'est 100 % exact).

Mais c'est encore pire que ça...

Les organes transplantés sont souvent truffés de maladies : hépatite, virus à discrétion, maladie de la vache folle (pareil pour les transfusion sanguine il est impossible de filtrer le sang pour éviter à 100% les prions MCJ/ESB) et pire

Il n'y a effectivement aucune norme de qualité dans l'industrie de la transplantation d'organes. Si l'organe fonctionne toujours d'une manière ou d'une autre, il est "assez bon" pour être collé sur un patient même si cet organe peut en réalité le tuer.


L'une des raisons pour lesquelles les patients transplantés meurent souvent si rapidement après avoir reçu un transplant est que les organes qu'ils reçoivent sont des bombes de maladies à retardement.

Introduire un cœur ou un rein malade dans le corps de quelqu'un, par exemple, peut soudain infecter cette personne avec des centaines ou même des milliers de virus et de maladies transmises par le sang qui submergent leur système immunitaire affaibli. C'est encore aggravé par les médicaments anti-rejet qui, par définition, entraînent une suppression extrême de la fonction immunitaire.


Donc au moment exact où de nouvelles maladies sont introduites dans le corps du receveur d'organes, leur système immunitaire est ébranlé par les médicaments anti-rejet. C'est sans surprise la recette des catastrophes et une raison pour laquelle tant de patients meurent si vite après réception des organes d'un "donneur".

Un vétéran de la guerre d'Irak tué par une transplantation de poumons atteints de cancer

En exemple de ce que je viens de décrire, en 2009, un vétéran de la guerre d'Irak nommé Matthew Millington a reçu une transplantation d'un poumon qui était atteint d'un cancer à évolution rapide.


Il n'est pas étonnant qu'il soit mort moins de 10 mois après. Les médecins et chirurgiens de sa transplantation l'ont-ils remboursé pour ce travail bâclé ? Bien sûr que non ! Les transplantations d'organes ne sont pas garanties et on vous donne un organe malade, endommagé ou largement infecté qui va vous tuer. (Mais vous allez quand même payer!)

Il y a en gros 100.000 personnes aujourd'hui en attente de transplantations d'organes aux USA. Mais il n'existe qu'un petit nombre d'organes disponible dans une année donnée, les médecins sont donc sous une intense pression pour 1) prélever des organes de gens qui ne sont pas encore morts, et 2) utiliser N'IMPORTE QUEL organe qu'ils peuvent trouver, même des organes atteints de maladies.

De nouveau, ce sont les sales petits secrets de l'industrie de la transplantation d'organes dont aucun médecin ne vous parlera. Attendez-vous à n'entendre que des dénégations si vous posez une question aux médecins transplanteurs.

Il est nécessaire que davantage de donneurs sains meurent subitement


L'autre handicap auquel fait face l'industrie de la transplantation est que les gens sains qui prennent soin de leur corps grâce à la nutrition et à l'exercice physique n'ont pas tendance à mourir très souvent. Le type de personne à mourir plus probable (et donc plus propice à donner des organes) sont les alcooliques, les accro à la drogue, les obèses et les malades en général. Alors voilà le genre d'organe rendu disponible pour la transplantation : de méchants foies "graisseux" et des poumons cancéreux, par exemple.


Idéalement, l'industrie de transplantation aimerait voir beaucoup de jeunes en bonne santé décapités dans des exercices militaires ou des accidents d'automobile. Cela fournirait un approvisionnement frais d'organes sains qui vaudrait le coup. En Chine, bien sûr, c'est pourquoi les membres du Falun Gong sont habituellement arrêtés et emprisonnés : ils suivent des régimes très sains et ont donc des organes de grande qualité qui peuvent être prélevés avec profit sur les prisonniers politiques.
( http://www.dailymotion.com/video/xsvthn_l-injection-mortelle-de-wang-lijun-au-dela-de-la-moralite_news )


Pratiquer l'arrestation de gens, les emprisonner et parfois les tuer pour leurs organes est bien plus répandu que vous ne l'imaginez. Comment supposez-vous que Steve Jobs a obtenu un nouveau foie si rapidement, alors que des milliers d'autres gens en attendaient un ? Il l'a acheté. Tiens, pensez-vous vraiment que Steve Jobs soit resté en file d'attente comme tous les autres et qu'un foie soit apparu magiquement beaucoup plus vite que pour quelqu'un d'autre ?

Consentement présumé

Il existe une offensive mondiale pour prélever les organes de quiconque n'exprime pas explicitement son refus. Ces lois sont appelées lois de "consentement présumé" et elles n'existent que pour fournir un approvisionnement en organes humains frais qui vont générer des milliards de dollars de profit pour une industrie psychopathe à l'esprit criminel.

Comme l'explique un article du Journal Médical britannique de 2011, ces lois de consentement présumé signifient que des médecins peuvent commencer à prélever les organes de votre femme, de vos enfants ou d'autres proches sans même demander la permission aux membres de la famille !

Comme l'explique cet article :

Le consentement présumé est connu autrement comme système de "dérogation" et signifie que sans le souhait express exprimé de ne pas être donneur d'organes, on suppose qu'il y a consentement. Ce peut être dans le détail connu comme une "dérogation à la dure" où la famille n'est pas consultée.

Il existe même un site web à ce sujet – PresumedConsent.org – qui emploie un beau langage fleuri et une imagerie bien pensante pour cacher le fait de pousser les médecins à prononcer davantage de "mort" de patients et à prendre leurs organes pour assurer chaque année des millions supplémentaires de dollars à l'industrie de la transplantation.

Nous parlons ici d'un prélèvement coercitif d'organes pour alimenter le trafic.

Pensez-y la prochaine fois qu'on veut vous faire remplir un papier où est écrit, "Voulez-vous être donneur d'organes ?"

Vous n'avez qu'à répondre : "Non merci. Je préfère que les médecins essaient en fait de me garder en vie".

Ne donnez aux médecins aucune incitation à vous tuer. Ils tuent déjà assez de malades sans le faire exprès.

Croyez-moi : dites NON au don d'organe. Si vous voulez vraiment aider les gens, apprenez-leur à protéger les organes que Dieu leur a déjà donné grâce aux super-aliments, la nutrition, l'exercice et la vie saine.

Source
http://www.naturalnews.com/041152_transplant_patients_organ_harvesting_presumed_consent.html
Traduit par le BBB.
par Hélios



Rappel
voir l'émission " Santé - Découverte - Transfusions sanguines inutiles"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    3/9/2013, 23:23



Salutation,

Page 1 "Lun 15 Août - 23:59"
nonwo a écrit:
De deux choses l'une:

-soit la création de l’ordre des Jésuites a pour but la destruction de l’église catholique par la profusion de sectes et la division.

-soit c'est une infiltration en bonne et due forme afin de contrôler l'autorité religieuse chrétienne.

Le reste n'est que littérature.

L’ordre des jésuites


Officiellement, L’ordre jésuite, ou La Compagnie de Jésus — abrégée s.j. : Societas Jesu — est une congrégation fondée par Ignace de Loyola et approuvée en 1540. On appelle ses membres les Jésuites. C’est l’un des trois ordres religieux numériquement les plus importants de l’Église catholique, avec 19 200 membres en 2007. Son actuel supérieur général est Adolfo Nicolás.

Les Jésuites peuvent être prêtres, frères ou étudiants (appelés également « scolastiques »). Comme les autres religieux catholiques, ils professent les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance à leur supérieur, après leurs deux années de noviciat. Ils prononcent aussi un vœu qui leur est propre : l’obéissance au pape.

(d’après wikipédia)

Mais qu’en est-il réellement ? Pour beaucoup, il s’agit bien de la confrérie qui dirigent toutes les autres, avec à sa tête, le nommé pape noir, donnant directement ses ordres au pape, se gardant bien de trop apparaitre en public. Les chercheurs dits conspirationnistes ont tendance à souvent passer outre cet ordre. Il s’agit effectivement d’un des plus opaques, et l’information à son sujet est vraiment sous le sceau du secret. Historiquement, on sait qu’on leur doit tout de même un certains nombre de systême de notre société moderne, comme par exemple, les services secrets jésuites, sur lesquel beaucoup de gouvernement calqueront le fonctionnement, les plus proches dans la méthodologie de terrain étant surement les SS, le Soleil Noir.



Confessions de l’évêque Gérard Bouffard

L’ancien Evêque du Guatemala déclare que les Jésuites contrôlent le Vatican et sont les véritables contrôleurs spirituels du Nouvel Ordre Mondial.

.....


nonwo a écrit:
Greg Szymanski


Greg a aussi sa propre émission quotidienne sur Genesis Communications Network. Aller à www.gcnlive.com Greg Szymanski est un journaliste indépendant d’investigations et ses articles peuvent ont été vus à www.LewisNews.com. Il écrit aussi pour son propre site www.arcticbeacon.com

http://www.arcticbeacon.com/25-Sept-2006.html

Traduit par Oscar Blais


http://www.conspipedia.fr/?page_id=1428



GERARD BOUFFARD....Menteur, megalo & parano

Question:
Greg Szymanski* est-il un si grand journaliste pour ne pas savoir constater les incohérences d'un CV à la Rachida Dati puissance chutzpah ? Ou aime t-il se qui lui tombe dans le bec comme son ami de la théorie du complot jésuite J.Phelps ???? (auteur de Vatican Assassins )

*(le même avait aussi parlé du "LUCIFER" télescope (caméra thermique) et du Vatican)

Le plus beau étant cette phrase:

Citation :
« Je sais de bonne source que le Vatican contrôle et dirige tout ce qui se passe en Israël avec l’intention de détruire les juifs, » a dit l’Evêque Bouffard,
"Le reste n'est que littérature." bis


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    8/12/2013, 09:41



Dernière édition par c.isme le 11/2/2014, 01:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2481
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    13/12/2013, 20:00

Pour une meilleure accessibilité du topic dans le moteur de recherche,j'ai ajouté au titre ce qui suit avec des parenthèses "(maçonnerie marrane donmeh etc...)" sans retoucher ce qui précède.

J'espère que cela conviendra à tout le monde,sinon faites moi signe par MP.

Félicitations au passage à nonwo pour ce remarquable topic,ainsi qu'à ceux (c.isme, Bardamu) qui y ont apporté du bon Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    18/9/2014, 10:37

L’histoire du cartel pharmaceutique :


15 mai 1911

La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de cette décision.

1913

Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée « philanthropie » : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux États-Unis. La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont devenues les missionnaires d’une nouvelle race d’entreprises: les fabricants de médicaments synthétiques brevetés.

C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Il devient vite évident que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et qu’elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être brevetées.

Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel: les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. L’élimination de la concurrence indésirable des micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour le commerce pharmaceutique.

1918

La Fondation Rockefeller profite de l’épidémie de grippe espagnole et utilise les médias pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments qui échappent à ses brevets. Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-Unis, la plupart des hôpitaux et l’American Medical Association deviennent des pions sur l’échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l’ensemble du secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques.

Déguisée en « Mère Theresa », la Fondation Rockefeller sert également à conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire pétrochimique au cours des précédentes décennies.

1925

De l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimicopharmaceutique est créé pour s’opposer à la conquête du marché mondial des médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

29 novembre 1929

Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de diviser le monde en sphères d’intérêt. Cette pratique est exactement celle pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust avait divisé les États-Unis en « zones d’intérêt ».

1932 – 1933

Le cartel I.G. Farben, tout aussi insatiable, décide de ne plus s’en tenir aux limites fixées en 1929. Ses dirigeants décident d’apporter leur soutien à un politicien allemand qui leur promet de conquérir le monde par la force des armes. Grâce aux millions de dollars investis en campagnes électorales, ce politicien prend le pouvoir en Allemagne, transforme la démocratie allemande en dictature et tiendra sa promesse de lancer une guerre de conquête. La deuxième guerre mondiale allait bientôt commencer.

Dans chaque pays envahi par l’armée d’Hitler, les premières actions consistent à piller les industries chimiques, pétrochimiques et pharmaceutiques et à les intégrer gratuitement à l’empire I.G. Farben.

1940

Création par Pétain de l’Odre des médecins.

1941

Suppression du diplôme d’herboriste par Pétain. Création du Groupement National Interprofessionnel des Semences par Pétain. Création du Service de Protection des Plantes (Police des plantes) par Pétain.

1942

Création du Comité Technique Permanent de la Sélection par Pétain.

1942 – 1945

Pour renforcer sa domination mondiale des médicaments brevetés, le cartel I.G. Farben teste ses substances pharmaceutiques brevetées sur les prisonniers des camps de concentration à Auschwitz, Dachau, etc. Les paiements de ces études inhumaines sont directement transférés des comptes bancaires de Bayer, Hoechst et BASF sur les comptes bancaires de la SS, organisation militaire responsable des camps de concentration.

1945

Création en France de la Sécurité sociale. Création de l’Ordre des pharmaciens par le gouvernement provisoire. Le plan d’I.G. Farben pour dominer les marchés mondiaux du pétrole et des médicaments a échoué. Les forces alliées ont gagné la guerre. Mais ce conflit a coûté la vie à un nombre colossal de soldats américains et alliés. Pourtant les récompenses des forces alliées sont bien maigres comparées à d’autres. Les actions industrielles des perdants, I.G. Farben inclus, sont absorbées par le trust Rockefeller (U.S.A.) et Rothschild/ J.P. Morgan (R.U.).

1947

Le tribunal de Nuremberg a jugé 24 directeurs de Bayer, BASF, Hoechst et d’autres responsables du cartel I.G. Farben pour crimes contre l’humanité. Les chefs d’accusation incluaient: organisation de guerre d’agression, institution de l’esclavage, massacres collectifs. Au cours de son réquisitoire, le procureur général Telford Taylor (USA) a résumé les faits commis par ces entreprises criminelles : « Sans I.G. Farben, la deuxième guerre mondiale n’aurait pas été possible ». Il est étonnant de constater que les plus faibles sentences du tribunal de Nuremberg ont été prononcées contre les vrais responsables des 60 millions de victimes de la deuxième guerre mondiale – les cadres supérieurs d’I.G. Farben. Même ceux qui étaient directement responsables des crimes commis à I.G. Auschwitz n’ont été condamnés qu’à un maximum de douze années d’emprisonnement. Surpris ? Vous ne devriez pas l’être.

En 1944, Nelson Rockefeller faisait déjà partie de la direction exécutive du gouvernement américain. Débutant comme sous- secrétaire d’État, il est devenu en quelques années conseiller spécial du Président Truman pour les Affaires spéciales. En d’autres termes, à chaque situation critique de l’histoire du vingtième siècle, les intérêts du conglomérat Rockefeller avaient déjà un rôle déterminant dans les décisions prises au plus haut niveau. Ils ont façonné le monde de l’après-guerre et organisé la distribution de ses richesses. Ainsi, si l’on tient compte de l’influence du Département d’État américain, les sentences prononcées à Nuremberg contre les directeurs d’I.G. Farben trouvent une explication évidente. Outre la prise de contrôle des opérations industrielles d’I.G. Farben, et donc de leurs activités sur les marchés mondiaux du pétrole et des médicaments, Nelson Rockefeller s’est assuré que les vrais coupables ne seraient pas pendus. En effet, comme nous le verrons, il allait avoir besoin d’eux.

1949

La République Fédérale d’Allemagne est fondée. Pour la première fois dans l’histoire du monde, la constitution d’une nation industrialisée pouvaient être planifiées et modélisées comme une forteresse spécifiquement adaptée aux intérêts du commerce pharmaceutique, une base transatlantique pour soutenir les projets commerciaux de Rockefeller. Après seulement quelques années, les directeurs d’I.G. Farben jugés à Nuremberg sortent de prison et retrouvent leurs positions précédentes pour gérer les intérêts de Rockefeller. Fritz Ter Meer, par exemple, condamné à douze ans de prison pour ses crimes à Auschwitz, est redevenu en 1963 Président du conseil de Bayer, la plus grande entreprise pharmaceutique multinationale d’Allemagne !

1945 – 1949

Le rôle des frères Rockefeller ne se limite pas au contrôle des monopoles mondiaux du pétrole et des médicaments. Ils doivent aussi créer une plateforme politique pour supporter la croissance de leurs entreprises. Sous leur influence, les Nations Unies sont créées en 1945, à San Francisco. Pour prendre le contrôle politique du monde de l’après-guerre, trois pays – tous leaders de l’exportation de produits pharmaceutiques – prennent toutes les décisions, les 200 autres sont transformées en simples observateurs.

Alors qu’elles ont été créées dans le but de servir le bien-être des peuples du monde, les diverses organisations de l’ONU, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), deviennent rapidement les agences politiques défendant les intérêts des industriels du pétrole et des produits pharmaceutiques.

1963

Au nom des intérêts des Rockefeller, le gouvernement de la république pharmaceutique bananière d’Allemagne a été le pionnier d’une des initiatives les plus tristement célèbres des Nations Unies. Sous prétexte de protection des consommateurs, il a mené pendant quarante ans une croisade visant à faire disparaître toutes les thérapies à base de vitamines et autres approches naturelles inbrevetables dans tous les pays membres des Nations Unies.

L’objectif consistait simplement à éliminer toute forme de concurrence pour garantir la croissance multimilliardaire des fabricants de médicaments brevetés. Le plan était simple : reproduire à l’échelle mondiale ce qui avait été réalisé en Amérique pendant les années 1920 : un monopole complet des produits de santé contrôlé par les fabricants de produits pharmaceutiques brevetés.

Comme le marché pharmaceutique dépend de l’existence continue des maladies, ces produits de synthèse ne sont pas destinés à prévenir, guérir ou éliminer les maladies. L’objectif de cette stratégie globale est de transformer la santé de milliards de personnes en un monopole commercial grâce à des pilules qui couvrent les symptômes sans toucher aux causes réelles des maladies. Empêcher des milliards de personnes d’accéder à des informations vitales sur les avantages pour la santé des méthodes naturelles et simultanément développer un monopole basé sur des produits synthétiques largement inefficaces et fréquemment toxiques a provoqué des maladies et des décès dans les proportions d’un véritable génocide. Cette épidémie de handicaps et de morts inutiles, propagée par le commerce pharmaceutique avec la maladie, ne peut être comparée à aucun autre événement historique.

Linus Pauling et d’autres scientifiques éminents ont le mérite d’avoir maintenu ouvertes les portes de la connaissance sur les avantages réels des vitamines et d’autres approches médicales naturelles et efficaces. Sans eux, nous vivrions déjà dans une prison de pseudo santé, surveillés par les gardiens du commerce pharmaceutique avec la maladie, vigilants dans la médecine, la politique et les médias.

1990 – 1992

Les déficiences en micronutriments sont la cause principale des maladies. Elles incluent les troubles cardiovasculaires, l’hypertension, les problèmes circulatoires liés au diabète, le cancer et même des déficiences immunitaires, le sida inclus.

2007

Lois anti-tabac dans 193 pays, grâce à l’OMS.

2008

Loi OGM dans toute l’Europe.

2009

Entrée en vigueur du Codex Alimentarius

source: nos libertés .org
http://www.informaction.info/iframe-lhistoire-du-cartel-pharmaceutique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2481
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    23/8/2015, 19:55

Bardamu a écrit:
Un post essentiel Paralleye Bien Ils font un vrai travail utile sur noslibertés.org, site à mettre dans ses favoris, j'en fais une sauvegarde d'ailleurs...

http://www.noslibertes.org/

Par rapport à ce vieux message de ta part Bardamu, cela fait maintenant un bon bout de temps que le site "nos.libertés.org" a été censuré... le lien actuel renvoie sur une chinoiserie absurde qui n'a plus rien à voir.

Ce fut une perte très dommageable que celle-là.

Si par chance tu as encore à disposition une archive du site n'hésite pas (quand tu auras le temps bien sûr) à l'envoyer merci Smile.

Concernant le post dont il est question (intitulé "l'empereur David Rockefeller") montrant les magouilles et les implications criminelles un peu partout de cette crapule satanique, les images avaient sautées depuis un bon bout de temps maintenant elles-aussi (suite à la censure du site en fait), mais j'ai pu retrouver dans l'un de mes vieux disques durs une archive de l'article en question, j'en profite donc pour préciser que l'article est de nouveau disponible en intégralité à la page 3 avec les images rééditées dans mon message :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t4663p15-le-cartel-medical-et-pharmaceutique-big-pharma-rockefeller-rothschild-j-p-morgan-i-g-farben#65601

Un article à relire vu sa qualité de fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6066
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben    27/8/2015, 15:54

Désolé Paralleye, ce site là je n'ai pas pu le sauvegarder car le serveur qui l'hébergeait bloquait le logiciel de copie de site que j’utilisais (sans doute mal), il s'agissait de Winhttrack si ma mémoire est bonne. La copie que j'avais obtenue était vide, chaque page du site remplacée par un message anti hack Rolling Eyes
Quoi qu'il en soit bravo pour la reconstruction de ton article http://novusordoseclorum.discutforum.com/t4663p15-le-cartel-medical-et-pharmaceutique-big-pharma-rockefeller-rothschild-j-p-morgan-i-g-farben#65601
Beau travail cheers

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le cartel médical et pharmaceutique - Big Pharma - Rockefeller Rothschild J.P. Morgan I.G. Farben
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Certificat médical: j'en ai mon truck !!!
» Demander un congé médical
» Cabinet à louer au sein d'un centre médical et paramédical. TOULOUSE
» cabinet paramédical et GIE
» consultation du dossier médical d'accouchement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Information et conscientisation  :: Medecine alternative-
Sauter vers: