Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arche de Noé des semences - Monsanto - Bill Gates - Rockefeller & Compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'arche de Noé des semences - Monsanto - Bill Gates - Rockefeller & Compagnie   8/12/2011, 16:49

L'arche de Noé végétale

Bill Gates, Rockefeller et les géants des OGM savent quelque chose que nous ignorons.

3ème partie ... [Et Fin?]



Ces compagnies privées, Monsanto, DuPont, Dow Chemical, n'ont guère d'antécédent sans taches en termes de gestion de la vie humaine. Elles ont développé et multiplié des innovations du style dioxine, PCB, Agent Orange. Elles cachent depuis des décennies les preuves manifestes du danger de cancer et d'autres graves conséquences pour la santé humaine de l'usage des produits chimiques toxiques. Elles ont enterré des rapports scientifiques sérieux sur le plus répandu des herbicides dans le monde, le glyphosate, l'ingrédient de base de l'herbicide Roundup de Monsanto, qui est lié à l'achat de la plupart des semences génétiquement modifiées de Monsanto, et est toxique quand il s'infiltre dans l'eau potable. (9) Le Danemark a interdit le glyphosate en 2003, quand il fut confirmé qu'il contaminait les nappes phréatiques du pays. (10)

​​​​La diversité des semences stockées dans les chambres fortes à gènes est la matière première pour la reproduction des plantes et pour de nombreuses recherches biologiques fondamentales. Plusieurs centaines de milliers d'échantillons sont distribués chaque année à de telles fins. La FAO répertorie quelque 1.400 chambres fortes à semences dans le monde, les plus importantes étant gardées par le gouvernement des États-Unis. D'autres grandes chambres fortes sont détenues par la Chine, la Russie, le Japon, l'Inde, la Corée du Sud, l'Allemagne et le Canada, par ordre de taille décroissante. Par ailleurs, le CGIAR exploite une chaîne de chambres fortes pour semences dans des centres choisis aux quatre coins du monde.

​​​​Le CGIAR, créé en 1972 par les fondations Rockefeller et Ford pour propager leur modèle de Révolution Verte agro-alimentaire, contrôle la plupart des chambres fortes à semences privées, depuis les Philippines à la Syrie en passant par le Kenya. Toutes ces chambres fortes à semences actuelles contiennent plus de six millions et demi de variétés de semences, près de deux millions d'entre elles sont « distinctes. » L'arche de Noé de Svalbard aura la capacité d'abriter quatre millions et demi de graines différentes.




LES OGM COMME ARME DE GUERRE BIOLOGIQUE ?

​​​​Maintenant, nous arrivons au cœur de la dangerosité et du potentiel d'usage abusif inhérents au projet de Bill Gates et de la Fondation Rockefeller à Svalbard. Le développement de semences brevetées, pour la plupart des grandes cultures vivrières, comme le riz, le maïs, le blé, et pour les céréales fourragères comme le soja, peut-il en fin de compte être utilisé dans une horrible forme de guerre biologique ?

​​​​Le but explicite du lobby des eugénistes, financé depuis les années 20 par de riches familles élitistes, comme Rockefeller, Carnegie, Harriman et autres, incorporait ce qu'ils appelaient l'« eugénisme négatif, » l'extermination systématique des lignées indésirables. Margaret Sanger, une eugéniste alerte, fondatrice de Planification Internationale de la Maternité et intime de la famille Rockefeller, a fait à Harlem en 1939 un truc appelé The Negro Project, qui, comme elle le confiait dans une lettre adressée à un ami, concernait le fait que, « nous voulons exterminer les populations noires, » tel qu'elle l'a exprimé. (11)




En 2001, Epicyte, une petite entreprise de biotechnologie de Californie, a annoncé la mise au point de maïs génétiquement modifiés contenant un spermicide rendant les hommes qui le mangeait stérile. Epicyte avait à cette époque un accord de coentreprise pour diffuser sa technologie avec DuPont et Syngenta, deux des sponsors de l'arche de Noé végétale à Svalbard. Epicyte a depuis été achetée par une société de biotechnologie de Caroline du Nord. Il était étonnant d'apprendre qu'Epicyte avait développé son maïs OGM spermicide avec des fonds de recherche du ministère de l'Agriculture étasunien, ce même ministère qui, en dépit de l'opposition du monde entier, a continué à financer le développement de la technologie Terminator, actuellement détenue par Monsanto.

​​​​Dans les années 90, l'OMS a lancé pour des millions de femmes entre 15 et 45 ans du Nicaragua, du Mexique et des Philippines, une campagne de vaccination soi-disant contre le tétanos, une maladie survenant de choses comme marcher sur un clou rouillé. Les hommes et les garçons n'étaient pas vaccinés, en dépit du fait qu'ils sont vraisemblablement tout aussi susceptibles que les femmes de marcher sur des clous rouillés.




À cause de cette curieuse anomalie, le Comité Pro Vida de México, une organisation laïque catholique romaine, est devenu méfiant et a fait tester un échantillon du vaccin. Les tests ont révélé que le vaccin antitétanique en train d'être colporté par l'OMS uniquement pour les femmes en âge de porter des enfants, contenait de la Gonadotrophine Chorionique ou hCG, une hormone naturelle qui, combinée à une anatoxine tétanique, activait des anticorps rendant la femme incapable de maintenir sa grossesse. Il a été dit qu'aucune femme n'a été vaccinée.




​​​​Il est apparu plus tard que la Fondation Rockefeller avec le Comité sur la Population de Rockefeller, la Banque Mondiale (qui abrite le CGIAR), et l'Institut National de la Santé des États-Unis, ont été impliqués dans un projet long de 20 ans, commencé en 1972, afin de mettre au point pour l'OMS un agent abortif dissimulé dans un vaccin contre le tétanos. Par ailleurs, le gouvernement de Norvège, l'hôte de l'arche de Noé végétale de Svalbard, a fait un don de 41 millions de dollars pour développer un vaccin antitétanique spécial, ayant la capacité de provoquer l'avortement. (12)




Est-ce une coïncidence que ces mêmes organisations, depuis la Norvège jusqu'à la Fondation Rockefeller, en passant par la Banque Mondiale, soient également engagées dans le projet de chambre forte pour semences à Svalbard ? Selon le professeur Francis Boyle, qui a rédigé la Loi sur l'anti-terrorisme et les armes biologiques, promulguée par le Congrès étasunien en 1989, le Pentagone est « désormais préparé à disputer et à gagner la guerre biologique » dans le cadre de deux directives de stratégie nationale de Bush adoptées, remarque-t-il, « sans que le public le sache, et révisées » en 2002. Boyle ajoute que, de 2001 à 2004, le gouvernement fédéral étasunien a dépensé 14,5 milliards de dollars pour uniquement des travaux liés au bio-terrorisme civil, une somme faramineuse.




Richard Ebright, biologiste à l'Université Rutgers, estime que plus de 300 institutions scientifiques et quelques 12.000 personnes aux États-Unis ont aujourd'hui accès à des agents pathogènes convenant à la guerre biologique. L'Institut National de la Santé du gouvernement étasunien est doté de 497 subventions uniquement pour la recherche sur les maladies infectieuses à potentiel de guerre biologique. Bien entendu, c'est en train d'être justifié dans la rubrique de défense contre une éventuelle attaque terroriste, comme tant de chose le sont aujourd'hui.




Beaucoup de dollars du gouvernement étasunien sont dépensés dans la recherche de guerre biologique impliquant le génie génétique. Jonathan King, professeur en biologie au MIT, dit que « les programmes de bio-terrorisme en pleine expansion représentent la naissance d'un important danger pour notre propre population. » King ajoute, « bien que ce genre de programmes soit toujours appelé défensif, avec les armes biologiques les programmes défensifs et offensifs se recouvrent presque complètement. » (13)

​​​​L'avenir nous dira, à Dieu ne plaise, si l'arche de Noé végétale du Svalbard de Bill Gates et de la Fondation Rockefeller fait partie d'une autre Solution Finale, celle entraînant l'extinction Définitive, de la Grande Planète Terre.






NOTES

​​​​1 F. William Engdahl, Seeds of Destruction, Montreal, (Global Research, 2007).

​​​​2 Ibid, pp.72-90.

​​​​3 John H. Davis, Harvard Business Review, 1956, cité par Geoffrey Lawrence dans Agribusiness, Capitalism and the Countryside, Pluto Press, Sydney, 1987. Voir aussi Harvard Business School, The Evolution of an Industry and a Seminar: Agribusiness Seminar,

www.exed.hbs.edu/programs/agb/seminar.html

​​​​4 Engdahl, op cit., p. 130.

​​​​5 Ibid. P. 123-30.

​​​​6 Myriam Mayet, The New Green Revolution in Africa: Trojan Horse for GMOs ?, mai 2007, African Centre for Biosafety,

www.biosafetyafrica.net.

​​​​7 ETC Group, Green Revolution 2.0 for Africa?, Communique Issue #94, mars/avril 2007.

​​​​8 Site Internet Global Crop Diversity Trust :

www.croptrust.org/main/donors.php.

​​​​9 Engdahl, op. cit., pp.227-236.

​​​​10 Anders Legarth Smith, Denmark Bans Glyphosates, the Active Ingredient in Roundup, Politiken, 15 septembre 2003 :

www.organic.com.au/news/2003.09.15

​​​​11 Tanya L. Green, The Negro Project: Margaret Sanger's Genocide Project for Black American's :

www.blackgenocide.org/negro.html.

​​​​12 Engdahl, op. cit., pp. 273-275; J.A. Miller, Are New Vaccines Laced With Birth-Control Drugs ? HLI Reports, Human Life International, Gaithersburg, Maryland; juin/juillet 1995, Volume 13, Number 8.

​​​​13 Sherwood Ross, Bush Developing Illegal Bioterror Weapons for Offensive Use, 20 décembre 2006 :

www.truthout.org.


​​​​ F. William Engdahl est auteur de Seeds of Destruction, the Hidden Agenda of Genetic Manipulation (graines de destruction, les projets secrets du génie génétique) qui vient d'être publié par Global Research. Il est également auteur de Pétrole, une guerre d'un siècle : L'ordre mondial anglo-américain (en français). Pour le contacter par courrier électronique :


info@engdahl.oilgeopolitics.net


http://france.eternelle.over-blog.com/article-l-arche-de-noe-des-semences-enfin-en-photos-91691900.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme



Nombre de messages : 2511
Age : 36
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Bill Gates ou la pourriture internationale   10/12/2011, 14:41

Comment provoquer des envies de meurtre chez moi ? Vous l'aurez compris il suffit de dire Bill Gates et vous aurez réussi.

Bill Gates : un bienfaiteur de l’humanité... version OGM et nucléaire

LE PLUS. Que faire de son argent quand on est le 2e homme le plus riche du monde ? Aider les autres ! Encore faut-il investir dans des entreprises éthiques. Yves Paccalet, écologiste, n'est pas dupe de la philanthropie du patron de Microsoft.

Par Yves Paccalet philosophe écologiste (Merci Yves)

Citation :

Peu d’entre nous ont été dupes, quelques-uns s’y sont laissés prendre…

(je préfère cette image à l'originale)

Bill Gates, un des hommes les plus riches du monde, le fondateur (et profiteur) de la firme Microsoft, a lancé une fondation dite "philanthropique et écologiste". Peinture verte ! Voici quelques infos récentes (2010), données par la revue en ligne Sauve la Terre, la gazette des lanceurs d’alerte :


"Créée en 1994, la fondation Bill et Melinda Gates gère un capital de 33,5 milliards de dollars. Ce pactole a été investi à hauteur de 23 millions de dollars dans l’achat de 500.000 actions de la firme agrochimique Monsanto."


Valse avec Monsanto


Oui : Monsanto, le temple des OGM, le fabricant de l’agent orange (à la dioxine) déversé par tonnes sur le Vietnam, de nombreux pesticides parmi les pires, ou du sinistre herbicide Roundup…


Gates-Monsanto : contemplons, ébahis, l’union amoureuse de deux des monopoles les plus cyniques et les plus agressives de la planète ! 90 % du marché mondial des logiciels informatiques pour le premier, 90 % du marché des OGM pour le second…


Tango avec les OGM


La fondation Gates coopère, en outre, avec la fondation Rockefeller, fervente promotrice des OGM à destination des pays pauvres. Tous ces humanistes se sont alliés pour créer l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Alliance for a Green Revolution in Africa – Agra). Celle-ci s’emploie à ouvrir le continent noir aux produits agrochimiques et aux OGM.


La fondation Gates s’est, par ailleurs, assuré les bonnes grâces des ministres des Finances des États-Unis, du Canada, de l’Espagne et de la Corée du Sud, lesquels ont mis sur la table 880 millions de dollars pour un "Programme mondial d’agriculture et de sécurité alimentaire"( Global agriculture and food security program ). L’avenir des paysans et des consommateurs du monde est entre les meilleures mains.


Cha cha cha avec le nucléaire



Ce n’est pas tout ! Le dernier numéro (8 décembre 2011) de Courrier International, qui reprend lui-même les infos du quotidien de Hong Kong South China Morning Post, révèle que, depuis 2009, Bill Gates engage de bons paquets de capitaux dans le nucléaire. Ce doux humaniste écolo rencontre, courant décembre, les patrons de la China National Nuclear Corporation, afin de concevoir et de vendre avec eux un nouveau type de réacteur atomique "propre", c’est-à-dire qui utilise "moins" d’uranium "peu enrichi", et qui laisse par conséquent "moins de déchets".


Tous les guillemets sont utiles et recommandés. Amis du genre humain, si vous accueillez un jour Bill Gates dans votre noble assemblée, ne manquez pas de lui offrir un peu de thé OGM chauffé au nucléaire : il adore ce type de breuvage…

Source et liens supplémentaires.
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/221814;bill-gates-un-bienfaiteur-de-l-humanite-version-ogm-et-nucleaire.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Khorasan



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Re: L'arche de Noé des semences - Monsanto - Bill Gates - Rockefeller & Compagnie   20/8/2016, 00:00

Citation :
Le programme à long terme de la Fondation Rockefeller:
Au-delà du riz doré et des aliments chimériques




Jurriaan Maessen

Source: Global Research

«Cela va explorer les possibilités de programmes de formation, de séminaires, de forums publics, de symposiums et autres modalités afin de transmettre des informations, quant à l’impact de la croissance démographique sur le développement économique et social, aux officiels des gouvernements dans les ministères de la santé, dans les commissions de planification, et autres agences adéquates, dans le but d’activer une implication plus conséquente pour tout ce qui concerne les politiques démographiques et les programmes de contrôle de la population.» Rapport annuel de 1968 de la Fondation Rockefeller, page 54.
*****************
«Une population totale de 250 à 300 millions de personnes, une baisse de 95% par rapport au niveau démographique actuel, serait l’idéal». Ted Turner au Magazine Audubon en 1996.

Dans un article du 18 avril 2009 sur le développement d’aliments transgéniques pour le continent Africain, “Strange Fruit: Could genetically modified foods offer a solution to the world’s food crisis?”, l’auteur mentionne que la Fondation Rockefeller a récemment pris la décision de soutenir financièrement, pour les nations du Tiers-Monde, le processus de “riz biofortifié”, inventé par un scientifique Suisse du nom de Ingo Potrykus.

En 2000, ce scientifique, en effet, modifia un riz en ajoutant un gène bactérien et deux gènes de jonquille, afin d’en accroître la teneur en vitamine A. Son objectif était de découvrir une voie rapide permettant de remédier à la déficience en vitamine A qui provoque la cécité chez près d’un demi-million d’êtres humains chaque année, en majorité des enfants. La moitié de ces personnes affectées meurent dans l’année suivant la cécité et les autres meurent de maladies, telles que la malaria, parce que la déficience influe sur leur système immunitaire. Le Professeur Potrykus appela son invention “golden rice”, le riz doré.

Cependant, il n’y a rien de récent quant à l’implication de la Fondation Rockefeller dans la recherche et le développement de riz génétiquement fortifié ainsi qu’il l’est mentionné dans la publication de la Fondation Rockefeller du 14 novembre 2000, dans laquelle le directeur de la sécurité alimentaire de la fondation, Gary H. Toenniessen, affirme qu’au début des années 1990, le scientifique Suisse et un autre de ses collègues:

«... s’adressèrent à la fondation. Le docteur Ingo Potrykus de l’Institut Fédéral Suisse de Technologie de Zurich était un spécialiste dans la manipulation génétique des plantes et son laboratoire était l’un des premiers à modifier génétiquement le riz... Ces deux scientifiques proposèrent de modifier génétiquement “du riz avec des gènes de jonquille afin de produire des teneurs nutritivement conséquentes de bêta-carotène dans l’endosperme du riz”. Durant un séminaire sponsorisé par la fondation, d’autres scientifiques déclarèrent que cette tâche était difficile mais réalisable, et cette recherche fut subventionnée».

Dix années plus tard, il semble que l’expérimentation ait été couronnée d’un grand succès. Lors d’un discours d’ouverture, le 17 octobre 2008, par la présidente de la Fondation Rockefeller, Judith Rodin, il fut précisé que la recherche concernant le riz génétiquement modifié avait été en cours durant au moins 65 années - et que durant tout ce laps de temps, elle avait été généreusement subventionnée par les fonds abondants de la fondation. Rodin explique:

«Depuis que les recherches ont débuté, il y a 65 ans, nous avons subventionné le travail des ingénieurs du riz doré, le Dr Peter Beyer, le Dr Ingo Potrykus, et plus de 15 autres. (....). J’ai le plaisir d’annoncer aujourd’hui que nous allons subventionner l’IRRI (International Rice Research Institute) - que nous avons aidé à établir il y a 50 ans - afin d’accompagner le riz doré au travers des processus d’approbation officielle en Inde, au Bangladesh, en Indonésie et aux Philippines. Et nous espérons que cela ne soit qu’un début ».

Au nom de la Fondation Rockefeller, Akinwumi Adesina (Directeur adjoint de la sécurité alimentaire de la Fondation) affirma devant le Congressional Black Caucus Legislative Conference, le 28 septembre 2007, que le continent Africain avait été spécifiquement choisi comme le terrain de jeu favori de la Fondation Rockefeller. Mais il se plaignit que:

«En ce qui concerne les manipulations génétiques, de façon générale, les nations Africaines n’ont pas mis en place des cadres règlementaires permettant leur utilisation dans la production de nourriture. L’introduction et la culture des plantes génétiquement modifiées doivent faire face à de nombreux défis en Afrique, y compris la peur des OGMs ».

Adesina continua en amenant le changement climatique dans le tableau, déversant peur après peur en espérant, peut-être, qu’une nouvelle peur allait éliminer la précédente.

«Le soutien à l’Afrique, pour qu’elle puisse subvenir à ses besoins alimentaires, possède d’autres avantages pour le changement climatique. (....). L’accroissement de la pression démographique et la dépendance vis à vis de pratiques agricoles extensives vont induire, probablement, d’autres déforestations, des émissions de dioxyde de carbone et des contributions au changement climatique».

Sous l’égide du “changement climatique”, il semble que toute question sérieuse quant au fait de jouer à Dieu avec la flore (et la faune) peut être écartée sans coup férir. Le représentant de la Fondation Rockefeller, Gary H. Toenniessen affirma, lors d’un symposium, durant sa conférence “Opportunities for and challenges to Plant Biotechnology Adoption in Developing Countries”:

«L’acceptation, ou plutôt la non-acceptation, par le public des cultures transgéniques et des aliments génétiquement modifiés, constitue une contrainte majeure pour l’adoption des biotechnologies végétales, particulièrement en Europe. (...). Des campagnes orchestrées contre les aliments modifiés génétiquement ont trouvé une oreille attentive chez les consommateurs urbains. Il se peut que la situation dans les pays en voie de développement soit très différente».

Cette même opinion est exprimée en 2005 lors “d’une évaluation stratégique de l’organisation” (la Fondation Rockefeller): divers “défis” y furent déclinés qui pouvaient constituer un obstacle sur la voie du prochain niveau de globalisation que la Fondation a programmé pour nous tous - l’un de ces obstacles étant la «résistance au développement et à l’utilisation des aliments génétiquement modifiés».

C’est là que la promotion du “réchauffement global” entre en scène. En prétendant que le réchauffement climatique va affecter toutes les nations et tous les peuples, et en invoquant les risques climatiques pour valider la nécessité des cultures transgéniques (afin que les nations Africaines ne soient pas affamées et ne meurent pas de disette d’OGMs), les différents morceaux de ce puzzle diabolique se mettent en place. Le spectre du changement climatique global plane au-dessus de la situation alimentaire mondiale, prétendent-ils, et la résistance anticipée pourrait être amoindrie si les gens sont adéquatement embobinés pour accepter le programme de nourriture génétiquement modifiée de la Fondation de peur qu’un Dieu vengeur fasse tomber son courroux sur leurs têtes. Si les globalistes ont recours au mensonge pour pousser les gens à accepter les aliments transgéniques, cela ne les dérangent sûrement pas plus que cela de mentir au sujet des motifs qui soutiennent le développement de ces aliments pour une production de masse.

Le 8 octobre 2006, dans un éditorial par Dean Kleckner (membre émérite du World Food Prize Board of Advisors) sur le site AgWeb.com, ce dernier commenta les investissements annoncés par la Fondation Bill et Melinda Gates en conjonction avec l’ambition de la Fondation Rockefeller d’initier une “Révolution Verte” sur le continent appauvri de l’Afrique. Il y affirme que la «Révolution Verte du 21 ème siècle doit aussi être une Révolution Génétique».

La Fondation elle-même est étrangement franche, quant à ses objectifs à long terme, lorsqu’elle se vante dans “The Rockefeller Foundation’s International Program on Rice Biotechnology” de 2006:

«La Fondation Rockefeller possède une histoire longue, riche et complexe dans la promotion du développement agricole des pays en voie de développement. La Fondation a commencé son programme principal, sur le terrain, au Mexique dans les années 40, ce qui amena à une série de technologies, de perceptions et de processus connus globalement sous le nom de “Révolution Verte”. (...). Grâce à une série de financements stratégiquement déployés, certains des laboratoires les plus avancés au monde furent invités à participer au programme».

Comme nous l’apprend le rapport annuel 1968 de la Fondation Rockefeller, la terminologie de Révolution Verte date déjà d’un certain temps. Dans ce rapport, le président de la Fondation Rockefeller, J. George Harrah, parle déjà de la Révolution Verte, fondée sur le “riz miraculeux” et le “blé miraculeux”.

Dix ans plus tard, dans un panégyrique dédié au créateur de la Fondation, John D. Rockefeller III, il est mentionné comme étant un de ses mérites:

«Mr Rockefeller fut l’un des grands esprits qui ont guidé la Fondation durant une période de 47 ans et il fut le président du conseil d’administration de 1952 à 1971. Durant cette période, la Fondation a consacré la plus grande partie de ses engagements au développement agricole et à la conquête de la faim, ce qui a résulté en ce qu’on appelle la Révolution Verte».

Plus loin, à la page 21, dans une franche révélation qui surprend, le président de la Fondation s’exprime sur le contenu véridique de cette “Révolution Verte”:

«Grâce à la Révolution Verte, la consommation de protéines par individu est allée à la même vitesse que le doublement de la population, qui s’est manifesté, dans les nations les moins développées, entre 1950 et 1975. Mais il fut généralement reconnu - et l’équipe de la Fondation l’a certainement reconnu également - que nous ne faisions que gagner du temps et que l’accroissement exponentiel de la population devait être réduit de peur que les prédictions Malthusiennes ne se réalisent sur le plan mondial, alors qu’elles ne s’appliquent pour le moment que sur le plan régional.»

Dans une autre publication, Africa’s Turn: A New Green Revolution for the 21st century, la fondation déclare que «avant toute chose, la Révolution Verte originale était le fruit d’une philanthropie associée à un partenariat soigneusement négocié avec les gouvernements. (...). Après avoir sollicité et reçu une invitation du gouvernement Mexicain, la Fondation créa la “Oficina de estudios especiales” au sein du Ministère Mexicain de l’Agriculture, dont les premiers membres étaient salariés par la Fondation Rockefeller.»

Ce n’est pas de la vantardise vaine ou de la prétention démesurée de fondation. Dans un éditorial d’avril 2008 dans la revue Science, Nina Fedoroff (généticienne des plantes, en poste de conseiller scientifique pour la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton) écrivit:

«Une nouvelle Révolution Verte requiert un engagement global afin de créer une infrastructure agricole moderne en tous lieux».

La Fondation Rockefeller acquiesce totalement à cette affirmation. En fait, elle a focalisé toutes ses ressources, pendant des décennies, pour créer une telle infrastructure. Il suffit de citer dans le texte un rapport annuel de 1963 de la Fondation Rockefeller pour prouver que cette recherche, et cet objectif international déterminé, remontent à très loin dans le passé:

«La Fondation met en place des projets internationaux pour l’amélioration des 4 espèces alimentaires les plus essentielles au monde: le maïs, le blé, la pomme de terre et le riz».

Il est intéressant de souligner ici que la même année (1963), la création de la Commission du Codex Alimentarius fut imposée par l’OMS et la FAO, deux officines des Nations Unies. Mais il est important de toujours garder à l’esprit que ces entités internationales émanent de la même source et sont toutes financées par les mêmes familles. Durant la seule année 1984, la Fondation alloua des subventions de millions de dollars affectées à des scientifiques travaillant dans le domaine de la génétique moléculaire (Université de l’Etat de Washington) et dans le domaine de la manipulation génétique du riz (Université de Leiden). Durant les années subséquentes, la Fondation a alloué des fonds, avec grand enthousiasme, à la recherche et au développement de cultures transgéniques, et ce chaque année.

Et la liste de subventions allouées est littéralement interminable, avec des financements donnés à de nombreux centres de recherches dans le monde entier, toujours dans l’objectif de produire, de promouvoir et de mettre en place des cultures génétiquement modifiées dans le Tiers-Monde, dans le Second-Monde et dans le Premier-Monde. L’étape suivante, dans le développement du programme de la Fondation, était la création d’une peur adéquate sur laquelle leur “super-nourriture” puisse prospérer rapidement. Plus il y a d’êtres humains qui utilisent les ressources de la planète, plus il est nécessaire d’activer rapidement une politique de réduction de la population.

Mais à l’origine, c’était un refroidissement global, et non un réchauffement global, qui devait constituer le fondement de la promotion du programme OGM. Dans le rapport annuel 1974 de la Fondation, un symposium fut annoncé sur le thème du changement climatique dont l’intitulé était “Changement climatique, Production alimentaire et Conflit entre nations”.



«Ce symposium interdisciplinaire, organisé conjointement par RF (Fondation Rockefeller) et par des responsables des programmes “Conflict in International Relations”, “Quality of the Environment”, et “Conquest of Hunger”, va rassembler des climatologistes, des scientifiques concernés par la production alimentaire (...) afin d’examiner les implications futures de la tendance au refroidissement global qui est en cours et ses effets sur la production alimentaire mondiale».

Dans le rapport annuel de 1973 (page 54), bien avant que la théorie du Réchauffement Global Anthropique ne fut injectée dans le flux sanguin de la société, un des financements fut approuvé pour être alloué à des “organisations internationales” afin d’analyser les implications de la modification climatique dans les affaires internationales. “L’Institute for World Order” reçut un financement pour la réalisation “de recherches universitaires sur l’ordre mondial”.

Dès qu’il fut décidé par les globalistes qu’un matraquage médiatique au réchauffement climatique servirait plus aisément leurs intérêts qu’une tendance de refroidissement global, ils accélérèrent leur programme avec une grande célérité. En 1996, la Fondation mentionna dans son rapport annuel que:

«La Fondation Rockefeller a créé le programme LEAD (Leadership for Environment and Development) afin de cultiver un réseau de professionnels talentueux, en milieu de carrière, provenant de diverses disciplines et divers domaines d’activités, et impliqués dans le développement durable».

Eu égard aux nombreuses activités de LEAD, le rapport mentionne:

«L’évolution économique et le développement humain sont fondés sur des approvisionnements énergétiques suffisants. Néanmoins, les sous-produits de la production de combustibles fossiles posent à l’humanité certaines des menaces les plus grandes. Le dioxyde de carbone libéré par les combustibles fossiles, laissé à un accroissement de sa teneur dans l’atmosphère de la terre, a le potentiel de piéger un excès de chaleur qui pourrait induire un réchauffement global».

Qu’en est-il donc de tout ce programme complexe de “riz magique” et de “blé magique”, qui se déroule sur de nombreuses décennies en une progression lente mais stratégique? Et pourquoi le “réchauffement global” entre-t-il dans l’équation? C’est dans le rapport annuel de 1968 de la Fondation que la raison véritable de ce processus laborieux, et déterminé, est explicitée au grand jour:

«De grandes organisations, telles que le “Population Council” et les “National and International Planned Parenthood Federations”, ont été soutenues (lisez, par la Fondation) de façons diverses. Ces organisations et d’autres qui existent, tout autant que celles qui vont émerger, représentent des outils excessivement importants pour le développement des méthodes contraceptives et des programmes d’information relatifs au planning familial».

Dans des mots qui glacent le sang, les étapes et les objectifs futurs de la Fondation sont déclinés à la page 54:

«Cela va explorer les possibilités de programmes de formation, de séminaires, de forums publics, de symposiums et autres modalités afin de transmettre des informations, quant à l’impact de la croissance démographique sur le développement économique et social, aux officiels des gouvernements dans les ministères de la santé, dans les commissions de planification, et autres agences adéquates, dans le but d’activer une implication plus conséquente pour tout ce qui concerne les politiques démographiques et les programmes de contrôle de la population.»

Comme nous le savons, l’appel à une intensification du planning familial au nom de l’environnement a été promu de façon croissante par l’élite Malthusienne. Il est évident que l’une des autres modalités mentionnées par le rapport a été découverte et exploitée, de fond en comble: le grand mythe du Réchauffement Global Anthropique fut créé et recouvert d’une sauce subtile de science afin de donner à tout le ragoût un air de crédibilité. Et le programme eugénique suit son chemin.

Source: http://liberterre.fr/liberterres/eugenisme/rockefeller02.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'arche de Noé des semences - Monsanto - Bill Gates - Rockefeller & Compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bill Gates
» RDC: Bill Gates vient d’atterrir à Goma.
» Bill, tu me déçois !
» Croyez-moi, mes Ami(e)s!!!: ce qui suit est authentique et dépasse l'imagination!!!
» Indiscible Bill Gates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: