Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   15/6/2010, 09:02

Les chiffres catastrophiques de la pandémie occidentale de cancer ont été dévoilés ici :
http://french-revolution-2.blog.fr/2009/09/10/cancer-la-catastrophe-partie-1-etat-des-lieux-6895783/

La principale cause de cette dernière a été identifiée ici :
http://french-revolution-2.blog.fr/2009/10/23/cancer-la-catastrophe-partie-2-pesticides-sur-l-occident-7189183/

Et l'ensemble de toutes les causes ici :
http://french-revolution-2.blog.fr/2009/12/27/cancer-la-catastrophe-partie-3-les-causes-7640286/

Tout cela est fort intéressant mais parfaitement inutile si l’on est condamné à attendre passivement que le couperet tombe ou pas sur sa tête…
Nous allons donc voir dans cet article que chacun peut agir individuellement pour se protéger efficacement en changeant simplement son comportement alimentaire à partir des données scientifiques les plus récentes.

Sur ce blog, vous avez (peut être) déjà appris à penser autrement, maintenant vous allez apprendre à manger autrement !

Les informations qui vont suivre présentent un régime prophylactique applicable par chacun pour réduire son risque de déclencher de la maladie.
Ce régime est également applicable par les personnes déjà atteintes afin de compléter par une alimentation « anticancer » les traitements classiques proposés par la médecine.

Ceci est à prendre très au sérieux car :
. cette approche est sans aucun risque car basée sur la consommation préférentielle de certains aliments
. ce comportement alimentaire peut faire la différence en ce qui concerne la survie à la maladie dans les cas critiques, soit la moitié des cas de cancer dont le pronostic comme le disent pudiquement les médecins est « défavorable ».

Mais au préalable, une question se pose immédiatement : pourquoi ces informations ne sont elles pas massivement diffusées, partie intégrantes des recommandations médicales et largement relayées par les médias ?
En effet, ces recommandations nutritionnelles pourraient faire chuter dans des proportions phénoménales le nombre de nouveaux cas de cancer, le fait de contribuer à les masquer constitue un véritable crime par "non assistance à humanité en danger".


A qui profite le crime ?

La raison pour laquelle tout est fait pour freiner la diffusion de ces informations est toujours la même, elle irait à l’encontre des intérêts financiers de 2 industries majeures et provoquerait même un véritable séisme pour l’une d’entre elles.

L’industrie pharmaceutique

Le mode de pensée du monde médical incluant les universités, le corps médical et l’industrie pharmaceutique consiste à agir en aval de la maladie et à proposer des solutions pharmacologiques à posteriori plutôt que de s’intéresser aux causes et travailler sur la prévention.
L’idée est que pour chaque pathologie, on possède ou possédera un médicament, il n’est donc pas utile de prendre des précautions en amont pour éviter de tomber malade, d’autant que cela nuirait au business.

Les clients de cette industrie sont les gens malades, les individus en bonne santé ne présentent pas d'intérêt.

De plus, le coût de développement d’une nouvelle molécule est de l’ordre de grandeur d’1/2 à 1 milliard de dollars, les gains annuels correspondants attendus sont du même ordre. On imagine alors aisément que l’étude de la catéchine ou de la curcumine présentes à l’état naturel respectivement dans le thé vert et le curcuma ne peut pas faire l’objet de tels investissements car il est impossible de breveter le thé ou le curcuma afin de percevoir des royalties.
Le principe du retour financier sur investissements ne peut s’appliquer aux substances naturelles, par conséquent on les ignore même si leur potentiel est immense.
[3] p. 210

Certains étudiants en médecine avaient d’ailleurs un jour malicieusement écrit sur le mur de leur université : « le cancer fait vivre plus de monde qu’il n’en tue ».


L’industrie agro-alimentaire
Pour l’industrie agro-alimentaire, les intérêts en jeu sont d’un autre ordre de grandeur.
Les lobbies de l’élevage et de l’agriculture intensifs seraient touchés de plein fouet et les impacts financiers énormes si ces changements de comportements alimentaires étaient massivement appliquées.

En 1977, le sénateur McGovern avait présidé une commission d’experts épidémiologistes qui avaient démontré que lorsque le régime alimentaire était plus riche en produits végétaux qu’en produits animaux, le taux de maladies coronariennes chutait drastiquement. Un document officiel recommandant de réduire la consommation des produits animaux avait été publié.
Le résultat fut une levée de bouclier de toute l’industrie du bœuf et de la vache laitière aux USA qui réussit à briser la carrière de McGovern.
Ce dernier a alors déclaré qu’il « venait de faire la plus grande erreur de sa carrière politique »
[3] p. 214

Cette industrie comme les autres protège ses intérêts en empêchant la diffusion de recommandations trop explicites sur les liens qui existent entre aliments et maladies.
Les intérêts industriels et financiers sont prioritaires sur la santé publique, même si l’on tue à petit feu la population.
Rien d’anormal à cela d’ailleurs dans un monde où le gain immédiat est l'unique moteur et où toute trace d’humanisme à défaut d’avoir disparu dans les paroles a bel et bien été totalement éradiquée dans les actes.

Que fait l’état ?
Évidemment l’état ne fait rien ou presque.

Mise à part les campagnes anti-tabac (*) et l’interdiction tardive de l’amiante en 1997 (**), l’état ne se préoccupe absolument pas de prévention.
De plus, la politique d’analyse des causes est inexistante, un peu comme si on ne voulait pas savoir, de peur de ce que l’on risquerait de démontrer.
[1] p. 270
(*) 57 ans de gagnés par les lobbies du tabac (voir partie 2).
(**) 20 ans de gagnés par le lobby de l’amiante (voir partie 2).

Les industriels savent parfaitement faire pression sur les décideurs politiques à l’aide du chantage à l’emploi ou en réussissant à faire nommer leurs (ex)collaborateurs au gouvernement induisant au passage des conflits d’intérêts qui ne choquent personne.

La banalisation des conflits d’intérêts
Cette tendance est particulièrement visible sous le régime néo conservateur actuel où ce dernier est ostensiblement allié avec les grands dirigeants des entreprises du CAC40.
Prenons l’exemple de Roseline Bachelot, la ministre de la santé, cette dernière a également un passé de 12 ans dans l’industrie médicale curieusement absent de son CV officiel…
On peut s’attendre à ce qu’à l’issue de son mandat, cette dernière retrouve un poste à haut salaire dans une grande société pharmaceutique en retour des services rendus.

Les conflit d’intérêts ont donc tendance à se banaliser comme l’a amplement démontré la pseudo crise de la grippe H1N1 orchestrée par l’OMS, où approximativement 700 millions d’Euros (*) furent dépensé par l’état que l’on croyait ruiné rien que pour approvisionner 90 millions de doses de vaccins suite à une maladie qui en 1 an n’a même pas tué autant de personnes que le cancer en une seule journée.
L’argument du principe de précaution ne tient pas une seconde car le virus qui agit dans l’hémisphère sud 6 mois avant le notre n’a rien montré de plus qu’une simple grippe saisonnière.
(*) Par contre on regardera de près toute dépense individuelle telle qu'une boite de paracétamol à 1.90 €

Noyautage des organismes de sécurité sanitaire
Dans cette logique, l’AFSA chargé de la sécurité alimentaire et l’INRA en charge de la recherche agronomique ont été noyautés depuis des dizaines d’années par les lobbies de l’industrie chimique et agroalimentaire comme le dévoile le livre de Nicolino/Veillerette « Pesticides, révélations sur un scandale Français » déjà cité dans la partie 2.
[2]

L’absence de prévention et les contradictions de la politique de santé
Moins de 5% du budget de la santé est consacré à la prévention, soit une goutte d’eau. Cela montre la véritable imposture de l’état qui par ailleurs rogne de plus en plus sur les dépenses de santé suite au déficit chronique de la sécurité sociale.
Si la volonté était forte de légiférer pour stopper l’hémorragie, on verrait sur le long terme la situation épidémiologique s’améliorer et la courbe s’inverser pour aller vers la décroissance de l’incidence du cancer.
Les dépenses de l’assurance maladie s’en trouveraient donc progressivement allégées (ainsi que les profits de l’industrie pharmaceutique).

La phase d’émergence

Ce qui précède montre donc qu’« on » nous laisse foncer dans le mur autrement dit que la médecine ne commence à agir qu’au niveau de la phase d’émergence où le cancer est déjà bien installé et extrêmement difficile à éradiquer.
Et à ce stade, il est déjà trop tard pour la moitié des cas.

La médecine
Guérir un cancer

Pour guérir un cancer, le principe est en fait assez simple, il suffit de supprimer toutes les cellules cancéreuses sans en laisser une seule !
Le problème est que l'on ne sait pas détecter à l'intérieur du corps humain une cellule cancéreuse isolée, par conséquent on n'est jamais certain de les avoir toutes éliminées.
Les plus petites tumeurs détectables sont de l’ordre de 3mm, ce qui représente déjà un nombre colossal de cellules de l’ordre de 10E9.
Hormis quelques techniques qui ralentissent un peu la croissance des tumeurs, les principaux moyens employées pour détruire un cancer sont :
- la chimiothérapie (produits chimiques qui détruisent en théorie sélectivement les cellules cancéreuses mais en réalité également beaucoup de cellules saines)
- la radiothérapie (rayonnements radio-actifs focalisés sur la zone à traiter)
- la chirurgie (retrait de la tumeur)

Ces techniques peuvent être employées seules ou synchronisées, typiquement la chimiothérapie permet de réduire la taille d'un gros cancer avant de le retirer par chirurgie puis de brûler le voisinage par radiothérapie au cas où il resterait quelques cellules périphériques ayant échappé à l'ablation.

Le cancérologue décide collégialement avec les spécialistes des autres domaines de la meilleure stratégie à adopter au cas par cas.

Ces techniques sont très lourdes et laissent souvent de graves séquelles.

La chimiothérapie

Au sujet de la chimiothérapie, avec plus de 600 000 substances testées et au vu des résultats décevants sauf pour certaines leucémies, on peut sans aucun doute parler d’échec pour cette méthode.
En effet, aucune substance n’arrive à supprimer complètement une tumeur car cette dernière après avoir dans un premier temps réagit positivement à la chimiothérapie devient « chimiorésistante » et insensible à tous les produits disponibles.
[4] « Le cancer, hier, aujourd’hui, demain » M. Tubiana

De nombreuses recherches sont effectuées pour découvrir LE traitement qui détruirait sélectivement les cellules malades en laissant intact les cellules saines.
Malheureusement plus on avance dans le temps, plus on a l’impression que cet objectif s’éloigne.

Se prendre en main
Puisque ceux qui sont élus par nous même pour défendre nos intérêts ne font pas leur devoir, il faut prendre conscience que chacun se retrouve seul avec soi même devant cette menace.
Le choix se résume donc entre continuer à dormir et croiser les doigts ou alors considérer comme inacceptable d’être la victime passive de forces économiques incontrôlées.

« Ne vous demandez pas ce que l’état peut faire pour vous, mais demandez vous ce que VOUS pouvez faire pour vous ! »

Comment éviter le déclenchement du cancer ?

Pour éviter de se retrouver en phase d’émergence de la maladie, nous allons entrer dans le vif du sujet et voir ce que l’on peut faire pour renverser la balance des risques.
Reprenons la courbe de Collins qui décrit la progression du cancer à partir de la première cellule jusqu’à la prolifération. Le bon sens conduit à agir avant ou durant la phase de carcinogenèse en appliquant une thérapie « métronomique » préventive.

Thérapie métronomique
Le concept de base est de mettre en place une nouvelle manière de se nourrir, rééquilibrée et sans additifs ni produits chimiques permettant de lutter au quotidien contre les facteurs favorisant le cancer : c’est l’approche métronomique.
Cette approche est à comparer à la chimiothérapie qui attaque de front en une seule fois une tumeur déjà bien installée.
L’approche métronomique consiste à lutter contre les prémisses du cancer au quotidien grâce à une alimentation 100% naturelle sans médicaments ni autres compléments alimentaires.

Composition des aliments
Les aliments sont composés des macro-éléments (lipides, glucides, protéines) et de micro-éléments (vitamines, minéraux), dans cette dernière catégorie on trouve également les composés phytochimiques moins connus mais très importants.

Les composés phytochimiques

Les composés phytochimiques sont des molécules qui la particularité d’être très actifs en ce qui concerne leur impact sur la santé, c’est d’ailleurs grâce à la présence de ces composés que les anciens avaient mis en évidence les vertus médicinales de certaines substances naturelles, ces connaissances étaient jusqu’à une date récente plutôt ignorés par la médecine qui regardait avec mépris ces pratiques d’un autre age.
Cependant, si l’on applique les méthodes d’études scientifiques moderne à ces aliments, on découvre des choses très surprenantes.
Les travaux scientifiques qui nous intéressent ici sont ceux qui ont mis en évidence les composés phytochimiques ayant une action anticancer.
Le Dr Beliveau du laboratoire de médecine moléculaire de Montréal est l’un des rares spécialistes dans le monde à travailler sur l’étude des aliments anticancer.

La prévention individuelle suivant 3 axes
Trois axes peuvent être dégagés pour diminuer la probabilité d’être atteint par la maladie :
. Rééquilibrer son alimentation pour retrouver un terrain qui ne favorise pas le développement de la maladie
. Stopper au maximum l’absorption de produits cancérogènes
. Absorber des aliments riches en substances phytochimiques naturelles actives contre le cancer

Axe 1 : Rééquilibrer son alimentation
Le mode de nourriture occidental est le pire que l’on puisse imaginer pour favoriser le terrain du cancer comme le montrent les études épidémiologiques
(voir partie 1).

Diminuer la consommation de produits animaux
L’assiette type occidentale contient une grosse quantité de viande accompagnée d’une petite quantité de légumes pour décorer.


Assiete_junkfood

Il faut en fait inverser cette habitude, l’assiette anticancer est basée sur des légumes et des céréales accompagnées éventuellement d’une petite quantité de viande BIO ou « filière lin » (*).

Assiete Anticancer

En effet, la viande issue de l’élevage intensif est saturée de graisses oméga 6 ainsi que de différents produits indésirables tels que des antibiotiques ou des pesticides stockés dans les graisses, voire même des hormones de croissance pour celle produite aux USA.

Il est donc recommandé de remplacer les protéines d’origine animale par des protéines d’origine végétales qui ne contiennent pas de mauvaises graisses et qui pour certains végétaux possèdent d’autres avantages comme la présence de nombreux composés phytochimiques, car même la viande BIO ne possède pas autant de qualités nutritionnelles que les végétaux.
Lorsque l’on sait en plus que pour produire 1Kg de viande, il faut environ 8Kg de céréales, on comprend toute l’absurdité de favoriser la consommation de viande.
Mangeons plutôt les céréales !
(*) Filière lin labellisée « Bleu blanc Cœur »

Réduire les laitages
Au sujet des laitages, les vertus de la surconsommation de ces derniers commencent à être fortement remise en cause en particulier pour des raisons liées à la saturation de l’organisme en calcium et par l’induction de maladies cardiovasculaires.
Il semble donc plus raisonnable de restreindre sa consommation à 2 laitages équilibrés en oméga 3 (*) par jour au maximum et de remplacer ces derniers par des produits à base de soja ou de fruits.
Garder à l’esprit que le fromage entre dans cette catégorie.
(*) BIO ou filière lin

Réduire le terrain inflammatoire
Comme vu dans la partie 3, le cancer utilise la fonction inflammation pour s’étendre, il s’agit donc de ne pas favoriser un terrain général inflammatoire.
Pour ce faire, il est nécessaire de réduire ou de supprimer les « Mauvais glucides » et de favoriser les « Bons glucides » puis de rééquilibrer les acides gras essentiels Oméga 3 et 6.

Réduire ou supprimer les « Mauvais glucides »

Les mauvais glucides font monter brutalement le taux de glycémie en favorisant ainsi l’état inflammatoire.
On les trouve principalement parmi les aliments qui contiennent des produits céréaliers très raffinés comme la farine blanche ou le sucre blanc.
Voici liste des principaux produits à éviter :
- farine blanche (T45 à T65)
- pâtes blanches
- riz blancs
- sucre blanc
- pain blanc
- produits tout préparés qui contiennent des mauvais glucides (lire les étiquettes)
- etc…


Favoriser les « Bons glucides »

Dans la catégorie des bons glucides on trouve :
- la plupart des légumes et fruits
- le sirop d’agave ou le fructose en poudre pour remplacer le sucre blanc
Et les aliments fabriqués avec des céréales trop raffinées sont à remplacer par ceux à base de farine complète ou semi complète :
- pain complet ou multi-céréales
- pâtes complètes
- riz complet ou basmati ou Thai

Rééquilibrer l’apport Oméga 3/Oméga 6

Tous les produits animaux issus de l’élevage intensif sont à proscrire car ils ne contiennent pratiquement que des graisses oméga 6 qui favorisent l’état inflammatoire.
Si l’on souhaite manger plus équilibré, on peut s’orienter vers le BIO ou vers les produits de la filière lin label « bleu/blanc/cœur » où les animaux consomment environ 15% de lin très riche en graisses oméga 3 qui se retrouvent peu ou prou dans les viandes, laitages, œufs…

Bleu-blanc-coeur1

http://www.bleu-blanc-coeur.com/

Le lin est la seule céréale qui ne contient que des acides gras Oméga 3, on trouve ce dernier sous forme de graines dans les boutiques BIO, il peut être consommé dans les salades ou les desserts pour augmenter sa dose quotidienne.
Les plus importantes sources d’Oméga 3 sont présentes dans les poissons gras que consomment abondamment les populations asiatiques au détriment de la viande.
Ces populations ont un taux de cancer significativement bas.

Il faut par contre faire attention au choix des poissons car ceux qui sont en bout de chaîne alimentaire présentent malheureusement une saturation au mercure et parfois à d’autres polluants comme la dioxine, et ceci est vrai sur toute la planète.
[6]

En synthèse les poissons déconseillés à cause du mercure sont :
- le requin (consommation interdite !)
- le thon

Les poissons conseillés :
- la morue
- les sardines
- le maquereau
- le saumon BIO (*)

(*) Le cas du saumon est intermédiaire, il est chargé en mercure mais on peut en consommer à doses raisonnables (1 fois par semaine maxi).

Aliments anticancer

Eviter les gras trans (graisses hydrogénées)
Les gras trans ou graisses hydrogénées sont absolument à éviter, les étiquettes les signalent en général mais ce n’est pas obligatoire. Ces mauvaises graisses favorisent également les maladies cardio-vasculaires comme le mauvais cholestérol mais avec un effet encore plus néfaste.

Apprendre à lire les étiquettes

Lorsque l’on fait ses courses, il faut prendre l’habitude de lire les étiquettes afin de prendre connaissance des constituants des aliments composés (biscuits, plats préparés, …).
L’étiquetage impose d’indiquer la liste des ingrédients dans l’ordre décroissant en pourcentage respectifs.
Cependant, les teneurs en produit toxiques ne sont jamais indiquées, de même la présence d'OGM n'est pas précisée.
On s’aperçoit en particulier que les plats tout prêts sont en général à déconseiller car ils contiennent en excès de nombreux composants à éviter.

Vous mangez des OGM sans le savoir

Un piège à éviter concerne les OGM, leur culture est certes interdite dans l’UE mais pas la vente de produits qui en contiennent et qui sont fabriqués à l’étranger, et leur étiquetage n’est pas obligatoire.
En clair, vous achetez par exemple des gâteaux fabriqués aux USA, l’étiquette vous renseigne sur les constituants sans aucune mention d’OGM et la farine, le soja ou n’importe quel constituant peut être issu de cette filière.

Axe 2 : Stopper l'absorption des substances cancérogènes
Les substances cancérogènes sont principalement absorbées à travers la nourriture, les boissons et l’air ambiant.
Hormis le tabac et l’alcool très médiatisés, les principales substances à éviter sont les suivantes :
- pesticides
- nitrates
- additifs alimentaires dangereux mais non interdits
- constituants de certains produits d’entretien
- métaux lourds (maladies neuro-dégénératives, cancers soupçonnés)

Ab-logo

Manger BIO

Sans rentrer dans les détails car un article complet pourrait être consacré à ce sujet, il est recommandé de manger le plus possible de produits BIO (Agriculture Biologique), fruits, légumes, laitages (*), viandes (*), etc...
L’agriculture biologique est basée sur un process naturel qui exclut l’utilisation de tous produits chimiques tels que les pesticides ou les engrais nitratés. Cette agriculture était en fait celle de nos grands parents, le paradoxe est qu’elle est devenue aujourd’hui spécifique. Pour l’élevage BIO, les animaux sont nourris avec des produits BIO.
Cela permet de réduire en proportion la dose de pesticides et nitrates absorbés. Les produits BIO ne contiennent pas d’additifs alimentaires dangereux ni d’OGM.
(*) A doses réduites
Toutes les études montrent qu’une proportion significative de nourriture BIO (plus de 75%) dans son alimentation réduit de 3 à 9 fois les taux de pesticides dans les urines, le lait maternel, etc…
Exemple 1 : Etude de Cynthia Curl de l’université de Washington
Exemple 2 : Etude de Claude Aubert en 1986 : [3] p. 150

En ce qui concerne les prix plus élevés pour la nourriture BIO (*), il faut noter que l’on ne remplace pas simplement son régime habituel par les mêmes aliments labellisés « AB ».
En fait on associe le BIO à un rééquilibrage de son régime alimentaire en réduisant la viande et en augmentant les légumes, fruits et céréales. Donc même si la viande BIO est plus chère, le budget n’augmente pas car on en consomme moins.
Les dépenses finales sur le budget nourriture ne sont donc pas forcément plus élevées.


(*) Les grandes surfaces profitent de la vague BIO pour augmenter leurs marges dans des proportions abusives.
Source : « Les hypers se goinfrent au bio » in Que choisir, février 2010

L’eau de boisson
Comme le montre la partie 3, l’eau du robinet est de qualité inégale suivant les régions, souvent trop chargée en nitrates et avec des taux de pesticides non mesurés.
Il vaut donc mieux éviter d’en boire et préférer l’eau en bouteille choisie peu chargée en nitrates et avec un résidu à sec inférieur à 120 mg/l.
Quand aux cartouches filtrantes de type BRITA, l’amélioration de la qualité de l’eau filtrée même si elle est réelle n’est pas quantifiable. De plus les nitrates ne sont pas filtrés.

L’air ambiant
Si l’on vit en zone citadine polluée, l’air respiré est chargé de particules nocives (résidus de CO2, fumées industrielles, etc…)
Là on ne peut pas faire grand-chose car on ne trouve pas encore d’air pur en bouteille au supermarché.

Axe 3 : Les aliments anticancer
Ce chapitre va lister les principaux aliments qui cette fois contiennent des composants phyto-chimiques dont l’action anticancer a été démontrée. Il est donc recommandé d’intégrer ces derniers à son alimentation quotidienne.

Tous les fruits et légumes ne sont pas équivalents en ce qui concerne la présence de composés anti-cancer.
Les plus efficaces font partie du régime de certains pays asiatiques où les taux de cancer sont justement très faibles, cette constatation a d’ailleurs servi de base aux études des aliments anticancer.
En simplifiant beaucoup, il faut juste savoir que chaque aliment « anticancer » de la liste qui va suivre contient des substances différentes qui agissent contre certains cancers seulement.
Pour se protéger contre l’ensemble des cancers il faut donc manger régulièrement chaque aliment de cette liste.
De plus, le mélange de certains aliments et donc de leurs composants induit des synergies qui renforcent encore leur action globale contre la maladie.

Assiette Anticancer

Voilà la liste non exhaustive des aliments anti-cancer les plus puissants connus à ce jour ([3] et [5] Chapitre 11) :

Le curcuma
Molécule : curcumine
Efficacité : tous cancers
Fréquence : quotidienne
Conseil : Le curcuma est une épice peu connue en occident, l’absorber avec du poivre noir permet d’augmenter jusqu’à 1000 fois la pénétration de la curcumine dans les cellules.

Thé vert
Molécule : catéchine
Efficacité : tous cancers
Fréquence : 3 tasses par jour au minimum
Conseil : thé de Chine ou du Japon, laisser infuser au moins 8 mn

Le soja
Molécule : isoflavone
Efficacité : sein et prostate
Fréquence : quotidienne
Conseil : les aliments dérivés du soja sont nombreux : lait de soja, yaourts, tofu, etc…, ils peuvent remplacer les laitages.

Les choux ou crucifères

Molécule : Les choux et en particulier le brocolis et les choux de Bruxelles contiennent plusieurs molécules anticancer qui agissent en synergie.
Efficacité : tous cancers
Fréquence : Il est recommandé d’en manger au moins 3 fois par semaine sans les cuire à température trop élevée.

L’ail et l’oignon
Molécule : DAS et DADS
Efficacité : tous cancers, en particulier colon et système digestif
Fréquence : quotidienne
Conseil : consommer fraîchement écrasés

Les petits fruits
Molécule : acide ellagique (fraises, framboise), proanthocyanidines (canneberge ou cranberry).
Efficacité : colon et angiogenèse (canneberge), effets antioxydants très élevés
Fréquence : plusieurs fois par semaine
Conseil : canneberges séchées dans céréales, yaourts…

Les tomates
Molécule : lycophène
Efficacité : prostate
Fréquence : 2 à 3 fois par semaine
Conseil : A consommer de préférence cuites pour que le lycophène s’extraie à l’extérieur.

Les agrumes
Molécule : polyphénols et terpènes
Efficacité : agit en tant que catalyseur des autres substances phytochimiques
Fréquence : au quotidien
Conseil : comme les fruits se digèrent plus vite que les autres aliments, il est recommandé de les absorber en dehors des repas pour éviter leur fermentation dans l’estomac.

Le vin rouge
Molécule : resvératrol et autres
Efficacité : plusieurs cancers
Fréquence : 1 verre/j
Conseil : choisir des vins rouges BIO car le raisin est le fruit le plus pollué aux pesticides. Les vins blancs et rosés ne présentent pas de propriétés anticancer démontrées.

Le chocolat
Molécule : polyphénols
Efficacité : cancer et maladies cardio-vasculaires (en cours d’étude)
Fréquence : 20g/j
Conseil : chocolat noir à 70% de cacao, les autres chocolats n’ont pas d’efficacité

Les Omega 3
Efficacité : les graisses Oméga 3 font baisser l’état inflammatoire propice au cancer
Fréquence : plusieurs fois par semaine
Conseil : on trouve des Oméga 3 dans les poissons gras (Thon, Saumon, Sardines, maquereau…) et dans le lin. Les produits animaux labellisés « bleu/Blanc/Cœur » sont issus d’une filière où la nourriture des animaux est renforcée par un pourcentage de lin qui remonte le taux de graisses Oméga 3 dans les dits produits.

Résumé

Règles de base
Diminuer les sucres et les mauvais glucides
Préférer les aliments à base de céréales complètes
Diminuer sa consommation de viandes
Equilibrer les graisses en augmentant les Oméga 3
Manger des poissons riches en Oméga 3 mais attention au mercure
Manger BIO pour éviter les produits chimiques
Absorber fréquemment les aliments identifiés anti-cancer
Boire de l’eau en bouteille à bas nitrates et à faible résidu à sec.
[Guerir.org]

Aliments à proscrire

- sucre blanc ou de canne
- pain blanc
- farine blanche (T45 à T65) et produits fabriqués avec cette dernière
- pâtes et riz blanc
- viandes et laitages issues de l’élevage intensif
- huiles végétales (tournesol, mais, hydrogénées)
- margarines
- plats tout préparés

Aliments recommandés
D’une manière générale choisir des produits BIO : Agriculture Biologique
- Fruits et légumes
- Céréales complètes, quinoa, boulgour…
- Riz, pates complets ou semi-complets
- Pains complet ou au céréales
- Fruits rouges et agrumes
- Produits à base de soja (lait, Tofu, crèmes…)
- Sirop d’agave pour remplacer le sucre
- Thé vert
- Huile d’olive pour la cuisson riche en oméga 9 ou de colza (à froid)
- Vin rouge (1 verre/jour)
- Ail, curcuma, poivre
- Graisses oméga 3 et 9 (huile d’olive)
- Sardines, maquereau, saumon (*), graines de lin
- Viandes, laitages et œufs BIO ou filière « bleu-blanc-coeur » (*)

(*) A petites doses

Conclusion
En France, chaque jour : plus de 800 nouveaux cas de cancer et 400 morts.
La situation est aujourd’hui catastrophique car nous avons vus que pour l’instant ce sont les lobbies industriels qui ont l’avantage et que sous leur pression, on élude la reconnaissance des principales causes de cette maladie.
La collectivité ne met donc pas tous les moyens possibles dans cette guerre contre le cancer qui est donc biaisée en particulier pour ce qui concerne la prévention.
Nous avons vu également l’échec thérapeutique de la médecine depuis 25 ans et la désinformation des médias porteurs de faux espoirs qui ne visent que l’audience pour vendre du temps de cerveau disponible entre 2 publicités.
Doit on pour autant avoir peur, se cacher la tête dans le sable et attendre que la maladie frappe le voisin en espérant passer entre les gouttes ?
La réponse est positive, il faut avoir peur !

Mais cette peur ne doit pas être une peur qui paralyse, ce doit être une peur constructive qui mène à l’action individuelle pour se battre en adoptant des comportements susceptibles de contrer la maladie.
Nous ne devons plus être les otages passifs des intérêts industriels aveugles, nous devons au contraire devenir les acteurs de notre propre santé.

Et si la population change son comportement en masse montrant son refus de l’agriculture et de l’élevage intensif et plus généralement de la malbouffe que l’on nous impose à travers la publicité, alors ceux qui nous empoisonnent comprendront le message car on les attaquera alors là où ça fait mal : le portefeuille.

Et maintenant que vous savez tout, c’est à vous de jouer !

Références
[1] « Ces maladies créées par l'homme » Pr Dominique Belpomme "
http://www.artac.info/
[2] « Pesticides, révélations sur un scandale Français » Nicolino/Veillerette
http://www.pesticides-lelivre.com/
[3] « Anticancer » Dr David Servan Schreiber
http://www.guerir.fr/
[4] « Le cancer, hier, aujourd’hui, demain » M. Tubiana
[5] « Les aliments contre le cancer » Drs Beliveau/Gingras
[6] « Toxiques alimentaires » M. Rabache - A. Dessalangre


source :
http://french-revolution-2.blog.fr/2010/06/11/cancer-la-catastrophe-partie-4-agir-8152785/ drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neptunya

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Proche de Perpignan
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Mon témoignage, ancienne patiente de Val D'Aurelle, guérie par moi même.   29/6/2013, 17:56

Et bien c'est génial je n'ai pas à faire de sujet la dessus.

J'ai eu un cancer du sein en aout 2012, bizarrement je savais que c'était ça un peu comme si mon corps me l'avait dit.

A l'annonce, je n'étais pas surprise.

Mais je ne savais pas que le mot cancer allait m'ouvrir à la vie, que je n'avais que survolé jusqu'à présent. maintenant je la vie tout les jours.

Si vous saviez comme ils peuvent faire du forcing, quand on passe les rendez vous. De quoi avoir peur quand on les écoute. Déjà je savais que je ne voulais pas de chimio. Je ne sais pas trop comment vous dire ça, un peu comme si mon corps me disait, tu vas te soigner toute seule, tu vas y arriver on ne fait plus qu'un maintenant.

Le 2 aout, j'ai vu le premier médecin qui ma fait la biopsie, à la vue de l'échantillon il m'a dit c'est certainement cancérigène. Et j'ai dit je sais.

Il m'a regardé d'un air incrédule. Au résultat il pensait que j'allais pleurer. je lui ai dit c'est mal me connaitre, je ne dis pas que je ne pleurerais pas un de ses jours pour libérer la pression mais pour l'instant non.

C'est sur c'est un choc, on pense à tout, à ce que l'on a vécu, à ce que l'on voudrait vivre, à la vie, et à la mort.

Lors de l'autre rendez vous à Val D'aurelle avec le chirurgien pour m'enlever la tumeur (si j'avais su ce que je savais maintenant, je ne l'aurais pas enlever par chirurgie, mon corps aurait pu facilement s'en occuper), il me dit qu'en plus je dois faire chimio, radio, enlever le sein et re radio+ hormonothérapie.

Comme j'ai dit non, il m'a prise pour une folle, commencer à me dire que j'étais grade 3 invasif après c'était le grade 4 métastase et ensuite la mort. Il a tout fait pour que l'on craque et qu'on dise oui avec mon mari.

De plus je l'ai regardé droit dans les yeux et je lui ai dit: vous si vous étiez à ma place sachant que les hommes peuvent contracter un cancer du sein, feriez vous le protocole que vous me demandez de faire? et là il s'est retrouvé bête, il a commencer à balbutier, à bégayer, puis il finit par me dire ce n'est pas la même chose ce n'est pas le même contexte.

Il a même sorti une phrase: "si vous tenez à votre femme, et que vous voulez la voir en vie, faites lui faire le protocole complet".

Et oui ils sont comme ça, ils m'ont fait remonter 4 fois je crois pour me faire changer d'avis, et plus ils insistaient, et plus je disais NON.

Ensuite j'ai eu un rendez-vous avec le professeur Henri Joyeux, le seul qui dit qu'il faut une alimentation équilibré comme cité au dessus.
Malgré tout il voulait que je fasse au moins une chimio et radio, par contre il était contre l'hormonothérapie, car elle provoque des cancer parallèle.
Il m'a dit d'arrêter la pilule, cela tombé bien je l'avais déjà fait et m'a demander si j'avais était vacciner contre le HPV(cancer du col de l'utérus) j'ai dit non bien sur.

En six mois le professeur joyeux a changé d'avis le cancer du sein, dans une conférence en janvier, il a admis que l'on pouvait se guérir sans traitement à partir du moment ou les ganglions lymphatique n'était pas atteint. Simplement en changeant son alimentation. Comme quoi il n'y a que les imbéciles qui ne change pas d'avis.

Bref, j'ai fait dans l'ordre:

Un praticien iridologue
une généraliste spécialisé dans l'acupuncture, l'homéopathie, et la nutrition
une praticienne EMDR, pour guérir les blessures du passé
une praticienne hydrothérapie du colon
Bien sur, changer mon alimentation, complétement végétarienne et bio.
Et j'ai changer ma vision sur la vie et sur la mort et le monde qui nous entour en moins de 1 ans, même si avant on avait commencé à s'informer.
Alimentation, curcuma plus poivre, et surtout légume vapeur, plus rien de frit dans de l'huile, beaucoup d'épices diverses, céréales et légumineux, et surtout mon Lapacho.

A ce jour je suis complétement guérie, et mon grand père à eu un cancer de la prostate aussi, en mars 2013. Nous somme fin juin, et sa PSA (marqueur) est passé de 34.3 à 3.4 en 3 mois. Il a changer son alimentation, il est passé au BIO, et il prend du Lapacho et du desmodium pour soutenir le foie, car il avait eu peur et avait cédé au médecin avant de m'avertir, et il a eu une injection d'anti hormone. Mais comme ils ont dit l’anti-hormone contient enfin c'est l'hypothèse les cellule cancéreuse. Mais ne les anéanties pas, ça c'est le rôle de la radio et de la chimio. Donc ils ont été épaté aux vus de ses résultats.

Mais rien de plus simple, nos deux cancers sont liés par les hormones, vous baissé le taux d'hormones et grâce à l'alimentation et au lapacho et aux changement d'état d'esprit, vous aider vos cellules à se ré-oxygéné, vous nettoyé complétement votre corps, et vous faites reprendre à vos cellules le chemin normal de l'apoptose ou de la guérison pour certaines.

Bref je voulais apporter mon témoignage sur le sujet. Maintenant je dis merci à mon cancer passé. Il m'a ouvert les yeux et ma conforté dans mon envie de me battre pour moi même et les autres contre ce système abusif. Colère 

neptunya.fr/le-lapacho/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neptunya.fr
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2511
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   29/6/2013, 18:19

Merci pour ton témoignage.

Je me permet de mettre en lien ce sujet avec celui-ci,concernant le cancer et la richesse des médecines alternatives en opposition à l'abomination de la  boucherie"médecine" pharma-chimique dite moderne (brevetée par Rockefeller et compagnie) :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7878-world-without-cancer-vostfr-l-histoire-de-la-vitamine-b17?highlight=vitamine

D'autres liens sur la vitamine C :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/search?mode=searchbox&search_keywords=vitamine&show_results=topics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julot

avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   30/6/2013, 03:16

Plus rapide, plus clair et plus radical mais on en est a un tel point de toxicité que il faut bien ca, toutes les espèces peuvent survivre plus ou moins bien et longtemps sur une alimentation omnivore mais chaque espèce a une alimentation physiologique spécifique a son anatomie le plus elle s'en éloigne et le plus longtemps elle s'en éloigne le plus elle dégénère, la science de l'anatomie comparée est implacable l'Homme est un frugivore, par conséquent tous les aliments consommé hors de la catégorie propre a chaque espèce est significativement toxique et donc cancérigène(sauf consommé rarement évidemment)pour l'éspèce, de la même manière que les bovins qui sont herbivores survivent sur une alimentation de céréales ou farines animales mais développent des problèmes de santé(vache folle, "infections" et autres), l'Homme qui est un grand primate comme les bonobos dégénère plus ou moins vite(il y a plusieurs degré d'éloignement du régime physiologique évidemment mais l'Homme est l’espèce qui dégénère le plus et de loin ce qui s'explique très bien par cette démonstration) sur l'alimentation classique "avec un peu de tout" dites omnivore, je précise que même les vrais "omnivores" comme le renard, l'ours et possiblement le chien qui ne semble pas être carnivore ne consomment habituellement pas les quatre catégories principales d'aliments mais seulement deux d'entre elles comme la chair et les plantes, seul l'Homme consomment les quatre catégories d'aliments... herbes et plantes des herbivores, chair animal des carnivores et vrais omnivores(renard, ours, chien) graines/céréales des granivores, fruits/noix/feuilles vertes des frugivores etc), certaines travaux archéologiques montrent par l'état de la dentition et les dépôts sur celles ci que les premiers Hommes étaient frugivore mais c'était probablement assez facile avant le déluge vu qu'il semble que l'ont soient apparus dans les tropiques, jardin d’Éden etc~




Plusieurs points importants non mentionné dans les articles:

Incroyable l'article ne mentionne même pas la toxicité énorme du sel alors que c'est l'un des pires poisons dans l'alimentation, il suffit de voir comment il attaque les carrosseries en hiver et comment une petite quantité d'eau de mer est mortel assez rapidement les marins qui étaient en manque d'eau l'ont expérimenté(ce n'est pas l'eau qui est toxique évidemment mais le sel inorganique dans celle ci contrairement au sodium organique des végétaux qui est indispensable).

Ensuite l’espèce humaine est la seule qui consomme du lait a l'age adulte, de surcroit celui d'une autre espèce, super sain et cohérent tout ca.

Et la cerise sur le gâteau toxique, l’espèce humaine est la seule qui cuit ses "aliments", nourriture morte et toxique a divers degré de cuisson évidemment comme toujours~, vapeur et friture sont deux choses différentes.

Tout ce qu'une espèce ne peut pas manger(ou difficilement manger et pas sans conséquences) a l'état naturel cru sans déguisements (assaisonnements et autres) et qui n'est pas ou peu attirant au gout n'est pas un aliment physiologique avec probablement quelques exceptions comme toujours, ce qui exclue d'emblée la plupart de l'alimentation moderne, tous produits animaux(sauf miel mais c'est évidemment la nourriture prévue pour les abeilles)toutes céréales, toutes graines(haricots durs, lentilles etc), la plupart des légumes racines, n'oublions pas que l'Homme est venu avant le feu, les armes et outils, alors que reste il? En premier lieu les milliers variétés de fruits sucrés et quelques variétés de fruits gras(avocats, noix etc) évidemment loin devant tout le reste qui sont un pure délice pour nos sens, nous avons d'ailleurs le gout inné très prononcé pour le sucré c'est pour une raison, ensuite vient les nombreuses feuilles vertes très digestes crues et certains "légumes" qu'on peut même qualifiés de fruits pour certains type haricots verts, petits pois et beaucoup d'autres~
Quelques extras manger rarement en très petite quantité mais non nécessaire peuvent être bienvenues comme certaines fleurs sucrés, de l'écorce, certaines pousses, des insectes, bref l'alimentation type des bonobos qui sont l’espèce la plus proche de nous (Entre deux humains, les génotypes sont semblables à 99,9 %,  entre l'humain et le bonobo ils le sont de 98,7 %), dernière chose mais rien de sur sur ce dernier point il semble bien qu'un modèle chez les primates se répètent, plus les primates sont intelligents plus leur ratio de fruits est grand(en proportion au reste), l'Homme étant le plus évolué(bien qu'on ne dirait pas ces temps ci...)après le Bonobo, il est par conséquent possible que notre ratio de fruits devrait être idéalement supérieur a celui du Bonobo (qui consomme plus de 60 a 80% de fruits) pour peut être même être uniquement composé de fruits sucrés et gras, noix incluses, nous pourrions alors être qualifié d’espèce fruitarienne mais rien de sur sur ce point, nous somme certainement déjà une espèce frugivore, même anatomie digestive et dentaire, même carburant~

L'hygienisme ancien démontre que les quatre poisons majeurs "modernes" consommés en quantité énormes sont les produits laitiers, le sel, le sucre et le gluten( dans le blé principalement, il est très nocif pour tout le monde, c'est juste que les intolérants y sont hyper sensibles, tant mieux pour eux, ils s'en rendent compte au moins et arrêtent leur consommation), ces quatre la sont presque partout dans l'alimentation classique et sont des tueurs de masse si vous les évitez même en mangeant occasionnellement (quelques fois par semaine) des aliments non physiologiques comme des cadavres d'animaux et des œufs(plus nocifs que l'on croit, bourré de cholestérol déjà) vous atteindrez une santé nettement supérieur a l'immense majorité de la population~

Ce n'est pas sans conséquences de violer les lois de la création/nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neptunya

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Proche de Perpignan
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   30/6/2013, 20:48

Merci pour les deux articles B17 et vitamines C. je je vais lire demain assidûment.

Pour répondre au second post, le crudivorisme ou frugitarisme est une bonne chose pour le corps de loin je pense le mieux pour la santé.

Le problème c'est que nous avons tous pourrit notre système digestif et bien que notre flore se renouvelle entièrement tout les sept jours, il est pour certains très difficile de digérer complétement le crus.

Ce qui est mon cas, de ce fait je ne peux me passer de céréales et légumineux qui m'apportent le petit plus santé, protéines acide aminés etc. Car je les fait trempé et cuire un peu à la vapeur.

Et beaucoup de personnes sont dans ce cas là.

Ensuite pour les fruits, nous ne sommes pas dans un pays qui a beaucoup de fruits, ce qui de ce fait est pénalisant pour une alimentation avec  80% de fruits. L'été c'est faisable mais l'hiver on en est vite réduit à importer les fruits, sinon on se contente de pomme et ensuite de kiwi puis ensuite la poire et les tout les fruits d'été. Donc la période hivernal reste vraiment la plus délicate et c'est souvent à ce moment là que nous avons le plus besoin de vitamines etc..

Donc les acheter reviendraient beaucoup plus cher je pense, avec les oranges qui ne sont pas forcément cultivé sur le sol français. Bref tout cela pour dire que je pense qu'a l'heure actuel, il est nécessaire, d'avoir plusieurs sources de nutriments y compris les œufs.

Voici un article posté sur mon blog, en ce qui concerne les sources j'ai du enlever les www étant encore restreinte pour l'affichage de liens.



Un gros œuf contient 190 mg de cholestérol. Les autorités sanitaires recommandent de consommer au maximum 300 mg par jour de cholestérol alimentaire, pour éviter les maladies cardiaques.Cela veut dire que si vous mangez deux œufs par jour, vous dépassez déjà largement la limite, y compris en vous abstenant de toute autre source de cholestérol (andouillettes, saucisson, pâté, foie, beurre, mayonnaise, fruits de mer…).
Une réputation lamentable

Les jaunes d’œufs ont donc une réputation lamentable dans les cabinets des médecins et les hôpitaux. En août 2012, une campagne médiatique mondiale a même répandu l’idée que le jaune d’œuf était presque aussi nocif que la cigarette ! (1)

Nulle surprise, dans ces conditions, que cet aliment pourtant délicieux soit aujourd’hui repoussé avec horreur par la majorité des personnes cherchant à conserver une bonne santé.

Je ne l’ai pas encore vu en France mais, aux Etats-Unis, tous les restaurants proposent, moyennant paiement d’un supplément (!), des omelettes sans jaune d’œuf, faites à partir du blanc uniquement. Je n’ai évidemment pas essayé mais à en juger par l’aspect, cela paraît très mauvais.

Lutter contre le racisme anti jaune

Car je considère pour ma part que toutes ces calomnies contre le jaune d’œuf sont scandaleuses.

De tous les produits animaux, l’œuf est celui qui est le plus naturellement fait pour être consommé. En manger ne nuit en rien à l’animal qui l’a pondu. Vous n’avez même pas à le traire.

Et il est excellent pour la santé :

Une consommation importante de jaunes d’œufs diminue le risque d’accident vasculaire cérébral hémorragique de 25%. Il s’agit d’une nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal, et reposant sur les données collectées auprès de 4 millions de personnes, ce qui est énorme. Ces résultats peuvent donc être considérés comme très fiables. (2)

Le jaune d’œuf est l’aliment le plus riche en choline, dont il contient 125 mg. La choline est un nutriment essentiel d’importance critique pour la formation du cerveau des nourrissons, mais également nécessaire à l’entretien des fonctions cérébrales à l’âge adulte.

La choline ralentit l’évolution de la maladie d’Alzheimer et de la démence. Elle est le précurseur de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui joue un rôle particulièrement important dans le contrôle musculaire et la mémoire. Récemment des chercheurs psychiatres de l’université du Colorado aux Etats-Unis ont même montré qu’une supplémentation en choline chez des femmes enceintes pourrait permettre de diminuer le risque pour l’enfant de développer la schizophrénie, une maladie psychiatrique grave pour laquelle il n’existe aucun traitement curatif ! (3) Elle sert aussi à la synthèse de la lécithine (ou phosphatidylcholine), un constituant indispensable des membranes cellulaires et un composant de la bile qui favorise la digestion des lipides. (4) Votre cerveau a besoin, chaque jour, de 500 mg de choline.

Le jaune d’œuf contient également de la lutéine, qui aide à réduire les risques de dégénérescence maculaire, la principale cause de cécité chez les Français de plus de 65 ans. La luétine est un antioxydant qui semble bloquer ou réduire les effets néfastes des radicaux libres dans différentes parties du corps. Les radicaux libres peuvent être impliqués dans un grand nombre de maladies chroniques. La lutéine des jaunes d’œufs est en outre mieux absorbée que celle des légumes verts feuillus.

Un autre apport du jaune d’œuf, plus méconnu, est d’améliorer les performances sportives :

Selon de nombreux experts comme Julien Venesson, auteur de « Nutrition de la Force » ou Michael Gundill, auteur du « Guide des compléments alimentaires pour sportifs », une alimentation riche en cholestérol permet d’accélérer les gains de force et de masse musculaire dans le cadre d’un entraînement physique : notre organisme utilise le cholestérol pour réparer les lésions aux fibres musculaires consécutives à un entraînement, ce qui permet d’accélérer la récupération et donc la progression. Ces observations expliquent aussi pourquoi les médicaments anticholestérol, les statines, ont pour effet secondaire de diminuer la force musculaire et de donner des courbatures : le manque de cholestérol fragilise vos muscles !
Les anti-jaunes d’œuf vous mentent !

De plus, les études qui affirment que les œufs sont mauvais pour la santé ne sont pas sérieuses car elles se fondent sur des hypothèses erronées.

Elles affirment faussement que :

   le cholestérol alimentaire augmente le taux de cholestérol sanguin. Dans une très large mesure, cela est faux, car le cholestérol dans le sang est fabriqué majoritairement par le foie ;
   le cholestérol est la cause des maladies cardiaques. Cela est faux également, des voix de plus en plus nombreuses le reconnaissent enfin ouvertement, bien que ce secret de polichinelle soit connu depuis des dizaines d’années dans les milieux informés de la santé naturelle. Le cholestérol est une maladie inventée, ou en tout cas promue, par les laboratoires pharmaceutiques pour faire avaler à des gens bien portants des médicaments anticholestérol qui leur provoquent des problèmes musculaires et des troubles de la mémoire, sans pour autant réduire leur risque cardiaque. (5)

Le jaune d’œuf enfin réhabilité

Que les jaunes d’œufs ne sont pas dangereux pour la santé a d’ailleurs été démontré par une étude autrement plus sérieuse que les précédentes, et qui vient de paraître enfin dans le British Medical Journal. (6)

Il a été démontré que les études montrant une quelconque dangerosité des jaunes d’œufs ne s’appuient en fait que sur les données correspondant aux personnes diabétiques. Il n’y a donc que si vous souffrez d’un problème de diabète, donc que votre corps ne produit pas assez d’insuline, ou que vous avez développé une résistance à l’insuline, que les jaunes d’œufs augmentent votre risque cardiovasculaire.

Dans les autres cas, on sait maintenant que la consommation de jaunes d’œufs n’a aucun lien avec le risque de maladies cardiovasculaire.
Un bémol

Le seul bémol que je tiens à apporter, et il est important, est qu’il est très important de choisir des œufs de bonne qualité. Consommez toujours, si possible, des œufs de poules élevées en plein air et nourries avec des aliments biologiques, notamment des graines de lin.

Lorsque l’élevage est bio, les poules peuvent se nourrir de bestioles dans la nature (vers, etc) qui peuvent représenter une source d’oméga-3. Il est aussi probable que, comme l’homme, une poule qui a un peu plus d’activité physique fabrique naturellement plus d’acides gras oméga-3 à longues chaînes que des poules malades enfermées dans un hangar.

Enfin, les graines de lin, riches en oméga-3, sont mieux digérées par l’estomac des poules que par celui des hommes. Les oméga-3 se retrouvent donc dans le jaune d’œuf bio, puis dans votre organisme.

N’ayez donc plus de scrupule à vous régaler d’omelettes, d’œufs brouillés, d’œufs au plat sans oublier bien sûr, mon préféré, l’œuf à la coque.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************

Sources :

   voir .20minutes.fr/sante/986875-cholesterol-jaune-oeuf-presque-aussi-nocif-cigarette ou leparisien.fr/laparisienne/sante/le-jaune-d-oeuf-aussi-nocif-que-la-cigarette-20-08-2012-2131105.php
   Rong Y , Chen L , Zhu T , Song Y , Yu M , Shan Z , et al. Egg consumption and risk of coronary heart disease and stroke: dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. BMJ 2013;346:e8539.
   Ross RG, Hunter SK, McCarthy L, Beuler J, Hutchison AK, Wagner BD, Leonard S, Stevens KE, Freedman R. Perinatal choline effects on neonatal pathophysiology related to later schizophrenia risk. Am J Psychiatry. 2013 Mar 1;170(3):290-8.
   passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=choline_ps
   Voir Philippe Even, « La vérité sur le cholestérol », éditions du Cherche-Midi, février 2013, et également les nombreux ouvrages du Professeur Michel de Lorgeril sur michel.delorgeril.info/
   Cf note n°2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neptunya.fr
Julot

avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   30/6/2013, 23:14

"De tous les produits animaux, l’œuf est celui qui est le plus naturellement fait pour être consommé"

C'est un ovule de poule(menstruation) donc un déchet... on va consommé l'urine et les défécations aussi bientôt je suppose... évidemment si on crève de faim ca nourrit tout en intoxiquant c'est utile mais si vous n’êtes pas dans ce cas la ca n'a aucun sens, de plus tout le cholestérol physiologique nécessaire est secrété par notre foie alors toute la propagande qui nous dit qu'il faut consommer du cholestérol alimentaire est bidon une fois de plus~

"cet aliment pourtant délicieux "

Ceci est faux vu que l'immense majorité des gens ont besoin de le déguiser pour pouvoir l’apprécier avec différentes cuissons et sel, poivres etc, pas étonnant il ne contient pratiquement pas de sucre simple, ca vaut pour a peu près tous les autres "aliments" qu'on déguisent et même certains cuits, riz/pâtes sans sel ou autres? fade.
De plus il n'est pas du tout sur que certains nutriments de l’œuf une fois cuit soit encore utilisable par l'organisme...
Et le problème de l’œuf cru c'est qu'il est très toxique, l'albumen du blanc précisément et en plus totalement fade.
On en est venu a déguiser(cuisson, condiments etc) tout aliment qu'on ne pouvait pas apprécier et/ou consommer a l'état naturel sauf les fruits la plupart du temps comme par hasard mais encore la plupart des gens consomment très peu de fruits par contre les bonbons, glaces et autres poisons au gout de fruit ha la ca y va, quel monde de fou, il faut se poser des questions mais personne ne le fait, ca avance comme des zombies.

La transition vers une alimentation avec beaucoup de fruits(avec très peu de fruits gras) ou carrément frugivore n'est qu'une étape de détoxification plus ou moins désagréable qui durent habituellement au moins plusieurs mois suivant l'encrassement du corps mais ca ne dure pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hildegarde von b

avatar

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   1/7/2013, 01:00

"C'est un ovule de poule(menstruation) donc un déchet... on va consommé l'urine et les défécations aussi bientôt je suppose..."


non mais ho là ! la menstruation n'est pas l'évacuation de déchets ! comme si tout ce qui sort du corps pouvait être sale ! et quand un bébé sort du corps de sa mère c'est aussi un déchet ?
la menstruation c'est le signe qu'il n'y a pas eu de fécondation : ce sang qui coule était du bon sang tout prêt à nourrir un petit bébé ! on ne nourrit pas un bébé avec des déchets !!!
et un ovule c'est la moitié d'un bébé ...
et le sperme qui sort du corps d'un homme alors c'est aussi un déchet ? puisque ça n'a pas servi ?
l'urine n'est pas un déchet au sens ou tu l'entends : c'est un liquide corporel qui circulent et certain en boivent pour se soigner quand aux produits de la défécation ben en wc sec ça part au compost et oui du coup 'on en mange' !affraid 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julot

avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   1/7/2013, 01:39

Boire l'urine pour se soigner lol ca m'a toujours fait marrer ca, l'organisme se fatigue a excréter les déchets par un système rénal extrêmement complexe et ca serait bon de les re-ingérer, il n'y a même pas besoin d'argumenter, c'est comme de dire que de manger du foie et des reins(des filtres a substances toxiques) c'est bon a la santé, manger des filtres.
Quand c'est pas du foie toxique +++ qu'on a rendu malade en plus(d'une oie qu'on a rendu volontairement malade en la gavant pour se régaler de son foie gras (malade par surcharge)).scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neptunya

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Proche de Perpignan
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   1/7/2013, 18:27

Julot,

Je ne crois pas que tu saches bien ce qu'est un œuf, chez l'humain, le fœtus est dans une enveloppe, le placenta et nourrie par le cordon ombilical.

Chez une poule, le futur poussin est dans une coquille avec tout le nécessaire pour se développer, ce qui veut dire nutriments, hormone, etc à l'intérieure. Il n'est pas nourri par un cordon, donc il a tout le nécessaire le temps de son développement, donc je ne voie pas en quoi c'est un déchet.

Et quand l’œuf n'est pas fécond, il est abandonner par sa mère et ensuite soit c'est un rat des champs ou rat tout court qui vient chiper l’œuf dans le poulailler soit c'est l'humain qui vient le prendre pour le manger.

mais ce n'est en rien un déchet, j'ai beaucoup de mal à comprendre cette pensée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neptunya.fr
Julot

avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   1/7/2013, 20:03

Mangeons les menstruations des femmes ensuite, une petite soupe ou en gratin, il doit y avoir plein de bon nutriments et d'hormones qu'on a pas besoin et que par conséquent le corps devra rejeter.
L’œuf n'a certainement pas été prévu par la création pour être consommé et encore moins par une autre espèce, alors on verra pour les œufs quand on crèvera de faim bien sur(peut être bientôt) si il n'y a rien d'autre, pour l'instant on a bien d'autre alternatives bien plus nutritives et adapté a notre anatomie sans cette toxicité surtout en été enfin les gens font ce qu'ils veulent~.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cancer : "Que ton aliment soit ta médecine" Hippocrate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» debut de regime soit seconde vie
» Pour Laëtitia, pour que la loi ne soit pas qu'une intention en matière de récidive.
» Médecine chinoise
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Pour défendre la médecine naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Que Faire-
Sauter vers: