Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’histoire d’une chanson maçonnique, La Marseillaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6044
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: L’histoire d’une chanson maçonnique, La Marseillaise   14/12/2011, 06:42

L’histoire d’une chanson maçonnique, La Marseillaise




L’hymne national de la France ou La Marseillaise est probablement une des chansons les plus connues du monde entier. Dans les manuels d’histoire il n’est nullement mentionné que La Marseillaise a été composée par un franc-maçon et, aux origines, a intensément été propagée dans les milieux maçonniques.


La Marseillaise, l’histoire officielle

L’histoire officielle nous dit que La Marseillaise a été composée en 1792 par Rouget de Lisle, un Capitaine se trouvant dans la garnison de Strasbourg. Dans le contexte où la France vient de déclarer la guerre à l’Autriche, Rouget de Lisle se trouvait, le 25 avril 1792, dans les salons du maire de la ville, Frédéric de Dietrich, aux côté d'autres connaissances. En connaissant le fait que Rouget de Lisle était poète et violoniste amateur, le maire lui a demandé de composer une chanson de guerre pour les troupes de frontière, de l’armée du Rhin. Rouget de Lisle est revenu le lendemain chez le maire avec la partition et les vers de la Marseillaise, qui initialement a porté le nom de „Chant de guerre pour l’Armée du Rhin”. Après avoir été chanté par Rouget de Lisle dans les salons du maire, le futur hymne de la France est pour la première fois interprété en public, le 29 avril, par la fanfare de la Garde Nationale de Strasbourg, devant huit régiments.

Enjuin 1792 il a été chanté pour la première fois à Marseille par François Mireur, qui vient d’achever la médecine et capitaine de la Garde Nationale (armée populaire) de Montpellier. Pendant un banquet en son honneur, Mireur monte sur une table et chante l’hymne de guerre de l’armée de Rhin. Le lendemain tous les journaux de la ville publient les vers et la musique. Les troupes populaires de Marseille et de Montpellier réunies vont marcher vers Paris, chantant sans arrêt cette chanson. Ils vont jouer un rôle important dans l’insurrection du Palais Tuileries du 10 août 1792. Les révolutionnaires prennent d'assaut le palais en entonnant ce chant, qu’ils ont déjà appelé La Marseillaise, d’après le nom des troupes populaires de Marseille qui les ont fait venir à Paris. Le 10 août 1792 marque la fin effective de la monarchie française et prépare le terrain pour l’instauration de la Terreur, l’une des plus sanglantes périodes de l’histoire de l’Europe.

Le 14 juillet 1795, à l’occasion de l’anniversaire des six ans de la Prise de la Bastille, La Marseillaise est décrétée chanson nationale. Une loi datant de 14 février 1879 établit La Marseillaise comme hymne national de la France. À partir de 1944, le Ministère français de l’éducation établit que cet hymne soit chanté dans les écoles. La loi du 23 avril 2005, qui modifie l’ancien Code de l’Éducation, établit l’interprétation obligatoire de La Marseillaise dans le cycle primaire d’enseignement.


La Marseillaise, l’histoire maçonnique

Le baron Philippe Frédéric de Dietrich, le maire de Strasbourg était membre important de la loge maçonnique La candeur, subordonnée à la Stricte Observance de Rite Écossais. De Dietrich était également membre du groupement des Illuminati de Bavière, où, selon leur habitude, il portait pour les "frères” le nom d’Omarius.




Rouget de Lisle, l’auteur de la Marseillaise n’était pas un simple Capitaine. Du Dictionnaire franc-maçon, élaboré par Daniel Ligou, nous apprenons qu'il était aussi franc-maçon: „ Claude Joseph Rouget de Lisle, 1760-1836. L’auteur de la célèbre Marseillaise a été membre de la Loge Les Frères Discrets, L’Orient de Charleville. Plusieurs membres de sa famille étaient membre de la Loge L’Intimité, l’Orient de Niort.”

Rouget de Lisle reçoit le degré de maître maçon en 1782, seulement quelques mois après son entrée dans la maçonnerie. Il visitait souvent le maire de Strasbourg, dans la maison duquel se réunissaient tous les francs-maçons de la ville. Lord d'une de ces réunions Dietrich a demandé à Rouget de Lisle de composer la chanson, qui deviendra plus tard La Marseillaise. Cette chanson a pour la première fois été interprêtée dans le salon du maire maçon du Strasbourg, chantée par Rouget de Lisle, qui était accompagné par Mme Dietrich, l’épouse de l’amphitryon.

D’ailleurs, cette dame a eu une contribution importante dans la promotion de la nouvelle chanson, en envoyant la partition et les vers à plusieurs personnes du cercle maçonnique de son mari, en France et en Suisse. Nous ne savons pas si, à ce moment là elle faisait partie d’une loge féminine, mais il est certain qu’en 1805 elle a été désignée par une loge parisienne Les Francs-Chevaliers, pour ouvrir une loge associée (pour les femmes) à Strasbourg. Suite à cet événement elle a été appelée à la Cour par Joséphine, la femme de Napoléon Bonaparte, où elle avait pour rôle d’initier dans la franc-maçonnerie, en présence de l’impératrice, les dames de compagnie de celle-ci.

François Mireur, celui qui a chanté La Marseillaise pour la première fois à Marseille et a participé à l’assaut du Palais des Tuileries était lui aussi franc-maçon, et la rapidité avec laquelle la presse de l’époque à propagé la chanson est due justement à ce fait.

Rouget de Lisle est mort en 1836, à Choisy-le-Roy. À la tête de son convoi funéraire se trouvaient Jacques-Philippe Voïard et le général Belin, tous deux francs-maçons. Dans sa ville natale, Lons-le-Saunier, une statue lui a été dédiée. L’auteur de cette statue n'est personne autre que Bartholdi, membre de la loge Alsace-Lorraine, devenu célèbre pour sa statue "La liberté illuminant le monde” (à présent connue comme "La Statue de la Liberté” de New York).

http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=5339

Avertissement au sujet de la source : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7375p15-le-new-age#74511

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stg45

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: Re: L’histoire d’une chanson maçonnique, La Marseillaise   27/5/2012, 00:07

le "sang impur" qui abreuve les sillons, c'est celui des goyims vendéens, bretons et normands.

pour la plus grande joie de marat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L’histoire d’une chanson maçonnique, La Marseillaise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musique : La pittoresque histoire de Pitt Ocha
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» musique Scandinave
» L'histoire du Corps de Marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Franc maçonnerie dégénérée-
Sauter vers: