Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie   4/6/2013, 07:14

Citation :
22 mai 2013

George Harasz and Doug Wirth, ils aiment aussi les petits chiens

Wéééééééééééééééééé… On en a fait mille fois plus pour mille fois moins de gravité, concernant des barbus ou de simples bagagistes à Roissy ! Le fait que ce type d’infos assez spectaculaires ne soit pas traité par les médias français prouve qu’ils sont dominés et contrôlés par un lobby puissant. Les faits parlent d’eux-mêmes.

Les médias français n’en parlent pas : deux gays «mariés» accusés de viols avec tortures par cinq des neuf garçons qu’ils ont adoptés

Cela se passe aux États-Unis, à Glastonbury dans l’État du Connecticut. George Harasz, 49 ans, et Douglas Wirth, 45 ans, deux hommes « mariés » ensemble vont avoir à répondre devant la justice des accusations de pédophilie, viols et tortures formulées à leur encontre par des garçons entre cinq et seize ans qu’ils ont adoptés. En décembre 2010, un journal local, le Hartford Courant, un article vantant les mérites de ce couple « marié » qui avait pris le parti d’adopter des enfants souffrant de « troubles de l’attachement », abandonnés par leurs parents, et de les aider à surmonter leurs difficultés émotionnelles grâce aux contacts avec les chiens. MM. Harasz et Wirth ont en effet un élevage canin qui leur permet aussi de gagner l’argent nécessaire à l’entretien de leur maison, le travail salarié du « mari » de M. Harasz, M. Wirth, ne suffisant plus à subvenir aux besoins de cette grande famille unisexe. Les neufs enfants adoptifs du couple sont trois groupes de frères adoptés successivement.


Source :
http://www.ndf.fr/article-2/22-05-2013/encore-une-affaire-de-pedophilie-censuree-par-les-medias-francais-deux-gays-maries-accuses-de-viols-avec-tortures-par-cinq-des-neuf-garcons-quils-ont-adoptes

Autre lien :
http://www.huffingtonpost.com/2013/04/08/george-harasz-douglas-wirth-gay-couple-sexual-abuse-foster-sons_n_3039562.html


Married Gay Couple Who Adopted Nine CHILDREN Is Accused Of Molesting Them!!
Spoiler:
 


des mariés homosexuels US accusés de viols sur mineurs S/T


Citation :

des mariés homosexuels US accusés de viols sur mineurs S/T

Cette affaire date de novembre 2011, les derniers développements :
les deux accusés ont choisi le « ple bargaining » avec le ministère public et des peines de prison avec sursis, mais d'autres enfants les accusent .

http://www.nydailynews.com/news/crime/gay-conn-couple-accused-rape-face-trial-article-1.1310010
Curieux noms: Harasz, Wirth, Milstein, Katz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie   18/6/2013, 19:06

Etats-Unis – Les pédophiles réclament les mêmes droits que les homosexuels

Utilisant les mêmes tactiques que les défenseurs des droits des  »gay », des pédophiles commencent à vouloir un statut similaire en alléguant que le désir d’enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels. 
Les opposants au mœurs homosexuels ont longtemps prétendu qu’une fois acceptée la reconnaissance de l’homosexualité comme simple  »mode de vie » ou orientation sexuelle différente,  logiquement plus rien ne serait interdit. Les partisans des  »gay » se sont offensés d’une telle position en affirmant que cela n’arriverait jamais. Des psychiatres commencent pourtant à prendre parti pour une nouvelle définition de la pédophilie comme cela fut fait pour l’homosexualité il y a plusieurs années.
En 1973  l’Association Américaine de Psychiatrie (AAP) a déclassifié l’homosexualité de sa liste de désordres mentaux. Un groupe de psychiatres avec le B4U-Act (voir ces liens) a organisé récemment un symposium proposant une nouvelle définition de la pédophilie dans le Manuel de Diagnostic et de Statistiques des Désordres Mentaux de l’AAP.
Le B4U-Act appelle pédophiles  »les gens attirés par des mineurs ». Le site web de l’organisation déclare que son but est  »d’aider les professionnels de la santé mentale à en apprendre davantage sur l’attirance pour les mineurs et envisager les effets de la banalisation, de la stigmatisation et de la peur. »
En 1998 l’AAP a publié un rapport prétendant  »que le potentiel négatif de relations sexuelles adulte-enfant était exagéré et qu’une majorité d’hommes et de femmes n’avait rapporté aucun effet sexuel négatif au travers d’expériences d’abus sexuels pendant l’enfance. »
La pédophilie a déjà été octroyée d’un statut protégé par le gouvernement fédéral. La loi Matthew Shepard et James Byrd, Jr sur la prévention des crimes haineux répertorie  »l’orientation sexuelle » comme une catégorie protégée ; elle n’en définit pas pour autant le terme.
Les Républicains ont tenté d’ajouter un amendement spécifiant que  »la pédophilie n’est pas considérée comme une orientation » ; l’amendement a cependant été rejeté par les Démocrates. Le Républicain Alcee Hastings a exposé que tout mode de vie sexuel différent devrait être protégé par la loi.  »Cette loi se réfère à notre résolution de mettre fin à la violence basée sur des préjugés et pour garantir que tout américain, quelle que soient sa race, couleur, religion, origine, sexe, orientation sexuelle, identité sexuelle ou handicap ou tous ces  »philies » et fétichismes et  »ismes » affichés, ne doit pas vivre dans la peur de qui il est. Je presse mes collègues de voter en faveur de cette règle. »
La Maison Blanche a appuyé la loi en disant que,  »au fond, cela ne concerne pas que nos lois ; cela concerne qui nous sommes en tant qu’individu. Cela concerne la valeur que nous nous accordons – si nous acceptons nos différences plutôt que de les autoriser à devenir une source d’animosité. »
En début d’année, deux psychologues canadiens ont déclaré que la pédophilie est une orientation sexuelle exactement comme l’homosexualité ou l’hétérosexualité.
Van Gijseghem, psychologue et ancien professeur à l’université de Montréal, a déclaré aux membres du Parlement,  »Les pédophiles ne sont pas simplement des gens qui commettent un petit délit de temps en temps mais qui sont en proie à ce qui équivaut à une orientation sexuelle, exactement comme un autre individu peut être en proie à son hétérosexualité ou même son homosexualité. »
Il continue en disant,  »Les vrais pédophiles ont une préférence exclusive pour les enfants, ce qui revient au même que d’avoir une orientation sexuelle. On ne peut changer l’orientation sexuelle de cette personne. Elle peut, cependant, rester abstinente. »
Quand on lui a demandé s’il comparait les pédophiles et les homosexuels, Van Gijseghem a répondu,  »Si, par exemple, nous vivions dans une société où l’hétérosexualité était proscrite ou interdite et qu’on vous dise que vous devez faire une thérapie pour changer votre orientation sexuelle, vous diriez probablement que c’est un peu dingue. En d’autres mots, vous ne l’accepteriez pas du tout. J’utilise cette analogie pour dire qu’en effet les pédophiles ne changent pas leur orientation sexuelle. »
Le Dr Quinsey, professeur émérite de psychologie à l’université de Queen à Kingston dans l’Ontario, est tombé d’accord avec Van Gijseghem. Quinsey a dit que les intérêts sexuels des pédophiles vont vers les enfants et,  »Il n’y a aucune preuve que ce type de préférence puisse être changé par un traitement ou quoi que ce soit d’autre. »
En juillet, Harvard Publications Médicales a dit,  »La pédophilie est une orientation sexuelle peu susceptible de changement. Un traitement vise à rendre quelqu’un capable de résister à agir selon ses pulsions sexuelles. »
Linda Harvey, de Mission America, a dit que la pression en faveur de droits égaux pour les pédophiles va devenir de plus en plus courante car les groupes LGBT (lesbian, gay, bisexual, and transgender = lesbien, homosexuel, bisexuel et transsexuel) continuent leurs revendications.  »Tout cela fait partie d’un plan pour inciter à la sexualité des enfants de plus en plus jeunes ; pour les convaincre qu’une amitié normale est en réalité une attirance sexuelle. »
Milton Diamond, professeur à l’université d’Hawaï et directeur du Centre Pacifique pour Sexe et Société, a déclaré que la pornographie infantile pourrait être bénéfique à la société parce que,  »Les délinquants sexuels potentiels usent de la pornographie infantile comme d’un substitut à des relations sexuelles pédophiles. »
Diamond est un conférencier distingué pour l’institut de San Francisco pour Études Avancées de la Sexualité Humaine. Cet institut a plaidé ouvertement en faveur d’une abrogation de l’interdiction des homosexuels dans les forces armées.
Il a établi sur son site une liste de  »droits sexuels basiques » qui inclut  »le droit de s’engager dans des actes sexuels ou des activités d’une quelconque nature, si tant est qu’elles n’impliquent pas d’actes sans consentement, violence, contrainte, coercition ou tromperie. » Un autre droit est  »de vivre sans persécution, discrimination ou intervention sociale dans le comportement sexuel personnel » et  »une liberté de pensée sexuelle, de fantasme ou de désir. » L’organisation dit aussi que personne ne devrait être  »désavantagé en raison de son âge. »
Des lois sur la délinquance sexuelle protégeant les enfants ont été contestées dans plusieurs états dont la Californie, la Georgie et l’Iowa. Les délinquants sexuels prétendent que les lois qui les empêchent de vivre près des écoles ou des parcs sont injustes car cela les pénalise pour la vie.

http://direct.cd/2013/04/29/etats-unis-les-pedophiles-reclament-les-memes-droits-les-homosexuels.html
Revenir en haut Aller en bas
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3042
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie   5/7/2013, 23:56

Un couple gay exploite un enfant adoptif russe.....


Un couple gay accusé d'avoir abusé sexuellement d'un enfant russe adopté


Source: http://rt.com/news/pedophile-syndicate-russian-boy-481/ -
Traduction MK-Polis


Mark Newton, à droite, avec Peter Truong avec leur fils devant leur maison à Cairns

(photo brisbanetimes.com.au)


Un pédophile américain a été condamné à 40 ans de prison pour des abus sexuels ayant duré des années sur son garçon adoptif russe.

Son partenaire originaire de Nouvelle-Zélande aurait participé en enregistrant méticuleusement les abus sexuels.

Deux membres d'un réseau d'échange pédophile "boy lover", Mark J. Newton, 42 ans et son partenaire de longue date: Peter Truong, 36 ans, ont été inculpés en 2011 pour des soupçons d'agression sexuelle sur leur fils, né d'une mère russe en 2005.

Un juge américain d'Indianapolis a condamné Mark Newton à la peine maximale pour 'exploitation sexuelle d'un mineur ainsi que trafic et possession de pédo-pornographie'.
Newton est également tenu de payer 400.000 $ de compensation pour l'enfant.

Son partenaire Peter Truong est en attente de jugement en Nouvelle-Zélande.
"Que peut-on dire ? Que peut-on faire pour effacer l'horreur d'une telle situation ?" a déclaré la juge Barker lors de la sentence, rajoutant que ce couple mériterait une punition encore plus sévère.

"Personnellement…. Je pense que c'est probablement l'un des pires réseau pédophile, si ce n'est pas le pire dont j'ai jamais entendu parler" a déclaré Brian Bone du 'US Postal Inspection Service' aux journalistes présent à l'extérieur de la salle d'audience.

"Les orphelins russes ont toujours attiré les pervers étrangers en raison de leur accessibilité. Ces étrangers viennent et prennent les enfants en échange d'argent." déclare Pavel Astakhovl, le médiateur russe pour le droit des enfants, à RT.

La Russie a récemment adopté deux lois sur l'adoption d'enfants russes par des familles étrangères. En décembre 2012, la Russie a adopté la "Dima Yakovlev Law" qui interdit aux citoyens américains d'adopter des enfants russes. En juin 2013, la Douma a adopté un amendement qui interdit l'adoption d'enfants russes par des couples étrangers de même sexe.

"En interdisant l'adoption par des étrangers, nous mettons un barrière contre les canailles" a déclaré Astakhov, soulignant qu'il connaît d'autres cas similaires ou des étrangers ont adopté des enfants dans un but purement sexuel.


Astakhov a déclaré à RT que le processus de réhabilitation de l'enfant abusé, actuellement adopté par une autre famille américaine, va prendre un certain temps. Il a précisé que conformément à la législation russe, un enfant adopté reste citoyen russe jusqu'à sa majorité et sa vie sera suivie de près dans sa nouvelle famille.

Pour éviter un préjudice futur à l'enfant, il a été renommé par les enquêteurs "Adam" dans tous les documents officiels.

Astakhov souligne qu'il fait entièrement confiance aux spécialistes américains pour la réhabilitation de "Adam".



L'histoire d'Adam:

Selon les témoignages, à partir de 2002, le couple gay Newton/Truong a cherché une mère porteuse pour donner naissance à leur enfant. N'ayant pas réussi à en trouver une aux États-Unis, ou les deux travaillaient à l'époque comme experts en informatique, le couple a finalement trouvé une femme en Russie qui donna naissance à leur enfant pour une somme de 8000 $.
Mark Newton est considéré comme le père biologique de l'enfant.

L'enfant a été remis à Newton et Truong en 2005, à peine 5 jours après sa naissance.

Newton et Truong ont donné des interviews aux médias en tant que couple gay ayant adopté un enfant, en précisant que leur fils était né d'une mère porteuse russe qu'ils ont trouvé sur internet.

"Être père fut un honneur et un privilège m'ayant donné les 6 meilleures années de ma vie". déclare Newton dans un procès verbal avant sa condamnation.

À l'âge de 22 mois, "Adam" a été abusé sexuellement pour la première fois par ses "parents adoptifs". Il a ensuite été abusé de manière quotidienne. Les "parents" prenaient des photos et des vidéos des abus quasiment systématiquement.

Par la suite, ils ont rendu "Adam" disponible pour des viols par d'autres membres du réseau pédophile en Australie, en France, en Allemagne et aux États-Unis. Newton et Truong ont donc beaucoup voyagé. Les enquêteurs ont trouvé des preuves sur au moins 8 hommes dans ces pays ayant eu un contact avec "Adam" lorsqu'il était âgé de 2 à 6 ans.

Deux de ces pédophiles ont déjà été inculpés: Ce sont des citoyens américains, John R. Powell, 41 ans, avocat résidant en Floride et Jason Bettuo, un entraîneur de tennis du Michigan.

Il a été fait croire à Adam que ce qu'il vivait était normal. Il a également été formé pour répondre "correctement" si il était interrogé sur sa vie par un étranger, ce qui fait qu'au début les enquêteurs n'ont obtenu aucune information sur la double vie de ses "parents".

L'enquête s'étant poursuivie, il est apparu que Newton et Truong avaient des contacts avec d'autres enfants ayant été interrogés en Australie. Mais jusqu'à présent, les enquêteurs n'ont obtenu aucune information supplémentaire de leur part.



Newton et Truong ont attiré l'attention de la police en août 2011 après que 3 hommes aient été arrêtés aux USA, en Nouvelle-Zélande et en Allemagne pour possession de pédo-pornographie.

Dans ces trois cas, les enquêteurs ont découvert des photos de famille de Newton et Truong avec "Adam", il s'est avéré que le couple gay avait visité ces trois personnes arrêtées.
ils ont également trouvé la preuve que Truong et Newton communiquaient avec d'autres délinquants pédocriminels.

…..

Au début de leur interpellation, le couple a affirmé qu'il était prit pour cible en raison de son homosexualité.

L'inspecteur Jon Rouse, de la section anti-pédophile de Queensland a rejeté cet argument, affirmant que son unité cible quiconque porte atteinte aux enfants.

"Si vous nuisez à un enfant, je m'en fiche de votre sexe, nous prendrons des mesures. Notre intérêt est l'enfant et non pas votre préférence sexuelle", a déclaré l'inspecteur Rouse à Seven News.

L'inspecteur Rouse a révélé que son unité avait rencontré plusieurs cas d'abus sexuels sur enfants dans ce réseau de "boy lover" entre Brisbane et Sunshine Coast il y a quelques années.

Newton et Truong ont été arrêtés en février 2012, mais les enquêteurs ne disposaient toujours pas des preuves car les disques durs extraits des ordinateurs des suspects étaient encodés de manière sophistiqué.

Finalement, Truong a fini par donner aux enquêteurs le mot de passe pour les disques durs et c'est là que la police a trouvé un journal détaillé sur les années de maltraitance, ainsi que de l'information conduisant à l'identification de certains associés pédophiles.

http://rt.com/news/pedophile-syndicate-russian-boy-481/

http://www.nydailynews.com/news/crime/2-convicted-adopted-son-porn-article-1.1385895

http://au.news.yahoo.com/a/-/newshome/17800543/qld-boys-horror-raised-by-global-pedophile-ring/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
nonwo



Nombre de messages : 1007
Localisation : rue cache cache numero macache
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie   7/8/2013, 22:40

"Pola Kinski. “Mon père ce salaud”
Citation :
Pola Kinski. “Mon père ce salaud”
Klaus Kinski et sa fille Pola séance photo pour Paris Match, le 13 mars 1979, au jardin du Luxembourg.
© Michelle de Rouville
Le 20 janvier 2013 | Mise à jour le 20 janvier 2013
Par Marie-Pierre Gröndhal
http://www.parismatch.com/People/Cinema/Pola-Kinski-Mon-pere-ce-salaud-

La fille du plus célèbre acteur allemand l'accuse dans un livre de l'avoir violée.



« Mets ta plus belle robe ce soir. » Quelques mots, inoffensifs en apparence, mais le ton est sévère. La petite fille de 9 ans se décide pour son aube de première communiante, avec le manteau assorti, blanc lui aussi. Sa tenue préférée du moment. Pola, ce soir de 1962, va dîner en tête à tête avec son père, l’acteur Klaus Kinski, dans l’un des plus beaux palaces de Munich, le Vier Jahreszeiten. Dans l’après-midi, ce papa globe-trotteur, en pleine ascension vers la célébrité, lui a fait la surprise de sauter dans la piscine où elle se baignait. « Des hommes en uniforme avec casquette nous ont ouvert les portes de l’hôtel, d’autres nous ont emmenés dans l’ascenseur. La chambre était immense, le lit à baldaquin posé au milieu, comme un trône », se souvient-elle plus d’un demi-siècle après, interrogée par le magazine allemand « Stern ». Grands yeux clairs et cheveux coupés au carré, Pola est traînée vers ce lit, d’une poigne rude. Ses pieds s’enfoncent dans la moquette épaisse. Elle a du mal à marcher. Son père la porte, la hisse sur le lit. L’attire contre lui, la serre dans ses bras jusqu’à lui couper le souffle. « Mon petit ange », chuchote-t-il.


Des minutes interminables qui suivront, elle ne dira rien jusqu’en 2013. Mais elle les revivra sans cesse, avec une horreur intacte, pendant toutes ces années. « Il m’a rhabillée en quelques instants, remontant ma culotte, me remettant mon aube. Ses yeux ont fixé les miens : “Tu ne diras rien. Jamais ! Si tu parles, j’irai en prison.”» Un autre jour, après un autre viol, Klaus Kinski a recours au stratagème le plus odieux des pères prédateurs : « Tous les papas du monde font ça avec leur fille. Depuis toujours. C’est naturel. » Pola a subi, obéi. Longtemps. Abusée de 5 à 9 ans, violée jusqu’à 19 ans. Elle s’est tue du vivant de son père, puis pendant plus de deux décennies après la mort de cet homme « qui n’était pas un père ». Sexagénaire, cette maman de trois enfants, toujours mariée à son premier amour, dont la vue au bras de sa fille a un jour désarmé son père, a enfin pu parler. Dans son livre « Kindermund » (« De la bouche des enfants »), qui vient d’être publié, elle raconte cette enfance massacrée à une Allemagne qui révérait son géniteur comme un monstre sacré et qui découvre aujourd’hui qu’il était un monstre tout court. Sa demi-soeur, Nastassja, plus jeune de neuf ans, a pleuré en découvrant ce témoignage, et qualifié Pola d’« héroïne ». Son demi-frère, Nicolai, s’est déclaré « horrifié », « empli de honte pour son père ». Idolâtré, encensé comme un génie de la scène et de l’écran, Karl Günther Nakszynski, dit Klaus Kinski, avec son rictus sauvage, ses yeux exorbités, ses mèches blond paille et ses crises d’hystérie sur les tournages, reste un mythe outre-Rhin.

Nastassja, 6 ans, aux côtés de Pola, 15 ans. Elle écrit aujourd’hui : « J’ai lu ses mots. Et j’ai pleuré longtemps. Ma soeur est une héroïne. » Photo Michelle de Rouville

« Ton père ? Fabuleux ! Inoubliable ! Je l’adore ! » ont répété en boucle des fans en délire à Pola durant vingt ans, ignorant sa nausée. Et pourtant pourtant ! L’interprète d’« Aguirre, la colère de Dieu » ou de « Fitzcarraldo », sous la direction d’un Werner Herzog épuisé, qui a cru plusieurs fois sa dernière heure arrivée sur des scènes difficiles en pleine jungle, n’a pas réellement cherché à déguiser sa vraie personnalité. « Il jetait ses mégots dans la soupe au restaurant, insultait les serveurs, conduisait des Ferrari à tombeau ouvert, fracassait tous les objets lui tombant sous la main en les jetant contre un mur, multipliait les scènes, insultait les spectateurs, piétinait les journalistes venus l’interviewer », rappelle Pola, entre des souvenirs plus insoutenables encore. Nastassja, elle aussi mariée – deux fois – et mère de famille, qui reconnaît avoir échappé de peu au viol (« Il a essayé, me coinçant contre un mur, tentant de m’embrasser sur la bouche, mais je me suis débattue. Je savais que ce n’était pas normal »), se remémore une angoisse jumelle, sans avoir rien su du sort de sa demi-soeur : « Nous vivions tous dans la terreur. de quelle nouvelle explosion il allait être capable. C’était un tyran. »

Jamais d’amis, ni de repas en commun, ni de vacances. Pas de vie de famille. Mais des cris, des drames, de la violence. Aucune des deux soeurs, qui avaient perdu tout lien mutuel depuis vingt ans, n’a jamais pu supporter de le voir sur pellicule, avant ou après sa mort : « Il était à la maison comme dans ses films. » Fou, donc. Sa dernière épouse, Geneviève, mère de Nicolai, a néanmoins porté plainte en 2008 contre la publication des archives d’un hôpital berlinois où le jeune Klaus avait été admis trois jours, dans les années 50. Diagnostic ? Schizophrénie. Elle ne souhaitait manifestement pas que l’idole devienne un cas pathologique.
Aucun directeur de théâtre ne voulait le garder à cause de son « comportement incontrôlable »

Fils d’un chanteur d’opéra raté devenu pharmacien et d’une infirmière, tous les deux morts dans les derniers mois de la guerre, élevé bourgeoisement, il a été enrôlé dans la Wehrmacht en 1943. Prisonnier des Anglais l’année suivante, déterminé à boire son urine et à manger ses cigarettes pour tomber malade et être libéré plus vite, « cet être humain qui n’en respectait aucun », selon Pola, a même commis une tentative de suicide après des débuts de carrière difficiles, en 1955. Aucun directeur de théâtre ne voulait le garder, malgré un évident talent, à cause d’un « comportement incontrôlable », selon son dossier.

Cet altruisme s’est arrêté là. Il s’est ensuite attaché à détruire tout ce qui n’était pas lui. Ses épouses successives, des femmes-enfants de moins de 20 ans au moment de leur union. Ses metteurs en scène. Et ses filles, surtout l’aînée. Pour Pola, l’enfer commence dès ses 5 ans. Ses parents ont divorcé deux ans plus tôt. Sa mère, Gislinde Kühlberg, une chanteuse, s’est remariée, a eu un fils. Pola mange seule sur un tabouret, dos à la famille recomposée, face à la poubelle, derrière un beau père indifférent. Quand son père vient la chercher pour l’emmener à Rome, Paris ou Madrid au gré de ses tournages, elle profite de cette attention inespérée. « Il allait dans toutes les boutiques, dépensait énormément d’argent pour m’équiper de la tête aux pieds, du chapeau aux sousvêtements, raconte-t-elle à “Stern”. Jusqu’à mes 17 ans, je n’ai rien porté qu’il n’ait choisi lui-même. Y compris un costume complet de Petit Chaperon rouge. » Entre 5 et 9 ans, la petite fille malheureuse à la maison est abusée quotidiennement par sa star internationale de père. Embrassée, enlacée, étouffée. Pola sait, pressent que ces moments sont terrifiants. Elle qui, dans les magasins de jouets, fuit les « sorcières et les diables » pour s’attarder devant les poupées et les rois, a peur.

Tout le temps. Jusqu’au jour de ses 9 ans où le cauchemar ne la lâchera plus. « Curieusement, tous les vêtements qu’il m’avait achetés, je les jetais après. J’ai compris plus tard que, au fond de moi, je savais que c’était l’argent des “passes”. Je ne pouvais pas les conserver. » Outre sa maman, à qui elle a tout raconté à 19 ans mais qui n’a rien dit, combien d’adultes, de chauffeurs, d’assistants ou de femmes de chambre ont un jour deviné l’envers du décor ? Klaus Kinski, lui, tourne et joue. Sur les plateaux télévisés, celui qui a refusé un rôle dans « Les aventuriers de l’Arche perdue » – une « merde idiote » – prône le mariage pour les filles de 11 ans, comme au Moyen- Orient. Sous les applaudissements et les rires de l’auditoire, il séduit. Il publie des livres autobiographiques, où il relate ses supposés rapports sexuels avec sa mère – « Nous étions destinés à nous aimer » — ou sa soeur. Ses deux frères portent plainte, indignés. Mais l’Allemagne continue de fermer les yeux sur les excès de son « enfant terrible », en français dans le texte. Et persiste à s’extasier sur ce génie qui se flatte d’enchaîner 76 orgasmes par nuit et d’avoir possédé 3 000 femmes.

« S’il était en vie, je ferais tout pour l’envoyer derrière les barreaux et obtenir qu’il soit condamné à perpétuité. Je suis heureuse qu’il soit mort », a déclaré Nastassja, interrogée sur le livre de sa demi-soeur par le quotidien populaire « Bild ». Sur elle, Klaus a écrit et publié cette phrase : « Je rêve de passer une semaine entière, très chaude, avec elle dans un lit immense. » Star à 15 ans, l’interprète de « Tess », réalisé par Roman Polanski, a échappé de justesse aux démons paternels. Pola a eu moins de chance. « Jusqu’au bout, j’ai eu l’impression de mourir à chaque seconde. A la fin, il m’expédiait acheter des capotes, pour le prochain viol. A 19 ans, j’ai pris la fuite et j’ai tout raconté à ma mère. Elle n’a pas réagi, mais je n’ai plus revu mon père. La dernière fois que je lui ai parlé, c’était au téléphone, j’avais 25 ans. » Le lendemain du premier viol, Pola est rentrée chez elle, brûlante de fièvre. Presque inconsciente. Personne ne s’est inquiété. La nuit suivante, elle s’est réfugiée dans la baignoire où, dans l’eau, elle a déchiré son aube et son manteau de communiante. Avec des ciseaux à ongles. Les cendres de Klaus Kinski, mort en Californie en 1991 à 65 ans, ont été dispersées dans le Pacifique. Personne n’ira cracher sur sa tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3042
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie   6/7/2014, 23:07

Un couple gay viole leur bébé GPA pour un réseau pédophile mondial
(JT du 02 07 2013 ABC Australie)

(Même affaire que le post un peu plus haut, mais le reportage est bien complémentaire)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
 
pédomanie par adoption - binôme homoxesuel - pédophilie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adoption et kafala
» Adoption animaux
» Besoin de votre avis : latidoll adoption center/ paypal
» [Généa] - Né sous X et adoption
» Italienne d'adoption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Affaires de Pédocriminalité-
Sauter vers: