Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Qui a donc créé les Lieux Saint juifs ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
c.isme

avatar

Nombre de messages : 2511
Age : 37
Localisation : terre
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Qui a donc créé les Lieux Saint juifs ?   11/6/2014, 21:59

Salutation.


Citation :
Qui a donc créé les Lieux Saint juifs ?
Posté par:nicole in Actualités, Articles 17 jours il y a 470 vues
Telle est bien la question qu’on finit par se poser aujourd’hui !
A une époque où le christianisme est plus que jamais l’objet de la vindicte juive en générale, et israélo-sioniste en particulier, la visite du nouveau pape François n’est pas sans rencontrer désapprobation et hostilité, au point qu’après de multiples tagages de lieux de culte chrétiens (on frémit en pensant ce qui se passerait en France si le dixième de ces déprédations avait concerné des synagogues) le gouvernement local a pris des mesures d’éloignement pour éviter des incidents avec les fanatiques religieux.

Il s’agit – une fois de plus – de la capacité laissée par l’envahisseur sioniste aux Eglises Chrétiennes de gérer et d’assurer les services religieux dans les Lieux Saints, à Jérusalem comme en Palestine occupée.



On connaît ainsi les multiples difficultés auxquelles se heurte aujourd’hui le patriarcat grec orthodoxe à Jérusalem – où un paquet de spéculateurs juifs multiplie les tracasseries et les procédures avec l’assentiment tacite des autorités politiques locales, en vue de récupérer les terrains loués par le patriarcat, ceci à des fins immobilières.

Et par mesure de rétorsion, Jérusalem a même coupé l’eau au Saint Sépulcre pour forcer la chrétienté à la payer – chose jamais vue : « on » a même été jusqu’à saisir les comptes bancaires du patriarcat !
http://jssnews.com/2012/12/19/israel-paye-les-factures-de-leglise-du-saint-sepulcre/
On mesure combien le fait que le Vatican ait pu faire entendre positivement sa voix est important.

On le mesure d’autant plus que le déchaînement de haine anticatholique, qui a suivi l’annonce en 2012 de l’accord sur le cénacle, dans les médias israéliens a dépassé l’imagination.
Le ton des médias de propagande israélienne de langue française – à commencer par le « webzine d’opinion » www.jssnews.com – est sans équivoque et le titre de l’article relayé alors est déjà en soi prometteur :

« Israël ne doit pas céder sa souveraineté au Vatican ! » (sic !)
Le ton était donné… et on ne peut pas dire que la teneur de l’article fleure bon l’œcuménisme judéo-chrétien si cher au cardinal Kasper, (enfin !) remercié de la présidence du Conseil pontifical pour l’Unité des Chrétiens qui, inexplicablement depuis Vatican II, gère aujourd’hui au Vatican les relations induites par le dialogue judéo-chrétien !

L’article ne s’inscrivait pas exactement dans le dialogue, chacun pourra le constater :
http://jssnews.com/blog/2012/02/05/israel-ne-doit-pas-ceder-sa-souverainete-au-vatican/
Mais il est important d’en évoquer le contenu et surtout les incroyables commentaires qui le suivaient : quand on sait que les intervenants sont triés sur le volet (s’ils existent ailleurs que dans les pseudos de la rédaction), inscrits, agréés, et que chaque commentaire est dûment contrôlé avant son édition, on mesure là combien est grande la haine, tout autant que la volonté manifeste de désinformation.

Car de quoi s’agissait-il au départ ?


De la simple latitude laissée au Vatican d’être considéré comme prioritaire en cas de location ou de vente (mais cela c’est pour la galerie : jamais Israël ne vendra un pouce de territoire, même et surtout s’il l’occupe illégalement !) des terrains de la colline du mont Sion où est implanté le Cénacle, lieu supposé de la Cène.
Or c’est là aussi que se trouve le « tombeau de David »…
Au départ, l’auteur de ce texte répugnant est un italien : Giulio Meotti, un judéolâtre compulsif, qui sévit dans les colonnes d’un journal dénommé Il Foglio et qui ne rate jamais une occasion quand il s’agit de faire de la surenchère sioniste : un Michel Garroté italien en quelque sorte.
Inutile de dite que les colonnes de toutes les parutions de propagande sioniste lui sont ouvertes par avance…
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4185027,00.html

L’Israélien de service à jssnews, Elyes Kahn, lui, s’est à l’époque simplement contenté de le traduire pratiquement à la lettre, y compris le couplet comminatoire sur le carmel d’Auschwitz dont l’éphémère existence est toujours considérée comme une insulte à la mémoire juive : pensez donc il y avait dans le cloître du couvent un christ de 2,5 m !
Quel scandale ! Quelle intolérable « christianisation de la mémoire juive ».
« Israël ne devrait pas s’incliner face au Vatican, surtout que l’Etat juif s’engage admirablement à protéger les lieux saints de toutes les religions en garantissant le droit de culte pour tous. Toutefois, au lieu de dire « gardez vos mains hors de Jérusalem, ce n’est pas à vendre, » le gouvernement israélien a accepté la demande du Vatican. » (sic !)
On ne fera aucun commentaire sur l’engagement « admirable » évoqué ni sur la « garantie du droit de culte » !

Nous dirons que monsieur Khan fait preuve d’un sens de l’humour certain… que ne partage certainement pas Sa Béatitude Théophile III, Patriarche de la Sainte Cité de Jérusalem et de toute la Palestine, que l’état d’Israël a mis deux ans et demie à reconnaître (décembre 2007) après son élection de l’été 2005 !

Mais laissons d’abord parler le guide touristique du voyagiste israélien “Holiday in Israël” :
http://www.holidayinisrael.com/viewpage.asp?lid=4&pid=326
(Un organisme officiel reconnu par le Ministère du Tourisme israélien !)

« Le cénacle et le tombeau de David se situent dans le même édifice.
Les franciscains l’ont acquis en 1335 et lui ont donné sa forme actuelle. Au début du XVe siècle, les Juifs ont essayé d’acheter cet édifice. Cela s’est terminé par une querelle entre Juifs et chrétiens. Les musulmans qui se sont fixés pour objectif de contrôler le site, y sont parvenus en 1524 et ont expulsé les franciscains du mont Sion.
David a été enterré dans cette ville sur la colline orientale (1 Rois 2 :10)… A l’époque byzantine, David et James, fondateurs juifs et chrétiens de Jérusalem, étaient les sujets de célébrations liturgiques dans l’église du mont Sion. De là remonte la croyance que tous deux furent enterrés sur le mont Sion.
Le tombeau de David y était situé et celui de James se trouvait dans la cathédrale Arménienne.
Par la cour recluse du monastère franciscain du XIVe siècle, on atteignait le rez-de-chaussée du bâtiment, dans une chambre, qui fait actuellement office de synagogue. La porte de droite donne sur une salle de prière ? (depuis quelques mois la pièce est divisée, ainsi les femmes ne sont pas autorisées à entrer !). » (sic !)
[On pourrait demander à monsieur Méotti, certainement grand pourfendeur de l’obscurantisme musulman, ce qu’il pense de la condition de la femme chez les juifs, mais là n’est pas la question...] Voici ce qui est dit ensuite à propos du tombeau :
« Sur la pierre tombale apparaît une sculpture de la période des Croisés.
Les carrelages qui se trouvent sous l’actuel carrelage du Tombeau de David datent de la période des Croisés et des périodes byzantine et romaine. Ainsi, les fondations remontent au IIe siècle après J.C. »
Il est bien évident que ce n’est en aucun cas le tombeau de David qui est là!!!
Au début du Veme siècle, une grande église fut construite sur le mont Sion, et on y transféra les supposés ossements du martyr Etienne et d’autres saints dans ce nouvel édifice. Plus tard cependant, les ossements furent acheminés dans d’autres églises, et les sarcophages restèrent vides jusqu’à ce que l’un d’eux devînt, par tradition orale, le «tombeau de David »…
Quand, en 1099, les Croisés conquirent Jérusalem, ils trouvèrent l’église de Sion détruite. Dans l’annexe sud ils découvrirent non seulement le soi-disant «tombeau de David», mais aussi celui de Salomon !

Ils érigèrent alors un grand cénotaphe (monument funèbre vide) pour marquer la nouvelle localisation du supposé tombeau de David et y trouvèrent une justification dans la prédication de la Pentecôte faite par Pierre en cet endroit sur le mont Sion, à propos du sépulcre de David: « Son sépulcre existe encore aujourd’hui parmi nous» (Actes 2, 29).
Peu à peu, la tradition chrétienne du «pseudo-tombeau» de David fut adoptée par les juifs, et plus tard par les musulmans…
Ce sont des juifs eux-mêmes qui le disent !

Jusqu’à 1967, la vieille ville de Jérusalem se trouvait en Jordanie et le fameux Mur des Lamentations était inaccessible aux juifs, le «tombeau de David» sur le mont Sion, passé en 1948 aux mains des Israéliens, fut l’endroit le plus proche du quartier juif et du Mur des Lamentations que l’on pouvait atteindre… et c’est là que les juifs prirent l’habitude de venir prier !
Ce n’est donc pas le moindre des paradoxes que de voir les juifs hurler aujourd’hui après ces chrétiens à qui ils doivent l’invention de ce fameux tombeau de David qui leur fut fort précieux lors de la création de l’état d’Israël : pour utiliser un mot qui leur est si cher (n’est-ce pas Jacques Attali ?) c’est d’une « ingratitude » crasse !!! Alors on dit merci aux chrétiens, Attali ?

Le pape François va donc devoir à nouveau négocier pour conserver la souveraineté sur le cénacle à cause d’un tombeau d’origine et de facture chrétienne, qui a été par tradition considéré comme celui de David !
Et vu le déferlement de haine que cela occasionne, le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas gagné !
Même le gouvernement laïc sioniste, sous la pression des fanatiques, s’y oppose aujourd’hui de façon péremptoire !
http://jssnews.com/2014/02/20/la-tombe-du-roi-david-restera-dans-les-mains-des-israeliens

« Le cabinet du premier ministre Benyamin Netanyahou a publié un communiqué jeudi affirmant qu’Israël ne va pas, en dépit de précédents rapports, donner le Mont Sion – y compris la tombe du roi David – au Vatican. »
(On notera au passage la superbe manipulation de désinformation médiatique: il s’agit pour le Vatican de conserver le libre accès et la souveraineté religieuse sur la salle du cénacle, pas du tout de récupérer le faux tombeau chrétien dit de David !]

Moralité : cette anecdote historique pose clairement la question de la signification de « Lieu Saint » pour les juifs ! Même s’il est clair qu’après la destruction du Temple il n’est resté pratiquement plus aucune population juive en nombre en Palestine, il est tout de même extraordinaire de voir que depuis David, fondateur de Jérusalem ou Salomon son fils, le « plus grand des rois », aucune tradition juive ne s’est rattachée à eux, dans leur propre peuple!
Et si l’on réfléchit aux lieux traditionnellement associés aux personnages emblématiques du pentateuque (ou de la torah) on constate qu’il n’existe aucun « lieu saint israélite» nulle part!
Pire, les classiques lieux saints associés à l’Ancien Testament le sont tous devenus sous l’impulsion chrétienne ou musulmane ! C’est énorme, effarant… Mais c’est la réalité : que chacun y réfléchisse !



On pourrait d’abord songer à Moïse ! Le plus grand des prophètes juifs !
C’est « eux » qui le disent !
En premier lieu on songera au buisson ardent, un lieu unique où pour la première fois Dieu s’est manifesté et est venu parler à Moïse pour lui donner les bases d’un code social : les Tables de la Loi, le fondement de la fameuse Loi Juive !
Eh bien, il a fallu attendre Justinien et la création du Monastère de Sainte Catherine, construit entre 527 et 565 pour voir ce lieu consacré…

En second lieu on songera au tombeau de Moïse mort sur le mont Nébo…
Là aussi, il fallut attendre l’époque byzantine pour qu’il devienne un lieu de pèlerinage important avec la construction, entre le IV° et le VI° siècle, d’un monastère (en ruine aujourd’hui) puis d’une église.
Dans l’église figurent de très belles mosaïques qui représentent des animaux et des scènes de chasse…
Et que dire de l’Arche de Noé – visible encore à l’époque de Marco Polo sur le flanc du Mont Ararat selon sa description dans le Livre des Merveilles du Monde ?
Les nombreux marchands juifs et caravaniers sont passés au pied de cette montagne durant des siècles en affichant la plus parfaite indifférence…
Et on pourrait continuer longtemps ainsi : il n’y a pas de Lieux Saints antiques israélites historiques !
Les seuls qui sont revendiqués comme tels le doivent à la religiosité des chrétiens ou des musulmans et on voit aujourd’hui les israéliens enrager.
Ainsi les fameux « tombeaux des patriarches » d’Hébron ont dû attendre les Musulmans qui ont construit la célèbre mosquée… Et on aura une pensée pour les martyrs de la rage meurtrière du fanatique Baruch Goldstein – ce médecin qui se vantait de ne jamais soigner les goyim – qui ouvrit le feu dans la mosquée et tua 29 musulmans en prière et en blessa 125 autres, avant d’être maîtrisé et abattu…

Car la fureur d’un Goldstein est dirigée d’abord contre ceux qui pallient la carence cultuelle et religieuse des juifs !


Ceux que Goldstein assassine ne sont pas l’objet de sa haine meurtrière parce qu’ils sont « musulmans », ils pourraient aussi bien être « chrétiens », ce qu’il vise ce sont des gens qui osent honorer leurs tombeaux et venir prier pour « ses » ancêtres alors que lui, juif, ne le fait pas !

Alors que cet homme aurait dû être l’objet de l’opprobre générale que l’horreur de son geste ne peut manquer de susciter, ce lâche salopard est devenu un martyr et son tombeau est aujourd’hui l’objet d’abjects pèlerinages : on y enseigne aux enfants la haine des goyim et, selon la tradition, on honore l’assassin en déposant de petites pierres sur sa tome !

Serait-ce donc cela un lieu saint juif ?

Mais il est vrai aussi qu’en matière de connaissance historique et archéologique les sionistes mettent un point d’honneur à brouiller les cartes et à plonger les israélites dans l’embarras.
Le livre de l’archéologue israélien Finkelstein : « la Bible dévoilée » marque un tournant en levant le tabou du caractère sacré et intangible du texte biblique.
Une fois de plus, on découvre que la sacralisation de la Bible est une innovation chrétienne, ce qui amuse d’ailleurs beaucoup les juifs… Pour preuve, le récent ouvrage de Marek Halter sur l’histoire du peuple juif qui fait autorité, même si son auteur n’a rien d’un théologien… Aucun rabbin n’a désavoué ses propos !
Il y énonce à propos de la bible :

« Les juifs ont transformé leur histoire en religion. Le judaïsme n’est pas une religion révélée. Certes, Dieu a dicté les Dix Commandements à Moïse, mais tout le reste de la Bible s’est écrit chemin faisant. »
http://www.lepoint.fr/culture/le-bel-album-de-marek-halter-06-01-2011-127407_3.php
Quel aveu ! Le judaïsme n’est pas une religion révélée et les juifs ont transformé leur histoire en religion !
C’est vrai que pour transformer la réalité historique en thématique religieuse, ils excellent.
On découvre ainsi qu’il n’existe aucune trace archéologique de l’Exode et que si la seule vague inscription égyptienne sur la stèle de Mérenptah fait référence à « un groupe d’Hébreux », on est loin des milliers de bâtisseurs esclaves menés au fouet, si chers à Cecil B. De Mille !
On découvre aussi que les quelques centaines de Hiérosolymites constatés présents à l’époque rendent improbable la construction du fameux « premier temple » dont on ne retrouve aucune trace archéologique non plus!
Pire – les sionistes israéliens sont décidément sans pitié – l’équipe d’archéologues de Ronny Reich a découvert en 2011, en sous œuvre au pied des fondations du fameux kotel – le mur occidental, dit Mur des Lamentations – des pièces de monnaie frappées par Valerius Gratus, préfet de Judée vers 17/18, ce qui démontre que la construction du mur n’avait même pas commencé avant la mort d’Hérode !!!
Et cela confirme d’ailleurs les dires de l’historien juif, Flavius Josèphe, qui affirme que les travaux au Mont du Temple n’avaient été terminés que par le roi Agrippa II vers la fin de son règne, donc pratiquement au moment même où le temple fut détruit ! Un temple inauguré en 63 et détruit en 70 !

Le culte attaché à ce mur, le Kotel, confine donc beaucoup plus au fétichisme qu’à la religiosité.
En fait, l’intérêt manifesté par les Israéliens pour les Lieux Saints est d’abord à visée touristique, donc économique.


La preuve ?

La fureur engendrée par l’affaire de la construction de l’église sur l’emplacement supposé où Jean Baptiste a baptisé le Christ !
Les Evangiles sont formels : c’est sur la rive jordanienne du Jourdain, près de Béthanie, d’où la pose de la première pierre d’une église par Benoit XVI lors de son voyage…
Fureur des Israéliens !
Pourtant il leur suffirait d’un peu de patience…
La stratégie sioniste a bien prévu à terme la disparition de la Jordanie.
C’est annoncé en toutes lettres dans la revue de stratégie sioniste Kivounim (n° 14, février 1982).
« La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat.
À long terme, elle ne constituera plus une menace pour nous après sa dissolution… »
http://www.voltairenet.org/article9888.html

Allez. Avec un peu de patience, et beaucoup de lâcheté internationale, le tourisme israélien pourra bientôt récupérer le site !
Saint-Plaix 25 / 05 / 14



http://vudefrance.fr/articles/qui-a-donc-cree-les-lieux-saint-juifs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thunderbolts.info/wp/
 
Qui a donc créé les Lieux Saint juifs ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» feu d'artifice a pont saint esprit (30)
» Affichage des lieux sur Google Earth
» Sources et lieux miraculeux de Normandie:
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009
» Lieux dits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Spiritualité-
Sauter vers: