Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique - Claude Bernard (1813-1878)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Chronique - Claude Bernard (1813-1878)   29/8/2012, 10:34


http://le-cep.org/larevue.html
SCIENCE ET TECHNIQUE
« Les rationalistes fuient le mystère
pour se précipiter dans l’ incohérence »
(Bossuet)

Le Cep n°50. 1er trimestre 2010
Claude Bernard et la cause première 1
Antonin Eymieu

Présentation : Claude Bernard (1813-1878) demeure l'une des plus grandes
figures de la science européenne. La chaire de physiologie expérimentale fut
créée pour lui à la Sorbonne. Entré en 1844 à l'Académie des Sciences, il fut
aussi sociétaire de l'Académie française et sénateur. Surtout, il sut adapter la
méthode expérimentale à la connaissance du vivant, introduisant dans ce
domaine une rigueur de pensée, une clarté dans le rôle des hypothèses et une
précision dans la conduite des expériences qui en font comme le modèle du
savant. Cette méthodologie positiviste a parfois été interprétée, dans le
contexte universitaire de l'époque (rappelons-nous que l'enseignement
supérieur étaient alors interdit à l'Église!), comme de l'irréligion. En fait, en
distinguant soigneusement l'hypothèse scientifique de tout parti-pris
philosophique, Claude Bernard délimita aussi un champ propre à la réflexion
sur une cause première qu'il reconnut explicitement, en particulier à l'origine
des êtres vivants. Loin d'être un matérialiste, Cl. Bernard discerna une
"intelligence intentionnelle" à l'œuvre derrière le déterminisme des réactions
physiologiques, déterminisme sur lequel peut précisément s'appuyer la liberté
du sujet pensant.


La découverte la plus connue de Claude Bernard, et celle à laquelle lui-même semblait attacher le plus de prix 2, porta sur la fabrication du sucre (fonction glycogénique) dans le foie. « Tout ce que nous connaissons d’important (à ce sujet), nous le lui devons. »3 Une autre découverte "hors pair" est celle des "nerfs vasomoteurs, constricteurs et dilatateurs.

1 Extrait de A. Eymieu, La part des croyants dans les progrès de la science
au 19ème siècle, Paris, Perrin, 1935, t. 2, pp. 240-258.
2 Au dire de Pasteur. Cf. Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Paris, Hachette,
13è édit., p.473.
3 Vulpian, Discours aux funérailles, dans, C.R. Ac. des Sc., LXXXVI (1878,
I), 409.


Là, il a tout créé, et ''son œuvre reste définitive.''4 Mais que d’autres découvertes sur les substances toxiques et médicamenteuses (notamment sur le curare), sur le pancréas et les glandes salivaires, sur les mystères de la nutrition, où « jamais regard plus pénétrant n’avait plongé »5 , etc.! « Il découvrait comme les autres respirent. »6 Par une multitude d’expériences merveilleuses d’ingéniosité, de sagacité, d’intuition, de méthode, de critique, de logique, il s’est attaqué à tous les problèmes de la physiologie et, souvent, il les a résolus ou il en a fait entrevoir la solution. « En vingt ans, il a plus trouvé de faits dominateurs, non seulement que les physiologistes français qui, peu nombreux, travaillaient à ses côtés, mais que l’ensemble des physiologistes du monde entier. »7
« Il n’est presque aucune partie de la physiologie dans laquelle M. Claude Bernard n'ait profondément marqué sa place par des découvertes du plus haut intérêt. Aussi l’influence de M. Claude Bernard sur la Physiologie a-t-elle été immense. On peut dire sans exagération que, depuis plus de trente années, la plupart des recherches physiologiques qui ont été publiées dans le monde savant n’ont été que des développements ou des déductions plus ou moins directes de ses propres travaux. »8
Bref, « Claude Bernard a rénové la physiologie. »9 Il en reste le plus glorieux représentant 10. C’est « le plus grand de nos physiologistes. »11 Ou, si l’on veut, comme le disait J.-B Dumas au ministre Duruy, « ce n'est pas un grand physiologiste, c’est la physiologie elle-même. »12

4 Dastre, in Dict. de Physiologie de Ch. Richet, t. II, art. Bernard, Claude.
5 Vulpian, loc. cit., 409.
6 Paul Bert, Préface à La Science expérimentale de Claude Bernard, Paris,
J.-B. Baillière, 5ème édit. 1911, p. 29.
7 Bert, loc. cit., p. 22.
8 Vulpian, loc. cit., 414.
9 Boinet, Les doctrines médicales, Paris, Flammarion, 1908, p. 100.
10 Bouillaud, C. R. Ac. des. Sc., LXXXVI (1878, I), 405.
11 Grasset, Les Limites de la biologie, Paris, Alcan, 3ème édit. 1906, pp. 16 sq.
12 Cité par René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, op. cit., p. 173.


C’est quelque chose de plus car son influence a porté au-delà: « Il fut vraiment un maître des intelligences. Quelque profit que la science de la vie ait tiré de ses découvertes, l’art de penser n’en a pas tiré un moindre. Et si nous commençons à discerner les vrais caractères de la révolution qui, vers le milieu du siècle où nous sommes, a transformé l’esprit moderne, nous savons dès aujourd’hui que Claude Bernard en fut, et qu’il en demeurera dans l'avenir, un des principaux ouvriers. »13
On a bien souvent abusé de son nom et de son œuvre. Le sectarisme qui, maître de la presse, était à l’affut de toutes les influences et de toutes les gloires pour les accaparer à son profit, ne pouvait pas négliger cette proie, et il n’a que trop réussi à présenter Claude Bernard comme un tenant des idées matérialistes. Il a surtout, dans le même but, falsifié ses doctrines les plus populaires. Mais ce ne fut point de la faute de la victime, sauf à ses débuts. Élève de Magendie, Bernard en effet parut d’abord en accepter l'héritage; mais il en répudia la philosophie au fur et à mesure qu’il se mit davantage au contact des faits et qu’il les domina mieux par ses réflexions personnelles. Sans doute ne devint-il pas philosophe de métier, et il n’apporte pas toujours, à l’expression de sa pensée, même ou surtout dans les plus hautes questions philosophiques, toute la précision désirable 14. Parfois aussi la pensée elle-même hésite, ou se laisse ballotter en des directions contradictoires 15.
D’ailleurs, s’il s’est dégagé de l’héritage de Magendie, on pense bien que ce ne fut pas sans tâtonnements, et même dans « les œuvres dernières... la trace des préjugés vaincus subsiste et reparait. »16

13 Brunetière, Discours prononcé à l’inauguration de la statue de Claude
Bernard, reproduit dans Discours académiques, Paris, Perrin, 1901, p. 80.
14 Par exemple son étude sur les Fonctions du cerveau, dans La Sc. expérim.,
367-403, renferme des expressions critiquables, faute de certaines définitions
ou précisions nécessaires.
15 Pourquoi et comment? C’est une question de psychologie individuelle que
le R. P. Hahn a abordé à plusieurs reprises dans son article de la Rev. Quest.
sc., VII (1880), 443-494.
16 Chauffard, La vie, Paris, Baillière, 1878, p. 112.




Enfin, il a écrit bien souvent de façon hâtive, et il s’en rendait compte: « Je désire qu’on sache, écrivait-il en 1867, que les obscurités, les imperfections et l’incohérence apparente qu’on peut trouver dans mes divers travaux, ne sont que les conséquences du manque de temps, des difficultés d’exécution et des embarras multiples que j’ai rencontrés dans le cours de mon évolution scientifique. Depuis plusieurs années, je suis préoccupé de l’idée de reprendre tous mes travaux épars, de les exposer dans leur ensemble, afin de faire ressortir les idées générales qu’ils renferment. J’espère maintenant qu’il me sera possible d’accomplir cette deuxième période de ma carrière scientifique. »17
Cet espoir a été déçu. Mais à ce grand honnête homme, dont « la bonne foi fut la qualité maîtresse »18, et qui a d’ailleurs pris à tâche de répéter sa pensée sous toutes les formes pour la mettre en pleine évidence, on doit de prendre sa pensée comme il la livre, sans le chicaner sur les mots. Or, à quiconque l’a lu d’un peu près, il est impossible de se méprendre sur certaines doctrines essentielles.
Comme savant, il est déterministe, pour la bonne raison qu’un savant doit faire de la science et que « la science n’est que le déterminisme des conditions des phénomènes. »19 Elle n’existe en effet que dans la mesure où l’on « est arrivé à prévoir exactement les phénomènes de la nature et à les maîtriser »20 ; mais on ne les prévoit et on ne les maîtrise que dans la mesure où


17 De la Physiologie générale, Paris, Hachette, 1872, pp. 338 sq.
18 Bert, loc. cit., 29. « Sa sincérité était absolue », dit de son côté Vacherot,
en son article sur Claude Bernard, sa vie et ses œuvres, dans la Revue des
Deux Mondes, XXX (1878), 276.
19 Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, Paris, Delagrave, 2ème
édit., 1903, p. 319. « Le rôle du savant est de chercher à définir et à
déterminer, pour chaque phénomène, les conditions matérielles qui
produisent sa manifestation. » Ibid., 124.
20 Ibid., 228 sq. Voyez aussi, 91, 105, 124, 137,347 sq. etc.; Sc. Expér., 55,
58, 127, 133, etc.,



ils sont rattachés à leurs conditions prochaines, et par là déterminables et déterminés 21.
Seulement, ce déterminisme n’exclut pas la liberté.
«Lorsque j’employai pour la première fois le mot de déterminisme... je ne pensais pas qu’il pût être confondu avec le déterminisme philosophique de Leibnitz... Lorsque Leibnitz disait : "L’âme humaine est un automate spirituel", il formulait le déterminisme philosophique. Cette doctrine soutient que les phénomènes de 1’âme, comme tous les phénomènes de l’univers, sont rigoureusement déterminés par la série des phénomènes antécédents, inclinations, jugements, pensées, désirs, prévalence du plus fort motif, par lesquels l’âme est entraînée. C’est la négation de la liberté humaine, l’affirmation du fatalisme. Tout autre est le déterminisme physiologique...Dans la doctrine du déterminisme physiologique, l’homme est forcément libre ; voilà ce que l'on peut prévoir... Si toutes les conditions anatomiques et physico-chimiques normales existent dans le bras, par exemple et dans les organes nerveux correspondants, vous pouvez prédire que vous ferez mouvoir le membre et que vous le ferez mouvoir librement dans tous les sens suivant votre volonté. »
De même pour l’exercice de la volonté quand le cerveau est sain. « Vous restez libre d’agir volontairement... Vous restez libre d’agir et de choisir suivant les principes de morale ou autres qui vous animent. »22 Le déterminisme donc, n’exclut pas la liberté humaine, il la conditionne. Si le mécanicien est libre de mener sa machine à sa guise, c’est que toutes les pièces et tous les mouvements de sa machine s’enchaînent. Si l’acte choisi s’exécute, c’est que, en dehors de ce choix, tout le système est déterminé. De même, « les sciences modernes, en admettant le déterminisme, en font la condition même de la liberté, ce qui distingue radicalement le déterminisme du fatalisme. En effet, l’acte libre ne peut exister que dans la période directrice du phénomène, mais une fois dans la période exécutive, le


21 Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, (1865), réédit.
Flammarion, p. 106.
22 Cl. Bernard, Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et
aux végétaux, Paris, Baillière, 1878, t. I, pp. 55 sq. et 61.



déterminisme doit être absolu, pour que la liberté (l’acte librement voulu) en découle nécessairement. »23
« Le déterminisme, en un mot, loin d’être la négation de la liberté morale, en est au contraire la condition nécessaire, comme de toutes les autres manifestations vitales. »24
Ce déterminisme s’applique à la vie 25, « car sans cela, il n’y aurait pas de science » de la vie 25bis. Et il y en a une, très difficile, encore très en retard, mais possible 26. Et d’ailleurs « les mécanismes vitaux, en tant que mécanismes, ne diffèrent pas des mécanismes non vitaux. »27
Mais il est évident que les corps vivants ne se comportent pas comme les corps inanimés. « Ce qui veut dire que les mécanismes qu'on y remarque ne sont pas toute la vie, ou plutôt ne sont pas la vie ; ils en constituent les manifestations, les phénomènes, ce qui tombe sous le sens de l'observateur, ce que la science peut y prendre.


23 Physiol. gén., 334, note. Et à la p. 335: « En disant que la physiologie se
rendra maîtresse des phénomènes vitaux, la liberté morale ne pourrait être
atteinte par cette puissance de l'homme sur la vie. » Même doctrine dans Sc.
expér., 55 sq. et 148.
24 Leçons sur les phénomènes de la vie, I, 61.
25 Médec. expérim., 406, 109, etc., et Phénom. de la vie, I, 55, etc.
25bis Sc. expér., 361 sq., etc.
26 Voyez ci-dessus, p. 186.

27 Sc. expér, 126-173. Rapport sur les progrès et la marche de la physiologie
générale en France, Paris, Imp. Impériale, 1867, p. 223. Ce n'est pas à dire
que la démonstration soit faite sur toute la ligne. « Plus nous scrutons les
phénomènes vitaux, plus nous arrivons à nous convaincre que certaines
manifestations auxquelles on avait cru pouvoir donner une explication
physique ou chimique, sont en réalité d’une nature bien plus compliquée et
narguent jusqu’ici toute espèce d'interprétation mécanique. » (Bunge, cité par
Boinet, 124 sq.)

Par exemple, Ch. Bohr, Heidenhain, etc., ont montré que les échanges
gazeux dans la respiration, les échanges du sang dans les tissus, et diverses
sécrétions glandulaires, se font, dans le vivant, à l’inverse des lois physico-
chimiques. Voyez aussi l’article de Grasset, La doctrine vitaliste de la vie,
dans Revue des Deux Mondes, 5ème période, LIV (1er décembre 1909), 629-
657. Les diastases ne suppriment pas la difficulté: cf. J. Duclaux, La chimie
de la matière vivante, Paris, Alcan, 1910, chap. V.



Tout cela se réduit à un transport de matière dans l’espace, et donc à la mécanique.

Et donc encore chaque phénomène de la vie organique pris à part, l’entrée de l’air dans les poumons, la contraction de tel muscle, la réaction des substances mises en contact dans l’estomac, etc., tous ces phénomènes s'exécutent comme les autres, par les forces physico-chimiques de la matière, obéissent à des lois fixes et relèvent de conditions précises déterminables.
Mais leur ensemble, leur cohésion, leur harmonie, leur convergence, leur finalité indéniable, l’idée directrice qu’ils traduisent, la puissance d’organisation qu’ils révèlent, tout cela n’est plus de la mécanique ni de la physique, ni de la chimie, ni de la physiologie ni du déterminisme; et c’est cela précisément qui est la vie, son essence, le "quid proprium de l’être vivant", la cause et non plus seulement la condition de l’activité vitale, mais "la cause sourde" qui n'entend plus les interrogations de la science et ne lui répond rien. »29
« Il y a comme un dessein vital qui trace le plan de chaque être et de chaque organe, en sorte que, si, considéré isolément, chaque phénomène de l’organisme est tributaire des forces générales de la nature, pris dans leur succession et dans leur ensemble, ils paraissent révéler un lien spécial; ils semblent dirigés par quelque condition invisible dans la route qu’ils suivent, dans l’ordre qui les enchaîne. Ainsi les actions chimiques synthétiques de l’organisation et de la nutrition se manifestent
comme si elles étaient dominées par une force invisible gouvernant la matière, faisant une chimie appropriée à un but et mettant en présence les réactifs aveugles des laboratoires, à la manière du chimiste lui-même. »30
« Si je devais définir la vie d’un seul mot, je dirais la vie, c’est la création. En effet, la vie, pour le physiologiste, ne

29 Cf. Leçons sur les phénomènes de la vie, t. I p. 51 sq.; Physiol. génér., 177,
178, 320 ; Sc. expér., 52, 129, 130, 134, 209, 210, 300, 301, 430; Méd.
expér., 104, 128, 147 sq., etc.
30 Sc. expér., 209. Voyez aussi Leçons sur les phénomènes de la vie, 51.



saurait être autre chose que la cause première créatrice de l’organisme, qui nous échappera toujours...


En résumé, il y a, dans un phénomène vital, comme dans tout autre phénomène naturel, deux ordres de causes : d’abord une cause première, créatrice, législatrice et directrice de la vie, et inaccessible à nos connaissances, ensuite une cause prochaine ou exécutrice du phénomène vital, qui toujours est de nature physico-chimique, et tombe dans le domaine de l'expérimentateur. »31
« Dans les corps vivants, les forces directrices ou évolutives des phénomènes sont morphologiquement vitales, tandis que leurs forces exécutives sont les mêmes que dans les
corps bruts. »32
On peut dire encore, pour exprimer le même fait: « La force vitale dirige des phénomènes qu'elle ne produit pas; les agents physiques produisent des phénomènes qu'ils ne dirigent
pas. »33
Bref ! Dans la vie, il y a la matière avec ses lois propres, et aussi quelque chose qui fait vivre la matière.
Et tout cela cadre à merveille – non pas, certes, avec le spiritualisme de Descartes – mais avec celui des scolastiques, avec la théorie du "composé humain" issue d'Aristote et de Thomas d'Aquin. Tout cela, c'est du vitalisme si l'on veut; mais un vitalisme assagi, dépouillé des exagérations de Barthez, mis en plein accord avec les faits, et qui, par son fonds, s'impose de plus en plus, malgré qu'on en ait, à toutes les écoles. « Nul doute que dans l'avenir – et cela est déjà fait dans les jugements prononcés sur sa tombe – ce médecin (Cl. Bernard) ne soit considéré comme un vitaliste, ayant recherché, selon les méthodes de son temps, les conditions physico-chimiques des fonctions naturelles... Dès qu'il a voulu aborder le problème général de la vie, il a dû, comme tous


31 Sc. expér., 52 sq., cf. 147.
32 Physiologie générale, 320.
33 Leçons sur les phénomènes de la vie, 51.



ceux qui l'avaient précédé, admettre l'existence d'une cause qui échappe à toute analyse physico-chimique. »34
Cette cause, est-ce une âme ?
Comme savant, Claude Bernard n'en sait rien.
« Pour l'expérimentateur physiologiste, il ne saurait y avoir ni spiritualisme ni matérialisme... Il n’y a que des phénomènes dont il faut déterminer les conditions. »35
Mais s’il laissait la philosophie à la porte de son laboratoire 36, il n’avait besoin que de la leçon des faits pour déclarer « qu’en physiologie, le matérialisme ne conduit à rien et

34 Bouchut, Gazette des Hôpitaux, 1878, p. 578, cité par Triaire, 293.
Chauffard (La vie, op. cit. p. 160) dit de même :
« Si nous nous demandons
quel nom convient à la doctrine d'où elles [les déclarations de Cl. Bernard]
émanent ou sous quel nom cette doctrine est connue, une seule et même
réponse est possible : cette doctrine, c'est le vitalisme. » Même note dans
Grasset (Les idées médicales, Paris, Plon, 1910, p. 340) :
« Si la magnifique
accumulation de faits nouveaux que nous avons signalés met notre siècle au-
dessus des précédents et fait sa grandeur, on peut dire que sa vraie
caractéristique et son unité vient de cette belle évolution, documentée et
rationnelle », qui « a conduit, du vitalisme philosophique et synthétique de
Barthez et de Bichat, au vitalisme expérimental et analytique de Laënnec,
Claude Bernard et Pasteur. »
Cl. Bernard a souvent attaqué le vitalisme, mais en général il le définit ; et
tel qu'il le définit, par exemple, dans les Annales de Chimie, 5ème série, XI,
280, en 1877, peu avant sa mort, on ne saurait en effet le soutenir. Mais
d'autre fois, il ne recule pas devant le mot. Par exemple, il termine les Leçons
sur les phénomènes de la vie (II, 524), en réclamant un « vitalisme physique,
qui tient compte de ce qu'il a de spécial dans les manifestations de la vie et de
ce qu'il y a de conforme à l'action des forces générales : l'élément ultime du
phénomène est physique; l'arrangement est vital. » Sans doute, il semble
assez souvent faire de l'idée directrice, qui préside à cet arrangement vital,
une simple abstraction, et nous avons déjà dit qu'il y a des réserves à faire sur
le philosophe; mais les explications qu'il donne des phénomènes vitaux
irréductibles à la matière et les graves objections qu'il formule à maintes
reprises contre le matérialisme, conduisent logiquement à un spiritualisme
très orthodoxe.
35 Méd. expérim., 104,348. Sc. expér., 82 sq., Phys. gén., 325, Leçons sur les
phénomènes, I, 43-45.
36 Cf. Vallery-Radot, Vie de Pasteur, op. cit., pp. 155 et 175.


n’explique rien »37, qu’il est absurde et vide de sens 38, que son « erreur grossière »39 est de «confondre les causes avec les conditions des phénomènes.» « Si dans une horloge électrique, par exemple, on enlevait l’acide de la pile, on ne concevrait pas que le mécanisme continuât de marcher; mais si l’on restituait ensuite convenablement l’acide supprimé, on ne concevrait pas non plus que le mécanisme se refusât à reprendre son mouvement. Cependant on ne se croirait pas obligé pour cela de conclure que la cause de la division du temps en heures, en minutes, en secondes, indiquées par l'horloge, réside dans les qualités de l'acide ou dans les propriétés du cuivre ou de la matière qui constitue les aiguilles et les rouages du mécanisme. De même, si l’on voit l’intelligence revenir dans un cerveau ou dans une physionomie auxquels on rend le sang oxygéné qui leur manquait pour fonctionner, on aurait tort d’y voir la preuve que la conscience et l’intelligence sont dans l’oxygène du sang ou dans la matière cérébrale. »40 Le sang, le cerveau sont des conditions, et non pas la cause. D’ailleurs « la matière, quelle qu’elle soit (brute ou vivante), est toujours, par elle-même, dénuée de spontanéité et n’engendre rien; elle ne fait qu’exprimer, par ses propriétés, l’idée de celui qui a créé la machine qui fonctionne. De sorte que la matière organisée du cerveau qui manifeste des phénomènes de sensibilité et d’intelligence propres à l’être vivant, n’a pas plus conscience de la pensée et des phénomènes qu’elle manifeste, que la matière brute d’une machine inerte, d’une horloge par exemple,


37 Et il continue: « Un concert en est-il moins ravissant parce que le physicien
en calcule mathématiquement toutes les vibrations? Un phénomène
physiologique en est-il moins admirable parce que le physiologiste en analyse
toutes les conditions matérielles? » (Sc. expér, 361.)
38 Ibid., 127.
39
« La physiologie, ainsi que nous l’avons dit, est une science expérimentale
qui a pour but de conquérir la nature vivante et d’agir scientifiquement sur
les phénomènes de la vie. Mais si des conditions matérielles spéciales sont
nécessaires pour donner naissance à des phénomènes de nutrition ou
d’évolution déterminés, il ne faudrait pas croire pour cela que c’est la matière
qui a engendré la loi d’ordre et de succession qui donne le sens ou la relation
des phénomènes; ce serait tomber dans l’erreur grossière des matérialistes. »
(cf. Cl. Bernard, Rapport sur les progrès, etc., p. 221, note 208).
40 Sc. Expér., 126.



n’a conscience des mouvements qu’elle manifeste ou de l’heure qu’elle indique; pas plus que les caractères d’imprimerie et le papier n’ont la conscience des idées qu’ils retracent, etc... Dire que le cerveau secrète la pensée, cela équivaudrait à dire que l’horloge secrète l’heure ou l’idée du temps. » 41
« En résumé, il ne faut pas confondre les causes et les conditions: tout est là. La matière n’est jamais cause de rien, elle n’est que la condition. »42
« La raison de cette création apparente (que constitue le phénomène vital) n’est donc pas dans le présent; elle est dans le passé, à l’origine. Nous ne saurions la trouver dans les causes secondes ou actuelles; il faudrait la chercher dans la cause première... La nature refait ce qu’elle a fait, c’est la loi. C’est donc seulement au début qu’on peut invoquer sa prévoyance: c’est à l’origine. Il faut remonter à la cause première. »43 Mais alors où est la cause, celle de la vie comme celle de l’Univers?
Comme savant, Claude Bernard n’en sait rien. « La cause première de la vie nous échappera toujours, comme la cause première de toute chose. »
Les causes premières nous échapperont partout. « Leur recherche nous pose des problèmes qui sont absolument impénétrables à l’aide de la méthode expérimentale. »44 « Le savant ne peut placer le déterminisme des phénomènes que dans leurs conditions. »45 « La cause première de la création, soit de la


41 Physiologie générale, 325; cf. Sc. expér., 124.
42 Physiologie générale, 326. Cette dernière affirmation sonnera mal aux
oreilles philosophiques. Mais Cl. Bernard veut dire par là que la science
ignore les causes, les essences, celles de la matière brute elle-même, et ne
connaît que les conditions. C’est ce qu’il affirme explicitement à la suite de
ce passage.
43 Leçons sur les phénomènes de la vie, 331 et 337.
44 Annales de Chimie, Xl (1877) 281: Physiologie générale, 308, et Sc.
expér., 55. Cf. encore Physiologie générale, 307. 317, 321. 326; Sc. expér..
42, 54. 55, 137, 182, 183. 300, 314; Intro. à la méd. expér., 129, 130), etc.
45 Physiologie générale, 326.




matière brute, soit de la matière vivante, nous échappe également. »46
Mais qui dit création suppose un Créateur. Ce n’est pas au savant de tirer la conclusion, c'est entendu. Mais Cl. Bernard recommandait à ses disciples de reprendre, en sortant du laboratoire, l’imagination qu’ils avaient dû laisser au vestiaire 47, et aussi leur métaphysique. Et il donnait l'exemple. « Comme expérimentateur, disait-il, j’évite les systèmes philosophiques. »48 « Nous ne voulons pas... pour cela nier l’importance de ces grands problèmes qui tourmentent l’esprit humain, mais nous voulons les séparer, les distinguer, parce que leur étude relève de méthodes absolument différentes. »49 La science sait qu’elle ne sait pas tout, et qu’elle n’a pas le droit de nier, pas plus qu’elle n’a le pouvoir de supprimer, ce qu’elle ne sait pas. Y prétendre, « ce serait fermer les yeux et croire que la lumière n’existe pas. Ce serait l’illusion de l’autruche. »50 « C’est à la philosophie d’agiter la masse inépuisable des questions non résolues. »51 C’est à elle de faire « remonter la science vers la cause ou vers la source des choses. »52 Et, en définitive, il n’y a qu’une cause, c’est la cause première 53.


46 Id., 321. Chauffard proteste vivement contre cette conception : « Ce dédain
et ce rejet des causes premières, parce qu’on ne peut pas les toucher de la
main, me semble comme la sénilité de la science; l’amour exclusif du
déterminisme et des causes prochaines est une pauvre faiblesse. » (in La vie,
op. cit., 158 sq.) Mais les langues humaines sont faites de conventions; et
puisque l’usage a prévalu d’appeler science l’étude des conditions ou, tout au
plus, des causes prochaines, et philosophie celle des causes premières, il n'y
a pas grand mal à se conformer à cet usage, pourvu qu’on sache ce que parler
veut dire et qu’on ne confonde pas l'abstraction avec la négation. Comme
disent les philosophes, prescinder n'est pas exclure.
47 Cf. Vallery-Radot, Vie de Pasteur, op. cit., pp. 155, 475.
48 Sc. exp, 84.
49 Leçons sur les phénom., I, 54.
50 Sc. exp., 89. Intr. méd. exp., 354.
51 Ibid. et Sc. exp., 88.
52 Intr. méd. exp., 355.
53 Dans un de ses derniers cours au Collège de France, cité par le P. Didon,
dans la Chronique médicale du 1er avril 1900, p. 207.



Cette cause première, Cl. Bernard, non plus cette fois comme savant mais comme homme, l’a toujours reconnue. « J’ai la certitude absolue que 1’illustre physiologiste croyait à l’âme et à Dieu. »54
« Somme toute, Claude Bernard fut un chrétien, moins fervent que Pasteur, mais solide et sincère. Sa vie put n’être pas celle d’un pieux fidèle: sa carrière scientifique et l’air du siècle l’avaient distrait des pensées de la religion, qu’il sut toutefois garder intactes en son esprit pour les retrouver avec bonheur au soir de sa vie.
Chaque année, lorsque, les vacances venues, il retournait dans son petit pays natal de Saint-Julien, en Beaujolais, il aimait à paraître à l’église où il avait, aux offices, une place accoutumée tout en face de la chaire. Un jour, le vicaire de cette paroisse (c’était le si apostolique abbé Faurax, qui vient de mourir à Lyon dans un renom d’incroyable charité) lui fit visite en sa maison natale et, avec l’intrépide ardeur de la jeunesse qu’encourageait, au surplus, le bon accueil de ce paroissien de marque, (il) lui dit à brûle-pourpoint: « Docteur, êtes-vous toujours chrétien? » Et Claude Bernard de répondre sans hésiter: « Pas autant que je le voudrais, mon cher abbé; mais ne me blâmez pas trop: si vous voyiez le milieu dans lequel je vis, vous m’auriez vite excusé. »55
Peu avant sa mort, il confia au P. Didon: « Mon père, combien j’eusse été peiné si ma science avait pu en quoi que ce soit gêner ou combattre votre foi! Ce n’a jamais été mon intention de porter à la religion la moindre atteinte. – Votre science, répondit le père, n’éloigne pas de Dieu, elle y mène... La Cause première, la science est obligée de la reconnaître à tout instant, sans pouvoir la saisir; et, à ce titre, la science est éminemment religieuse. – Oui, mon père, vous le dites bien; le positivisme et le matérialisme qui le nient sont, à mes yeux, des doctrines insensées et insoutenables. »56


54 Moigno, Les Mondes, XLV (1878) 403.
55 Joseph Bouteyre, in L’Écho de Paris, 3 janvier 1914.
56 La Chronique médicale, loc. cit., 207.



Sur son lit de mort, il dit: « Je veux mourir dans la foi de ma vieille mère. »57 « Quoique les médecins dont il était entouré lui fissent illusion et se fissent illusion à eux-mêmes sur la gravité de son mal, et qu’ainsi le prêtre (M. Castelnau, curé de Saint-Séverin) ait été appelé un peu tard, le malade jouissait de sa pleine connaissance à l’arrivée du ministre de Dieu, et il a témoigné, par ses réponses et surtout par la manière affectueuse dont il lui serrait la main, avec quelle reconnaissance il acceptait les secours suprêmes de la religion. »58


57 Extrait d’une lettre que nous a écrite un membre de sa famille, M. l’abbé
Ch. Neyrat, le 26 février 1913.
58 T. Pépin, ''Claude Bernard et la physiologie expérimentale'', dans Études,
6ème série, I (mars 1878), 445.


http://le-cep.org/larevue.html

Site des publications ou l'on trouve une biographie en PDF*
http://www.claude-bernard.co.uk/page38.htm

*
Citation :

Un inventaire détaillé de la vie de Bernard - mais pas de ses travaux. C'est une oeuvre écrite par Marie-Aymée Marduel, femme d'un descendant de la famille Bernard. Le texte est accompagné par beaucoup d'images: de Bernard, sa famille, ses documents et son environment. La génealogie est excellente.
http://marduel.com/dossiers/claude-bernard.pdf

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Chronique - Claude Bernard (1813-1878)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maternité Claude Bernard (57) ou Mercy (57)
» SF interdite d'accès en plateau technique en Moselle
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» Claude Sauvage steward dans les 70's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Actualités/Chroniques :: Personnalités-
Sauter vers: