Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mythe des 8 heures de sommeil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3082
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Le mythe des 8 heures de sommeil   27/2/2012, 21:04

Par Stephanie Hegarty

22 février 2012




Nous nous inquiétons souvent de rester éveillés au milieu de la nuit – mais cela pourrait nous être bénéfique. De plus en plus de preuves, provenant autant de la science que de l'histoire, suggèrent que dormir huit heures de suite pourrait ne pas être naturel.

Au début des années 1990, le psychiatre Thomas Wehr a mené une expérience pendant laquelle un groupe de gens fut plongé dans l'obscurité 14 heures par jour pendant un mois.

Il fallut du temps pour que leur sommeil se régule mais à la quatrième semaine les sujets se retrouvaient avec deux sommeils très distincts. Ils dormaient d'abord pendant quatre heures, puis restaient éveillés pendant une ou deux heures avant de se rendormir une deuxième fois pendant 4 heures.

Malgré l'impression faite sur certains spécialistes du sommeil par cette étude, l'idée persiste auprès du public qu'il faille dormir huit heures de suite.

En 2001, l'historien Roger Ekirch de l'université de Virginie publia un article déterminant, fruit de 16 ans de recherche, qui révéla une mine de preuves historiques sur le fait que les humains dorment habituellement en deux étapes.

Le livre ''La nuit au fil du temps'', qu'il publia 4 ans plus tard, mit à jour plus de 500 références sur un modèle de sommeil fractionné – venant de journaux intimes, d'enregistrement de procès, de livres médicaux et de la littérature, depuis l'Odyssée d'Homère jusqu'à des récits des tribus actuelles au Nigéria.

Bien plus que l'expérience de Wehr, ces références décrivent un premier sommeil qui démarrait environ deux heures après le crépuscule, était suivi par une période d'éveil d'une ou deux heures et ensuite se poursuivait par une deuxième période de sommeil.

''Ce n'est pas le nombre de références – c'est ce qu'elles nous apprennent, comme si c'était une connaissance banale,'' dit Ekirch.

Pendant cette période d'éveil les gens étaient très actifs. Souvent ils se levaient, allaient aux toilettes ou fumaient, et certains allaient même rendre visite aux voisins. La plupart des gens restaient au lit, écrivaient et souvent priaient. D'innombrables livres de prière de la fin du 15ème siècle contenaient des prières spéciales pour les heures entre deux sommeils.

Et ces heures n'étaient pas entièrement solitaires, les gens bavardaient souvent avec leurs compagnons de lit.

Un livre de médecine de la France du 16ème siècle conseillait même aux couples que le meilleur moment pour concevoir n'était pas après une longue journée de travail mais ''après le premier sommeil'', quand ''ils étaient plus disposés'' et ''le faisaient mieux''.

Ekirch découvrit que ces références au premier et deuxième sommeil ont commencé à disparaître vers la fin du 17ème siècle. Cela démarra dans les classes citadines élevées du nord de l'Europe et au cours des deux siècles suivants gagna le reste de la société occidentale.
Pendant les années 1920 l'idée d'un premier et second sommeil avait entièrement disparu de notre conscience sociale.

Il attribue le changement initial à des améliorations dans l'éclairage des rues, à l'éclairage dans les maisons et à une extension des cafés – qui étaient parfois ouverts toute la nuit. La nuit devenant un lieu d'activité légitime et cette activité augmentant, le temps que les gens pouvaient consacrer au repos se raccourcissait.

Dans son dernier livre, ''L'empire du soir'', l'historien Craig Koslofsky propose une explication sur la manière dont cela s'est passé.
''Tout ce qui était associé à la nuit avant le 17ème siècle n'était pas correct,'' dit-il. La nuit était un endroit peuplé de gens de mauvaise réputation – des criminels, des prostituées et des ivrognes.

''Même les gens riches, qui pouvaient se procurer des bougies, avaient de meilleures choses à dépenser. Il n'y avait aucun prestige ou valeur sociale associés avec le fait de rester debout toute la nuit.''
Cela changea à la suite de la Réforme et de la contre-Réforme. Les protestants et les catholiques s'habituèrent à tenir des services secrets la nuit pendant la période des persécutions. Si auparavant la nuit avait appartenu aux réprouvés, maintenant les gens respectables s'accoutumaient à exploiter les heures d'obscurité.

Cette tendance migra également vers la sphère sociale, mais seulement pour ceux qui pouvaient se permettre de vivre à la lumière des bougies. Avec l'arrivée de l'éclairage public, cependant, la vie sociale nocturne commença à s'infiltrer à travers les classes sociales.

En 1667, Paris devint la première cité au monde à éclairer ses rues, en utilisant des bougies de cire dans des lampes en verre. Elle fut suivie par Lille la même année et Amsterdam deux ans plus tard, où des lampes remplies d'huile beaucoup plus efficaces furent installées.
Londres ne rejoignit leur rang qu'en 1684 mais à la fin du siècle, plus de 50 grandes villes et cités européennes étaient éclairées la nuit.
La nuit devint à la mode et passer des heures couché au lit fut considéré comme une perte de temps.

Une petite ville comme Leipzig au centre de l'Allemagne employait 100 hommes pour s'occuper de 700 lampes.

''Les gens devinrent de plus en plus conscients de l'heure et sensibles à l'efficacité, certainement avant le 19ème siècle,'' dit Roger Ekirch. ''Mais la révolution industrielle intensifia ce comportement par à-coups.''

Une importante preuve de ce changement d'attitude se trouve dans un journal médical de 1829 qui incitait les parents à obliger leurs enfants à sortir du modèle des premier et deuxième sommeils.

''Sauf maladie ou accident, ils n'auront pas besoin d'un repos supplémentaire à celui obtenu dans leur premier sommeil.
''Et ensuite, s'ils repartent pour un deuxième somme, on leur enseignera à le considérer comme du laisser-aller pas du tout à leur avantage.''

Aujourd'hui, la plupart des gens semblent s'être très bien adaptés à un sommeil de huit heures d'une traite, mais Ekirch pense que de nombreux problèmes de sommeil ont leur racine dans la préférence naturelle du corps humain pour une nuit fractionnée et dans l'omniprésence de la lumière artificielle.

Ceci pourrait être la cause d'une situation nommée troubles du maintien du sommeil, où les gens s'éveillent pendant la nuit et ont des difficultés à s'y replonger, suggère-t-il.

Cette situation apparaît d'abord dans la littérature de la fin du 19ème siècle, en même temps que des récits d'un sommeil fragmenté disparaissent.

''Pendant presque toute notre évolution nous dormions d'une certaine manière,'' dit le psychologue du sommeil Gregg Jacobs. ''Se réveiller pendant la nuit fait partie de la physiologie normale de l'être humain.''
L'idée que nous devons dormir en une seule fois pourrait être dommageable, dit-il, si cela rend anxieux les gens qui se réveillent la nuit, car cette anxiété même peut interdire le sommeil et s'insinue probablement aussi pendant la vie active.

Russel Foster, enseignant de neuroscience circadienne [science des rythmes biologiques sur 24 heures, NdT] à Oxford, partage ce point de vue.
''Beaucoup de gens se réveillent la nuit et paniquent,'' dit-il. ''Je leur dis que ce qu'ils vivent est une survivance du modèle de sommeil bimodal [de deux manières, NdT]''.

Mais la majorité des médecins ont toujours du mal à reconnaître qu'un sommeil de huit heures d'une traite peut ne pas être naturel.

''Plus de 30% des problèmes médicaux auxquels font face les médecins découlent directement ou indirectement du sommeil. Mais le sommeil a été ignoré pendant la formation médicale et il n'y a que très peu de centres où le sommeil est étudié,'' dit-il.

Jacobs suggère que la période d'éveil entre les sommeils, quand les gens ont eu des périodes de repos et de relaxation obligées, pourrait avoir joué un rôle important dans la capacité humaine à réguler naturellement le stress.

Dans de nombreux récits historiques, Ekirch a découvert que les gens utilisaient ce temps pour méditer sur leurs rêves.

''Aujourd'hui nous passons moins de temps à nous occuper de ces choses,''dit le Dr Jacobs. ''Ce n'est pas une coïncidence si, dans la vie moderne, le nombre de gens se plaignant d'anxiété, de stress, de dépression, d'alcoolisme et d'abus de drogues est en augmentation.''

Donc la prochaine fois que vous vous réveillerez au milieu de la nuit, pensez à vos ancêtres pré-industriels et relaxez-vous. Rester éveillé pourrait être bon pour vous.

SOURCE: http://www.bbc.co.uk/news/magazine-16964783

Traduit par Hélios pour le BistroBarBlog
http://bistrobarblog.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Le mythe des 8 heures de sommeil   29/7/2013, 12:53

Petite information lunaire vue qu'il est rare d'avoir une étude là-dessus.


Pourquoi la pleine lune perturbe le sommeil ?

Citation :
C’est désormais une certitude, la pleine lune a des effets néfastes sur le sommeil. La première preuve scientifique de l’influence du cycle lunaire sur le sommeil vient d’être apportée par une étude réalisée par des chercheurs suisses et publiée dans la revue Current Biology.

Ces scientifiques ont étudié le sommeil de trente volontaires. En contrôlant leur activité cérébrale, leurs mouvements oculaires et en mesurant leurs sécrétions hormonales, ils ont finalement conclu que la qualité du sommeil changeait avec les cycles lunaires.

D’après eux, l’activité cérébrale liée à la phase profonde du sommeil diminue de 30 % lors des nuits de pleine lune. Par conséquent, les candidats au sommeil mettent cinq minutes de plus s’endormir et ils dorment vingt minutes de moins.Pour mieux dormir, surtout les soirs de pleine lune, les minéraux tels que le magnésium et le potassium peuvent remédier à certains désagréments liés au sommeil.
Le Petit Bleu

http://www.ladepeche.fr/article/2013/07/29/1679952-la-pleine-lune-perturbe-le-sommeil.html

http://www.cell.com/current-biology/abstract/S0960-9822%2813%2900754-9

Citation :
Evidence that the Lunar Cycle Influences Human Sleep

Current Biology, 25 July 2013
Copyright © 2013 Elsevier Ltd All rights reserved.
10.1016/j.cub.2013.06.029


Authors
Christian Cajochensend email, Songül Altanay-Ekici, Mirjam Münch, Sylvia Frey, Vera Knoblauch, Anna Wirz-JusticeSee Affiliations

Highlights
The lunar cycle modulates human sleep and melatonin rhythms

Summary

Endogenous rhythms of circalunar periodicity (∼29.5 days) and their underlying molecular and genetic basis have been demonstrated in a number of marine species [1,2]. In contrast, there is a great deal of folklore but no consistent association of moon cycles with human physiology and behavior [3]. Here we show that subjective and objective measures of sleep vary according to lunar phase and thus may reflect circalunar rhythmicity in humans. To exclude confounders such as increased light at night or the potential bias in perception regarding a lunar influence on sleep, we retrospectively analyzed sleep structure, electroencephalographic activity during non-rapid-eye-movement (NREM) sleep, and secretion of the hormones melatonin and cortisol found under stringently controlled laboratory conditions in a cross-sectional setting. At no point during and after the study were volunteers or investigators aware of the a posteriori analysis relative to lunar phase. We found that around full moon, electroencephalogram (EEG) delta activity during NREM sleep, an indicator of deep sleep, decreased by 30%, time to fall asleep increased by 5 min, and EEG-assessed total sleep duration was reduced by 20 min. These changes were associated with a decrease in subjective sleep quality and diminished endogenous melatonin levels. This is the first reliable evidence that a lunar rhythm can modulate sleep structure in humans when measured under the highly controlled conditions of a circadian laboratory study protocol without time cues.

31,50 dollar pour y avoir accès
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960982213007549

Avec 30 volontaires cela reste tout de même une petite étude donc prudence. A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Le mythe des 8 heures de sommeil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allaitement, fatigue, déprime, manque de sommeil
» 24 heures beaunoises 28 et 29 mai 2010
» Harry Roselmack : Premier JT ce soir à 20 heures
» piquer les heures
» Sommeil, maternage et tradition.... Je vais craquer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Information et conscientisation  :: Medecine alternative-
Sauter vers: