Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La laïcité est d’essence satanique !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   14/4/2011, 14:00

Merci pour la vidéo Flantier et bienvenue sur le forum au passage Smile

Premier post ! Sacré Post cheers c'est du lourd cette vidéo !!


Pour ce qui est de la publication des vidéos et quelques autres petites choses pratiques, ne pas omettre de faire un petit tour par ici : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5852-accueil-des-nouveaux-mode-d-emploi-du-forum

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/


Dernière édition par Bardamu le 14/4/2011, 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enildem



Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   14/4/2011, 14:44

La vidéo est dingue, on dirait un extrait de strip tease.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   14/4/2011, 14:47

Bien vu Enildem, je me suis fait la même réflexion !! En tout cas bien révélatrice de leur état d'esprit et de comment ça fonctionne au quotidien dans les anti-chambres du pouvoir !!
Le passage durant lequel il prend l'accent créole pour abuser la secrétaire au bout du fil est répugnant !!!

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enildem



Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   14/4/2011, 15:04

Ouai Bardamu,
il maîtrise le créole du coup il maîtrise les créoles.... il s'agit ici de créole antillais. Le téléphone aide ce dernier, puisque sont accent est parfait, il est impossible de voir que c'est en fait un béqué.

Les antillais sont très nombreux dans l'administration et la fonction publique. C'est une clientèle de choix pour les élus et les élus le leur rendent bien.

J'ai travaillé à la Mairie de Paris, c'est plus qu'un constat c'est un phénomène.
Comme quoi les lobbistes sont bien conscient des réseaux de pouvoir du plus petit au plus grands.

Tout ça pour un seul étudiant, c'est écoeurant...........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   2/7/2011, 22:13

Claude Guéant : "La Pâques juive doit figurer dans le calendrier français"

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Laicite-7298.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   19/8/2011, 21:44

Information censurée : Riposte laïque au salon du livre du Bnaï Brith organisé dans la mairie du 16è arrondissement

http://www.lepost.fr/article/2010/10/29/2286283_information-censuree-riposte-laique-au-salon-du-livre-du-bnai-brith-organise-dans-la-mairie-du-16e-arrondissement.html
Revenir en haut Aller en bas
lorelianeGTQ



Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   3/11/2011, 16:31

Vincent Peillon n°2 - La laicité: une religion ?


Tout est dit, sauf sur la franc-maçonnerie qui EST un clergé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   24/3/2012, 12:47

Petit florilège casher des princes de la pleurniche sur un problème sociétal ou comment une stratégie se retourne contre ceux qui l'ont initiée Twisted Evil


"Si la laïcité se durcit et se radicalise, les juifs seront les grands perdants"



Le président du consistoire juif Joel Mergui

Joël Mergui est président du consistoire central depuis 2008. Il organise, dimanche 18 mars, le premier congrès des communautés juives de France. En clôture de cette Journée de la vie juive, une table ronde, intitulée "La laïcité menace-t-elle la liberté religieuse", réunira Claude Guéant, ministre de l'intérieur, Jean-François Copé, patron de l'UMP, Manuel Valls, porte-parole du candidat PS à la présidentielle, et Jean-Thomas Nordmann, représentant le candidat du MoDem, François Bayrou.

Déstabilisée par la polémique sur l'abattage rituel (animaux tués sans étourdissement préalable, selon le rite pratiqué dans le judaïsme et l'islam), la communauté juive est "blessée et inquiète", selon M. Mergui. Il appelle les responsables politiques à s'engager "plus fortement pour la préservation des pratiques cultuelles".

Dans quel état d'esprit se trouve la communauté juive après les débats sur l'abattage rituel et les propos du premier ministre, François Fillon, suggérant de réfléchir à une évolution de "ces pratiques ancestrales" ?

Elle est inquiète, profondément atteinte, blessée et en état d'alerte. Cette polémique renvoie un mauvais signal sur la capacité de la République à préserver une pratique religieuse. Or l'abattage rituel est le coeur de nos règles alimentaires. C'est un des fondements du judaïsme qui a survécu à toutes les époques, dans toutes les civilisations, à l'exception de la période nazie, au cours de laquelle la shehita (abattage rituel) fut interdite en Allemagne.

Depuis des siècles, tout en étant pratiquants, les juifs ont contribué à toutes les évolutions technologiques et scientifiques. Il n'y a aucune contradiction entre notre pratique religieuse, notre citoyenneté et notre contribution à la modernité.

Cette polémique a-t-elle produit des effets concrets ?

Nous constatons depuis quelques jours que des abattoirs commencent à pratiquer l'étiquetage de la viande, que d'autres ne pratiquent plus l'abattage rituel, qu'il est plus difficile d'écouler cette viande dans le circuit non casher, que d'autres pays se sont saisi de ce débat... Je crains qu'on ouvre la porte à une nouvelle forme de boycottage sous de nouveaux prétextes. J'espère que cette polémique va vite passer et qu'on va se rendre compte que l'abattage selon le rite juif ne fait pas plus souffrir les bêtes que les autres formes d'abattage.

Comment expliquez-vous l'irruption de ces thèmes dans les débats politiques ?

Jamais jusqu'à tout récemment ne s'étaient posées de questions sur l'abattage rituel, sur les dates d'examens pour les étudiants pratiquants ou sur l'existence de carrés confessionnels dans les cimetières. Des arrangements de bon sens ont toujours permis aux juifs de France de respecter leurs traditions religieuses. On est en train de perdre cet état d'esprit en raison d'une radicalisation de la laïcité. Or, si la laïcité se durcit et n'offre plus de souplesse, les juifs, dont les règles sont les plus strictes, seront les grands perdants.

Etes-vous les victimes collatérales des débats liés à l'installation de l'islam en France ?


L'organisation et l'intégration du culte musulman en France sont une nécessité. Et il n'est pas question que quiconque transfère une culpabilité sur nos concitoyens musulmans. Nous avons tous le droit à la liberté de culte individuelle ou collective dans notre pays. Sur beaucoup de ces sujets nous travaillons ensemble.

Comment qualifieriez-vous le climat actuel ?

Au début des années 2000, la communauté juive a fait face à une montée d'antisionisme qui a entraîné des actes antisémites. Après un retard de diagnostic, tous les responsables politiques ont rassuré les juifs de France. Aujourd'hui, face à une radicalisation montante de la laïcité, émerge une forme d'antijudaïsme. Après les atteintes physiques, les nouvelles inquiétudes des juifs portent, en profondeur, sur nos valeurs et notre identité. Comme il y a dix ans, cette situation va amener certains d'entre nous à se poser la question de notre avenir dans notre pays. Je n'ai pas une réunion avec des jeunes sans être apostrophé sur cette question fondamentale : "Que va-t-on devenir ?"

Or les discours récents des responsables politiques ne suffisent pas à nous rassurer ; ils sont troubles et illisibles. Les partis doivent prendre conscience qu'il ne faut pas favoriser ce durcissement de la laïcité susceptible de remettre en cause le judaïsme. Il leur faut s'assurer, avant de prendre une mesure, qu'elle ne lésera pas les pratiques de telle ou telle religion.

J'attends un message beaucoup plus clair et plus fort des candidats à la présidentielle pour garantir la préservation des identités et des pratiques religieuses. Que serait la France si les synagogues devenaient des musées ?

Propos recueillis par Stéphanie Le Bars

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/17/si-la-laicite-se-durcit-et-se-radicalise-les-juifs-seront-les-grands-perdants_1671398_3224.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   3/4/2012, 11:21

Mais à part ça, vous êtes contre la liberté de culte? Shocked Ca va faire beaucoup de français en moins... Sinon je confirme le laïcisme est effectivement une religion. Ecoutez ce bref discours de Napoléon à 2:25 min, qui en dit long...



Les guerres au moyen orient d'hier sont pratiquement les mêmes qu'aujourd'hui.

Quant au sort réservé aux catholiques, un peu trop ambitieux:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   18/4/2012, 14:39

Un livre qui aborde la question de façon intelligente il me semble... Lire

Du bon usage de la laïcité

sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso.



Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez nous, par la tentation de construire une « Forteresse Europe » culturellement homogène.

Contre cette dérive, nous avons voulu rassembler des textes qui défendent, chacun à leur manière, et à partir de bords philosophiques différents, une autre façon de concevoir la laïcité : positive et démocratique, sans concession ni fadeur. La laïcité ici proposée organise, dans le respect des lois communes, la cohabitation pacifique des conceptions religieuses et philosophiques. Elle n’est pas l’organisation du combat contre les religions. Elle ne peut servir de prétexte pour justifier la discrimination à l’égard de quelque citoyen(ne) que ce soit. La laïcité doit être intransigeante sur le principe mais ne peut se faire croisade sans se renier elle-même.

ADEN EDITIONS

44 rue Antoine Bréart - 1060 Bruxelles

T : +32.2.534.46.61

F : +32.2.534.46.62

http://www.aden.be

Source : http://www.legrandsoir.info/Du-bon-usage-de-la-laicite.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   23/6/2013, 12:17


Vincent Peillon : "On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique" - Octobre 2008

Citation :

Rappelons le prénom des enfants de ce "laic" ashkénaze de religion républicaine :

Elie, Izaak,Salomé et Maya.

Cherchez l'erreur.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Vincent-Peillon-On-ne-pourra-jamais-construire-un-pays-de-liberte-avec-la-religion-catholique-18760.html


Dernière édition par Tonino le 23/6/2013, 19:15, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   23/6/2013, 18:13


Il est merveilleux ce franc mac, moi j'adore. Qui peut douter d'une conspiration si ouvertement anti chrétienne quant on l'écoute.

Petit lapsus de Peillon fort comique "les armes, les arbres de la révolution..." à l'époque on faisait déjà dans l'écologie (anti-catholique) de bas étage...

Le Cep n°56. 3ème trimestre 2011


La science pourra-t-elle rester arienne ?

Citation :
Présentation : On connaît le physicien Newton, l’inventeur des lois de la gravitation, on connaît moins le théologien dont Locke disait pourtant qu’il en remontrait aux plus savants théologiens de l’époque ; et l’on connaît moins encore l’inspirateur de la pensée maçonnique telle que les Constitutions dites d’Anderson l’a lancée sur l’Europe. Or Newton, en secret, était un arien convaincu. De la sorte, son rejet de la divinité de Jésus-Christ a laissé sa marque durable sur nos idées, par le déterminisme de sa Mécanique, puis sur nos sociétés, de par l’influence politique de la Grande Loge d’Angleterre. Il résulte de ce biais une inadéquation croissante de la science, de plus en plus visible en cosmologie et en biologie, par exemple. Car les faits ne se conforment pas à nos théories, mais aux lois posées par le Créateur. Or, reconnaître que les masses et le visible pondéral ne jouent qu’un rôle modeste dans l’univers, ou que les êtres vivants obéissent à un programme intelligent, avec toutes les conséquences que ces notions impliquent, suppose un véritable basculement des esprits vers une vision christocentrique du monde. Les faits sont têtus, mais les théories ont l’appui des gouvernements, lesquels en ont besoin pour se donner une manière d’autorité intellectuelle, à défaut d’autorité spirituelle. Les jeux ne sont donc pas encore faits !



On ne saurait trop exagérer l’importance de Newton en tant qu’inspirateur de la pensée contemporaine. Certes, il y a l’influence du physicien, bien connu comme auteur des lois de la gravitation. Le monde mathématisé dont Galilée avait rêvé, ce monde écrit en langage géométrique et dont les lettres sont des cercles et des triangles, c’est bien Newton qui l’a réalisé. En produisant une équation très simple mais d’application universelle, régissant toutes les masses, donc – semblait-il – tout l’univers, Newton démontrait que la raison humaine n’était pas seulement un organe pour bien penser, pour bien user des outils logiques, mais un moyen de connaissance du réel : « tout ce qui est réel est rationnel ; tout ce qui est rationnel est réel », ira-t-on jusqu’à dire !

Dès lors, le rationalisme et cet accent mis sur les masses visibles vont constituer l’horizon de la pensée savante et comme le critère du vrai. Les corps pourtant si divers qui nous entourent devenaient un ensemble homogène de masses, chacune centrée sur un « point matériel ».

Cette physique ainsi ramenée à quelques « principes »1 provoqua une sidération des intelligences, dans tous les domaines. Le Roi Soleil, à Versailles, se vit comme le centre unique d’un système de grands personnages gravitant autour de lui, retenus sur leur trajectoire par une force d’attraction qu’il revenait au souverain d’entretenir. Tout va se se résumer à des masses en mouvement, à leur inertie, à des forces et à des équilibres entre forces contraires. La théorie de l’équilibre des trois pouvoirs, imaginés par Montesquieu comme trois corps sociaux indépendants – l’un servant de contre-pouvoir aux autres, tel un contrepoids – en est une illustration 2. De même la tactique militaire va se penser en termes de masses en mouvement, de concentration de forces en vue de produire un effet sur un point, etc. L’homme mécanique de Descartes tenait du pantin, les efforts étant transmis par des tendons et les impulsions par des fils. L’homme-machine de La Mettrie (1748 ) tiendra plutôt de l’automate, bourré d’engrenages et de mécanique. Car Newton avait construit des horloges ; cette image d’un univers assimilé à une immense horloge, donc régi par un déterminisme général, lui survivra longtemps. Le déiste Voltaire en tirera d’ailleurs argument contre l’athéisme. On connaît son fameux distique :

L’univers m’embarrasse, et je ne puis songer, Que cette horloge existe, et n’ait point d’horloger ! 3

Mais l’argument portait surtout contre la Providence des chrétiens : une fois lancée la machine aux milliers d’engrenages, nulle puissance n’aurait pu intervenir pour modifier à sa guise le cours d’un astre, provoquer un déluge vengeur ou répondre à nos prières pour faire tomber la pluie.

1 Les Principia mathematica naturalis philosophiæ ont été ainsi nommés par analogie avec les « principes » énoncés en tête des Éléments d’Euclide. La physique du monde réel allait se penser comme une mathématique appliquée.
2 Ou plutôt une contre-illustration, car cette indépendance des pouvoirs ne peut être que mythique. Or que vaudra l’édifice politique fondé sur un mythe ?
3 Les Cabbales (1772), in Voltaire, Œuvres complètes, annot. Louis Moland, 52 tomes, Paris, Garnier (1877-1879), t. X, p. 182.

_____________

Les forces exercées sur un corps mou le déforment dans le sens de la pression ou de la traction exercée. La pré-girafe de Lamarck, dont le cou s’allonge en vue de brouter toujours plus haut les feuilles des arbres, ne fait qu’appliquer cette loi mécanique. Nul besoin, donc, de démontrer ou de constater la réalité du phénomène : on allait l’accepter comme une banale « évidence ». 4

Apparaît ici la contamination de tous les domaines par les mots et les concepts de la mécanique, comme si de tels « principes » pouvaient s’appliquer universellement en compréhension, de la même manière avec laquelle Newton les appliquait universellement en extension, dans toute l’étendue de son espace « absolu ».
Les révolutionnaires de 1789 seront imbus de telles notions. Le bon docteur Marat, assassiné dans sa baignoire, avait été en 1787 le traducteur de L’Optique de Newton, tout comme la Marquise du Châtelet, la compagne de Voltaire, avait traduit les Principia, petits faits qui montrent bien l’importance que les hommes des Lumières attachaient la diffusion de la mécanique newtonienne.
Mais l’influence politique de Newton fut plus large encore. Lui- même avait souhaité et sans doute soutenu la révolution qui mit Guillaume d’Orange au pouvoir en 1688. Il y a cette année-là un « trou » dans la biographie de Newton : il n’enseigne pas et Westfall, qui retrace la vie du grand homme avec une énorme documentation (800 pages !) dans Never at rest, doit avouer son ignorance.

Puis, dès l’accession de Guillaume III, le 17 janvier 1689, Newton fut reçu à dîner par le souverain, ayant été délégué à Londres par l’université de Cambridge.

4 Il faut noter que Lamarck était au Muséum le spécialiste des invertébrés et que les déformations observables sur une limace, par exemple, sont prodigieuses. Mais entre le cou du zèbre et celui de la girafe, il n’y a pas seulement la longueur qui change, mais aussi le nombre des vertèbres. Or on voit mal comment une traction, même continue, peut susciter l’apparition d’une vertèbre supplémentaire. Ce sont là, manifestement, des réalités d’un tout autre ordre.

_____________

En 1696, en pleine refonte des pièces de monnaie en usage, il sera nommé directeur de la Monnaie : poste de confiance, s’il en est. C’était là une sinécure sans rapport avec les talents du mathématicien et qui suppose des services rendus à la Couronne. 5 À Londres, il aura deux disciples aujourd’hui célèbres : Anderson et Desaguliers. Newton sera parrain d’une fille du pasteur Anderson, le rédacteur principal des Constitutions de la Grande Loge d’Angleterre (fondée à Londres en 1717). Le corédacteur et cofondateur, Desaguliers, immigré huguenot venu de La Rochelle, gagnera son gagne-pain dans la bonne société de Londres en montant des expériences vulgarisant la mécanique newtonienne.
Or les Constitutions apportent une vision nouvelle de l’histoire, sur laquelle l’influence littéraire de la Chronologie des Anciens Royaumes de Newton est palpable. À la différence de la moderne vision évolutionniste du monde, on pourrait la dire « biblico- compatible » : on y retrouve Adam et les patriarches, et un grand respect pour les savoirs des Anciens. Mais ce sont désormais les progrès technique et scientifique qui mesurent les avancées des sociétés humaines : l’équerre et le compas vont encadrer le grand « G » de la géométrie.
Dans une allocution adressée aux Grands Maîtres et prononcée à l’Élysée le 23 juin 2003, à l’occasion du 275ème anniversaire de l’ordre maçonnique en France, le Président Jacques Chirac déclarait notamment : « Alain Bauer, dont je salue l’initiative qui nous réunit aujourd’hui, a évoqué la naissance de la maçonnerie en France à l’aube du XVIIIème siècle, avec cette belle formule que je lui emprunte : « C’est le peuple de l’Encyclopédie qui essaie de devenir celui des Lumières ». Né dans les spasmes des guerres civiles et religieuses anglaises, l’idéal maçonnique, celui d’Isaac Newton, rêvait de substituer aux dogmatismes le débat sur le progrès scientifique, de desserrer l’étreinte, de casser les rigidités, pour instaurer un espace de liberté, hors des tabous et des index de l’époque. »


5 La nomination fut faite par Charles Montagu, ami personnel de Newton, dès qu’il devint Chancelier de l’Échiquier. Or Montagu avait été en 1694, avec Locke, un des fondateurs de la Banque d’Angleterre, Ici, nous sommes bien loin des couloirs de Cambridge !

_____________

Or, derrière la profonde vénération de Newton pour le Dieu géomètre qui voit l’humanité progresser au sein de sa Grande Horloge, deux nets refus rejaillissent sur toutes les facettes du tableau : sa volonté sans compromis de nier la divinité de Jésus- Christ, et sa négation des ingérences surnaturelles dans la trame des événements.
« Les miracles sont ainsi appelés, écrit Newton, non parce qu’ils sont l’œuvre de Dieu, mais parce qu’ils se produisent rarement et, pour cette raison, créent l’émerveillement (wonder).» 6
On ne peut comprendre la personne de Newton, sa pensée ou la société qui s’en est inspirée, sans donner leur juste place à ces deux traits non négociables, le second n’étant en l’occurrence qu’un
corollaire du premier. Dès 1672, pour ses travaux d’alchimie, Newton s’était composé un pseudonyme à travers lequel il dévoilait son arianisme : Ieova sanctus unus, anagramme exacte d’Isaacus Nevtonus. Peu auparavant, Blaise Pascal, scientifique lui aussi mais authentique chrétien, avait bien vu venir le danger. Il distinguait soigneusement, en effet, le “Dieu des philosophes et des savants” du “Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob”. Il écrit dans ses Pensées :
« Tous ceux qui cherchent Dieu hors de Jésus-Christ, et qui s’arrêtent dans la nature, ou ils ne trouvent aucune lumière qui les satisfasse, ou ils arrivent à se former un moyen de connaître Dieu et de le servir sans médiateur, et par là ils tombent ou dans l’athéisme ou dans le déisme, qui sont deux choses que la religion chrétienne abhorre presque également. » 7
Les chrétiens qui croient pouvoir embaucher Newton sous leurs bannières devraient ici marquer un temps d’arrêt, puis réfléchir un peu. Le déisme de Newton – à travers Locke – a nourri celui de
Voltaire, et son rejet du surnaturel est devenu la pierre de touche de
la pensée rationaliste, scientiste et maçonnique moderne.

6 Sir Isaac Newton, Theological manuscripts, selected and edited with an
introduction by H. McLachlan, Liverpool University Press, 1950, pp. 17.
7 Pascal, Pensées, n° 449-556, in Œuvres complètes, Paris, Seuil, 1963, p. 558.

_____________


Est-ce bien là le legs d’un ami sincère ? Or le courant arien 8 auquel appartenait Newton garde toute son influence aujourd’hui, notamment à travers l’église unitarienne, infime quant au nombre,
capitale par sa présence dans les hauts cercles du réseau mondialiste. Cette doctrine arienne explique le traitement bien différencié des instances internationales et maçonniques envers les trois religions dites “monothéistes”. Car seules deux des trois le sont pleinement, dans tous les sens du mot « monos » : le Dieu chrétien, Lui, n’est pas un Dieu solitaire puisqu’il est trinitaire : un seul Dieu en trois Personnes. Unique, certes, en ce sens qu’il ne se compare à aucun autre (il n'est pas d'autre dieu que Lui) ; mais il n’est pas unitaire ni monolithique et, à ce titre, les “soumis” à l’islam l’exècrent à bon escient, comme l’exécrait le juif christianisé Arius.
On comprend alors pourquoi la même laïcité qui s’efforce de contenir l’influence sociale du christianisme, ouvre des portes aux stricts monothéismes. Car ce que Newton niait avec ténacité, au prix d’un vaste travail théologique 9, c’était que ce Verbe, Agneau ou Fils de Dieu, le Médiateur, fût Lui-même Dieu. Dans le contexte social de l’époque, il ne pouvait laisser transparaître ce différend majeur avec l’Église anglicane. Il réussit toutefois à éviter l’ordination, alors statutairement obligatoire pour les enseignants de Cambridge 10, mais il ne refusa les sacrements de cette Église abhorrée que sur son lit de mort.

8 Ou plus exactement socinien. Lelio Sozzini (1525-1562) et son neveu Fausto Sozzini (1539-1604) élaborèrent leur doctrine antitrinitaire en soumettant l’Écriture aux règles de la raison humaine.
9 Les manuscrits théologiques de Newton représentent 4000 pages ! Tenus soigneusement secrets, même après sa mort, ils ne seront partiellement publiés qu’en 1950, par McLachlan, suite à leur rachat dans une vente aux enchères par l’économiste Keynes. Locke considérait que Newton connaissait mieux la théologie que tous les théologiens de son temps.
10 Il en fut dispensé en 1675 par des lettres patentes du roi Jacques II, à la demande de la Royal Society (le pieux Barrow eut été fort chagrin de savoir que son protégé, qui allait lui succéder sur la chaire lucasienne de mathématiques, récusait en secret les dogmes de l’Église d’Angleterre).

_____________


L’idée générale de Newton est que le triomphe d’Athanase sur Arius avait – dans un premier temps – corrompu la doctrine, puis conduit à des corruptions dans les textes évangéliques. Dans la profession de foi en douze articles de Newton, on retiendra les
suivants 11 :

-Art.1. Il y a un Dieu, le Père, vivant à jamais, omniprésent, omniscient, tout-puissant, ayant fait le ciel et la terre, et un médiateur entre Dieu et l’homme, l’homme Christ Jésus.

-Art. 2. Le Père est le Dieu invisible que nul œil n’a jamais vu ni ne peut voir. Tous les autres êtres sont parfois visibles.

-Art. 4. Le Père est omniscient, et possède toute connaissance originellement en lui-même ; il communique la connaissance des choses futures à Jésus-Christ.

-Art. 9. Nous n’avons pas besoin de prier le Christ pour qu’il intercède pour nous. Si nous prions correctement le Père, il se fera notre intercesseur.

Il existe toutefois dans la première Épître de saint Jean un verset contredisant directement l’arianisme, le fameux comma johanneum : « Car ils sont trois qui rendent témoignage dans le
ciel : le Père, le Verbe et l’Esprit ; et ces trois sont unis ». (1 Jn 5, 7) Pour écarter ce verset, Newton dépouilla tous les textes alors disponibles, comme le fera plus tard l’exégèse moderniste. Or, si
l’on se reporte à la Biblia Polyglotta que Walton venait de publier à Londres, on constate que les versions syriaque, éthiopienne et arabe omettent ce verset. 12 Newton s’en saisit pour affirmer que la version grecque était une rétroversion tardive et que ce verset constituait un ajout dû à saint Jérôme 13, bel exercice de critique textuelle dans lequel il se montre un digne contemporain de Richard Simon. La raison individuelle se fait juge de la Parole de Dieu et de la Tradition.

11 Sir Isaac Newton, Theological manuscripts, op. cit., pp. 56-57
12 Walton, Biblia polyglotta, Londres, Roycroft, 1657, t. V, pars. 2, p. 922.
13 Newton, Observations upon the propheties of holy Writ particularly the Propheties of Daniel and the Apocalyps of John, in Opera Omnia, Londres, J. Nichols, 1785, t. V, p. 487.

_____________


Cette position rationaliste s’inscrivait directement dans le courant socinien : en 1665, Wiszowaty, petit-fils de Sozzini, avait publié sa Religio rationalis, titre mais aussi programme tracé aux intelligences pour trois siècles. Il s’agissait donc de bien plus qu’une simple hérésie : depuis un bon millénaire, la doctrine trinitaire avait peu à peu imprégné chaque élément de la chrétienté. Selon Richard Westfall, « Newton n’en dit rien, mais sans doute pensait-il que la Réforme protestante n’avait pas atteint le cœur de l’infection. Dans le Cambridge des années 1670, il s’agissait là d’un problème de premier ordre, et l’on comprend facilement pourquoi Newton s’impatientait des diversions entraînées par des sujets mineurs tels l’optique et les mathématiques.
Il avait entrepris de réinterpréter la tradition fondamentale de la civilisation européenne. » 14

Dans la perspective d’un tel renversement de l’ordre social, la science devenait un outil : Newton en tirait l’autorité intellectuelle dont il avait besoin pour faire avancer le grand’ œuvre. C’était encore une façon de ne plus rechercher une vérité à contempler, mais d’élaborer un savoir validé par l’action.
Et en signant ainsi l’arrêt de mort de la métaphysique (et d’une science réaliste ordonnée à la métaphysique), Newton détruisait la symbiose qui avait existé entre la science et la religion, entre les deux grands livres : celui de la nature et celui de la Révélation. Il pose dans ses Sept Déclarations sur la Religion : « La religion et la science doivent être maintenues bien distinctes. Nous ne devons pas introduire les révélations divines dans la science, ni les opinions scientifiques dans la religion ». 15C’était bien là porter le fer au cœur du savoir comme au cœur de la chrétienté.

On verra bientôt les géologues interdits de Déluge, puis les naturalistes interdits de Verbe créateur, au risque de l’absurde !
Plutôt nier les évidences que d’admettre, fût-ce à titre d’hypothèse, les éclairages donnés par l’Écriture...Ce Verbe qui était au Principe, au Commencement, par qui tout a été fait, on va prétendre qu’il n’a rien à nous apprendre.

14 Richard Westfall, Never at rest (1980), trad. fr. Newton, Paris, Flammarion, 1994, p. 362.
15 Sir Isaac Newton, Theological manuscripts, op. cit., p. 17.


_____________


On admire l’œuvre, mais on ne veut pas en rendre grâce à l’Ouvrier ! Injure suprême, bien plus grave dans son orgueil que tous les désordres de la chair, arrachant à saint Paul cette exclamation : « Ils sont inexcusables puisque, connaissant Dieu, ils ne l’ont ni glorifié ni remercié comme Dieu » (Rm 1, 20).
La science moderne n’a pas toujours été « théophobe », elle ne l’est devenue que depuis Darwin ; mais elle est « christophobe » depuis Newton. Pourra-t-elle le rester encore longtemps, si elle veut que son inspiration renoue avec l’Esprit créateur ? L’enjeu est considérable, puisque c’est toute la différence entre le christianisme et les deux monothéismes stricts. Or, si c’est bien du Christ qu’il est écrit : « Tout a été fait par Lui et pour Lui », il s’ensuit qu’une vision christocentrique du monde doit être restaurée dans toute la pensée, notamment dans la science.
En déclarant cette cause finale comme inutile à l’intelligence de la machina mundi, les newtoniens, quelles que fussent leur piété personnelle 16 et leur exaltation du Dieu créateur in Principio,
introduisirent un facteur de stérilité dans la science.
On le voit bien aujourd’hui : la physique elle-même, obnubilée par les masses visibles, patauge entre des théories problématiques et contradictoires, et nulle issue ne se présente ; la biologie, de son côté, en refusant la finalité, adopte un comportement suicidaire, puisqu’elle s’interdit ainsi l’intelligence de son objet propre.
Certes Newton fut un géant de la pensée, mais orgueilleux, qui voulut tout pénétrer : le microcosme des interactions moléculaires comme le macrocosme des orbites célestes, les mystères de la
théologie comme la réalisation des prophéties bibliques. « Mais le Seigneur, dit le prophète Baruch, n’a pas fait choix des géants ; ils n’ont pas trouvé la voie de la vraie science (épistèmè, επιστήμη) ; à cause de cela ils ont péri. Et comme ils n’ont pas eu la sagesse, ils sont morts à cause de leur folie. » (Ba 3, 27-28 )
Sous le carcan des préjugés newtoniens, la science est à la torture et, dans l’ombre de Newton, la société elle-même, devenue arienne, bloque toute réorientation de la science qui remettrait en cause son rejet du Fils et de Sa Royauté.

On ne pourra donc sauver l’une sans l’autre : toutes les vérités se tiennent, car la Vérité demande à éclairer aussi bien nos institutions que nos savoirs. Se lèvera le jour du basculement christocentrique, mais comment décider si cette libération viendra des citoyens fatigués par les pressions mentales exercées au nom de la science, ou des scientifiques eux-mêmes enfin résolus à se laisser guider par les faits ? L’issue n’en demeure pas moins certaine car – nous prédit le poète – l’avenir n’est à personne, l’avenir est à Dieu.

_____________

Sans oublier que des rois catholiques en europe voir même des Papes étaient déjà parfois très "laic" ou plutôt neutres et tolérants envers certains sujets d'une autre confession religieuse. Mais c'était avant le schisme car la guerre fut alors déclarée contre le Seigneur. Mérite la tolérance que ceux qui méritent le respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La laïcité est d’essence satanique !   26/6/2013, 10:57

Revenir en haut Aller en bas
 
La laïcité est d’essence satanique !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cité provisoire de la forêt de Montgeon
» Dieppe la Cité de l'Ivoire.
» Et la littérature eut enfin droit de cité au Québec
» cité Kléber
» dc de M.TOUATI de la cité el badr (le taxieur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: