Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   28/3/2012, 10:21

Info à prendre avec des pincettes et contredite par d'autres sources (voir notamment cette page : http://www.lepoint.fr/societe/merah-etait-il-un-indic-27-03-2012-1445481_23.php ) mais les pistes ouvertes notamment par certains commentaires qui suivent cet article sont à mon avis à suivre très sérieusement !

Selon le journal italien Il Foglio :

Merah voyageait sous couverture des services secrets français…

C’est une information explosive que l’étude des évènement étranges de Toulouse suggérait dès le départ :

Voilà qu’un journal important en Italie, Il Foglio, publie une information étayée selon laquelle Mohammed Merah aurait voyagé sous couverture des service secrets français (DGSE / DCRI) en Israël et au Pakistan notamment, quelques temps avant de commettre les attaques terribles de Toulouse !!

Info ou Intox ?

Le quotidien Il Foglio (« La Feuille »), que l’on ne saurait qualifier d’islamo-gauchiste pas plus que de « conspirationniste », est un journal présenté comme proche de l’ex-Gouvernement de Berlusconi et généralement classé dans la Droite conservatrice.

Ses sources et ses informations sont-elles fiables pour autant ?

Difficile à dire, mais ce journal qui est important, en tout cas influent, en Italie où il a pignon sur rue, aurait-il pris le risque de titrer sur des informations non vérifiées ou sans aucun fondement ?



Logo officiel des services secrets français (DCRI).
Merah voyageait-il sous la couverture des Services
secrets français comme l’affirme le quotidien italien Il Foglio ?

Évidemment, si cette information (qui sera n’en doutons pas démentie officiellement par la piscine et les grandes muettes se confirme dans l’étude des faits, cela poserait alors énormément de questions sur les motivations de ce mini-11 Septembre, et jetterait un trouble important dans le pays…

Dans le même temps, on apprend que les vidéos des crimes commis par Merah et envoyées à Al Jazira (en tout cas selon la version officielle) n’ont pas été postées par lui mais par une tierce-personne… ce qui met à mal une fois encore la théorie du loup solitaire développée par les Services de l’Etat et la presse alignée !

Un affaire « d’Indic » qui décidément sent le souffre, comme celle des attentats du 11 Septembre 2001, à une plus faible échelle fort heureusement, et qui n’a pas fini de rebondir !

Une affaire à suivre…

http://911nwo.info/2012/03/27/urgent-selon-le-journal-italien-il-foglio-merah-voyageait-sous-couverture-des-services-secrets-francais/


________________________________________


Plutôt que cette piste franco française, je pense qu'il faut creuser davantage du coté d'une autre puissance étrangère comme le suggèrent certains commentaires postés sur la page source de cet article.


________________________________________



Commentaire no 1 :



Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé lundi avoir décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, à la suite de l’annonce par cette instance d’une enquête sur les conséquences de la colonisation.

http://fr.sott.net/articles/show/7456-Israel-rompt-tout-contact-avec-le-Conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-ONU

Comme quoi l’affaire Mohamed y est peut être lié !

Edit Bardamu (voir à ce propos les allégations à vérifier du commentaire no 2 !!!)

Le souverainement français de BH Lévy prend du plomb dans l’aile ! Certains ne servent manifestement pas la France mais sont du deuxième bureau d’un pays étranger !

Ils ont un nom ! Ces juifs de la diaspora, se nomment les « Sayanim » , c’est-à-dire les informateurs en hébreu. D’après Jacob Cohen, ils seraient dans les 3.000 dans notre pays et se recruteraient au sein du Bnaï Brit (une franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales comme le CRIF.

Un livre est paru sur ce sujet : « Le printemps des Sayanim » aux éditions l’Harmattan.

http://jacobdemeknes.blogspot.com/

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-le-printemps-des-sayanim-recit-de-jacob-cohen-50005415.html

C’est ainsi que de nombreux attentats ont pour origine le Mossad, mais aidé par ces Sayanim, ils passent pour être d’une autre origine.

Ainsi les attentats de Buenos-Aires :


http://www.voltairenet.org/article141896.html



Washington veut réécrire les attentats de Buenos-Aires


Les États-Unis voudraient utiliser le souvenir des attentats de Buenos Aires de 1992 et 1994 pour étoffer leur dossier contre les musulmans chiites. La plupart des encyclopédies continuent en effet à attribuer ces massacres au Hezbollah ou à l’Iran. Mais ces accusations ont fait long feu, la Justice argentine s’est orientée entre temps vers une piste israélienne. Du coup, Washington fait pression pour geler une enquête qui devient gênante.



Pour étoffer ses accusations contre le « croissant chiite » (Iran, Syrie, Hezbollah libanais), Washington a décidé de verser au dossier les attentats commis à Buenos-Aires au début des années 90. Il est en effet communément admis dans les pays atlantistes qu’ils furent l’œuvre de terroristes musulmans.

Or, cette version des faits a été entre temps démentie par la Cour suprême argentine qui s’est, au contraire, orientée vers une piste israélienne. Une opération a donc été montée par les néo-conservateurs pour renverser le cours des choses. À la suite d’une réunion qui s’est tenue à Washington en mai 2006 et à laquelle ont participé deux hauts magistrats de Buenos-Aires, de fortes pressions ont été exercées à la fois sur le gouvernement et sur la justice argentine. En réplique, un groupe de citoyens argentins conduit par le docteur Oscar Abdura Bini [1] vient de porter plainte devant le Tribunal de Grande Instance de Buenos-Aires nommément contre l’American Jewish Committee [2] et les procureurs Nissman et Martinez Burgos pour entrave à la Justice.

Pour comprendre les enjeux de cette polémique, souvenons-nous de ces attentats.


Le 17 mars 1992 une violente explosion détruisait l’ambassade d’Israël à Buenos-Aires et endommageait gravement une église catholique et une école adjacentes. 29 personnes furent tuées et 242 autres furent blessées.

Dans un premier temps, l’enquête s’orienta sur la piste islamique. L’attentat avait été commis par un kamikaze palestinien utilisant une camionnette bourrée d’explosifs. Il aurait appartenu au Jihad islamique et aurait voulu venger l’assassinat par Israël du leader du Hezbollah libanais cheikh Abbas al-Musawi et de sa famille. L’opération aurait été préparée par un groupe de Pakistanais et coordonnée par Moshen Rabbani, l’attaché culturel de l’ambassade d’Iran. Ce dernier fut d’ailleurs interpellé, quelques années plus tard, en Allemagne avant d’être relâché faute de preuves.

Le 18 juillet 1994, une seconde explosion dévastait l’immeuble de l’Association mutelle israélite argentine (AMIA) faisant 85 morts et plus de 300 blessés.

L’enquête initiale s’orienta également sur la piste islamique. L’attentat aurait été commis par un kamikaze de 29 ans, Ibrahim Hussein Berro, conduisant un véhicule piégé. Quelques années plus tard, un mandat d’arrêt fut lancé contre Imad Mugniyah, un membre du Hezbollah libanais ; puis l’ancien ambassadeur d’Iran en Argentine, Hade Soleimanpour fut interpellé au Royaume-Uni et relâché faute de preuves.

Tous ces éléments, qui paraissent être des conclusions définitives, sont reproduits depuis des années dans toutes sortes d’encyclopédies. Pourtant, aucun jugement n’est venu les confirmer.

Pis, les enquêteurs ont progressivement déconstruit des versions qu’Israéliens et États-uniens leur avaient glissées à l’oreille pour en arriver à une hypothèse radicalement contraire : les deux attentats auraient été commis par des agents israéliens pour casser l’antisionisme de la communauté juive argentine.

Les valses-hésitations des enquêteurs doivent être replacées dans le contexte politique mouvementé de leur pays, où les gouvernements et les insurrections se sont rapidement succédés. À ce jour aucun jugement définitif n’ayant été rendu dans aucune des deux affaires, chacun peut donc tirer les conclusions qui l’arrangent en se référant à des actes contradictoires de procédure.

Quoi qu’il en soit, le moins que l’on puisse dire est que la piste du terrorisme musulman ne tient plus la route et que les néo-conservateurs font tout ce qu’ils peuvent non pas pour débloquer les enquêtes, mais pour les enterrer définitivement.


Le juge d’instruction Alfredo Horacio Bisordi a témoigné sous serment à huis clos, le 5 mars 2002, à propos du premier attentat devant une commission d’enquête parlementaire. Le Réseau Voltaire a pu se procurer le script de cette audition.

Selon le juge Bisordi, le commissaire Meni Battaglia dirigea l’enquête sur l’attentat contre l’ambassade. Il était secondé, à titre non-officiel, par un béret vert de l’ambassade des États-Unis (non identifié) et par le chef de la sécurité de l’ambassade d’Israël, Ronie Gornie, tous deux disposant prétendument d’une longue expérience de ce type d’attentat au Proche-Orient. Sur les conseils de ces « experts », le commissaire adopta immédiatement l’hypothèse de la voiture piégée et consigna avoir retrouvé des morceaux épars du moteur d’une camionnette Ford 100.

Il ne fut pas possible d’établir la liste exacte des victimes car il s’avéra que la liste des diplomates israéliens accrédités ne correspondait pas à la réalité du personnel de l’ambassade sans que cette différence puisse être expliquée. Le commissaire Battaglia s’opposa au juge Bisordi, qui souhaitait faire autopsier les victimes, au motif que cela n’apporterait pas d’éléments nouveaux. Le juge insistant, le Grand rabbin d’Argentine s’y opposa à son tour au motif que, dans le cas des victimes juives, il s’agirait d’une profanation. Il ne fut en définitive procédé à aucune autopsie.

Le magistrat s’interrogeait sur deux points : pourquoi avoir attendu que l’ambassade soit vide pour l’attaquer alors que, quelques heures plus tôt, on y recevait en grande pompe une centaine de personnalités juives ? Et pourquoi recourir à un kamikaze alors que cela n’était pas nécessaire pour jeter la camionnette sur l’ambassade ?

Manifestant de plus en plus de scepticisme sur la version que l’on essayait de lui imposer, il reçut la visite du directeur adjoint des services secrets (SIDE), le docteur Gerardo Conte Grand. Chargé de lui faire entendre raison.

De plus en plus soupçonneux, le magistrat fit irruption à l’improviste au commissariat lors de l’interrogatoire d’un témoin-clé : un chauffeur de taxi qui attestait avoir raccompagné un groupe de musulmans à l’aéroport juste avant l’attentat. Ceux-ci lui auraient dit qu’il fallait quitter rapidement le quartier avant qu’il ne se transforme en enfer. Le juge Bisordi interrogea lui-même le témoin qui croyait avoir à faire à une personne aussi complaisante que les policiers. Le chauffeur de taxi refusa de décliner son identité et se présenta comme « l’homme d’Israël ». Il revendiqua être colonel de Tsahal et avoir combattu durant la Guerre des Six jours.

Les éléments relatifs à la seconde enquête sont tout aussi édifiants avec notamment un vrai-faux policier israélien qui se promène comme chez lui dans les commissariats et les prisons argentines, et procède à des interrogatoires hors procédure et à des pressions sur les témoins. Prié de s’expliquer devant la justice argentine, l’homme a disparu. Le gouvernement israélien, après avoir nié son existence, a finalement reconnu l’employer, mais s’est opposé à son audition.

La Cour suprême s’est réunie à huis clos pour examiner diverses pièces de procédures. Elle a validé des investigations scientifiques établissant de manière formelle que, contrairement à ce qui avait été admis au départ, il n’y avait pas de véhicules piégés conduits par des kamikazes, mais que les explosifs avaient été installés dans les bâtiments, aussi bien à l’ambassade qu’à l’AMIA.

Tout ce qui a été dit sur l’origine des véhicules et leurs conducteurs est donc invalidé.
Au lendemain de cette audience, le porte-parole de l’ambassade d’Israël à Buenos-Aires a déploré ces conclusions et accusé les juges de la Cour suprême d’antisémitisme.

Il faudra certainement encore beaucoup d’indépendance et de persévérance à la justice argentine pour élucider complétement ces affaires. Au demeurant ceci suscite quelques commentaires.

Il est étrange qu’il faille une dizaine d’années pour se rendre compte qu’un attentat a été réalisé en plaçant un explosif dans un bâtiment et non avec un véhicule kamikaze. J’observe au passage que dans l’enquête actuelle sur l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri, la thèse de la camionnette piégée qui était considérée comme certaine par l’envoyé spécial de l’ONU Detlev Mehlis, n’est plus qu’une hypothèse de travail pour son successeur.

En quatorze ans, de nombreux experts occidentaux ont rédigé des ouvrages sur le terrorisme en raisonnant sur une interprétation erronée des attentats de Buenos-Aires. Ils ignorent ou feignent d’ignorer les progrès de l’enquête argentine, ce qui est soit un signe d’incompétence, soit de mauvaise foi. Ils s’accrochent aux conclusions de leurs raisonnements alors que les prémisses en sont fausses.

Il est pénible de constater que les enquêtes judicaires sur les grands attentats terroristes imputés aux musulmans sont inachevées, qu’il s’agisse de Buenos-Aires, de New York, de Bali, de Casablanca, de Madrid ou de Londres. D’autant que cela n’empêche guère les gouvernements néo-conservateurs et leurs « experts » d’en tirer des conclusions générales.

Les États-Unis ont l’habitude de modifier rétrospectivement l’attribution d’attentats dont ils furent victimes, de manière à accuser leur adversaire réel ou fabriqué du moment. Ils envisagent maintenant de réécrire l’Histoire jusque chez les autres.

Enfin, il convient de se montrer vigilant face aux va-t-en-guerre qui évoquent mensongèrement les attentats de Buenos Aires pour qualifier tel parti ou tel gouvernement de « terroristes » et appeler à son éradication.

Thierry Meyssan


[1] Le docteur Oscar Abdura Bini est bien connu du public argentin. Il avait été sollicité par le président Carlos Menem pour empoisonner son épouse, dont il était le psychiatre attitré, en lui prescrivant des doses excessives de médicaments. Il avait alors protégé sa patiente contre les sbires présidentiels.

[2] Créée au lendemain de la Révolution russe, l’American Jewish Committee était initialement une association anti-communiste. Elle est devenue aujourd’hui néo-conservatrice. Il s’agit avant tout d’une organisation politique interne à la communauté juive états-unienne et non pas d’une organisation communautaire.
Thierry Meyssan


________________________________________


Commentaire no 2


Mohamed Merah était-il un indic ?

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/toulouse-mohamed-merah-etait-il-un-indic-27-03-2012-1647625.php

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/27/1316372-les-considerations-mediatiques-l-ont-emporte-sur-tout-le-reste.html

http://www.alterinfo.net/Merah-un-informateur-de-la-DCRI_a73515.html

On pourrait le croire. On pourrait même ajouter un tueur à gage.

La mort de Jonathan Sandler (30 ans) et de ses deux fils Arieh (5 ans) et Gabriel (4 ans) ne semble pas être un hasard !

Le 24 février, le Qatar et d’autres nations arabes demandent à l’ONU de porter une résolution bien embêtante pour Israël. Elle sera votée le 22 mars. But : Vérifier le respect des droits de l’homme dans Jérusalem-est et dans les territoires palestiniens (en fait, enquêter sur la judaïsation de ces territoires).

Quel rapport entre les Sandler et l’ONU ?

La mère de Jonathan, Johanne, travaille comme directrice executive aux Nations Unies à l’UNIFEM (droits des femmes). De plus, le tueur Mohamed eut un curieux comportement. Il tenait aussi à tuer, en même temps que le père, ses deux garçons. Pour le commanditaire du meurtre, cela permettait de supprimer les descendants Sandler.

Cette famille ultra-orthodoxe n’est pas politiquement sioniste, de plus un symbole à l’ONU ! Le dernier président de la société des Nations (celle que l’ONU remplaça) n’était-il pas un Sandler ?

Cet assassinat est un avertissement du camp des mondialistes sionistes ! De ceux qui veulent un gouvernement mondial avec comme capitale Jérusalem (voir déclaration d’Attali). Et des Français sionistes, on en a pas mal. Ils se serrent les coudes !



La vidéo envoyée par on ne sait qui, au bureau parisien d’Al Jazeera, risque de ne pas plaire à Sarkozy ! De plus, le père du tueur, n’a-t-il pas annoncé lundi en Algérie, vouloir porter plainte contre la France pour “avoir tué” son fils ? Que sait-il ce père ?



________________________________________


Edit

Joanne Sandler is the Ad Interim Executive Director of the United Nations Development Fund for Women
http://www.sourcewatch.org/index.php?title=United_Nations_Development_Fund_for_Women

Rickard Johannes Sandler, né le 29 janvier 1884 à Torsåker, Ångermanland, Suède, mort le 12 septembre 1964 à Solna, est un homme politique socialiste réformiste suédois. Il est successivement Ministre d'État (chef du gouvernement) de 1925 à 1926 et ministre des Affaires étrangères de 1932 à 1936 puis de 1936 à 1939.

Il est également président de l'Assemblée générale de la Société des Nations en 1934
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rickard_Sandler

(ça ne prouve pas qu'ils soient parents et que les infos en question ne sont pas une grosse manipulation, mais c'est troublant ! Remarque motivée par le fait que ces liens familiaux supposés sont une exclusivité de ................ wikistrike !! Voir ce lien : http://www.wikistrike.com/article-toulouse-l-assassinat-du-nom-de-famille-sandler-par-israel-pour-montrer-sa-puissance-a-l-onu-102343861.html )



________________________________________

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   29/3/2012, 09:09

L'affaire prend de l'ampleur mais pour moi Momo reste un assassin présumé (revendication ou pas, sa mort est très étrange, un coup de gaz et ils auraient pu le faire dormir bien sagement.) Il faudra un procès des preuves complètes (confirmation ou infirmation des premiers témoignages contradictoires avec la taille et le type du tueur...La plainte du père est une bonne chose dans ce cas, la réaction de Jupé est révélatrice d'ailleurs.)

Independenza webtv : Que pensez-vous de l'affaire "Merah" ?


Citation :

http://www.independenza-webtv.com/ Facebook: "Independenza webtv" dimanche 25 mars 2012 . independenza webtv interroge les passants sur les évènements à Toulouse & Montauban : "Que pensez-vous de l'affaire Mohamed Merah ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   29/3/2012, 15:45

Un proche de Nicolas Sarkozy a fait rentrer Mohamed Merah en Israël



Citation :
Retenez bien son nom : Erard Corbin de Mangoux. Cet homme dirige depuis 2008 le bastion des services secrets français -la DGSE.
A en croire le scoop révélé lundi soir par le quotidien italien Il Floglio, c'est sous sa responsabilité que l'assassin présumé de Toulouse, Mohamed Merah, a pu accéder en septembre 2010 au territoire israélien.

En contrepartie, le jeune homme devait rapporter des informations aux responsables du contre-espionnage français. Mohamed Merah était-il un informateur de la DGSE ?


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Un-proche-de-Nicolas-Sarkozy-a-fait-rentrer-Mohamed-Merah-en-Israel-11106.html

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comandirej



Nombre de messages : 1280
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   29/3/2012, 20:38

La télévision belge RTBF, 28 mars 2012.



Citation :
Egypte, Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Afghanistan et Pakistan... La liste des pays par lesquels est passé Mohamed Merah en 2010 et 2011 est longue. Le journal italien Il Foglio affirme, lundi 26 mars, que l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban voyageait en réalité sous couvert des services de renseignements français. Selon le quotidien, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait utilisé le jeune Toulousain de 23 ans comme informateur, obtenant ainsi son entrée en Israël en septembre 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   1/4/2012, 18:44

Le camp Merah dit avoir des preuves

Citation :
L'avocate algérienne mandatée par le père de Mohamed Merah pour porter plainte contre le Raid (unité d'élite de la police française), a affirmé aujourd'hui à Alger détenir des preuves de "la liquidation" du tueur de Toulouse. "Nous détenons deux vidéos identiques de 20 minutes chacune dans lesquelles Mohamed Merah dit aux policiers 'pourquoi vous me tuez?' (...) 'je suis innocent'", a déclaré lors d'une conférence de presse Me Zahia Mokhtari, qui devrait se rendre en France dans les jours à venir pour déposer plainte devant la justice française.

"Des personnes au coeur de l'événement, et qui voulaient que la vérité éclate, m'ont remis ces vidéos", a ajouté l'avocate. Elle a précisé qu'elle en réservait la "divulgation" à la justice française et insisté sur leur authenticité. Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Intérieur français n'a fait aucun commentaire. Selon Me Mokhtari, "Merah a été manipulé et utilisé dans ces opérations par les services français et a ensuite été liquidé pour que la vérité ne voie pas le jour".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/01/97001-20120401FILWWW00160-le-camp-merah-dit-avoir-des-preuves.php


_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   2/4/2012, 10:48

La camisole mentale dans laquelle Nabe s'est enfermé...

La preuve par cette vidéo !



Nabe sur Merah. Le complotisme systématique est une ânerie, mais est-il anodin que Merah ait été indic pour la DCRI comme le signale Yves Bonnet, ex patron de la DST ?


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nemandi

avatar

Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   2/4/2012, 11:40

Je trouve qu'il a, sur cette vidéo, les yeux d'un fou; de quelqu'un de déficient mentalement.

Et ce au delà de son discours qui tente, tant bien que mal, en faisant des recoupements avec le 11 septembre 2001, de défendre l'histoire officielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/nemandi
Aurelien

avatar

Nombre de messages : 2286
Localisation : entre ciel et terre
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   2/4/2012, 17:51

Nouveau rebondissement : Merah n'a pas pu tomber du balcon (comme Tony Montana) puisque celui ci était occupé par 3 flics du RAID.



Citation :
Cette vue rend impossible la thèse officielle d’un Merah traversant son salon en tirant pour aller se jeter, toujours en tirant, sur le sol en bas de ce même balcon. Impossible.

Soit les policiers sont rentrés entre temps, ce qui semble impossible par la seule porte existante (imaginez la bousculade) soit ce sont eux qui se retrouvent obligés de sauter pour laisser le tueur toulousain faire son dernier saut de Lucifer (avec pirouette pour éviter les échelles).

Impossible. Une seule photo, et tout s’écroule ; et c’est celle-là la bonne. Et je ne vous parle pas de la thèse du sniper, qui en ce cas, aurait vraimenr été adroit, pour éviter… ses collègues dans un espace aussi restreint.


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-toulouse-un-balcon-bien-encombre-113836

_________________
"si vous n'etes pas prets à mourir pour cela retirez le mot "liberté" de votre vocabulaire."
Malcolm X.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   3/4/2012, 20:39

Mohamed Merah - Les dessous de l'affaire



Enorme! A visualiser impérativement!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   3/4/2012, 21:08

Revenir en haut Aller en bas
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   5/4/2012, 03:42

Affaire Mohammed Merah: un false-flag du mossad pour déclencher la nouvelle croisade.



Les incohérences flagrantes dans les commentaires de la police sur l’affaire Merah et la vitesse à laquelle le gouvernement français, appuyé par le gouvernement israélien, a réagi montre que cette affaire sera le déclencheur d’une nouvelle croisade contre le monde musulman, barbare et terroriste alors que nous sommes l’empire du bien.




Il est évident que ce crime ait été trop parfait pour que ce soit vrai: Lire ICI : http://r-sistons.over-blog.com/article-toulouse-souriez-pas-trop-vous-etes-roules-crime-parfait-trop-parfait-102014016.html

Trop parfait car voilà un crime sans victimes. Vous les avez vues les victimes vous? Personne ne les as vues d’autant plus qu’elles ont été transférées rapidement dans leur pays: Israël. Toutes les victimes étaient liées à des RAV c’est-à-dire des religieux israéliens, du réseau Ozar Atorah qui est lié directement au gouvernement israélien. Un réseau de juifs orthodoxes très actifs en Iran, en Syrie, au Maroc et en France et qui a pour mission de rappeler aux juifs qu’ils sont juifs et qu’ils ont une nation bien à eux: Israël. Ce n’est donc pas un réseau républicain qui justifierait que la république soit en émoi, mais un réseau communautaire. La rapidité avec laquelle les corps auront été transportés en Israël frise quasiment le crime de lèse-majesté puisqu’ainsi on les soustrait à toute enquête judiciaire future ayant besoin de faire une autopsie comme dans toutes les affaires criminelles. Dans celle-ci ce sera impossible puisque les corps ne sont même plus en France…

De plus le rav Yakoov Monsonego, père de la fille soi-disant assassinée d’une balle dans la tête, a la grandeur d’âme de ne pas en être trop affecté et de mettre en évidence dans son témoignage un point important de l’enquête qui n’a pas été signalé à mon sens: Il y avait une camionnette dans la cour de l’école http://www.israel7.com/2012/03/rav-yaakov-mononego-ou-la-grandeur-juive/ qui a empêché le tueur d’aller jusqu’à la synagogue. Une camionnette qui a donc pu obstruer la vue des témoins qui n’auront entendu que les coups de feu et surtout la vue des corps. Une camionnette qui aurait pu servir pour soustraire les “corps” à la vue de tout le monde et les rapatrier ainsi discrètement en Israël où ils se feront oublié.

Donc un rav à qui on aurait remis “le corps de sa fille avec une balle dans la tête” http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/19/1309850-le-tueur-au-scooter-est-alle-jusque-dans-la-cour-pour-abattre-une-fillette.html aurait trois jours après cette grandeur d’âme de dire que la camionnette aura servi a épargné d’autres enfants! Tout en soulignant que ses quatre garçons, eux, sont en Israël. Ce qui montre bien ici que ce réseau n’est pas une école républicaine mais une école qui travaille pour Israël en formant les enfants juifs français à la cause.

Si on veut être bien clair toutes les victimes sont israéliennes même si elles sont d’origine françaises, elles sont religieuses orthodoxes et sont liées ainsi avec le gouvernement israélien. On subodorerait un false-flag du mossad qu’il n’y aurait qu’un pas à franchir. Une opération rondement et rapidement menée pour que finalement les téléspectateurs aient eu le sentiment d’assister à une mise en scène sans en voir les acteurs. Tout ce qu’on leur a dit ensuite s’avérant faux ou contredits ensuite. Comme si il y avait eu discordance entre services secrets français et israéliens sur la façon exacte de communiquer. Bref tout ça pue le false-flag ça ne fait plus aucun doute.

Lire: Attaque de Toulouse la version officielle est un mensonge.
http://www.wikistrike.com/article-attaques-de-toulouse-la-version-officielle-de-la-mort-de-mohamed-merah-est-un-mensonge-102334901.html#

Et il était évident qu’on n’allait pas voir en direct, alors que le tueur portait une caméra paraît-il, la preuve de l’assassinat des enfants par Al Jazeera qui je je le rappelle est une chaîne qatarie à la solde de l’empire sioniste, car ceci prouverait les meurtres or il est fort possible qu’ils n’aient pas eu lieu.


La croisade est partie.

Si dans l’opinion publique il y avait encore des doutes quant à la nécessité d’intervenir en Iran, en Syrie, au Liban etc..et bien ceux-ci doivent être levées après cette affaire Merah. Peu importe les zones d’ombre, peu importe que ce ne soit même pas lui qui est tué, ce qui est important c’est qu’il soit présenté comme un djihadiste islamique. Il faut que la croisade occidentale puisse s’appuyer sur des images d’horreur pour que le public puisse approuver que l’on aille détruire des populations entières comprenant aussi des femmes et des enfants, mais ceux-ci seront iraniens, arabes, musulmans, islamiques alors peu importe au fond ce sont les méchants et nous les bons.

En Syrie il y aurait 9000 morts civils nous dit-on mais personne ne rappelle que ces rebelles au régime d’Assad sont soutenus par Al Qaeda et les services secrets occidentaux! Nous sommes en train de semer la mort dans cette région du monde pour un seul intérêt: établir un nouvel ordre mondial. Un ordre mondial au service de la puissance militaire blanche, occidentale, technologique, moderniste, et qui pour naître doit achever de détruire les traditions et les archaïsmes culturels réfractaires à ce monde omni-marchand dont l’Islam fait partie tout comme la religion catholique avant lui. Tout doit être arasé pour reconstruire à neuf sous une seule et même philosophie, une même religion, une même armée, une même police, des mêmes lois et donc un même gouvernement mondial. Il va donc y avoir de la casse, beaucoup de casse, et nous serons en première ligne nous le peuple mondial.

Que pouvons-nous faire contre ce nouvel ordre mondial ?

Pas grand chose et même quasiment rien. Ce nouvel ordre mondial doit advenir c’est inéluctable on le sent. Il a pour lui le vent du modernisme technologique, du matérialisme qui rassure alors qu’en face seuls subsistent ceux qui ont la foi. La foi en Dieu, la foi en l’humanité, la foi en une spiritualité supérieure qui permettrait à l’être humain de transcender sa réalité et comprendre que la finalité de son évolution n’est pas l’avénement d’un monde hyper-matérialiste, mais bien dans une harmonie spirituelle avec toutes les forces de la vie sur cette planète. On n’en prend pas le chemin avec ce nouvel ordre mondial c’est une évidence.

Bientôt viendra à nous alors le moment du choix. Un choix douloureux car il imposera un choix de vie éternel à notre âme, un choix entre le matérialisme flattant notre ego ou le spiritualisme transcendantal et fraternel. Un choix qui s’annonce très proche et pourrait être celui de l’apocalypse 2012.

http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/03/27/affaire-mohammed-merah-un-false-flag-du-mossad-pour-declencher-la-nouvelle-croisade/



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   5/4/2012, 19:41

http://www.mohamed-merah.fr/

Edit Bardamu :

Tonino, le regroupement de liens figurant sur cette page est intéressant, merci, mais par contre la vidéo d'introduction choisie est pour le moins pourrie ! Encore un qui se fait piéger par Personne et son discours pervers frelaté à plusieurs niveaux de compréhension !!

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t6734-propagande-sioniste-revelee-le-journal-de-personne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   5/4/2012, 19:57


Mohammed Merah : "Pourquoi vous me tuez ?

Je suis innocent !"



Revenir en haut Aller en bas
Bardamu
Admin
avatar

Nombre de messages : 6063
Age : 59
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   5/4/2012, 21:52

LLP - Affaire Merah et présidentielles



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio

Or, si les rituels sont les vêtements du croyant, sa véritable religion ne se situe que dans son cœur. Rahma Alayoubi
                                                                   
Info importante : Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site llp.org et encore moins celui qui officiait sur Quenel+.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cannelle

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Merah "trahi" par les services secrets, selon l'avocate du père   5/4/2012, 22:48

L'avocate qui s'exprime sur l'affaire Merah (Il aurait aussi dit dans la video: pourquoi vous m'avez trahis?, A VOIR!!!):

http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=8dab27726ads

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makoto

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   7/4/2012, 19:58


Citation :
Emmanuel Goldstein est un personnage fictif du roman de George Orwell 1984.
Il représente le personnage que tout le monde doit haïr dans l'État d'Océania, il serait le chef d'une « fraternité » qui vise à déstabiliser le parti par le terrorisme. Il fait l'objet chaque jour des « deux minutes de la haine » où les membres du Parti extérieur doivent l'insulter dans un rituel d'hystérie collective alors qu'il passe sur le télécran.

Il est notamment l'auteur du livre interdit par le parti que O'Brien fait parvenir à Winston, dans lequel Goldstein explique comment le Parti mène une guerre perpétuelle pour maintenir l'ensemble de la population affamée et ignorante, et donc incapable de se révolter.

Mais en réalité, il semble n'être qu'une sorte d'allégorie inventé par le Parti. On apprend à la fin de 1984 que le « Livre » de Goldstein est en vérité une création du Parti Intérieur pour piéger les criminels par la pensée, ce qui y est écrit n'en reste pas moins vrai d'après les paroles d'O'Brien, donnant une dimension terrifiante à ce monde.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Goldstein


Citation :

Affaire Merah... Zones d’ombre et zones de guerre !



Questions ?

Après l’émotion, le spectacle et les pétarades, vient le temps des questions. Questions qu’il faut poser avec insistance, sans trop espérer obtenir de réponses. Mais les « bonnes » questions sont déjà un pas en avant vers un peu transparence… cette nécessaire « vérité » sans laquelle la démocratie n’est qu’un vain mot, un hochet.

Pour avancer dans le labyrinthe de cette ténébreuse affaire, il s’agirait en premier lieu de s’efforcer de savoir qui était vraiment Merah : un petit voyou voyageur ou plus ? Un homme « manipulé » ? En l’occurrence un correspondant stipendié de services occidentaux américains ou français… un agent dormant à l’intersection du crime organisé et des réseaux de l’islam radical ? L’intéressant téléfilm scénarisé par Frédéric Krivine et intitulé « Nom de code DP » décrit précisément un cas de figure similaire dont aurait pu s’inspirer à bon escient les auteurs du « montage » qui nous occupe. Dans la fiction (prémonitoire ?), une cellule djihadiste dormante se trouve infiltrée par un agent du Mossad…

Au-delà de l’hypothèse vraisemblable d’une manipulation, possibilité de plus en plus couramment présente à l’heure actuelle sur la Toile (cependant celle-ci parviendra-t-elle à briser le verrouillage médiatique et à s’imposer, rien n’est moins sûr ?), il faut envisager que Merah n’ait pas agi seul et même puisse n’être pas - horresco referens - l’homme qui a perpétré les crimes ? Dans ce cas, il pourrait être, suivant un cas de figure classique en matière de terrorisme, un écran, un leurre, jeté en pâture à la meute médiatique pour égarer l’opinion ? À ce titre, une question préliminaire se pose : était-il seul ou accompagné ? L’affaire annexe des vidéos hâtivement expédiées au bureau parisien de la chaîne qatarie Al Jezirah le jour où Merah se trouve encerclé, remet en cause la thèse du tueur solitaire 1.

Pour accroître notre perplexité, le procureur de Paris, François Molins – le 23 peu après la mort de Merah - avait annoncé la découverte d’un sac « confié à quelqu’un » contenant la caméra du tueur ! On aimerait en savoir plus sur ce « quelqu’un ». Alors, Merah était-il un isolé comme la DCRI tente d’en accréditer l’idée, ou bien bénéficiait-il d’un réseau de soutien ? Au demeurant, les circonstances de sa traque et de sa mort annoncée (pour ne pas dire programmée) sont aussi suffisamment insolites pour ne pas susciter quelques fortes interrogations… Dans l’hypothèse fondée d’une « instrumentation » de l’individu, il s’agirait in fine d’éclairer quels objectifs de politique intérieure ou méditerranéenne se trouvaient poursuivis par le truchement d’une telle provocation ? Nous nous contenterons de poser ici quelques jalons…

Merah djihadiste globe-trotter : un bobard ?

Dans un premier temps certains analystes ont voulu voir dans Merah, citoyen français d’origine algérienne, l’homme qui fut arrêté le 19 déc. 2007 en Afghanistan et condamné à trois ans de prison pour avoir posé des bombes dans la province de Kandahar… où il aurait été détenu par le Joint Special Operations Command au centre de Sarposa. Merah cependant s’en serait échappé lors d’une évasion de masse organisée par les forces rebelles. C’est à l’occasion de ce séjour carcéral que le Defense Counterintelligence and Human Intelligence Center – autrement dit le contre-espionnage offensif américain - l’aurait recruté afin d’infiltrer les réseaux djihadistes en France.

Une éventualité certes extravagante, mais si parfaitement étrangère à de la pure spéculation, que le Directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, l’homme qui avait prioritairement à connaître le dossier Merah, s’est cru obligé de démentir ce 27 mars toute manipulation du présumé coupable, tant par les Américains que par les Français ! Reste que pour en arriver à « cracher le morceau » encore a-t-il fallu que des questions gênantes commences à êtres posées qu’il fallait bloquer d’urgence. Montrant incidemment que le Directeur du renseignement, s’il n’est pas encore tout à fait sur la sellette, se trouve déjà en première en ligne, devant faire face à toutes les incohérences ou les contradictions d’un dossier pourri.

Merah super djihadiste évadé de Kandahar, participe d’un segment du scénario aussitôt passé à la trappe. Parce qu’à moins d’avoir le don d’ubiquité, Merah est en principe, en déc. 2007, incarcéré en France et ce, jusqu’en septembre 2009. À cette époque, il ne se serait donc pas encore rendu au Proche-Orient ni en Asie Centrale 2… car, aux dires de Bernard Squarcini, dans un long entretien publié le 23 mars dans le quotidien Le Monde, à partir de septembre 2010 Merah « a passé du temps chez son frère au Caire après avoir voyagé au Proche-Orient : Turquie, Syrie, Liban Jordanie et même Israël. À Jérusalem, la police découvre un canif dans son sac puis le relâche. Ensuite, il se rend en Afhanistan en passant par le Tadjikistan. Il prend des parcours qui sont inhabituels et n’apparaît pas sur nos radars, ni sur ceux des services extérieurs français, américains et locaux. Il arrive le 13 novembre à Kaboul, il est contrôlé le 22 novembre à Kandahar et il rentre en France le 5 décembre 2010 » 3 .

Remarque quant à la biographie de Merah : celle-ci semble très instable, ses différents éléments ne sont pas encore définitivement emboîtés les uns aux autres. Et de jour en jour l’embrouillamini d’informations contradictoires grossit. Et c’est bien là peut-être le but de la manœuvre, rendre, rebuter l’opinion afin qu’elle renonce à vouloir comprendre face à un écheveau inextricable et par conséquent prête à faire siennes toutes les certitudes que lui prodigue une presse réputée libre. Pourtant, les bémols se multiplient. AFP 22 mars - Les Services pakistanais et afghans, mais également les forces américaines et celles de l’Otan dans ce dernier pays, déclarent « n’avoir aucune trace des séjours de Mohamed Merah, contrairement aux déclarations des autorités françaises » 4. Une info « passée dans l’épaisseur du trait », c’est-à-dire passée totalement inaperçue du public… Ce qui n’a pourtant pas empêché M. Squarcini de reprendre et de confirmer, dans son entretien au Monde, la version désormais officielle du djihadiste globe-trotter et de ses pérégrinations orientales. Corroborant de cette façon les déclarations du procureur de la République de Paris, François Molins, qui avait de mentionné deux séjours, l’un en Afghanistan en 2010, l’autre au Pakistan, de deux mois, en 2011.

Ainsi, de la bouche même de l’un des pontes, et non le moindre, de la DCRI, nous apprenons que Mérah, délinquant multirécidiviste passe d’un pays à l’autre sans la moindre difficulté grâce à son passeport de la République. Une interrogation seulement ! Merah ne pouvait entrer en Israël avec un visa syrien (obligatoire), ni entrer en Syrie avec un tampon israélien sur son passeport… Rappelons que l’état de belligérance n’ayant jamais cessé depuis 1948 entre la Syrie et l’État hébreu l’on ne passe pas d’un pays à l’autre avec un document visé officiellement dans l’un des deux pays en guerre perpétuelle ? Pourtant les Services spéciaux du Shin Bet, l’équivalent israélien de la DCRI [Haaretz du 26 mars] confirme la chose ! Comment expliquer ce tour de passe-passe ! Est-ce à dire que Merah possédait deux passeports ? La question se pose, tout comme de connaître la source des moyens financiers avec lesquels il pouvait s’offrir des voyages forcément coûteux - s’ils ont réellement tous eu lieu - au-delà de l’Égypte, d’Israël et de la Jordanie. Et qu’allait-il donc faire en Israël ? Acquérir les rudiments dans le maniement des armes – du pistolet mitrailleur compact 8 mm parabellum Uzi par exemple ? Une teinture d’expérience qu’il n’aurait pas acquis au Waziristân en cours particuliers 5, surtout s’il n’y a jamais mis les pieds. Ici, l’on peut supposer que M. Squarcini s’est encore laissé aller à des révélations inconsidérées suscitant plus de curiosité que de certitudes apaisantes.

Merah et l’info manipulés ?

Doit-on finalement en déduire que si Merah, déjà connu conjointement des services de police et de la sécurité nationale, bénéficie d’une aussi longue lisière [laisse] lui permettant de se rendre dans les zones chaudes du Proche Orient et de l’Asie centrale, ce serait évidemment parce qu’il serait une honorable recrue de la DCRI, à défaut d’être un infiltré du DCHC américain [voir supra] ? Même le très conformiste Figaro ne peut – sous peine de décevoir ses plus subtils lecteurs ou de manquer le coche d’une tendance générale au scepticisme qui se dessine dans le contexte des échéances présidentielles et de la guerre des chefs – évacuer totalement une telle éventualité et toutes les questions qui s’y rattachent.

À ce sujet, M. Squarcini, dit « le Squale », nous apporte de précieux éléments d’appréciation dans son entretien du 23 mars [Ibid]… interrogé sur le fait de savoir « si Merah lui aurait parlé au cours du siège » de son retranchement, le haut fonctionnaire précisait :« Il a souhaité parler avec le policier de la direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse qui l’avait rencontré en novembre 2011. Il est intervenu au cours des négociations. Il a même dit à ce policier : « De toute façon, je devais t’appeler pour te dire que j’avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j’allais te fumer ». C’est un Janus, quelqu’un qui a une double face. ».

On ne saurait mieux dire en effet : double ou triple face ? Il serait tout aussi édifiant de s’interroger sur les raisons qui poussaient Merah à vouloir descendre son « officier traitant »… Que s’est-il donc passé entre novembre 2011 et le passage à l’acte supposé du susdit ? Rappelons que Merah mort en odeur de supposé coupable, le demeurera ad vitam æternam. Jamais coupable puis que jamais jugé. Trois crimes donc sans auteur juridiquement parlant…

Résumons-nous. Ici encore, le Squale, ne mesure pas totalement la portée de ses paroles en confessant avec la plus grande ingénuité (mais pouvait-il faire autrement) que Merah était en relation suivie avec un fonctionnaire régional, auquel de toute évidence, il servait d’informateur. CQFD ! Faut-il une autre preuve du fait que Merah « travaillait » peu ou prou pour la DCRI ? Ce qui expliquerait entres autres, qu’une plainte déposée en 2010 par une mère de famille pour une tentative de conversion violente de son fils au djihadisme, ait été classée sans aucune suite 6 !

Toute chose expliquant in fine que Merah n’ait pas été immédiatement dans le collimateur des services antiterroristes puisqu’il en faisait lui-même partie étant enregistré sur les rôles de la Sécurité. D’ailleurs M. Squarcini, avec une ingénuité toujours confondante, avoue à nouveau qu’il s’est laissé balader en laissant ses personnels privilégier la piste de l’extrême droite jusqu’au bout : « À ce moment-là, tout le monde est dans le brouillard. Il n’y a pas de piste privilégiée. Le lundi, c’est l’attaque du collège Ozar-Hatorah. Le parquet de Paris se saisit de l’affaire, et nous nous trouvons en cosaisine. Là, avec l’école juive, la façon dont il a ciblé, l’hypothèse djihadiste reprend du poids. Nous gardons encore à l’esprit celle de l’ultra droite … [le lundi soir] Notre direction régionale nous donne une liste de six noms d’islamistes radicaux et six noms de membres de l’ultra droite. Ils ont un profil qui peut laisser penser qu’ils ont pu basculer ».

Autrement dit, au moment du drame de l’école juive, nul ne s’est encore penché sur le cas Merah, pourtant supposé appartenir à la mouvance djihadiste ! Soit la DCRI est à ce point défaillante qui faudrait peut-être envisager de la dissoudre, soit M. Squarcini nous raconte des bobards assez désobligeants… ou bien il est à la masse et dépassé par les événements. Si c’est le cas, il sera la prochaine victime de l’affaire Merah, parce qu’il aura été l’agent passif d’une manipulation dont l’efficacité (au moins pour l’empreinte médiatique qui en subsistera dans l’inconscient collectif) et la sophistication auront été en tous points remarquables.

Car enfin, si l’on se penche plus avant sur ses déclarations du Directeur du renseignement, l’on découvre que celles-ci sont émaillées d’assertions sujettes à caution… Ainsi lorsqu’il nous dit que Merah « s’est auto-radicalisé en prison, tout seul, en lisant le Coran… Donc, il n’y a aucune appartenance à un réseau ». On voit bien que cela est contredit par les derniers développements, le frère Abdelkader inculpé se trouvant embastillé, il n’a vraisemblablement pas procédé, ni à l‘envoi ni au montage de la vidéo des meurtres… Vidéo grossièrement maquillée façon al-qaïdiste, ce qui requiert du temps et par conséquent ne se fait pas entre deux portes… ainsi qu’une certaine compétence. Aussi lorsque M. Squarcini, nous affirme qu’il s’agit « d’un acte volontaire, spontané, isolé », devons-nous le croire sur parole ? Ou doit-on déduire que les déclaration de M. Sqarcini sont un habile tissu de contre-vérités destinées à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

Comment quelqu’un jugé inoffensif en novembre devient un tueur potentiel en mars ?

Il faudrait ajouter, comment un « jeune » désargenté, n’ayant pour tout revenus déclarés que le RSA (400 € mensuels) peut-il s’équiper d’armes pour un montant estimé de 20 000 €, posséder deux voitures et louer au moins un appartement, cela sans « toucher » à la drogue. Rien de tout cela ne tient debout.

De deux choses l’une, ou le parquet et le Directeur du renseignement intérieur sont très mal informés, ou bien ils trompent délibérément l’opinion. Paradoxalement, il existe une troisième possibilité, celle du désinformateur désinformé. Même si nous nous prévalons d’avoir des Services parmi « les meilleurs », l’affaire Merah ne paraît pas plaider du tout en ce sens. Resterait de ce point de vue à connaître les sources de la DCRI et de M. Squarcini pris en flagrant délit de manipulation de l’information - ne serait-ce que par dissimulation et omission – dans une affaire de dimension nationale et internationale…

À ce titre aurait-il pu prendre pour argent comptant le dossier pré-ficelé qu’aurait pu lui remettre un service « ami »… Dossier dont les faiblesses, pour ne pas dire les béances sautent aux yeux aujourd’hui 7. Alors le Squale, manipulé et manipulateur de l’opinion à son corps défendant ? Aucune hypothèse, même la plus échevelée, n’est aujourd’hui à ignorer dans le contexte d’un possible épisode de ce « deception game », jeu de la duperie, de l’intox et du mensonge, dans lequel sont passés maîtres les Anglais et les Israéliens formés à leur école. Après tout, la Chine elle-même, par la bouche de son ministre des Affaires étrangères, Yang Jiechi, aurait dénoncé, mercredi 21, une manipulation [selon l’Agence chinoise Xinhua - source non vérifiée], une manipulation « visant à renforcer la victimisation d’Israël » au moment où celui-ci avait repris ses bombardements sur la Bande de gaza… Non seulement l’Affaire Merah ne s’est pas terminé avec la mort de son protagoniste, il semble bien qu’elle ne fasse que commencer !

NOTES
(1) Le Parisien et Le Figaro 26 mars « Les images tournées avec la caméra GoPro dont Mohamed Merah se sanglait pendant ses attentats ont été montées et mélangées avec des séquences de chants guerriers. La vidéo de 25 minutes a été enregistrée sur une clé USB envoyée depuis un petit village à côté de Toulouse avec une lettre de revendication d’al-Qaida » jugée fantaisiste… [n’étant] pas rédigée en arabe. Parvenu lundi à la chaîne, l’envoi portait un cachet postal daté de mercredi, à l’heure où le siège de l’appartement Merah avait déjà commencé.

(2) Selon la biographie officielle, en septembre 2007 Merah est condamné à 18 mois de prison ferme, pour vol avec violence sur personne âgée dans le hall d’une banque. Il est emprisonné du 18 déc. 2007 à octobre 2008. Deux mois plus tard il est réincarcéré jusqu’en septembre 2009 pour refus d’obtempérer lors d’un contrôle policier. En ce qui concerne le Merah afgan de 2007, il s’agirait en l’occurrence d’un banal cas d’homonymie. Après tout la France compte un autre Mohamed Merah connu des amateurs de boxe de Douais.

(3) Le Monde publiait le 22 mars une impressionnante liste des déplacement de Merah : Israël, Cisjordanie, Syrie, Irak, Jordanie, Afghanistan en 2010 où il est arrêté et renvoyé en France par les Américains. Automne 2011, Pakistan dans les zones tribales du Nord et Sud Waziristan, période de deux mois pendant laquelle il eut pu recevoir une formation d’Al Qaïda comme les 14 autres ressortissants français qui y ont séjournés en 2010… cela « à l’insu de l’ISI, les services secrets pakistanais, de la CIA et de la DGSE ». Sachant que l’ISI est en grande partie une émanation de la CIA, cette dernière assertion exonérante semble bien improbable. Et bien que la DCRI ait jugé utile de démentir ce dernier point, selon une source militaire française en Afghanistan, Merah passe-partout se serait également rendu… En Iran. Un circuit qui laisse rêveur pour un simple voyou de banlieue.

(4) AFP 22 mars. Jimmie Cummings, porte-parole de l’Isaf : « Nous cherchons davantage d’informations sur cet individu avec nos partenaires militaires français et le gouvernement afghan, mais pour l’heure, nous n’avons aucune information sur son éventuelle détention par l’Isaf[Force internationale de stabilisation, mission assurée par Otan] ou l’armée américaine », qui en compose plus des deux tiers ». Idem pour les Autorités et le renseignement afghans et pakistanais où l’ISI - Inter-Services Intelligence - affirme ne posséder aucune trace d’un quelconque passage de Merah dans les Zones tribales du Waziristân ou ailleurs. Les précisions des services afghans, pakistanais et américains jettent de facto le discrédit sur les informations diffusées par les autorités françaises et subséquemment sur la totalité de la version officielle de ce micro “Onze Septembre“ hexagonal !

(5) Comme a priori il n’avait pas participé à l’un des camps répertorié, nos judicieuses autorités judiciaires ont imaginé – sans rire – que Merah eût pu suivre un entraînement spécial pour apprenti djihadiste esseulé. Sur les 15 français passés par ces dernières années dans les dits camps, 5 sont décédés de morts violentes, il en reste dix, lesquels, nous dira-t-on son trop nombreux, pour faire l’objet permanent des assiduités policières.

(6) Une plainte contre Merah, apprenti sergent recruteur djihadiste, avait été déposée en 2010 à Toulouse pour violence par une mère de famille du quartier des Izards. Figaro 22 mars 2012. Me Éric Mouton confirme qu’une plainte a BIEN été déposée. La victime Aïcha, elle, s’interroge. « Pourquoi, malgré tous mes signalements, Mohamed Merah n’a-t-il pas été arrêté ? ». Réponse le 21mars du ministre de l’intérieur M. Guéant : « Le suspect qui avait des attaches avec des personnes se réclamant du salafisme et du djihadisme, était suivi depuis plusieurs années par la DCRI et ses agents toulousains ». Suivi ou manipulé ?

(7) Les barrages médiatiques commencent à céder, même le Figaro [26 mars p.4] s’y met et penche prudemment du côté de la conspirationnite aiguë : « Mohamed Merah a confié aux policiers qu’il avait prévu de tuer, le matin même où le Raid a cerné son appartement, un quatrième militaire repéré dans le quartier. Il avait en outre envisagé d’exécuter deux fonctionnaires de la Brigade anticriminalité de Toulouse, ainsi que son agent traitant de la DCRI qui l’avait débriefé en novembre 2011 ». Dès le 22, veille de l’épilogue sanglant, M. Juppé, ministre des affaires étrangères se posait lui-même cette question lancinante : « Je comprends qu’on puisse se poser la question de savoir s’il y a eu une faille ou pas. »

http://www.geopolintel.fr/article483.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thezog.wordpress.com/
Noss-t-Algie

avatar

Nombre de messages : 31
Localisation : sur la planète- taire
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   8/4/2012, 14:58

Merah mort, éliminé , son cadavre même pas remis à ses proches , mais les assassinats ne se sont pas arrêtés en france , dernière en date une mère d'origine algérienne de 47 ans abattue dans le hall de son immeuble , femme sans histoire d'après les médias mais peut-être militait-elle pour le boycott de produit de l'entité sioniste ?
http://www.itele.fr/video/essonne-la-meme-arme-utilisee-pour-les-quatre-crimes

Le ou les vrais tueurs courent-ils toujours ?
http://www.alterinfo.net/notes/France-un-nouveau-tueur-a-moto-ou-le-meme_b4074627.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/Noss-t-Algie
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   10/4/2012, 12:27

Articles et vidéos sur L' Affaire M. Merah

www.scoop.it/t/toulouse-affaire-merah
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   21/4/2012, 12:10

LLP : Affaire Merah avec Vernochet et Soral 1 sur 2






LLP : Affaire Merah avec Vernochet et Soral 2 sur 2





Citation :


Il est de plus en plus évident que les autorités officielles mentent ouvertement au peuple. Depuis déjà quelques années, les statistiques, les sondages, les chiffres du chômage sont escamotés. La dernière affaire M. Merah est une nouvelle étape franchie dans cette volonté de subversion continue de l’exécutif qui utilise les médias comme vecteur docile. Malgré les chiffres clairement nuls concernant le risque islamiste européen délivrés par le rapport Europol 2011, la DCRI continue sa campagne de propagande et de terrorisme du peuple jouant parfaitement la partition américaine du choc des civilisations post 11 septembre 2001. Cette conférence est là pour explorer cette affaire dans ses moindres détails. Effectivement, les contradictions sont extrêmement nombreuses et troublantes. Le comportement aussi bien des unités de la police ou des politiques a été des plus atypiques, choquant bon nombre de professionnels de la police et de la gendarmerie aussi bien au plan local qu’international.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   3/5/2012, 18:18

Mohamed Merah était-il un informateur de la DGSE ?


Mohamed Merah, le tueur de Toulouse, n’était-il finalement qu’un agent des services secrets français qu’il fallait coûte que coûte liquider ?
Certes, ce n’est pas la première fois qu’une telle éventualité est avancée mais, cette fois-ci, c’est un journal important en Italie, Il Foglio, de droite de surcroît, qui publie une information étayée selon laquelle Mohamed Merah aurait voyagé sous la couverture des services secrets français (DGSE/DCRI) en Israël et au Pakistan notamment, quelque temps avant de commettre les attaques terribles de Toulouse !
Une information qui vient, une nouvelle fois, jeter le trouble sur les réelles motivations des services français qui avaient vite fait de “neutraliser un agent” devenu trop encombrant.
En sus, les vidéos des crimes commis par Merah et envoyées à Al-Jazeera (en tout cas selon la version officielle française) n’ont pas été postées par lui-même, mais par une tierce personne…, ce qui met à mal, une fois encore, la théorie du loup solitaire développée par les autorités officielles et une partie de la presse française.

http://www.liberte-algerie.com/radar/mohamed-merah-etait-il-un-informateur-de-la-dgse-apres-les-revelations-du-journal-italien-il-foglio-177291
Revenir en haut Aller en bas
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   15/5/2012, 20:37

Manduel Son fils tué par Merah, Albert Chennouf "Je porte plainte contre Sarkozy"
Recueillis par PATRICIA GUIPPONI
08/05/2012, 08 h 55 | Mis à jour le 08/05/2012, 09 h 06

Le père du militaire de Manduel (Gard), le caporal Abel Chennouf, tué le 15 mars à Montauban, revient sur le drame et réclame plus de clarté.

Votre fils, Abel Chennouf est tombé sous les coups de Mohamed Merah le 15 mars à Montauban. Où en est l’affaire ?

Le 15 mai, je suis convoqué à Paris par le juge d’instruction en charge du dossier sur le rôle joué par Abdelkader Merah, frère de Mohamed Merah contre qui aucune poursuite ne sera menée puisqu’il a été descendu par le Raid. Jusqu’à présent, mon épouse et moi étions sous le coup de l’émotion mais aujourd’hui, je ne peux plus me taire : l’Etat nous a oubliés. Pas un appel du président Sarkozy ou de son cabinet. On est seul. On devait nous encadrer, nous aider. Ce n’est pas le cas.

Vous avez reproché au chef de l’Etat sortant ses mots. Pourquoi ?

J’ai été secoué par ses termes de “musulman d’apparence” à l’égard de mon fils. C’était un soldat français, un point c’est tout. Je ne renie pas nos origines. Elles font partie de notre identité. Mais Sarkozy a fait bourde sur bourde. Déjà, on nous a annoncé la mort de notre enfant par téléphone. La tradition veut que l’armée se déplace jusqu’au domicile pour livrer une telle nouvelle.

Et puis, on est en droit de douter de la personnalité, du rôle de l’assassin d’Abel et de six autres victimes. Ce n’est pas clair. C’est pour cela que je porte plainte pour non-assistance à personne à danger contre Nicolas Sarkozy et contre le responsable de la direction centrale du renseignement intérieur, Bernard Squarcini. Je suis allé la constituer hier en gendarmerie.

Votre avocat, Me Collard, a signifié qu’il ne vous suivrait pas...

Je l’ai averti de mes intentions. Me Collard n’a pas été mon choix mais celui de la famille de Caroline, la compagne de mon fils. J’ai cédé car il me semblait logique qu’il défende nos intérêts à tous. Il est le porte-parole du Front national, je ne partage pas ses idées politiques. Cependant, j’admets qu’il a exercé en toute intégrité son travail d’avocat. Mes opinions divergent aussi avec l’avis des proches de Caroline, notamment sur la peine de mort. Certains de leurs comportements m’ont heurté.

Où en est le mariage posthume de votre fils et de sa compagne, enceinte ?

L’union n’a pas encore eu lieu. Caroline a donné naissance à mon petit-fils ce jeudi 3 mai. Cela nous emplit de joie malgré nos différends familiaux.

(Me Mokhtari, l’avocate algérienne de la famille de Mohamed Merah, a indiqué hier qu’elle déposerait plainte contre le Raid le lundi 14 mai à Paris. Nous n’avons pu joindre la famille de Caroline, compagne d’Abel Chennouf.)

source
http://www.midilibre.fr/2012/05/08/a-chennouf-je-porte-plainte-contre-sarkozy,497940.php

Ou d'autres articles y figurent
http://www.midilibre.fr/2012/05/08/nous-ne-portons-pas-plainte-contre-sarkozy,498164.php

bonus
http://fr.sott.net/articles/show/7961-Le-pere-d-un-des-militaires-tues-par-Merah-poursuit-Sarkozy-et-Squarcini

_________

Excellent ton lien Tonino


http://www.scoop.it/t/toulouse-affaire-merah

Excellent !

Vous aviez déjà remarqué les 3 points de Mr Charles « Monty » Montgomery Burns ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   25/5/2012, 21:34

Revenir en haut Aller en bas
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   25/5/2012, 23:50

Pipeau, fifre et tambourin ! plus c'est gros plus ça passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   5/6/2012, 09:39


Hallucinant je sais pas quoi dire hallucinant


Citation :

Le témoignage choc d'un musulman arrêté suite à l'affaire Merah (vidéo)
le 1. juin 2012 - 17:36

Maltraité, insulté, accusé à tort. A la suite des tueries de Toulouse, la police a procédé à des vagues d'arrestations de soi-disant "islamistes" et présumés "terroristes". Tous ont été relâchés. L'un d'eux a accepté de témoigner en exclusivité pour le CCIF des brutalités dont lui et sa famille ont fait l'objet.

Maltraité, insulté, accusé à tort. A la suite des tueries de Toulouse, la police a procédé à des vagues d'arrestations de soi-disant "islamistes" et présumés "terroristes". Tous ont été relachés. L'un d'eux a accepté de témoigner en exclusivité pour le CCIF des brutalités dont lui et sa famille ont fait l'objet.

Source
http://oumma.com/12983/temoignage-choc-dun-musulman-arrete-suite-a-laffaire-m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Comandirej



Nombre de messages : 1280
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   8/6/2012, 15:21

Mohamed Merah travaillait pour les RG

La DCRI est chargée de l'enquête sur les meurtres commis par le djihadiste.
Alors qu'elle est elle-même mise en cause.

Le 18 octobre 2007, Mohamed Merah faisait l'objet d'un contrôle routier aux abords d'un quartier de Toulouse. Au volant d'une BMW, le conducteur et son passager attiraient l'attention des gardiens de la paix Laurent S. et Agnès B., accompagnés de l'adjoint de sécurité Anthony C. Passé au fichier des personnes recherchées, le nom de Mohamed Merah apparaît en gras. Sur la note, 50600980 RG, il est indiqué "NE PAS ATTIRER L'ATTENTION. SÛRETÉ DE L'ÉTAT". Les trois policiers se regardent, interloqués, mais poursuivent leur contrôle. "Dans ce cas de figure, les consignes sont claires : on fait comme si de rien n'était", explique un fonctionnaire de police.

Ils prennent contact avec le service concerné, les renseignements généraux. Ils reçoivent pour instruction de faxer le P-V ainsi que la fiche de recherche. Cet élément versé à la procédure des juges du pôle antiterroriste du TGI de Paris, qui instruisent l'enquête sur les meurtres commis par Mérah, ne manquera pas d'accréditer l'idée que Mohamed Merah était repéré depuis bien longtemps par les services de sécurité. Malgré cela, il a pu commettre tranquillement ses crimes du 11 au 19 mars 2012, plongeant sept familles dans l'horreur. Si officiellement, du ministre de l'Intérieur aux magistrats, on promet la vérité aux familles, quelques éléments troublants instillent le doute chez les parties civiles.

La DCRI juge et partie


Mise en cause depuis le début de l'affaire Merah, la DCRI n'existait pas en 2007. En revanche, son rôle dans la gestion du cas Merah n'a pas empêché les magistrats de lui confier l'enquête sur les faits de meurtre élargie à ses propres dysfonctionnements. "Est-ce que la DCRI va s'interroger elle-même sur commission rogatoire ?" interroge un des avocats des parties civiles. "On aurait préféré que les magistrats confient l'enquête à l'IGPN, par exemple", confie un autre reçu récemment par les juges antiterroristes.

"C'est une question légitime qui a été soulevée par les parties civiles, le 15 mai dernier, devant le juge Yves Jannier", se souviennent maîtres Jean Toumalet et Marie-Laure Ingouf, avocats à l'époque de la famille Legouad, dont le fils Mohamed, caporal du 17e RGP, a été assassiné par Merah.

Les jeunes conseils offensifs - ils avaient demandé dès le 15 mai la levée du secret-défense - ont depuis été remplacés par Georges Holleaux, un des avocats du ministère de l'Intérieur, époque Nicolas Sarkozy, et également de SOS attentats, l'association créée par Françoise Rudetzki. Maître Holleaux est également l'un des avocats des familles des victimes de l'attentat de Karachi. Il a pour particularité de continuer à croire à la responsabilité d'al-Qaida, la thèse de Jean-Louis Bruguière, pourtant remise en cause par l'enquête du juge Trevidic. Sur ce revirement, la famille Legouad, contactée par Le Point.fr, n'a pas donné suite à nos demandes d'entretien.

Expertise

Si la recherche de la vérité ne fait aucun doute, comment expliquer l'absence d'expertise sur les armes et les munitions saisies dès le 20 mars, certaines rendues volontairement par Merah ou retrouvées sur ses indications et d'autres saisies après sa mort. Selon un expert en armes, requis régulièrement par la justice, le Colt 45 échangé par Mérah contre une radio lors des négociations avec le Raid était semi-automatique et avait été modifié, comme le font les forces d'élite, type GIGN, Raid ou encore GIPN. Selon lui, il est "difficile de croire que Merah ait pu apprendre cette technique dans un camp d'entraînement au Pakistan. Pour en avoir le coeur net, encore faut-il mener l'enquête. À ma connaissance, rien n'a été fait de ce côté-là."

http://www.lepoint.fr/societe/merah-une-enquete-a-haut-risque-07-06-2012-1470689_23.php

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les assassinats de Toulouse le 19 mars 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Salon des séniors du 29 au 31 mars 2012 - Paris
» Confession d'un craquage.... Màj du 25 mars 2012
» [Mars 2012] MBAB
» Exposé du 17 mars 2012 - Logiciel GeneWeb par Daniel ORANGE
» 24-25 MARS 2012 - Changement d'heure!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Debats/Divers-
Sauter vers: