Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qu’est-ce que l’Empire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Makoto

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Qu’est-ce que l’Empire ?   30/8/2011, 00:59

Une bonne synthèse je trouve, non?


Qu’est-ce que l’Empire ?





Il existe un réseau mondial de domination, qu’il est possible d’appeler « l’empire ». Il s’agit bien d’un réseau, et non d’un territoire. L’empire est constitué de tous les individus qui, reliés entre eux par des intérêts communs, participent à l’exploitation d’une partie massive de la population mondiale, voire de sa quasi-totalité.

L’Empire : trois centres majeurs de domination

L’empire n’est pas un gouvernement, dans lequel on pourrait isoler une partie exécutive monolithique. Il est constitué de différents centres décideurs, souvent alliés, parfois concurrents, qui, eux, peuvent être localisés géographiquement du fait d’une certaine concentration des individus dominants et des forces politiques de poids dans certaines régions du monde. Dans la mesure où ces centres sont géographiquement localisables, les individus qui les composent sont soumis à des déterminations culturelles, ethniques, religieuses – composantes dont le poids varie en fonction de l’histoire.

Aujourd’hui, il est possible de dire que l’empire comporte trois centres décideurs majeurs : Wall Street (New York), la City (Londres), et l’État israélien. À aucun moment ces trois structures concrètes, institutionnelles, incarnées par des individus aux fonctions officielles et situées dans des lieux matériels, ne doivent être confondues avec les nations au sein desquelles elles ont émergé.

Ces trois centres majeurs luttent pour leurs intérêts propres – ou plutôt : les individus qui œuvrent dans ces trois structures majeures de domination mondiale luttent pour leurs intérêts individuels. Ces intérêts individuels convergent la plupart du temps au sein de chaque centre de pouvoir ; c’est pourquoi il est possible de parler de centres. Mais il arrive qu’au sein même de ces structures, plusieurs forces de poids semblable s’opposent, parce qu’elles identifient des intérêts divergents.

L’histoire des forces de domination est en effet l’histoire de la compréhension par les individus dominants de leurs intérêts individuels respectifs, et des méthodes mises en place pour les défendre.

Aucun centre majeur de domination n’est suffisamment puissant pour maintenir seul sa domination. Les structures telles que Wall Street, la City et l’État d’Israël doivent donc s’entourer d’alliés pour conserver leur pouvoir. Aujourd’hui, la grande majorité des individus qui composent ces trois centres ont identifié des intérêts communs, qui gouvernent un même protocole de domination. C’est pour cette raison qu’il est possible de parler d’empire mondial.

Ensemble, ces trois centres de pouvoir sont en effet suffisamment puissants pour exercer leur empire sur – presque – toute la planète. Rappelons néanmoins que l’empire n’est pas ancré dans un territoire. Tel qu’il a été défini plus haut, il existe partout où les structures politiques – les structures, qu’elles soient publiques ou non, qui dominent la situation locale – poursuivent les mêmes intérêts que les centres décideurs.

Aujourd’hui, les institutions de l’Union européenne constituent l’un des alliés principaux des centres décideurs de l’empire ; il n’est pas possible pour autant de dire que les nations européennes font partie de l’empire, pas plus d’ailleurs que la nation états-unienne ou la nation israélienne – bien que cette dernière entretienne des liens particulièrement étroits avec la domination, point sur lequel nous reviendrons.

Les nations souveraines, ennemies de l’Empire

Si ces centres décideurs de l’empire ont des alliés, ils ont aussi des ennemis. Ces ennemis, ce sont les nations souveraines. Cela ne veut pas dire que toutes les nations sont les ennemis objectifs de l’empire ; seules les nations souveraines le sont. Elles le sont parce qu’une nation souveraine – maîtresse de ses politiques publiques, de sa justice, de sa production culturelle, de son armée, de son agriculture, de son industrie, de son éducation, de sa politique étrangère, de ses traditions, etc. – organise la vie, sur un territoire donné, d’une manière qui fait par définition résistance au médium principal de domination de l’empire : le capitalisme.

Parce qu’il est fondé sur l’oubli de la valeur d’usage (la richesse) et la transformation de celle-ci en valeur d’échange (objectivée par l’argent), le capitalisme doit, pour se développer et ainsi accomplir sa logique propre, effacer le plus possible les déterminations culturelles, historiques, nationales des marchandises et des travailleurs.

L’argent, qui dématérialise le commerce, n’est pas en soi une invention capitalistique ; il n’est que le moyen privilégié du capital pour se développer. De même pour la virtualisation récente de l’économie à travers la prise de pouvoir de la finance : elle n’est qu’un moyen encore plus parfait de se détacher de tout ce qui entrave le commerce de valeurs d’échange. A terme, et parce que la logique intrinsèque du capital est de s’étendre – tout comme l’empire –, le capitalisme auquel on laisse libre cours ne peut donc aboutir qu’à l’effacement des déterminations locales au profit d’échanges mondialisés – de capitaux, de marchandises mais aussi de travailleurs – et à la primauté du pouvoir économique global sur le pouvoir politique local.

Cette autonomisation du commerce comme instance de pouvoir sur les populations n’est pas une dérive du capitalisme ; elle n’en est qu’une conséquence mécanique, inscrite dans son projet initial, rendue concrète par son seul développement. Le libéralisme économique est la doctrine qui préconise justement de ne pas entraver son développement.

Parce que la domination proprement politique du commerce a pris une tournure mondiale et provoqué des privations de souveraineté individuelles et collectives difficilement conciliables avec l’idéologie du libéralisme comme source de liberté, on appelle désormais « ultra-libéralisme » la doctrine qui recommande toujours, aujourd’hui, de n’entraver sous aucun prétexte le développement naturel et logique du capitalisme mondialisé.

La nation est la seule échelle humaine capable d’offrir les structures nécessaires à la protection des individus contre l’autonomisation du commerce. Plus petite, la région se condamne à une très forte dépendance à la fois agricole, industrielle et militaire à l’égard des entités voisines, et à une incapacité certaine à se défendre en cas d’agression, que ce soit par la force ou d’autres moyens. En outre, ses faibles moyens humains et matériels limitent ses capacités de production culturelle et d’expression de ses valeurs.

La région est donc condamnée à n’avoir aucun poids extra-territorial et donc, dans un monde où la technique a imposé de fait la mondialisation, à se laisser emporter par des événements géopolitiques la dépassant. Plus grande, l’entité supranationale ne peut proposer d’intérêts communs à ses membres issus de nations différentes, à moins d’effacer justement une bonne partie des déterminations nationales dans lesquelles sont inévitablement pris les individus. D’une manière générale, l’empire œuvre donc au déracinement des individus.

Les racines, quelles qu’elles soient, font obstacle au libre-échange, parce qu’elles font obstacle au passage de la valeur d’usage (usage qui peut être autre que matériel et utile, par exemple culturel, identitaire, symbolique, traditionnel, etc.) à la valeur d’échange des marchandises et des travailleurs. Les racines régionales ou communautaires ne sont exploitées, mises en valeur, que lorsqu’elles peuvent être utilisées pour saper celles qui les dépassent, enracinent encore davantage les individus et peuvent leur permettre de se réunir en une force politique efficace : leurs racines nationales.

Le capitalisme globalisé, parce qu’il permet de dépasser les anciennes structures politiques locales et d’exercer un pouvoir véritablement politique sur les populations, constitue donc aujourd’hui le médium principal de la domination. Les individus qui composent les centres de domination de l’empire, ou qui œuvrent pour eux par la collaboration, ont donc un intérêt individuel clair à tout faire pour conserver le système économique actuel.

Le choix moral des agents impériaux

Que cet intérêt individuel soit incompatible avec l’intérêt général, c’est-à-dire celui des masses mondiales exploitées, est un problème moral. La lutte pour le maintien du système actuel de domination ou pour sa disparition n’est pas qu’un jeu de pouvoir entre sphères concurrentes de la domination ; c’est aussi un enjeu concret, vital, pour tous ceux qui en souffrent. Cette souffrance, lorsqu’elle prend une tournure radicale, devient physique : faim, maladie, emprisonnement, violence, guerre, mort. Elle peut également s’exprimer sous forme psychologique, par la dépression.

C’est particulièrement vrai dans les ex-pays industrialisés aujourd’hui tertiarisés, où l’effacement des liens entre individus par l’exacerbation de leurs différences d’une part et la destruction des institutions créatrices de spiritualité et d’union nationale d’autre part les a isolés, atomisés au point de leur faire perdre de vue le sens naturel de la vie en société – qui est l’intérêt général – et par extension celui de la vie tout court.

Il s’agit donc bien d’un problème moral, puisque les choix des individus qui composent les centres de pouvoir de l’empire ou ses instances collaboratrices ont pour conséquence le maintien de populations dans la souffrance, choix relevant donc plutôt du mal que du bien, c’est-à-dire plutôt de ceux qui mènent à la violence et la souffrance plutôt que de ceux qui mènent à la paix sociale et à l’existence agréable, aboutissement idéal de toute société.

Puisque la souffrance des peuples est aujourd’hui suffisamment médiatisée pour être connue de tous, il importe de bien comprendre qu’en dehors des esthètes bourgeois n’ayant jamais mis un pied sur terre, la plupart de ceux qui font ces choix de participer directement ou indirectement à la domination ont, à un moment donné, placé cette souffrance d’un côté de la balance, puis de l’autre côté leur pouvoir individuel – ce qui implique concrètement, pour eux : sexe et honneurs –, et décidé alors que ce dernier pèserait plus lourd.

Une donnée sociologique essentielle : le judaïsme au sein des élites impériales

Il existe par ailleurs un système religieux basé sur des textes concrets, qui explique aux hommes que parmi eux, une communauté a été choisie par Dieu pour servir d’interprète de son message. Ce système, c’est le judaïsme. Plus précisément, c’est la Torah – la parole de Moïse – interprétée par le Talmud. Dans les textes comme dans la pratique, le judaïsme est actuellement un paramètre important pour comprendre comment se fonde la domination impériale. Arrêtons-nous un instant sur ce point.

L’Ancien Testament énonce ainsi le principe de l’élection : « Désormais, si vous êtes dociles à Ma voix, si vous gardez Mon alliance, vous serez mon trésor entre tous les peuples ! Car toute la terre est à Moi, mais vous, vous serez pour Moi une dynastie de pontifes et une nation sainte » (Exode, 19 :5-6). D’après le texte, le peuple juif est donc ce qui fait le pont entre l’humanité et la parole de Dieu. Autrement dit, les autres peuples seront moralement éclairés par le peuple juif.

Oublions toutefois un instant le texte original, qui peut prêter à toutes les interprétations. En lui-même, il ne suffit pas à conférer aux juifs actuels une prétention à l’élection. Il pourrait tout aussi bien signifier que quiconque servira de pont entre la parole de Dieu et les hommes – c’est-à-dire se comportera de manière moralement exemplaire – pourra prétendre à la qualité de juif. Cela ne distinguerait en rien le judaïsme des autres monothéismes.

Il est une donnée qui opère une séparation radicale entre le judaïsme et toutes les autres religions du monde : sa transmission par le sang. Cette hérédité se fonde à la fois sur la transmission de la qualité de juif par la mère et sur la prohibition du mariage d’un juif avec un non-juif .

Ce type de mariage « est considéré comme illégal et tout enfant issu de cette union est tenu pour avoir été conçu par parthénogenèse, c’est-à-dire identifié uniquement en fonction des origines de sa mère. Si celle-ci est juive, il sera juif ; si elle ne l’est pas, il ne le sera pas non plus » (Adin Steinsaltz, Introduction au Talmud). Le judaïsme n’est donc pas seulement affaire de croyance : il est un paramètre « ethno-confessionnel ».

Cette hérédité du judaïsme est d’ailleurs l’unique raison pour laquelle il est possible de parler d’un « peuple » juif. Il ne viendrait à l’idée de personne en effet de parler d’un « peuple chrétien » ou d’un « peuple musulman » – sauf aux agents impériaux travaillant à une simplification falsificatrice de la réalité au service de la rhétorique du « choc des civilisations ».

Quoi qu’il en soit, la différenciation du peuple juif parmi les nations n’est donc pas seulement inscrite dans l’Ancien Testament ; elle est aussi et surtout inscrite dans le Talmud. Ce dernier constitue une sorte de recueil des paroles de ceux qui, à travers l’histoire du judaïsme, ont été considérés comme des sages.

Il participe activement à la transmission des traditions et à leur adaptation dans la vie moderne, et est donc considéré comme un texte « sans la connaissance duquel on n’est pas vraiment juif » (Josy Eisenberg, préface à l’Introduction au Talmud d’Adin Steinsaltz). Le Talmud, qui ne laisse aucune ambiguïté sur le caractère racial de la judéité, doit être considéré comme le texte de référence du judaïsme, celui qui dit ce qu’il est.

Au cœur de tous ses centres de domination, l’empire utilise régulièrement le principe de l’élection de certains individus pour justifier, en privé ou en public, certaines de leurs actions. Selon la composition ethno-confessionnelle majoritaire relative à chaque centre, les individus au pouvoir s’appuient plus ou moins sur le principe de l’élection juive pour faire de leur domination historiquement explicable un « destin », une fatalité, une chose inévitable et normale.

D’un point de vue sociologique, toute analyse sérieuse doit donc prendre en compte le fait que parmi les individus qui composent les centres de pouvoir politique mondial (c’est-à-dire les centres de domination réelle et concrète sur les populations), une partie importante est d’ « ethnoconfession » juive.

C’est bien sûr au sein de l’État d’Israël que l’élection divine est la plus utilisée pour justifier des actions tournées vers des intérêts particuliers. À cet endroit du globe, la différenciation du peuple juif parmi les nations est double : elle est à la fois raciale, comme nous l’avons vu, et territoriale. Dans cette région particulièrement stratégique, l’empire s’appuie directement sur les principes mêmes du judaïsme pour exercer sa domination (rappelons également que Dieu, dans sa grande sagesse, avait promis la terre de Palestine au peuple juif).

En retour, le centre particulier de domination qu’est l’État d’Israël exerce quant à lui une influence considérable sur les autres centres, et ce par l’intermédiaire d’une arme très efficace : le lobby sioniste. Ce lobby a pour fonction principale de fournir à la domination impériale sur la Palestine –incarnée aujourd’hui par l’État d’Israël, hier par l’empire britannique – les millions d’alliés ou de collaborateurs dont elle a besoin pour continuer d’exister, au premier rang desquels les individus composant les autres centres de domination mondiale. Les officines du lobby sont innombrables ; parmi les plus influentes, citons l’AIPAC aux États-Unis et le CRIF en France.

La possibilité d’un chantage à l’antisémitisme, offerte par le martèlement institutionnalisé de la mémoire des crimes commis contre les juifs durant la Seconde Guerre mondiale, donne en outre à ce lobby une arme très puissante pour réduire à néant toute velléité de subversion. Les crimes commis contre les juifs durant la Seconde Guerre mondiale constituent d’ailleurs l’un des arguments décisifs utilisé par les élites impériales pour justifier la création de l’État d’Israël après la guerre.

« Terre promise », hérédité du judaïsme et Shoah forment donc le triptyque ayant rendu possible l’existence même de l’État d’Israël. Le sionisme, projet politique de domination territoriale et raciale, constitue donc bien une phase ultérieure mais logique du judaïsme biblique – son accomplissement par la Shoah, en quelque sorte.

Lorsque des individus d’un réseau de domination particulièrement puissant partagent la même conviction qu’ils appartiennent à une élite élue par Dieu parmi les hommes et que cette élection se transmet par le sang (point de vue raciste par définition), nul doute qu’une porte est ouverte aux comportements les plus immoraux et les plus dévastateurs.

La donnée judaïque n’est donc pas un épiphénomène de la finance mondialiste, des médias collaborateurs et de l’empire en général ; elle participe à l’explication de la puissance de certains réseaux d’une part, et du choix éminemment immoral de domination globale à des fins particulières d’autre part.

Anoblir l’image de la domination

Bien entendu, on n’imagine pas que l’empire puisse parvenir à contrôler les populations qu’il asservit sans contrôler en même temps, par un système médiatique complexe, l’image de cette domination auprès des peuples qui la subissent. Hollywood est assurément le centre principal de diffusion mondiale de cette image. C’est sa fonction globale, pas nécessairement le but poursuivi par ceux qui font cette industrie du spectacle.

Localement – aux États-Unis, en France, et dans tous les territoires contrôlés politiquement par des instances impériales – les réseaux journalistiques assurent par ailleurs le contrôle de l’information, qui participe à la production et la gestion de cette image. Bien entendu, la domination que l’empire exerce sur les médias en général n’est pas de type fasciste, autoritaire, directe et subie.

D’une part les structures médiatiques sont aujourd’hui organisées de telle manière qu’elles ne permettent pas l’émergence ni même la recherche de la vérité, ce pour des raisons de rentabilité (qui rappellent d’ailleurs les conditions de travail dans les universités) ; d’autre part, on observe, en tout cas en France, une présence décisive du lobby pro-israélien dans les médias, cadenassant les débats sur les questions-clefs (celles qui permettraient de mettre à jour les mécanismes de domination réelle) et empêchant toute dissidence réelle par l’intimidation et la menace économique individuelle (qui a envie de se mettre à dos tous ses collègues, de perdre son emploi ou, pire, de compromettre sa carrière entière ?).

Comprendre l’Empire

En résumé : le centre de la puissance militaire de l’empire loge actuellement aux États-Unis ; son centre financier est partagé essentiellement entre New-York et Londres ; l’État d’Israël, lui, joue le rôle de point de contrôle d’une région stratégique nécessaire à la puissance militaro-industrielle de l’empire ; le lobby sioniste trouve dans l’origine ethno-confessionnelle de beaucoup d’agents impériaux de par le monde un terrain privilégié pour défendre la place de l’État d’Israël parmi les centres de domination ; Hollywood, de son côté, produit des objets culturels capables de modifier à l’échelle mondiale l’image de la domination impériale en la justifiant au nom de valeurs nobles ; les réseaux médiatiques locaux relaient et gèrent cette image ainsi que l’actualité qui l’abreuve.

Les analyses qui précèdent sont tirées dans leur écrasante majorité de celles d’Alain Soral. Son dernier livre, Comprendre l’Empire, détaille cette vision du monde et fournit toutes les clefs historiques indispensables à la compréhension des mécanismes actuels de la domination. Rappelons pour finir que la logique de l’empire veut que ses centres se fassent concurrence, mais que l’appartenance de ses membres à l’empire prévale par rapport à leurs déterminations locales, culturelles, religieuses, etc. – simplement parce qu’elle leur assure un pouvoir que ces déterminations ne peuvent plus leur fournir.

Conséquence logique de tout cela : lorsqu’au sein de l’empire, suffisamment d’individus auront décidé que l’économie des États-Unis peut s’écrouler sans entraîner dans cette chute leurs pouvoirs individuels, plus rien ne s’opposera réellement à cet effondrement. La puissance militaire et industrielle nécessaire à la domination impériale mondiale aura alors déjà changé de territoire, mais restera en charge des mêmes besognes.

De même, lorsqu’un groupe d’individus aura acquis suffisamment de puissance au sein de structures impériales et décidé que l’État d’Israël ne sert plus les intérêts de l’empire, c’est-à-dire du réseau mondial de domination, ce groupe lâchera le pouvoir israélien et ce dernier s’effondrera. Dans un cas comme dans l’autre, une violence sans nom s’abattra probablement sur les populations locales.

Puisque le peuple français, trahi par ses élites et privé de toute politique étrangère digne de lui et de ses valeurs, ne peut plus grand chose pour ces populations, souhaitons-leur simplement, peut-être, de se soulever contre leurs élites traîtresses respectives avant qu’elles ne trouvent d’autres terrains de jeu.

source:http://analyse-scenarios.over-blog.com/article-synthese-qu-est-ce-que-l-empire-80967758.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   30/8/2011, 12:28

Superbe article Zhell69 Génial2 Merci !! Je le poste dans la rubrique dédié aux infos essentielles...

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   30/8/2011, 13:46

Citation :
Aujourd’hui, il est possible de dire que l’empire comporte trois centres
décideurs majeurs : Wall Street (New York), la City (Londres), et
l’État israélien

totalement faux c 'était valable il y a 50 ans

pour le mec qui a écrit l'article un personnage comme chavez c'est donc un résistant lol! !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DesEspoirs



Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   30/8/2011, 14:18

Il faut tu m'explique ta vision de l'empire ou sinon c'est toi qui n'a pas compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   1/9/2011, 11:37

ratman a écrit:
Citation :
Aujourd’hui, il est possible de dire que l’empire comporte trois centres
décideurs majeurs : Wall Street (New York), la City (Londres), et
l’État israélien

totalement faux c 'était valable il y a 50 ans

pour le mec qui a écrit l'article un personnage comme chavez c'est donc un résistant lol! !!!


Ensemble, ces trois centres de pouvoir sont en effet suffisamment puissants pour exercer leur empire sur – presque – toute la planète. Rappelons néanmoins que l’empire n’est pas ancré dans un territoire. Tel qu’il a été défini plus haut, il existe partout où les structures politiques – les structures, qu’elles soient publiques ou non, qui dominent la situation locale – poursuivent les mêmes intérêts que les centres décideurs.

Aujourd’hui, les institutions de l’Union européenne constituent l’un des alliés principaux des centres décideurs de l’empire ; il n’est pas possible pour autant de dire que les nations européennes font partie de l’empire, pas plus d’ailleurs que la nation états-unienne ou la nation israélienne – bien que cette dernière entretienne des liens particulièrement étroits avec la domination, point sur lequel nous reviendrons.



Ces quelques lignes que visiblement tu n'as pas pris la peine de lire prouvent à elles seules que ton intervention est partisane et tout comme DesEspoirs je serais curieux de connaître ta vision de l'Empire !!


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ratman



Nombre de messages : 1460
Localisation : vendée
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   1/9/2011, 12:18

"l'empire" se trouve désormais du coté chinois

( dassault le dit lui meme " faut des salariés qui logent sur leur lieu de travail, comme en chine ")

les élites occidentales refont le même coup de russie japon de 1900
la chine est le fer de lance du NOM ce qui reste en occident va juste servir à la 3 e guerre mondiale comme pike l'as décrit

vous voulez visualisé l'avancé du NOM regarder vers
la chine la russie le pakistan et l'iran l'arabie saoudite ect ect

en bonus http://www.worldaffairsjournal.org/bin/Is_China_Planning_a_Surprise_Missile_Attach.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makoto

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   12/11/2011, 06:14

ratman a écrit:

en bonus http://www.worldaffairsjournal.org/bin/Is_China_Planning_a_Surprise_Missile_Attach.html

un article qui cite "wikileaks" comme source effectivement ça sens le truc sérieux Owned
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
stg45

avatar

Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   18/3/2012, 00:22

ratman a écrit:
"l'empire" se trouve désormais du coté chinois

( dassault le dit lui meme " faut des salariés qui logent sur leur lieu de travail, comme en chine ")

les élites occidentales refont le même coup de russie japon de 1900
la chine est le fer de lance du NOM ce qui reste en occident va juste servir à la 3 e guerre mondiale comme pike l'as décrit

vous voulez visualisé l'avancé du NOM regarder vers
la chine la russie le pakistan et l'iran l'arabie saoudite ect ect

en bonus http://www.worldaffairsjournal.org/bin/Is_China_Planning_a_Surprise_Missile_Attach.html

bin voila, c'est exactement ce que je dis:


ca fait bien 3 ans que j'ai dit que les patrons et les banquiers ont pris la décision de délocaliser en chine non seulement la production, mais aussi la consommation , car qui aura encore les moyens de consommer dans 10 ans ?

les européens et les americains n’auront bientôt plus de veritable industrie de pointe contrairement a des pays comme la corée, la chine et le japon.

seuls a avoir les technologies et le potentiel industriel, ils seront les seuls a avoir les moyens de consommer.

en clair pour les ploutocrates les états unis et l’europe sont des vieilles vaches qui ont donné tout leur lait et qui peuvent aller a l’abattoir, l’heure est venue de faire trimer 2 milliards et demie d’esclaves, ca tombe bien ces pays sont déjà dotés de régimes policiers et d’une culture de soumission a l’autorité





ca tombe bien c'est un pays ou les gens on l’habitude de travailler en la fermant, c'est pas un hasard si dassault admire le modèle chinois et affirme qu'il aimerait que les ouvriers francais dorment dans leur usine sur des lits de camp:

http://www.dailymotion.com/video/x9dnb7_danger-imminent-dassault-en-vrai-ll_news

dassault trouve les chinois formidables:
http://www.youtube.com/watch?v=0vMzEyNojrk


et seguela "les chinois sont heureux":
http://www.dailymotion.com/video/xgejy4_seguela-les-travailleurs-chinois-sont-heureux_news





les capitalistes sont des sauterelles:

ils arrivent pauvres dans un pays riche et repartent riches d'un pays devenu pauvre.





Citation :
"Peu importe le prix de la Révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d'ambitions. L'expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l'une des plus importante et des plus réussie de l'histoire humaine."

David Rockefeller, commentant sur Mao Tse-tung, cité dans le New York Times du 8 octobre 1973





Citation :

"Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. [...] Est-ce que j'entends par là une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu'il y a un tel complot, d'envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique."

Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l'attaque d'un vol de la Korean Airlines, dans un message public diffusé en 1976



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan

avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   18/3/2012, 19:51

Un réseau, c'est flottant, ça n'a pas d'amarre. On ne parle plus d'empire borné mais d'univers (cosmos), de liens entre citoyens (politês) au sens exclusif et paradoxalement universel ; c'est à dire, des initiés, des élus. De même, les futurs "grands" (Chine, Inde et demain la Russie), ne sont que les supports dédiés et dévoués à ce type d'Empire. Il n'y a pas un changement de pôle du pouvoir mais un simple déplacement de certaines de ses structures, une extension du réseau qui amène à une dé-concentration du pouvoir.

L'étape post-moderne de l'Empire, c'est justement le N.O.M., la fusion dans l'universel des faux antagonismes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   24/3/2012, 17:12

Une super entité de 50 grands détenteurs de capitaux




Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde.

Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier.

Leur travail – « The network of global corporate control » (le réseau de domination globale des multinationales) – porte sur un panel de 43.000 groupes (« transnational corporations ») sélectionnés dans la liste de l’OCDE. Ils ont mis en lumière les interconnexions financières complexes entre ces « entités » économiques : part du capital détenu, y compris dans les filiales ou les holdings, prise de participation croisée, participation indirecte au capital…

Résultat : 80 % de la valeur de l’ensemble des 43.000 multinationales étudiées est contrôlé par 737 « entités » : des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes industriels. Le monopole de la possession du capital ne s’arrête pas là. « Par un réseau complexe de prises de participation », 147 multinationales, tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40 % de la valeur économique et financière de toutes les multinationales du monde entier.


Enfin, au sein de ce groupe de 147 multinationales, 50 grands détenteurs de capital forment ce que les auteurs appellent une « super entité ». On y retrouve principalement des banques : la britannique Barclays en tête, ainsi que les « stars » de Wall Street (JP Morgan, Merrill Lynch, Goldman Sachs, Morgan Stanley…). Mais aussi des assureurs et des groupes bancaires français : Axa, Natixis, Société générale, le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne ou BNP-Paribas. Les principaux clients des hedge fund et autres portefeuilles de placements gérés par ces institutions sont donc, mécaniquement, les maîtres du monde.

Cette concentration pose de sérieuses questions. Pour les auteurs, « un réseau financier densément connecté devient très sensible au risque systémique ». Quelques-uns flanchent parmi cette « super entité », et c’est le monde qui tremble, comme la crise des subprimes l’a prouvé.

D’autre part, les auteurs soulèvent le problème des graves conséquences sociales que pose une telle concentration. Qu’une poignée de fonds d’investissement et de détenteurs de capital, situés au cœur de ces interconnexions, décident, via les assemblées générales d’actionnaires ou leur présence au sein des conseils d’administration, d’imposer des restructurations dans les entreprises qu’ils contrôlent… et les effets pourraient être dévastateurs.

Enfin, quelle influence pourraient-ils exercer sur les États et les politiques publiques s’ils adoptent une stratégie commune ? La réponse se trouve probablement dans la brûlante actualité des plans d’austérité.

[1] L’Italien Stefano Battiston, qui est passé par le laboratoire de physique statistique de l’École normale supérieure, le Suisse James B. Glattfelder, spécialiste en réseaux complexes, et l’économiste italienne Stefania Vitali.

* Pour télécharger l’étude complète en anglais : http://arxiv.org/abs/1107.5728

* Le blog de Paul Jorion propose une traduction en français de la présentation détaillée de l’étude: http://www.pauljorion.com/blog/?p=28360

http://www.bastamag.net/article1719.html

Merci à Makoto pour le post Wink



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu’est-ce que l’Empire ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu’est-ce que l’Empire ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon hommage aux troupes polonaises de la République et du 1er Empire
» Soldats Sarthois du 1er Empire
» Carte de l'Empire romain...
» codex empire tau
» Empire, nouvelle figurine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Information et conscientisation -
Sauter vers: