Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Manger de la viande rend malade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Manger de la viande rend malade   14/10/2010, 10:48

Manger de la viande rend malade
multiupload.com PC8NHHNZ1D
miroir megaupload.com KDUGUJSQ

informations médicales et scientifiques extraites d’une vidéo-conférence élaborées par les médecins de la clinique de Michelrieth en Allemagne (prés de Francfort) Dr. med. Hans-Günter Kugler - www.naturklinik.com

Alors qu'il y a quelques années encore, on considérait la viande comme un élément essentiel à l'équilibre nutritionnel de l'homme, on sait aujourd'hui qu'il n'en est rien, bien au contraire. Tous les scientifiques sérieux et de bonne foi considèrent désormais que la plupart des maladies dont souffre notre civilisation - cancer, arthrite, ostéoporose, maladies cardio-vasculaires, diabète, etc... - résultent en majeure partie de la consommation de viande. Sans parler des dégâts collatéraux induits par la production agro- industrielle de nourriture carnée : destruction de l'agriculture traditionnelle des pays du tiers-monde avec son corollaire de misère et parfois de famine, pollution à grande échelle du sol et de l'eau par épandage de produits chimiques et rejets de matières fécales, destruction des forêts pour accroître les terres d'élevage, rejets de gaz dans l'atmosphère et accroissement de l'effet de serre, etc...
À l'opposé, les études scientifiques les plus récentes mettent tout en évi

dence les bienfaits résultant de la consommation des produits de la nature : légumes, fruits, céréales. Par ailleurs, une littérature culinaire nouvelle est en train de démontrer qu'il est parfaitement possible de se nourrir quotidiennement de façon saine et équilibrée, mais aussi joyeuse et festive, sans aucun apport de produits carnés.


Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

Des siècles durant on a vécu dans la certitude que consommer de la viande était synonyme de force et de vitalité. Le monde médical lui-même a longtemps affirmé qu’une alimentation non carnée comportait des risques de carences. Cet énorme mensonge sur la nutrition n’est pas resté sans conséquences. Aujourd’hui, celles-ci se montrent au grand jour : des milliards d’Euros sont dépensés chaque année en France - et dans le monde occidental en général - pour traiter les maladies résultant de la malnutrition, à savoir essentiellement des conséquences dues à l’alimentation carnée. Au cours des dernières années de multiples travaux scientifiques ont démontré que manger de la viande était mauvais pour la santé et à l’origine d’un grand nombre de maladies.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Depuis la deuxième guerre mondiale, on observe une augmentation constante des maladies dites « de civilisation » comme le diabète sucré par exemple ou la goutte, les maladies cardiaques et particulièrement coronariennes, l’hypertension, etc... ce qui a conduit les spécialistes en alimentation à réfléchir aux raisons de cette situation. L’un des principaux constats qu’ils ont été amenés à faire est le suivant : dans les pays industrialisés, la courbe correspondant à l’augmentation des maladies en question évolue de façon strictement parallèle à celle de l’augmentation de la consommation de viande. Dans le même temps, nutritionnistes et médecins spécialisés dans ces questions ont mené des recherches pour élaborer un mode d’alimentation prophylactique permettant de lutter de façon préventive contre ces maladies de civilisations. C’est ainsi que depuis les années soixante-dix, des recherches toujours plus poussées sur le mode d’alimentation végétarienne ont été entreprises et qu’aujourd’hui quelques 12 grandes études internationales font référence dans ce domaine parmi lesquelles les travaux sur le végétarisme menés par l’université de Oxford, ceux des adventistes de Californie, ainsi que ceux des universités de Gießen ou de Heidelberg en Allemagne. Leurs résultats sont sans équivoque : Les végétariens sont moins soumis aux maladies de civilisation que les carnivores. Ils présentent de meilleurs taux de pression sanguine, de meilleurs taux de cholestérol, ils soufrent plus rarement de la goutte, d’hypertension ou d’obésité. En résumé, un mode de vie végétarien est beaucoup plus sain. Et il est prouvé aujourd’hui, scientifiquement, que la viande et le poisson ne sont pas des éléments indispensables à l’alimentation de l’homme.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Aujourd’hui, qui ne souhaite avoir la ligne et la garder ? A toutes celles et tous ceux dont c’est le cas on ne saurait trop conseiller de renoncer à la viande, car celle-ci est riche en acides gras saturés, principaux responsables de nos excès de poids. Au contraire, les acides gras insaturés contenus dans les aliments à base végétale présentent eux, un risque beaucoup moins important. C’est en effet ce que révèle une étude effectuée par l’Institut Australien de Recherche sur le Métabolisme : A valeur calorifique égale, les sujets soumis à une alimentation carnée ont enregistré une augmentation de poids beaucoup plus élevée que les sujets végétariens. Rappelons qu’un excès de poids est non seulement préjudiciable au bien être de la personne, mais qu’il est également un facteur de risques de développement de nombreuses maladies telles que : maladies cardio-vasculaires, infarctus, apoplexie cérébrale ou encore diabète et cancer. La plupart des maladies dites de civilisation répertoriées aujourd’hui sont liées à l’excès de poids.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Dès le début des années 90, des études ont montré comment les adolescents sont tout particulièrement soumis à ces risques. Un exemple parmi beaucoup d’autres : la masse osseuse de l’adulte en devenir se constituant entre 13 et 20 ans, une entrave au bon développement de la structure osseuse comportera inéluctablement des risques élevés d’ostéoporose à l’âge adulte.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Dans nos pays industrialisés, la moitié du chiffre d’affaire des géants du fast-food provient des jeunes de 16 à 24 ans qui, avec les plus petits, sont d’ailleurs la cible privilégiée des responsables en marketing puisqu’ils servent de trait d’union avec leurs parents. Les poignées de portes sont ajustées à la taille des enfants, des chaises adaptées leur permettent de s’asseoir à hauteur des adultes et surtout la publicité est ciblée sur leurs désirs. Certaines de ces chaînes de restauration rapide vont même jusqu’à distribuer dans les écoles des brochures sur l’alimentation et l’environnement accompagnées de bons de réduction pour toute consommation dans un de leurs établissements. De telles pratiques sont particulièrement scandaleuses au regard des risques graves encourus par les enfants et adolescents encouragés ainsi à consommer de la viande.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique - Allemagne :

Cette façon de jouer avec la santé des enfants et des adolescents me révolte. Il n’y a pas besoin de connaissances profondes en diététique pour savoir que la combinaison hamburger / coca-cola - qui constitue désormais la base alimentaire de millions d’enfants - est absolument catastrophique sur le plan diététique entraînant des lésions du système osseux, du système immunitaire pouvant entraîner des lésions des fonctions cérébrales. Et nous sommes encore loin de connaître toute l’étendue des conséquences de ce mode alimentation. Pourtant, une constatation s’impose d’ores et déjà : cette manière de vivre et de s’alimenter conduit des jeunes de 25, 30 ans à souffrir aujourd’hui de maladies qui touchaient, il y a seulement quelques années, essentiellement des sujets plus âgés. Nous recevons maintenant des patients de 20, 25 ans atteints de cancers non connus sous cette forme il y a peu d’années encore.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

En faisant cuire de la viande ou du poisson - au grill, à la poêle ou à la casserole - on génère toujours la formation d’amines hétérocycliques, des molécules engendrées par la réaction de la créatine des tissus musculaires avec les acides aminés. Ces amines hétérocycliques sont cancérigènes dans la mesure où elles peuvent, par transformation du matériel génétique, provoquer un cancer. On sait également que les amines hétérocycliques peuvent endommager le muscle cardiaque. Il me paraît intéressant de mentionner ici une étude publiée par l’université de Buenos Aires en Argentine qui documente l’action déterminante de ces amines hétérocycliques dans l’apparition de certains cancers. Comme on le sait, l’Argentine et l’Uruguay sont de grands consommateurs de viande de bœuf, environ 60 Kg par personne et par an, et précisément ces deux pays avancent des chiffres très élevés en matière de cancer et tout particulièrement des cancers de l’estomac et du sein.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique , Allemagne :

Sans vouloir avancer des chiffres trop élevés, dans 50 à 70 % des cas, les patients souffrant de rhumatismes, d’arthrose mais aussi de tumeurs cancéreuses, voient leurs douleurs réduites de moitié sans l’aide d’aucune autre thérapie en adoptant, ne serait-ce que quelques jours, une alimentation libre de toute protéine animale c’est-à-dire sans viande, ni poisson, ni produits laitiers. J’ai pu observer pendant des années comment des patients aux prises avec de terribles douleurs et soignés à l’aide d’antalgiques hautement dosés aux effets secondaires inéluctables : maux d’estomac, ulcères d’estomac, transformations cutanées etc... voyaient leur situation s’améliorer grandement par le simple fait d’adopter une alimentation végétarienne qui leur procurait également un surcroît d’énergie.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

La consommation de viande est aussi un facteur d’infarctus du myocarde. En effet, la viande contient un composé ferrique appelé hème ferrique qui est résorbé très facilement et très rapidement par les intestins. Une alimentation riche en viande augmente donc la résorption de cette hème ferrique génératrice de radicaux libres. Or, la formation de ces radicaux libres peut générer des maladies vasculaires et augmente les risques d’infarctus. Une étude renommée dans le milieu médical, l’Etude de Rotterdam aux Pays-Bas, démontre clairement que les consommateurs de viande sont davantage sujets aux risques d’infarctus.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui éprouvent la peur d’être victimes de carences alimentaires en cas de réduction partielle ou d’abandon total de la viande ? A tous ceux que le vieux fantôme de la carence en fer ne cesse de tourmenter, j’aimerais apprendre ou rappeler que de nombreux végétaux sont eux aussi très riches en fer : les céréales complètes, le riz mais aussi des légumes comme le brocoli, les petits pois par exemple et que ce n’est pas la quantité de fer absorbé qui est déterminante mais la capacité du corps à assimiler le fer contenu dans les aliments. Et dans ce domaine ce qui est essentiel, c’est la combinaison des aliments absorbés. La vitamine C par exemple augmente la capacité du corps à assimiler le fer provenant des aliments. Un jus de fruits frais de temps en temps pour accompagner son repas ou encore un zeste de citron sur la salade permettent au corps d’assimiler le fer beaucoup mieux qu’il ne l’aurait fait sans ces porteurs de vitamine C. A l’inverse, le café ou le thé entre autres font sérieusement baisser l’assimilation du fer par le corps. Cette importance de la combinaison des aliments est valable pour de nombreux autres vitamines, minéraux et oligo-éléments et de nombreuses études importantes menées au cours des trente dernières années ont prouvé que la peur de carences en cas d’alimentation végétarienne n’est absolument pas fondée.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

La viande - le lard ou le jambon par exemple - est par nature très riche en cholestérol et porte donc en elle ce facteur de risque. Mais à cela, il convient d’ajouter le fait que l’absorption de viande suscite dans le corps une auto-synthèse de cholestérol, la viande comportant une quantité élevée de leucine et de lysine, deux acides aminés qui stimulent la production d’une enzyme qui, elle-même, déclenche l’auto production de cholestérol. Le cholestérol, ce n’est nouveau pour personne est le facteur principal des maladies cardiovasculaires, de l’artériosclérose, des maladies coronariennes mais aussi de l’apoplexie cérébrale. Dans les pays occidentaux, ils sont nombreux ceux qui absorbent quantités de médicaments pour faire baisser leur taux de cholestérol alors que le moyen le plus efficace d’y parvenir serait de cesser de consommer de la viande.

Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

Des siècles durant on a vécu dans la certitude que consommer de la viande était synonyme de force et de vitalité. Le monde médical lui-même a longtemps affirmé qu’une alimentation non carnée était source de carences. Cet énorme mensonge sur la nutrition n’est pas resté sans conséquences. Aujourd’hui, celles-ci se montrent au grand jour : des milliards d’Euros sont dépensés chaque année en France - et dans le monde occidental en général - pour traiter les maladies résultant de la malnutrition, à savoir essentiellement des conséquences dues à l’alimentation carnée. Au cours des dernières années de multiples travaux scientifiques ont démontré que manger de la viande était mauvais pour la santé et à l’origine d’un grand nombre de maladies.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Depuis la deuxième guerre mondiale, on observe une augmentation constante des maladies dites « de civilisation » comme le diabète sucré par exemple ou la goutte, les maladies cardiaques et particulièrement coronariennes, l’hypertension, etc... ce qui a conduit les spécialistes en alimentation à réfléchir aux raisons de cette situation. L’un des principaux constats qu’ils ont été amenés à faire est le suivant : dans les pays industrialisés, la courbe correspondant à l’augmentation des maladies en question évolue de façon strictement parallèle à celle de l’augmentation de la consommation de viande. Dans le même temps, nutritionnistes et médecins spécialisés dans ces questions ont mené des recherches pour élaborer un mode d’alimentation prophylactique permettant de lutter de façon préventive contre ces maladies de civilisations. C’est ainsi que depuis les années soixante-dix, des recherches toujours plus poussées sur le mode d’alimentation végétarienne ont été entreprises et qu’aujourd’hui quelques 12 grandes études internationales font référence dans ce domaine parmi lesquelles les travaux sur le végétarisme menés par l’université de Oxford, ceux des adventistes de Californie, ainsi que ceux des universités de Gießen ou de Heidelberg en Allemagne. Leurs résultats sont sans équivoque : Les végétariens sont moins soumis aux maladies de civilisation que les carnivores. Ils présentent de meilleurs taux de pression sanguine, de meilleurs taux de cholestérol, ils souffrent plus rarement de la goutte, d’hypertension ou d’obésité. En résumé, un mode de vie végétarien est beaucoup plus sain. Et il est prouvé aujourd’hui, scientifiquement, que la viande et le poisson ne sont pas des éléments indispensables à l’alimentation de l’homme.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Aujourd’hui, qui ne souhaite avoir la ligne et la garder ? A toutes celles et tous ceux dont c’est le cas on ne saurait trop conseiller de renoncer à la viande, car celle-ci est riche en acides gras saturés, principaux responsables de nos excès de poids. Au contraire, les acides gras insaturés contenus dans les aliments à base végétale présentent eux, un risque beaucoup moins important. C’est en effet ce que révèle une étude effectuée par l’Institut Australien de Recherche sur le Métabolisme : A valeur calorifique égale, les sujets soumis à une alimentation carnée ont enregistré une augmentation de poids beaucoup plus élevée que les sujets végétariens. Rappelons qu’un excès de poids est non seulement préjudiciable au bien être de la personne, mais qu’il est également un facteur de risques de développement de nombreuses maladies telles que : maladies cardio-vasculaires, infarctus, apoplexie cérébrale ou encore diabète et cancer. La plupart des maladies dites de civilisation répertoriées aujourd’hui sont liées à l’excès de poids.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Dès le début des années 90, des études ont montré comment les adolescents sont tout particulièrement soumis à ces risques. Un exemple parmi beaucoup d’autres : la masse osseuse de l’adulte en devenir se constituant entre 13 et 20 ans, une entrave au bon développement de la structure osseuse comportera inéluctablement des risques élevés d’ostéoporose à l’âge adulte.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Dans nos pays industrialisés, la moitié du chiffre d’affaire des géants du fast-food provient des jeunes de 16 à 24 ans qui, avec les plus petits, sont d’ailleurs la cible privilégiée des responsables en marketing puisqu’ils servent de trait d’union avec leurs parents. Les poignées de portes sont ajustées à la taille des enfants, des chaises adaptées leur permettent de s’asseoir à hauteur des adultes et surtout la publicité est ciblée sur leurs désirs. Certaines de ces chaînes de restauration rapide vont même jusqu’à distribuer dans les écoles des brochures sur l’alimentation et l’environnement accompagnées de bons de réduction pour toute consommation dans un de leurs établissements. De telles pratiques sont particulièrement scandaleuses au regard des risques graves encourus par les enfants et adolescents encouragés ainsi à consommer de la viande.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique - Allemagne :

Cette façon de jouer avec la santé des enfants et des adolescents me révolte. Il n’y a pas besoin de connaissances profondes en diététique pour savoir que la combinaison hamburger / coca-cola - qui constitue désormais la base alimentaire de millions d’enfants - est absolument catastrophique sur le plan diététique entraînant des lésions du système osseux, du système immunitaire pouvant générer des lésions des fonctions cérébrales. Et nous sommes encore loin de connaître toute l’étendue des conséquences de ce mode alimentaire. Pourtant, une constatation s’impose d’ores et déjà : cette manière de vivre et de s’alimenter conduit des jeunes de 25, 30 ans à souffrir aujourd’hui de maladies qui touchaient, il y a seulement quelques années, essentiellement des sujets plus âgés. Nous recevons maintenant dans notre clinique des patients de 20, 25 ans atteints de cancers non connus sous cette forme il y a peu d’années encore.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

En faisant cuire de la viande ou du poisson - au grill, à la poêle ou à la casserole - on génère toujours la formation d’amines hétérocycliques, des molécules engendrées par la réaction de la créatine des tissus musculaires avec les acides aminés. Ces amines hétérocycliques sont cancérigènes dans la mesure où elles peuvent, par transformation du matériel génétique, provoquer un cancer. On sait également que les amines hétérocycliques peuvent endommager le muscle cardiaque. Il me paraît intéressant de mentionner ici une étude publiée par l’université de Buenos Aires en Argentine qui documente l’action déterminante de ces amines hétérocycliques dans l’apparition de certains cancers. Comme on le sait, l’Argentine et l’Uruguay sont de grands consommateurs de viande de bœuf, environ 60 Kg par personne et par an, et précisément ces deux pays avancent des chiffres très élevés en matière de cancer et tout particulièrement des cancers de l’estomac et du sein.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique - Allemagne :

Sans vouloir avancer des chiffres trop élevés, dans 50 à 70 % des cas, les patients souffrant de rhumatismes, d’arthrose mais aussi de tumeurs cancéreuses, voient leurs douleurs réduites de moitié sans l’aide d’aucune autre thérapie en adoptant, ne serait-ce que quelques jours, une alimentation libre de toute protéine animale c’est-à-dire sans viande, ni poisson, ni produits laitiers. J’ai pu observer pendant des années comment des patients aux prises avec de terribles douleurs et soignés à l’aide d’antalgiques hautement dosés aux effets secondaires inéluctables : maux d’estomac, ulcères d’estomac, transformations cutanées etc... voyaient leur situation s’améliorer grandement par le simple fait d’adopter une alimentation végétarienne qui leur procurait également un surcroît d’énergie.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

La consommation de viande est aussi un facteur d’infarctus du myocarde. En effet, la viande contient un composé ferrique appelé hème ferrique qui est résorbé très facilement et très rapidement par les intestins. Une alimentation riche en viande augmente donc la résorption de cette hème ferrique génératrice de radicaux libres. Or, la formation de ces radicaux libres peut générer des maladies vasculaires et augmente les risques d’infarctus. Une étude renommée dans le milieu médical, l’Etude de Rotterdam aux Pays-Bas, démontre clairement que les consommateurs de viande sont davantage sujets aux risques d’infarctus.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui éprouvent la peur d’être victimes de carences alimentaires en cas de réduction partielle ou d’abandon total de la viande ? A tous ceux que le vieux fantôme de la carence en fer ne cesse de tourmenter, j’aimerais apprendre ou rappeler que de nombreux végétaux sont eux aussi très riches en fer : les céréales complètes, le riz mais aussi des légumes comme le brocoli, les petits pois par exemple et que ce n’est pas la quantité de fer absorbé qui est déterminante mais la capacité du corps à assimiler le fer contenu dans les aliments. Et dans ce domaine ce qui est essentiel, c’est la combinaison des aliments absorbés. La vitamine C par exemple augmente la capacité du corps à assimiler le fer provenant des aliments. Un jus de fruits frais de temps en temps pour accompagner son repas ou encore un zeste de citron sur la salade permettent au corps d’assimiler le fer beaucoup mieux qu’il ne l’aurait fait sans ces porteurs de vitamine C. A l’inverse, le café ou le thé entre autres font sérieusement baisser l’assimilation du fer par le corps. Cette importance de la combinaison des aliments est valable pour de nombreux autres vitamines, minéraux et oligo-éléments et de nombreuses études importantes menées au cours des trente dernières années ont prouvé que la peur de carences en cas d’alimentation végétarienne n’est absolument pas fondée.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

La viande - le lard ou le jambon par exemple - est par nature très riche en cholestérol et porte donc en elle ce facteur de risque. Mais à cela, il convient d’ajouter le fait que l’absorption de viande suscite dans le corps une auto-synthèse de cholestérol, la viande comportant une quantité élevée de leucine et de lysine, deux acides aminés qui stimulent la production d’une enzyme qui, elle-même, déclenche l’auto production de cholestérol. Le cholestérol, ce n’est nouveau pour personne est le facteur principal des maladies cardiovasculaires, de l’artériosclérose, des maladies coronariennes mais aussi de l’apoplexie cérébrale. Dans les pays occidentaux, ils sont nombreux ceux qui absorbent quantités de médicaments pour faire baisser leur taux de cholestérol alors que le moyen le plus efficace d’y parvenir serait de cesser de consommer de la viande.

Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

Vous avez certainement remarqué que les grands scandales alimentaires dont nous a abreuvés l’actualité toutes ces dernières années sont toujours en rapport avec la viande. Sans même parler des deux scandales majeurs que sont les crises de l’ESB et de la fièvre aphteuse, j’aimerais rendre attentif au fait que les salmonelles, par exemple, sont typiquement un problème spécifique au secteur de la viande, plus particulièrement à celui de la volaille en raison des excréments produits par ces animaux. C’est un exemple typique des problèmes induits dans les cuisines par la consommation la viande.

On pourrait citer un autre exemple survenu récemment en Allemagne où des saucisses en conserves ont gravement intoxiqué les personnes qui les avaient consommées. De tels problèmes pourraient éventuellement survenir avec des légumes, mais dans une dimension beaucoup plus faible et on ne connaît pratiquement pas de cas à ce jour.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique - Allemagne :

Contrairement à ce que certains laissent croire, la transmission à l’homme de maladies animales n’est absolument pas en régression. Il y a quelques années, la crise de la vache folle faisait la une de tous les journaux. A cette époque, on a largement informé les consommateurs des dangers de contamination par consommation de viandes porteuses du vecteur de l’ESB. Et puis, peu à peu la vie a repris son cours normal. Pourtant, il convient de dire que tous les risques de contamination ne sont absolument pas levés. Non seulement on découvre encore couramment des animaux porteurs de l’ESB, mais on a également constaté que la maladie n’est pas circonscrite aux tissus nerveux, comme on l’avait cru jusqu’à lors, mais qu’elle peut également se trouver dans la viande des muscles, hypothèse qui avait été rejetée jusqu’ici.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Un autre aspect important vient renforcer les méfaits de la consommation de viande pour la santé ; il s’agit de l’emploi massif d’antibiotiques dans l’élevage industriel. L’élevage industriel ne pourrait subsister sans l’utilisation de ces antibiotiques. Or, cet apport d’antibiotiques dans le corps humain, au travers de la consommation de viande, rend désormais beaucoup plus difficile le traitement de certaines maladies infectieuses. En 1999, le journal New England Journal of Medecine a consacré deux articles au traitement des salmonelles et des infections campylobactériennes pour montrer comment celles-ci étaient devenues désormais résistantes aux antibiotiques.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Toutes les substances qui polluent l’environnement : dioxine, furanne et autres pesticides, ont tendance à se concentrer dans les tissus adipeux des animaux. En consommant leur chair, l’homme se transforme en dépotoir de ces substances toxiques dans la mesure où il est placé au bout de la chaîne alimentaire, et dans ce cas il faudrait plutôt parler d’une chaîne d’empoisonnements toxiques. Il a été démontré que ces polluants sont cancérigènes d’une part, et qu’ils nuisent au système immunitaire et au système nerveux d’autre part. Lorsqu’un accident industriel survient dans une entreprise de produits chimiques, la plupart du temps on rassure la population en lui disant que les taux de substances toxiques libérées ne sont pas nuisibles à la santé. Cela est bien possible concernant cet événement précis, cependant l’accumulation de toutes les substances toxiques ingérées jour après jour par l’organisme finit par agir de manière comparable aux hormones. On sait désormais que les produits chimiques de l’environnement développent une activité œstrogène et c’est en cela que réside le danger. Combinés, ces substances agissent donc de manière nocive sur l’organisme humain, elles influencent le système hormonal. C’est une raison supplémentaire de mettre en garde contre une consommation de viande trop élevée.

Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

Comme on le sait, un boucher ne peut pas travailler pendant la phase de rigidité du cadavre, sinon la viande n’aurait pas la qualité requise. Le boucher doit donc procéder très rapidement, avant que le cadavre ne devienne rigide, aux différentes étapes que sont l’anesthésie de l’animal, l’incision de la carotide, le saignement - où la plupart du temps l’animal est accroché par une jambe - puis la découpe totale du cadavre. A l’abattoir, c’est donc en quelques minutes seulement que l’animal passe de l’état vivant à l’anesthésie, à l’incision de la carotide, puis au saignement et à la découpe complète du corps. La viande est encore chaude. C’est ce qu’on appelle l’abattage à chaud, qui est particulièrement apprécié parce qu’il rend la viande plus tendre.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Des recherches menées à l’université de Cambridge, en Angleterre, ont montré que la viande crée de l’hydrogène sulfuré dans l’organisme, ce qui favorise les infections intestinales telles que la colite ulcéreuse. La viande est transformée en amines, indols et autres composés semblables. Ce sont en fait des toxines provenant de la décomposition d’un cadavre. Elles pénètrent dans le foie par la veine porte qui doit alors les métaboliser.

Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

En fait, la viande n’a pas de goût en soit. Elle est fibreuse, caoutchouteuse et c’est seulement après être passée par différents traitements, dans la poêle, sur le grill, etc. qu’elle acquiert les caractéristiques qu’on lui connaît et pour lesquelles beaucoup de gens sont prêts à payer cher un repas au restaurant. Pourtant, il existe des produits de substitution à la viande qui sont la preuve que celle-ci n’est pas indispensable pour bien manger. Ces produits permettent de confectionner des plats tout à fait semblables à ceux réalisés dans la cuisine « traditionnelle ».

Je vous propose de nous pencher plus concrètement sur la fabrication de l’un de ces produits. En pétrissant la pâte de blé que voici, j’en ai extrait la protéine. Pour ce faire, il convient simplement de pétrir cette pâte sous l’eau courante, ce qui en évacue l’amidon, ne conservant que la protéine de blé. Il ne reste plus qu’à y incorporer des épices et une matière grasse à base végétale puis à cuire le tout pour obtenir un délicieux pâté de viande végétale dont l’apparence et la consistance ressemblent de près à celle de la viande animale.

Je vais maintenant cuisiner notre préparation afin que vous puissiez constater par vous-même que cela n’a rien de compliqué. Quand on voit à quel point ils sont simples à cuisiner on s’étonne que de tels produits ne soient pas plus répandus. Ces dés que nous venons de découper peuvent être utilisés comme de la viande, par exemple revenus à la poêle, avec des oignons, du poivre et du sel, ce que nous allons faire maintenant.

Faîtes chauffer votre poêle et laissez-y fondre un peu de graisse de palme. Cela fume beaucoup, mais ce n’est pas grave, car ainsi vous pouvez justement donner à cette viande de protéine végétale, le goût relevé d’une viande fumée. Je place maintenant mes dés de protéine de blé dans la poêle et je les fais bien revenir.

De même que pour la viande, veillez à ce que les pores de la chair végétale soient bien refermés par une bonne croûte. Comme vous le constatez on y arrive parfaitement avec de la protéine de blé.

Avantage : Contrairement aux acides aminés contenus dans la viande, ceux présents dans les végétaux ont l’avantage de ne pas être nocifs.

Dès qu’une croûte commence à se former autour des morceaux de protéine de blé, ajoutez tranches d’oignons et petits morceaux de poivrons et faites revenir le tout à feu élevé. Ainsi, les substances délicieuses libérées par les oignons et les poivrons sautés pénètrent dans les dés de protéine de blé. En fait, vous avez toute l’attitude de cuisiner ces produits à votre convenance, selon vos goûts, assaisonnés d’un peu de sel, de poivre et des épices de votre choix. Vous pouvez y ajouter un peu de vin rouge ou comme moi maintenant des tomates pelées que l’on fera bien mijoter. Vous pouvez donc procéder avec la protéine de blé exactement comme vous avez appris à le faire pour la viande.

Beaucoup de personnes se demandent si la viande biologique est meilleure pour la santé que la viande industrielle. C’est pourquoi j’aimerais maintenant réfléchir aux différences qu’il existe entre un morceau de viande issu de l’élevage biologique et un autre.

Première différence, les animaux reçoivent des aliments d’origine biologique. De plus ils disposent souvent de la possibilité de s’ébattre à l’air libre. Du point de vue de la technique de boucherie, cela comporte quelques avantages certains. Par exemple, on admet que les animaux placés à l’abri du stress au cours de leur vie donnent une viande de meilleure qualité. C’est également pour cette raison que, dans le secteur de la viande biologique, il est conseillé à l’éleveur d’amener lui-même à l’abattoir l’animal qui le connaît, de l’accompagner personnellement afin que celui-ci s’habitue en toute confiance au lieu de son exécution prochaine. Dans ce but, on veille également à ce que les animaux nouvellement arrivés ne voient pas comment leurs congénères sont abattus. Dans un abattoir industriel, peu importe que l’animal vivant assiste à l’abattage et au dépeçage de ses congénères. Ce n’est pas le cas dans le secteur de la viande biologique. Cependant, à l’arrivée, bœufs et cochons, sont tués et saignés de la même façon dans le secteur industriel et dans le biologique, à un détail près cependant : ce n’est pas en l’accrochant par une jambe qu’on tranche la carotide d’un animal issu de l’élevage biologique, mais en l’allongeant, car il a été constaté que la qualité de la viande en est améliorée. Lorsqu’un animal endormi est accroché par une jambe, les régions cérébrales du subconscient sont encore pleinement actives. Il n’est pas complètement mort, il a des convulsions, il réagit, il y a donc une crispation de la musculature, ce qui donne une viande de mauvaise qualité.

Mais en définitive, pour l’animal cela revient au même ; il est mort, de manière biologique ou conventionnelle.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Les données scientifiques actuellement disponibles indiquent de façon très claire que la consommation de viande et de poisson n’est pas indispensable à l’homme et qu’une alimentation végétarienne équilibrée est bien meilleure pour la santé. L’alimentation végétarienne offre beaucoup d’avantages, entre autres parce que les végétaux contiennent de nombreuses substances nutritives secondaires dont les effets bénéfiques pour la santé ont été démontrés. Ces substances agissent par exemple de manière diluante sur le sang, protègent du cancer ou encore stimulent le système immunitaire. Manger beaucoup de produits végétaux signifie donc faire quelque chose pour sa santé et se protéger des maladies spécifiques à notre civilisation.

Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

En ce sens, il est tout à fait absurde et inconséquent d’agir pour limiter ou interdire la publicité sur le tabac et sur l’alcool et de ne rien faire en ce qui concerne la viande dont on connaît désormais les méfaits pour la santé. Puisque l’on commence à proscrire la publicité pour les produits dangereux pour la santé, il serait dans l’ordre des choses d’inclure dans cette liste la publicité pour la viande. Et, par extension, ne serait-il pas judicieux de s’interroger sur la nocivité de la nourriture proposée dans les crèches, les écoles et les hôpitaux. En vertu du principe de précaution, qui est prêt à assumer la responsabilité d’offrir de la viande à nos enfants, après que la science ait démontré les dangers qu’elle représente pour la santé ?

Ne serait-il pas judicieux d’entreprendre des campagnes d’information, dans les écoles, les collèges et les lycées, sur les effets de la consommation de viande pour la santé, mais aussi sur ses conséquences au regard de la faim dans le monde et de la destruction de l’environnement dont elle est responsable. Nous touchons là d’autres problèmes induits par la consommation de viande, pourtant n’est-il pas nécessaire de les aborder ouvertement avec les enfants et les adolescents qui sont l’avenir de cette planète si on souhaite leur permettre de se nourrir un jour de façon juste et saine.

Arno Schneider / Clinique Naturopathique -, Allemagne :

Avant d’en arriver là - et cela implique d’affronter le lobby agroalimentaire - , il faudra qu’à différents niveaux - médecins, hommes politiques, etc. - nos responsables acceptent de regarder en face cette vérité : consommer de la viande est mauvais pour la santé, cela nuit à la santé du peuple mais cela a également des conséquences néfastes pour la société dans son entier, pour son évolution et pour son devenir. C’est pourquoi, j’espère très sincèrement que l’intérêt public l’emporte dans cette affaire et que nos hommes politiques fassent preuve de courage et de responsabilité en prenant les mesures de santé publique qui s’imposent face aux conséquences désastreuses de la consommation de viande sur les individus et sur la société.

Christophe Michels. Ingénieur diplômé / Contrôle de qualité des aliments :

Il y a peu, un chercheur renommé, dont le travail consiste à anticiper les tendances d’avenir, a écrit que l’orientation générale allait en direction du végétarisme et qu’un jour la consommation de viande serait proscrite, comme l’est la drogue aujourd’hui. Manger de la viande sera devenu un acte marginal et clandestin.

Hans-Günter Kügler / Institut Expérimental International de Science Médicale :

Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là et beaucoup de gens ignorent que la consommation de viande et de poissons est nuisible à la santé. On dispose encore de peu d’écrits à ce sujet, ce qui est bien regrettable. Cependant, on trouve sur Internet et dans la littérature médicale internationale de nombreuses études montrant très clairement que la consommation de viande ou de poisson produit des troubles de la santé. La bibliothèque de données la plus importante en la matière est la Medline Data Base, qui permet d’accéder à toutes les grandes études publiées sur ce thème au niveau international.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   14/10/2010, 17:45

Passionnant.

http://www.vegetarisme.fr/

Vive le végétarisme!

Revenir en haut Aller en bas
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   14/10/2010, 19:13

et... ouai...

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   14/10/2010, 22:28

Je fais un travail personnel sur le végétarisme et un article sur ce doc est tout ce que je cherchais, providentiel, merci!

Pour info, c'est important de compléter le régime végétarien avec des protéines et du fer, le complément ultime étant: la Spiruline! c'est à base d'algues vertes
Attention à certaines gélules, la marque Grand Océan utilise de la gélatine de poisson!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   14/10/2010, 23:46

Bonjour,

MOBY37 a écrit:
Depuis la deuxième guerre mondiale, on observe une augmentation constante des maladies dites « de civilisation » comme le diabète sucré par exemple ou la goutte, les maladies cardiaques et particulièrement coronariennes, l’hypertension, etc... ce qui a conduit les spécialistes en alimentation à réfléchir aux raisons de cette situation. L’un des principaux constats qu’ils ont été amenés à faire est le suivant : dans les pays industrialisés, la courbe correspondant à l’augmentation des maladies en question évolue de façon strictement parallèle à celle de l’augmentation de la consommation de viande.

Est-ce que ça, ça ressemble à une augmentation de la consommation de viande ?


Ce tableau montre que l'Homme n'a jamais mangé aussi peu de viande de toute son histoire qu'à notre époque. Et du fait qu'on mange moins de viande que toute autre civilisation avant la notre, on deviendrait de plus en plus malade ?

Excuse-moi pour l'argument simpliste, mais si c'était vrai, alors on ne l'entendrait pas tous les jours à la télé. Nourrir le peuple, c'est un marché, ça rapporte du fric. Si tu devais occuper ce marché pour te remplir les poches, que préfèrerais-tu entre ces deux options :

- vendre de la viande
- vendre des légumes

Sachant que pour vendre un steack, il faut s'occuper d'un animal pendant des années (dans le cas d'un boeuf, une viande très largement consommée par la population), des années pendant lesquelles tu ne fais que dépenser en soins sans rien gagner, et des années pendant lesquelles tu es emmerdé par toutes les associations de défense des animaux.

Sachant aussi que pour vendre des légumes, il ne faut pas des années mais seulement quelques mois, et que les associations te foutent la paix parce qu'elles se fichent que tu maltraites tes carottes.

Ca ne m'étonne pas que le végétarisme soit présenté positivement par les médias. Je suis persuadé que la société moderne, si elle dure assez longtemps sans se casser la gueule, deviendra végétarienne. Et je suis persuadé que tout le monde trouvera ça génial, comme d'habitude.

Manger de la viande ne cause aucune pollution, aucun gaspillage de ressource, SAUF si on la produit de manière industrielle. Quand notre alimentation était composé de viande entre 40 et 80% (voir tableau ci-dessus), y'avait pas de pollution, parce qu'on utilisait pas du pétrole pour faire un steack (ce qu'on fait aujourd'hui).

L'ennemi, c'est l'industrie, ce n'est pas la viande. La nature a fait en sorte qu'on en mange (voir les tribus primitives dont certaines existent encore aujourd'hui et vivent selon les principes de la nature, c'est-à-dire la chasse et la cueillette au lieu de donner sa carte bancaire à la caissière de Carrefour pour acheter une barquette en polystyrène transportée avec du pétrole).

De plus, la nature nous a donné des maladies et des problèmes de santé, ce n'est pas pour rien. Quand on essaie de s'en débarasser, cela donne ça :

c'est-à-dire une démographie à croissance exponentielle. Nous sommes 7 milliards. Dans 40 ans, nous serons 9 milliards. Dans quelques siècles seulement, nous serons... 1000 milliards. Du moins, si le manque de ressources ne nous fait pas mourir de faim avant qu'on puisse atteindre ce chiffre. Même une énorme guerre mondiale qui tuerait la moitié de l'humanité (ce qui n'est jamais arrivé, loin de là), ne ralentirait cette progression folle que de quelques décennies seulement.

Je ne suis pas en train de dire qu'il faut laisser toutes les saloperies chimiques dans notre alimentation parce que ça va nous empêcher d'être 1000 milliards, je suis en train de dire que la nature est un équilibre qui ne sert pas à rien, et que si on avait une espérance de vie courte, des maladies, et un fort taux de mortalité, ce n'était pas pour rien.

MOBY37 a écrit:
Silke Sciazzas / Experte nutritionniste :

Aujourd’hui, qui ne souhaite avoir la ligne et la garder ? A toutes celles et tous ceux dont c’est le cas on ne saurait trop conseiller de renoncer à la viande, car celle-ci est riche en acides gras saturés, principaux responsables de nos excès de poids.
C'est ça, un argument de nutriotionniste ? Il (ou elle) doit être pigiste au magazine Voici, à mon avis... A l'époque où nous mangions beaucoup plus de viande, il y avait... beaucoup moins d'obésité. Donc le problème, ce n'est pas la viande. Les populations d'Amish d'amérique du Nord ont une alimentation riche en viande et en graisse. Quel est le pourcentage de fermiers Amish souffrant d'obésité ? Zéro. Pas un seul cas connu.

MOBY37 a écrit:
Certaines de ces chaînes de restauration rapide vont même jusqu’à distribuer dans les écoles des brochures sur l’alimentation et l’environnement accompagnées de bons de réduction pour toute consommation dans un de leurs établissements. De telles pratiques sont particulièrement scandaleuses au regard des risques graves encourus par les enfants et adolescents encouragés ainsi à consommer de la viande.
Donc pour ce nutritionniste, le problème avec Mac Do, c'est la viande. Moi je vois deux ou trois autres problèmes plus graves typiques de la société moderne.

Ajoutons que manger des légumes modernes tue également, puisqu'ils contiennent des pesticides. Donc encore une fois, le problème ce n'est pas l'aliment lui-même, mais la manière de l'obtenir. Des légumes OGM, on en mange couramment en France, y'en a plein les supermarchés. Remplacer une merde par une autre n'a aucun intérêt. Ce qu'il faut, c'est se rapprocher de la nature. Et la consommation de viande en fait partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   15/10/2010, 00:14

je suis bien d'accord, c'est plus un argument pour plaire aux végétariens et babos... Le lait en comparaison est beaucoup plus nocif à mon avis.

Docteur Jean Seignalet, "L'alimentation ou la troisième médecine" "Aucun animal ne continue à boire du lait après son sevrage, et ne souffre d'aucune carence en calcium"

Dr Nicolas Le Berre "le lait, une sacrée vacherie?"

Anne Laroche Walter: "Lait de vache: blancheur trompeuse

Frank A. Oski: "Don't drink your milk!"

Dr Dufhillo "Vie et action"

Dr Arthuro Capdeville parle de paralysie infantile (polio), de syndrome de la mort subite du jeune enfant, de troubles nerveux... causés par l'ingestion de lait de vache.

Dr Comet dénonce des troubles hormonaux dus aux protéines lactées...

Dr Raphael Nogier: "Ce lait qui menace les femmes"

Dr William Ellis: "Si on veut avoir des allergies, il faut boire du lait"

Rolland Weinsier, Université de l'Alabama, fait le compte rendu de 57 études sur le sujet: "On a du mal à voir l'intérêt des laitages parce que leur bénéfice sur la densité osseuse est extrêmement faible."

Des chercheurs ont regroupé 324 études montrant que la consommation de lait de vaches et dérivés est un facteur de risque pour le diabète, les maladies cardiovasculaires.


Et puis les pubs sur le lait ou toute boisson qui s'appuient sur l'argument de vente "riche en minéraux" "riche en calcium" sont mensongères.

Les minéraux ne sont assimilables par l'organisme que sous forme chélaté c'est à dire qu'ils doivent être transformés au préalable par des légumes ou des fruits.
L'eau n'a qu'une seule fonction c'est hydrater, en aucun surcharger l'organisme qui devra expulser le surplux. moins il y a de minéraux mieux c'est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   15/10/2010, 13:19

Robert Gros a écrit:

Donc pour ce nutritionniste, le problème avec Mac Do, c'est la viande. Moi je vois deux ou trois autres problèmes plus graves typiques de la société moderne.

Ajoutons que manger des légumes modernes tue également, puisqu'ils contiennent des pesticides. Donc encore une fois, le problème ce n'est pas l'aliment lui-même, mais la manière de l'obtenir. Des légumes OGM, on en mange couramment en France, y'en a plein les supermarchés. Remplacer une merde par une autre n'a aucun intérêt. Ce qu'il faut, c'est se rapprocher de la nature. Et la consommation de viande en fait partie.

Juste pour completer un peu, cette vidéo:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   15/10/2010, 13:47

Oui nemandi, il existe des quantités de critiques envers MacDo. Il y a eu aussi le film "Supersize me" qui a été largement diffusé un peu partout dans le monde. Résultat ? Aucun.

Pour ma part, même si MacDo servait la meilleure nourriture du monde, je ne pourrais tout de même pas supporter les noms de plat débiles (on dirait des noms conçus pour les enfants), les pubs débiles placardées partout dans leurs restaurants (jusque dans son plateau et sur les boites), les files d'attente, les gamineries à collectionner et les jeux débiles, l'uniformisation totale au niveau mondial, le concept de "fast" food qui est à l'homme ce que l'abreuvoir industriel est aux porcs dans les élévages intensifs, etc.

J'ai l'impression que même pour un gamin de 6 ans, tout ceci est encore trop puéril. Et pourtant il s'ouvre encore et toujours plus de MacDo dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   15/10/2010, 14:16

Robert Gros a écrit:


le concept de "fast" food qui est à l'homme ce que l'abreuvoir industriel est aux porcs dans les élévages intensifs, etc.


trop bien dit !! ça me laisse une image sans équivoque de la condition humaine. le plus triste c'est que les porcs on les force, tandis que les humains ils y vont de leur plein gré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   16/10/2010, 14:05

Robert Gros a écrit:

Est-ce que ça, ça ressemble à une augmentation de la consommation de viande ?


Ce tableau montre que l'Homme n'a jamais mangé aussi peu de viande de toute son histoire qu'à notre époque. Et du fait qu'on mange moins de viande que toute autre civilisation avant la notre, on deviendrait de plus en plus malade ?

Elle n'a pas dit depuis la seconde guerre mondiale en partant de l'homme singe.... d'autant qu'on a toujours pas de preuve sérieuse qu'on descend ce ce dernier. Par exemple, il me semble qu'on a jamais trouvé d'ossements qui établissent un lien progressif entre le néandertalien et homo sapiens, si nous étions dans un processus évolutif ce devrait être le cas, or il y a d'un côté néandertalien ET d'un autre Homo Sapiens. On a aussi connu des phases de dégénérescence, comme aujourd'hui. Y compris sur le plan technologique. mes idées je ne les tiens pas de vieux prêtres obscurantistes mais de scientifiques anti-darwinistes et fouilles archéologiques dont l'athée-levy-sion se garde bien de nous parler.

http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2009/09/13/chronologie-erronee/
http://www.dailymotion.com/video/x6a4kt_les-fossiles-refutent-la-theorie-de_tech


Pour ton deuxième schéma, tu dis que les gens mangent moins de viandes, et que la populace se multiplie. Cela n'est pas vrai pour les européens de sang, qui sont d'ailleurs ceux qui mangent le plus de lait et de viandes. Pour une raison évidente, elle est plus couteuse. Leur nombre à venir est plutôt à revoir à la baisse, mais je ne dis pas que c'est forcément lié à la viande

http://www.dailymotion.com/video/xcnpud_comment-nourrir-tout-le-monde-denis_news#from=embed
http://www.dailymotion.com/video/x9a120_genocide-des-europeens_news



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   16/10/2010, 15:24

b.h.j.,

Que les humains descendent ou non des australopithèques ne change pas grand-chose. Est-ce que les tribus primitives mangaient plus ou moins de viande que l'employé de bureau du 21ème siècle ? Donc, que faire si on veut respecter l'ordre naturel ?

Quant à mon graphique de l'évolution de la démographie mondiale, je ne faisais pas de lien entre cette démographie et la consommation de viande. Je disais seulement que ces choses dont notre société cherche à se débarasser et qu'on nomme maladies sont des choses utiles à l'équilibre naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   17/10/2010, 00:12

Wahou! c'est fait en plastique la nourriture mac do!


Pour le debat, je pense que c'est foncièrement faux, étant donner simplement qu'il y a des animaux fait pour manger de la viande, ensuite, il y a viande et viande, celle que l'ont chasse, celle que l'ont fait cuire, avec elevage ou sans, intensif ou pas...

..ou celle mac do affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   27/11/2010, 12:54

Je revient sur ce sujet ayant trouver une vidéo qui pourrait un peu repondre à la question..A savoir..la viande rend malade?, mais laquelle..pas celle que l'homme va chasser surement.

Celle-ci doit rendre malade, et doit aussi nous maudire (je deconseille le visionnage aux coeurs fragiles)

Le visage de votre viande (Meet your meat en francais)

http://video.google.com/videoplay?docid=-577174447327390558&ei=XEKtSsCIJMOG-Qae2e0k#docid=-4084309931497664953

Attention, ce n'est pas, contrairement aux auteurs, un appelle au végétarisme, ou végétalisme. Ce n'est pas mauvais de manger de la viande, mais seulement dans le respect de la bête dans la chasse, ou l'élevage très sain et pour nous musulmans, un abbatage rituel ou l'ont acompagne la bête à la mort, pour qu'elle retourne à Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   27/11/2010, 17:40

lorelianeGTQ a écrit:
un abbatage rituel ou l'ont acompagne la bête à la mort, pour qu'elle retourne à Dieu.


Les abattages rituels industriels n'ont rien d'un "accompagnement" vers Dieu. As tu déjà vu des images d'un égorgement fait à la chaine avec les bêtes qui soufflent de la vapeur par leur gorge ?

Que ce soit casher ou hallal, les bêtes sont souillées et non respectée. Je parle bien du traitement INDUSTRIEL. et à mon avis, la plupart des viandes hallal ou casher que l'on trouve ici proviennent de l'industrie.

C'est en quelque sorte une dégénération de rituels qui au départ (hors socièté de consommation) devaient surement respecter l'animal ET l'homme qui allait consommer cette viande (vidée de son sang et donc surement plus saine spirituellement parlant).


Scènes de rituels d'abattages en milieu industriel: (âmes sensibles s'abstenir Exclamation )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   28/11/2010, 12:51

Oui nex, merci de le preciser, en effet, la bête doit être respecter, aussi lors des abatages dit rituel (hallal, kasher) mais industriel, l'élevage monstrueux est exactement le même, la chose se passe juste différement alors qu'un idiot musulman est payer pour egorger ces bêtes qui passent sur une chaine en disant "au nom de Dieu" au debit de deux par seconde...L'acte est maudit, même s'il est dit au nom de Dieu, car en réalité, cela va à l'encontre de la Loi qui dit de bien traiter les animeaux...

La seule appellation hallal sûr, c'est celle que l'ont pratiqe soit même, CAD prendre la poule de son poulailler, et faire le rituel...les autres ont peut pas savoir, bien que je ne dit pas que à 100% c'est tout mauvais..

Voic aussi concernant une autre méthode de subversion, faire croire au hallal, mais avec la prière dite avec un CD!!!

KFC NON HALLAL A STRASBOURG!! DANGER



JE N'IRAIT PAS MANGER HALLAL CHEZ QUICK!!! A ECOUTER



Voir aussi le site de l'AVS (organisme de controle de l'appeleation hallal en France) pour trouver plus d'information à ce sujet :

http://avs.fr/old/

PS: merci pour ta vidéo, je l'avais vu il y a quand tu l'avais faites, c'est certain que les animaux pleure d'être traiter de façon aussi abominable et après tout, il faut que les gens qui mange de cette viande voyent en face à quoi ils participent..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Durden

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Variante
Date d'inscription : 09/10/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   28/12/2010, 03:21

lorelianeGTQ a écrit:
Je revient sur ce sujet ayant trouver une vidéo qui pourrait un peu repondre à la question..A savoir..la viande rend malade?, mais laquelle..pas celle que l'homme va chasser surement.

Celle-ci doit rendre malade, et doit aussi nous maudire (je deconseille le visionnage aux coeurs fragiles)

Le visage de votre viande (Meet your meat en francais)

http://video.google.com/videoplay?docid=-577174447327390558&ei=XEKtSsCIJMOG-Qae2e0k#docid=-4084309931497664953

Attention, ce n'est pas, contrairement aux auteurs, un appelle au végétarisme, ou végétalisme. Ce n'est pas mauvais de manger de la viande, mais seulement dans le respect de la bête dans la chasse, ou l'élevage très sain et pour nous musulmans, un abbatage rituel ou l'ont acompagne la bête à la mort, pour qu'elle retourne à Dieu.

Faux, toute viande est mauvaise pour la santé. Je t'invite à approfondir plus amplement le sujet plutot que de le survoler. Et oui... meme la viande halal ne reste que des cadavres en decomposition que tu mettras beaucoup d'energie à digerer et longtemps à bien assimiler tout les dechets dans ton long tube digestif absolument pas adapté à ca...

Pour le lait, je suis à 100% daccord que c'est egalement mauvais pour la santé mais il faut toutefois faire attention entre la difference du lait maternel (exellent pour le bébé) et le lait animal adapté à l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adeq



Nombre de messages : 348
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   28/12/2010, 20:49

Ecoutez tous, je vous annonce se soir que j'ai décidé de me suicider en mangeant de la viande et en respectant les recettes de cuisines que ma mère m'a transmis dont toute contienne de la viande.
C'est le suicide le plus doux que je connaisse, et le pire c'est que c'est le plus long !
Je vais réussir a m'assassiner en joignant l'utile a l'agréable, le tout dans la bonne humeur avec mes proches autours d'un repas conviviale et traditionnel.
Par pitié laissé moi me tuer ainsi, ne toucher a rien j'aime tellement ça, que mon suicide pourrait durer encore 60ans (j'en ai 30).
Et si le secret de la santé ce n'était pas simplement l'insouciance, la fuite de tout ce qui est anxiogène et surtout le bonheur, la joie et la bonne humeur.
sinon pour les autres bon appétit devant votre assiette de soja ogm, je compatit a votre longue vie .

P.S : je tiens a rendre hommage au dure métier que fond les gens qui travaille dans les abattoirs, je doute qu'ils prennent plaisir a faire souffrir les bêtes, mais surtout c'est eux qui font le sale boulot pour ceux qui les critique la plupart du temps, donc merci et une petite pensée pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   29/12/2010, 21:00

Tiens adeq, là-dessus on se rejoint on dirait :-). Sur le fond du moins.

A mon avis la véritable opposition dans la question de l'alimentation, c'est l'opposition entre chimique et naturel, et non pas l'opposition entre les omnivores et les végétariens.

Un maïs transgénique ou une carotte aux pesticides ne valent pas mieux qu'un poulet aux hormones, pour la santé. Or la nourriture totalement naturelle a disparue. Ce problème constitue la véritable urgence. Que les gens mangent de la viande comme ils le font depuis la nuit des temps, on s'en fiche.

Ne nous trompons pas de combat. Nous pouvons lutter contre nos traditions (comme le sous-entend adeq dans son message ci-dessus) ou contre Monsanto.

Si on dit "manger de la viande rend malade", alors automatiquement, les gens vont penser "manger des légumes est bon pour la santé". C'est faux. A notre époque, tout est chimique. Donc manger des légumes rend malade aussi. Même boire un simple verre d'eau rend malade, puisque notre eau contient des métaux lourds (et autres saloperies). Même respirer rend malade, puisque notre air est pollué.

Pourquoi un sujet "manger de la viande rend malade" et pas un sujet "manger des légumes rend malade" ? Parce que le système est habile pour nous donner de fausses oppositions sur lesquelles débattre. Il nous donne un fautif à montrer du doigt (la viande, qui existe depuis toujours) quand le vrai fautif est ailleurs (la modernité, qu'on a inventée à peu près en même temps que Monsanto).

Faut-il dire aux gens de ne plus manger ni légumes, ni viande, ni boire de l'eau, ni respirer, parce que tout ça rend malade ? Non. Il faut dire aux gens de remettre en question la modernité. Pas nos traditions, pas la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   29/12/2010, 21:42

j'ai un document sur les associations alimentaires, malheureusement j'ai perdu la source. En tous cas ça montre que ce n'est pas tant une histoire de viande ou légumes mais plutôt de mélange dans l'organisme, de ph, de toxicité, de temps de digestion... Bien entendu, ce genre d'étude perd de sa pertinence si tout est pollué, on peut bien avaler n'importe quoi...
après je dis c'est une question de personne et l'organisme s'adapte à son environnement (je ne pense qu'il s'adapte à un environnement chimique par contre)

Adeq / c'est vrai ce que tu dis, pas sûr qu'on mangerait de la viande si nous avions à tuer nous-mêmes les animaux...

Les associations alimentaires

Chaque famille d'aliments est différente.
Certains aliments sont très proches et peuvent s'associer, d'autres sont carrément incompatibles et leur association peut provoquer d'importants troubles de la santé.

Sur le plan digestif, chaque aliment se caractérise par trois paramètres :
1. le temps de digestion,
2. le milieu acido-basique nécessaire.
3. l'énergie nécessaire à la digestion




1 - Le temps de digestion des aliments
Est très différent selon les familles d'aliments. Il peut varier de quelques minutes pour les jus de fruits, les fruits, le sucre, le miel, à environ une demi-heure pour les légumes verts et jusqu'à cinq heures pour les légumineuses (lentilles et légumes secs en général).



2 - Le milieu acido-basique digestif (Voir plus d'informations sur la page "équilibre acide-base")
Cet équilibre "acide / base" se mesure sur une échelle de valeur allant de 1 à 14 :
pH 1 = ACIDE pH 7 = neutre pH 14 = BASIQUE

Très schématiquement, de 1 à 7 la situation est acide, de 7 à 14 la situation est basique, et l'équilibre idéal entre les acides et les bases se situe à 7.

Rappel : le pH du sang est de 7,35, légèrement basique, le pH urinaire varie de 5 à 9 selon les heures de la journée et l'état de santé de la personne, le pH de la peau est de 5,2.

Ce qui est important, c'est de savoir que la digestion se fait dans des milieux d'équilibre acido-basiques qui peuvent être TRÈS différents suivant l'aliment ingéré.



3 - L'énergie nécessaire :
On ignore (ou on oublie) trop souvent que la digestion nécessite une mobilisation d'énergie importante, et que le capital d'énergie nécessaire pour la digestion-assimilation sera totalement différent selon les aliments ingérés, et qu'il peut être considérable pour certains.

Or, la capacité de digestion-assimilation est directement liée au potentiel d'énergie, de vitalité de chacun, et ce potentiel est variable selon les personnes, au cours de la vie, au cours des saisons et même au cours d'une journée.

Le Taux de Vitalité générale d'une personne (plus d'informations sur la page "énergétique") est fonction de divers paramètres et entre autres de son hygiène de vie physique, mentale et alimentaire.

Si cette hygiène est défectueuse, ce potentiel de vitalité personnel sera diminué et certaines fonctions en souffriront.
• Cela peut être la fonction musculaire entraînant l'apathie,
• la fonction thermique donnant des sensations de froid aux extrémités du corps,
• la fonction d'évacuation des selles donnant la constipation,
• la fonction mentale et émotionnelle impliquant une augmentation du stress, des troubles de mémoire...,
• la fonction digestive avec colite, diarrhées,
• la fonction d'assimilation avec la maigreur,
• la fonction d'élimination des graisses avec une surcharge pondérale,
• la fonction sexuelle entraînant un manque de désir,
• la fonction de reproduction avec la difficulté à être enceinte,
• la fonction d'élimination toxinique cellulaire enclenchant des symptômes de maladie.

Si une personne à faible vitalité consomme des aliments "lourds" à digérer, il y aura obligatoirement une carence d'énergie dans les fonctions digestives, et ces aliments, au lieu d'apporter de l'énergie, vont stagner dans l'estomac et dans les intestins beaucoup trop longtemps, et vont provoquer un processus de fermentation et de putréfaction.

Non seulement l'objectif de départ, qui était nutritionnel, ne sera pas atteint, mais, à la place, nous aurons une situation d'empoisonnement par fabrication de toxines impropres à l'état de santé générale.
Les principaux signes cliniques en sont une langue blanche chargée, une haleine fétide, des selles irrégulières, collantes, nauséabondes, une urine foncée, malodorante.

Il est donc très important que les personnes à faible vitalité évitent absolument certains aliments trop lourds.



Les sucres lents
On les appelle aussi féculents, glucides lents, hydrates de carbone.
Ce sont les pommes de terre, le riz, les pâtes, le pain, le quinoa, le millet, le sarrasin, la semoule de couscous (toutes les céréales en général).
Ils subissent une première phase digestive dans la bouche, en milieu basique, grâce à la mastication et à la salive qui est basique (pH 7 à Cool.
Ce travail de transformation chimique continue dans l'estomac, toujours grâce à ce suc salivaire basique.
L'aliment ainsi travaillé et broyé passe ensuite dans le haut de l'intestin grêle (le duodénum).
D'autres sucs digestifs pancréatiques (pH 7 à Cool vont continuer et finir ce travail de digestion basique avant assimilation par les parois de l'intestin.
La digestion des féculents se fait donc en milieu basique et principalement dans la bouche et le duodénum.

La digestion des céréales provoque une dépense d'énergie considérable pour "brûler" le sucre en excédent.
De ce fait, l'ensemble cardio-pulmonaire est mis à rude épreuve lors de l'utilisation de ces sucres qui arrivent massivement. Pour éviter les sensations de chaleur excessive dans le corps, le surmenage du pancréas chargé de maintenir le taux de sucre dans le sang et l'usure plus rapide du système cardio-pulmonaire, les sédentaires doivent éviter la consommation de céréales (pour les asthmatiques, elle est fortement déconseillée, dans ce cas, leur préférer les pommes de terre).

Pour les travailleurs physiques, les sportifs, une consommation modérée (une fois par jour) de céréales leur apportera largement le sucre et les nutriments nécessaires à leurs activités.


Les protéines
Elles sont contenues dans la viande, le poisson, les oeufs, le yaourt, les fromages, le soja, les noix, les noisettes et les amandes (oléagineux).
Elles ne subissent pas d'action chimique buccale.

Après mastication, ces aliments parviennent dans l'estomac.

Dans ce dernier, l'organisme libère de l'acide chlorhydrique (HCI) d'un pH 2 à 4, donc très acide.
Une fois transformées en acides aminés, les protéines passeront dans l'intestin grêle pour être à leur tour assimilées sous forme d'acides aminés. La principale transformation chimique des protéines se fait dans l'estomac en milieu acide.

On voit donc que le mélange féculent-protéine est incompatible : nous n'avons qu'un seul estomac et on ne peut réclamer à celui-ci un milieu à la fois basique d'un pH 7 à 8 pour les féculents et un milieu acide d'un pH 2 à 4 pour les protéines.

Ceci va à l'encontre de la démarche alimentaire actuellement très courante, qui est d'associer presque systématiquement poisson ou viande avec riz, jambon avec purée, steak avec frites, etc...


Viandes et poissons
Pour les inconditionnels, la viande et le poisson apportent des protéines nobles.
Oui, mais ces aliments apportent également beaucoup de déchets appelés purines, urée et acide urique.

Consommer quotidiennement de la viande et / ou du poisson est un excès regrettable et favorable au dépôt d'acide urique dans les articulations. La porte est ainsi ouverte à un grand nombre de maladies comme : arthrite, arthrose, poly- et périarthrite, goutte, rhumatisme... (liste non exhaustive)

Un cocktail quotidien de viande + produits laitiers devient explosif au fil des années.

Pour les grands "mangeurs de viande", en ramener la consommation à trois ou quatre fois par semaine, dans un premier temps, sera une étape transitoire, nécessaire à une diminution de leur toxémie et donc un pas vers la santé.

Pour les végétariens, la consommation de soja et d'oléagineux (noix, noisette, amande) remplacera favorablement la viande et le poisson.
Et pour ceux qui prennent conscience de la nécessité de supprimer ces aliments, la transition peut se faire en utilisant les viandes blanches, poulet, dinde, de meilleure qualité (si élevage "bio" dans de bonnes conditions) que la viande rouge car elles contiennent moins de purines au départ.

Le poisson "sauvage" (non issu d'élevage) est de meilleure qualité biologique (mis à part la présence éventuelle de mercure et autres "métaux lourds") car il n'a pas reçu d'antibiotiques, de vaccins, d'hormones de croissance ni de nourriture inadaptée à son espèce (comme c'est le cas pour un grand nombre d'animaux et poissons d'élevage).
Mais il a un inconvénient majeur : c'est un aliment qui rentre très vite en décomposition et fabrique rapidement des poisons. Son ultra-fraîcheur avant consommation est obligatoire.
Sa surconsommation entraîne les mêmes problèmes que la viande car le taux de protéines est équivalent.


Les légumineuses
Elles comprennent les lentilles, le soja, les haricots blancs et rouges (légumes secs en général).
Elles sont très riches à la fois en protéines et en féculents.
Malgré leur apport nutritionnel important, ces aliments sont difficiles à digérer car féculents et protéines sont incompatibles entre eux.
Les légumineuses ne sont pas conseillées aux personnes à faible vitalité.


Les lipides
Très importants dans l'alimentation, il faut y apporter une attention particulière.
Voir la page Huiles et acides-gras

Les huiles végétales, le beurre, la crème fraîche, le saindoux, l'avocat sont souvent en surcharge avec les protéines, car ces dernières contiennent déjà des lipides (la viande de porc, classée en protéine, est très grasse, très lipidique).


Les légumes verts de saison
Ce sont les rois de l'alimentation. Ils sont tous très compatibles entre eux.
On peut les consommer crus ou cuits.
Exemples : salade composée avec laitue, radis, concombre ou soupe de légumes poireaux-carottes-navets.
Leur point fort est d'être compatible avec toutes les autres familles d'aliments : protéines, féculents, lipides.

On DOIT en consommer TOUS LES JOURS !!!


Les fruits
De digestion très rapide, contenant beaucoup de sucres rapides, ils sont quasiment incompatibles avec toutes les autres familles d'aliments sauf avec les fruits secs sucrés : les raisins secs, dattes, figues, abricots secs, pruneaux, et les protéines maigres acides : yaourt, petit suisse, lait caillé.

Les fruits, bien que considérés comme essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association.
C'est le cas du fruit (et des traditionnelles salades de fruits) en fin de repas : son transit dans l'intestin est bloqué au niveau de l'estomac par la présence des autres aliments, quelle que soit leur nature (et a fortiori les féculents).
Le fruit contenant beaucoup de sucre rapide, ce dernier va fermenter et sera transformé en alcool. Je rappelle que c'est à partir de pommes que l'on fabrique le cidre et le calvados, à partir du raisin que l'on fabrique le vin, l'eau-de-vie, etc.

Fruits et salades de fruits ne devraient JAMAIS être consommés en dessert.

Nous retrouvons parfois des personnes âgées qui n'ont jamais bu une goutte d'alcool de leur vie, et qui présentent une cirrhose du foie !
Elles n'avaient pas besoin de boire puisqu'elles avaient transformé leur estomac en alambic pendant des dizaines d'années en consommant régulièrement des fruits en fin de repas.

Une association très répandue, particulièrement désastreuse pour les enfants et qui provoque des désordres ORL importants et récidivants, comme les otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert.
Le mélange féculent / yaourt (protéine acide) est incompatible et le mélange féculent / sucre du yaourt (sucre rapide) est également incompatible. Cela nous donne une double incompatibilité majeure et des rendez-vous réguliers chez le pédiatre.


Les boissons
Les jus de fruits, le vin, la bière, le thé, les tisanes, le café sont à classer parmi les aliments à cause de leur composition. Exemples : la bière est faite à partir de céréales, le vin à partir du raisin, quant au café, il contient beaucoup d'acide urique.

Ces liquides ne sont pas anodins dans l'alimentation.
Un verre de jus d'orange ou de vin, par son acidité, bloque la digestion basique des féculents consommés au même repas.
Par contre, avec un repas de protéines qui se digèrent en milieu acide, l'association sera plus acceptable.
La boisson chaude en fin de repas retarde la digestion car elle dilue les sucs digestifs présents.
Quant aux boissons froides, ou glacées, elles créent un choc thermique dans l'organisme. Elles doivent être consommées à température ambiante, surtout l'été.

Il est rappelé que les jus de fruits sont à classer dans les aliments plutôt que dans les boissons de par leur teneur importante en sucres et vitamines. Ces deux derniers éléments sont très énergétiques et à adapter à l'activité du corps.
Pour certaines personnes sensibles, il est déconseillé de boire un jus de fruits après 18 heures car il risque de perturber gravement leur sommeil.

Toutes ces boissons correspondent plus à un besoin culturel que physiologique.

La seule boisson véritablement adaptée à notre organisme est l'eau, source de toute vie.
(voir page Que boire ?)



Alors, quoi manger ?
• Les fruits doivent être consommés en dehors des repas, au moins un quart d'heure avant le repas, ou bien dans la matinée ou encore l'après-midi.
• Les légumes verts sont importants et indispensables. Ils devraient être présents à chaque repas, en crudités et/ou cuits à la vapeur. Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l'encrasser.
De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l'organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants.
• Les légumineuses sont compatibles avec les légumes.
Exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles cuisinées avec oignons et carottes.
• Les huiles végétales de première pression à froid et le beurre frais (lipides) sont compatibles avec les légumes et les féculents.

À noter : citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines.

Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner,
un repas sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur,
et l'autre repas : crudités + protéines + légumes vapeur

En fait, il faut impérativement respecter les associations alimentaires sur chaque repas, et penser "équilibre alimentaire" sur la totalité de l'alimentation de la journée, mais aussi de la semaine.

Bien sûr, ces indications sont générales et théoriques, et il est important de les adapter à chaque personne, c'est-à-dire suivant son potentiel d'énergie, sa toxémie et ses goûts.
(voir aussi la page régime crétois)



Les aliments acides et les aliments acidifiants
Il ne faut pas les confondre.
Certains aliments ont un bilan final acide dans l'organisme, même si leur digestion s'est faite en milieu basique.
D'autres, bien qu'acides au goût, ont un bilan final basique.
La viande fabrique de l'aide urique, elle est donc acidifiante.
Les oranges, citrons, pamplemousses, oseille, épinards sont acides au goût mais sont alcalinisants (rendent basique) en finalité.
Le riz, la semoule, le quinoa sont doux au goût mais acidifiants au final car ces aliments contiennent aussi des protéines (malgré leur digestion en milieu basique).
(voir la page liste des aliments)

ATTENTION :

Si votre organisme est très chargé en toxines, cette manière de vous nourrir agira dans un premier temps de façon thérapeutique en créant des symptômes d'élimination.
Divers troubles d'auto-nettoyage peuvent alors apparaître :
• perte de poids,
• langue chargée, haleine fétide,
• urine jaune foncé,
• pouls plus rapide,
• variations dans la qualité/quantité/régularité des selles,
• sensation de froid aux extrémités, etc...

Ces signes doivent être analysés positivement.
L'organisme profite en fait de ce «répit alimentaire» pour mettre en marche la fonction d'élimination toxinique cellulaire.

Quant aux personnes en bonne santé, bonne vitalité, faible toxémie, leurs capacités de fonctionnement quotidien vont s'accroître. Elles dormiront un peu moins et seront en pleine forme pour affronter toute l'animation de la vie quotidienne, familiale, professionnelle, culturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 10:15

Merci Lilas pour ces informations. J'ai quasiment tout lu, si si :-). Cela dit je ne suis pas un adepte de cette tendance qui consiste à battre des records de durée de vie. Je m'insurge contre l'absurde (se nourrir avec des produits chimiques), mais je n'ai aucun problème avec les bons vivants, ceux qui fument, boivent, mangent comme ils en ont envie, et meurent un peu plus tôt que les autres (et encore, pas toujours). Ils vivent peut-être moins longtemps, mais ils n'auront pas eu à se restreindre tous les jours. Je crois que l'orthorexie existe, et que pas mal de gens en sont atteint dans notre société. Peut-être que ceux-là vivront une vie très longue, mais pas forcément très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 11:12

oui complètement d'accord, je crois qu'on s'approche de la névrose quand on commence à faire attention à tout, à calculer ses repas, les calories qu'on brûlent divisées par la quantité A X par le temps de putréfaction = à la circonférence d'une graine... bon je déconne

ce document n'est qu'à titre informatif c'est toujours intéressant de savoir ce qui se passe dans le corps.

Le végétarisme est de toute façon lié à un courant philosophique oriental new age, c'est que pour la contemplation on n'a pas besoin de viande c'est sûr.
pour mon cas personnel, ce qui me fait arrêter plus ou moins la viande (j'en mange quand même), c'est de voir toute cette abondance (ce qu'elle implique pour les bêtes), ça me file plus la gerbe qu'autre chose, mais ça me le fait aussi pour le reste d'ailleurs (chocolat à noël par exemple).

pour ce qui est de la nourriture je dirais que les seuls personnes dignes d'en parler sont les grands chefs cuisiniers. Si les saveurs révélées par la conception d'un plat existent, c'est qu'on est pas faits pour manger des racines crues, mais bien pour développer nos sens. Sinon y'avait pas besoin d'êtres des humains.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 18:24

Merci pour toutes ces infos Lilas, je me suis empressé de copier coller ce texte dans un fichier Word.

Voici deux fichiers qui sont en lien avec cette discussion :

Végétalien/ Végétarien, PDF dont je ne suis pas certain qu'il ne soit pas un brin sectaire mais il fourmille d'infos pertinentes, il est toujours possible de creuser les points qui vous semblerez extrêmes ou douteux...
#http://www.megaupload.com/?d=ZUJ4YFM4

278 recettes végétaliennes .... Fini le pig
#http://www.megaupload.com/?d=SHPL0W7Q

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 20:55

lilas execellent dossier ! je le mes dans mes docs ! en gros la viande rouge est trop difficile a digerer pour nos organismes, la viande blanche un peu mieux, le tout sans parler du faites que ce produit (la viande) est au bout d'une chaine alimentaire pourri.

les vegetaux = pesticides + insecticides + radiations

bon sang ont est de vrai robocop !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manny



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 20:56

adeq a écrit:
Ecoutez tous, je vous annonce se soir que j'ai décidé de me suicider en mangeant de la viande et en respectant les recettes de cuisines que ma mère m'a transmis dont toute contienne de la viande.
C'est le suicide le plus doux que je connaisse, et le pire c'est que c'est le plus long !
Je vais réussir a m'assassiner en joignant l'utile a l'agréable, le tout dans la bonne humeur avec mes proches autours d'un repas conviviale et traditionnel.
Parfait si tu en es conscient ! Chacun est libre de faire ce que bon lui semble de sa santé Wink
adeq a écrit:

Par pitié laissé moi me tuer ainsi, ne toucher a rien j'aime tellement ça, que mon suicide pourrait durer encore 60ans (j'en ai 30).
Tu vise large quand meme, mais pourquoi pas… si tu organisme est vraiment « très solide » au niveau de l’adn. Admettons. Mais ceci reste malgré tout un empoisonnement qui te fera mourir / vieillir simplement plus rapidement. Le terme scientifique « oxydation » est plus apte à qualifier ce processus. Idem pour la cigarette (meme si cela peut choquer, c’est exactement le meme cas, tout le monde ne moura pas d’un cancer et pourtant l’empoisonnement et l’oxydation de la clope sur le corps n’est plus à demontrer)
adeq a écrit:

Et si le secret de la santé ce n'était pas simplement l'insouciance, la fuite de tout ce qui est anxiogène et surtout le bonheur, la joie et la bonne humeur.
Oui je suis d’accord, c’est l’un des secrets de la santé. Comme le fait de ne consommer que fruits et legumes (+ algues) le sont aussi Wink
adeq a écrit:


sinon pour les autres bon appétit devant votre assiette de soja ogm,
Oui comme si le fait de ne pas manger de viande nous emmene obligatoirement à consommer du soja… Qui plus est OGM… Logique imparable n’est ce pas ?? non c’est vrai Very Happy
adeq a écrit:
je compatit a votre longue vie.
Pas forcément une longue vie, chacun possede une structure chimique et moleculaire differante, la genetique joue un grand role, comme bien sur de très nombreux facteurs. Ici, on ne parle que de ne pas consommer de viande qui represente une source d’oxydation pour l’organisme. Restons en à ce sujet et restons aussi scientifique que possible.
De plus, il faut noter que l’on ne parle la pas que de durée de vie, mais bien d’une vitesse de vieillissement cellulaire. Celle-ci est souvent correler avec de nombreuses pathologie tel le diabete, , cholesterol LDL, cancers etc... Meme si la viande nous y entraine plus ou moins vite. Ne nous éloignons pas du sujet.
adeq a écrit:

P.S : je tiens a rendre hommage au dure métier que fond les gens qui travaille dans les abattoirs, je doute qu'ils prennent plaisir a faire souffrir les bêtes, mais surtout c'est eux qui font le sale boulot pour ceux qui les critique la plupart du temps, donc merci et une petite pensée pour eux.
Oui bien sur, une pensée aussi pour tout les militaires qui tuent des gens dans le monde pour respecter l’ordre qu’ils ont recu. Je doute qu’ils prennent du plaisir aussi (quoique mais valable aussi alors pour l’abatoir Smile ). Ca n’a rien à voir ? Pas sur, echelle differente certe mais on reste dans ta logique Wink
Lilas a écrit:
j'ai un document sur les associations alimentaires, malheureusement j'ai perdu la source. En tous cas ça montre que ce n'est pas tant une histoire de viande ou légumes
C’est toi qui en conclus ca, il ne faut pas emmener les lecteurs en erreurs alors nous allons voir tout ca en detail. En tout cas cela ne dit donc pas que la viande n’est pas mauvaise pour la santé mais parle donc d’autres problèmes. Voyons maintenant de plus prêt. (jolie copier coller au passage chère « lilas »)
Lilas a écrit:

mais plutôt de mélange dans l'organisme, de ph, de toxicité, de temps de digestion... Bien entendu, ce genre d'étude perd de sa pertinence si tout est pollué, on peut bien avaler n'importe quoi...
c’est une cause d’oxydation AUSSI je te l’accorde.
Lilas a écrit:

après je dis c'est une question de personne et l'organisme s'adapte à son environnement (je ne pense qu'il s'adapte à un environnement chimique par contre)
Oui et non. Certe on s’adapte, mais toutes ces causes font que l’espérance de vie diminue tout comme les rides se font plus prematurement etc… Mais assez d’accord la dessus.

Lilas a écrit:


Adeq / c'est vrai ce que tu dis, pas sûr qu'on mangerait de la viande si nous avions à tuer nous-mêmes les animaux...
Ah, tu admets donc la que l’homme n’aime pas tuer les animaux ? bizarre… Very Happy

Lilas a écrit:


Les associations alimentaires
Venons en maintenant, à ton enorme copier coller qu'il faudra toutefois prendre avec des pincettes concernant les melanges alimentaires, choses effectivement improuvé à l'heure actuelle et de toute facon hors sujet ici

Lilas a écrit:


Chaque famille d'aliments est différente.
Certains aliments sont très proches et peuvent s'associer, d'autres sont carrément incompatibles et leur association peut provoquer d'importants troubles de la santé.

Sur le plan digestif, chaque aliment se caractérise par trois paramètres :
1. le temps de digestion,
2. le milieu acido-basique nécessaire.
3. l'énergie nécessaire à la digestion




1 - Le temps de digestion des aliments
Est très différent selon les familles d'aliments. Il peut varier de quelques minutes pour les jus de fruits, les fruits, le sucre, le miel, à environ une demi-heure pour les légumes verts et jusqu'à cinq heures pour les légumineuses (lentilles et légumes secs en général).
Oui c’est vrai, mais il faut rajouter cela : 4 à 5 heures : Viande saignante, petits pois, lentilles, de 5 à 7 heures : Viande à point, frites, champignons et de 8 à 9 heures : Sardines à l'huile par exemple.
Mais ce n’est pas très important. Voir meme pas du tout en fait (car on parle la d’oxydation). Mais on va y revenir.



Lilas a écrit:


2 - Le milieu acido-basique digestif (Voir plus d'informations sur la page "équilibre acide-base")
Cet équilibre "acide / base" se mesure sur une échelle de valeur allant de 1 à 14 :
pH 1 = ACIDE pH 7 = neutre pH 14 = BASIQUE

Très schématiquement, de 1 à 7 la situation est acide, de 7 à 14 la situation est basique, et l'équilibre idéal entre les acides et les bases se situe à 7.

Rappel : le pH du sang est de 7,35, légèrement basique, le pH urinaire varie de 5 à 9 selon les heures de la journée et l'état de santé de la personne, le pH de la peau est de 5,2.

Ce qui est important, c'est de savoir que la digestion se fait dans des milieux d'équilibre acido-basiques qui peuvent être TRÈS différents suivant l'aliment ingéré.
Bon, il faut rappeler une chose : beaucoup trop de persone en europe ont des problème au niveau de leurs equilibre acido-basique… On mange bien trop acide. Cela peut créer sur le long terme de très grave probleme de santé. Le fait que ton copier coller parle de ce probleme dans ce sujet est interressant sur ce point : La viande provoque l’acidité, donc contribue / aggrave cet equilibre.

Lilas a écrit:


3 - L'énergie nécessaire :
On ignore (ou on oublie) trop souvent que la digestion nécessite une mobilisation d'énergie importante, et que le capital d'énergie nécessaire pour la digestion-assimilation sera totalement différent selon les aliments ingérés, et qu'il peut être considérable pour certains.

Or, la capacité de digestion-assimilation est directement liée au potentiel d'énergie, de vitalité de chacun, et ce potentiel est variable selon les personnes, au cours de la vie, au cours des saisons et même au cours d'une journée.

Le Taux de Vitalité générale d'une personne (plus d'informations sur la page "énergétique") est fonction de divers paramètres et entre autres de son hygiène de vie physique, mentale et alimentaire.

Si cette hygiène est défectueuse, ce potentiel de vitalité personnel sera diminué et certaines fonctions en souffriront.
• Cela peut être la fonction musculaire entraînant l'apathie,
• la fonction thermique donnant des sensations de froid aux extrémités du corps,
• la fonction d'évacuation des selles donnant la constipation,
• la fonction mentale et émotionnelle impliquant une augmentation du stress, des troubles de mémoire...,
• la fonction digestive avec colite, diarrhées,
• la fonction d'assimilation avec la maigreur,
• la fonction d'élimination des graisses avec une surcharge pondérale,
• la fonction sexuelle entraînant un manque de désir,
• la fonction de reproduction avec la difficulté à être enceinte,
• la fonction d'élimination toxinique cellulaire enclenchant des symptômes de maladie.

Si une personne à faible vitalité consomme des aliments "lourds" à digérer, il y aura obligatoirement une carence d'énergie dans les fonctions digestives, et ces aliments, au lieu d'apporter de l'énergie, vont stagner dans l'estomac et dans les intestins beaucoup trop longtemps, et vont provoquer un processus de fermentation et de putréfaction.
Oui c’est donc pour nos chers lecteur par valeur energetique, on entend ici les kcal (calories si vous preferez Wink ). Toute viande a un très fort pouvoir calorique… Et en se faisant digerer contrairement aux legumes (bien moins caloriques) font bruler des calories (ce principe est dailleurs utiliser par certains régimes à la mode, mais on se flingue l’organisme donc attention toutefois). En revanche on est plus vite « rasasié » avec la viande qu’avec les légumes.
Autre point très important : Les records de longevité sur tout organisme vivant est obtenu par ce que l’on appelle restriction calorique. Ca c’est assez revelateur du pourquoi on ne devrait pas manger d’aliment hyper calorique comme la viande donc.
Lilas a écrit:


Non seulement l'objectif de départ, qui était nutritionnel, ne sera pas atteint, mais, à la place, nous aurons une situation d'empoisonnement par fabrication de toxines impropres à l'état de santé générale.
Les principaux signes cliniques en sont une langue blanche chargée, une haleine fétide, des selles irrégulières, collantes, nauséabondes, une urine foncée, malodorante.

Il est donc très important que les personnes à faible vitalité évitent absolument certains aliments trop lourds.
Je ne te le fait pas dire : Arretez donc la viande ! Wink


Lilas a écrit:


Les sucres lents
On les appelle aussi féculents, glucides lents, hydrates de carbone.
Ce sont les pommes de terre, le riz, les pâtes, le pain, le quinoa, le millet, le sarrasin, la semoule de couscous (toutes les céréales en général).
Ils subissent une première phase digestive dans la bouche, en milieu basique, grâce à la mastication et à la salive qui est basique (pH 7 à Cool.
Ce travail de transformation chimique continue dans l'estomac, toujours grâce à ce suc salivaire basique.
L'aliment ainsi travaillé et broyé passe ensuite dans le haut de l'intestin grêle (le duodénum).
D'autres sucs digestifs pancréatiques (pH 7 à Cool vont continuer et finir ce travail de digestion basique avant assimilation par les parois de l'intestin.
La digestion des féculents se fait donc en milieu basique et principalement dans la bouche et le duodénum.

La digestion des céréales provoque une dépense d'énergie considérable pour "brûler" le sucre en excédent.
De ce fait, l'ensemble cardio-pulmonaire est mis à rude épreuve lors de l'utilisation de ces sucres qui arrivent massivement. Pour éviter les sensations de chaleur excessive dans le corps, le surmenage du pancréas chargé de maintenir le taux de sucre dans le sang et l'usure plus rapide du système cardio-pulmonaire, les sédentaires doivent éviter la consommation de céréales (pour les asthmatiques, elle est fortement déconseillée, dans ce cas, leur préférer les pommes de terre).

Pour les travailleurs physiques, les sportifs, une consommation modérée (une fois par jour) de céréales leur apportera largement le sucre et les nutriments nécessaires à leurs activités.
Oui mais complètement hors sujet. On peut rajouter toutefois pour completer ces informations que la consommation de cereale appartenant au gluten, sont également très nefastes à la santé.

Lilas a écrit:

Les protéines
Elles sont contenues dans la viande, le poisson, les oeufs, le yaourt, les fromages, le soja, les noix, les noisettes et les amandes (oléagineux).
Tout comme dans les légumes secs qui sont plus riches en protéines que la viande Wink
Ou encore les lentilles, les haricots rouges (également puissant anti oxydants), le goji, le gomphrena, des algues comme la spiruline, l’acai, le soja…. Je peux en fait plusieurs pages rien que sur ceux contenant les 8 acides aminés essentiels, que le corp ne peut synthtetiser mais qui en contiennent egalement de nombreux autres (plus d’une 20aine rien que pour le goji par exemple)

Elles ne subissent pas d'action chimique buccale.

Après mastication, ces aliments parviennent dans l'estomac.
Lilas a écrit:


Dans ce dernier, l'organisme libère de l'acide chlorhydrique (HCI) d'un pH 2 à 4, donc très acide.
Une fois transformées en acides aminés, les protéines passeront dans l'intestin grêle pour être à leur tour assimilées sous forme d'acides aminés. La principale transformation chimique des protéines se fait dans l'estomac en milieu acide.
Oui et c’est ce que j’expliquais plus haut merci Wink
Par ailleurs, tu cites la aussi un enorme problème : l’acide chlorhydrique qui demande beaucoup d’effort à l’organisme et qui doit etre produit X3 pour la viande par rapport aux autres aliments.



Lilas a écrit:

Viandes et poissons
Pour les inconditionnels, la viande et le poisson apportent des protéines nobles.
Bof… Les protéines contenues dans la viande ne sont pas totalement assimilables par l’organisme (au maximum jusqu’à 70%, contrairement aux protéines issues du lait maternel (et non animal) et des végétaux adaptées à la digestion humaine.). Ces protéines animales non assimilables ainsi que le cholestérol (le LDL), deviennent sur le long dangereux pour la santé car ils logent dans les parois intérieures des artères et encombrent la circulation sanguine. Le cœur étant obligé de pomper de manière plus accentuée pour faire circuler le sang dans les artères durcies et obstruées, il en résulte alors suivant notre structure genetique, plus ou moins rapidement, une hypertension qui provoque des troubles cardiaques et infarctus du myocarde.
Lilas a écrit:

Oui, mais ces aliments (viande et poisson) apportent également beaucoup de déchets appelés purines, urée et acide urique.

Consommer quotidiennement de la viande et / ou du poisson est un excès regrettable et favorable au dépôt d'acide urique dans les articulations. La porte est ainsi ouverte à un grand nombre de maladies comme : arthrite, arthrose, poly- et périarthrite, goutte, rhumatisme... (liste non exhaustive)
Un cocktail quotidien de viande + produits laitiers devient explosif au fil des années.
Tout à fait ! et cela confirme parfaitement une autre facettes très négatives de la consommation de viande.
Lilas a écrit:


Pour les grands "mangeurs de viande", en ramener la consommation à trois ou quatre fois par semaine, dans un premier temps, sera une étape transitoire, nécessaire à une diminution de leur toxémie et donc un pas vers la santé.

Pour les végétariens, la consommation de soja et d'oléagineux (noix, noisette, amande) remplacera favorablement la viande et le poisson.
Tout à fait !
Lilas a écrit:


Et pour ceux qui prennent conscience de la nécessité de supprimer ces aliments, la transition peut se faire en utilisant les viandes blanches, poulet, dinde, de meilleure qualité (si élevage "bio" dans de bonnes conditions) que la viande rouge car elles contiennent moins de purines au départ.
Tout comme les viandes blanches sont egalement bien moins « grasses »
Lilas a écrit:

Le poisson "sauvage" (non issu d'élevage) est de meilleure qualité biologique (mis à part la présence éventuelle de mercure et autres "métaux lourds") car il n'a pas reçu d'antibiotiques, de vaccins, d'hormones de croissance ni de nourriture inadaptée à son espèce (comme c'est le cas pour un grand nombre d'animaux et poissons d'élevage).
Mais il a un inconvénient majeur : c'est un aliment qui rentre très vite en décomposition et fabrique rapidement des poisons. Son ultra-fraîcheur avant consommation est obligatoire.
Sa surconsommation entraîne les mêmes problèmes que la viande car le taux de protéines est équivalent.
Tout à fait !
La decomposition parlons en :
Toute viande est en decomposition. Meme si cela n’est pas visible à l’œil nu, vous ne mangez ni plus ni moins qu’un cadavre (bon appetit bien sur). On peut voir ca sous toutes les formes que l’on veut, c’est le cas. L’homme ayant un tube digestif 10x plus long qu’un carnivore, ne peut eviter l’assimilation de toutes les bacteries et dechets de l’animal en decomposition.
Il faut également ajouter que l’on absorbe les hormones de l’animal et cela perturbe donc fortement notre système endocrinien. Les personnes consommant de la viande regulierement ont souvent des troubles hormonaux.

Lilas a écrit:


Les légumineuses
Elles comprennent les lentilles, le soja, les haricots blancs et rouges (légumes secs en général).
Elles sont très riches à la fois en protéines et en féculents.
Malgré leur apport nutritionnel important, ces aliments sont difficiles à digérer car féculents et protéines sont incompatibles entre eux.
Les légumineuses ne sont pas conseillées aux personnes à faible vitalité.


Les lipides
Très importants dans l'alimentation, il faut y apporter une attention particulière.
Voir la page Huiles et acides-gras

Les huiles végétales, le beurre, la crème fraîche, le saindoux, l'avocat sont souvent en surcharge avec les protéines, car ces dernières contiennent déjà des lipides (la viande de porc, classée en protéine, est très grasse, très lipidique).


Les légumes verts de saison
Ce sont les rois de l'alimentation. Ils sont tous très compatibles entre eux.
On peut les consommer crus ou cuits.
Exemples : salade composée avec laitue, radis, concombre ou soupe de légumes poireaux-carottes-navets.
Leur point fort est d'être compatible avec toutes les autres familles d'aliments : protéines, féculents, lipides.

On DOIT en consommer TOUS LES JOURS !!!


Les fruits
De digestion très rapide, contenant beaucoup de sucres rapides, ils sont quasiment incompatibles avec toutes les autres familles d'aliments sauf avec les fruits secs sucrés : les raisins secs, dattes, figues, abricots secs, pruneaux, et les protéines maigres acides : yaourt, petit suisse, lait caillé.

Les fruits, bien que considérés comme essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association.
C'est le cas du fruit (et des traditionnelles salades de fruits) en fin de repas : son transit dans l'intestin est bloqué au niveau de l'estomac par la présence des autres aliments, quelle que soit leur nature (et a fortiori les féculents).
Le fruit contenant beaucoup de sucre rapide, ce dernier va fermenter et sera transformé en alcool. Je rappelle que c'est à partir de pommes que l'on fabrique le cidre et le calvados, à partir du raisin que l'on fabrique le vin, l'eau-de-vie, etc.

Fruits et salades de fruits ne devraient JAMAIS être consommés en dessert.

Nous retrouvons parfois des personnes âgées qui n'ont jamais bu une goutte d'alcool de leur vie, et qui présentent une cirrhose du foie !
Elles n'avaient pas besoin de boire puisqu'elles avaient transformé leur estomac en alambic pendant des dizaines d'années en consommant régulièrement des fruits en fin de repas.

Une association très répandue, particulièrement désastreuse pour les enfants et qui provoque des désordres ORL importants et récidivants, comme les otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert.
Le mélange féculent / yaourt (protéine acide) est incompatible et le mélange féculent / sucre du yaourt (sucre rapide) est également incompatible. Cela nous donne une double incompatibilité majeure et des rendez-vous réguliers chez le pédiatre.


Les boissons
Les jus de fruits, le vin, la bière, le thé, les tisanes, le café sont à classer parmi les aliments à cause de leur composition. Exemples : la bière est faite à partir de céréales, le vin à partir du raisin, quant au café, il contient beaucoup d'acide urique.

Ces liquides ne sont pas anodins dans l'alimentation.
Un verre de jus d'orange ou de vin, par son acidité, bloque la digestion basique des féculents consommés au même repas.
Par contre, avec un repas de protéines qui se digèrent en milieu acide, l'association sera plus acceptable.
La boisson chaude en fin de repas retarde la digestion car elle dilue les sucs digestifs présents.
Quant aux boissons froides, ou glacées, elles créent un choc thermique dans l'organisme. Elles doivent être consommées à température ambiante, surtout l'été.

Il est rappelé que les jus de fruits sont à classer dans les aliments plutôt que dans les boissons de par leur teneur importante en sucres et vitamines. Ces deux derniers éléments sont très énergétiques et à adapter à l'activité du corps.
Pour certaines personnes sensibles, il est déconseillé de boire un jus de fruits après 18 heures car il risque de perturber gravement leur sommeil.

Toutes ces boissons correspondent plus à un besoin culturel que physiologique.

La seule boisson véritablement adaptée à notre organisme est l'eau, source de toute vie.
(voir page Que boire ?)



Alors, quoi manger ?
• Les fruits doivent être consommés en dehors des repas, au moins un quart d'heure avant le repas, ou bien dans la matinée ou encore l'après-midi.
• Les légumes verts sont importants et indispensables. Ils devraient être présents à chaque repas, en crudités et/ou cuits à la vapeur. Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l'encrasser.
De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l'organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants.
• Les légumineuses sont compatibles avec les légumes.
Exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles cuisinées avec oignons et carottes.
• Les huiles végétales de première pression à froid et le beurre frais (lipides) sont compatibles avec les légumes et les féculents.

À noter : citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines.

Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner,
un repas sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur,
et l'autre repas : crudités + protéines + légumes vapeur

En fait, il faut impérativement respecter les associations alimentaires sur chaque repas, et penser "équilibre alimentaire" sur la totalité de l'alimentation de la journée, mais aussi de la semaine.

Bien sûr, ces indications sont générales et théoriques, et il est important de les adapter à chaque personne, c'est-à-dire suivant son potentiel d'énergie, sa toxémie et ses goûts.
(voir aussi la page régime crétois)



Les aliments acides et les aliments acidifiants
Il ne faut pas les confondre.
Certains aliments ont un bilan final acide dans l'organisme, même si leur digestion s'est faite en milieu basique.
D'autres, bien qu'acides au goût, ont un bilan final basique.
La viande fabrique de l'aide urique, elle est donc acidifiante.
Les oranges, citrons, pamplemousses, oseille, épinards sont acides au goût mais sont alcalinisants (rendent basique) en finalité.
Le riz, la semoule, le quinoa sont doux au goût mais acidifiants au final car ces aliments contiennent aussi des protéines (malgré leur digestion en milieu basique).
(voir la page liste des aliments)

ATTENTION :

Si votre organisme est très chargé en toxines, cette manière de vous nourrir agira dans un premier temps de façon thérapeutique en créant des symptômes d'élimination.
Divers troubles d'auto-nettoyage peuvent alors apparaître :
• perte de poids,
• langue chargée, haleine fétide,
• urine jaune foncé,
• pouls plus rapide,
• variations dans la qualité/quantité/régularité des selles,
• sensation de froid aux extrémités, etc...

Ces signes doivent être analysés positivement.
L'organisme profite en fait de ce «répit alimentaire» pour mettre en marche la fonction d'élimination toxinique cellulaire.

Quant aux personnes en bonne santé, bonne vitalité, faible toxémie, leurs capacités de fonctionnement quotidien vont s'accroître. Elles dormiront un peu moins et seront en pleine forme pour affronter toute l'animation de la vie quotidienne, familiale, professionnelle, culturelle.
Très interessant ce copier coller, surtout pour moi qui suit passioné. Mais c’est totalement hors sujet. Et je pense qu'il ne faut pas le prendre comme verité absolu concernant le non melange feculant / proteines.. Cela reste encore improuvé, contrairement au reste. De plus Montignac proné cela... Il est mort prematurement

Conclusion :
Il fallait adapté ton copier coller au sujet, donc son rapport avec les meffet de la viande. Ainsi on s’apercoit que sur absolument TOUT les plans, la viande agit de facon negative. Aucun anti oxydant, aucun ingredient essentiels n’est present dans la viande. Rien à part le gout de la chair ne doit vous conduire à en consommer.
Ceci est à titre purement informatif. Outre les meffets de la viande sur la santé, sa consomation et ses consequences en therme d’environement (CO2, méthanes… ) sont désastreuses.
Maintenant oui il faut rester moderer. Exemple : je suis un amoureux de chocolat au lait qui a pourtant perdu son coté antoxydant (par le cacao) et est meme nossif de par ses graisses et ses sucres simples… Mais j’aime ca !!
Il faut faire la part des choses c’est tout. Idem pour le gluten (blé, etc), produits laitiers, sucres et sels... Bon mais très mauvais pour la santé. Après tout n’est question que de vision des choses. Moi j’aime prendre soin de moi d’autres non. Je n’aime pas voir les animaux souffrir, je les aime trop pour ca, d’autres non…


Dernière édition par Manny le 30/12/2010, 21:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manny



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Manger de la viande rend malade   30/12/2010, 20:58

Lilas a écrit:
oui complètement d'accord, je crois qu'on s'approche de la névrose quand on commence à faire attention à tout, à calculer ses repas, les calories qu'on brûlent divisées par la quantité A X par le temps de putréfaction = à la circonférence d'une graine... bon je déconne

ce document n'est qu'à titre informatif c'est toujours intéressant de savoir ce qui se passe dans le corps.

Le végétarisme est de toute façon lié à un courant philosophique oriental new age, c'est que pour la contemplation on n'a pas besoin de viande c'est sûr.
pour mon cas personnel, ce qui me fait arrêter plus ou moins la viande (j'en mange quand même), c'est de voir toute cette abondance (ce qu'elle implique pour les bêtes), ça me file plus la gerbe qu'autre chose, mais ça me le fait aussi pour le reste d'ailleurs (chocolat à noël par exemple).

pour ce qui est de la nourriture je dirais que les seuls personnes dignes d'en parler sont les grands chefs cuisiniers. Si les saveurs révélées par la conception d'un plat existent, c'est qu'on est pas faits pour manger des racines crues, mais bien pour développer nos sens. Sinon y'avait pas besoin d'êtres des humains.

ca c'est totalement subjectif... Le chocolat, les drogues, le tabac, l'alcool, on vit comme bon nous semble, le tout c'est de savoir les meffets, et selon moi l'information sur la viande était primordiale. Perso, moi c'est par gout que je ne mange pas de viande, j'ai toujours trouvé ca degueulasse.
Je remercie donc tout particulierement MOBY37
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Manger de la viande rend malade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» mangez de la viande rouge bien saignante
» Besoins de conseils pour faire manger de la viande
» Huile essentielle de lavande
» Tisanes
» prevenar??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: