Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   10/5/2011, 16:05

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   10/5/2011, 16:12

Revenir en haut Aller en bas
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   14/4/2012, 17:17

Enorme scandale en Belgique : Un député publie une liste de personnalités impliquées dans le reseau de l'affaire Dutroux.



Citation :
Mes chers concitoyens,

Ce matin, j’ai reçu un mail qu’il me semble important de partager avec vous.

Ce mail, qui a été envoyé à l’ensemble des parlementaires, met en lumière les vices et les implications de très nombreuses personnalités belges du monde politique, du monde des affaires, du monde judiciaire. Les accusations remontent même jusqu’à la famille royale.

En ma qualité de représentant du peuple belge, j’estime qu’il est de mon devoir de transmettre ce mail à l’ensemble des citoyens de mon pays dans un but purement informatif.

Il est évident que d’après ce que j’ai déjà pu découvrir dans mes recherches et avec mon expérience au sein du Parlement, je ne peux que souscrire aux demandes formulées dans ce courrier. Comme l’auteur anonyme, j’estime qu’il est temps de nettoyer notre pays de ceux qui le salissent et le déshonorent. Si un tel cataclysme pouvait se produire en Belgique, je peux vous dire que de très nombreuses têtes tomberaient et que notre pays se réveillerait plus propre, plus sain et plus agréable à vivre pour ses habitants et ses enfants en particulier.

Je l’ai déjà dit, le système belge est pourri. Ceux qui dirigent notre pays, ceux qui représentent les citoyens ne sont pas toujours des individus respectables à commencer par notre Premier Ministre dont j’ai déjà dénoncé les vices.

Pour ce qui concerne la liste des noms jointe au courrier, je laisse la pleine et entière responsabilité à l’auteur du document que je vous livre.

Bonne lecture à vous tous !

Laurent LOUIS

Député fédéral – Président du MLD




» A monsieur Flahaut, Président de la Chambre

A messieurs les Députés de la Chambre

Aux membres du Sénat

A tous les honnêtes hommes responsables d’un pays qui se veut un Etat de Droit, devenu dictature.

Tous les citoyens belges souhaitent porter à votre connaissance les faits suivants, relevés dans les 1235 pages du Dossier Bis Dutroux, récupérés dans divers médias, journaux, livres et informations télévisées.

Les faits énumérés sont simplement notés, les magistrats, la sureté de l’Etat ont les preuves mais les occultent et ce, depuis 1996.

Nous accusons ces personnages, qui de pédocriminalité, qui de faux, usage de faux, vols, qui de délits d’initié, tous faits passibles de condamnations. Nous refusons que des hommes responsables d’un Etat se cachent derrière leur immunité pour perpétrer des fautes lourdes de conséquences puisqu’elles font vaciller le pays le menant au bord de la ruine, appauvrissant les citoyens au moyen de décisions gouvernementales honteuses et anti sociales, volant nos enfants pour satisfaire des besoins sexuels, de chantages et de commerces.

Depuis l’affaire Dutroux nous voyons s’amplifier la criminalité, cela suffit !

Cette liste, par ses dénonciations de faits, n’est que la partie visible de l’iceberg de la pédocriminalité de notre pays, noblesse, clergé, magistrature et politique sont largement impliqués.

Nous demandons la réouverture du Dossier Bis Dutroux, la démission de toutes les personnes y incriminées ainsi que les membres de leur famille, estimant à juste titre qu’ils ne sont pas dignes de se trouver, ni en politique, ni à la Justice, ni aux postes d’administration d’institutions publiques.

Le système criminel actuel est composé de pédocriminels, de personnages à hautes fonctions mais menacés, sinon grassement payés et/ou manipulés.

Nous demandons qu’une Commission spéciale soit instaurée afin de combattre les réseaux pédophiles de terrain préférablement aux réseaux du net, tant est qu’il semble évident qu’un seul réseau au niveau de l’Etat existe, doté de nombreuses ramifications et dont les membres (entre autres de la Communauté Française) sont connus de quelques initiés.

Nous demandons un contrôle particulièrement sévère de toutes les Institutions pour enfants dont certaines sont le creuset de pratiques pédophiles ainsi que des associations subsidiées de la protection de l’enfance qui servent d’informateurs.

Nous dénonçons ici les membres du conseil d’administration et membre d’honneur de l’Institut Irsa, école de sourds-muets-aveugles, chaussée de Waterloo, lesquels sont les responsables du réseau pédocriminel belge.

Ainsi que la direction et quelques membres du personnels de l’internat, nécessairement impliqués.

Nous exigeons la liberté immédiate et sans condition de Marcel Vervloesem, prisonnier politique, privé de liberté alors qu’il dénonçait les réseaux pédocriminels bien avant l’affaire Dutroux.

Nous demandons aux membres du Parlement de régler ces problèmes en urgence, toutes affaires cessantes. Etant bien évident que toutes les mesures sont prises pour une diffusion générale aux citoyens, un appel au référendum.

Ne nous sous-estimez pas, nous sommes légions.

Anonymous

Agnessens juge de Mons, impliqué dans des affaires de mœurs ne condamne pas les pédophiles ou les libère très rapidement. Condamne Dutroux, Martin et Van Peteghem pour simples délits alors qu’il s’agit de viols avec récidive – février 1986 – Ce magistrat est apparu dans l’affaire des ballets roses aux côtés du prince Albert, et de fournisseurs d’enfants.

Albert II roi fréquentait le Dolo, alias club des Atrébates. Dénoncé par Nihoul lui-même à Antonino Costa. Délit d’initié pour Fortis. Protégé par Albert Raes ex directeur de la sureté d’Etat, récemment inquiété. Très probablement impliqué dans un réseau pédophile avec des fillettes d’un home où travaille Antonini, père des enfants Milla et Fiona elles-mêmes dans ce réseau (fillettes habillées en mariées)

Reconnu par X3 comme participant aux soirées. Sollicité avec l’Opération Kipofor, lors de laquelle il lui a été confié sept CD-ROMS de Zandvoort. L’enquête a été classée pour cause de « coupables inconnus », suite à quoi les CD-ROMS ont été volés. Le Roi a répondu ne pouvoir intervenir sur le vol des CD-ROMS qui lui ont été confiés en raison de la « séparation des pouvoirs ».

Il n’a pas plus concédé à une grâce royale pour une condamnation – de Marcel Vervloesem – sur base d’un dossier incomplet. Impliqué dans certaines faillites, dont, avec certitude, Fortis, il détenait des actions qui ont été vendues par Maurice Lippens (en plus des siennes propres). De là, son achat d’une villa avec ponton sur la mer pour son yacht et dont on donne une valeur de 25 millions d’euros, et au Congo Belge (ancien) où il aurait racheté la villa de Mobutu.

Sa liste de nomination de ministres d’Etats et autres titres nobiliaires comprend une majorité de pédocriminels.

Alexandre prince, fils du roi Léopold III et de Liliane de Réthy, château d’Argenteuil. X2 y allait pour tenir compagnie à Levy, juif connu à Eindhoven, X2 dit qu’il ne s’est jamais rien passé là (?) Cependant sa femme, la princesse de Paris, stipule dans une interview qu’il avait des mœurs bizarres. S’est suicidé laissant une note avec 29 noms de pédophiles, entre autres Dejemeppe, ses deux substituts, Alain Lemasson, colonel commandant de la gendarmerie de Charleroi, lui-même et la princesse autrichienne Stéphanie de Windisch-Graetz. Il avait été condamné pour le viol de 2 jeunes garçons. Château vendu par l’Etat belge en 2002 à un particulier, Jean Marie Delwart.

Anselme Bernard, homme politique impliqué dans l’affaire Inusop et Sotegec, faux et usage de faux. Bourgmestre de Namur.

Antoine Joseph. Directeur de l’Instruction Publique et des Beaux Arts paraît en 1989 dans une plainte pour pédophilie à l’école des Eburons, sur des enfants de 6 à 12 ans. C’est lui qui organisait ces parties … avec Thielemans, actuel bourgmestre de Bruxelles… Il ne sera entendu que le 25/5/1992. Fait chanter les autres : Hurtmans, Monens ….

Antonini Roberto grand père pédophile des enfants Milla et Fiona, lequel jouit de hautes protections de la région de Mons borinage. Trafiquant de faux tableaux, et autres. A réussi à faire condamner la maman des petites et à l’en séparer (Maria Pia Maoloni) A mis ses petites-filles dans un réseau pédophile classé secret d’Etat.

Antonini Rocco père des enfants Milla et Fiona, assistant social dans une maison d’enfants attardés mentaux dont certains sont dans ce même réseau. D’autres membres de cette même famille sont dans ce trafic, dont une femme directrice d’une association de placements d’enfants des juges …

Aquino Michael, lieutenant-colonel, rôle important au niveau militaire pour guerre psychologique, pédophile, lavage de cerveau, satanisme, nazisme, homo et meurtrier. Inventeur du programme « Monarch » dont la base est l’utilisation des sujets par utilisation de sexe à outrance, satanisme, meurtres, ce qui provoquait des identités multiples. Conseiller d’Europe Occidentale pour les chefs d’état major américain.

Assurance Royale Belge impliquée dans les affaires Dutroux et Dohy pour les trafics de voitures dont ils récupéraient grosso modo plus de 50.000 € l’an.

Ils couvraient donc les pédophiles en permettant d’étouffer ces faits au profit de leurs magouilles en assurance.

Baert procureur du Roi, pédophile, protecteur de Van Den Bossche, en échange de mineures….

Bats René né en 30 pédophile, général d’armée. – Regina Louf – ami de Dumont JP, deux dossiers à charge à l’auditorat militaire.

Bayens Christian magistrat à Nivelles, né en 28, pédophile, ami de Castiaux, participe aux partouzes avec mineures chez le notaire Nassaux à Waterloo.

Baert Vincent, procureur du roi, condamne Biefnot à seulement 10 mois avec sursis pour détention et divulgation de k7 pédophiles ! Protectionnisme !

Beaupain juge qui plaçait des enfants au Home « les enfants de mamy » – pédophilie

Beaurir général de la gendarmerie impliqué affaire Pinon (Ballets Roses) Fortunato Israël et Eurosystèmre Hospitalier. Opus Dei. Impliqué Tueurs du Brabant Wallon. Et des noms moins connus, impliqués de même : Poncelet, Marbaix, Depaus, Gombert, Miévis, Maquet, Pattyn, Trotsaert, Galetta, Fiévez, Fastrez, Gérard Lhost ancien ancien colonel de gendarmerie, Tchang et Grigniez.

A notre connaissance, un dossier important est déposé auprès du président Londers (démissionnaire) puis de son successeur, par De Jonghe d’Ardoye pour cette affaire et d’autres y jouxtant.

Beneux Philippe, commissaire de police, fausse les pv d’auditions de la famille qui a vu Nihoul à la piscine de Bertrix et qui ne s’est jamais désistée. Menacée.

Berghmans Jean Pierre baron, Lhoist Group de Limelette. Membre de la Commission Tripartie. (voir quand anobli ? Cercle de Lorraine ? Front National ? Bilderberg ?)

Beroudiaux Dominique, né en 54 habite au château de Valmont qui se trouve à 2 kms 5 du domicile de Michelle Martin ! Cérémonies sataniques au château fréquenté par Di Rupo et Jean Pierre Grafe ex- ministre wallon entre 80/81. Propriétaire Ferbus. Présent, Bosquion David né en 75.

Bervoets Bert bourgmestre socialiste de Malines. Etouffe l’affaire de l’anneau épiscopal de Danneels. Pas de suite pour le jeune garçon voleur.

Bettens médecin, amant de l’épouse du psychiatre André Pinon, Josiane Jeuniau.

C’est le 30/8/1979, par l’aveu de cette femme que l’histoire des Ballets Roses est découverte. Personnalités importantes, dont un haut placé à la sécurité de l’Etat.

Billot Jeanine née en 38 dirigeait une maison d’enfants chaussée d’Auderghem 223 « Les enfants de Mamy » Président, Philippe Delleuze. Trois juges y plaçaient les enfants : Kennes, Waeterschoot et Beaupain.

Blondeel Paul conseiller auprès la cour d’appel de Bruxelles, impliqué dans l’affaire Fortisgate.

Boas Roger affaire eurosystème Hospitalier et Fortunato Israël, trafiquant d’armes (pas certain Pinon) on le retrouve administrateur d’Asco à Zaventem (zoning) endroit reconnu par Régina Louf pour snufmovies filmés. Invités extérieurs filmés, contrats signés avec Boas. Pigeons. Cet homme obtient un contrat de défense pour 24 milliards de blindés, Vanden Boeynants est ministre de la Défense, Xavier Magnée est le « 3ème larron de cette transaction. Il défendra Boas.

Boël Jacques associé à toutes les familles liées aux Lippens (voir) En 1968, sa première femme donne le jour à Delphine Boël, fille d’Albert II . Ce qui permet de comprendre les liens de la royauté avec les pédocriminels. La région wallonne intervient pour « nettoyer » les friches industrielles créées par les Boëls.

150 millions.(à la Louvière)

Boël Micky Gotha, paraît en 62-74 impliqué dans la pédocriminalité. Fréquente Opus Dei et le baron Daniel Janssen. Apparenté aux Lippens

Boël Framboise administrateur Optimistan

Bonmariage Paula épouse de Georis Michel, tous deux pédophiles. Présidente d’un groupement de missionnaires ACRF. (Trafic d’êtres humains ?) Sœur du magistrat pédophile Jean Hubert Bonmariage.

Bonmariage Jean Hubert, magistrat pédophile, sœur Paule Bonmariage – Georis Contact avec la France et Protégé. Magistrat de Verviers ou de Herve. Serait le ponte d’un commerce florissant de ventes de cassettes pédophiles et sans doute films.

Bonacci Paul néo nazi, pédophile et autre satanisme en rapport avec le programme Monarch

Bonvoisin Marie Cécile épouse du comte d’Ursel pédophile et escroc.

Bonvoisin Benoît, baron de, né en 39 Voir affaire Bonvoisin en rapport avec les Tueries du Brabant Il se dressera contre De Baets, enquêteur de Neuchâteau. Nihoul serait son bras droit. Reconnu par Régina Louf, pédophile, bande à Nihoul. Partouzes, meurtres, en chasse surtout (gibier, enfants) – travaille à la Sabena – fréquente le château d’Eindhoven. Appelé le baron noir.

A très bien connu VDB pour avoir été placé par lui à la tête du CEPIC

Il s’est dressé contre la Sûreté de l’Etat belge, seul service secret à être indépendant à ce moment géré par Albert Raes ancien magistrat. Connu de X2.

Bonvoisin Daniel, de, administrateur de l’Ecole du Merveilleux de Vander Elst, pédophile

Bonvoisin Pierre Alexandre Opus Dei et pédocriminalité ?

Borchgrave Jacques de, noblesse, baron, époux de Shéri Heller, Partouzeur. Psychopathe. Château de Trieu à Courrières près de Namur.

Bourlée Paul avocat de Nivelles, juge de paix suppléant, né en 29, pédophile, fréquente le château de Eindhoven, était à une soirée avec mineures chez le notaire Nassaux à Waterloo. Possède une résidence secondaire à Faulx les Tombes près du château de Seilles, époux de Delhaye Françoise. Participe aux parties de chasse du côté de Profondeville . Habite à Gesves.

Brabant Jean Marie, lieutenant colonel de la BSR, patron de De Baets, le freine et lui met des bâtons dans les roues lors de son enquête sur Dutroux. Ment à tous. Au moment de l’affaire Dutroux, commandant remplaçant de le la BSR. Responsable de la disparition de 5.000 pilules d’ectasy retrouvées aux mains de Nihoul puis Lelièvre, Dutroux. Qui représentent un demi million cédés le jour qui a suivi l’enlèvement de Laetitia Delhez…

Braecq dit baron Braecq ancien juge de la jeunesse de Bruges, responsable du « Home Carolientje » et responsable de la collecte des fonds de la Protection de

l’Enfance.

Broqueville de, Thierry, comte, faux et usage de faux (épouse = Alcantara)

Brose Raymond Chef de la police judiciaire de Liège, responsable de la cellule Cools manoeuvrait contre Connerotte chargé des enquêtes sur les Titres volés et l’assassinat du ministre André Cools. Deux de ses inspecteurs accompagneront Connerotte en Sicile pour interroger deux témoins qui demandent de préserver leur identité. De retour en Belgique ces deux inspecteurs donneront directement leurs noms dans les médias.

Bruynooghe Annie Avocat puis magistrat, protège toujours et libère les pédophiles.

Bulthé Bruno, procureur du roi de Bruxelles Impliqué dans l’affaire Tueche et Dutroux.

Burstin Francis, directeur de cabinet au Parlement européen invité par Serge Moureaux à des partouzes pédophiles au château de Faulx les Tombes

Busquin Philippe, ministre (6 fois) commissaire européen, arrêté dans le cadre de l’affaire Inusop

Cambier Vincent, procureur du roi a requis un non lieu du dossier bis Dutroux. Pédophile ou manipulé, car ce dossier est une bombe au niveau des notables et nobles impliqués par les témoins. Le procureur Bourlet parlait d’un réseau protectionnel ; idée non suivie par Jacques Langlois, juge d’instruction aux manigances plus ou moins troubles.

Cardon de Lichtbuer Daniel, baron, dans le comité d’honneur de l’Irsa, institut de sourd muets et aveugles. L’institut a acheté le château attenant. Il semble que c’est lui qui a constitué Child Focus, il en est le président. Sa belle fille s’occupait d’enfants dont on a trouvé qu’ils subissaient de mauvais traitements (traces de tortures). Il a ensuite passé la main de Child Focus à Jean Louis Lejeune, comme directeur. Est actuellement président de l’ARDH qui rachète des châteaux à connotations pédocriminelles (voir)

Carlier Richard C’est 500.000 fb qu’il a touché de la Smap (alias Ethias) pour intervenir dans un procès en 2004.

Carpentier Philippe ancien traducteur juré au parquet de Bruxelles, fondateur de CRIES, dépendant de l’UNICEF, réseau international pédophile qui concerne 18 pays ex-amant du pasteur Doucé assassiné.

Castiaux Olivier né en 53, avocat de Nivelles, pédophile, amant de X2 ; organise des soirées dans une grosse villa près du Woluwe, avec piscine, membre du Rotary Club. Rencontre Wilfried Martens. Entretient sa secrétaire et la fille de celle-ci. En 88 il va à Lyon, USA, Singapour, se disait sociologue au CRNS. Aussi en Australie.

Caters de, famille issue du célèbre aviateur belge, dont l’un des membres habite le château de Schilde, toute la famille serait membre de cette bande pédocriminelle reconnue par Régina Louf et Somers. Sont au Cercle de Lorraine ! Il est dit Huissier de Justice

Caters Philippe de, propriétaire du château de Kattenhof

Caters Patrick de, baron de, château de Kattenhof, pédophile, membre, vice président du cercle de Lorraine, copain de Davignon, Philippe de Chimay, Prince, Jean Pierre de Launoit, Elio Di Rupo et Aldo Vastapane.

Cerexhe Etienne professeur, docteur en droit né en 31, fait baron par le roi en 2009, siège à la cour d’arbitrage et juge émérite puis sénateur. Chef de cabinet PS. Consul honoraire à Namur. Père de Benoît Cerexhe, actuel ministre, lequel est l’ami de Charles Picqué. Dans le système dit pédocriminel.

Charles prince de Belgique pédophile, participe aux soirées, reconnu par X3

Charlier Kamiel, directeur du CIPAL, « Centre Informatique des provinces d’Anvers et du Limbourg », organisme gouvernemental en charge des services publics via internet. Organisait avec Saca, proxénète, la livraison de prostituées pour 2 à 3.000 € chacune, puis des jeunes enfants.

Chastel Olivier, ministre, implique la juge Martine Michel et Taminiaux puis se désiste. Menaces, manipulations ? Si c’est le cas, Michel est dans le réseau. Chargée de l’affaire De Paepe Jimmy impliqué dans un trafic de stupéfiants et assassiné.

Chevallerie (de la) Amaury né en 33, substitut à Nivelles, pédophile ami de Castiaux, connu de X2

Chimay Philippe de, comte et comtesse, pédophiles, participent aux soirées de Castiaux à Woluwé St Lambert. Chasses à gibier humain (enfants) dans leur propriété.

Chomé avocat marron, probablement dans le système. Sa femme est Nicole Galand, juge au tribunal de Mons, du cabinet Galand ( ?)

Claes Willy ministre, né en 38 de Hasselt, secrétaire de mutualité, pédophile, politique, reconnu par X3 comme participant aux soirées. Musicien et chef d’orchestre au départ, politique, membre du parti socialiste flamand ministre d’état en 1983, Ministre des affaires économiques, secrétaire général de l’Otan en 94 et 95, démissionne lors de l’affaire de corruption Agusta ou il sera condamné à 3 ans avec sursis. En 2007 ministre consulté par le roi pour sortir de la crise.

Cleeren procureur du roi met sans suite des dossier d’accusation de pédophilie, entre autres, Palms président du tribunal de Hasselt, accusé de pédophilie

Cléthy de, Clément avocat véreux, fort en Cour, son oncle est Van Ypersele, chef du Cabinet du Roi.

Coëme Guy ministre de la Défense impliqué dans l’affaire Agusta, tous ceux qui sont impliqués sont des pédocriminels. Pas de trace de cette pratique chez Coëme, curieusement. A approfondir.

Collignon Guy membre de la PJ de Bruxelles, fréquentait le club d’échangiste Le Dolo, présence d’enfants. Voiture Alfa Roméo. S’occupait de l’affaire de Christine Van Hees, meurtre de la Champignonnière calme les parents et est rapidement promu.

Colson Pierre inspecteur de police de Bruxelles, était au courant pour les caches et Dutroux, accuse la juge Doutrew de négligence. Quid ?

Commissaire adjoint de Knokke en 83 pédophile.

Cools André, ministre assassiné. Impliqué dans l’affaire Agusta, Connerotte et Bourlet ont instruit l’affaire puis ont été écartés. (1994) Dans l’affaire du réseau Nihoul . Plusieurs personnes de son cabinet ont été soupçonnées d’avoir commandité son meurtre, dont Van Der Biest qui s’est (ou a été) suicidé.

Cools Arthur médecin pédopsy qui voulait ignorer les problhttp://www.laurent-louis.be/blog/?p=843èmes des enfants traités dans sa clinique « Good Engels » et qui se retrouvaient dans des bordels en Hollande.

Cools Bob, bourgmestre d’Anvers qui interdit les informations et autres pamphlets à Anvers lorsqu’éclate l’affaire de la clinique « Good Engels »

Suite de la liste ici :

http://www.laurent-louis.be/blog/?p=843

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3081
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   14/4/2012, 21:50

Il s'agit de Laurent Louis:

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7475-belgique-le-depute-laurent-louis-mld-contre-le-pouvoir-en-place-en-belgique

Télécharger la liste des noms: (en précisant qu'elle peut contenir des erreurs)
http://www.fichier-pdf.fr/2012/04/14/lettre-aux-deputes-et-membres-du-senat-belge-avril-2012/


Citation :
Le 14 avril 2012, la Dernière Heure, en sa page 4, titrait « Laurent LOUIS est-il devenu fou ? » suite à la publication sur mon site d’un mail envoyé aux Parlementaires et dénonçant les vices, crimes et casseroles des plus hautes autorités du pays. Il m’avait semblé important d’informer les citoyens de ce document afin que ceux-ci puissent en prendre connaissance et se prononcer. N’étant pas juge d’instruction, il ne me revient pas de juger de la culpabilité des personnes concernées mais en tant que représentant du peuple, j’ai un devoir d’information et de transparence à l’égard de mes concitoyens. Tant pis si cela ne plaît pas à tout le monde.
Suis-je pour autant devenu fou ? Je ne le crois sincèrement pas mais nous savons tous, dans notre pays, que ceux qui ont eu le courage de dénoncer l’institutionnalisation de la pédophilie en Belgique (et ils sont pourtant nombreux…) ont TOUS été considérés comme des fous, des farfelus voire des extrémistes et la presse dans son ensemble ne s’est jamais gênée pour les descendre en flèche. L’ennui c’est qu’il y a de plus en plus de « fous » en Belgique, de plus en plus de personnes qui remettent en cause le système et la soit-disante vérité judiciaire de l’affaire Dutroux.

Lire l'article intégral: "Dénoncer la pédophilie en Belgique: un acte fou ?"

http://www.laurent-louis.be/blog/?p=856



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   15/4/2012, 00:12

La liste pour les personalités françaises :

http://caballero.blogspace.be/148411/Quelques-noms-francais/

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   15/4/2012, 11:17

Aurelien a écrit:


La liste pour les personnalités françaises :

http://caballero.blogspace.be/148411/Quelques-noms-francais/


Merci Aurélien.... Cependant, prudence (esprit critique et détecteur à troll en mode veille au minimum Razz ) avec les listes et le contenu de ce site, lequel appartient à quelqu'un se réclamant ouvertement de la FM dégénérée. Il n'y a qu'un pas entre la dénonciation argumentée et la diffamation pure et dure utilisée pour discréditer le travail de ceux qui luttent vraiment pour la vérité...

cabalerro.blogspace appartient au membre du forum "Ingeveld Aimée" qui est intervenue dans ce fil de discussion : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7475-belgique-le-depute-laurent-louis-mld-contre-le-pouvoir-en-place-en-belgique


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stg45

avatar

Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   18/4/2012, 00:42

Bardamu a écrit:
Aurelien a écrit:


La liste pour les personnalités françaises :

http://caballero.blogspace.be/148411/Quelques-noms-francais/


Merci Aurélien.... Cependant, prudence (esprit critique et détecteur à troll en mode veille au minimum Razz ) avec les listes et le contenu de ce site, lequel appartient à quelqu'un se réclamant ouvertement de la FM dégénérée. Il n'y a qu'un pas entre la dénonciation argumentée et la diffamation pure et dure utilisée pour discréditer le travail de ceux qui luttent vraiment pour la vérité...

cabalerro.blogspace appartient au membre du forum "Ingeveld Aimée" qui est intervenue dans ce fil de discussion : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7475-belgique-le-depute-laurent-louis-mld-contre-le-pouvoir-en-place-en-belgique


comme disait de becketch c'est la "méthode léo taxil" :

on fait semblant de révéler la verité (uniquement ce qui est déja connu) en y ajoutant quelques mensonges grotesques et quand les mensonges sont découverts, l'ensemble s'écroule. ce qu'a fait léo traxil, est depuis cette époque il est impossible d'affiremer que la franc maconnerie est une organisation sataniste.

Bardamu a écrit:
Aurelien a écrit:


La liste pour les personnalités françaises :

http://caballero.blogspace.be/148411/Quelques-noms-francais/


Merci Aurélien.... Cependant, prudence (esprit critique et détecteur à troll en mode veille au minimum Razz ) avec les listes et le contenu de ce site, lequel appartient à quelqu'un se réclamant ouvertement de la FM dégénérée.

[............................]
cabalerro.blogspace appartient au membre du forum "Ingeveld Aimée" qui est intervenue dans ce fil de discussion : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7475-belgique-le-depute-laurent-louis-mld-contre-le-pouvoir-en-place-en-belgique





caballero.. comme l'avocat militant pro drogues et pro prostitution francis caballero ?

c'est de la famille ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Caballero


http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/exclusif-coup-tabac-sur-loi-antidrogue-58359.html







Citation :
Petite piqûre de rappel. Me Caballero assure depuis plus d’un an la défense d’un planteur de cannabis récalcitrant. Pierre-Michel Zipstein, 55 ans, est de nouveau pris la main dans le sac de graines dans sa propriété de Carlucet (Lot). Les gendarmes y découvrent, le 27 août 2009, 29 pieds de cannabis, qu’ils font arracher aussi sec. Fils d’un ex-directeur de l’ambassade d’Israël à Paris, héritier des supermarchés Hamon (aujourd’hui Carrefour), le coriace cultivateur tombe d’emblée sous le coup d’une peine plancher de quatre ans, car déjà condamné cinq fois pour des faits similaires.


méfiance .... Important
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3081
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   23/4/2012, 18:49

Affaire Dutroux: il y aurait une K7 du meurtre des fillettes



Une cassette vidéo du meurtre de Julie et Mélissa existerait bel et bien. En 2004, un autre député, Albert Mahieu, écrit au président de la Cour d'Assises d'Arlon, où est jugé le dossier Dutroux bis. Il lui parle d'une cassette vidéo du meurtre des deux petites qui aurait été visionnée par une connaissance. Or, cette personne veut s'en servir pour briser la carrière du cardinal Danneels, candidat pour succéder à Jean Paul II. Cela choque Mahieu au plus haut point, si bien qu'il va de ce pas prévenir l'écclésiastique du plan élaboré contre lui... Quelle ne fut pas sa stupéfaction quand Danneels se montre surtout préoccupé par la question de savoir s'il est visible sur ladite cassette!



La suite:
http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/04/22/24071025.html

La lettre de Mahieu au président de la Cour d'Assises d'Arlon: 29730831_danneels



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   23/4/2012, 19:04

Sur cette page, lire l'article dans son entier : http://marialerouxi.aceboard.fr/270040-1303-1168-8-HOMOSEXUALTIE.htm


DANS CE PETIT PAYS QU’EST LA BELGIQUE, PLUS DE 400 DOSSIERS DE PLAINTES AVAIENT ÉTÉ DÉPOSÉS CONTRE DES PRÊTRES POUR FAITS DE PÉDOPHILIE.

Nous avions vu que le cardinal Daneels lui-même avait été embarqué pour des faits liés à de la pédophilie. Il a fallu moins de 48 heures à l’Injustice belge pour le laver de tout soupçon, et ce alors que des photos douteuses (dont une photo à caractère pédophile) avaient été retrouvées sur son ordinateur (cela se trouvait dans ses fichiers temporaires et cela « a donc pu » arrive là « par hasard »), malgré les déclarations peu convaincantes voire douteuses du cardinal, malgré que 50 personnes le reconnaissent comme ayant eu une attitude pédophile, et malgré que l’on ait retrouvé chez lui de dossier Julie et Melissa (envoyé chez lui il y a des années par un journal qui pensait que Danneels, ainsi que 11 autres prélats, étaient mêlés aux meurtres de Julie et Mélissa – de façon suspecte, le cardinal a gardé ce dossier pendant toutes ces années).

Donc, ce cardinal que tout accusait fut relâché et blanchi , le tout en moins de 48 heures, je répète. PAR CONTRE, l’Injustice belge tente de retrouver et d’arrêter ceux par qui la fuite des informations concernant le pédo-cardinal a surgi !

AUJOURD’HUI, NOUVEAU REBONDISSEMENT BELGE DANS L’AFFAIRE DES DOSSIERS PÉDOPHILES LIÉS À L’EGLISE (DITE « OPÉRATION CALICE ») ! LA CHAMBRE DES MISES EN ACCUSATION A RENDU UN ARRÊT METTANT EN DOUTE LA LÉGALITÉ DES PERQUISITIONS EFFECTUÉES DANS LE CADRE DE L’OPÉRATION CALICE (on a sans doute un peu trop dérangé les « braves » pédoprêtres, et trouvé trop d’éléments compromettants) !

PIRE : LE PARQUET GARDE LE SILENCE, ET N’OSE PIPER MOT SUR CETTE AFFAIRE ! L’AVOCAT VAN STEENBRUGGE, QUI REPRÉSENTE CERTAINES VICTIMES, N’A MÊME PLUS LE DROIT D’AVOIR UN JUGE !

RÉSULTAT : UNE ACTION A ÉTÉ ENTAMÉE AUPRÈS DE LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME DE STRASBOURG, AFIN DE CONDAMNER L’ETAT BELGE !

NOUS POUVONS DONC BIEN SENTIR QU’IL EXISTE DE PUISSANTES PROTECTIONS (Vatican, bien sûr, mais aussi certainement des protections juridiques et politiques) QUI COUVRENT LES PRÉLATS ET LES PRÊTRES PÉDOPHILES BELGES (des prélats et prêtres qui n’adorent qu’un « dieu » : le diable !)… En ira-t-il de même dans les autres pays d’Europe où des dossiers semblables ont été déposés ? Il y a fort à parier que oui… L’élite mondiale pourrie protège les siens, et plus ils sont puissants, plus ils sont inhumains, mieux elle les protège !

Quant aux victimes, l’avocat Van Steenbrugge a raison : on leur « crache dessus » ! Abominable…

L’article révoltant, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3081
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   1/5/2012, 17:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   6/5/2012, 14:01

Toujours sur le site http://www.pedopolis.com/ Bien

Affaire Dutroux: Brigitte Jenart, un curieux suicide




Un chapitre, non publié en français, du livre de Douglas De Coninck:

"30 témoins morts"
"A cause d’un problème technique, la publication de la version française du livre "Dode Getuigen" a été amputée d’un chapitre. Le livre s’appelle "30 témoins morts" et compte 29 chapitres. Je vous le concède : beaucoup plus ridicule que cela, ce n’est pas possible. Le chapitre manquant traite du suicide de Brigitte Jenart, un témoin vraiment très important des faits et gestes de Michel Nihoul dans les années ’80."

http://www.pedopolis.com/blog/affaire-dutroux-brigitte-jenart-un-curieux-suicide.html

Le chapitre manquant est lisible ici : http://www.observatoirecitoyen.be/article.php3?id_article=350 et repris par pedopolis ici : http://www.pedopolis.com/pages/sous-page-livres/brigitte-jenart.html


Brigitte Jenart

Née à Elisabethville (Congo belge), le 9 août 1954

Décédée à Ixelles, le 5 avril 1998

Rôle : témoin important de la commission Verwilghen

Cause du décès : suicide

Dans la soirée du 6 octobre 1986, le téléphone sonne à la gendarmerie de Schaerbeek. C’est le commandant Guido Torrez au bout du fil. Au sein de la gendarmerie de l’époque, qui fonctionne encore selon une logique strictement militaire, c’est un événement qui n’arrive pas tous les jours pour un simple gendarme d’une petite brigade de la capitale. « Oui, commandant », répond-il à la demande, elle aussi peu habituelle, du plus haut gradé du district de Bruxelles. Ce dernier demande gentiment mais fermement au gendarme en question, qui était sur le point d’arrêter le Portugais Juan Borgès, de renoncer à son projet. Deux jours plus tard, le commandant Torrez se donne la peine de venir s’expliquer à la gendarmerie de Schaerbeek. Il raconte qu’il a été appelé par un membre du cabinet de François-Xavier de Donnéa, le ministre de la Défense, qui est encore à l’époque le ministre de tutelle de la gendarmerie. On lui a - gentiment - demandé de laisser Borgès tranquille.

Il faut dire que pour la gendarmerie de Schaerbeek, Borgès n’était pas une priorité absolue. Il avait signé un chèque sans provision de 1,2 million de francs, c’est tout. Le gendarme qui s’occupait de l’affaire s’était pourtant donné à fond, et il avait intuitivement eu le sentiment d’être tombé sur quelque chose de ‘gros’. Mais tant pis. Les ordres sont les ordres.

Il n’est pas certain qu’il y ait effectivement eu un coup de fil en provenance du cabinet de Donnéa. On sait que l’homme qui a appelé le commandant était Michel Nihoul. Si on sait cela, c’est grâce à Brigitte Jenart, une dentiste qui avait un petit cabinet au 35 rue du Conseil, à Ixelles, qui marchait bien jusque fin 1996. Elle soignait les dents de Nihoul et de son ex-épouse Annie Bouty, ainsi que celles de quelques personnes qui rendaient visite au locataire de l’appartement au-dessus du cabinet, Roland Corvillain. Elle n’a appris que plus tard que c’était un pédophile notoire. Elle a su plus tard aussi qu’il recevait régulièrement la visite de personnages comme Achille Haemers, le père de feu l’ennemi public numéro 1 Patrick Haemers, et Robert Darville, un caïd de la bande Haemers. Brigitte Jenart avait l’impression de s’encanailler, avec toute cette brochette de bandits. L’un d’eux était Juan Borgès, qu’elle avait connu en 1983 par le biais de Bouty. Elle était tombée amoureuse de lui ; Bouty aussi, d’ailleurs. Brigitte Jenart avait eu une liaison fugace avec le Portugais, qui passait allègrement d’un lit à l’autre. Il lui expliquait qu’il avait du mal à rompre avec Bouty, parce qu’elle constituait son assurance-vie en Belgique. « Borgès se renseignait auprès de Bouty pour savoir s’il était signalé (dans le Bulletin central des Signalements de la police, ndla) », dit Jenart début 1997. « Pour ce faire, il lui téléphonait, et par un contact dont j’ignore tout, elle lui donnait le feu vert pour ses déplacements à l’étranger. » [1]

Marc Verwilghen et sa commission ont beaucoup fait sourire, en 1997, lorsqu’ils se sont mis à rechercher les ‘protections’ dont auraient bénéficié les protagonistes de l’affaire Dutroux. Aux yeux des médias, la commission n’a presque rien trouvé ; pourtant, dans le second rapport final, il y a un chapitre en béton : l’affaire du coup de fil ‘ministériel’. Le récit des faits repose presque entièrement sur le témoignage de Brigitte Jenart, et il a été confirmé sur toute la ligne. Cependant, la dentiste ne savait pas exactement comment les choses s’étaient déroulées. En gros, Nihoul affirmait pouvoir arranger ce qu’il voulait, partout où il le voulait. Pour Jenart, l’incident avec Borgès n’était qu’un énième indice qu’il ne bluffait pas. On n’a jamais su avec précision qui avait eu qui au téléphone. Devant la commission, Torrez maintient qu’il s’est fait rouler par Nihoul. Jenart, pour sa part, affirme que Nihoul avait bel et bien mis le cabinet de Donnéa sur l’affaire. Dans son second rapport final, la commission a fait preuve de clémence envers Torrez : « L’officier de gendarmerie estime qu’il s’est montré naïf et attribue cette naïveté au fait qu’il venait d’être nommé commandant de district. » [2]

Pourtant, le fait qu’on ait laissé Borgès tranquille a eu des conséquences néfastes. Le 12 octobre 1986, six jours après le fameux coup de fil, le Portrait d’une femme, une toile d’Amedeo Modigliani, est dérobé dans l’appartement d’une riche veuve bruxelloise. On apprendra plus tard que ce vol a été commis par la crème de la crème des criminels bruxellois de l’époque. Il s’agit de personnages comme Jacques Herygers et Georges Cliquet, qui se retrouveront en bonne place sur la liste de personnes à interroger établie par le juge italien anti-mafia Paolo Fortuna, dans le cadre de l’opération Mains Propres. [3] Leur bande, dont fait également partie Borgès, échange de par le monde de l’argent noir, des armes, de l’or volé, des diamants, et parfois aussi des œuvres d’art. Pour le vol du Modigliani, qui fait beaucoup de bruit, la bande a fait appel au jeune artiste bruxellois Stéphane Mandelbaum, qui a réalisé une copie du célèbre tableau pour la laisser à la place de l’original. Mais les gangsters n’aiment pas trop les témoins gênants. Le 3 janvier 1987, on retrouve le cadavre de Mandelbaum dans une grotte à Beez, près de Namur. Il a une balle dans la tête, et son corps a été mutilé à l’acide, dans le plus pur style mafieux. En 1992, Juan Borgès est condamné par contumace, en même temps que quelques autres membres de la bande, pour le vol du Modigliani, mais pas pour le meurtre. Personne ne sera d’ailleurs condamné pour ce crime. Le parquet de Namur bâcle l’enquête et classe le dossier sans suite dès 1990. De toute façon, à ce moment-là, Borgès est déjà hors de portée. « Juste avant d’être condamné dans l’affaire Mandelbaum, Borgès est parti vivre au Canada, à Montréal », dit Jenart. [4]

A posteriori, on peut sans doute affirmer que l’intervention de Nihoul a rendu possible un spectaculaire vol de tableau et un meurtre mafieux, et peut-être plus encore. Au milieu des années quatre-vingts, Borgès travaille avec un parrain mafieux italien et il trimbale des mallettes pleines de dollars noirs. En tant qu’agent du Mossad, les services secrets israéliens, il est impliqué dans la mise sur pied d’un contrat pour la livraison de six mille missiles TOW au régime des ayatollahs en Iran, pour une valeur de 83 millions de dollars. Les conseils juridiques sont assurés par la société Cadreco, créée par Annie Bouty et Juan Borgès. A cette époque, Bruxelles était une plaque tournante du trafic d’armes à destination de l’Iran, grâce auquel les Américains et les Israéliens espéraient affaiblir la position de Saddam Hussein. Tout cela n’apparaît au grand jour que fin 2002, après l’extradition vers la Belgique du trafiquant d’armes belge Jacques Monsieur, qui avait longtemps été détenu en Iran. [5]

La romance avec Borgès n’a pas été très bénéfique à Brigitte Jenart. A cause d’une série de constructions financières pour lesquelles il avait emprunté sa signature, elle se retrouve avec 7 millions de francs de dettes sur le dos. Lorsqu’elle s’en rend compte, il a déjà quitté le pays. Suite à cela, fin 1994, Jenart est contrainte de vendre son cabinet à son assistante, et elle devient assistante dans son propre cabinet. Et la poisse ne s’arrête pas là. Brigitte Jenart avait une clientèle fidèle composée en grande partie d’enfants. Elle était une de ces rares dentistes chez qui les enfants restent sages pendant la redoutable visite. En septembre 1996, lorsque son voisin du dessus, Roland Corvillain, est désigné comme suspect principal de l’enlèvement de Loubna Benaïssa, la petite Marocaine, et que les pelleteuses de Connerotte se mettent au travail devant, dans et derrière sa maison, la réputation professionnelle de Jenart est fichue. Finalement, c’était une fausse piste, mais pendant les mois qui suivent, les ragots sur « la fameuse maison » iront encore bon train dans le quartier. Les enfants retourneraient bien volontiers chez la gentille dame, mais leurs parents préfèrent aller voir ailleurs.

Malgré toutes les misères que lui amène l’affaire Dutroux, on ne peut pas reprocher à Brigitte Jenart un manque de collaboration avec la justice. Tous ses souvenirs, elle les consigne dans des lettres interminables adressées à la police judiciaire de Bruxelles et à Georges Frisque, le limier autoproclamé. En 1998, il a fait parvenir à la justice un petit dossier reprenant des renseignements sur ce que lui avait raconté Jenart. La première pièce de ce dossier était une petite lettre manuscrite, datée du 7 mai 1997, dans laquelle elle parlait d’une affaire bizarre sur laquelle Frisque et elle étaient tombés ensemble. Cela remontait au début de 1988. Il s’agissait d’Eliane Bangoura, la fille du ministre des Postes de Guinée-Conakry, en Afrique occidentale. Dans sa petite lettre, dans laquelle Jenart s’excuse envers Frisque d’un rendez-vous qu’elle va manquer, elle écrit : « Pour Eliane Bangoura : elle a accouché début août 1988 (le 4 ou le 5) à Saint-Pierre. Elle avait plus ou moins 26 ans. Je ne sais plus si c’était une fille ou un garçon mais je penche pour une fille (...). Cet enfant a directement été retiré de la vue de la mère, qui ne l’a donc jamais touché. Bouty s’est occupée de l’adoption. »

Un trafic de nouveau-nés ? Il semblerait bien que oui. Frisque parvient à mettre la main sur une partie de la correspondance qu’entretenait Nihoul en 1988 avec Jean-Claude Godfroid, son interlocuteur favori au cabinet du ministre de la Justice de l’époque, le libéral Jean Gol. Dans une lettre datée du 1er février 1988, Nihoul sollicite une intervention ministérielle pour que le visa belge sur le passeport d’Eliane Bangoura puisse être prolongé de deux mois. Les 11 et 18 mai, Nihoul obtient déjà une réponse du chef de cabinet de Gol, qui lui fait savoir qu’il a fait régler cette affaire. L’histoire est absurde à plusieurs points de vue. Nihoul écrit au cabinet sur du papier à lettres à en-tête de « J.M. Nihoul & associés s.c.s, Cabinet pluridisciplinaire d’experts ». Il n’a aucun statut juridique ni raison sociale. Sa seule activité commerciale consiste à magouiller et faire l’entremetteur. Annie Bouty, elle, est bien avocate, mais elle ne dispose d’aucune qualification en matière d’adoptions. Sur la base des maigres pièces de dossier qui resurgissent dix ans après les faits, on a l’impression que Bouty et Nihoul s’occupaient de trafic d’êtres humains - des adultes aux tout-petits. C’est également l’impression de Brigitte Jenart, notamment parce que Bouty lui avait fait signer un jour quarante attestations qui lui conféraient la garde de quarante Zaïrois et Nigérians en séjour illégal en Belgique.

Dans ses lettres et ses témoignages, Brigitte Jenart ne parle pas de la présence éventuelle de Marc Dutroux à l’étage au-dessus de son cabinet. Elle ne se souvient pas l’y avoir vu, mais il y avait d’autres locataires dans l’immeuble, comme Rita Vetstuypens, l’ex-épouse de Corvillain. Le 28 août 1996, peu après l’éclatement de l’affaire Dutroux, elle va trouver la police d’Ixelles pour dire ce qu’elle a à dire sur les visiteurs louches qui défilaient à la rue du Conseil. Son récit correspond dans les grandes lignes à celui de Jenart. Pourtant, il y a une grande différence. Vetstuypens est convaincue que Dutroux aussi était passé là « quatre ou cinq fois ». Lorsque son mari, Nihoul et les autres discutaient leurs affaires pas très nettes, elle entendait tout depuis sa salle de bains. D’après Vetstuypens, ils utilisaient un langage codé qui était néanmoins facile à déchiffrer à partir des photos de jeunes filles épinglées sur un tableau en liège, qu’elle avait vues dans le bureau de son mari. Nihoul, son mari et Haemers parlaient de chevaux, dit-elle : « Ils parlaient de chevaux blancs, bruns, jeunes, chers mais bons et jeunes. » Comme ces ‘chevaux’ étaient censés arriver par avion de ligne en provenance de pays d’Europe de l’Est et que les hommes semblaient craindre les douanes, elle pouvait logiquement supposer qu’ils ne parlaient pas de quadrupèdes. « Avec tous les événements qui passent à la télévision ces jours-ci », témoigne-t-elle fin août 1996, « il est clair pour moi qu’ils ne parlaient pas de chevaux, mais de jeunes enfants. » [6] Aux yeux de Vetstuypens, c’était Nihoul le chef de bande, et il se comportait clairement en tant que tel. Elle décrit Dutroux, qu’elle n’a vu que quelques fois, comme timide et apparemment peu important. Il suivait toujours Nihoul à la trace.

Les avis des enquêteurs divergent sur la valeur du témoignage de Vetstuypens, qui confirme ses déclarations de façon circonstanciée devant une autre équipe d’enquêteurs. [7] L’ex de Corvillain était une des personnes qui se trouvaient à l’origine des fouilles de la rue du Conseil à Ixelles, qui se sont avérées inutiles. Elle n’a pas cité de dates pour les visites de Dutroux, mais elle semblait les situer au début des années quatre-vingts. A Neufchâteau, les enquêteurs partent cependant du principe que Dutroux et Nihoul ne se sont connus qu’en 1995, même s’il y a quelques autres témoins à part Vetstuypens qui pensent avoir aperçu les deux hommes ensemble dans les milieux noctambules de Bruxelles. Ce n’est qu’en 1998 que l’équipe d’enquête se concentre sur la question de savoir quand les deux personnages principaux se sont connus. Ce qui est certain, c’est qu’il ne se sont pas vus entre février 1986 et avril 1992. A cette époque, Dutroux était en prison. C’est la période avant celle-là qui intrigue de nombreux enquêteurs. Les témoignages, et il y en a quelques-uns, les ont amenés à envisager l’hypothèse que Dutroux aurait appris le ‘métier’ dans des partouzes à Bruxelles, qu’il aurait recommencé en 1995 comme ‘petit indépendant’, et qu’il aurait à nouveau rencontré Nihoul un peu plus tard. L’hypothèse est intéressante, mais à partir du 5 avril 1998, le plus précis des témoins à ce sujet ne pourra plus être interrogé.

Dans l’après-midi du 5 avril 1998, la mère de Brigitte Jenart n’obtient pas de réponse lorsqu’elle sonne au rez-de-chaussée du 90, rue Augustin Delporte à Ixelles. Cependant, elle possède une clef de la maison, et elle trouve le corps sans vie de sa fille dans sa chambre à coucher, sur le lit. Quelques phrases de sa petite lettre d’adieu très confuse, adressée à sa mère, sont lisibles : « Je n’ai plus la force (...), je n’ai plus d’avenir, je n’ai plus le courage (...). Dieu n’existe pas. » Dans les gribouillis qui suivent, on peut reconnaître le mot « pédophile ». A côté du lit, les policiers trouvent une bouteille vide de raki turc et onze plaquettes vides de calmants. Brigitte Jenart connaissait les effets de cette combinaison mortelle. « Aucune trace de lutte n’est visible dans l’appartement et aucun objet suspect n’a été découvert », rapporte la police d’Ixelles. [8] Le dossier contient également une déclaration de la mère : « La dernière fois que je l’ai vue, c’était hier dans l’après-midi, et elle semblait normale. En fait, ma fille a commencé à avoir des problèmes il y a environ quatre ans, suite à une rupture d’avec un individu qui lui a escroqué tout son argent et qui ensuite est parti à l’étranger, la laissant pleine de dettes. »

Le parquet de Bruxelles n’a pas fait pratiquer d’autopsie sur le corps de Brigitte Jenart.


PS:

Cher lecteur,

A cause d’un problème technique, la publication de la version française du livre "Dode Getuigen" a été amputée d’un chapitre. Le livre s’appelle "30 témoins morts" et compte 29 chapitres. Je vous le concède : beaucoup plus ridicule que cela, ce n’est pas possible. Le chapitre manquant traite du suicide de Brigitte Jenart, un témoin vraiment très important des faits et gestes de Michel Nihoul dans les années ’80.

A propos de l’absence de ce chapitre, j’ai reçu de l’éditeur Mols l’explication suivante : "Il s’agit d’un oubli non pas du traducteur mais du metteur en page qui a laissé de côté un chapitre et cela, sans explication précise. Nous ne nous en sommes pas rendu compte vu que les chapitres ne sont pas numérotés. Quand j’ai appris cela, je vous avoue que je suis tombé de ma chaise ou presque ..."

Les Editions Mols ont pris un risque en publiant ce livre. Un travail journalistique qui n’adhère pas à la pensée unique de Marc Dutroux "prédateur isolé" ne peut de toute façon compter que sur un faible retentissement médiatique. Malgré le regrettable incident, je dois remercier l’éditeur pour son courage. Je vous demande de comprendre son point de vue : la mise à la poubelle de l’entièreté du tirage et une réimpression avec le chapitre "Jenart" risquait déjà d’être trop onéreuse. De plus, la traduction française a encouru du retard et ne fut prête qu’au moment où le procès Dutroux en était presque aux plaidoiries. Une réimpression n’était donc pas la solution.

La version française est entourée d’une bande de papier rouge. Cela me semblait une bonne idée de remplacer les bandes existantes par de nouvelles sur lesquelles aurait figuré l’explication du problème technique. Par la même occasion, on aurait pu y communiquer une adresse web sur laquelle le lecteur intéressé aurait pu prendre connaissance du chapitre manquant. Mais l’éditeur nous fit savoir : "Quant au texte du chapitre manquant, je n’ai pas pour le moment de site sur lequel je puisse mettre le texte. Néanmoins, nous avons un site en construction et nous y donnerons accès dès que possible."

Mon impression est que l’éditeur ne désire pas donner trop de publicité à la faute technique qu’il a commise. Du point de vue de l’éditeur, je peux le comprendre. Mais cela reste bien sûr une situation très embarrassante surtout pour le lecteur qui s’aperçoit vraiment qu’il n’y a que 29 chapitres au lieu des 30 annoncés.

Je remercie de tout coeur les membres de l’Observatoire citoyen pour la publication sur leur site du chapitre manquant.

Bonne lecture.

Douglas De Coninck

[1] Audition de Brigitte Jenart, brigade nationale de la PJ, le 27 janvier 1997, pv 10.050.

[2] Second rapport de la commission Verwilghen, section 4, « Le réseau relationnel de M. Nihoul », 5.1.4.

[3] De Morgen, le 23 octobre 1995.

[4] Audition de Brigitte Jenart, brigade nationale de la PJ, le 27 janvier 1997, pv 10.050.

[5] Walter De Bock dans De Morgen, le 14 octobre 2002.

[6] Audition de Rita Vetstuypens, police d’Ixelles, le 28 août 1996, pv 1639/BJ/96.

[7] Audition de Rita Vetstuypens, BSR de Bruxelles, le 28 octobre 1996, pv 116.393.

[8] Constatations de la police d’Ixelles, le 5 avril 1998, pv 008613.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3081
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   6/6/2012, 23:52

Un autre témoignage troublant


Par http://dondevamos.canalblog.com/
Fichier PDF du rapport: http://www.fichier-pdf.fr/2012/06/06/nathalie-w-dossier-dutroux/

Revenons sur l'affaire Dutroux, dont certains demandent la réouverture en raison des innombrables pistes jamais poursuivies. Parmi ces pistes, les vérifications des témoignages des fameux témoins X, qui avaient à peine commencé quand on a décidé que lesdits témoins étaient fous et disaient n'importe quoi.

Régina Louf, X1, a témoigné à 17 reprises devant les gendarmes, qui ont pu vérifier un grand nombre de ses propos. Un autre de ces témoins, qui n'a pas été joint aux témoins X, a permis de recouper largement ce que disait Régina Louf.

Voici les conclusions de l'enquête de police la concernant (mais je rappelle que l'enquête n'a jamais vraiment pu démarrer):

Nathalie W. n’a finalement pas été jointe aux témoins X, mais elle dénonce le même type de faits. Elle arrive au commissariat en 1996 accompagnée de sa psychologue, mais le flic refuse de prendre sa plainte contre son père (et d’autres), qui a commencé à la violer quand elle avait six ans (en 1971), et qui s’est mis à la « prêter » à des amis au cours de soirées chez lui ou dans des villas. Trop farfelu, d’après le fonctionnaire.

Plus tard, elle se rend à la gendarmerie de Bruxelles, et là on l’écoute. A ses 10 ans, son père la confie à un certain Vincent, âgé d’une quarantaine d’années, et que celui-ci l’emmenait dans des partouzes un peu partout. Elle dit avoir avorté trois fois.

Elle aussi raconte difficilement les faits, d’autant plus qu’elle affirme aux policiers avoir été suivie à deux reprises par ce Vincent après être venue à la gendarmerie : il lui aurait dit être au courant de sa plainte, et a gravé un V avec un couteau sur son avant bras gauche (photos à l’appui) en ajoutant « tu es à moi » (au moment où elle vient déposer, Nathalie est toujours plus ou moins sous la coupe de cette bande, et dit subir environ deux viols par semaine, de la part d’un certain Gérard), une autre fois une véhicule a tenté de pousser le sien en dehors de l’autoroute, puis une autre encore, elle est agressée sur une aire de stationnement.

Son agresseur ressemble beaucoup au portrait robot de l’agresseur de Marie France Botte, qui essaie de lui venir en aide avec son association. C’est Jean Louis Delamotte, associéde Nihoul dans l’entreprise Asco dont on va reparler avec l’affaire Van Hees.



Nathalie signale que depuis qu’elle est venue porter plainte, il y a « de plus en plus de sévices » et de « représailles » à son encontre, du harcèlement téléphonique la nuit et même des menaces de mort. La psychologue aussi a reçu une lettre de menace, donnée à la police.

Elle cite surtout des prénoms, les membres du Rotary Club de Waterloo qu’elle reconnaissait à l’écusson à l’arrière de leurs voitures, le café chez Dolores (futur Dolo) où il y avait d’autres enfants, les Atrébates, Michel, le patron du Dolo et un autre Michel (Nihoul, qui l’a violée à trois reprises quand elle était mineure), la mère du témoin X4, le Antony de Regina, en relation avec Nihoul, l’ex premier ministre Van Den Boeynants, Léon Defosset et Serge Kubla, deux bourgmestres.

Elle a aussi reconnu un certain Anthony, en fait le Tony de Regina. Mais, Regina l’a aussi reconnue comme étant une victime présente aux Atrébates, de même que X4. Enfin, Regina a reconnu le père de Nathalie comme un agresseur.

L’enquête a aussi montré que le père de Nathalie était au Rotary Club de Waterloo, de même que d’autres types qu’elle a cités. Elle désigne un immeuble d’Etterbeek à Bruxelles comme étant un lieu où elle a été abusée, et la police du coin l’avait déjà repéré pour des faits de mœurs (d’après la victime, des policiers d’Etterbeek s’y rendaient aussi).

En passant devant le bâtiment, Nathalie a fait un malaise, mais n’a pas pus’expliquer. Lors de l’enquête menée en 1996, le policier interroge la psychiatre de Nathalie, qui raconte que des pièces ont disparu à plusieurs reprises de son dossier médical, et que certaines ont été envoyées à Nathalie, après sa deuxième et sa troisième hospitalisations à l’hôpital Erasme à Bruxelles. Son père lui a même menacé la psychiatre via la psychologue qui l’avait eu en ligne, et a dit à Nathalie qu’il savait tout ce qui se passe à Erasme.

La psychiatre soupçonnait la psychologue, qui avait accès au dossier de Nathalie, de l’avoir subtilisé et d’avoir envoyé des morceaux afin de la déstabiliser et de lui faire perdre confiance (Le 21 novembre 1996, quelqu’un signale que le directeur de la psychiatrie à l’hôpital Erasme serait un ami intime du père de Nathalie, et qu’en outre il aurait aussi des relations intimes avec la psychologue de Nathalie. Nathalie n’a jamais croisé le directeur en question, mais sur photo elle le reconnait comme étant une personne qu’elle a vue ‘en privé’).

En novembre 1996, Nathalie parle de « messes noires », de mineurs marqués au fer rouge, de sacrifices humains, de viande humaine préparée donnée à manger aux enfants, en présence notamment d’Alexandre de Mérode.

Elle a énormément de difficultés à voir revenir certains souvenirs, et sur un PV les policiers notent qu’elle se tape la tête sur les murs en criant « non pas le couteau… Je ne veux pas faire ça », en repensant à une de ces soirées.

A un moment, Nathalie évoque une scène de viol et de torture dans une maison de l’avenue Churchill, à Bruxelles, et elle précise que « des choses plus graves s’y sont passées », mais qu’elle est « incapable d’en parler à ce stade ».

Mise sous hypnose, ses réactions confirment pourtant qu’elle a assisté à ce type de séance, et elle décrit un sacrifice.

En février 1997, elle fait des « aveux ». Les policiers écrivent : « Vincent est en réalité Alexandre de Merode, Le dernier contact avec cette personne date de la seconde quinzaine de janvier 1997 dans la maison (domicile) de Nathalie en l'absence de ses gardes », et qu’elle a même eu une fille de lui, qui lui a été enlevée immédiatement et vivait désormais aux Etats-Unis, d’après ce qu’Alexandre de Mérode a dit.

Elle leur dit qu’elle a été forcée de rester en contact avec lui et sa bande, qui exerce des pressions sur elle et la menace. Elle précise que ces types connaissent les noms, adresses et véhicules de certaines personnes concernées par l’enquête, comme Marie France Botte.



Pourtant, le frère ainé de Nathalie dément quasiment tout ce qui est possible, et dit que pour la plainte contre son père, c’est parce que Nathalie voulait attirer l’attention. Pareil avec le cadet : Nathalie n’a jamais été enceinte, la vie de famille était normale mais Nathalie a des problèmes de personnalité, il ne croit pas à l’inceste, le prénom de Vincent ne lui dit rien. Pour la mère, pas d’inceste non plus, et Nathalie est une mythomane.

La marraine de Nathalie observe pourtant très tôt qu’il y avait des dysfonctionnements dans la famille, et que Nathalie était beaucoup moins bien traitée que les autres, mais elle dit qu’elle ne pense pas à l’inceste. Cécile Z, la compagne de Nathalie, qui est agent de police à Bruxelles, confirme que Nathalie est bien arrivée de nombreuses fois chez elle avec des traces de coups.

D’après le PV, Cécile Z. « a vu des traces de coups au visage, aux bras et des marques de fer à repasser entre les cuisses, sur les bras et sur les mains », auxquelles Nathalie n’a pas donné d’explication.

Puis, le seul flic en qui Nathalie avait confiance est victime d’une hémorragie cérébrale, et il est remplacé par un enquêteur qui ne croit rien de ce qu’elle dit. On la prend alors clairement pour une folle, y compris auprès de son entourage, et jusque dans les médias. Trois flics portent plainte contre elle pour « calomnie et diffamation », car elle disait qu’ils faisaient tout pour la décrédibiliser. Comme beaucoup de victimes de ces sévices, elle a en effet du mal à parler, sa personnalité est erratique, elle refuse de se souvenir de nombreuses choses.

http://dondevamos.canalblog.com/

http://www.fichier-pdf.fr/2012/06/06/nathalie-w-dossier-dutroux/

Témoignage Nathalie W (Dossier Dutroux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Badonga



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Dossier X de l'affaire Dutroux   8/6/2012, 19:57

Dossier X de l'Affaire Dutroux
Lien : jheberg.net/download-8BD604EE7E79-doxafdut.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1280
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   15/8/2012, 14:21

Faites entrer l’accusé - Marc Dutroux, le démon Belge

Diffusé le 28.08.2003


Modération Bardamu le 30 fevrier 2017
Script nemesis supprimé car il rendait la page illisible dans sa totalité !
Je remplace la vidéo nemesis TV par son équivalent sur YT



_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foadman

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 08/08/2012

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   19/8/2012, 00:19

Marc Dutroux est le seul tueur en série à ma connaissance qui conservait ses victimes aussi longtemps chez lui. Les victimes pouvaient rester plusieurs mois dans sa cave alors que les autres tueurs en série ne gardent jamais de victimes chez eux vivantes plus d'une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   19/8/2012, 01:06

foadman a écrit:
Marc Dutroux est le seul tueur en série à ma connaissance qui conservait ses victimes aussi longtemps chez lui. Les victimes pouvaient rester plusieurs mois dans sa cave alors que les autres tueurs en série ne gardent jamais de victimes chez eux vivantes plus d'une semaine.

C'est peut-être parce que chez lui c'était comme une zone de transition, de correspondance; comme dans les aéroports.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
DesEspoirs2



Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 20/04/2012

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   12/11/2012, 02:48

Affaire Dutroux : Nihoul était un « agent infiltré » de la Gendarmerie ! (UBU-PAN, 08/11/2012)


Citation :
Voilà deux semaines que nous vous en parlons. Nihoul a été débouté par le tribunal de première instance de Bruxelles pour une plainte en diffamation et calomnie contre les auteurs du livre « Tous Manipulés ? ». Si le tribunal n’a pas pu se prononcer sur le contenu du livre, celui-ci n’ayant pas été déposé, il a quand même rejeté les demandes de Nihoul en se basant directement sur le jugement du procès d’Arlon.



Qu’y a –t-il donc de si dérangeant dans ce livre pour que Nihoul tente de le décrédibiliser, pour que la presse étatique le boycotte et qu’elle continue à ne pas ébruiter le véritable contenu de ce jugement ?



Chez UBU-PAN, nous l’avons décortiqué, analysé, nous avons également consulté les pièces citées et référencées dans le livre. Toutes les pièces citées dans cet article sont en notre possession et peuvent être exhibées ou publiées le cas échéant.



Ce livre a été rédigé par un ancien gendarme en fonction au moment de l’affaire. Cet ex-gendarme, Marc Toussaint, a longtemps cru à l’existence d’un grand réseau pédophile impliquant des personnalités. Tout pouvait effectivement le laisser penser à l’époque. En effet, à plusieurs reprises, il s’est vu entraver dans ses enquêtes liées à la pédophilie, au point de voir ses PV détruits ou détournés par sa hiérarchie.



Ce livre, c’est l’aboutissement d’une enquête de plus de 10 ans sur les pratiques de l’ex-gendarmerie.



L’affaire Dutroux, n’est rien d’autre que la mise en lumière de pratiques gravissimes mises en place par la Gendarmerie et par son service de renseignements, le BCR ! Cette vérité a été approchée par certains journalistes et par la commission d’enquête parlementaire, mais sans aller jusqu’au bout du processus : renvoyer les officiers de Gendarmerie responsables de ce fiasco judiciaire devant la justice ! L’institution n’a finalement été qu’égratignée par la commission parlementaire, on a parlé d’estompements de la norme, et pour éviter les vagues, on a réformé les services de polices, dissous la Gendarmerie et installé les anciens dirigeants de cette gendarmerie à des postes à responsabilités tant au commandement de la Police Fédérale qu’au Comité P ou à Interpol.



Deux informations gravissimes se télescopent dans ce livre : le rôle réel de la Gendarmerie (institution d’Etat) dans l’enquête sur la disparition de Julie et Melissa et le rôle de Michel Nihoul dans la bande de Dutroux. Ces deux informations sont liées et expliquent à elles seules toutes les manœuvres mises en place pour empêcher que le scandale n’éclate, car ce scandale est bien plus grave que la participation de pseudo-personnalités dans un vaste réseau pédophile. Le seul moyen d’éviter le scandale était la mise en place de moyens visant à « blanchir » Michel Nihoul et éviter ainsi que n’éclate le scandale sur son véritable rôle dans cette affaire : Nihoul serait un agent provocateur « infiltré » dans la bande de Dutroux pour le compte de la Gendarmerie ! Voilà en substance ce que révèle ce livre…



Revenons donc à la disparition de Julie et Melissa le 24 juin 1995. Dès le 07 juillet 1995, soit 15 jours après la disparition, la gendarmerie se lance sur la piste de Dutroux en ressortant une info de 1993 selon laquelle marc Dutroux aménage des caches dans sa cave pour y séquestrer des filles. Le 16 août 1995 un rapport est rédigé suite à une réunion organisée par le BCR. Cette réunion qui a eu lieu le 09 août à laquelle participait entre autre, le gendarme Michaux se tenait à Charleroi, là où réside Dutroux (et non à Liège, là où l’affaire est mise à l’instruction) et avait pour objet : « Disparition de Julie et Melissa ». La juge d’instruction en charge n’a jamais été conviée à cette réunion, ni aux suivantes d’ailleurs. Le rapport du 16 août (https://docs.google.com/file/d/0B19T-VLmoWGOSzBNNzc4UkF4Ums/edit) mentionne très clairement que Dutroux aménage des caches pour y séquestrer des jeunes filles, qu’il propose de l’argent pour enlever des enfants et qu’il aurait réalisé « une affaire » en juin…



IL NE FALLAIT PAS SAUVER JULIE ET MELISSA

La Gendarmerie décide alors de prendre le temps qu’il faudra afin de « s’assurer » de la présence d’enfants chez Dutroux, en essayant de trouver un motif détourné (vol) pour obtenir un mandat de perquisition sans attirer l’attention de Dutroux. Il est bien mentionné « s’assurer » de la présence et pas délivrer ou sauver ! La gendarmerie n’a jamais eu l’intention de délivrer Julie et Melissa. Ces informations suffisaient à elles seules pour demander un mandat de perquisition à la juge Doutrewe en charge de l’enquête, c’est pourquoi les gendarmes ne l’ont jamais avisée. La Gendarmerie était persuadée qu’elle était en présence d’un réseau pédophile impliquant des personnalités politiques ou influentes de la région (Hainaut). Elle a donc mis en place une observation(codifiée : Opération « Othello ») devant chez Dutroux, afin d’identifier les éventuels « clients ». Personne n’a jamais vu non plus les cassettes vidéo de ces observations.

En décembre, Dutroux se fait arrêter par la police pour l’affaire du camion volé. Il est privé de sa liberté et le juge Lorent délivre un mandat de perquisition à la police. C’est là qu’intervient Michaux. Il obéit aux directives de la réunion du 9 août et va trouver le juge Lorent. Il lui explique qu’il doit absolument avoir ce mandat et procéder à la perquisition lui-même. Il l’obtient et allant à l’encontre de tous les codes de bienséance et de collaboration dans des cas similaires, il écarte les policiers de leur perquisition !

Michaux effectue cette fameuse perquisition du 13 décembre 1995 avec un collègue et un serrurier. Cette perquisition est une fois de plus surréaliste. En arrivant, Michaux envoie son collègue seul à l’étage, il ordonne au serrurier de commencer les travaux de réparation à la porte d’entrée et il descend immédiatement et seul à la cave (contre toutes les règles, puisque la perquisition doit se faire en présence d’un témoin). Pour rappel, il sait que Dutroux y a aménagé des caches ! C’est alors qu’il entend des voix d’enfants et qu’il crie : « Taisez-vous » ! C’est la dernière fois qu’on entendra les voix de Julie et Melissa. Sur son PV, Michaux ne parle pas des voix. Ce n’est qu’à la découverte de Sabine et Laetitia dans la cache, le 15 août 1996, qu’il s’en « souviendra » et qu’il rédigera en urgence un PV pour tenter de justifier l’injustifiable. Le serrurier confirmera plus tard lorsqu’il sera entendu qu’il a bien entendu des voix venant de la cave.

Le Gendarme Michaux a bien tenté de parler lorsqu’il était trop « sous pression ». Chez Vrebos, notamment. Quelques jours après avoir témoigné au procès d’Arlon, il déclare qu’il n’a pas tout dit. Il dira aussi qu’il révélerait ce qu’il « avait sur le cœur » après la pension. Il craignait donc de mettre en cause son employeur. Le tribunal le convoqua à nouveau après son passage chez Vrebos et il expliqua qu’Alain Guillaume lui aurait confié qu’il aurait servi de fusible pour éviter que des officiers de Gendarmerie ne « sautent ». Alain Guillaume ne confirmera jamais. Alain Guillaume, pour info, c’est ce journaliste du Soir (et compagnon d’Els Cleemput, porte parole de la gendarmerie) qui révéla l’existence des cassettes vidéo saisies chez Dutroux et qui disparaîtront plus tard dans les couloirs de la Gendarmerie ! Michaux ne supportait plus le poids de ce secret. Ca se voyait lors de ses interventions télévisées. Il a d’abord sombré dans l’alcool avant de mourir de remords. Michaux est une des victimes collatérales de cette affaire maudite !

Dutroux ne sera libéré qu’en mars 1996. Julie et Melissa décédées, la Gendarmerie ne peut plus s’en servir pour identifier d’éventuels clients. C’est alors qu’elle « aurait activé » un de ses informateurs : Nihoul !



NIHOUL INFORMATEUR

Nihoul, homme d’affaire peu scrupuleux impliqué dans pas mal d’affaires troubles est aussi un informateur de la Gendarmerie. D’après les auteurs du livre, ce dernier qui était en contact avec Dutroux et Lelièvre depuis plusieurs mois aurait été « activé » pour inciter Dutroux à enlever des filles. Tous les témoignages et certains éléments connus vont dans ce sens. Nihoul lui-même a revendiqué qu’il avait agi pour le compte de la Gendarmerie. Michèle Martin a confirmé à plusieurs reprises que Nihoul avait « commandé des filles » à Dutroux. Et puis il y a ce mystère entourant les pilules d’XTC. Nihoul a bien été condamné pour avoir fourni ces pilules à Lelièvre et Dutroux, mais le juge Langlois n’a pas voulu savoir d’où elles provenaient ni comment elles avaient été payées. Le livre révèle que ces pilules proviennent d’un stock saisi par… la Gendarmerie, et qu’elles ont été livrées au lendemain de l’enlèvement de Laetitia. De là à penser que l’enlèvement de Laetitia fait suite à une commande payée avec de la drogue, il n’y a qu’un pas, que les auteurs franchissent ! Car le jour de l’enlèvement de nombreux coups de téléphones sont échangés entre Dutroux et Nihoul et confirmé par Laetitia elle-même qui a entendu Dutroux prononcer les prénoms de Michel et Jean-Michel et « ça a marché ». Lors de son exposé au procès, le juge Langlois omettra de parler de ce témoignage de Laetitia. Lorsque Dutroux sera interrogé sur l’identité de l’interlocuteur, il confirmera qu’il s’agissait bien de Nihoul ! Dans son livre autobiographique (2007, soit 3 ans après le procès) « Moi Michel Nihoul » l’intéressé déclare : «J’ai été condamné pour des choses que je n’ai pas faites mais je n’ai pas été condamné pour des choses que j’ai faites»…



Plus tard, au cours de l’enquête diligentée par le comité P, Jean-Marie Gilot commandant de la brigade de Grâce-Hollogne déclare en date du 1 octobre 1996 qu’aucun rapport n’a été transmis à La juge Doutrewe dans le cadre des informations sur Marc Dutroux (cette audition n’apparaîtra pas dans le rapport final du Comité P).



UN ELEMENT NOUVEAU

Walter De Smedt, qui était détaché au comité P à ce moment là en tant que juge d’instruction et qui vient de prendre sa pension me déclare aujourd’hui : « J’ai été écarté de l’enquête du comité P parce que j’avais déjà en 1988 comme juge d’instruction dans le dossier Antwerp Tower découvert l’existence et le fonctionnement des GDA – gerechtelijke informatiediensten (service de renseignements de la Gendarmerie) qui travaillaient en secret ne mettaient pas le juge au courant des opérations secrètes de la gendarmerie. Suite ma plainte pour coalition de fonctionnaires dans l’enquête sur l’affaire Dutroux le président (du comité P) Troch a avoué que j’ai été écarté suite à une réunion avec le président du sénat Swaelen. Je savais que l’opération Othello n’était que la répétition de l’opértion Antwerp Tower – et je savais ou chercher pour trouver. Il est évident que le juge Doutrewe ne savait pas ce que la gendarmerie faisait. Le rapport du comité a donc “ oublié” que les gendarmes ont avoués dans l’enquête du comité P que la juge Doutrewe n’était pas au courant. Pour moi ce rapport est un faux et les déclarations des gendarmes devant la commission parlementaire sont des parjures ! »



Que penser aussi du rôle de l’avocat Maître Rivière qui défendait le Gendarme Michaux mais aussi la petite Sabine… elle-même fille de Gendarme. Maître Rivière était le seul avocat des parties civiles à défendre Nihoul et la Gendarmerie !



L’hypothèse retenue par les auteurs de ce livre est assez simple. Cette affaire ne pouvait pas être traitée autrement. La Gendarmerie outrepasse ses fonctions et «dérape » complétement. Elle actionne un de ses informateurs qui a suffisamment de « casseroles » derrière lui pour aller en prison durant des décennies (c’est comme ça que fonctionnait à l’époque la gestion des informateurs). L’informateur, de son côté, n’a pas trop le choix, il n’a qu’à se tenir discret, il n’a pas intérêt à révéler la manouvre machiavélique dans laquelle il a été instrumentalisé. S’il parle, il sera lâché par ceux qu’il l’ont embarqués dans cette galère et il tombera également pour toutes les autres affaires que l’on garde en suspens au cas où… Se met en place alors, une manœuvre en trois temps ayant pour but de le « sortir » de cette galère. Premier temps, on écarte tous ceux (magistrats et enquêteurs) qui peuvent mettre à jour ce scandale. Deuxième temps, tout est mis en œuvre pour blanchir l’informateur, il sera condamné légèrement afin de satisfaire l’opinion publique. Troisième phase, il est réhabilité par quelques journalistes « sous influence » du système étatique.



La Gendarmerie a toujours monté des dossiers contre tout le monde. Le scandale des microfiches B en est un exemple révélé au public à la fin des années 70. Il lui était donc relativement aisé dans ce cas-ci d’actionner tout ce qu’elle avait contre certaines personnes pour orienter certaines décisions ou enquêtes… Des députés siégeant à la commission d’enquête parlementaire et très critiques sur le rôle des Gendarmes se sont plaints d’avoir été directement intimidés par la Gendarmerie avant de changer totalement de position vis-à-vis de la Gendarmerie et des éventuelles protections. Serge Mouraux déclarait dans le Soir Illustré du 27/11/1996 : « Des services de Police se livraient à des enquêtes sur la vie privée des membres de la commission. Histoire de pouvoir les mettre sous pression au cas où… » Le 21 septembre 1996, peu de temps avant la commission d’enquête, Paul Van Keer (président du syndicat des gendarmes) menaça aussi sur un plateau de télévision de « sortir » les dossiers compromettants sur des magistrats s’ils continuaient à enquêter sur les responsabilités de la Gendarmerie dans cette affaire !



Bref, ce que met en exergue le livre, ce sont les pratiques d’une Gendarmerie qui se croyait au dessus des lois et qui a utilisé des fillettes pour tenter d’identifier des personnalités influentes et de monter de nouveaux dossiers… A quelles fins ?

Les auteurs n’émettent pas d’hypothèses à ce sujet.

Ils laissent au lecteur le soin de tirer ses propres conclusions après une lecture abondamment documentée et argumentée.



Mais La Gendarmerie, toujours si bien informée aurait-elle pris autant de risques en « abandonnant »deux fillettes dans les griffes de pervers avérés et se serait-elle embarquée dans une opération d’infiltration et de provocation d’une telle ampleur si elle n’avait pas déjà quelques éléments lui permettant de penser que Dutroux avait peut-être des connexions avec une organisation pédocriminelle ?



Max Loiseau

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Affaire-Dutroux-Nihoul-etait-un-agent-infiltre-de-la-Gendarmerie-14826.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   26/1/2013, 21:02

Converti au protestantisme, Michel Lelièvre veut entrer dans les ordres.

Michel Lelièvre, l’ex-complice de Marc Dutroux, s’est converti au protestantisme et a écrit à plusieurs couvents afin d’y être accueilli.

Michel Lelièvre, l’ex-complice de Marc Dutroux, s’est converti au protestantisme et a écrit à plusieurs couvents afin d’y être accueilli, de la même manière que Michelle Martin. Michel Lelièvre s’est également adressé à l’archevêque Léonard mais a essuyé une fin de non-recevoir, selon son dossier de reclassement que De Morgen a pu consulter.

Michel Lelièvre, 41 ans, est en prison depuis 1996. En 2004, il a été condamné à 25 ans de prison. Depuis huit ans, il entre déjà en considération pour une libération conditionnelle. Toutes ses tentatives ont jusqu’à présent été torpillées par le fait qu’il a été attrapé en prison en possession de drogue.

Les avis du service psycho-social de la prison d’Ittre font désormais état de la fin de l’addiction du détenu depuis quelques années.

À partir du 26 février, cela fera un an que sa dernière demande de libération conditionnelle aura été introduite. Il pourra dès lors en faire une nouvelle. Il viserait également un congé pénitentiaire sous l’accompagnement de l’aumônier de la prison d’Ittre. Actuellement, il ne sortirait plus de sa cellule que pour participer à la messe du jeudi et aux chants gospel, selon son dossier.

Paul Marchal, le père de Ann, a déjà réagi à l’information dans les colonnes du quotidien flamand. «Depuis la libération de Michelle Martin, je me demande : ‘pourquoi elle et pas lui? ‘ Michelle Martin avait un diplôme pédagogique et a laissé des enfants mourir. Michel Lelièvre était un jeune héroïnomane qui était perdu. Je suis vraiment découragé.»
...
Revenir en haut Aller en bas
silino



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   28/2/2013, 01:41

Les dossiers X de l'affaire Dutroux
Ce que la Belgique ne devait pas savoir :

zippyshare.com/v/91169631/file.html
ou
uptobox.com/2wpm038thi7o
ou
http://www.fichier-pdf.fr/2012/02/22/dossier-x/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   28/2/2013, 11:49

silino a écrit:
Les dossiers X de l'affaire Dutroux
Ce que la Belgique ne devait pas savoir :

zippyshare.com/v/91169631/file.html
ou
uptobox.com/2wpm038thi7o
ou
http://www.fichier-pdf.fr/2012/02/22/dossier-x/

Merci Silino Bien Toujours au top pour la mise en partage des documents importants Daccord

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   19/3/2013, 19:35

Trop de sauce sur son rôti : Marc Dutroux écrit pour se plaindre
Saoul

Citation :
" Marc Dutroux a repris sa petite vie à la prison de Nivelles. Il a repris très vite le chemin des caprices. Ce dimanche, il a ainsi annoncé qu’il allait écrire à la direction. Pourquoi ? Parce qu’il y avait trop de sauce sur son rôti.

Ce dimanche, à la prison de Nivelles, on a servi à midi du rôti, des croquettes et du céleri rave. Quand on a amené le plateau à Marc Dutroux, il s’est fâché : il y avait trop de sauce. Or, on sait qu’il a demandé et obtenu de pouvoir bénéficier d’un régime sans graisse. Non qu’il prenne du poids, mais « il est pré-diabétique », nous confie sa visiteuse de prison.

« C’est toujours la même chose, j’en ai marre, je vais écrire à la direction de la prison», aurait déclaré le détenu le plus... barbu de Belgique (étant donné l’absence de coiffeur à la prison de Nivelles). On ignore s’il a mangé sa viande en écartant simplement la sauce. Par contre, il n’a pas rouspété sur les croquettes !

Marc Dutroux est de mauvaise humeur ces temps-ci. Il se plaint aussi des médias qui en font trop sur lui. « Il estime que c’est de leur faute si on ne l’a pas libéré », nous confie sa visiteuse de prison, une Bruxelloise de 57 ans qui, par peur de représailles de la part de la population, préfère garder l’anonymat. « Il trouve que l’on fait beaucoup trop de publicité sur lui. Mais il ne désespère pas. Il m’a dit qu’il allait relancer son ami Pierre (ou Petrus), d’Anvers, pour le convaincre de l’héberger s’il était libéré ».

Dans nos journaux de ce lundi, la suite de ce reportage. Via une « visiteuse », on apprend ainsi que Dutroux joue à la guerre sur ses jeux vidéos..."

SUDPRESSE.BE 18 mars 2013

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2511
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   19/3/2013, 21:15

Capricieux comme cafard...

Il serait en effet utile de lui retirer sa sauce,et de la remplacer par un petit assaisonnement plus approprié à ce genre d'insecte :



Il sera ainsi libéré de prison,mais quand à sa prochaine destination,je donne pas cher de sa peau Twisted Evil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   2/7/2013, 18:34



Affaire Dutroux : Une vidéo pédopornographique retrouvée dans sa cellule
http://souverainete-du-peuple.blogspot.fr/2013/06/affaire-dutroux-une-video.html

Affaire Dutroux : La cassette porno contenait des photos de Julie et Melissa
http://souverainete-du-peuple.blogspot.fr/2013/06/affaire-dutroux-la-cassette-porno.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3081
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   4/7/2013, 14:52

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   30/1/2017, 23:32

Je reposte en doublon ici un post de Lars relatif à l'affaire Dutroux... Il n'avait pu le faire en raison du fait que cette page 3 du topic Dutroux était corrompue par un script nemesisTV que je viens de supprimer.


Lars a écrit:


Je pose ça ici, comme le topic sur l'affaire Dutroux déconne (affichage d'une page Nemesis.tv). Ce n'est pas hors sujet, car le député controversé Laurent Louis est également cité :

- Affaire Dutroux : Julie et Mélissa pourraient avoir été tuées lors d’un rituel satanique impliquant des personnalités importantes, selon un ancien député belge très controversé
https://trianglenoir.info/2017/01/29/albert-mahieu-affaire-dutroux-julie-melissa-cassette/


Le doublon original est visible ici : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7475p50-belgique-le-depute-laurent-louis-mld-contre-le-pouvoir-en-place-en-belgique#90812

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI   

Revenir en haut Aller en bas
 
RETOUR SUR L'AFFAIRE DUTROUX, TOUT EST ICI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» retour de l'affaire gregory
» petit saignement... Retour de couches ?
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait
» Je change tout le temps d'avis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Affaires de Pédocriminalité-
Sauter vers: