Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Topic cinema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   2/9/2011, 23:38

Dans le film NEO parle à ceux qui dirigent la matrice mais en réalité il s'agit d'un message que les illuministes adressent au genre humain.


Neo est l'archetype de l'antéchrist luciférien, l'agent smith est son double maléfique, ils sont comme les 2 faces opposées d'une même piéce.

Neo doit accépter de se dissoudre en lui (Matrix 1 et 3) pour pouvoir le vaincre de l'intérieur et renaitre.
On est donc bien dans l'illuminisme satanique pur et dur.

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_force



Nombre de messages : 477
Age : 106
Localisation : TATOUINE
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: Topic cinema   3/9/2011, 00:37

Tout ce qui sort de Hollywood sert a discréditer la vérité et semer la confusion le diviser pour régner, et les gnostiques authentiques n'ont rien à voir avec ce film, rien que le fait que Néo utilise la technologie informatique pour se transporter dans la Matrice signe dés le début de la trilogie le discrédit sur cette oeuvre.

La trilogie Je l'ai quand même apprécié car ils sont obligés d'aller dans le sens de l'univers sous peine de résistance et de destruction mais bien sur égarer les gens sur le chemin de la vérité est leur point fort, surtout quand les chercheurs la cherchent dans la facilité, sans faire d'effort sur eux même au quotidien afin de pouvoir domestiquer leur orgueil mal placé.

Est antichrétien celui qui développe son cerveau au détriment de son coeur.

Personne n'a l'intelligence assez formée "esprit assez subtil" pour ce faire une idée de ce qu'est Dieu

Maître Philippe de LYON


Dans la vie nous n'avons qu'une chose a faire, déterminer au fil de nos épreuves ce qui est vrai et ce qui est faux

Ce n'est pas difficile il y a 10 commandements a respecter, et 7 péchés capitaux à maîtriser.

Faire a autrui ce que l'on voudrait que l'on nous fasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur


Nombre de messages : 3011
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   3/9/2011, 03:38

la_force dit:

"rien que le fait que Néo utilise la technologie informatique pour se transporter dans la Matrice signe dés le début de la trilogie le discrédit sur cette oeuvre."


L'informatique est une métaphore et le scénario est une bombe.

L'interprétation de chacun pouvant aller dans le sens d'une initiation, d'un divertissement ou d'une manipulation...

Cette trilogie dépasse de loin l'habituelle création hollywoodienne. Cela ne signifie pas qu'elle est saine et authentique mais les frères Wachowski ont ici produit quelque chose de particulier...
Cette métaphore (avec toutes les subtilité qu'elle comprend) est autant de l'information que de la manipulation (là est la question)...... combien de gens visionnant le film ne chercheront pas à creuser ou faire le lien avec leur réalité ? ... la majorité.
Le scénar étant compliqué et demandant de s'y projeter.

Si manipulation il y a , alors cela concerne des gens déjà avertit sur cette "matrice"... pour les autres, ils reçoivent cela comme un énième film de science-fiction.
Ayant chercher à dialoguer sur ce film avec des gens (proches), autant vous dire qu'ils restent fermé et ne cherchent pas à explorer le fond du sujet....
Bien évidemment car on touche là à notre situation d'esclavagisme et de monde artificiel. Chose que peu de gens souhaitent voir face à face car intimement, ils savent.... et un film comme Matrix est potentiellement éveilleur de ce phénomène. (Il suffit de cogiter un temps soit peu sur cette trilogie pour voir le rapport avec notre situation et c'est là ou ça dérange ceux qui n'ont pas encore compris)
Je ne sais pas quel était le but de ces frères Wachowski (loin d'être people) mais leur trilogie est particulière... Si elle à été produite à grand moyens, c'est qu'elle ne présente logiquement pas de danger pour l'empire.......
Cependant, leur jeu est de nous appâter avec la vérité.

Vérité qui ne fait que d'abondée dans cette période d'Apocalypse..... Ils ne peuvent la freiner.
Mais quel est le pourcentage de gens à s'être creuser les méninges suite au visionnement des Matrix ? Quel est le pourcentage à avoir fait le rapport avec leur situation sur terre ??? et cette parfaite analogie avec la matrice ??? c'est trop dérangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
DesEspoirs



Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Film : True Grit   21/9/2011, 14:35

True Grit

Date de sortie cinéma : 23 février 2011

Réalisé par Ethan Coen, Joel Coen
Avec Jeff Bridges, Matt Damon, Josh Brolin

Long-métrage américain . Genre : Western
Durée : 01h50min Année de production : 2010
Distributeur : Paramount Pictures France

Synopsis : 1870, juste après la guerre de Sécession, sur l'ultime frontière de l'Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d'or par le lâche Tom Chaney. L'assassin s'est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n'obéit qu'à son code d'honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l'étoffe des légendes : la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l'amour...


Place au screens :



Le plan juste après:




Voila, je commente pas, les images parles d'elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   21/9/2011, 15:50

Marrant Paralleye Razz On a fusionné en même temps ! Après validation j'ai eu le message "Le sujet à fusionner est introuvable" Tu as été le plus rapide sur ce coup là Bien

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2274
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Topic cinema   21/9/2011, 16:23

Eh oui Bardamu,le secret de la victoire se trouve dans la capacité à dénicher le bon sujet en toute vitesse !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
oyagaelewee



Nombre de messages : 122
Age : 28
Date d'inscription : 07/07/2009

MessageSujet: symbolisme reptiliens dans les films   21/10/2011, 18:31

Dans le films "Beginners" (2010)
Localisé à 16.20mn






Je ne sais pas vous, mais pour moi c'est pas des yeux humains!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wat.tv/thanatosdu14
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Topic cinema   26/10/2011, 18:06

Clooney et Schoeller : deux films sur le pouvoir et... le cynisme, sortent au cinéma



L'Exercice de l'Etat », de Pierre Schoeller,
et
Les Marches du pouvoir » de George Clooney,



Hasards du calendrier des sorties cinéma, deux films, l'un américain, l'autre français, s'intéressent simultanément à l'action politique dans ces deux pays en crise, et en campagne électorale. Et, de fait, au cynisme en politique. Idéalistes s'abstenir, émotions trop fortes.

« L'Exercice de l'Etat », de Pierre Schoeller, et « Les Marches du pouvoir » de George Clooney, qui sortent mercredi sur les écrans français, posent, chacun à sa manière et dans son contexte national, la question de l'engagement politique, de la frontière invisible entre compromis et compromissions, de la marge de manœuvre dont disposent réellement les dirigeants dans nos Etats complexes, et... en faillite.

Le film de Pierre Schoeller, qui était présenté dans la sélection Un certain regard à Cannes cette année, offre une problématique des plus actuelles. Dans une France dont « les caisses sont vides », Bercy veut privatiser les gares pour réduire le déficit, et se heurte à un ministre des Transports qui « refuse d'être le ministre de la privatisation des gares ».



Les magouilles de coulisses menées par les groupes privés alléchés par
la privatisation qui s'annonce, rendent vaine la « résistance » du
ministre des Transport, qui s'illustre dans le passage ci-dessous.



Mais monsieur le ministre, alias l'acteur Olivier Gourmet, doit penser à sa carrière politique prometteuse, doit se trouver un parachutage dans une circonscription gagnable quitte à éjecter le local de l'étape, gérer sa com... Bref, il finit par se coucher.

« L'Etat est une vieille godasse pourrie qui prend l'eau »

Mais le personnage le plus intéressant est le « dir cab », le directeur de cabinet du ministre, magnifiquement incarné par Michel Blanc, grand commis de l'Etat qui récite son Malraux par cœur (« Entre ici Jean Moulin... ») pour raffermir son sens du devoir et son abnégation au service d'un homme... qui finit par le décevoir.

Le dialogue-clé du film oppose deux camarades de promo, Michel Blanc et un autre dir cab qui jette l'éponge et part « pantoufler » dans le privé, car, dit-il :

« L'Etat est une vieille godasse pourrie qui prend l'eau de toutes parts. »

Pierre Schoeller a réussi sa plongée au cœur de l'appareil d'Etat, entre lambris dorés et trains de vie fastueux, grandeurs et servitudes de l'action publique, grandes ambitions et petits calculs, et, surtout, l'ampleur des freins à l'action dans un système lancé à toute vitesse sans trop savoir où il va.
Autre pays, même cynisme

George Clooney, coscénariste, réalisateur, et acteur vedette de son propre film, a choisi de placer son action plus en amont par rapport au film français : au cœur des primaires qui précèdent l'élection du Président, une course de fond (et de fonds) éprouvante pour le candidat et son équipe.



L'homme-clé, comme dans « L'Exercice de l'Etat », est le bras droit de l'homme politique, en l'occurrence son directeur de campagne. Il doit tout savoir, tout contrôler, tout manipuler, y compris son propre boss, et la moindre erreur peut lui être fatale.

L'intrigue est simple, en partie inspirée d'une campagne bien réelle, celle du démocrate Howard Dean qui s'est terminée par un échec en 2004, et qui avait déjà inspiré une pièce de théâtre, « Farragut North », de Beau Willimon.

Tous les ingrédients de la politique américaine sont présents : le sexe (« ne pas baiser avec les stagiaires »), l'argent qui corrompt, les égos surdimensionnés, et la course aux « grands électeurs » qui font au bout du compte la décision lors des conventions de chacun des deux principaux partis, et dont l'obtention nécessite parfois de sérieux compromis avec les principes.
Jusqu'à l'écœurement

Difficile de sortir de ces deux films, excellents thrillers menés à grand rythme, sans un goût amer. Dans les deux cas, c'est la crédibilité de la parole politique qui en prend un coup, au risque de l'écœurement.

Dans les deux films, les principes qui guident l'engagement du personnage central – le ministre en France, le candidat aux Etats-Unis – se heurtent à la realpolitik, celle des rapports de force brutaux. Et dans les deux cas, c'est le cynisme qui l'emporte.

Ces films, qui sont promis à de beaux succès en salle, feront réfléchir alors que les deux pays sont en campagne électorale. A quoi bon, se dira le spectateur...

A quoi bon s'engager derrière un candidat si, une fois élu, la réalité de la « godasse qui prend l'eau » limite sa capacité d'action, le poids des lobbies le conduira à agir à l'opposé de ses convictions, et l'accumulation d'infimes trahisons finira par ruiner toute ambition de changement.

Ces deux films et surtout leurs réalisateurs ne visent pas à dégoûter le citoyen-spectateur de l'engagement, leurs biographies plaident au contraire pour l'opposé.

Mais en illustrant la réalité de manière crue et clinique, ils ont clairement démontré que pour changer le monde, il ne suffit pas de changer les hommes (ou les femmes), quelles que soient la force et la beauté de leurs convictions. Ils font le constat, et nous laissent en tirer les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   26/10/2011, 21:33

http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=5539613947839465921
à voir en pleine écran de toute manière

Qatsi Trilogie 1983 Koyaanisqatsi Life Out Of Balance_ Durée: 1:20 minutes
La musique est de Philip Glass. L'orgue est magnifique je me souvient encore où je l'avais regardé la première foi. Très puissant.
Il y a plusieurs bande son.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Koyaanisqatsi


Dernière édition par c.isme le 31/10/2011, 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
MaGIkKriS



Nombre de messages : 193
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Topic cinema   26/10/2011, 23:31

je dirai même voici koyannisqasti, powaaqatsi et naqoyqatsi :

http://topdocumentaryfilms.com​/naqoyqatsi/

;p

découvert aussi cela y'a qques jours aprés une recherche sur les futur projets du réal de BARAKA.
on peut noter la production de francis ford coppola , la participation de george lucas (oO ????)
c'est assez surprenant ..

à l'origine de film comme "baraka" ( ron fircke qui participe a la trilo des Qatsi )
des films a ranger dans la cathégorie "inspiration" ou "une images vaux milles mots"



Merci C.isme


Dernière édition par MaGIkKriS le 27/10/2011, 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DesEspoirs



Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Topic cinema   27/10/2011, 16:32

Je ne crois pas que cela a déjà était poster :

Conférence "L'escroquerie de la comédie française" par Pascal

Le Libre TeamSpeak



http://lelibrets.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur


Nombre de messages : 3011
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   5/11/2011, 02:21


Soraya, 28 ans, née et élevée à Brooklyn, décide de rentrer s’installer en Palestine, le pays d’où sa famille s’est exilée en 1948.
Dès son arrivée à Ramallah, Soraya cherche à récupérer l’argent de ses grand-parents gelé sur un compte à Jaffa mais elle se heurte au refus de la banque. Sa route croise celle d’Emad, un jeune palestinien qui, au contraire d’elle, ne souhaite qu’une chose, partir pour toujours.
Pour échapper aux contraintes liées à la situation du pays mais aussi pour gagner leur liberté, Soraya et Emad devront prendre leur destin en main quitte à transgresser les lois. Dans cette course à la vie, ils nous emmèneront sur les traces de leur Histoire en Palestine perdue.

=http://www.megaupload.com/?d=P6CU6NM0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Makoto



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: L’obsession rouge brun, contre-partie de l’aveuglement au fascisme : l’exemple de Metropolis   8/11/2011, 03:23

L’obsession rouge brun, contre-partie de l’aveuglement au fascisme : l’exemple de Metropolis



Les chasseurs de fascistes "rouge brun" (ou autres coloris) ne chassent que des fantômes depuis que le sens de la notion de "fascisme" s’est noyé dans l’amalgame du "totalitarisme". Pour reprendre l’image d’un commentateur du site LGS, ils seraient incapables de reconnaître un fasciste assis dans leur salon.

Je n’en veux pour preuve que le traitement du film de F. Lang, Metropolis (1927) ; seul film inscrit sur la liste des chefs-d’oeuvre de l’humanité de l’UNESCO, en reconnaissance de "ses valeurs artistiques et humaines", il fait actuellement l’objet d’une réédition, et d’une exposition à la Cinémathèque, qui propose en outre une rétrospective de l’oeuvre de F. Lang.

F. Lang, qui s’est expatrié aux Etats-Unis en 1933, est donc un auteur consacré, et le considérer comme un humaniste fait partie du credo du politiquement correct ; on le défend constamment contre le moindre soupçon (d’autant plus facilement que ces soupçons n’apparaissent qu’indirectement, les arguments à charge, sur F. Lang, étant difficilement accessibles). L’idéologie à l’oeuvre dans Les Nibelungen (1924), Metropolis (1926), M. le Maudit (1929) -obstinément commentée à contre-sens- est pourtant très lisible : il s’agit du fascisme et, même, plus précisément, du nazisme. Comment en serait-il autrement alors que sa scénariste, Théa von Harbou, était une sympathisante nazie ? Et comment F.Lang aurait-il pu l’ignorer, lui qui a été marié à T. von Harbou pendant plus de dix ans, de 1922 à 1933 (soit exactement la période de l’ascension au pouvoir d’Hitler) ?

Metropolis a pour slogan (il lui sert de sous-titre et apparaît plusieurs fois au cours du film) : "Entre le cerveau et la main, le coeur doit être l’intercesseur" - voyons quel est le sens de cette formule.

Dans la première séquence, on voit des ouvriers exténués quitter leur service en formation militaire, épaules voûtées et tête basse ; plus loin, le héros les voit, au cours d’une hallucination, en victimes offertes à la monstrueuse chaudière de l’usine, nouveau Moloch. On se contente de ces passages pour décréter que le film est progressiste, avant de passer à l’étude de ses gadgets techniques. Mais quelle conclusion va-t-on tirer de cette situation d’exploitation ? Va-t-on suivre les ouvriers dans leur prise de conscience ? Vont-ils s’unir pour résister, élire des représentants syndicaux clandestins ? Absolument pas : après leur tour de travail, ils descendent dans les catacombes (!) pour écouter dans l’extase une jeune fille prénommée Maria qui leur prêche la patience et leur annonce l’arrivée d’un Messie. Et qui sera ce messie ? Feder, le fils du Maître de Metropolis, Joh Federson ! Tel un nouveau Bouddha, il quitte le séjour des Elus (les Fils des Patrons), et découvre, plein d’horreur et pitié, la ville souterraine où travaillent les ouvriers. Va-t-il alors se mettre à la tête d’un mouvement de révolte ? Pas du tout : lorsque les ouvriers se révoltent (ils sont alors filmés comme des bêtes féroces qui, tout à la joie de la destruction, oublient leurs propres enfants, menacés par l’inondation qu’ils ont provoquée), Feder intervient, avec Maria, pour éviter les conséquences tragiques du sabotage et sauver les enfants.

Dans la scène finale, le contremaître fidèle au Grand Patron conduit les ouvriers repentis et toujours aussi militairement alignés, devant la Cathédrale (souvenir, sans doute, de Notre-Dame de Paris !) : là s’engage, entre le Maître et lui, une valse-hésitation, chacun des deux étant tenté de tendre la main à l’autre, mais la retirant finalement, dans un mouvement de pudeur virile. C’est alors Feder qui, sur un signe de Maria (médiatrice du Médiateur), va mettre la main du contremaître dans celle du Patron, tandis que s’inscrit en grandes lettres triomphales la devise du film : Entre le cerveau et la main, le coeur doit être l’intercesseur.

Historiette naïve ? Non : le message est très clair : Feder est le héros blond (on le voit, au début du film, au milieu d’autres fils de patrons, remporter une épreuve de course à pied, dans un stade qui préfigure, 9 ans avant, les Olympiades de Berlin) qui incarne le Peuple ( à l’usine, il prend la place d’un ouvrier épuisé, devant un cadran dont les signaux lumineux imposent des cadences infernales) et peut donc concilier les intérêts du travail et du capital.

Or, on est là au coeur de l’idéologie fasciste : la lutte des classes et le syndicalisme sont inutiles et même criminels (la révolte est d’abord néfaste pour les ouvriers eux-mêmes, qui risquent de perdre leurs enfants ; et le responsable syndical apparaît sous les traits du maléfique androïde qui incite les ouvriers à la révolte, avant de finir sur le bûcher : la première mesure de tout régime fasciste est d’interdire les syndicats et poursuivre les militants). C’est en effet le Chef (Führer en allemand), incarnation de la nation, qui connaît les vrais intérêts des ouvriers et a vocation à arbitrer entre les diverses composantes sociales.

Cette idéologie est non seulement inscrite dans les données explicites du film ( même la fameuse première séquence ne prend pas le parti des ouvriers : ils sont, certes, malheureux, mais, proprement déshumanisés, ils évoquent en fait des rats et il est évident qu’ils sont incapables d’être des acteurs de l’Histoire) mais tout autant dans la notion absente du film, celle de Capital. Très curieusement, la fonction de Joh Federson n’est pas désignée comme l’Argent, ou le Capital, mais comme le Cerveau, alors même qu’il y a dans l’histoire un vrai "cerveau", l’Inventeur. Mais celui-ci est présenté comme un savant fou (on suggère même qu’il est juif, peut-être même communiste, puisque c’est lui, à travers l’androïde, qui incite les ouvriers à la révolte : on aurait là la figure, chère aux régimes fascistes, de l’intellectuel "judéo-bolchevik").

Quelles conclusions le spectateur doit-il donc tirer des scènes d’exploitation ouvrière ? Il faut attendre l’émergence, au sein du patronat, d’une figure christique qui, au sortir du Fouquet’s, se sentirait envahie de pitié et de sympathie pour les ouvriers (on voit très bien Laurence Parisot dans le rôle de Maria). Comment peut se concrétiser cette sympathie ? Le film n’envisage rien au-delà de la poignée de main entre le Patron et le fidèle contremaître (qui, d’un point de vue ouvrier, serait le Jaune ou le Traître à la classe ouvrière et, dans un régime fasciste, le chef du Syndicat vertical officiel).

On pourrait faire une analyse analogue sur les Nibelungen, qui montrerait la cohérence idéologique du film (plutôt dans le versant raciste anti-slave du nazisme), au lieu de conclure platement : "malgré quelques scènes inexcusables (...) les Nibelungen n’offre pas, sur bien des points, un discours bien affirmé ". ( http://desoncoeur.over-blog.com/article-autour-de-fritz-lang-et-des-nibelungen-l-humain-chez-lang-premiere-vision-39048092.html ).

Comment peut-on trouver, venant des mêmes bords idéologiques, à la fois des apologies des oeuvres les plus clairement fascistes, et un acharnement maniaque à taxer de fascisme tout point de vue s’écartant de la pensée unique ? En fait, les deux attitudes sont cohérentes : il faut vider le concept de fascisme de tout contenu pour pouvoir s’en servir tous azimuts et, finalement lui faire désigner le contraire de ce qu’il signifie (suivant le processus analysé par Orwell dans La Ferme des Animaux) ; la Démocratie devient alors le nom du régime dictatorial des Cochons, et les fascistes sont ceux qui s’opposent à ce régime.

Rosa Llorens
http://www.legrandsoir.info/l-obsession-rouge-brun-contre-partie-de-l-aveuglement-au-fascisme-l-exemple-de-metropolis.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
maddle



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 22/08/2011

MessageSujet: Nosso Lar l' ultime film des illuminatis   8/11/2011, 14:12

Je suis étonné que peu de gens parle de Nosso Lar, une superproduction Bresilienne qui d après moi est l ultime film du INWO.

Sur cette bande annonce , il y a un nombre incalculable de plans evoquant les Illuminatis. Si vous connaissiez deja excusez m' en.Sinon c est très impressionant quand on sait déchiffrer la "sémantique" de ces images.

BA Nosso Lar

Le film est disponible sous titré.

http://interobjectif.net/notre-demeure-nosso-lar/


Dernière édition par maddle le 27/11/2011, 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Topic cinema   27/11/2011, 07:47

AGORA
Promotion du paganisme et insulte aux monothéismes chrétiens et musulmans ou comment le cinéma manipule l'histoire sauce franc-mac.




j'avais de très gros doutes sur ce film et je voulais vous faire partager cette confirmation.

HOLLYWOOD A ENCORE FRAPPE

Parce Amenabar le réalisateur a choisi d'écrire et réaliser un film sur la philosophe Hypatie et de perpétuer certains mythes en les transformant en un conte moral sur la science vs l'intégrisme.

Mais Amenabar a pris l'histoire de ce qui se passait à Alexandrie dans le temps d'Hypatie et en a fait une bande dessinée. Depuis le communiqué de presse programmé pour coïncider avec la projection du film à Cannes cette semaine:

Joué par l'actrice britannique Rachel Weisz, Hypatie est persécutée dans le film pour sa science qui défie la foi des chrétiens, autant que pour son statut de femme influente.

De affrontements sanglants aux lapidations publiques et massacres, la cité bascule dans les conflits inter-religieux, et les chrétiens victorieux tournent le dos au riche patrimoine scientifique de l'antiquité, défendue par Hypatie.


Le déclin de la Grande Bibliothèque a subi un long processus de détérioration et non pas un seul événement catastrophique. Mais il s'accroche toujours au mythe de Gibbon qu'une foule chrétienne a été en quelque sorte responsable.

Le réalisateur a également dit avoir travaillé le film comme une parabole de la crise de la civilisation occidentale.

«Disons que l'Empire romain est des États-Unis aujourd'hui, et Alexandrie c'est ce que l'Europe représente maintenant - l'ancienne civilisation, le vieux socle culturel.

»Et l'empire est en crise, ce qui affecte toutes les provinces. Nous parlons de crise sociale, économique bien sûr et culturelle.

"Quelque chose n'est pas tout à fait approprié dans notre société, nous savons que quelque chose va changer. - Nous ne savons pas exactement quoi ou comment, mais nous savons que quelque chose est à sa fin."

Nous pouvons étendre cette analogie. Si l'Europe est Alexandrie et les États-Unis Rome, qui est Hypatie? Et qui sont les intégristes meurtriers? Je soupçonne que la réponse pourrait être les «musulmans». L'article du Los Angeles Times sur la projection à Cannes allait dans ce sens:

Le film est très convaincant lorsqu'il montre la civilisation d'autrefois stable d'Alexandrie soudain débordée par le fanatisme, peut-être parce que les barbus, vêtus de noir robe de fanatiques chrétiens qui mettent à sac la bibliothèque et prennent le contrôle de la cité ressemblent étrangement aux ayatollahs et Talibans d'aujourd'hui.
( A Cannes: Alejandro Amenabar provocateur nouveau thriller historique )

article original anglais : http://armariummagnus.blogspot.com/2009/05/agora-and-hypatia-hollywood-strikes.html


Hypathie, vierge martyre des païens :

Dors, ô blanche victime en notre âme profonde,

Dans ton linceul de vierge et ceinte de lotos ;

Dors! l’impure laideur est la reine du monde

Et nous avons perdu le chemin de Paros (…)

Demain, dans mille années,

Dans vingt siècles, — qu’importe au cours des destinées —

L’homme étouffé par vous se dressera (…)

Votre œuvre ira dormir dans l’ombre irrévocable.



Leconte de Lisle (Hypathie et Cyrille, 1885)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   22/4/2012, 12:40

L’ésotérisme au Cinéma (1/2)






L’ésotérisme au Cinéma (2/2)





Le cinéma peut-il être un vecteur d’ésotérisme, voire un art ésotérique à proprement parler ? Étymologiquement, l’ésotérisme (du grec « esôteros », qui signifie « intérieur »), désigne la doctrine des choses « intérieures », au sens de rentrées, cachées, inaccessibles au profane. Dans l’Antiquité, il s’agissait des enseignements réservés à un petit groupe d’initiés. Par la suite, l’ésotérisme en est venu à désigner tout mouvement ou doctrine relevant d’un enseignement caché et procédant par le biais d’initiations.

Dans le domaine artistique, l’ésotérisme désigne le contenu caché, ou crypté, d’une œuvre. Celui-ci est généralement dissimulé derrière une représentation symbolique dont le sens ne peut être perçu que par les initiés. La fonction du symbole est alors de signifier autre chose que le sens usuel, soit en ouvrant les portes d’une compréhension plus profonde, soit en faisant de ce symbole la représentation approximative d’une expérience spirituelle. On parle ainsi de littérature ésotérique (ouvrages d’Hermès Trismégiste, « La Table d’Émeraude », le « Zohar », etc.), d’architecture ésotérique (mégalithes, labyrinthes, cathédrales, etc.), de musique ésotérique (Hildegarde de Bingen, « Œuvres pour piano » de Gurdjieff, Stephan Micus, etc), ou encore de films ésotériques.

C’est à cette catégorie d’œuvres que ce documentaire s’intéresse, posant la problématique suivante : les thématiques ésotéristes qui occupent une place de plus en plus importante dans le cinéma d’aujourd’hui (« Da Vinci Code », « La Neuvième Porte », « Mulholland Drive », etc.) sont-elles de simples ingrédients du divertissement, ou peut-on y voir un véritable sens caché ?

. Films à énigmes

On ne présente plus le roman à succès de l’écrivain Américain Dan Brown, « Da Vinci Code », ni l’adaptation cinématographique qui en a été faite, avec Tom Hanks et Audrey Tautou dans les rôles principaux. L’une des principales raisons du succès colossal de l’œuvre de Dan Brown et de la fascination qu’elle exerce sur le public tient à son climat ésotérique.

Pour écrire son « Da Vinci Code », Dan Brown s’est inspiré de deux ouvrages, « L’Énigme Sacrée » et « La Révélation des Templiers », qui évoquent l’énigme de Rennes-le-Château. Celle-ci gravite autour d’un étrange personnage, l’abbé Bérenger Saunière. Arrivé à Rennes-le-Château en 1885, il se lança aussitôt dans une gigantesque entreprise de rénovation de son église. Comment put-il payer tous ces travaux alors qu’il était sans le sou ? Ce mystère continue à alimenter les spéculations les plus diverses. Certains évoquent la découverte d’un trésor – celui des Cathares ou des Templiers – tandis que d’autres pensent que l’abbé avait mis la main sur des documents contenant des révélations explosives pour l’Église, documents qu’il monnaya chèrement auprès des autorités ecclésiastiques.

La sortie en 1982 du livre « L’Énigme Sacrée » donna plus d’épaisseur encore au mystère qui entourait l’abbé Saunière en mettant Rennes-le-Château au centre d’une théorie aux ramifications historiques complexes qui en arrive à la conclusion que Jésus et Marie-Madelaine, enterrés dans la région, auraient eu une descendance, la « lignée de Sang Réal », qui se serait perpétuée jusqu’à aujourd’hui. Cette construction mythologique fictive est à l’origine de l’intrigue du roman de Dan Brown.

Pour Philippe RIGAUT, Docteur en Sociologie, le « Da Vinci Code » est tout à fait exemplaire de « méthode Dan Brown », d’une part parce qu’il met en scène l’univers des croyances ésotéristes, et plus spécifiquement celles qui viennent ébranler les dogmes du christianisme, et d’autre part parce qu’il fait le lien entre ésotérisme et théorie du complot. L’association de ces deux thématiques constitue le « fonds de commerce » de Dan Brown, le motif de base qu’il décline d’une œuvre à l’autre.

Ces thématiques fascinent parce qu’elles correspondent au désarroi de notre époque. En perte de repères, confrontés à la disparition des grandes idéologies, les gens s’identifient à ces personnages de fiction qui sont, comme eux, en quête de sens. L’ésotérisme devient ainsi le symbole d’un monde dont on n’arrive plus à percer la signification. Dans cette relecture de la réalité, l’absence de sens est remplacée par la quête de mystère. Il faut réenchanter le monde, réinventer des mythologies, recréer des légendes pour pallier à la transparence du réel, et quoi de mieux pour cela que d’imaginer des secrets enfouis dans le tréfonds des siècles, des grimoires renfermant des connaissances susceptibles de bouleverser notre vision de choses, des organisations occultes chargées de veiller à ce que ce secret soit maintenu ? L’ésotérisme ouvre donc un champ inépuisable de sujets pour le cinéma. C’est un prétexte à romanesque, à réveiller nos vieilles peurs, à suggérer qu’une partie du monde est cachée dans l’ombre, connue uniquement de quelques initiés.

. Le New Age, ou les mystères de la Nature

Le Nouvel Âge, ou New Age, est un courant de pensée né dans les années 60 et caractérisé par une approche individuelle et éclectique de la spiritualité. Dans cette approche de la réalité, les énigmes scientifiques sont appréhendées comme des mystères religieux, et vice versa. La revue « Planète », fondée par Louis Pauwels et Jacques Bergier, a été la publication emblématique de ce courant de pensée pendant près d’une décennie, entre 1961 et 1971. Son slogan, « Rien de ce qui est étrange ne nous est étranger ! », définissait parfaitement sa ligne éditoriale : explorer tous les domaines en marge de la science « officielle » en privilégiant l’approche ésotérique. Les grands thèmes de la revue étaient l’histoire secrète, la mystique, l’ufologie, la théorie du complot, etc.

On peut dire de la littérature du New Age s’inspire des grands courants ésotériques du passé, notamment ceux qui ont trait à une philosophie de la Nature, à des préoccupations écologiques, à un changement de spiritualité qui nous permettrait de vivre en harmonie avec le monde qui nous entoure. Empruntant certaines de ses idées au chamanisme, le New Âge considère la Nature comme un être vivant, une entité qui se manifeste à travers le monde végétal, et tout particulièrement les arbres.

On retrouve cette thématique au centre du « Seigneur des Anneaux ». La Nature y est non seulement mise en valeur, mais contrairement à une certaine littérature catholique, elle n’incarne ni le mal ni une zone de danger menaçant la civilisation, mais a contrario un lieu d’équilibre et d’harmonie dispensant ses bienfaits à ceux qui y vivent en le respectant. Les habitations de Hobittebourg, creusées à flanc de colline, se fondent ainsi dans le paysage, donnant corps à une sorte d’utopie écologique.

Pour certains psychologues, cette volonté d’un retour aux sources, à la Nature-Mère, découle de notre peur de l’avenir. Aujourd’hui plus que jamais se pose en effet la question de la finalité des technologies que nous avons développées ; à l’optimisme des débuts a succédé la crainte d’une dévastation généralisée de la Planète. Face à cela, le retour aux sources, à une sagesse ancestrale, fait figure de solution pour certains.

Preuve de ce changement dans la spiritualité, le néo-paganisme va exploser vers la fin des années 90 et le début des années 2000. Les thèmes du Petit Peuple, des Fées, des Esprits de la Nature qui vivraient dans des dimensions parallèles, reviennent ainsi sur le devant de la scène. Au cinéma, cela se traduit par des films comme « Le Labyrinthe de Pan », de Guillermo del Toro, « Le Roi Minor », de Jean-Jacques Annaud, ou encore « Le Mystère des Fées », de Charles Sturridge, qui évoque l’affaire de fées de Cottingley.

L’un des précurseurs de ce cinéma de la nature est le réalisateur John Boorman, dont le film « Excalibur » (1981) marqua toute une génération de cinéphiles. « Excalibur » raconte les origines du mythique Roi Arthur, ses débuts sous l’égide de son conseiller Merlin l’Enchanteur, la création de la Table ronde, la quête du Graal, et se termine avec l’affrontement final entre Arthur et Mordred, fruit de sa relation incestueuse avec sa demi-sœur, Morgane. Le thème de la Nature y est omniprésent ; Boorman est un cinéaste romantique qui voit la possibilité pour ses personnages de sortir de l’obscurité dans laquelle ils se trouvent et d’aller vers une meilleure compréhension et d’eux-mêmes et du monde qui les entoure par le biais des quêtes qu’ils entreprennent. Leur plus fameuse sera celle du Graal, dont la triple symbolique – connaissance, transformation, renaissance – confère au film un riche sous-texte ésotérique.

. Mondes Parallèles

Le thème des mondes parallèles, abordé dans "Matrix", fait partie des grandes traditions ésotériques, qui considèrent l’Univers comme un « empilement » de réalités séparées par de simples « cloisons » qui peuvent être franchies par les initiés. Cette idée est la pierre angulaire du scénario de « Matrix ». Derrière sa façade de film d’action, « Matrix » interrogerait ainsi le spectateur sur des notions fondamentales telles que la nature de la réalité, le rapport au présent, ou encore la façon dont notre conscience détermine notre perception du monde.

Le film serait également truffé de symboles maçonniques. En effet, certains spécialistes du cinéma n’ont pas manqué de remarquer la similitude entre les noms des personnages et les fondateurs de grandes loges maçonniques. Le parcours initiatique du personnage principal qui, en entrant dans l’autre monde, devient Neo – « nouveau » ou « nouveau né » – est un autre indice.

D’autres films induisent des réflexions similaires sous leur apparence de divertissement. C’est le cas de la saga des « Harry Potter », qui nous interroge sur le clair-obscur de l’existence en nous offrant l’exemple d’un ajustement permanent à l’ombre et au mal. On y retrouve de nombreuses thématiques de l’ésotérisme : rituels, épreuves, mort symbolique, etc. Ce genre de film peut donc induire à une réflexion sur le fonctionnement des mondes intermédiaires, et à notre positionnement par rapport à ces valeurs éternelles que sont le Bien et le Mal. L’état de complétude, but de la quête, consiste non pas à vaincre cette part d’ombre, mais à l’accepter et à l’intégrer à son existence sans en être sali ou souillé.

. Cinéma du mystère

Certains films évoquent aussi des périples intiatico-ésotériques qui vont aboutir à la transformation du héros. C’est le cas de « La 9ème Porte », de Roman Polanski, qui relève presque de l’occultisme. On y trouve en effet des références très précises à des courants ésotériques, et notamment à l’alchimie et à la kabbale. On y trouve aussi l’idée d’un manuscrit caché qui aurait été transmis secrètement, d’initié à initié, au cours des siècles. L’épilogue, qui se déroule dans un château, en France, renverrait quant à lui à l’histoire des mouvements occultes au XIXe siècle. Le parcours initiatique du personnage joué par Johnny Depp s’inscrit en pleine quête initiatique. Au fil de ses découvertes, il va de plus en plus loin dans une forme de violence qui va lui révéler sa nature profonde. Et c’est en acceptant celle-ci, à la fin, qu’il parviendra à ouvrir la fameuse « 9ème Porte ».

Ce cinéma du mystère a été défriché par l’un des monstres sacrés de la profession : Stanley Kubrick. « Eyes Wide Shut », son dernier film, décrit ainsi le parcours initiatique, en forme de chemin de croix, du personnage joué par Tom Cruise. A chacune des « stations », où l’amour et la mort sont étroitement mêlés, des changements vont s’opérer dans sa conscience, lui permettant d’appréhender peu à peu sa véritable nature. En effet, dans la tradition ésotérique, la métamorphose ne s’effectue qu’au prix d’une traversée des ténèbres, épreuve que tout individu doit subir pour atteindre l’état de transformation qui est l’aboutissement de sa quête. C’est la symbolique de la mort comme renaissance.

Les décors, la symbolique des couleurs, s’inscrivent également dans la grande tradition ésotérique. Ils permettent de caractériser les personnages, de révéler leur intériorité ; il y a de ce fait une relation intime entre l’être, son intériorité, sa conscience, et son environnement extérieur. Dans un plan strictement formel, il s’agit d’une conception profondément ésotérique du rapport au monde qui montre le rapport du microcosme et du macrocosme, de l’esprit et de la matière, du visible et de l’invisible, etc.

.Le cinéma du Voyage initiatique

Quantité de films de science-fiction reprennent le thème du voyage initiatique que le héros entreprend pour réaliser une quête, rencontrant en chemin épreuves, ennemis et alliés. On retrouve ces thèmes dans des films comme « La Guerre des Étoiles » ou « Les Aventuriers de l’Arche Perdue ». Dans ces film, le héros est l’archétype de l’être en devenir, qui doit affronter et accepter sa vérité au terme d’un voyage initiatique.

« Le Nom de la Rose » explore des thématiques plus complexes empruntant à la fois à la philosophie, à la spiritualité et à l’ésotérisme. La richesse de ce roman nécessite que le lecteur fasse un certain nombre de recherches pour accéder à la pleine compréhension de certains passages, et cela se retrouve aussi dans le film. On retrouve ainsi l’idée d’une initiation sexuelle comme rite de passage entre l’adolescence et l’âge adulte, ou encore le thème du livre secret, transmis d’initié à initié et soigneusement dissimulé au fil des siècles.

L’initiation peut aussi se faire par le biais de drogues. Le cinéma emprunte alors ses thèmes au chamanisme, comme dans l’adaptation de « Blueberry » par Jan Kounen. Le néo-chamanisme évoqué dans ce film se caractérise par une volonté de retourner au paganisme hérité des peuples Amérindiens. Chez ces peuples, le chamane faisait office d’intermédiaire entre le monde des vivants et celui des esprits. Il entrait en contact avec ceux-ci par le biais d’états de transe provoqués par les drogues ; dans cet état second, il pouvait dialoguer avec les esprits, mais aussi acquérir des dons de divination, de précognition, d’anticipation, de guérison, etc.

Le chamanisme développe aussi l’idée d’un monde invisible dans lequel nous baignons en permanence ; notre conscience cloisonnée ne nous y donne pas accès lorsque nous sommes en état de veille, mais si on ouvre les portes de la perception au moyen de drogues, il devient alors possible d’accéder à cette autre dimension. Les scènes de visions de « Blueberry » évoquent ce voyage chamanique.

. David Lynch : le cinéma de l’Étrange

Mais comment filmer une expérience mystique ? A ce stade du documentaire, nous abordons l’œuvre de David Lynch. Celui-ci est qualifié de « cinéaste chamane » par l’auteur-réalisateur Thierry Jousse. D’après lui, c’est par la dimension sensorielle de ses films que Lynch touche le spectateur et l’immerge dans l’univers de ses films. S’il peut sembler déconcertant au premier abord, car échappant à toute logique, il n’en demeure pas moins fortement symbolique, ce qui déclenche un « travail » au niveau de l’inconscient.

Chacun des films de David Lynch travaille ainsi sur deux niveaux, deux mondes qui ne s’interpénètrent qu’au terme du cheminement que le spectateur effectue en leur sein. L’art du réalisateur consiste à lui donner les clés symboliques qui vont permettre d’ouvrir les portes séparant ces deux dimensions de lecture. Le premier monde est celui du visible, du quotidien, de la surface. Le deuxième monde se définit, à l’opposé, comme un « ailleurs » souterrain, non pas invisible mais caché. Ce sont ses irruptions dans la réalité – des irruptions aux allures de révélations – qui vont tisser la trame des univers Lynchiens développés dans chacun de ses films.

Le monde souterrain de Lynch est, par définition, un monde ésotérique. Il faut en effet y être initié pour y accéder et comprendre son fonctionnement mystérieux. Les personnages de Lynch - Jeffrey Beaumont dans « Blue Velvet », Laura Palmer dans « Twin Peaks » pour n’en citer que deux – seraient ainsi des figures transitionnelles symbolisant le passage entre ces deux sphères de réalité, un passage qui s’effectue par le biais de l’initiation à certains mystères.
Ce basculement entre la réalité et son « double », le quotidien et sa transcription fantasmagorique, trouve son apogée dans un film comme « Mulholland Drive ». La dernière partie inverse en effet complètement le schéma de lecture de ce qui précède, amenant le spectateur à s’interroger sur la réalité même de ce qu’il a vu et à reconsidérer radicalement son point de vue. Ce procédé ésotérique, au sens quasi étymologique du terme, est la clé de voûte du cinéma de David Lynch.

. Numérologie

En prenant l’exemple du film « Le nombre 23 », le documentaire nous entraîne ensuite dans les arcanes de la numérologie. Cette pratique repose sur un ensemble de croyances et de pratiques fondées sur l’attribution de propriétés aux nombres. Chaque nombre aurait ainsi un message à donner, leurs combinaisons formant un langage véhiculant certaines infirmations. Mais "Le nombre 23" donne à voir un rapport pathologique à la numérologie, qui devient source d’une névrose.

Le film « Pi » explore cet thème d’une façon plus intéressante en confrontant le monde ésotérique de la Kabbale juive à celui de la rationalité, puisque le scénario repose sur la mise au point d’un algorithme qui permettrait de prévoir les cours de la bourse. Ces deux univers – celui de la religion et celui de l’économie – vont pourtant finir par fusionner, induisant l’idée que les phénomènes a priori logiques, comme l’économie, seraient en définitive dominés par du surnaturel et que celui-ci pourrait être contrôlé. Sur le plan de l’ésotérisme, la symbolique du chiffre pi est très puissante. Pi est en effet le chiffre « infini », mais aussi celui dont la découverte a permis de passer du calcul de la ligne droite à celui du cercle, symbole ésotérique par excellence.

. Conclusion : le cinéma, alchimiste du réel

Le cinéma est une activité hautement technique qui suppose la préparation minutieuse de chaque plan. Par quel « miracle » ce cadre mécanique parvient-il à créer des atmosphères, des états d’âme, qui « débordent » des images ?
La réponse réside peut-être dans le monde « imaginal » auquel le septième art a donné naissance. Celui-ci nous donne à voir une transposition imaginaire de la réalité ; c’est dans cette marge entre l’objet et sa représentation que réside l’ésotérisme. Le cinéma serait dès lors une porte vers autre monde, nous permettant de nous y projeter pour vivre une expérience initiatique dont nous ressortons transformés, transmutés. Cette alchimie intérieure renoue avec l’un des principaux thèmes de l’ésotérisme : pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. Les (bons) films seraient-ils les clés de ce changement ?

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   7/5/2012, 11:24

Michel AUDIARD - Vive la France (FILM ENTIER !)

Disponible sur YouTube !

http://www.youtube.com/watch?v=jhlrhT2eU5A



Vive la France : L'histoire
Le dialoguiste-scénariste et réalisateur Michel Audiard s'attaque à ce qu'il considère être une erreur en ce qui concerne l'attribution du statue héroïque du Général De Gaulle, sur un ton humouristique et tente à travers ce documentaire de le démythifier.





cyclops


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yacin-9



Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 09/03/2010

MessageSujet: Re: Topic cinema   7/5/2012, 19:36

Bande Annonce Men In Black 3



Bande Annonce Prometheus



que cherchent il à faire avec toutes ces choses dans le sub-conscient des gens???

surtout quand on voit l'impact qu'a eu Matrix sur les gens, est-ce qu'on veut les ammener à comprendre des choses prochaines???
en tout cas Prometheus le scénario est spécial on dirait une sorte d'explication, sur ce qu'aurait pu trouver ou finir par trouver les curieux style Alesteir Crowley
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yacin-9



Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 09/03/2010

MessageSujet: Re: Topic cinema   10/5/2012, 06:33

Quenelle ou pas Quenelle ???




intriguant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DesEspoirs2



Nombre de messages : 293
Date d'inscription : 20/04/2012

MessageSujet: [Film] Tropa de elite 2   11/5/2012, 16:20

Tropa de elite 2
Citation :




Troupe d'élite 2 est un film d'action policier brésilien co-produit, co-écrit et réalisé par José Padilha et sorti le 8 octobre 2010. Il s'agit de la suite, dont l'action se situe treize ans plus tard, de Troupe d'élite.

Synopsis

13 ans après la fin du premier opus, le lieutenant-colonel Nascimento est maintenant à la tête du BOPE. Après une opération désastreuse dans une prison, il se retrouve au milieu d'un engrenage comprenant des membres du Département de la Sûreté publique, le Gouverneur d'État ainsi que des groupes paramilitaires. Son ex-femme est maintenant remariée avec le député Marcelo Freitas, défenseur des droits de l'homme et Président de la Commission parlementaire sur les milices.

Le livre qui a inspiré le film

Le film s'inspire du roman Troupe d'élite 2 (Editions Anacaona) écrit par Luiz Eduardo Soares, le major Rodrigo Pimentel, le capitaine André Batista et le commissaire Claudio Ferraz. Le capitaine Nascimento se rend compte de l'inutilité de la guerre qu'il a menée et réalise que l'ennemi a changé : le trafiquant de drogue n'est plus la vraie menace. Les milices, groupes de policiers et pompiers pourris, infiltrés au cœur même de l'Etat et de l'administration policière, menacent désormais l'Etat de droit. Se présentant initialement comme une "autodéfense communautaire", avec la bénédiction des plus hautes autorités brésiliennes, ces milices sont en fait devenues de véritables mafias, organisations criminelles ne cherchant que le profit et n'hésitant pas à utiliser la violence la plus barbare. La DRACO, Brigade de Répression du Crime Organisé, et le député Marcelo Freitas dénoncent et combattent cette corruption.

En plus d’être un excellent film d'action, ce film reste à mon avis très fidèle à la réalité du Brésil. A VOIR !

Je ne me prononce pas sur le premier film parce que je ne l'ai pas encore vue, mais d'après les commentaire il est aussi très bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   13/5/2012, 14:03

Merci. Je l'ais déjà vu. Oui il est très réaliste corruption police drogue et gang un film très dur.

L'age de plastic (Jan Kounen) - Elmer Food Beat


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
vintage



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Tim Burton   14/5/2012, 17:43

Est-ce que le cinéaste Tim Burton, que les médias s'évertuent à vanter au public comme un génie créatif, pratique un cinéma plein de codes sataniques dans des films à destination des jeunes générations ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Topic cinema   14/5/2012, 19:37

Hollywood n'est pas une société de production de divertissements mais une entreprise de propagande au service du pouvoir.

Il n'existe pas, à ma connaissance, de productions Holywoodienne grand public qui ne soit pas avant tout un clip publicitaire (ce qui ne veut pas dire qu'on trouve des codes sataniques dans tous les films, par exemple en France, ces codes sont peu utilisés alors que la propagande d'essence satanique est toujours présente d'une manière ou d'une autre).

Lorsqu'on admet ça, on peut facilement admettre qu'Hollywood ne peut pas payer un réalisateur pour faire autre chose que de la propagande. Est-ce que Monsanto, Mc Do ou Coca produisent autre chose que de la merde ?

Et c'est pareil pour l'industrie musicale.

Pour Tim B, il suffit de voir la liste des sujets qu'il a traités à travers ces films, dont certains ont été débunkés, pour comprendre qu'en plus d'être un propagandiste, il est initié.

Voilà grosso modo ce que j'en pense Smile


Edit : Pas l'ombre d'un chemtrail aujourd'hui sur Paris.





Dernière édition par Comandirej le 14/5/2012, 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Topic cinema   14/5/2012, 20:28


Je me permets un petit doublon, l'autre est dans "Que faire face aux provocations christianophobes ?".

PS aujourd'hui carnage de chemtrails dans mon secteur.

Chapitre X - Henry Ford : Le juif international
La suprématie juive au théâtre et au cinéma

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
aladin



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 25/12/2010

MessageSujet: Re: Topic cinema   15/5/2012, 22:43

Je vous presente la serie "THE EVENT" qui signifie complot !!!

Non seulement on y trouve beaucoup d'elements : conspiration elite obama etc... mais en plus c est la meilleure serie que j ai vue !!!

voici une mini bande annonce mais une serie a telecharger IMPERATIVEMENT Génial2

http://www.dailymotion.com/video/xeuir9_the-event-bande-annonce-de-la-serie_shortfilms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Topic cinema
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haute Fidélité et Home cinema
» Cherche le bon topic
» [CINEMA]La Petit Nicolas
» [Topic Officiel] Je cherche une chanson, aidez-moi!
» Plus Belle La Vie : Le topic des fans !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: