Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
dokkodo



Nombre de messages : 1
Age : 31
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Manipulation de masse   2/8/2011, 12:34

Bonjour, je suis nouveau sur le site donc je ne sais pas si ça a été mentionné, mais sur le site on nous cache tout il y a un article sur la manipulation par les médias, avec un texte comprenant les 10 plus grande règle que les médias doivent respecter.
Bon maintenant avec toutes les chaines il y en a qui sont plus ou moins llibre, mais à la base c'était ça.
Alors désolé je ne le retrouve plus, donc si quelqu'un le retrouve qu'il n'hésite pas à le mettre ici..
Par contre je me souviens très bien d'une règle qui disait que les programmes qui passaient à la télé ne devaient pas dépasser la compréhension du niveau de la 6ieme, voire CM2 il me semble..

Je crois que tout est dit dans cette phrase, et en y réflechissant bien, il est vrai qu'en général, les termes employé dans les émissions sont assez enfantins. Même si il s'agit de politique, on se rend compte que les discours de politicien sont vraiment de base, des mots compréhensible et de niveau très bas, mis bout à bout..c'est pourquoi les politichiens ont autant de facilité pour se faire aimer quand ils passent à la télé..Car ils n'en demandent pas tant que ça à nos cerveaux..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ziril
Admin
avatar

Nombre de messages : 3705
Age : 37
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   16/8/2011, 15:49

Les journalistes qui pratiquent la propagande de guerre devront rendre des comptes


par Thierry Meyssan

La propagande de guerre est entrée dans une phase nouvelle avec l’action coordonnées de chaînes de télévision satellitaires. CNN, France24, BBC et Al-Jazeera sont devenues des instruments d’intoxication pour diaboliser des gouvernements et justifier des agressions armées. Ces pratiques sont illégales en droit international et l’impunité de leurs auteurs doit cesser.

Dessin d’enfant à propos d’Al Jazeera (Ecole de Tripoli)


Le traitement actuel de l’information sur la Libye et la Syrie marque un tournant dans l’histoire de la propagande de guerre en ce qu’il utilise des moyens nouveaux qui ont pris l’opinion publique internationale par surprise.

Quatre puissances, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et le Qatar, ont joints leurs moyens techniques pour intoxiquer la « communauté internationale ». Il s’agit principalement des chaînes de télévision CNN (qui bien privée agit en coordination avec l’unité de Guerre psychologique du Pentagone), France24, BBC et Al-Jazeera.

Ces médias sont utilisés pour attribuer mensongèrement aux gouvernements libyen et syrien des crimes qu’ils n’ont pas commis, et pour couvrir les crimes commis par les services secrets des puissances précitées et par l’OTAN.

On se souvient du précédent à moindre échelle de 2002. Globovisión avait diffusé en direct des images d’une révolution populaire chassant le président élu Hugo Chávez et des images de militants chavistes tirant sur des manifestants d’opposition et les tuant. Cette mise en scène avait permis de masquer un coup d’État militaire orchestré depuis Washington avec l’aide de Madrid. Cependant, après qu’un authentique soulèvement populaire ait mis fin au putsch et ait rétabli le président élu, des enquêtes journalistiques et judiciaires ont démontré que la révolution filmée par Globovisión n’était qu’un trucage visuel, et que jamais les chavistes n’avaient tiré sur la foule, mais qu’ils avaient au contraire été victimes de snipers armés par la CIA.

Il en est de même aujourd’hui, mais avec un consortium de chaînes satellitaires. Celles-ci diffusent des images d’événements inexistants en Libye et en Syrie. Elles cherchent à faire accroire que la majorité des Libyens et des Syriens veulent renverser leurs institutions politiques et que Mouammar Kadhafi et Bachar el-Assad massacrent leur propre peuple. Sur le fondement de ces intoxications l’OTAN a attaqué la Libye et s’apprête à détruire la Syrie.

Or, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Assemblée générale des Nations Unies a légiféré pour interdire et condamner ce type de pratique.

La Résolution 110, du 3 novembre 1947, relative aux « mesures à prendre contre la propagande en faveur d’une nouvelle guerre et contre ceux qui y incitent », sanctionne « la propagande de nature à provoquer ou à encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ».

La Résolution 381, du 17 novembre 1950, consolide cette condamnation en condamnant la censure des informations contradictoires comme partie intégrante de la propagande contre la paix.

Enfin, la Résolution 819, du 11 décembre 1954, sur « la suppression des obstacles au libre échange des informations et des idées », pose la responsabilité des gouvernements à supprimer les obstacles qui entravent le libre-échange des informations et des idées.

Ce faisant, l’Assemblée générale a élaboré sa propre doctrine en matière de liberté d’expression : elle a condamné les mensonges qui conduisent à la guerre et a érigé la libre-circulation des informations et des idées et le débat critique en armes au service de paix.

Le verbe, et plus encore l’image, peuvent être utilisées pour préparer les pires crimes. En l’occurrence, les intoxications de CNN, France24, BBC et Al-Jazeera constituent des « crimes contre la paix ». Ils doivent être considérés comme plus graves encore que les crimes de guerre et crimes contre l’humanité actuellement commis par l’OTAN en Libye et par les services secrets occidentaux en Syrie en ce qu’ils les précédent et les rendent possibles.

Les journalistes qui pratiquent la propagande de guerre doivent être jugés par la Justice internationale.

source: http://www.voltairenet.org/Les-journalistes-qui-pratiquent-la

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Propagande et manipulation par euphémisme et oxymore - Médias de Masse    9/10/2011, 07:54

Manipulation des Pensées et Opinions
Euphémisme et Oxymore
Médias de Masse
Novlangue
Politiquement Correct


cyclops




Un euphémisme est une figure de rhétorique qui
consiste à atténuer ou adoucir une idée déplaisante.
L'euphémisme est donc une atténuation de la pensée.

On s'imagine qu'à changer le nom d,une condition, elle sera moins pire! Quelle erreur! C'est le contraire. On lui donnant une appelation plus douce, on la banalise. Les gens lui accordent moins d'importance.

Des civils (femmes et enfants inclus) tués sont des meurtres! Ce ne sont pas des "dommage collatéraux". Ce ne sont pas des "war casualties". Ce sont des meurtres! Et ils sont évitables. Ce ne sont pas des erreurs! Mais des Horreurs!

Les moyens sémantiques de l'euphémisme se manifestent partout.

Par "politiquement correct" on entend l'euphémisme
actuellement le plus passe-partout derrière lequel se cache la
censure et l'autocensure intellectuelle et politique

L’influence de la propagation de ce langage étouffe la vérite à
l'échelle social parce que ce langage implante une mentalité
staliniste et révolutionnaire.

Ce n'est que tardivement, dans la décennie
1980, qu'il prend une nouvelle acception, qu'on peut
paraphraser comme «linguistiquement correct au regard des
mœurs et des opinions».

Le "politiquement correct" tire à l'esprit humain la
capacité de distinguer entre l'erreur et la vérité. C'est ainsi que
le "politiquement correct" encourage la pensée unique et fait
croire que sur un sujet quelconque, une seule idée ou une seule
opinion est recevable. "Au nom du" politiquement correct", on
veut vous persuader que tout ce qui s'écarte de cette opinion là
est un crime contre l'humanité et une atteinte aux droits de
l'homme.

Le "politiquement correct" prépare la conscience collective de
l'humanité à se laisser docilement modeler par les forces
mensongères portant le masque du "politiquement correct"
pour porter le masque de la "démocratie" de la liberté de pensée, de
la "sensibilité aux droits de l'homme".

Le PC permet à une poignée de personnages d'imposer
leur pouvoir à la grande majorité.

Ces propos sont basés sur un roman de linguistique fiction
intitulée 1984 de George Orwell. Cette novlangue donne un
exemple d'un langue manipulée par les hommes pour des fins
idéologiques. A travers le PC le langage devient un moyen non
seulement pour la communication mais elle est aussi un moyen
pour déformer les mentalités des hommes et insulter leur
intelligence. Le PC rétablit d'une combat linguistique pour
duper les peuples, il exerce un "conformisme émotionnel".
Après la destruction du world trade center et du
pentagone aux Etats-Unis Le Nouvel ordre Mondial exclut
toute individualité nationale: Il faut que le monde entier ne
fasse qu'un. Le langage est le moyen pour exécuter un
conformisme émotionnel avec les Etats - unis. Les propagandes
linguistiques passent par tout.

Il est instructif d'observer les façons dont les chefs de
guerre utilisent les mots. Et comment les médias les
retransmettent". Ceux qui ont vu mon vidéo sur le marketing social et les vaccins se rappellent surement d'un extrait avec J-L Mongrain
ou il utilisait L'expression PC "dommage collatéraux" qui est une autre
expression PC qui vise à rendre acceptable et satisfaisantes.

Les médias sont réputés pour la particularité de leurs
pratiques linguistiques.

La politique est l'art de gouverner; elle exige toujours la
bonne conduite bien calculée pour arriver au but poursuivi. Les
hommes de politique ont tendance à parler "en
rondeurs" de façon à n'offenser personne, conformément à leur
mission.

L'emploi de l'euphémisme ou du PC est fort présent
pendant le temps de guerre pour atténuer et masquer
sa cruauté sanguinaire. Les mots de la guerre sont souvent des mensonges, faux rapports, rumeurs et tromperies.


La propagande d'une nation peut être blasphème pour son ennemi: la vérité en temps de guerre est relative ce qui ne veut pas dire que certaines
formes de tuerie ne sont pas pires que d'autres "chacun
appelle barbarie ce qui est perpétré par l'ennemi. Ou bien, pour
paraphraser Hobbes, tel homme appelle cruauté ce que tel
autre nomme justice.

Donc ,le gouvernement ne ment plus il s’engage dans des campagnes de désinformation

Les meurtriers israéliens s'appellent des commandos et les commandos musulmans s'appellent des terroristes.

La dictature Mondiale s'appelle aujourd'hui la Mondialisation et le Nouvel Ordre Mondial.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   11/10/2011, 13:36


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   17/10/2011, 03:38

Un cours d'anti-propagande destiné aux amerloques par Georges Carlin, mais il y a du bon à prendre pour nous cyclops





A mettre en parallèle avec ça :




_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   25/10/2011, 13:11

Je ne savais pas trop où poster cette info Question

Un livre qui m'a l'air très intéressant

Les intellectuels faussaires
Le triomphe médiatique des experts en mensonge

Pascal Boniface

(Editions Jean-Claude Gawsewitch - 272 pages - 19,90 €)
EN VENTE EN LIBRAIRIE



Depuis quelques années, le mensonge est devenu la marque de fabrique de plusieurs intellectuels. Ces «faussaires» qui assènent sans aucun scrupule des contrevérités pour défendre telle ou telle cause sont quasi intouchables. Quoi qu'ils racontent, on les respecte et personne, ou presque, n'ose dénoncer leurs (petits) arrangements permanents avec la vérité. Le triomphe de ces «serials-menteurs» représente une véritable menace pour l'information et la démocratie.
Les «intellectuels faussaires» dont il est question dans cet ouvrage sont bien connus. Ils s'affichent sur les plateaux de télévision et tiennent des chroniques à la radio ou dans la presse. Tous brandissent la morale pour nous faire avaler leurs couleuvres. Tous distillent des énormités et des concepts creux sur l'islamisme. En levant le voile sur leurs pratiques, Pascal Boniface dénonce une nouvelle «trahison des clercs».
Un ouvrage corrosif qui démontre, exemples à l'appui, les mensonges de certains experts et autres donneurs de leçons très médiatiques.
Une réflexion iconoclaste sur les dérives du débat intellectuel aujourd'hui en France.

Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseignant à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris VIII. Il a écrit ou dirigé une quarantaine d'ouvrages ayant pour thème les relations internationales, les questions nucléaires et de désarmement, la politique étrangère française ou encore l'impact du sport dans les relations internationales.

http://www.palestine-solidarite.org/invitation_lecture.htm#02

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   25/10/2011, 14:10

lol!

HITLER LE RETOUR (SUR NOS ÉCRANS)





_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice

avatar

Nombre de messages : 3147
Age : 50
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   25/10/2011, 14:27

Jubilatoire! il est trop puissant ce gars ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Panisse

avatar

Nombre de messages : 144
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 25/05/2011

MessageSujet: Révisionisme journalistique   3/11/2011, 14:46

Citation :
La mise en scène de Merkel et Sarkozy
03 Novembre 2011 Par Philippe Légé

Mon précédent billet montrait que les dirigeants européens savaient que la probabilité d'un référendum en Grèce était non négligeable, en dépit de l'accord du 27 octobre. Voici deux nouvelles informations qui en attestent.

1/ Hier à 16h57, dans un article intitulé "L'annonce du référendum grec n'est pas une surprise", l'Express rappellait que

en juin dernier, Georges Papandréou s'était déjà engagé à consulter les Grecs en septembre

2/ Sans doute échaudé par les accusations de duplicité, le gouvernement grec a tenu à rappeler qu'il avait prévenu ses partenaires:

"Avant l'ouverture du G20, la Grèce a précisé que les dirigeants européens avait été informés du projet de référendum annoncé par Georges Papandréou"

C'est ce que l'on pouvait lire hier soir sur la page: http://www.challenges.fr/economie/20111102.CHA6406/referendum-papandreou-persiste-et-signe.html Depuis, l'article a été "actualisé" et ce passage a malheureusement disparu. Ainsi que celui-ci:


Les dirigeants avaient été prévenus. Face aux critiques européennes, Athènes a souligné que le Premier ministre grec Georges Papandréou avait "informé ses partenaires de ses intentions" de soumettre à référendum l'accord européen de sauvetage du pays, selon le porte-parole officiel grec, Ilias Mossialos. Pour autant, le Premier ministre n'avait pas précisé "la date, confidentielle, de l'annonce" de ce recours. Plusieurs dirigeants européens ont en effet reproché à Georges Papandréou de ne pas les avoir tenus au courant. C'est la position que maintient aussi mercredi Valérie Pécresse qui a affirmé que la Grèce n'avait "jamais, à aucun moment de la négociation, mentionné qu'il pourrait y avoir (...) une consultation du peuple grec", sorte de "conditionnalité" à l'accord, précise t-elle."

La question qui se pose est donc de savoir pourquoi les dirigeants (en particulier N. Sarkozy et A. Merkel) se sont livrés à une telle mascarade? Pour préserver leur posture de sauveur?

En tous cas, il est regrettable que tant de journalistes aient relayé cette mise en scène. La moindre des choses eut été de formuler des doutes et de rappeler les quelques faits relativisant la soit-disant "surprise" des prétendus sauveurs de l'Europe...



http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-lege/031111/la-mise-en-scene-de-merkel-et-sarkozy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   6/11/2011, 16:03


A l'attention de ceux qui croient encore qu'internet rime avec "liberté d'expression"

geek

Les subventions de la presse en ligne !





Quenelle

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makoto

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Comment les états pseudo démocratiques nous manipulent....   12/11/2011, 05:56


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   13/11/2011, 21:36

La manipulation par l’émotion du générique du journal de TF1



affraid

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   15/11/2011, 23:50

Poutou ridiculisé : mais que fait Besancenot ?

Désolé pour le titre racoleur, c'est l'original ! Il m'a semblé intéressant de revenir sur cette émission de Ruquier et de mettre en avant comment les faiseurs d'opinion au quotidien s'entendent pour ridiculiser un homme et du coup révéler leur vraie nature, notamment le profond mépris qu'il ont pour leurs prochains.

Le passage de Philippe Poutou, candidat du NPA à l'élection présidentielle, sur le grill de l'émission de Laurent Ruquier a fait couler beaucoup d'encre. Philippe Bilger revient sur ce moment douloureux de télévision et se demande si les choses n'auraient pas été différentes si Olivier Besancenot avait été présent...


Qu'on se rassure : je ne viens pas, comme un ouvrier de la vingt-cinquième heure, me porter au secours de l'ouvrier Philippe Poutou, candidat du NPA pour l'élection présidentielle. A force de m'entendre conseiller de regarder la honteuse prestation de Laurent Ruquier et de l'équipe gloussante qui l'entourait, j'ai tout de même décidé d'aller constater de plus près le traitement qui avait été réservé à Philippe Poutou. Je me sens d'autant moins en retard que j'ai été le premier, me semble-t-il, qui a consacré un billet félicitant le NPA d'avoir choisi un ouvrier pour le représenter en 2012, sous ce titre, le 17 juillet 2011 : « Qui est Philippe Poutou ? » J'étais heureux que la caste des arrogants en politique soit troublée par un modeste, même porteur d'une idéologie extrême et dangereuse. Qu'il y ait enfin quelqu'un qui ne soit pas du même monde.

Je ne regrette pas d'avoir pris connaissance de ce grand moment d'ignominie médiatique où le pire s'est accompli au détriment d'un brave (ce terme n'est pas condescendant mais gratifiant) homme égaré dans cet univers qui permet à des médiocres d'user d'une supériorité technique pour, en définitive, se faire valoir en humiliant. Il y a déjà eu sur ces séquences de remarquables analyses, en particulier celles de Daniel Schneidermann (Libération) et de Bruno Roger-Petit (nouvelobs.com). Il n'empêche que ce qui s'est passé là, au cours de cette soirée, autorise d'autres développements tant la qualité et l'intensité du mépris ont été éclatantes.

Philippe Poutou, il est vrai, a été un « punching-ball » rêvé pour ces courageux de l'écran dont le cran - pensons à d'autres circonstances et à d'autres personnalités - n'a jamais été la vertu principale. Sa candeur, sa sincérité, son sourire gentil cachant mal un infini malaise, une timidité que vaillamment il cherchait sans succès à combattre, son histoire, sa simplicité, tout conspirait à donner à Laurent Ruquier un lamentable terrain de jeu où tout enivré, encore plus que d'habitude, de profusion verbale et de sourire narcissique, il a « cassé » du Poutou en faisant semblant de l'estimer et de l'apprécier.

Je n'ai pas aimé l'attitude ambiguë d'Omar Sy qui a participé à la curée avant de s'en retirer, j'ai regretté que Michel Onfray ne soit pas intervenu, rien que pour rappeler les exigences de dignité et de respect à ceux qui les oubliaient parce que, n'est-ce pas, il ne s'agissait que de Philippe Poutou ! Honneur à Radu Mihaileanu qui a été le seul, avec un visage sérieux dédaignant l'hilarité générale, à faire la leçon à Laurent Ruquier qui en a rabaissé ensuite ! Pitoyable et inutile interruption de Florent Pagny sur la durée hebdomadaire du travail avec sans doute la légitimité qui s'attachait à sa rectitude fiscale !

Face à un invité qui se contentait sans pathos ni talent, mais avec la conviction forgée par une quotidienneté difficile et solidaire, de déclarer qu'il avait pour mission « de représenter les gens qui souffrent aujourd'hui », était-il fondamental de souligner qu'il avait « raté le bac, échoué au concours de La Poste et n'avait aucun diplôme », de cultiver le sadisme de ne faire grâce à Poutou d'aucune de ses maladresses, de ses faiblesses ? Sans être un habitué de cette émission du samedi soir, je n'avais jamais remarqué auparavant un tel acharnement pour exposer des détails oiseux et blessants. Mais, il est vrai, ce n'était que Philippe Poutou !

Je n'évoque même pas les questions d'Audrey Pulvar et de Natacha Polony qui, au moins avec une attitude acceptable, n'ont eu aucun mal à montrer les limites et les insuffisances d'un Philippe Poutou candidat parce qu'il en fallait un mais si conscient du caractère décalé de sa présence dans cette émission et dans le débat présidentiel qu'on avait envie, une seconde, de venir à son secours sur le plan idéologique.

Un instant durable, tout de même, de grâce intellectuelle quand Michel Onfray, avec une éblouissante clarté, a répliqué aux interminables interrogations imprégnées de philosophie de Natacha Polony et aux banalités pénétrées d'Audrey Pulvar. Son opposition entre la morale kantienne et celle d'Alain était stimulante même si on pouvait lui reprocher un contraste trop commode entre une société évidemment coupable et une responsabilité individuelle totalement libre ; alors que la tension entre l'une et l'autre constitue précisément les affres du quotidien pour aborder la problématique de la délinquance.

Alors que Philippe Poutou était ballotté, moqué - que de lassantes et indélicates plaisanteries sur son nom, et il avait l'élégance d'en rire avec les autres ! - et qu'à l'évidence il tentait de faire front et de désarmer par l'amabilité l'ironie constante et la condescendance affichée, on pensait à quelqu'un qui aurait dû être là, non pas à sa place mais pour l'aider. Si Olivier Besancenot avait été dans la salle, rien que sa présence aurait freiné l'impolitesse et mis fin au mépris. Sinon, il se serait levé et aurait dit leur fait à tous ces petits marquis de la superficialité et du badinage médiatiques. Il n'aurait fait qu'une bouchée de ces ricaneurs professionnels. Philippe Poutou aurait été soutenu. Il n'aurait pas été plus brillant mais il aurait été respecté. On ne l'aurait pas contraint à rire de lui-même parce qu'il est dur de résister aux seigneurs creux des médias.

Olivier, tu as manqué ce soir-là.

Il n'y a pas l'ombre d'une démagogie dans ce billet. Le NPA, comme Lutte Ouvrière - Poutou en venait -, constitueraient une catastrophe politique et sociale, une impasse démocratique. Mais c'est un homme qu'on a réduit, ridiculisé et offensé. Parce qu'il ne savait pas répondre. Parce qu'il était seul. Ouvrier. Ce n'était que Philippe Poutou, pas BHL qui a été, lui, magnifié. Le culte des privilégiés, l'humiliation des modestes : quel beau service public !


Je ne me moquerai jamais de votre nom, Philippe Poutou.

Philippe Bilger - Blogueur associé Marianne2
http://www.marianne2.fr/Poutou-ridiculise-mais-que-fait-Besancenot_a212518.html


Porte au secours de Poutou, bizuté par Ruquier


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   27/11/2011, 07:29

ESSAIS SCIENTIFIQUES DE MANIPULATION DES MASSES !

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Elle détaille l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité.



1/ La stratégie de la distraction :

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. »




2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions :

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.




3/ La stratégie de la dégradation :

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.


4/ La stratégie du différé :

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.



“Avec la crise qui sévit, il va falloir faire des sacrifices ! Ah oui, moi aussi ?


5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge :

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? «Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celle d’une personne de 12 ans».




6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion :

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…


7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise :

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.




8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité :

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…




9/ Remplacer la révolte par la culpabilité :

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution…


10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes :

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes, au point même de guider leur choix de vie sous couvert de bien-être…


http://jackturfhotmailfr.unblog.fr/essais-scientifiques-de-manipulation-des-masses-2/

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Panisse

avatar

Nombre de messages : 144
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 25/05/2011

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   28/11/2011, 14:40

Citation :
850 000 dollars pour construire des "récits négatifs" sur Occupy Wall Street

Le mouvement Occupy Wall Street qui s'est répandu aux Etats-Unis comme une traînée de poudre demeurera comme un cas d'exemple d'infoguerre contemporaine. Sa capacité à attirer l'attention des médias sur les pratiques des banques a été particulièrement habile. Mais elle n'est pas du goût de tout le monde... Le cabinet de relations publiques Clark Lytle Gedulding & Cranford (CLGC) a en effet proposé ses services à l'American Bankers Association pour mener une offensive médiatique avec un objectif : décrédibiliser le mouvement Occupy Wall Street.

Selon la chaîne MSNBC, "un memo de CLGC adressé à l'American Bankers Association propose, moyennant une somme de 850 000 dollars, de rechercher des informations [opposition research] sur Occupy Wall Street afin de construire des récits négatifs [negative narratives] sur les manifestants et ses soutiens politiques". Clark Lytle Gedulding & Cranford vise en particulier le Parti démocrate qui, s'il maintenait son soutien à Occupy Wall Street, jouerait un rôle préjudiciable quant à l'importance de Wall Street dans la compétition internationale. Le memo souligne également que "le mouvement Occupy Wall Street présente des points communs avec le mouvement Tea Party (...) Cette combinaison, potentiellement explosive, pourrait déboucher sur la colère et le populisme".

L'American Bankers Association a confirmé avoir reçu le mémo de CLGC mais précise qu'il ne l'avait ni sollicité, ni donné suite.

Source : http://meridien.canalblog.com/archives/2011/11/21/22762248.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AldousOrwell

avatar

Nombre de messages : 485
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Psywar - Guerre Psychologique - Le film    30/11/2011, 22:33

Psywar - Guerre Psychologique - Le film



(activez les sous-titres en cliquant sur "cc")



L'esprit est le véritable champ de bataille.


Réalisé par Scott Noble.


Site web du film (en anglais) : http://metanoia-films.org/watchonline.php

Cette vidéo a été traduite par l'Équipe Linguistique Francophone http://forum.linguisticteam.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   5/12/2011, 13:01

Médias criminels à la solde de l'Oligarchie

par eva R-sistons


Les Médias, en France, atteignent des sommets de désinformation.... Ce sont juste des instruments de propagande pour l'Occident militaro-financier, d'une malhonnêteté inouïe. Nous méritons vraiment notre peu reluisante lanterne rouge de la presse européenne !



La France a toujours été un Etat original, frondeur, jaloux de son indépendance. Et cette indépendance a culminé avec le tandem Chirac-de Villepin (guerre Irak)... L'Empire usraélien a donc décrété qu'il devait s'aligner, coûte que coûte. Sarkozy fut donc imposé, agent de l'Etranger (GB-USA-Israël), représentant en particulier les intérêts du Grand Patronat (MEDEF) et du CRIF. Voici donc la France partie exécuter toutes les guerres crapuleuses pour le compte de l'Empire...



Les Médias sont d'autant plus soumis, couchés, qu'ils sont entièrement contrôlés par les néo-sionistes, représentant les intérêts d'Israël, militaires et financiers, qui polluent la planète, la paupérisent, la déciment, l'ensanglantent, la meurtrissent...



En fait, nos Médias sont de véritables machines de guerre et contre les peuples, au service de l'Oligarchie qui vampirise la planète.



Que reste-t-il ? Témoignage Chrétien, issu de la Résistance, le Canard enchaîné, l'Humanité, le Monde Diplomatique... mais encore ? Pas grand-chose. La Presse de Gôche maquille ses vraies orientations, identiques à celles de la Droite, sous un vernis progressiste, mais si l'on gratte un peu, on s'aperçoit que Libération, Marianne ou surtout le Nouvel Observateur, se moulent de la même façon dans le cadre de la Pensée Unique. Et tous, de Charlie-Hebdo à l'Express et à Fr2, incitent à la haine raciale, donc au choc de civilisations, mais aussi à la déstabilisation de tous les pays encore indépendants (comme la Syrie, l'Iran, le Vénézuela, la Chine, la Russie...) pour mieux les dévorer, et les contrôler ensuite. La Pensée est vraiment unique: Vive le libéralisme financier (à la rigueur dompté un peu), les guerres coloniales, l'islamophobie...



Le très sioniste Arte de Clément ne manque pas une occasion, comme France24 d'Ockrent ou les Chaînes Parlementaires d'Elkabbach, d'épingler l'Iran, la Syrie, les Arabes, la Chine ou la Russie, et de représenter les dirigeants non-alignés, Castro, Chavez, Kadhafi.. sous les traits de dictateurs : Encore ce soir, Arte, caricaturalement, dresse les Français contre la Syrie de Bachar-El-Assad (d'ailleurs, jamais on ne verra un vrai débat, tous les intervenants sont du même bord), sans même se donner la peine de laisser les Syriens fidèles au régime, les plus nombreux, s'exprimer; les provocations et les tirs de snippers des agents de l'Occident ou de leurs alliés islamistes (opposés aux régimes laïcs tant de Libye que d'Irak ou de Syrie) sont attribués aux partisans de Bachar El-Assad, on égrène le nombre d'enfants tués (par qui, au fait ?) en oubliant les millions tombés au Vietnam, en Irak, en Yougoslavie ou en Libye, déchiquetés par les armes de destruction massive de l'Occident... Des scènes de liesse, mises en scène ou tournées dans les studios du Qatar, tendent à prouver que les peuples bombardés sont heureux d'être "libérés", ou bien on relaie des cas montés de toutes pièces pour nous apitoyer, femmes violées, enfants torturés, etc - en oubliant de dire que toutes les déstabilisations, tous les conflits "ethniques", toutes les guerres civiles d'aujourd'hui sont dument programmées par l'Occident assassin, ivre de convoitise et de sang... "sans aimer la guerre", comme dirait le plus minable des auto-proclamés philosophes, BHL, qu'on nous impose en permanence chaque fois qu'il sort un nouveau tissu de mensonges, parce qu'il est au service des intérêts d'Israël !



Les Médias ? Une mafia courroie de transmission des diktats de l'Empire, célébrant les exploits de Super Sarko, d'Obama le Prix Nobel, de l'Amérique qui sauve (et qui doit être un modèle pour tous), de l'Allemagne dynamique, ou s'apitoyant sur Israël "victime"... Ainsi, tout n'est qu'imposture, propagande contre les Etats non-alignés, et conditionnement des esprits pour mieux les asservir, les dépouiller !



Les Médias, en définitive, sont complices de la machine de guerre impériale et de prédation financière contre les peuples, et donc les pires adversaires de ceux qui les lisent ou les regardent...



Citoyens, citoyennes, la Presse, la Radio, la Télévision sont au service de ceux qui détruisent jour après jour nos vies, elles sont les pires ennemies de notre existence, de notre liberté, de notre qualité de vie, de la vraie démocratie..



Il est temps de réserver à ces médias-poubelles au service des marchands de canons et des multinationales le sort qu'ils méritent : Le boycott total ! Informez-vous sur Internet, ou vous voulez, et laissez ces serviteurs du Veau d'Or sombrer faute de Lecteurs, d'auditeurs ou de télespectateurs.



Libérez-vous des chaînes de la désinformation et de la propagande ! Il y va de votre présent et de l'avenir de vos enfants.




Cordialement, votre Eva
http://sos-crise.over-blog.com/article-medias-criminels-ils-incitent-a-la-haine-a-l-injustice-aux-guerres-eva-91131303.html



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   8/12/2011, 12:36

Les symboles subliminaux des Illuminatis dans les films





Comment les Illuminatis créent un indétectable contrôle mental total sur les masses


Une video destinée aux sceptiques qui ont du mal à croire à la propagande d'Hollywood et qui s'imaginent que ce sont des délires conspirationnistes.





Les Illuminatis pensent que contrôler les médias, c’est contrôler le public. C’est l’un des objectifs de leur agenda déclaré. Rappelez-vous, les finances, les médias, les la justice, le gouvernement et l’éducation sont les secteurs qu’ils ont ciblés comme étant les meilleurs pour dominer la Société.

Comment procèdent-ils ? Ils ne vont pas voir un producteur de film pour leur dire : « hé, à propos, nous sommes membres des Illuminatis et nous voulons que vous fassiez un film qui promeuve notre agenda » (rappelez-vous, ils ne sont pas non plus stupides). Au lieu de cela, ils vont constituer une petite société d’investissement qui finance les idées qui leur conviennent. Ils embauchent discrètement des acteurs, des producteurs, des directeurs et des scénaristes, mais ils ne mentionnent jamais publiquement cette affiliation ni n’avouent qu’ils font cela… »

Notez s’il vout plait que certains films sont sortis avant le 11 Septembre 2001 !!

Les gogos vous diront qu'il ne s'agit que de pure coïncidence.


http://france.eternelle.over-blog.com/article-les-symboles-subliminaux-des-illuminatis-dans-les-films-91728093.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   14/12/2011, 07:03

Les mass médias et la prostitution intellectuelle

“La presse a le rôle d’allumer et de déchaîner les passions d’un peuple, la masse des gens n’a aucune idée à qui sert la presse en vérité. Parmi les journaux il en existera toujours quelques-uns qui nous attaqueront. C’est toujours nous qui les créons, et les aspects qu’ils vont attaquer c’est à nous de les choisir. Aucune nouvelle n’arrivera au public sans notre permission. Cela devient possible parce que toutes les nouvelles du monde entier sont centralisées par les agences, et nous sommes ceux qui les contrôlons. Nos journaux auront toutes les nuances politiques : aristocratiques, républicaines, même anarchistes, bien sûr autant que la constitution existe.”




L’homme ordinaire n’a pas accès direct aux événements de la vie sociale, politique et économique, autrement dit à ce qui se passe dans la société où il vit. Dans le meilleur des cas, une personne qui passe 10h par jour au travail, encore huit pour dormir et le reste du temps dans un local de distractions, peut avoir la chance d’assister personnellement à un ou deux événements importants de sa ville. Mais tout s’arrête là. Pour s’informer sur ce qui se passe autour de lui, l’homme moderne a à disposition une source unique: les mass médias. Au début ce n’était que les journaux, ensuite la radio, et ces derniers 30 ans on a ajouté la télé et l’Internet, en offrant aux gens l’illusion d’une richesse informationnelle et de la diversité d’opinion.

„La plupart des gens sont préoccupés de manière obsessive par leurs ennuis personnels, dans une société terrorisée par la violence explosive, alimentée par les mass médias et soutenue par une législation incorrecte. Ils n’ont pas le temps ni d’intérêt pour la vie politique et, ce qui est encore plus tragique, ils ont été conditionnés en permanence par les francs-maçons à croire tout ce que c’est écrit dans les journaux”, affirme l’historien américain Ralph Epperson.

“Les journaux mentent. Les journalistes américains sont pratiquement des prostitués dans leur métier, étant extrêmement bien payés; ils ne risquent presque jamais le futur financier pour l’équité sociale, vérité et justice, mais ils obéissent aux ordres de ceux qui tiennent les rennes. Et ceux qui tiennent les rennes sont ceux qui font partie de la direction internationale des banques, qui ont décidé de la création du Fond Monétaire International et des Nations Unies, et qui poussent les choses vers un gouvernement mondial, qui mettra fin aux libertés individuelles. Au moment où ce cauchemar sera accompli, l’humanité entrera dans l’époque la plus noire, et si elle est capable de s’en sortir, ce sera avec des sacrifices humains et matériels immenses. Nous vivons à l’apogée d’une conspiration franc-maçonnique diabolique, qui a commencé il y a des siècles”, écrit le même Ralph Epperson dans son livre: “Le Nouvel Ordre Mondial ”.

En 1953, durant un banquet au New York Press Club, John Swinton, le chef des journalistes de l’Amérique a été sollicité pour soutenir un toast en l’honneur de la presse indépendante. Voilà sa réponse:

“Dans l’histoire de l’Amérique il n’existe aucune presse indépendante. Vous le savez et je le sais aussi. Aucun de vous n’ose exprimer librement les opinions dans le journal pour lequel il travaille. Je suis payé justement pour ne pas exprimer honnêtement mes opinions dans le journal pour lequel j’écris. Vous, les autres journalistes, vous êtes payé pour faire de même, et celui qui aura la folie d’exprimer ses opinions de façon honnête, serait toute de suite expédié dans la rue, pour chercher un autre travail. Si je me permettrais une opinion honnête dans un article de mon journal, je n’aurais plus de métier en moins de 24 heures. Le rôle du journaliste est de détruire la vérité, de mentir, de pervertir, de dénigrer, de lécher les bottes de Mammon de vendre son pays et son peuple pour gagner son pain de tous les jours. Je le sais et vous le savez aussi, et alors devons-nous toaster pour la presse libre indépendante? Nous sommes les outils soumis et les serviteurs des riches qui demeurent dans les coulisses. Nous sommes des marionnettes dont ils tirent les ficelles et nous dansons à leur rythme. Les talents, les possibilités et nos vies appartiennent aux d’autres gens. Nous ne sommes que des prostitués intellectuels.”

Ce n’est pas la seule affirmation de ce genre, il en existe beaucoup d’autres.




„Nous remercions le Washington Post, le New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et ont respecté la promesse de garder la discrétion pendant 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer le plan mondial en étant exposé au public au cours du déroulement de notre mission. Maintenant le monde est plus sophistiqué et davantage prêt à accepter un gouvernement mondial. La souveraineté supra-nationale d’une élite intellectuelle et bancaire mondiale est certainement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés ”
(David Rockefeller, président et fondateur du groupe Bilderberg et de la Commission trilatérale, président de CFR. Extrait du discours soutenu dans le cadre de la rencontre du Groupe Bilderberg à Baden Baden en 1991.)

“Notre grande maîtrise et notre grande mission sera la suivante : empêcher que des nombreux mots prononcés soient entendus exactement comme étant ceux qui parlent de nos buts secrets. Si beaucoup de gens entendent la voix de la vérité contre notre pouvoir, alors toute notre défense serait inutile et il existerait le danger que tous les peuples nous chassent. Soyez donc vigilants, mes frères, et agissez partout, tourmentez les ennemis, ahurissez leurs pensées, bouchez leurs oreilles et éblouissez leurs yeux, pour que le jour où notre empire mondial échouera n’arrive jamais, car nous l’avons bâti pour être glorieux et il doit se dresser vers les victoires futures, et finalement vers la vengeance contre les peuples soumis du monde entier.”
(“Dear Telegraf”, Vienne, novembre 1920, article signé avec le pseudonyme Arthur Trebisch)

“La grande force de notre ordre réside dans son caractère secret ; donc agissez en sorte que son vrai nom n’apparaisse jamais, mais qu’il soit toujours masqué par un autre nom, qui suggère tout à fait d’autres préoccupations que la réalité… L’étape suivante, je crois que la formation d’une société d’intellectuels pourrait être un instrument conforme à nos buts… Par l’introduction de quelques sociétés de lecture et quelques bibliothèques, ainsi qu’en prenant le contrôle de celles-ci, nous pourrons modeler à notre gré l’opinion publique, en implantant dans ces cercles les idées (nos principes) et en leur laissant exercer leur influence parmi les gens qui seront réceptifs…”
(Adam Weishsupt, fondateur du groupement franc-maçonnique “Les Illuminés de Bavière”)

“Pour être les souverains de l’opinion publique nous devons l’amener à un état d’étourdissement. Nous utiliserons la presse pour qu’elle présente aux gens les diverses nouvelles, de façon à ce qu’ils se perdrent dans le labyrinthe de ces informations. Les gens arriveront à la conclusion qu’il vaut mieux ne pas avoir d’opinion…”
(Les Protocoles)

“Du fait que nous sommes les souverains de la presse et par le fait que nous détenons le pouvoir de décision sur son succès, il nous revient la tâche d’une importance extrême de veiller à ce que les gens que nous considérons comme dangereux ne puissent pas pénétrer les points d’où ils puissent parleur aux masses par des paroles retentissantes ou par le biais d’une lettre imprimée. Ainsi nous devons instaurer un silence absolu et un soin permanent dès que quelqu’un de dangereux apparaît parmi nos ennemis.”
(“Der Telegraf”, Vienne, novembre 1920, article signé avec le pseudonyme Arthur Trebisch)

“Notre rôle n’est pas d’offrir au public ce qu’il désire, mais de décider ce qu’il doit recevoir.”
(Richard Salant, ex-président de CBS)




“Les journaux d’aujourd’hui sont remplis de nouvelles sur la croissance explosive du nombre des divorces, la maltraitance des enfants par certains parents, par le chiffre de plus en plus grand des viols, par la croissance continue de ceux qui lisent des publications pornographiques, par la croissance continue du pillage, par les demandes qui sollicitent l’institution d’un gouvernement mondial, par l’insistance de plus en plus grande de détruire les frontières nationales, en fermant de plus en plus d’églises chrétiennes parce qu’elles refusent de se soumettre à la censure du gouvernement. D’où vient tout ceci? Pourquoi l’héritage du passé, les frontières nationales, le droit d’avoir une religion librement choisie, le droit d’avoir une fortune personnelle et d’autres droits sont attaqués avec véhémence? Existe-t-il des personnes et des organisations secrètes qui désirent changer l’ordre de base des choses?”
(Ralph Epperson, “The New World Order” – Le Nouvel Ordre Mondial)

„Le rôle de la presse:
- Concentre l’intérêt du public sur les événements sportifs, les relations sexuelles plus ou moins perverses, le sensationnel et le fait divers, pour distraire l’attention des actions du gouvernement;
- Divise le public en des groupements hostiles, en exacerbant les controverses mineures (la devise des francs-maçons est „Diviser pour mieux régner”);
- Parle en des mots élogieux et emphatiques sur la démocratie;
- Montre le gaspillage fait dans le gouvernement (consciemment orchestré) pour discréditer le gouvernement et pour provoquer la peur de l’inflation et de la croissance des prix;
- Encourage les grèves et les révoltes, la désordre et la criminalité, mais aussi l’attitude tolérante envers la criminalité du gouvernement.”
(Ralph Epperson, „The New World Order” – Le Nouvel Ordre Mondial)


http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=4552
Avertissement au sujet de la source : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7375p15-le-new-age#74511

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   20/12/2011, 10:35

Comment la structure rituelle du Journal télévisé formate nos esprits



Si le téléspectateur est de plus en plus attentif au traitement d’informations particulières par les journaux télévisés, il s’interroge rarement sur la structure même de cette émission. Or, pour Pierre Mellet, la forme est ici le fond : conçu comme un rite, le déroulement du journal télévisé est une pédagogie en soi, une propagande à part entière qui nous enseigne la soumission au monde que l’on nous montre et que l’on nous apprend, mais que l’on souhaite nous empêcher de comprendre et de penser.



Le journal télévisé est le cœur de l’information contemporaine. Principale source d’information d’une grande partie des Français, il n’était pourtant, à ses débuts, en 1949 en France, que le sous-produit de ce que n’avaient pas voulu diffuser au cinéma la Gaumont et les Actualités Françaises. Défilé d’images sur lesquels était posé un commentaire, le « présentateur » ne s’est installé dans son fauteuil qu’en 1954, quand le journal a été fixé à 20h. Depuis lors, la mise en scène n’a fait qu’aller en s’accroissant, et l’information en a été écartée —si jamais elle était présente au départ— pour faire de ce théâtre non plus un journal, mais un spectacle ritualisé, une cérémonie liturgique. Le « 20h » n’a pas pour fonction d’informer, au sens de dégager une tentative de compréhension du monde, mais bien de divertir les téléspectateurs, tout en leur rappelant toujours ce qu’ils doivent savoir.

L’analyse qui suit se base sur les deux principaux journaux télévisés de 20h français, celui de TF1 et celui de France 2, mais peut, à bien des égards, trouver des correspondances avec les journaux télévisés d’autres pays, principalement en « Occident ».



LE CONTEXTE

Fixé à 20h, le journal télévisé est devenu, comme la messe à son époque, le rendez-vous où se retrouve (chacun chez soi) toute la société. C’est un lieu de socialisation essentiel, paradoxalement. Chacun découvre chaque soir le monde dans lequel il vit, et peut dès lors en faire le récit autour de lui, en discuter les thèmes du moment avec l’assurance de leur importance, puisqu’ils ont été montré au « jt ». Tout est mis en place comme dans un rituel religieux : l’horaire fixe, la durée (une quarantaine de minutes), le présentateur-prêtre inamovible, ou presque, qui entre ainsi d’autant mieux dans le quotidien de chacun, le ton emprunté, sérieux, distant, presque objectif, mais jamais véritablement neutre, les images choisies, la hiérarchie de l’information. Comme dans tout rituel, le même revient en permanence, et s’agrège autour d’un semblant d’évolution quotidienne. Les mêmes heures annoncent les mêmes histoires, racontées par les mêmes reportages, lancées et commentées par les mêmes mots, mettant en scène les mêmes personnages, illustrées par les mêmes images. C’est une boucle sans fin et sans fond.

En ouverture, le générique lance une musique abstraite où s’entend le mélange du temps qui passe, la précipitation des événements, et une façon d’intemporel nécessaire à toute cérémonie mystique. Sur la musique, un globe précède l’apparition du présentateur, ou un travelling vers ce dernier le fait passer de l’ombre à la lumière. Tout se passe comme si le monde allait nous être révélé.

Le présentateur y tient rôle de passeur et d’authentifiant. Personnage principale et transcendantal, il se trouve au cœur du dispositif de crédibilité du 20h. C’est par lui que l’information arrive, par lui qu’elle est légitimée, rendue importante et donnée comme « vraie ». Par lui également que le téléspectateur peut être rassuré : si le monde va mal et semble totalement inintelligible, il y a encore quelqu’un qui « sait » et qui peut nous l’expliquer.

(Dans d’autre cas, c’est un duo qui présente le journal télévisé. La relation avec le téléspectateur est du coup beaucoup moins professorale et paternaliste, mais plus de l’ordre de la conversation, et peut sembler plus frivole. Bien évidemment, on ne trouvera jamais deux présentateur, ou deux présentatrices, mais toujours un duo hétérosexuel. C’est qu’il s’agit de ne pas choquer la représentation de la famille bourgeoise chrétienne. Ce type de mise en scène étant rare en France, nous ne développerons pas ce point plus avant).


CRÉDIBILITÉ ET INFORMATION

« Madame, Monsieur, bonsoir, voici les titres de l’actualité de ce lundi 6 août », nous dit le présentateur au début de chaque journal. Il ne s’agit donc pas d’un sommaire, d’un tri de la rédaction dans l’information du jour, mais bien des « titres de l’actualité », c’est-à-dire précisément de ce qu’il faut savoir du monde du jour. Il n’y a rien à comprendre, le « journalisme » ne s’applique désormais plus qu’a nous apprendre le monde. Le présentateur ne donne pas de clé, il ne déchiffre rien, il dit ce qui est. Ce n’est pas une « vision » de l’actualité qui nous est présentée, mais bien l’Actualité.

Ce qui importe, dès lors, pour lui, c’est « d’avoir l’air ». Sa crédibilité n’est pas basé sur sa qualité de journaliste, mais sur son charisme, sur l’empathie qu’il sait créer, sa manière d’être rassurant, et sur son apparence d’homme honnête et intelligent. David Pujadas peut bien annoncer le retrait d’Alain Juppé de la vie politique, et Patrick Poivre d’Arvor montrer une fausse interview de Fidel Castro, ils sont tout de même maintenus à leur poste avec l’appui de leur direction, et n’en perdent pas pour autant leur statut de « journaliste » [1] et leur crédibilité auprès du public. Tout se passe comme si l’information délivrée n’avait finalement pas d’importance. Elle n’est là que pour justifier le rituel, comme la lecture des Évangiles à la messe, mais elle n’en est en aucun cas la raison centrale, le cœur, qui se trouve toujours ailleurs, dans le rappel constant des mots d’ordres moraux, politiques et économiques de l’époque. « Voici le Bien, voici le Mal », nous dit le présentateur.

La hiérarchie de l’information est donc inexistante. Alors que l’un des premiers travail effectués dans tout « journal » est de dégager les sujets qui semblent les plus essentiels pour tenter d’en ressortir un déroulé (propre à chaque rédaction) de l’information en ordre décroissant, de l’important vers l’insignifiant, ici, point. On passe de la dépouille du cardinal Lustiger à l’accident de la Fête des Loges, puis vient le dénouement dans l’affaire de l’enlèvement du petit Alexandre à la Réunion, suivit du suicide d’un agriculteur face aux menées des anti-OGM, à quoi font suite l’allocation de rentrée scolaire, les enfants qui ne partent pas en vacances, la hausse du prix de l’électricité, la spéléologue belge coincée dans une grotte, la campagne électorale états-unienne chez les démocrates, l’intervention de Reporters sans frontière pour dénoncer l’absence de liberté d’expression en Chine, la Chine comme destination touristique, le licenciement de Laure Manaudou, un accident lors d’une course aux États-Unis, le festival Fiesta de Sète, le décès du journaliste Henri Amouroux et enfin celui du baron Elie de Rothschild [2]. Il n’y a aucune cohérence, à aucun moment. Les sujets ne semblent choisis que pour leur insignifiance quasi-générale, ou leur semblant d’insignifiance. Tout y est mélangé, l’amour et la haine, les rires et les pleurs, l’empathie se mêle au pathos, les images spectaculaires ou risibles aux drames pathétiques, et l’omniprésence de la fatalité nous rappelle toujours la prédominance de la mort sur la vie.



LE REPORTAGE

Une fois les « titres » annoncés, le présentateur en vient au lancement du reportage. Le reportage est la démonstration par l’exemple de ce que nous dit le présentateur. En effet, tout ce qui va être dit et montré dans le reportage se trouve déjà dans son lancement. Le présentateur résume toujours au lieu précisément de présenter. Cela crée de la redondance. Ce qui est dit une fois en guise d’introduction est systématiquement répété ensuite dans le reportage. Ce sont les mêmes informations qui sont énoncées, la première fois résumées, et la seconde fois étendues pour l’élaboration de l’histoire contée. Le reportage ajoute très peu de chose à ce qu’à déjà dit le présentateur, tout juste développe-t-il les détails anodins qui contrebalancent « l’objectivité » du présentateur en créant de la « proximité ». Aux éléments de départ, trouvé dans le lancement, s’ajoute ensuite à l’histoire les petits détails romanesques nécessaire à son instruction ludique.

Le reportage est constitué de deux choses : l’image et son commentaire. Or, si l’on coupe le son, l’image ne signifie plus rien. Alors même que tout devrait reposer sur elle, c’est l’inverse précisément qui se produit à la télévision : le commentaire raconte ce que l’image ne fait qu’illustrer. Cette dernière n’est là que comme faire-valoir. C’est une succession de paysages semblables, de visages et de gestes interchangeables, collés les uns à côté des autres, et sans lien entre eux. À la télévision, l’image ne sert qu’à justifier le commentaire, à l’authentifier. Elle lui permet d’apparaître comme « vrai ». Et elle le lui permet précisément parce que ne disant rien par elle-même, le commentaire peut alors la transformer en ce qu’il veut, et c’est là le principal danger de ce media. L’image possédant une force de conviction très importante, le consentement est d’autant plus simple à obtenir une fois que vous avez dépouillée l’image de tout son sens et l’avez transformée en preuve authentifiant votre discours. Tout repose donc désormais sur le commentaire, et sur la vraisemblance de l’histoire qui va nous être racontée.

« Dans le reportage, note l’anthropologue Stéphane Breton, le commentaire est soufflé depuis les coulisses, cet arrière-monde interdit au téléspectateur (…) et d’où jaillit, dans le mouvement d’une révélation, un sens imposé à l’image. La signification n’est pas à trouver dans la scène mais hors d’elle, prononcée par quelqu’un qui sait » [3]. Le journaliste n’apparaît que très rarement à la fin de son reportage. Nous entendons donc une voix sans énonciateur. C’est une parole divine qui s’impose à nous pour nous expliquer ce que nous ne pourrions comprendre en ne regardant que les images. Il n’y a pas d’interlocuteur, donc pas de contradiction. Le reportage est un fil qui se déroule suivant une logique propre, celle que le journaliste veut nous donner à apprendre, où les « témoins » ne se succèdent que pour accréditer la parole qui a de toute manière déjà dit ce qu’ils vont nous expliquer. Comme avec le lancement, la redondance est omniprésente dans le reportage. Tout « témoin » est présenté non pas selon sa fonction, ni dans le but de justifier sa place dans ce reportage à ce moment là, mais suivant ce qu’il va nous dire. Et la parole du « témoin » accrédite le commentaire en donnant un point de vue nécessairement « vrai ». « Puisqu’il le dit, c’est que c’est comme ça ». Et bien souvent, le « témoin » n’a strictement rien à dire, mais va le dire tout de même, le journaliste devant faire la preuve de son objectivité et de l’authenticité de son reportage, de son enquête, en démontrant qu’il s’est bien rendu sur place et qu’il peut donc nous donner à voir ce qui est.

Le reportage, au journal télévisé, n’est pas la réalisation d’une enquête qui explore différentes pistes, mais le récit d’un fait quelconque montré comme fondamental. C’est une vision du monde sans alternative, qui tente d’apparaître comme purement objective. Si le présentateur dit ce qui est, le reportage, lui, le montre. Et c’est précisément là que l’image pêche par son non-sens, et que le commentaire semble devenir parole divine. « Voici le monde », nous dit l’un, « et voilà la preuve », poursuit le reportage. Et comment contester la preuve alors qu’elle nous est présentée, là, sous nos yeux ébahis ? La réalité se construit sur l’anecdote, et non plus sur un ensemble de faits plus ou moins contradictoires qui permettent de regarder une situation dans une tentative de vision globale pour pouvoir ensuite en donner une analyse.



LES MOTS D'ORDRE

Tout cela se rapporte à la logique de diffusion de la morale. Le journal télévisé, comme la quasi-totalité des médias, est un organe de diffusion des mots d’ordre de l’époque. Il ne discute jamais le système, il ne semble d’ailleurs même pas connaître son existence, mais diffuse à flux tendus les ordres que la classe dominante édicte. Le journal télévisé fait partie de ce « service public », dont parle Guy Debord dans les Commentaires sur la société du spectacle, « qui [gère] avec un impartial « professionnalisme » la nouvelle richesse de la communication de tous par mass media, communication enfin parvenue à la pureté unilatérale, où se fait paisiblement admirer la décision déjà prise. Ce qui est communiqué, ce sont des ordres ; et, fort harmonieusement, ceux qui les ont donnés sont également ceux qui diront ce qu’ils en pensent » [4] .

Le 20h, issu d’une société où la mémoire a été détruite, transmet les mots d’ordre, comme pour tout conditionnement, par la répétition permanente et quotidienne. Les histoires racontées semblent toutes différentes, quand bien même elles sont finalement toutes semblables. Tout y est répété, soir après soir, constamment, et à tous les niveaux. Seuls les noms et les visages changent, mais le film, lui, reste toujours identique. C’est un perpétuel présent qui est montré et qui permet d’occulter tous les mouvements du pouvoir. Les évolutions n’étant plus jamais mises en lumière, c’est bien qu’elles n’ont plus cours. Le journal télévisé diffuse donc la morale bourgeoise (chrétienne et capitaliste) en bloc compact. C’est un vomi long et lent qui s’écoule, dilué et disséminé tout au long du 20h. Ils connaissent plusieurs modes de diffusions :

- L’accusation. Elle est constante, et généralement dite par les « témoins », ce qui permet de faire croire au journaliste qu’il a donné à voir un « avis », et qu’il a donc rendu un regard objectif de la situation. Un incendie ravage une maison, et ce sont les pompiers qui auraient dû arriver plus tôt. Un violeur est sorti de prison parce qu’il avait droit à une remise de peine, et c’est la justice qui dysfonctionne. Un gouvernement refuse de se plier aux injonctions occidentales, et c’est une dictature, un pays sous-développé où la stupidité se mêle à la barbarie, et mieux encore, où la censure bâillonne tous les opposants, qui sont eux nécessairement d’accord avec le point de vue des occidentaux mais ne peuvent pas le dire. Il s’agit toujours de trouver quelqu’un à vouer aux gémonies pour rappeler ce qui est « bien » et ce qui est « mal », et où l’on retrouve toute la sémantique chrétienne du « pardon », de la « déchéance », etc.

- L’évidence. Particulièrement utilisée pour régler sans discussions les questions économiques, elle consiste à diffuser les dogmes ou les décisions gouvernementales sans jamais les remettre en question. C’est par exemple le cas de la « croissance », qui est toujours la voie nécessaire à la survie jamais remise en cause et dont le présentateur nous annonce les chiffres avec un air catastrophé : « la croissance ne sera que de 1,2 % cette année selon les experts »…

- L’hagiographie. Commme à la messe, le journal télévisé a ses saints à mettre en avant. C’est le portrait de quelqu’un qui a « réussi », soit qu’il vienne de mourir, soit qu’il ait « tout gagné », soit qu’il se soit « fait tout seul », etc. C’est le prisme de l’exception qui édicte le modèle à suivre en suscitant admiration et respect. « Voilà ce que vous n’êtes pas, que vous devriez être, mais ne pourrez jamais devenir, et que vous devez donc adorer », nous répète le journal télévisé en permanence.

- Le voisinage. Particulièrement efficace, il s’agit de dire que « la France est le dernier pays en Europe à aborder cette question ». C’est le mécanisme qui régit la sociabilité de base, l’appartenance au groupe par l’imitation, par la reproduction de ce qu’il semble faire ou être. Le présentateur nous dit alors « eux font comme cela, pourquoi faisons nous autrement ? », présupposant que notre manière de faire est nécessairement moins bonne. « Travailler après 65 ans, aux États-Unis ça n’est pas un problème ». Aucune analyse n’est jamais donnée des points positifs et négatifs du système voisin, seulement un regard « objectif », qui dit : « voilà comment ça se passe là, et pourquoi c’est mieux que chez nous ».

- Le folklore. Ici sont présentés, avec le sourire aux lèvres et l’indulgence pour l’artiste un peu fou mais qui ne fait finalement pas de mal, des gens qui vivent un peu autrement. C’est alors, et seulement dans ce genre de sujet, que le présentateur souligne le caractère « exceptionnel » des personnes qui vont nous être présentées, pour dissuader quiconque de suivre leur exemple.

Ce ne sont là que quelques exemples.




ANECDOTE ET FATALITÉ

Deux modes de représentation du monde bercent principalement le journal télévisé, et sont les deux principaux mouvements de diffusion des mots d’ordre : l’anecdote et la fatalité.

L’anecdote se trouve au début de chaque sujet. Tout part du fait particulier, du fait divers du jour, et s’étend vers le problème plus vaste qu’il semble contenir en lui-même, ou que les journalistes font mine de croire qu’il contient. C’est une rhétorique particulière qui se retrouve aujourd’hui à la base de tous les discours politiques ou journalistiques, un renversement de la logique, du déroulement effectif de la démonstration et de l’analyse du monde : c’est l’exception qui explique désormais la règle, qui la construit. Tout part du fait particulier pour se prolonger, comme si ce dernier détenait en lui toutes les causes et toutes les conséquences qui ont fondé la situation plus générale qu’il est censé démontrer. Le 20h ne se préoccupe jamais de décrire des phénomènes endémiques, ou les sort toujours de la chaîne d’événements qui les a amené à la situation présente. C’est une nécessité dialectique logique pour qui veut transmettre les consignes sans se mettre en devoir de les expliquer, sans quoi il se trouve obligé d’apporter de la complication à sa démonstration et se rend compte que les choses sont moins simples qu’il ne voulait les faire paraître. Pour que les mots d’ordre soient diffusés efficacement, il ne faut pas donner la possibilité d’être contredit, donc il vaut mieux ne rien expliquer. De toute manière, nous l’avons dit, il ne s’agit jamais de donner à comprendre, mais toujours à apprendre.

La fatalité, elle, berce l’ensemble du journal télévisé. Les événements arrivent par un malheurs contingent, un hasard distrait qui touche malencontreusement toujours les mêmes (personnes, pays…). C’est une lamentation constante : « si les pompiers étaient arrivés plus tôt », « si le violeurs n’était pas sorti de prison », « si l’Afrique n’était pas un continent pauvre et corrompu », etc. Elle est la base de toute religion puisqu’elle permet de ne rien avoir jamais à justifier, et rappel le devoir de soumission face à la transcendance, puisque nous sommes toujours « dépassés ». La fatalité revient sonner en permanence comme une condamnation, et ajoute avec dépit (mais pas toujours) : « c’est comme ça ». Le système se régule tout seul et est « le meilleur des systèmes possibles », l’homme est un être « mauvais » et passe son temps à « chuter » et à « rechuter » malgré toutes les tentatives de lui « pardonner », le pauvre est responsable de sa situation parce qu’il est trop fainéant pour chercher des solutions et les mettre en application alors même qu’on les lui donne, etc. C’est un soupir constant, un appel permanent à l’impuissance et à la soumission face à la souffrance. Le monde va et nous n’y pouvons rien…

Une fois les mots d’ordre transmis, le messager divin peut nous donner congé, concluant le sermon du jour en n’omettant jamais de nous donner rendez-vous le lendemain à la même heure, puis disparaît, rangeant les papiers qui font foi de son sérieux, la caméra s’éloignant, l’ombre grandissant, et se fondant progressivement dans cette sorte de musique qui ouvrait déjà la cérémonie.

Article de Pierre Mellet

Notes
[1] Photo de PPDA
[2] 20h de France 2, lundi 6 août 2007.
[3] Stéphane Breton, Télévision, Hachette Littérature, 2005.
[4] Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle, Gallimard, Folio, 1996.

http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=8019



PS : déjà publié ici http://novusordoseclorum.discutforum.com/t6399p15-vu-ou-a-voir-a-la-television - doublon volontaire.

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   11/1/2012, 16:29

Un article auquel Jeanne d'Arc sert de pretexte, je le poste dans ce topic et non pas dans celui consacré à Jeanne à cause du sujet de nature profane : la novlangue !


"(UN)HAPPY BIRTHDAY TO YOU, Miss Jeanne d’Arc !"

Jeanne D’Arc au siège d’Orléans par Jules Eugène Leneveu (1886–1890)


Il y a exactement 600 ans, dans un village nommé Domrémy que l’occupant anglais n’allait pas tarder à mettre à sac, naissait Jeanne Darc (sans particule), la jeune fille patriote qui symbolise universellement la fierté des peuples qui combattent l’occupation étrangère et qui s’insurgent contre l’esclavage national.


Depuis que cette héroïne populaire, - livrée aux flammes anglaises à l’âge de 19 ans par l’évêque « français » Cauchon - , est devenue une figure éminente du « roman national » français, elle a souvent été récupérée par l’extrême droite et la réaction monarchiste (alors que l’opposition entre républicains et royalistes n’avait aucun sens au 15ème siècle…) ; mais la libératrice d’Orléans n’en fut pas moins ardemment célébrée par des révolutionnaires en lutte contre le fascisme et l’impérialisme. Bête noire de Hitler, Dimitrov évoque ainsi la jeune patriote française dans un rapport fameux prononcé en 1937 à la tribune de l’Internationale communiste ; quant au Procès de Jeanne d’Arc de Brecht et d’Anna Seghers, il célèbre la signification profondément politique et populaire des « voix » qui ordonnaient à la cette fille de laboureur de faire sacrer un roi français pour mieux chasser l’occupant anglais ; et cette pièce de Brecht se conclut par cet appel qui vaut aujourd’hui pour tous les peuples qui, à notre époque, sont encore soumis à l’occupation d’une puissance étrangère : « Français, libérez votre terre, vous qui la cultivez ! ».


Il n’en est que plus consternant de constater qu’historiquement, politiquement, et surtout, linguistiquement, ce n’est pas la jeune patriote martyrisée qui triomphe aujourd’hui symboliquement sur notre sol, mais les glauques héritiers du traître Cauchon et de son commanditaire, le cruel Duc de Bedford. Non seulement en effet nos « élites » politico-économiques ne savent plus que faire pour aligner notre modèle social-républicain issu du CNR, de 1936, de 1905 et de 1789-94 sur les « modèles » anti-sociaux allemand ou anglo-saxon, non seulement ces « bons Français » cauchonnent nos conquêtes sociales, nos services publics, nos industries et notre production agricole, non seulement ils font table rase de notre souveraineté politique et budgétaire en rampant devant les Diktats d’Angela Merkel, non seulement ils mettent l’armée française au service des croisades néo-coloniales de l’OTAN, non seulement ils défigurent le message universaliste de 1789 et du CNR en harcelant les immigrés et leurs descendants français, mais ils s’acharnent sur la langue française à laquelle ils rêvent de substituer le tout-anglais patronal porté par le capital euro-mondialisé. Et les « élites » de la Suisse romande, de la Belgique « francophone » et du Québec se comportent exactement de la même manière avec une seule obsession en tête : s’aligner sur tous les plans, social, politique et linguistique, sur les normes régressives de la mondialisation néo-libérale et de l’Europe des financiers.


Ce n’est pas en effet un xénophobe conservateur mais un « Européen » convaincu, le philosophe Michel Serres qui observe qu’ « il y a plus de mots anglais désormais sur les murs de Paris qu’il n’y avait de mots allemands à l’époque de l’Occupation ». C’est le linguiste Claude Hagège qui classe le français, langue de la francophonie internationale parlée sur cinq continents, parmi les « langues menacées » du monde. Ce pronostic n’a hélas rien d’alarmiste. Il ne s’agit plus seulement aujourd’hui des « modes » culturelles portées par l’industrie du spectacle au risque de marginaliser la chanson et le cinéma francophones. On n’en est plus aux seuls « emprunts » occasionnels à l’anglais, ni même au franglais naguère dénoncé par Etiemble ; désormais, c’est méthodiquement qu’une majorité de rédactions, de « communicateurs » bornés, d’hommes politiques « branchés », de pubards sans imagination et de grands patrons à la fois colonisés et colonisateurs, substituent en masse des tournures anglaises (souvent bien « improbables » !) à des expressions ancrées depuis toujours dans la langue de Molière. Ce linguicide, - s’il est permis de proposer ce néologisme douteux pour stigmatiser une entreprise exterminatrice sans précédent à cette échelle -, n’est pas seulement ignoré par l’U.E., - que ses traités obligent pourtant théoriquement à protéger l’ « identité » de ses Etats-membres - : clandestinement et dans le dos des peuples, l’UE institutionnalise l’anglais comme l’unique langue véhiculaire de l’Union. Et cet arrachement des langues nationales est ouvertement favorisé par certains « bons Franceuropéens » comme le Baron Seillières : l’ex-patron du MEDEF n’a-t-il pas inauguré ses fonctions à la tête de Businesseurope (le syndicat patronal européen) en déclarant: « je ne vous parlerai plus qu’en anglais, la langue de l’entreprise et des affaires » ? Quant à cet autre « bon Français » qu’est M. Trichet, n’a-t-il pas entamé son discours inaugural au parlement européen en s’exclamant : « I’m not a Frenchman ! »… Un anti-patriotisme que Madame Parisot, qui dispute à A. Merkel le titre envié de Miss Mark, a porté à incandescence dans une récente tribune du Monde : la boss du MEDEF y somme les Français d’opter sans retard pour une « nouvelle patrie » (sic), c’est-à-dire d’abandonner cette République française si ringarde (et sa langue nationale porteuse d’histoire frondeuse ?) au seul profit de cette Europe du business que certes, aucun privilégié n’aura jamais la tentation de trahir !


Les choses en sont désormais au point que l’actuel gouvernement, si soucieux de défendre l’ « identité nationale » menacée comme on sait par le terrassier sénégalais ou par la serveuse « musulmane » francophone (sic), n’a ni yeux, ni langue ni oreilles pour faire respecter la loi et la constitution françaises. Et nos supermarchés peuvent impunément se rebaptiser Simply Market, Carrefour City, Carrefour Planet, nos « services publics » peuvent illégalement promouvoir leurs « produits » Speed, TGV Family, TGV Night, Rail Team (SNCF), leurs Flying Blue, leur AirFrance by Regional, leur everywhere ajustable (France Telecom, sans trait d’union ni accents s’il vous plait !) sans que leurs ministères de tutelle respectifs rappellent jamais ces contrebandiers de l’Oncle Sam au respect de la loi Toubon votée en 1994 par le parlement unanime ! Mais comment compter pour cela sur Lady Lagarde, qui pilotait notoirement son ministère des finances en anglais, sur Borloo, qui veut faire de l’anglais une langue maternelle bis en France, sur Luc Chatel qui veut soumettre step by step, selon sa forte expression, les enfants de maternelle à un « bain linguistique » permanent en anglais, alors qu’à cet âge-là la langue maternelle française est loin d’être acquise ? Un Chatel qui étend illégalement l’enseignement en anglais dans le secondaire (« le français est la langue de l’enseignement », stipule la loi Toubon)… Evoquons à peine l’Université et les Grandes Ecoles où la constitution est allègrement piétinée, notamment par Sciences Po (dont tous les enseignements se délivrent en anglais dans la nouvelle antenne de Reims, sans doute pour rapprocher les futurs élus de la « France d’en bas »…). Le comble de l’odieux est atteint par J.-F. Copé : mariant comme personne l’islamophobie et l’autophobie nationale, le patron de l’UMP exige que la télévision publique projette chaque soir des films américains sous-titrés de manière à forcer nos compatriotes à ingurgiter, non pas la langue de Joyce et de London, mais l’idiome mutilant et mutilé de Rambo et de l’American Way of Life ; en guise de piètre compensation pour les francophones attardés, Sir Copé voulait même initialement substituer le français à l’arabe liturgique dans… les mosquées ! Faut-il citer aussi Gérard Longuet, qui ne voit aucun inconvénient à ce que des prises d’armes de l’armée française s’effectuent en anglais, ou Valérie Pécresse, dont la politique universitaire conduit à privilégier la publication d’articles dans les revues anglophones comme critère majeur pour la promotion des chercheurs ? Et le ministre de la culture n’est pas en reste : ses services subventionnent sans états d’âme les mal-nommées « Francofolies » (sic) qui, de manière provocatrice, ont jugé plaisant de ne programmer que des chanteurs anglophones le… 14 juillet 2011 ! Avant même que n’aient lieu tous ces débordements honteux, l’ancien ministre socialiste H. Védrine s’était publiquement interrogé à propos de cette déferlante américano-maniaque : « le français survivra-t-il à un tel traitement. Peut-être… » !


La question se pose alors à tout citoyen conscient : que devient l’Etat de droit tant vanté quand des ministres « français » et de prétendus services publics s’assoient à ce point sur la Constitution qui stipule que la langue de la République est le français ? Où en est la démocratie quand cette politique d’arrachage linguistique est cachée au peuple, quand elle est soustraite au débat public, quand les résistants au tout-anglais sont exclus des médias audiovisuels, quand les milliers de citoyens manifestant à Paris contre le tout-anglais le 18 juin 2011 sont censurés (1) par les chaînes nationales qui leur préfèrent, en prime time, un rassemblement de motards en courroux ? Et à quel rôle indigne d’accompagnement l’opposition parlementaire s’abaisse-t-elle quand Mme Aubry remporte haut la main le Prix de la Carpette anglaise 2010 pour son effort acharné visant à substituer le bien-pensant Care anglo-saxon aux notions révolutionnaires de droits sociaux et de fraternité républicaine ?


Résumons-nous : l’extermination en cours du français et des autres langues nationales n’a rien d’une « mode » anodine : il s’agit d’une guerre d’extermination culturelle portée par l’oligarchie des affaires et relayée par une partie de la fausse gauche : en France, en Europe, à l’échelle du monde, il s’agit d’établir, officieusement d’abord, officiellement ensuite, le monopole du business globish. Et la fonction insidieusement totalitaire de cette langue unique est de consolider la pensée unique, le marché unique, la monnaie unique, l’économie unique, la politique unique et la sous-culture unique dont rêve le « monde des affaires ».



Les effets de cet arrachage linguistique, - que d’aucuns osent présenter comme une « ouverture à la diversité » alors même que les bacheliers britanniques sont dispensés d’étudier une langue étrangère ! – sont prévisibles : effacement programmé des nations comme espaces publics d’une possible souveraineté populaire, alignement des droits sociaux sur les « standards » régressifs des pays anglo-saxons, arasement de la diversité culturelle mondiale (2), promotion d’une élite euro-mondialisée de locuteurs mother tongue english régnant sur les milliards d’individus non anglophones, semi-anglophones (et omni-« jargophones » !) qui hanteront les bas-fonds de la planète ? Confrontés à ces cadres english mother tongue que recrutent déjà illégalement de très grandes entreprises, que deviendront les ouvriers, employés, paysans, artisans, enseignants, cadres moyens, ingénieurs et enseignants de France, sinon des étrangers sur leur propre sol ? Cette discrimination linguistique frappera en priorité les immigrés issus de l’espace africain francophone (dont nos lycées n’enseignent toujours pas les langues d’origine…). Ces travailleurs subiront la double peine linguistique ; eux dont le français n’était déjà pas toujours la langue maternelle, devront apprendre à remiser au second plan la langue de Césaire et de Fanon s’ils veulent travailler en « France », cet étrange pays chaque jour plus semblable au fameux « couteau sans manche dont on a perdu la lame »… Bref, on ne combattra pas l’indigne « préférence nationale » prônée par l’extrême droite, en instaurant en douce la préférence nationale à l’envers au profit du « natif » anglophone, que promeuvent nombre de firmes « françaises » dans le silence des autorités chargées de combattre les discriminations : les deux indignités, - la xénophobe et l’ « autophobe » - , finiront par s’additionner pour exclure les classes populaires en favorisant l’ « élite » euro- et américano-formatée…


Quant aux objections qu’il est habituel d’opposer aux résistants linguistiques au tout-anglais, elles font figure de contrefeux douteux. Que le français, comme l’anglais, l’espagnol, le portugais, etc. aient longtemps été utilisés par les dominants de l’hémisphère nord pour refouler les langues des peuples colonisés ou, en France même, pour marginaliser les « patois » (sic), nul n’en disconvient, et encore moins les initiateurs de ce texte, dont certains sont férus de langue régionale et dont d’autres ont combattu Hitler dans les rangs des FTPF et des FTP de la Main-d’œuvre Immigrée. Mais pas plus qu’il n’était décent en 1940 d’alléguer les massacres de la Grande Guerre pour refuser de résister à Hitler, il n’est loyal aujourd’hui d’invoquer les oppressions linguistiques d’hier pour collaborer au néocolonialisme linguistique d’aujourd’hui. Refusons que le français, ce premier service public de France grâce auquel l’Occitan et l’Alsacienne peuvent faire république avec le fils d’immigrés, le Flamand et la Bretonne, soit pris en tenaille entre, d’une part, le business Globish, et d’autre part l’ultra-régionalisme des nantis qui s’arment de prétextes linguistiques pour lorgner vers Barcelone, Anvers, Milan, et surtout, vers Bruxelles et Francfort. Car les langues régionales, patrimoine de toute la nation, ne sont qu’un prétexte pour casser la république une et indivisible ; le vrai but des ayatollahs de l’euro-régionalisation à prétexte linguistique est d’« ethniciser » le monde du travail pour mieux « re-féodaliser » le territoire national. Du reste, si le français, langue de la francophonie mondiale, était finalement marginalisé sur son sol d’origine, quelle autre langue de France ou du monde n’y « passerait »-elle pas encore plus rapidement ? Au lieu donc d’aider le Ramina-Globish exterminateur, les amoureux des langues de France et d’ailleurs doivent aider l’ex- « belette » francophone et les ex-« petits lapins » basque, breton, catalan, corse, sans oublier les langues honteusement déniées de l’immigration ouvrière, à fédérer leurs contre-attaques ; car il en va des langues comme des luttes sociales : elles sont condamnées à résister ensemble ou à être arrachées séparément.


C’est pourquoi, que l’on se reconnaisse ou pas dans le souvenir injustement dénigré ou récupéré d’une patriote de 19 ans torturée à mort pour ses idées, il est urgent que tous les résistants à l’ogre néolibéral cessent de regarder de haut le combat linguistique. « Désobéisseurs » et « indignés », réapprenons à crier, dans le français frondeur du « 9-3 », de Tunis et du Caire, « dégagez ! » à tous les destructeurs de peuples. Car si demain les revendications populaires elles-mêmes devaient s’ânonner dans la novlangue mondiale des maîtres, ceux-ci auraient atteint leur but final : forcer les peuples à clamer leur résistance dans la langue indigne, dérisoire et soumise, de la new collaboration !



SIGNATAIRES : Georges Hage, député honoraire du nord, co-président d’honneur du COURRIEL ; Léon Landini, a. officier des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’œuvre Immigrée, Médaille de la Résistance , Officier de la Légion d’honneur, Grand mutilé de guerre et co-président d’honneur du COURRIEL; Georges Gastaud, président du COURRIEL, philosophe ; Matthieu Varnier, chercheur en robotique, secrétaire général du COURRIEL ; Gilles Bachelier, animateur du Comité Républicain des Gaullistes de Gauche ; Claude Beaulieu, animateur du Comité Valmy ; Danielle Bleitrach, sociologue, militante communiste ; Michèle Chopard, artiste en photomontage, Belgique ; Aurélien Djament, chercheur en mathématiques ; Olivier Denhez, agrégé d’histoire ; Barbara Y. Flamand, écrivain, Belgique ; Vincent Flament, professeur de français ; Cyrille Ferro-Steyaert, fonctionnaire ; Jean-Pierre Hemmen, fils de Fusillé de la Résistance, vice-président du Pôle de Renaissance Communiste en France ; Patrick Kaplanian, ethnologue ; Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine ; Maurice Le Lous, vice-président du Cercle Littéraire des Ecrivains Cheminots ; Pierre Lévy, journaliste, directeur de Bastille-République-Nations ; Elisabeth Loubet-Gauthier, professeur de philosophie retraitée ; Laurent Nardi, professeur de lettres (74) ; Jacques Nikonoff, universitaire, président du M’PEP ; Pierre Pranchère, a. maquisard FTPF, a. député de Corrèze ; Lakis Proguidis, écrivain ; Jean-Luc Pujo, président des Clubs Penser la France ; Pierre Roche, historien (Paris) ; Pascale Tillier, syndicaliste et militante (62).

(1) Le 18 juin 2011, une manifestation réunissant des milliers de personnes venues de France, d’Afrique, de Suisse, du Québec, de Belgique, du Liban, etc. a défilé à Paris pour défendre le français face au tout-anglais. Le soir, aucun J.T. ne leur a accordé une image…

(2) Pourquoi serait-il honorable de défendre la biodiversité et odieusement « nationaliste » de défendre les langues menacées par la novlangue américaine unique ?

http://www.politique-actu.com/osons/happy-birthday-miss-jeanne-darc/340205/



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6049
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   11/1/2012, 19:34

L'hypocrisie et le double discours...


On a souvent accusé Tariq Ramadan d'avoir un double langage sans jamais vraiment le prouver... contrairement à d'autres. Un p'tit florilège intéressant cyclops





Owned2



Voir également ce p'tit montage bien sympathique Razz

Rappel - Sarko et le pouvoir d'achat



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLP
Admin


Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 16/05/2009

MessageSujet: Tous manipulés !   14/1/2012, 01:02

Vidéo exceptionnellement instructive sur notre misérable condition d'êtres humains !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   14/1/2012, 21:12

Cas d'école
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct   16/1/2012, 23:46

Merci bien. C'est une base sympa à imprimer car courte.
Il y a aussi sur le site une version longue avec toutes ces méthodes si je retrouve le billet je mettrais le lien.

Ne pas non plus oublier que toutes ces méthodes sont cumulatives (Méthode sandwich, salade tomate oignon... ) et qu'un élément de désinformation peut jouer sur plusieurs niveaux ou cumulant plusieurs techniques sur un même niveau de classe sociale ou de classe intellectuelle ou parti idéologique ou plusieurs à la fois.
(certains jouent t'ils au jeu de Steve Jackson ici ? Je crois qu'on en a pas besoin mais je suis curieux.)

Les feux croisés existent aussi.
Par exemple d'un coté pour le système les écologistes tendraient à devenir des terroristes (on les pousse aussi à le devenir) voir des sectes (idem avec les pro-gaĩa) et à l'intérieur des écologistes de la haute les mêmes sont étiqueté, pour ceux qui sont sceptiques sur le CO2 anthropique, comme des négationnistes ou des faussaires qui travailleraient pour les industries du pétrole.

Pour discréditer un mouvement il suffit de lui coller une sale image, numéro 4 5 7 11.
Comme avec l'Islam fabriquez vos propres Musulmans comme l'a fait Brezinski en Afghanistan puis revenir plus tard le temps de la cuisson.
Cela ce fera aussi avec le mouvement écologiste. Voyez les prémisses avec l'affaire de Tarnac. Ma vidéo préféré Y.Bertrand (très fort) en prime. Bonne nuit. (Je me répète moi aussi comme un vieux mais je pense à ceux qui passeraient par ici par chance.)

Yves Bertrand parano au soir 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Propagande Manipulation des Pensées et Opinions Euphémisme et Oxymore Médias de Masse Novlangue Politiquement Correct
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» pensée aux oiseaux l'hiver
» Histoire de la pensée arabe et islamoque
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Ce petit site devine vos pensées !!!!!
» Pétition Libérez Asia Bibi condamnée à mort pour ses opinions religieuses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Information et conscientisation  :: - Propagande ennemie-
Sauter vers: