Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne5511
Partagez | 
 

 Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
ziril
Admin


Nombre de messages : 3705
Age : 36
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   1/5/2008, 10:03

Une mobilisation de citoyens obstinés contre Lisbonne fleurit dans toute l’Europe





30 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) — C’est à l’appel d’Etienne Chouard, l’un des principaux citoyens catalyseurs des « nonistes » lors du vote référendaire du 29 mai 2005, qu’un mouvement de Mobilisations Obstinées Contre les Régimes Illégitimes Européens (MOCRIEs) commence à s’organiser tous les mercredis à 18h dans toute l’Europe. L’approche du collectif qu’il a créé, le CECRI (Citoyens Européens Contre les Régimes Illégitimes), tranche avec les approches partisanes habituelles que l’on n’entend plus depuis la ratification du traité de Lisbonne par les parlementaires français. Et ça marche !

Pour ce professeur de technologie de Marseille, défenseur acharné de l’initiative populaire : « Les représentants politiques des différents pays européens, tout en affirmant leur amour de la démocratie, ont engagé depuis cinquante ans un processus constituant sans les peuples qu’ils sont pourtant censés représenter, et même parfois carrément contre eux, comme en France et aux Pays-Bas où les élus imposent par voie parlementaire ce que leur peuple vient de refuser expressément par référendum. »

Chouard appelle la population à défendre ses droits d’une manière qui a déjà fait ses preuves : « Avant la chute du mur, les Allemands de l’Est manifestaient tous les lundis à 18h pour dire simplement : « le Peuple, c’est nous ». Ils étaient parfois une poignée, parfois des dizaines de milliers, mais ils étaient toujours là, visibles. Ce geste courageux de résistance durable pourrait nous inspirer dans notre lutte contre le processus despotique qui se déroule avec les traités inconstitutionnels européens : nous pourrions, nous, institutionnaliser la résistance, autant que possible, en multipliant les lieux où se manifeste le mécontentement :

« Dans toutes les villes d’Europe où il existe des résistants déterminés, seraient organisées des manifestations hebdomadaires contre le régime illégitime, tous les mercredis à 18h par exemple. »

L’idée est simple et efficace. En deux semaines, des résistants obstinés ont déjà organisé des MOCRIEs dans 13 villes françaises (dont Paris, Lyon, Montpellier, Nancy, Nantes, Brest, Aix en Provence et Trets) et quelques autres en Europe, notamment en Allemagne et en Italie. Les discussions sur son forum sont nombreuses et enthousiastes. C’est un courant ascendant qui commence à porter de plus en plus de femmes et d’hommes vers les étoiles (pas celles de l’Europe) où sont inscrits leurs droits, comme le disait Friedrich Schiller dans son Guillaume Tell.

Le site du CECRI (Citoyens d’Europe Contre le Régime Illégitime):
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2008/04/07/93-pour-des-manifestations-populaires-obstinees-mpo

Le forum: http://etienne.chouard.free.fr/mocrie/index.php

PS: du concret pour resister. Si deja nous arrivons a ralentir leur plan d'une Europe federal avec une administration centralisée et coupée du citoyen a la maniere des dictatures communistes, on reduira leur pouvoir de nuisance!...

Source de l'article: http://www.solidariteetprogres.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f4t4l



Nombre de messages : 274
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: EADS relance la guerre des drones en Europe   10/6/2008, 16:55

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Le groupe aéronautique européen EADS a relancé la guerre des drones en déclarant qu'il espérait développer cette année un de ces avions sans pilote, à la fois pour des missions de reconnaissance et de surveillance.

EADS a indiqué avoir présenté un projet à la France, l'Allemagne et l'Espagne pour réaliser une série de drones qui peuvent accomplir des missions de surveillance à haute altitude comme le souhaite Paris et des opérations de reconnaissance à grande vitesse et basse altitude comme le veut Berlin.

Cette annonce intervient quelques jours après la présentation par Dassault Aviation et Thales, associés aux groupes espagnol Indra et israélien IAI, d'une projet de drone Male (Moyenne altitude longue endurance) à la France et l'Espagne, directement concurrent de celui d'EADS.

Les drones sont de plus en plus utilisés pour des missions telles que l'observation du champ de bataille, sans risquer ainsi la vie d'un pilote, la surveillance des frontières ou les patrouilles maritimes.

Présenté la semaine prochaine, le "Livre blanc" de la défense devrait se traduire par des réductions significatives du budget militaire français mais mettre clairement l'accent - et donc les moyens - sur les missions de surveillance et sur l'observation spatiale.

"Les drones constituent un marché en pleine expansion. Les projets existants ne sont pas satisfaisants en termes d'endurance et ils n'ont pas les capacités des satellites. Nous proposons plus de capacités pour le même prix", a déclaré lors d'une conférence de presse Stefan Zoller, président de la division Défense & Sécurité d'EADS.

Contrôlé par des intérêts français, allemand et espagnol, le groupe EADS, qui est également la maison mère d'Airbus, bataille déjà depuis plusieurs années contre des entreprises rivales pour avoir la maîtrise d'oeuvre de cette technologie, qui constitue un enjeu stratégique majeur pour l'industrie européenne de la défense.

Son système intérimaire de drones Male (SIDM), qui utilise également de la technologie israélienne, a accumulé des retards et a vu ses coûts augmenter alors que ses efforts pour produire un drone entièrement européen ont subi un revers cuisant avec la perte du prototype Barracuda, qui s'est abîmé en mer au large de l'Espagne en 2006.

La plupart des pays européens ne souhaitent pas financer seuls leur propre drone, mais ils éprouvent en revanche de grandes difficultés pour s'accorder sur des spécificités et des missions communes.

TIRER LES LEÇONS DE SES ÉCHECS

Stephan Zoller a assuré qu'EADS avait tiré les "pénibles" leçons du SIDM et du Barracuda et décidé ainsi de dépasser les technologies actuelles avec une nouvelle approche "modulaire".

Le nouveau drone "Advanced UAV" proposera ainsi un même fuselage avec de longues ailes pour les vols de surveillance à haute altitude et des ailes plus courtes pour les missions de reconnaissance à haute vitesse et basse altitude.

Stephan Zoller a refusé de préciser le coût de ce projet et d'estimer le marché de ce type de drones.

Dassault Aviation avait indiqué de son côté que son propre projet serait moins cher d'environ un milliard d'euros que celui d'EADS car il utilise une plate-forme israélienne déjà existante, donc amortie.

De son côté, Stephan Zoller a précisé que le drone d'EADS donnerait lieu à un partage du travail: l'Allemagne aura la charge de l'avion, la France du système électronique et l'Espagne des communications satellitaires.

Citant une étude réalisée par le cabinet Frost and Sullivan, pour qui le marché de ce type de drone pourrait atteindre 10 milliards d'euros sur trois ans, il a estimé que ce marché pourrait être en réalité bien supérieur.

Cette bataille des drones est au centre d'une gigantesque partie de poker entre les industriels européens, confrontés à une raréfaction des projets d'envergure en matière de défense.

EADS et Dassault Aviation sont également en compétition dans le domaine des avions de combat avec respectivement l'Eurofighter et le Rafale, même si ce dernier n'a reçu pour le moment aucune commande à l'exportation et n'est en service que dans l'armée de l'air française. L'Elysée a annoncé toutefois la semaine dernière que les Émirats arabes unis avaient engagé des discussions en vue de l'éventuel remplacement de leurs Mirage 2000 par des Rafale.

Le groupe d'électronique de défense français Thales, qui fabrique notamment des radars, est associé au programme Rafale et à un pied dans les deux projets de drones européens.

Version française Jean-Michel Bélot



... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: L'américanisation de la France et de L'Europe: vers la fascisation ?   2/7/2008, 10:43

La réforme qui efface la différence entre Défense et Sécurité sous l’autorité d’un exécutif tout puissant, tire incontestablement son origine de l’analyse néoconservatrice qui n’ayant plus d’ennemi à la fin de la guerre froide s’en est fabriqué un, le « terrorisme ». Le 11 septembre 2001 étant une divine surprise qui leur permettait d’affirmer que nous avions changé d’époque, une grande bataille est désormais ouverte dans un monde globalisé et interdépendant, les menaces sont partout, il n’y a plus de frontières et plus de différence entre sécurité extérieure et intérieure. Pour défendre la sécurité intérieure la guerre préventive (y compris nucléaire) doit être menée et le « renseignement omniprésent », on ne peut plus raisonner en terme de Défense nationale, la sécurité s’étend à la planète, elle justifie toutes les opérations préventives et au plan intérieur il faut protéger le territoire contre des agressions qui peuvent être de toute nature.(4)
Qui ne voit la nature réelle de l’ennemi, celui que nos médias nous fabriquent jour après jour : d’abord la peuplade étrangère qui sous les ordres d’un tyran nous refuse l’accès à ses ressources naturelles, mais aussi le phénomène dit des « banlieues », voire les luttes revendicatives qui peuvent être criminalisées, l’amalgame est total entre les menaces à la sécurité de l’Etat (où “le citoyen” est redevenu l’individu isolé face à la dite menace « collective » et étrangère) et les luttes pour l’indépendance comme les luttes sociales. C’est la conception paranoïaque mais pas gratuite des néoconservateurs qui est à l’œuvre.

SUITE ...
http://www.alterinfo.net/L-americanisation-de-la-France-et-de-L-Europe-vers-la-fascisation-_a21325.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Pendant les vacances, l’Union Européenne institue le viol de la vie privée.   8/7/2008, 07:27

Le 20 juin 2008

COMMUNIQUE DE PRESSE

Non à l’internet « à la chinoise », oui à la licence globale pour rémunérer la création

Avec la loi « création et internet », qui concrétise les conclusions du rapport Olivennes, le gouvernement veut imposer en France un internet « à la chinoise », d’avance condamné par l’évolution technique. Plutôt que de s’incliner devant le conservatisme archaïque des majors de la musique, la ministre de la Culture ferait mieux de se battre pour la licence globale, seul moyen réaliste de concilier une juste rémunération des auteurs / interprètes au prorata de leur audience sur la toile avec le nécessaire développement de la civilisation de l’internet.

Ce projet de loi menace l’Etat de droit car, en instaurant une autorité judiciaire privée capable de prononcer des sanctions appartenant dans toute démocratie aux seuls magistrats, il crée une dangereuse justice d’exception.

Il est également liberticide car il va permettre la surveillance généralisée de l’internet par ces vigiles d’un nouveau genre, au mépris du plus élémentaire respect de la vie privée. Et ce n’est pas Bruxelles, de mèche avec les majors du disque, qui s’y opposera, tout au contraire - une modification en cours du droit européen accompagne cette loi !

Ce projet de loi, enfin, est rétrograde, car il entend, à contre courant de l’histoire et du Progrès technique, ériger des barrières qui seront inévitablement enfoncées ou contournées.

Cette vaine politique du tout-répressif et du flicage généralisé fait penser à l’acharnement déployé au XVème siècle par les moines-copistes qui, pour préserver leurs privilèges, prétendaient faire interdire l’imprimerie.

Je suis convaincu que les nombreux parlementaires, issus de toutes les familles politiques, qui se battent depuis 2006 pour la liberté de l’internet, sauront se mobiliser pour ramener à la raison le Gouvernement et permettre, enfin, l’avènement de l’économie numérique de demain.

Le 7 juillet aura lieu un vote décisif dans la réforme du droit européen sur les communications électroniques dit « Paquet Télécom ». En ce moment même un eurodéputé britannique conservateur, Malcolm Harbour, se fait le petit télégraphiste de la BSA (Business Software Alliance) une association contrôlée par des éditeurs de logiciels, dont Microsoft, afin d’introduire dans le droit européen les mesures permettant de surveiller les communications des internautes dans le but de détecter des violations de propriété intellectuelle.

Comme il est techniquement impossible de faire ce type de détection sans surveiller la totalité des communications, c’est la globalité des usages de l’ensemble des internautes que les fournisseurs d’accès seront contraints d’espionner : mails, navigation, messagerie instantanée, jeux en réseau ….

Cela revient à ouvrir la totalité des courriers à la poste pour espionner les correspondances afin de voir si ce qui est écrit est conforme aux oukases d’un groupe d’intérêts.

Notons que le rapporteur du « Paquet Télécoms » Catherine Trautmann, eurodéputée ancienne ministre socialiste de la culture, et Bernadette Vergnaud eurodéputée PS qui « travaille » aussi sur le sujet, ne semblent pas vraiment s’opposer à ce saccage d’un droit fondamental, celui de la vie privée.

Debout La République dénonce vivement cette dangereuse logique de négation des droits fondamentaux des citoyens sous prétexte de « moderniser » la législation sur les technologies de l’information et de la communication.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

http://debout-la-republique.fr/Pendant-les-vacances-l-Union,279.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indiscretion



Nombre de messages : 404
Age : 35
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Hors de l'Europe comment ca se passe ? ben de la même manière!!!   17/10/2008, 14:52

Pour ceux qui se posaient la question sur la Banque UBS est ses "titres pourris" je disais que de toute les manières c'est la première banque de Suisse et que je ne pensais pas à la faillite car les autres secteurs se porte plutot bien.

Comme vous pourrez le voir dans cet article le Conseil Fédéral (ce sont nos plus hauts fonctionnaires en Suisse) vont injecter 6 milliards et la BNS va faire un prêt de 54 milliards et acquérir les "titres pourris" qui seront transféré dans une société de "portage".

Es-ce que ces titres vaudront qqch un jour ? l'avenir nous le dira.

Voici l'article du temps pour info

http://www.letemps.ch/template/tempsFort.asp?page=3&article=242029
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postitdeplumenoire.blogspot.com
enildem



Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Le rapprochement Europe - USA commence... Une nouvelle étape est franchie   4/11/2008, 12:08

Heureusement que Le Monde sert bien ses mâitres.
Voici un article paru aujourd'hui nous informant d'une nouvelle étape de la construction du NOM.
L'article est très clair, aussi clair que les penchants mondialistes de Bernard Kouchner.
Le prétexte est simple éviter les dérapages politique entre USA et EUrope comme ils ont pu avoir lieu autour de la Georgie et des relents impériaux de la guerre froide.
Bref que du pipeau, les guerres on le sait ne servent pas aux humains, mais aux chiens mégalomanes.
Voici l'article en copié / collé :

C'est le monde à l'envers. Au lieu d'attendre que le futur président américain lui fasse l'honneur de s'intéresser à elle, l'Union européenne a, cette fois, pris les devants. Réunis à Marseille à la veille de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, les vingt-sept ministres des affaires étrangères, auxquels s'étaient joints le haut-représentant pour la politique étrangère et de sécurité, Javier Solana, et la commissaire chargée des relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, ont préparé un document qui sera envoyé au nouvel élu. Ce texte, bref, propose un véritable partenariat entre l'Europe et les Etats-Unis. "Nous sommes les partenaires des Américains, a déclaré le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, et nous le ferons savoir au plus vite au nouveau président quand il sera élu." "Il ne s'agit pas seulement de demander des choses aux Etats-Unis : il s'agit pour l'Europe de prendre toute sa place", a renchéri son collègue britannique, David Miliband. Autrement dit : ne vous demandez pas ce que les Etats-Unis peuvent faire pour l'Europe, demandez-vous ce que l'Europe peut faire pour les Etats-Unis, pour paraphraser le président Kennedy dans les années 1960.

Cette assurance européenne, largement inédite, s'appuie sur l'expérience des derniers mois. Dans la crise géorgienne, l'UE – sous présidence française – a montré qu'elle était en mesure d'agir alors que les Etats-Unis étaient paralysés tant par la campagne électorale que par la proximité trop grande entre l'administration Bush et le président Mikheïl Saakachvili. De même dans la crise financière, l'Europe a ouvert la voie à des solutions avant que les Américains ne les adoptent.

Les 27 ont ainsi pu s'entendre sur quelques grands dossiers internationaux dont ils aimeraient que le nouveau président américain s'empare au plus vite. Ils plaident pour le multilatéralisme.

Ils ne devraient pas avoir trop de mal à être entendus après l'expérience calamiteuse de ces huit dernières années. Ils ne se font cependant pas d'illusions. Si le nouvel occupant de la Maison Blanche est, dans un premier temps, soucieux d'établir un rapport de confiance avec les Etats européens et avec l'UE, il prendra en dernière analyse les décisions en fonction des intérêts strictement américains.

C'est pourquoi les Européens se sont efforcés de fixer quelques orientations. Les désaccords sur la guerre en Irak qui avaient marqué les relations entre Washington et certains pays européens, comme la France et l'Allemagne, et qui avaient divisé l'Union européenne, appartiennent au passé.

Les préoccupations transatlantiques concernent maintenant l'Afghanistan. Il est probable que le prochain président américain sollicitera ses alliés pour qu'ils augmentent leur engagement militaire dans ce pays. Cette demande pourrait constituer une première pomme de discorde. Les Européens sont en effet réticents alors que, du côté américain, on insiste sur la nécessité de ne pas "décevoir" trop rapidement le nouvel élu. Ils souhaitent en tout cas une stratégie plus cohérente, une combinaison plus efficace entre l'intervention militaire et la reconstruction, une politique concertée vis-à-vis du Pakistan.

L'autre priorité concerne le Proche-Orient. Tout président américain doit affirmer son engagement au côté d'Israël, mais les Européens espèrent que le successeur de George Bush ne commettra pas l'erreur de se désintéresser du conflit israélo-palestinien même si la perspective des élections en Israël risque de reporter de plusieurs mois toute initiative nouvelle. L'UE est prête à "jouer un rôle utile" dans la préparation et dans la mise en œuvre d'un accord, ce qui laisse entendre que, au-delà des efforts financiers qu'elle consent depuis longtemps pour la région, elle est disposée à participer, le moment venu, à la garantie d'un accord de sécurité et de paix.

La diplomatie devrait également être au cœur de la politique vis-à-vis de Téhéran. Jusqu'à maintenant, les Occidentaux ont manié à la fois la carotte et le bâton, sans obtenir le gel du programme iranien d'enrichissement de l'uranium. De nombreuses voix se sont élevées, y compris dans les milieux officiels outre-Atlantique, pour réclamer une implication plus massive des Etats-Unis dans le processus diplomatique. Celui-ci pourrait se traduire par une vaste négociation qui reconnaîtrait à l'Iran un rôle de puissance régionale, en contrepartie d'une renonciation à l'arme nucléaire. Mais pour tout président américain, l'option militaire restera sur la table aussi longtemps qu'un accord n'aura pas été trouvé.

EVITER UN "COUAC" TRANSATLANTIQUE

Les relations avec Moscou apparaîtront aussi très vite sur l'agenda transatlantique. Même si des divergences subsistent parmi les vingt-sept Etats membres de l'UE sur l'analyse de la nouvelle politique étrangère russe, les Européens veulent insister sur le retour de la volonté de puissance de Moscou.

L'Europe est la première à s'en rendre compte et serait la première à en subir les conséquences en cas d'aggravation de la tension. C'est la raison pour laquelle une majorité des Vingt-Sept se méfie des projets américains de nouvel élargissement de l'OTAN en direction de la Géorgie et de l'Ukraine.

Si le prochain président est tenté de reprendre cette idée de l'administration Bush, des tensions sont à prévoir entre les deux rives de l'Atlantique dès la réunion de l'OTAN du mois de décembre. Sauf à trouver un compromis qui éviterait un "couac" transatlantique avant même l'intronisation officielle du nouvel élu.

Les Vingt-Sept rappellent enfin le rôle que doivent jouer les pays émergents dans le futur ordre international. Ils plaident pour une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU et du Fonds monétaire international, ainsi que pour la transformation du G8, le groupe des pays les plus industrialisés du monde, en G14.

Tout ceci pour montrer que les Européens peuvent avoir des idées par eux-mêmes et, comme le dit M.Kouchner, ne sont pas des "supplétifs" des Etats-Unis.

Daniel Vernet

Vous avez bien lu "dans le futur ordre international"
Et demandez donc aux journalistes du monde de nous parler de cet ordre qu'ils connaissent si bien a tel point qu'il est inutile de faire un article dessus. Le NOM est pour ses agents plus qu'évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   4/11/2008, 17:58

ça avance.

Pas la peine d'attendre quel marionnette mondialiste "diriger" les usa,ils sont tous les deux acquis au mondialisme.Il sont financés par les mêms banquiers.obama a prononcé à Berlin un discours très très transatlantique.

J'attends que le masque tombe officiellement pour la Russie
Revenir en haut Aller en bas
enildem



Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   5/11/2008, 13:46

Eh bien quand on parle du loup il pointe le bout de son museau.
Voici ce qu'a dit Medvedev pour l'élection d'Obama...

"Les Etats-Unis n'ont pas écouté les mises en garde de la part de leurs partenaires, y compris les nôtres, et ils ont par conséquent nui à leurs intérêts et aux intérêts des autres, a-t-il estimé. Nous devons réformer radicalement les systèmes politique et économique. La Russie, quoi qu'il arrive, va insister sur ce point."

Vous avez bien lu réformer radicalement les systèmes politique et économique... Comme le dit également Sarkozy à la présidence de l'UE.

Je vous le dit préparez vous ça va péter!

Medvedev est super chaud. Il a déclarer vouloir déployer des missiles pour contrer le bouclier antimissile américains. C'est dans le monde d'aujourd'hui.

Voici l'article en copier / coller :

Le président russe, Dmitri Medvedev, a salué l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, mercredi 5 novembre, tout en accusant les Etats-Unis d'être responsables de la guerre en Géorgie et de la crise financière internationale. Il a aussi annoncé le déploiement de missiles pour "neutraliser" le bouclier antimissile américain.

La guerre russo-géorgienne a été "la conséquence de la politique de l'administration américaine, qui est égoïste, incapable d'accepter la critique et qui préfère les décisions unilatérales", a déclaré M. Medvedev, dans son premier discours à la nation, deux mois après le conflit entre Moscou et Tbilissi. "Nous ne reculerons pas dans le Caucase", a-t-il insisté.

MOSCOU VEUT NEUTRALISER LE BOUCLIER ANTIMISSILE

Le président russe estime que Washington a profité de cette guerre pour "imposer plus vite encore à l'Europe le système de défense antimissile américain". Il a prévenu de son intention de déployer des missiles Iskander dans la région de Kaliningrad (Ouest), enclave russe entourée de pays de l'UE, afin de "neutraliser" les éléments du bouclier qui seront installés en Europe. "Depuis la même région, on va brouiller les nouveaux éléments du système de défense antimissile que les Etats-Unis ont l'intention de déployer" en Pologne et en République tchèque, a-t-il ajouté.

Le président russe a ensuite dénoncé les "erreurs dans le domaine financier" et "l'absence du sens de la mesure" à l'origine, selon lui, de la crise financière mondiale. "En gonflant la bulle financière pour stimuler leur croissance, les Etats-Unis ne se sont pas donné la peine de coordonner leurs efforts avec d'autres participants des marchés et ont ignoré tout sens élémentaire de la mesure", juge-t-il.

"Les Etats-Unis n'ont pas écouté les mises en garde de la part de leurs partenaires, y compris les nôtres, et ils ont par conséquent nui à leurs intérêts et aux intérêts des autres, a-t-il estimé. Nous devons réformer radicalement les systèmes politique et économique. La Russie, quoi qu'il arrive, va insister sur ce point."

A l'issue de cette charge particulièrement violente, le président russe a dit espérer que la "nouvelle administration américaine" optera pour de "bonnes relations" avec la Russie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Medvedev veut allonger à six ans le mandat présidentiel russe

Sur le plan intérieur, le président russe a profité de cette adresse à la nation pour proposer d'allonger à six ans la durée du mandat présidentiel en Russie, contre quatre actuellement. Il entend également allonger le mandat des députés de la Douma, Chambre basse du Parlement, à cinq ans contre quatre.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Apparamment il n'aura pas assez de 4 ans pour faire ce qu'il a décider avec son pote Poutine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
gauchenationale



Nombre de messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   5/11/2008, 14:51

Dans la plus pur continuité mondialiste. Obama est qualifié par yahoo de "président du Monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enildem



Nombre de messages : 380
Localisation : Une âme dans un corps
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   6/11/2008, 12:24

Daaaam, et bien voilà justement l'homme providentiel, celui qui a fait campagne dans le monde entier et dont les sondages sur les choix de vote étendu à l'ensemble de la planète donnaient 93% des voix pour Obama.

Je sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que Obama est un diable à la gueule d'ange. Ainsi, le temps que les gens s'en rendent compte il aura déjà fait le maillot à tout le monde.

Le pire c'est que la communauté afro américaine ne se méfiera jamais d'un tel homme. Il incarne tellement l'espoir de plusieurs générations de descendant d'esclave que il le soutiendront même si il part en sucette.

Tout ça risque de diviser la population et tout ça sent le roussi, je vous le dit.

J'ai comme le sentiment que quelque chose de mauvais se prépare derrière toutes ces manifestations de joie, la foule en liesse, comme si tout le monde s'était fait hypnotiser. Comme si le monde avait été supporter d'un match de titan alors qu'il était truqué et joué d'avance...

Je la sent vraiment mauvaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alolibrius.blogspot.com
ziril
Admin


Nombre de messages : 3705
Age : 36
Localisation : ici bas!
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: La loi martiale en Europe, c'est possible!!   21/11/2008, 20:10

La loi martiale en Europe, c'est possible



Souce:
Un grand merci à Diocorp TV
http://www.dailymotion.com/DioCorp

Retour sur le Traité de Lisbonne et la Charte Européenne des Droits de l'Homme.

Sommaire 25 oct. 2008 :

- Textes Européens (Traité de Lisbonne, CEDH, etc)
http://eur-lex.europa.eu/fr/treaties/index.htm

- Dupont-Aignan censuré à l’assemblée.
http://fr.youtube.com/watch?v=NHVVrer1Xa0
- à voir aussi :
http://fr.youtube.com/watch?v=NHVVrer1Xa0

- Cérémonie du traité de Lisbonne
http://www.dailymotion.com/video/x3s9bs_ceremonie-de-signature-du-traite-de_politics

- Révolte au parlement européen
http://www.dailymotion.com/bookmark/DioCorp/video/x45s9g_revolte-au-parlement-de-lue-incroya_politics

- L'Eugénisme
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eugenisme

Forum de cette video: http://www.dailymotion.com/bookmarks/ziril/video/x7fhmd_la-loi-martiale-en-europe-cest-poss_news

_________________
Rien n'est beau que le vrai: le vrai seul est aimable;
Nicolas Boileau épître IX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Contre l’Europe marchande   7/1/2009, 08:21

Toujours d'actualité et ce morceau est un chef d'oeuvre.


Condamnation du colonialisme, des profiteurs de guerre, dénonciation de la collusion entre la gauche et le patronat et de la dérive ploutocrato-libérale de l’Europe. Tout est déjà dans cette remarquable tirade de Jean Gabin dans Le Président d’Henri Verneuil (1961 - visionnaire, qu’on vous dit!)

http://www.dailymotion.com/video/x7cii6_leurope-du-capital_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ousama



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Cette crise a débuté aux États-Unis, mais c’est en Europe où elle pourrait se transformer en catastrophe   25/2/2009, 22:56

La crise orientale qui pourrait couler l’Eurozone, par Wolfgang Münchau
23 février 2009« Cette crise a débuté aux États-Unis, mais c’est en Europe où elle pourrait se transformer en catastrophe, » avertit à son tour Wolfgang Münchau, éditorialiste au Financial Times, qui estime que la crise du crédit qui couve en Europe de l’Est pourrait emporter l’eurozone dans la tourmente. Que faire ? Accélérer le processus d’entrée dans l’euro des pays de la région, propose-t-il, en abandonnant des critères de convergences devenus obsolètes - voire absurdes - comme celui qui exige de se rapprocher des taux d’inflations les plus bas de la zone, et qui pourrait bientôt se traduire par une obligation de déflation.


Par Wolfgang Münchau, Financial Times, 22 février 2009

Cette crise a débuté aux États-Unis, mais c’est en Europe où elle pourrait se transformer en catastrophe.

Un haut responsable politique m’a confié la semaine dernière que la situation actuelle lui rappelle la crise du Système Monétaire Européen de 1992, lorsqu’un pays après l’autre faisait l’objet d’attaques spéculatives - obligeant le Royaume-Uni et l’Italie à sortir du système. Dans une union monétaire, on ne peut plus spéculer sur les taux de change. Mais grâce aux Credit Defaut Swaps [1], il est possible de parier sur l’éclatement de la zone euro. La semaine dernière, les spéculateurs ont parié sur une défaillance de l’Irlande, ce qui a rendu plus coûteux pour elle le refinancement de sa dette, et cette éventualité devient du même coup une prophétie auto-réalisatrice.

Mais l’Irlande ne représente pas le plus grand danger pour la zone euro. Si le pays s’effondre, l’eurozone viendra à son aide. Les Allemands eux-mêmes acceptent désormais cette perspective. La situation de l’Europe Centrale et Orientale recèle un danger bien plus imminent. La possibilité d’un effondrement financier pose le problème politique le plus urgent auquel l’Union Européenne ait à faire face en ce moment. Si cette situation est mal gérée elle pourrait mettre à bas l’eurozone.

Cette crise frappe l’Europe Centrale et Orientale de manière disproportionnée en raison de deux erreurs politiques commises par les gouvernements de la région. La première a consisté à encourager les ménages à souscrire des prêts hypothécaires en devises étrangères. En Hongrie, la quasi-totalité de ces prêts sont libellés en devises, principalement le franc suisse. Ce choix du franc suisse est manifestement ridicule et témoignage d’une forme d’analphabétisme économique. Je pourrais comprendre à la rigueur que des emprunts en devises aient été effectués en euros, dans la mesure où la Hongrie doit finalement rejoindre la zone euro. Mais la Hongrie ne rejoindra probablement pas la Fédération Suisse. L’argent que les ménages hongrois ont économisé grâce aux taux d’intérêt pratiqués en Suisse a été plus que perdu en raison de la hausse du franc suisse.

La deuxième erreur politique est directement liée à la première. Les nouveaux membres de l’Union Européenne ont considéré l’entrée dans la zone euro comme une option relevant d’un choix politique. Il s’agit d’une mauvaise interprétation de leurs propres traités d’adhésion. Quand ils ont souscrit à l’adhésion à l’UE, ils ont également signé pour l’euro. Seuls le Royaume-Uni et le Danemark se sont préservé un droit de s’abstenir. Bien sûr, en tant que pays récemment industrialisés, ils n’étaient pas dans l’obligation de rejoindre l’euro immédiatement, et avaient l’obligation de mener des politiques compatibles avec une adhésion à terme. Si ils avaient mené ces politiques, ils seraient presque tous membres aujourd’hui. La Slovénie et la Slovaquie ont montré qu’en adoptant des politiques adaptées il était possible d’entrer rapidement dans la zone euro. Ces deux pays sont maintenant en sécurité. Pour les autres, la décision de tergiverser s’est avéré être une catastrophe au plan de la stabilité financière. Lorsque l’on fait face à une crise telle que celle-ci, personne ne veut se trouver dans la situation d’une petite économie ouverte à la périphérie de la zone euro, avec une devise sans valeur et un gros paquet d’emprunts en francs suisses.

Mais les pays d’Europe centrale et orientale ont tout de même réussi quelque chose. Ils ont fait en sorte que leurs banques soient détenues par des étrangers. Les banques autrichiennes sont parmi les plus impliquées. Leur exposition à l’Europe de l’Est représente d’environ 80% du produit intérieur brut de l’Autriche. Si les ménages hongrois font défaut, ce n’est pas uniquement la Hongrie qui va tomber, mais aussi l’Autriche. L’Italie et la Suède sont également exposées. Une crise en Europe centrale et orientale serait également de nature systémique pour la zone euro. Il ne s’agit donc pas de considérer ce problème comme concernant autrui - parce qu’il ne l’est pas.

Quelles sont les choix politiques disponibles ? Naturellement, l’Union Européenne pourrait fournir une aide financière - par l’intermédiaire du Fonds Monétaire International - mais il n’est pas garanti que cela mette un terme à la contagion d’une crise des balances de paiements dans la région. Si la baisse des taux de change se poursuit, les défaillances des ménages pourraient augmenter de façon spectaculaire. Faudrait-il alors renflouer également ces ménages ?

À mon avis, la meilleure réponse à cette perspective d’effondrement serait d’adopter l’euro le plus rapidement possible. Nul besoin de changer de devise dès demain. Tout ce dont nous avons besoin c’est que chaque pays se dote d’une stratégie d’adhésion ferme et crédible soutenue par des politiques elles aussi crédibles, qui définissent une date d’adhésion ferme et un taux de conversion.

Évidemment, cela nécessiterait l’abandon de critères d’adhésion obsolètes, ce qui aurait du être fait depuis longtemps. Parmi ceux-ci, la plus absurde est celui du taux de référence de l’inflation, calculé comme la moyenne des trois taux les plus bas. Bientôt, ce taux sera celui de la déflation. De ce fait, un État candidat serait dans la situation absurde d’avoir à déflater comme condition préalable à l’entrée dans l’euro.

Le critère de l’inflation est non seulement insensé, mais il entre également en conflit avec d’autres parties de la législation européenne. Étant donné que la stabilité des prix reste considérée comme un objectif important de la politique économique européenne, la mise en oeuvre d’un critère de déflation constituerait une violation flagrante de cet objectif. Il en va de même pour le critère du taux de change. Condamner un pays à une peine de deux ans de respect d’un mécanisme de change - dans lequel sa monnaie doit fluctuer par rapport à l’euro dans une bande fixe - équivaut à inviter ouvertement à la spéculation et aux risques d’instabilité. Les critères d’adhésion ne sont pas compatibles avec les règles élémentaires de la stabilité. Ils devraient donc être déclarés nuls et non avenus et ne pas représenter un obstacle bureaucratique donnant lieur à tergiversations dans une situation de crise dangereuse.

Si cette catastrophe se déclenche, l’UE paiera. C’est certes louable, mais cela ne résoudra pas le problème, surtout si cette crise s’étend. L’octroi d’une aide financière sans un engagement ferme en direction de l’euro serait une politique irresponsable. Le chemin doit passer par l’Euro.


--------------------------------------------------------------------------------
Publication originale Financial Times, traduction Contre Info
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2559
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Béres



Nombre de messages : 199
Age : 29
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: L'Europe veut écouter les conversations vocales sur internet   25/2/2009, 23:06

L'agence de coopération judiciaire de l'Union européenne, Eurojust , supporte mal la discrétion permise par les logiciels de téléphonie via Internet, et particulièrement par Skype. Alerté par la police italienne, le pendant judiciaire d'Europol va mener une enquête sur l'utilisation de la voix sur IP (VoIP, le nom savant de la téléphonie par Internet) par les criminels. En Italie, les membres de la mafia seraient devenus adeptes de Skype, notamment en raison du chiffrement des conversations, qui rend très difficile leur écoute.

Les lignes téléphoniques classiques n'ont plus la cote, et les policiers doivent désormais compter avec les nouvelles technologies. Pour détecter et écouter un appel, les moyens traditionnels ne suffisent plus : il faut un puissant ordinateur capable de casser le cryptage des données pour reconstituer une conversation. Et encore, cela ne peut que difficilement se faire "en direct".

Carmen Manfredda, qui sera chargée de l'investigation d'Eurojust, explique que "la possibilité d'intercepter les conversations téléphoniques sur Internet sera un outil essentiel à l'avenir, pour combattre la criminalité internationale organisée, en Europe et ailleurs. Notre objectif n'est pas d'interdire la téléphonie sur Internet, mais de contrer les criminels qui utilisent Skype et d'autres logiciels similaires pour planifier et organiser leurs actions". Toutefois, il est probable qu'à la seconde où les policiers pourront écouter Skype, les criminels auront trouvé un autre moyen de contourner les écoutes.

Contacté par lepoint.fr, Skype a simplement répété une déclaration faite dans un communiqué : "Skype coopère pour faire respecter la loi, dans les domaines où c'est techniquement et légalement possible." Mais une phrase a probablement fait grincer des dents à Bruxelles : "Skype reste intéressé par une coopération avec Eurojust, même s'ils ont choisi de ne pas nous contacter avant de publier ce rapport inexact." Les rapports ne semblent pas au beau fixe entre les deux entités, et la coopération s'annonce difficile.

Interrogé par lepoint.fr à propos de l'existence de telles pratiques d'écoute en France et de la difficulté technique pour les réaliser, le Sicop (service de communication de la Police nationale) n'a pas souhaité répondre.
Source: http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/l-europe-veut-ecouter-les-conversations-vocales-sur-internet/1387/0/320055

Quand on disait qu'Internet était libre, ca commence a changer lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Eurocorps serait il l'equivalent de la FEMA en europe ???   5/3/2009, 19:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RICO



Nombre de messages : 46
Age : 43
Localisation : Sud Ouest
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   5/3/2009, 21:09

A mon humble avis l'Eurocorps n'est pas l'équivalen de la FEMA mais plutôt le bras armé du NOM européen. Il faudrait chercher si il n'existe pas un equivalent au niveau de l'Europe.
J'ai repris sur wikipedia :
"L'Agence fédérale des situations d'urgence est l'organisme gouvernemental dédié à assurer l'arrivée des secours en situation d'urgence sur le territoire des États-Unis.

Acronyme : FEMA pour Federal Emergency Management Agency en anglais.
Rattachement : Cette agence fait partie du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis.
Périmètre : la FEMA prend en charge les grandes catastrophes naturelles et celles liées aux activités humaines qui frappent le territoire national[1]. "

D'où la question : existe-t-il une telle agence chez nous ?

De plus la possibilité que l'Europe éclate sous la pression de la Crise et des mouvements sociaux à venir (cf LEAP2020), pourrait nous faire passer sous influence américaine et là, ma foi, je vois déjà mon petit cercueil en plastique se dessiner à l'horizon .

J'ai beau essayé de me preparer à un éventuel chaos social, je ne pense pas que je ferais long feu devant des militaires surentrainés et armés à moins, peut être, d'avoir des alliés ( et pour l'instant je n'en ai pas beaucoup dans mes proches, moins de 5, hommes et femmes confondus).

Enfn bon, je m'inviterai à diner chez toi Couecav, vu que tu auras préparé pas mal de steak haché à coup de fusil à pompe LOL !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   5/3/2009, 23:48

En même temps si la majorité du peuple se bouge les militaires ne feront pas long feu.. mais il existe ces putains d'armes anti-émeutes dans le genre Active Denial System..

Revenir en haut Aller en bas
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   6/3/2009, 08:45

Il y a pire les Blackwaters, ce qui m'inquiete vraiment c'est que en reintegrand l'OTAN, ont risque de voir ce genre de tarés débarquer ici !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: la gestion de la crise par l'europe ou l'art de se moquer des citoyens   8/3/2009, 23:10

Une analyse pertinente et affutée à propos des décisions vicelardes de l'europe face à la crise. le fric, le fric, il faut sauver le fric. c'est obsessionnelle


L’Europe et le “protectionnisme” ou l’art de se moquer des citoyens

Les dirigeants de l’Union européenne étaient réunis dimanche premier mars à Bruxelles pour tenter de mettre en place une stratégie commune face à la crise. Ils ont rejeté l’hypothèse de l’application d’un plan d’aide global aux pays de l’Est tout en produisant un texte condamnant le protectionnisme et en évoquant une solution pour l’assainissement des systèmes bancaires . On s’interroge sur la nature de la campagne des élections européennes proches, on peut en effet se demander ce que veut dire “l’Europe sociale” chère à certains partis de gauche dans un tel contexte et de qui se moque-t-on ? L’impression générale que donnent nos politiciens de tous bords est qu’ils sont incapables de sortir des ornières qu’ils ne cessent de creuser et que leur discours est de plus en plus en décalage avec une réalité à laquelle ils tournent le dos. Face à la crise qui secoue les pays de l’est ce sera au coup par coup, et sous la conduite du Tchèque et de Barroso on avance vers le “libéralisme” et on tance le protectionnisme (français en partixculier) en oubliant simplement que ce sont ces fiers enthousiastes des marchés ouverts qui nous ont menés là où nous en sommes et que ce qu’ils appellent le protectionnisme reflète simplement la situation de toutes les formes collectives de protection à tous les sens du terme mises à mal à commencer par les nations elle-mêmes.

Aucune solution d’ensemble pour les pays de l’Est

Les pays dits de l’Est sont la proie d’une crise monumentale. Stephen Jen, le responsable du secteur devise chez Morgan Stanley, indique que l’Europe de l’Est a emprunté l’équivalent de 1 700 milliards de dollars à l’étranger, dont la plus grande partie sous la forme de crédit à court-terme. Ces pays devront rembourser - ou refinancer - 400 milliards de dollars cette année, somme égale à un tiers du PIB de la région. Et elles le doivent à qui? En gros à l’Europe de l’ouest…

Notre capital national par exemple français avec l’aide des gouvernements successifs s’est désindustrialisé pour devenir un capital financier, notre économie a suivi, délocalisation, primat des services marchandisés où il fallait faire passer tout le service public dans le secteur marchand grâce aux directives européennes. L’Union européenne a eu son far west à l’est.

Le résultat de cette folie collective qui a gagné les prêteurs et les emprunteurs est comparable à la déroute des subprimes aux Etats-Unis. Les banques européennes sont impliquées dans les subprimes autant que dans la déroute des pays de l’Est . Ce qui n’est pas le cas pour les banques américaines. La quasi totalité des dettes du bloc de l’Est sont dues à l’Europe de l’Ouest, difficile de s’en dégager. Lors du sommet du premier mars, la Hongrie souhaitait la mise en place d’un plan global pour aider les pays de l’Est à surmonter cette crise et pour faire face la contagion sociale. De surcroît comme dans ces pays tout a été fait par leurs charmants dirigeants pour développer l’extrême-droite contre “le communisme”, le pire est à craindre dans ce domaine.

Les dirigeants de l’Union se sont prononcés contre une telle action global. Le président de la commission, Jose Manuel Barroso, explique ce refus d’un plan global par les différences qui existent entre chaque pays de l’Est. L’actuel président de l’Union, le premier ministre tchèque, Mirek Topolanek se veut rassurant : “Il est tout à fait clair que l’Union européenne ne laissera personne sur le bord de la route”. les participants au sommet ont chargé la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque mondiale d’accroître leur soutien aux économies les plus fragilisées en augmentant, “si possible”(sic), le prêt de 24,5 milliards d’euros déjà débloqué en leur faveur. Ils se sont également montrés ouverts à l’idée de procédures d’adhésion à l’euro accélérées, ce que réclament ouvertement la Hongrie et la Pologne. Soit face à cette idée de l’adhésion à l’euro accélérée, il s’agit d’une promesse sans réalité, soit c’est irresponsable… C’est une fuite en avant qui ne bénéficiera à personne. Soit c’est une promesse dans lendemain , un simple lot de consolation démagogique pour faire passer la pillule de l’absence d’aide réelle… Et dans tout les cas cela ne résoud pas l’incendie qui menace de se propager…

Le “protectionnisme” le nouveau thème à la mode

Mais au même moment où les chefs d’Etat et de gouvernement refusent de traiter d’un secours “global” et promettent d’agir au coup par coup, ils continuent leurs proclamations et affirment : “le protectionnisme n’est pas la réponse à la crise actuelle”. Ils affirment aussi leur volonté de faire “une utilisation maximale du marché unique” européen, qui garantit la libre circulation des marchandises, services, personnes et capitaux, “pour soutenir la croissance et l’emploi”. C’est-à-dire que sera maintenue la logique de la marchandisation, pas question d’arrêter “les réformes” qui livrent ou prétendent livrer au privé le sytème éducatif, la santé, on accelère…

Sur cette question du protectionnisme le Tchèque (qui assume la présidence de l’Europe) Mirek Topolanek est un fanatique du “marché”, il n’a rien appris, ou ne veut rien apprendre et il a les Français en priorité dans son viseur avec la récente annonce du prêt de 6 milliards d’euros que l’Etat français va consentir aux constructeurs automobiles nationaux, à condition que les entreprises préservent l’emploi en France et ne délocalisent une partie de leur production en République tchèque, en ­Slovaquie ou en Roumanie – pays où PSA et Renault ont des usines de montage. Bref tout le monde soupçonne la France et son refus du “plombier polonais”… Les Français qui tiennent à leur modèle social et dont le gouvernement doit bien tenir compte… A propos des mesures françaises, le Premier ministre tchèque n’a pas hésité à parler de “réactions xénophobes” et a fait valoir que “certains problèmes qui étaient latents sont aujourd’hui visibles”.Si les Français sont désignés, ils sont pourtant loin d’être les seuls.
La Suède étudie également des mesures analogues, à savoir des aides destinées à ses constructeurs, moyennant quoi les sommes engagées doivent être réinvesties uniquement dans le pays. L’Italie a donné des incitations au secteur automobile – la société Fiat est implantée en Pologne –, mais ces aides ne sont pas soumises à la protection de l’emploi local.
La France a réagi en bloc aux critiques tchèques. “Ce n’est pas du protectionnisme”, a déclaré le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Bruno Le Maire. “Il s’agit de défendre notre industrie et notre emploi. Je crois que c’est le moins qu’on puisse attendre d’un gouvernement face à la crise.” Barroso, on ne s’en étonnera pas, s’est rallié au point de vue du Premier ministre tchèque concernant les dangers du nationalisme économique, et il s’est engagé à examiner de près les mesures adoptées par Paris. “Nous analyserons le plan [français] et nous verrons s’il est compatible avec les règles du marché intérieur”, a souligné le président de la Commission européenne. “Si ce n’était pas le cas, cela aurait des effets négatifs sur d’autres pays membres, effets qu’il faudrait éviter […]. Ne cédons pas à la tentation du repli nationaliste, il y va du respect du principe de libre circulation des personnes.” Donc le discours anti-protectionniste est dirigé en priorité contre la France toujours suspecte d’indépendance nationale.

Résultat à la veille du sommet, la France a fait machine arrière: Afin de mettre un terme à la polémique, la France s’est notamment engagée à ce que «les conventions de prêt avec les constructeurs automobiles ne contiennent aucune condition relevant de la localisation de leurs activités ou de l’approvisionnement en priorité auprès de fournisseurs installés en France», ce qui a fait que la Commision à la concurrence de Bruxelles lui a accordé sa bénédiction la veille du sommet et que les participant ont pu chanter d’une seule voix ce couplet anti-protectionniste..

Bref, on continue…

Mais il suffit d’analyser leur seule “mesure concrète” de ce brillant sommet à savoir un “accord cadre sur les actifs toxiques” pour se rendre compte de la manière dont ils se moquent de nous.Pendant des années ils nous ont fait le coup du “marché”: souvenez-vous quiconque prétendait lui donner des règles en particulier nationales, des contraintes monétaires, était considéré comme un “criminel”, comme un esprit rétrograde voir pire un “marxiste”et il n’y avait pas de débat possible. Aujourd’hui ils nous refont le coup avec le mot protectionnisme, mais qu’est-ce que cela cache?

D’abord le fait qu’ils n’ont aucun remède face à la paralysie d’un système qui veut que les banquiers n’ont aucune confiance les uns dans les autres. On ne peut pas “moraliser” un tel système et il ne peut en aucun cas engendrer la confiance, vu que ces gens là ont tout sauf des illusions sur eux-mêmes. Chacun soupçonnant l’autre de lui fourguer des actifs toxiques . Je rappelle pour qui l’ignorerait encore que les actifs toxiques sont des actifs financiers que l’on ne peut plus vendre. Ce sont des produits dont personnes ne veut, du fait qu’ils n’ont plus aucune valeur sur le marché.Le type étant les subprimes nord-américains mais qui en fait concernait une grande partie des produits financiers. Comme les gouvernements ne cessent de déverser de l’argent dans le système bancaire sans réel contrôle sous pretexte d’éviter la thrombose puisque personne ne veut plus prêter de peur d’hériter des dits produits toxiques nous sommes toujours dans la paralysie du crédit et donc l’arrêt de l’économie. Et tout l’argent que l’on déverse dans ces puits sans fond qu’il ne faut surtout pas nationaliser et mettre sous contrôle réels des peuples sert d’excuse à la pression sur la vie quotidienne, la santé, l’éducation, les protections sociales. Et la seule garantie est non plus la solvabilité des banques mais celle des etats, c’est-à-dire que nous sommes condamnés à “pédaler” pour nos banquiers. Il existe des Etats qui trés rapidement ne peuvent plus présenter les garanties suffisantes, ça a commencé par l’Islande mais voici que c’est le tour des pays de l’Est. L’Europe s’est ouverte, a entraîné dans son système de traite de cavalerie et de surexploitation des pays fragiles avec des dirigeants parfois corrompus, c’est la folle vie pour tous, chacun y compris les syndicats étaient pris dans la machine à consensus autour du système… et maintenant ? C’est le délestage: on, verra au coup par coup et surtout pas de “protectionnisme”…

Mais regardons ce qui se passe dans les faits: le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso,a annoncé que les pays membres se sont mis d’accord sur un “cadre commun” qui porte “sur la manière de traiter les actifs toxiques”. Chaque Etat aura une “grande flexibilité sur la détermination des actifs éligibles”.Et nous voilà repartis dans le discours sur le cadre européen schizophrène, le refus “vertueux” du protectionnisme et le renvoi de fait à chaque Etat du soin de se débarrasser de ses produits toxiques.

« Il s’agit d’une décision importante pour rétablir l’octroi de crédits par les banques », s’est félicité Nicolas Sarkozy. Le président de la République a expliqué que les Vingt-Sept étaient convenus de laisser à chaque pays le choix de la méthode (structure de défaisance ou système de garantie) ainsi qu’une « grande flexibilité » sur la détermination des actifs éligibles. Mais un « cadre commun européen » encadrera ce type d’intervention pour éviter les distorsions de concurrence.

Et on continue comme avant…

On nous refait grâce à l’Europe le coup du “marché”. Le fond est que le cadre européen sert de prétexte pour sous couvert de “refus du protectionnisme” ne pas offrir aux citoyens de véritables débats nationaux sur les mesures à prendre et pour préserver les intérêts du capital et du financier et imposer aux peuples de payer pour eux en éloignant d’eux la décision politique sous couvert de décisions communes. L’Europe joue une fois de plus son rôle anti-démocratique et d’aggravation de la crise sans offrir le moindre parapluie collectif.

Parce que on nous fait le coup de “moraliser” le capital, c’est impossible, il est immoral et actif parce qu’il l’est. Si on les prenait au mot on pourrait tout au plus pondérer ses pires excès c’est-à-dire lui imposer comme au temps où existait une “social-démocratie” par crainte de l’Union Soviétique, des protections sociales, du non marché, mais l’Europe c’est justement le contraire on le voit une fois de plus, c’est sur le fond pouvoir continuer à donner aux mêmes, utiliser les ressources et les richesses nationales pour les déverser sans contrôle dans le tonneau des danaïdes et empêcher que des mesures en faveur de l’emploi national soit pris tandis que celles en faveur des banquiers et du capital sont “libérées”…


Une décision finale serait prise au prochain sommet des dirigeants européens les 19 et 20 mars nous annonce-t-on. mieux en mai il sera question de… L’Europe sociale par les mêmes…

Mais la vraie question est de qui se moque-t-on dans les états majors politiques quand on prétend nous faire voter sur l’Europe sociale ? .

Danielle Bleitrach




http://socio13.wordpress.com/2009/03/02/leurope-et-le-protectionnisme-ou-lart-de-se-moquer-des-citoyens/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: De L’Union Européenne au Gouvernement Mondial   15/5/2009, 22:03

De L’Union Européenne au Gouvernement Mondial
Par Farid, We Are Change Paris, pour Mecanopolis

Le mondialisme est un projet politique ayant pour objectif la mise en place d’un gouvernement mondial. Pour y arriver, les groupes mondialistes mettent en place de grands blocs continentaux standardisés où les nations perdent leur souveraineté pour passer sous la domination d’instances supranationales.

La fabrication de l’Union Européenne étant le prototype même de ce redécoupage planétaire et aussi le plus avancé. En 1958, le traité de Rome a été une première étape de la construction de l’UE , créant un marché commun de libre échange, qui a progressé au fil des années jusqu’au stade actuel avec la ratification du traité de Lisbonne par la France le 8 février 2008, soit … trois ans après le refus du peuple français ! Dejà, le traité de Maastricht en 1992 stipulait dans son article 104 l’interdiction aux états membres de battre monnaie, devenu l’article 123 du traité de Lisbonne dit “simplifié”(1) . L’Union interdit donc aux états membres de fabriquer leur monnaie au profit de cartels de banques privées avec intérêts ! Ce racket financier est dans la continuité de la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973 par laquelle la Banque de France abandonne son rôle de service public. La dette française de 1200 milliards d’euros est constituée d’environ 1142 euros d’intérêts des prêts auprès des banquiers privés(2) !

La présentation du projet européen comme une volonté de contrebalancer la puissance des États-Unis n’est qu’une mascarade qui tombe le 5 janvier 2005 avec la résolution du parlement européen(3) assurant la création d’une assemblée transatlantique assurant le pont entre l’Europe et les USA. En fait, cette résolution n’est que l’application des travaux des groupes de réflexion - think tanks - mondialistes, tels que le Transatlantic Policy Network(4) ou la fondation Bertelsman(5). Richard de Coudenhove Kalergi, fondateur de la Paneurope (l’ancêtre de L’UE), parlait déjà en 1950, lors de la remise du prix Charlemagne, d’une Union Atlantique avec la Grande Bretagne faisant le pont entre l’Europe et les USA(6) . Cette Union Transatlantique est un projet ancien visant la mise en place un bloc unifié entre l’Union Européenne et l’Union Nord Américaine(7). Ce projet a connu une nette accélération en 2005 avec le rapport du CFR (Council of Foreign Relations)(Cool “vers une communauté nord américaine” regroupant les Etats-Unis, le Canada et le Mexique dans une instance supranationale avec une monnaie et une banque centrale commune pour l’Union Nord Américaine. Ou est l’Europe puissance ? L’Europe contrepoids des USA ?

Partout des blocs continentaux voient le jour, telle l’Union Pour la Méditerranée (EUROMED)(9) comprenant les pays du pourtour méditerranéen, un pont entre l’Union Européenne et l’Union Africaine. Un marché commun pour cette zone est prévue pour 2010 et n’est qu’une continuité du processus de Barcelone initié en 1995. Contrairement à la croyance officielle ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui est derrière ce projet, mais plutôt … la fondation Bertelsman !

Un autre bloc continental est l’Union Africaine (UA)(10) créé en 2002, à Durban (Afrique du Sud). Il a vu la première mise en place de ses institutions (commission, parlement panafricain, conseil de paix et de sécurité) en juillet 2003 au sommet de Maputo (Mozambique). Créée à l’image de l’Union Européenne, elle implique la création d’une banque centrale de développement. Une monnaie unique, là aussi, est prévue pour 2021(11).

En Amérique latine, c’est l’Union Sud Américaine (UNASUR), continuité du mercosur établissant une zone de libre échange à l’image du traité de Rome de l’Union Européenne et de l’Alena pour l’Amérique du nord pour la future Union Nord Américaine(12). Né de la déclaration de Cuzco le 8 décembre 2004, le projet de l’UNASUR est d’établir une monnaie unique, une identité sud-américaine,une monnaie unique, un parlement sud américain et un passeport unique. Le 5 Mai 2006, le projet accélère avec l’assemblé Eurolat faisant la jonction entre le parlement européen et andin.Une assemblée transatlantique latino-européenne a été crée pour préparer la fusion des deux blocs avec des accords communs. Le prochain objectif selon le parlement andin est de : « parvenir à un accord de « partenariat global inter régional », devant être mis en œuvre à partir de l’an 2012, qui assurerait une base juridique et institutionnelle avec des règles communes afin de faciliter la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux entre les deux régions »(13).

Dans le Golfe persique, c’est le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) avec, là encore, la mise en place d’un marché unique de libre échange le 1er janvier 2008(14). les états concernés concluent un accord le 18 décembre 2008 pour une monnaie unique en 2010(15). De plus, une résolution du parlement européen du 24 avril 2008 établi un accord de libre-échange entre la Communauté Européenne et le Conseil de coopération du Golfe(16).

A l’Est, c’est la Communauté Economique Eurasienne (CEEA) comprenant Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan et Ouzbékistan(17). L’union douanière pour la zone sera formée en 2010(18) et un projet de monnaie unique est en discussion(19). Il est à noter que Andrei Illarionov, l’ancien conseiller de Vladimir Poutine durant sa présidence pour les affaires économiques était un membre de … la fondation Bertelsman ! (20)

En Asie c’est l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN)(21). Une zone de libre échange, l’AFTA, a été signée et est prévue pour 2010(22). Un marché commun entre l’ASEAN et la Chine a été signé en décembre 2002 et il entrera en vigueur entre 2010 et 2015(23).

La volonté de créer de grands blocs continentaux afin de faciliter l’émergence d’un gouvernement mondial ne relève pas d’une quelconque utopie humaniste ou d’un souci du bien être des populations ! L’Union Européenne s’est construite au mépris du désaccord des peuples consultés par référendum concernant l’abandon de leur souveraineté nationale. L’Union Nord Américaine a été décidée sans l’accord des américains, idem pour les autres blocs continentaux. Outre les aspects dictatoriaux et mystiques du mondialisme, il s’agit là d’une idéologie malthusienne comme en témoigne cette citation de Bertrand Russel (prix Nobel de littérature en 1950) dans «Science, puissance, violence»(24) :

« La nécessité d’un gouvernement mondial se dégage avec évidence des principes de Darwin, et il s’agit d’en tenir compte si l’on désire résoudre avec humanité le problème de la surpopulation [...] Cette autorité aura pour tâche de répartir les denrées du monde entier entre toutes les nations, proportionnellement au chiffre de la population de chacune d’elles au moment de la création de cette autorité”.[...]«Si, par la suite, l’une des nations a une population accrue, elle ne saurait arguer de ce fait pour recevoir davantage. Chaque nation aurait ainsi une raison très sérieuse de ne pas se laisser indûment prolifique.»

Farid, de WAC Paris, pour Mecanopolis

Cet article est issu d’un tract de We Are Change Paris, téléchargeable sur leur site.

Notes :

1. http://www.solidariteetprogres.org/article4307.html
2. La dette publique,une affaire rentable aux Editions Yves Michel, page 71
3. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=B6-2005-0021&language=FR
4. http://www.b-i-infos.com/articles/Pierre_Hillard_L%20Am%E9rope%20capitaliste.pdf
5. http://www.diploweb.com/forum/hillard07022.htm
6. http://www.revue-republicaine.fr/spip.php?article1374
7. http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=1422
8. http://www.cfr.org/content/publications/attachments/NorthAmerica_TF_final_fr.pdf
9. http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_pour_la_M%C3%A9diterran%C3%A9e
10. http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_africaine
11. http://www.rfi.fr/actufr/articles/108/article_76076.asp
12. http://novusordoseclorum.discutforum.com/information-et-conscientisation-f12/l-union-sud-americaineunasurfusion-en-travaux-avec-l-ue-t1300.htm
13. http://www.congreso.gob.pe/actividades/eurolat-frances/antecedentes.htm
14. http://www.elwatan.com/Pays-du-Golfe-Un-marche-commun-en
15. http://www.france24.com/fr/20080918-golfe-monarchie-monnaire-unique-union-monetaire-monarchies-petrolieres
16. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P6-TA-2008-0181+0+DOC+XML+V0//FR
17. http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%%C3%A9conomique_eurasienne
18. http://fr.rian.ru/world/20080607/109505047.html
19. http://fr.rian.ru/world/20090314/120559770.html
20. http://www.diploweb.com/forum/hillard2.htm
21. http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_des_nations_de_l%27Asie_du_Sud-Est
22. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/35/35878.htm
23. http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/l-asean-et-la-chine-font-marche-commun_97274.html
24.http://www.solidariteetprogres.org/article4372.html

Source ici
Revenir en haut Aller en bas
penseur



Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Europe et Libéralisme   4/6/2009, 11:40



Le monde ne tourne pas rond. L'élite politique, économique et financière cherche par la prédation à asservir les peuples d'Europe ET du monde. La méthode est progressive pour ne pas éveiller de soupçons, la manipulation est totale dans un monde d'argent et de pouvoir . Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.web-journal.fr/
GarfieldLove



Nombre de messages : 2641
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Constitution européenne: Des annexes inquiétantes...   8/6/2009, 11:55

Les "explications" relatives à l'article II-66 (qui affirme que "toute personne a droit à la liberté et à la sûreté") justifient d'ailleurs implicitement la détention sur simple soupçon, ou encore pour des personnes "contagieuses", des "aliénés", des "toxicomanes" ou des "vagabonds":

paragraphe 1 de l'article 6 de l'annexe 12
"Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales:
(...)
c) s'il a été arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu'il a commis une infraction ou qu'il y a des motifs raisonnables de croire à la nécessité de l'empêcher de commettre une infraction.
(...)
e) s'il s'agit de la détention régulière d'une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d'un aliéné, d'un alcoolique, d'un toxicomane ou d'un vagabond;"

Le paragraphe 3 des mêmes "explications" semble néanmoins fixer des limites à la détention arbitraire, mais encore une fois, ces limites sont formulés dans des termes suffisamment imprécis pour laisser toute liberté d'interprétation à un futur régime autoritaire ou policier:

paragraphe 3 de l'article 5 de l'annexe 12
"Toute personne arrêtée ou détenue, dans les conditions prévues au paragraphe 1.c du présent article, doit être aussitôt traduite devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires [c'est à dire par un policier, ou un "juge de proximité" sans aucune formation judiciaire] et a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable" [quel délai précisément?...]

paragraphe 4 de l'article 5 de l'annexe 12
"Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai [quel délai précisément?] sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale." [mais compte-tenu des dispositions précédentes, peu de détentions pourront être déclarées illégales, puisque justifiées par la Constitution]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solstice



Nombre de messages : 3147
Age : 49
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne   10/6/2009, 08:11

merci penseur pour cette excellente analyse du neolibéralisme qui nous asservi chaque jour davantage. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clisthene



Nombre de messages : 78
Age : 37
Localisation : bondy
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: BIENTOT PLUS DE FRONTIERE ENTRE L EUROPE ET TOUTE L ASIE !!!!   17/7/2009, 21:34

Bonjour à tous,

La coree du sud va bientot signer un accord de marche commun avec L Union Europeenne pour la libre circulation des biens, des capitaux et des travailleurs.

Il faut savoir que la Coree du sud fait deja partie de Association des nations de l'Asie du Sud-Est
Indonésie (1967)
Malaisie (1967)
Philippines (1967)
Singapour (1967)
Thaïlande (1967)
Brunei (1984)
Viêt Nam (1995)
Laos (1997)
Myanmar (1997)
Cambodge (1999 + la Chine, le Japon et la Corée du Sud

et qu'en 2015 il est prevu que tous ces pays asiatique deviennent une zone de libre echange.

Donc à travers la Coree du sud il n y aurai plus de frontiere entre l'europe et toute l asie !!!



Corée du Sud-UE : accord de libre-échange sur le point d'aboutir

SEOUL, 8 juil 2009 (AFP)

Corée du Sud-UE : accord de libre-échange sur le point d'aboutir

La Corée du Sud et l'Union européenne sont sur le point d'aboutir à un accord de libre-échange, a indiqué mercredi la porte-parole du président sud-coréen Lee Myung-Bak.

"Nous sommes entrés dans la phase finale des consultations avec l'Union européenne" afin de parvenir à un accord de libre-échange, a indiqué Kim Eun-Hye, lors d'une conférence de presse en Pologne.

"La Commission européenne est en contact avec les pays membres (de l'UE) pour obtenir leur accord définitif" avant la venue en Suède de M. Lee, a ajouté la porte-parole, citée par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Lee Myung-Bak, en visite en Europe à l'occasion du sommet du G8 en Italie, se rendra samedi à Stockholm, qui assure la présidence tournante de l'UE depuis le 1er juillet, pour y rencontrer le Premier ministre Fredrik Reinfeldt.

Interrogé mardi par la chaîne européenne d'informations Euronews, le président Lee a dit espérer qu'un accord de libre-échange serait signé avant la fin du mois d'août.

Les négociations ont débuté il y a deux ans. Les deux parties avaient échoué en mars à conclure un accord, achoppant sur deux points : le remboursement de certains droits de douane et les règles concernant la détermination de l'origine.

Cette question concerne en particulier les droits de douanes des produits fabriqués dans un complexe industriel inter-coréen en Corée du Nord, et que Séoul entend considérer comme sud-coréens. Il concerne également des produits en partie fabriqués ou assemblés en Corée du Sud à partir d'éléments importés, notamment de Chine. Bruxelles a estimé que cela donnerait un avantage déloyal aux entreprises sud-coréennes.

La Corée du Sud vise un plus large accès au marché européen pour ses pièces détachées automobiles et ses produits électroniques et textiles, tandis que l'UE souhaite voir les barrières douanières sud-coréennes disparaître pour ses automobiles et ses produits pharmaceutiques, chimiques et cosmétiques.

L'UE était le deuxième partenaire commercial de la Corée du Sud l'an dernier, derrière la Chine, avec plus de 90 milliards de dollars d'échanges. L'UE est également le plus gros investisseur étranger en Corée du Sud, avec 43,40 milliards de dollars investis fin 2007.



L'ASEAN + 3 [modifier]
Parallèlement, émerge l'ASEAN Plus Trois (APT) à partir d'une idée de Singapour en 1995. Il comprend les pays de l'ASEAN ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Il prend ses origines dans la préparation de la première Réunion Asie-Europe (ASEM).

La première rencontre APT a lieu informellement en 1997 lors du sommet de Singapour, puis à tous les sommets de l'ASEAN afin d'établir des positions communes en vue de l'ASEM.

En mai 2000 à Chiang Mai, ils s'accordent pour lutter contre une nouvelle crise financière. En 2001, la Chine lance une initiative majeure destinée à établir une Zone de libre échange entre elle et l'ASEAN. Un accord cadre est signé en 2002 en vue d'établir la zone en 2010 pour l'ASEAN 6 et en 2015 pour l'ASEAN au complet. Des initiatives similaires ont été lancées en réponse par le Japon et la Corée. L'APT a également d'autres projets comme le développement de la région du bassin du Mékong, la formation dans les technologies environnementales, la promotion du tourisme.

L'APT permet aux pays de l'ASEAN de se renforcer dans les négociations internationales notamment à l'OMC pour contrebalancer l'influence de l'UE et de l'ALENA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Forum européen des services   4/2/2010, 02:45

Le forum européen des services (European Services Forum, ESF) est une organisation rassemblant des multinationales européennes de services créée en avril 1999 afin de fournir à la Commission européenne des recommandations pour les négociations de l'Organisation Mondiale du Commerce, c'est-à-dire pour l'AGCS.

Un début d'article sur Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Forum_europ%E9en_des_services

Leur site web (ça vaut le détour, mais c'est en anglais) :
http://www.esf.be/new/

En gros le but est de libéraliser le maximum de services partout dans le monde, c'est-à-dire transformer les services publics en marchés pour les entreprises privées pour augmenter les profits des multinationales européennes ou autres.

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique Europe : genèse et actualités de la Communauté Européenne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» Des nouveaux pays en Europe pour 2020 !
» Michel Onfray et la Fin de l'europe et de l'Occident
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Pays-
Sauter vers: