Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: C’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette   17/2/2011, 23:50

Eric Toussaint : "C’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette"


Eric Toussaint, président du Comité pour l’annulation de la dette du Tiers monde : ‘C’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette’
Le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers monde invite les gouvernements africains à suivre l’exemple de certains pays de l’Amérique du Sud qui ont refusé de payer la dette illégitime, réclamée aux pays en développement. De l’avis de Eric Toussaint, ‘c’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette’. Et les exemples sont légion dans le monde.


Equateur, Argentine, Paraguay. Voilà autant de pays qui ont refusé de payer leurs dettes à la Banque mondiale, au Fmi, au Club de Paris et aux banquiers. C’est le Belge Eric Toussaint, le président du Comité pour l’annulation de la dette du Tiers monde (Cadtm) qui l’a révélé, hier, au cours d’une conférence de presse à l’Ucad dans le cadre du Forum social mondial. ‘Si je vous donne tous ces exemples, c’est pour vous montrer que c’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette. Et que contrairement à ce qu’on fait passer comme message, cela ne produit pas le chaos. L’Argentine connaît un taux de croissance de plus de 8 % depuis 2003. L’Equateur connaît un taux de croissance de 3 à 4 %. Ces pays n’ont pas connu le chaos. Bien au contraire, ils ont enregistré une amélioration des salaires, des pensions et des conditions de vie des populations’, soutient Eric Toussaint qui a participé à l’audit de la dette de ces pays.

Ce qui lui fait dire que cela peut inspirer les pays africains à qui on réclame une ‘dette illégitime et illégale’. Parmi toutes ces expériences, sources d’inspiration en Amérique latine, le plus intéressant, c’est l’Equateur où le Cadtm a directement participé à l’audit de la dette. ‘Un nouveau président a été élu fin 2006 qui s’appelle Raphaël Corréa à la tête d’un processus qu’il appelle lui-même révolution citoyenne. Immédiatement il s’est engagé à faire l’audit de l’endettement de l’équateur de 1976 à 2006 par une commission de dix-huit experts en dette dont moi-même. Après quatorze mois de travaux, après avoir épluché des dizaines de milliers de dossiers et des centaines de contrats, nous avons soumis nos recommandations au gouvernement. Et après avoir identifié que 80 % de la dette publique de l’Equateur était de la dette illégitime, et sur la base de nos recommandations, le gouvernement a unilatéralement décidé de suspendre le paiement de la dette sous forme de bons’, renseigne Toussaint.

Il s’agit, dit-il, des titres de la dette publique vendus sous forme de bons sur les marchés financiers, en particulier à Wall Street. Des bons qui venaient à échéance entre 2012 et 2030 pour un montant de 3 230 millions de dollars. ‘Il y a eu donc un acte souverain unilatéral de suspension du paiement de la dette. Du coup, les détenteurs de ces titres de la dette, qui étaient des banquiers nord-américains, se sont mis à les vendre sur le marché à 20 % de leur valeur. Finalement, le gouvernement équatorien est arrivé à racheter 91 % des titres pour un coup total de 900 millions de dollars. Ce qui fait une économie, si on calcule le stock de capital racheté à bas prix et les intérêts qui ne sont pas payés jusqu’en 2030, d’où un bénéfice de 700 millions de dollars. Ce qui a permis au gouvernement très concrètement de faire passer dans le budget de l’Etat le service de la dette qui était de 32 % à 15 % et de faire passer les dépenses sociales qui représentaient 12% à 25% du budget. Donc, il y a une inversion des priorités’, informe-t-il.

Eric Toussaint révèle que ‘l’Equateur, et vous n’en avez pas entendu parler, a expulsé le représentant permanent de la Banque mondiale. Parce que la Banque mondiale ne veut pas qu’on sache qu’on peut expulser ses représentants. L’Equateur a mis dehors le Fmi qui avait ses locaux au sein de la banque centrale. L’Equateur a quitté le tribunal de la banque mondiale qui est le Centre international de règlement des différends. Ce que la Bolivie a fait, deux ans auparavant. Donc nous pensons que cet exemple, qui s’est passé en Equateur, peut parfaitement se passer dans la majorité des pays en Afrique. Cela devrait être reproductible en Grèce, par exemple, qui est confronté à une crise terrible de la dette’.

Le temps des audits de la dette

Autre exemple servi lors de cette conférence : l’Argentine. D’après Toussaint, ce pays a suspendu son paiement de la dette, justement après un mouvement social un peu comparable à celui de la Tunisie en 2001. ‘L’argentine a suspendu le remboursement de 1000 milliards de remboursement de titres de la dette de décembre 2001 à mars 2005. L’Argentine a également suspendu les remboursements de la dette au Club de Paris qui est un des principaux créanciers des pays d’Afrique subsaharienne avec le Fmi et la Bm... L’Argentine a suspendu le paiement de sa dette à l’égard du Club de Paris pour un montant de 600 millions de dollars de 2001 jusqu’à aujourd’hui. Il n’y a aucun journaliste qui a entendu parler de cela. Parce que le Club de Paris ne veut pas qu’on sache ailleurs dans le monde qu’on peut refuser de le payer. Le Club de Paris ne dit rien et fait tout pour que cela ne se sache pas. Après dix ans de non paiement, l’Argentine dit qu’on peut recommencer à dialoguer avec le Club de Paris, mais le Fmi n’en fera pas partie. Le Club de Paris a accepté ; alors que d’habitude, il exige la présence du Fmi’, fait-il remarquer.

Le dernier exemple qu’Eric Toussaint a donné, c’est le Paraguay qui a répudié sa dette à l’égard des banquiers suisses en 2005. ‘La Suisse n’est pas contente et a porté plainte contre le Paraguay qui a dit on s’en fout de ces condamnations. Mieux que cela, nous allons déposer une plante à la Haye contre les banquiers suisses. Et la Suisse ne dit rien non plus’, ajoute-t-il. Avant de souligner qu’il donne cet exemple, pour qu’on sache qu’il y a d’autres sources d’inspiration pour d’autres gouvernements. ‘Les gouvernements sous la pression des mouvements sociaux doivent lancer des audits de la dette. Et prendre des mesures unilatérales de non-paiement de la dette’, commente Toussaint. Il pense que la Tunisie pourrait suivre l’exemple ‘si on a un gouvernement dont est absent les représentants du Rcd, un gouvernement réellement en rapport avec les mouvements sociaux pourra mettre en place une commission d’audit de la dette et à l’issue des résultats décider la suspension du paiement’.

M. SARR


source: http://www.walf.sn/international/suite.php?rub=6&id_art=70972

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doktor Zee

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   18/2/2011, 00:10

C'est possible mais dangereux. S'ils le font, il faut qu'ils soient dans une situation politique de type "révolutionnaire", c'est à dire en rupture totale avec le système mondial actuel, et en capacité à s'assurer et de défendre une indépendance économique.

Car refuser de payer les dettes, c'est s'exposer a de très grosses sanctions économiques voire militaires de la part des suiveurs de l'ONU. Et plus encore quand on est un petit pays. S'il refusent de payer mais n'assurent pas derrière, en ne prenant aucune mesure politiques pour faire fonctionner une économie devant fonctionner avec un commerce extérieur déstabilisé et se passer de la finance internationale, ils sont promit à un effondrement certain et à un remplacement de leur gouvernement par d'autres fantoche de l'ONU.

Je souhaite néanmoins bonne chance à ces petits pays courageux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Gros



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Documentaire de Tad Lumpkin dans la lignée de "L'argent dette"   24/2/2011, 17:12

Bonjour,

Voici un documentaire sur le même thème que L'argent-dette, réalisé par Tad Lumpkin. Il est assez court (30 minutes) et très clair. Il montre bien à quel point la population est soumise, je pense qu'il peut convaincre du monde parmis ceux qui ne sont pas encore au fait sur ces questions. Ça peut donner l'impression de faire doublon avec L'argent-dette, mais n'oublions pas que dans notre société, un message semble d'autant plus crédible qu'il est répété souvent, malheureusement.

Le documentaire est en deux parties, sous-titrées en français (merci au traducteur !) :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mech

avatar

Nombre de messages : 695
Age : 34
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   6/6/2011, 03:52

Les courbes exponentielles ou la nature fatale et irremédiable
de la croissance d'une dette !


http://www.ubest1.com/?page=video/29965/Les-courbes-exponentielles-ou-la-nature-fatale-et-irr%C3%A9m%C3%A9diable-de-la-croissanc...#null

et tout l'art de faire vivre un systeme déjà mort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://individucible.over-blog.com
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   30/9/2011, 18:56

Comprendre la dette publique (en quelques minutes)


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   20/10/2011, 09:06

La dette publique française haute comme l'Arc de Triomphe


Alors que l'Assemblée commence à examiner le budget 2012 et que Moody's menace le triple A français, Slate vous montre à quoi correspond visuellement la dette française sous forme de billets de 100 euros.

L'Assemblée nationale débute, mardi 18 octobre, l'examen du projet de budget 2012, dont l'objectif est de ramener le déficit de 5,7% à 4,5% du PIB grâce notamment à des mesures fiscales ciblées, ce qui n'empêcherait néanmoins pas la dette publique de monter à 87,4% du PIB l'an prochain. Un examen qui survient alors que l'agence Moody's a annoncé, lundi, qu'elle pourrait revoir dans trois mois la perspective «stable» attribuée à la note «triple A» de la dette française. A l'occasion de ce débat budgétaire, Slate vous propose une visualisation de la dette française en billets de 100 euros afin de donner une idée concrète de ce qu’elle représente, en reprenant l’idée du site Kleptocracy, qui a réalisé une infographie similaire pour la dette américaine.


100 €. En circulation dans la zone euro depuis 2002. Fait une poussée d’acné juvénile depuis 2010 à la suite d'un abus de feta. Bonus culture: l’édifice représenté sur le billet est de style baroque-rococo —il y a un style différent par billet— et il n’y a pas de «s» à «euro» sur les billets car les règles d’accord diffèrent selon les pays utilisant cette devise.


10.000 €. Avec cette liasse, on peut s’acheter une voiture, s’offrir une bonne opération de chirurgie esthétique ou un luxueux appartement de 1 m2 dans le Ier arrondissement de Paris. Cette somme représente également presque le double de la moyenne mondiale du Revenu national brut par tête (un peu plus de 6.600 euros en 2010 selon les chiffres de la Banque mondiale).


1.000.000 €. Cela correspond à ce que toucherait en salaires un Français qui gagnerait 2.000 euros net par mois tout au long de sa carrière; au salaire fixe annuel du PDG d’EDF, Henri Proglio; ou à ce que rapporte un prix Nobel (officiellement payé en couronnes suédoises), quelle que soit la discipline. 30.000 Français déclarent un revenu annuel supérieur à cette somme.


100.000.000 €. Une somme qui forme une palette de 1,5m x 1,2m x 1,1m. Un tas de billets qui arrive à hauteur de la poitrine, celle, par exemple, qui permet au footballeur Cristiano Ronaldo de contrôler un ballon. Ce qui tombe bien, puisqu’avec cette somme on peut se l’offrir, et peut-être même recevoir 6 millions d’euros de monnaie du Real Madrid, qui l’a acheté 94 millions en 2009, un record. En espérant que le club ne fasse pas le rendu en pièces rouges de 1 centime d’euro, car il y en aurait pour 1.380 tonnes...


1.000.000.000 €. Empilée en dix palettes, cette somme peut tenir dans un camion. Elle sert aussi d’unité de compte à pas mal d’évènements de la vie économique, des comptes des grandes entreprises aux budgets des ministères: le chiffre d’affaires annuel de BNP Paribas c’est 44 camions, les dépenses annuelles de l’Etat (hors charge de la dette) 276 camions… En France, moins de cinquante personnes détiennent une fortune professionnelle supérieure à cette somme, dont Liliane Bettencourt qui, selon la brigade financière, aurait justement lâché un camion à François-Marie Banier.


1.000.000.000.000 €. Moins de quinze pays dans le monde ont une production de richesse annuelle (PIB) supérieure à cette somme, dont la France. Une France qui a aussi, depuis 2003, une dette publique supérieure à ce montant.


Toujours en alignant des palettes de cent millions d’euros de taille identique, cette somme peut tenir, en laissant un peu de marge, sur la pelouse du Stade de France à Saint-Denis (120 m sur 75 m), et déborde si on l’entasse sur la surface qu’occupe un Airbus A380 de version «intermédiaire» (73 m sur 80 m). Mais si on a beaucoup de terrain disponible, on peut l’utiliser pour acheter 3.700 A380 (ce qui risque d’être compliqué vu que seulement 57 exemplaires ont été livrés à ce jour) ou construire 2.700 stades de France (qui risquent de mettre longtemps avant de voir tous une finale de Coupe du monde).


1.693.000.000.000 €. C’est le montant de la dette publique française à la fin juin 2011, selon les chiffres publiés par l’Insee le 30 septembre: à titre de comparaison, en montants actualisés (c'est à dire en tenant compte de l'inflation), elle était de 110 milliards en 1981, 385 milliards en 1991 et 853 milliards en 2001. En l’empilant, toujours en palettes de 100 millions d’euros, on atteint les dimensions de l’Arc de Triomphe de l’Etoile, qui fait 50 mètres de hauteur, 45 de largeur et 22 de profondeur. La prochaine fois que vous passerez devant en voiture, vous pourrez dire que vous avez vu la dette française…



17.000.000.000.000 € ou 256.000.000.000.000 €. Le gouvernement a prévenu que la dette allait augmenter en 2012 de 85,5% à 87,4% du PIB. La France peut d’ores et déjà se fixer de grandes ambitions, comme celle de remplir de dette l’équivalent de la Tour Montparnasse: 336.000 mètres cube, soit 17.000 milliards en billets de cent euros. Si le rythme d’évolution de la dette depuis dix ans (+7,1% de hausse en moyenne chaque année) se poursuit, il faudra attendre l’année 2045. En revanche, pas sûr que nous voyions de notre vivant une somme de dette qui remplirait un parallélépipède contenant la Tour Eiffel (plus de 5 millions de mètres cubes de volume en tenant compte de la surface au sol et de sa hauteur au sommet): pour cela, il faudrait près de 256.000 milliards d’euros de dette et attendre, au rythme actuel, l’année 2085…

Jean-Marie Pottier et Fred Hasselot
(sur une idée originale du site Kleptocracy : http://usdebt.kleptocracy.us/ )

Source : http://www.slate.fr/story/45173/visualisation-dette-francaise-billets-cent-euros

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   9/11/2011, 13:57

Comprendre la dette publique (en quelques minutes)





PS: A savoir aussi que la BCE tout comme la FED, ne sont pas des organismes publiques mais privées (consortium de banques). Outils (BCE, FED) servant le plan de domination de ceux qui se prétendent Juifs mais ne le sont pas, j'appelle à la barre des accusés, la haute finance international et apatride des Khazars.


_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hildegarde von b

avatar

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   9/11/2011, 14:15

l'argent c'est la mèche mais celle-là... c'est la poudre ! je dirais même mieux c'est le stock d munitions.... Evil or Very Mad

ne l'oublions pas ....

http://livre.fnac.com/a3074785/Pierre-Jovanovic-Blythe-masters
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrix



Nombre de messages : 39
Age : 27
Date d'inscription : 17/12/2011

MessageSujet: La politique du système monétaire est en réalité un système d'esclavage moderne   17/12/2011, 22:41

"Ce n'est pas un gage de bonne santé que d'être bien intégré dans une société profondément malade." J. Krishnamurti

L’argent est créé à partir de dettes. (voir Zeitgeist addentum)
Si chacun rembourserait ses dettes, il n'y aurait plus d'argent en circulation. C'est le nerf du système accentué par des intérêts qui ne pourront jamais être remboursé.
La dette est donc créé pour asservir des sociétés.

Que font les gens quand ils sont débiteurs ? Ils se proposent à l’embauche pour pouvoir rembourser.

Comment la société peut être délivrée des dettes ? Elle ne peut pas et c’est l’objectif. Une dette perpétuelle permet de vastes coupes dans l'éducation, la santé et la technologie. De plus,l’inflation est inhérente au système : entre 1913 et aujourd'hui, le dollar a été dévalué de 96%, cela ne profite qu’à une élite au sommet de la pyramide.

A la fin de la journée pour qui travaillons-nous ? pour une banque, l’argent est créé par les banques et finit dans une banque. Ce sont les véritables maîtres accompagnés des corporations et des gouvernements qu’ils supportent. L’esclavage physique oblige à nourrir et à loger les gens. L’esclavage économique oblige les gens à se nourrir et à se loger eux-mêmes.

Le monde dans lequel nous vivons a été créé par une poignée d’hommes contrairement à ce qui est admis. Il n’a pas été fait pour promouvoir l’humanité, afin de pouvoir assurer une vie décente à chaque être humain. 1% se partage 40% des richesses et 50% de l'humanité vit avec moins d'un dollar par jour.

Le système monétaire est une vaste duperie, et nous fait oublier que nous sommes tous des esclaves, et que chacun d’entre nous favorise ce système inhumain.
Il n’y a jamais eu autant d’esclaves que dans le monde où l’on vit aujourd’hui. Cet esclavage promu par le système monétaire n’est pas visible, c’est ce qui fait toute sa force.

A la fin, des temps dans l’apocalypse de Saint Jean, on peut y lire « personne ne pourra vendre, ni acheter s’il n’est pas marqué par le chiffre de la Bête » Cette phrase peut très bien s’appliquer à notre système monétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   17/12/2011, 23:20

Pour une lisibilité facile, il est conseillé aux membres de ne pas multiplier les sujets sans avoir, au préalable, vérifier si un sujet analogue est déjà créé.


Bienvenue Matrix :J. Krishnamurti,Zeitgeist... à ce que je vois pas encore sorti de la matrice lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   17/12/2011, 23:27

Matrix, 5 sujets créés en 10 mn, 5 fusions pour cause de doublons

Matrix, tes posts ne manquent pas d'intérêt mais merci de prendre le temps de parcourir le forum et d'en appréhender le fonctionnement et les règles avant de reposter Smile

Le point de vue des membres du forum sur un mouvement auquel tu fais allusion :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t1728-mouvement-zeitgeist


Salut Nonwo Merci pour le coup de pouce Razz

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vintage



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   30/12/2011, 17:41

Il fut un temps où la période entre Noel et le Jour de l'An s'appelait la période de la "trève des confiseurs".
C'est aussi le temps où on échange les voeux.
Mais le libéralisme aux ordres des banksters n'ont même plus de respect pour ces traditions humanistes.
En Espagne, le gouvernement de droite de Mariano Rajoy balance à quelques heures de la fin d'année un plan d'austérité par lequel le peuple va trinquer.

http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/12/30/le-gouvernement-espagnol-annonce-de-nouvelles-mesures-de-rigueur_1624481_1581613.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   11/1/2012, 09:35

La banque Rothschild vous souhaite ses meilleurs vœux...

de surendettement !!!



Georges Pompidou, Président de la République de 1969 à 1974 et surtout, associé extérieur de la Banque Rothschild, communiqua ses vœux télévisés pour la nouvelle année 1973.
Vous découvrirez dans cette vidéo que notre banquier-président se réjouit du grand emprunt qui fera, sans nul doute, le succès économique de ses amis employeurs.




En fouillant dans les documents publics du Sénat, j'ai découvert que cet emprunt à 7% de 50 milliards de francs indexé sur l'or (cela ne s'invente pas...) s'est transformé en véritable cauchemar financier pour les finances publiques durant les 14 années suivantes !

En 1988, cette lumineuse idée provenant du cerveau d'un salarié-banquier (dont le métier est de créer de l'argent avec rien) et Président de la République en CDD (dont le métier est de ne rien créer avec de l'argent) a subi une hausse d'intérêts annuels multipliée par 7 entre 1974 et 1988.


Pour reprendre les termes des sénateurs français en poste en 1987 : Le lien du Sénat est ici : http://www.senat.fr/questions/base/1987/qSEQ870204633.html

"Les intérêts versés sont passés de 455 millions de francs en 1974 à 3,58 milliards de francs en 1987. Alors que l'Etat n'a pas encore commencé à rembourser le capital, le coût cumulé de cet emprunt en intérêts s'élève déjà à 34,05 milliards de francs et, en janvier 1988, l'Etat devra honorer, une seule fois, une échéance de plus de 50 milliards de francs."


Un GOUFFRE !


J'imagine ce que devaient se dire les sénateurs : "Oups, je crois que tonton Pompon nous l'a bien mis dans l'os... Comment va-t-on pouvoir faire pour payer tout çà sans toucher aux avantages sociaux ou des hausses d'impôts ?"

Nous apprécions également cette phrase :

"Comme l'ensemble des emprunts d’État arrivant à échéance, l'emprunt 7 p. 100 1973 devra être financé par des emprunts nouveaux".


Devinez comment le Ministère de l’Économie a choisi de financer le capital de ce grand emprunt toxique arrivant à échéance ?...

Réponse : En rachetant la dette par de nouvelles dettes, fastoche !

Comme quoi, les actifs toxiques ne datent pas d'hier mes chers lecteurs !

La dette publique a la particularité d'être une arme de destruction massive à retardement particulièrement efficace lorsqu'elle se fait refinancer par de nouvelles dettes. Le piège se pose facilement puisque tout le monde apprécie ses bienfaits immédiats, puis il se referme lentement année après année autour du cou des contribuables... jusqu'à étouffer leurs proies...

Mais, Monsieur le Juge, çà sent l'escroquerie à grande échelle si je lis cela sur Wikipédia ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cavalerie_%28droit%29



La cavalerie est un processus financier où de nouveaux emprunts servent sans cesse à rembourser les emprunts antérieurs. Le système s'écroule lorsque l'emprunteur n'obtient pas le Nième prêt : il sait alors qu'il ne pourra pas rembourser l'emprunt précédent. La cavalerie est une tentation pour des acteurs économiques au départ honnêtes mais confrontés à des difficultés qu'ils croient passagères. Si c'est bien le cas, ils pourront se tirer d'affaire et tout rembourser – et personne n'aura matière à se plaindre, ni même à s'en douter. Dans le cas contraire, la chute sera retardée mais n'en sera que plus brutale.

Remarquez en bas de la page de Wikipédia dans la rubrique "Voir aussi" : "Chaîne de Ponzi" et "Dette Publique"... Je trouve cela absolument énorme de faire ce rapprochement sur une encyclopédie !

En d'autres termes, notre pays use ouvertement de criminalité financière (cavalerie) depuis presque 40 ans en versant la majorité de nos impôts au profit des intérêts bancaires...

Si vous êtes avocat (avec un gilet pare-balles) et déterminé à faire cesser cette mascarade pour le bien public de nos enfants et petits-enfants, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Pour que Pompon le Président-Banquier vous présente ses vœux, remplacez le terme "1973" par le terme "2012" dans la vidéo...

En ce qui concerne son appartenance aux "officines" américaines, je vous laisse commenter...


Bonne Année & Meilleur Vœux !

Razz lol! Moque2



http://gold-up.blogspot.com/2012/01/la-banque-rothschild-vous-souhaite-ses.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vintage



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   15/1/2012, 12:01

On entend de plus en plus de voix qui se posent des questions sur : Comment a t-on pu laisser filer pendant des dizaines d'années les deficits budgétaires de la France et se retrouver avec une dette de 1600 milliards d'euros à rembourser. ?

Cela semble si irresponsable , que beaucoup de gens commencent à suspecter une connivence entre les élus et la grande finance internationale qui prête de l'argent au pays.
Selon eux , cette accumulation de dette, votée et donc acceptée par la classe politique française, permet à la grande finance internationale de se gaver d'intèrêts; car la dette au delà d'un certain seuil, ne peut plus être remboursée et reste constante; donc seuls les intèrêts sont à payer sans que le capital diminue.
C'est l'enclenchement d'un cycle infernal de credit revolving qui beneficie aux usuriers internationaux.
La France se retrouverait ainsi asservie à payer une rente perpétuelle avec des taux d'intèrêts varaibles selon le bon vouloir des créanciers qui se goinfrent d'argent sur le dos du peuple français.
Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   16/1/2012, 12:47

Vintage, nous n'en sommes plus depuis longtemps à l'énoncé d'une hypothèse... Ce sujet et bien d'autres démontrent clairement la soumission de nos politiques, de tous bords, à la haute finance apatride... Voir ce post http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7436-histoire-de-la-creation-de-la-banque-de-france-enorme qui donne la mesure de cette constante dans le temps !



A propos des conséquences actuelles....

La grenouille française

Placez une grenouille dans une casserole d’eau froide et portez-la lentement à ébullition. La grenouille va s’habituer progressivement à cette augmentation de température avant de crever, ébouillantée, sans avoir eu le réflexe ou la « présence d’esprit » de sauter hors de la casserole (réflexe qu’elle aurait eu si on l’avait plongée directement dans l’eau bouillante).

Le peuple français est aujourd’hui dans la situation de cette grenouille. Le récent épisode des retraites a permis de faire monter la température de quelques degrés dans la casserole. Bien sûr, de doucereux docteurs, comme Fillon ou Coppé, tentent de nous rassurer ou de nous anesthésier en nous susurrant que « c’est pour notre bien », qu’« il n’y a pas d’autre solution », que « c’est une solution raisonnable », alors qu’un Sarkozy, tempérament de psychopathe oblige, préfère tonner et menacer.

Mais au fond, peu importe la méthode. Le seul chemin qu’un Sarkozy, un Strauss-Kahn… et beaucoup d’autres veulent nous faire emprunter est celui de la résignation. Pas un seul homme politique d’envergure n’ose évoquer un scénario peu ou prou identique à celui que nous avons envisagé dans notre billet Fourches caudines ou tango argentin ?

Pas un seul homme politique d’envergure n’ose aborder la question de la répartition globale de la richesse dans ce pays, préférant « traiter » les problèmes un par un afin que nous nous résignions peu à peu, insensiblement, à ce qui nous est présenté comme inéluctable : céder aujourd’hui sur le système de retraites, demain sur les prestations sociales (voir en ce sens notre billet À la Une et les déclarations de Florence Parisot), puis sur la santé, puis sur l’éducation, puis sur l’armée et la police, puis sur la justice… puis c’en sera fini. Ce jour-là, de citoyens, nous serons vraiment devenus des serfs.
http://sos-crise.over-blog.com/article-feuille-de-route-du-lobby-financier-cuisson-de-la-grenouille-et-tous-serfs-97065526.html




A propos du paiement de la dette, un article paru en 2010 qui étudie deux possibilités et qui a gardé un intérêt certain (bien lire également les commentaires riches en pistes à creuser study cyclops )


Fourches caudines ou tango argentin ?

Dans le premier billet de l’année (voir 2010 : le temps des perspectives), en évoquant les perspectives pour 2010, nous écrivions : « On peut donc s’attendre à ce que les “défauts” de paiement des États se multiplient, à commencer par les plus faibles et les plus endettés d’entre eux. Dans cette liste, on trouve traditionnellement la Grèce, l’Espagne… mais le vrai danger peut venir de la Grande-Bretagne, des 50 États américains et de l’État fédéral lui-même qui fait marcher à plein régime la “planche à billets” pour financer son déficit colossal. »

Plan d’austérité en Grèce, coupes budgétaires au Royaume-Uni, mesures de rigueur qui ne disent pas leur nom en France, nous y sommes : sous l’effet cumulé de dettes publiques massives et des effets pervers d’un « plan de sauvetage » des banques mis en place l’année dernière sans aucune contrepartie sérieuse, les gouvernants des États du Vieux Monde, de Rome à Washington en passant par Berlin, Madrid, Paris… se retrouvent aujourd’hui au pied du mur.

Sous la pression des marchés (en clair, du lobby bancassurance auquel s’ajoutent notamment les fonds de pension), ils vont devoir choisir la moins mauvaise solution pour résorber leurs montagnes de déficits.


Les fourches caudines

Première solution, celle à laquelle les pousse ce même lobby, celle qui semble « logique » pour les dirigeants, la plupart des « observateurs avisés » et autres théoriciens du « moutonnisme » : rembourser la dette.

Concrètement, nous allons passer sous les fourches caudines du lobby de la banque et de l’assurance en saignant le brave peuple aux quatre veines, pressurant les pauvres, les classes moyennes (ou ce qu’il en reste…), un peu (pas trop) les riches, pour satisfaire les prêteurs.

Ce faisant, on va accroître le mal dont nous souffrons depuis 30 ou 40 ans : une financiarisation excessive de l’économie au détriment de la « valeur travail » et de la production, une concentration toujours plus importante des richesses dans les mains d’un type d’entreprises - banques, assurances, fonds de pension… - qui, contrairement aux mantras de l’économie libérale (« l’argent des banques sert à financer l’investissement et la production »), investit essentiellement de façon non productive.

Des exemples ? Ils foisonnent, de l’immobilier (par exemple, les banques, en excès de liquidités, achètent les meilleurs fonds de commerce - regardez à l’angle de votre rue - et contribuent à faire monter les prix) aux actions des sociétés les plus importantes, type CAC 40 (alors que l’agriculteur ou le petit entrepreneur n’obtiendra rien de sa banque, sauf s’il hypothèque ses propres biens), en passant par la spéculation (disons « investissements mobiliers » ou « prises de position » pour employer un langage politiquement correct) sur les devises, les matières premières, les crédits carbone (le nouvel Eldorado de Wall Street)…


De Philippe le Bel au tango argentin en passant par les Soviets

Seconde solution, celle qui semble impensable, inimaginable, pas sérieuse en tout cas : on ne rembourse pas. Ou, nuance, on rééchelonne la dette, on rembourse une partie du capital mais pas les intérêts.

À l’extrême, c’est la solution de la révolution soviétique où l’on ne rembourse rien du tout et où l’on invite les détenteurs d’« emprunts russes » à s’asseoir sur leurs créances. De façon plus modérée, c’est la méthode qu’utilisaient certains papes ou un Philippe le Bel : on ne rembourse qu’une partie de la dette et, si le prêteur râle un peu trop, on l’emprisonne ou on le fait étrangler.

Cette solution, dans sa version moderne qui n’inclut ni prison ni basses œuvres, a été utilisée par l’Argentine en 2001, lorsqu’elle se déclara en cessation de paiements. Elle renégocia ensuite le montant de sa dette et n’accepta, en définitive, que d’en rembourser 30 %, contraignant ses prêteurs à faire leur deuil de 70 % du montant qui leur était dû.

Les conséquences si la France mettait en œuvre une solution de ce type ? Les marchés financiers vont s’effondrer, certaines banques feront peut être faillite, on parlera de « chaos financier planétaire », les banquiers hurleront, menaceront, glapiront…

Et alors ?

Cette sphère financière, qui absorbe aujourd’hui la plus-value de l’économie réelle et fait (sur)vivre plus d’un milliard d’êtres humains avec moins d’un dollar par jour, est en définitive tellement déconnectée de la réalité quotidienne et de cette même économie réelle, que les risques d’une telle solution s’avèrent certainement beaucoup moins élevés que les bénéfices.


Après le « chaos »

Rêvons un peu. La France décide un moratoire sur le paiement de sa dette : elle ne rembourse plus et, évidemment, n’emprunte plus. Que se passe-t-il ?

Compte tenu du poids de cette dette publique (un peu plus de 1 500 milliards d’euros), le budget de l’État devrait, en année « normale » (si on met à part la désastreuse année 2009) se retrouver à peu près à l’équilibre, ce qui n’a pas été le cas depuis 30 ans : sur un total de 350 milliards d’euros de dépenses annuelles, 43 milliards sont consacrés au remboursement de la dette, ou plutôt de ses intérêts (pour le capital, on verra plus tard…).

43 milliards d’intérêts versés chaque année par l’État – c’est-à-dire par nous – essentiellement au profit de la banque et de l’assurance, soit 120 millions d’euros tous les jours, samedis, dimanches et jours fériés inclus… C’est le très gros lot d’Euromillions à longueur d’année !

Quand on prend la mesure de tels chiffres, on réalise que tous les « plans de sauvetage », « mesures de rigueur » et autres décisions du même acabit qui vont être mis en œuvre n’aboutissent en définitive qu’à saigner un peu plus le malade pour, in fine, préserver à tout prix les intérêts des banques. Rappelons qu’en 2009, « mauvaise année » pour ces dernières, le résultat avant impôts de BNP Paribas, « petit joueur » par rapport aux banques chinoises et américaines, a été de 9 milliards d’euros.

La déification de l’argent et l’adoration des ratios financiers, érigés en normes suprêmes, même et surtout par des hommes et femmes politiques qui n’envisagent plus un seul instant de s’attaquer au veau d’or, a atteint de tels sommets que la perspective d’un défaut de paiement ou d’une véritable confrontation avec l’establishment financier, leur apparaît quasiment impie, blasphématoire.

Refuser aujourd’hui d’obéir aux injonctions de l’establishment bancaire, Banque mondiale en tête, équivaut à s’opposer à la volonté du pape au XIVe siècle : c’est risquer l’excommunication et le bûcher !

Aucun risque pour Sarkozy qui, en serviteur zélé de cet establishment, propose d’inscrire l’équilibre budgétaire – en d’autres termes le malthusianisme économique – dans la Constitution, « sanctuarisant » ainsi les intérêts de ce lobby.

Il faudra donc une sacrée dose de courage politique pour oser, toutes proportions gardées, être le Luther ou le Calvin du XXIe siècle face à ce qu’il faut bien appeler la religion de la toute-puissance de l’argent, pour s’opposer au Ad majorem pecuniae gloriam qui règle désormais les affaires du monde.

http://lalettredulundi.fr/2010/05/23/fourches-caudines-ou-tango-argentin/#comments

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   26/1/2012, 18:52


L'Argent Dette 2


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   3/2/2012, 12:54

Odette Publique balance ceux qui ont dépensé vos impôts




Moins vulgaire et bien documenté : http://www.impots-economie.com/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gehenne



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   31/1/2013, 00:22

Après Laurent Louis, Olivier Bonfond Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   31/1/2013, 03:03

Gehenne a écrit:


Après Laurent Louis, Olivier Bonfond Very Happy



Merci Gehenne Bien , intéressante cette vidéo et vraiment doué ce garçon, il maîtrise son sujet.
La p'tite BD explicative est vraiment didactique et bien faite.



En complément, les coordonnées du collectif pour un audit citoyen de la dette publique :

http://www.audit-citoyen.org/


A toute fin utile, on notera que Bonfond est proche de la LCR. Voir cette page :
http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=2607:dette-publique-belge-et-si-on-arretait-de-payer&option=com_content&Itemid=53

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6013
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   27/2/2013, 15:16

L'Argent Dette 3 (version courte: 1h05)

de Paul Grignon 2013








LAD3 version longue (2h28) :





L'Argent Dette III, Évolution au-delà de l'Argent offre seulement un bilan succinct des sujets essentiels traités dans les deux premiers films de la série L'Argent Dette.

Nous recommandons de visionner L'Argent Dette & L'Argent Dette II, Promesses Chimériques avant de visionner ce dernier opus de la trilogie.

Ces films sont disponibles à la consultation et à la vente en ligne (en DVD) sur http://www.moneyasdebt.net et http://www.bankster.tv/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale   22/4/2013, 18:28


Comprendre l’endettement de la France
Entretien avec Pierre-Yves Rougeyron


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Comprendre-l-endettement-de-la-France-17662.html
Revenir en haut Aller en bas
Gehenne



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Les dettes publiques Louis Even   15/9/2014, 21:14

Louis Even, 1962. "La dette publique ? Une absurdité."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chronique de la dette, argent dette, vidéos de Paul Grignon, dette nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» L'Argent-Dette
» Comprendre le mécanisme de l'argent
» La dette de l'Etat sur un compteur à Rouen
» La dette américaine en images
» Comprendre la dette publique : Qu'en pensez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Divers-
Sauter vers: