Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   27/4/2017, 23:04

Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance :
témoignage d'un insider


Ronald Bernard est un homme d'affaire néerlandais ayant navigué dans les hautes sphères de la finance internationale. Dans son témoignage d'une quarantaine de minutes, il explique comment il avait mis sa conscience et sa morale au "congélateur", dit-il, afin de pouvoir pratiquer son business sans désagréments psychologiques. Il dit que son parcours professionnel dans ces réseaux bancaires était censé faire de lui un véritable psychopathe... C'est une fois entré dans les cercles les plus profonds, qu'il a prit conscience de l'horreur du milieu dans lequel il évoluait. Selon lui, la plupart des gens qui naviguent dans ces milieux élitistes sont Lucifériens, ils pratiquent les messes noires et les sacrifices de sang. C'est lorsqu'on l'a "invité" à participer aux sacrifices d'enfants, ce qu'il a refusé, que sa conscience s'est "décongelée"... Son témoignage décrit la mentalité tordue, manipulatrice et sans états d'âme, des financiers psychopathes qui siègent sur le "toit du monde". La vidéo qui suit est la traduction française de la partie où il évoque les pratiques lucifériennes et sataniques qui sont courantes chez ces gens là... qui bénéficient donc d'une aide surnaturelle dans leur quête de domination mondiale. Un témoignage choc dédicacé à Emmanuel Macron qui a fait "ses armes" dans la haute finance, chez les Rothschild...



Sources :
https://cooperatiedevrijemedia.nl/real-big-money-revelations-by-an-insider-video/
http://mk-polis2.eklablog.com/luciferisme-et-sacrifices-rituels-dans-la-haute-finance-temoignage-d-u-a130009668


Témoignage intégral VO st Anglais


Transcription :

Citation :
Interviewer: Ronald, you have a very strong background in the financial sector, asset management, deposit trading, as far as I understood. Can you us something about your experiences? For how long did you work there?

Ronald: Well, my experiences are more complicated than what you mentioned just now. Actually I have been an entrepeneur my entire life. Independence being the key component to me. I have once tried being an employee, but that didn’t work out. Being an entrepeneur, I have seen many sectors, amongst which I have experienced the financial world. All my other companies as an entrepreneur, like my own fashion line for ladies, car-dealership and also import-export had me involved to such an extent with building up my own fortune, it inherently guided me into the world of finance. Working in import-export, you encounter different currencies and you have to go to the exchange to trade through brokers. One of these brokers said at some point, “Ronald, I’ve been looking at your life for a long time and you are always busy. You earn money, we know, but what is your goal?” I replied: “the only goal I have as an entrepeneur is to earn as much money as I possibly can” because the more money I have, the quicker I can retire, be free and of course have status, basically everything you want in this society. Or at least, that’s what I thought back then. So the broker said: “In that case, stop what you are doing now, stop with all those companies and just start dealing money, go into the financial world.” And that is the beginning of that situation that is connected to your original question. The broker, had a place in the exchange market and he dealt in currencies, deposits, so trading in assets to make money out of differences in interest rates, and that involved the aforementioned asset management. Those three aspects together formed the interesting package I said yes to. He said: “All right, you can take my place here, I’ll train you, introduce you to the network, but in exchange I want 10% of your annual earnings.” So he basically sold me his spot in the financial world and asked a 10% commission which I paid him. I said “Yes, fine with me!” Then he replied: “There is one thing you need to know. If you can’t put your conscience in the proverbial freezer, and I don’t mean on -18 degrees, but on -100, then don’t get involved in this. Oops! That was the message, “you want a lot of money, you can obtain that, I can help you, but it comes at a great cost, because you can not do this with a clear conscience.” Well, I laughed at that, I was young and naive. From my youth, from the way I came into life; my far from ideal youth led me to develop a certain view of the world and humanity.

Interviewer: What do you mean by that? No warm, loving family?

Ronald: My mother always did the best she could to make us feel loved, but she was hampered by that due to the behavior of the father, who caused us to feel more like we lived in a war zone with each other. That isn’t an exemplary situation to grow up in. As a child, growing up like that led me to believe that the world and humanity are far from great.

Interviewer: So putting your conscience in the freezer was fitting in as a starting point?

Ronald: I was, partially, already used to doing that out of self-preservation, so to put my conscience in the freezer was not an impossible task to me.

Interviewer: So it became a survival mechanism to you?

Ronald: Yes, yes. And my view of humanity and the world around me wasn’t exactly positive either. I only thought of myself, that’s the way I grew up to be out of self-preservation and I got into the deal. Which meant, that slowly, I build up a customer base. As I improved my skills within the network, I got deeper into the financial world, and then it turns out the world is really small, and you keep noticing that. Even when I was still working in import-export dealing in grain and such, you notice it is just a small circle. And if we talk about the hard core circle in the financial world, I don’t mean miss Jean at the bank, but the big global flows of money which you use for trading.
Interviewer: You are talking about world wide cash flows, so not the Netherlands in particular where you started working?

Ronald: The Netherlands do play a distinct part in this story, but the world does not revolve around it. The Netherlands are part of a large global financial system in which you work through the exchange market if you want to do official transactions. And many banks, who do the currency exchange get certain assignments from clients, which they can’t get away with easily. Then the need arises for people like me, who were the straw men where big money flows are involved. We used certain financial constructions, international legislation, to move the money in such a way making everything ‘OK.’ So all supervisors, regulatory bodies that are in place world wide, because they are… That no one wakes up seeing what is going on, like a year or two ago, with the scandal around Panama…

Interviewer: The Panama Papers.

Ronald: Yes.

Interviewer: Yes.

Ronald: Yes then…

Interviewer: Tax evasion?

Ronald: I think, well that was about avoiding taxes, tax evasion is when you break all the rules. This had to do with avoiding. But when you see what happened there, I’m like “guys that is old news, and who are you boring with that?” Because it is peanuts and hardly relevant. However, for the common people, that is great news, but it is not anything big. But it does show, there is something very wrong in this world. For example, there are people in the Netherlands, with certain positions, who have bank accounts in Panama with legislation that allows them not to pay taxes in the Netherlands, which is still completely legal. Constructions like that were part of my job, when we had to change currency. We had changes, the first boycotts in Iraq early 90’s, when there was a boycott in Iraq because of the war that started there. And we were confronted with what we called ‘Iraqi-dollar’, Iraqi-dollars, which were actually American dollars. The American dollar has a direct relation to the oil prices which made it a world trading currency backed up by oil. As long as that connection is in place, the dollar has value. Officially, the Iraqi people weren’t allowed to sell their oil due to the boycott. In theory, that is because never before was there such big business in oil, with discounts in this case, because officially it wasn’t allowed… so with discounts it still crossed the borders. Because the energy was always paid in dollars, these Iraqi-dollars had to go somewhere. You couldn’t just take them to the desk at the bank because all the regulations and checks did provide a certain protection, because money laundering and criminality wasn’t anything new back then. Now we call it terrorism, but that was then also the case. So then you need people to take the heath. As straw men you got invited to a bank in, for example, Germany, with basements full of trucks filled with money.

Interviewer: Wow!

Ronald: And then you think ’sure… trucks, transports, a busy company.’  Then they show you they are all filled to maximum capacity with dollars. And they tell you “We need to get rid of all this cash.” So change them for Pounds, German Marks, this and that, in such way, and it needs to go there and there.

Interviewer: Are we now talking about money laundering? Or…

Ronald: Well, processing cash. Processing cash in such a way that we can legally reintroduce it into the money circuit.

Interviewer: So that was your task?

Ronald: That was an assignment my colleagues and I got.

Interviewer: Okay.

Ronald: You are never alone on an assignment, because you can not do this on your own. It is not possible. We all know Scrooge McDuck scooping money with his shovel, well we literally had to do that over there. It was impossible to process all at once. So then you need to find a way. cash used to be the predominant way of paying, where nowadays most is digital. But you tried to find a way to process the cash. How do you reintroduce the cash into the circuit so Iraq can deal in it’s oil without being hampered? Because they are the ones that own the money. Iraq doesn’t want to… look, you mentioned money laundering, but what it was about the boycott, Iraq had to stick to the rules, and by… you know, everything you want to know about the world, you can know by following the money. That is the bottom line. Everyone can say ‘blah blah’, but make sure you follow the money, then you’ll find the truth. Same goes for that situation. So the only thing Iraq and their buying partners wanted, was to remain free of any accusations. Because the partners who bought it were the ones placing the boycott in the first place. But they are actually all friends on the same side. Everybody thinks there are opposites like good and bad guys in the world, but on the higher levels it is just a game and they are all working together. However, they do have to stick to the rules and regulations, which they themselves have created to keep the rest of society suppressed and make sure that it will not be too crowded at the top. So you have to play by your own rules. So that is what is going on there, is to make sure that nobody can trace you. Apart from the elite themselves, nobody in the lower ranks can find out what really happened.

Interviewer: Compartmentalized, that’s how we call it.

Ronald: Yes.

Interviewer: Everyone knows only his own little piece. Only the elite knows what is happening.  

Ronald: Yes, but because we were doing the dirty work, we had to know a lot. Because we couldn’t afford to make any mistakes.
Interviewer: How high in the pyramid did you get? Were you close to the top of the pyramid?

Ronald: Well, we were communicating with them.

Interviewer: Okay.

Ronald: My ego would have loved it to get to the position of belonging to the top itself. Nowadays we still talk about 8000-8500 people who run the entire world. It would have been amazing to get into such a position back then.

Interviewer: All right, but if we say the top knows 100%, can you estimate how much you knew and understood of what happened?

Ronald: In my work, I had to know 100% of what was going on. There was no other way, because the interests of the people involved were huge.

Interviewer: Especially for the top.

Ronald: Exactly. If I wouldn’t know all the details I would end up making mistakes. Which would cause a spin-off, because those mistakes would be detected. Then the people that don’t know anything about it, would interfere. We are talking about having nerves of steel to function at this level.

Interviewer: So did you have nerves of steel?

Ronald: Yes, it worked just fine.

Interviewer: The freezer worked very well for you…

Ronald: Yes, I played at the highest level for about 5 years. And then it was totally over, out and done with. That was a very intense moment for me.

Interviewer: That happened suddenly, or was there a reason?

Ronald: Well, no, the thing is… I gave a small example of what was involved. So in this case, currency exchange. Dollar to something else, deposited in a safe manner, and managing assets well, so it could grow to rate of return, leading to reinvestments with the money. The level I played at in those 5 years, and that didn’t happen overnight, you need to earn your place. I am skilled at connecting the dots, information in order to achieve a full picture of all the things involved, that need to be taken into account within the playing field. Which is a very detailed process. You stand out when you are gifted in this. This is the reason I was trusted with the full 100% of the information where it concerned my jobs. So I didn’t know about everything they knew, but everything I needed to know regarding the case I was working with colleagues. I was often put in the leading role, because I kept a good overview of the situation, and I was good at innovative thinking to solve the problem. I had fun, creating solutions in such a way to always stay ahead and outsmart them, staying within the rules of the game but playing around with them to make everything match up. I loved that game. However, on the other hand you had a great amount of responsibilty and you learned more and more about the real world, since through the financial world you learn all of the actual truth.

Interviewer: So you say “all”, in what regard?

Ronald: Well, your clients give you glimpses of how the world actually works. In hindsight, I still didn’t know everything, but I did know a lot, because my clients were banks who didn’t want blood on their hands. But within those banks there is always a number of people who know damn well what is going on. So like 1% within a bank knows the truth of the matter regarding the happenings within the world, which is not surprising considering they are involved in the flows of money. Those are your clients. You also have governments to deal with, multinationals, you have to deal with secret services, and what they now call terrorist organizations. You get all of those groups that involved with the big money as clients, then you start seeing the connections. So they might be compartmentalized as you just mentioned, regarding knowledge, but because I am in the middle I see how they relate to another; you see the money coming from this place, then going to that place, etc. You keep gaining information and thereby overview of what is really going on.

Interviewer: So do you have to serve and keep all of those groups happy, including terrorist organizations, you were trying to keep everybody happy?

Ronald: Yes.

Interviewer: Dear God!

Ronald: Yes. That was my job.

Interviewer: Keeping all the balls in the air.

Ronald: Yes, indeed. So one of the things that I found out that I did not know before, but now I do, is about secret services; you think they are there to serve and protect a people, country, etc. but they actually turn out to be criminal organizations, to be more precise, the system is heavily so. We are talking about financing wars, creating wars, so basically creating a lot of misery in this world. So lots of conflict. And then I think to myself, if only people knew what the world is really like. Secret services will stop at nothing. Nothing. But they also have their flows of money, because if they are trading in drugs or weapons, or for that matter, people… all that money has to go somewhere. Everything has to be financed.

Interviewer: You say “if”, but could you confirm they are doing this?

Ronald: All of them. All of them.

Interviewer: Yes.

Ronald: So the entire world as we think we know it, is just an illusion we believe in. Which is something you find out in this line of work, and where it all went wrong for me, to put it that way.

Interviewer: ‘Right’, you mean, finally that is.

Ronald: In hindsight, yes it was for the best, but my ‘freezer’ started to malfunction. There were things happening. For example, I went to a different trade market, and one of my colleagues there said: “Ronald, do you remember that case with the Italian lira?” I sometimes mention that during talks as well. “Do you remember those deals?” in which we did massive dumping of the lira, which reduced the value of the currency, which caused a company in Italy to be hit in such a way they went bankrupt. And then you hear at the exchange, “You remember that successful deal with the lira?” I say, “yes.” And then they say, “Did you know that the owner committed suicide and left a family behind?”

Interviewer: Things like that… Ouch.

Ronald: And back then we laughed at it. Ha ha ha, all together, all of us. We looked down on people, mocked them. It was just a product. Waste. Everything was worthless trash. Nature, the planet, everything could burn and break.

Interviewer: Just useless parasites.

Ronald: Just as long as we met our goals, as long as we were growing. Many of my colleagues ended up drinking or using drugs. Not me. Maybe I should have.

Interviewer: Or not.

Ronald: No, in hindsight, it was for the best and I’m happy to still be alive. However, all those horrible things started to eat at me.

Interviewer: Can you give an example, because I can sense a lot of terrible things happened to you.

Ronald: Yes, it is a difficult part for me to talk about.

Interviewer: I can feel that, but only whatever you wish to share is all right.

Ronald: Yes, I only talk about things I want to tell. But it does evoke lots of emotions and with my conscience not being in the freezer it touches me deeply.

Interviewer: Can you tell me the worst thing that has happened that caused the tipping point in your situation?

Ronald: Well, that was the beginning of the end. You get so deep into these circles, and you sign a lifetime contract. Not with blood or anything. To never disclose names of companies, organizations or people. I think that is why I am still alive. You have to stick to it. If we are talking about the worst things that I have experienced… I just told you about things that made the freezer glitch, my conscience started to show itself. Let’s put it this way, I was training to become a psychopath, and I failed. I did not complete the training, and didn’t become a psychopath. My conscience came back and the most difficult part for me was, because I had such a great status there, I was a success, I was trusted with the people playing at this level. To put it carefully, most of these people followed a not very mainstream religion. So you have Catholics, Protestants, all sorts of religions. These people, most of them, were Luciferians. And you can say, “religion is a fairy tale, God doesn’t exist, none of that is real.” Well, for these people, it is truth and reality, and they served something immaterial, what they called Lucifer. And I was also in contact with those circles, only I laughed at it because to me they were just clients. So I went to places called Churches of Satan.

Interviewer: So now we are talking about Satanism?

Ronald: Yes, so I visited these churches, just as a visitor, dropped by, and they were doing their Holy Mass with naked women and liquor and stuff. And it just amused me. I didn’t believe in any of this stuff, and was far from convinced if any of this was real.

Interviewer: It was just a spectacle to you…

Ronald: Yes, in my opinion the darkness and evil is within the people themselves. I didn’t make the connection yet. So I was a guest in those circles and it amused me greatly to see all those naked women and the other things. It was the good life. But then at some point, which is why I’m telling you all this, I was invited to participate in sacrifices… abroad. That was the breaking point. Children.

Interviewer: You were asked to do that…?

Ronald: Yes, and I couldn’t do that.

Interviewer: Would you like to stop for a moment by the way?

Ronald: No. And then I started to slowly break down. I lived through quite a lot as a child myself and this really touched me deeply. Everything changed. But that is the world I found myself in. And then I started to refuse assignments within my job. I could no longer do it. Which made me a threat.

Interviewer: For them… of course.

Ronald: I was no longer capable of functioning optimally. My performance started to shake and I had refused tasks. I had not participated. The purpose of the whole thing, eventually, in that world, is that they have everybody in their pocket. You need to be susceptible to blackmail. And blackmailing me proved to be very hard if I look back on it. They wanted to do that through those children. And that broke me.

Interviewer: Is that - you are not telling me something new - what they also do in politics?

Ronald: If you google this, you’ll find enough worldwide witness accounts to know this isn’t a Walt Disney fairy tale. Unfortunately the truth is that worldwide they have been doing this for thousands of years. I once studied theology and even in the Bible you find references to these practices with Israelites. The reason the first 10 tribes were banished to Babylonia was because of these rituals with children. Including the sacrificing of children. So this is pertinent, all this made me believe, because I realized there was more to life than meets the eye. There is a whole invisible world. It is real. You really do talk about a dark force and a manifestation of light. So I resorted to studying theology to make sense of it all.

Interviewer: And psychology as well if I remember correctly?

Ronald: Yes, but I that I did in my first life. Because through commercial psychology, mass psychology, I was able to manipulate situations for my own benefit.

Interviewer: That is scary, because if you dig into that you find Tavistock Institute and mind control, MK Ultra, Monarch and the like…

Ronald: Yes, that is correct, but that was all part of the job. Through training at the job I got into that more deeply, because when you are making deals you also need to manipulate the media. You have to manipulate lots of things because nothing can be seen as it is. Everything has to appear to be something different. You see the people as a flock of sheep. You put a couple Border Collies and drive them in a direction. And to be honest with you, I still see that happening around me. People are still, through the systems and methods that we ourselves used to use, being treated in that same way. And it still works. People still don’t understand how it really works and are still on the level of “as long as I have my beer” and whatever, completely self absorbed, also a survival mechanism. I mean it is the program after all, but you still see how stupidly easy it is to put people in a certain direction. When you are the one pulling the strings, that is.

Interviewer: Mass psychology.

Ronald: Yes. Much later in all those studies and discoveries I found a document, which they are claiming is bullshit of course, the protocols of Zion. And nowadays I recommend everyone to read the whole of that incredibly boring document. Just work through it, read it through.

Interviewer: We are also talking about Zionism…

Ronald: Yes, of course. If you read the protocols of Zion, and really study them and understand, then it is like reading the newspaper of the daily life. How from their position of ultimate power, and ultimate it has literally become, but that is only because the people don’t stand up for themselves. They don’t realize what reality is.

Interviewer: And we have all been programmed. If you dare say you are against Zionism, then you are brand an anti-Semite.

Ronald: The negative, you can say evil, the Luciferians, Satanists, whatever you which you call it… it is a real entity. I have found that what is written in the Bible, and not just the Bible, you can find it in so many books, there really has been a moment of separation from the manifestation of light, in which a group went their own way and are carrying an intense hatred, anger; the people who do not underestimate the severity of this are but few. Because this is an all annihilating force that hates our guts. It hates creation, it hates life. It will do anything to destroy us completely, and the way to do that is to divide humanity. Divide and conquer is their truth. Humanity is a manifestation of light. That is the true creation. As long as you divide them based on politcal parties, skin color, you name it… then you - from a Luciferian point of view that is - suppress the full capacities of your enemy, their full power. They can’t stand up for themselves, because if that would happen, the Luciferians would lose. Then this monster, the greedy monster would disappear. I tell people about this old American general who puts an entire room of people in the dark. The eyes adapt to the darkness, but you can’t see a thing. The general doesn’t say a word and suddenly he flicks on a lighter. One little light. Due to the prolonged darkness, you experience a manifestation of light from a single point and everyone can slightly see each other again. And then he says… “that is the power of our light.”

Interviewer: Beautiful.

Ronald: Unite. Unite. Come together, and this entire shit story seizes to exist. That’s how fast it could happen. But that is easy for me to say now, but then I was in a period of my life in which I was crumbling down.

Interviewer: Could you tell us something specific about that?

Ronald: I started to refuse assignments. My conscience came back after the request involving the children and I started to refuse more and more. I had a conscience and I couldn’t function anymore.

Interviewer: But you did still show up to work after that?

Ronald: I didn’t really have a choice, I had my own business with several offices and employees, everything was still rolling.

Interviewer: That must have been hard.

Ronald: Yes, it got very hard, all the tensions. So on the one hand, you are playing with money on a high level, in which you can’t afford to make mistakes, otherwise everything falls down at once, your entire business is ruined, everybody involved, including yourself. Then you are really screwed. So that brings a lot of stress, factoring in the resurfacing of a conscience. I was warned off when I got into this. “Don’t do it if you can’t put your conscience at -100 degrees in the freezer.”

Interviewer: And you probably realized that then?

Ronald: Yes, I heard myself laugh at it back then, but it wasn’t a joke at all. I totally did not understand where I really got into.

Interviewer: And your proverbial freezer was switched off?

Ronald: Broken. I couldn’t do it anymore. So I tried to work through it, keep up appearances. I didn’t know how to get out of this, I was trapped as well. Everybody was trapped. This all led me to crashing completely eventually. My body just simply stopped. The first thing I saw was my mother crying at the Intensive Care.

Interviewer: You ended up at the IC?

Ronald: Yeah, I really shut down.

Interviewer: You had literally crashed?

Ronald: Yes. Yes. And… at that time I didn’t believe in anything, but I can still recall how I saw, from that corner, I was looking down upon myself. I saw how they were working on me.

Interviewer: You had a near death experience…

Ronald: Well, you could call it that. I have seen I am not my body. I’m ‘in’ my body, but I am not just my body. I have seen them working on me. And later on, I’ve been reluctant to talk about it for a long time. I really talked about it much later. But when I did, I had researched so many things already and started to believe. I was starting to better understand the spiritual and the material. At that point this intense experience got it’s own place. The realization that I’m not my body, it’s just a vessel. So I lived through all of that, but I also needed a long time to recover.

Interviewer: Yes, of course.

Ronald: Yes I was a train wreck. Complete wreck. I was completely burned out. I had crashed, and the body needed a year to recover. I don’t really want to get into it now, but in those circles I got tortured physically during my exit time. This was in order to make sure I would never break the contract of secrecy. So I was taken for a certain amount of time. I was ‘treated.’ All those factors together, just increased the stress I was experiencing, literally running full speed towards my own end.

Interviewer: Do you mean abductions, as we call it, or programming?

Ronald: No, they exposed me to certain types of torture that makes sure you’ll never damage anyone in that world. It did all happen that way, so the end of my first life was so extreme that I couldn’t handle it anymore. I couldn’t handle it anymore, in no way. However, my mindpower was so strong, that it only happened with and to my own body. That was… well, I didn’t know what to do anymore. There were no options left for me. So that is why sometimes I think - of course it is not true - but I wish, like so many colleagues, I had taken the drugs and alcohol route. At least my end would have been more gentle. Most of them are just dead by now. Even though I know there are more strawmen walking around, there are little still alive whom I knew back then. Most of them are already gone. Well I was dead too, but I’m still here.

Interviewer: So you still have something left to do…

Ronald: Yes, I suppose you could say that. But that is, I can’t say in short, since I don’t know how long we have been talking, the world that I found myself in. If you have any specific questions, then I can answer them, but I had hoped to be more concise. But I just don’t know how.

Interviewer: Well, you have my gratitude for all you have shared.

Ronald: To me, it is a very big deal.


Dernière édition par nex le 23/5/2017, 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
stg45

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 22/04/2010

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   30/4/2017, 22:19




ce qui est intéressant c'est le moment ou il rougit en pensant a ce a quoi on l'a fait participer.

il faut savoir que même le meilleur comédien ne peut pas rougir sur commande, quand quelqu'un rougit au cinéma le plan est coupé le temps de mettre un maquillage ou de passer  un gant de toilette chaud sur le visage.

donc cette émotion n'est pas feinte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   6/6/2017, 19:19

Témoignage sous-titré français intégral


Transcription :

Citation :
Interviewer: Ronald, vous avez une expérience très solide dans le secteur financier, la gestion d’actifs, le commerce de dépôt, autant que j’ai compris. Pouvez-vous nous parler de vos expériences? Pour combien de temps avez-vous travaillé là-bas?

Ronald: Eh bien, mes expériences sont plus compliquées que ce que vous avez mentionné. En fait, j’ai été un entrepreneur toute ma vie. L’indépendance étant le composant clé pour moi. J’ai essayé une fois d’être un employé, mais cela n’a pas fonctionné. En tant qu’entrepreneur, j’ai vu de nombreux secteurs, parmi lesquels j’ai connu le monde financier. Toutes mes autres entreprises en tant qu’entrepreneur, comme ma propre ligne de mode pour les dames, les concessionnaires de voitures et aussi les importations et exportations m’ont impliqué dans une mesure telle que j’ai accumulé ma propre fortune, elle m’a intrinsèquement guidé dans le monde de la finance. En important-export, vous rencontrez différentes devises et vous devez aller à l’échange pour échanger avec des courtiers. L’un de ces courtiers a déclaré à un moment donné: «Ronald, j’ai étudié votre vie depuis longtemps et vous êtes toujours occupé. Vous gagnez de l’argent, nous le savons, mais quel est votre but? « J’ai répondu: » Le seul but que j’ai en tant qu’entrepreneur est de gagner autant d’argent que possible « car plus j’en ai d’argent, plus je risque de prendre ma retraite, Être libre et bien sûr avoir un statut, essentiellement tout ce que vous voulez dans cette société. Ou du moins, c’est ce que j’ai pensé à l’époque. Ainsi, le courtier a déclaré: « Dans ce cas, arrête ce que tu fais maintenant, arrête avec toutes ces entreprises et commence à négocier de l’argent, entre dans le monde financier ». Et c’est le début de cette situation qui est liée à ta question initiale . Le courtier avait une place dans le marché des changes et il a négocié des devises, des dépôts, ce qui a permis de négocier des actifs pour dégager des écarts de taux d’intérêt et impliquait la gestion d’actifs susmentionnée. Ces trois aspects ensemble ont constitué l’emballage intéressant auquel j’ai répondu oui. Il a dit: « D’accord, vous pouvez prendre ma place ici, je vous formerai, je vous présenterai le réseau, mais en échange, je veux 10% de vos gains annuels. » Alors il m’a essentiellement vendu sa place dans le monde financier Et a demandé une commission de 10% que je lui ai payée. J’ai dit « Oui, bien avec moi! » Ensuite, il a répondu: « Il y a une chose que vous devez savoir. Si vous ne pouvez pas mettre votre conscience dans le congélateur proverbiale, et je ne veux pas parler de -18 degrés, mais sur -100, alors ne vous impliquez pas. Oops! C’était le message: «vous voulez beaucoup d’argent, vous pouvez l’obtenir, je peux vous aider, mais cela coûte très cher, parce que vous ne pouvez pas le faire avec une conscience claire.» Eh bien, j’ai réussi à le faire, J’étais jeune et naïf. De ma jeunesse, de la façon dont je suis entré dans la vie; Ma jeunesse loin d’être idéale m’a amené à développer une certaine vue du monde et de l’humanité.

Interviewer: Que voulez-vous dire par là? Pas de famille chaleureuse et aimante?

Ronald: Ma mère a toujours fait de son mieux pour nous faire sentir aimer, mais elle a été gênée par le comportement du père, qui nous a fait ressentir davantage comme si nous vivions dans une zone de guerre les uns avec les autres. Ce n’est pas une situation exemplaire à laquelle grandir. En tant qu’animal, grandir comme ça m’a amené à croire que le monde et l’humanité sont loin d’être géniaux.

Entrevue: Alors, mettre votre conscience dans le congélateur était-elle adaptée comme point de départ?

Ronald: J’étais partiellement habitué à faire cela par préservation de soi, de sorte que ma conscience dans le congélateur n’était pas une tâche impossible pour moi.

Interviewer: Alors, il est devenu un mécanisme de survie pour vous?

Ronald: Oui, oui. Et mon point de vue sur l’humanité et le monde qui m’entourait n’était pas tout à fait positif non plus. Je pensais seulement à moi-même, c’est comme ça que j’ai grandi pour être en état de préservation de soi et je suis entré dans l’affaire. Ce qui signifiait que, lentement, je construisais une base de clients. Comme j’ai amélioré mes compétences au sein du réseau, j’ai approfondi le monde financier, et il s’avère que le monde est vraiment petit, et vous continuez à le remarquer. Même lorsque je travaillais toujours dans le commerce des importations et des exportations, je constate que c’est juste un petit cercle. Et si nous parlons du cercle du noyau dur dans le monde financier, je ne parle pas de madame Jean à la banque, mais les grands flux mondiaux d’argent que vous utilisez pour la négociation.

Interviewer: Vous parlez des flux de trésorerie dans le monde entier, donc pas les Pays-Bas en particulier où vous avez commencé à travailler? Ronald: Les Pays-Bas jouent un rôle distinct dans cette histoire, mais le monde ne tourne pas autour de lui. Les Pays-Bas font partie d’un grand système financier mondial dans lequel vous travaillez sur le marché des changes si vous souhaitez effectuer des transactions officielles. Et de nombreuses banques, qui font l’échange de devises, obtiennent certaines tâches des clients, auxquelles elles ne peuvent pas facilement s’en sortir. Ensuite, il me faut des gens comme moi, qui étaient les hommes de paille où coule beaucoup d’argent. Nous avons utilisé certaines constructions financières, la législation internationale, pour déplacer l’argent de telle sorte que tout est «OK». Donc, tous les superviseurs, les organismes de réglementation qui sont en place dans le monde entier, parce qu’ils sont … Que personne ne se réveille en train de voir ce qu’il se passe, comme il y a un an ou deux, avec le scandale autour du Panama … Entrevue: The Panama Papers.

Ronald: Oui.

Entrevue: Oui.

Ronald: Oui alors …

Intervieweur: Évasion fiscale?

Ronald: Je pense, bien, il s’agissait d’éviter les taxes, l’évasion fiscale est lorsque vous enfreignez toutes les règles. Cela avait à voir avec l’évitement. Mais quand vous voyez ce qui s’est passé là-bas, je suis comme « les gars qui sont de l’ancienne nouvelle, et qui êtes-vous ennuyant avec ça? » Parce qu’il s’agit d’arachides et peu pertinentes. Cependant, pour les gens du coin, ce sont d’excellentes nouvelles, mais ce n’est pas quelque chose de grand. Mais il montre, il y a quelque chose de très mal dans ce monde. Par exemple, il y a des gens aux Pays-Bas, avec certains postes, qui ont des comptes bancaires au Panama avec une législation qui leur permet de ne pas payer de taxes aux Pays-Bas, ce qui est encore complètement légal. Des constructions comme celles-ci faisaient partie de mon travail, lorsque nous devions changer de monnaie. Nous avons eu des changements, les premiers boycotts en Irak au début des années 90, quand il y a eu un boycott en Irak à cause de la guerre qui a débuté. Et nous avons été confrontés à ce que nous appelions «dollar irakien», dollars irakiens, qui étaient en fait des dollars américains. Le dollar américain a une relation directe avec les prix du pétrole qui en ont fait une monnaie de commerce mondial soutenue par le pétrole. Tant que cette connexion est en place, le dollar a de la valeur. Officiellement, le peuple irakien n’avait pas le droit de vendre son pétrole en raison du boycott. En théorie, c’est parce que jamais auparavant il n’y avait de grandes entreprises en pétrole, avec des remises dans ce cas, parce que officiellement cela n’était pas autorisé … donc, avec des rabais, il traversait encore les frontières. Parce que l’énergie était toujours payée en dollars, ces dollars irakiens devaient aller quelque part. Vous ne pouviez pas simplement les porter au bureau à la banque parce que toutes les réglementations et tous les contrôles fournissaient une certaine protection, car le blanchiment d’argent et la criminalité n’étaient rien de nouveau à l’époque. Maintenant, nous l’appelons terrorisme, mais c’était aussi le cas. Alors, vous avez besoin de gens pour prendre la santé. Comme les hommes de paille, vous avez été invité à une banque, par exemple, l’Allemagne, avec des sous-sols remplis de camions remplis d’argent.

Interviewer: Wow!

Ronald: Et alors, vous pensez «sûr … camions, transports, une entreprise occupée». Ensuite, ils vous montrent qu’ils sont tous remplis à la capacité maximale en dollars. Et ils vous disent « Nous devons nous débarrasser de toute cette trésorerie. » Donc, changez-les pour les livres, les marques allemandes, ceci et cela, de cette façon, et il doit y aller et là-bas.

Interviewer: Est-ce que nous parlons maintenant de blanchiment d’argent? Ou …

Ronald: Eh bien, le traitement de l’argent comptant. Traitement de l’argent de telle façon que nous pouvons le réintroduire légalement dans le circuit de l’argent.

Interviewer: Donc c’était votre tâche?

Ronald: C’était une mission que mes collègues et moi avons reçue.

Interviewer: d’accord.

Ronald: Vous n’êtes jamais seul dans une tâche, car vous ne pouvez pas le faire par vous-même. Ce n’est pas possible. Nous savons tous que Scrooge McDuck a accumulé de l’argent avec sa pelle, bien, nous avons littéralement dû faire ça là-bas. Il était impossible de traiter tout à la fois. Alors, vous devez trouver un moyen. L’argent utilisé était la manière prédominante de payer, où aujourd’hui la plupart est numérique. Mais vous avez essayé de trouver un moyen de traiter l’argent. Comment réintroduire l’argent dans le circuit afin que l’Irak puisse s’occuper de son pétrole sans être gêné? Parce qu’ils sont ceux qui possèdent l’argent. L’Irak ne veut pas … regarder, vous avez mentionné le blanchiment d’argent, mais en ce qui concerne le boycott, l’Irak a dû respecter les règles et, par … vous savez, tout ce que vous voulez savoir sur le monde, vous pouvez le savoir en suivant l’argent. C’est en fin de compte. Tout le monde peut dire ‘blah blah’, mais assurez-vous de suivre l’argent, alors vous trouverez la vérité. Il en va de même pour cette situation. Donc, la seule chose que l’Irak et ses partenaires d’achat voulaient, devait rester libre de toute accusation. Parce que les partenaires qui l’ont acheté étaient ceux qui ont placé le boycott en premier lieu. Mais ils sont en réalité tous les amis du même côté. Tout le monde pense qu’il y a des opposés comme les bons et les méchants dans le monde, mais sur les niveaux supérieurs c’est juste un jeu et ils travaillent tous ensemble. Cependant, ils doivent respecter les règles et les règlements qu’ils ont eux-mêmes créés pour empêcher le reste de la société de supprimer et s’assurer qu’il ne sera pas trop fréquenté au sommet. Vous devez donc jouer selon vos propres règles. Alors c’est ce qui se passe là-bas, c’est s’assurer que personne ne peut vous suivre. Outre l’élite eux-mêmes, personne dans les rangs inférieurs ne peut découvrir ce qui s’est réellement passé.

Interviewer: compartimenté, c’est ce que nous appelons.

Ronald: Oui.

Interviewer: Tout le monde ne connaît que son propre petit morceau. Seule l’élite sait ce qui se passe.

Ronald: Oui, mais parce que nous faisions le sale travail, il fallait en connaître beaucoup. Parce que nous ne pouvons pas nous permettre de commettre des erreurs.

Intervieweur: Quelle est la hauteur de la pyramide? Étiez-vous près du sommet de la pyramide?

Ronald: Eh bien, nous communiquions avec eux.

Interviewer: d’accord.

Ronald: Mon ego l’aurait aimé pour arriver à la position d’appartenir au sommet lui-même. De nos jours, nous parlons encore de 8000 à 8500 personnes qui dirigent le monde entier. Il aurait été incroyable d’entrer dans une telle position à l’époque.

Interviewer: D’accord, mais si nous disons que le top sait 100%, pouvez-vous estimer combien vous avez su et compris de ce qui s’est passé?

Ronald: Dans mon travail, je devais connaître 100% de ce qui se passait. Il n’y avait pas d’autre moyen, car les intérêts des personnes impliquées étaient énormes.

Intervieweur: spécialement pour le haut.

Ronald: Exactement. Si je ne connais pas tous les détails, je finirais par commettre des erreurs. Ce qui entraînerait un spin-off, car ces erreurs seraient détectées. Ensuite, les gens qui ne savent rien à ce sujet pourraient interférer. Nous parlons d’avoir des nerfs d’acier à fonctionner à ce niveau.

Interviewer: Vous avez donc des nerfs d’acier?

Ronald: Oui, ça a bien fonctionné.

Interviewer: Le congélateur a très bien travaillé pour vous …

Ronald: Oui, j’ai joué au plus haut niveau depuis environ 5 ans. Et alors, c’était totalement terminé, terminé et terminé. C’était un moment très intense pour moi.

Interviewer: Cela s’est produit tout à coup, ou y avait-il une raison?

Ronald: Eh bien, non, la chose est … J’ai donné un petit exemple de ce qui était impliqué. Donc dans ce cas, échange de devises. Dollar à autre chose, déposé de manière sûre, et bien gérer les actifs, de sorte qu’il pourrait augmenter le taux de rendement, ce qui entraîne des réinvestissements avec l’argent. Le niveau auquel j’ai joué au cours de ces 5 années, et cela n’a pas eu lieu du jour au lendemain, vous devez gagner votre place. Je suis habile à connecter les points, des informations afin d’obtenir une image complète de toutes les choses impliquées, qui doivent être prises en compte dans les règles du jeu. C’est un processus très détaillé. Vous vous démarquez quand vous êtes doué de cela. C’est la raison pour laquelle j’ai eu confiance en 100% de l’information sur laquelle je respecte mes emplois. Donc, je ne connaissais pas tout ce qu’ils savaient, mais tout ce que je devais savoir concernant l’affaire avec laquelle je travaillais. J’ai souvent été placé dans le rôle de premier plan, car j’ai gardé un bon aperçu de la situation, et j’ai réussi à réfléchir de manière novatrice pour résoudre le problème. Je me suis bien amusé, créant des solutions de manière à toujours rester à l’avant et à les surpasser, à rester dans les règles du jeu, mais à jouer avec eux pour faire correspondre tous les points. J’adore ce jeu. Cependant, d’autre part, vous avez beaucoup de responsabilités et vous avez appris de plus en plus sur le monde réel, car à travers le monde financier, vous découvrez toute la vérité réelle.

Interviewer: Donc, vous dites «tout», en quel sens?

Ronald: Eh bien, vos clients vous donnent un aperçu de la façon dont le monde fonctionne réellement. En rétrospective, je ne connaissais toujours pas tout, mais je savais beaucoup, parce que mes clients étaient des banques qui ne voulaient pas de sang sur leurs mains. Mais au sein de ces banques, il y a toujours un certain nombre de personnes qui savent très bien ce qui se passe. Ainsi, comme 1% au sein d’une banque connaît la vérité de la question concernant les événements dans le monde, ce qui n’est pas surprenant étant donné qu’ils sont impliqués dans les flux d’argent. Ce sont vos clients. Vous avez également des gouvernements à traiter, des multinationales, vous devez faire face à des services secrets et à ce qu’ils appellent maintenant des organisations terroristes. Vous obtenez tous les groupes impliqués dans le gros argent en tant que clients, puis vous commencez à voir les connexions. Donc, ils pourraient être compartimentés comme vous venez de mentionner, en ce qui concerne le savoir, mais parce que je suis au milieu, je vois comment ils se rapportent à un autre; Vous voyez l’argent venant de cet endroit, puis vous dirigez vers cet endroit, etc. Vous continuez à obtenir des informations et donc un aperçu de ce qui se passe réellement.

Interviewer: Donc, devez-vous servir et garder tous ces groupes heureux, y compris les organisations terroristes, vous essayez de garder tout le monde heureux?

Ronald: Oui.

Interviewer: Cher Dieu!

Ronald: Oui. C’était mon travail.

Interviewer: garder toutes les boules dans l’air.

Ronald: Oui, en effet. Donc, l’une des choses que j’ai découvert que je ne connaissais pas auparavant, mais maintenant je fais, concerne les services secrets; Vous pensez qu’ils sont là pour servir et protéger un peuple, un pays, etc., mais ils se révèlent être des organisations criminelles, pour être plus précis, le système est tellement important. Nous parlons de financement des guerres, de la création de guerres, ce qui crée fondamentalement beaucoup de misère dans ce monde. Tellement de conflits. Et alors je pense à moi-même, si seulement les gens savaient ce que le monde ressemble vraiment. Les services secrets s’arrêteront à rien. Rien. Mais ils ont également leurs flux d’argent, parce que s’ils se livrent à des drogues ou à des armes, ou d’ailleurs, les gens … tout cet argent doit aller quelque part. Tout doit être financé.

Interviewer: vous dites «si», mais pouvez-vous confirmer qu’ils font cela?

Ronald: Tous. Tous.

Entrevue: Oui.

Ronald: Donc, le monde entier, comme nous pensons que nous le connaissons, n’est qu’une illusion dans laquelle nous croyons. Quel est ce que vous comprenez dans cette ligne de travail, et c’est tout ce qui s’est passé pour moi.

Interviewer: «Bien», vous voulez dire, enfin.

Ronald: En recul, oui, c’était pour le mieux, mais mon «congélateur» a commencé à fonctionner mal. Il y avait des choses qui se passaient. Par exemple, je suis allé sur un marché commercial différent, et un de mes collègues a déclaré: »

Ronald, vous souvenez-vous de ce cas avec la lira italienne? » Je mentionne parfois que pendant les discussions. « Vous souvenez-vous de ces offres? » Dans lequel nous avons fait un dumping massif de la lira, ce qui a réduit la valeur de la monnaie, ce qui a entraîné une chute de l’entreprise en Italie de manière à faire faillite. Et alors, vous entendez à l’échange: «Vous vous souvenez de cette transaction réussie avec la lire?» Je dis «oui». Et puis ils disent: «Saviez-vous que le propriétaire s’est suicidé et a laissé une famille derrière?»

Interviewer: les choses Comme ça … Ouch.

Ronald: Et à l’époque, nous l’avons ri. Ha ha ha, tous ensemble, nous tous. Nous avons regardé les gens, nous les avons moqués. C’était juste un produit. Déchets. Tout était sans déchets. Nature, la planète, tout pourrait brûler et se briser.

Interviewer: juste des parasites inutiles.

Ronald: Juste aussi longtemps que nous avons atteint nos objectifs, tant que nous étions en croissance. Beaucoup de mes collègues ont fini par boire ou utiliser des drogues. Pas moi. Peut-être que je devrais avoir.

Entrevue: Ou non.

Ronald: Non, en rétrospective, c’était pour le mieux et je suis heureux d’être toujours en vie. Cependant, toutes ces choses horribles ont commencé à manger à moi.

Interviewer: Pouvez-vous donner un exemple, car je peux vous sentir beaucoup de choses terribles.

Ronald: Oui, c’est une partie difficile pour moi de parler.

Interviewer: Je peux le sentir, mais seulement ce que vous souhaitez partager, c’est bon.

Ronald: Oui, je parle seulement des choses que je veux dire. Mais il évoque beaucoup d’émotions et avec ma conscience n’étant pas dans le congélateur, il me touche profondément.

Interviewer: Pouvez-vous me dire la pire chose qui s’est produite qui a causé le point de basculement dans votre situation?

Ronald: Eh bien, c’était le début de la fin. Vous obtenez si profondément dans ces cercles, et vous signez un contrat à vie. Pas avec du sang ni quoi que ce soit. Ne divulgue jamais les noms d’entreprises, d’organisations ou de personnes. Je pense que c’est pour ça que je suis toujours en vie. Vous devez y adhérer. Si nous parlons des pires choses que j’ai vécu … Je viens de vous raconter des choses qui ont marqué le problème du congélateur, ma conscience a commencé à se montrer. Allons-y, je m’entraîne pour devenir un psychopathe, et j’ai échoué. Je n’ai pas complété la formation et je ne suis pas devenu un psychopathe. Ma conscience est revenue et la partie la plus difficile pour moi était, parce que j’avais un si grand statut là-bas, j’étais un succès, j’ai eu confiance en les gens qui jouaient à ce niveau. Pour le dire attentivement, la plupart de ces personnes ont suivi une religion qui n’est pas très dominante. Vous avez donc des catholiques, des protestants, toutes sortes de religions. Ces gens, la plupart d’entre eux, étaient Luciferiens. Et vous pouvez dire: « la religion est un conte de fées, Dieu n’existe pas, rien de tout cela n’est réel ». Eh bien, pour ces personnes, c’est la vérité et la réalité, et ils ont servi quelque chose d’immatériel, ce qu’ils ont appelé Lucifer. Et j’étais également en contact avec ces cercles, seulement je me suis arraché à moi parce qu’ils n’étaient que des clients. Je suis donc allé à des lieux appelés Eglises de Satan.

Interviewer: Alors, maintenant, nous parlons du satanisme?

Ronald: Oui, alors j’ai visité ces églises, juste en tant que visiteur, abandonné, et ils faisaient leur Sainte Messe avec des femmes nues et des boissons alcoolisées. Et cela m’a simplement amusé. Je ne croyais pas à ces choses, et j’étais loin d’être convaincu si l’une de ces choses était réelle.

Interviewer: Ce n’était qu’un spectacle pour toi …

Ronald: Oui, à mon avis, l’obscurité et le mal sont au sein des gens eux-mêmes. Je n’ai pas encore fait de connexion. Donc, j’étais un invité dans ces cercles et cela m’a amusé énormément à voir toutes ces femmes nues et les autres choses. C’était la bonne vie. Mais à un moment donné, c’est pourquoi je vous raconte tout cela, j’ai été invité à participer à des sacrifices … à l’étranger. C’était le point de rupture. Les enfants.

Interviewer: On vous a demandé de le faire …?

Ronald: Oui, et je ne pouvais pas faire ça.

Interviewer: Voulez-vous vous arrêter un instant en passant?

Ronald: Non. Ensuite, j’ai commencé à me dégrader lentement. Je vivais beaucoup comme un enfant et cela m’a vraiment touché profondément. Tout a changé. Mais c’est le monde dans lequel je me suis retrouvé. Ensuite, j’ai commencé à refuser des tâches dans mon métier. Je ne pouvais plus le faire. Ce qui m’a fait une menace. Intervieweur: pour eux … bien sûr.

Ronald: Je ne pouvais plus fonctionner de façon optimale. Ma performance a commencé à trembler et j’ai refusé les tâches. Je n’avais pas participé. Le but de l’ensemble, éventuellement, dans ce monde, c’est qu’ils ont tout le monde dans leur poche. Vous devez être susceptible de chantage. Et le chantage m’a révélé être très difficile si je le regardais. Ils voulaient le faire par le biais de ces enfants. Et cela m’a cassé.

Interviewer: Est-ce que vous ne me dites pas quelque chose de nouveau – ce qu’ils font en politique? Ronald: Si vous google, vous trouverez suffisamment de témoignages dans le monde entier pour savoir que ce n’est pas un conte de fée de Walt Disney. Malheureusement, la vérité est que dans le monde entier, ils ont fait cela pendant des milliers d’années. Une fois, j’ai étudié la théologie et même dans la Bible, vous trouverez des références à ces pratiques avec les Israélites. La raison pour laquelle les 10 premières tribus ont été bannies à Babylonie était à cause de ces rituels avec des enfants. Y compris le sacrifice des enfants. Donc, cela est pertinent, tout cela m’a fait croire, parce que je me suis rendu compte qu’il y avait plus de vie que de regarder. Il y a tout un monde invisible. C’est réel. Vous parlez vraiment d’une force sombre et d’une manifestation de lumière. J’ai donc eu recours à l’étude de la théologie pour en avoir un sens. Interviewer: Et la psychologie aussi si je me souviens bien? Ronald: Oui, mais je l’ai fait dans ma première vie. Parce que par la psychologie commerciale, la psychologie de masse, j’ai pu manipuler des situations à mon profit.

Interviewer: C’est effrayant, parce que si vous creusez cela, vous trouvez Tavistock Institute et le contrôle de l’esprit, MK Ultra, Monarch et autres …

Ronald: Oui, c’est correct, mais cela faisait partie du travail. Grâce à la formation au travail, je me suis intéressé plus profondément, car lorsque vous faites des transactions, vous devez également manipuler les médias. Vous devez manipuler beaucoup de choses parce que rien ne peut être considéré comme tel. Tout doit paraître être différent. Vous voyez le peuple comme un troupeau de moutons. Vous avez mis quelques Border Collies et les conduire dans une direction. Et pour être honnête avec vous, je vois toujours que cela se passe autour de moi. Les gens sont encore, à travers les systèmes et les méthodes que nous utilisions nous-mêmes, en étant traités de la même manière. Et ça marche toujours. Les gens ne comprennent toujours pas comment cela fonctionne vraiment et sont encore au niveau de « tant que j’ai ma bière » et quoi que ce soit, complètement absorbé, aussi un mécanisme de survie. Je veux dire que c’est le programme après tout, mais vous voyez toujours combien il est stupidement facile de mettre les gens dans une certaine direction. Lorsque vous êtes celui qui tire les cordes, c’est à dire.

Interviewer: psychologie de masse.

Ronald: Oui. Beaucoup plus tard, dans toutes ces études et découvertes, j’ai trouvé un document, qu’ils prétendent, c’est une connerie bien sûr, les protocoles de Zion. Et de nos jours, je recommande à tous de lire l’intégralité de ce document incroyablement ennuyeux. Il suffit de travailler à travers elle, de le lire.

Interviewer: Nous parlons aussi du sionisme …

Ronald: Oui, bien sûr. Si vous lisez les protocoles de Sion, et que vous les étudiez vraiment et que vous comprenez, c’est comme lire le journal de la vie quotidienne. Comment de leur position de pouvoir ultime, et finalement il est devenu littéralement, mais ce n’est que parce que les gens ne se défendent pas. Ils ne se rendent pas compte de la réalité. Interviewer: Et nous avons tous été programmés. Si vous osez dire que vous êtes contre le sionisme, alors vous êtes une marque antisémite. Ronald: Le négatif, vous pouvez dire le mal, les Luciferiens, les Satanistes, quel que soit votre nom, c’est une véritable entité. J’ai constaté que ce qui est écrit dans la Bible, et pas seulement la Bible, vous pouvez la trouver dans tant de livres, il y a eu un moment de séparation de la manifestation de la lumière, dans laquelle un groupe a fait son chemin et est Portant une haine intense, la colère; Les personnes qui ne sous-estiment pas la gravité de cette situation sont peu nombreuses. Parce que c’est une force toute aniquilatrice qui déteste nos entrailles. Elle déteste la création, elle déteste la vie. Il fera tout pour nous détruire complètement, et la façon de le faire est de diviser l’humanité. Diviser et conquérir est leur vérité. L’humanité est une manifestation de lumière. C’est la véritable création. Tant que vous les divisez en fonction des partis politiques, de la couleur de peau, vous le nommez … alors vous – d’un point de vue luciférien qui est – supprimez toutes les capacités de votre ennemi, leur plein pouvoir. Ils ne peuvent pas se défendre, car si cela arrivait, les Luciferiens perdraient. Alors ce monstre, le monstre gourmand disparaitrait. Je raconte aux gens ce vieux général américain qui occupe toute une pièce dans le noir. Les yeux s’adaptent à l’obscurité, mais vous ne pouvez rien voir. Le général ne dit pas un mot et soudain il se déplace sur un briquet. Un peu de lumière. En raison de l’obscurité prolongée, vous ressentez une manifestation de lumière à partir d’un seul point et chacun peut se ressaisir légèrement. Et puis il dit … « c’est le pouvoir de notre lumière. »

Interviewer: Beautiful.

Ronald: Unite. Unir. Venez ensemble, et toute cette histoire de merde saisit pour exister. C’est à quel point cela pourrait arriver. Mais c’est facile pour moi de le dire maintenant, mais alors j’étais dans une période de ma vie dans laquelle j’étais en train de s’effondrer.

Interviewer: Pourriez-vous nous dire quelque chose de précis à ce sujet?

Ronald: J’ai commencé à refuser les devoirs. Ma conscience est revenue après la demande impliquant les enfants et j’ai commencé à refuser de plus en plus. J’ai eu une conscience et je ne pouvais plus fonctionner.

Interviewer: Mais vous avez encore travaillé après cela? Ronald: Je n’avais pas vraiment le choix, j’avais ma propre entreprise avec plusieurs bureaux et employés, tout roulait toujours.

Interviewer: Cela a dû être dur.

Ronald: Oui, ça a été très dur, toutes les tensions. Donc, d’une part, vous jouez avec de l’argent à un niveau élevé, dans lequel vous ne pouvez pas vous permettre de faire des erreurs, sinon tout tombe tout de suite, votre entreprise entière est ruinée, tous impliqués, y compris vous-même. Ensuite, vous êtes vraiment foutu. Cela soulève beaucoup de stress, en tenant compte du resurfaçage d’une conscience. J’ai été averti quand je suis entré dans cela. « Ne le faites pas si vous ne pouvez pas mettre votre conscience à -100 degrés dans le congélateur. »

Interviewer: Et vous avez probablement compris cela alors?

Ronald: Oui, je m’entendais en rire à l’époque, mais ce n’était pas une blague. Je n’ai absolument pas compris où je me suis vraiment intéressé.

Interviewer: Et votre congélateur proverbiale a été éteint?

Ronald: cassé. Je ne pouvais plus le faire. J’ai donc essayé de le faire, de conserver les apparences. Je ne savais pas comment m’en sortir, j’étais pris au piège. Tout le monde était pris au piège. Tout cela m’a amené à s’effondrer complètement finalement. Mon corps s’est simplement arrêté. La première chose que j’ai vu, c’est que ma mère pleurait chez Intensive Care.

Entrevue: Vous avez fini avec le CI?

Ronald: Ouais, j’ai vraiment fermé.

Interviewer: Vous avez littéralement écrasé?

Ronald: Oui. Oui. Et … à cette époque, je ne croyais à rien, mais je peux encore me rappeler comment j’ai vu, dans ce coin, je me regardais. J’ai vu comment ils travaillaient sur moi.

Interviewer: vous avez eu une expérience proche de la mort …

Ronald: Eh bien, vous pourriez l’appeler ainsi. J’ai vu que je ne suis pas mon corps. Je suis dans mon corps, mais je ne suis pas seulement mon corps. Je les ai vus travailler sur moi. Et plus tard, j’ai été réticent à en parler depuis longtemps. J’ai vraiment parlé beaucoup plus tard. Mais quand je l’ai fait, j’ai déjà beaucoup étudié et j’ai commencé à croire. Je commençais à mieux comprendre le spirituel et le matériel. À ce stade, cette expérience intense a eu son propre lieu. La réalisation que je ne suis pas mon corps, c’est juste un navire. Je vivais tout cela, mais j’avais aussi besoin de récupérer longtemps.

Interviewer: Oui, bien sûr.

Ronald: Oui, j’étais une épave de train. Émeute complète. J’ai été complètement brûlé. Je m’étais écrasé, et le corps avait besoin d’un an pour se rétablir. Je ne veux vraiment pas y entrer maintenant, mais dans ces cercles, j’ai été torturé physiquement pendant mon temps de sortie. C’était pour s’assurer que je ne briserais jamais le contrat de secret. J’ai donc été pris pendant un certain temps. J’ai été «traité». Tous ces facteurs, tout simplement, ont augmenté le stress que j’avais éprouvé, tout en courant toute la vitesse vers ma propre fin.

Interviewer: Voulez-vous dire enlèvements, comme nous l’appelons, ou programmation?

Ronald: Non, ils m’ont exposé à certains types de torture qui vous assurent de ne jamais nuire à personne dans ce monde. Tout s’est bien passé de cette façon, alors la fin de ma première vie était si extrême que je ne pouvais plus la gérer. Je ne pouvais plus le gérer, en aucune façon. Cependant, ma capacité d’esprit était si forte, que cela ne se passait qu’avec et à mon propre corps. C’était … eh bien, je ne savais plus quoi faire. Il n’y avait plus d’options pour moi. C’est pourquoi, parfois, je pense – bien sûr, ce n’est pas vrai – mais j’aimerais, comme tant de collègues, avoir pris la voie des drogues et de l’alcool. Au moins, ma fin aurait été plus douce. La plupart d’entre eux sont déjà morts. Même si je sais qu’il y a plus de foulards qui se promènent, il y a encore un peu encore vivant que j’avais connu à l’époque. La plupart d’entre eux sont déjà partis. Eh bien, j’étais mort aussi, mais je suis toujours là.

Interviewer: Donc vous avez encore quelque chose à faire …

Ronald: Oui, je suppose que vous pourriez dire cela. Mais je ne peux pas dire en bref, car je ne sais pas combien de temps nous avons parlé, le monde dans lequel je me suis retrouvé. Si vous avez des questions spécifiques, je peux leur répondre, mais j’avais espéré Pour être plus concis. Mais je ne sais pas comment. Interviewer: Eh bien, vous avez ma gratitude pour tout ce que vous avez partagé.

Ronald: Pour moi, c’est une très grosse affaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   6/6/2017, 20:01

Merci nex !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   15/6/2017, 00:43

Bon j'ai visionné la vidéo attentivement.

Il faut revenir sur trois points capitaux. (I/ La valeur des révélations du témoignage de Ronald Bernard - II/ Ce qu'implique l'allusion à propos de son enlèvement et de la torture qu'il prétend avoir subi - III / Le très grave problème que pose le court-métrage satanique greffé après la vidéo et sa raison d'être)

I/

En ce qui concerne l'interview elle-même et ce que dit l'auteur sur les milieux qu'il a fréquenté :

les confidences de ce Ronald Bernard sont incontestablement d'un grand intérêt (l'auteur semble sincère).

On est en présence d'une témoignage vécu de l'intérieur qui montre assez bien la nocivité patente et les procédés manipulatoires soigneusement huilé inspirant ces réseaux de la finance mondialiste (et apatride) à haut niveau : technique de manipulation des monnaies et des nations à grande échelle (avec toutes les conséquences et les impacts sociaux que cela génère et engendre), sous fond d'exploitation des "failles" volontaires d'un Système et de ses "lois" qui laissent, délibérément, la porte ouverte à toutes les intrigues possibles et imaginables pour peu que l'on sache s'y prendre...

L'un des point culminant de ce témoignage reste les confidences vécues que partage l'auteur sur le lien intime qu'entretiennent ces cercles mammoniques avec le satanisme et les cultes sataniques, qui gangrènent progressivement ces cercles de financiers véreux à mesure que l'on s'y enfonce et que l'on grimpe dans la hiérarchie (comme le dit l'auteur, "mettre sa conscience au placard" n'est pas une option, c'est une nécessité à ce niveau de manipulation).

Très édifiant.

Cela commence graduellement par des pratiques presque "anodines" (tout est relatif bien sûr...) comme des orgies rituelles à la sauce messe noire libertine avec des femmes nues, pour finir par du sacrifice rituel d'enfant !!!

Ainsi, happé graduellement et progressivement dans des réseaux dégénérés qui cimentent ce "milieu" perverti de la finance et qui vous scrutent d'autant (des réseaux où tout le monde est tenu en laisse à un niveau ou à un autre), les adeptes de ces cercles décadents, qui ont déjà mis leurs consciences au placard au préalable, finissent par aller toujours plus loin dans le mal et le crime, jusqu'au point fatal de non-retour.

Le témoignage personnel de cet auteur est digne d'intérêt là-dessus, sur la façon dont cela fonctionne.

C'est par ce procédé "électif" que les plus criminels et les plus impitoyables finissent logiquement par accéder aux postes les plus importants.

Complètement tenus et immergés d'autant plus complètement dans le crime et l'inversion des valeurs, ils sont les outils parfaits de l'élite judéo-messianique au-dessus d'eux, qui a mis en place ce système de "recrutement" et de "progression inversée" à son seul profit.

Un autre des passages particulièrement révélateur est celui où l'auteur (vers la demi-heure environ) commence à parler de l'origine de cette élite satanique/luciférienne justement, en mentionnant notamment le Sionisme http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5547-synthese-sur-l-histoire-de-sion et les Protocoles des Sages de Sion (piqure de rappel : http://novusordoseclorum.discutforum.com/t527p50-les-protocoles-des-sages-de-sion?highlight=protocoles ) et où il dit en entre autre ceci, sur l'origine de cette déviation :


Citation :
il y a réellement eu un moment de séparation dans cette manifestation de la lumière...

dans laquelle un groupe a suivi son propre chemin tout en étant lui-même animé d'une haine intense, d'une grande colère.


Les gens qui n'en sous-estiment pas l'essence funeste sont peu nombreux.


Cette force destructrice vous hait de toutes ses tripes.


Elle hait la création, elle hait la vie.


Elle fera n'importe quoi pour tous nous anéantir complètement.


Et le moyen d'y parvenir c'est de diviser l'humanité.


Diviser et conquérir, c'est ça leur vérité.

L'humanité est une manifestation de la lumière, c'est ça la vraie création.

Tant qu'elle peut-être divisée, que ce soit en partis politiques, à cause de la couleur de la peau, pour ne nommer que ceux-là.

Votre point de vue en tant que luciférien, c'est éliminer tout le potentiel de l'ennemi, c'est là toute leur puissance.

Ils ne peuvent pas se défendre, parce que si cela arriverait, les lucifériens perdraient.

Et ce monstre, ce monstre de cupidité disparaitrait.

Ce passage, concernant ce "groupe qui a suivi son propre chemin" à un moment donné de l'histoire, complètement "destructeur", qui "hait le reste de l'humanité de toutes ses tripes", "haïssant intensément la création, la vie", "animé d'une grande colère" et "qui fera n'importe quoi pour tous nous anéantir complètement", est si incroyablement en rapport de fond avec tout ce que nous avons démontré et prouvé sur ce qu'est le Lévitisme, son projet mondialiste-messianique et ses falsifications sataniques (c'est évidemment ce chemin satanique d'origine qui donnera plus tard, logiquement et fatalement, le Talmudisme, et bien sur le Frankisme et le Sabbataïsme), que tout ceci ne peut être le fruit du plus infime hasard.

Il y a une logique à cela, une logique intrinsèque lié à ce projet mondialiste.

L'auteur de ce témoignage, sans même peut-être mentionner certaines choses sur le Judaïsme et la Kabbale ni forcément en comprendre tous les rouages particuliers, mais le doigt sur le coeur du problème que nous avons développé très longuement ici :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t8189-preuves-irrefutables-montrant-que-le-judaisme-est-une-religion-satanique-et-que-son-dieu-jehovah-est-un-demon

et là :

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7927-le-credo-sabbataiste-frankistedoctrine-infernale-de-la-synagogue-de-satan-pour-la-revolution

Dans un autre passage dont je ne retrouve pas la minute exacte, l'auteur parle aussi de l'importance de manipuler les médias pour eux, dans l'optique de manipuler les masses.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

II/

Un autre point qui est très, très intriguant concerne par contre la fin du témoignage, à 36min12sec pour être précis.

L'auteur dit textuellement ceci, quand il parle de ce qui s'est passé après avoir craqué et sombré, en clair quand il a commencé à s'éloigner de tout ce milieu :


Citation :
Ronald Bernard : je n'ai pas vraiment envie de rentrer dans les détails, mais dans ces cercles j'ai été physiquement torturé pendant mon temps de sortie.

Afin de s'assurer que jamais, je ne briserais le contrat de confidentialité.

J'ai été enlevé durant une certaine période de temps.

J'ai reçu un traitement, tous ces facteurs additionnés les uns avec les autres ont fait monté le stress de plusieurs crans.

J'ai littéralement été précipité contre le mur à pleine vitesse.

Présentatrice : vous parlez d'enlèvements ou de programmation ?

Ronald Bernard : Non.

Non ils m'ont exposé à certains types de tortures afin de s'assurer que jamais je ne ferais quelque chose, qui puisse endommager les personnes qui appartiennent à ce monde.

Sur le moment, je n'ai pas réalisé, ce n'est qu'après avec le recul, tout est arrivé de cette façon, ma vie précédente a connue une conclusion si extrême que je ne pouvais plus en supporter davantage. Je ne pouvais plus le supporter.

Cependant, j'étais tellement solide mentalement, que le rejet s'est exprimé à travers mon propre corps.

Ce passage est pour moi le plus obscur et le plus dur à saisir à l'heure actuelle.

L'auteur reconnait lui-même avoir "subi des tortures", un "enlèvement" et un "traitement" de la part de ces gens-là...

La présentatrice fait cette remarque ô combien révélatrice : "vous parlez d'enlèvements ou de programmation ?"

L'auteur répond "non" néanmoins, pourtant à écouter ce qu'il dit, cela semble flirter dangereusement avec ce genre de pratiques.

Se pourrait-il que l'auteur ait subi une programmation et que lui-même n'ait pas toutes les clés pour comprendre son propre "monde intérieur" à l'heure actuelle, et les rouages réels de ce qu'il a subit ???

Cela expliquerait pourquoi il parle de "torture, d'enlèvement et de traitement" à son encontre, mais que quand la présentatrice lui fait cette allusion sur cela ("vous parlez d'enlèvements ou de programmation ?"), il répond "non"...

Où alors s'agit-il d'autre chose ?

C'est comme si l'auteur était à "semi-conscient" de certaines choses.

Ce passage reste très obscur et laisse planer un doute au final sur les tenants et aboutissants de toute cette histoire...

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t8447-sortie-du-livre-mk-abus-rituels-et-controle-mental-alexandre-lebreton?highlight=mental

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5353p125-programmation-mentale-mk-ultra-monarch?highlight=programmation

----------------------------------------------------------------------------------------------

III/

Maintenant le point le plus grave et de très loin le plus malsain de toute cette vidéo sous-titrée en français.

Ce n'est pas le témoignage lui-même, mais ce qui a été ajouté après.


En effet à la fin de cette vidéo, à partir de 38min58sec précisément, a été ajouté un court montage vidéo d'essence notoirement satanique et manipulatoire.

Méfiez-vous !!!

Celui-ci arrive juste après le générique de fin qui fait suite au témoignage de Ronald Bernard (un générique sans son, et d'un ton calme...) et il est introduit très sèchement (ceci ne peut être que volontaire) par une sorte de "coupure hertzienne subite, aigu et malsaine" qui a pour but de placer la personne (qui vient déjà de regarder une vidéo qui peut en déstabiliser certains) dans un état d'esprit particulier. (cette "coupure hertzienne malsaine et subite" a probablement été insérée à dessein pour produire une sorte de choc induisant une espèce de "sidération" par la surprise... on ne s'y attend pas du tout, et cela provoque une sorte de petit "choc psychique" qui a pour but de vous préparer mentalement à ce qui va suivre)

Que le traducteur qui a sous-titré cette vidéo l'ait fait intentionnellement ou pas, Dieu seul le sait, se dit-on à ce moment-là...

Mais suite à cette coupure hertzienne malsaine suspecte, arrive le court métrage proprement dit, et là on ne peut plus croire au "hasard" une seconde.

Une espèce d'entité habillée en noir apparait (celle-ci représente Satan sans l'ombre d'un doute, bien qu'elle ne l'avoue pas ouvertement), et use de paroles remplies d'allusions extrêmement suspectes et malsaines. (je vais y revenir plus bas)

D'une part et avant toute chose, je me dois de vous prévenir que ce court métrage contient des messages subliminaux qui défilent en une fraction de seconde (dont un à 40min53sec à coup sûr, que j'ai vérifié par arrêt sur image, mais il me semble qu'il y en a d'autres, faites gaffe !!!)


D'autre part la tonalité du langage utilisé par l'entité est elle aussi proprement malsaine et démoniaque, elle induit indubitablement une sorte de malaise (le tout après le "choc" de la "coupure hertzienne", ceci est tout sauf un "hasard") : cela a pour but encore une fois de vous mettre dans un "état d'esprit" très spécial de "réception" (pour ne pas dire de sidération hypnotique) aux paroles de l'entité démoniaque en question.

C'est un langage de sorcier qui est utilisé en tonalité ici.

Le symbolisme du décor et de ce court-métrage est tout autant malsain, il est dans la droite logique de tout le reste : entre autre les couleurs noires sous fond de dualité, la violence et de nombreuses allusions sinistres sont de la partie.

Un clin d'oeil certain au parasitisme démoniaque est d'ailleurs mis en scène à 40min 15sec, quand l'entité se déplace... ceux qui savent de quoi il en retourne dans divers cas de "possession spirituelle" et même d'apparition d'entités altérées apprécieront... d'autres auront repéré aussi le mouvement symbolique à 40min22sec, dans la même veine d'allusion subliminale occultiste.

Le jeu des mains de la bestiole satanique n'est pas non plus innocent le moins du monde, car du début à la fin, cela véhicule des petits symboles occultes sournois en douce, l'exemple le plus patent et visible étant celui de la "masturbation du pénis" à 40min 03 sec (mais il y en d'innombrables autres.)

Idem pour de très nombreuses positions du corps de la bestiole, qui stylise des symboles et des allusions occultistes diverses.

Je ne résume ici qu'une partie des nombreuses manipulations occultes que contient cette vidéo, il y en a d'autres faites attention.

Je ne vais pas m'étaler en longueur sur toute cette merde abjecte, mais la chose à comprendre est que seul un sorcier et un manipulateur satanique notoire peut avoir fait cette vidéo.

Rentrons maintenant au coeur du problème :
l'intégration de ce court-métrage est une signature d'un sataniste qui a pour but de faire passer le message sous-jacent suivant "à ceux qui sont au courant" à leur sujet, en clair à ceux qui viennent de visualiser cette vidéo de Ronald Bernard :

"Nous nous en fichons qu'une vidéo comme celle de Ronald Bernard sorte sur le net, car même si vous savez ce que nous faisons et qui nous sommes, quand bien même des gens nous dévoilent, nous continuerons et vous n'y pourrez rien, car Satan est le maître de ce monde !"

Voilà le message que vous transmet ce court-métrage, à vous qui avez été mis dans un "état d'esprit spécial réceptif" pour le recevoir.

De très nombreuses allusions de l'entité font allusion à cela entre les lignes.

Elle use délibérément d'un langage à double niveau de compréhension (une sorte de clin d'oeil volontaire au langage crépusculaire http://novusordoseclorum.discutforum.com/t8512-jon-robberson-sur-la-nature-luciferienne-pedocriminelle-de-l-industrie-hollywoodienne-mai-2017#90958 est intégré habilement dans la mise en scène de ce court-métrage ici : une grille de lecture qui parle de la liberté, une grille de lecture qui parle de bien autre chose sans en avoir l'air... suivez le lapin blanc d'alice !)

Dès le début, à partir de la minute 39, ça commence :

Citation :
Qu'est ce que tu regardes ?

Penses-tu que nous ne savons pas qui tu es et pourquoi tu as décidé de te joindre à notre petit club ? (petit rire malsain de l'entité à ce moment-là)

Ou bien serais-tu au courant de quelque chose que nous ne sachions pas déjà ?

39min 18 :


Citation :
Pourquoi vient tu encore nous emmerder ?

Bien avant toi, nous avions déjà eu affaire à des petits malins.

Quand bien même tu serais suivis par une centaine d'autres...

Vous commencez à comprendre ou veux en venir, celui qui a ajouté ce court-métrage à la fin du témoignage de Ronald Bernard ?

Cette allusion satanique concerne autant ceux qui font des révélations sur eux comme Ronald Bernard, que la dissidence sur internet qui les écoutent.

L'entité vous dit avec "délice" (suffit de voir son regard à la fin de ce passage) à 39min55 :


Citation :
As-tu la moindre idée de l'époque dans laquelle tu es arrivé ?

De nos jours la liberté, c'est d'avoir des milliers de chaînes, de télécharger du porno gratuit, et faire tout un tas de trucs sans avoir à te soucier des conséquences, c'est tout.

Et le troupeau s'y est conformé.

En clair, ceci est la preuve que Satan est le "maître de ce monde", et le regard plein de "délectation" de l'entité qui le symbolise à ce moment-là enfonce le clou bien comme il faut pour vous le suggérer.

A la fin, l'entité sort le "pacte".

40min 45sec :


Citation :
C'est un immense plaisir de savoir que tu peux t'acheter des excuses pour toutes sortes de saloperies.

Mais il y a un prix à payer, un prix pour chacune de ces abominations.

(mmh, vous avez tout noté ?)

rires de l'entité : oui, oui... tout !

Un des passages les plus hautement révélateurs se trouve à la toute fin (41min08sec).

Citation :
Cependant, il y a une chose qui m'interpelle...

Pourquoi es-tu ici... ?

Les hurlements, la 25ème image incognito, la confusion des prophéties, les charades, les symboles alchimiques.

Nous avions déjà tout fait.

Et nous avons trouvé la formule bien avant toi.

C'est... le mystère, les miracles, et l'autorité.

Et tu en as bien profité.

N'est-ce-pas ?

(moi ?)

Le court-métrage finit par une scène sinistre, un meurtre.

Je vous laisse en tirer les conclusions qui conviennent (souvenez-vous, le "pacte"...)

L'allusion à la "25ème image incognito" est hautement symbolique : c'est un clin d'oeil à ce que qui est "hors du champ de conscience". (pensez à la "25ème heure" hors du temps, vous comprendrez mieux où ils veulent en venir...)

En clair, c'est une allusion à la manipulation subliminale.

Le Diable ne se prive pas de vous dire en conclusion qu'il vient de vous manipuler en beauté, entre autres par les suggestions entre les lignes, les symboles occultes et les messages subliminaux (de même il vous dit à un autre niveau de lecture qu'il vous manipule depuis des lustres avec tout ça, d'ailleurs l'allusion à la "confusion des prophéties" est elle aussi hautement symbolique, pour peu que l'on comprenne le message voilé... surtout quand l'on sait ce qu'est le "lévitisme" et la falsification des Ecritures qui en découlent n'est-ce-pas... en acceptant cela, ces infiltrations du Malin jusque dans vos propres religions qui ne les ont pas reniées, de même qu'en acceptant tout le reste des "formules" que le démon vous propose, vous signez tous un pacte avec le Diable dans votre vie, à un moment ou à un autre de votre existence, et celui-ci s'en délecte avidement... vu que "chaque abomination à un prix". Le Diable ne se prive donc pas pour vous le rappeler au moment-même où il vous manipule : car c'est assurément pour lui, un "plaisir exquis").

Cette vidéo est d'une très grande nocivité et est tout sauf innocente, surtout en étant placé comme elle l'a été (c'est-à-dire délibérément par l'auteur de cette traduction) derrière un témoignage de l'importance de celui de Ronald Bernard. (et ne parlons pas des "conditions" qui l'on introduites, résumées plus haut)

Un dernier petit point.

Voici l'image youtube de celui qui a ajouté ce court-métrage (le court métrage n'est pas de lui, il l'a simplement ajouté volontairement à la vidéo... en guise de clin d'oeil) à la fin du témoignage de Ronald Bernard.



Il s'agit d'un nouveau clin d'oeil plus qu'évident au MK-Monarch (programmation mentale) et à l'occultisme satanique. (voir les deux liens du forum plus haut dans ce message à ce propos)

Tout n'est-il pas dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nex
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3065
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   29/7/2017, 23:14

Conversation avec Ronald Bernard - Confession d'un insider de la finance - Partie 2

(l'interview fait une demie-heure, l'autre demie-heure est un autre exposé)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mk-polis2.eklablog.com/
paralleye
Admin


Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)   29/7/2017, 23:17

Citation :
Conversation avec Ronald Bernard - Confession d'un insider de la finance - Partie 2


source : https://www.youtube.com/watch?v=UKGttS_Vdcc

Cette partie 2 d'une demi-heure environ traite plus particulièrement du sommet de la pyramide de pouvoir (la fin de la vidéo est une sorte de docu ajouté par le traducteur en bonus, je ne l'ai pas vu mais il semble traiter entre autres de l'arnaque du FISC).

Le témoignage de Ronald Bernard apporte une confirmation claire de ce qui a déjà été développé à plusieurs reprises dans ce topic-clé (voir tout particulièrement le message page une du jeudi 21 Février - 14:21, et celui page 2 du Samedi 18 Avril - 2:40) http://novusordoseclorum.discutforum.com/t6821p25-l-ennemie-de-l-humanite-mise-a-nue-la-haute-banque-internationale à savoir la domination à l'échelle internationale du pouvoir mondialiste par le truchement de la Banque des Règlements Internationaux , la "Banque Centrale des Banques Centrales" en quelque sorte, au dessus de toutes les lois et de tous les états du monde, bref une hydre à l'indépendance inviolable qui fait ce que bon lui chante et à laquelle toutes les autres institutions mondialistes supérieures viennent prendre leurs ordres (cela vaut même pour la City de Londres, puis le FMI, la Banque Mondiale, les autres Banques Centrales etc... puis viennent les Multinationales, imbriquées dans le "Système"... et enfin les gouvernements fantoches qui trahissent leurs peuples !).

Pour rappel une petite photo de la bête (la "Banque des Règlements internationaux").




On notera le symbolisme architectural de la chose... une allusion à la "spiritualité" qui guide cette élite mondialiste... (dont Ronald Bernard parle plus longuement dans la partie une)

En guise de comparaison, voici à quoi ressemblait l'ancienne "Tour de Babel"...



Bref, la nouvelle se trouve à Bâle aujourd'hui, et le clin d'oeil symbolique des concepteurs n'est pas accidentel, loin de là.

PS : à noter que la traduction de cette partie 2 n'a pas été faite par le le dénommé "Alice au pays du MK/Monarch" mais par un autre traducteur.

Pas d'ajout de sorcellerie qui vous viole spirituellement par derrière, comme dans la fin de la vidéo d'Alice (voir mon message précédent pour la mise en garde importante sur les manipulations occultes qui s'y trouvent), ce qui est une bonne chose pour le coup.

La partie une de l'interview de Ronald Bernard est aussi présente sur le site de ce traducteur :



Elle contient entre autre un bonus qui s'arrêtent sur les expressions faciales de Ronald Bernard au cours de passages clés de l'interview. (je n'ai pas tout vu pour l'heure, mais cela semble intéressant... à creuser du moins !)

Les parties 3, 4 et 5 devraient arriver prochainement, selon le traducteur.

A suivre donc.

Edit / sacré nex, on est synchro dis-donc, tu m'as devancé de trois minutes Bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Luciférisme et sacrifices rituels dans la haute finance: témoignage d'un insider - Ronald Bernard (avril 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a quel age faut il arrte la chaise haute ??
» Chaise haute bébé à quel âge?
» Bon Anniversaire, BERNARD
» Besoin d'aide: donner à manger dans transat ou chaise haute
» à quel âge avez vous mis bébé dans une chaise haute?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: - Affaires de Pédocriminalité-
Sauter vers: