Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   17/6/2011, 20:10

Eric Besson quitte le plateau de Capital



Réponse à la question du journaliste;
"parce que Besson est une *****."

émission complète;

http://www.m6bonus.fr/videos-emissions-4/videos-capital-146/emission_du_19_06_2011/video-eric_besson_quitte_le_plateau_de_capital_sequence_en_integralite-79278.html




Dernière édition par c.isme le 22/6/2011, 21:13, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   18/6/2011, 12:04

Le Ministre de l’Industrie Besson quitte le plateau de télévision



Citation :
La sûreté nucléaire, sujet tabou en France

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitée



Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   18/6/2011, 12:48

Il part parce qu'il n'a plus envie d'être encore le bouffon désigné volontaire qui va servir de tampon entre le mensonge et la protection du système... il admet sans avouer, d'une certaine manière c'est encore la réaction la plus crédible que puisse faire un politique aujourd'hui !

ça serait mieux qu'on nous envoie direct sur des plateaux télé les responsables des centrales, scientifiques, financiers... pour voir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   19/6/2011, 19:51

@ c.isme


Cette scène est incroyable, il n'y a AUCUNE offense de la part du journaliste ! (passons les "j'me casse, j'me barre") Besson quitte le plateau car c'est un chien de garde du nucléaire et qu'en tant que chien de garde, sa réaction est "vive", seulement, un chien de garde,
UN VRAI, ne pratique pas la fuite.... Moque
Besson ne prend même pas la peine de visionner le reportage et détale comme un traitre !!!!

Fuite devant la question du nucléaire alors que des centaines de milliers voir quelques millions de français sont devant leur télé à attendre d'être éclairé ( scratch ) sur la question du nucléaire, ce scélérat quitte le plateau...... Question ........ Combien touche-t-il à la fin du mois pour se permettre cela ?

Il a du sentir qu'il n'aurait pas les arguments pour contrer la vérité... petits joueurs, vous ne faitent plus le poids face à l'onde de vérité !

Cette scène devrait lui valoir d'être virer sur le champ !!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   20/6/2011, 12:38

La chaîne M6 a choisi ce dimanche soir de ne pas diffuser l'incident intervenu lors de l'enregistrement de l'émission Capital avec Eric Besson. Le ministre de l'Industrie avait quitté brutalement le studio après un échange tendu avec l'animateur Guy Lagache.

Lors de la diffusion de Capital, ce dimanche soir, Guy Lagache n'a fait aucune mention de l'incident, et le passage a été supprimé au montage.

Eric Besson avait été invité pour parler du nucléaire dans l'émission qui avait pour thème "Vivre et consommer écolo: ruée sur les nouvelles solutions vertes".

Il a quitté le studio en lançant "je me casse", au moment où allait être diffusé le témoignage d'un ancien sous-traitant chargé de déceler les défaillances dans les installations des centrales nucléaires. Le témoignage a été diffusé ce dimanche, mais non le départ du ministre.

"Je suis stupéfait qu'un ministre de la République en charge de l'industrie puisse quitter une émission où l'on parle de la sûreté des centrales nucléaires en France", avait déclaré Guy Lagache au Parisien de samedi.

Le ministre quant à lui avait indiqué au Monde ne pas regretter son départ, accusant le journaliste de se transformer en "débatteur partisan".

M6 avait mis en ligne vendredi sur son site l'extrait où l'on voyait le ministre partir ainsi que l'intégralité de l'interview.


http://fr.news.yahoo.com/casse-fait-chier-besson-coup%C3%A9-au-montage-064440708.html



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   25/6/2011, 19:45

Au départ de cette enquête, il y a eu l'envoi de plusieurs documents confidentiels sur le site Frenchleaks, il y a plusieurs semaines. Ces documents seront rendus accessibles quand Mediapart en aura achevé l'exploitation. La source de ces documents comme la quasi-totalité de nos interlocuteurs ont exigé l'anonymat afin de protéger leur emploi. Tout en respectant cette règle, nous avons pu avoir de longues conversations avec plusieurs sources. Nous avons aussi pu corroborer leurs affirmations par la consultation de nombreux documents. Certaines de ces pièces risquant de trahir nos informateurs, nous ne les avons pas citées explicitement. En tout état de cause, l'essentiel des faits relatés dans cette enquête nous a été confirmé par EDF mardi soir, veille de cette publication.

Citation :

Nucléaire: incidents en série à la centrale de Paluel
22 juin 2011 | Par Jade Lindgaard et Michel de Pracontal



Fuites à répétition, rejets de gaz radioactif, déclenchements de balises d'alertes, contaminations de travailleurs : depuis plus d'un mois, l'une des plus grosses centrales nucléaires françaises, le site de Paluel, en Haute-Normandie, connaît des dysfonctionnements en série. La multiplication des incidents crée un vent de panique chez les agents qui y travaillent, selon des témoignages et des documents exclusifs recueillis par Mediapart. La centrale de Paluel produit, à elle seule, environ 7% de l'électricité nationale.

L'inquiétude collective commence à se manifester sur Internet : «Centrale de Paluel : EDF sur les traces de Tepco ?» Cette formule provocatrice, qui compare l'électricien français à l'exploitant de la centrale de Fukushima, n'émane pas d'un groupe antinucléaire. Elle figure en tête d'un communiqué de la CGT de la région dieppoise (à lire ici), où se trouve la centrale de Paluel.

Avec quatre réacteurs de 1300 mégawatts (MW), ce site qui emploie 1250 salariés d'EDF est l'une des trois plus importantes centrales nucléaires françaises (avec celles de Gravelines et de Cattenom). Mis en service entre décembre 1985 et juin 1986, le site de Paluel n'a pas posé de problème particulier pendant les deux premières décennies de son fonctionnement.



Mais depuis quelque temps, divers problèmes techniques se sont accumulés sur le réacteur n°3, que l'un de nos interlocuteurs qualifie de «tranche la plus poissarde du site» : une fuite d'huile sur l'alternateur, une fuite d'eau du circuit primaire, une fuite de gaz radioactif dans le bâtiment réacteur, ainsi qu'une fuite dans une ou plusieurs gaines de combustible.

Jusqu'ici occultés, ces dysfonctionnements ne sont pas contestés par la direction de la centrale. Mais l'interprétation de leur gravité diverge radicalement d'une source à l'autre. Tous s'accordent cependant à décrire une inquiétude grandissante chez les agents et, pour certains, de l'angoisse et de la panique. L'un de nos interlocuteurs parle même de «terreur étouffée»!

Il raconte qu'un bâtiment proche du réacteur a dû être évacué plusieurs fois à cause du déclenchement de l'alarme mesurant la présence de gaz nocifs dans l'air. Des salariés «ont forcé des coffrets contenant des pastilles d'iode» pour se prémunir contre une éventuelle contamination. Cette réaction révèle un niveau élevé de stress chez des personnels pourtant formés à travailler dans le contexte particulier des installations nucléaires. Inquiétude nourrie par le fait que «l'alarme se déclenchait tout le temps», selon une autre source. Si bien que les seuils de détection de ces rejets gazeux ont fini par être relevés pour obtenir le silence.


«Le xénon, c'est comme une cigarette»

Pour remédier à certaines des fuites, le réacteur n°3 de Paluel a fait l'objet d'un arrêt lors du week-end de la Pentecôte. Un «arrêt à chaud» dans lequel le réacteur tourne au ralenti sans être complètement arrêté. Seize agents EDF et sous-traitants ont accidentellement inhalé du xénon, un gaz radioactif, lors de cette intervention. Ils ont été contaminés : des traces de ce gaz rare ont été trouvées à l'intérieur de leur organisme.

L'un d'entre eux explique à Mediapart avoir travaillé sans porter la cagoule et la bouteille d'oxygène permettant de ne pas respirer l'air environnant. «La réserve de l'appareil respiratoire individuel est trop limitée par rapport au temps d'intervention, cela nous aurait obligé à entrer et sortir plusieurs fois du bâtiment, ce qui aurait prolongé le temps d'intervention», ajoute-t-il, sous le sceau de l'anonymat.

Faux, conteste Claire Delebarre, chargée en communication de la centrale de Paluel : «Ils n'ont pas porté leur appareil respiratoire car ils n'en avaient pas besoin.» Et d'ajouter : «Il ne s'agit pas de contaminations internes car le xénon ne se fixe pas dans l'organisme, il est rejeté au bout de quelques expirations, c'est comme une cigarette.»

La quantité de gaz inhalé par ces agents est minime et sans danger, assure un militant CGT de la centrale qui a étudié le cas de ces personnes. «C'est en dessous des seuils acceptables reconnus par l'Autorité de sûreté du nucléaire», confirme le salarié contaminé. Mais «seize personnes contaminées, c'est énorme!» commente un autre agent. Et cela prouve, d'après lui, la présence d'une grande quantité de gaz radioactif dans la salle où ont travaillé les volontaires de la Pentecôte. L'un des travailleurs pressentis aurait refusé de participer à l'intervention, jugeant les conditions trop peu sûres.


Schéma de principe d'un réacteur nucléaire du parc français

Le 21 juin, l'incident de la Pentecôte n'avait pas été signalé par l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) sur son site internet. Au demeurant, il ne lui a même pas été notifié. «C'est normal, ce n'est pas un événement, on est dans le ressenti», répond le service communication de la centrale. «Les faits sont dissimulés», veut croire un agent de Paluel. Au local d'un syndicat de la centrale, contacté par téléphone, la première réaction est lapidaire : «Seize contaminations ? Mais c'est un roman que vous écrivez !»

Il ne s'agit pas d'une fiction, mais bien de la réalité. Qui plus est, l'intervention de la Pentecôte n'a résolu qu'une partie du problème : la fuite gazeuse est aujourd'hui réparée, mais l'eau du circuit primaire, elle, s'échappe toujours. La réparation est reportée. Les ennuis de l'alternateur avaient été traités précédemment. Mais il reste la fuite qui affecte une ou plusieurs gaines de combustible. Là, pas de réparation possible : il faut arrêter le réacteur et remplacer les éléments de combustible défaillants. Or, cela ne se fera qu'au prochain arrêt de tranche programmé, dans environ un an.

De toutes les difficultés qui affectent Paluel, la plus inquiétante est la défectuosité de certaines gaines de combustible, estime l'une de nos sources. Pourquoi ? Parce que ces gaines en alliage métallique constituent la première des barrières qui isolent la matière radioactive de l'environnement extérieur. Elles ont la forme de longs cylindres dans lesquels sont empilées de petites pastilles d'uranium radioactif. Ces «crayons» sont réunis en «assemblages» qui forment le cœur du réacteur.


«C'est comme du vin, parfois, il est bouchonné»

Le réacteur est une sorte de chaudière : les réactions nucléaires qui se produisent dans le combustible radioactif font chauffer l'eau du circuit primaire, qui à son tour transfère sa chaleur au circuit secondaire ; l'eau du circuit secondaire est vaporisée et la vapeur fait tourner la turbine qui produit l'électricité.

Le combustible radioactif, contrairement au charbon d'une chaudière classique, ne doit jamais être en contact avec l'environnement extérieur. A cette fin, les autorités nucléaires françaises ont élaboré une «doctrine de la sûreté» dont un principe de base consiste à enfermer la matière radioactive derrière trois «barrières»: d'abord la gaine du combustible ; ensuite la cuve et le circuit primaire ; enfin, l'enceinte de confinement du réacteur.


Les trois barrières de protection du combustible radioactif.

Or, à la centrale de Paluel, il est avéré, par les témoignages que nous avons recueillis et les documents que nous avons pu consulter, qu'au moins un assemblage du cœur de la tranche 3 contient un ou plusieurs crayons défectueux. Autrement dit, dont la gaine est fissurée. Comme il y a toujours une fuite dans le circuit primaire, cela signifie que deux des trois fameuses barrières ne sont plus étanches. Le ou les assemblages en cause sont neufs et ont été placés dans le cœur lors du dernier rechargement, survenu en mars 2011. D'après la direction de la centrale, les éléments concernés ont été fabriqués par Westinghouse....

réédition
Citation :

«On est en train de pourrir tout le bâtiment réacteur !» s'inquiète un agent, qui considère que la fuite actuelle de combustible à Paluel «peut basculer sur des phénomènes incontrôlables». Or EDF a pour l'instant décidé de laisser tourner le réacteur en l'état, potentiellement jusqu'à la fin du cycle (autrement dit le prochain arrêt pour rechargement du combustible), dans un an environ. «Je ne comprends pas qu'on ne décide pas d'arrêter», insiste l'une de nos sources.

«Ce sont des micro-fuites, elles n'ont pas de conséquences directes sur le personnel : elles sont mesurées, analysées, contrôlées, maîtrisées», explique un militant de la CGT de Paluel. «Nos investigations indiquent qu'il y a un défaut de gainage, mais ce n'est pas une rupture, c'est légèrement poreux, et cela ne concerne qu'un seul assemblage», assure Claire Delebarre, la chargée de la communication de la centrale de Paluel. Rappelons qu'un assemblage contient 264 crayons, soit 264 possibles sources de fuite. Mais «fonctionner avec une légère fuite, ce n'est pas grave en soi. C'est comme du vin, parfois, il est bouchonné !» assure la communicante du site de Paluel.

La radioactivité occasionnée par la fuite est estimée à 30.000 MBq/t (mégabecquerels par tonne d'eau), sachant qu'à partir de 100.000 Mbq/t par jour pendant sept jours consécutifs, un réacteur doit impérativement être mis à l'arrêt. Les problèmes techniques de Paluel révèlent ainsi le secret le mieux caché au grand public mais le plus connu du monde du nucléaire : en contradiction flagrante avec la doctrine de sûreté martelée par l'autorité de sûreté, des centrales fuient, et en toute légalité !

«Des fuites, il y en a, c'est normal, ce sont des incidents d'exploitation tout à fait classiques», poursuit Claire Delebarre. Sollicitée par Mediapart, l'ASN ne nous a pas répondu à l'heure où nous mettons en ligne cet article.

page4
«Les fuites, c'est normal»

«Les fuites, c'est normal, il y en a toujours eu dans le nucléaire», explique un spécialiste de la radioprotection. C'est si vrai que Mediapart a pu reconstituer un long historique des fuites de gaines de combustibles dans les centrales françaises. Une chronologie qui ne date pas d'hier puisqu'elle remonte à... il y a douze ans.

Le premier événement date d'octobre 1999 : à la centrale de Cattenom, en Lorraine, on détecte un taux élevé de radioactivité sur le circuit primaire et la présence de xénon 133. En août 2000, des mesures révèlent la dissémination de combustible dans le circuit primaire, et en septembre, de l'activité alpha qui témoigne d'une rupture de gaine sérieuse. Le 15 mars 2001, EDF découvre 28 assemblages de combustibles présentant des défauts d'étanchéité. L'incident est classé au niveau 1.

Après Cattenom, des pertes d'étanchéité de crayons de combustible ont affecté la centrale de Nogent-sur-Seine, à 50 km de Troyes. Cette fois, le problème était lié à un élément nouveau : les crayons défectueux étaient fabriqués dans un nouvel alliage au zirconium appelé «M5», différent du zircaloy 4 utilisé habituellement. L'alliage M5, produit par Areva, a été introduit par EDF afin d'améliorer la rentabilité du combustible : il s'agit d'augmenter le «taux de combustion», ce qui permet de réduire le nombre d'arrêts pour rechargement du cœur.

Mais ce M5 entraîne une complication imprévue : le taux de défaillances des crayons est, d'après uneétude de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), «quatre à cinq fois supérieur à celui des crayons à gainage en zircaloy 4». En 2002, le premier cycle réalisé avec une recharge complète de M5 dans un réacteur, la tranche 2 de Nogent, «a dû être arrêté suite à une contamination du circuit primaire après un record de 39 ruptures de gaines sur 23 assemblages», d'après une étude du cabinet indépendant Global Chance (Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008).


Exemples de fissures de gaines observées à Cattenom (Photo DSIN).

Au total, entre 2001 et 2008, une trentaine de fuites d'assemblages de combustible en alliage M5 ont été détectées, d'après l'IRSN. En 2006, l'ASN a estimé qu'il était nécessaire «d'adopter une démarche prudente» quant à l'introduction du M5. EDF a fait des efforts pour améliorer la fabrication des assemblages et éliminer les défauts, mais ils n'ont pas disparu.

En 2008, selon l'IRSN, «du combustible à gainage en alliage M5 (était) présent dans 17 des réacteurs de 900 MW, trois réacteurs de 1300 MW et les quatre réacteurs de 1450 MW», ce qui représente environ la moitié du parc. Depuis, le déploiement de l'alliage M5 s'est poursuivi et en particulier, il est présent dans les nouveaux assemblages de Paluel (voir l'onglet Prolonger)

page5
«Les liquidateurs de tous les jours»

En fait, dès 2006, les gaines de combustibles ont connu des défaillances à Paluel. Cette année-là, un arrêt de tranche se prépare sur le réacteur n°4. Les agents sont prévenus qu'il risque d'être «dosant», c'est-à-dire de les exposer à de fortes doses de rayonnements ionisants. «L'indice de radioactivité de la tranche était 50 fois supérieur à celui de la tranche d'à côté», se souvient Philippe Billard, alors décontaminateur du site, et militant CGT.

Ce haut niveau d'activité l'inquiète. Il dépose un droit d'alerte et s'affronte au staff EDF de la radioprotection qui lui reproche d'exagérer. L'intervention est maintenue. Lors d'une opération de décontamination du matériel, des salariés de Framatome – l'ancien nom d'Areva – expertisent l'état du combustible à l'aide d'une caméra placée sous l'eau : «J'ai vu les films, j'ai vu les gaines de combustible : sur 15 cm, il y avait plus rien, raconte Philippe Billard. La gaine était ouverte, il y avait une fente, et derrière, il n'y avait plus rien. Les pastilles de combustible avaient dégagé. Elles étaient passées dans le circuit primaire.»

Au cours de cet arrêt de tranche de 30 jours, certains agents reçoivent la moitié de la dose annuelle autorisée de radioactivité. Parmi eux, un agent de conduite EDF a fait examiner ses selles. Mediapart a eu accès au résultat de son examen médical (voir ci-dessous) : son organisme recèle des traces de césium, d'uranium et de plutonium. Tous cancérigènes à partir d'une certaine dose.

http://www.imagepics.eu/images/qDIHe.png
Traces d'uranium dans le résultat d'analyse médicale de l'agent contaminé.

http://www.imagepics.eu/images/cNWQ.jpg
Traces de plutonium dans le résultat d'analyse médicale de l'agent contaminé

«Il avait avalé des poussières radioactives», explique Philippe Billard. Des microdoses, chaque fois en dessous des normes, qui ne s'en accumulent pas moins dans l'organisme. Le syndicaliste adresse alors un courrier à la direction de la centrale (voir ci-dessous) pour l'alerter sur la présence de rayonnement alpha, très dangereux pour la santé, sur la tranche n°4. L'homme contaminé a depuis quitté le nucléaire.

http://www.imagepics.eu/images/elriy.jpg
Courrier d'alerte de 2006 sur les rayonnements alpha

Philippe Billard, lui, a fondé une association, «Santé-sous-traitance». Pour défendre la santé des sous-traitants qui représentent aujourd'hui environ la moitié des travailleurs du nucléaire. «La peur aujourd'hui de la population dans un accident nucléaire, c'est d'être contaminée et d'attraper un cancer. Eh bien nous, nous sommes contaminés régulièrement dans les centrales. Et on attrape des cancers. L'accident est déjà arrivé chez nous. Nous sommes les liquidateurs de tous les jours.»

Des liquidateurs en France ? Ne nous a-t-on pas dit et répété que la catastrophe, c'était pour les autres, ceux qui n'appliquent pas nos principes de sûreté, qui n'ont pas la chance de posséder notre organisation d'expertise et notre autorité nucléaire «indépendante»?

Ni franchement catastrophique ni vraiment rassurante, la situation de Paluel illustre au quotidien le fait que le système est vulnérable. Qu'il fonctionne avec des défaillances permanentes techniques et humaines, qui alimentent un climat général de méfiance, sinon de paranoïa. Que les grands principes de la sûreté ne sont pas respectés dans la dure réalité. Que la course à la productivité tend à prendre le pas sur l'exigence de sécurité. Et que la multiplication des contraintes à respecter pour que ce système continue à fonctionner le rend de plus en plus inhumain.

source
#http://www.mediapart.fr/journal/france/220611/nucleaire-incidents-en-serie-la-centrale-de-paluel

________

Bernard Laponche : “Il y a une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe”

http://www.telerama.fr/monde/bernard-laponche-il-y-a-une-forte-probabilite-d-un-accident-nucleaire-majeur-en-europe,70165.php



Dernière édition par c.isme le 23/2/2012, 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   25/6/2011, 23:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
hildegarde von b

avatar

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   29/6/2011, 14:06

du nucléaire ... y en a un paquet aussi chez nous...



La suite en streaming sur Youtube.

Lien original : http://www.youtube.com/user/Nigoo100#p/a/u/0/iOVhfjFuafA

Edit Bardamu :
http://novusordoseclorum.discutforum.com/entraide-f24/comment-poster-une-video-dailymotion-youtube-t5847.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   30/6/2011, 08:57

Collector celle là;
Nucléaire français: les débuts 18/04/2011


ou ici
http://www.ina.fr/sciences-et-techniques/maths-physique-chimie/dossier/2121/nucleaire-francais-les-debuts.20090331.fr.html

Vous aviez en plus la promotion de l'europe en bonus... Avec un montage vidéo implacable.

- - - -

Pour Tchernobyl 20 ans après on se foutait encore de notre gueule. FR3 édition nationale du 19/20

http://www.ina.fr/sciences-et-techniques/medecine-sante/dossier/2082/la-france-souvenir-de-tchernobyl.20090331.fr.html

Y aurait eu 50 cas de cancer qui aurait découler de Tchernobyl en France... Ba alors les essais atomique ont fait, je sais pas moi disons 1000 ou 2000 cancer dans le monde... Ha Patrick Hesters sait faire de bon gâteaux. Stéphane Lhomme ouvre sa gueule en fin de vidéo pour 20 secondes chrono.


Dernière édition par c.isme le 28/8/2011, 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   4/7/2011, 09:59

petit doublon

Panisse a écrit:
En France il y a Jean Paul Biberian qui travaille sur la fusion froide à Marseille.

Je vous renvoie à son site internet et à le film qui s'y trouve :

http://www.jeanpaulbiberian.net

réédition fev2012
cause:lien video mort
je mets ça à la place:

La fusion froide : Interview de Jean Paul BIBERIAN


Juste pour montrer que c'est bien le CEA qui avait bloqué les recherches sur la fusion froide alors qu'il y avait des résultats dans ce domaine.



Dernière édition par c.isme le 23/2/2012, 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
hildegarde von b

avatar

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   8/7/2011, 13:41

aucun dégât pour l'environnement qui disent ....rassurez-vous : la fumée noir c'est du cachou ..... Evil or Very Mad

http://temoins.bfmtv.com/fr/videos/info/2011-07-02/21621/images-inedites-de-l-incendie-a-la-centrale-nucleaire-du-tricastin.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   7/8/2011, 16:07


_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   7/8/2011, 18:08

L'évènement du Tricastin date du 4 juillet 2011.

Pour approfondir le sujet, l'association Next-Up en a fait un dossier: ICI

Et un dossier sur A.S.N.: ICI

pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   20/8/2011, 17:26

titre; Plénière Nucléaire : on arrête quand ?


Regardez en plein écran et faite pause pour mieux voir les graphiques.

Le professeur Youri Bandazhevsky (un homme extra ) revient sur la catastrophe de Tchernobyl avec des graphiques. Il y a déjà des liens sur cette personne à la page 1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
hildegarde von b

avatar

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   28/8/2011, 18:06

il semblerait qu'il existe un moyen simple efficace et peu couteux de neutraliser la radio activité :

http://jankounenforum.free.fr/viewtopic.php?pid=27975#p27975
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   10/9/2011, 02:25

Les tests nucléaires souterrains français. Ou tests secrets et discrets sur notre planète.

Nous avons des témoins de première mains sur ce qu'a dit Mr Antoine Giudicelli qui a dit avoir des autorisations "très secret-défense" qui sont classé Vulcain pour le nucléaire. Il a avoué puis démenti le fait que des tests nucléaires souterrains ont lieu secrètement en France.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Information_classifi%C3%A9e_en_France#Tr.C3.A8s_Secret-D.C3.A9fense

http://www.jp-petit.org/Gardanne/Gardanne1.htm

http://www.jp-petit.org/Proces_diffamation/Compte_rendu_plus_presse.htm

ça à fait le tour d'internet mais on en parle plus.
Ici;
http://www.onnouscachetout.com/themes/nature/gardanne-jpp1.php
Ou un peu là;
http://michel.mahler.free.fr/Annexe-RdM/La_Bombe/C_Essais_souterrains.htm


Citation :

...

En 1988 on est arrivé à la conclusion qu'une surveillance pourrait être opérée pour des explosions dépassant les 10 kilotonnes et qu'avec de telles puissances on ne disposait pas de méthodes pour éliminer le signal sismologique.

En dessous d'une à deux kilotonnes on a été amené à conclure que des explosions pouvaient être opérées en violation des traités dans des milieux comme du granit, des alluvions ou des dépôts salins et que dans ces conditions on ne disposait pas de méthodes fiables permettant de détecter de tels essais avec la technologie actuelle.

Entre ces deux domaines (charges supérieures à dix kilotonnes ou inférieures à 1 kilotonne se situe une plage où si on met en jeu des technique d' atténuation la détection reste problématique.

Le but de ce papier est de faire le point sur les technique d'atténuation en faisant exploser les charges dans des cavités (Sykes, 2000). Cette revue de question se réfère à des cavités emplies d'air. Mais d'autres méthodes d'atténuation ont été envisagées. On s'est intéressé également à des matériaux poreux, alvéolaires, susceptibles de s'écraser lors de l'explosion en
absorbant l'énergie. On a démontré la faisabilité d'expériences nucléaires souterraines dans des roches alvéolaires dont le coefficient de porosité atteindrait 5 à 20 %. Il existe des régions, comme le Kalahari, où la porosité peut dépasser les 20 %

Voici quels sont les critères qui permettent d'envisager de réaliser des explosions nucléaires furtives.

- Le signal sismologique doit être en dessous du seuil de détectabilité des instruments de surveillance.
- La profondeur à laquelle est effectué le test doit être suffisante pour assurer le confinement des produits radioactifs après l'explosion de telle manière que les systèmes de détection des produits radioactifs ne puissent mettre le phénomène en évidence, en le différenciant des signaux d'origine naturelle.
- L'aménagement du site d'essai doit pouvoir échapper à toute surveillance par satellite.

...


En conclusion, la France peut très bien avoir procédé à un nombre non évaluable d'expériences nucléaires souterraines se situant à une profondeur type de mille mètres, axées sur la mise au point d'armes électromagnétiques alimentées par des bombes A de faible puissance et que ceci ait pu passer pratiquement inaperçu.

extrait de;
http://ataraxie.free.fr/fr_essai_nucleaire.htm

_______

Je mets celui là et ce lien du site parce que je recherche des charges de 50 à 150 kilotonnes soit en test souterrain soit en "montagne".

L'essai raté Béryl d'In Ekker
(Sahara, mai 1962)
http://www.jp-petit.org/Divers/Nucleaire_souterrain/in_ecker.htm

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7109-theorie-de-dimitri-khalezov-sur-le-11-septembre

Sujet peut important pour certains mais très intéressent pour d'autres, moi je me pose des questions relatives aux armements alors ça me fait un peu plus de culture théorique voir totologique mais en faite je ne suis pas un expert dans le domaine. (heureusement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   12/9/2011, 15:18

Je cherchais un topic particulier pour les incident nucléaire en France que je n'ai pas trouver alors je poste ici :

Gard : explosion sur un site nucléaire

Publié le 12 septembre 2011 à 13h46 Mis à jour le 12 septembre 2011 à 15h02

L'incident a eu lieu à Marcoule lundi peu avant midi. Il y a un mort et quatre blessés.

Un four a explosé lundi peu avant midi sur le site nucléaire de Marcoule, dans le Gard. L'incendie provoqué par la détonation a été maîtrisé peu après 13 heures.

Un salarié a été tué ce matin à la suite d'une détonation survenue dans le local du four de fusion de déchets métalliques", a annoncé dans un communiqué la Socodéi, filiale du groupe EDF. "Quatre autre personnes ont été blessées dont une se trouve dans un état grave qui a été évacuée vers Montpellier.

L'incident s'est déroulé dans le centre Centraco de la société Socodei, filiale d'EDF, à Codolet, a précisé un porte-parole du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). "Pour l'instant, il n'y a pas de rejets à l'extérieur", a-t-il ajouté.

Les blessés ne présentent aucun signe d'irradiation selon les informations d'Europe 1. Les mesures ont été réalisée par la Cellule mobile d'intervention radiologique et par les équipes de la Socodéi.

Pas de rejet radiologique ou chimique

Le four était destiné à retraiter les déchets métalliques peu ou faiblement radioactifs. Il permet de réduire leur taille pour permettre de les stocker plus facilement. L'explosion est sans doute due à "une réaction chimique peu violente" a estimé sur Europe 1 Francis Sorin de la Société française d'énergie nucléaire.

"Ça peut être aussi une explosion due à la criticité c'est- à-dire qu'à un moment, il y a une réaction nucléaire, une réaction en chaîne qui s'amorce mais qui ne peut pas durer. Elle est de très faible intensité mais elle suffit pour faire une explosion", a-t-il précisé.

Un périmètre de sécurité a été installé en raison des risques de fuite, ont précisé les pompiers. Les employés du site de Marcoule ont été confinés.

"C'est la première fois que ça nous arrive en 15 ans", a souligné sur Europe 1 la responsable de la médecine du travail. "Il ne faut pas paniquer. On se tient informés mais pour l'instant, on nous a juste demandé de s'enfermer dans le bâtiment et de ne pas sortir".

Une enquête va être diligentée afin de déterminer les causes exactes de l'accident. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, est attendue sur place vers 17 heures.
http://www.europe1.fr/France/Gard-explosion-sur-un-site-nucleaire-713753/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ

avatar

Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   12/9/2011, 15:27

Suite :

Direct, mise à jour

Accident de Marcoule en direct: «Un accident industriel, pas un accident nucléaire»

http://www.20minutes.fr/article/785464/accident-marcoule-direct-un-accident-industriel-accident-nucleaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   12/9/2011, 20:40

Bordel ça arrête pas, merci lorelianeGTQ si je peux me permettre un conseil;
Si vous connaissez des gens dans ce secteur dite leur bien de ne pas faire du tourisme près du lieu. Je veux bien que la CRIIRAD dise qu'il n'y a pas de problème mais une explosion c'est toujours polluant quoi qu'il arrive.

Ici à Feurs il y aurait pu aussi avoir un problème de sureté nucléaire puisque près de l'usine qui a explosé il y a un stock de déchets contaminés (placé là après une grosse fuite de gaz radioactif autre incident, gaz utilisé pour la radiographie des pièces de métal.)

http://videos.tf1.fr/jt-we/l-ambiance-a-feurs-apres-l-explosion-dans-une-fonderie-6551271.html
Deux morts

A cette époque les gendarmes ont reçu l'ordre de dire aux passants qu'il n'y avait aucun risque de quelconque pollution. (source personnelle j'habite le périmètre.)
Alors que c'était faux, déjà cette partie de la fonderie recycle le métal des piles usagées (c'est déjà polluant en temps normal) mais de plus il y avait apparemment encore de l'amiante dans l'usine.
C'est aussi la Nathalie Kosciusko-Morizet qui s'occupe d'une enquête administrative ici (enquête qui lave de toute responsabilité de l'entreprise ! Circulez...y'a rien à voir.). Y'a jamais de problèmes avec ces gens là, même avec Tchernobyl.
Monde de merde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   3/10/2011, 11:49

Petit retour sur l'incident de Marcoule; les autorités ont minimisé les chiffres...

"Chiffres erronés, voire mensongers, sur la radioactivité des déchets :
LA CRIIRAD AVAIT RAISON !
Dans le domaine du nucléaire, les dossiers changent mais les constats restent les mêmes : sous-évaluation des risques du côté de l’exploitant et manque d’esprit critique, voire complaisance, du côté des experts officiels.
Le 23 septembre dernier, la CRIIRAD interpellait les autorités en charge de la radioprotection et de la sûreté nucléaire, Autorités de Sûreté Nucléaire et Ministères de la santé, de l’industrie et de l’écologie. Elle dénonçait le maintien du secret sur les éléments clefs du dossier et la publication, par l’IRSN, d’un chiffre étonnamment faible (63 000 Bq) pour l’activité des 4 tonnes de déchets métalliques présents dans le four au moment de l’explosion. La CRIIRAD jugeait cette évaluation « absolument incompatible » avec le débit de dose de 8,5 μSv/h qui aurait été relevé sur le corps de la victime de l’explosion, M. José MARIN. L’information sur le débit de dose provenant d’une source officieuse, la CRIIRAD, la CRIIRAD en était restée aux interrogations et à la demande de clarification.
Lire le courrier CRIIRAD du 23/09/11
Mercredi 28 septembre, via le site Internet du Dauphiné Libéré, la CRIIRAD prenait connaissance des déclarations du Procureur de la République en charge de l’instruction, M. Robert GELLI, des déclarations qui confirmaient la mesure du débit de dose. La CRIIRAD a donc adressé hier au Procureur de la République, un courrier officiel soulignant qu’il est « impossible de mesurer un débit
de dose aussi élevé si la contamination provient de déchets métalliques aussi faiblement contaminés que l’affirment l’exploitant et l’IRSN» et demandant que l’instruction intègre la réalisation d’une cartographie dosimétrique ainsi que des analysées en laboratoire afin d’établir l’activité réelle des 4 tonnes de déchets radioactifs.
Lire le courrier CRIIRAD du 29/09/11
La CRIIRAD vient de prendre connaissance de la note d’information que l’ASN a publié hier sur son site Internet et qui indique qu’il « s’avère que le four de fusion contenait, au moment de l’accident, une charge d’environ 4 tonnes de déchets pour une activité de 30 MBq et non de 63 KBq comme l’a initialement indiqué l’exploitant ». Cette nouvelle évaluation est donc 476 fois supérieure à celle qui prévalait depuis le 12 septembre.
CETTE INFORMATION SOULEVE DE TRES LOURDES QUESTIONS :
1. Cette réévaluation aurait-elle été publiée si la CRIIRAD n’avait pas interpellé officiellement, par lettre recommandée avec accusé de réception, les différentes autorités le 23 septembre dernier ?
2. Comment se fait-il que l’expert de l’Etat, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, qui était présent sur le site et qui dispose de moyens sans commune mesure avec ceux de la CRIIRAD, ait repris sans réserve l’évaluation suspecte de l’exploitant ? Le chiffre de 63 KBq a été publié dès le 12 septembre par l’IRSN et sans aucun correctif ultérieur.
3. Quel crédit apporter à l’auto-surveillance de l’exploitant, dispositif essentiel du contrôle de l’installation CENTRACO ? De 63 kBq à 30 MBq, l’écart n’est pas de 10 ou 20% mais de près de 500
fois ! Et il est tout à fait improbable qu’il s’agisse d’un malheureux concours de circonstances, que l’explosion concerne le seul lot de déchets mal évalué par l’exploitant. Rappelons que la CRIIRAD avait étudié le projet de création de l’installation CENTRACO et que l’une des principales critiques qu’elle avait formulée portait précisément sur le manque de fiabilité du système de contrôle de l’activité des déchets.
On est d’ailleurs en droit de se demander si la CENTRACO ne fonctionne pas en complète violation des prescriptions qui régissent son fonctionnement : violation des dispositions du décret d’autorisation qui limitent l’activité totale qu’elle est autorisée à détenir ; violation des limites de rejets de polluants radioactifs et chimiques dans l’atmosphère et dans le Rhône. Si les rejets réels sont 10 fois ou 100 fois supérieurs aux rejets déclarés, le dépassement des limites de rejets de tritium ou d’émetteurs alpha serait par exemple avéré.
Dans tous les cas, l’instruction devra déterminer si la sous-évaluation de l’activité des déchets relève d’une action délibérée de l’exploitant ou d’un défaut de maîtrise des substances radioactives qu’il met en œuvre. Quelle que soit l’explication, le constat est particulièrement préoccupant.
Afin d’avoir accès à toutes les pièces du dossier, les responsables de la CRIIRAD ont décidé d’inscrire le DEPOT D’UNE PLAINTE EN JUSTICE à l’ordre du jour du prochain conseil d’administration de l’association, programmé le 14 octobre prochain. L’objectif sera de s’assurer que toutes les responsabilités sont bien recherchées et établies. L’explosion a provoqué la mort d’un employé. Un autre est toujours dans un état critique. Toute la lumière doit être faite sur les conditions de fonctionnement et de contrôle de l’installation."

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   3/10/2011, 17:29

"Mercredi 28 septembre, via le site Internet du Dauphiné Libéré, la CRIIRAD prenait connaissance des déclarations du Procureur de la République en charge de l’instruction, M. Robert GELLI, des déclarations qui confirmaient la mesure du débit de dose."

Pourquoi faut il qu'il s'appelle Gelli ? ça sent pas bon. Merci bien nemandi.

Faut voir
http://languedoc-roussillon.france3.fr/info/robert-gelli-reagit-a-la-garde-a-vue-de-courroye-70599206.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Solstice

avatar

Nombre de messages : 3147
Age : 50
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   10/10/2011, 22:54

Une filiale d’Areva reconnue coupable de pollution radioactive

Le 30 septembre, la cour d’appel de Nîmes a condamné la Socatri, filiale d’Areva, pour « déversement de substances toxiques dans les eaux souterraines ayant entraîné une modification significative du régime normal d’alimentation des eaux ». Les faits remontent à la nuit du 7 au 8 juillet 2008 : 74 kg d’uranium avaient été rejetés dans l’environnement aux abords du site nucléaire du Tricastin (entre Valence et Avignon). Ce sont les employés de l’usine Socatri, localisée sur le site et en charge de la maintenance et du démantèlement de matériaux radioactifs, qui s’étaient aperçus, le 8 juillet au matin, de l’existence d’une fuite au niveau du système de rétention de la cuve. « Selon une évaluation effectuée à l’époque, la pollution correspondait à 27 fois la limite annuelle des rejets autorisés », rappelle le Réseau Sortir du nucléaire.

La Socatri devra payer une amende de 300 000 euros et des dommages et intérêts de 20 000 euros à chacune des associations parties civiles. Selon Martine Laplante, présidente des Amis de la Terre, « Tout cela est révélateur du manque d’attention portée par Areva à ses filiales en charge des déchets et effluents radioactifs, et oblige à s’interroger sur le coût réel de la filière nucléaire dans son ensemble ». Les magistrats ont également condamné la Socatri à verser 10 000 euros pour préjudice moral à une dizaine de riverains du site qui s’étaient aussi portés partie civile. La fin de l’impunité pour les pollutions nucléaires ?


http://www.bastamag.net/article1791.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   25/10/2011, 17:36

Areva veut fermer son usine belge de fabrication de combustible nucléaire
Publié le 25.10.2011, 13h58

Le fabricant de combustible nucléaire FBFC, filiale du groupe français Areva, confronté à des problèmes de surcapacité notamment en France et en Belgique, envisage de fermer son usine belge de Dessel (nord), a-t-il annoncé mardi.
"La baisse des besoins de combustible nucléaire en Europe occidentale engendre une surcapacité durable du marché. FBFC International (Franco-Belge de Fabrication du Combustible) est directement affectée par cette situation.

Par conséquent, la cessation des activités de fabrication du site de Dessel est envisagée", indique la société dans un communiqué.
"Par ailleurs, les événements survenus au Japon ont un impact direct, à court et moyen terme, sur le marché du combustible nucléaire, qui se traduit par une baisse durable de la demande, et ce dès 2011", ajoute la direction, qui a informé mardi matin de ses intentions les représentants du personnel de l'usine située près d'Anvers.
Le site belge emploie quelque 150 personnes, selon la direction et 180 selon les syndicats, qui tiennent compte des sous-traitants réguliers.
La fermeture de l'usine se ferait en plusieurs phases: elle commencerait par l'arrêt des activités de fabrication de dioxyde d'uranium, début 2012, suivie d'une externalisation de la fabrication des composants, courant 2012. Ces activités regroupent à ce jour 120 postes, selon le communiqué.
"L'une des activités d'assemblage de crayons, ainsi que le démantèlement des bâtiments pourraient se prolonger jusqu'en 2015, maintenant ainsi une activité de près de 30 postes sur le site" jusqu'à cette date, ajoute le texte.
L'activité d'assemblages de FBFC est présente sur deux sites, l'un en France, à Romans (sud), disposant d'une capacité de 1.400 tonnes par an, tandis que celle de Dessel a une capacité de 500 tonnes par an, explique le groupe.
Or, "le marché permet aujourd'hui à ces deux sites une production maximale cumulée de 1.000 tonnes/an. Cette situation structurelle confirme une surcapacité industrielle pour les deux sites réunis".
FBFC explique avoir choisi de sacrifier le site de Dessel car il ne "pourrait répondre seul à la demande du marché" et parce qu'il ne "possède pas non plus l'ensemble des étapes nécessaires à la fabrication des assemblages de combustible", à la différence du site de Romans.

________

SUR LE MÊME SUJET

Inquiétudes à tous les étages chez Areva, démission du patron en Allemagne
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/inquietudes-a-tous-les-etages-chez-areva-demission-du-patron-en-allemagne-20-10-2011-1676764.php

Areva veut s'engager davantage dans la résolution de la crise à Fukushima
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/areva-veut-s-engager-davantage-dans-la-resolution-de-la-crise-a-fukushima-08-09-2011-1598204.php
_________

source;
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/areva-veut-fermer-son-usine-belge-de-fabrication-de-combustible-nucleaire-25-10-2011-1685381.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   10/11/2011, 11:56

Cartes des centrales nucléaires dans le monde

Cartes du désastre nucléaire








Les chiffres par pays ( le terme MWe signifiant mégawatt électrique. 1 mégawatt = 1 million de watts):

AMERIQUE DU SUD

Argentine :
Puissance installée : 935 MWe
2 réacteurs dans 2 centrales (Atucha et Embalse)
Brésil :
Puissance installée : 1884 MWe
2 réacteurs dans 1 centrale (Angra)
Mexique :
Puissance installée : 1300 MWe
2 réacteurs dans 1 centrale (Laguna Verde)

AMERIQUE DU NORD

Etats-Unis :
Puissance installée : 100747 MWe
104 réacteurs dans 64 centrales
Canada
Puissance installée : 12569 MWe
18 réacteurs dans 5 centrales (Bruce, Darlington, Gentilly, Pickering, Point Le Preau)

EUROPE (EST ET OUEST)

France :
Puissance installée : 63130 MWe
58 réacteurs dans 19 centrales
1 centre de retraitement à La Hague
1 usine de Mox à Marcoule (opérations de démantèlement en cours)
Nouveaux réacteurs programmés : Flamanville (en construction), Penly (en projet)
Allemagne :
Puissance installée : 20490 MWe
17 réacteurs dans 12 centrales
Note : l’Allemagne s’est engagée par la loi sur une sortie progressive du nucléaire, à horizon 2021.
Royaume Uni :
Puissance installée : 10137 MWe
19 réacteurs dans 9 centrales
1 centre de retraitement à Sellafield
Espagne :
Puissance installée : 7514 MWe
8 réacteurs dans 6 centrales
Italie :
Puissance installée : 1423 MWe (à l’arrêt)
4 réacteurs dans 4 centrales (Caorso, Enrico Fermi, Garigliano, Latina)
Note : tous les réacteurs italiens ont été stoppés suite à la décision du pays de sortir du nucléaire, prise en 1987
Belgique :
Puissance installée : 5926 MWe
7 réacteurs dans 2 centrales (Doel, Tihange)
Suisse :
Puissance installée : 3263 MWe
5 réacteurs dans 4 centrales (Beznau, Goesgen, Leibstadt, Muehleberg)
Autriche :
Puissance installée : 0 MWe
Note : le pays a voté le principe du la non production d’électricité nucléaire en 1978.
République Tchèque :
Puissance installée : 3678 MWe
6 réacteurs dans 2 centrales (Dukovany, Temelin)
Finlande :
Puissance installée : 2716 MWe
4 réacteurs dans 2 centrales (Loviisa, Olkiluoto)
Note : un 5e réacteur, de type EPR, est en construction (1600 MWe, Areva)
Lituanie :
Puissance installée : 2370 MWe
2 réacteurs dans 1 centrale (Ignalina), définitivement stoppés
Pays-Bas :
Puissance installée : 487 MWe
1 réacteur dans 1 centrale (Borssele)
Roumanie :
Puissance installée : 1300 MWe
2 réacteurs dans 1 centrale (Cernavoda)
Bulgarie :
Puissance installée : 1906 MWe
2 réacteurs dans 1 centrale (Kozloduy)
Hongrie :
Puissance installée : 1889 MWe
4 réacteurs dans 1 centrale (Tolna Megye)
Slovaquie :
Puissance installée : 1816 MWe
4 réacteurs dans 2 centrales (Bohunice, Mochovce)
Slovénie :
Puissance installée : 666 MWe
1 réacteur dans 1 centrale (Krsko)
Suède :
Puissance installée : 9298 MWe
10 réacteurs dans 3 centrales (Forsmark, Oskarshamn, Ringhals)
Note : l’arrêt progressif de la production nucléaire est planifié.
Ukraine :
Puissance installée : 13107 MWe
15 réacteurs dans 4 centrales (Khmelnitski, Rovno, South Ukraine, Zaporozhe)
Russie :
Puissance installée : 22693 MWe
32 réacteurs dans 11 centrales en activité
Belarus :
Puissance installée : 0 MWe
1 réacteur en projet

ASIE

Arménie :
Puissance installée : 375 MWe
1 réacteur dans 1 centrale (Armenia)
Chine :
Puissance installée : 10058 MWe
13 réacteurs dans 4 centrales (Guangdong, Lingao, Qinshan, Tianwan)
27 réacteurs en construction pour une puissance supplémentaire de 27230 MWe
Inde :
Puissance installée : 4391 MWe
20 réacteurs dans 5 centrales (Karnataka, Gujrat, Talmid Nadu, Uttar Pradesh, Rajasthan)
5 réacteurs en construction pour une puissance supplémentaire de 3564 MWe
Iran :
Puissance installée : 0 MWe
1 réacteur en construction (Bushehr) pour 915 MWe
Japon :
Puissance installée : 46821 MWe
54 réacteurs dans 17 centrales
Kazakhstan :
Puissance installée : 52 MWe
1 réacteur dans 1 centrale (BN 350), définitivement stoppé
Corée du Sud :
Puissance installée : 18698 MWe
21 réacteurs dans 5 centrales (Kori, Shin-Kori, Ulchin, Wolsong, Yonggwang)
Pakistan :
Puissance installée : 425 MWe
2 réacteurs dans 2 centrales (Kanupp, Chasnupp)
1 réacteur en construction pour une puissance supplémentaire de 300 MWe
Taiwan :
Puissance installée : 4982 MWe
6 réacteurs dans 3 centrales (Shin Chan, Kuosheng, Maanshan)

AFRIQUE

Afrique du Sud :
Puissance installée : 1800 MWe
1 réacteur dans 1 centrale (Koeberg)
_____________________________________________
Total : 378.846 MW ou 378.846.000.000 Watts

source: http://bistrobarblog.blogspot.com/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire   17/11/2011, 03:38

Contamination en cours en Europe ?


Rejets d’iode radioactif en Europe : urgent de déterminer l’origine exacte de la contamination

LYON – La Criirad a estimé mercredi, après la détection en France de rejets d’iode radioactif dans l’air en provenance d’un pays inconnu, qu’il y avait
urgence à déterminer l’origine de la contamination, afin de protéger les populations proches de la source de ces rejets.
Mardi, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a annoncé la détection dans l’air en France de mystérieux rejets d’iode radioactif, trop faibles toutefois pour constituer un danger.
L’origine de ces rejets étant inconnue, l’IRSN a appelé le coupable à se dénoncer et les pays européens à coopérer pour le démasquer.
De faibles niveaux d’iode 131 ont été relevés en République tchèque et en Pologne notamment.
Pour ce qui concerne la France, les analyses lancées par l’IRSN montrent de très faibles niveaux de concentration d’iode radioactif dans la moitié nord du pays.
Et dans son communiqué, la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) souligne que ses 5 balises de contrôle de la radioactivité en Vallée du Rhône n’ont jusqu’à présent détecté aucune contamination.
La Criirad fait part de sa préoccupation dans la mesure où, plusieurs semaines après le début de la contamination, aucune autorité, ni au niveau international,
ni au niveau national de quelque pays que ce soit, n’a été en mesure de désigner l’origine de la contamination.
Pour la Criirad, il y a urgence car les populations proches de la source pouraient avoir été ou être encore exposées à des doses importantes de radioactivité.
S’agissant de l’iode 131 rejeté dans l’atmosphère, les doses subies par ingestion dans les jours suivant le rejet peuvent être plus élevées que celles liées à l’inhalation, met en garde la Commission.
Des irradiations inutiles peuvent donc être encore évitées si les populations concernées sont informées et que des mesures de protection sont prises, conclut la Criirad.
AFP

http://realinfos.wordpress.com/2011/11/16/rejets-diode-radioactif-en-europe-urgent-de-determiner-lorigine-de-la-contamination/




Pollution à l’iode radioactif en Europe : Accident à la centrale de Krško ?

Depuis plusieurs jours des taux anormaux d'Iode 131 radioactif ont été detectés en Slovénie et en Hongrie. La contamination est maintenant constatée aussi en France. Les agences de sureté nucléaire restent muettes comme des tombes.



Un incident nucléaire en Europe, voilà ce dont l'industrie nucléaire n'avait pas besoin, maintenant que la crédibilité de la filière a été considérablement discréditée par les évenements de Fukushima.

C'est pourtant bien ce qui s'est passé vers le 11 novembre 2011 quelque part dans le nord des Balkans.A partir de cette date, de l’iode-131 a été détecté en Slovénie et en Croatie, à quatre endroits différents : à Zagreb, à Ljubljana, à Krško, et dans la région où les frontières de la Croatie, de la Hongrie et de la Serbie se rejoignent.

Depuis les traces d'iode radioactif ont été mesurée en Tchécoslovaquie et en Turquie.

Ces données ont été publiées par l'EURDEP (Plateforme Européenne d'Echange de Données radiologiques) sur son site internet.

http://eurdep.jrc.ec.europa.eu/Basic/Pages/Public/Home/Default.aspx


Des pollution au Césium-134 et au Césium-137 ont également été constatées mais à un seul endroit : la centrale nucléaire de Krško en Slovènie.

Les autorités Slovène n'ont pas communiqué sur l'apparition de cette pollution dans l'athmosphère en Europe et l'AIEA s'est contentée de constater que "de très faibles niveaux d'iode-131 radioactive ont été détectés en République Tchèque et ailleurs (sic) en Europe, mais les particules sont considérées comme ne présentant pas un risque de santé publique." mais prétend en ignorer l'origine.

La seule hypothèse avancée serait que l’iode-131 pourrait provenir d’un site de production de matériels radioactifs utilisés dans le milieu médical.

La centrale de Krško avait connu des problèmes de fuites en juin 2008

http://surfacelibre.blogspot.com/2011/11/pollution-liode-radioactif-en-europe.html


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Nucléaire : infos et actualités de l'industrie nucléaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» Signez la pétition en soutien à Philippe Billard et à tous les travailleurs victimes de l’industrie nucléaire.
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Divers-
Sauter vers: