Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la revolution française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: la revolution française   27/9/2010, 22:49

Il ne me semble pas que ce sujet ait été abordé sur ce forum, ça sera une information de plus. j'entendais à la radio la sortie d'un roman d'yves viollier, dont le contexte s'inspire des charniers du Mans découverts début 2009.
Cette découverte relance le débat sur la reconnaissance ou non du génocide vendéen par la république. Puis j'ai trouvé une vidéo intéressante où l'on comprend le caractère programmé de l'extermination d'une partie de la population.

http://www.dailymotion.com/video/x8bqhz_le-genocide-vendeen-par-la-republiq_news

http://www.dailymotion.com/video/x8bqex_le-genocide-vendeen-par-la-republiq_news

http://culture.france2.fr/patrimoine/actu/le-mans-quand-la-guerre-de-vendee-sort-de-terre-63675105.html?paragraphe=1

Dans ces videos, l'historien s'étonne du négationisme autour de cette affaire, il met l'accent à juste titre sur le fait que le génocide de vendée s'appuie sur des lois qui ont été votées ! Cet arsemal juridique n'a pas été abrogé. ainsi, le gouvernement de pétain s'est appuyé sur ces lois pour déporter légalement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   28/9/2010, 19:38

Magnifique Lilas, c'est un sujet extrêmement intéressant, il me passionne particulièrement en ce moment dans mes études

J'invite tout le monde à lire Barruel et ses mémoire pour servir à l'histoire du jacobinisme, le Barruel à tout dit :

Abbé Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Hambourg, 5 vol., P. Fauche, 1798-1799

Tome I

#http://www.scribd.com/doc/37304103/Barruel-Augustin-Memoires-Pour-Servir-l-Histoire-Du-Jacobisme-Tome-I

Tome II

#http://www.scribd.com/doc/37476770/Barruel-Augustin-Memoires-Pour-Servir-l-Histoire-Du-Jacobisme-Tome-II

Tome III

#http://www.scribd.com/doc/37477123/Barruel-Augustin-Memoires-Pour-Servir-l-Histoire-Du-Jacobisme-Tome-III

Tome IV

#http://www.scribd.com/doc/37477205/Barruel-Augustin-Memoires-Pour-Servir-l-Histoire-Du-Jacobisme-Tome-IV

Tome V

#http://www.scribd.com/doc/37477523/Barruel-Augustin-Memoires-Pour-Servir-l-Histoire-Du-Jacobisme-Tome-V

Tomes 1 à 5

#http://www.megaupload.com/?d=KMBCUWH1

+ couverture :




Egalement le documentaire trsè bien réalisé sur le génocide des Vendéen que j'ai uploader (le site d'hébergement un peu chaud comme relais Wink )

Le génocide des vendéens AVI :

#http://www.megaupload.com/?d=XK9XRD6N


Dernière édition par lorelianeGTQ le 13/9/2011, 18:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   30/9/2010, 00:40

Un sujet effectivement passionnant, merci à vous deux pour ces liens que je vais explorer avec beaucoup d'intérêt.

L'idée d'interpeller les élus sur l'abrogation des lois dont il est question me semble très intéressante ! Comment d'ailleurs ne pas faire le rapprochement avec les lois liberticides qui empêchent de discuter des détails de la Shoah ? Voir à ce sujet ce lien valide jusqu'à fin décembre 2010 : http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   30/9/2010, 02:07

Oui bardamu explore, explore!!!

Quand aux mémoires de Barruel, au risque de me repéter c'est incroyablement interéssant, et à ma connaissance le meilleurs temoignage des dessous de la révolution... Arrow

Ne pas confondre avec le site Barruel, qui bien qu'instrctif ne doit pas être associer avec Augustin...

Merci pour la petition bardamu...Il ne suffit pas de parler des détailles de la "shoah" mais de la "shoah" elle même bien sur...

...

Enfin, bone initiative ce topic...sujet clé, j'èspère pouvoir avoir le temps d'y apporter tout ce que j'aurait à y apporter comme trésor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: la revolution française   2/10/2010, 23:23

Le saviez-vous,

Turreau, le général démoniaque des 12 colonnes infernales ne fut jamais frappé par le remord. Après avoir "purifié" la Vendée de ces dangereux brigants de 0 à 80 ans, bleus et blancs confondus, celui-ci sort tête haute de son procès. verdict "toutes les inculpations portées contre Turreau sont jugées calomnieuses et non fondées ; il a obéi aux décrets de la Convention."
Chapelain disait "Le plus horrible à mes yeux, je vais vous le dire, citoyen-président. le plus horrible, c'est l'aveu involontaire que fait l'accusé lui-même à la fin de ses "Mémoires". parlant de son plan d'extermination, il en évoque les "mesures peut-être nécessaires". le vertige saisit à ce "peut-être", je croyais au moins que sa conscience était en paix, reposant sur une certitude." Mais Turreau n'a jamais flanché, se saisissant de nombreux titres de noblesse à la suite de sa carrière, bien qu'un peu mis à l'écart. Véritable léche-cul, tantôt républicain, tantôt noble c'est selon, et revendiquant son honneur jusqu'à la fin.

Sous ses ordres, on embrôchait, brûlait vif, enterrait vivants, noyait, violait et autres atrocités dépassant l'entendement humain au nom de l'ordre et de la paix. les chouans, qui sont d'abord bretons, l'ouest ne se limitant pas à la vendée d'aujourd'hui, revendiquaient en priorité la liberté de conscience et prônaient l'égalité. Ils étaient même bien favorables à la démocratie et aux nouvelles mesures mais ont simplement compris avant les autres, que les promesses de la révolution n'étaient qu'un leurre. Pendant ce temps les pleutres aristocrates se cachaient en Angleterre attendant de pouvoir revenir.

Comme ultime offense à la vendée, l'on décide d'inscrire le nom de Turreau en tête de la 15ème liste du pillier est de l'arc de triomphe.
c'est dire si ces paysans ont énervé les hautes instances. c'est clair qu'une contre-révolution ça fait tâche dans un plan sensé être révolutionnaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: la revolution française   3/10/2010, 21:44

Voici un extrait du livre de Gracchus Babeuf concernant le plan secret de dépopulation. Rien à voir avec ce qu'on apprend à l'école, au mieux de simples conséquences à la guerre civile, au pire un dommage collatéral à l'établissement d'un... bin osons le dire, nouvel ordre (à cette époque en tous cas, ça y ressemblait bel et bien). Ce que décrit babeuf est étonnant.

"On n'y croirait pas, si nous ne le confirmions par des faits précisés et authentiques. Il faut remplir cette tâche. Il faut arracher tout à fait le voile qui a empêché de découvrir jusqu'ici, qu'il n'a existé une insurrection de la Vendée que parce que d'infâmes gouvernants l'ont voulu, et qu'il entrait dans leur plan affreux, tandis qu'on sarclerait la nation dans toutes ses diverses parties, de la faucher totalement dans une région entière, qui, par sa beauté et sa bonté productive, fournirait une vaste ressource à l'établissement des premières nouvelles colonies agrairiennes."





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: la revolution française   3/10/2010, 21:49







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   1/11/2010, 16:40

Merci Lilas, je vient enfin de lire tes scannes que j'avait zappé Surprised

Citation :
Voici un extrait du livre de Gracchus Babeuf concernant le plan secret de dépopulation. Rien à voir avec ce qu'on apprend à l'école, au mieux de simples conséquences à la guerre civile, au pire un dommage collatéral à l'établissement d'un... bin osons le dire, nouvel ordre (à cette époque en tous cas, ça y ressemblait bel et bien). Ce que décrit babeuf est étonnant.

Tu pourrait stp Lilas mentionner le titre du livre de Grachus Baboeuf?

Aussi aurait tu le livre en intergralité?

Je vais reprendre ce topic, avec aussi une extension du futur de ce que fût le coup d'état de la révolution, par "les origine de la révolution republicaniste", que j'intégre dans ce topic.

A moins qu'un modérateur ne decide la bonne idée de ne crée qu'un seul et même topic intituler "La révolution françoise" (ou française Razz ) en fusionnant les deux.

Car je compte bientôt travailler là dessus, et exposer de nombreuses sources et information si Dieu m'en donne la permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 38
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   1/11/2010, 17:27

Bonjour lorelianeGTQ, Smile


N'hésites pas a me dire tes besoins et si Dieu veut, avec les outils a ma disposition, je les mettrai en place.

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: la revolution française   2/11/2010, 09:39

c'est une ancienne édition de 89, la nouvelle est mentionnée dans la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 18:57

J'apporte ici des documents de grandes importance, en plus des ouvrages du père Augustin de Barruel qui se trouve plus haut et d'une grande qualité pour comprendre comment apparus la revolution republicaniste (je préfère employer ces mots car ce n'était certes pas celle des français, du moins ont ne peu qualifié par le nom d'un peuple une chose qui fut de minorités). Les ouvrages et documents sont tous d'époque, écrit par des hommes qui avait une toute autre intelligence que nos comtemporains, il est donc necessaire et même indispensable d'ne prendre connaissance, car lorsque les route sont si brouiller, il esst essentiel de revenir a la sources des choses, autrement nous sommes vouer à la confusion.

Pour commencer, voici un lien de téléchargement d'un dossier, comprennant :

- L'abrégé de l'oeuvres considérable du père Deschamps ; La franc- maçonnerie et la révolution par Louis d'Estampes, Claudio Jannet, en format PDF texte et image;

- La lettre encyclique du Pape Léon XIII sur la dénonciation de la secte franc-maçonnique, ainsi que des autre "satellitte" de cette secte, et les influance qu'elle à reçu d'autre création anti-traditionnel, pro-libéralisme universel. Lettre exeptionnel, d'une trentaine de page à lire absolument (d'une rare clarté)(tiré de l'introduction de l'ouvrage cité ci-dessus);

- L'oeuvre, dont fût tiré l'abrégé de Louis d'Estampes et de Clodio Jannet, du père Deschamps, Les sociétés secrètes et la société, ou Philosophie contemporaine, en trois "fort" tôme (plus de 500 pages), comprennant quantité d'informations exeptionnel, toute validé par le grand orient dans sont souci de validité des preuves;

- Les liens des PDF en lignes;

- Les couvertures des ouvrages pour mettre sur site ou blog.

Dossier en multiupload :

multiupload.com Z8QXDZIORO

Lettre encyclique de Léon XIII

http://www.scribd.com/doc/40984780

La franc-maçonnerie et la révolution

http://www.scribd.com/doc/40985013



Les sociétés serètes et la société, ou, la philosophie comtemporaine, volume, 1,2 et 3

http://www.scribd.com/doc/40985402/Les-societes-secretes-et-la-societe-tome-1

http://www.scribd.com/doc/40987085/Les-societes-secretes-et-la-societe-tome-2

http://www.scribd.com/doc/40990302/Les-societes-secretes-et-la-societe-tome-3



D'autres documents devrait arriver d'ici peu.

Je souhaite que toute personne s'intéressant au sujet place au fil de leurs lecture les lignes, et paragraphe dont ils estimerons l'importance, cela appportera de la richesse au sujet.

Bonne lecture.

flower


Dernière édition par lorelianeGTQ le 13/11/2010, 19:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 38
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 19:09

Merci Loreliane, cheers

Un beau travail que je vais m'empresser de lire et de commenter.


Déjà au tout début de la lettre encyclique de Léon XIII, une phrase raisonne en moi:


Citation :
Après que, par jalousie du démon, le genre
humain s'est misérablement séparé de Dieu, auquel il
était redevable de son existence et des dons surnaturels,
il s'est partagé en deux camps ennemis,
lesquels ne cessent pas de combattre, l'un pour
la vérité
et pour la vertu, l'autre pour tout ce
qui est contraire
à la vertu et à la verité.


Dédicace pour nos "amis" du culte du secret!... Wink

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 19:34

Bulle pontificale émise par Clément XII contre la Franc-maçonnerie.(1738)

http://fr.gloria.tv/?media=56933
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 19:47

Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 19:57

Oui, cette lettre m'a surpris par sa grandeur de fond, j'ai rarement lu un écrit humain de cette qualité, c'est là que je commence à comprendre la théologie catholique, et le sens de la trinité (avec quand même de nombreux livre catholique derrière:P ) , et en cela que c'est évident que, que nous soyons chretiens ou musulman le fond est exactement le même, la foi en Dieu l'Unique et Sa moral inébranlable au dessus des hommes.




Cette pharse de Saint Augustin est aussi très vrai:

Citation :
la cité terrestre procède de
l'amour de soi porté jusqu'' au mépris de Dieu; la cité
céleste procède de l'amour de Dieu porté jusqu'au
mépris de soi.

De Civil. Dei, lib. xiv, c. 27.


J'en profite pour poster l'ouvrage d'Alexis de Tocqueville, La révolution et l'ancien regime, avec une citation qui peut avoir toute son importance tiré du premier tome de l'Histoire des société sectrète, du P. Deschamps :

Citation :

XXII

La Révolution est universelle. Malgré les différences de race,
de climat, d'état économique, elle répand chez les peuples des
idées et des formules qui ont le don de les soulever ; elle attaque
toutes les institutions fondées sur la tradition historique ; elle
introduit, au besoin par la force, dans les sociétés, des principes
nouveaux totalement inconnus aux âges précédents, comme la
séparation de l'Eglise et de l'Etat, le monopole de renseignement
par TÉtat, la liberté de la presse. Les peuples du nord sont at-
teints comme ceux du midi, les jeunes républiques do l'Amérique
comme les monarchies du vieux monde. La Russie avec ses ins-
titutions communales si particulières, son immense territoire aux
populations clair-semées, est ébranlée par le souffle révolution-
naire à l'égal des agglomérations pressées des régions manufac-
turières de l'occident.
Ce fait, si nouveau dans l'histoire, a frappé M. de Tocqueville
et lui a inspiré ces paroles remarquables :


« Toutes les révolutions civiles et politiques ont eu une patrie
et s'y sont renfermées. La révolution française n'a pas eu de ter-
ritoire propre ; bien plus, son eflet a élé d'effacer en quelque sorte
de la carte toutes les anciennes frontières. On l'a vu rapprocher
ou diviser les hommes en dépit des lois, des traditions, des ca-
ractères, de la langue, rendant parfois ennemis des compa-

XXIII

triotes, et frères des étrangers, ou plutôt elle a formé, au-dessus
de toutes les nationalités particulières, une patrie intellectuelle
commune, dont les hommes de toutes les nations ont pu devenir
citoyens (1). »
Depuis le milieu du siècle dernier, la Révolution n'a pas cessé
de marcher et de progresser. Jusqu'à présent tous les efforts di-
rigés contre elle ont paru impuissants. Elle n'a encore reculé sur
aucun point ni abandonné une seule de ses conquêtes. A peine
un temps d'arrêt lui est-il imposé, qu'elle reprend avec plus de
puissance son essor destructeur.
Les explications les plus diverses sont données à ce problème
aussi vaste que nouveau.

Les panthéistes et les matérialistes y voient un fait brutal,
qui trouve sa justification dans sa manifestation même. Pour eux,
c'est un phénomène d'évolution semblable à cette transformation
continue, que de faux savants prétendent reconnaître dans le monde
végétal et animal. Le Socialisme, le Communisme, le Nihilisme,
sont pour eux autant d'étapes fatales au même titre que le Li-
béralisme et le Rationalisme : ils les glorifient successivement
comme des formes du perpétuel devenir qui emporte l'humanité.
Mais la raison, le sens intime de la personnalité et de la respon-
sabilité individuelle protestent hautement contre cette théorie.
La conduite pratique de chaque homme pris en particulier comme
celle des peuples dément constamment ces hypothèses, instinctive
protestation qui est la meilleure réfutation du sophisme !

1- L'ancien rêgime et la Révolution, p. 15 (Lévy, 1886J.

XXIII

Cependant les idées fausses ont de notre temps acquis tant
d'influence par voie d'infiltration, si l'on peut ainsi parler, que la
méme théorie, dégagée de ses formes les plus choquantes, se pro-
duit sous la plume d'écrivains conservateurs, religieux même de
sentiment.
M. de Tocqueville, qui, nous venons de le citer, a décrit avec
tant de pénétration le phénomène de l'universalité de la Révolu-
tion a subi à son insu l'influence de cette erreur, quand dans la
suite de son livre il représente le mouvement qui a éclaté en
1789, et qui dure toujours, comme le résultat fatal d'une longue
et lente transformation des relations sociales, comme le fruit
naturel de l'ancien régime parvenu à son dernier développe-
ment. Pour lui et quelques-uns de ses disciples attardés, « la
« guerre aux religions n'est qu'un incident de la Révolution,
« un trait saillant et pourtant fugitif de sa physionomie, un pro-
« duit passager des idées, des passions, des faits particuliers
« qui l'ont précédée et préparée, et non son génie propre (1). »
D'autres, allant plus loin, prétendent que la Révolution est
providentielle, qu'elle est la conséquence nécessaire des prodi-
gieux changements apportes au monde moderne par les grandes
découvertes physiques de noire temps et par les progrès de l'in-
dustrie.

Rien n'est faux et dangereux comme de pareilles thèses.

Elles méconnaissent, contrairement aux faits les plus évidents, le
caractère essentiellement anti-religieux de la Révolution, et l'on
peut s'assurer que, si l'illustre écrivain qui l'a propagée avait as-
sisté aux événements des trente dernières années, ses apprécia-
tions en eussent été grandement modifiées.

1) Tocqueville, L'Ancien régime et la Révolution, p. 7*



#http://www.multiupload.com/OLITZT0IBJ




Dernière édition par lorelianeGTQ le 5/11/2010, 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 20:12

merci à toi pour toutes ses recherches loreliane. je lirais tout ça quand j'aurais fini de bouder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la revolution française   4/11/2010, 20:13

Loreliane tu va finir par te convertir a l'Église Catholique . Razz
Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   5/11/2010, 21:46

Tonino, je croyais qu'il n'y avait plus d'Eglise Catholique! Razz

La paix sur toi flower


Je post le film introuvable, La Révolution francaise, en deux parties, avec liens de secours. Deux parties d'une grande qualité, et qui enseignes beaucoup sur la periode de la révolution, j'y ai denombrer des detailles important erroné (exemple, sur l'aclamation du peuple imediatement après le decapitation du roi Louis XVI, alors que les documents nous parle d'un grand silence de perplexité durant un moment, avant que l'un des dirigent jacobain n'entraine les garde republicain à aplaudire, d'ou le peuple bon mouton suiva) , donc le sens critique et important, bien qu'il me sembe vraiment que le film n'est pas été réalisé par de grand fanatique de la révolution (du moins, le producteur du second volet qui n'est pas le même, un peu moins):


Les années lumières - Partie 1

#http://www.multiupload.com/UR2AIL21EI

#http://www.megaupload.com/?d=GSAI3WW6



Les années térribles - Partie 2

#http://www.multiupload.com/FHCMKDESG8

#http://www.megaupload.com/?d=EWXKTWEI



A examiner pour avoir une bonne vue d'ensemble et grossière des événement de la révolution jacobine (....) Wink





Dernière édition par lorelianeGTQ le 2/10/2011, 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   5/11/2010, 22:18

Extraits des chapitres I & II de l'introduction du premier tome de l'histoire des sociétés secrètes, N.Deschamps, :

Citation :




XXVI

Donner pour seule cause à celle-ci les abus de l'ancien régime en décadence, c'est placer au premier rang des causes secondaires et nier les causes principales, celles qui furent vraiment agissantes. Sans doute les abus des classes dirigeantes aux XVIIe et XVIIIe siècles avaient grandement affaibli les institutions qui sont la défense naturelle des sociétés, et ils ont ainsi rendu possible le succès de leurs ennemis. Mais les abus ont de tout temps existé, ils sont la conséquence de l'infirmité humaine, et l'histoire nous montre que les nations sont guérissables, qu'elles peuvent toujours se réformer tant qu'elles n'ont pas perdu la notion du bien. Les règnes réparateurs de St Louis, de Louis XII, d'Henri IV en sont, dans notre pays môme, d'éclatants exemples. Aussi bien, ces abus n'ont été qu'un prétexte pour la Révolution : partout où elle a triomphé elle les a conservés, aggravés même par des oppressions qu'elle dissimule en les systématisant et en leur donnant l'apparence de l'ordre légal.

D'ailleurs la violence de son attaque est en raison inverse de ces abus, pourrait-on dire. L'ancien régime était bien plus lourd en Allemagne qu'en France à la fin du XVIIIe siècle. Jamais les abus

XXVII

de la féodalité n'ont été chez nous comparables à ceux qui ont asservi les populations ouvrières de l'Angleterre à la suite de l'établissement de la grande industrie et du triomphe du régime parlementaire (1) ; or ces pays sont ceux que la Révolution a le plus longtemps épargnés. Seraient-ce des abus de l'ancien régime que rencontrent aujourd'hui sur le sol vierge de l'Amérique les radicaux et le parti socialiste ouvrier ? Est-ce ' le défaut de liberté publique, comme le prétendent certains libéraux confiants, qui multiplie les sociétés secrètes dans ce pays, où existe la liberté d'association la plus illimitée ? II faut bien que ces sociétés pour...

_________


1 - En Allemagne, la réduction d'un grand nombre de paysans libres à la condition de serfs fut la conséquence de la répression de la guerre des paysans et des doctrines du Luthéranisme sur le pouvoir illimité des princes. Pendant tout le XVIIIe siècle, les redevances, imposées aux habitants des campagnes, furent notablement aggravées. Ces faits sont aujourd'hui définitivement acquis à la science ; Ton peut notamment les voir exposés dans l'ouvrage magistral de Janssen : Geschichte des deulschen Votkes seit dem Ausgange des Millelafters(Freiburg in Brisgaa, Herder, 1878-1879, 2 vol.). Quant à l'Angleterre, il suffira de rappeler ici le fameux discours pro-noncé à la Chambre des communes par lord Stanley, le 6 août 1825. Le noble orateur signalait avec une courageuse franchise l'état d'abrutissement dans lequel étaient tombées depuis un demi-siècle les classes ouvrières. Dans un tableau fort émouvant, il montrait le père trompant sa soif en buvant du gin, l'enfant calmant sa faim par de l'opium, la prostitution nourrissant la mère et la fille, enfin, par suite de l'oppression des patrons et du rude labeur clans les manufactures, la vie moyenne réduite à dix-sept ans !! La France de l'ancien régime n'a jamais connu de pareilles horreurs. Il est même constaté que, durant les années qui ont précédé la Révolution, la condition matérielle des classes inférieures et particulièrement des paysans s'améliorait notablement, comme Ta fait remarquer très-judicieusement Tocqueville, dans l'Ancien régime et la Révolution. Quant aux souffrances de toute sorte que la Révolution fit peser sur les populations françaises, au seul point de vue du progrès matériel, et au recul énorme qui en fut la conséquence, on en trouve le tableau authentique dans les rapports des conseillers d'État envoyés en mission en l'an VIII.
Ils ont été publiés par M. Félix Uocquain, dans son instructif ouvrage ; l'Ètat de la France au XV1I1 brumaire (Paris, l vol. in-18, 1877).

XXVIII

...suivent un but caché et universel, tout à fait indépendant de l'étât social de l'Europe, pour que là aussi on les rencontre. Que les hommes religieux y prennent garde ! La religion est aussi compromise par la thèse de la Révolution fatale que le principe politique traditionnel.
Eh quoi ! les changements contingents apportés par le cours naturel du temps auraient été funestes à la cause de la vérité éternelle ? La religion révélée aurait perdu son empire sur une si grande partie de l'humanité, par cela seul que les intérêts temporels des hommes auraient changé, qu'ils auraient vu croître leur richesse et leur culture intellectuelle, parce que tel ou tel gouvernement se serait trouvé inférieur à sa mission ? Comment le Christianisme aurait-il perdu de sa valeur pratique devant des phénomènes aussi secondaires ?


Voilà cependant les contradictions auxquelles aboutit la thèse qui présente comme un fait nécessaire et inévitable l'avènement d'une révolution essentiellement ennemie du Christianisme et de l'ordre social chrétien.
Mais les termes du problème sont tout à fait changés si l'on reconnaît que, depuis un siècle et demi, une puissante association, dont les principes sont identiques aux idées réalisées par la Révolution, s'étend dans le monde entier, se couvrant de mystère, agissant dans toutes les parties du corps social, tantôt par la presse, la tribune, l'enseignement de la jeunesse, tantôt par des complots, mais toujours marchant vers le même but. Cette association existe, c'est la Franc-maçonnerie, qui est la source et comme la mère de toutes les sociétés secrètes. Elle a commencé à agir dès les premières années du XVIIIe siècle, et les progrès de la Révolution ont été en proportion de sa diffusion. Aujourd'hui elle compte, dans le monde entier, plus de douze mille loges et d'innombrables adhérents, qui eux-mêmes occupent des positions, d'où ils dirigent la pensée et l'action de leurs conci...

XXIX

...toyens. Elle forme partout un corps compacte, reliant dans son sein par des attaches secrètes les sociétés particulières les plus différentes en apparence ; ses doctrines sont partout les mêmes : son unité, son universalité, expliquent ainsi l'unité et l'universalité de la Révolution. Dès que la Franc-maçonnerie est sortie de l'ombre de ses commencements, le saint-siège n'a cessé de la signaler comme le grand danger religieux, politique et social. Depuis Clément XII, en 1738, jusqu'à Léon XIII, tous les papes ont averti les souverains. Mais la secte, grâce au secret dont elle se couvre, au mensonge dont elle se fait un système, a eu la suprême habileté de tromper sur sa portée réelle ceux qu'elle poussait aux abîmés. Elle s'est posée au début comme une réunion de plaisir et une association de bienfaisance, alors qu'elle nourrissait dans son sein une conspiration contre la religion et les monarchies.
La Révolution, quand on la dégage des causes secondaires et des circonstances locales, apparaît donc comme un immense complot qui jusqu'à présent a réussi, non pas par une fatalité historique, ni par une cause supérieure aux responsabilités humaines, mais par l'audace des conspirations et surtout par la défaillance, par l'aveuglement volontaire de ceux qui, au lieu de la combattre,ont systématiquement fermé l'oreille aux avertissements du pilote infaillible donné par Dieu à l'humanité.

XXXIII

Quand des esprits comme Consalvi et Joseph de Maistre signalaient à toutes les cours européennes le danger des sociétés secrètes, ils n'obéissaient pas à de vaines terreurs ni à des hallucinations maladives.

Les avertissements se sont d'ailleurs succédé sans interruption et des côtés les plus opposés. Des protestants comme M. de Haugwitz, dans son mémoire aux souverains assemblés à Vérone, — M. de Haller, l'éminent publiciste,— les hommes d'Etat de VAnti-masonic party, aux États-Unis, — Eckert, le courageux et érudit avocat saxon, ont montré que les sociétés secrètes mettaient en péril l'ordre politique et civil, non moins que la religion. Plus récemment Mgr de Ketteler, l'illustre évoque de Mayence (1), — Mgr Dupanloup(2),—le cardinal Deschamps, archevêque deMalines (3), ont, avec leur haute autorité, démontré que la Franc-maçonnerie était le plus grand péril des temps modernes, dans des écrits où les leçons de la logique et les enseignements de l'histoire sont présentés d'une façon saisissante.

Le cardinal Mathieu, résumant la longue expérience de sa vie d'évèque et d'homme public, écrivait à son tour :

_________


1 - freiheitt Àuckoritœt und Kirche, 1865, et Kann Fin Christ Fret" maurer sein, 1869.
2 - Étude sur la Franc-maçonnerie, Paris, Douniol, 1875.
3 - La Franc-maçonnerie, son caractère, son extension, son organisa- tion, ses sources, ses affluents, son but et ses secrets. Tournai, Caster- man, 1863.

XXXIV

« Je suis à m'interroger péniblement, et à savoir comment il se fait que les puissants de ce siècle ne regardent pas même autour d'eux, et si près d'eux, ce qui les mine et qui les ronge en attendant leur renversement complet. Je suis très-persuadô que la plupart des grands et sinistres événements de nos jours ont été préparés et consommes par la Franc maçonnerie. » (Lettre du avril 1875 à 31. Robinet de Cléry.)

En Angleterre, c'est le cardinal Manning qui, le 1er octobre 1877, s'est exprimé ainsi devant une importante réunion politique :

« Nous avons tous vu un empire qui a été crée par une révolution ; sur le trône, un empereur que la dévolution y avait assis, et qui, pendant toute sa vie, s'est inspiré, pour sa politique, des bombes qui éclataient sous ses pieds et des principes révolutionnaires.
« Aujourd'hui encore, nous voyons une monarchie qui, sous la pression des sociétés secrètes révolutionnaires, a mis de côté les lois et ceux qui gouvernaient, et a violemment et ouvertement dépouillé les hommes de leurs droits les plus manifestes ; un roi légitime s'est vu, attendant et veillant pour s'approprier ce que la Révolution devait prendre dans ses filets. Nous avons vu tout cela, nous, de nos yeux.
« Et aujourd'hui même, cette guerre qui a si misérablement couvert de ruines et de sang le sol de la Serbie, cette guerre n'a point été entreprise, elle n'est point poursuivie par l'autorité de ceux qui ont charge de gouverner cette contrée. Ceux-là, à Pheure présente, n'ont plus l'autorité dans leurs mains.
« La Serbie ! son prince a été fait roi contre son gré ; elle est occupée par une armée qui est une armée étrangère, bien plus qu'une armée serbe, et l'on vient vous dire qu'il y a derrière un certain trône impérial un parti de la guerre qui rend ces choses inévitables.
« Si j'insiste §ur toutes ces choses, c'est pour que vous compre...


XXXV

...niez bien que ce ne sont ni les empereurs, ni les rois, ni les princes, qui dirigent le cours des événements en Orient. Il y a quelque chose au-dessus d'eux et derrière eux, et ce quelque chose, plus puissant qu'eux tous, se fera sentir quand l'heure en sera venue. Oui, le jour où toutes les armées de l'Europe seront engagées dans un immense conflit, alors, ce jour-là, la Révolution, qui jusqu'à présent travaille sous terre secrètement, aura trouvé l'heure favorable pour se montrer au grand jour. Ce qui s'est vu pour Paris se verra de nouveau pour l'Europe tout entière
« Et si le chef de la chrétienté sur la terre a gardé le silence dans un moment de péril si grave, c'est que lui et ses prédécesseurs, avec une voix dont la fermeté ne s'est jamais lassée, n'ont jamais cessé d'avertir les gouvernements et les princes de l'Europe chrétienne de bien prendre garde à ces sociétés secrètes et révolutionnaires, qui travaillent â miner et à détruire et leurs trônes, et Tordre social dans toutes les contrées ; c'est parce qu'il sait très-bien que la première étincelle qui allumera la guerre en Europe produira une conflagration européenne, et que nous aurons alors à contempler, non plus une grande marc de sang, comme celle qui a souillé la Bulgarie, mais des rivières, un déluge de sang courant sur tout l'Orient, partout où les populations catholiques et musulmanes sont entremêlées. « On nous dit que l'autorité n'est plus désormais dans les mains du gouvernement serbe, et que ce n'est plus lui qui gouverne la nation ; que les visées et la puissance des sociétés secrètes slaves et du parti de la guerre sont telles que le gouvernement ne peut plus rien diriger, et que ces mêmes sociétés, ce même parti, gouvernent à sa place.
« Dieu fasse que chez une autre nation, l'autorité n'échappe point là aussi aux mains de ceux qui la gouvernent 1 Et quand je parle de ceux qui la gouvernent, je n'entends pas tel ou tel homme, tel ou tel parti ; en pareilles questions, les partis et les hommes sont bien peu de chose à mes yeux ! Mais j'entends le gouvernement de nos grands centres dont nous sommes les iils ; le gouvernement de notre monarchie, le gouvernement de notre ; souveraine ; j'entends le gouvernement, non point des partis, mais le gouvernement de la nation anglaise, qui est concentré dans l'autorité suprême d'une souveraineté qui compte un millier d'années d'existence. »

XXXVI

Le cardinal Manning ne faisait que redire d'une façon expressive ce que M. d'Israeli avait affirme en maintes occasions non seulement dans ses œuvres politico-littéraires, mais encore comme homme public.
Etant premier ministre, il n'a pas craint de s'écrier dans un discours prononcé à Aylesbujry le 20 septembre 1876 :


« Les gouvernements de ce siècle n'ont pas affaire seulement aux gouvernements, aux empereurs, rois et ministres, mais encore aux sociétés secrètes, éléments dont il faut tenir compte, qui, au dernier moment, peuvent mettre à néant tous les arrangements, qui ont des agents partout, des agents sans scrupule qui poussent à l'assassinat, et peuvent, s'il le faut, amener un massacre. »*


**Même citation qu'a la page 176 (si ma mémoire est bonne) de baggatelle pour un massacre de L.F. Celine Wink

PS: je n'ai pas bien relu tout le texte, il est possible qu'il y est des problème d'écriture, pas très grave, mais dut à la mauvaise interpteration du programme de conversion image/texte (ORC), si vous trouver des correction à faire, signaler moi les en MP, merci study


Dernière édition par lorelianeGTQ le 27/11/2010, 19:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la revolution française   5/11/2010, 23:05

lorelianeGTQ a écrit:
Tonino, je croyer qu'il n'y avait plus d'Eglise Catholique! Razz

L'Église du Christ vivra jusqu'à la fin des temps il n'y a aucun doute la dessus.

C'est juste qu'actuellement elle est eclipsée par l'église conciliaire.

Citation :
La paix sur toi flower

La paix sur toi également frangin.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   6/11/2010, 17:35

Bonjour, bonsoir,

De la lecture, intituler: Histoire du Clergé pendant la révolution françoise de l'Abbé Augustin Barruel en deux tome

Je ne les ait pas lus, mais je suis certain qu'il est de grande richesse, et que sa lecture n'est surement pas une perte de temps pour ceux qui veulent en savoir plus sur l'histoire de cette pédiode.

+couverture Razz

#http://www.multiupload.com/QF6LFB5FA0

Ou en ligne (je compte trouver autre chose que scribd, ils volent les livres)

Tome 1

#http://www.scribd.com/doc/41305705

Tome 2

#http://www.scribd.com/doc/41305842







Dernière édition par lorelianeGTQ le 21/11/2010, 13:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   11/11/2010, 16:06

L'histoire de l'instauration du culte de la raison et du grand architecte par (officiellement Robespierre), qui finissa en fiasco (mais qui persiste dans les loges maçonnique).

Autre volet très intéressant et clé de la révolution..

Le culte de la raison, et le culte de l'être suprème par François A. Aulard

#http://www.multiupload.com/5MIVMNRA71





Dernière édition par lorelianeGTQ le 15/11/2011, 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   13/11/2010, 19:17

Bonsoir,

Voici l'ouvrage du voyageur ayant correspondu 5 lettres à Augustin Barruel lui relatant ses decouvertes faite en Allemagne à la fin du 18e siècle

Encore une fois, textes très riche d'informations quand à la monté de la secte maçonnico-jacobine, son infiltration dans les strates de la société, ses moyens de subversion par l'argent, les dettes, l'avarice des princes, des clerc..la libérale philosophie se sevant des plus bas instinct pour rallier à la secte...

Lettres d'un voyageur à l'abbé Augustin Barruel ou nouveaux documens pour ses mémoires :

*http://www.multiupload.com/Q5FT4CDVAY

http://www.scribd.com/doc/23737033/L-abbe-Augustin-Barruel-ou-nouveaux-documens-pour-ses-memoires

+ couverture


http://3.bp.blogspot.com/_eM88fRZxsj8/TN5zB5F0qxI/AAAAAAAAAEY/cPlCTajuRcU/s1600/Le+Voyageur_gravure+Abraham+Bosse.jpg


A savoir que certains de ces ennemi l'accuseront d'avoir lui même écrit ces lettres, entre autre J.J Mounier, le franc-maçon ayant écrit le très pauvre et mauvais ouvrage - De l'influance attribuée aux philosophes aux franc-maçons et aux illuminés sur la révolution de france - se voulant une réfutation un peu "philosophique" au mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme de Barruel en cinq "fort" tomes. A peines 260 pages, et pour reprendre René Guénon, le plus ne peut sortir du moins, autant dire que sa refutation "philosopheuse", elle veut pas un clou!!!


Citons maintenant le grand Victor Hugo, du pléiade, Oeuvre politique d'avant son exil (1851 - 1851) ( vous comprendrait pourquoi..).

Citation :
Sur un athée, Le 25 Mars 1817.

Que dit ce philosophe blême,
Aux cris dréssés, a l'oeil en feu,
Qui nous déroulant maint problème,
Contre le Tout Puissant veut lancer l'Anathème,
Et dire avec orgueil : "écoutez moi, morbleu!,
Messieurs, l'on ne doit pas croire (et je le prouve même)
Qu'en la matière, et non en Dieu?..."
Philosophe insensé! Ton stupide blasphème,
Peut-il ébranler notre foi?
En nous montrant ton absurde système,
Penses-tu nous reduire a ne croire qu'en toi?

Victor Hugo

Bonne lecture

flower


Dernière édition par lorelianeGTQ le 2/10/2011, 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la revolution française   16/11/2010, 12:09

Quelques lectures:

Mgr Jean-Joseph GAUME

LA REVOLUTION, recherches historiques

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%2069

Mgr Jean-Joseph GAUME

LA REVOLUTION, recherches historiques sur l’origine et la propagation du mal en Europe.

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20129

Mgr de SEGUR

LA REVOLUTION

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%2019

Mgr de SEGUR

LES FRANCS-MACONS

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20288

Le Père Pierre-Joseph de CLORIVIERE

ÉTUDES SUR LA RÉVOLUTION

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%201157

M. Jacques CRETINEAU-JOLY

L' EGLISE ROMAINE EN FACE DE LA REVOLUTION

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20754

Auguste CHIRAC

LA HAUTE-BANQUE & LES REVOLUTIONS

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20811
Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: la revolution française   23/11/2010, 11:48

Extraits du chapitre II de l'introduction du premier tome de l'histoire des sociétés secrètes, N.Deschamps, :

Chapitre II — LES SOCIÉTÉS SECRÈTES ET LES MOYENS D'ÉTUDIÉE
LEUR ACTIONS

Citation :



XXX

La majorité des écrivains depuis un siècle, le plus grand nombre des maîtres de la jeunesse depuis cinquante ans, presque toutes les voix de la grande presse européenne à l'heure présente, appartiennent à la Franc maçonnerie. Or, même pour le plus honnête homme du monde engagé dans les loges, pour le plus innocent apprenti, c'est une règle jurée rigoureusement, de ne jamais parler ni écrire dans le monde profane sur l'ordre maçonnique ni sur les associations secrètes.


Maçon jurant que jamais il ne traira son sement de fidelité et de
silence, sans quoi il se verrait transpercé de part en part par le fer.

De là ce phénomène singulier entre tous et que signale fort bien Mgr de Ketteler, cet esprit si pénétrant et si versé dans la politique contemporaine:

« La Franc-maçonnerie revendique et obtient dans l'univers entier le privilège remarquable d'une position tout exceptionnelle. D'elle seule au monde il n'est pas question, à peu d'exceptions près, dans la presse publique, et elle ne veut pas qu'il en soit question. Tandis que le prêtre parle et prononce sur toutes les autres relations qui intéressent les hommes ; tandis que le Christianisme avec tous ses enseignements et toutes ses prescriptions, que l'État avec ses lois et ses constitutions sont l'objet de la discussion, tandis que même les plus intimes relations personnelles...

XXXI

...sont mises au grand jour , la Franc-maçonnerie seule, d'après un consentement européen général, est une chose sacrée à laquelle il ne faut pas toucher ; chacun craint d'en parler comme d'une sorte de spectre. Cette position si étrange est déjà une preuve de l'immense puissance que la Franc-maçonnerie exerce dans le monde (1). »

Voilà pourquoi, sans même parler du temps présent, dans tant d'histoires du XVIIIe siècle et de la Révolution, un silence sysématique est gardé sur l'existence même des loges maçonniques.
Le degré réel de leur influence peut être discuté entre des hommes d'égale bonne foi, mais le fait de leur multiplication et de leur activité s'impose à quiconque n'a pas la plume liée, et nous verrons tout à l'heure que parmi les membres des sociétés secrètes, plusieurs n'ont pas interprété si strictement leurs serments, et n'ont pas craint de proclamer bien haut la puissance de l'action maçonnique.

1 - Freiheit, Auktoritœt und Kirche, p. 218.

XXXII

Néanmoins, au fur et à mesure que la Révolution a fait des progrès, le voile s'est soulevé, les aveux se sont multipliés, les hommes les plus avancés n'ont pas craint de hausser la voix et de reprocher aux arriérés leur manque de courage et de logique. Louis Blanc, entre autres, a mis en pleine lumière l'action prépondérante des sociétés secrètes dans les événements du XVIIIe siècle. Henri Martin leur a consacré de longues pages dans les derniers volumes de son Histoire de France (1). Après avoir décrit la variété de leurs rites, il conclut en disant qu'elles furent, jusqu'en 1789, l'instrument général de la philosophie et le laboratoire de la Révolution. C'est en faisant allusion à ces temps que Mme Georges Sand a dit de son côté « qu'il y a des moments où l'histoire des empires n'existe que nominalement et où il n'y a de réellement vivant que les sectes cachées dans leur sein (2). »

1 - Histoire de France (quatrième édition), t. XX, p. 399,400 ; t. XVI,
526, 532, 535.

2 - Les compagnons du tour de France, préface.


XXXIV

Le cardinal Mathieu, résumant la longue expérience de sa vie d'évèque et d'homme public, écrivait à son tour :

« Je suis à m'interroger péniblement, et à savoir comment il se fait que les puissants de ce siècle ne regardent pas même autour d'eux, et si près d'eux, ce qui les mine et qui les ronge en attendant leur renversement complet. Je suis très-persuadé que la plupart des grands et sinistres événements de nos jours ont été préparés et consommes par la Franc-maçonnerie. »
(Lettre du 7 avril 1875 à 31. Robinet de Cléry.)

XXXVI

La vérité, difficile à pénétrer au commencement de ce siècle, éclate donc de plus en plus, et, pour tout esprit non prévenu, l'action des sociétés secrètes dans l'histoire moderne est un fait qu'on ne peut plus passer sous silence. On y serait d'autant moins fondé que, dans l'orgueil de leur triomphe, beaucoup de francs-maçons dévoilent la part que la Maçonnerie a prise dans le passé à l'œuvre de la Révolution. C'est le FM .:
Malapert, par exemple, orateur du suprême conseil du rite écossais, qui, parlant, en 1874, à une tenue de maîtrise de la...

Loge.: Alsace...


XXXVII

...Lorraine, dit en propres termes : « Au XVIIIe siècle, la Franc-maçonnerie était si répandue dans le monde,

QU'ON PEUT DIRE QUE RIEN NE S'EST FAIT DEPUIS CETTE ÉPOQUE SANS SON CONSENTEMENT. »


Les aveux de ce genre abondent actuellement (1) ; ils sont appuyés sur des preuves historiques indéniables et reposent d'ailleurs sur une tradition conservée dans les loges, qui est elle même une preuve de premier ordre.

L'étude des sociétés secrètes est donc une nécessité absolue pour avoir l'intelligence des temps modernes. Elle est possible pour un écrivain doué de perspicacité et se donnant la peine de pousser ses investigations dans le champ, très-vaste aujourd'hui, des documents tombés dans le domaine public. Le père Deschamps, dans la préface de la première édition de cet ouvrage, a indiqué en termes excellents la méthode à suivre :

« Catholique de naissance, prêtre par vocation, dévoué â l'Église et à tous les devoirs qu'elle impose â ses ministres, nous n'avons jamais fait partie de sociétés secrètes quelconques, nous n'avons jamais prêté aucun des serments attachés à leurs grades, nous n'en avons jamais reçu la confidence intime, ou sous le secret, ou par une trahison vengeresse, d'aucun de leurs membres, et cependant nous sommes convaincu, — et bien des maçons eux-mêmes le...


1 - En 1854 le fameux Verhœgen, grand-maître du Grand-Orient de
Belgique, dit à une assemblée des loges :

« Constatons qu'en maintes circonstances la Maçonnerie a unanimement méconnu la restriction de ses statuts. Elle s'est activement mêlée aux luttes politiques, et quand le triomphe de sa cause, salué par la nation entière, démontrait combien elle est sympathique au pays, qui donc oserait la blâmer ? Ce serait calomnier l'histoire, nier l'immense service rendu à la patrie ! Aussi sommes-nous fondés à dire qu'elle accomplissait un impérieux devoir et que, s'il le faut, elle fera bien de persister dans cette voie. »

XXXVIII

...seront, — que nous avons une connaissance plus complète de la Franc-maçonnerie et de ses principales sectes, que la plupart de ses membres, méme les plus avancés en apparence. Cette connaissance, nous la devons à l'observation et à l'étude approfondie des révolutions françaises et européennes, des phases diverses qu'elles ont parcourues, des événements, des constitutions et des lois qui on sont sortis, des assemblées ou des hommes éminents qui leur ont servi d'agents. C'est l'étude de tous ces éléments, de leur ensemble surtout et de leurs rapports, qui nous a mis sur la voie de leur cause première et nous a poussé â remonter jusqu'à ses sources mystérieuses, pour y puiser, non seulement la certitude de son existence, mais pour en faire éclater dans tous les esprits do bonne foi l'incontestable évidence. Ces sources sont multiples. Les premières, celles qui saisissent l'esprit avec une évidence qui s'impose, sont les constitutions et statuts maçonniques, préparés par les commissions des plus illustres maçons, approuvés et votés par les couvents généraux ou assemblées législatives des Grands-Orients, et qui ne peuvent être imprimés et distribués aux loges que par les ordres des grands maîtres et de leurs conseils.

Un Résumé des rapports faits au Grand Orient de France, au nom de la commission de révision, les 30 novembre 1838 et 13 mars 1839, en présentant à sa sanction le résultat de la discussion des statuts généraux de l'Ordre par le Comité central (1), rend un compte historique fidèle de la tendance et de l'esprit centralisateur avec lesquels furent successivement faits et fixés ces codes, constitutions, statuts et règlements.

La seconde, plus abondante encore, n'est pas moins sûre. Elle se compose des Manuels maçonniques ou Tuileurs de tous les grades et rites de la Maçonnerie, des cahiers officiels de ces grades, des modes ou rituels de leurs réceptions, des instructions, catéchismes, serments ou obligations des récipiendaires, des signes et mois de passe, des cantiques (c'est le nom qu'on leur donne) qui survent ces réceptions, ou sont chantés aux loges de tables qui accompagnent pour l'ordinaire les réceptions aux principaux grades. C'est lâ,

1 - Cette commission se composait des FM de la Chantcric, président,
Morand, Pillol, Detournay, Bessin, Arthaud, Janin, Sicard, ofliciers du
G:.O:. et avait pour rapporteur le F:. Vassal.


XXXIX

dans les détails de ces grades, dans les développements oratoires
ou dialogues entre le vénérable, les surveillants et les candidats, dans l'ensemble surtout de tons les éléments constitutifs de la Maçonnerie, de ses grades et de ses rites, que sont pris sur le fait l'esprit, les tendances, les principes et les conséquences, le but et les moyens de ce Briarée aux cent bras et de ses agissements diversifiés à l'infini.
Cette source, si riche à première vue, offre de non moins incontestables garanties; c'est la sûreté donnée par les serments ou obligations imposées, dans la réception même des grades, à chaque récipiendaire, et sous les plus graves peines, de garder un silence absolu sur tout ce qui concerne la réception de ces grades, objet, mode, discours, circonstances diverses, sur tout ce qui se passe dans les loges, et d'en rien révéler par une voie quelconque.
La formule de ces serments, qu'on répète à la réception de chaque grade, tantôt plus courte, tantôt plus développée, d'après la différence des rites, est partout la même au fond. L'impression des manuels ou recueils des grades maçonniques et do tout ce qui s'y rapporte n'a donc pu se faire sans l'autorisation des Orients divers et sans leur explicite ou tacite approbation, ce qui leur donne l'autorité même de ces Grands-Orients et de toute la Maçonnerie.

A la garantie d'aussi redoutables serments, vient se joindre celle que fournissent à l'appui les constitutions et statuts de l'ordre dans tous les pays. Parmi les maçons frappés d'irrégularité, on compte, d'après l'article 203 de la constitution promulguée à la suite du rapport que nous avons cité plus haut : « Ceux qui, par la voie d'impression ou de toute autre manière, rendent publics les cahiers des grades et les mystères de la Franc-maçonnerie, enfin ceux qui publient les travaux des ateliers de la correspondance ou ceux du Grand-Orient sans Y autorisation spéciale... »
On lit aussi, art. 215 : « Ceux qui, par la voie de l'impression ou de la lithographie ou par tout autre moyen, ont rendu publics les cahiers des grades et les mystères de la Franc-maçonnerie, sont exclus à perpétuité des ateliers de la correspondance du Grand-Orient et ne peuvent, eu aucun cas, être réhabilités comme maçons. »

XLIII


Symbolique des illuminées de Bavière, enfants de la veuves, fonder
par Adam Weisshaupt, en lien avec le G:.O:. lors de la transmission
de ses protocoles.

Que désirer de plus? Et cependant nos recherches et nos preuves ne se sont pas bornées là : elles se sont corroborées des écrits de Weishaupt et de Knigge, des livres de St-Martin, de St-Simon, d'Enfantin, de Fourier et de leurs principaux disciples, des manifestes des fondateurs de l'internationale, Karl Marx, Odger, Fribourg, Tolain, Langlois, etc. ;des témoignages et du manifeste du duc de Brunswick, établi grand maître de la Maçonnerie par les députés des loges maçonniques de l'univers entier au convent de Willhemsbad ; du mémoire au congrès de Vérone du baron de Haugwitz, directeur des loges maçonniques en Prusse, en Allemagne, en Pologne et en Russie ; des discours tenus dans les princi..

XLIV

...pales loges d'Allemagne recueillis en livres par les maçons les
plus célèbres ou imprimés dans les revues et journaux maçonniques ; des récits du célèbre suédois Wit, dit Doéring, protégé du ministère Decazes, condisciple de Sand, l'assassin de Kotzebue, principe summo patriarcha de la Carbonara, et chargé de faire, comme inspecteur suprême, la correspondance de la haute Maçonnerie entre l'Allemagne, la France, la Suisse et l'Italie. Nous avons dépouillé les mémoires et les correspondances de Voltaire, ainsi que les doctrines morales et politiques des Helvétius, d'Alembert, Diderot, Rousseau, Gondorcet, Cabanis, tous éminents maçons, que le secrétaire du Grand-Orient, Bazot, nous assure être identiquement les mêmes que celles de la Maçonnerie.
A tous ces témoignages, à toutes ces autorités souveraines pour les francs-maçons, sont venus se joindre les jugements, les aveux, les faits et gestes des maçons les plus célèbres dans l'histoire, nous voulons dire les Mirabeau, Talleyrand-Périgord, Duport, Lafayette, Grégoire, Sieyès, Condorcet, Robespierre, Babeuf, Buonarotti, Cambacérès, Napoléon Bonaparte, Dupont de l'Eure, Crémieux, Michel de Bourges, Palmerston, Mazzini, Cavour, Enfantin ... »

XLV

Aussi bien quand on signale le rôle prépondérant joué par les sociétés secrètes dans la Révolution, on n'entend nullement nier les autres causes qui viennent joindre leur action à la leur. Être ondoyant et divers, l'homme obéit rarement à un mobile unique ; souvent il veut des choses contradictoires, mais il finit toujours par tomber du côté où il penche, sauf à se relever parfois par un secret instinct, contrairement aux lois de la logique et de l'équilibre.
Ainsi en est-il des nations : quand elles se sont abandonnées à la Révolution, elles ont subi l'impulsion des sectes anti-chrétiennes, mais elles ont aussi payé les peines de fautes et d'erreurs anciennes.

On ne saurait trop le reconnaître, l'exagération du pouvoir des princes à la suite des agitations causées par le protestantisme, et la suppression de la représentation régulière des différents intérêts sociaux dans les États du continent, avaient introduit en France, en Espagne, en Italie, pendant le siècle dernier, des causes de souffrance et des ferments d'irritation, qui firent accueillir avec enthousiasme par une société fatiguée et mal assise
le programme perfide de la Franc-maçonnerie, des philosophes et des illuminés. Les associations secrètes se multiplièrent d'autant plus que la vie publique s'était resserrée davantage. Ainsi les parasites se développent-ils sur les organismes malades.

XLVI

Les sectaires, qui ont fait la Révolution, ont dans toute l'Europe brisé violemment les bous rapports des classes, dissous ces grandes familles qui, comme des chênes séculaires, défendaient de vastes espaces contre les tempêtes, spolié et aboli par la force les corporations, ces institutions tutélaires dans lesquelles le génie des âges chrétiens avait élevé si haut moralement et économiquement les familles du peuple, détruit les coutumes qui fixaient au sol les travailleurs agricoles, et surtout, par le plus grand des crimes, ils ont, en arrachant la religion du cœur du peuple, enlevé l'espérance du ciel à ceux qu'ils ne pouvaient rassasier des biens de la terre !

Une fois ces destructions accomplies, les masses populaires laissées sans religion et sans protection, blessées dans leurs intérêts moraux et matériels, se livrent au socialisme. Les trade-unions, les sociétés de résistance, les groupes communistes se fondent comme d'eux-mêmes en dehors de la Maçonnerie et contrairement à la volonté de ses chefs. La suprême habileté de ceux-ci consiste à s'emparer de leur direction sans qu'ils s'en doutent, à les pénétrer de leur pensée anti-chrétienne, à faire marcher ces hordes affamées de jouissance de façon à ne pas être écrasés eux-mêmes.
C'est parfois des masses socialistes que l'on peut dire avec vérité que la haine anti-religieuse est accidentelle chez elles. On en a la preuve éclatante dans la facilité avec laquelle les chrétiens dévoués, qui s'adressent à la fois au coeur et aux intérêts de l'ouvrier, le ramènent à l'ordre. Le peuple est la première dupe et la plus grande victime de la Révolution !

XLVII

Parmi les personnes sous les yeux desquelles tomberont ces pages, beaucoup appartiendront à la Franc-maçonnerie, ou compteront des francs-maçons dans le cercle de leurs relations. Or, peut-être seront-elles surprises en comparant avec leurs impressions personnelles ce que nous venons de dire du rôle de la Maçonnerie et des sociétés secrètes dans les événements contemporains. On n'a jamais conspiré dans les loges dont elles faisaient partie. La Franc-maçonnerie leur est apparue sous l'aspect d'une association de bienfaisance et de sociabilité, qui procure des relations utiles à ses membres. Elle laisse chacun d'eux suivre en paix son culte et ne les a jamais molestés dans l'exercice de leur religion. La Franc-maçonnerie, diront-ils encore, repousse dans tous
ses actes publics, et par l'organe de ses grands maîtres réguliers, toute solidarité avec ces sociétés secrètes, dont on trouve la main dans les révolutions contemporaines, telles que la Charbonnerie, la Jeune-Europe, l'Alliance démocratique universelle, l'Internationale...

A ces objections nous allons répondre en décrivant sommairement l'organisation de la Franc-maçonnerie, en étudiant sa double action sur les doctrines et sur les faits, en précisant ses relations avec les autres sociétés secrètes, enfin en recherchant son secret et son but dernier.

Documents en multiupload :

#http://www.multiupload.com/Z8QXDZIORO


Lire le chapitre 3, L'organisation de la franc-maçonnerie, illustrer, à ce liens :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/franc-maconnerie-degeneree-f8/l-organisation-de-la-franc-maconnerie-t5832.htm#50367


Dernière édition par lorelianeGTQ le 28/11/2010, 12:19, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la revolution française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: