Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la crise du crédit (vostfr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: la crise du crédit (vostfr)   7/6/2010, 08:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MathiasS



Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 22/05/2010

MessageSujet: Re: la crise du crédit (vostfr)   7/6/2010, 11:41

Très bonne explication, simple et concise.

J'ai déjà entendus parler du fait que la crise monétaire était organisée par l'oligarchie qui gouverne nos gouvernants (pour créer une instabilité et apporter le NOM comme solution) mais on se rend compte ici que c'est juste l'appât du gain et la malhonnêteté de certain qui ont créés cette crise.

J'entends aussi Alex Jones (entre autre) dire que les Bilderberg craignent pour l'euro, puisque c'est un des piliers du NOM, et pourtant c'est bien en grande partit Goldman Sachs, Lehman Brothers et J.P Morgan qui ont créés cette faillite de l'euro qui sont, si je ne me trompe pas, dans la poche des Bilderberg...

Ou est la vérité dans cette histoire?!

scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6052
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: la crise du crédit (vostfr)   7/6/2010, 12:43

Vidéo en doublon avec celle postée par Ziril dans la rubrique "Vidéos importantes" mais elle mérite un débat Smile

Essayer de penser comme eux peut nous permettre de commencer à comprendre. Un article intéressant à ce sujet :

Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2150548075-Krach-mondial-Les-raisons-cachees.html

Krach mondial – Les raisons cachées

De toutes les analyses de la crise actuelle, j'ai particulièrement apprécié celle du Dr Abderrahmane Mebtoul, expert international, professeur d'économie et président de l'association algérienne de développement de l'économie de marché en Algérie. Il intervient souvent lors de conférences au siège de l'UNESCO. En effet son analyse est claire et, surtout, facile à comprendre. Il explique dans le journal «la nouvelle république» du 15 novembre 2008 les 5 étapes de la crise actuelle. Il annonce en conclusion:
«Entre le 2 janvier et le 24 octobre 2008 les plus grandes places financières ont perdu presque la moitié de leur capitalisation soit environ 25 000 milliards de dollars soit près de deux fois le Produit intérieur brut américain . D'une manière générale, l'essence de la crise tant de 1929 que de 2008 est une dénaturation du fondement du capitalisme.»

Jean Ziegler, ex-rapporteur spécial des nations unies pour le droit à l'alimentation, aujourd'hui membre du comité consultatif du conseil des droits de l'homme de l'ONU nous donne son analyse. Cette crise est pour lui celle du «capitalisme de la jungle». Il dénonce «la souffrance des travailleurs américains: 25 millions de familles expulsées de leur logement depuis mars auxquels s'ajoutent 10 000 locataires expulsés chaque jour depuis septembre. Des milliers de fonds de pensions sont partis en fumée».

En effet, beaucoup de choses ont été écrites sur l'origine de la crise systémique actuelle, mais, il manque cependant un élément essentiel: l'étude de cette «dénaturation du capitalisme», ce «capitalisme de la jungle».
En effet, pour comprendre la crise actuelle, il faut analyser en profondeur la psyché des responsables. Et tout d'abord , qui sont-ils?
Cette question n'est pas anodine et je ne vais pas parler de ceux qui tirent les ficelles dans l'ombre car cela ne serait que pure spéculation non étayée par des preuves. Donc, attachons nous à comprendre ceux qui sont identifiés. Je vais donc limiter volontairement mon étude à deux des principaux acteurs de la crise:
-Milton Friedman et Alan Greenspan

Il est évident que tout ce qui va suivre est extrêmement étayé (les sources identifiées) et vérifiable.

I. Milton Friedman

De tous les économistes, Milton Friedman est un personnage à part et sa trajectoire professionnelle est exceptionnelle.
C'est un économiste américain né le 31 juillet 1912 à New York et décédé le 16 novembre 2006 à San Francisco. Il a été prix Nobel d'économie en 1976.
Son œuvre majeure «capitalisme et liberté», publiée en 1962 explique sa théorie selon laquelle la réduction du rôle de l'État dans une économie de marché est le seul moyen d'atteindre la liberté politique et économique.
Ses idées, dans les années 1980, ont influencé les politiques économiques de nombreux gouvernements à travers le monde, notamment celles de Ronald Reagan (et de tous les présidents américains), de Margaret Thatcher et surtout d'Augusto Pinochet. Il a énormément influencé la politique économique de l'Islande (on sait ce qui lui est arrivé).

Concernant la crise de 1929, il a identifié le principal coupable:
«La Fed est largement responsable de l'ampleur de la crise de 1929. Au lieu d'user de son pouvoir pour compenser la crise, elle réduisit d'un tiers la masse monétaire entre 1929 et 1933.»Cette affirmation a été écrite dans ses mémoires «Two lucky people» publiées le 28 mai 1999.
Mais le plus important n'est pas là. En effet, ses idées sont à la base d'un nouveau courant de pensée: l'anarcho-capitalisme. Ses adeptes préfèrent se définir comme «libertariens».
L'association de ces deux mots peut choquer, mais il s'agit d'une réalité qui a peu été étudiée.
Les libertariens se battent pour la liberté sexuelle, la dépénalisation des drogues mais surtout le respect de la propriété privée(y compris de son corps).

Milton Friedman a reconnu lui même être «libertarien». Il l'a déclaré (la vidéo est visible sur le site «le Minarchiste Québécois»: «le libertarianisme selon Friedman») lors d'une entrevue avec Peter Robinson.
Ainsi, le fils de Milton Friedman, David Friedman (né le 2 février 1945) économiste lui aussi, est un membre important de ce courant. Il a d'ailleurs écrit «Vers une société sans état» publié en 1973.

La «dénaturation du capitalisme» et le «capitalisme de la jungle» ont ainsi une base théorique profonde. Il s'agit d'une nouvelle vision de l'homme dans laquelle l'ego et la liberté individuelle sont sublimés. Cette nouvelle vision a totalement «infesté» l'esprit de nos élites financières et intellectuelles qui trouvent là une justification à tous les excès que nous connaissons. Ainsi, pour certains libertariens (anarcho-capitalistes) l'esclavage ne pose aucun problème car il est justifié par une idée fondamentale: «l'affirmation de la pleine propriété de soi».De même l'acte de tuer une autre personne avec son consentement est moralement permis.

Peter Vallentyne penseur du mouvement libertarien et professeur à l'université du Missouri dans «libertarianisme, propriété de soi, et homicide consensuel»écrit:
«On a le droit de choisir de cesser d'être autonome (en mourant ou en perdant ses droits sur soi-même). De ce point de vue, l'esclavage authentiquement volontaire n'est pas problématique. Il est simplement le cas limite de l'esclavage partiel volontaire qui résulte de promesses ou d'accords que nous passons».
Certains, au sein de ce groupe justifient donc la prostitution, le travail échangé contre un salaire de misère et surtout la vente par certains désespérés d'une partie de leur corps (rein par exemple) puisque tout ceci a été décidé «volontairement». Il faut cependant souligner que tous les libertariens ne sont pas en accord avec cela et il existe des courants de pensée différents.

Ce mouvement a des liens, que je vais exposer, avec le «satanisme d'Anton LaVey»
Anton Szandor LaVey (de son vrai nom Howard Stanton Levey, né en 1930 mort en 1997), est le fondateur de l'«Eglise de Satan» en 1966 qui se base sur un ouvrage publié la même année «la bible satanique». Il est l'un des premiers à prôner la totale liberté des hommes de ne pas suivre les dogmes religieux, de ne vénérer aucune divinité et d'être leur propre dieu. Cette philosophie est assimilable à une religion de l'individualisme.
On peut le résumer par cette phrase célèbre:
«Dieu n'est pas mon berger car je ne suis pas un mouton!».

La plupart des gens ne comprennent rien au «satanisme LaVeyen». Il s'agit d'une nouvelle religion basée sur un credo simple:l'homme peut être l'égal de dieu par son intelligence et par conséquent, tout lui est permis, il refuse tout mysticisme et se distingue donc du culte de Satan. L'homme reste un animal et sa liberté doit être totale.
Nos élites, même s'ils s'en défendent, sont profondément influencées par ce courant de pensée (voir la photo de John Kerry candidat aux élections présidentielles US et d'Anton LaVey).

Il existe d'ailleurs des interconnections entre Anton Lavey et Alan Grenspan, ce que je vais démontrer ici.

II. Alan Greenspan

Ayn Rand philosophe et libertarienne célèbre(1905 – 1982) est l'instigatrice de l'objectivisme qui idéalise l'estime de soi et insiste sur le fait que l'être humain n'a pas besoin de se justifier pour exister car il est une fin en soi. Elle est l'un des principaux auteurs cités dans «la bible satanique»et reconnue comme fondamentale sur le plan des idées par le mouvement libertarien. Anton Lavey a reconnu qu'elle était sa plus grande source d'inspiration. Or, Alan Greenspan a lui aussi énormément été influencé par elle, il a d'ailleurs déclaré:
«Elle m'a montré que le capitalisme n'est pas seulement efficace, mais aussi moral» (source: Le Monde, 15 août 2007 ). Elle a d'ailleurs écrit un livre qui est un hymne à la sublimation de l'ego qui se nomme «La Vertu d'égoïsme» (The Virtue of Selfishness, Les Belles Lettres) publié en 1993.

Alan Greenspan avait créé en 1950 un groupe nommé «le collectif» qui devait servir à diffuser les idées d'Ayn Rand avec le «Nathaniel Branden Institute» et leur périodique «The Objectivist».
On le voit, ainsi, celle qui a le plus influencé Anton Lavey a aussi été soutenue par l'ancien président de la Fed. Satanisme et Libertarianisme même s'il existe des différences, ont la même base philosophique, ils défendent des idées communes, à savoir, la liberté individuelle et la défense de la propriété privée, liberté poussée à son paroxysme (par les partisans d'Anton LaVey).

Mais revenons au parcours d'Alan Greenspan.
Alan Greenspan est né en 1926, il a été le président de la Réserve Fédérale (la Fed), la banque centrale des USA de 1987 à 2006.
Il est membre du Bohemian Club et surtout, il a participé à la conférence Bilderberg de 2002. Il se définit comme un républicain libertarien (source: Sunday Times du 16 septembre 2007) et Milton Friedman le considérait comme le meilleur directeur de la Fed (Interview de Charlie Rose).

Alan Greenspan adore expliquer de façon claire son action. Il avait déclaré, dans le journal «Le monde» du 9 juillet 1998:
«Si quelqu'un a compris quoi que ce soit à ce que je viens de dire, c'est que je me suis mal exprimé».Il est donc un «grand pédagogue», non dénué d'humour!
Il reprend en cela les idées d'Henri Ford qui a déclaré:
«Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.»

Il est surtout celui qui, en accord avec ses idées libertariennes, a fait sauter tous les contrôles et verrous en vue de favoriser le développement de la finance. Cependant, nous savons aujourd'hui, que c'est ce manque de contrôle qui a causé la catastrophe actuelle. Alan Greenspan est en effet le père de la déréglementation bancaire, de la titrisation (voir plus haut) des hypothèques et de l'explosion des CDS (Crédit Default Swap qui sont des contrats financiers bilatéraux, de protection, entre acheteurs et vendeurs). Or, les CDS représentent 62.000 milliards de dollars. Le PIB mondial représente moins de 50.000 milliards de dollars.

Vous comprenez mieux maintenant l'ampleur de la crise actuelle, n'oubliez pas que la titrisation représente 630.000 milliards de dollars ce qui va inexorablement conduire tôt ou tard à la fermeture des bourses (peut-être le 18 novembre).

Dans mon article «krach mondial- Fermeture des bourses», j'avais ainsi annoncé cette fermeture. Je n'ai rien à voir avec monsieur LaRouche qui a déclaré le 7 novembre que les bourses seraient fermées le 17. Mon article a en effet été publié le 3 novembre, soit 4 jours avant (alterinfo et bétapolitique). Je ferme la parenthèse car, il y a plus grave. En effet,.l'organisme de contrôle chargé de la surveillance des marchés, la SEC (Securities and Exchange Commission) a été «détruit» et ceci en accord avec l'idéologie libertarienne désirant moins d'état, moins de contrôle, voire la disparition des contrôles.

Ce qui va suivre est la clé permettant de comprendre la crise actuelle, et, ceci est explosif.
La SEC donc, l'organisme qui devait surveiller les marchés, est passée pour la section des CDS de 147 employés à 1 seul. Incroyable mais vrai!
Cette information a été donnée par Peter Welsh, représentant du Vermont au Congrès.
Elle a d'ailleurs été reprise par Lynn Turner chef comptable de la SEC (donc, quelqu'un de fiable!) qui, témoignant sous serment a déclaré:
«Je pense qu'un écrémage systématique – appelez ceci comme vous voudrez – parmi les fonctionnaires a eu lieu dans cette administration, afin de saper ses capacités de contrôle.»

Alan Greenspan a d'ailleurs rejoint le fonds spéculatif «Paulson &Co».Basé à New York, Paulson & Co a réalisé des résultats spectaculaires l'an dernier, en pleine crise du "subprime". En pariant sur l'effondrement des prêts hypothécaires à risque, il a réalisé des bénéfices de 12 milliards (dont 3,5 pour John Paulson lui-même). «C'est l'un des fonds d'investissement qui a le plus bénéficié de la crise actuelle sur le marchés financiers. Une crise qui a été largement provoquée par la politique laxiste de la Fed sous la direction de M. Greenspan», notait le quotidien Wall Street Journal sur son site internet.

Voilà, vous connaissez maintenant la vérité.
Cette crise n'est pas une crise comme les autres, c'est une déchirure profonde, une guerre (qui n'est pas que philosophique) entre deux conceptions de l'homme et de la morale.
D'un côté les partisans d'une destinée humaine collective dans laquelle l'individu doit trouver sa place dans le respect des autres et de l'environnement. De l'autre, les partisans de la liberté individuelle totale, d'un moi «boursouflé» et de «la loi de la jungle».
N'oublions pas que ce débat est vieux comme le monde. D'ailleurs, Jean-Jacques Rousseau écrit dans le Contrat social: «Entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et c'est la loi qui libère.»

Quoi qu'il en soit, notre planète est en train de donner son verdict. Elle nous montre tous les jours à quel point ce système économique primitif, qui ne rend personne heureux (ni l'oppresseur, ni l'opprimé) détruit notre environnement et l'humanité qui est en nous.

Pour conclure, je laisse ici deux déclarations : une déclaration de Milton Friedman, l'autre d'Albert Einstein qui vous éclaireront plus que tous les discours:
Milton Friedman :
«Seule une crise – réelle ou supposée – peut produire des changements. Lorsqu'elle se produit, les mesures à prendre dépendent des idées en vigueur dans le contexte. Telle est, me semble-t-il, notre véritable fonction: trouver des solutions de rechange aux politiques existantes et les entretenir jusqu'à ce que le politiquement impossible devienne le politiquement inévitable.»
Préface de la nouvelle édition anglaise (1982) du livre de Milton Friedman (assisté de Rose D. Friedman), Capitalisme et liberté (note 33, chap. 6).

Albert Einstein :
«Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire».

Gilles Bonafi

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la crise du crédit (vostfr)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Crise la nuit
» La crise...
» Cherbourg, ville-arsenal en crise
» Crise économique au ... Vatican

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: