Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
MonOeil



Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 23/05/2009

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 10:44

@nemandi

Ha ha, excellent ton commentaire ! j'avais pas remarqué que Bardamu était passé par là, je précise quand même que j'ai été fusionné à l'insu de son plein gré !

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi



Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 10:53

excellent.

bounce Laughing lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
menthe_verte



Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 10:57

Salam, Salut, Shalom,

Le but ne serait-il pas de créer un besoin perpétuel.
pour s'assurer que la masse continuera de consommer.

mas on peut se passer largement de certains de ses produits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 10:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jayabs



Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 12:16

ratman a écrit:
pour ceux qui l'ont pas visionné voici le documentaire en une partie :
http://www.ubest1.com/index.php?option=com_seyret&Itemid=27&task=commentaire&nom_idaka=27624&anarana=video&ecrit=tchelsoo&pos=0#null

Hello ratman,

La vidéo n'est pas disponible, si tu as un autre lien je suis preneur ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 12:46


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/


Dernière édition par Bardamu le 16/2/2011, 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jayabs



Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 12:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
menthe_verte



Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   16/2/2011, 14:56

j'ai vu des extraits dans le zapping.
c'est hallucinant. affraid

le pire c'est que récement une ampoule à lacher chez moi , une "basse" consommation. ça faisait 1 an que je l'avais ou un peu plus.mais ça m'a étonné. d'habitude ça dure plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: obsolescence programmée + programme   28/4/2011, 11:48

Prêt à jeter - Obsolescence Programmée  (dégénérescence programmée)

Citation :

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu'il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu'au Ghana, on s'exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d'hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l'obsolescence programmée. "Un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires", lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s'usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.
version française en entier

flash(425,350) http://www.youtube.com/v/iB8DbSE0Y90 /flash


version Suisse (version plus courte je crois bien)









bonus




____

http://www.siteduzero.com/news-62-39477-l-obsolescence-programmee-un-gaspillage-de-masse.html

ou l'on trouve le lien vers le logiciel Russe de "régénérescence programmée". Merci aux russes.

http://www.ssclg.com/epsone.shtml


Dernière édition par c.isme le 29/11/2013, 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   28/4/2011, 15:17

C.isme, merci pour le post cheers

Je le fusionne avec le sujet préexistant dont j'ai également modifié le titre pour de meilleurs résultat avec le moteur de recherches du forum...


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   17/5/2011, 11:04

Les imprimantes sont programmées pour ne plus marcher oui mais les cartouches aussi c'est une arnaque. Les puces sur les cartouches sont programmées pour ne pas se recharger du tout et d'autres pour ne plus être recharger jusqu'à une date limite programmée.

On fini toujours par trouver mais je galère toujours plus ou moins.
ça mériterait un doublon spéciale poste" imprimante" je vous laisse faire au mieux cher administrateurs pour où le placer.

Printer Ink Secret, Revealed!


Reset HP expired printer ink


Il existe aussi des reprogrammeur de puce suivant votre imprimante.
en anglais = chip-resetter

exemple
http://shopping.cherchons.com/r/chip-resetter.html

Je pense que sur les lazer des puces sont aussi installé.

Un exemple de l'arnaque des grandes marque
Citation :

* 1 cartouche noire équivalente au modèle HP 350 (maxi contenance : 19ml contre 4,5ml à la marque)
* 1 cartouche couleur équivalente au modèle HP 351 (maxi contenance : 18ml contre 3,5ml à la marque)
source
http://www.tinkco.com/fr/QuickAccess/Produit.asp?IDREF=TINHE016L

Apparemment les grandes marques ne remplissent même pas entièrement les cartouches qu'ils vendent ? Dite moi c'est possible ça ?
Je sais que ça se fait pour certain article de bureau ou la quantité d'encre de certain stylo de peinture à l'eau ne sont remplit même pas au tiers mais pour les cartouches ça serait pareil ? Ou bien HP serait une des pires marque peut être ? C'est là aussi scandaleux mais ça ne m'étonne même plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   3/2/2012, 13:14

Le contraire de l’obsolescence programmée

Nouveau modèle industriel pour des milliards d’économie…



L’économie circulaire, qui consiste à réutiliser au maximum les matières premières et l’énergie pour éviter tout gaspillage, vient de trouver un nouvel apôtre : McKinsey. Selon une étude du cabinet américain commanditée par la fondation Ellen MacArthur, qui l’a présentée hier, cette vision écologique de l’industrie pourrait épargner à court terme plus de 380 milliards de dollars de dépenses annuelles aux entreprises européennes, et presque le double en 2025 s’il touche plus radicalement le design industriel. Les bénéfices sont également écologiques : dans sa configuration maximale, le scénario pourrait générer jusqu’à 40 % d’économies d’énergie et de matières premières. Les experts britanniques évaluent par exemple à presque 300 millions de tonnes de minerai de fer, soit 17 % de la demande mondiale en 2010, les économies potentielles résultant d’un meilleur réemploi des matériaux en fin de vie.


Rien à voir avec le recyclage tel qu’il est pratiqué aujourd’hui : « L’économie circulaire bouscule radicalement les organisations industrielles linéaires en obligeant les entreprises à penser les flux de matières -biologiques et techniques -dès la conception des produits pour les réemployer totalement dans une nouvelle production », explique l’ancienne navigatrice Ellen MacArthur, aujourd’hui à la tête d’une fondation qui milite pour le développement de l’écoconception. Rebus électroniques, ordures ménagères, plastiques, ferrailles… Au niveau mondial, 4 milliards de tonnes de déchets sont générées chaque année, et ce chiffre devrait progresser de 40 % d’ici à 2020. « Parce qu’elle rapproche les écosystèmes industriels du fonctionnement cyclique naturel, l’économie circulaire est une des réponses globales les plus crédibles », affirment les experts britanniques. Cette approche a inspiré le courant « cradle to cradle » (du berceau au berceau) qui fête cette année son dixième anniversaire. Ses concepteurs, l’architecte américain William McDonough et le chimiste allemand Michael Braungart, ont créé une certification du même nom (C2C) délivrée par leur société de conseil MBDC pour valoriser ses adeptes.

Le rapport de McKinsey estime que cette approche bénéficierait à de nombreux secteurs : l’automobile, la production d’équipements industriels, l’électricité, l’électronique grand public ou le textile. Mais, à cause de la remise à plat qu’il nécessite, le modèle peine à trouver des disciples. Moins de 200 certifications C2C ont été délivrées dans le monde selon l’agence conseil Integral Vision, qui en fait l’apologie en France. Pour parvenir à organiser un cycle vertueux, il faut en effet que les matières utilisées soient conçues pour être réutilisables. Les alliages de métaux doivent être faciles à séparer. Les plastiques doivent pouvoir être dépolymérisés puis polymérisés pour regagner leurs propriétés initiales, mais sans peser sur l’environnement. Un chimiste britannique de l’université de York, James Clark, vient par exemple de trouver le moyen de transformer en papier ciré pour l’emballage alimentaire les montagnes de peaux d’oranges que génère la fabrication de jus. Confrontées à ces défis techniques, les entreprises qui rejoignent cette croisade verte ont toutes les peines du monde à s’organiser. « Nous n’aurons achevé notre mutation vers le modèle d’économie circulaire qu’en 2020 », explique par exemple Stef Kranenedijk, président de la société Desso, présentée comme un des leaders de l’industrie des dalles de moquette en Hollande (lire encadré ci-contre).

D’autres entreprises rencontrent les mêmes difficultés : le suisse Rohner qui peine à faire migrer toute sa production de tissus d’ameublement vers le synthétique biodégradable Climatex Lifecycle, mis au point par ses ingénieurs (le produit compte pour un tiers de son chiffre d’affaires). Tout comme la marque écolo-chic Rapaniu, qui a dû faire l’impasse sur plusieurs gammes de vêtements pour s’afficher 100 % durable. « Les trois à cinq prochaines années seront transitoires, prédisent les experts de McKinsey : elles serviront à bâtir le socle de compétences de base en produits circulaires et les innovations nécessaires à la mise en oeuvre de ces cycles. » Pendant cette phase, les avantages compétitifs qu’en retireront les pionniers (entre 12 et 14 % d’économie par an) devraient être suffisants pour motiver des filières entières. Avec à la clef la maîtrise des cours des matières premières.

Un article de PAUL MOLGA
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/innovation-competences/croissance-verte/0201859863153-un-nouveau-modele-industriel-pour-des-milliards-d-economie-282711.php

http://terresacree.org/


Article sur le bouquin : http://cdurable.info/Cradle-to-cradle-creer-et-recycler-a-l-infini-Eco-conception,3136.html

Sur Amazon : http://www.amazon.fr/Cradle-Cr%C3%A9er-recycler-%C3%A0-linfini/dp/2862276723

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   8/2/2013, 15:38

L’obsolescence déprogrammée — L’histoire de Julien H.


Citation :
Prologue : en ces temps moroses de chômage, de perte de sens, d’errements, de reculades en tous genres, de discours d’autant plus grands qu’ils ne sont suivis d’aucune action concrète, nous avons plus que jamais besoin d’entendre les récits de femmes et d’hommes qui prennent leur destin en main, et décident de vivre, enfin, au 21e siècle. À la manière de Shamengo, GreenIT.fr se propose de démarrer une nouvelle série de billets qui racontent ces histoires, à la fois simples et exemplaires.

Julien H., un informaticien amateur qui aime aussi le bricolage, possède chez lui plusieurs ordinateurs qui lui servent de poste de travail, de centre de médias, etc. Le matériel est plus ou moins récent. Un jour, son écran 4/3 de cinq ans d’âge, de marque Samsung, qu’il utilise pour son poste bureautique, montre des signes de faiblesse. Lors d’une visite chez un réparateur agréé, on lui assure qu’il n’y rien à faire. Verbatim :

“Mais, c’est un écran de bureau ?, s’étonne le technicien. On ne répare que des écrans de portables.
- Ce n’était pas précisé sur votre site web, rétorque Julien.
- Vous êtes le premier en 5 ans à nous apporter un écran de bureau. Au prix où ils sont, vous feriez mieux d’en acheter un neuf.
- Impossible, je cherche un modèle similaire (4/3 en 1600x1200), aujourd’hui il n’y a plus que des résolutions full HD (16/9 en 1920x1800) à des prix raisonnables.
- Alors cherchez-en un d’occasion. Nous, et les autre réparateurs d’ailleurs, ne prendrons pas le risque de vous le prendre, ces réparations sont trop peu demandées pour qu’on s’y investisse.”

Situation banale : ce genre de “conseil” est prodigué à pas mal de gens. Cependant, et c’est là un point important, Julien résiste à l’injonction : pas question de renoncer. C’est alors qu’il se souvient du reportage de France 2 sur l’obsolescence programmée, dans le cadre de l’émission Cash Investigation, où Samsung est particulièrement mis en cause. Effectivement, l’industriel sud-coréen est connu pour ses pratiques concernant ses écrans (parfaitement légales au regard de notre droit de l’environnement quasi-inexistant). En effet, il suffit d’utiliser une poignée de condensateurs bas de gamme, disposés pour ne rien arranger dans les parties les moins recommandées de l’écran (proches des radiateurs, où la température est la plus élevée, ce qui diminue leur longévité) et le tour est joué : pour la plupart des gens, la durée de vie de leur écran est réduite à quelques années.

Le faisceau de preuves se resserre : Julien décide de regarder sur Internet, pour voir si, par hasard, d’autres personnes ne rencontreraient pas les mêmes difficultés. Non seulement il trouve une liste de produits Samsung connus pour leurs fragilités, mais aussi des manuels complets de réparation, dont les plus célèbres se trouvent sur les sites CommentRéparer (en français) et IfixIt (en anglais), souvent assortis de vidéos explicatives. Cependant, même si tout à l’air bien documenté, mettre la main dans ce “cambouis” demande de passer outre certaines réticences : afin d’accéder à la carte électronique de l’écran, il faut ouvrir celui-ci en force car il s’agit d’un montage de coque plastique sans vis. Heureusement, une pression douce et ferme sur les chevrons suffit.

Sa carte électronique en main, Julien se rend alors dans un magasin de composants électroniques où il reçoit un accueil bien différent de celui qu’il a reçu de la part des “réparateurs agréés” : le vendeur lui indique quels condensateurs remplacer ! Il en achète une poignée pour 5 euros. Reste tout de même à effectuer la manipulation : il s’achète un fer à souder pour 45 euros (il s’en resservira) et rentre chez lui. Après avoir pris des cours de soudure sur Internet grâce à un tutoriel trouvé sur YouTube (en anglais, avec le premier chapitre sur les outils à acheter et le deuxième chapitre sur les techniques de base), il se lance dans la manœuvre et remplace un à un les condensateurs défectueux. Après remontage, l’instant de vérité approche : il allume l’appareil, et l’écran fonctionne ! Victoire.

Quelle est la morale de cette histoire ? Avoir la volonté de résister à la voix insistante qui murmure qu’il suffit de jeter et de payer encore pour avoir la belle vie ? Oui, c’est le premier pas. Ensuite, il faut un peu de talent de bricoleur, ou bien se faire aider par d’autres : l’éducation, ne serait-ce pas aussi une des missions possibles des fablabs qui essaiment à Paris, Toulouse et bien d’autres endroits en France ? Et puis, pour ceux qui ne veulent pas se lancer dans la réparation électronique, il reste bien d’autres façons de déprogrammer l’obsolescence des objets : par exemple, la pâte Sugru, avec ses allures de jouet pour enfants, permet un nombre incroyable d’applications pour tout réparer dans la maison.

Imaginer, faire, et s’amuser aussipar la même occasion, voilà un programme qui s’inscrit loin, bien loin de celui de notre société de consommation à bout de souffle et de ses programmateurs d’obsolescence légaux ! Cela pourrait même devenir une nouvelle façon de vivre : début décembre 2012, le festival Make It Up de Saint-Ouen (Île-de-France) en a donné un aperçu passionnant.

Épilogue : nouvel épisode de l’histoire de Julien. C’est maintenant son écran TV Samsung de 117cm qui montre des signes de faiblesse… Une fois sur deux, le cliquetis électrique de la séquence d’allumage se répète sans jamais conclure et l’écran ne s’allume pas. Après un rapide tour sur les forums, il n’y a pas de doute, c’est encore un problème de condensateurs. Cette fois-ci, le fer à souder est déjà là. Voici le bilan de l’opération : 1h pour effectuer un aller-retour à la boutique, 2,80€ de composants, 30mn pour décrocher et raccrocher l’écran du mur (c’est lourd, cette bête là !), 15mn pour ouvrir et refermer l’appareil et en extraire la carte électronique et 30mn pour dessouder et ressouder les composants. Et voilà l’écran qui repart comme (presque) neuf !

Et vous, comment déprogrammez-vous l’obsolescence ?

http://www.greenit.fr/article/materiel/l-obsolescence-deprogrammee-l-histoire-de-julien-h-4667
Revenir en haut Aller en bas
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   29/11/2013, 17:54


Salut, ça vient juste de passer sur arte, ça fera un bon rappel:


X:enius - Ampoules basse consommation : une solution lumineuse ?

http://www.replay.fr/x-enius-ampoules-basse-consommation-une-solution-lumineuse-1952015

Citation :
On fait miroiter aux consommateurs les vertus des ampoules basse consommation. Ainsi, d'après l'Office fédéral allemand de l'environnement, une famille de trois personnes peut économiser 150 euros par an si elle remplace toutes ses ampoules à incandescence. De toute façon, les ampoules classiques sont interdites de vente depuis l'entrée en application de la directive européenne sur l'écoconception des produits d'éclairage. Cela dit, les ampoules basse consommation, également appelées fluocompactes, n'ont pas que des avantages : elles émettent une lumière souvent jugée froide par les utilisateurs ; elles contiennent un gaz à base de vapeur de mercure, et si elles se cassent, elles se transforment en déchet dangereux qui nécessitent un traitement spécifique et donc plus onéreux. Leur durée de vie est un autre point critique : d'après les fabricants, elles sont faites pour durer plusieurs années. Pourtant, toutes ne tiennent pas aussi longtemps. Serait-ce un marché de dupes ? A Berlin, les présentateurs Dörthe Eickelberg et Pierre Girard analysent les avantages et les inconvénients des ampoules basse consommation, et ils vérifient si les ampoules halogènes, les LED ou encore leurs nouvelles cousines, les OLED, sont des solutions d'avenir. X :enius nous éclaire dans cette affaire
refermer
Le replay X:enius - Ampoules basse consommation : une solution lumineuse ? est disponible en streaming gratuit pendant quelques jours après sa diffusion sur Arte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Julot



Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   30/11/2013, 04:00

Ouais après l’arrêt des thermométries au mercure, ils ont trouvés un autre moyen d'empoisonner le plus d’être humains possible: les ampoules au mercure~

On trouve encore des ampoules classiques, halogènes et de toutes sortes sur cet excellent site peu cher(comparé au magasins), je les achète en gros, pas de date de péremption!

http://www.francelampes.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi



Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   30/11/2013, 09:51

Merci Julot pour ce lien pour pouvoir acheter des ampoules.

En parcourant le site, je suis tombé sur une description technique de produit qui montre toute l'absurdité de notre monde:

"Cet article n'est pas destiné à l'illumination d'une pièce d'un ménage du fait de ses paramètres techniques et/ou des informations fournies par le fabricant.
[Source: 2005-32-EC 244_réglementation domestique I]"

Texte pour ampoule à baïonnette de 60W. lien vers l'ampoule

C'était donc des malades les gens avant. Ils utilisaient des ampoules qui n'étaient pas prévu pour éclairer les pièces de la maison.
Sinon, à la lecture de ce texte, je me pose une question: elle sert à quoi alors cette ampoule? A décorer?...
Oui, ok, c'est marqué pour l'industrie. Mais quand on lit la fiche technique de l'ampoule, elle ressemble fort aux ampoules que nous utilisions avant pour les maisons.
J'ai eut l'impression d'être dans "le meilleur des mondes" ou "1984", en lisant ça. Avec leur lois, ils décident de ce qui est bon ou mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
Julot



Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   30/11/2013, 21:11

Oui ces anciennes ampoules a filaments sont appelées "à incandescence"
Les halogènes sont non dangereuses aussi(attention la valeur des watts est un peu différente pour celles ci) mais au niveau du rayonnement électro magnétique je ne suis pas sur, il semble bien que les classique a incandescence sont les plus surs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur


Nombre de messages : 3011
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   3/12/2013, 21:03

c.isme a écrit:

Salut, ça vient juste de passer sur arte, ça fera un bon rappel:


X:enius - Ampoules basse consommation : une solution lumineuse ?

http://www.replay.fr/x-enius-ampoules-basse-consommation-une-solution-lumineuse-1952015

Citation :
On fait miroiter aux consommateurs les vertus des ampoules basse consommation. Ainsi, d'après l'Office fédéral allemand de l'environnement, une famille de trois personnes peut économiser 150 euros par an si elle remplace toutes ses ampoules à incandescence. De toute façon, les ampoules classiques sont interdites de vente depuis l'entrée en application de la directive européenne sur l'écoconception des produits d'éclairage. Cela dit, les ampoules basse consommation, également appelées fluocompactes, n'ont pas que des avantages : elles émettent une lumière souvent jugée froide par les utilisateurs ; elles contiennent un gaz à base de vapeur de mercure, et si elles se cassent, elles se transforment en déchet dangereux qui nécessitent un traitement spécifique et donc plus onéreux. Leur durée de vie est un autre point critique : d'après les fabricants, elles sont faites pour durer plusieurs années. Pourtant, toutes ne tiennent pas aussi longtemps. Serait-ce un marché de dupes ? A Berlin, les présentateurs Dörthe Eickelberg et Pierre Girard analysent les avantages et les inconvénients des ampoules basse consommation, et ils vérifient si les ampoules halogènes, les LED ou encore leurs nouvelles cousines, les OLED, sont des solutions d'avenir. X :enius nous éclaire dans cette affaire
refermer
Le replay X:enius - Ampoules basse consommation : une solution lumineuse ? est disponible en streaming gratuit pendant quelques jours après sa diffusion sur Arte.
Merci c.isme

La vidéo a été mise en ligne sur Dailymotion, (je crois que arte.tv ne laisse pas définitivement ses rediffusions en ligne)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
Julot



Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 08/11/2012

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   5/12/2013, 05:04

Il semble que les halogènes soient appropriées aussi~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   3/12/2014, 11:30

Traduction google.... copie sans les liens internes à l'article.

La Grande Conspiration de l'Ampoule

Le cartel Phoebus conçu une ampoule à court vécu et a donné naissance à l'obsolescence planifiée

(mon sous titre perso: Encore un coup du cartel des "Lumières" ?)

Par Markus Krajewski
Publié  le 24 septembre 2014


Le 23 Décembre 1924, un groupe d'éminents hommes d'affaires internationaux se sont réunis à Genève pour une réunion qui allait changer le monde pour les décennies à venir. Etaient présents meilleurs représentants de tous les grands fabricants de lightbulb, y compris de l'Allemagne Osram , le Pays-Bas Philips , Compagnie des Lampes de la France, et l' Etats-Unis de General Electric . Comme fêtards suspendus lumières de Noël ailleurs dans la ville, le groupe a fondé le cartel Phoebus, un organe de contrôle qui se partager le marché à incandescence ampoule à travers le monde, à chaque zone nationale et régionale attribué ses propres fabricants et les quotas de production. Ce était la première entente dans l'histoire de profiter d'une véritable portée mondiale.

L'emprise de l'entente sur le marché de l'ampoule a duré seulement dans les années 1930. Son héritage beaucoup plus durable était de concevoir une durée de vie plus courte pour l'ampoule à incandescence. Au début de 1925, ce est devenu codifiée à 1000 heures pour une ampoule de ménages en forme de poire, une réduction marquée des 1500 à 2000 heures qui étaient auparavant commun. Les membres du cartel de rationaliser cette approche comme un compromis: Leurs ampoules étaient de meilleure qualité, plus efficace, et la combustion plus lumineux que les autres ampoules. Ils coûtent également beaucoup plus. En effet, toutes les preuves à l'entente de étant motivés par les bénéfices et l'augmentation des ventes, et non par ce qui était le mieux pour le consommateur. En construisant soigneusement une ampoule avec une durée de vie relativement courte, le cartel éclos ainsi la stratégie industrielle maintenant connu comme l'obsolescence planifiée.

Aujourd'hui, de nombreux pays l'élimination progressive des ampoules à incandescence en faveur des LED plus efficaces et plus coûteux, il vaut la peine de revenir sur cette histoire non pas simplement comme une anecdote bizarre de les annales de la technologie mais comme un récit édifiant sur ​​les pièges étranges et inattendus qui peuvent survenir quand une nouvelle technologie vainc une ancienne.

Ce ne était pas facile d'être un fabricant de ampoule dans le début du 20e siècle. La propagation rapide de l'électrification et l'introduction de nouvelles formes d'éclairage comme les lampes de vélo, phares de voiture, et les lampadaires ne offrent des possibilités quasi illimitées pour les inventeurs et les entrepreneurs. Mais comme des milliers de fabricants rivalisaient pour les parts de marché et une avance technologique, aucune entreprise ne se sentait assuré de ventes stables d'une année à l'autre. Ce est aussi vrai pour les opérations de coulisses petits comme pour les personnes morales géants avec des usines multinationales et laboratoires de recherche. Immédiatement avant la formation de l'entente, par exemple, Osram a connu une chute vertigineuse de ses ventes allemandes, de 63 millions d'ampoules de l'exercice 1922-1923 à 28 millions l'année suivante. Sans surprise, la tête Osram William Meinhardt était le premier à proposer l'arrangement qui est finalement devenu le cartel Phoebus.

Alliances entre les décideurs lightbulb ne étaient pas exactement nouvelle. Le Verkaufsstelle Vereinigter Glühlampenfabriken, par exemple, était un cartel européen des fabricants de lampes à filament de carbone qui se sont formés en 1903 pour stabiliser liens avec l'industrie. Il a été rendue superflue quand en 1906 deux sociétés européennes ont introduit une ampoule supérieure dont le filament a été fabriqué à partir de pâte de tungstène. Cette ampoule a été lui-même éclipsé en 1911 par l'ampoule à filament métallique de General Electric , qui a utilisé un fil de tungstène dessinée pure, et en 1913 par l'ampoule de tungstène rempli de gaz de GE . Surnommé l'ampoule demi-watt, ce dernier a été perfusé avec de l'argon ou un autre gaz noble, qui a conservé le tungstène mieux que le vide simples; il a produit cinq fois plus de lumière par watt que son prédécesseur à filament de carbone.

La licence de GE de ses brevets de lightbulb de base a donné lieu à encore plus d'alliances, notamment la puissante Patentgemeinschaft (la «communauté de brevets»), qui contrôlait les droits de brevet GE dans une grande partie de l'Europe jusqu'à la Première Guerre mondiale Toute entreprise cherchant à licence de la propriété intellectuelle de GE eu à respecter un quota de production stricte. Philips, par exemple, a reçu un contingent annuel de 5,7 millions d'ampoules, malgré le fait que son installation Eindhoven pourrait facilement produire deux fois ce montant. La piscine de brevet basé à Berlin se est effondré avec le remaniement géopolitique pendant la guerre. Dès la fin des hostilités et l'entreprise de ampoule à nouveau bondi, une nouvelle entente, l'Internationale Glühlampen Preisvereinigung, se élança pour essayer de contrôler les prix pour une grande partie de l'Europe continentale.

Aucun de ces efforts, cependant, avait tout à fait la portée et l'ambition du cartel Phoebus. Sur le papier, ça sonnait entièrement bénigne. Le document que les entreprises ont signé pour rejoindre il a été appelé la «Convention pour le développement et le progrès de l'industrie internationale de la lampe électrique à incandescence." Selon ce document, les objectifs principaux de l'organisation étaient «obtenir la coopération de toutes les parties à l'accord, assurer la l'exploitation avantageuse de leurs capacités de fabrication dans la production de lampes, assurer et de maintenir une qualité uniformément élevée, augmentant l'efficacité de l'éclairage électrique et l'utilisation croissante de la lumière à l'avantage du consommateur. "Il a couvert tous les ampoules électriques utilisés pour l'éclairage, le chauffage et usage médical. En plus des sociétés mentionnées plus tôt, ses membres inclus de la Hongrie Tungsram, Associated Electrical Industries du Royaume-Uni, et Tokyo Electric du Japon. La société américaine GE, l'un des instigateurs de la formation du groupe, était lui-même pas membre. Au lieu de cela, il a été représenté par sa filiale britannique, internationale General Electric, et par le Groupe Overseas, qui se composait de ses filiales au Brésil, en Chine et au Mexique. Au cours de la prochaine décennie, GE acquerrait des participations significatives dans toutes les entreprises membres qu'elle ne détenait pas déjà.

http://spectrum.ieee.org/img/10OLPhoebus1-1410981602894.jpg

Photo: Archives de la Compagnie Philips Bright Light: Une des principales réalisations de l'alliance mondiale ampoule connu comme le cartel Phoebus était de concevoir des lampes à vie plus courte. Les échantillons ont été régulièrement contrôlés pour se assurer qu'ils étaient conformes aux normes de l'entente; cette photo montre une installation d'essai appartenant à un membre du cartel Philips, des Pays-Bas.

Pour superviser les marchés lightbulb nationales et leur développement respectif dans le commerce mondial, Phoebus a créé un organe de surveillance, présidé par Meinhardt d'Osram. Autres activités principales de l'entente ont été de faciliter l'échange de brevets et de savoir-faire technique et d'imposer des normes de grande envergure et de longue durée. À ce jour, nous utilisons encore le type vis socket- conçu par Thomas Edison retour en 1880 et désigné E26 / E27, grâce à l'entente. Plus important pour les consommateurs, Phoebus déployé des efforts techniques considérables en ingénierie d'une ampoule plus courte durée.

Comment exactement l'entente n'a retirer cette prouesse d'ingénierie? Ce ne était pas juste une question de faire un produit de qualité inférieure ou bâclée; quiconque aurait pu le faire. Mais pour créer celui qui a échoué de manière fiable après une convenus 1000 heures a fallu un certain faire sur un certain nombre d'années. L'ampoule des ménages en 1924 était déjà technologiquement sophistiquée: Le rendement lumineux est considérable; la durée de combustion est facilement 2500 heures ou plus. En recherchant quelque chose de moins, le cartel pourrait renverser systématiquement des décennies de progrès.

Les détails de cet effort ont été très lentes à émerger. Certains faits sont venus à la lumière dans les années 1940, lorsque le gouvernement américain a enquêté sur GE et un certain nombre de ses partenaires d'affaires pour pratiques anticoncurrentielles. D'autres ont été découverts plus récemment, quand je et l'Allemand Helmut journaliste Höge fouillé dans les archives de l'entreprise de Osram à Berlin. Conjointement fondée en 1920 par trois entreprises allemandes, Osram reste l'un des principaux fabricants mondiaux de toutes sortes d'éclairage LED, y compris l'état de l'art. Dans les archives, nous avons trouvé la correspondance entre les méticuleuse usines et les laboratoires de l'entente, qui faisaient des recherches comment modifier le filament et d'autres mesures pour raccourcir la durée de vie de leurs ampoules.

Le cartel a pris son activité de raccourcir la durée de vie des ampoules tout aussi sérieusement que les chercheurs précédents avaient abordé leur travail de l'allongeant. Chaque usine lié par l'entente entente et il y avait des centaines, y compris de nombreux titulaires de GE à travers le d'envoyer régulièrement des échantillons de ses ampoules à un laboratoire central d'essais en Suisse avait mondiale. Là, les ampoules ont été soigneusement sélectionnés par rapport aux normes de l'entente. Si ne importe quelle usine soumis ampoules durent plus ou moins longtemps que la durée de vie réglementé pour son type, l'usine a été obligé de payer une amende.

Les sociétés ont également été condamnés à une amende pour avoir dépassé leurs quotas de vente, qui ont été constamment ajustées. En 1927, par exemple, Tokyo Electric a noté dans une note à l'entente qu'après raccourcir la vie de son vide et ampoules remplies de gaz, les ventes avaient bondi quintuplé. "Mais si l'augmentation de nos activités résultant de ces efforts signifie directement [s] une lourde peine, il doit être une chose de tout à fait raison et doit nous décourager», a déclaré le mémo.

http://spectrum.ieee.org/img/10OLPhoebus2-1410981842627.jpg

Photo: Siemens Corporate Archives Travail en cours: l'Allemagne Osram poussé pour la formation du cartel Phoebus en partie à l'abriter de la volatilité du marché de l'éclairage à incandescence. Montré ici est l'une des usines de lightbulb de l'entreprise.

Il y avait des rapports continuels des tentatives pour rétablir le temps de combustion de leurs ampoules aux anciens niveaux, au mépris des yeux attentifs de Phoebus membres de l'entente. À un moment donné, certains membres subrepticement introduits ampoules à plus long terme par leur conception afin de fonctionner à une tension supérieure à la tension de ligne standard. Après rapport habituel du département de développement Phoebus des statistiques de tension a révélé ce produit "améliorations", Anton Philips, chef de Philips, se est plaint à un exécutif à International General Electric: «Ce, vous serez d'accord avec moi, ce est une pratique très dangereuse et est d'avoir une influence très néfaste sur le chiffre d'affaires total des Parties ... Phoebus. Après les efforts très énergiques que nous avons faites au sortir d'une période de lampes longue durée de vie, il est de la plus haute importance que nous ne sombrons pas de retour dans la même fange par ne prêtant aucune attention à des tensions et la fourniture de lampes qui auront une durée de vie très longue. "

Comme cet épisode révèle, peaufiner la tension nominale de une ampoule était une façon de modifier la vie du produit. Une autre était de régler le courant, que les ingénieurs de GE ont fait pour diminuer la durée de vie de ses ampoules de lampe de poche. Une ampoule de lampe torche GE dans les jours de precartel a été conçu pour durer plus longtemps que trois changements de piles. Cette durée de vie a ensuite été coupé à deux changements de batterie, et en 1932 le département d'ingénierie GE a proposé que l'ampoule ne durent pas plus d'une batterie. Un ingénieur GE nommé Prideaux a écrit dans une note, "Nous suggérons augmentant Mazda lampe n ° 10 à partir de 0,27 ampères à 0,30; et 13,14 et 31 0,30 au 0,35. Cela entraînerait des augmentations de candelas des 11 et 16 pour cent respectivement. "Ce coup de pouce dans l'illumination, il a suggéré," serait acceptable pour tous les utilisateurs de lampe de poche »en dépit du fait que le courant plus élevé permettrait de réduire non seulement la vie de l'ampoule, mais aussi de la batterie.  (revoir le reportage "who' killed the electric car" = Qui a tué la voiture électrique ? concernant les batteries....)

La justification du cartel pour ces changements est que les niveaux actuels élevés, les ampoules produisent plus de lumens par watt. Hélas, plus de courant ne signifie pas seulement plus de luminosité, mais aussi augmentation de la température du filament et la vie donc plus courte. En effet, la plupart des recherches mortelle de l'entente axée sur le filament, y compris sa matière, sa forme et la régularité de ses dimensions.

Au cours de près d'une décennie, le cartel a réussi dans cette quête. La durée de vie moyenne d'une ampoule standard de référence produit dans des dizaines de membres des usines de Phoebus a chuté d'un tiers entre 1926 et fiscale années 1933-1934, à partir de 1800 heures à 1205 heures seulement. À ce stade, aucune usine ne produisait ampoules durant plus de 1500 heures.


http://spectrum.ieee.org/img/10OLPhoebus3-1410981960095.jpg

Photo: Landesarchiv Berlin Out, Out, Brève ampoule: Avant la création du cartel Phoebus en 1924, les ampoules domestiques généralement brûlé pour un total de 1500 à 2500 heures; membres du cartel ont convenu de raccourcir la durée de vie que d'une norme 1000 heures. Chaque usine a envoyé régulièrement des échantillons de lightbulb au laboratoire central de l'entente en Suisse pour vérification. Ce graphique, obtenu à partir de l'archive municipale de Berlin, montre comment une espérance de vie a généralement diminué au fil du temps, d'une moyenne de 1800 heures en 1926 à 1205 heures pour l'exercice 1933-1934.

Bien entendu, compte tenu de l'ingéniosité collective des ingénieurs et des scientifiques de l'entente, il aurait été possible de concevoir une ampoule à la fois brillante et longue durée. Mais un tel produit aurait interféré avec le désir de vendre plus de bulbes de membres. Et vendre plus de bulbes qu'ils ont fait, au moins initialement. Durant l'exercice 1926-1927, par exemple, le cartel a vendu 335.700.000 ampoules dans le monde entier; quatre ans plus tard, les ventes avaient grimpé à 420,8 millions. De plus, malgré le fait que les coûts réels de la fabrication ont été en baisse, le cartel a maintenu des prix plus ou moins stables et des marges bénéficiaires plus élevées donc. Depuis sa création jusqu'à la fin de 1930, le cartel a conservé sa part écrasante d'un marché en pleine croissance. Mais les bons moments ne durerait pas.

Comme l'entente a continué sa politique de prix élevés artificiellement, les concurrents ont repéré une occasion en or de vendre moins cher, si souvent de qualité inférieure, des biens. Particulièrement menaçant était l'inondation des ampoules bon marché en provenance du Japon. Bien que Tokyo Electric était un membre de l'entente, il ne avait aucun contrôle sur les centaines de petits ateliers, familiales qui produisent les ampoules presque entièrement à la main. Les consommateurs japonais apparemment préfère les produits de qualité supérieure vendus par les grands fabricants, et ainsi de la majorité de ces ampoules, main à bas prix ont été exportés aux États-Unis, en Europe et ailleurs, où ils ont vendu pour une fraction du prix d'une ampoule Phoebus et bien en dessous du coût de production moyen d'une ampoule de cartel, aussi. De 1922 à 1933, la production annuelle du Japon des ampoules à incandescence passée de 45 millions à 300 millions.

Cependant, comme l'historien Philips IJ Blanken a noté, ces ampoules bon marché ne sont pas nécessairement une bonne affaire. "En raison de sa plus grande consommation de courant, le coût réel de l'utilisation de l'une des lampes japonaises de mauvaise qualité, mesurée sur la durée de vie de la lampe, a été plusieurs fois plus grande» que ce que le consommateur avait sauvé en achetant une lampe pas cher plutôt que Philips une.

Puissante et influente si ce était, le cartel Phoebus fut de courte durée. Dans les six années de sa formation, le cartel a déjà commencé à lutter. Entre 1930 et 1933, son volume de ventes a chuté de plus de 20 pour cent-même que le marché global de l'éclairage a été de plus en plus. L'entente a également été affaibli par l'expiration des brevets de base de lightbulb de GE en 1929, 1930 et 1933, par les conflits occasionnels entre ses membres, et par des attaques juridiques, en particulier aux États-Unis . Ce qui est finalement tué Phoebus, cependant, était la Seconde Guerre mondiale. Comme les pays d'accueil des membres sont allés à la guerre, une coordination étroite est devenu impossible. 1924 l'accord de l'entente, qui devait durer jusqu'en 1955, a été annulé en 1940.

http://spectrum.ieee.org/img/10OLPhoebus4-1411141627776.jpg
Image: Philips Archives de la Compagnie Shine On: Une vitrine de magasin pour ampoules Philips parle à la propagation de l'électrification et éclairage artificiel au début du 20e siècle.

Bien que disparu depuis longtemps, le cartel Phoebus jette toujours une ombre aujourd'hui. Ce est vrai en partie parce que l'industrie de l'éclairage traverse actuellement sa période la plus tumultueuse de l'évolution technologique depuis l'invention de l'ampoule à incandescence. Après plus d'un siècle de domination, ces ampoules sont maintenant en train de disparaître au profit des ampoules fluorescentes compactes et LED en particulier.

Les consommateurs doivent payer plus d'argent pour les ampoules qui sont jusqu'à 10 fois plus efficaces et qui sont vantés pour durer longtemps fantastiquement-jusqu'à 50000 heures dans le cas des feux à LED . En utilisation normale, ces lampes dureront aussi longtemps que leurs propriétaires vont probablement vendre la maison qu'ils sont en avant de devoir changer les ampoules.

Si oui ou non ces ampoules plus coûteux seront effectivement durer aussi longtemps est encore une question ouverte, et non celui que le consommateur moyen est susceptible d'enquêter. Il existe déjà des rapports de LFC et lampes LED brûler longtemps avant de leur vie notés ont été atteints. De tels incidents peuvent très bien avoir résulté de rien de plus sinistre que la fabrication négligente. Mais il est indéniable que ces produits beaucoup plus technologiquement sophistiquée offrent des possibilités alléchantes pour l'inclusion de délibérément modifiées défauts d'abréger la vie. Après tout, peu de gens se plaignent, ou remarquent même, si une ampoule brûle neuf années après son installation plutôt que 14. Certes, l'industrie de l'éclairage d'aujourd'hui est beaucoup plus grande et plus diversifiée qu'elle ne l'était dans les années 1920 et '30, et le gouvernement suivi de collusion est plus vigilants. Néanmoins, l'attrait pour les entreprises à coopérer dans un tel marché est forte. Et le cartel Phoebus montre comment il pourrait réussir.

A propos de l'Auteur
Markus Krajewski est un professeur d'études médiatiques à l' Université de Bâle , en Suisse.

Pour explorer davantage

Pour un aperçu détaillé de l'industrie de l'ampoule à incandescence au début du 20e siècle, voir le Volume 3 de IJ Blanken est l'histoire de Philips Electronics NV (European Library, 1999).

George W. Stocking et classiques 1946 texte de Myron W. Watkins cartels en action: études de cas en diplomatie en commerce international (Twentieth Century Fund, 1946) a un excellent compte rendu de l'organisation et les activités de l'entente, avec un accent particulier sur le rôle de General Electric. Ce livre se inspire largement des documents liés à des enquêtes antitrust du gouvernement américain de GE et de ses filiales; voir, par exemple, aux États-Unis v. General Electric Co. et al. , 1949.

GE est également l'objet de Leonard S. Reich "General Electric et la cartellisation mondiale de lampes électriques," des cartels internationaux en histoire affaires: La Conférence internationale sur l'histoire d'affaires 18 (Université de Tokyo Press, 1992), édité par Akira et Kudō Terushi Hara.

En 2006, pour célébrer son 100e anniversaire, la compagnie d'éclairage Osram allemand a publié une histoire de l'entreprise intitulé « 100 ans de Osram-Light a un nom "[pdf]. Le rapport examine le cartel Phoebus que brièvement et de façon tout à bénigne. Pour un compte rendu plus longtemps si tout aussi critique des activités de l'entente, voir Entwicklung und Aufbau der Glühlampenindustrie Osram président William Meinhardt (Carl Heymanns Verlag, 1932).

Le documentaire 2010 Le Bulb Conspiracy Lumière explore le cartel Phoebus comme un exemple précoce de l'obsolescence planifiée et comprend des entrevues avec Markus Krajewski. Pour en savoir plus sur l'entente et l'obsolescence planifiée, voir "Fehler-Planungen de l'auteur. Zur Geschichte und Theorie der industriellen Obsoleszenz, "dans Technikgeschichte, vol. 81, n ° 1, p. 91-114, 2014, et «Vom Krieg des Lichtes zur Geschichte von Glühlampenkartellen," dans Das Glühbirnenbuch, édité par Peter Berz, Helmut Höge et Krajewski (Braumüller Verlag, 2011). Ces deux publications sont en allemand.

Fin de Stewart Histoire de la lampe électrique (auto-édité, 2013) couvre l'ampoule de l'époque pré-Edison au présent et comprend des centaines de photos de lampes vintage. Il est disponible à l'achat comme un e-book de l'auteur; e-mail ferrowatte38@bigpond.com.
SOURCE: http://spectrum.ieee.org/geek-life/history/the-great-lightbulb-conspiracy


Dans le culte de Thomas Pynchon classique arc de Gravity , une ampoule immortel nommé Byron va à l'encontre d'une alliance industrielle internationale secret connu comme le cartel Phoebus. Lorsque l'entente détecte que Byron a dépassé sa durée de vie programmée, le Comité sur Incandescent anomalies distribue un tueur à gages pour prendre Byron sur.
Markus Krajewski, comme beaucoup de lecteurs, a trouvé l'histoire à la fois "sauvage et bizarre." Et pourtant, dit-il, "je savais que le style de prose de Pynchon mêle réalité et fiction, et je ai donc demandé: Serait-ce vrai?"
Il se avère que, de nombreuses parties du récit de Pynchon étaient effectivement fondées sur des faits: Il était vraiment un cartel Phoebus, et il a vraiment fait ampoules cibles. Krajewski a appris que Pynchon se était appuyé sur les antécédents économiques de bonne foi à tisser son récit de l'entente, y compris George W. Stocking et 1946 Texte de Myron W. Watkins, cartels en action: études de cas en diplomatie en commerce international . Creuser plus profond, il a découvert que les Archives municipales à Berlin logés dossiers d'entreprise d'Osram, un membre du cartel clé. À l'époque, à la fin des années 1990, il a étudié à Berlin à l'Université Humboldt, alors il a décidé de "commander jusqu'à certains fichiers." Dans ce riche trésor ont été lettres et des rapports documentant comment l'entente conspiré pour concevoir une incandescence courte durée ampoule. Son article, "The Great Conspiracy Ampoule," apparaît dans le dernier numéro de IEEE Spectrum.

Maintenant, un professeur d'études médiatiques à l'Université de Bâle , en Suisse, Krajewski [il est indiqué ci-dessus dans les archives Berlin] dit au début, il était "très étonné que le cartel si méticuleusement essayé de tout contrôler connecté à un tel objet ordinaire comme ampoule. "Mais quand il a examiné les énormes profits impliqués, tout fait sens.

Pourtant, dit-il, en réduisant la durée de vie de l'ampoule, l'entente était essentiellement travaille contre le progrès. " William Meinhardt , la tête de Osram, toujours soutenu que l'entente avait pour le bénéfice du consommateur », explique Krajewski. Et cela, at-il conclu, était la plus grande fiction de tous.

http://spectrum.ieee.org/tech-talk/geek-life/history/the-story-behind-the-story-behind-the-great-lightbulb-conspiracy



____________

Petite dédicace ironique à Jean Robin et à Alexandre Delaigue

http://www.enquete-debat.fr/archives/lobsolescence-programmee-oubliee-par-la-loi-du-17-mars-53837
http://www.enquete-debat.fr/archives/le-mythe-de-lobsolescence-programmee

http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=7583 (Le mythe de l’obsolescence programmée original https://web.archive.org/web/20120305224708/http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2011/03/07/1773-le-mythe-de-l-obsolescence-programmee )

(Idée de bouquins, pas cher, pour noel à leur offrir....
vodka cola de Levinson
http://www.amazon.fr/Vodka-cola-Charles-Levinson/dp/2234003563/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1417596055&sr=1-1
La Puce et les géants : De la révolution informatique à la guerre du renseignement de Laurent
http://www.amazon.fr/Puce-g%C3%A9ants-r%C3%A9volution-informatique-renseignement/dp/2213012628
…)

Plus un petit exemple, pour Delaigue, de technologie performante et cas'y inusable des "ingénieurs de l'Est", la kalach... (indémodable)
http://french.ruvr.ru/news/2014_12_02/Kalachnikov-suspend-la-livraison-darmes-aux-Etats-Unis-et-au-Canada-3041
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   3/12/2014, 23:46

excellent article Cisme, liens très intéressants en prime !! Merci Smile Il m'est revenu que nous avions déjà abordé de façon moins pointue le sujet :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t1453-fin-des-ampoules-a-filament-pour-2012-encore?highlight=ampoules
et
http://novusordoseclorum.discutforum.com/t2582-ampoules-basse-consommation?highlight=ampoules





Tu l'auras reconnu, c'est le libre penseur de Mazda Bide


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)   22/12/2014, 19:14

Marc Filterman a écrit:
09°) Lampes led et produits de blindage électromagnétique.

Les lampes led Eglo et Lexman ci-dessous ont des très faibles niveaux de rayonnements et de champs électromagnétiques. Elles sont utilisables par les EHS, les électrohypersensibles qui supporte encore la présence d'électricité.
Ces lots de deux lampes qui n'étaient qu'à 12 euros ont très vite disparu des rayons de Leroy Merlin, pour ne laisser place qu'aux autres constructeurs qui sont à des PRIX ABUSIFS, de 10 à 20 euros la lampe. On se demande d'ailleurs où sont les contrôles sur ces abus, et qui fait pression pour qu'on utilise encore ces lampes fluocompactes qui sont une vaste escroquerie (cliquez ici).




Source: http://filterman.comlu.com/gsm-312_conference_ademub_criirem_terre_pour_les_ehs_zone_blanche_rivasi.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Prêt à jeter - Obsolescence Programmée (dégénérescence programmée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» césarienne programmée
» Pourquoi privilégier une césarienne en début de travail plutôt qu'une césarienne programmée?
» Disparition programmée de la monnaie papier
» Soda, la série de Kev Adams
» Montée de lait qui tarde... que faire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: