Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gibier de potence (L'effondrement de la grande pyramide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GarfieldLove

avatar

Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Gibier de potence (L'effondrement de la grande pyramide)   7/12/2010, 10:41

ENTRE LA PLUME ET L'ENCLUME

________________________________________
Gibier de potence
(L'effondrement de la grande pyramide)

par Israël Shamir
Conférence offerte à Paris le 25 septembre 2008, traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier.

Au lieu d'annoncer un désastre, l'effondrement financier offre une occasion unique de soigner tous les maux de l'Amérique. Une occasion à ne pas rater !

Sept ans après les attentats du 11 septembre, nous assistons derechef à un effondrement, plus grandiose et encore plus jouissif - celui de la pyramide financière américaine.

Il avait fallu deux décennies pour la construire ; son effondrement n'a nécessité que quelques semaines. Coupons court aux pleurnicheries hypocrites : c'est là un show magnifique. Pas de regrets, pas de ‘mais'…

Les bourses des valeurs américaines avaient flambé tandis que les Etats-Unis bombardaient Bagdad et Belgrade, elles avaient prospéré tandis qu'ils dévalisaient Moscou et qu'ils pressaient Pékin comme un citron pour en extraire les dernières gouttes de sueur. Tant qu'ils se payaient du bon temps, ils n'en avaient que davantage de fric pour envahir l'Irak, menacer l'Iran et étrangler la Palestine. En résumé : quand c'était ‘bon pour eux', c'était mauvais pour nous. Rendons-leur, pour une fois, la monnaie de leur pièce, et faisons-leur avaler leur propre potion amère…

Quand je dis « rendons-leur », je veux dire « à eux précisément », ici, et non pas les Américains, et quant au « nous », ce ne sont pas tous les autres habitants de notre chère planète. Non : « eux », c'est une minuscule pellicule de la population américaine, c'est la bande d'opulents enrichis du jour au lendemain de la côte Est, à Manhattan et autres hauts-lieux de la finance.

Ces vingt dernières années, nous avons assisté à un grand transfert d'argent vers le haut, vers un quarteron extraordinairement exclusif et restreint d'animaux voraces. Alors que la majorité des Américains perdaient la possibilité d'envoyer leurs enfants dans les universités, ces gros matous se payaient de luxueuses villas en Floride et des immeubles de rapport à Tel Aviv. Pire : ils ont dépensé des milliards pour acheter les médias, afin de subvertir la démocratie américaine et d'envoyer des soldats américains faire la guerre aux antipodes. Une grande partie de l'argent ainsi volé a été soustraite à l'économie américaine et siphonnée vers Israël, où les prix de l'immobilier ont crevé le plafond, et où ils n'ont d'ailleurs pas fini de monter.

Bien fait pour leurs tronches : ils étaient extrêmement fiers de savoir les chartes financières des Etats-Unis et du monde entier écrites dans un petit bureau réservé à Henry Paulson (du Trésor), à Ben Bernanke et à Alan Greenspan (de la Réserve fédérale), à Maurice Greenberg de l'A.I.G... Ils s'étaient construit leur monde à part, entourés des Lehman Brothers, de Merrill Lynch, de Goldman Sachs, Marc Rich, Michael Milen, Andrew Fastow, George Soros et consorts. Leur nouveau monde de Lexus et Nexus était glorifié par Tom Friedman, du New York Times . N'ont-ils pas décerné le Prix Nobel d'économie à Myron Scholes et à Robert C. Merton, les fiers PDG d'un fonds de placement à la réputation désormais infamante, le Long Term Capital Management Hedge Fund , qui a été racheté par la Réserve Fédérale de New York pour non moins de 3,6 milliards de dollars ? Le président Bush les a récompensés de leur cavalerie financière en les exonérant d'impôts.

Alors, aujourd'hui : qu'ils crachent au bassinet ! Qu'ils paient pour tout le bon temps qu'ils se sont payés!

Ils vous ont raflé vos dollars sonnants et trébuchants, et ils en ont fait de la monnaie de singe, en les transformant en assignats non convertibles, ne dégageant aucun intérêt, de la Banque Fédérale , gagés uniquement sur la confiance des « gogos », pour reprendre les termes d'un internaute avisé. La ruine des ouvriers américains (et même de la classe moyenne américaine) est inéluctable. La grande peur autour du grand accélérateur de particules hadrons de Genève, supposé capable de créer un trou noir avalant la planète Terre toute entière était [sans doute inconsciemment] fondée sur une sensation d'être aspirés par le fond, celle-la même que génère le spectacle des ultra-riches américains en train de disparaître, avalés par leur trou noir financier.

Ce n'est certes pas la première entourloupe à base de confiance trahie de l'Histoire : ainsi, Jay Gould et Joseph Seligman avaient provoqué le crack boursier du « Vendredi Noir », à la fin du XIXème siècle. Jacob Schiff, lui, provoqua la célèbre panique financière du « Jeudi Noir », qui entraîna une dépression économique d'ampleur nationale [1]. Seligman avait déjà été le deus ex-machina du scandale de Panama, une escroquerie boursière devenue proverbiale, en France. L'escroquerie avait été montée par deux juifs d'origine allemande, Jacques Reinach et Cornelius Herz, qui avaient acheté les députés français. Tandis que Reinach s'occupait des députés de droite, l'équivalent français des « Républicains » américains, Herz se chargeait d'acheter les « Démocrates ».

L'encyclopédie en ligne sur Internet Wikipédia cite la philosophe Hanna Arendt, qui a écrit à ce sujet que les hommes assurant l'interface entre le secteur privé et l'Etat étaient quasi-exclusivement des juifs.

C'est cette étreinte torride entre l'Etat et le monde du business qui fut la recette assurée du désastre.

Manifestement, les choses ont changé, depuis lors. Aujourd'hui, les Mammonites sont membres de diverses confessions religieuses, y compris des adeptes de la Christian Science comme Hank Paulson , dont le revenu annuel net est estimé à 700 millions de dollars et dont la carrière chez Goldman Sach (dont il a été le président de 1998 à 2006) a fait de lui le candidat qui allait de soi pour le poste de Secrétaire au Trésor américain. Seule, leur dévotion au dieu de la Rapacité n'a pas changé. Dans un monde capitaliste idéal, dans le monde de l' « économie de marché » qu'ils n'ont cessé de célébrer, ils devraient normalement payer les pots cassés.

Dans le roman extrêmement divertissant de Glen David Gold, « Carter bat le Diable » [ Carter Beats the Devil ], leur ancêtre spirituel se voit condamné au goudron et aux plumes par le peuple vigoureux du Connecticut, autour de l'an de grâce 1670, pour avoir acheté toute une cargaison de produits importés dans l'intention malhonnête de devenir riche du jour au lendemain en s'emparant des marchés et en saignant à blanc ses concitoyens. Aujourd'hui, un tel malfaiteur recevrait la médaille du Fonds néolibéral Milton Friedman, il serait cité au tableau d'honneur du Jinsa, cette boîte à idées à l'intitulé évocateur d' « Institut juif pour les Questions de Sécurité nationale » (Jewish Institute for National Security Affairs) et la prestigieuse Harvard Business School le citerait en exemple…

Aujourd'hui, ils ont l'intention d'utiliser leur contrôle sur le gouvernement américain pour faire payer les pots cassés au peuple américain. Que l'on qualifie cette manœuvre de « nationalisation », de « privatisation » ou de « rachat », le résultat des courses sera qu'un nombre énorme d'Américains vont se retrouver sur la paille, et que tous les Américains crouleront sous le poids des impôts. Quant aux organisateurs de la pyramide financière, ils joueront des flûtes : ils se retireront dans leurs manoirs douillets pour gérer en toute quiétude leurs investissements hyper-protégés, en béton, comme ils l'ont toujours fait.

On s'est foutu de la gueule des Américains ; on les a dévalisés tout aussi facilement que des Albanais peu au fait des questions financières, voici de cela quelques années. C'est même pire : les Albanais avaient décroché leurs tromblons à gros sel et ils avaient pourchassé les voleurs ; les Américains, eux, s'aplatissent, et ils tendent l'autre joue.

Les Américains ont le droit de savoir qui les a dévalisés, eux et leurs enfants : ce sont ces hommes qui se sont enrichis d'une manière tellement ostentatoire durant ces vingt dernières années. Il faut que ces gens-là paient leur forfaiture. Et si le gouvernement, le président, le Congrès et le Sénat, les Démocrates et les Républicains traînent les pieds pour faire passer la justice, les citoyens américains ordinaires ont tout-à-fait la possibilité de faire ce que leurs ancêtres yankees du Connecticut avaient fait : ils peuvent les tartiner généreusement de goudron et les rouler dans le duvet de quelques polochons. Si ça ne suffit pas : accrochez ces salauds aux lampadaires !

Est-ce que ce n'est pas là, en l'occurrence, l'occasion ou jamais de se souvenir pour quelle raison précise les Pères Fondateurs de l'Amérique ont gravé dans le marbre du Deuxième Amendement de leur constitution le droit des gens à posséder et à porter des armes. Grâce à Dieu, il n'a pas encore été supprimé. Ces armes, ce n'est pas aux voleurs de s'en servir mais au peuple, quand les autres moyens ne marchent pas. Aux armes ! comme disaient les Français en se ruant sur les escrocs. L'Amérique a une grande tradition d'application directe et immédiate de la justice, leur mot d'ordre du grand Ouest : « pendez-les haut et court ! » C'est le moment ou jamais.

Faisons rentrer les soldats américains d'une guerre totalement inutile, et supprimons les bases militaires américaines dans le monde entier : le véritable ennemi des Américains est chez eux, aux Etats-Unis. Pour reprendre les paroles de Lénine, qui résonnent toujours, et restent d'actualité, transformons la guerre impérialiste en une guerre civile, contre ces bâtards cupides !
Au lieu de pressurer les contribuables, faisons des Etats-Unis une zone ‘milliardaire-free'. Les milliardaires, ces rats de la pire rapacité, se sont fait des c.uilles en or avec leur Grande Pyramide : mettons-les sur la paille ! Vidons leurs comptes bancaires numérotés !
La disparition de trillions de dollars de leurs comptes bancaires numérisés fera remonter la valeur du billet vert ; et vous, vous toucherez vos salaires en argent réel, et non plus en monnaie de singe.

Et, cerise sur le gâteau, étant donné que plus de la moitié de tous les milliardaires du globe sont des membres revendiqués du lobby israélien, cela résoudra par la même occasion les problèmes du Moyen-Orient. Pour plus de sûreté, confisquez tous les avoirs des bâtisseurs de Pyramide financière : ceux de Paulson et de Bernanke, ceux des PDG de Merrill Lynch et de Goldman Sachs, sans oublier ceux du président George Deubeuliou Bush, qui a fermé les yeux sur tout ça. La paix reviendra, ou plus exactement adviendra, en Palestine, en Afghanistan et en Irak ; les Américains pourront, à nouveau, être fiers de leur pays. Une telle auto-restitution massive réinstaurera la démocratie aux Etats-Unis : les prochains candidats à la présidence n'iront plus, chapeau à la main, déclarer leur féauté devant le congrès de l'Aipac.

La défaite de la rapacité permettra au peuple de se tourner vers Dieu ; le ballast balancé par-dessus bord permettra d'apporter à tous les citoyens la sécurité sociale, les soins médicaux et l'éducation gratuite. Ainsi, bien loin d'être une catastrophe, l'effondrement financier offre une opportunité unique de guérir tous les maux de l'Amérique ! Une occasion à ne manquer sous aucun prétexte !


Quant à vous, citoyens du monde entier en-dehors de l'Amérique, permettez-moi de vous donner un conseil : ne jetez pas par les fenêtres un argent honnêtement gagné pour, soi-disant, sauver la monnaie de singe. Rejetez les ronronnements séducteurs venant de Washington. Considérez que vos dépôts aux Etats-Unis sont d'ores et déjà foutus. Si vous en obtenez quand-même un petit quelque-chose : tant mieux ! Mais ne gaspillez ni votre argent, ni vos efforts, dans l'espoir vain de récupérer ce qui est, de toute manière, déjà parti en fumée. Il y a un avoir d'une valeur inestimable, que vous pouvez obtenir en échange de vos placements bidonnés : votre liberté, et votre indépendance. Le dollar effondré, cela veut dire que votre économie sera sauvée. L'effondrement de la Pyramide financière américaine vous rendra libres !


[1] Benjamin Ginsberg, The Fatal Embrace: Jews and the State, University of Chicago Pres, Chicago 1993, p 73.
°°°°°°°°
http://www.plumenclume/textes/2008/untitled/ gibier-de-potence-05-10-2008.htm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gibier de potence (L'effondrement de la grande pyramide)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une grande pyramide sous-marine a été découverte près du Portugal
» Grande Tétée 2010 - Lyon
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel
» Charia en Grande-Bretagne
» CHerche barnum ou grande tente pour petite fête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: