Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   27/8/2012, 11:40

BBC. Les « rebelles syriens » sont vraiment des enculés S/T




Citation :
BBC news
août 2012. Information retirée de leur site.

Des bras cassés terroristes syriens torturent un prisonnier et essaient de lui faire commettre un attentat kamikaze.

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   31/8/2012, 19:45


Syrie : Fabius n'exclut pas d'intervenir sans l'accord de l'ONU — Europe1

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   8/9/2012, 09:18

fabius veut armer les terroristes en Syrie

Revenir en haut Aller en bas
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   10/9/2012, 13:51

RT. Syrie : la catastrophique diplomatie « française »




F. William Engdahl
RUSSIA TODAY
6 septembre 2012

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   17/9/2012, 07:17

La situation en Syrie et les forces en présence par Bassam Tahhan. Florence aubena en prend pour son grade ! Ce monsieur confirme les dires de A. Soral sur cette journaliste de la désinformation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   23/9/2012, 23:02

Le quotidien al-Manar dévoile un accord clandestin turco-israélien visant à démembrer la patrie arabe

Al-Quds occupé / Le quotidien al-Manar paraissant à al-Quds occupé a dévoilé un accord turco-israélien que la direction turque actuelle s'engage à exécuter pour démembrer la patrie arabe et établir à sa place des pays de minorités alliés d'Israël.

Se référant aux sources bien informées turques, le quotidien al-Manar a souligné que ledit accord, signé depuis quelques années, explique la politique du gouvernement turc actuel hostile à la nation arabe.

Selon le journal, le ministre turc des affaires étrangères Ahmad Davutoglü, avait pris la tâche d'œuvrer avec le Qatar pour exécuter le plan de division de la patrie arabe avec la participation de certaines forces et mouvements religieux sous une couverture des Etats-Unis qui prétendaient l'application des droits de l'homme et de la démocratie.

Par ailleurs, autres sources ont révélé au quotidien al-Manar que les autorités qataries et saoudiennes publient des annonces d'emploi dans des médias arabes pour recruter les mercenaires et les transporter aux camps spéciaux dans les deux pays pour les obliger ensuite à joindre les groupes terroristes qui sont sur les territoires syriens.

Selon les mêmes sources, le quotidien al-Manar a affirmé que l'Arabie Saoudite et le Qatar signent avec ces personnes mercenaires des contrats de travail avec de grandes salaires mensuelles et leur donnent de nouvelles cartes d'identités puis ils les envoient en Turquie pour les entraîner sur l'utilisation des armes modernes et la fabrication des engins explosifs.

http://sana.sy/fra/55/2012/09/23/443153.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   28/9/2012, 23:51

Thierry Meyssan analyse l’attaque du ministère syrien
de la Défense par Al Qaeda








Citation :
Al Qaeda a attaqué le ministère syrien de la Défense, le 26 septembre 2012. Les assaillants étaient déguisés en soldats syriens et disposaient d'un véhicule de service. Ils ont franchi les barrages de sécurité en montrant de faux papiers. Ils espéraient tuer les chefs d'état-major, mais ils étaient mal renseignés et se sont trompés de bâtiment. Contrairement aux imputations de la presse occidentale, ils n'ont bénéficié d'aucune complicité à l'intérieur.

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   5/10/2012, 07:23

RT. agression turque contre la Syrie S/T

Revenir en haut Aller en bas
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   6/10/2012, 22:41

La propagandiste Martine Laroche Joubert épinglée.






Citation :


Publiée le 2 oct. 2012

Cette vidéo met en lumière les anomalies du reportages "Au cœur de la révolution syrienne" réalisé par Martine Laroche Joubert et Christophe Kenck.


_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   10/10/2012, 10:26

Bataille pour la Syrie




Citation :
La guerre fait rage en Syrie depuis un an et demi. Une interminable série d'opérations spéciales, de victoires et de replis, une lutte entre les forces gouvernementales et l'opposition armée qui se déroule à la fois sur le terrain et sur les écrans.

L'équipe russe du film a passé 2 mois sur la ligne de front avec les soldats de l'armée syrienne et des civils.

Ce film a été réalisé dans des conditions de terrain afin de mieux raconter l'histoire qui s'y déroule.

Vos commentaires libres et sans inscription : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Bataille-pour-la-Syrie-14275.html


_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   14/10/2012, 21:39


Irib 2012.10.03
Thierry Meyssan "revirement en Syrie?"



Interview publiée et faite avant le false flag "rebels" à la frontière Turque du 3 oct 2012.
(Bachar al Assad se trouvait mardi à Alep 2 oct. 2012)

________

Préparant une escalade de la guerre en Syrie
le Pentagone déploie des forces spéciales en Jordanie

Bill Van Auken - WSWS - sam., 13 oct. 2012 12:53 CDT

Citation :

En préparation pour une intervention américaine directe en Syrie et une guerre plus vaste au Moyen-Orient, le Pentagone a déployé secrètement une équipe spéciale de 150 militaires en Jordanie.

Le secrétaire à la Défense, Léon Panetta, a confirmé mercredi l'existence de l'unité de forces spéciales, qui avait d'abord été rapportée par le New York Times. S'adressant aux médias à la conclusion d'une rencontre de deux jours réunissant les ministres de la Défense de l'OTAN à Bruxelles, Panetta a affirmé, « Nous avons un groupe de soldats là-bas qui aide à bâtir un quartier général et qui s'assure que la relation entre les États-Unis et la Jordanie soit forte afin que nous puissions faire face à toutes conséquences des développements en Syrie ».

Panetta a dit que les forces américaines en Jordanie avaient aussi pour tâche de sécuriser les armes chimiques et biologiques en Syrie. Le président Barack Obama a déclaré que l'usage de telles armes serait un « point de non-retour » après lequel les États-Unis opteraient pour une intervention militaire directe en Syrie.

En Syrie, tout comme en Irak il y a une décennie, la soi-disant menace « d'armes de destructions massives » est utilisée comme prétexte pour une guerre d'agression américaine.

L'article du New York Times révèle que « l'idée d'établir une zone tampon entre la Syrie et la Jordanie - laquelle serait imposée par les forces jordaniennes du côté syrien de la frontière - a été discutée en conjonction avec la mise en place de l'avant-poste militaire américain, situé près de la frontière syrienne. » La création d'une telle zone ne serait possible qu'en coordination avec une intervention américaine massive.

Selon l'article du New York Times, « l'avant-poste près d'Amman pourrait jouer un rôle plus large si la politique américaine changeait » et que Washington décidait de déclencher une telle intervention.

Pendant ce temps, l'armée jordanienne a nié catégoriquement la présence américaine. L'agence de nouvelles de l'État jordanien, Petra, a cité un porte-parole des forces armées du pays disant : « Les rapports de nouvelles voulant que les États-Unis aident la Jordanie a faire face aux réfugiés syriens ou aux dangers en lien avec les armes chimiques sont faux. Les forces jordaniennes sont en mesure de faire face à toutes menaces ».

Le porte-parole a ajouté que toute présence militaire étrangère servait « à mener un exercice militaire de routine annuel » et « n'a rien à voir avec quelconque conflit ou développement régional ».

Le précédent déploiement secret américain en Jordanie remonte à mai dernier, lorsque le Pentagone a envoyé des troupes américaines au pays, y compris des unités de forces spéciales, dans le but de participer à des exercices militaires conjoints. L'opération avait comme nom de code Operation Eager Lion. Ensuite, une centaine de membres de l'armée sont restés sur place et ont été rejoints par des douzaines d'autres qui ont été amenés par avion. L'équipe spéciale, selon le New York Times, est dirigée par un « officier américain sénior ».

Les quartiers généraux de ces forces spéciales sont situés dans une base militaire jordanienne érigée dans une carrière abandonnée, au nord de la capitale Amman. Se trouvant à seulement 55 km de la frontière syrienne, il s'agit du contingent de l'armée américaine le plus près des sites de la guerre civile syrienne. Dans cette guerre, Washington donne son soutien à toute une série de milices islamistes et sectaires qui mènent une campagne par procuration pour renverser le président Bachar Al-Assad et le remplacer par un régime plus servile envers les États-Unis.

Ce déploiement militaire en Jordanie suit le modèle établi par la CIA à la base aérienne américaine d'Incirlik en Turquie, où l'agence a mis en place un poste de commandement qui lui permet d'équiper les armées de soi-disant rebelles syriens en armes et en munitions qui proviennent de la Turquie, de l'Arabie saoudite, du Qatar et d'autres monarchies sunnites du golfe Persique.

L'article du New York Times semble indiquer que la principale préoccupation du contingent militaire américain en Jordanie a été de gérer l'afflux de quelque 180.000 réfugiés de la Syrie voisine.

« Les membres des forces spéciales américaines passent la majeure partie de leur temps à effectuer des tâches de logistique avec l'armée jordanienne - par exemple, trouver le moyen de déplier des tonnes de nourriture, d'eau et de latrines à la frontière, et former l'armée jordanienne pour qu'elle puisse s'occuper des réfugiés », selon le New York Times.

L'article ne tente pas d'expliquer pourquoi l'armée des États-Unis serait si apte à offrir de l'aide aux réfugiés, elle qui a en justement créé des millions au cours des guerres américaines en Irak et en Afghanistan.

La Jordanie a traité si brutalement les réfugiés provenant de la Syrie que des émeutes ont éclaté. Des manifestations ont été réprimées par des policiers lourdement armés au camp de réfugiés de Zaatari érigé en plein désert.

« Les responsables américains au courant de l'opération », qui ont parlé au journal sans révéler leur identité, tentent d'offrir un prétexte humanitaire aux préparatifs d'une nouvelle explosion du militarisme américain dans la région.

Si Washington et le Pentagone se préoccupent de l'arrivée de réfugiés en Jordanie c'est parce que, d'une part, ils pourraient les utiliser comme prétexte à une intervention, et aussi, ils pourraient venir intensifier la crise politique de la monarchie jordanienne, qui est à la tête d'un des États clients américains les plus serviles de la région.

Dans un rapport publié la semaine dernière, le Congressional Research Service (CRS), la branche de recherche non partisane du Congrès américain, a admis : « Le roi Abdoullah II fait face à une opposition de plus en plus confiante qui le critique aujourd'hui ouvertement, surtout dans le contexte où la Jordanie continue d'avoir un taux de chômage et de sous-emploi élevé, ainsi qu'un important déficit financier. Les manifestations de faible envergure sont maintenant chose courante en Jordanie, et pas seulement dans la capitale Amman, mais aussi dans les régions tribales rurales au sud, considérées précédemment comme des bastions de soutien pour le gouvernement. Même si les demandes d'ordre économique demeurent les plus importantes, la corruption dans les plus hautes sphères de la société et les assauts incessants sur les libertés politiques sont aussi source d'agitations. »

Le vendredi 5 octobre, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Amman. Les protestataires scandaient : « Le peuple veut que le régime s'en aille » et sur des pancartes on pouvait lire : « À bas les gouvernements non élus » et « Nous préférons mourir plutôt que de vivre humiliés. »

Pendant que croît l'opposition interne au régime jordanien, les États-Unis augmentent l'aide dont dépend ce dernier. Selon le rapport du CRS, durant la présente année financière, Washington fournit 360 millions de dollars en soutien économique et plus de 300 millions en aide militaire. Depuis 1951, les États-Unis ont consacré quelque 13,1 milliards de dollars pour soutenir la monarchie hachémite au pays.

Les révélations sur la base militaire secrète en Jordanie indiquent une fois de plus combien les préparatifs des États-Unis pour une nouvelle guerre encore plus dévastatrice au Moyen-Orient sont avancés.

http://fr.sott.net/article/10301-Preparant-une-escalade-de-la-guerre-en-Syrie-le-Pentagone-deploie-des-forces-speciales-en-Jordanie

_____

La Syrie ferme son espace aérien aux avions civils turcs
http://fr.ria.ru/world/20121014/196312387.html


_______

La théorie de Thierry Meyssan peut être bonne mais il peut aussi être question d'envoyer un maximum de "rebels" à la mort pour encore plus affaiblir les forces syriennes avant d'attaquer et si les USA gagnent ils auraient moins de cellules d'Al Qaida à gérer après.

La tentative de créer une guerre unilatérale entre la Turquie et la Syrie à l'air d'être trop difficile à mettre en place.
Vous pensez quoi de çà ? Ils en parlent dans les autres médias ? C'est pour faire plaisir à israel et aux USA mais en apparence peut être ?

Citation :

Pour ce faire, Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre Turc, a ordonné le déploiement de 250 chars et 55 chasseurs vendredi sur la frontière avec la Syrie.

Les chars sont déployés dans les provinces de Sanliurfa et de Mardin alors que “le gouvernement demande aux troupes de se préparer à un éventuel conflit avec les forces syriennes”, selon le quotidien turc Today’S Zaman. Des véhicules blindés et des armes lourdes sont aussi dépêchés dans la région.

http://www.algerie1.com/actualite/en-vue-dagresser-la-syrie-la-turquie-deploie-250-chars-et-55-chasseurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   14/10/2012, 22:09

Irib 2012.10.12
A.Soral, Turquie bras armé de l'Otan contre la Syrie



Citation :

Par Hieronymus20
radio Iran, interview le 12 octobre 2012 de Alain Soral, écrivain sociologue métapolitique, à propos de l'aggravation de la crise entre la Syrie et la Turquie et de ce qui semble être la volonte délibérée du bloc américano-sioniste de faire de la Turquie le bras armé de l'Otan contre la Syrie.
source

Irib 2012.10.13 Meyssan
tension entre Turquie et Syrie



autre source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   20/10/2012, 14:01

Quenelle !

Bachar Al-Assad promulgue une loi sur les OGM en plein conflit

SYRIE – En pleine guerre civile, Bachar Al-Assad se soucie de "préserver la santé de l'être humain". Selon l'agence officielle Sana, le président syrien a promulgué, jeudi 18 octobre, une loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM).

"Le président Bachar Al-Assad a promulgué une loi sur la sécurité sanitaire des OGM et de leurs produits (...) en vue de réglementer leur utilisation et leur production (...) et préserver ainsi la santé de l'être humain, des animaux, des végétaux et de l'environnement", détaille Sana.

Une décision qui intervient alors que le pays est en guerre civile depuis mars 2011. Les troupes fidèles au régime répriment dans le sang un soulèvement hostile au pouvoir sans précédent. Les affrontements font plusieurs dizaines de morts par jour, plus de 34 000 ont été recensés depuis le début de la guerre.

http://www.francetvinfo.fr/bachar-al-assad-promulgue-une-loi-sur-les-ogm-en-plein-conflit_157539.html

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   13/11/2012, 12:27

Bachar el-Assad sur Russia Today



Interview du Président syrien Bachar el-Assad par la chaîne TV d'informations russe Russia Today à Damas, le 8 novembre 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   17/11/2012, 18:32

Voix de Russie 2012.11.15 Meyssan, l'ingérence française en Syrie



Voix de Russie 2012.11.15 Meyssan, l'ingérence...
par Hieronymus20
Citation :

Voix de la Russie, interview le 15 novembre 2012 de Thierry Meyssan, journaliste écrivain, au sujet de l'ingérence française en cours dans le conflit syrien.
source: http://french.ruvr.ru/
Revenir en haut Aller en bas
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   20/11/2012, 07:23

Citation :

Les multiples visages de cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib
par Thierry Meyssan

Totalement inconnu du public international, il y a une semaine encore, cheikh Moaz al-Khatib a été propulsé président de la Coalition nationale syrienne, représentant l’opposition pro-occidentale au gouvernement de Damas. Décrit par une intense campagne de relations publiques comme une haute personnalité morale sans attaches partisanes ou économiques, il est en réalité membre des Frères musulmans et cadre de la compagnie pétrolière Shell.
Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 19 novembre 2012



Cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib

L’émiettement de l’opposition syrienne armée reflète les conflits entre les États qui tentent de « changer le régime » de Damas.
On retiendra surtout le Conseil national (CNS), dit aussi Conseil d’Istanbul parce qu’il fut constitué là-bas. Il est tenu d’une main de fer par la DGSE française et financé par le Qatar. Ses membres, qui ont obtenu le droit de séjour en France et diverses facilités, sont en permanence sous la pression des services secrets qui leur dictent leur moindre prise de parole.
Les Comité locaux de coordination (CLC) représentent sur place les civils soutenant la lutte armée.
Enfin l’Armée syrienne libre (ASL), principalement encadrée par la Turquie, regroupe la plupart des combattants, y compris les brigades d’Al-Qaida. 80 % de ses unités reconnaissent comme chef spirituel le cheikh takfiriste Adnan Al-Arour, basé en Arabie saoudite.

Cherchant à reprendre le leadership et à remettre de l’ordre dans cette cacophonie, Washington a enjoint la Ligue arabe de convoquer une réunion à Doha, a coulé le CNS, et a contraint le plus grand nombre de groupuscules possibles à intégrer une structure unique : la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la Révolution. En coulisses, l’ambassadeur Robert S. Ford a lui-même distribué les places et les prébendes. En définitive, il a imposé comme président de la Coalition une personnalité qui n’avait jamais été citée jusqu’ici par la presse : le cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib.


L’ambassadeur Robert S. Ford

Robert S. Ford est considéré comme le principal spécialiste du Moyen-Orient au département d’État. Il fut l’assistant de John Negroponte, de 2004 à 2006, lorsque le maître espion appliqua en Irak la méthode qu’il avait élaborée au Honduras : l’usage intensif d’escadrons de la mort et de Contras. Peu avant le début des événements en Syrie, il fut nommé par le président Obama ambassadeur à Damas et prit ses fonctions malgré l’opposition du Sénat. Il appliqua immédiatement la méthode Negroponte à la Syrie avec les résultats que l’on connaît.


Epouse de l’ambassadeur Robert S. Ford, Alison Barkley supervise la logistique de l’ambassade des Etats-Unis en Arabie saoudite.

Si la création de la Coalition nationale acte la reprise en main de l’opposition armée par Washington, elle ne règle pas la question de la représentativité. Rapidement, diverses composantes de l’ASL s’en sont désolidarisées. Surtout, la Coalition exclut l’opposition hostile à la lutte armée, notamment la Coordination nationale pour le changement démocratique d’Haytham al-Manna.

Le choix du cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib répond à une nécessité apparente : pour être reconnu par les combattants, il fallait que le président de la Coalition fut un religieux, mais pour être admis par les Occidentaux, il devait paraître modéré. Surtout, en cette période d’intenses négociations, il fallait que ce président puisse s’appuyer sur de solides compétences pour discuter de l’avenir du gaz syrien, mais de cela il ne faut pas parler en public.

Les spin doctors US ont rapidement relooké le cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib en costume sans cravate. Certains médias en font déjà un leader « modèle ». Ainsi, un grand quotidien US le présente comme « un produit unique de sa culture, comme Aung San Suu Kyi en Birmanie » [1] .

Voici le portrait qu’en dresse l’Agence France Presse (AFP) :

« Cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib, l’homme du consensus

Né en 1960, cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib, est un religieux modéré qui a été un temps imam de la mosquée des Omeyyades de Damas et n’appartient à aucun parti politique.
C’est cette indépendance, et sa proximité avec Riad Seif à l’origine de l’initiative d’une coalition élargie, qui a fait de lui un candidat de consensus pour la direction de l’opposition.
Issu de l’islam soufi, ce dignitaire religieux qui a étudié les relations internationales et la diplomatie n’est lié ni aux Frères musulmans, ni à aucune force d’opposition islamiste.
Arrêté à plusieurs reprises en 2012 pour avoir publiquement appelé à la chute du régime de Damas, il a été interdit de parole dans les mosquées syriennes par ordre des autorités et a trouvé refuge au Qatar.
Originaire de Damas même, il a joué un rôle décisif dans la mobilisation de la banlieue de la capitale, notamment Douma, très active dès le début de la mobilisation pacifique en mars 2011.
"Cheikh al-Khatib est une figure de consensus qui bénéficie d’un véritable soutien populaire sur le terrain", souligne Khaled al-Zeini, membre du Conseil national syrien (CNS). »
[2].

La vérité est toute autre.


Ahmad Moaz Al-Khatib en costume sans cravate

En réalité, il n’y a aucune trace que cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib ait jamais étudié les relations internationales et la diplomatie, mais il a une formation d’ingénieur en géophysique et a travaillé six ans pour la al-Furat Petroleum Company (1985-91). Cette société est une joint-venture entre la compagnie nationale et des compagnies étrangères, dont l’anglo-hollandaise Shell avec laquelle il a maintenu des liens.
En 1992, il hérite de son père cheikh Mohammed Abu al-Faraj al-Khatib la prestigieuse charge de prêcheur de la Mosquée des Omeyyades. Il est rapidement relevé de ses fonctions et interdit de prêche dans toute la Syrie. Cependant, cet épisode ne se situe pas en 2012 et n’a rien à voir avec l’actuelle contestation, mais il y a vingt ans, sous Hafez el-Assad. La Syrie soutenait alors l’intervention internationale pour libérer le Koweït, tout à la fois par respect du droit international, pour en finir avec le rival irakien, et pour se rapprocher de l’Occident. Le cheikh, quant à lui, était opposé à « Tempête du désert » pour des motifs religieux qui étaient ceux énoncés par Oussama Ben Laden —dont il se réclamait alors—, notamment le refus de la présence occidentale sur la terre d’Arabie considérée comme un sacrilège. Cela l’avait conduit à proférer des harangues antisémites et anti-occidentales.
Par la suite, le cheikh poursuit une activité d’enseignement religieux, notamment à l’Institut néerlandais de Damas. Il entreprend de nombreux voyages à l’étranger, principalement aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Finalement, il se fixe au Qatar.
En 2003-04, il revient en Syrie comme lobbyiste du groupe Shell lors de l’attribution des concessions pétrolières et gazières.
Il revient à nouveau en Syrie début 2012 où il enflamme le quartier de Douma (banlieue de Damas). Arrêté, puis amnistié, il quitte le pays en juillet et s’installe au Caire.
Sa famille est bien de tradition soufie, mais contrairement aux imputations de l’AFP, il est membre de la confrérie des Frères musulmans et l’a d’ailleurs montré à la fin de son discours d’investiture à Doha. Selon la technique habituelle de la Confrérie, il adapte non seulement la forme, mais aussi le fond de ses discours à ses auditoires. Parfois favorable à une société multi-religieuse, parfois au rétablissement de la charia. Dans ses écrits, il qualifie les personnes de religion juive d’« ennemis de Dieu » et les musulmans chiites d’« hérétiques réjectionnistes », autant d’épithètes qui valent condamnation à mort.

En définitive, l’ambassadeur Robert S. Ford a bien joué. Une fois de plus Washington roule ses alliés dans la farine. Comme en Libye, la France aura pris tout les risques, mais dans le grand compromis qui s’annonce, Total ne bénéficiera d’aucune concession avantageuse.
Thierry Meyssan



[1] “A model leader for Syria ?”, éditorial du Christian Science Monitor, 14 novembre 2012.

[2] « Un religieux, un ex-député et une femme à la tête de l’opposition syrienne », AFP, 12 novembre 2012.


http://www.voltairenet.org/article176614.html


Journal de Syrie 19.11.2012
conférence du dialogue national syrien
Gaza: Nouveaux massacres



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   6/12/2012, 20:39

Thierry Meyssan, intervention militaire en Syrie de l'OTAN


Irib 2012.12.06 Thierry Meyssan, intervention... par Hieronymus20


Citation :
radio Iran, interview le 6 decembre 2012 de Thierry Meyssan, écrivain journaliste, sujet : est ce que les Etats-Unis et l'OTAN se préparent à une intervention militaire en Syrie ?
source: http://french.irib.ir/
Revenir en haut Aller en bas
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   16/12/2012, 20:16

Entretien avec le magazine serbe Geopolitika
Thierry Meyssan :
« Des terroristes syriens ont été formés
par l’UCK au Kosovo »


Thierry Meyssan répond aux questions du news magazine serbe Geopolitika. Il revient sur son interprétation du 11-Septembre, sur les événements en Syrie, et sur la situation actuelle de la Serbie.
Réseau Voltaire | Belgrade (Serbie) | 2 décembre 2012

Citation :


Geopolitika : Monsieur Meyssan, vous avez acquis la célébrité mondiale quand vous aviez publié le livre L’Effroyable imposture 1 qui met en cause la version officielle des autorités états-uniennes concernant l’attaque terroriste du 11 septembre 2001. Votre livre a encouragé d’autres intellectuels à émettre leurs doutes sur ce tragique évènement. Pourriez vous brièvement dire à nos lecteurs ce qui s’est réellement passé ce 11 septembre, qu’est-ce qui a touché ou explosé dans le bâtiment du Pentagone : c’était un avion qui s’est écrasé ou bien autre chose ? Que s’est-il passé avec les avions qui se sont écrasé sur les tours jumelles, surtout avec le troisième immeuble à coté de ces tours ? Quel est le contexte plus profond de cette attaque, qui a eu des répercussions mondiales et a beaucoup changé le monde ?

Thierry Meyssan : Il est étonnant que la presse mondiale ait relayé la version officielle d’une part parce que celle-ci est absurde, d’autre part parce qu’elle ne parvient pas à expliquer une partie des événements.

L’idée selon laquelle un fanatique, basé dans une grotte en Afghanistan, et une vingtaine d’individus, munis de cutters, auraient pu détruire le World Trade Center et frapper le Pentagone avant que l’armée la plus puissante du monde ait eu le temps de réagir, n’est pas même digne d’un Comics. Mais, plus l’histoire est grotesque, moins les journalistes occidentaux posent de questions.

Par ailleurs, la version officielle ne rend pas compte des spéculations boursières sur les compagnies victimes des attentats, de l’incendie de l’annexe de la Maison-Blanche, ni de l’effondrement d’une troisième tour du World Trade Center dans l’après-midi. Autant d’événements qui ne sont pas même mentionnés dans le rapport final de la Commission d’enquête présidentielle.

Sur le fond, on ne parle jamais de la seule chose importante ce jour là : après l’attaque du World Trade Center, le plan de continuité du gouvernement a été illégalement activé. Il existe une procédure en cas de guerre nucléaire. Si l’on constate l’annihilation des autorités civiles, un gouvernement militaire alternatif prend le relai. Vers 10h30, ce plan a été activé bien que les autorités civiles soient toujours en capacité d’exercer leurs responsabilités. Le pouvoir a échu aux militaires qui ne l’ont restitué que vers 16h30 aux civils. Durant cette période, des commandos sont allés chercher la presque totalité des membres du Congrès et des membres du gouvernement pour les mettre en sécurité dans des abris anti-atomiques. Il y a donc eu un coup d’État militaire de quelques heures, juste le temps nécessaire pour que les putschistes imposent leur ligne politique : état d’urgence permanent à l’intérieur, et impérialisme global à l’extérieur.

Le 13 septembre, le Patriot Act a été déposé au Sénat. Il s’agit non pas d’une loi, mais d’un épais Code anti-terroriste dont la rédaction avait été conduite en secret durant les deux à trois années précédentes. Le 15 septembre, le président Bush a avalisé le plan de la « matrice mondiale », instituant un vaste système d’enlèvements, de prisons secrètes, de tortures et d’assassinats. Lors de la même réunion, il a avalisé un plan prévoyant les attaques successives de l’Afghanistan de l’Irak, du Liban, de la Libye, de la Syrie, de la Somalie, du Soudan et de l’Iran. Vous pouvez constater que la moitié du programme a déjà été réalisée.

Ces attentats, ce coup d’État, et les crimes qui ont suivi ont été organisés par ce qu’il convient d’appeler l’État profond (au sens où on emploie cette expression pour décrire le pouvoir militaire secret en Turquie ou en Algérie). Ces événements ont été conçus par un groupe très fermé : les straussiens, c’est-à-dire les disciples du philosophe Leo Strauss.

Ce sont les mêmes individus qui avaient poussé le Congrès US à réarmer, en 1995, et qui ont organisé le démembrement de la Yougoslavie. Nous devons nous rappeler à titre d’exemple qu’Alija Itzetbegovic avait comme conseiller politique Richard Perle, comme conseiller militaire Oussama Ben Laden, et comme conseiller médiatique Bernard-Henri Lévy.

Geopolitika : Votre livre et votre attitude antiaméricaine, que vous avez librement exprimée sur votre réseau indépendant Voltaire, ont été la source de problèmes que vous avez eus personnellement avec l’administration de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ? En effet, dans l’article que vous aviez écrit sur M. Sarkozy, intitulé « Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française » 2 vous avez publié des informations délicates qui nous rappellent des thrilleurs politico-criminels.

Thierry Meyssan : Je ne suis pas anti-américain. Je suis anti-impérialiste et je pense que le peuple des États-Unis est lui aussi victime de la politique de ses dirigeants.

Concernant Nicolas Sarkozy, j’ai révélé qu’il avait été élevé durant son adolescence, à New York, par l’ambassadeur Frank Wisner Jr. Ce personnage est un des plus importants cadres de la CIA, laquelle a été fondée par son père Frank Wisner Sr. Il s’ensuit que la carrière de Nicolas Sarkozy a entièrement été façonnée par la CIA. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, devenu président de la République française, il ait défendu les intérêts de Washington et non pas ceux des Français.

Les Serbes connaissent bien Frank Wisner Jr. : c’est lui qui a organisé l’indépendance unilatérale du Kosovo en qualité de représentant spécial du président des États-Unis.

J’ai expliqué tout cela en détail lors d’une intervention à l’Eurasian Media Forum (Kazakhstan) et on m’a demandé de le développer dans un article pour Odnako (Russie). Il se trouve que, par un hasard de calendrier, il a été publié pendant le guerre de Géorgie, au moment où Sarkozy venait à Moscou. Le Premier ministre Vladimir Poutine a posé le magazine sur la table avant de commencer à discuter avec lui. Cela n’a évidemment pas amélioré mes relations avec Sarkozy.

Geopolitika : Monsieur Meyssan, quelle est la situation actuelle en Syrie, la situation sur le front et la situation dans la société syrienne ? Est-ce que l’Arabie Saoudite et le Qatar, ainsi que les pays occidentaux qui veulent faire tomber le système politique du président Bachar El Assad de force, sont proches de l’accomplissement de leur objectif ?

Thierry Meyssan : Sur 23 millions de Syriens environ 2 à 2,5 millions soutiennent des groupes armés qui tentent de déstabiliser le pays et d’affaiblir son armée. Ils ont pris le contrôle de quelques agglomérations et de vastes zones rurales. En aucun cas ces groupes armés ne seront en mesure de renverser le régime.

Le plan occidental initial prévoyait que des actions terroristes engendreraient un cycle de provocation/répression justifiant une intervention internationale, sur le modèle du terrorisme de l’UCK et de la répression par Slobodan Milosevic, suivis de l’intervention de l’OTAN. Signalons au passage qu’il est attesté que des groupes combattants en Syrie ont été formés au terrorisme par des membres de l’UCK sur le territoire du Kosovo.

Ce plan a échoué parce que la Russie de Vladimir Poutine n’est pas celle de Boris Eltsine. Moscou et Pékin ont interdit à l’OTAN d’intervenir et depuis, la situation pourrit.

Geopolitika : Que veulent obtenir les États Unis, la France, la Grande Bretagne, l’Arabie Saoudite et le Qatar en faisant tomber le président el-Assad ?

Thierry Meyssan : Chaque État membre de la coalition a son propre intérêt dans cette guerre et croit pouvoir le satisfaire, alors même que ces intérêts sont parfois contradictoires entre eux.

Au plan politique, il y a la volonté de briser « l’Axe de la Résistance au sionisme » (Iran-Irak-Syrie-Hezbollah-Palestine). Il y a aussi la volonté de poursuivre le « remodelage du Moyen-Orient élargi ».

Mais le plus important est au plan économique : on a découvert d’immenses réserves de gaz naturel au sud-est de la Méditerranée. Le centre de ce gisement est prés de Homs en Syrie (plus précisément, à Qârâ).

Geopolitika : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la rébellion d’Al Qu’aida en Syrie, dont les relations avec les États Unis sont pour le moins contradictoires, si on regarde leurs actions sur le terrain ? Vous avez dit dans une interview que les relations entre Abdelhakim Belhadj et l’OTAN étaient quasiment institutionnalisées. Pour qui Al-Qu’aida fait la guerre en réalité ?

Thierry Meyssan : Al-Qaida n’était au départ que le nom de la base de données, du fichier informatique, des moujahidines arabes envoyés se battre en Afghanistan contre les Soviétiques. Par extension, on a nommé Al-Qaida le milieu jihadiste dans lequel ces mercenaires étaient recrutés. Puis, Al-Qaida a désigné les combattants autour de Ben Laden et par extension, tous les groupes dans le monde qui se réclament de l’idéologie de Ben Laden.

Selon les périodes et les besoins, cette mouvance a été plus ou moins nombreuse. Durant la première guerre d’Afghanistan, la guerre de Bosnie et les guerres de Tchétchénie, ces mercenaires étaient des « combattants de la liberté », car ils luttaient contre des Slaves. Puis, lors de la seconde guerre d’Afghanistan et de l’invasion de l’Irak, ils étaient des « terroristes », parce qu’ils s’en prenaient aux GI’s. Après la mort officielle de Ben Laden, ils sont redevenus des « combattants de la liberté » durant les guerres de Libye et de Syrie parce qu’ils se battent aux côtés de l’OTAN.

En réalité, ces mercenaires ont toujours été contrôlés par le clan des Sudeiris, la faction pro-US et archi-réactionnaire de la famille royale saoudienne, et plus précisément par le prince Bandar Ben Sultan. Celui-ci, que George Bush Père a toujours présenté comme son « fils adoptif » (c’est-à-dire comme le garçon intelligent dont il aurait aimé être le père), n’a cessé d’agir pour le compte de la CIA. Même lorsque Al-Qaida a combattu les GI’s, en Afghanistan et en Irak, c’était encore dans l’intérêt bien compris des États-Unis parce que cela permettait de justifier leur présence militaire.

Il se trouve que dans les dernières années, les Libyens sont devenus majoritaires au sein d’Al-Qaida. L’OTAN les a donc naturellement utilisés pour renverser le régime de Mouammar el-Kadhafi. Dès que cela a été fait, ils ont nommé le numéro 2 de l’organisation, Abdelhakim Belhaj, gouverneur militaire de Tripoli, bien qu’il soit recherché par la justice espagnole pour sa responsabilité présumée dans les attentats de Madrid. Par la suite, ils l’ont transféré avec ses hommes pour se battre en Syrie. Pour leur transport, la CIA a utilisé les moyens du Haut-Commissariat aux Réfugiés grâce à Ian Martin, le représentant spécial de Ban ki-Moon en Libye. Les prétendus réfugiés ont été emmenés en Turquie dans des camps qui leur ont servi de base arrière pour attaquer la Syrie et dont l’accès a été interdit aux parlementaires turcs et à la presse.

Ian Martin aussi est connu de vos lecteurs : il fut secrétaire général d’Amnesty International, puis représentant du Haut Commissaire pour les Droits de l’homme en Bosnie-Herzégovine.

Geopolitika : La Syrie est le lieu, non seulement d’une guerre civile, mais aussi d’une guerre médiatique et de manipulations. Nous vous demandons en tant que témoin direct, quelqu’un qui est sur le terrain, que s’est-il vraiment passé à Homs et à Houla ?

Thierry Meyssan : Je ne suis pas témoin direct de ce qui s’est passé à Houla. Par contre, j’ai été tiers de confiance lors des négociations entre les autorités syriennes et françaises durant le siège de l’Émirat islamique de Baba Amr. Les jihadistes s’étaient retranchés dans ce quartier de Homs dont ils avaient chassé les infidèles (chrétiens) et les hérétiques (chiites). En fait seules une quarantaine de familles sunnites étaient restées sur place, au milieu d’environ 3 000 combattants. Ces gens avaient instauré la charia, et un « tribunal révolutionnaire » a condamné plus de 150 personnes a être égorgées en public.

Cet Émirat auto-proclamé était secrètement encadré par des officiers français. Les autorités syriennes voulaient éviter de donner l’assaut et ont négocié avec les autorités françaises pour que les insurgés se rendent. En définitive, les Français ont pu quitter nuitamment la ville et s’enfuir au Liban, tandis que les forces loyalistes sont entrées dans l’Émirat et que les combattants ont capitulé. Le bain de sang a ainsi été évité, il y a eu en définitive moins de 50 morts durant l’opération.

JPEG - 35.2 ko

Geopolitika : À part les Alaouites, les chrétiens sont aussi des cibles en Syrie. Pourriez-vous nous dire un peu plus sur la persécution des chrétiens dans ce pays et pourquoi la soi-disant civilisation occidentale, dont les racines sont chrétiennes, ne montre aucune solidarité avec ses coreligionnaires ?

Thierry Meyssan : Les jihadistes s’en prennent en priorité à ceux qui leur sont les plus proches : d’abord les sunnites progressistes, puis les chiites (incluant les alaouites), et seulement ensuite les chrétiens. D’une manière générale, ils torturent et tuent assez peu de chrétiens. Par contre, ils les expulsent systématiquement et volent tous leurs biens. Dans la région proche de la frontière nord du Liban, l’Armée syrienne libre a donné une semaine aux chrétiens pour fuir. On a assisté à l’exode brutal de 80 000 personnes. Ceux qui n’ont pas fui à temps ont été massacrés.

Le christianisme a été fondé à Damas par Saint Paul. Les communautés syriennes sont antérieures à celles d’Occident. Elles ont conservé les rites anciens et une foi extrêmement forte. La plupart sont orthodoxes. Celles qui se sont rattachées à Rome ont conservé leurs rites ancestraux. Lors des croisades, les chrétiens d’Orient se sont battus avec les autres arabes contre les soudards envoyés par le Pape. Aujourd’hui, ils se battent avec leurs concitoyens contre les jihadistes envoyés par l’OTAN.

Geopolitika :: Est-ce qu’on peut s’attendre à une attaque de l’Iran l’année prochaine, et dans l’hypothèse d’une intervention militaire, quel serait le rôle d’Israël ? Est-ce que l’attaque des installations nucléaires est le vrai objectif de Tel-Aviv, ou est-ce qu’Israël est poussé dans cette aventure par une structure mondialiste, intéressée par une large déstabilisation des relations internationales ?

Thierry Meyssan : Il se trouve que l’Iran est porteur d’une Révolution. C’est aujourd’hui le seul grand pays qui propose un modèle d’organisation sociale alternatif à l’American Way of Life. Les Iraniens sont un peuple mystique et persévérant. Ils ont enseigné l’art de la Résistance aux arabes et s’opposent aux projets du sionisme, non seulement dans la région, mais dans le monde.

Ceci dit, malgré ses rodomontades, Israël est bien incapable d’attaquer l’Iran. Et les États-Unis eux-mêmes ont renoncé à l’attaquer. C’est un pays de 75 millions d’habitants où chacun ambitionne de mourir pour sa patrie. Tandis que l’armée israélienne est composée de jeunes gens dont l’expérience militaire se borne à ratonner des Palestiniens, et que l’armée US est composée de chômeurs qui n’ont pas l’intention de mourir pour une solde de misère.

Geopolitika : Comment voyez-vous le rôle de la Russie dans le conflit syrien et comment voyez-vous le rôle du président de Russie, Vladimir Putin, qui est largement diabolisé par la presse occidentale ?

Thierry Meyssan : La diabolisation du président Poutine par la presse occidentale est l’hommage du vice à la vertu. Après avoir redressé son pays, Vladimir Poutine entend lui rendre sa place dans les relations internationales. Il a basé sa stratégie sur le contrôle de ce qui devrait être la principale source d’énergie au XXIe siècle : le gaz. D’ores et déjà Gazprom est devenue la première compagnie mondiale de gaz et Rosneft la première pour le pétrole. Il n’a évidemment pas l’intention de laisser les États-Unis faire main basse sur le gaz syrien, ni d’ailleurs de laisser l’Iran exploiter son propre gaz sans contrôle. Par conséquent, il se devait d’intervenir en Syrie et de faire alliance avec l’Iran.

En outre, la Russie est en train de devenir le principal garant du Droit international, alors que les Occidentaux revendiquent au nom d’une morale de pacotille de violer la souveraineté des nations. Il ne faut donc pas craindre la puissance russe, car elle sert le Droit et la Paix.

En juin dernier, Sergey Lavrov a négocié un plan de paix à Genève. Il a été ajourné unilatéralement par les États-Unis, mais devrait en définitive être mis en œuvre par Barack Obama durant son second mandat. Il prévoit le déploiement d’une Force de maintien de la paix de l’ONU, composée principalement de troupes de l’OTSC. De plus, il admet le maintien au pouvoir de Bachar el-Assad si le peuple syrien le décide par la voie des urnes.

Geopolitika : Que pensez-vous de la situation en Serbie et du chemin difficile parcouru par la Serbie ces deux dernières décennies ?

Thierry Meyssan : La Serbie a été épuisée par la série de guerres à laquelle elle a dû faire face, particulièrement la conquête du Kosovo par l’OTAN. Il s’agit en effet d’une guerre de conquête puisqu’elle se conclut par l’amputation du pays et la reconnaissance par les membres de l’OTAN de l’indépendance unilatérale de camp Bondsteel, c’est-à-dire d’une base de l’OTAN.

Une majorité de Serbes a cru devoir se rapprocher de l’Union européenne. C’est ignorer que l’Union européenne est la face civile d’une pièce unique dont l’OTAN est la face militaire. Historiquement l’Union européenne a été créée en application des clauses secrètes du Plan Marshall, elle a donc précédé l’OTAN, mais elle n’en est pas moins un élément du même projet de domination anglo-saxon.

Il se peut que la crise de l’euro conduise à une dislocation de l’Union européenne. Dans ce cas des États comme la Grèce et la Serbie se tourneront spontanément vers la Russie avec laquelle ils partagent de nombreux éléments culturels et une même exigence de justice.

Geopolitika : On suggère à la Serbie de façon plus ou moins directe de renoncer au Kosovo pour pouvoir rentrer dans l’Union Européenne. Vous avez une grande expérience dans les relations internationales, et nous vous demandons sincèrement si vous pouvez nous donner un conseil sur ce que les Serbes devraient faire en politique intérieure et extérieure ?

Thierry Meyssan : Je n’ai de conseils à donner à personne. Pour ma part je déplore que certains États aient reconnu la conquête du Kosovo par l’OTAN. Depuis, le Kosovo est surtout devenu la plaque tournante pour la diffusion en Europe des drogues cultivées en Afghanistan sous la protection vigilante des troupes US. Aucun peuple n’a gagné quoi que ce soit à cette indépendance et certainement pas les Kosovars désormais asservis par une mafia.

Geopolitika : Il existait entre la France et la Serbie une alliance forte qui a perdu son sens quand la France a participé dans les bombardements de la Serbie en 1999 dans le cadre de l’OTAN. Cependant, en France et en Serbie, il existe toujours des personnes qui n’oublient pas « l’amitié par les armes » de la Première Guerre mondiale, et qui pensent qu’il faudrait redonner de la vie ces relations culturelles brisées. Est-ce que vous partagez cette vue ?

Thierry Meyssan : Vous savez que l’un de mes amis, avec lequel j’ai écris Le Pentagate 3 relatif à l’attaque du Pentagone le 11-Septembre avec un missile et non pas un avion fantôme, est le commandant Pierre-Henri Bunel. Il a été arrêté durant la guerre par l’OTAN pour espionnage au profit de la Serbie. Par la suite, il a été restitué à la France qui l’a jugé et condamné à deux ans de prison ferme au lieu de la perpétuité. Ce verdict montre qu’il avait agi en réalité sur ordre de ses supérieurs.

La France, membre de l’OTAN, a été obligée de participer à l’attaque de la Serbie. Mais elle l’a fait en traînant les pieds et en aidant secrètement plus souvent la Serbie qu’elle ne l’a bombardée.

Aujourd’hui la France est dans une situation pire encore. Elle est gouvernée par une élite qui, pour protéger ses acquis économiques, s’est mise au service de Washington et de Tel-Aviv. J’espère que mes compatriotes, qui partagent une longue histoire révolutionnaire, finiront par chasser du pouvoir ces élites corrompues. Et que dans le même temps la Serbie aura retrouvé son indépendance effective. Alors nos deux peuples se retrouveront spontanément.

Geopolitika : Merci beaucoup pour votre temps.

1 & 3: http://www.voltairenet.org/achat-en-ligne/fr/livres-en-francais/42-leffroyable-imposture-suivi-de-le-pentagate.html
2: http://www.voltairenet.org/article157210.html


http://www.voltairenet.org/article176815.html
l'article du magazine serbe se trouve en PDF à la source


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   24/12/2012, 07:34




Table ronde 2012.12.23 Tahhan & Dortiguier
Syrie/plan de paix iranien





L’Arabie Saoudite envoie ses condamnés à mort mener le "Jihad" en Syrie
http://www.silviacattori.net/article4033.html

Un député libanais dirige le trafic d’armes vers la Syrie
http://www.voltairenet.org/article176853.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
2befree



Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Bruce Fein, Procureur général adjoint sous Reagan, dénonce l’attaque d’Israël contre la Syrie   7/2/2013, 21:21

http://www.partiantisioniste.com/actualites/bruce-fein-procureur-general-adjoint-sous-reagan-denonce-l-attaque-d-israel-contre-la-syrie-1379.html

Bruce Fein, Procureur général adjoint sous Reagan, dénonce l’attaque d’Israël contre la Syrie

Bruce Fein constitutionaliste américain de renom et avocat spécialiste du droit international, a adressé, le 4 février 2013, la lettre suivante à la rédaction du Financial Times, attaquant les violations répétées du droit international par Israël et les Etats-Unis :

Objet : Israël s’attaque à un convoi syrien alors que la peur augmente

Les Etats-Unis et Israël dansent aujourd’hui sur les décombres d’un droit international déchiré par leurs conceptions respectives et illimitées de guerre préventive. La semaine dernière, Israël a lancé un raid aérien contre un convoi de camions en Syrie, soupçonné de transporter de missiles anti-aériens SA-17 vers le Liban, sans le moindre murmure d’opposition de la part des Etats-Unis.

Les Etats-Unis prétendent avoir l’autorité de perpétrer des assassinats par drones tueurs dans n’importe quel pays où les terroristes internationaux ou leurs associés sont soupçonnés de demeurer, y compris en Somalie, au Yémen, au Pakistan et en Afghanistan. Ces deux nations défendent avec arrogance, l’idée que la sécurité nationale (une préoccupation qui leur serait unique) leur donne le droit d’exterminer toute personne soupçonnée d’être liée à une activité qui pourrait, à tout moment inconnu dans le futur, soutenir une attaque de l’ennemi, comme par exemple, un scientifique nucléaire iranien.

Il ne faut pas une grande imagination pour deviner quelle serait la réaction des Etats-Unis à l’attaque perpétrée par un drone tueur russe contre un Tchétchène soupçonné de terrorisme habitant New-York, ou comment Israël répondrait à l’assassinat par le Hamas d’un scientifique israélien participant à son programme anti-missiles « Iron Dome »…

Après avoir atteint son apogée à Nuremberg, le droit international a plongé du ciel comme Lucifer, vers une doctrine du droit de la force que rien ne distingue d’un état hobbesien de nature. Les Etats-Unis et Israël en sont des coupables majeurs.

Avec mes sincères salutations,

Bruce Fein
Procureur général adjoint des Etats-Unis sous l’administration Reagan.
Auteur du livre « L’Empire américain avant sa chute ».
URL : www.partiantisioniste.com/articles/1379
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.partiantisioniste.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités Syrie   14/3/2013, 19:45

Fabius affirme que la France pourrait
livrer des armes aux rebelles syriens


Citation :

14/03/2013 — France Info.
Emission "Les invités de France Info".
"Fabius affirme que la France pourrait livrer des armes aux rebelles syriens".
Revenir en haut Aller en bas
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   14/3/2013, 21:33

Merci Tonino, Fabius quel connard (avec tout le respect que je dois à sa fonction de connard.)

Syrie, ce que les médias ne vous disent pas

Attention images sauvages d'assassinats et d'actes barbares durant la conférence.


Citation :

Publiée le 5 mars 2013

Intervention de Bahar Kimyongür et Anastasia Popova à la Conférence sur la Syrie le 1er mars 2013 à Genève - organisée par l'Institut International pour la Paix, la Justice et les Droits de l'Homme (IIPJHR).

Voir également le film documentaire The Syrian Diary http://www.youtube.com/watch?v=5RZ9Rroa3JU d'Anastasia Popova ; une jeune journaliste au courage extraordinaire, qui avec deux assistants de la télévision Russia24, a ramené, après avoir sillonné durant sept mois toutes les régions de Syrie en 2012, outre une cicatrice à la base du nez - due au tir d'un rebelle - des témoignages à charge contre ces prétendus révolutionnaires soutenus par l'Occident. Témoignages que l'on ne voit jamais dans nos médias dominants car ils mettent en lumière avec une cruelle netteté les mensonges de nos gouvernants et de nos journalistes sur les crimes commis par les groupes de l'ASL.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   26/3/2013, 13:54

« Al-Nosra est responsable de l’attaque chimique ! »
(Alex Thomson, Channel 4)
Lundi, 25 Mars 2013

Citation :

Syrie : « Al-Nosra est responsable de l’attaque chimique ! » (Alex Thomson, Channel 4)

La chaîne britannique Channel 4, spécialisée dans les enquêtes sur le terrain, a confirmé que le massacre qui a eu lieu dans la province d’Alep le 19 mars, a été perpétré avec une arme chimique composée de gaz de chlore, accusant le front al-Nosra lié à l’organisation irakienne d’Al-Qaïda, d’en être responsable.

Dans une enquête effectuée à Alep, le correspondant de la chaîne en question, Alex Thomson, a expliqué que la matière chimique utilisée dans une roquette RPG de fabrication locale, était un mélange de CL17 avec du sel salin. Il dément également les informations faisant état de l’utilisation d’un obus de char, informations diffusées pour incriminer le régime syrien. Le chlore utilisé dans le crime est prohibé internationalement et fait partie des armes chimiques interdites, classées de catégorie 2, ce qui signifie qu’il vient en deuxième position, juste après le gaz sarin meurtrier.

Ce chlore est utilisé dans le domaine industriel et dans la purification des eaux de piscine et de l’eau potable. Dans cette enquête, le correspondant a établi un lien entre le crime et l’unique usine de gaz de chlore située à l’Est d’Alep. Le front al-Nosra avait pris le contrôle de cette usine, l’été 2012.

A l’époque, le ministère syrien des Affaires étrangères avait adressé un message à l’ONU dans lequel il révélait que les miliciens du front al-Nosra d’al-Qaïda s’étaient emparés du stock de chlore toxique de l’usine syro-saoudienne SYSACCO, usine qui fabrique de la soude caustique et du gaz chlorhydrique, à l'Est d'Alep.

Le régime irakien avait été le premier à avoir utilisé le chlore pour fabriquer des armes chimiques mais il avait dû y renoncer pour différentes raisons. Le reportage britannique conclut que les Nations-Unies n’auraient pas accepté de former une commission d’enquête à la suite de la demande du gouvernement syrien parce qu’elles n’étaient pas convaincues de la version officielle syrienne, ajoutant que le gouvernement syrien jouissait d’un certain niveau de crédibilité auprès de l’instance internationale !

Les médecins ayant transmis les récentes informations à la chaîne britannique sont entrés en contact avec les Nations-Unies qui, actuellement, forment une commission d’enquête sur cette affaire et qui devrait arriver en Syrie, d’un moment à l’autre.

La version de la chaîne britannique corrobore la version du journaliste syrien Nizar Nayyouf sur sa page Facebook. Plus de trente civils et militaires ont trouvé la mort dans cette attaque chimique, tandis que 100 personnes ont été blessées et sont hospitalisées à Alep.

almanar
ou
partiantisioniste.com

Source anglaise
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/9950036/Syria-chemical-weapons-finger-pointed-at-jihadists.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   27/3/2013, 14:34


Syrie : Qu’en est-il de l’équation syrienne
maintenant que ses ennemis ont recours
aux armes chimiques pour punir ses citoyens ?


Par Amin Hoteit
Mondialisation.ca, 22 mars 2013

Citation :


Dans sa dernière entrevue avec le Sunday Time [1], publiée le 3 Mars 2013, le Président syrien Bachar al-Assad avait précisé : « Tout ce qui a été mentionné dans les médias ou par les déclarations rhéthoriciennes de responsables politiques, sur les armes chimiques syriennes, relève de la spéculation. Nous n’avons jamais discuté, et nous ne discuterons jamais de nos armements avec qui que ce soit. Ce dont le monde devrait se soucier c’est des matières chimiques arrivées entre les mains des terroristes. Des séquences vidéos ont déjà été diffusées les montrant en train de tester des matières toxiques sur des animaux, et aussi en train de menacer le peuple syrien de mourir de cette façon ! Nous avons partagé ce matériel vidéo avec d’autres pays. C’est là-dessus que le monde devrait se concentrer au lieu de gaspiller ses efforts à créer des titres insaisissables sur les armes chimiques syriennes pour justifier n’importe quelle intervention en Syrie ».



Nul doute que les vidéos en question ont été visionnées et leur authenticité vérifiée par les services compétents de France, de Navarre et d’ailleurs [2]. Nul doute que la menace contre le peuple syrien a été impitoyablement mise à exécution le 19 Mars [3], à Khan al-Assal dans cette région d’Alep que le Président français rêve d’intégrer à ses prétendues « zones libérées » par d’« admirables révolutionnaires » qui font le sale travail qu’il appelle de ses vœux et fait « normalement » mine d’ignorer. Nul doute sur les raisons pour lesquelles le ministre français des Affaires étrangères « veut rapidement armer » la soi-disant opposition syrienne [4] et, qu’à ses yeux, non seulement « Assad ne mériterait pas d’être sur la terre » [5] mais aussi les citoyens syriens récalcitrants, civilisés, et loyaux envers leur mère patrie. Nul doute que ni le Président syrien, ni les autorités syriennes ne sont jamais réfugiés dans le « déni de la réalité », une réalité horrible et terrifiante pour les citoyens syriens, une réalité infamante et écoeurante pour les citoyens occidentaux dupés par des dirigeants définitivement menteurs, prédateurs et pilleurs.


Nul doute parce qu’il est désormais clair, même pour certains de nos médias longtemps malvoyants et malentendants [6), que c’est l’État et le peuple syriens qui doivent systématiquement être sacrifiés sur l’autel des ambitions hégémoniques de certaines « grandes » puissances et de leurs alliés médiocres. Mais pour autant est-ce que le recours criminel aux armes chimiques, après tant d’autres crimes non moins barbares, modifie l’équation sur laquelle repose le peuple et l’État syriens ? Le Général Hoteit répond à la question [NdT].


Certains ont été surpris devant l’utilisation d’armes chimiques par les bandes de terroristes sévissant en Syrie et sont même allés jusqu’à désapprouver les réactions des chancelleries occidentales, lesquelles ne se contentent plus de déformer les faits avant de les exploiter pour aller encore plus loin dans leur agression, mais s’arrogent le droit de nommer un Américain d’origine syrienne [un certain Ghassan Hitto, inconnu des syriens [7], NdT] à la tête d’un gouvernement de l’Opposition syrienne baptisé « le gouvernement d’intérim » ! Nous sommes donc face à une « escalade programmée de l’agression anti-syrienne » et pour situer le niveau réel de ces derniers événements, il nous faut revenir aux aspects fondamentaux du sujet.


L’un de ces aspects concerne naturellement l’identité de ceux qui ont usé de l’arme chimique ; identité évidente pour tout observateur qui accepte de constater les évidences. La première découle du fait que le missile sol-sol chimiquement chargé, qui a été lancé sur Khan el-Assal près d’Alep, a visé une région entièrement contrôlée par l’Armée nationale syrienne dont la population a unanimement rejeté les prétendus rebelles armés aussi bien syriens qu’étrangers, et a témoigné de son attachement indéfectible à l’État syrien et à son gouvernement actuel légitimement élu. La deuxième est en rapport avec le « timing » de l’attentat survenu à un moment critique qui a révélé l’incapacité des bandes armées à modifier l’équilibre des forces en leur faveur, de telle sorte qu’elles puissent effectivement réussir à contrôler ne serait-ce qu’une région du pays et à en interdire l’accès aux forces gouvernementales pour s’offrir une quelconque légitimité, et ce en dépit de tout leur armement et des moyens logistiques mis à leur disposition ! Ceci sans oublier une troisième évidence : celle de la crise notoire vécue par les soi-disant oppositions syriennes, séparées entre extérieure et intérieure, qui ne se rencontrent que par leur « hostilité au régime », pour tout de suite se disperser devant « la soif du pouvoir ».


Tout cela nous permet d’affirmer que les terroristes ont eu recours à l’arme chimique par décision d’un commandement suprême [USA], avec la coopération et la complicité d’un triangle régional [Qatar, Arabie saoudite, Turquie] et d’un binôme européen [France, Grande Bretagne], qui ne sont donc que des exécutants, pour atteindre les objectifs suivants :

1. Dépasser la crise structurelle et le handicap sur le terrain dont souffre la prétendue opposition syrienne et introduire une nouvelle arme dans la bataille, pour atteindre l’équilibre rêvé par « le front des agresseurs » comme nous l’a expliqué le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui « ne peut accepter le déséquilibre actuel » entre un État souverain et des mercenaires inféodés à l’étranger, et qui considère que « lever l’embargo sur les armes [à destination de l’opposition syrienne] est le seul moyen qui reste pour faire bouger politiquement la solution » ! [4]. Mais les règles de la guerre nous ont toujours enseigné qu’un adversaire, incapable d’atteindre ses objectifs, demande des renforts et/ou introduit une nouvelle arme sur le champ de bataille. Et c’est justement le cas des mercenaires armés incapables de contrôler la situation d’ensemble en dépit de renforts humains incessants qui ont atteint les 135000 hommes armés, rendus à 65000, sous les coups de l’Armée nationale syrienne et aussi du fait de l’évolution de leur environnement qui n’est plus dupe de leurs motivations. Coincés politiquement et militairement, il ne leur restait plus qu’à faire usage des armes chimiques pour faire exploser la situation et ainsi récupérer l’équilibre tant rêvé.


2. Satisfaire la volonté des dirigeants de l’OTAN, et particulièrement de la Turquie, par l’envoi d’un message fort à la Syrie lui signifiant que leurs menaces à répétition de fournir des « armes létales » à la dite opposition syrienne sont sérieuses et que les autorités syriennes feraient bien d’en tenir compte et de réviser leurs calculs, comme l’ont déclaré plus d’un responsable occidental… Les calculs qu’à leur avis la Syrie est censée réexaminer portent sur la détermination du gouvernement syrien et du Président Al-Assad de ne s’en remettre qu’aux seules décisions du peuple et de refuser les diktats étrangers d’où qu’ils viennent, notamment ceux qui consistent à en désigner les dirigeants en contournant le verdict des urnes. D’ailleurs, la désignation d’un citoyen américain, d’origine syrienne, comme premier ministre d’un gouvernement fantoche n’est qu’un avant goût de ce que les Occidentaux voudraient imposer à la Syrie ; ce que le peuple syrien refuse, ainsi que ses autorités nationales et patriotes. Là encore, il ne leur restait plus qu’à faire usage des armes chimiques pour faire pression, intimider, voire terroriser les autorités syriennes afin qu’elles abandonnent leurs principes de gouvernance, de souveraineté et d’indépendance.


3. Permettre aux dirigeants US de tester concrètement la direction syrienne du point de vue cohésion et sang froid, en particulier, tout en la poussant à répondre à ce crime commis par les bandes armées à sa solde par un crime de même nature. En d’autres termes, pousser la direction syrienne à répondre par une attaque chimique contraire, au cas où ils échoueraient à l’accuser de l’avoir elle-même perpétré. Ainsi les US auraient le prétexte suffisant pour intervenir militairement sous la couverture de diverses organismes internationaux ou régionaux et réussiraient enfin à « faire tomber le régime » qui a résisté et qui est toujours capable de résister, malgré le nombre considérable des agresseurs et la violence extrême de l’agression ; ce qui a fait que la Russie les a clairement prévenu que « sa chute était impossible » !


La décision d’utiliser le gaz sarin est une décision de la direction US prise il y a deux mois dans le but de s’en servir comme prétexte à intervention. Les rapports de la chaine CNN sur ce gaz prétendument utilisable par Damas, aux abois, se sont multipliés depuis le début de l’année [8] et révèlent que ce dernier argument s’est évaporé comme les précédents, car la cohérence syrienne sur les plans politique, médiatique et politique a fait échouer certains des objectifs essentiels de ses ennemis. Certes, les résultats de cet acte criminel sont lourds de conséquences, notamment par le nombre de victimes syriennes [26 tués, dont 16 militaires, et 86 blessés, au 20 Mars 3013, NdT]. Il n’empêche que ses répercussions vont dans le sens opposé à la volonté des États-Unis. En effet :

1. La condamnation internationale de cette attaque chimique, par de prétendus opposants pour la liberté, a quelque peu embarrassé les dirigeants occidentaux et a particulièrement révélé l’hypocrisie des dirigeants US qui, après avoir affirmé qu’ils ne savaient pas qui des rebelles ou des autorités syriennes avait usé de ces armes, se sont lancés dans une fuite en avant en déclarant « qu’ils n’accepteront pas que le régime utilise des armes chimiques » ; ce qui revient à admettre implicitement qu’ils acceptent, encouragent, voire ordonnent aux bandes armées d’en faire usage ! Bien que nous soyons convaincus que les dirigeants US ne s’imposent aucune restriction d’ordre légal, moral, ou humaniste, nous pensons néanmoins que cette situation dans laquelle ils se sont empêtrés pourrait les empêcher d’invoquer l’usage des armes chimiques pour pousser la communauté internationale à intervenir militairement en Syrie.


2. Quant à la dite opposition syrienne, nous pouvons dire que ce crime dépasse le simple embarras et constitue un énorme scandale qui ne manquera pas de les diviser encore plus qu’ils ne le sont, surtout que les victimes sont principalement des femmes et des enfants, dont une petite fille qu’ils n’ont pas pu ne pas entendre dire : “C’est cela leur liberté ? Puisse Dieu ne jamais les exaucer ! ».


3. Reste les « ourbanes » qui se réunissent encore sous l’égide d’une prétendue Ligue arabe et sur lesquels nous ne nous attarderons pas, sinon pour dire que leur silence équivaut à un aveu de reconnaissance de complicité dans ce crime répréhensible et condamnable par toute personne saine d’esprit douée d’un minimum de noblesse, autant de termes exclus de leur dictionnaire.

Finalement, bien que le recours aux armes chimiques par le front des agresseurs « sous direction US » signifie une importante escalade dans la violence contre la Syrie, il a été incapable de créer une brèche dans sa défense militaire et n’a en rien assuré l’équilibre des forces que les US cherchent désespérément avant de s’asseoir à la table des négociations. Au contraire, les USA ont perdu des cartes que ne compensera certainement pas la nomination d’un citoyen américain d’origine syrienne à « la tête d’un gouvernement intérimaire ». Ni lui, ni l’attentat criminel par armes chimiques n’auront réussi à atteindre leurs objectifs, tout comme ils ne modifieront pas les paramètres essentiels de l’équation sur laquelle repose l’Etat syrien et sa légitimité.

Amin Hoteit

21/03/2013
Article original : Al-tayyar

هل تغيّرت المعادلة السورية بعد الكيماوي؟!

http://www.tayyar.org/Tayyar/News/PoliticalNews/ar-LB/syria-after-chemical-pb-8119.htm

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

Notes :

[1] Entrevue intégrale du président syrien avec le Sunday Times

http://www.mondialisation.ca/entrevue-integrale-du-president-syrien-avec-le-sunday-time/5325236

[2] Des terroristes testent l’effet de gaz toxiques, de fabrication turque, en territoire syrien.

http://www.youtube.com/watch?v=k_IIARKNXQI&feature=youtu.be

[3] SYRIA: US-NATO Backed Al Qaeda Terrorists Armed with WMDs.

Chemical Weapons against the Syrian People

http://www.globalresearch.ca/syria-us-nato-backed-al-qaeda-terrorists-using-wmds-chemical-weapons-against-the-syrian-people/5327507

[4] Syrie : Fabius veut armer “rapidement” l’opposition

http://www.dailymotion.com/video/xy6zt5_syrie-fabius-veut-armer-rapidement-l-opposition_news

[5] Syrie : pour Fabius, “Assad ne mériterait pas d’être sur la terre”

http://lci.tf1.fr/monde/moyen-orient/syrie-pour-fabius-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre-7460516.html

[6] En Syrie, armes à double tranchant

http://blog.mondediplo.net/2013-03-19-En-Syrie-armes-a-double-tranchant

[7] Syrie : le premier ministre de l’opposition refuse tout dialogue avec Assad

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/03/19/ghassan-hitto-elu-premier-ministre-interimaire-par-l-opposition-syrienne_1850209_3218.html

[8] Syria’s chemical weapon potential: What is it, and what are the health risks?

http://edition.cnn.com/2012/12/07/world/meast/syria-chemical-weapons-qa/


Le Docteur Amin Hoteit est libanais, analyste politique, expert en stratégie militaire, et Général de brigade à la retraite.

http://www.mondialisation.ca/syrie-quen-est-il-de-lequation-syrienne-maintenant-que-ses-ennemis-ont-recours-aux-armes-chimiques-pour-punir-ses-citoyens/5328099

Il y aurait eu 25 morts au vue des derniers articles que je vois sur le net.

petite sauvegarde.
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Syrie-attaque-chimique-contre-un-secteur-loyaliste-l-Occident-nie-17139.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Actualités Syrie   28/3/2013, 08:58

De la nouvelle chair à canon pour l'empire ?

mercredi, 27 mars 2013 02:18
Doha/entente Ankara-PKK : l'objectif = la partition de la Syrie!, par Mireille Delmarre

IRIB- Deux jours aprés le choix d'un Kurde, détenteur d'un passeport américain,
Ghassan Hitto, à la tête du "gouvernement intérimaire de Syrie", le chef du PKK, Abdullah Öcalan, annonçait la fin de la lutte armée contre la Turquie et le retrait des combattants kurdes...en Syrie. Cette semaine, à Doha, la "Ligue Arabe" du Qatar discute de la partition de la Syrie.



Territoire revandiqué par les Kurdes pour leur "Kurdistan"

Citation :

Le lien entre la nomination du candidat de la CIA/Qatar, à la tête du "gouvernement intérimaire de Syrie", Ghassan Hitto, un Kurde - qui ne parle pas kurde, auto-exilé aux USA, pour échapper à la conscription, en Syrie, devenu homme d'affaires américain, au Texas- et la décision du chef du PKK, emprisonné, en Turquie, Abdullah Öcalan, d'ordonner aux combattants de cette organisation de cesser toute opération armée, en Turquie, et de quitter la Turquie n'a pas été commenté.

Pourtant certains se sont interrogés sur la contre partie offerte par la Turquie d'Erdogan au PKK alors même que son chef Öcalan donnait l'ordre à ses combattants de quitter la Turquie...direction la Syrie pour rejoindre et soutenir les milices kurdes au Nord de ce pays.

Le gouvernement syrien de Bachar al-Assad, au début de la guerre menée contre lui, par des groupes terroristes soutenus financés armés entraînés par les US/OTAN/Israël Qatar et Arabie Saoudite a confié aux Kurdes regroupés majoritairement sur la frontière Nord de la Syrie avec la Turquie le soin d'y assurer la sécurité contre les bandes d'extrémistes ASL/Al-Nosra/Al-Qaïda & C°.

Erdogan, au grand dam des nationalistes turcs qui n'ont pas compris pourquoi , s'est empressé de se réconcilier avec l'ennemi public N° 1 de la Turquie, Ocalan, afin de réaliser ses desseins régionaux politiques et énergétiques.

Rien n'a filtré de l'accord conclu entre Erdogan et Öcalan mais depuis les médias turcs analysent, à longueurs d'articles, les scénarios possibles impliquant cet accord.

Selon certains Erdogan avec le feu vert de Washington planifie une partition de la Syrie dans un Accord du type Sykes-Picot (1916) et envisagerait la création d'une fédération de régions autonomes kurdes comprenant le Nord de la Syrie de l'Irak le Nord Ouest de l'Iran, de même qu'en Turquie. Cette fédération autonome kurde serait sous la protection de la Turquie Nouvel Empire Islamique Ottoman dont rêve Erdogan. Öcalan lors de déclarations faites commémorant Nowruz a lui même évoqué la Confrérie Islamique Ottomane.

Ce plan de partition de la Syrie correspond également à ce qui est discuté cette semaine lors du sommet de la "Ligue Arabe", à Doha - auquel participe la Turquie bien que n'étant pas une nation arabe - où le Qatar a offert le siège de la Syrie au Conseil National Syrien.

La démission de Moaz al-Khatib, l'opposition de l'ASL et les récriminations d'autres personnalités de l'opposition syrienne" à la nomination de Ghassan Hitto tout ceci fait partie d'une mise en scène concoctée à Ankara et Washington.

Le nouveau plan pour chasser Bashar Al Assad du pouvoir est déjà entrain de se mettre en place.

Les infiltrations de mercenaires armés entraînés par CIA armée turque et C° à partir de la Turquie vont s'intensifier. La coordination de ces groupes armées supervisée par les barbouzes occidentaux turcs et israéliens va se renforcer à partir de la Turquie des armements lourds leurs seront transférés.

L'objectif de se redéploiement : s'emparer et occuper la totalité de la ville d'Alep y installer le "gouvernement intérimaire", reconnu par certains pays occidentaux US/France/Grande Bretagne, en tête, qui demandera à ces derniers d'intervenir militairement pour assurer sa sécurité et celle du "peuple syrien". Al-Khatib a d'ailleurs réclamé à Doha que les US/OTAN utilisent les systèmes Patriot déployés en Turquie pour créer une zone d'exclusion aérienne dans le Nord de la Syrie.

Les pays arabes tels l'Algérie,l'Irak, le Liban, qui se sont montrés réticents vis à vis des décisions de la Ligue Arabe concernant la Syrie tels l'Algérie, l'Irak, le Liban, seront menacés en coulisse de voir se développer chez eux des "printemps arabes" salafistes Al-Qaïda et consorts. Déjà l'Irak est de nouveau le theâtre d'attentats et d'assassinats. Au Liban le premier ministre a démissionné: pourquoi maintenant pourquoi pas avant ? sous la pression des USA l'objectif étant une nouvelle fois de paralyser le pays l'affaiblir voire y déclencher une nouvelle guerre civile visant à paralyser - voire détruire Al Nusra est déjà installé au Nord Liban à Tripoli - la Résistance libanaise du Hezbollah et de ses alliés.

Les derniers évènements : réconciliation Turquie Israël, accord de fin de conflit armé Erdogan Les Kurdes du PKK/Öcalan, la visite d'Obama en Israël où il a réaffirmé son soutien "éternel " à l'entité sioniste, s'en est pris au Hezbollah en demandant à l'UE de l'inscrire sur sa liste d'organisations terroristes, sa générosité - 500 millions de $ d'aide - pour les supplétifs palestiniens Abbas en tête du régime sioniste, pour neutraliser toute agitation palestinienne contre Israël, sont les signes précurseurs d'une intensification de la pression Turquie/US/ Israël/Qatar/Arabie Saoudite contre le gouvernement syrien de Bachar al-Assad. Cela peut trés vite déboucher sur une guerre ouverte US/OTAN/Israël contre la Syrie.

Cela expliquerait que la France de Hollande ait ces derniers jours mis un bémol à sa demande pressante d'armer les mercenaires combattant le gouvernement syrien.

Pourquoi livrer des armes - la CIA en fournit s'est devenu une information confirmée par les médias US au service de l'administration Obama II - si une attaque d'envergure US/OTAN/Israël est imminente décidée la semaine dernière lors de la visite d'Obama à Netanyahu ?

Source
http://french.irib.ir

----------

Cessez-le-feu du PKK :
vers une résolution de la question kurde en Turquie ?



Citation :

Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS, spécialiste de la Turquie, répond à nos questions :
- Par le passé, les rebelles kurdes avaient déjà annoncé des trêves qui se sont toutes soldées par une reprise des combats. Pour quelles raisons, cette fois-ci, l’appel au cessez-le-feu d’Abdullah Öcalan, le chef du PKK, est-il qualifié d’historique ?
- Quels sont les principaux enjeux des négociations à venir ?
- En-dehors de la Turquie, les Kurdes sont également très nombreux en Irak et en Syrie. Quelle importance la question kurde revêt-elle au niveau régional ?

http://www.iris-france.org/cv.php?fichier=cv/cv&nom=billion

Si je ne me trompe pas les journalistes de chez mecanopolis étaient les plus en pointe sur la question kurde. A ceux que ça intéresseraient tapez dans la recherche de leur site en deuil.
http://www.mecanopolis.org
On peut aussi se demander si la question n'est pas discutée dans cette région du globe avec les dernières visites surprises de Kerry (S&B) d'il y a 3 jours en Irak et afghanistan ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Actualités Syrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Guerres et épaves - Le Syrie
» Syrie . 120 militaires français arrêtés
» Actualité des Années 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Pays-
Sauter vers: