Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le printemps arabe est une guerre secrète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Druide



Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Le printemps arabe est une guerre secrète   17/9/2011, 04:12

Plusieurs disent que c'est pour leur piquer leur pétrole, leurs ressources, ou parce que Kadhafi voulait le Dinar or...

Mais tous ratent la connexion sioniste qui est pourtant essentielle et fondamentale!

Ce plan de déstabilisation du Moyen-Orient était déjà programmé en détail dans les documents néoconservateurs, ces néocons étant en fait des agents likoudniks (droite dure israélienne) - certains d'entre eux ayant même fait l'objet d'enquête par le FBI pour espionnage.

Michael Collins Piper abordait déjà la question de la déstabilisation et de la "destruction créatrice" du Moyen-orient dans son livre THE HIGH PRIESTS OF WAR, paru en 2004.

Citation :

Sommaire exécutif

Les grands prêtres de guerre...

L'Histoire secrète de l'arrivée au pouvoir des trotskistes "néo-conservateurs" sionistes américains et de leur orchestration de la guerre contre l'Irak comme premier pas vers la réalisation de leur Empire Global.

(...)

Le rapport qui suit est basé sur les constats suivants:

___Que la guerre contre l'Irak menée par l'administration américaine du président George W. Bush est non seulement contraire aux principes traditionnels «conservateurs» américains, mais contraires aussi à tous les principes de la politique étrangère américaine des cinquante dernières années;

___Que la guerre contre l'Irak est menée à des fins beaucoup plus larges qu'un simple «changement de régime» ou une "élimination des armes de destruction massive"; mais d'abord et avant tout dans le cadre d'un effort global pour établir les États-Unis comme l'unique super-puissance internationale, capable militairement et économiquement de supprimer toute nation et/ou peuple qui oserait défier l'hégémonie américaine;

___Que la guerre contre l'Irak n'est tout simplement qu'une première étape d'un plan de longue durée et de grande envergure visant à déployer des frappes encore plus agressives contre l'ensemble du Moyen-Orient arabe, afin de "refaire le monde arabe" pour assurer la survie - et élargir la puissance - de L'ÉTAT D'ISRAËL;

___Que la guerre contre l'Irak n'est que l'objectif initial de ce programme soigneusement planifié et que, finalement, d'autres États arabes et musulmans sont voués à l'extinction pure et simple ou à une certaine forme d'occupation ou de contrôle par les forces militaires et politiques américaines (EN ALLIANCE AVEC ISRAËL);

___Que la guerre contre l'Irak et le plan pour l'asservissement des peuples arabes n'est tout simplement qu'une modification, une adaptation modernisée du rêve historique sioniste du «Grand Israël», ajusté pour répondre aux exigences des compagnies pétrolières internationales, qui sont, à leur tour, entièrement prêtes à partager dans le but de dominer les pays producteurs de pétrole du monde arabe, EN PARTENARIAT AVEC L'ÉTAT D'ISRAËL;

___Que la guerre contre l'Irak a été délibérément orchestrée par un réseau petit mais puissant d'éléments sionistes de la ligne dure "de droite" - les soi-disant «néo-conservateurs» - nichés aux plus hauts niveaux de l'administration Bush, habilement aidés et encouragés par des gens suivant la même ligne de pensée dans des organisations politiques publiques, des cercles de réflexion (think tanks), des publications et d'autres institutions, qui sont tous étroitement inter-reliés et, à leur tour reliés à des FORCES DE LA LIGNE DURE LIKOUDNIK EN ISRAËL;

___Que la guerre contre l'Irak et les interventions supplémentaires des États-Unis contre le monde arabe qui sont prévues pour l'avenir peuvent être attribuées à une manigance politique sioniste dans les hauts niveaux du renseignement américain, remontant aussi loin que les années 1970, et que plusieurs des mêmes acteurs impliqués dans cette activité guident aujourd'hui la politique de l'administration Bush;

___Que la guerre contre l'Irak est un complément à la «guerre contre le terrorisme» préalablement déclarée qui, en soi, faisait partie d'une longue campagne de propagande en évolution soigneusement coordonnée et fondée sur la théorie que le terrorisme est en quelque sorte un trait "arabe"

(...)

---Michael Collins Piper

Le livre est facile à trouver en ebook, suffit d'une petite recherche google...


Vous remarquerez le symbolisme de la page couverture. L'auteur aime bien résumer son propos sur la page couverture en utilisant certains symboles clés, images, etc.
On peut voir une statue de la Vierge Marie en Terre sainte qui a été vandalisée par des tirs israéliens non-accidentels (mains et nez détruits). On peut voir aussi une représentation de Haman, l'ennemi mythique des juifs tel qu'on le trouve dans le récit du Livre d'Esther. On trouve aussi une représentation en relief (l'Arche de Titus) de la chute de Jérusalem et la destruction du temple juif aux mains des Romains, un événement marquant de leur histoire qui a nourri leur soif de retour en terre sainte. Et enfin, on peut voir les photos des criminels impunis Ariel Sharon, Paul Wolfowitz, Richard Perle, William Kristol et Henry Kissinger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorelianeGTQ



Nombre de messages : 1746
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   6/10/2011, 11:53

Je publie dans cette section qui semble bien convenir, une conférence très intelligente de Tarik Ramadan sur les dessous du "printemps "arabe"". La synthèse est très belle

Bonne écoute

ENSEIGNEMENTS DU "PRINTEMPS ARABE" - Avec Dr. Tariq Ramadan


Par contre le frère Tarik est un peu bloquer sur la démocratie, ont se demande si c’est pour son audience occidentale?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   24/10/2011, 05:44

lorelianeGTQ a écrit:


Par contre le frère Tarik est un peu bloquer sur la démocratie, ont se demande si c’est pour son audience occidentale?

Salam,

Je l'ai aussi remarqué , je pense comme tu as suggéré qu'il utilise le terme démocratie pour parler des gouvernements à l'image du peuple.

Il refuse également que l'islam soit mis de côté afin que les futurs gouvernements ne ressemblent pas à des calques de ceux d'occidents mais qu'ils suivent effectivement la sensibilité propre à chaque nation.

Frère Tariq utilise souvent les termes les plus appropriés à son auditoire afin de faciliter la compréhension et diffusion de ses messages. Il n'aurait pas tellement insisté sur les termes devant un public 100% musulman.

Le problème est que cette méthode est à double tranchant. Elle lui vaut les accusations de double discours et les incompris du côté musulman.

Je déteste lorsqu'il utilise le mot "islamiste" pour désigner un gouvernement ou groupe avec pour base l'éthique musulmane.

Peut-être qu'il souhaite ainsi enlever la tournure péjorative qu'a prit le terme en occident.

Le frère essaye aussi de dédiaboliser la notion de "charia" qui est à tord devenue synonyme d'obscurantisme religieux .

En tous cas , c'est une superbe conférence que je viens de visionner qui prouve pour ceux qui en doutaient encore que Tarik est loin d'être naïf. C'est un homme intègre.

Contrairement à ce qu'a pu insinuer Alain Soral dans son interview de Octobre 2011.

Je trouve ce dernier bien souvent trop suspicieux envers ceux qui ont des analyses proches mais différentes des siennes.

Pas très constructif tous ça, mais j'espère qu'ils organiseront un débat pour en parler.

Ce serait beaucoup plus intéressant que celui qu'il a fait avec l'idiot de Freysinger. Une véritable perte de temps et d'énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Aurelien



Nombre de messages : 2288
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   24/10/2011, 08:29

@ druide

Je suis arrivé aux mêmes conclusions que Michael Collins Piper, les sionistes veulent controler les ressources energétiques et faire d'israel un empire globalisé entre l'orient et l'occident.

Sur le net francophone, tout le monde ignore ou fait semblant de na pas connaitre cette stratégie.

Le seul qui ont en a un peu parlé, c'est Michel Chossudovsky, et celui qui est le plus calé dans ce domaine, Aymeric Chauprade n'ose pas aborder le sujet.

Il y a pas pas mal de retard à rattraper. study

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   2/11/2011, 18:30

Upload du sujet pour Kisa

@Kisa : la vidéo avec Tarik Ramadan a été postée par LorelianeGTQ. Merci d'utiliser le moteur de recherches du forum avant de poster un sujet pour éviter les doublons.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kisa



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   2/11/2011, 18:34

Okk désolé , la prochaine fois je saurais quoi faire Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   22/11/2011, 17:25

Présentation de L'ISLAM ET LE RÉVEIL ARABE

Libye :Critique des déclaration du CNT

T.R prône la mise sur pied de gouvernements à partir de leurs références (islamiques) - Ne pas projeter le modèle occidental sur les sociétés islamiques mais les laisser puiser dans leurs propres références.

Égypte : les agressions contre les minorités coptes imputable à l'armée qui essayait de diviser le peuple pour justifier sa présence.

France : Charlie Hebdo de la critique à géométrie variable à l'humour lâche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   22/11/2011, 18:40

Merci Wiilwaal, très intéressante cette interview Bien


http://www.amazon.fr/Lislam-r%C3%A9veil-arabe-Tariq-Ramadan/dp/2845923295


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
b.h.j.



Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   25/11/2011, 20:48

Balavoine, il y a 19 ans

Je viens de tomber sur une vidéo de Balavoine à propos de la guerre au Liban. On pourrait presque transposer la même vidéo pour la Lybie, vous ne trouvez pas? Rien n'a changé... Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   29/11/2011, 10:45

Débat sur l'avenir du printemps arabe


Débat intéressant



[justify]A noter : première fois que je vois frère Tariq aussi déstabilisé par une question au sujet du financement des "islamistes" Egyptiens à 27:06


Serais-ce parcequ'il y a un contre-pouvoir organisé pour lutter contre la domination impérialiste étrangère ou est ce parce que certains "islamistes" égyptiens sont de connivence avec l'Empire? Connaissant la ruse de l'Empire , je suis de toute façon certain qu'il a misé sur les deux camps , comme d'habitude.


A 44.30 , Mona abdel wahab nous parle du prétendu financement des islamistes (5 milliards de livres égyptiennes) mais après quelques recherches il semble qu'elle se soit basé sur des délires Moubarakiens sans fondements (*)

Comment savoir qui roule pour qui ?


Il y a une chose à surveiller de très près dans toutes ces révoltes . L'évolution des politiques économiques des nouveaux gouvernements,c'est une bonne manière d'évaluer leurs voies futures.

L'ultralibéralisme turque nous prouve que les politiciens sont capables de se prétendre de tradition musulmane et paradoxalement de suivre une doctrine économique opposée aux principes islamiques.

Si la Turquie est l'exemple économique des futurs gouvernements arabes , ils ont échangé une dictature pour une autre .

Ps: Qui sont ces gens (tunisienne: bloggeuse au pris nobel, lybienne:fille d'un proche du CNT et égyptienne:interprète de conférences à Genève) inconnus de tous et qui viennent parler comme s'ils avaient une quelconque légitimité?

C'est pour berner le public occidental et lui donner l'impression que ce sont des acteurs importants de la révolution? Laughing

Ce ne sont que des inconnus dans leurs pays respectifs.

(*) Pendant des années, le régime Moubarak et les libéraux ont accusé l’Arabie Saoudite de financer massivement les Frères. Des chiffres circulent, jusqu’à 5 milliards de livres égyptiennes (environ 600 millions d’euros) pour ces élections, mais sont impossibles à vérifier.
src: http://www.lalibre.be/actu/international/article/699317/ces-freres-musulmans-sortis-de-l-ombre.html



Dernière édition par wiilwaal le 30/11/2011, 05:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Druide



Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/11/2011, 02:52

Aurelien a écrit:
Le seul qui ont en a un peu parlé, c'est Michel Chossudovsky, et celui qui est le plus calé dans ce domaine, Aymeric Chauprade n'ose pas aborder le sujet.


Il y a Mahdi Darius Nazemroaya qui en parle, il publie sur mondialisation.ca et globalresearch.ca (qui est le même site mais en anglais), mais ses articles ne sont pas tous traduits en français. J'attends une traduction de
Preparing the Chessboard for the "Clash of Civilizations": Divide, Conquer and Rule the "New Middle East" http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27786

MD Nazemroaya était en Libye avec Thierry Meyssan l'été dernier, durant les plus gros des bombardements.


Spinning Invasions from the Nile to the Euphrates and Beyond
by Felicity Arbuthnot
http://dissidentvoice.org/2011/11/spinning-invasions-from-the-nile-to-the-euphrates-and-beyond

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/11/2011, 06:46

Très intéressant ce post Wiilwall, ne serait-ce que pour les questionnements qu'il suggère Smile

wiilwaal a écrit:


Ps: Qui sont ces gens (tunisienne: bloggeuse au pris nobel, lybienne:fille d'un proche du CNT et égyptienne:interprète de conférences à Genève) inconnus de tous et qui viennent parler comme s'ils avaient une quelconque légitimité?

C'est pour berner le public occidental et lui donner l'impression que ce sont des acteurs importants de la révolution? Laughing

Ce ne sont que des inconnus dans leurs pays respectifs.


Est-il totalement absurde de penser : des agents actifs du Mossad et/ou de la CIA ? What a Face

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/11/2011, 11:18

Bardamu a écrit:
Très intéressant ce post Wiilwall, ne serait-ce que pour les questionnements qu'il suggère Smile

wiilwaal a écrit:


Ps: Qui sont ces gens (tunisienne: bloggeuse au pris nobel, lybienne:fille d'un proche du CNT et égyptienne:interprète de conférences à Genève) inconnus de tous et qui viennent parler comme s'ils avaient une quelconque légitimité?

C'est pour berner le public occidental et lui donner l'impression que ce sont des acteurs importants de la révolution? Laughing

Ce ne sont que des inconnus dans leurs pays respectifs.


Est-il totalement absurde de penser : des agents actifs du Mossad et/ou de la CIA ? What a Face

Non , pas absurde du tout mais ils pourraient aussi être de simple traitres corrompus.

Pour ce qui est de la politique économique de ces futurs gouvernements , il semblerait qu'on leurs impose déjà le dogme économique FMI'ste ainsi que les privatisations massives. Reste à savoir comment ceux qui en ont le courage et la volonté pourront se sortir de cet engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: message à supprimer   13/12/2011, 08:17

.


Dernière édition par wiilwaal le 30/12/2011, 08:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Sophya



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   13/12/2011, 13:22



Bonjour,

il y a un prédicateur musulman Imran Hosein qui explique parfaitement le role de l'entité sioniste à l'avenir et le fait qu'elle sera le centre de contrôle mondial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Druide



Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   15/12/2011, 03:03

Mes voeux ont été exaucés

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=28192

Citation :
Préparation de l’échiquier du « choc des civilisations » : Diviser, conquérir et régner au Moyen-Orient
par Mahdi Darius Nazemroaya
Mondialisation.ca
13 décembre 2011



L’expression « printemps arabe » est un slogan concocté dans des bureaux lointains à Washington, Londres, Paris et Bruxelles par des individus et des groupes qui, en plus d’avoir une connaissance superficielle de la région, en savent très peu sur les Arabes. Ce qui se déroule au sein des populations arabes est un enchaînement normal d’événements. L’insurrection comme l’opportunisme en font partie. Là où il ya une révolution, il y a toujours une contre-révolution.

Les bouleversements dans le monde arabe ne constituent pas davantage un « éveil arabe ». Une telle formule implique que les Arabes étaient endormis alors qu’ils étaient entourés par la dictature et l’injustice. Le monde arabe, qui fait partie de l’ensemble plus vaste composé par les Arabes, le Turcs et les Iraniens, a en réalité connu de fréquentes révoltes réprimées par les dictateurs arabes en coordination avec des pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. C’est l’interférence de ces puissances qui a constamment agi comme contrepoids à la démocratie et elle continuera à le faire.

Diviser et régner : comment le premier printemps arabe a été manipulé


Les plans de reconfiguration du Moyen-Orient ont commencé plusieurs années avant la Première Guerre mondiale. C’est au cours de cette guerre cependant que les desseins coloniaux ont clairement commencé à se manifester avec la « grande révolte arabe » contre l’empire Ottoman.

En dépit du fait que la Grande-Bretagne, la France et l’Italie étaient des puissances coloniales qui avaient empêché les Arabes de profiter de toute forme de liberté dans des pays comme l’Algérie, Libye, l’Égypte et le Soudan, ces pouvoirs coloniaux ont réussi à se présenter comme les amis et les alliés de la libération arabe.

Durant la « grande révolte arabe », les Britanniques et les Français ont en fait utilisé les Arabes comme fantassins contre les Ottomans pour faire avancer leurs propres plans géopolitiques. Les accords secrets Sykes-Picot entre Londres et Paris représentent un cas typique. La France et la Grande-Bretagne sont simplement arrivés à utiliser et manipuler les Arabes en leur vendant l’idée de la libération arabe de la présumée répression des Ottomans.

En réalité, l’Empire ottoman était multiethnique et accordait une autonomie locale et culturelle à toutes ses populations. Il a toutefois été manipulé et orienté vers une entité turque. Même le génocide arménien qui allait s’ensuivre en Anatolie ottomane doit être analysé dans le même contexte que l’actuel ciblage des chrétiens en Irak, comme faisant partie d’un plan de division confessionnelle lancé par des acteurs externes afin de diviser l’Empire ottoman et ses citoyens, ainsi que l’Anatolie.

Après la chute de l’Empire ottoman, ce sont Londres et Paris qui ont refusé d’accorder la liberté aux Arabes, en semant la discorde au sein de leurs populations. Les leaders arabes locaux corrompus ont également été partenaires du projet et nombreux sont ceux qui n’étaient que trop heureux de devenir des clients de la Grande-Bretagne et de la France. Le « printemps arabe est manipulé dans le même sens aujourd’hui. Les États-Unis, la France et d’autres travaillent maintenant avec l’aide de leaders et de personnalités arabes corrompues afin de restructurer l’Afrique et le monde arabe.

Le plan Yinon : l’ordre à partir du chaos…


Le plan Yinon, qui constitue un prolongement du stratagème britannique au Moyen-Orient, est un plan stratégique israélien visant à assurer la supériorité d’Israël dans la région. Il souligne qu’Israël doit reconfigurer son environnement géopolitique par la balkanisation des États arabes, soit la division de ceux-ci en États plus petits et plus faibles.

Les stratèges israéliens voyaient l’Irak comme l’État arabe représentant leur plus grande menace stratégique. C’est pourquoi l’Irak a été caractérisé comme la pièce maîtresse de la balkanisation du Moyen-Orient et du monde arabe. En Irak, sur la base des concepts du plan Yinon, les stratèges israéliens ont réclamé la division de l’Irak en un État kurde et deux États arabes, l’un shiite, l’autre sunnite. La première étape de ce plan était une guerre entre l’Irak et l’Iran, abordée dans le plan Yinon.

En 2006 et en 2008, les publications de l’armée étasunienne Armed Forces Journal et The Atlantic ont respectivement publié des cartes ayant circulé abondamment et lesquelles suivaient de près les grandes lignes du plan Yinon. Outre la division de l’Irak, également recommandée par le plan Biden, le plan Yinon appelle à la division du Liban, de l’Égypte et de la Syrie. La partition de l’Iran, de la Turquie, de la Somalie et du Pakistan fait également partie de cette vision. Le plan Yinon réclame par ailleurs la dissolution de l’Afrique du Nord et prévoit qu’elle débutera en Égypte et débordera au Soudan, en Libye et dans le reste de la région.

Protection du domaine : redéfinition du monde arabe…


Bien que tordu, le plan Yinon est en marche et voit le jour dans « A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm » (Une nette rupture : Une nouvelle stratégie pour protéger le domaine), un document de politique israélienne écrit en 1996 par Richard Perle et le groupe d’étude sur « Une nouvelle stratégie israélienne vers l’an 2000 » pour Benjamin Netanyahou, le premier ministre d’Israël à l’époque. Perle était alors un ancien secrétaire adjoint au Pentagone pour Ronald Reagan et est devenu par la suite conseiller militaire pour George W. Bush et la Maison-Blanche. Le groupe d’étude comprenait par ailleurs James Colbert (Jewish Institute for National Security Affairs), Charles Fairbanks Jr. (Johns Hopkins University), Douglas Feith (Feith and Zell Associates), Robert Loewenberg (Institute for Advanced Strategic and Political Studies), Jonathan Torop (The Washington Institute for Near East Policy), David Wurmser (Institute for Advanced Strategic and Political Studies) et Meyrav Wurmser (Johns Hopkins University).

Les États-Unis réalisent à bien des égards les objectifs précisés dans le texte de politique israélienne de 1996 visant à protéger le « royaume ». Par ailleurs, le terme realm, « domaine » ou « royaume », sous-entend la mentalité stratégique des auteurs. Realm fait soit référence au territoire sur lequel règne un monarque ou aux territoires soumis à son règne mais gérés et contrôlés par des vassaux. Dans ce contexte, le terme realm, est utilisé pour signifier que le Moyen-Orient constitue le royaume de Tel-Aviv. Le fait que Perle, un homme ayant essentiellement fait carrière comme officiel du Pentagone, ait contribué à écrire le document sur Israël soulève la question de savoir si le souverain conceptualisé du royaume représente Israël, les États-Unis, ou les deux.

Protéger le royaume : L’avant-projet israélien pour déstabiliser Damas


Le document de 1996 demande de « repousser la Syrie », aux environs de l’an 2000 ou après, en poussant les Syriens hors du Liban et en déstabilisant la République arabe syrienne avec l’aide de la Jordanie et de la Turquie. Ces événements se sont respectivement produits en 2005 et en 2011. Le document indique : « Israël peut modeler son environnement stratégique en coopération avec la Turquie et la Jordanie, en affaiblissant, en endiguant et même en repoussant la Syrie. Afin de contrecarrer les ambitions régionales de la Syrie, les efforts pourraient viser à expulser Saddam Hussein du pouvoir, un objectif stratégique en soi important pour Israël [1].

Comme première étape de la création d’un « nouveau Moyen-Orient » dominé par Israël et encerclant la Syrie, le texte demande de chasser Saddam Hussein du pouvoir à Bagdad et fait même allusion à la balkanisation de l’Irak et à la formation d’une alliance stratégique régionale contre Damas qui comporterait un « Irak central » sunnite. Les auteurs écrivent : « Toutefois la Syrie entre dans ce conflit avec de potentielles faiblesses : Damas est trop préoccupé par la nouvelle donne régionale pour permettre toute distractions sur le front libanais. De plus Damas craint l’"axe naturel" avec Israël d’un côté, l’Irak central et la Turquie de l’autre, et la Jordanie, au centre, qui exercerait une pression sur la Syrie et la détacherait de la péninsule saoudienne. Pour la Syrie, ce pourrait être le prélude à la reconfiguration de la carte du Moyen-Orient, ce qui menacerait l’intégrité territoriale du pays [2] ».

Perle et le groupe d’étude « Nouvelle stratégie israélienne vers l’an 2000 » recommande également de mener les Syriens hors du Liban et de déstabiliser la Syrie en utilisant des personnalités de l’opposition libanaise. Le document dit : « [Israël doit détourner] l’attention de la Syrie en utilisant des éléments de l’opposition libanaise pour déstabiliser le contrôle exercé par la Syrie au Liban [3]. »C’est ce qui arriverait en 2005 après l’assassinat d’Hariri ayant contribué à déclencher la soi-disant « révolution des cèdres » et à créer l’Alliance du 14 mars, un groupe farouchement anti-Syrien contrôlé par le corrompu Saïd Hariri.

Le document demande par ailleurs à Tel-Aviv de « saisir l’opportunité afin de rappeler au monde la nature du régime syrien [4] ». Cela convient parfaitement à la stratégie israélienne consistant à diaboliser ses opposants par des campagnes de relations publiques. En 2009 des médias israéliens ont ouvertement admis que, par le biais de ses ambassades et missions diplomatiques, Tel-Aviv avait lancé une campagne médiatique mondiale et organisé des manifestations devant les ambassades iraniennes pour discréditer les élections présidentielles en Iran avant même qu’elles n’aient lieu [5].

L’étude fait aussi mention de ce qui ressemble à la situation actuelle en Syrie : « Il va de soi, et c’est le plus important, qu’Israël a intérêt à appuyer diplomatiquement, militairement et opérationnellement les actions de la Turquie et de la Jordanie contre la Syrie, comme en protégeant des alliances avec des tribus arabes à travers le territoire syrien et hostiles à l’élite dirigeante syrienne [6]. Les bouleversements de 2011 en Syrie, le mouvement des insurgés et la contrebande d’armes par les frontières jordanienne et turque sont devenus des problèmes majeurs pour Damas.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’Israël, alors dirigé par Ariel Sharon, ait dit à Washington d’attaquer la Syrie, la Libye et l’Iran après l’invasion étasunienne de l’Irak [7]. Finalement, il importe de savoir que le document de 1996 préconise également une guerre préemptive pour modeler l’environnement géostratégique d’Israël et sculpter le « nouveau Moyen-Orient » [8]. Il s’agit d’une politique que les États-Unis adopteraient aussi en 2001.

L’éradication des communautés chrétiennes du Moyen-Orient


Ce n’est pas une coïncidence si les chrétiens égyptiens ont été attaqués au même moment que le référendum sud-soudanais et avant la crise en Lybie. Ce n’est pas non plus une coïncidence si les chrétiens irakiens, une des communautés chrétiennes les plus anciennes, ont été poussées à l’exil, quittant leur patrie ancestrale. L’exode des chrétiens irakiens, sous le regard attentif des forces militaires étasuniennes et britanniques, concorde avec la division confessionnelle des quartiers de Bagdad. Les shiites et les sunnites ont été forcés, par la violence et les escadrons de la mort, à former des enclaves confessionnelles. Tout cela est lié au plan Yinon et à la reconfiguration de la région dans le cadre d’un objectif plus vaste.

En Iran, les Israéliens ont tenté en vain de faire partir la communauté juive. La population juive d’Iran est en fait la plus grande du Moyen-Orient et sans doute la plus ancienne communauté juive du monde à vivre paisiblement. Les juifs d’Iran se voient comme des Iraniens et sont liés à ce pays qu’ils considèrent comme leur patrie, au même titre que les musulmans et les chrétiens iraniens, et, à leurs yeux, le concept voulant qu’ils aient à se relocaliser en Israël parce qu’ils sont juifs est ridicule.

Au Liban, Israël s’est affairé à exacerber les tensions entre les diverses factions chrétiennes et musulmanes, incluant les druzes. Le Liban est un tremplin vers la Syrie et la division du Liban en plusieurs États est également vue comme un moyen de balkaniser la Syrie en plusieurs États arabes confessionnels de moindre envergure. Les objectifs du plan Yinon sont de diviser le Liban et la Syrie en plusieurs États sur la base des identités religieuses sunnite, shiite, druze et chrétiennes. Il est possible que l’exode des chrétiens de la Syrie fasse aussi partie des objectifs.

Le nouveau chef de l’Église maronite, la plus grande Église catholique orientale autonome, a exprimé ses craintes quant à l’expulsion des chrétiens arabes au Levant et au Moyen-Orient. Le patriarche d’Antioche, Mgr Bechara Boutros Rahi, ainsi que bon nombre de dirigeants chrétiens au Liban et en Syrie, craignent que les Frères musulmans prennent le contrôle de la Syrie. Comme en Irak, de mystérieux groupes attaquent actuellement les communautés chrétiennes en Syrie. Les dirigeants de l’Église orthodoxe, incluant le Patriarcat de Jérusalem, ont eux aussi exprimé publiquement leurs sérieuses préoccupations. Outre les arabes chrétiens, ces craintes sont partagées par les communautés assyrienne et arménienne, à majorité chrétienne.

Le cheik Rahi était récemment à Paris où il a rencontré Nicolas Sarkozy. On rapporte que le patriarche maronite et le président Sarkozy ont eu des désaccords concernant la Syrie, ce qui a incité Sarkozy à affirmer que le régime syrien allait s’effondrer. La position du patriarche maronite était que l’on devait laisser la Syrie tranquille et lui permettre de se réformer. Mgr Rahi a par ailleurs dit à Sarkozy qu’Israël devait être considéré comme une menace si la France souhaitait légitimement que le Hezbollah dépose les armes.

En raison de sa position en France, Mgr Rahi a immédiatement reçu des remerciements des dirigeants chrétiens et musulmans de la République arabe syrienne qui l’ont visité au Liban. Le Hezbollah et ses alliés politiques au Liban, dont font partie la plupart des parlementaires chrétiens, ont aussi célébré le patriarche maronite, qui a ensuite fait une tournée au sud du Liban.

En raison de sa position sur le Hezbollah et son refus d’appuyer le renversement du régime syrien, le cheik Rahi fait maintenant l’objet d’attaques politiques de la part de l’Alliance du 14 mars, menée par Hariri. Ce dernier est en train de planifier une conférence des personnalités chrétiennes pour s’opposer à la position de l’Église maronite et du patriarche Rahi. Depuis que celui-ci a donné son opinion, le Parti Tahrir, actif à la fois en Syrie et au Liban, a également commencé à en faire la cible de critiques. On rapporte par ailleurs que des officiels étasuniens de haut rang ont annulé leurs rencontres avec le patriarche maronite en signe de mécontentement envers ses positions sur le Hezbollah et la Syrie.

L’Alliance du 14 mars menée par Hariri au Liban, laquelle a toujours été une minorité populaire (même lorsqu’elle constituait une majorité parlementaire), travaille de concert avec les États-Unis, Israël, l’Arabie Saoudite, la Jordanie ainsi que le groupe ayant recours à la violence et au terrorisme en Syrie. Les Frères musulmans et d’autres soi-disant groupes salafistes de Syrie ont tenu et organisé des pourparlers secrets avec Hariri et les partis politiques chrétiens au sein de l’Alliance du 14 mars. C’est pourquoi Hariri et ses alliés se sont attaqués au cardinal Rahi. C’est aussi Hariri et l’Alliance du 14 mars qui ont amené Fatah al-Islam au Liban et ont aidé certains de ses membres à s’enfuir et aller se battre en Syrie.

Des snipers inconnus ciblent des civils syriens et l’armée syrienne dans le but de créer le chaos et une lutte interne. Les communautés chrétiennes en Syrie sont elles aussi ciblées par des groupes inconnus. Les attaquants sont fort probablement une coalition de forces étasuniennes, françaises, jordaniennes, israéliennes, turques, saoudiennes, et khaliji (arabe du Golfe) travaillant avec des Syriens à l’intérieur du pays.

Washington, Tel-Aviv et Bruxelles planifient un exode des chrétiens du Moyen-Orient. On rapporte que le président Sarkozy a informé le cheik Rahi à Paris que les communautés chrétiennes du Moyen-Orient et du Levant pourront s’établir dans l’Union européenne. Cela n’est pas offert gracieusement. Il s’agit d’une gifle par les puissances mêmes qui ont délibérément créé les conditions visant à éradiquer les anciennes communautés chrétiennes du Moyen-Orient. Il semble que le but soit que les communautés chrétiennes s’établissent à l’extérieur de la région ou de délimiter des enclaves. Il est possible que ces deux hypothèses constituent des objectifs.

Ce projet vise à délimiter les pays arabes en pays exclusivement musulmans et est conforme à la fois au plan Yinon et aux objectifs étasuniens relatifs au contrôle de l’Eurasie. Il pourrait en résulter une grande guerre. Les Arabes chrétiens ont maintenant bien des choses en commun avec les Arabes qui sont des Noirs d'Afrique.

Nouvelle division de l’Afrique : le plan Yinon est en pleine marche

En ce qui concerne l’Afrique, Tel-Aviv cherche à la protéger car elle la voit comme une partie plus vaste de sa périphérie. Cette plus vaste ou soi-disant « nouvelle périphérie » est devenue le fondement géostratégique de Tel-Aviv après la révolution iranienne de 1979. Celle-ci a déformé et engendré l’effondrement de « l’ancienne périphérie » contre les Arabes, qui comprenait l’Iran, et dont les pays étaient les plus proches alliés d’Israël durant la période Pahlavi. Dans ce contexte, la nouvelle périphérie d’Israël a été conceptualisée en incluant des pays comme l’Éthiopie, l’Ouganda et le Kenya contre les États arabes et la République islamique d’Iran. C’est pourquoi Israël a été si profondément impliqué dans la balkanisation du Soudan.

Toujours dans le contexte des divisions confessionnelles au Moyen-Orient, les Israéliens ont esquissé des plans de reconfiguration de l’Afrique. Le plan Yinon cherche à délimiter l’Afrique sur la base de trois aspects : 1) l’origine ethnolinguistique, 2) la couleur de peau et enfin 3) la religion. Afin de protéger le domaine, il se trouve que l’Institute for Advanced Strategic and Political Studies (IASPS), une boîte de réflexion israélienne dont Perle faisait partie, faisait également pression en faveur de la création du Commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM), une division du Pentagone.

On tente actuellement d’anéantir le point de convergence d’une identité arabe et africaine. On cherche à tracer des lignes de division en Afrique entre une soi-disant Afrique noire et une Afrique du Nord prétendument « non noire ». Cela fait partie d’un projet visant à créer un schisme sur le continent entre ce qu’on l’on conçoit comme étant des « Arabes » et des « Noirs ».

Cet objectif explique pourquoi on a fait la promotion des ridicules identités du « Sud-Soudan africain » et du « Nord-Soudan arabe ». C’est également la raison pour laquelle les Libyens noirs ont été ciblés dans une campagne visant à « nettoyer » la Libye des gens « de couleur ». En Afrique du Nord, on détache l’identité arabe de son identité africaine. On tente simultanément d’éradiquer de vastes populations d’Arabes noirs afin qu’il existe une nette démarcation entre « l’Afrique noire » et une nouvelle Afrique du Nord « non noire », laquelle sera transformée en un champ de bataille entre ceux qui restent, les Berbères et les Arabes « non noirs ».

Toujours dans le contexte africain et dans le but de créer des points de rupture et des délimitations, des tensions sont fomentées entre les musulmans et les chrétiens dans des pays comme le Soudan et le Nigéria. En entretenant ces divisions sur la base de la couleur de la peau, de la religion, de l’ethnicité et du langage, on cherche à alimenter la dissociation et la désunion. Cela fait partie d’une stratégie africaine globale visant à séparer l’Afrique du Nord du reste du continent.


Préparation de l’échiquier du « choc des civilisations »


À ce stade-ci, on doit rassembler toutes les pièces et faire les liens entre les événements.

On prépare l’échiquier pour un « choc des civilisations » et l’on y place toutes les pièces du jeu. Le monde arabe est sur le point d’être encerclé et de nettes démarcations se tracent. Celles-ci remplacent les frontières invisibles entre les différents groupes ethnolinguistiques, religieux et basés sur la couleur de la peau.

Dans le cadre de ce plan, il ne peut plus y avoir de mélange entre les sociétés et les pays. C’est pourquoi les chrétiens du Moyen-Orient et de l’Afrique de Nord, comme les coptes, sont ciblés. Pour les mêmes raisons, les Arabes et Berbères noirs, au même titre que d’autres populations noires, font face à un génocide en Afrique du Nord.

Après l’Irak et l’Égypte, la Jamahiriya arabe libyenne et la République arabe syrienne représentent toutes deux des points importants pour la déstabilisation régionale respectivement en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Est. Ce qui se passe en Libye aura des répercussions en Afrique, tout comme les événements en Syrie auront des conséquences en Asie du Sud-Est et ailleurs. Dans le cadre du plan Yinon, l’Irak et l’Égypte ont servi d’amorces à la déstabilisation de la Libye et de la Syrie.

On est en train de créer un « Moyen-Orient musulman », une zone exclusivement musulmane (excluant Israël), laquelle sera troublée par les luttes entre shiites et sunnites. Un scénario semblable est mis en œuvre pour créer une « Afrique du Nord non noire » qui sera caractérisée par une confrontation entre les dits Arabes et dits Berbères. En vertu du modèle du « choc des civilisations », on prévoit simultanément un conflit entre le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord d’un côté, et l’« Occident » et « l’Afrique noire » de l’autre.

C’est pour cette raison qu’au début du conflit en Libye, Nicolas Sarkozy en France et David Cameron en Grande-Bretagne ont déclaré l’un après l’autre que le multiculturalisme était mort dans leurs sociétés ouest-européennes respectives [9]. Le véritable multiculturalisme menace la légitimité du programme de guerre de l’OTAN. Il représente par ailleurs un obstacle à l’implantation du « choc des civilisations », qui constitue la pierre angulaire de la politique étrangère des États-Unis.

À cet égard, Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la Sécurité nationale explique pourquoi le multiculturalisme est une menace pour Washington et ses alliés : « En devenant une société de plus en plus multiculturelle, il se peut que les États-Unis aient de la difficulté à créer un consensus sur les questions de politique étrangère [par exemple, relativement à une guerre contre le monde arabe, la Chine, l’Iran ou la Russie et l’ancienne Union soviétique], sauf si une grande partie de la population perçoit une menace extérieure directe de très grande envergure. Un tel consensus existait de manière générale tout au long de la Seconde Guerre mondiale et même durant la guerre froide [et il existe maintenant en raison de la "guerre mondiale au terrorisme"] [10]. » La phrase suivante de Brzezinski explique pourquoi les populations s’opposent aux guerres ou les appuient : « [Le consensus] était enraciné, toutefois, il ne l’était pas seulement dans des valeurs démocratiques profondément partagées et que le public voyait menacées, mais aussi dans des affinités culturelles et ethniques avec les victimes, principalement européennes, de totalitarismes hostiles [11] ».

Au risque d’être redondant, il faut mentionner une fois de plus que les chrétiens et les Noirs sont ciblés précisément dans le but de briser ces affinités culturelles entre, d’une part, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, et le monde soi-disant « occidental », et, d’autre part l’Afrique subsaharienne.

Ethnocentrisme et idéologie : justifier les « guerres justes » d’aujourd’hui


Autrefois, les puissances coloniales de l’Europe de l’Ouest endoctrinaient leurs peuples. Leur objectif était d’acquérir un appui populaire pour les guerres de conquête. Pour ce faire, on prônait l’expansion et la promotion du christianisme et des valeurs chrétiennes avec le soutien des marchands armés et des armées coloniales.

Au même moment, on mettait de l’avant des idéologies racistes. Les peuples des pays colonisés étaient dépeints comme des « sous-humains », des inférieurs ou des personnes sans âmes. Finalement, on a utilisé l’argument de « l’épreuve de l’homme blanc », dont la mission consistait à civiliser les peuples du monde prétendument « non civilisés ». Ce cadre idéologique cohésif a été utilisé pour présenter le colonialisme comme une « cause juste ». Cette dernière a été employée à son tour pour conférer une légitimité aux « guerres justes », afin de conquérir et de « civiliser » des terres étrangères.

Aujourd’hui, les desseins impérialistes des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne n’ont pas changé. Ce qui a changé c’est le prétexte et la justification des guerres de conquête néocoloniales. Durant la période coloniale, les discours et les justifications en faveur de la guerre étaient acceptés par l’opinion publique dans les pays colonisateurs comme la France et la Grande-Bretagne. Aujourd’hui, les « guerres justes » et les « causes justes » sont menées sous les bannières des droits des femmes, des droits humains, de l’humanitarisme et de la démocratie.

Article original en anglais : Preparing the Chessboard for the "Clash of Civilizations": Divide, Conquer and Rule the "New Middle East"

Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

Notes

[1] Richard Perle et al., A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm (Washington, D.C. and Tel Aviv: Institute for Advanced Strategic and Political Studies), 1996.
[2] Ibid.
[3] Ibid.
[4] Ibid.
[5] Barak Ravid, "Israeli diplomats told to take offensive in PR war against Iran," Haaretz, June 1, 2009.
[6] Perle et al., Clean Break, op. cit.
[7] Aluf Benn, "Sharon says U.S. should also disarm Iran, Libya and Syria," Haaretz, September 30, 2009.
[8] Richard Perle et al., Clean Break, op. cit.
[9] Robert Marquand, "Why Europe is turning away from multiculturalism," Christian Science Monitor, March 4, 2011.
[10] Zbigniew Brzezinski, The Grand Chessboard: American Primacy and Its Geostrategic Imperatives (New York: Basic Books October 1997), p.211.
[11] Ibid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophya



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   15/12/2011, 18:15

Bonsoir,

article intéressant

mais petite précision, les nord africains ne sont pas des arabes ethniquement mais des imazighen, les imazighen seraient originaires d'Ethiopie et d'Erythrée puis se sont étalés sur toute l'Afrique du nord ils sont des autochtones au même titre que les africains sub saharien nous appartenons au même continent

Les imazighen (berbère comme on nous appelle) sont de toutes couleurs et physionomies

j'espère que tout ceci n'arrivera pas kheir inchaAllah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/12/2011, 00:53

T.R sur le rôle de l’Arabie saoudite




Égypte : Tariq Ramadan : "Derrière les salafistes, l'Arabie saoudite"
http://www.lepoint.fr/monde/egypte-tariq-ramadan-derriere-les-salafistes-l-arabie-saoudite-06-12-2011-1404244_24.php


Après l’Egypte, l’Arabie saoudite finance les Salafistes (et les laïcs) , en Tunisie !
http://french.irib.ir/info/afrique/item/154489-apr%C3%A8s-l%E2%80%99egypte-l%E2%80%99arabie-saoudite-finance-les-salafistes-en-tunisie[/center]




Dernière édition par wiilwaal le 30/12/2011, 08:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Que s'est-il passé avec Sheikh Qardawi ?   30/12/2011, 08:11

Printemps arabe » : Youssef Al-Qardaoui, Bernard-Henry Lévy : même combat ?
Comme tout printemps qui se respecte, celui qui est qualifié d’ « arabe » a évidemment permis la perpétuation d’idées de lignées pures mais, phénomène surprenant, a également facilité et catalysé l’hybridation de schèmes de pensée qu’on a, jusqu’à très récemment, jugés non « hybridables ».

Ainsi, voici deux illustres personnages que tout aurait dû séparer : Youssef Al-Qardaoui et Bernard-Henry Lévy (BHL). L’un est un pur produit de l’Orient alors que l’autre est un Occidental invétéré. L’un se drape dans l’austère costume traditionnel serré au cou des savants d’Al-Azhar (longue gallabeyya, caftan et turban) alors que l’autre est un vrai dandy arborant une éternelle chemise blanche immaculée de chez Charvet, spécialement conçue pour lui et qu’il porte largement déboutonnée.

L’un est Égyptien d’origine, Qatari de nationalité, orphelin de père, d’origine paysanne modeste, de confession musulmane, membre des Frères musulmans, emprisonné jeune pour son militantisme, déchu de sa nationalité et vivant au Qatar depuis plusieurs décennies. L’autre est Français, citadin né avec une cuillère d’or dans la bouche, se disant de confession juive et de gauche, qui n’a jamais été inquiété même après s’être immiscé dans de nombreux conflits armés à travers le monde.

L’un est un fervent défenseur des palestiniens, opiniâtrement opposé au sionisme. À ce sujet, il a déclaré : « La seule chose que j’espère, […] c’est qu’Allah me donne, au crépuscule de ma vie, l’opportunité d’aller au pays du jihad et de la résistance (i.e. la Palestine), ceci même sur un fauteuil roulant. Je tirerai une balle sur les ennemis d’Allah, les juifs » [1]. L’autre est un ardent défenseur de l’État d’Israël et l’un de ses meilleurs ambassadeurs dans le monde. À la suite de la sauvage agression israélienne contre le Liban en 2006, il entreprit un voyage au nord d’Israël qui lui inspira un article qualifié de « tourisme de propagande de BHL en Israël » [2]. Il répéta sa technique en 2009, pendant le massacre de Gaza, en se rendant en Israël pour être « embedded » avec Tsahal. Il raconta son « aventure » dans un article qui a été perçu comme un tract de propagande pro-israélien [3] et consacra un autre billet à la justification de la brutale et inhumaine opération « Plomb durci » [4], internationalement condamnée. Il persista et signa en défendant l’attaque israélienne du 31 mai 2010 contre la Flottille de la liberté qui fit neuf morts et vingt-huit blessés parmi les militants transportant de l’aide humanitaire vers Gaza [5]. N’est-il d’ailleurs pas récipiendaire de deux Doctorats Honoris Causa de ce pays ? Université de Tel Aviv en 2002 et Université de Jérusalem en 2008.

L’un est interdit de séjour aux États-Unis après qu’on eut découvert ses liens avec une banque finançant le terrorisme [6] et fut totalement opposé à l’invasion américaine de l’Irak. L’autre est un américanophile exemplaire frayant avec la « jet set » des deux rives de l’Atlantique.

Sur le dossier de la guerre d’Irak, BHL trouva cette guerre « moralement justifiée » [7].

Pourtant en y regardant bien, il est aisé de déceler de nombreuses similitudes entre les deux personnages. En voici quelques unes.

Primo, tous les deux ont été de brillants étudiants : Al-Qardaoui a été major de promotion à l’Université d’Al-Azhar et BHL a été reçu 7e au concours d’entrée à l’École normale supérieure.

Secundo, ce sont tous deux des auteurs prolifiques, des hommes de lettre et des philosophes (quoique ce statut soit très critiqué dans le cas de BHL).

Tertio, sans avoir aucune fonction politique ils possèdent une indéniable influence sur les dirigeants de leurs pays respectifs et le pouvoir d’infléchir, dans certains dossiers, la politique de leurs gouvernants.

Quarto, ce sont des vedettes médiatiques, l’un sur Al-Jazira avec son émission « La charia et la vie » qui est regardée par plus de dix millions de téléspectateurs à travers le monde ; et l’autre avec son omniprésence sur les plateaux de télévision français et étrangers.

Quinto et non des moindres par les temps qui courent, tous les deux sont d’impénitents va-t-en-guerre.

Mais en fait, c’est le « printemps arabe » et ses soubresauts qui ont révélé les similitudes les plus « originales » entre ces deux célébrités.

En matière de religion, Youssef Al-Qardaoui revendique sa foi dans ses actions. Cela se comprend par son érudition en sciences islamiques, ses nombreuses responsabilités et ses diverses activités et engagements reliés à la religion musulmane. Cela était moins évident dans le cas de BHL jusqu’à ce qu’il confesse, à propos de son rôle dans la guerre civile libyenne : « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques » [8].

À propos d’Israël, une récente déclaration d’Al-Qardaoui laisse perplexe : « Les pays qui connaissent un réveil islamique et ont vu l’accès des islamistes au pouvoir traiteront avec l’Occident et Israël » [9]. Serait-il possible que le célèbre théologien n’ait plus envie d’en découdre avec l’état sioniste, ni de tirer sa dernière balle en terre sacrée du jihad ? Serait-il tenté d’en faire plus que le gouvernement de son pays d’adoption, le Qatar, qui entretient des liens officieux avec Israël ? D’ailleurs, les rumeurs d’établissement de relations diplomatiques entre la Libye « nouvelle » et l’état hébreu [10] sous la probable médiation de BHL, semblent confirmer les dires du Cheikh.

D’un autre côté, la fatwa d’Al-Qardaoui appelant à l’assassinat de Kadhafi [11] s’est inscrite dans le prolongement des gesticulations guerrières de BHL. En contrepartie, le philosophe français n’a vu aucun inconvénient dans les déclarations du président du CNT libyen concernant l’application de la charia dans la future Libye. Dans un article qui fera date, il s’est laissé aller dans une dissertation sur la signification de la charia et du jihad : un vrai Al-Qardaoui « en herbe » [12] ! Quel étonnant revirement pour ce virulent pourfendeur de l’extrémisme religieux qui s’était fait remarqué par ses positions contre les islamistes en Algérie [13]. Connaissait-il en ce temps la signification de la charia et du jihad ou a-t-il pris des cours sur le sujet depuis ?

Mais l’intérêt de BHL pour les islamistes ne date pas de son « épopée » libyenne. Sur son site officiel, où trônent des centaines de photos destinées à la postérité, il y en a une qui attire l’attention : BHL s’entretenant avec Saad Al-Hoseiny au Caire, le 20 février 2011, soit 9 jours après la chute de Moubarak. Pour information, Saad Al-Hoseiny est membre du bureau exécutif des Frères musulmans [14] et la photo a été prise à leur QG.

Dans un article consacré à cette rencontre, BHL écrivit : « Il fait profil bas, en effet, dans l’entretien. M’assure que la confrérie ne pèse pas plus de 15 %. Me garantit qu’elle ne présentera, dans six mois, pas de candidat à la présidentielle. Me jure sur tous les Dieux qu’elle n’a, de toute façon, et pour le moment, d’autre programme que la liberté, la dignité, la justice. Mais ajoute, l’œil moqueur, que les « problèmes de l’Égypte » sont trop « énormes » pour que la modeste confrérie en assume l’écrasante responsabilité » [15].

On connait actuellement la réalité des urnes égyptiennes. La victoire des islamistes dans les pays touchés par le « printemps arabe » en a surpris plus d’un. Alors qu’aucun Coran n’a été brandi et que nul slogan religieux n’a été scandé pendant toute la durée des sanglantes manifestations, les partis religieux ont obtenu d’excellents scores, au détriment des jeunes activistes, principaux acteurs des révoltes populaires.

Pourtant, le 18 février 2011 un évènement prémonitoire s’est déroulé à la place Tahrir. Ce jour-là, Al-Qardaoui est retourné triomphalement au Caire et a conduit la prière du vendredi devant plus d’un million de personnes. Profitant de l’occasion, l’illustre cyberdissident Wael Ghoneim, héros de la place Tahrir, celui-là même qui a été nommé « l’homme le plus influent du monde » par le magazine américain Time [16] s’est approché de l’estrade pour prendre la parole. Quelle ne fût sa surprise lorsqu’il s’est vu interdire, manu militari, l’accès à la tribune. Il quitta la place Tahrir, un drapeau égyptien sur le visage [17].

Malgré des différences notables, les actions « printanières » d’Al-Qardaoui et BHL présentent des similitudes qui ont pour objet de canaliser les évènements dans la même direction. Il en est ainsi pour la situation syrienne où l’un a émis une fatwa autorisant l’intervention internationale en Syrie [18] et l’autre avance que l’option militaire (celle dont il a été l’artisan en Libye) est de plus en plus acceptée par l’opposition syrienne [19]

À la mort du « guide » libyen, un journal titrait : « Libye – Youssef Al-Qardaoui célèbre avec Sarkozy et Obama la mort du guide Kadhafi » [20]. En fait, il célébrait aussi avec BHL et David Cameron. À noter que ce dernier, en 2008, alors qu’il était encore dans l’opposition, s’était farouchement opposé à la venue d’Al-Qardaoui en Grande-Bretagne, le traitant d’homme « dangereux ». Sous sa pression, son visa a été refusé car « le Royaume-Uni ne tolère pas la présence de ceux qui cherchent à justifier tout acte de violence terroriste ou à exprimer des opinions qui pourraient favoriser des violences intercommunautaires » [21].

Décidément, l’extravagance de ce printemps idéologique florifère ne cessera jamais de nous étonner : Al-Qardaoui qui recommande aux pays arabes de traiter avec Israël (aucune source pour cette accusation) et qui prêche en faveur d’une intervention militaire étrangère pour démettre les gouvernements arabes en place ; BHL que les islamistes n’effraient plus et qu’il appuie dans leur « apprentissage » démocratique tout en donnant des cours de charia à ses concitoyens occidentaux.

Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, aucun d’entre eux n’a émis une opinion sur les monarchies arabes. Seraient-elles par hasard des modèles de démocratie ? Ou peut-être des contrées où les libertés fondamentales sont respectées ? Nos deux célèbres philosophes n’ont encore rien à dire sur ce sujet. Et pourquoi pas une déclaration commune ? L’hybridation serait totale.

Ahmed Bensaada
Montréal, le 20 décembre 2011.


Notes

[1] Youtube, « Al-Qaradawi praising Hitler’s antisemitism », Vidéo mise en ligne le 10 février 2009.

Je note ici , un mensonge flagrant dans le titre des sources de ce journaliste , on peut reprocher pas mal de trucs à Qardawi mais il n'y a jamais été anti-juif (le titre de la vidéo est très trompeur même si le journaliste a fait une citation correcte) . Dans la vidéo en question , le sheikh ne fait qu'interpréter l'histoire avec ses références islamiques et exprime sont vœux le plus cher. Ce cas m’amène à me demander si le journaliste en question Ahmed Bensaada est vraiment honnête (message subliminal du titre de la vidéo youtube?).

Voici la vidéo en question :


[2] Henri Maler et Patrik Champagne, « Une « exclusivité » du Monde : le tourisme de propagande de BHL en Israël », ACRIMED, 1er août 2006.

[3] Olivier Poche, « Gaza – Médias en guerre (4) : « Carnets de guerre », le dernier tract de BHL », ACRIMED, 28 janvier 2009.

[4] Bernard-Henry Lévy, « Libérer les Palestiniens du Hamas », Le Point.fr, 8 janvier 2009.

[5] Le Monde, « Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy défendent Israël contre la "désinformation" », 7 juin 2010.

[6] Paul Landau, « Le double visage du cheikh Youssouf al-Qaradawi », Observatoire de l’islam en Europe, 7 octobre 2007.

[7] Bernard-Henry Lévy, « Le bloc-notes de Bernard-Henri Lévy », Le Point.fr, 14 février 2003.

[8] AFP, « Libye : BHL s’est engagé "en tant que juif" », Le Figaro.fr, 20 novembre 2011.

[9] Al-Quds al-Arabi, « Fatwa d’Al-Qardaoui autorisant une intervention internationale en Syrie pour arrêter le bain de sang », 9 décembre 2011.

[10] Israël Infos, « LIBYE - Le retour d’Israël, peut être », 11 décembre 2011.

[11] Meris Lutz , « LIBYA : Popular TV cleric issues fatwa against Kadafi », Los Angeles Times, 22 février 2011.

[12] Bernard-Henri Lévy, « La Libye, la charia et nous », Le Point, 3 novembre 2011.

[13] Bernard-Henry Lévy, « Le jasmin et le sang » et « La loi des massacres », Le Monde, 8 -9 janvier 1998.

[14] AnachitexT, « Saad Al-Hoseiny, and BHL ».

[15] Bernard-Henry Lévy, « Égypte, année zéro », Libération, 26 février 2011.

[16] Le Point.fr, « Waël Ghonim, homme le plus influent du monde selon Time », 21 avril 2011.

[17] Le Figaro.fr, « Les Égyptiens maintiennent la pression place Tahrir », 18 février 2011.

[18] Voir note 9.

[19] Bernard-Henri Lévy, « Fin de partie en Syrie », Le Point, 17 novembre 2011.

[20] Algeria ISP, « Libye – Youssef al-Qaradawi célèbre avec Sarkozy et Obama, la mort du guide Kadhafi », 22 octobre 2011.

[21] BBC News, « Muslim cleric not allowed into UK », 7 février 2008.

src:http://www.cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=5537



Je n'ai jamais été un "fan" de Kadhafi mais les positions de Sheikh Qardawi posent de plus en plus problème.

1) Il donne le feu vert pour l'assassinat de Kadhafi (intervention télévisée qui allait dans le sens de l'Otan)

http://www.dailymotion.com/video/xii1o8_fatwa-cheikh-qardawi-il-faut-tuer-kadhafi_news

2) Il prétend que les révoltes au Barhein sont sectaires et ignore les autres révoltes du monde musulman (notamment au Qatar son pays d'adoption)

http://www.dailymotion.com/video/xhso25_qaradawi-la-revolution-au-bahrein-est-sectaire-chiite_news

3) il autoriserait les opposants syriens à faire appel à l’Otan

http://www.youtube.com/watch?v=UA9AtOazpek (demande confirmation car document arabophone)


4) Un certain Sheikh Salah Al-Din Abou Arafa se serait plaint des "fatwas" de Qardawi qui ne serviraient qu'aux ennemis de l'islam et a faire couler le sang des musulmans.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Zu1AwX6Vdb0 (demande confirmation car document arabophone)


J'ai vraiment un problème avec les prises de positions du Sheikh Qardawi , elles ont l'air de coïncider à tout moment avec les projets des sionistes. J'étais au début assez content qu'un savant sorte de l'ombre pour s'exprimer sur la situation en Égypte comme il l'a fait.

J'ai par contre toujours été totalement opposé a toute intervention en Libye ou ailleurs et je vois qu'a présent certains s’appuient sur ces "fatwas" (je ne sait pas s'il s'agit de réelles fatwas ou simplement des propos) pour tuer des musulmans à travers la planète.

Quelqu'un pourrait me dire si les vidéos en arabe correspondent bien aux propos prêtés aux Sheikhs ? Est-il manipulé par des gouvernements et la désinformation ? Est-il lui même manipulateur ? Le Journaliste Ahmed Bensaada est-il sérieux ou fiable (Ces sources sont-elles toutes vérifiables ) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
menthe_verte



Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/12/2011, 10:05

Salam, salut, shalom,

Ça me fait penser à cette analyse du sheik Imrane Hossein

http://www.youtube.com/watch?v=HhVo9RF8r3o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiilwaal



Nombre de messages : 327
Age : 33
Localisation : Points vitaux
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   30/12/2011, 21:13

Sheikh Imran était en avance sur tous le monde pour cette question.

Personne pour confirmer les propos dans les vidéos en arabe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=sN8Cq5HEBug
Druide



Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   11/1/2012, 06:53

10 jan 2012
The Ugly Truth Podcast
Mark Glenn w/ guest SHEIK IMRAN HOSEIN
http://theuglytruth.wordpress.com/2012/01/11/tut-podcast-jan-10-2011/#comment-47621
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   27/7/2012, 12:33


Jamel Debbouze sur le printemps arabe et la syrie

Jamel Debbouze sur le printemps arabe et la syrie par dailyslam

Revenir en haut Aller en bas
Comandirej



Nombre de messages : 1282
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Le printemps arabe est une guerre secrète   27/7/2012, 14:58

Merci Tonino pour la vidéo. Bien

Mais quel crétin ce type, j'ai honte pour lui.

Gilles Wullus, rédacteur en chef du magazine gay et lesbien dit de troisbouzes : « Jamel est une personne qui a une certaine conscience politique et qui réfléchit sur beaucoup de choses » Razz


« Concernant le mariage, je suis pour toutes les unions, elles rendent plus fort. »

http://www.rue89.com/2011/11/16/un-jamel-debbouze-gay-friendly-la-une-detetu-226606

_________________
«Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?» [S.39 - V.9]

«Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte
de leurs propres âmes et celles de leurs familles».
C'est bien cela la perte évidente. [S.39 - V.15]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le printemps arabe est une guerre secrète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les risques du printemps Arabe .
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Obama et la danse arabe...
» Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: